Carnet de voyage

Suède et Norvège 2023

28 étapes
22 commentaires
7 abonnés
Dernière étape postée il y a 346 jours
Un vieux rêve se dessine....
Juillet 2023
25 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 11 mai 2023

Cette fois c'est la bonne, après l'annulation de notre voyage en juillet dernier, notre départ est prévu comme un clin d’œil vers un feu d’artifice, nous prenons la route le 14 juillet de cette année. L'impatience se fait déjà sentir, mais tranquillement, nous prenons le temps de savourer ces préparatifs et à bientôt pour le début de notre aventure scandinave.

2
2
Publié le 28 juin 2023

Le départ est validé pour le 14 juillet vers 10h.

Plusieurs points d'intérêts ont déjà retenu notre attention, Pou7 s'occupe un peu chaque jour de nous dégoter les sites incontournables, et moi, je commence doucement à détailler tout le matériel indispensable à la bonne réussite de notre périple. Plus que 15 jours avant le départ 😁👍

3
3
Publié le 29 juin 2023

L'après-midi a été consacrée à divers préparatifs. L'achat d'un antivol pour sécuriser les vélos pendant les traversées en bateau ou même pour les nuits que l'on va passer sur la route. Je mets environ 6 minutes pour charger les deux vélos et à peu près 4 minutes pour les descendre. Ca va c'est cool....

J'ai trouvé aussi un répulsif anti insectes ,pas celui utilisé par les scandinaves, mais à priori il est très bien.

Suite à la prochaine émission.....

4
4
Publié le 13 juillet 2023

La journée à été longue, pleine de préparatifs accompagnés de questions sur l'intérêt d'emmener plutôt du rosé que de la bière, on ne sait jamais,si ça vient à manquer...., L'adrénaline bouillonnante lié au départ, a rythmé toute mon après-midi, tout à l'air d'être carré. Chercher à optimiser le stockage tout en conservant le plus de place possible est un exercice passionnant mais quand même....un peu fatiguant. La cheklist est presque complète et les vélos sont solidement fixés. Il ne reste plus qu'à passer une bonne nuit, évidemment si je trouve le sommeil, et ...hop, en route pour une petite balade de 7000 kms. Sweden 🇸🇪 nous voilà... Yeah..🇸🇪

5
5
Publié le 14 juillet 2023

Après 650 kms de route, nous voilà dans le chnord profond. Le saut de l'ange sur le pont de Normandie a été majestueux, cet ouvrage a vraiment du caractère et ses haubans nous inviterai presque à si hisser, pour contempler au loin, l'immensité de la manche et son ciel grisâtre. C'est à Douchy les mines, une véritable bourgade de la banlieue de Cambrai, pas franchement touristique, mais bien dans le cru régional, que nous avons posé Marko. Pour info, Marko, c'est le surnom de notre camion, un p'tit hommage à mon guitariste préféré. Une petite aire privée, réservée pour les camping car de passage fera bien l'affaire pour une première nuit. Les vélos déchargés, direction le kebabier local, l'appel du ventre ne se discute pas et en quelques coups de pédales l'affaire est dans l'sac, le charmant parc voisin a su nous offrir un p'tit coin de verdure, pour déguster tranquillement notre turc repas du soir. Demain,en route vers l'Allemagne, notre deuxième nuit sera normalement à Breme. Vivement demain....👍🇸🇪

6
6
Publié le 15 juillet 2023

Après une bonne nuit de sommeil, nous avons repris la route en direction de l'Allemagne via la Belgique. Une petite pause visite, à vite parcouru les envies perpétuelles de Poucette à se forger une culture architecturale. Nous voilà donc déjà en mode touriste prêt à défier le centre ville de Liège. Les vélos enfourchés, nous sillonnons les artères de la ville au gré des odeurs de sucre et de cannelle. Au détour d'une petite rue, notre instinct de découverte culinaire nous attire dans une boutique spécialisée dans la pâtisserie belge. Nous avons opté pour une gaufre et un gâteau cannellisé à souhait et pas du tout sucré. Comment dire .... c'est un peu comme si, d'un seul coup, il te venait l'idée de te fourer la tête dans un pot de miel. Très bon,, et pas du tout calorique, pourtant le ventre, n'avait pas dis son dernier mot. Les fameuses frites belges ont tout de suite été la base de mes recherches pour notre repas du midi, pas mal, c'est vrai quelles étaient très bonnes. La pendule avançait et la fin du parcmètre nous dictait gentiment que nous devions reprendre notre route. Entre nous, la circulation dans Liège est très fluide, j'ai même pas vu un bouchon 😁. Nous avalons les kilomètres vers Brême, et nous visons un camping à l'entrée de la ville. Manque de bol toutes les places sont occupées. Pas grave, un stationnement sur le parking nous convient suffisamment pour la nuit. A peine arrivé, on redescend les vélos et hop en selle pour le centre ville. Une grosse teuf, genre techno électro, a envahi toute la cité. Des centaines de personnes déambulent de partout, à pied ou à vélo, et la musique retentie sur les rives du cours d'eau local. Et nous, on est là, on regarde, et on se dit, mais qu'est-ce qu'on fout là.... On profite, on est bien. Nous continuons notre visite de la ville, nous découvrons à notre grand étonnement de magnifiques bâtiments domptés par une splendide cathédrale, les bâtisseurs germaniques sont vraiment très forts. La fin de journée est congratulée par un splendide Big Mac au MacDo du coin. Le retour à vélo pour regagner Marko est plutôt cool, sauf que la pluie se profile. On verra bien.

