Là où la vie me mène

C'est la fin de ce merveilleux périple de 9 mois en Asie du sud-est.
Du 3 juillet 2017 au 28 mars 2018
269 jours
7
mai

C'est officiel, je décolle le 3 juillet pour un voyage vers l'inconnu. Je ne sais pas ce qui m'attend, outre les personnes et les paysages extraordinaires que je vais y découvrir.

Plusieurs me demandent c'est quoi mon plan? Où je vais? Combien de temps je vais rester à un tel endroit? Honnêtement, j'en ai pas la moindre idée. Je pars "avec pas de plans" ! Je le sais, je vous entends, ça ne se dit pas, mais c'est comme ça que je le vois.

Ce que je sais :

- Je décolle le 3 juillet , direction Bali.

- Je reste 3 jours à Bali pour me remettre du décalage horaire.

- Je n'ai plus d'appartement, de voiture, mais j'ai un emploi qui m'attend à mon retour... si je reviens 😀.

Je n'ai aucune idée où j'irai après mes 3 premières journées, de là le titre de mon blog : Là où la vie me mène!

Malgré le fait que je n'aie pas de plans, je dois tout de même faire des préparatifs comme les vaccins, les assurances, les visas, vendre ou entreposer mes choses... ça fait beaucoup de choses à prévoir et à planifier. Imaginez si en plus je devais planifier mon voyage 😉.

Alors sur ce premier texte, je vous laisse avec une photo de mon voyage de 2014 en Indonésie, le quai de l'île de Kanawa à Komodo. Un endroit paradisiaque dans un pays extraordinaire que j'ai vraiment hâte de continuer à découvrir!


30
juin

Et voilà, ça arrive très très vite. Les deux dernières semaines, j'avais pris des vacances, une chance, j'étais dans le jus hihi!!

J'ai déménagé, rangé tout dans le sous-sol chez ma mère en essayant que ça ne paraisse pas trop😀. J'ai fait le tour des amis, famille et magasins; aller-retour au chalet. Aujourd'hui, j'ai fait une première ébauche de mes bagages. Voici à quoi ça ressemble d'essayer de mettre toute une vie dans un sac à dos. Je sais que je vais en avoir trop, mais je suis encore au stade où j'ai peur de manquer de quelque chose. J'ai espoir de diminuer de moitié ce bagage dans quelques mois !

À bientôt, de l'autre bout du monde! 🛫💺🛬

1 année de bagages
7
juil

Me voilà de l'autre côté de la planète! Je suis arrivée à Kuta il y a 2 jours. Les vols se sont bien déroulés. On peut compter 34 heures entre mon arrivée à l'aéroport de Québec et la seconde où j'ai mis les pieds dans ma chambre à l'auberge de jeunesse. Pendant ces 34 heures, j'ai pris 3 avions, fait 2 escales de plus ou moins 4 à 6 heures, mangé environ 12 repas, et dormi à peu près 6-7 heures (non continues😀). Il ne faut surtout pas oublier la petite panique créée à Toronto par les filles de la compagnie aérienne qui ne voulaient pas que je prenne le vol, car je n'avais pas de billet de sortie de l'Indonésie. J'ai donc utilisé un stratagème trouvé sur les forums lors de ma préparation : la location de billet d'avion... oui oui, vous avez bien lu, j'ai loué, pendant 48 heures, un vrai billet d'avion (de Jakarta à Bangkok) pour le 31 juillet. J'ai reçu la confirmation ce matin que ce billet ne m'appartenait plus, il est donc utile à quelqu'un d'autre maintenant. Donc, j'en reviens à Toronto, mise en contexte, il est minuit trente et le vol part dans 1h15. J'ai donc loué le billet en ligne pour la modique somme de 20$ et après leur avoir envoyé par courriel pour qu'ils me l'impriment, j'ai pu embarquer dans l'avion. J'avoue avoir eu un peu chaud, par contre je n'étais pas trop stressée, après tout, j'ai 1 an pour me rendre haha!!

Une fois arrivée à Bali, je prends mon visa et personne ne s'est informé si j'avais un billet de sortie. Donc mon billet loué m'a simplement servi à prendre l'avion à Toronto.

Je suis à Kuta, dans une ville très très touristique, pour les surfeurs. À l'auberge de jeunesse, il y a tout plein de gens bien sympathiques. Donc après avoir fait un dodo d'environ 15 heures la première nuit, j'ai pu me promener un peu. J'ai profité de la plage, de la piscine et du soleil. C'est très relaxe. Demain je quitte Kuta pour Sanur, un petite ville toute aussi touristique, mais plus plongée que surf. De là-bas, je vais faire mes plans pour les jours à venir. Je vais probablement aller dans le nord de Sumatra.

Je vous laisse sur quelques photos de la vie à Kuta.

La vie à Bali! Couchers de soleil, piscine et offrandes
16
juil

Me voilà sur l'île de Samosir, au merveilleux Danau Toba (lac Toba) dans le nord de l'île de Sumatra.

Je sais, je sais, ça fait longtemps que j'ai pas donné de nouvelles, mais vous allez comprendre. Alors après mes premiers jours à Kuta, je suis allée à Sanur, une ville beaucoup plus tranquille et plus dans mon style que Kuta. Le seul problème c'est que j'ai commencé à être malade, alors oui, 4 jours et la tourista m'a eue. Aussi, la température était très ordinaire, donc je n'ai pas accompli grand chose ! J'en ai donc profité pour voir où j'allais aller ensuite. J'ai décidé de venir dans le nord de l'île de Sumatra. Vol réservé pour Medan, guesthouse réservée, et le lendemain je me rends au lac Toba, facile!

Alors, levée du corps à 4h15, taxi à 4h30 et arrivée à l'aéroport de Bali à 5h00. Parfait pour le vol jusqu'à Jakarta à 7h00. Ensuite, Jakarta vers Medan. Atterrissage avec un peu de retard vers 15h00. Reste juste à me rendre à ma guesthouse. Alors hop dans un autobus local, je suis la seule étrangère, alors je me fais assez observer😀 et je demande au chauffeur de m'indiquer quand descendre. Vive la technologie, avec le téléphone j'ai le chemin exact. Super gentil, le chauffeur m'indique de descendre, ça fait 1h30 qu'on roule... je commençais à me demander si je n'étais pas en train de traverser l'île au complet. Et bien non, Medan c'est vraiment grand et il y a vraiment beaucoup de trafic. Finalement, ne reste qu'à embarquer dans un "becak" et hop à l'hôtel!

Mon très heureux chauffeur de becak ! 

Ce soir là, on a eu droit au plus gros orage que j'ai vu de ma vie. Les éclairs et le tonnerre juste à côté, c'était très impressionnant!!

Le lendemain je dois faire 180 km, donc ça prendra 4 à 6 heures. La fille de la guesthouse me parle de prendre une becak, un autobus de ville local et ensuite un autobus local pour aller au lac Toba, tout ça pour en environ 100 000 Rp, soit environ 10$. Je décide de ne pas prendre cette option car autant d'heures dans un autobus local, avec beaucoup trop de gens, qui fument et sans air conditionné, dans mon état pas tout à fait remis, je ne m'y vois pas. Donc je trouve une compagnie de taxi qui m'embarque pour 100 000 Rp. Une fois que j'ai dit oui, 2 gars entrent dans le local où j'attends que le taxi se remplisse, et parlent indonésien. Je vois bien qu'ils ne sont pas d'ici. Par la suite, il y en a un qui vient jaser. Lui est un réfugié syrien et l'autre, d'Irak. Les deux sont super fins. Comme ça fait plusieurs années qu'ils sont ici, ils parlent l'indonésien. Super intéressant d'en apprendre sur la vie des réfugiés. Il me dit aussi que le chauffeur leur charge seulement 80 000 Rp, que voulez-vous, moi j'ai le droit à la taxe de l'étranger😉. Mais il se retourne vers le chauffeur et lui dit que je vais payer la même chose qu'eux! Alors quand vient le temps de payer, plus tard, je tends 100 000 Rp au chauffeur et surprise il me redonne 20 000 Rp, je n'y croyais pas trop hihi!

Le voyage pour monter jusqu'au lac Toba est très long, mais les dernières heures sont magnifiques! Une fois sur place, on doit attendre le ferry pour aller sur l'île de Samosir. La traversée est superbe. On est, en fait, dans le cratère d'un très vieux volcan à presque 1 000 mètres d'altitude!

Le ferry pour Samosir Island et les superbes vues de ma guesthouse 

J'y ai rencontré des gens tellement gentils et généreux de leur culture. C'est une communauté Batak, et leurs croyances, leur spiritualité, leurs coutumes et leur architecture sont magnifiques. Je reste dans une guesthouse avec une petite famille qui est tellement attachante. C'est leur garçon, qui a environ 30 ans, qui fait la cuisine. Ensuite, ils s'assoient avec moi et on discute. J'en ai appris beaucoup sur leur façon de voir la vie, l'évolution du monde. Le village de Tuk-tuk est vraiment mignon, et c'est tellement tranquille!!!

Maisons Batak
Les enfants à la plage.
Maison Batak
Les superbes maisons Batak. Et aussi, les enfants aiment se baigner autant que nous!

Après 1 journée, je n'ai toujours pas rencontré d'autres voyageurs, alors je me rends dans une auberge de jeunesse pas loin et je trouve tout plein de gens!! Yeah! Une fois là-bas, j'ai discuté avec 2 français, 2 hollandaises, 4-5 australiens, plusieurs indonésiens et je décide de déménager là le demain, puisque j'avais simplement réservé 2 nuits au premier endroit! Donc je déménage, et ensuite on part à 4 en scooter! On a fait une superbe randonnée. C'était la première fois que j'en conduisais un et voilà, je suis accro! C'est trop plaisant d'avoir la liberté!

Point de vue près des hotsprings
Monuments funéraires Batak
 Partis pour la journée en scooter yahouuu!
• • •

Maintenant, ça fait 3 jours complets que je suis ici, et selon moi, je vais y rester un bout hihi! C'est un petit paradis! À l'auberge de jeunesse où je suis, il y a plein de gens qui viennent ici en vacances, pour plusieurs semaines, même des mois!

La vie est facile, on mange vraiment bien pour moins de 3$, la chambre coûte 7$ la nuit, et le lac est super pour se baigner, les gens sont extra et la température est parfaite! Alors pourquoi partir? Je sais, je vais avoir l'appel de la plongée bientôt, alors ce sera le moment!

Petite mise à jour sur mes problèmes intestinaux, ben quoi! Hier j'ai eu une petite rechute, donc journée tranquille à lire, baignade et jouer au ping-pong. J'ai aussi eu droit à la médecine locale : infusion de gingembre, curcuma et tumeric. Ça avait une drôle de couleur, mais c'était très bon!

Alors voilà! À bientôt!

25
juil

Je suis présentement à l'aéroport de Medan à attendre mon vol pour aller plonger! Yahouuuu!

Finalement, les Bataks sont vraiment attachants! Je pensais y rester 3 jours, je suis partie au bout de 11. Bon, il y a aussi le fait que mes intestins ne voulaient rien savoir de s'acclimater, alors j'ai profité du beau temps, du lac et du site extra pour me remettre. Alors oui, j'ai dû me résigner à ne manger que du riz blanc pendant 2 jours, c'était très plate, mais ça a fonctionné! Maintenant je suis sur mes 2 pattes, tout mon système fonctionne bien et je peux enfin manger la merveilleuse bouffe indonésienne! Alors depuis que je vous ai donné des nouvelles, j'ai repris un scooter et je suis partie de l'autre côté de l'île que je n'avais pas vu. J'ai aussi visité le musée Batak, très intéressant, et j'ai pu m'y déguiser en vraie danseuse Batak 😂. J'ai autant de talent pour la danse que le chant 😂.

Pas facile la vue du bout du quai
Coucher de soleil sur le lac
Une vraie danseuse Batak :)
La vue du lac et du village de Tuk tuk
La dure vie au Danau Toba! Vive le Liberta homestay 

Alors, une fois que je me suis décidée à quitter les gens et la place, j'ai pris un "taxi partagé" pour me rendre à Bukit Lawang, la jungle! On devait prendre entre 7-8 heures pour s'y rendre, devinez combien ça en a pris? 11! Et oui, les routes en Asie, pas facile! Mais bon, accompagné de la douce musique de Céline Dion et de Mariah Carey, il n'y en a pas de problèmes ;)

J'ai décidé, rendu sur place, de prendre un trek dans la jungle d'une journée. Ce fut extraordinaire, épuisant et magique. On a vu des gibbons, des tomas leaf monkey, des orangs-outans +++ et pigs-tail macaques, une sorte de babouin! Pendant qu'on s'est arrêté pour dîner, il y a un orang-outan femelle qui est venue nous voir de très près. C'était vraiment trippant de pouvoir l'observer de si près. On a vu aussi deux gros mâles, et plein de mamans avec leurs bébés. Saviez-vous qu'on transpire de partout! Oui, même des épaules, ce fut une première pour moi haha!

La femelle qui a dîné avec nous! 
Un babouin, maman et bébé orang-outan, un gros mâle, un délicieux dîner dans la jungle et une maman gibbon avec son bébé.

Une fois la "promenade" terminée, ouf, on descend à la rivière pour se baigner! C'était une des baignades les plus satisfaisantes de ma vie. L'eau est limpide et d'une température parfaite. J'y serais restée des heures. Ensuite, on embarque dans un "raft" pour redescendre. Vraiment plaisant, ça finit la journée en beauté.

La rivière extraordinaire et notre "raft" :) 
• • •

De retour à ma chambre, je me paie un snack, biscuits, bière et une grosse bouteille d'eau froide. Ça va être bon!

Le snack du guerrier!! 
• • •

Oups, j'avais oublié qu'on était dans la jungle. J'ai dû partager! Ils sont arrivés de nul part, j'ai rien vu aller haha!

Maman et bébé se sauvent avec mes biscuits!!! 

J'ai dû quitter Bukit Lawang car j'avais déjà réservé mon vol pour Banda Aceh. On apprend de nos erreurs, c'est certain que ne pas avoir eu un vol, je serais restée 3-4 jours!

Je vous redonne des nouvelles après la plongée!

6
août

Je sais, je sais, ça fait longtemps, mais que voulez vous! C'est pas facile la vie de backpacker, je suis dans le jus!

La merveilleuse plage de Gapang 

Bon alors, la dernière fois j'étais à Medan toute excitée d'aller plonger! Yahou! C'est facile à dire, mais se rendre fut une autre paire de manches! Le vol s'est très bien déroulé. Ensuite, je devais dormir 1 nuit à Banda Aceh avant d'aller sur l'île car les traversiers sont le matin. J'ai donc réservé un lit dans l'auberge la plus cheap que j'ai trouvé, car tout est cher là-bas. Selon les commentaires, ça à l'air très miteux, mais bon c'est pour à peine 12 heures. J'arrive à ce merveilleux endroit et il n'y a juste personne pour m'accueillir. Au bout de 30 minutes, une ado qui ne parle pas anglais vient me voir avec un grand sourire et me donne une carte d'affaires avec un numéro de téléphone. Je tente 3 fois d'appeler et 4 textos plus tard, j'abandonne, le gars ne me répond juste pas! Alors, ça fait 2 heures que je suis là, il fait maintenant noir et je ne veux pas dormir dans la rue. Donc, je sors mon téléphone et hop sur Booking.com pour trouver un nouvel endroit pour dormir. Je m'y suis finalement rendue. J'avais une belle chambre à 25$ (oui c'est cher, mais que voulez vous 😀). Déjeuner inclus et même une serviette, des draps, du savon et une tv!! C'est ça quand on se paie du luxe. Bon, lendemain matin direction traversier pour le seul de la journée, à 10h. En arrivant sur place il vente vraiment beaucoup, plusieurs locaux viennent me voir pour me dire que le traversier ne partira pas aujourd'hui, je devrais payer pour l'autre bateau qui coûte beaucoup plus cher, soit 8$ au lieu de 2,50$. Mais je ne les écoute pas, je me dis qu'ils veulent juste réussir à me faire dépenser. Donc, je fais la file avec tous les locaux et au bout d'un bon moment, il y a quelqu'un qui parle au haut-parleur et évidemment je ne comprends rien, mais tout d'un coup, tout le monde vire de bord et s'en va. Je devine donc qu'ils viennent d'annoncer que le traversier ne partira pas... bon!! Donc je vais vers la billetterie pour le bateau rapide, qui vient juste de partir... ok! Un gentil monsieur de Banda Aceh vient me voir et m'explique qu'on ne sait pas si le bateau va partir car les conditions sont trop mauvaises. Bon! Je décide de prendre mon mal en patience et espérer haha! Après 2 heures, un autre gentil local me fait signe que le bateau part. Vite vite, je veux pas manquer le bateau haha! Yeah!!! J'arrive enfin sur la merveilleuse île de Pulau Weh. Je saute derrière un motocycliste qui m'amène jusqu'à la plage de Gapang. Que de bonheur, c'est tranquille, pas de trafic, pas de drôles d'odeurs, juste la plage, les vagues et le soleil!!! Reste plus qu'à trouver un centre de plongée! Je vais chez Monster Divers et je réserve pour plonger avec eux le lendemain. Ils sont vraiment sympa, le centre est tout petit, mais très bien! Donc le lendemain, vendredi, la jeune fille m'avait dit d'être là pour 9h, pour remplir les papiers avant de partir à 9h30. Donc fidèle à moi-même, à 8h45 j'y suis, toute prête, enfin je vais plonger!! C'est particulièrement tranquille ce matin là, tout est fermé. J'attends donc 1 heure (oui oui j'attends encore, que voulez-vous, ça fait parti de l'expérience!) Et à 9h45, je vois bien que le centre est fermé, et soudain j'ai un vague souvenir d'avoir lu dans mon guide que le vendredi, ils ne peuvent faire aucune activité dans l'océan, jusqu'à 14h, loi locale pour les prières je crois! D'accord, je vais donc aller profiter de la plage et du hamac sur mon balcon! J'imagine que la fille la veille avait oublié que le lendemain c'était vendredi. Pas grave, j'ai le temps ;)!

