Week end à Budapest

Un week-end dans une capitale européenne pour un budget d'étudiant ? C'est par ici que ça se passe ! Du froid, des panoramas et du bon goulash !
Du 15 au 19 janvier 2017
5 jours
Partager ce carnet de voyage
15
janv

Arriver de nuit à Budapest, c'est découvrir une ville silencieuse aux mille et une lumières. Tous les édifices sont magnifiés. Ils revêtent leurs plus belles couleurs devant les projecteurs.

C'est dans cette ambiance rayonnante, que, mon amie et moi, nous avons fait nos premiers pas dans cette capitale. Les bâtiments sont vraiment imposants et d'une architecture remarquable. Après être allées voir la Basilique Saint-Etienne de Pest, nous avons continué notre chemin jusqu'aux rives du Danube, où s'élève le pont suspendu appelé "Chain Bridge". De l'autre côté de ce fleuve, sur lequel des glaçons flottaient, divers palais et églises étaient illuminés . Le spectacle est magnifique. La promenade le long du Danube est, certes très froide, mais les yeux en sont ravis. Nous sommes arrivées au Parlement, élevé devant nous, dans son style néogothique. La réalisation est impeccable. On en prend plein les mirettes !

Pour nous réchauffer, un bon goulash nous attendait non loin de là, dans un restaurant désert. Cette spécialité hongroise n'est ni plus ni moins qu'une soupe avec du bœuf et des légumes baignés dans un bouillon. A déguster sans modération et avec du bon pain !

L'auberge où nous avons passé quatre nuits est le Adagio Hostel 2.0 Basilica. Il offre un confort optimal, de grands espaces conviviaux à partager avec les autres voyageurs. Une cuisine, ainsi que tous les ustensiles dont vous avez besoin sont mis à disposition pour préparer vos propres petits plats. C'est un lieu de rencontre et de dialogue. Nous avons dormi en dortoir (8 lits). De plus, cette auberge est située à deux minutes de la Basilique Saint-Etienne. Certaines chambres ont vu sur sa façade.

16
janv

La première visite de la journée fut la Basilique Saint-Etienne. Nous avions déjà eu un avant gout de son caractère en admirant sa façade la veille. A l'intérieur, l'espace est impressionnant. La coupole est sertie de magnifiques mosaïques représentant les personnages importants de la Bible. L'architecture est épurée. Au petit guichet dans l'entrée de la Basilique, une dame vous propose de monter en haut de la coupole pour admirer le panorama extérieur. Moyennant un prix dérisoire, nous voilà embarquées à monter les 302 marches qui séparent le sol du sommet de la Basilique. Il existe également un ascenseur, mais nous avons choisi la méthode la plus sportive ! Le chemin jusqu'au panorama se compose d'un dédale d'escaliers exiguës et de pièces étonnantes. A l'arrivée, la vue est saisissante. Une terrasse offrant un panorama à 360° sur Pest a été aménagée tout autour de la coupole. Malgré un petit brouillard, on y voit loin.

Non loin de là se trouve le quartier de l'ancien ghetto juif, au sein duquel se trouve la Nagy Zsinagoga. C'est la plus grande synagogue d'Europe, édifiée entre 1854 et 1859. Il y a un cimetière et un jardin derrière l'édifice, avec de nombreuses œuvres en hommage aux juifs déportés pendant la Seconde guerre mondiale. Nous avons pris le temps de faire la visite en français prévue à certaines heures précises. La guide raconte l'histoire du peuple juif hongrois aux différentes époques et la construction de cette synagogue. Elle présente une architecture spéciale, qui se rapproche des églises catholiques par la présence d'un orgue, et par la forme rectangulaire de l'édifice. Ces particularités reflètent la position des rabbins de cette synagogue, attachés à un judaïsme réformé.

Dans l'enceinte de ce lieu de culte se trouve le Musée juif. Nous y avons beaucoup appris sur les traditions et les fêtes juives. Tout un ensemble d'objets sacrés et religieux sont présentés au public. Ce musée est très complet.

De l'autre côté de la ville, nous sommes sorties du métro pour admirer la Place des Héros. Elle se trouve au bout de l'avenue Andrassy, les Champs-Elysées hongrois. La colonne sur laquelle se tient l'archange Gabriel est un hommage au roi Istvan. Au pied de la statue, sont représentés les sept chefs des tribus qui auraient conquis la Hongrie.