Vivement demain, encore plus, beaucoup meilleur.👍🇸🇪


7
7
Publié le 16 juillet 2023

Après avoir fait le tour de Marko et les vérifications d'usage, nous avons repris notre route. N'oublions pas qu'il faut prendre soin de lui, car il sait nous offrir ses services de maître de voyage jusqu'alors irréprochable. La bonne surprise du jour a été l'arrivée à l'embarcadère, nous avons embarqué avec presque deux heures d'avance sur un gros ferry avec resto, dutyfree et toute la classe d'une grosse compagnie maritime. A peine débarqué nous nous dirigeons vers la région du sealand ,nous empruntons une petite route de campagne bordée de champs de blé, et de jolies maisons colorées. Quelques ponts et plusieurs petites iles plus loin, une halte sur la presqu'île de Mons nous offre de magnifiques paysages, où toutes les maisons ont d'éclatantes couleurs pastels, c'est très original et étonnant.. Les débuts de notre balade nous donnent l'impression qu'une quiétude pleine de douceur planne sur ce pays. Un peu de vélo en fin de journée nous détend un peu, et l'heure de l'apéro nous appelle. La perspective d'une bonne nuit se precise encore.

Vivement demain, encore plus, beaucoup meilleur 👍🇸🇪

8
8
Publié le 17 juillet 2023

Ce matin, la journée a débuté tranquillement, p'tit dej, douche, et le plein de Marko. En route pour la visite d'un musée dédié aux vikings, à Roskilde. On emprunte l'autoroute, où quelques hordes de motards en Harley se baladent comme nous, et sillonnent le pays, nous croisons d'ailleurs beaucoup de touristes. Nous arrivons à destination de cette petite cité portuaire, berceau du royaume Danois en l'an 800. Sympathique endroit, quelques vestiges d'anciens drakkars y sont présentés et des ateliers sont en place pour la reconstruction historique de ces bateaux d'antan. On y apprend plein de choses, sur la vie de ces énergumènes avides de pillages et de barbarie. Une légère envie pressante me contrarie un peu, je me dirige donc vers l'endroit le plus approprié pour un soulagement urgent. Et là, stupeur, je me trouve en face d'un urinoir fixé super haut, limite, il me faut un escabeau, debout sur la pointe des pieds je réussi tout de même à viser sans laisser trop de traces de mon passage, les Danois sont grands, mais quand même......Bref,....On continue par une balade dans le parc de la ville, afin d'accéder à l'église, qui, de par les lexiques de voyage, mérite son détour. Super bâtiment, nous avons eu droit à quelques notes de l'énorme orgue juché sur le haut de l'édifice, un son très pur et puissant à quand même réussi à m'impressionner. La route reprend ses droits, on se dirige vers le nord pour apercevoir un peu la mer, tout en commençant à chercher un lieu pour dormir. Ça y est, c'est trouvé se sera près d'un château, Marko a bien mérité de se reposer et nous aussi. La nuit sera bonne, mes pauvres jambes n'ont plus la vivacité de mes vingt ans, il faut aussi les ménager.

Vivement demain, encore plus, beaucoup meilleur 👍🇸🇪


9
9
Publié le 18 juillet 2023

Après une nuit d'un calme olympien, la première chose ce matin, a été de déterminer le planning de la journée. Nous décidons de bouger Marko, pour l'installer plus tranquillement sur un parking, pendant la découverte du château de Hillrod. La visite nous permet d'accéder à cette superbe fortification du 15 ème siècle, le tout sur plusieurs niveaux. Nous y découvrons tout un tas de vêtements anciens, de magnifiques tapisseries, et du mobilier de l'époque extrêmement bien conservé. Il y a même l'accès à un musée, ou une collection impressionnante de tableaux, tous aussi beaux les uns que les autres, défilent sous nos yeux. Après deux bonnes heures d'errance dans les entrailles de ce monument, le moment est venu de bouger un peu, et surtout de passer aux choses sérieuses. De quelle manière, vais je pouvoir nourrir mon corps de façon frugale et gustative. Un autre château de la région, nous semble être sympa pour nous accueillir, on mangera dans le camion avec le château en point de mire. Mais surprise, en arrivant à Helsingor, nous tombons par hasard, sur une ancienne usine désaffectée, transformée en un gigantesque resto multinational, avec divers petits stands qui proposent des spécialités culinaires de leurs pays. Nous optons pour le maroc, avec un couscous pour Bibi et une tajine pour poucette, un vrai standing inattendu. Après s'être rassasié, direction Copenhague, nous trouvons un camping sans artifices, avec le strict minimum, mais pas cher et à notre convenance. Marko posé sur son emplacement, nous enfourchons les vélos et, à nous la capitale du Danemark. Le centre est à vingt minutes de tour de braquet, une pure rigolade pour des cyclistes chevronnés de notre trempe. Les Danois sont adepte de la p'tite reine et le font savoir à tous les touristes qui souhaitent les imiter. Ça pédale sec, ça dépasse, ça fonce, mais toujours dans le pur respect nordique, les gens ici sont comme leur pays, calme, courtois et paisible. Un coup à pied, un coup à vélo nous déambulons dans les rues, jouissant de toutes ces rues animées, du soleil, si,si il y en a, et de la chance que l'on a de pouvoir flâner à notre guise. Le retour vers Marko, se fait en début de soirée, un dîner rapide, quelques entretiens de routine et une petite marche digestive, clôture notre périple du jour. Au dodo maintenant, et ...

