La scandinavie, ses grands espaces, sa culture, ses légendes, cette impression de grand nord américain et surtout d être au bout du monde.
Août 2016
3 semaines
Partager ce carnet de voyage
29
juil

C'est le grand jour, après plusieurs mois de préparatifs c'est enfin l'heure du départ. A peine rentrée du travail, nous prenons la route pour notre périple de 3 semaines.

Le camping-car est bien chargé pour être en autonomie car le coût de la vie est plus cher en Norvège. Même les vélos sont de la partie, on sait jamais ...

Notre première étape sera courte puisque nous partons à 20h30. Nous nous arrêterons vers Limoges à Bessines-sur-Gartempe. Une aire de CC gratuite se trouve sur une place dans le bourg.

Nous avons fait 200 km

Votre circuit individuel en France, personnalisable et abordable

Circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires
30
juil

Nous partons très tôt car notre prochaine étape se trouve à Venlo au Pays-Bas.

Nous prendrons l'A20 jusqu'à Paris qui est encore gratuite et très belle.

Hormis quelques frayeurs avec les plaquettes toutes neuves qui chauffent un peu, nous traversons la France et la Belgique sans encombre. Nous arrivons à destination en fin de journée. Nous avions noté une aire de CC à Venlo "Jachthaven Venlo" (n°9545 site campercontact). Pour 13€, l'aire est très bien située au bord de la marina et très propre.

Nous avons parcouru aujourd'hui 825 Km

31
juil

Départ toujours aux aurores. Direction la Suède.

Après les Pays-Bas, nous nous dirigeons vers l'Allemagne.

Les autoroutes allemandes sont gratuites et sans limite de vitesse mais en travaux tout le long. Nous sommes constamment dans les bouchons et notre moyenne en prend un coup.


Après l'Allemagne, le Danemark et ses ponts. En effet, nous avons décidé de ne pas prendre de ferry.

Pont est du Grand Belt

Arrivée à Copenhague, nous entrons dans le tunnel Drogden qui passe sous la mer pour ressurgir sur une île avant de prendre le pont de l'Øresund pour rejoindre la Suède.

De Copenhague à Malmo via l'Oresund

Nous arrivons enfin en Suède. Après un contrôle d'identité à la sortie du pont, nous reprenons la route vers Landskrona au nord de Malmo où nous avons repéré une aire de Cc (Lundåkrahamnen code campercontact 27402, 21€60). Elle aussi se trouve au bord d'une marina très agréable et au calme.

Nous avons parcouru 995 km.

1
août

Nous partons à nouveau très tôt pour une étape encore très longue.

La Suède intérieure est magnifique avec ses vastes étendues de forêt, ses fermes en bois rouge et blanche. Nous croisons nos 1ères pancartes avec un élan. Désormais c'est la chasse, le 1er qui en voit un gagne !!!

Au milieu en bas Stockholm

Après avoir traversé Stockholm, nous remontons la côte Est. Ici il y a plus de prairie et des lacs gigantesques.

A défaut d'élan, Cyril et Anouk pensent avoir vu deux ours bruns dans un cours d'eau en contre bas de la route ... nous ne saurons jamais si c'en était un !!!

Nous arrivons enfin à destination, une aire de camping car à Köpmanholmen (STF Vandrarhem Köpmanholmen code campercontact 12201, environ 3€). C'est le parking d'un hôtel/restaurant en bord de mer. Le cadre n'est pas génial mais le temps n'aide pas car un orage monte et il pleut bientôt des cordes.

Nous avons fait aujourd'hui 1091 Km

2
août

Dernière étape, ce soir nous serons en Norvège.

Les paysages sont toujours aussi sauvages et nous retrouvons à nouveau les vastes forêts suédoises depuis que nous avons à nouveau bifurquer vers l'ouest pour nous diriger vers les iles Lofoten. Les pancartes annonçant des élans et maintenant des rennes ponctuent régulièrement la route mais toujours rien à l'horizon.

Nous croisons des camions avec des pares-buffles énormes et des rampes d'éclairages, impressionnant !!