En continuant notre chemin, nous voilà arrivées dans le Parc Varosliget. Cet havre de nature ! Il y a un zoo, un étang faisant office de patinoire l'hiver, un complexe thermal et le Château de Vajdahunyad. Cet étrange château nous a intrigué. Il est tout droit sorti des contes de chevaliers. Le décor nous a plongé dans une période lointaine. Un homme jouait de la guitare à l'entrée, pour ajouter de la magie au lieu. Ceci dit, cette magie retombe très vite lorsqu'on se rend compte qu'il n'y a pas grand chose à voir, et que ce n'est que du cinéma.

Nos ventres criant famine, nous avons acheté des pains traditionnels hongrois qu'un homme vendait dans une roulotte. La dégustation se fit les fesses gelées sur un banc glacé. Il faisait très froid les pieds dans la neige.

Après ce menu festin, nous avons repris le métro en direction de notre auberge pour nous réchauffer. Le métro hongrois sent divinement bon, il est très bien aménagé et propre ! Les rames nous font voyager dans les années 1980 avec leurs couleurs vives et leur vétusté.

Le soir, nous sommes reparties en direction du quartier juif pour déguster un bon goulash bien chaud ! La synagogue se trouvait sur notre chemin, pour rejoindre le lieu de notre soirée : le Szimpla ! Dans ce quartier se trouvent de nombreux "ruin bars". Ce sont des espaces en ruines qui ont été réaménagés pour accueillir la population nocturne, prête à en découdre jusqu'au bout de la nuit. L'aménagement et la décoration sont donc très approximatives, lumineuses et étonnantes. C'est ce qui fait le charme de ces bars.

17
janv

Debout de bon matin, nous prenons un petit déjeuner copieux dans l'une des petites boutiques présentes sur la place de la Basilique. Aujourd'hui, notre but est de franchir le Danube ! L'habituelle balade au bord du Danube s'impose donc pour admirer la grandeur du Parlement. Sur notre chemin, sur les quais, sont disposées des Chaussures de fer. C'est en hommage aux nombreux juifs hongrois déportés que cette oeuvre a été intégrée aux quais. L'image de ces chaussures en fer, vides et usées toutes tournées vers le Danube, prend au cœur. Aujourd'hui encore, des personnes déposent des bougies, des fleurs ou des objets symboliques, dans les chaussures.

En continuant notre chemin, le Parlement hongrois se dresse enfin devant nous, immense et magistral. La façade est impressionnante dans son style néogothique. Nous n'avons pas été faire la visite guidée en français, l'horaire ne collant pas avec ce que nous avions prévu.

Après avoir fait le tour du Parlement pour admirer toutes les facettes de sa façade, nous décidons de prendre le tramway pour traverser le Danube. De l'autre côté, du côté de Buda, la vue sur le majestueux Parlement en jette un maximum ! On se rend compte de l'énormité de l'édifice.

Nous voilà prêtes à gravir la colline qui sépare les berges du haut de Buda. Sans jeter un œil sur le palais de Budavar, prévu pour le lendemain, nous rejoignons directement le Bastion des pêcheurs et Matthias Church. L'église paroissiale, qui se dresse devant nous, est également imprégnée d'un style néogothique. Son toit orné de différentes tuiles de couleurs ressort très bien sur le bleu du ciel. L'entrée était payante, nous ne sommes alors pas entrées à l'intérieur.

L'église est entourée de remparts qui forment ce qu'on appelle le Bastion des pêcheurs. Avec ces tourelles et ces créneaux, on se croirait dans un décor de Disneyland enneigé. Ces fortifications offrent une vue inouïe sur le Danube et sur Budapest, tout au long du chemin de ronde. Nous avons tellement apprécié que nous sommes revenues nous planter devant le spectacle après avoir déjeuner. Le soleil se couchait petit à petit.

En redescendant, la vue en contre plongé sur le bastion et sur l'église nous fait nous sentir tout petit. Les couleurs sont magnifiées en fin de journée.