Vivement demain, encore plus, beaucoup meilleur 👍🇸🇪


10
10
Publié le 20 juillet 2023

Après le café brioche du matin et la douche attendue avec impatience, nous enfourchons les vélos et nous voilà partis à la conquête de la majestueuse cité de Copenhague. Poucette, nous a concocté un itinéraire de derrière les fagots, le directeur du tour de France peut déjà demander son sac et se préparer à découvrir la pointeuse. Armés comme de vrais bourlingueurs, j'active mon téléphone sur le traceur balistique qui va enregistrer notre parcours, et Poucette cale une oreillette dans son pavillon auditif, avec comme dame de compagnie madame gps. Nous traversons les premières rues au milieu d'un quartier populaire, où toutes les constructions, immeubles et maisons, sont montées en briques rouges, genre cité minière du nord de la france, mais en version standing de première classe. La circulation en vélo est très dense, et il faut être très attentif aux passages des feux tricolores. Une douleur au genou me tracasse quelque peu, mais cette ville est tellement riche et appétissante que je m'efforce de ne pas y penser. Une multitude de bâtiments somptueux s'enchaînent sur notre passage, on passe d'une tour à une église en passant par un château, une université ou une entité administrative. Tout ici respire le caractère batave tendance nordique, à si méprendre on pourrait presque se sentir à Amsterdam. La pause déjeuner s'effectue sur un bateau amarré au bord d'un quai du quartier de Christianshavn, repas simple sans artifices, serveur au p'tits soins, et ardoise pas trop salée. Reprise de notre Copenhague tour, les jambes commencent à fatiguer, mais on s'accroche, et on continue. La proximité de la mer donne à la ville un esprit festif mais apaisant où les gens aiment se détendre à une terrasse sur le bord des quais, ou se promener dans les vieux quartiers du centre ville. Les contes d'Anderssen ont aussi laissé leurs traces, une petite sirène en bronze trône sur un rocher, aux milieux des flots où mouille un vieux croiseur de l'armée danoise. La fin de journée se profile et l'heure de retrouver Marko se rapproche. La dégustation de chichis à la mode danoise est la bienvenue, nous flânons encore un peu dans les belles avenues commerçantes avant de pousser jusqu'au parc de Tivoli. L'un des plus beaux parcs d'attractions d'Europe, il reste en place en permanence et attire énormément de touristes. Le compteur approche doucement les 40 kilomètres, mon genou couine, je souffle comme une loco de la seconde guerre, mais nous avons vécu une expérience cycliste formidable et nous nous sommes créés de délicieux souvenirs. Chapeau à ma ch'tite caille pour son excellent travail de recherche, et de patience, afin de nous constitué ce génial circuit. La suite de notre séjour s'annonce super bien, demain c'est la Suède.

Vivement demain, encore plus, beaucoup meilleur 👍🇸🇪

11
11
Publié le 20 juillet 2023

Depuis notre camp de base de Copenhague, nous décidons de mettre toutes voiles dehors, avec en point de mire le pays voisin, la Suède. Nous prenons la route direction Malmö, le passage ne se fait pas en ferry, mais par un pont qui relie les deux pays, l'Oresund. La première partie commence par un tunnel sous la mer, tendance tunnel sous la manche, on plonge pendant quelques minutes pour remonter jusque sur un îlot artificiel. On continue ensuite pendant près de 5 kilomètres sur un superbe pont avec des haubans fiers comme des flèches de cathédrale. La traversée est très impressionnante, pourvu que ça tienne, mais l'ouvrage ne bronche pas, et en quelques minutes la messe est dite. Un p'tit passage en douane juste pour la symbolique, les douaniers locaux ne font pas trop de zèle, et nous voilà débarqué en terre suédoise. Une visite rapide de Malmö, histoire de prendre la température, et on file vers la ville de Lund. Petite virée en vélo, on chine dans un magasin, et on fini par se rassasier chez un food asiatique, on déguste notre bol de poulet, nouilles, poivrons, épices, sur un banc du centre ville, c'était bien sympa. Dans l'après-midi, on s'arrête dans un autre village, les maisons colorées se succèdent et les gens ont l'air plus iliens qu'au Danemark, ils restent droits dans leurs bottes, ils ne s'occupent pas de toi, en fait, t'es peinard. On continue la journée par une page culturelle, la divine contemplation d'un site de megalithe, le plus important de la péninsule scandinave, un presque Carnac . La fin de journée approche,il nous faut trouver où dormir, le choix d'un parking en bord de mer fera l'affaire. Il y a d'autres camions comme nous, allemand, néerlandais, ça va, c'est tranquille. Un beau coucher de soleil avant de dormir, et tous les trois avons bien mérité d'aller nous coucher. Ah.... dodo.

Vivement demain, encore plus, beaucoup meilleur 👍🇸🇪

12
12
Publié le 21 juillet 2023

Ce matin, debout 7h30 pour moi, et 6 h pour Poucette. Matinal réveil, dès les lueurs du jour apparues, la maîtresse de camion s'est autorisée à disparaitre seule, sans peur et sans appréhension, pour découvrir et contempler les alentours de notre bivouac de la nuit. Un curieux spectacle à attirer son attention, il paraît que les suédois aiment se lever tôt et pour certains d'entre eux il semblerait même qu'ils adorent se plonger nu comme des vers dans l'eau glacée, et bien c'est vrai. Un peu surprenant comme petit dej, mais les suédois sans complexe, s'adonnent à cette pratique revitalisante avant de se rendre sur leur lieu de travail, une fois rhabillé bien sur. Après cet intermède et le café expédié, nous ne tardons pas à prendre la route vers Kalmar, une ville côtière de la côte est. La ville n'est pas énorme, mais les stationnements sont réglementés pour les touristes à l'extérieur de la ville. Notre visite, nous fait découvrir les vestiges d'une goélette de l'armée suédoise, qui à sombrer au 15e siècle dans les eaux glacées au nord de Kalmar. Plusieurs marins y ont perdu la vie, et plusieurs objets de l'époque ont été repêchés, un coffre rempli de pièces a même été découvert, un vrai trésor. Nous poursuivons notre après midi par le château local, remparts, tours, robes de princesses, lits à baldaquin, tout y est, une chouette visite avant de reprendre notre route. En fin de journée, nous décidons de nous offrir une pause goûter à la scandinave, pâtisserie traditionnelle à la cannelle et gâteau à la crème de coco. Nous regagnons Marko pour la recherche de notre emplacement nocturne, nous jetons notre dévolu sur un parking tout prêt d'un lac, c'est un site magnifique, d'autres voyageurs sont là aussi. Attablé au bord de l'eau, le coucher du soleil nous a suivi tout au long du repas. La splendeur des couleurs a illuminé nos mirettes jusqu'à la tombée de la nuit, les songes commencent à nous envahir, un œil, les deux, ça y est, je rêve, je dors. A demain.