Et puis au détour d'une route, enfin ... un magnifique renne blanc déambule nonchalamment sur la route. Ce sera le début d'une longue série pendant plusieurs km. C'est surprenant comme la route semble leur appartenir, ils restent imperturbables au passage des voitures et vous regardent passer avant de reprendre leur chemin.

Nous comprenons pourquoi les camions sont si bien équipés 😉

Les paysages sont de plus en plus sauvages (plateaux ponctués de lacs au milieu d'immenses forêts), et la présence de civilisation est de plus en plus rare.

Vu les distances à parcourir surtout en hiver avec la neige, les modes de transports se diversifient.



Mais oui ça y est, le cercle polaire, on l'a enfin atteint et dépassé. Jamais on aurait pensé un jour aller si loin, si haut sur la Terre ...

Nous arrivons sur un haut plateau désertique où ne poussent que des lichens, mousses et autres plantes supportant plusieurs mois sous des mètres de neige. Tout autour les sommets sont encore couverts de neige. Les paysages lapons sont magnifiques et tellement variés.

Soudain nous entamons la descente de ce plateau et peu après la frontière norvégienne, le paysage change à nouveau. Nous retrouvons des forêts très denses. La route sinueuse longe un torrent.

Ca descend, ça descend, les plaquettes de freins toutes neuves n'aiment pas trop. Ca commence à sentir le chaud !!!

Après quelques km, nous arrivons enfin dans les fjords, la lumière est magnifique. Les montagnes rocheuses qui les bordent ont été lissées par des années de glaciation.

Nous prenons aussi nos premiers tunnels, parfois en travaux, très étroits, la roche apparente et sans éclairage. Ouh lala.... on sert un peu les fesses.

Ils peuvent aller de quelques 100aines de mètres à plusieurs dizaines de km.

La Norvège est le pays des tunnels, nous en traverserons plus d'une centaine pendant notre périple, et certains parfois très surprenants.

Nous arrivons à destination : Skutvik, un charmant petit village. C'est d'ici que nous partirons demain matin pour les iles Lofoten.

Nous allons vérifier tout d'abord les horaires du ferry sachant que le Routard conseille d'arriver quelques heures avant pour être sûr de pouvoir le prendre à l'heure souhaitée sachant qu'il n'y a que 3 traversées par jour à cette période.

Puis nous allons nous poser sur une aire de camping-car située derrière le village en bord de fjord (12€). Le cadre est magnifique et très tranquille. Une simple boite permet de déposer le montant de la nuit.

Il est 19h30 est le soleil est encore très haut. Nous n'avons pas fini d'être surpris par ces longues journées à ces latitudes.

Il est 22h30 !!! Le jour semble encore bien installé.

Nous avons fait 892 km aujourd'hui

3
août

Nous arrivons au moins 2h avant à l'embarcadère pour prendre le ferry. Il pleut des cordes depuis cette nuit. Pourvu que la traversée ne soit pas agitée car elle dure 2h15.

Nous embarquons avec toute une équipe de motard en Harley Davidson, étrange ...

Le bateau vert dans un rond rouge représente le ferry pour suivre en direct la traversée sur un écran

Nous faisons une première halte sur la petite île de Skrova (env 230 habitants), avec son petit village croquignolet.

Puis nous arrivons enfin à Svolvaer. L'avant du ferry se lève pour préparer l'accostage. Nous sommes aux premières loges. Cela fait un drôle d'effet...

Cette petite ville est agréable avec toutes les commodités. Mais elle ne présente pas autant de charme que les autres petits villages des Lofoten plus typiques. Nous croisons nos premiers trolls, trop mignons.

Nous découvrons aussi où vont tous ces bikers. Un festival Harley Davidson a lieu dans la ville.

Depuis ce matin le temps est gris est de gros nuages restent accrochés aux montagnes donnant une atmosphère particulière, les îles ne se dévoilent pas tout de suite...