Gapang beach 

Alors en début d'après-midi le centre de plongée commence à s'animer et j'y rencontre tout plein de passionnés! Les proprios, les employés, les clients, tous du monde qui ne vivent que pour plonger. Je m'y reconnaît légèrement haha! Et à ce moment, débute une semaine incroyable de plongées. J'ai aussi eu la chance de montrer mes talents comme instructeur un tout petit peu lors de plongées difficiles avec des débutants et ensuite j'ai jasé avec un des proprios qui me disait que probablement en octobre ils auraient besoin d'un instructeur, et qu'ils me contacteraient! J'aimerais beaucoup trop avoir la chance de travailler quelques mois avec eux!

On va plonger!!! 
• • •

Alors la vie sur la plage de Gapang se résume à : manger de la guacamole, boire des jus de melon d'eau, catiner le bébé chat, surveiller le singe pour ne pas qu'il nous vole notre masque ou notre cell, relaxer dans un hamac et jaser plongées et voyages avec d'autres crinqués.

Une voleuse à l'affût
Dure dure la vie à Gapang 

J'ai dû quitter après 1 semaine car mon visa se terminait, donc me voici maintenant à Kuala Lumpur.

• • •

Lorsque j'ai quitté l'île, j'avais plusieurs heures avant mon vol, donc mon chauffeur de tuk-tuk Harry a décidé de me faire visiter la ville de Banda Aceh. Cette ville a été la plus durement touchée lors du tsunami le 26 décembre 2004. Environ 170 000 personnes sont décédées. Lorsque les gens de la place en parlent, on peut sentir à quel point ils en sont encore affectés. Ça avait détruit 60% de la ville. Donc, mon guide m'a amené voir des endroits où des bateaux ont été entraînés par la vague géante. Un de ces bateaux est petit, mais il est tellement penché, que lorsque l'on se promène à l'intérieur, notre cerveau est vraiment mêlé, la gravité et les yeux se battent pour savoir qui aura le dessus. Aussi, il y a un autre très gros bateau qui est à environ 5 km dans les terres. Ils ont fait un monument commémoratif près de ce bateau. Maintenant, 13 ans plus tard, ils ont reconstruit autour des épaves, mais on sent que ce drame est encore très présent dans leur vie.

Le bateau au milieu du village, derrière moi
Oui, je défi la gravité
Les bateaux de Banda Aceh et monuments 
• • •

Partout en Indonésie, les occidentaux, on se fait demander par les locaux de prendre des photos avec eux, voici une petite famille avec qui j'ai fait toute une session photos, en bas de l'épave, une photo avec maman, une avec chaque fille, ensuite les 2 ensemble, toute la famille, et finalement je leur en ai demandé une à mon tour :)

• • •

En Malaisie, vous pourrez voir sur les photos ci-dessous malheureusement, la déforestation, afin de planter les palmiers pour l'huile de palme. Lorsque l'on approchait en avion, c'est tout ce que je voyais!

Le fléau de l'huile de palme. 

Je suis quand même impressionnée par Kuala Lumpur, je ne suis pas vraiment fan des grandes villes, mais ici, il y a un petit je ne sais quoi! En fait je sais, c'est propre hihi :)

J'ai rencontré pleins de gens à l'auberge de jeunesse, dont 1 gars que j'avais connu à Bali il y a un mois, on s'est retrouvés par hasard au même endroit ! On est donc partis à 5 pour faire une visite d'une grotte avec un temple hindou à l'intérieur, la Batu cave. On a aussi visité une grotte juste à côté où plusieurs recherches s'effectuent car il y a des insectes qui se retrouvent seulement à cet endroit. Et, il ne faut pas oublier tous les petits macaques présents. Le lendemain, visite de chinatown et de little india. On a marché en masse.

Un centipede à longues pattes
On s'est payées un luxa haha!
• • •

En soirée, on se paie un drink à 10$ pour avoir accès au bar Helipad, le nom le dit, c'est un helipad sur lequel on peut monter voir la ville. Ensuite, on est allés voir les tours Petronas de près, ainsi que le spectacle de fontaines tout en bas.

La tour KL, pour les télécommunications
Les tours Petronas 
Spectacle de fontaines 

Alors, la prochaine fois je vous écrirai de... j'en ai pas la moindre idée! À suivre...

19
août

La dernière fois que je vous ai écrit, je ne savais aucunement quelle direction j'allais prendre ensuite.

Après avoir passé 4 jours à Kuala Lumpur, j'ai finalement pris une décision, je vais continuer à voyager en Malaisie. Donc, je suis montée à la petite ville d'Ipoh. C'est assez tranquille, j'y ai rencontré environ 3 touristes dans les rues. Et malgré que je sois en Malaisie, la population est majoritairement chinoise, donc je ne comprends rien aux insignes et aux menus :) Une petite marche dans la ville sous le doux soleil de midi (+/- 36°C) et j'y découvre le street art de la ville.

Ensuite, direction les Cameron Highlands. Le nom le dit, c'est situé dans les montagnes. Les habitants considèrent ce coin comme le garde-manger du Pays. 85% des fruits et légumes consommés dans le pays viennent de ce coin. On est bien en hauteur, une petite pause de la chaleur! Il fait entre 23 et 28 et il pleut à tous les jours... je me sens au Québec ;) Je suis allée à cet endroit parce que les gens m'en ont parlé, mais je n'avais aucune attente et surtout aucune idée de ce que j'y trouverais. J'ai fait un tour organisé d'une demie journée dans les plantations de thé. Vous rappelez vous pourquoi je voulais tant visiter l'Indonésie il y a quelques années? Les rizières étagées! Et bien, croyez-le ou non, je crois que j'ai trouvé encore plus beau! Aussi, on a fait une promenade dans la Mossy forest (forêt de mousse).

La plantation de thé Boh 
Mossy forest
Fleurs d'une plante carnivore
Mossy forest 
• • •

J'ai aussi rencontré le proprio et 2 employés de l'auberge de jeunesse où je suis, ils sont tellement sympathiques. Ils viennent du Bangladesh et adorent cuisiner. Un soir, je suis assise dans le salon à lire et un des gars me demande si je veux l'aider. Je m'assois donc par terre avec lui dans la cuisine et on coupe des légumes, des fines herbes et on fait une magnifique salade, un curry de viande de mouton et un thé au gingembre! Je me suis régalée ce soir là et tout ça gratuitement, car je l'avais aidé.

On cuisine :)
On cuisine :) 
• • •

Lorsque je quitte cet endroit rafraîchissant, c'est pour me rendre à Georgetown, la capitale de Penang, une île de la Malaisie. C'est une très belle ville coloniale et le centre est protégé par l'UNESCO. On y retrouve de la bouffe de partout au monde et une culture diversifiée. Les arts de la rue y sont très répandus. On y trouve aussi les Clans Jetty. Ce sont tout plein de "maisons" (cabanes) sur pilotis qui sont toutes reliées par un trottoir en bois. Plusieurs familles y habitent encore et plusieurs de ces jetty se retrouvent le long de la rive de la ville.

Les dessins de rue de Penang 
Les maisons sur pilotis de Penang 

Je prends ensuite un traversier (réputé pour être sans merci pour ceux qui souffrent du mal de mer) et je m'en sors très bien, personne sur le bateau n'a été malade! Mais j'ai rencontré des gens qui ont pris celui quelques heures après le mien et 10 minutes après le départ tout le monde vomissait! Alors je me considère plutôt chanceuse! J'arrive sur l'île de Langkawi, et là c'est des plages de sable blanc, des chutes et cascades, la jungle et surtout une île "Duty free" ;)

J'étais logée dans une superbe auberge de jeunesse (à 7$ la nuit, et c'est la meilleure depuis mon début de voyage) et j'y ai rencontré une gang de filles vraiment gentilles. Une journée, on a loué une voiture pour aller faire le SkyCab, c'est un téléphérique d'une longueur de 1,7 km qui nous monte jusqu'à 670 mètres d'altitude. La montée était magnifique, mais malheureusement, il y avait des nuages au sommet, donc une belle vue de... rien hihi! Pas vrai, on a eu le droit à au moins 5 secondes de dégagement!

La brume qui nous attend au sommet
Pas pire comme vue :)

Ensuite, on avait accès au musée 3D, alors j'ai fait un vrai bébé de moi et j'ai pris environ 300 photos :) On a ensuite monté les 600 marches pour aller se baigner dans des piscines naturelles au sommet de la chute. Et en dernier, direction une plage magnifique d'où on aperçoit des îles de la Thaïlande.

Musée 3D, ou l'endroit où Stéphanie a 10 ans 
La chute, vue du téléphérique
La chute aux 7 bassins 
Plage magnifique pour finir la journée en beauté 

Une des filles, Rachel, allait vers les îles Perhentian. J'ai donc fait le trajet avec elle, trajet qui se résume à : un taxi, un traversier, une marche, un autobus (10 heures, de nuit), un traversier et 14 heures plus tard, à 7 heures du matin, on débarque sur Long Beach à Pulau Perhentian kecil! Cette île c'est quasiment le paradis, plages de sable blanc, plongées, soleil! Il nous reste qu'à trouver où dormir, et comme c'est vendredi, il semble que tout est pris. Une chance qu'on est 2, ça nous donne la chance de trouver une place car c'est assez cher, mais on peut partager, ce n'est pas le gros luxe, mais on pourra dormir entre 4 murs. Ici, c'est très précaire, il n'y a pas d'électricité, donc des génératrices fonctionnent quelques heures par jour pour nous alimenter, vous devinerez donc aussi que l'internet c'est secondaire, donc j'ai trouvé un resto qui a le wifi, mais très lent, donc je ne peux pas mettre de photos pour le moment. Vous allez devoir utiliser votre imagination :)

Je vous laisse, je vais me baigner! À bientôt

1
sept

Je suis revenue hier des iles Perhentian. Je peux donc enfin vous donner des nouvelles, car effectivement ce n'était pas le gros luxe là-bas, mais on a pas besoin de beaucoup quand on a le soleil, la plage, des plongées magnifiques, un lit pour dormir et plein de belles rencontres!

Je n'ai pas des tas d'histoires à vous raconter car tout ce que j'ai fait là-bas était de lire, manger et plonger! Donc je vais vous laisser rêver avec des photos :)

Merci maman ! C'est grâce à son cadeau que j'ai pu prendre ces photos!

Ah oui, et quand je disais que ce n'était pas le gros luxe, voici où j'ai dormi pendant les 10 jours, je dirais que c'était mieux quand il n'y avait pas d'électricité, au moins je ne pouvais pas voir tous les co-chambreurs qu'il y avait :)

Le 5 étoiles 
10
sept

Après presque 2 semaines sur les iles Perhentian, je dois revenir à la réalité... jusqu'au prochain endroit paradisiaque! Que voulez-vous, je suis faite pour vivre sur une plage à lire dans un hamac et plonger tous les jours.

Bon, j'ai quand même pousuivi mon voyage en ville, car il me restait des endroits à voir avant de retourner sur une île X. Donc, je me suis rendue à Kuala Lumpur pour 2 jours, le temps de mettre mon blog à jour, faire du lavage, figurer la prochaine semaine de voyage et dormir dans un lit full confo!

Ensuite, je suis descendue vers Melaka, une petite ville coloniale qui a plein d'histoires de colonisation, de sultans et de prises de pouvoir. J'ai vraiment adoré me promener dans cette toute petite ville qui me fait un peu penser à Québec, c'est petit, donc on peut tout faire à pied. Il y a une rivière qui scie la ville en deux et la promenade le long de la rivière est très reposante. Il y aussi, pendant la fin de semaine, un marché de nuit dans le quartier chinois. Et qui dit chinois, dit toutes sortes de cossins à manger et à acheter qu'on ne trouve nulle part ailleurs!

Le boardwalk de la rivière de Melaka 
2 petites filles très contentes de leur barbe à papa
Crème glacée à la mangue faite "live" sur une plaque refroidissante!
Des brochettes d'oeuf de cailles
Les trouvailles du night market 
Les tuk-tuks pas ordinaires de Melaka 
• • •

J'ai aussi découvert une Guesthouse parfaite à Melaka : SunB! Oui, c'est propre, les lits sont confos, le proprio est vraiment gentil, et le meilleur de tout, il nous prépare des déjeuners écoeurants à chaque matin : omelette aux tomates séchées avec salade de canneberges et noix de Grenoble, porridge aux fruits avec fromage mascarpone, omelette aux champignons!! Vous ne pouvez pas imaginer à quel point ces petites choses qui semblent si communes chez nous, sont des choses que je n'avais pas vues et encore moins mangées en 2 mois. C'était vraiment parfait :) La dernière soirée, je suis assise à une terrasse avec les 2 françaises rencontrées aux Perhentian, Naïa et Margaux, qui sont vraiment adorables. On jase de nos semaines à venir, car nos chemins se séparent officiellement, et une autre fille se plante devant moi : c'est Madelene, une néerlandaise, avec qui j'ai visité Kuala Lumpur! Ça fait 1 mois jour pour jour et on se retrouve par hasard à Melaka. Elle me dit qu'elle part pour Singapour le lendemain, et moi aussi! Je lui propose donc de réserver à la même auberge de jeunesse que moi, on pourra visiter ensemble!

Merveilleux endroit et déjeuners!! 
• • •

Donc, le lendemain je prends le bus pour Singapour. Facile, on doit simplement sortir du bus avec tous nos bagages, passer les douanes et retourner à l'autobus... Pendant que je fais la file pour les douaniers dans la rangée "rien à déclarer" je me demande qui va se donner le trouble d'apporter des choses à déclarer et être obligé de passer de l'autre côté? Et bien, j'aurais dû aller dans cette file!! Il était une fois, une fille aux îles Perhentian qui avait acheté une bouteille de rhum locale et qui n'avait pas eu le temps de la boire avec les gens là-bas. Ce n'est pas grave se dit-elle, je trouverai des gens dans les prochaines semaines avec qui la partager, je vais donc l'apporter avec moi. À Kuala Lumpur, je n'ai pas trop fraternisé, pas de problèmes, on va partager à Melaka! En plus, Naïa et Margaux, rencontrées aux Perhentian, m'y retrouvent, c'est parfait. Mais bon, j'ai oublié l'existence de cette bouteille! Donc, me voici aux douanes de Singapour avec mon petit et gros sacs à dos sur le tapis roulant avec l'appareil à rayons X et le douanier qui me demande si j'ai autre chose que ma bouteille d'eau dans mon sac. Moi : non, je ne vois pas ce que j'ai d'autre! Alors sans hésitation, j'ouvre mon gros sac à dos, certaine de mon innocence, et qu'est-ce qui me regarde? La bouteille de rhum!! Ah merde!!! "Madame, donnez-moi votre passeport et suivez-moi!"

La fameuse bouteille!!!

Oups, qu'est-ce qui va se passer? Je vais devoir payer une amende, un pot-de-vin, dormir en prison? J'avoue que plusieurs choses me sont passées par la tête, on entend toutes sortes d'histoires! Alors j'attends patiemment dans la salle de fouille, là où tous les agents t'ignorent et se promènent avec leurs gros fusils. Au bout de 30 minutes, mon agent revient et me demande de le suivre :/ Il m'amène voir le douanier à qui on doit payer les taxes, fiou, je ne vais pas en prison! Le gars des taxes me dit que je dois payer une amende de 10x le prix de l'item car je ne l'ai pas déclaré et que ce sera inscrit sur mon dossier de visite à Singapour. Mais je crois que ma face de fille qui ne voulait vraiment pas mal faire et qui avait simplement oublié l'existence de cette bouteille, l'a amadoué. Je m'en tire avec une tape sur les doigts et sans ma bouteille de rhum, pas grave je n'en veux plus :)

Et le mieux dans tout ça, mon autobus m'a attendu!!

Une fois rendu à mon auberge de jeunesse, le Beary Best Hostel (oui oui, il y a plein de nounours partout!), je demande si Madelene est là, et non elle n'y est pas, elle a dû décider d'aller ailleurs, tant pis! Ah oui, détail, mon lit me coûte 21 dollars de Singapour, soit 18$, ce qui est dans les plus chers depuis le début de mon voyage :-) Oui, la vie est plutôt chère à Singapour, parce que le dollar canadien vaut 1,10 dollar de Singapour au lieu de 3,45 ringgit malais ou 10 450 roupies indonésien. Donc je vais tenter de voir le plus possible sans me ruiner!

Il ne me reste plus qu'à découvrir la ville de Singapour, ou devrais-je dire, le pays! Et bien, on peut dire que cette ville m'a jeté à terre! Cet endroit a de tout pour plaire à tous. Les jardins, l'histoire, la culture, les musées, l'architecture... En plus, c'est tellement propre, je mangerais par terre dans le métro! Bon, faut dire que la gomme est interdite dans le pays et que si on mange ou boit dans le métro, c'est passible d'amende! Le premier matin, il pleut à boire debout, je pars donc pour le Musée national de Singapour, un musée grandiose avec plusieurs expositions interactives sur l'histoire du pays et des habitants, vraiment intéressant!

Le Musée national de Singapour
Le Buddha tooth relic temple de Chinatown 
• • •

Ensuite, il ne pleut plus, donc je pars vers Little India. Quel contraste, en un coin de rue seulement, je passe du quartier financier à un film de bollywood on dirait hihi! Il y a tout, les odeurs, les couleurs, les habits et surtout la nourriture!