Vivement demain, encore plus, beaucoup meilleur 👍🇸🇪



13
13
Publié le 23 juillet 2023

S'étirer de si bon matin devant ce panorama, quel bonheur de se lever dans un tel lieu, seul bémol l'absence de douche, et ce matin , j'en aurai bien pris une. Qu'importe, nous reprenons notre route vers Jonkoping, ville située près d'un des plus grands lacs de Suède, juste un passage avant Granna, charmante cité très prisée par les touristes. A l'entrée de la ville, nous visitons une confiserie où un pâtissier derrière une vitrine martele et pétrit un mélange de sucre et d'additifs de fruits pour la confection du sucre d'orge. Des maisons en pan de bois et de beaux hôtels, bordent l'avenue principale, avec toujours ces couleurs pastels qui donnent aux villes cet aspect contes de noël. Une multitude de camping-cars défilent en permanence dans le centre, un casse-tête pour la municipalité. Pour la partie logistique ventrale, nous avons trouvé un resto super sympa, avec enfin une cuisine du cru. Un burger frites, assaisonné et parfumé aux arômes du pays, bien incapable de dire ce qu'il y avait dedans, mais c'était succulent. Retour vers Marko, et reprise de la route, nous nous dirigeons vers Stockholm la majestueuse. La journée passe, et pour la première fois, la difficulté à trouver un emplacement pour la nuit nous saoule un tantinet. Mais tout vient à point à qui sait attendre, un p'tit port au bord d'un canal se présente enfin, il reste une place de stationnement juste pour nous. On cale Marko entre un allemand et un norvégien, c'est pas le 4 étoiles de Carnac, mais devant l'heure et la fatigue nous nous en contenterons. Dîner et dodo, repos bien mérité.

Vivement demain, encore plus, beaucoup meilleur 🇸🇪👍

14
14
Publié le 23 juillet 2023

La nuit fut tranquille, un réveil paisible, et en douceur nous reprenons notre route. Ce matin quelque deux cent kilomètres nous attendent, sur l'autoroute, Poucette s'affaire à nous étudier un plan de visite de Stockholm, et le plus important, à nous trouver un endroit pour poser Marko pendant deux jours. J'aperçois au loin, une mini horde de bikers, j'emboite le sillage des trois motards suisses pendant quelques minutes, en pensant à ma Jeanette qui dort dans le garage de notre nid breton. L'arrivée à notre point de chute, se fait facilement, très joli camping au bord de l'eau, à seulement vingt minutes du centre ville par le métro, cool. On grignote, et vite fait, on s'engouffrent by the subway dans les entrailles de la ville. Stockholm la majestueuse porte bien son nom, tout ici respire le royaume, la garde royale baillonette au canon, surveille les badauds, les drapeaux flottent, et le palais se dresse fièrement devant les eaux de la Baltique, qui s'étale dans les quatres coins de la ville. On enchaine par l'opéra, le musée Nobel, une église et la nonchalance des promenades dans le centre historique. La ville est découpée en plusieurs îles qui se relient par de magnifiques ponts, de grands navires y font même leur apparition.Très belle après midi, toujours un peu fatiguante mais tellement enrichissante. Pour l'heure du ventre, nous trouvons un restaurant dans un quartier plus populaire que ceux traversés jusqu'alors. Pourtant, la carte offre un beau panel de plats typiques, nous allons enfin goûter local. Boulettes de porc et joue de bœuf au menu, excellent choix, nous sommes ravis. Retour vers vingt et une heures au camping, Marko est là, sagement il nous attend, un p'tit tour sur les bords du lac, un coucher de soleil sur une mer d'huile, un café et dodo. Ce fut une belle journée, la Suède est vraiment un très joli pays.

Vivement demain, encore plus, beaucoup meilleur 🇸🇪👍




15
15
Publié le 24 juillet 2023

Le jour est déjà bien levé, j'ouvre un œil, content de moi je me lève enfin avant Poucette, pas de bruit extérieur, étrange. Mon regard se pose sur la pendule, stupeur il est cinq heures, les nuits sont effectivement très courtes dans ce coin du globe. Vers dix heures, départ vers Stockholm par le métro et le ferry. Nous entamons notre planning du jour, par la visite d'un musée, consacré au naufrage d'un gallion de la marine suédoise. Cette authentique relique du dix septième siècle, est dorénavant présentée dans un bâtiment créé pour l'occasion. Le bateau est superbe, impressionnant, ça devait être le fleuron de la flotte royale, mais lors de sa première sortie en mer, le vent s'en est mêlé et en deux coups de gîte, il a chaviré et sombré par quarante mètres de fond. Le roi a dû s'arracher les cheveux. Enchanté par cette visite, le passage par cet épisode de l'histoire suédoise, valait vraiment le détour. Un p'tit casse dalle au bord de l'eau, et hop, deuxième musée de la journée, celui-là, plus réjouissant, nous emmène voir le phénomène Abba. On chante, on écoute les mélodies du groupe, on se promène parmi les tenues de scène, les disques d'or. Sur des écrans géants sont diffusées des images d'archives ainsi que les clips des différents concerts qu'ils ont pu faire. Un p'tit retour nostalgique vers les années quatre-vingt, comme dirait l'autre, ça mange pas d'pain. D'après certaines brochures de voyage, Stockholm détient la palme d'or des plus belles stations de métro. Certaines d'entre elles ont été décorées par des artistes contemporains ou de street-art. En fin de journée, nous reprenons donc les chemins souterrains pour essayer d'y trouver les plus intéressantes. On en voit quatre ou cinq, c'est pas mal, assez original, en tout cas, c'est mieux que cette bonne vieille ligne, Vincennes Neuilly, ou les stations du nord parisien. Un p'tit break courses, et retour au camp de base, demain on décolle vers l'ouest avant d'attaquer la Norvège. Il faut aller faire dodo, 🥱, je crois que je vais bien dormir, sauf si le jour se lève encore aussi tôt que ce matin.......