Cette vieille cabine téléphonique a été transformée en boîte à livres. Cette nouvelle tendance de mettre à disposition gratuitement des livres est très répandue en Norvège. Nous en verrons même en bord de route perdue dans la campagne aménagée dans un abris bus.


Nous prenons la route vers Henningsvaer décrit comme un petit village de pecheurs plein de charme. Sur la route nous découvrons la nature magnifique des Lofoten, ses eaux d'un bleu digne des tropiques, ses plages de sables blancs et la tolérance des Norvegiens pour le camping sauvage. Ici les tentes poussent comme des champignons.

Nous trouvons un petit coin pour nous poser pour la nuit juste avant le pont menant au village. Nous nous garons le long de séchoir à morue. Les iles sont réputées pour leur pêche à la morue qui représente une activité très importante.

Bien que ce ne soit pas la saison, l'odeur de poisson est persistante et nous surprend lorsque nous descendons du camion

Henningsvaer


Nous découvrons sur les îles Lofoten cette atmosphère norvégienne que nous retrouverons un peu partout dans ce pays mais qui prend ici une dimension particulière. Cette atmosphère est pleine de liberté, de nature parfois sauvage, d'énergie sportive ou contemplative, sans contrainte et toujours dans le respect.


Nous croiserons pendant notre séjour des baroudeurs au chargement impressionnant.

Ici les joggeurs sortent à 22h, le soleil n'est pas près de se coucher...



Hormis la traversée en bateau, nous avons parcouru 24 km

4
août

La nuit fut très calme et ce matin le ciel est dégagé et le soleil brille. Nous découvrons enfin les majestueuses montagnes si typique des Lofoten, qui étaient restées noyées dans les nuages hier. Nous commençons la journée en allant visiter le village. Celui-ci est vraiment très mignon, niché sur son îlot. Nous trouvons enfin les paysages que nous avons pu voir sur internet en préparant notre voyage.

Nous ne pouvions pas venir aux Lofoten sans aller voir l'un des spots de surf les plus prisés des îles. Nous nous dirigeons donc vers le village d'Unstad sur l'ile de Vestvågøya. Nous prenons une petite route étroite, traversons un tunnel et resortons sur une petite vallée magnifique.

La route sinueuse remonte un petit col, un nouveau tunnel et là, comme cachée du monde, surgit une plaine paisible entourée d'un cirque rocheux et tout au bout la mer d'un bleu limpide bordée d'une plage de sable blanc. Cet endroit semble irréel. On croirait une plage digne des tropiques mais sans les cocotiers et la chaleur.

Unstad

Quelques surfeurs sont à l'eau bien que les vagues soient rares. Ils sont bien équipés ...

Nous ne pouvons pas résister à mettre les pieds à l'eau, pour le maillot de bain on verra une autre fois. Wouah c'est vraiment pas chaud, l'eau est à 12°C.

La Norvège c'est aussi ses boîtes aux lettres, à chaque entrée de village ou de hameau, rassemblées toutes ensembles, ici par exemple sous un petit abris au toit de verdure comme les maisons.


Après une petit pause déjeuner, nous repartons vers Nusfjord. Tous est vraiment magnifique ici. Devant, à droite, à gauche, où que l'on regarde les paysages sont époustouflants.

Nous arrivons à Nusfjord, petit village de pêcheurs très pittoresque enclavé dans un fjord très étroit et donc entouré de falaises vertigineuses. Ce village est classé par l'Unesco. C'est presque plus un village musée où on se retrouve à une autre époque. Il est très touristique mais absolument incontournable tellement cet endroit est merveilleux. Malgré le monde, on se sent isolé. Cependant, il ne faut pas venir chercher le calme ici, non à cause des touristes mais des dizaines de mouettes qui nichent ici et qui font un boucan infernal.

Au cœur du village, un musée de la morue nous emporte dans un autre temps pour découvrir les installations d'époque (même l'odeur est là 😉). Un petit film diffusé en boucle dans une petite salle explique le travail des pêcheurs.