Little india 

En fin de journée je vais vers Garden by the Bay, "the place to be" il paraît! ! Il y a dans la baie, un grand parc magnifique avec des faux arbres géants, et une fois la nuit tombée, un spectacle son et lumières y est présenté. Je me promène donc dans le parc et, surprise, Madelene arrive devant moi! Yahou, une amie avec qui passer la soirée! Le spectacle des arbres géants est finalement ordinaire, mais il y a plus tard, dans la baie, un spectacle de fontaines à se jeter par terre . Entre-temps, on prend 10 000 photos de la ville, car je dois l'avouer, je suis charmée par ces gratte-ciel et surtout la pleine lune! Le spectacle de fontaines est effectivement extraordinaire, tellement que le lendemain je vais le revoir d'un autre endroit autour de la baie.

Gardens by the bay 
Ça bat le Bellagio! 
L'hôtel Sands by the Bay avec le musée des arts et sciences 
La beauté de Singapour la nuit! 

Deuxième journée, je pars visiter le jardin botanique. C'est tout simplement wow! Il y a dans ce jardin un endroit consacré aux orchidées. Encore une fois, je crois avoir pris 10 000 photos.

Le jardin botanique 
Le jardin des orchidées 

J'ai pris l'avion le troisième jour pour l'île de Bornéo, je suis donc à Kuching depuis 2 jours. Malheureusement, j'ai le rhume, mais heureusement il ne fait pas beau dehors et mon auberge est très confortable, donc je reste tranquille en ce moment et je vais reprendre les visites demain! L'avantage d'avoir du temps, c'est qu'on peut prendre son temps, et vraiment, j'adore!!!

20
sept

Depuis ma dernière publication en direct de Kuching, j'ai fait tout plein de choses, mais je suis encore à Kuching.

Kuching , en Malay, veut dire chat. Il y a donc des chats partout. Les sculptures ne sont pas toutes belles :-)

Que voulez-vous, depuis que je suis arrivée, je ne fais que découvrir des nouvelles choses à faire. Je n'en suis qu'à ma première destination sur la merveilleuse ile de Bornéo et je suis "flabergastée" (et oui, je l'ai même accordé haha!)

• • •

Pour commencer, mon auberge de jeunesse : c'est super sympa (ben oui, je sais, je suis en train de pogner l'accent français). On a chacun notre petite chambre minuscule privée dans un dortoir de 24 lits. La proprio est vraiment gentille et veut toujours aider. Aussi, les autres habitants sont vraiment gentils! On a soupé ensemble, chanté du karaoké et visité des parcs ensemble.

• • •

Après avoir guéri mon rhume, j'ai commencé à découvrir ce que les environs avaient à offrir. Première visite, le centre de réhabilitation Semenggoh. Ils prennent soin des orangs-outans abandonnés. Les animaux sont en liberté dans la jungle, mais 2 fois par jour, les rangers donnent des fruits. Les orangs-outans viennent s'ils n'arrivent pas à trouver suffisamment de nourriture par eux-mêmes. Donc, voir des singes n'est jamais garanti. Lors de ma visite, une grand-maman et 2 de ses "petits-enfants" sont venus. Ensuite on a vu une maman avec son bébé de 11 mois. La grand-maman est vraiment relaxe en compagnie des humains, donc elle ne s'est pas gênée de se montrer sous toutes ses coutures.

La grand-maman, de 46 ans!
Les 2 mâles sont les petits-fils de grand-maman. La dernière photo, c'est la maman avec son petit. 

Le lendemain, je suis partie en kayak avec un groupe sur la rivière Semadang, super tranquille, petite descente de 11 km à travers des paysages de fou. On est arrêté dans un petit village où on a mangé des plats locaux. Je commence à découvrir le multiculturalisme de la province de Sarawak. Il y a ici tellement de villages avec des tribus différentes, plus les immigrants chinois et indiens, c'est magnifique le mélange des cultures, langues, religions et nourritures! En plus, le tout semble se faire sans trop de problèmes. J'ai discuté avec quelques locaux et ils me disent qu'effectivement la vie ici se déroule assez bien. En plus, avec toutes ces cultures et religions, ils sont toujours en train de festoyer! Mais bon, revenons au kayak, lors de notre arrêt au village, j'ai eu la chance de voir et goûter à du poivre frais, miam! Oui oui, je capote sur le poivre haha! On a vu le fruit dans l'arbre et ensuite quand ils le font sécher. À côté, c'est du chocolat :-) On a aussi marché dans un petit embranchement de la rivière pour rejoindre une toute petite chute dans laquelle on s'est amusés.

Un soir, j'ai rencontré une gentille madame d'ici qui organise des trips de 2 jours sur l'île des tortues, alors j'ai sauté sur l'occasion. Nous voici donc rendus la journée du départ. Elle m'a dit : je passe te prendre à 9h30 am. Alors en bonne cliente que je suis, à 9h15 je suis dehors à attendre. 10h15, toujours pas de nouvelles, je lui envoie un petit message, pas de réponse! 10h40, un message plutôt direct, pas de réponse! Je commence à me demander si je ne viens pas de payer quelqu'un dans le beurre! À 11h00, elle me répond, fiou! Elle va être là à 11h30. Bon ok, moyen délai, mais ce n'est pas grave, je m'en vais sur une île privée quasi déserte pour peut-être voir des tortues, et on va faire de la plongée en apnée, ce sera magique, en plus il fait super beau! Avec tous les détours et le bateau, on débarque sur l'île à 14h30 sous un soleil de plomb, mais on voit derrière nous des gros nuages menaçants. La seule chose que je remarque à mon arrivée sur l'île sont les trous dans le sable. Oui oui, il y a bel et bien des tortues qui viennent pondre ici! On saute dans nos costumes de bain et hop à l'eau, on va au moins tenter de se baigner au soleil. Le capitaine du petit bateau vient nous voir après environ 30 minutes, alors qu'il commence à pleuvoir, pour nous dire qu'il va nous amener de l'autre côté de l'île pour que l'on puisse y faire de l'apnée. Euhhh, ok! La visibilité est magnifique et le récif est vraiment beau, malheureusement avec les nuages gris/noirs au dessus de nos têtes, on voit moins bien. Mais bon, je suis bien décidée à apprécier chaque chose que j'ai la chance de faire. Alors je nage jusqu'à ce que les éclairs et le tonnerre soient au-dessus de nos têtes, ensuite on saute dans le bateau et il nous ramène à notre plage. On a le droit à une "ride" de bateau que je n'oublierai pas hihi, des vagues impressionnantes, la pluie frette, le vent à écorner les boeufs avec les éclairs de tous les côtés. J'ai vraiment eu du fun!!!

L'arrivée sur notre ile déserte
Allons faire du snorkeling!

On a tout de même eu le droit à un petit répit pour un magnifique coucher de soleil. Ensuite, les 3 guides nous ont concocté un souper digne de rois!

Notre soirée consiste à faire des tours sur la plage pour voir si des mamans tortues sont arrivées, aller voir le couvoir pour voir si des bébés sortent du trou, et jouer aux cartes. Rien n'est certain, et je suis épuisée, alors à 23h00 je vais faire dodo en espérant fort être réveillée au beau milieu de la nuit par un ranger. Et... à 2h47 du matin, ça cogne dans la porte "turtle, mama turtle". Yahou, je mets mon imperméable (ben oui, il pleut encore), attrape ma caméra et on part sur la plage! Je suis comme Émilie et Rosalie quand elles ont vu le père-noël dans la fenêtre du salon! À notre arrivée, elle est déjà en train de pondre, donc ça fait un petit moment qu'elle a commencé à creuser son trou. C'est une de ces choses que je ne croyais pas possible de voir de mes yeux en vrai, et wow! Pendant qu'elle pond, on reste derrière elle pour ne pas la stresser et qu'elle se sauve, et une fois qu'elle a fini, elle prend au moins 30 minutes pour bien enterrer ses oeufs, c'est à ce moment que le ranger l'approche pour vérifier si elle a un tag, elle en a bien un, ce qui signifie qu'elle est déjà venue pondre ici. Il prend des mesures de sa carapace : 102 cm de long par 88 cm. Elle est énorme! C'est une tortue verte, il y a aussi des hawksbills qui viennent sur l'île. À peine a-t-elle quitté le trou, le ranger commence à creuser pour récupérer les oeufs et les transférer au couvoir. La coquille des oeufs lors de la ponte est molle, sinon ils se fracasseraient en tombant, mais elle durcit en 2 heures et une fois durcit, il semble qu'on ne peut plus les manipuler. Donc il creuse, et on compte les oeufs : 45! C'est une petite portée. Au couvoir, la plupart ont entre 90 et 115 oeufs. Le couvoir consiste en un enclos sur la plage avec des petits filets de protection autour de chaque trou. Si les oeufs ne sont pas transférés, le taux de survie sera minime dû aux prédateurs présents sur l'île.

Quel moment !
 On mesure, on creuse, on compte!

On va donc tous au couvoir, le ranger creuse un trou (il est quasiment aussi bon que la maman) et y dépose les oeufs. Ensuite, je retourne auprès de la maman pour voir si elle est bien rendue à la mer. Mais après tous ces efforts, et avec sa grosseur, la progression est très lente! Ça prend au moins 1 heure selon moi pour parcourir les 100 mètres entre son trou et la mer .

Le dur retour 

Je retourne me coucher vers 5 heure du matin! Ce fut toute une expérience et c'est difficile de figurer que ce n'est pas juste un rêve! Le lendemain matin, on va voir si des bébés sont en train d'éclore, mais il a tellement plu dans les dernières 24 heures que le sable est très compacté. Une guide creuse donc délicatement dans les nids de ceux qui devraient naître aujourd'hui, et dans le dernier elle sent un peu de mouvement. Elle en sort 5 bébés tortues Hawksbill. Elle replace ensuite le sable, qui est moins compact, sur le nid afin que les autres 121 bébés poursuivent leur destinée. On a la chance de voir les bébés de près. Malheureusement, ils doivent attendre la nuit pour aller à la mer, sinon les prédateurs en feront leur repas et nous devons quitter dans l'après-midi.

Les prédateurs 
Notre campement 

Je suis revenue de l'île de Satang en n'y croyant toujours pas vraiment. En fait, je crois que c'est Bornéo qui me fait cet effet. J'ai tellement vu, lu et entendu de choses sur Bornéo, cette île de l'autre bout du monde où se retrouve un faune et une flore extraordinaire, mais je n'avais pu imaginé qu'un jour j'y mettrais les pieds! Et pour ajouter à ces images hors du commun, après les orangs-outans et les bébés tortues, je pars 2 jours dans le parc national de Bako avec Laura, une américaine rencontrée à l'auberge de jeunesse.

• • •

On est parties très tôt le matin afin de profiter des quelques heures moins chaudes. Mais bon, il pleut à boire debout, donc pour la chaleur, ça va être parfait! On arrive sur l'île et déjà on est accueillies par des paysages époustouflants et des habitants de la place.

Il pleut à peine!

Oui, dans ce parc, les habitants sont les "wild boar", les macaques, les "leaf monkeys" et ceux pour lesquels j'ai fait ce chemin : les nasiques! Ils semblent tout droit sortis d'un dessin animé.

Une petite femelle

On a fait 2 sentiers magnifiques dans le parc. Il a plu des cordes toute la matinée, mais ça nous a gardé au frais! Entre les 2 sentiers, un bateau nous a transporté d'une plage à l'autre, ce qui nous a permis de voir le paysage de la mer.

En fin de journée, on se dirige vers la plage pour le coucher de soleil et on y voit bien que tous sont épuisés de leur journée.

On a fait une promenade guidée en soirée et on a vu des lémurs et des oiseaux endormis et toutes sortes d'insectes et de grenouilles. Ensuite, le sommeil est venu très facilement! Excusez la qualité des photos, mais en soirée, ma caméra était toute embuée, je crois que la pluie, le chaleur, l'humidité et l'air climatisé en ont eu raison cette journée!

Le lendemain matin, avant de quitter, un groupe de "silver leaf monkeys" est venu se nourrir dans les plantes sur la plage et boire au ruisseau pour nous dire au revoir. Je peux dire que je vais garder un souvenir particulier de ces 2 jours à Bako!

À bientôt, avec de nouvelles aventures en direct de l'île merveilleuse de Bornéo!

12
oct

Je suis d'accord, ça m'a pris beaucoup de temps, mais j'étais très occupée! Et je vous avertis, ce post sera long et il y aura énormément de photos, alors si vous ne vous en sentez pas la force quittez immédiatement ce blog.😀

Donc, depuis ma dernière publication, comme le titre le dit, j'ai fait un aller-retour dans l'hémisphère sud! J'ai réalisé il y a seulement quelques semaines que je suis à cheval sur l'équateur, ça explique la chaleur! Donc dernière visite en Malaisie au Sarawak cultural village. Kuching est dans la province de Sarawak, sur l'île de Borneo. Sur l'île, il y a 6 différentes tribus. L'ensemble de ces natifs se nomme les Dayak. Il y a les Iban, Bidayuh, Oran Ulu, Melanu et les Malais. De plus, il y a une grande proportion de chinois (immigrés il y a environ 400 ans). Lors de la visite du village, on peut visiter les différents types d'habitations dans lesquelles des "habitants" nous démontrent leurs diverses habiletés et cultures. À la fin, il y a un spectacle de danse. Lors de ma visite, j'ai eu droit à la démonstration lorsqu'un guerrier Iban démontre sa force extrême en soulevant avec ses dents un morceau de bois de 20kg, la danse des Bidayuh pour le début des récoltes, une danse malaise effectuée lors des mariages, ainsi que la danse des Orang Ulu lorsqu'ils partent chasser. Ceux-ci utilisent la sarbacane avec des dards venimeux et lors de la danse on a eu droit à une démonstration, sans venin! Le chasseur a "tué" 4 ballounes 😀. Évidemment, ensuite il est descendu dans le parterre chercher quelqu'un pour tester la chose! Et dans une foule de malais et chinois, il y a UNE blanche assise seule! Qui croyez-vous est monté sur scène? Et oui, c'est moi! J'ai fait 2 tentatives d'un bout de la scène à l'autre et j'étais pas si pire, à 1 ou 2 cm trop bas. Il m'a ensuite traîné de l'autre côté de la scène, à 3 cm d'une balloune et là j'ai réussi!! Malheureusement, je n'ai pas de photos de mes essais, car j'étais seule.

Maison typique Bidayuh
Pont pour atteindre la maison Bidayuh
Maison Iban
Maison typique rurale chinoise
Maison Orang Melanau
Mauson Orang Ulu
Les maisons de Bornéo
Le Sape, instrument Dayak
Elle prépare des habits typiques avec des billes, portés lors de cérémonies Iban
Ce bidayuh nous produit une sorte de tam tam
De l'écorce, affinée pour en faire un tissu, et des vêtements
Les coutumes Dayak
Les danses!

Ensuite est venu le temps de descendre dans l'hémisphère sud et rejoindre Kalimantan, la partie indonésienne de l'île de Bornéo. Via Facebook, j'ai trouvé 2 françaises qui font un tour avec un guide dans la jungle et je me joins à elles. Donc 8 heures de bus pour rejoindre Pontianak. Ça m'a permis, pour la première fois de ma vie, de traverser à pied, dans un environnement magnifique, un "no man's land". C'est-à-dire, un territoire inhabité entre deux frontières. Entre la Malaisie et l'Indonésie, au niveau de Tebedu, il y a environ 300 mètres à marcher, où tu n'as plus de visa malaisien et toujours pas de visa indonésien! C'est dans la jungle, au milieu des montagnes, c'est vraiment beau. Mais vous comprendrez que je n'ai pas pris de photos, je ne joue pas avec mon cellulaire et ma caméra quand les gens autour de moi sont armés! J'ai une journée à passer à Pontianak, mais c'est pas tellement attrayant. Une fois mon lavage effectué, je décide de partir à pied me perdre un peu. Au bout de 3 minutes, un monsieur en scooter s'arrête et m'offre, en indonésien, de m'amener. Vive la langue des signes haha! Bon, je sais pas où on va, mais au pire je sauterai! Il est vraiment fier de me faire faire le tour de tous les bâtiments de la ville, mais à part un grosse mosquée, il n'y a pas grand chose d'intéressant. Mais bon, je fais ma gentille fille et je souris, il est tellement fier! Ensuite, il m'offre à dîner sur le bord de l'eau, attendez de voir la photo avant de vous imaginer des choses. Le dîner a consisté d'un blé d'inde grillé et de 2 saucisses grillées! Mais c'est parfait. De retour à l'auberge de jeunesse, où il prépare de très bons banana splits pour 2$, je me gâte!

Mon guide :)
Notre resto flottant
Pontianak

Il est maintenant temps de prendre l'avion pour Palangkaraya! J'y rencontre mes deux nouvelles amies françaises, Clémence et Alexandra. Il y a aussi notre guide Joe et sa grande fille Jasmine, qui va venir avec nous, car elle n'a jamais eu la chance de faire ce voyage avec son papa. Il y a aussi la jeune femme de Joe, Emil, et leur fille, Sakila. Elles nous accompagnent sur la route, mais pas en trekking 😀.

On a le droit à un hôtel de luxe ce soir! Piscine, lit double, bouteilles d'eau, wow!

Notre hôtel à Palangkaraya

Le lendemain matin, on fait environ 1 heure de route et on débarque dans un micro village, d'où on partira en bateau dans les rivières au milieu de la jungle pour voir les orangs-outans sauvages! Oui, je sais j'en ai déjà vu, vous avez vu assez de photos, mais que voulez-vous je suis un gros bébé lala et j'aime ça les orangs-outans! Aussi, c'est probablement la seule fois de ma vie que je serai sur une des deux îles où ils habitent. Donc cette fois, ils sont sauvages. Par contre, lorsqu'ils ont entendu le bateau, ils sont apparus assez rapidement. La saison des fruits ne commencera que dans quelques mois, donc ils commencent à avoir très faim!

Le village de départ, les rivières et notre beau groupe !
Mes amis orangés !!

Une fois de retour au village, on prend la route pour rejoindre Banjarmasin, la ville d'où vient notre guide. Quelques 7 heures de route plus tard, on arrive! Souper et dodo!