Vivement demain, encore plus, beaucoup meilleur 👍🇸🇪


16
16
Publié le 25 juillet 2023

La nuit a encore été capricieuse, un réveil trop matinal, et le couchage dans les combles de Marko s'est avéré délicat. En clair, le déplacement en roulé-boulé, la tête entre les genoux pour attraper la fermeture éclair du duvet, n'a pas été conçu pour les dodus. Pourtant, c'est en forme que nous démarrons la journée, un toilettage complet pour Marko qui demande à redevenir opérationnel et ça y est, en route vers la Norvège. Nous empruntons les faubourgs de Stockholm pour attraper notre itinéraire, l'occasion de contempler une dernière fois cette somptueuse cité. Après une centaine de kilomètres, nous décidons d'une petite pause près d'un site de gros cailloux, Poucette adore ma culture des cailloux. C'est un lieu de sépulture qui date de l'an 500 avant J,C, les grands guerriers vikings vénéraient les dieux pour recevoir leur protection pour l'éternité. Une table et un banc se présentent pour accueillir mon postérieur, comme un sac vide ne tient pas debout, une légère collation s'est imposée avant de reprendre la route. Plusieurs châteaux se sont succédé sur notre chemin, toujours très propre, bien conservé, la suède a décidément un très beau patrimoine. Nous sommes à cent cinquante kilomètres d'Oslo, à la recherche d'un endroit pour passer la nuit, un parking près d'un lac retient notre attention. C'est plein de charme et malgré la proximité d'une route où quelques voitures circulent, c'est ici que nous allons nous pauser pour ce soir. Une nuit encore étrange va-t-elle se présenter, on verra bien, pour l'heure, on est bien....

Vivement demain, encore plus, beaucoup meilleur 👍🇸🇪

17
17
Publié le 26 juillet 2023

Il y a, comme une lumière étrange, qui traverse le rideau scratché sur le pare-brise de Marko. Il est tôt ou encore tard, je ne sais pas, les couleurs semblent mêler le crépuscule avec l'aurore, difficile de situer les aiguilles de la pendule dans ces pays du nord. La pluie, est ce matin notre compagne pour démarrer notre route vers Oslo. Les forêts suédoises si dense depuis quelques jours, deviennent plus clairsemées, laissant place à de grandes parois rocheuses, le paysage se transforme, au fur et à mesure de notre avancée. Avec une bonne part de réussite, mais tout de même un peu de recherche, un camping à la hauteur de notre attente se présente à nous. En banlieue d'Oslo, il offre toutes les commodités à un tarif acceptable. En début d'après-midi, nous choisissons le bus pour nous rendre en centre ville. Notre première impression est que les bâtiments historiques sont curieusement mélangés avec les néo constructions modernes et futuristes. C'est un mixte entre New York et Copenhague avec une touche de Monaco. Il faut dire quand même, qu'ici, le niveau de vie est assez élevé, le moindre achat devient vite un gros trou pour ma besace. Un paquebot, battant pavillon maltais, mouille dans le port, quelques croisiéristes soucieux de manquer le départ de leur navire, activent le pas sur les quais chargés de touristes. Dans les parcs, les gens du coin flânent sur des bancs de bois, ou sur les pelouses, après le boulot, c'est détente et farniente. Plusieurs avenues que nous empruntons ont l'air désertes, il paraît qu'en juillet, beaucoup de norvégiens sont en vacances, ils voyagent comme nous. Le pays est très orienté vers l'environnement, d'où un nombre impressionnant de voitures électriques qui circulent en silence. Il n'y a que les motos, assez rares toutefois, qui s'autorisent à rouler en échappement libre, ça me rappelle un peu le bruit d'un 900 kawa que je connais bien. L'heure de regagner notre camp se rapproche, un crochet par les quais, riche de beaux restaurants et par le bus de la ligne 42, nous retrouvons notre docile Marko qui patiemment à garder notre petit chez nous. Deux trois saucisses suédoises et quelques tagliatelles italiennes composeront notre repas du soir, demain c'est grasse mat ', en attendant, ... peut-être encore une nuit bizarre...

Vivement demain, encore plus, beaucoup meilleur 👍🇸🇪

18
18
Publié le 27 juillet 2023

Enfin, la grasse matinée a pris le dessus sur la pendule, le fond de l'air est limite fraîcheur du nord, mais le ciel clair est d'un bleu attrayant. Ce matin, repos bien mérité après dix jours de ballades assez intensives, mais le bon temps n'a qu'un temps, après le café c'est corvée de lessive. La placard à tee shirt a beau être de bonne consistance, le stock finit quand même par s'évaporer. Après le rapide repas du midi, nous prenons le chemin de la capitale norvégienne, avec en point de mire, la visite d'un musée, consacré à l'histoire de l'architecture rurale du pays. Tout en traversant les années, la promenade nous embarque vers une reconstitution de villages de diverses régions. De superbes maisons de bois, datant des siècles anciens, ont été démontées de leur lieu d'origine, et rebaties dans un grand parc au sud de la ville. La magie opère, on se sent transporté dans le temps. Une fière bâtisse à aussi son lot de surprises, tout un tas d'objets présentés, sont là pour nous replonger dans les différentes époques de l'histoire. Sur trois étages, mobilier, vêtements, vaisselle où maroquinerie ornent d'immenses vitrines, sérieusement gardé par une vigile gouvernante, qui ne fait que passer dans les couloirs, claquant ses talons de spartiate à la nordique, sur le parquet vitrifié qui ne demande qu'à rester ciré. En fin de journée la marche reprend ses droits, danseuse oblige, nous partons à la découverte de l'opéra. Une architecture incroyable, sortie de nulle part, se dresse comme un titan de verre, de marbre et d'acier. Sans être fin connaisseur, je suis impressionné par autant d'idées futuristes et novatrices des créateurs norvégiens. La ligne 42, nous appelle une dernière fois, pour nous déposer au campement où Marko nous attend. Demain, départ vers l'ouest et ses fjords, impatient de découvrir ces paysages verglacés, je vais tout de même me calfeutrer, dans le plumage de mon duvet moltonné.