Un petit chemin, derrière le village, serpente le long du fjord. Ici, quelques rorbuer à louer sont plus isolées de l'activité touristique. La nature sauvage est bien préservée.

En se promenant sur les rochers, Anouk aperçoit un petit mammifère. Nous pensons sur le moment à une Hermine mais c'est en faite un Vison. Nous l'observons aller pêcher et revenir avec un beau poisson puis faire bronzette au soleil pour se sécher

Ce soir, nous passerons la nuit sur un camping. En effet, il est temps de faire le plein et la grande toilette de tout le monde même du camping-car. Nous choisissons celui de Flakstad (30€). Ce petit camping de bord de mer est très sauvage, pas d'emplacement bien défini, un simple bâtiment avec les commodités, et une ambiance très zen, presque roots.

Quelle heure est-il ? Alors une petite idée ... et bien il est tout juste 23h magnifique non !!!

Nous avons fait 118 km aujourd'hui.

5
août

Ce matin nous nous réveillons avec un plafond nuageux très bas. Nous ne voyons pas le haut des montagnes. En repartant du camping, nous découvrons qu'un surf camp se trouvait juste à côté.

Aujourd'hui nous avons prévu d'aller tout au sud des Iles. Nous prenons tout d'abord la direction de Reine cité comme l'un des plus charmants villages des iles. Mais avant d'arriver nous traversons Hamnoy. La brume s'est levée et la lumière est magnifique. Ici c'est une vrai carte postale : les couleurs, les reflets de ce décor grandiose dans ce petit port, les rorbuer au rouge éclatant. C'est à couper le souffle.

Nous reprenons notre chemin, l'île de Moskenesøya est un vrai cirque rocheux interminable. Nous avons de la chance car sur cette île le temps est dégagé et nous pouvons admirer ces énormes pics rocheux où restent accrochés parfois quelques brumes nuageuses.

Reine est un joli petit village mais nous ne serons pas aussi séduit que pour les autres. Mais c'est un village qui semble plus vivre toute l'année et pas uniquement sur la période touristique. C'est un endroit où il semble faire bon vivre.

Nous repartons vers Å. Ce village, le plus au sud des îles, est très mignon et authentique, le centre du village est un musée avec plusieurs bâtiments à visiter. Si vous venez jusqu'ici, surtout n'oubliez pas de passer par sa boulangerie d'époque. Vous remonterez le temps en entrant et en ressortirez avec cette odeur de pâtisserie alléchante impatient de dévorer celle que vous aurez choisi, juste cuite et encore toute chaude. Pour nous ce sera une brioche à la cannelle (Kanelknuter) ... délicieuse. Nous nous posons sur une petite table au bord de l'eau pour les déguster. Un petit rayon de soleil et tout est parfait.

Ici s'arrête la route. Seuls les chemins de randonnée permettent d'aller au bout de l'île.

Nous repartons vers Borg pour visiter le musée Viking.

Sur la route, nous croisons un pré où paissent des vaches écossaises. Elles ont une vue sublime sur un fjord avec une petite plage de sable blanc et l'eau d'un bleu cristallin. On les envierait presque.

Le musée est plutôt sympa. En plus nous avons eu la chance de tomber pendant le festival viking qui a rendu la visite encore plus dépaysante. La première partie du musée est une exposition d'antiquités et de vestiges vikings, un film est diffusé sur l'histoire d'une famille viking. La deuxième partie est la visite de la ferme où est reconstituée la vie de l'époque avec de vrais vikings qui présentent différentes activités.

Désolé si la photo de la harpiste est un peu flou mais il était important qu'elle y soit tant sa voix nous a transporté ailleurs

La dernière partie est la découverte du drakkar qui se trouve au bout d'une longue balade dans la campagne. C'est ici que se trouvait aussi le festival viking. C'était vraiment génial car on s'est retrouvé au milieu d'un vrai campement de l'époque entouré de vikings présentant leur mode de vie et leur artisanat. Un méchoui de sanglier cuisait au centre du campement et on pouvait même en déguster ... Hummm trop bon !!!