Le lendemain matin, on part tôt pour environ 5 heures de route. On s'arrête en chemin dans une mine de diamants. On a eu la chance de voir toutes les pierres qu'ils extraient, polissent et revendent, en plus de voir des diamants polis et taillés.

La mine de diamants et ses trésors

Plus tard, on arrive au petit village d'où on débute une marche de 4 heures pour rejoindre le village où on dort ce soir. Il est 15h00 lorsqu'on commence à marcher sur ce petit chemin de béton qui longe la rivière dans la jungle et qui est la seule "route" pour tous les villages des montagnes. On marche sous un ciel ensoleillé magnifique . Après pas plus de 20 minutes de marche, il commence à pleuvoir. Je me dis, c'est parfait, il va faire moins chaud. En 5 minutes on passe d'une pluie confortable à une pluie diluvienne. Pas grave, une fois mouillé, on peut pas l'être plus hihi! On arrive au village à la noirceur vers 19h00. On découvre la famille qui nous héberge, un jeune couple avec la grand-maman et 2 jeunes enfants. C'est plutôt surprenant de voir la grande maison toute en bois, complètement vide, il n'y a pas de meubles, sauf celui pour la télé! Notre guide, Joe, nous explique que c'est normal dans ces communautés de ne pas avoir de meubles. Ce n'est pas une question de pauvreté, ça a toujours été ainsi! Donc, la grand-maman cuisine au sol, on nourrit le bébé par terre, et les invités mangent et dorment au sol!

On est au sec....
Il pleut un tit peu 😆
On se protège comme on peut!
Sur le chemin pour se rendre au village où on dort 
• • •

On a eu droit a du vin de mangue préparé par notre merveilleux guide, pour accompagner notre délicieux souper. Ensuite, dodo assez vite, on est claqués!

J'aide mon papa en mouillant les plombs, ensuite on charge la carabine
Dodo time!
Notre famille d'accueil 
• • •

Le lendemain matin, j'explore un peu et les "oies?" m'accompagnent, il y a une rivière juste derrière la maison. Merveilleux déjeuner avec un petit "jus" de mangue 😀

La maison de derrière
Matin dans notre maison d'accueil.
• • •

Au programme aujourd'hui, un trek dans la jungle pour rejoindre une chute d'eau. Mais pour s'y rendre, Joe nous a trouvé des motos de brousse avec des chauffeurs. Le chemin ce matin est vraiment sinueux et inégal. Une chance qu'on a des pros. Pour rejoindre la chute, on descend dans un "pas d'sentier" avec le guide à l'avant qui ouvre le chemin avec sa machette. Après environ 1h30 de marche assez dure dans la jungle et dans la rivière, on arrive à une belle petite chute. Les guides partent un feu pour cuisiner notre dîner et nous on va se baigner et faire les fous un peu! Le retour est dans une pente très abrupte, donc un guide coupe une liane, l'attache à un arbre plus haut et on grimpe! Ah oui, détail : les guides qui montent avant nous, sans liane, sont en gougounes!!! Et moi qui m'inquiétait de n'avoir que des espadrilles d'entraînement!

Au retour, on a le droit à une démonstration de comment aller chercher des noix de cocos. Ce soir là, on a eu droit à une merveilleuse chambre d'hôtel dans un resort près de la rivière dans laquelle on saute pour se rafraîchir après cette dure et surtout chaude journée. Des enfants arrivent ensuite sur un radeau en bambou et s'y chamaillent, en se tirant à l'eau à toutes les 3 secondes. Où sont les parents? Aucune idée, il n'y a aucun adulte en vue, sauf moi 😉. Disons que la supervision parentale ici est "différente"!

Au petit matin, Joe nous amène dans un resto en haut de la montagne, d'où la vue est magnifique. Malheureusement, on a perdu une joueuse, Clémence est très malade. Alexandra et moi ne sommes pas à notre meilleur non plus. Qu'avons-nous manger la veille qui ne passe pas? On ne le saura jamais!

On part ensuite sur un raft en bambou. On fait une descente de 3 heures sur la rivière. C'est tellement paisible et magnifique! Je comprends le raft en bambou par contre, car il n'y a aucun autre type d'embarcation qui résisterait. On passe à des endroits où il y a 1 cm d'eau seulement. On s'arrête dans un endroit calme pour se baigner, et faire un photoshoot 😀. À la fin, notre guide Joe nous attend avec sa famille.

C'est ici qu'on déjeune
Pas pire vue pour être malade!
Le rafting en bambou

Pour notre dernière journée ensemble, on se lève à 4h00 pour faire 1 heure de bateau et rejoindre un marché flottant qui a lieu tous les matins, et seulement par des femmes. Des femmes y vont avec leur bateau plein de fruits et légumes. D'autres femmes arrivent avec un bateau vide et leur plan est de marchander afin d'ensuite revendre leurs produits aux magasins. C'est en fait des grossistes flottants. Ce fut vraiment intéressant de voir cela se dérouler autour de nous sans qu'elles s'intéressent à nous, on voit que c'est purement local et non touristique, malgré que plusieurs touristes s'y déplacent. En bateau, on voit comment la ville est construite sur les rivières. Chaque maison a une façade sur l'eau et la vie des gens dépend de cette rivière. Ils y nettoient leurs linges, dents, s'y lavent et leur toilette est... juste au-dessus de l'eau. Je vous laisse vous faire l'image de tout ça. Ah oui, et ce que vous voyez dans le visage de certaines femmes, c'est une poudre faite de riz et de racines, elles l'utilisent pour se protéger du soleil.

La rivière et le superbe marché flottant de Banjarmasin

Après le marché, on se promène au travers de toutes les rivières de la ville et on atteint une île sacrée où des dizaines de macaques habitent. On s'est approché en bateau et quelques-uns sont venus nous rendre visite puisque nous avions des oranges. Malheureusement je n'ai pas de photos, elles sont en France, mais je les ajouterai plus tard.

Après cette magnifique semaine, je laisse mes nouveaux amis en Indonésie et retourne à Kuching où je vais faire du bénévolat dans l'auberge de jeunesse où j'habitais. Je vais les aider 2 semaines. Ensuite, de magnifiques aventures m'attendent!!

22
oct

Lors de mes 2 semaines de bénévolat au Sunset Homestay 2 à Kuching, j'ai eu beaucoup de temps pour moi! J'en ai profité pour planifier mes prochaines semaines (oui, vous avez bien lu, j'ai planifié). Je devais planifier car j'ai décidé de me rendre dans des endroits accessibles seulement par avion, avec 3-4 vols par semaine et je devais réserver des activités si je ne voulais pas me retrouver le bec à l'eau comme on dit. Passer en tout 1 mois dans cette ville m'a fait du bien, je commençais à avoir mes petits endroits préférés et j'ai rencontré quelques locaux qui sont devenus mes amis. Il y a eu le moon cake festival, un festival chinois avec plein de bouffe de rue bizarroïde et des démonstrations de tai chi, de boxe thaï, du chant et de la danse en pleine rue. Il y a eu la parade des lanternes, une marche dans la ville avec des lanternes chinoises pour souligner l'unicité de la province de Sarawak malgré les différentes religions, langues et nationalités de ses habitants.

J'ai eu la chance de travailler avec un homme extraordinaire au Sunset, "oncle" Raymond. Pourquoi "oncle"? Ça m'a pris quelques jours à comprendre. Donc, chaque fois que quelqu'un, une personne locale, voulait s'adresser à lui, elle l'appelait "Uncle", alors qu'il s'était présenté à moi comme Raymond. Je me disais que c'était peut-être un mot en malais que je comprenais mal. Ensuite, un autre homme est arrivé à l'hôtel pour y dormir quelques nuits, il se nomme Hor. Il est vraiment sympathique également. J'ai eu des grandes conversations avec ces deux hommes sur tellement de sujets divers : famille, religion, éducation, langues... Un soir, Adelyn, la femme à qui appartient l'hôtel me demande si "uncle" est parti. Je réponds bien sûr, il finit à 16h00 et il est 19h00. 20 secondes plus tard, Hor sort de sa chambre et elle me regarde en me disant "tu viens de me dire qu'il est parti!" Alors là je comprends plus rien, "uncle" c'est le monsieur qui travaille ici? Ou bien ils ont le même nom? Et j'apprends à ce moment que c'est une marque de respect pour eux d'appeler tous les hommes "uncle" et les femmes "auntie" (matante). C'est un peu l'équivalent de nous qui utilisons le vous. Là je comprends! Ça explique ma confusion des derniers jours! Et donc je me lance et je demande à Hor s'il est insulté que je lui parle en utilisant son prénom au lieu de m'adresser à lui en disant "uncle" et il me répond avec un grand sourire qu'il est content que j'utilise son prénom car il trouve que ça réduit notre différence d'âge et qu'il sait ainsi que nous sommes des amis!

Durant mes trois derniers jours à Kuching, une amie rencontrée à Langkawi, et avec qui j'étais allée au Perhentian au mois d'août, est arrivée. On ne s'était pas vu depuis plus d'un mois, et par hasard nos chemins se sont recroisés, donc j'ai fait un peu de tourisme avec Rachel pendant mes derniers jours.

Moon cake festival et parade de lanternes
Le petit garçon de la famille du homestay
Rachel et moi
Rachel, Michael, Florence, David
Raymon "Uncle" mon amie et collègue de travail
Mes amis à Kuching

Je suis retournée à Semmengoh voir des orangs-outans 😀. Ben là, je ne pouvais pas laisser Rachel y aller sans moi!! On a été tellement chanceuses lors de cette visite. Dans ce centre de réhabilitation, qui en fait est une grande forêt, il y a 28 orangs-outans. Il y a 3 gros mâles qui se battent pour être le boss et habituellement les mâles restent dans la jungle, ils ne viennent pas se faire donner des fruits. Il y a Ritchie, le big boss, qui est complètement sauvage, et Annuar et Edwin, les 2 aspirants boss. Lors de notre passage, un après l'autre, ils sont sortis de la jungle pour se nourrir. On a pu voir qu'Edwin a une cicatrice au visage, probablement qu'il a rencontré Ritchie. Les 3 mâles ont les disques faciaux développés, ce qui signifie qu'ils sont matures sexuellement. À leur arrivée, on peut sentir le stress des autres, les petits se sauvent aussitôt qu'ils entendent Ritchie approcher.

Edwin
Annuar
Ritchie
Les dominants de Semmengoh
Ruby et sa maman qui approchent
La maman de Ruby qui mange, relaxe!
Edwin qui approche
Quelques photos encore :)
• • •

Un autre journée, Rachel et moi sommes parties en bus de ville à la découverte d'un autre parc national, Kubah. On peut y faire un trek de quelques heures pour aller voir une chute. Je vous épargne les détails sur les endroits qui suent sur un humain, après tout ce temps, je me suis faite à l'idée! Rendues à la chute, on veut se rafraîchir, et manger notre pique-nique. Par contre, nous sommes dans un pays à majorité musulmane et généralement dans les endroits touristiques ce n'est pas un problème, mais à cet endroit nous sommes les seules blanches et surtout les seules qui espèrent se baigner en bikini. Comme je ne me sens pas à l'aise, tant pis, je saute dans la chute toute habillée! De toute façon, ça va rincer une couche de sueur 😀

Autoroute de fourmis
Kubah national park

Un soir, on est sortis en gang avec une fille de la place et son chum. Ils nous ont amené manger dans un restaurant Dayak de la bouffe extraordinaire et ensuite on est allés voir un spectacle de Àt Adau, un groupe local qui fait de la musique et qui sait mettre le party dans la place! Ce fut une superbe soirée pour clore mon bout de chemin à Kuching.

Je prends un vol pour me rendre dans un parc national seulement accessible par bateau ou avion, Mulu. C'est un village d'une rue, l'aéroport est à 10 minutes de marche de mon homestay et du parc. Aussitôt mon sac déposé dans ma chambre, je me rends au parc découvrir tout ce qu'on peut y faire. J'y suis pour 2 jours et demi. Ah oui, détail important, il n'y a pas de guichet automatique à cet endroit. Et moi, dans les semaines précédentes, je passe mon temps à rappeler aux gens qui vont à Mulu de ne pas oublier de retirer de l'argent avant de partir. Vous me voyez venir, et oui, j'ai oublié! Donc une fois sur place et ma chambre payée pour 3 nuits, il me reste 95 ringgits soit l'équivalent d'environ 35$ canadien. Ce parc est réputé pour ces cavernes magnifiques, mais on doit absolument les visiter avec un guide, j'ai donc le choix, soit je mange soit je visite! Je me rends donc au parc pour évaluer si je peux au moins faire une visite et manger pendant mon séjour. J'ai quand même pris un vol aller-retour pour venir, je ne vais pas rester enfermée! Soulagement, au parc je peux payer avec la carte de crédit! Yahou! Je peux manger ET visiter! Donc j'ai fait deux tours pour visiter des cavernes. Premier tour, on marche 3 km dans la jungle, et on visite la Lang cave et Deer cave. La Lang est magnifique avec de magnifiques formations, stalactites et stalagmites. Deer cave, c'est le nombre de chauves-souris et la grandeur qui sont impressionnants. Il est estimé que 2 à 3 millions de chauves-souris y habitent. À la fin de la visite, on s'installe sur une plateforme pour observer l'envolée. Je n'ai aucune idée à quoi m'attendre. À 16h50, ça commence, des milliers de chauves-souris sortent de la grotte en groupe en formant un espèce de serpent, spirale. Ça dure au moins une heure. C'est une des choses les plus impressionnantes que j'ai vu de ma vie! Peut-être justement parce que je n'avais aucune attente? Pendant le spectacle, on voit des aigles tenter d'en attraper, ce n'est pas toujours fructueux. On comprend que leur vol est une façon de confondre les oiseaux de proie.

Une maquette du parc
Un mille patte "oeil"
Lang cave
Entrée de Deer cave
La spirale de chauves souris
Mulu, Deer et Lang cave

J'ai aussi fait une promenade dans la canopée. Ils ont construit la plus longue promenade en hauteur en Asie, 480 mètres de long, entre 20 et 30 mètres de hauteur. C'est assez impressionnant de voir la forêt de cette perspective. Sur le chemin du retour, notre guide a trouvé deux phasmes différents. Un premier énorme, pas très bon en camouflage et les deuxièmes, sont bien meilleurs.

La "canopy walk"

Je fais aussi la visite de Clearwater cave et Wind cave. On doit s'y rendre en bateau, c'est assez rafraîchissant d'être sur la rivière. Mulu est un endroit fantastique, la température est confortable mais l'humidité est tellement élevée! J'ai demandé à un guide et il m'a confirmé que 200% d'humidité n'était pas exagéré! Oufff!

Clearwater cave, le nom le dit hihi! Pas évident à rendre en photo.

J'ai quitté Mulu avec 5 ringgits dans mes poches! Je m'en suis bien sortie. Maintenant je suis dans un moment moins intéressant, je fais de la route, des vols et de l'attente car je me rends dans un endroit reculé pour.... PLONGER!!!! Oui enfin! Donc à suivre si vous voulez savoir où je vais plonger dans les prochaines semaines... si je me rends haha!

6
nov

Hier, ça a fait 4 mois que j'ai atterri à Bali! Je ne réalise pas trop je crois la chance que j'ai car ça passe tellement vite! Dans les 2 dernières semaines j'ai eu la chance de découvrir des endroits assez paradisiaques. Pour m'y rendre et revenir, j'ai pris en tout 5 vols intérieurs, fait environ 8 heures de route et 10 heures de bateau.

Mon premier paradis, la microscopique île de Derawan. J'ai passé une semaine dans ce resort magnifique dans un dortoir sur pilotis avec des gens extras, dont la gang de Scuba Junkie Sangalaki.

Ma chambre et mon balcon. Il y a pire comme vie en dortoir!
Le resort

Chaque jour nous allons plonger autour d'une île différente soit, Maratua, Kakaban, Derawan ou Sangalaki. Autour de Sangalaki, il est supposé y avoir des raies mantas à profusion. Malheureusement, la semaine avant ma venue, ils ont eu de la mauvaise température avec la queue du typhon qui a frappé les Philippines. Depuis, les mantas ont déserté l'île. J'ai entendu que depuis quelques jours, ils recommencent à les observer. J'ai donc juste été malchanceuse, mais j'ai quand même fait des plongées incroyables. Lors de notre visite à Kapalai, nous sommes allés nager dans un des deux seuls lacs sur terre où les méduses vivent en eau douce. L'île était auparavant sous-marine et il y a plusieurs milliers d'années, elle a fait surface en emprisonnant dans son centre de l'eau salée et des méduses. Avec le temps, l'eau a été diluée par la pluie et les méduses ont perdu leur capacité de brûler leurs prédateurs car ils n'en n'ont pas à cet endroit. Ainsi ils se reproduisent en masse et nous on peut nager avec!

