Carnet de voyage

LONDON CITY

7 étapes
1 commentaire
 avec 
Diego
L’invitation d'un week-end à Londres
Mars 2019
3 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Il suffit de traverser la Manche pour se retrouver dans un univers unique, intemporel et magique. Au cœur du soap-opera du "Brexit", Harry Potter, Sherlock ou Emma Peel. De la musique pop, une famille royale et ses palais, sa reine, ses princes et princesses. Un monde où vieux murs flirtent avec les tours ultra modernes de la City. Un sentiment de voyager dans le temps, de superposer les siècles, de traverser l'écran d'un cinéma. Londres n'est pas une ville comme les autres.

Beaucoup d'Eurostars sont annulés mais le nôtre.. no ! Comme des mômes, nous voulons tout voir. Nous avons marché, marché, beaucoup marché. Exit les visites de palais et musées, nous gardons cela pour une autre fois. Car nous reviendrons, c'est élémentaire.

Le soleil est au rendez vous pour la visite de Brick Lane, quartier de Londres haut en couleurs de communautés indiennes et asiatiques. Une foultitude de restaurants, des odeurs de curry, des bars branchés. Aussi du Street Art, des graffitis, tout cela donne un joyeux charivaris.


Un rainbow cake très convoité des ombres
Un rainbow cake très convoité des ombres
2

La City n’était pas sur notre parcours. Nous cherchions un marché pittoresque et nous voici perdus dans les cathédrales du XXIème siècle. La City du samedi matin ressemble à une forêt de film fantastique. Des tours de verre aux reflets électriques poussent autour de vieux murs centenaires. The Gherkin , le cornichon, 30 St Mary Axe reflète sa forme oblongue sur les façades de ses voisines. Les cols blancs ont désertés. Les casques jaunes pilonnent, polissent, agencent des tours qui, nous semble-t-il, n’en finissent pas de grimper vers un soleil de mars.

The Gherkin (le cornichon) est le surnom du 30 St Mary Axe
The Gherkin (le cornichon) est le surnom du 30 St Mary Axe
Pause bien méritée pour les casques jaunes du samedi. Une gare parmi les nombreuses gares ferroviaires que compte la capitale 
3

Chaque personne passe au moins une fois dans sa vie à Trafalgar Square. Je ne sais plus qui a dit cela. Pour nous c’est fait.

Des bus, des bus, des bus. Au pied du lion, l'homme fait allégeance . Un bouquet de bobbies. Street Art. Big Ben emmailloté ne sonne plus et Diego bien trop sage dans un salon thé so british.


4

Au nord de Londres le quartier branché Camden. Boites de nuits, bars, bazars, les pompes marchent sur les façades des magasins. Je me demande si Dr Martens a acheté la rue. Un samedi soir entre chien et loup, une foule compacte festive, un brin déjà allumée. Des odeurs de shit et les boutiques fermaient une à une. Good bye shopping!

A Stables Market " le marché des écuries" nous déambulons dans des écuries revisitées en immense souk. Remontons le temps jusqu'en 1816 où Regents'Canal fut construit, les chevaux tiraient les bateaux de marchandises. Ces fameuses écuries furent crées pour accueillir les animaux fatigués ou blessés,

5

Comme nous n'avons pas d'idée précise en tête mais des bottes de sept lieux au pieds, nous avons vu et fait. London Brigde, la cathédrale Saint Paul sans la visiter, les beaux magasins des gentlemen.

Nous ne faisons que passer devant Alexander Mac Queen à la devanture papillons et Dolce Gabana 
6

Marcher c'est bon pour la santé. La marche citadine est éreintante. La marche citadine donne soif. A nous le métro, un vénérable bus interdit au plus de 1,70m et un chauffeur de taxi charmant. Si vous désirez vous reconvertir en chauffeur de taxi, sachez qu'il vous faudra réussir un examen très complexe. Trois à quatre années autour de Londres à mémorisant 25 000 rues dans un rayon de 10 km de la gare de Charing Cross. Sans oublier les attractions touristiques , bref avoir un GPS dans la tête et un flegme très britannique. Un étude scientifique prouve que ces chauffeurs de taxis londoniens développent un plus grand cerveau. Un chauffeur de « london black taxicab» est un travailleur indépendant qui gagne presque le double d’un chauffeur de « minicab » pour le même trajet.

Les pubs sont une véritable intuition. petites et grandes histoires, des très vieux au plus chics pour se retrouver autour d'une pinte de bière. Les pubs sont une tradition culturelle. Des dizaines ont fermés depuis les années 90, faute aux Strabucks, aux interdictions de fumer dans les lieux publics. D'ailleurs "pub" vient du mot "public".

"Non, mais allô, quoi!!!" Pubs dans le quartier de Coven Garden 
7

Notre week-end s'achève par un dimanche glacial. De la petite matinée qui nous reste nous filons vers les coquettes maisons "Mary Poppins".

Nous reviendrons à Londres saluer Harry Potter, Sherlock Holmes, Buckingham Palace, faire du shopping et boire du thé, traîner sur les traces de Jack l’Éventreur et dans les pubs louches des bas quartiers, voir un concert au Royal Albert Hall ou Hyde Park... Nous reviendrons. Good bye London