Nous serons juste un peu déçu par le drakkar qui malgré tout était très joli, mais on s'attendait à quelque chose de plus impressionnant.

La fin de journée arrive, il est temps de repartir. En effet nous pensions reprendre le même ferry pour revenir sur le continent mais finalement nous avons décider de faire le tour par Narvik. Nous remontons donc les Lofoten et les Vesteralen. Les Vesteralen sont encore plus sauvages et plus boisées.

Le soir commence à tomber et les pancartes annonçant la présence d'élan ponctuent à nouveau régulièrement la route. Anouk en a marre de scruter les bernes et préfère faire un jeu vidéo à l'arrière. Une nouvelle pancarte, et là, quelques 100aines de mètre plus loin en contrebas de la route à la lisière du bois, 2 magnifiques élans. Tout a été très vite. Anouk est dégoutée, elle n'a pas pu les voir. Dés que nous pouvons, nous faisons demi tour. Ils sont encore là. Mais comme nous ralentissons, ils se méfient et se dirigent vers la forêt. Je réussi à prendre cette photo avant qu'ils ne disparaissent. L'élan est très peureux. Il n'est donc pas facile de le prendre en photo.

C'est vraiment la bonne heure pour les voir : le soir ou très tôt le matin. Nous en verrons une douzaine au total. C'est un animal splendide, majestueux mais très imposant et impressionnant. Il vaut mieux le voir de loin que de trop près surtout en voiture ....

Nous poursuivons la route. L'objectif est de faire le plus de route ce soir pour se rapprocher le plus possible de Skutvik. En effet juste avant d'arriver nous avions traverser un tunnel très pentu que nous devrons remonter et nous préférerions le passer de bonne heure pour éviter de faire un bouchon car le camping-car est un peu poussif dans les côtes.

Le soleil décline doucement et nous offre un spectacle sensationnel.

Il est 22h, nous roulons toujours. En plus, il n'y a pas beaucoup d'endroit pour se poser pour la nuit. Soudain, au détour d'un virage, nous arrivons sur un bouchon. Il est 23h passé, que ce passe-t-il ?? C'est tout simplement la queue pour prendre un ferry traversant un fjord que nous n'avions pas vu sur la carte. Il y a beaucoup de monde et pas de route pour contourner. Alors nous allons devoir prendre notre mal en patience. L'embarcadère n'est même pas en vue. Nous avons du mal à savoir combien de véhicules attendent. Et surtout nous espérons que le ferry ne s'arrêtent pas la nuit.

Nous arrivons enfin à l'embarcadère, il est minuit passé, il fait nuit. Les files sont pleines. L'agent qui encaisse le passage fait toutes les voitures et quelques gros véhicules en début de file. Il nous passe à côté sans s'arrêter. Ca sent pas bon. Les premiers commencent à embarquer puis toutes les voitures sur la fin. Nous avançons enfin mais l'agent nous fait nous garer en début de la 2ème file. Nous l'interpellons et il nous explique que le ferry est plein et que nous passerons la prochaine fois, c'est à dire vers 2h. Quel galère !!! Si on avait su on se serait arrêté avant. Cyril essaye d'en profiter pour aller se reposer pendant que je surveille le retour du ferry d'un demi œil

Enfin le ferry arrive, il est bientôt 2h. Nous embarquons pour presque 1h de traversée.

Nous débarquons vers 3h, le jour commence à se lever. Nous continuons à rouler encore un peu jusqu'à 4h. Nous trouvons une aire de repos en bord de route déjà bien occupée. Il ne reste pas beaucoup de place. Nous essayons de ne pas faire trop de bruit pour nos voisins. On penche un peu mais tant pis. De toute façon on a prévu de repartir à 8h.

Nous avons parcouru environ 500 km.

6
août

C'est une journée étape.

Nous repartons comme prévu à 8h pour passer notre fameux tunnel. Nous le montons sans encombre à notre rythme.

Direction Bøla où nous dormirons ce soir.

Petit à petit nous reprenons de l'altitude pour traverser un plateau désertique. C'est ici que nous repassons sous le cercle polaire.