Les méduses et les éponges qui vivent dans ce lac d'eau douce

Lors de ma semaine sur place, quelques autres touristes ont organisé une sortie pour aller voir les requins-baleines. J'ai décidé de ne pas y aller pour plusieurs raisons. Premièrement, j'avais déjà payé pour les plongées cette journée-là et ma semaine me coûtait déjà assez cher. Ça prend 2 heures de bateau pour s'y rendre et j'ai pas trop le goût de me faire "taper le cul" 4 heures de temps (aller-retour). L'endroit où ils vont, c'est une plate-forme utilisée par les pêcheurs pour récolter de grosses quantités de poissons. Les requins-baleines ont commencé à aller près des plateformes pour manger les petits poissons qui s'échappent des filets et les pêcheurs ont commencé à leur lancer du poisson pour les attirer. C'est donc quasiment garanti d'en voir. Mais je ne voulais pas que ma première rencontre avec cette incroyable créature se déroule ainsi. J'ai donc décidé de rester au resort et de plonger, et me fier à ma chance pour qu'un jour un requin-baleine nage près de moi par hasard en plongée. Les gens me disaient que c'était quasi impossible, mais j'aime quand même mieux attendre, même si ça prend encore quelques années. Tout ça se déroulait le samedi 28 octobre et ils allaient les voir le lendemain. Dans la nuit, on a eu droit à une méga tempête de vent et de pluie. Comme le départ avait lieu à 5h30, la mer ne s'était pas calmée encore, donc la sortie est annulée, hihi je n'ai rien manqué! Le lundi 30 octobre, je quitte Derawan pour aller passer 4 jours avec Scuba Junkie Mabul. Je vais plonger 3 jours autour de Mabul et Kapalai, surtout pour la macro (observations de minuscule créatures) et une journée à Sipadan, supposément le plus bel endroit sur terre. J'espère que ça en vaut la peine, car ça coûte un bras et demi pour une seule journée de plongées. Donc je vous présente des photos de mes plongées autour de Mabul, Kapalai, Derawan, Sangalaki, Maratua et Kakaban

Ribbon eel
Spinny cuttlefish
Banded coral shrimps
Pigmy cuttlefish
Giant mantis shrimp qui attend sa proie dans son trou
Pas évident, mais c'est un crabe orang outan :)
Crabe
Crevette
Peacock mantis shrimp qui joue à la cachette
Squat shrimp
Sea spider
Ornate ghost pipefish
Squat lobster trop mignon :)
Des oeufs de calmars
Femelle whip coral shrimp
Mâle whip coral shrimp
La vie en microscopique
Des oeufs de nudi avec un mini nudi rose :)
Quelques nudibranches
Scorpion fish
Flat head crocodile fish
Photo de famille avec papa, maman et bébé
Bébé tout seul
Leaf fish ou poisson feuille hihi, et ils sont 2!
Seiche ou cuttlefish
Des poissons!
Des coraux, des étoiles de mer, des paysages. C'est trop beau, je n'arrive pas à choisir que quelques photos.

Entre les plongées, on fait des pauses sur les plages autour, dans la mer ou sur le bateau. Une fois, des bébés requins sont venus nager autour de nous.

Kurt, Margrit et Teresa
Tom, Mike, Jordon et Angie
Tit mignon bébé requin
Même des dauphins nous accompagnent!

On a fait une plongée de nuit à Mabul et j'y ai vu toutes sortes de petites pieuvres et calmars. Aussi, les trumpet fish nous ont suivis tout au long de la plongée en chassant dans la lumière de notre lampe de poche.

Bernard l'hermite
Nudi
Trumpetfish affamé
Pieuvre
Crabe décorateur
Mini pieuvre
Flatworm
Pipefish
Plongée de nuit à Mabul

Le 2 novembre on part à 6h30 pour Sipadan. C'est seulement à 30 minutes de bateau, mais on veut faire 4 plongées. La première plongée a lieu à South point. Ça commence tranquillement, un mur infini avec l'eau bleue et une visibilité parfaite mais seulement quelques requins. Deuxième plongée, Barracuda point, qui est le site numéro 1 au monde depuis 6 ans semblerait-il! Je ne veux pas trop avoir d'attentes, car je ne veux pas être déçue! En à peine 5 minutes et dans moins de 15 pieds d'eau, on a vu un banc de Jack fish, un banc d'au moins 50 Bumphead parrotfish, des giants Trevally énormes et des milliers d'autres poissons, je ne sais littéralement plus où regarder. Après un petit bout, on descend le long du mur pour aller voir si autre chose nous y attend. On y trouve tout plein de requins de récifs, des thons, des barracudas énormes et des dizaines de tortues! Encore une fois, je capote! Et tout à coup, apparaît du bleu un de mes rêves, un requin-baleine. J'ai crié tellement fort dans mon détendeur que je pensais perdre la voix. Je regarde vers mon guide et ma binôme, ils ne m'ont pas entendue et regardent vers le récif, tant pis pour eux, je ne manquerai pas ce spectacle pour rien au monde! 10 secondes plus tard, je vois que mon guide l'a repéré et il se met à appeler les autres groupes en tappant sur sa bouteille avec son pointeur. Vous allez entendre sur le vidéo 😀. Le requin-baleine est resté avec nous environ 1 minute avant de repartir vers le large. Je suis contente de voir que tous les gens qui sont sur mon bateau nous ont rejoint, il n'y aura pas de jaloux! Je vous avoue que le reste de la plongée j'ai le sourire assez large, et une seule phrase se répète dans ma tête, celle que j'ai dit 5 jours avant : je vais compter sur ma chance pour en voir un en plongée!!! Pour la troisième plongée, le groupe est très excité de retourner au même endroit, car même si on ne voit pas de requin-baleine, on en a plein les yeux. Je décide d'apporter ma caméra sur cette plongée, car j'avoue avoir un petit regret de ne pas l'avoir eu plus tôt. Après environ 20 minutes de plongée, on aperçoit encore cette majestueuse silhouette et il vient tellement proche de moi, vous verrez le vidéo, qu'il n'entre pas dans ma caméra hihi! Il tourne autour de nous et reste près selon moi environ 3 minutes. Vous allez entendre sur la vidéo, les appels de notre guide, mais personne n'est venu, on l'a eu pour nous 3 seulement 😉. Inutile de dire que sur le bateau certains sont déçus, mais au moins tout le monde en a vu un le matin. Ensemble, on décide de retourner encore au même endroit pour la dernière plongée. Pas de requin-baleine, mais on a vu un banc de barracuda énorme. Finalement Sipadan aura su être à la hauteur de sa réputation. Aussi, puisque j'avais ma caméra, j'ai pu soumettre des photos à whaleshark.org, qui s'occupe d'identifier les individus. Donc j'ai soumis son portrait et j'espère avoir des nouvelles la prochaine fois qu'il sera aperçu.

Barracudas
Barracudas
Je danse devant le 2ème de la journée!
Jack fish
Blue trevally
Sipadan 🐳🐋🦈🐙🐚🦀🦐🦑🐟🐠🐡

Donc, je vous laisse, je dois faire mon sac à dos car cette nuit à 2h20 (beurk!) j'ai un vol pour... les Philippines. Après près de 3 mois en Malaisie, c'est un peu stressant d'aller se relancer dans l'inconnu! À bientôt!

Coucher de soleil lors de mon dernier vol! 
30
nov


En direct des Philippines, je découvre un pays charmant, avec des gens tellement attachants. Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre. En fait ce pays n'était même pas sur ma liste au départ. Mais tous ceux que j'ai rencontrés qui me parlaient de ce pays me l'ont vendu! Comme quoi, voyager avec pas d'plans c'est parfait! Ma première semaine ne fut par contre pas très emballante. J'ai été 2 jours à Manille sous une pluie battante, je n'ai pas vu grand chose, sauf 2-3 bars 😀

Ensuite, j'ai pris un vol vers la province de Palawan, Puerto Princessa. Puisqu'à cet endroit les activités étaient très chères et semblaient plutôt ordinaires, j'ai opté pour passer 2 jours dans la piscine de mon hôtel. Donc, je n'ai vraiment pas découvert les Philippines encore. Mais ensuite, je prends une van pour Port Barton et c'est à ce moment que je commence à voir ce que ce pays a à offrir. Paysages, plages, couchers de soleil, nourriture...

En route pour Palawan

Je trouve dans mon guide, que tout près de Port Barton, il y a un camping de luxe, sur une plage privée avec nourriture incluse. C'est un peu cher, mais ça fait 2 mois que je n'ai pas vu de plage, alors je me lance. Le lendemain matin, il pleut à boire debout et ça ne semble pas vouloir arrêter, je suis un peu déçue car c'est ce jour-là que je vais au "camping". J'hésite jusqu'à la dernière seconde à me présenter au bateau, mais finalement, tant qu'à être sous la pluie, aussi bien y être dans un endroit paradisiaque! Une demie-heure de bateau et je débarque au paradis et la pluie a cessé! Sur le site, il y a 7 grandes tentes avec un vrai lit double à l'intérieur, des hamacs, du sable blanc, de la nourriture incroyablement bonne, des kayaks, des paddle boards et un récif parfait pour aller faire du snorkelling. J'avais réservé 2 nuits, j'y suis restée 3, mais je serais restée 1 semaine, si le camping n'avait pas été complètement réservé. La dernière soirée, on est allés faire du paddle board une fois que l'électricité est coupée sur le site. Donc, en pleine noirceur, avec les étoiles, on voulait voir la bioluminescence. On voulait simplement y brasser nos pagaies pour voir. Mais il y avait tellement de plancton bioluminescent, qu'en moins de 2 minutes on plongeait dans la mer. C'était surréel. J'ai déjà expérimenté le phénomène en plongée de nuit, mais jamais dans ces proportions. Lorsque quelqu'un plongeait, ça faisait de la lumière tellement il y en avait. Je suis retournée à ma tente chercher ma caméra, mais malheureusement on ne voit pas sur les vidéos. Par contre, les 3 autres personnes avec moi se sont amusées en masse à faire des niaiseries dans la noirceur et lorsque je prenais une photo je ne savais jamais ce qui allait apparaître sur mon écran! Méchante drôle séance de photos. Pendant le jour, chaque fois que j'allais dans l'eau, il y avait un petit garçon, Pier, qui venait me rejoindre, il était bien content d'avoir un ami pour jouer dans l'eau et était bien impressionné par ma caméra sous-marine. J'ai aussi réussi à faire du paddle board sur une grande distance sans tomber plus de 3 ou 4 fois 😀.

Le magnifique camping Palawan et mon ami Pier.
Snorkelling de jour et paddle board de nuit :)

Après ces 3 jours au paradis, je suis partie pour El Nido. La seule raison pour laquelle j'y allais, c'était pour prendre le traversier pour rejoindre Coron. Mais, tant qu'à être dans cette ville, aussi bien faire THE activité qui est un tour de bateau pour visiter les îles, plages et lagons autour. J'ai hésité longtemps, jusqu'à 20h30 la veille, avant de décider de le faire. J'avais entendu beaucoup de commentaires à quel point c'est touristique et qu'il y a du monde partout. Mais bon, c'est probablement la seule fois que je serai là, je décide de le faire. Oh boy! Il doit y avoir environ 25 bateaux qui sont partis avant nous, et qui ont le même itinéraire! C'était "jam pack"!!! Les endroits étaient magnifiques, mais avec 150 personnes et 20 bateaux... Aussi, il ne faisait pas beau cette journée-là, donc ça n'aide pas trop. Mais bon, je me dis qu'en 4 mois et demi, c'est la première fois que je me laisse embarquer dans une activité qui ne m'a pas plu. C'est pas si pire 😀.

El nido et les îles autour

Je pars ensuite pour Coron, une île autour de laquelle il y a plusieurs épaves de bateaux japonais de la deuxième guerre mondiale. Sur le traversier, j'ai rencontré Ryan, un écossais que j'avais croisé 1 semaine auparavant à Port Barton. Il avait l'intention de plonger avec le même centre de plongée que moi. Yahou, j'ai déjà un ami! C'est toujours le fun d'arriver dans un nouvel endroit avec quelqu'un que tu connais déjà un petit peu. Mon auberge de jeunesse est parfaite, avec une vue incroyable sur la baie. J'ai fait 3 jours de plongées sur les épaves. C'était malade!! Les deux derniers jours j'étais seule avec le guide, donc on a pu faire de magnifiques plongées là où les autres plongeurs moins expérimentés ne pouvaient aller. Je n'ai pas beaucoup de photos des épaves, car la plupart étaient trop profondes pour amener ma caméra.

Coron, le jeepney de Reggae Dive Center, Renaldo (mon guide) et Ryan.
Quelques petites créatures et un selfie avec un requin 😂

Après Coron, direction Moalboal. À cet endroit, je vais aller... plonger! Ben oui quoi, les Philippines sont un peu le paradis de la plongée. Donc Moalboal est réputé pour les "sardines run". Un gros paquet de sardines qui se déplacent toujours ensemble, comme dans Trouver Nemo! À cet endroit, les sardines y sont à l'année. Je vais donc au Cebu Dive Center pour faire 1 journée de plongée avec eux et voir les sardines... 1 journée s'est vite transformée en 5 jours. Quoi? Je sais, je sais, j'ai aucune volonté haha! J'ai vu les sardines en plongée, mais je suis également allée en apnée, car c'est à environ 20 mètres du bord!

Sardines run de Moalboal en plongée et apnée
Valentina, DM en formation
Leila, la mascotte qui se mérite des sourcils lorsqu'elle fait un mauvais coup!
Bro, le guide extra!

Mais à Moalboal, il n'y a pas que les sardines, la plongée en générale en très bien, surtout autour de la petite île un peu au large, Pescador.

Je quitte Moalboal avec plein de beaux souvenirs d'une petite ville très touristique mais très charmante. Je décide de me rendre à Dauin, et oui, un autre paradis de plongée! Sur papier c'est facile d'aller d'un endroit à l'autre, ça m'a pris seulement un tricycle, un bus, un tricycle, un traversier, un jeepney, un arrêt à l'immigration, un jeepney et une tite marche et je suis arrivée! Tout ça en environ 7 heures. Bon, mon pas trop d'plans pour la suite consistait à quitter les Philippines la semaine prochaine, avant la fin de mon visa, pour aller visiter des pays sans plongée afin de ne pas trop dépenser. Mais la vie en a décidé autrement, car la journée avant que j'achète mes billets d'avion pour sortir du pays, je me suis rendue compte que ma carte Visa a été fraudé. Donc, après avoir parlé avec Desjardins, ils ont annulé ma carte. Je dois donc rester à un endroit où je peux attendre ma nouvelle carte. Voilà pourquoi hier j'ai dû aller à l'immigration pour avoir une extension de visa. Je suis donc "pognée" à Dauin dans un petit endroit parfait pour au moins une semaine! Je sais, je fais vraiment pitié! Donc la vie a décidé que je devais rester aux Philippines et plonger! À suivre...

25
déc


Alors retournons en arrière au début décembre. Je suis restée à Dauin pendant 2 semaines en attendant ma carte de crédit qui est finalement arrivée avec seulement une journée de retard! Pendant la première semaine, j'ai plongé beaucoup, c'est le paradis de la macro. Il y a toutes sortes de pieuvres, seiches, crevettes, nudibranches et poissons. Je suis aussi allée 1 journée plonger autour de Apo Island. On est seulement à 40 minutes de bateau de Dauin, mais c'est un autre monde sous-marin! Des tortues, des coraux de fous, des gros bancs de poissons et une superbe visibilité.

La macro à Dauin

Puisque j'étais à Dauin pour un bon bout, j'ai décidé de partir pour 3 jours sur une île tout près, Siquijor. Sur cette île, j'ai loué un scooter pour les 3 jours que j'y restais. LIBERTÉ! L'île est toute petite, en 1h45 on fait le tour! Mais avec le scooter, je pouvais aller découvrir des chutes d'eau, des plages et des restos hihi! Le premier soir, j'ai rejoint un couple que j'avais rencontré à Moalboal et qui était chez Bongo Bongo à Dauin avec moi, Chris et Jackie! Le lendemain, on se rejoint en début d'après-midi pour visiter la chute Lugnason. Une petite chute dans laquelle on peut se rafraîchir.

La chute, et Chris et Jackie et leurs oreilles infectées!

Ensuite, on se rend à une supposé magnifique plage recommandée sur TripAdvisor et dans nos guides de voyage. On arrive dans un sentier et un garde nous dit que c'est fermé car il y aurait eu des crimes sur cette plage dans les dernières semaines. Bon ok, alors on vire de bord et plan B, on va vers une autre magnifique plage recommandée partout. J'averti Chris et Jackie que selon internet et les gens qui me l'ont recommandée, c'est sur un resort, donc on devra se payer un drink pour avoir accès! On arrive à l'endroit et la porte grillagée est fermée mais pas verrouillée, alors on ouvre et on s'aventure sur le chemin vers le resort. Arrivés au stationnement, il est complètement vide, alors on y laisse nos bolides et on va voir au restaurant, là où on entend de la musique. Il y a un seul monsieur assis et on lui demande une bière, il nous dit qu'il n'y a rien à boire. Effectivement le bar est vide. On voit bien que le resort est abandonné et probablement ce monsieur est venu "squatter" la place! On décide de profiter de la plage quand même. Elle est très ordinaire et la marée est tellement basse, on ne peut pas se baigner. Malgré tout, Jackie est déterminée à boire une noix de coco, alors elle grimpe pour s'en choisir une et sans aucun outil et avec beaucoup de persévérance, elle y parvient en une heure ! Au retour, on s'installe sur la belle plage de l'endroit où Chris et Jackie dorment pour admirer le coucher de soleil.

Le resort fantôme

Le lendemain je pars seule à la découverte des chutes du Zodiac, 12 chutes successives. La dernière est assez grosse pour que des gens y sautent. Je ne fais que m'y baigner. En marchant le long de la rivière, j'ai trouvé un pont, que j'ai traversé et j'ai continué mon chemin sur un sentier que je devinais pas très utilisé. Comme c'était très glissant là où je venais de passer, j'ai décidé de continuer au lieu de revenir sur mes pas, je savais que ça longeait la rivière, alors je me disais que je finirais par aboutir quelque part hihi! Et au pire, je virerais de bord! Au bout de quelques minutes, je débouche sur des habitants de la place qui travaillent fort à enlever des roches de la montagne pour aménager un système d'irrigation en aval de la rivière. Ils se sont bien amusés de voir une fille en bikini déboucher au milieu de leur groupe pour leur demander si elle pouvait utiliser leur pont pour retraverser la rivière. Après un détour de quelques centaines de mètres, je suis arrivée à la chute principale.

Les habitants qui se bidonnent en me regardant partir!

Après les chutes, je me suis trouvée une plage de sable blanc magnifique pour y passer quelques heures.