C'est avec empressement que nous avons rejoint les rues de Buda, tantôt descendant un escalier gelé, tantôt apercevant une église ou une école. Ce côté-ci de la ville est beaucoup plus calme. Néanmoins, l'architecture des bâtiments est bien plus agréable que de l'autre côté du Danube. De plus, comme Buda a été édifiée sur une colline, la vue offre toujours un beau spectacle sur Pest.

Cette promenade nous mena à notre prochaine visite : le Bain Kiraly. Effectivement, cette étape est prévue pour se détendre après déjà deux jours de marche intensive et de froid polaire. A Budapest, il existe de nombreux bains qui utilise de l'eau thermal. Notre choix s'est arrêté sur le bain Kyraly car il est fréquenté par des locaux et que le cadre est très beau et rustique. Il nous avait été recommandé.

L'entrée n'a rien de magistral, on dirait même l'entrée d'une piscine. Pas plus d'émerveillement pour les vestiaires, malgré qu'ils soient très grands. On dirait un labyrinthe de pièces carrelées, de cabines et de casiers. Une fois arrivées aux bains, on entre dans une toute autre ambiance. De vielles pierres ornent les murs. Une coupole en pierre a été construite au dessus du bassin principal, trouée de petits puits de lumière. Il y a cinq bassins, tous de températures différentes (de 24° à 42°). Il y a également un accès à un hammam et à deux saunas distincts. De quoi bien se relaxer en fin de journée. L'obscurité et le calme du lieu permettent de détendre tous les sens.

En ressortant du bain, la différence de température est saisissante avec l'extérieur. Nous avons marché le long des berges pour garder notre chaleur corporelle. Nous sommes dons passées de nouveau devant le Parlement, illuminé de mille lumières. Pour retourner du côté de Pest, nous avons emprunté le Chain Bridge à pied. Au dessus du Danube, le froid est saisissant, mais le spectacle vaut la peine de se geler le nez.

18
janv

En fin de matinée, enfin réveillées et prêtes, nous sommes allées à la rencontre du Palais de Budavar. Une relève de la garde était en cours lorsque nous sommes arrivées. Plongées dans l'ambiance, nous avons découvert l'immense entrée et le balcon sur le Danube. Du palais, il est possible d'admirer la vue sur Budapest et sur le Danube. C'est une place privilégiée. Le Palais royal abrite la Galerie nationale qui compte la plus grande collection d'arts de Hongrie. On y trouve également le Musée d'histoire de Budapest, ainsi que la Bibliothèque nationale hongroise. Malheureusement, en manque de sous, nous avons choisi de ne visiter aucun de ces sites ...

Les jardins sont très accueillants et animés. Une promenade en milieu de journée est très agréable. De plus, la position du soleil permet de profiter au maximum du panorama. Des stands de nourriture et de souvenirs s'y trouvent. La vue reste la même tout au long de la terrasse.

Pour notre goûter, nous nous sommes arrêtées dans une petit boutique en face de l'église Matthias : Ruszwurm Cukraszda. Plusieurs personnes se pressaient à l'intérieur. Il y avait la queue pour s'asseoir. Nous avons pris une photo de l'intérieur dans un moment de calme. Dans cette pâtisserie, une pause plaisir s'impose. Les gâteaux et spécialités sont à choisir à la carte où en vitrine. Derrière le comptoir, on aperçoit les cuisiniers et les serveurs se pressés pour contenter les clients. Les pâtisseries sont assez caloriques, mais excellentes ! On n'en a jamais assez dans l'assiette.

19
janv

Pour finir notre séjour à Budapest, rien de mieux que d'aller faire les boutiques à la recherche de souvenirs ! Nos valises sous le bras, nous partons en direction du quartier commerçant, à 5 minutes de notre auberge. De nombreux magasins ont attiré notre regard pour dénicher des objets typiques à ramener. Malheureusement, il y a beaucoup de boutiques sans âmes vendant toutes la même chose pour les touristes.

Heureusement que nous avons trouvé un marché souterrain avec tout ce qui nous fallait dedans ! L'ambiance hongroise et la chaleur y était. Chacune à acheter son petit sachet de paprika, cette épice tant appréciée en Hongrie.

Avant de repartir en direction de l'aéroport, nous avons pris une dernière photo souvenir.