Vivement demain, encore plus, beaucoup meilleur 👍🇸🇪

.

19
19
Publié le 28 juillet 2023

Ce matin, depuis le lever du jour, la pluie s'est confortablement installée sur le campement. Le soleil de la veille a laissé place à une triste grisaille londonienne. Le lever de camp s'avère délicat, ce n'est jamais aisé de replier le matériel, sous la fraîcheur des gouttes d'eau qui ruissellent dans ton cou. Au sortir de la périphérie d'Oslo, nous cherchons à emprunter la N40, elle doit nous mener jusqu'à Bergen sur la côte ouest. D'après les guides de bourlingueurs, cette nationale rurale est une des plus jolies, et des plus représentatives de la diversité des paysages norvégiens. L'itinéraire tient toutes ses promesses, les tableaux défilent comme un panorama sur pattes, passant de forêts de sapins à n'en plus finir, à d'immenses étendues rocailleuses et arides. Les lacs se succèdent presque à chaque virage, une rivière , un torrent, une cascade au loin me fait de l'oeil, cette contrée est incroyable. Les maisons de certains villages ou hameaux sont recouvertes d'une toiture végétalisée, elles se noient dans le paysage et font corps avec la nature. Au hasard de la route, une halte dans un de ces villages, nous fait découvrir une authentique église en bois debout datant du douzième siècle, et quelques chaumières de cette époque. Nous reprenons chemin pour quelques kilomètres, mais l'heure nous dicte sagement de stopper notre avancée du jour. Dans ces grands espaces, la recherche du bivouac nature est facile à trouver. Devant un lac de montagne, Marko à repérer sa place, un terrain en bord de route se prête magistralement pour nous accueillir. Juste en face de l'eau, le soleil couchant dans le creux des yeux, l'étape du jour a fait sa pause, une belle part de magie à encore été écrite aujourd'hui.

Vivement demain, encore plus, beaucoup meilleur 👍🇸🇪

20
20
Publié le 29 juillet 2023

Le démarrage est plutôt tranquille, le lac huilé reflète les nuages matinaux, nos deux voisines norvégiennes, remontent doucement depuis les rives du lac, elles y ont passé la nuit, un p'tit coucou aux voyageurs allemands d'à côté, et Marko prend son envol. La nationale d'hier reprend ses droits, deux cents kilomètres nous attendent pour atteindre Bergen. La route nous offre de nouveau, une pléiade de paysages hallucinants, lacs, forêts, ruisseaux, tout est comme un conte de noël, enchanteur. Nous sortons légèrement de notre route, une cascade vertigineuse est à quelques minutes, le détour vaut son pesant de promesses, sacrée chute d'eau. Plus on avance et plus les vallées disparaissent, laissant place à des montagnes les pieds dans l'eau. La mer a comme englouti les vallées, d'innombrables veines d'eau salée ont envahi le territoire, créant ainsi un spectaculaire tableau à ciel ouvert. Les tunnels, plus longs les uns que les autres, sont très nombreux dans cette région, certains se croisent même sous la montagne. Quel étonnement lorsqu'au bout de plusieurs kilomètres souterrains, un rond point éclairé surgit et gère le flux routier, comme un gendarme de Singapour planté au milieu d'un carrefour. Décidément ces norvégiens me surprennent de jour en jour. L' arrivée à Bergen se fait en fin d'après-midi, la ville est pleine de touristes, le marché respire les ports du nord, avec ses odeurs de hareng fumé, son very expensive caviar, et ses saucissons de rennes ou de baleine. De vieilles bâtisses dominent le quai principal, à l'arrière dans les ruelles, trônent encore d'anciennes baraques de pêcheurs, et toujours au loin le paquebot, qui attend de repartir vers d'autres horizons. Une nuit sur un parking à la sortie de la ville, un dîner sur le pouce, un paisible dodo et en route vers les doux rêves de la nuit, pourvu qu'ils soient pleins d'étoiles, comme toutes les lumières de cette journée.

Vivement demain, encore plus, beaucoup meilleur 👍🇸🇪

21
21
Publié le 30 juillet 2023

Pour débuter cette journée sous le signe embrumé, la pluie est entrée dans la danse dès les lueurs du jour, même le brossage de dents s'est fait capuche plaqué sur le broching. Le café absorbé, nous partons vers Stavanger, la route est splendide, le défilé permanent de cartes postales n'en finit pas, les paysages magnifiques se succèdent, un vrai plaisir pour les yeux. Plusieurs cascades bordent la route, certaines proches du bitume se jettent dans les ruisseaux, d'autres plus en amont sont très impressionnantes. Une première halte nous ravit déjà, une chute d'eau majestueuse sous laquelle on peut passer, attire notre attention. Tête baissée et k-way obligé, le rideau liquide se jette sans discontinuer, pour un peu, je me voyais déjà en longue carabine dans le dernier des mohicans. En fin de matinée, quelques rayons de soleil font une apparition, suffisamment pour devoir chausser mes Rayban en caoutchouc, histoire de préserver l'iris vert foncé de mes orbites émerveillés. Lorsque l'on scrute la montagne, au premier regard tout semble désert, mais en optant pour un check plus chirurgical, on y découvre que l'endroit est rempli de maisons au toit végétalisée, les bâtisses s'harmonisent avec la nature, de vrais villages apparaissent. Des cascades en cascade, autant de cadeaux de la nature d'un seul tenant, dépasse l'entendement. Le clou du spectacle restera cette gigantesque douche d'au moins cent mètres de haut, une dégringolade d'hectolitres se jettent dans un cours d'eau, l'ensemble dans un vacarme assourdissant, s'emballe et court poursuivre son chemin vers les eaux de l'atlantique. Ce sublime parcours restera sans doute, un des plus jolis souvenirs de ce voyage. Un beau terrain de camping nous accueille pour ce soir, un point route pour ajuster la suite de notre aventure et l'heure d'aller se coucher à sonné. Les yeux encore humidifiés par la journée, mes souvenirs d'enfants sont revenus en cascade, je vais m'efforcer de trouver le sommeil et plonger dans les eaux glacées de cet épisode nordique.