À mon retour chez Bongo Bongo, c'était le party de Noël pour leurs employés, mais les clients ont été invités à les joindre. Donc on a mangé, joué à des jeux, bu un petit peu et chanté du karaoké jusqu'aux petites heures! Par la suite j'ai relaxé quelques jours en attendant ma carte de crédit. Mes 2 derniers jours, il pleuvait beaucoup, et certains parlaient d'un typhon. Je suis partie pour l'île de Bohol où j'ai atterri dans une maison ancestrale magnifique. Là aussi ça parlait typhon. Effectivement, il a fait très mauvais pendant mes 2 premiers jours à Bohol, mais finalement le typhon en soit est passé au nord du pays. Quand il a enfin fait beau, j'ai loué un scooter pour aller voir les tarsiers, des petits primates nocturnes trop mignons! Avec 2 suisses, Jérôme et Ariane, on est partis en road trip visiter l'île et les Chocolate Hills. Quand on y est arrivés, il pleuvait à boire debout donc je n'ai pas de très bonnes photos. Par contre, on a eu un magnifique arc-en-ciel caché entre les collines.

Notre auberge de jeunesse
Les tarsiers
Les Chocolate Hills
Road trip
Les moyens de transports ici : Jeepney (autobus local) ou scooter pour 5!

Avec une fille rencontrée dans mon auberge de jeunesse, Isabelle, on part vers Anda pour quelques jours, avant que je monte théoriquement vers Malapascua pour passer Noël! On arrive à l'endroit où on dort, qui est magnifique, et j'apprends qu'on peut plonger à cet endroit. Isabelle décide de faire son cours OWD et moi je fais une plongée en après-midi. En jasant avec l'instructeur, il me dit que son autre instructeur est parti le matin même pour le temps des fêtes, alors en blague il me lance "tu veux donner des cours?" Pourquoi pas? Alors j'annule mes plans pour Malapascua et je vais passer les fêtes ici. Il y a pire comme travail! Je donne des cours et je guide des plongées dans des sites magnifiques et entre les plongées, il y a la plage, les hamacs et des gens supers avec qui jaser! Donc on a réveillonné sur la plage en ce 24 décembre en se bourrant la face d'huîtres et de thon! Et pour Noël, une petite plongée entre filles 😀.

1Peace à Anda
Pas facile le travail!
Joyeux Noël!
16
janv

Alors, depuis mon dernier blogue, j'ai changé de pays. Mais auparavant, j'ai défoncé l'année à Anda chez 1 Peace avec des gens extras! On a eu droit à un méga buffet, un feu sur la plage et une température parfaite entre 2 typhons. Le 1er janvier par contre, la nature s'est déchaînée et on a donc dû se remettre de la veille à l'abri en jouant aux cartes! La veille, on a aussi inauguré le bar flottant de Anda, c'est-à-dire un paddle board dans la mer au coucher de soleil! La grosse vie sale! Ah oui, le tout avec une bouteille de rhum à 2$.

Crédit Andi Meyer 

J'ai pris une journée de congé pendant mes 2 semaines et demie à travailler et je suis allée visiter des grottes utilisées par les chamans il y a des centaines d'années sur l'île de Lamanok. Des cérémonies s'y tiennent encore aujourd'hui. On y voit des ossements, des peintures abstraites et les tables pour les sacrifices... de poulets! Pour s'y rendre, on doit prendre un tit mini bateau, Lucas aide le "capitaine" à pagayer.

Lamanok

Toute bonne chose ayant une fin, je quitte ce petit paradis pour la Birmanie. Je débarque à Yangon et j'y reste 4 jours, car j'ai une coupure sous un orteil qui ne veut pas guérir, donc je ne veux pas trop marcher. Yangon est une très grande ville et il y a énormément à voir. Je tombe sous le charme de la Birmanie dès mon arrivée. Il n'y a pratiquement pas de touristes, les gens sont hyper gentils et la nourriture semble bonne. La Birmanie est principalement bouddhiste, même si plusieurs religions sont présentes. Il y a donc plusieurs pagodes et temples à visiter. C'est mon premier pays que je visite et dans lequel je me sens parfois démunie pendant quelques secondes car l'écriture est complètement différente de la nôtre, je ne peux donc pas deviner ce qui est écrit, on dirait simplement un lignée de cercles! Mais malgré cela, il y a toujours quelqu'un qui va te pointer la bonne direction. On se rend vite compte que plusieurs signes/mimes sont universels. J'ai fait un tour sur la ligne de train circulaire, qui fait un grand cercle en banlieue de la ville. C'est un super moyen de découvrir la vraie vie des habitants. On est environ 10 touristes dans le train, c'est un moyen de transport très utilisé par les gens de la place. Tout le long de la ligne, des vendeurs ambulants montent et descendent. On peut quasiment faire notre épicerie sans bouger du train. J'ai goûté des petites pommettes, des oeufs de caille bouillis et des mandarines. Les litchis sont aussi délicieux.

Les plateformes de train
Les gens attendent entre la clôture et le train pour monter à bord.
Le train de Yangon.

J'ai aussi visité la gigantesque pagode Shwedagon qui est au centre de la ville. Les stupas sont recouvertes de feuilles d'or. Des centaines ou même des milliers de gens viennent y prier chaque jour. On y croise énormément de moines également.

Shwedagon pagoda

Il y a aussi la bouffe de rue, le marché de nuit et plusieurs petites pagodes partout dans la ville.

Genre de mélange entre volleyball et akiball, avec une balle en bambou
La vie à Yangon
• • •

Ensuite, j'ai la "grande" chance de prendre un bus de nuit pour aller vers Bagan. J'ai dû dormir 3 ou 4 heures, je m'en viens bonne pour dormir n'importe où! Bagan est extraordinaire. Mon auberge de jeunesse me coûte assez cher (17$ la nuit), mais c'est propre, confo, le déjeuner est bon et on a une piscine. J'ai rencontré plein d'autres voyageurs qui m'ont fait découvrir leurs temples préférés, et quelques jours plus tard je les faisais découvrir à de nouveaux arrivants. Journée typique pour moi à Bagan, parce que j'y suis quand même restée 6 jours hihi... levé à 5h45 pour aller grimper un temple pour le lever du soleil avec les montgolfières, retour vers 8h00 et déjeuner, randonnée en e-bike pour aller découvrir de nouveaux temples, il faut trouver le meilleur point de vue pour ce soir 😃, dîner, piscine et départ vers 16h30 pour aller grimper un temple pour le coucher de soleil. Si vous n'êtes pas fan de couchers et levers de soleil, sautez au prochain paragraphe. 😉

Merveilleux Bagan!
• • •

J'ai aussi fait un tour avec l'auberge de jeunesse qui nous a amené partout dans la ville et les temples. On y a rencontré des jeunes moines novices, des vieilles femmes qui roulent des cigares dans des feuilles d'épi de maïs et la vraie vie dans un petit village.

• • •

On a été très chanceux pendant ma visite, car depuis le 1er janvier ils ne veulent plus que les gens montent dans les temples, mais ils ne renforcent pas encore la règle. Donc on a monté tout plein de temples sans problème, mais d'ici quelques semaines, des portes de fer seront installées afin d'empêcher les gens de monter. On a été très privilégiés de pouvoir vivre ces levers et couchers de soleil magiques. Pour monter dans les temples, il faut ramper sous des barrières, monter des escaliers microscopiques et grimper sur des briques.

• • •

Voici aussi quelques photos des temples pendant la journée.

• • •

Je suis allée visiter un centre de reproduction et réhabilitation de tortues terrestres. Ils font la reproduction, les tatouent, mettent des micropuces et les relâchent ensuite dans une réserve.

• • •

Un jour, mon e-bike est mort en plein milieu de nul part, j'ai donc marché 5 km pour retourner à mon hôtel pour revenir avec un monsieur très confiant de l'arranger. Effectivement, le fil de la batterie était débranché!! 2 minutes et je suis repartie! J'ai aussi fait la rencontre d'un adorable petit chiot qui courait après mon scooter.

Au revoir Bagan et tous les gens merveilleux avec qui j'ai passé de superbes moments au sommet des temples à contempler la beauté des sites.

Alors, c'est tout pour le moment, je vous redonne des nouvelles dans quelques semaines!

2
fév

J'ai continué mon voyage en Birmanie de la même façon que depuis le début, c'est-à-dire avec pas d'plans! En décidant la veille ou le matin même ce que j'allais voir ou faire. Donc après Bagan et le paradis des couchers et levers de soleil, j'ai pris un mini-bus vers Mandalay, une des anciennes capitales de la Birmanie. Comme en Birmanie tout le monde fait plus ou moins le même trajet, j'y ai retrouvé plusieurs compagnons de voyage. Mon premier matin, je me suis levée à 4h30 afin d'aller voir le lever du soleil sur le U-Bein Bridge, un pont en bois construit il y a 166 ans. Ce pont de 1.2 km traverse un lac et est emprunté par plusieurs le matin pour y faire leur entraînement. Je me suis plu énormément à prendre plusieurs photos alors que le pont était quasiment désert, et comme je ne peux pas trop en éliminer, en voici plusieurs exemples. Si vous êtes tannés des levers de soleil, passez au paragraphe suivant. 😜

Lever de soleil au U Bein Bridge

Après ce magnifique spectacle, je retourne à mon auberge de jeunesse et je décide de prendre les choses en main. Bon, je vous ai épargné les détails jusque-là, mais depuis bientôt 3 semaines j'ai des problèmes intestinaux "accaparants" qui commencent à nuire à mon petit bonheur. Je ne suis pas fiévreuse, je mange bien, je dors bien, mais disons que je dois bien planifier mes déplacements! J'ai pris 3 jours d'antibiotiques prescrits par ma médecin à Québec, mais il n'y a aucune amélioration. Donc cette journée-là, je décide de traverser la rue et aller à la clinique en face. Quand j'entre, 4 personnes m'entourent, un seul parle un peu anglais. Je dois lui dire ce qui arrive. Alors me voilà en plein milieu de la salle d'attente à expliquer à de parfaits inconnus que j'ai de la diarrhée qui commence à être sanguinolente et avec du mucus et que je commence à m'inquiéter! Désolé pour les détails, mais en tant que TSA, c'est à ce moment qu'on s'inquiète pour nos tites bêtes à poil, alors j'ai transposé! Le monsieur super gentil m'explique qu'il est vraiment désolé, je vais devoir être patiente, car le médecin enseigne aussi à l'université et n'est donc pas disponible pour le moment. Je devrai attendre au moins... 25 minutes! J'essaie de rester sérieuse, mais j''éclate de rire dans ma tête. Alors je m'assois, prête à attendre quelques heures, on est quand même en Asie! 30 minutes et le médecin arrive. Je le suis dans la salle d'examen avec le monsieur de l'accueil, et 2 autres madames non identifiées. Alors je déballe mon cas au médecin devant tous les témoins, il m'examine et en moins de 10 minutes je repars avec de nouveaux antibiotiques, mon dossier médical birman et une facture de 23 000 Kyats, soit 23$. Un gros 20$ pour la consultation et 3$ d'antibiotiques. Alors que je quitte, le médecin quitte aussi. Il est venu à la clinique juste pour me voir! Quel service! Au cas où vous vous demandez, le lendemain j'allais déjà mieux. En soirée, on est allés en groupe monter les 1 729 marches de la Mandalay Hill, là où plusieurs pagodes se retrouvent et d'où on peut voir le coucher de soleil sur la ville. Je peux vous dire que le lendemain, mes mollets s'en souvenaient!

Ma prescription officielle 😂
Mandalay Hill

Le lendemain, je décide de me trouver un chauffeur de moto pour m'amener dans différents coins de la ville. Je vais visiter l'atelier où le jade est extrait, poli et vendu. Je ne soupçonnais aucunement que c'était si méticuleux comme travail. Ils doivent trouver dans la pierre, à l'aide d'une lampe de poche, la partie verte qui vaut le plus cher, et ensuite ils taillent et le polissage se fait avec un rouleau en bambou activé avec le pied. Tout est manuel!

L'atelier de jade

Ensuite, le chauffeur de moto m'amène dans un monastère, une pagode et à la fabrique de feuilles d'or. Les feuilles d'or sont vendues à travers le pays, et les gens les utilisent entre autres lorsqu'ils vont prier, ils la collent sur un bouddha comme offrande. Elles servent aussi à décorer les temples, pagodes et divers objets. Les femmes se "maquillent" parfois avec également. Je n'ai pas de bonnes photos, mais cet article montre bien la production, encore une fois, manuelle de ce produit: http://www.myanmartravelessentials.com/handicrafts-and-workshops/gold-pounders-workshop-mandalay/

J'ai demandé à mon chauffeur de m'amener dans un centre d'achat ensuite, car je voulais me trouver du linge chaud pour aller dans le nord faire un trek. Il m'a amené dans un centre d'achat... local! Des piles et des piles de vêtements, couvertures, chaudrons, jupes, jouets... Je n'ai pas trouvé ce que je cherchais, mais j'ai vécu une expérience!

Mandalay en moto

En fin de journée, mon chauffeur me propose de m'amener à une "beach" pour le coucher de soleil, vendu! Une fille de l'auberge de jeunesse se joint à nous. Je lui dis que je ne sais pas où on va, mais le gars m'a promis que c'était bien beau! 45 minutes plus tard, à 3 sur la moto, on arrive... au U Bein bridge. Bon j'y étais la veille, mais pour le lever du soleil, alors on va avoir une autre expérience! Que voulez-vous, "beach" et "bridge" en anglais avec un accent birman, ça se ressemble énormément! Il y a beaucoup plus de gens que le matin, mais ça reste tout de même magnifique!

Coucher de soleil au U Bein bridge

Après de grandes discussions avec moi-même, je décide de partir plus au nord vers Hsipaw (prononcez Sipaw) là où je sais qu'il va encore faire froid, mais où les treks sont supposés être magnifiques. La route pour se rendre en autobus est assez mouvementée, je dois prendre une Gravol pendant le trajet, donc lorsque j'arrive vers 19h30, c'est direct au lit, je suis mêlée en tabarouette avec la Gravol! Le lendemain je me réveille vers 8h00 et je vais voir le gars qui organise les treks, pour voir si je peux en faire un ce jour-là. Il y a justement un groupe qui part dans 5 minutes, sauf que je n'ai pas déjeuné, et mon sac n'est pas prêt. C'est un trek de 2 jours, je dois donc quitter ma chambre également. En 30 minutes, je suis prête. Puisque le groupe est déjà parti, l'organisateur vient me conduire en moto là où ils sont rendus. C'est magnifique tout au long de la journée, on marche au travers de différents villages, avec des vues incroyables sur les montagnes, vallées et champs autour. On marche environ 15 km, et au moins 12 de ces kilomètres sont en montée! On arrive dans un village en milieu d'après-midi, et la femme qui nous héberge nous prépare un dîner de roi. On a droit à des matelas au sol assez confortables, avec 2 grosses couvertures chacun, car la nuit il fait environ 10°C et les murs sont en bambou. 😀

La montée en bus sur des tournants en épingle
Jour 1 Hsipaw
• • •

Après une soirée à jouer aux cartes, on est allés faire dodo assez tôt! Le lendemain, on repart dans l'autre direction, mais par d'autres chemins, donc on redescend ce qu'on a monté la veille. Mes mollets ont pris quelques jours à me pardonner les escaliers et ce trek! En après-midi, on arrive à une belle chute d'eau, mais il ne fait pas très chaud, alors personne ne s'est baigné. Retour en ville en tuk-tuk, là où une douche chaude de 20 minutes m'a remise sur pied.

Jour 2 Hsipaw
• • •

Le lendemain matin je me réveille à 6h30 et je décide donc de partir ce jour-là pour descendre vers le sud. Je me rends à la gare pour acheter un billet pour le train qui part à 9h00. Le train arrive à 10h30... ahhh l'Asie 😀 ! Le train au Myanmar c'est une expérience en soit. Ce sont de vieux trains chinois qui roulent sur des rails pas très bien entretenus, donc la vitesse moyenne est d'environ 25 km/h avec un balancement permanent de gauche à droite, qui fait que quand tu regardes le wagon en avant de toi, on dirait qu'on va renverser. Le paysage est magnifique tout au long du chemin, mais le clou c'est lorsque l'on traverse le viaduc de Goiktek, construit en 1899 et haut de 99 mètres.

Train de Hsipaw à PyinOoLwin

Après 8 heures de train, je dois faire 2 heures de taxi pour aller vers Mandalay et prendre un bus de nuit vers Nyaung Shwe, la ville d'où je vais visiter le Lac Inle. Je suis débarquée de l'autobus à 3h00 du matin et j'ai environ 600 mètres à marcher, je refuse donc les taxis, je peux marcher! Mais à 3h00 du matin à Nyaung Shwe, il n'y a pas un chat dans les rues. En fait il y a beaucoup de chiens. Pour la première fois de ma vie, j'étais pas à l'aise avec les chiens. Il y en a 2 ou 3 qui se mettaient à hurler et en quelques secondes, 25 à 30 chiens sortaient des rues voisines pour venir voir et hurler à leur tour. Aucun ne s'est trop approché, j'ai mis ma face de méchante qui se laissait pas impressionner, mais j'étais pas grosse dans mes culottes! Pendant le journée, j'ai rencontré mes compagnons pour la durée de mon séjour à Inle Lake, Alexia la belge, Gal l'israélienne et Ruben l'espagnol. Mes 3 jours en compagnie de ces 3 magnifiques personnes furent extraordinaires, on a rit en masse et on en a dit des niaiseries!!!

Crédit photo : Ruben Campos
Crédit photo : Ruben Campos
Les Ampalapas de Inle Lake

À part faire la fête avec mes nouveaux amis, j'ai aussi visité les environs du Lac Inle. En premier, on fait plusieurs heures de bateau pour atteindre le sud du lac. On croise sur le lac plusieurs pêcheurs qui aiment bien nous montrer leurs habiletés à pagayer avec la jambe.

Les bateaux qui vont nous faire découvrir le lac
Les mouettes suivent les bateaux en espérant avoir de la nourriture
Pêcheur
Ils ramassent les algues, qui servent dans les cigares locaux
Le lac Inle

Pendant la journée, le bateau fait plusieurs arrêts, dans un marché, dans un atelier où les bijoux en argent sont fabriqués, dans un village où on nettoie et grille les noix et fèves de soya, dans une fabrique de fil de soie et de lotus, dans un village où une pagode entourée de centaines de petites stupas nous attend. Cet endroit est magnifique, je ne peux pas trop décrire pourquoi, mais il y avait une certaine magie. Peut-être le fait qu'il n'y avait quasiment personne. Ensuite j'ai monté une petite colline pour avoir un point de vue magnifique sur les villages autour, les montagnes et le lac.

Bijou en argent fait à la main
Un marché local, tout le monde vient en bateau
Elle nettoie les graines de citrouille
On fait des arachides grillées
Le lac Inle
• • •

Pour les derniers jours au Myanmar je décide de descendre un peu dans le sud, où il fait moins froid. Un bus de nuit de 12 heures et un transfert dans un autre bus pour 5 heures et me voilà à Hpa-an (prononcez Pa-an). J'y retrouve Jenny, une allemande avec qui j'ai vu tous les couchers et levers de soleil de Bagan. Le lendemain, on loue des scooters (roses) pour faire le tour des attraits dans les environs de la ville. La plupart consistent en des grottes remplies de bouddhas et des pagodes. La meilleure partie est la route entre ces attraits; on circule dans les villages, au travers des rizières et entre les falaises de roches calcaires. On a traversé une grotte à pied, et de l'autre côté, un petit bateau nous ramène à l'entrée en passant dans une autre partie de la grotte, et le plafond est vraiment bas. En fin de journée, on se rend à une grotte où des milliers de chauves-souris vivent et sortent au coucher de soleil pour aller se nourrir.

Hpa-An
• • •

Dernier arrêt au Myanmar, Moulmein. J'y vais pour une journée et je "loue" une moto et son chauffeur. Il m'a amené à différents sites aux environs de la ville, dont le rocher doré de Nwa La Bo. Le site consiste en 3 rochers disposés un sur l'autre en équilibre précaire, mais qui ne bougent pas du tout. La croyance dit que le tout est possible grâce à un cheveux de bouddha présent dans la petite pagode au sommet des rochers. La montée se fait assis sur des planches dans la boîte d'un gros pick-up. La descente est plutôt rock and roll!

La base des roches, le tout est vraiment en équilibre
Nwa La bo
• • •

Ensuite, on va voir une momie "naturelle" d'un moine décédé il y a 14 ans et que les gens ont préservée sans aucun agent chimique. Les bouddhistes expliquent le tout par le fait que ce moine était rendu très élevé dans les rangs de la méditation et du bouddhisme. Mon guide est vraiment fier de me montrer cela. Disons que pour moi c'est très bizarre, j'ai plus apprécié la vue autour! Ensuite, on va voir le plus gros Bouddha couché du monde, il fait 600 pieds de longs. Le pire, c'est qu'ils sont en train d'en construire un autre juste en face, de 900 pieds! Encore une fois, c'est bizarre comme visite. On va aussi visiter un immense centre de méditation. C'est assez étrange de rentrer dans le centre et de voir tous ces moines assis en silence sous leurs petites tentes anti-moustiques. Pour le coucher de soleil, mon guide m'amène sur cette colline à l'extérieur de la ville, avec une vue magnifique sur tous les cours d'eau environnants. J'ai fini mon voyage au Myanmar dans un magnifique hôtel avec dortoir et un déjeuner de roi! Un buffet de pain! Ça vous semble probablement insignifiant, mais en Asie, le bon pain est une denrée rare.

La momie
Oui oui, j'ai mis mon doigt dans l'oreille du bouddha 😂
Bouddha en bambou
Des "nuns", des jeunes moines femmes
Moulmein 
• • •

Pour retourner dans la capitale pour mon vol, je prends le train. Ça prend 10 heures. Tout au long du chemin, des vendeurs montent et descendent pour vendre du riz, du maïs, de l'eau, des arachides. Pas besoin de bouger de notre siège. Le matin à la gare, j'ai pris quelques photos de la vie locale qui se met en place.

Train Moulmein vers Yangon.

Et c'est maintenant que je vais savoir qui lit mon blog jusqu'à la fin 😀

Je vous annonce que je reviens officiellement au Québec pour environ 6 mois à la fin mars. Je vais passer l'été avec ma famille et mes amis, à plonger, camper, aller à mon chalet et profiter de ce que notre merveilleuse province a à offrir! À mon retour, je vais vider la maison de ma mère qui déménage en condo, donc si vous avez besoin de choses, surtout de cuisine, ça me fera un grand plaisir de vous en faire don. J'ai l'intention de repartir à l'automne, avec le moins de biens possible, là où la vie me mènera...

19
fév

J'ai pris de la vitesse depuis mon dernier blog. J'ai déjà visité tout le nord de la Thaïlande et je vous écrit d'un autre pays, le Laos. Alors commençons pas le début, Bangkok. Comme je ne suis pas une grande fan de grosses villes, je n'avais pas trop d'attentes, mais j'y suis agréablement surprise. Le transport local est facile, c'est vraiment propre et on s'y sent vraiment en sécurité. Le premier soir je vais marcher sur Khao San Road. C'est une rue où se trouvent bars, boutiques pour touristes et restaurants américains et européens. Il n'y a aucun Thai sur cette rue, à part les vendeurs, ce ne sont que des touristes qui veulent "vivre" la Thaïlande. Il y aussi aux 20 mètres un endroit pour se faire masser et ça déborde de gens! Disons que je n'y reste pas trop longtemps. Je décide plutôt de faire ma vrai Québécoise et de trouver le resto de poutine de Bruno Blanchet. Jackpot! J'y suis allée 2 fois. Ce n'est pas la meilleure des poutines, mais pour une poutine asiatique après 7 mois d'abstinence, ça fait la job comme on dit!

Khao San Road
Bangkok Poutine! 
• • •

À Bangkok j'ai trouvé une auberge de jeunesse tellement confortable, et en plus ils ont 2 chiens! Je ne veux pas partir!

Les 2 "gardiens" de Bed and Butler, Bangkok
• • •

Après 1 mois en Birmanie, j'avais visité assez de temples pour un bon bout, alors à Bangkok j'ai juste marché sans but précis. J'ai monté un temple pour avoir une vue sur la ville.

Le Golden mount temple, Bangkok
• • •

Après 2 jours à Bangkok, j'ai pris le train pour Ayuthaya, une ancienne capitale de la Thaïlande. À cet endroit il y a plusieurs ruines de temples et palais des années 1300. À Québec, on a le boulet de canon dans l'arbre, ici ils ont la tête de bouddha. Il semble qu'il y a très longtemps, cette tête est tombée et a roulée entre les racines d'un arbre qui a ensuite continué à grandir. Dans un des temples, un moine m'a donné un bracelet et a bien voulu poser pour une photo ensuite.

• • •

Après un "merveilleux" bus de nuit, me voilà arrivée à Chiang Mai. Je vais habiter dans une maison privée, où ils ont converti 2 chambres en dortoir. Les proprios sont australiens et canadiens et il y a une piscine. C'est comme si j'habitais chez des amis pendant quelques jours. À mon arrivée en Thaïlande, je me disais que je n'irais pas visiter des " sanctuaires" d'éléphants, car j'ai lu beaucoup trop d'histoires de centres qui se disent éthiquement corrects et qui enchaînent les éléphants et les maltraitent. Par contre, Tye le proprio de l'auberge où je suis, réussi à me convaincre d'aller en visiter un qu'il recommande et il me jure que les animaux y sont bien traités. Je capitule, que voulez-vous je suis un peu maniaque d'animaux! Je suis tellement heureuse d'y être allée. Sur place il y a 2 femelles adultes et 1 bébé de 5 mois. Il y a dans cet endroit un mâle et une autre femelle qui étaient en "lune de miel" dans la jungle lors de notre visite. Donc, dans 2 ans il y aura un autre bébé! À notre arrivée, les guides nous ont habillés en vrai "mahoud" (la personne qui suit l'éléphant 24 heures par jour), ensuite nous sommes allés les rejoindre dans la forêt et on a pu les nourrir avec de la canne à sucre. J'ai tenté de me placer entre les 2 femelles pour que quelqu'un puisse prendre de bonnes photos, voyons voir ce que ça donne.

Éléphant à Doi Inthanon
• • •

Ensuite viens le moment de prendre des photos avec le bébé.

Honnnn cuuuute!!
• • •

Une fois que nos sacs de cannes à sucre sont terminés, la maman éléphant vient faire le tour de tout le monde afin de vérifier elle-même qu'ils sont bien vides. Ils montent ensuite dans la forêt pour aller manger, tout y passe, bambou, fougère, écorce d'arbre... Notre guide a vraiment une belle connection avec les éléphants et surtout le bébé, c'est trop beau à voir.

Dans la forêt
• • •

Après le dîner, on accompagne les éléphants à la rivière pour boire un peu. Par la suite, c'est le bain de boue, pour les humains aussi, et ensuite on retourne à la rivière se laver!

• • •

Une fois le bain terminé, le groupe se sépare. Plusieurs retournent en ville, mais on est 4 qui partons avec un guide dans les montagnes. Deux norvégiennes, un québécois et moi. On monte environ pendant 2 heures 30 et on arrive dans un tout petit village où notre guide nous cuisine un super souper de curry vert et ensuite petit feu de camp et à 20h30 tout le monde fait dodo!

Sanctuaire voisin
• • •

Lendemain matin, départ vers la vallée pour se baigner dans une superbe chute d'eau. Ensuite, on fait un court trajet dans une boîte de pick-up pour se rendre à notre départ de descente de rivière sur raft en bambou.

• • •

À mon retour en ville, mon amie Jenny arrive aussi! Le lendemain on va passer la journée dans un parc aquatique. Des vrais enfants de 5 ans!

• • •

Je pars ensuite vers Pai, une petite ville très touristique dans le nord de la Thaïlande. Pour s'y rendre : 762 courbes 😨! Attachez votre tuque et prenez vos gravols! De Pai, je loue un scooter pour visiter tout plein de sites autour de la ville. Encore une fois, la route est plus plaisante pour moi que les sites comme tel. Que voulez-vous, j'aime ça conduire un scooter. Je pense arrêter la plongée, je vais faire de la moto! Ben non!

Autour de Pai
• • •

Le lendemain, on monte encore plus loin dans les montagnes pour aller aux Lod Caves. La route est à couper le souffle, mais avec ses centaines de tournants, je ne peux pas arrêter de prendre des photos. On visite les 3 grottes avec une petite grand-maman qui nous guide avec une lanterne au gaz.

Lod caves

Au coucher de soleil, direction les canyons de Pai. Un endroit assez élevé avec une superbe vue des montagnes autour.

Le soir à Pai, on marche sur la rue et on se bourre la face de toutes sortes de choses délicieuses. Et pour dessert, du riz collant au coconut et de la mangue!

Menoummm

Je retourne passer quelques jours à Chiang Mai, et je vais visiter les "sticky falls" (chutes collantes). Les rochers de la chute sont en roches calcaires, donc poreux. On peut y grimper sans glisser.

• • •

Avec le québécois Olivier, on va suivre un cours de cuisine Thai! Des soupes, des sautés, des currys et... du riz collant! On a mangé comme des porcs.

Qui va réussir sa pâte de curry en 1er?
• • •

Afin de me rendre au Laos, je dois prendre un bus qui nous amène à la frontière, avant de faire 2 jours de bateau sur le Mékong. En passant par Chiang Rai en bus, on arrête au très touristique Temple blanc. Ce temple a été construit il y a moins de 20 ans et ne ressemble à aucun autre temple. J'avais l'impression de visiter le château d'Elsa!

C'était ma visite du nord de la Thaïlande! À bientôt!

9
mars

Alors voici mes 2 semaines et demie au Laos. Pour commencer, on doit faire deux jours sur le Mékong dans un long bateau de bois qui ne va pas vraiment vite, d'où son nom, le "slow boat". La soirée avant de partir de la Thaïlande, on va tous manger dans un resto-bar de Chiang Khong. Le bar a la merveilleuse idée de servir un shooter de téquila avec chaque bière vendue, ouffff. Je suis quand même allée me coucher tôt, mais c'était pas facile! Le lendemain, sur le bateau, un groupe commence à faire la fête assez tôt et on se met à parier sur qui va tomber par-dessus bord en premier en blaguant. Quelques heures plus tard, ils sont assez amochés et comme prévu, une des filles tombe! Bon, sur le coup c'est bien drôle, mais on réalise vite que ça pourrait mal tourner. Le capitaine est averti, mais le bateau est trop long et le Mékong pas suffisamment large pour tourner. On continue donc à descendre environ 20 minutes avant d'arrêter et tourner. Et le bateau cesse de bouger, on attend... quelques minutes plus tard un petit speed boat qui l'a récupérée l'amène au bateau. Elle est vraiment fière, mais déchante vite quand elle voit la réaction de tout le monde à bord qui l'attend! Ce soir-là on dort dans un petit village chez l'habitant, un village qui n'existe que pour les touristes qui font escale du slow boat pour 1 nuit à chaque jour. On a le droit à un superbe coucher de soleil à notre arrivée. Le lendemain, on fait environ 8 heures de bateau et on arrive enfin à Luang Prabang. Ce fut toute qu'une expérience, je ne le referais pas tout de suite. On a quand même eu droit à de beaux paysages. Le deuxième jour à notre départ, sur l'autre rive, des éléphants prennent un bain.

Trop de téquila
On peut voir la fille avec la camisole blanche, avant qu'elle aille nager !
Le départ, avec des éléphants sur l'autre rive.
Slow boat sur le Mékong
• • •

Je reste 2 jours à Luang Prabang, une petite ville avec plusieurs bâtiments d'architecture coloniale française. J'y visite le centre d'information sur les UXO (UneXplosed Ordnance), soit les munitions non-explosées. 30% des 2 millions de tonnes de munitions qui ont été lâchées au Laos pendant la guerre du Vietnam n'ont pas explosées. C'est donc un problème toujours d'actualité ici, alors que dans certaines régions il y a encore énormément d'UXO, ce qui blesse et tue beaucoup de gens chaque année. La visite du centre permet de financer la décontamination de régions entières. Ils privilégient les régions les plus pauvres afin de permettre aux habitants de pouvoir avoir plus de terres agricoles sans risques.

Comme le Laos était sous protectorat français dans le passé, plusieurs enseignes sont encore traduites, par contre ils ne sont pas à l'abri des fautes d'orthographe!

Oups!
Luang Prabang
• • •

J'ai également visité la superbe chute Kuang Si. On se promène tout au long de différents bassins où on peut se baigner avant d'arriver à LA chute. C'est probablement ma plus belle chute à vie!

Kuang Si falls
• • •

Sur le site, il y a également un centre de réhabilitation pour ours noir d'Asie (moon bear). De ce que j'ai pu voir, leur activité principale consiste à faire les pachas!

Malheureusement, les petits hôtels débordent et les prix sont gonflés car c'est le nouvel an chinois et plusieurs touristes chinois viennent visiter et tout est hors de prix. J'avais réservé un hôtel pour 2 nuits et lorsque j'ai voulu rester une troisième, incapable de me trouver un endroit abordable. Donc, je suis partie pour Vang Vieng.

Moon bear
• • •

Pendant le trajet de minivan pour aller à Vang Vieng, j'ai fait la rencontre de Dave, un australien, et Sara, suisse-allemande. Mes premières journées à Vang Vieng ont consisté à faire la fête avec eux et m'en remettre le lendemain... j'ai pu 20 ans! J'ai donc profité d'un bar sur le bord de la rivière où il y a tout plein de hamacs. Petite baignade, lecture et dodo. Ah oui, il ne faut pas oublier le paysage à couper le souffle et les visites des vaches à tout moment. Il y a aussi les gens du coin qui "récoltent" les algues dans la rivière avec un masque de plongée, c'est une drôle de vision. Au coucher de soleil, des montgolfières volent au-dessus de la rivière.

La rivière de Vang Vieng
• • •

Une journée, j'ai loué un scooter et je suis partie découvrir les environs. C'est vraiment magnifique, les paysages karstiques sont partout. Il y a aussi quelques lagons, mais la plupart débordent de touristes, donc je ne m'y baigne pas.

Autour de Vang Vieng

Vient ensuite le temps de descendre vers le sud du Laos pour aller faire la boucle de Thakhek. Un circuit de moto de 3, 4 ou 5 jours. Afin de m'y rendre, je prends un autobus jusqu'à Vientiane (environ 3 heures) où on arrive à 17h30. La madame nous dit d'être prêts à 18h30 pour le départ. Donc, souper rapido et retour à la station. Un monsieur vient nous chercher à 19h00 et nous amène à un minivan qui nous transfère à une méga station de bus. Reste plus qu'à trouver le bon autobus qui part à 21h00. C'est un autobus couchette, ma première fois à vivre cette "expérience"! Les couchettes sont faites pour les asiatiques, donc disons que j'ai quelques centimètres de trop. De plus, on partage à 2 le lit, qui doit être large comme un lit simple et demi. Disons que le sommeil n'a pas été trop au rendez-vous! Pas grave, l'autobus nous débarque sur l'accotement de la route à 1h30 du matin. Reste juste à prendre un tuk-tuk et dormir quelques heures. Je me réveille vers 8h00 et décide de partir pour débuter la boucle. Sur la route je fais quelques arrêts dans des grottes et à une chute d'eau, qui est plutôt un tas de grosses roches vu que nous sommes dans la saison sèche. Encore une fois, autour c'est des karsts, donc la route est superbe. Quelques kilomètres avant mon arrêt pour la nuit, le décor change, c'est un grand réservoir d'eau créé par la construction d'un barrage hydroélectrique en 2008. On y voit donc les forêts inondées. C'est triste et magnifique à la fois. J'arrive en fin d'après-midi au Sabaidee Guesthouse, et j'y fais la rencontre de mes compagnons de voyage des jours suivants. Alix, Benoît et Bastien, les français, et Alex, le belge. On joue à la pétanque et on mange comme des rois au BBQ organisé par la guesthouse.