Vivement demain, encore plus, beaucoup meilleur 👍🇸🇪

22
22
Publié le 31 juillet 2023

Un peu plus tôt que prévu, nous devons bifurquer vers l'est, en épurant légèrement notre parcours initial. Nos projections de départ ayant été un tantinet surestimées, nous devons commencer à reprendre le chemin de la maison, les obligations professionnelles de mademoiselle Poucette ne sont malheureusement pas élastiques. Pas grave, nous empruntons de nouveau la route des cascades, toujours aussi sublime, avant d'entrer dans la région du Télémark. Quelques arrêts pour contempler les derniers cours d'eau sur notre route, ou pour admirer encore une fois ces magnifiques églises en bois, nous confirment que cette escapade scandinave aura été un choix riche de réussite. Un arrêt sur une aire de repos pour camping car, sera notre camp pour ce soir, la fatigue aujourd'hui se fait sentir, le sommeil étant récupérateur, demain sera plein d'entrain.

Vivement demain, encore plus, beaucoup meilleur 👍🇸🇪




23
23
Publié le 1er août 2023

Il y a des ruisseaux que l'on admire, et d'autres qui peuvent être quelque peu gênants, celui de cette nuit à été un chouïa bruyant, Il a considérablement empêché nos cellules de s'endormir. Pour un peu, on se plaindrait presque de ce que la nature peut nous offrir, mais après tout, ce n'est pas un robinet, fusse t'il de bon débit, qui va réussir à nous gâcher la journée. Après un départ sous le soleil, un p'tit arrêt chez le garagiste local, Marko a bien mérité que l'on s'occupe de lui. Un peu d'air dans les poumons de ses bandages gommés, lui on fait le plus grand bien, quelques minutes d'attente et nous repartons l'esprit tranquille en direction de Goteborg. En chemin, un village au nom imprononçable, propose de visiter une de ses maisons dédiée au Père Noël. Le stationnement de Marko en centre ville est toujours un peu compliqué, il nous faut toujours trouver la bonne place et si possible, pas trop loin de notre cible. Par contre, le système de parcmètre est très simple, on télécharge une application et à distance on gère le temps d'arrêt à volonté, on paye à la minute, c'est ludique, juste et honnête. Le patron des six rennes en traîneau salué avec courtoisie, nous reprenons notre chemin jusqu'à Fredrickstad, ville dotée d'une enceinte fortifiée. Les vélos enfourchés, la visite est très intéressante, on y voit des maisons d'époque, église, hôtel de ville, commerces datant du début du siècle dernier, un délicieux retour en arrière. Délicieux, comme le kebab qui a suivi, mon ventre criait famine, il a fallu prendre d'assaut Google Map, pour le sommer de trouver le kebabier le plus proche, dans une petite bourgade ce fut chose faite. Enfin rassasié, le reste de la route nous offre encore une belle pléiade de paysages, les lacs de montagne ont laissé place à d'interminables forêts de sapins et les cascades sont devenues de simples coulées chétives. Sans trop de détours, une belle aire d'accueil se présente sur notre passage, il n'est pas trop tard, tant mieux, nous y passerons la nuit. Le ruisseau a disparu, où peut-être s'est-il tu, dans tous les cas, mon sommeil de ce soir, est très attendu.

Vivement demain, encore plus, beaucoup meilleur 👍🇸🇪




24
24
Publié le 2 août 2023


Après une excellente nuit et un réveil en douceur, que de plaisir, de pouvoir déguster notre tasse d'arabica devant un somptueux panorama. Pourtant, avec l'arrivée de deux policiers, venus pour vérifier les autorisations de stationnement, nous décidons de prendre la poudre d'escampette un peu plus rapidement que prévu, nous ferons la toilette un peu plus loin. Nous prenons la direction plein sud, sur notre route, une presqu'île est réputée pour ces villages de pêcheurs et ces paysages de photographe. C'est une très jolie promenade, les villages s'enchaînent, de vieilles baraques sont plantées à même la plage, et les frêles rafiots n'attendent que leur capitaine pour aller chercher la godaille du jour. Une crique avec des bateaux de plaisance se dore au soleil, plus à l'ouest une enfilade d'îles illumine la grande baie, un air de Grèce plane sur la suède, comme si Thor et Odin avaient déplacé Mykonos en mer du nord. L'heure d'embarquer sur notre navire approche, il nous faut activer un peu, l'embarcadère est à une heure de route et la faim commence à se faire sentir, un rapide repas sur un parking et en avant pour un retour vers le Danemark. Le ferry de la compagnie Stena Line n'est pas superbe, mais sa taille est impressionnante, une quantité conséquente de camions et de voitures patientent avant d'embarquer. Un largage ponctuel des amarres, un passage sous le pont de Goteborg, et petit à petit, les côtes suédoises s'éloignent. Nous voilà en pleine mer, au large, des cargos et pétroliers s'emboîtent le sillage et font route ensemble vers le sud de l'Europe. A bord du ferry, nous profitons des réjouissances du navire, bars, shop, salle de jeux et même musique avec piste de danse. A l'extérieur, la mer est belle et calme, une petite bière sur le pont supérieur, quelques photos et nous voilà de retour au pays des danois. Un débarquement bien géré par les autorités, ça y est, nous sommes sur le plancher des vaches, mais malgré l'heure tardive, la recherche du spot idéal pour la nuit reste d'actualité. Après quelques kilomètres seulement, une belle plage de sable fin nous tend les bras, alléluia, merci seigneur, un super coin magique en dix minutes, nous allons enfin pouvoir nous poser, et tranquillement reprendre quelques forces pour continuer de rêver.