Couchettes dans l'autobus
• • •

Le deuxième jour, je pars avec mes nouveaux amis pour 150 km de routes sinueuses et en montagne. On s'arrête dans un lagon pour s'y baigner. Petit concours de plongeons, ou de bombes. Ensuite on repart pour atteindre le village de Konglor. Sur la route on doit être prudents. Il y a des voitures, des camions, des motos, des vélos, des tracteurs, des enfants, des vaches, des porcs, des buffles, des bébés cochons, des chiens, des poules ET... des nids de poules!

La route vers Konglor
• • •

La troisième journée, on va visiter la grotte de Konglor. C'est une grotte qui traverse la montagne sur plus de 7 km. On doit prendre un minuscule bateau qui nous fait découvrir cette merveille. C'est complètement noir à l'intérieur, donc ils nous fournissent de grosses lampes frontales.

Konglor
• • •

Après on décide de retourner où on a dormi il y a 2 jours au lieu de compléter la boucle, car des gens nous ont dit que le chemin qui reste n'est pas très beau et assez dangereux. Donc, 150 km plus tard, on arrive sur le réservoir du barrage pour le coucher du soleil. Ce soir là je me suis trouvé une autre nouvelle amie, elle a 3 ans et parle à peine anglais, mais on a bien rit. J'ai redécouvert le plaisir de faire de châteaux de cartes.

La dernière journée on retourne vers Thakhek avec un petit arrêt à un coin baignade dans une rivière. J'ai fait 550 km de route en 4 jours sur mon petit scooter. Ce soir-là on prend tous l'autobus pour les 4 000 îles. Un petit 12 heures de bus local nous attend.

• • •

Voici le avant-après, au début du voyage d'autobus, et 14 heures plus tard dans le bateau qui nous amène sur l'île de Don Det. Il est 8h00 du matin.

Autobus et bateau

J'avais prévu rester plusieurs jours dans les 4 000 îles, mais il fait tellement chaud que je n'ai pas trop de plaisir, sauf lorsqu'on se baigne à la piscine d'un hôtel ou dans les chutes d'eau. Par contre, pour aller aux chutes, ça prend un vélo et quand on pédale, Y FA CHAUD! Je crois que c'est le plus inconfortable que j'ai été de ma vie. C'est triste, car c'est superbe les 4 000 îles, mais je n'en ai pas profité. Un jour, j'y retournerai pendant une autre saison. J'ai toutefois dormi dans un tipi en bambou dans le fin fond de nul part, où je n'ai pas eu besoin de mes bouchons d'oreilles, ça c'est le bonheur!

Les 4 000 îles
• • •

Je quitte mes nouveaux amis pour me rendre au Cambodge. Surprise, en attendant le bateau, je retrouve Sara, tsé avec qui j'ai un peu trop fêté! Alors on fait la route ensemble et on traverse la frontière du Laos à pied ensemble.

Bye bye Laos!

J'ai découvert des paysages époustouflants, j'ai rencontré des compagnons de voyages qui vont me manquer, j'ai mangé des baguettes de pain comme jamais, mais j'ai un peu l'impression de ne pas avoir vu le vrai Laos. Peut-être que pour moi 2 semaines et demie pour un pays c'est pas suffisant, je devrai donc y retourner 😀

28
mars

Alors, on entre au Cambodge à pied, et c'est une des frontières les plus compliquée à traverser. La corruption est très présente et on doit payer un petit dollar par ici et un petit 2 par là! Mais bon, au bout de 2 heures on a nos visas! On arrive à Siem Reap assez tard le soir, donc le lendemain c'est journée relaxe pour faire mon blogue, profiter de la piscine, découvrir la ville et préparer mes prochains jours dans les temples d'Angkor. J'ai loué un vélo électrique pour faire la visite des temples pendant 2 jours. Je pars assez tôt le matin, et déjà il fait extrêmement chaud. La visite des temples est superbe, mais assez écrasante! Je suis heureuse d'avoir choisi une auberge de jeunesse avec piscine! Plusieurs des temples ont été envahis par les arbres depuis qu'ils ont été construits entre le 12ème et 14ème siècle. C'est ce qui rend ce site historique si extraordinaire.

Pour le dîner, je dois arrêter à un endroit où je peux charger mon vélo électrique. Je regarde le menu et le riz frit, le plat habituellement le moins cher en Asie, est 6$ US. On paye généralement 1$ max. Je dis à la jeune fille que c'est trop cher, je vais aller ailleurs. Elle me demande alors combien je veux payer, heuuuu... je n'ai jamais "bargainé" un repas! Finalement je me "deal" un plat de nouilles pour 4$, bonne affaire dans le parc! Le lendemain, j'ai fait des provisions au marché avant mon départ, donc pas de repas à des prix exorbitants! Après le lunch, je repars pour visiter d'autres temples, et je tombe sur des ruines envahies par des singes. En tant que maniaque que je suis, j'ai dû y rester 2 heures. Il y a au moins 6 bébés de quelques semaines. Plusieurs hommes, dont 2 moines, sont sur place avec leurs caméras et ne lâchent pas d'une semelle les bébés. Je fini par demander à un moine, généralement ils comprennent un peu l'anglais, et avec des mimes et 3 ou 4 mots il me dit que c'est pour un documentaire. À suivre, je n'ai pas plus de détails. Les hommes sont très respectueux des animaux, n'essaient pas de les toucher ou de les attirer, et on voit bien que les bébés comme les mamans sont très à l'aise en notre présence.

Ensuite, je visite le fameux Angkor Wat, avec les milliers d'autres touristes. Je réussi à trouver un endroit à l'arrière où il n'y a personne et je peux avoir quelques bonnes photos.

Angkor Wat

Le lendemain je pars à la découverte de plusieurs autres temples. Il y a encore de magnifiques endroits où la nature a repris le dessus.

Dans les rues de Siem Reap, trouver un tuk-tuk n'est pas un problème, mais comme il y a beaucoup trop de chauffeurs pour le nombre de clients, ils prennent le temps de se reposer confortablement.

L'heure du break!
Regarder bien la piste cyclable 😀

En fin de journée, je suis prête à retourner en ville et me baigner, mais je tombe à nouveau sur les singes, ils sont environ à 2 km d'où ils étaient la veille. Je ne peux pas m'empêcher d'y rester encore un bon bout.

• • •

Il ne me reste que 2 semaines avant mon retour, et je veux passer au moins 5 jours à la plage à rien faire! Je fais donc des recherches pendant plusieurs heures pour trouver l'endroit parfait, que je finis par dénicher, au nord de l'île de Koh Rong, à Lonely Beach. Sur place, il n'y a pas d'électricité, pas d'eau courante, on est dans la jungle et il y a des hamacs partout. La mer est superbe, on peut y faire du snorkelling, le sable est blanc et on est environ 30 personnes! Quoi rêver de mieux! J'y suis restée 1 semaine! Bon, on est dans la jungle, donc quand on va à la salle de bain on a souvent des amis qui nous accompagnent. Pour les peureux, ce fut toute qu'une expérience. Le dortoir est ouvert, et on a des moustiquaires sur nos lits. Parfois, quelques amis s'y retrouvent aussi. J'ai vraiment trouvé ça charmant, même si je sais que ce n'est pas pour tout le monde.

Au réveil
On est dans leur habitat!
• • •

Quelques photos du site, de la plage et de quelques bibittes sous l'eau.

Le resto
• • •

En prime, coucher de soleil magnifique tous les soirs.

À Lonely Beach, j'ai rencontré 2 canadiens, Brianne et Cheyne, ainsi que Daniel, un allemand. Les 2 gars sont partis avant nous, mais Brianne et moi partons ensemble pour Kampot où on y retrouve les 2 autres quelques jours plus tard. On part tous ensemble faire une journée de scooter pour visiter un parc national (en scooter), des grottes, et le marché de crabes de Kep. Au marché, on déguste la spécialité de l'endroit, du crabe poêlé au poivre de Kampot. Le poivre de Kampot est, semble-t-il, reconnu mondialement. Ils utilisent du poivre vert, celui qui vient juste d'être cueilli. On s'est bien régalés, mais on avait encore faim, donc direction le marché de nuit pour y manger pas cher! À cet endroit, il y a plein de manèges pour enfants et lorsque l'on ressort, on passe devant le carrousel et une chanson que je connais joue. Je regarde autour, des grands-parents cambodgiens sont assis sur un banc et marmonnent la chanson. Je vous le jure, j'ai chanté Pirouette Cacahuète avec des cambodgiens dans un marché de nuit à Kampot. Ils ont bien rit de voir que je connaissais toutes les paroles!

Journée de scooter
• • •

Notre dernière journée ensemble Brianne et moi, on prend un tuk-tuk pour aller visiter une plantation de poivre. Je ne m'étais jamais vraiment demandée d'où venait le poivre et surtout pourquoi il y avait toutes ces couleurs, qui finalement viennent toutes de la même graine, qui est récoltée et où séchée différemment selon le produit recherché. Si on veut du poivre noir, on prend le grain vert et on le fait sécher plusieurs jours. Si on veut du poivre rouge, on prend les grains mûrs (rouge) et on les fait sécher, pour le poivre blanc, même grain, mais sans la peau. On a dégusté tous ces produits, très intéressant! Aussi, ils produisent du poivre long, très épicé. Sur place, ils utilisent des buffles d'eau pour faire des tours dans les champs et aller dans le lac. Le buffle d'eau adore nager, c'est assez hors du commun de les voir si à l'aise dans l'eau. Donc, ils ont plusieurs buffles qui étaient utilisés auparavant dans les champs pour l'agriculture, et ils sont maintenant libres dans les champs et les rizières. Quelquefois par semaine, ils les attellent et font des tours. Ils sont vraiment bien traités, pendant le tour, le "pilote" les arrose, leur fait des massages et les change avec un nouveau couple a mi-chemin. À la fin, il décide de les faire courir sur quelques mètres et devinez où est le gaz... un doigt dans le peteux! Ben oui, c'est de même qu'on fait courir un buffle d'eau 😂.

Quand il pleut, les rues sont inondées longtemps.
La vie dans les champs
Transport de glace, ils n'ont pas de frigo.
Tellement pollué malheureusement comme pays
La vie au Cambodge
La plantation de poivre
Ça c'est attaché solide
Buffles d'eau
• • •

Ma dernière journée libre, je suis à Phnom Penh, la capitale du Cambodge. J'y ai visité le musée du génocide S-21. Oufff! C'est assez horrible comme histoire, et le musée est vraiment bien fait, ce qui en fait une visite très émotionnelle. On ne peut même pas imaginer les horreurs qui ont eu lieu entre ces murs et lors de cette époque des khmers rouges. En fin de journée, j'ai fini mon voyage sur une note plus légère en allant visiter Margaux, une française rencontrée en Malaisie et qui étudie à Phnom Penh depuis quelques mois. C'était bien de la revoir avant de repartir pour le Québec.

S-21, ancien lycée devenu prison devenu musée

Pour le retour, je prends un vol vers Bangkok où je reste une nuit. Et en fin de soirée le lendemain (27 mars) je prends un vol vers Beijing. Atterrissage à 2h00 du matin et on décolle pour Montréal à 1h00 de l'après-midi. Je dois donc me trouver un tit coin pour tenter de dormir. Mission moyennement réussie! J'ai donc pu voir le lever de soleil du 28 mars en direct de Beijing. Ensuite dans l'avion, en passant au-dessus de la Russie, le soleil s'est couché. Après 4 ou 5 films, le soleil s'est levé au-dessus de l'Alaska et on est encore le 28 mars! Voyage dans le temps!!! Je suis maintenant arrivée à la maison et il ne me reste qu'à reprendre mes 48 heures de voyage en sommeil!

Restez branchés, dans les prochains jour (ou semaines) je ferai un petit bilan de cette extraordinaire aventure de 9 mois en Asie du sud-est. Ne vous en faites pas, ce n'est pas mon dernier voyage!

Deuxième lever du soleil du 28 mars
5
avr

L'heure est maintenant au bilan. Neuf mois plus tard, me voici revenue dans ma ville natale, et pour me souhaiter la bienvenue, mère nature m'a accueillie avec une belle tempête de neige le 4 avril.

Pendant ces neuf mois à découvrir l'Asie du Sud-Est, j'ai visité 8 pays : Indonésie, Malaisie, Singapour, Philippines, Birmanie, Thaïlande, Laos et Cambodge. Afin de me déplacer à travers tous ces endroits, j'ai pris des avions (27 vols), tuk-tuk, rickshaw, scooter, becak, autobus VIP, autobus local (avec poules), taxi, minivan, bateau, traversier, train, moto, boîte de pick-up, pirogue et bangka. J'ai dormi dans une soixantaine d'auberges de jeunesse différentes et au moins 8 autobus de nuit. En tant de gaffeuse professionnelle, j'ai laissé ma trace à plusieurs endroits, j'ai perdu ou brisé 5 paires de lunettes fumées et 3 paires d'écouteurs. J'ai abandonné sur des cordes à linge ou sur un lit : une serviette de voyage, un imperméable et une camisole et je vous épargne le décompte du nombre de bouchons d'oreilles perdus dans une craque de lit.

Tout au long de mon voyage, j'ai fait environ 135 plongées, ce qui laisse un gros trou dans mon budget mais que je ne regrette aucunement. J'ai eu la chance d'observer diverses espèces d'animaux comme les varans, orangs-outans, singes nasiques, sangliers, chauves-souris, singes Thomas leaf, singes silver leaf, tortues vertes et Hawksbill, requins-baleines, et des milliers d'oiseaux, papillons, poissons et reptiles.

J'ai appris à connaître différentes cultures autant asiatiques qu'occidentales en côtoyant des gens des Pays-Bas, Allemagne, France, Angleterre, Belgique, Suisse, Autriche, Italie, Argentine, Chili, Vénézuela, Finlande, Roumanie, Nouvelle-Zélande, Australie, Israël, États-Unis et plein d'autres, ce qui ne fait qu'allonger la liste des pays que je devrai visiter dans les années à venir.

Quelques choses que j'ai apprises sur moi : je n'ai pas du tout la fibre du marchandage, ça m'aura pris au moins 6 mois avant de commencer à me sentir moins mal de devoir ''dealer'' un prix pour un taxi, souvenir, ou vêtement. Dans la vie en général, j'ai tendance à accomplir mes tâches très rapidement, mais en voyage je suis vraiment vraiment bonne pour prendre mon temps. Je peux passer 5 jours dans une ville où les gens restent généralement 2 jours. J'adore rester plusieurs jours dans un même endroit et me faire une petite routine, apprendre à connaître les gens du coin et me trouver des petits coins favoris, ensuite on recommence dans un nouvel endroit! Dans ma vie en général, j'ai tendance à faire beaucoup de recherches sur des nouveaux endroits, hôtels et sites à visiter. Ce voyage-ci, je l'ai abordé différemment, en ne faisant pas ou peu de recherches sur les endroits où je me rendais et en me fiant à ce que les gens me disaient. Ainsi, je n'avais pas trop lu et vu aucune image des différents sites et villes, donc je n'ai jamais été déçue et ce fut une révélation. Je me suis trouvée à être impressionnée par des vues magnifiques que mes compagnons trouvaient ordinaires car sur Google ils avaient vu des photos extraordinaires. J'ai aussi découvert qu'après un certain temps, tout ce qui semble difficile à s'habituer devient normal. En arrivant en Indonésie, ils conduisent à gauche, donc mon cerveau ne savait plus où regarder pour traverser la rue et si je devais conduire un scooter je devais me conditionner pendant quelques minutes à conduire du bon côté. En Malaisie, ils conduisent à gauche également, donc j'ai été pendant 4 mois à l'envers. Mon cerveau s'est habitué en quelques semaines. Quand je suis arrivée aux Philippines, où il conduisent à droite, j'ai dû me réadapter, même si depuis 36 ans ce fut le cas à la maison. Ensuite vient le Myanmar, où ils conduisent à droite mais le volant est à droite dans le véhicule (restant de l'époque où ils étaient une colonie britannique). À ce point, je crois que mon cerveau à abandonné la bataille et en moins de quelques minutes j'étais adaptée. Par la suite vint la Thaïlande (à gauche) et le Laos et Cambodge (à droite) et à ce point, je ne me posais plus aucune questions!

J'ai eu la chance d'apprendre un peu quelques langues, particulièrement l'indonésien et malaisien, deux langues qui se ressemblent. Je peux vous dire bonjour et merci dans les langues officielles de tous ces pays. Par contre, plusieurs dialectes sont également parlés dans toutes ces nations, et ce fut extrêmement enrichissant de voir les différences entre toutes ces communautés. Aussi, la découverte des religions est une grande partie du voyage dans ces endroits où plusieurs croyances cohabitent dans un même pays, voire dans une même ville. On passe de l'islam au christianisme à l’hindouisme juste en Indonésie. Sur Bornéo, il y a des musulmans, des chrétiens, des taoïstes, des hindous, des animistes et j'en passe. Tous les locaux avec qui je discutais sur Bornéo de la diversité culturelle et religieuse de leur région me disaient à quel point ils en sont fiers. De plus, ça fait beaucoup d'occasions de fêter et de se bourrer la face de toutes sortes de festins : Noël, nouvel an chinois, Dipavali, la fin du Ramadan... Plus je voyage, moins je comprends d'où vient la fermeture d'esprit et les préjugés de plusieurs occidentaux envers la diversité. La découverte des cultures, des religions, des croyances et de la nourriture, c'est une chance énorme que l'on a, au lieu de se fermer l'esprit et de se fier seulement à ce que TVA et Facebook veulent bien nous montrer, sortons de notre bulle et ouvrons-nous à la différence.