Vivement demain, encore plus, beaucoup meilleur 👍🇸🇪






25
25
Publié le 3 août 2023

Un p'tit tour sur la plage à la fraîche, fait figure de bon démarrage pour toute la journée, surtout si vers six heures, tu croises un vieux jockey qui débarque avec son cheval et son sulki. Aventure vécue par Poucette, qui n'avait plus d'yeux pour dormir à cette heure-là. Au sortir de notre camp de la nuit, les pneumatiques de Marko, ont quelque peu subi la pression, pour nous extraire du chemin gravillonné, et nous ramener sur la route principale. Nous sommes dans la région du jutland au nord du pays, la campagne est nettement différente des deux pays précédemment traversés. Des champs agricoles à perte de vue, des petits bosquets forestiers, des maisons au toit bas et peu pentu, il flotte comme un air de plat pays bis. A plusieurs reprises sur les bas-côtés, nous apercevons des groupes de cervidés, ils sautent agilement comme des cabris et s'échappent rapidement avec leur charmante tête de Bambi. Devant plusieurs maisons, des mâts sont implantées au sol, les danois très fiers de leur patrie, n'hésitent pas chaque matin, à hisser un pavillon aux couleurs nationales. Une halte dans un château du dix neuvième, la visite d'une nécropole viking datant de l'an neuf cent et l'immersion dans un musée consacré au king Elvis, occupe une bonne partie de notre journée. Mais tout doucement, Il faut quand même penser à viser le pays du fromage et de la baguette parisienne, même en empruntant un itinéraire détourné, nous nous rapprochons inévitablement vers un retour au bercail. Un camping en bord de mer sera notre étape de ce soir, peut-être notre dernière nuit en scandinavie, nous verrons demain si le plaisir de traîner encore un peu, l'emporte sur l'envie de regagner maintenant notre nid breton.

Vivement demain, encore plus, beaucoup meilleur 👍🇸🇪


26
26
Publié le 4 août 2023

Ça y est, ce matin sonne la charge de notre dernière journée de voyage, l'atmosphère est un peu triste, presque tristounet, même le camping dégage un air plat, sans reliefs ni lumières. Pourtant , notre première halte nous a réconciliés avec les vacances, Odense, une belle ville, troisième ville du pays, nous offre tous un tas de beaux bâtiments, une magnifique cathédrale et plusieurs sympathiques rues du centre ville. Pour le repas, Poucette nous déniche un entrepôt comme on aime, avec un panel de cuisines du monde, comme à Helsingor lors de notre passage en Suède. De retour au camion, nous visons pour la fin de journée, la visite de Ribe, ville située sur la côte ouest. La route est toujours aussi diversifiée, sauf les drapeaux qui flottent toujours à l'entrée des maisons, décidément les danois sont vraiment très patriotes. J'espère quand même que l'adjudant chef du foyer, n'est pas planté, baillonette au canon avec son assourdissant clairon, pendant que bobonne, la redingote retroussée, mitonne une cuisse d'élan aux champignons et au garde à vous, récure les soupières cuivrées. Bref, l'arrivée à Ribe se fait en fin d'après-midi, Marko posé sur un parking et les vélos de sortie, nous partons pour une promenade de santé vers le centre ville. C'est une petite cité médiévale au charme fou, le maire a décidé de ne rien changer, et oblige les habitants propriétaires, à entretenir leur bien dans le jus de l'époque. Des maisons du seizième siècle sont conservées dans un état extraordinaire, on imagine bien l'univers de cette vie d'antan, et on ressentirait presque, le bruit des charettes grinçant sur les pavés de ces étroites ruelles. L'heure de trouver notre spot du soir est en marche, notre choix se porte sur un espace en bord de mer, quelques campings car sont déjà là, même un breton du Guilvinec siège à nos côtés. Avant la nuit, Poucette part à la recherche de phoques, qui d'après les guides touristiques, sont nombreux dans la région. Reviendra t'elle à l'heure, avant que je ne cadenasse Marko pour la nuit... Suspense....

Vivement demain, encore plus, beaucoup meilleur 🇸🇪😁


27
27
Publié le 5 août 2023

Après une dernière matinée de visite à chercher un ultime souvenir, nous entamons cet après-midi, notre retour vers le pays des crêpes et des goélands. L'itinéraire le plus direct emprunte l'autoroute, le temps est maussade et les bouchons sont nombreux, ce qui n'empêche pas les grosses berlines de la mannshaft à passer à vive allure même sous des trombes d'eau. Toute une après-midi sous la pluie mérite quand-même un peu de répit, un camping près de Munster, sera notre port d'attache pour la nuit. Accueillis aux petits soins, par un gaillard local au timbre guttural, nous avons pu constater que nous ne connaissions rien du tout à la langue de Goethe, mais qu'au contraire, nous avions progressé avec celle de Shakespeare. En l'absence du responsable du camping, Il nous guide pour l'emplacement de Marko, et nous sert d'interprète dans le restaurant voisin. Les voyage réservent parfois de curieuses surprises, ce matin nous faisions du vélo au Danemark et ce soir nous sommes attablés en Allemagne devant une pizza napolitaine cuisinée par un mexicain. Une nuit de sommeil, et demain verra la suite de notre programme, surement une dernière halte en Normandie, la route le dira.

Vivement demain, encore plus, beaucoup meilleur 👍🇸🇪





28
28
Publié le 6 août 2023

Peu d'anecdotes à conter en ce jour de retour, juste quelques miettes de route en musique, histoire de contraster le vide de la journée avec les incroyables souvenirs accumulés. Des souvenirs d'un voyage accompli en long, en large et en travers, des gens incroyables, des paysages magnifiques et un mode de vie sur lequel nous devrions tous nous inspirer. Scandinavie majestueuse, tu nous a conquis, tes couleurs, tes parfums et tes lumières ont ensoleillé notre voyage, reste belle avec tes valeurs, ton ciel bleu et ta lune qui ne se couche pas, un jour, peut-être, nous reviendrons chez toi.

Vivement demain, encore plus, beaucoup meilleur 👍🇸🇪