Quelques kilomètre après Mosjøen, nous entrevoyons entre les arbres une cascade énorme, puis une pancarte annonce le site de Laksforsen. Une petite halte s'impose. Nous avons bien fait le site est sublime avec sa cascade vrombissante.

Autour se trouve de petites baies rouge dont les feuilles ressemblent à nos fraisiers.

Nous nous sommes éloignés des fjords et nous traversons une vallée enclavée entre des petites montagnes recouvertes de sapins. Nous longeons un torrent que le soleil fait briller de mille éclats. Cette vallée tranquille est trop jolie et tout semble si paisible..

Nous arrivons au site rupestre de Bolareinen. Ce site préhistorique regroupe plusieurs gravures rupestres datant de 5 à 6000 ans taillées dans la roche près de la rivière de Bøla. Certaines ne sont presque plus visibles à cause de l'érosion faite par l'eau de la rivière.

Le renne de Bøla est le mieux conservé.

Un petit parcours sillonne la foret. Des pancartes présentent la faune de la région : il y a des ours ... il commence à faire sombre pourvu qu'on n'en croise pas un !!! Il y a aussi quelques reconstitutions de camps préhistoriques.

Il est possible de dormir sur place. Une petite participation à l'entretien du site est demandé à ceux qui passent la nuit ici (6€). Une boite permet de déposer le prix de la nuit. Outre quelques autres camping-cars, nous aurons pour la nuit la compagnie d'un petit troupeau de moutons

Aujourd'hui nous aurons fait 653 km environ

7
août

Nous reprenons la route, direction le Parc national de Dovrefjell-Sunndalsfjella où vivent des bœufs musqués à l'état sauvage.

Sur la route, nous croisons des véhicules qui pourraient nous laisser croire que nous sommes aux Etats-Unis. La Scandinavie a vraiment un air d'Amérique et cet état d'esprit où on ne se prend pas la tête et on se fait plaisir :

"Just do it"

Nous arrivons sur le plateau du parc du Dovrefejell. Ce vaste plateau montagneux est très rocailleux et sa végétation type toundra.

Nous nous engageons sur un petit chemin caillouteux pour aller au départ du chemin de randonnée amenant à Snøhetta View. C'est un refuge observatoire, réalisé par le célèbre cabinet d'architecture Snøhetta, d'où il y a une vue panoramique exceptionnelle sur le parc et la montagne Snøhetta du même nom. Il permet aussi d'observer les bœufs musqués tout en étant au chaud et protéger du vent qui souffle très fort à cette altitude.

Le refuge est sublime, un mélange de bois travaillé tout en courbe, de métal et de verre. Une petite cheminée design vous réchauffe lorsque vous entrez. On a plus envie de repartir.

Zut, nous avons oublié nos jumelles au CC. Heureusement un gentil couple de français qui se trouvait ici en même temps que nous (quelle chance !!) nous propose les leurs pour pouvoir observer les bœufs qu'ils ont pu réussir à voir. Ils se trouvent à quelques kilomètres à vol d'oiseau et ne sont pas plus gros qu'une mouche mais nous arrivons à les voir se déplacer.

Voici 2 photos sur lesquelles on arrive à les distinguer (les petits points noir entourés 😉)

Nous repartons. Nous voulons nous rapprocher de la route des Trolls pour pouvoir faire la montée le matin aux aurores. Ainsi nous devrions être tranquilles pour monter à notre rythme.

Depuis ce matin, nous traversons une région avec plusieurs stations de ski : Oppdal, Dombås, Bjorli ...

La petite ville de Dombås semble très agréable. Une jolie église en bois trône au centre (en photo à gauche).



Nous arrivons au site de Slettafossen. Cette magnifique cascade se situe dans une vallée encaissée. On pourrait se croire dans nos montagnes. Ce paysage minérale et le vrombissement de la cascade sont très apaisants.

Nous restons ici pour passer la nuit, avec le ronronnement de la cascade en fond pour nous bercer, et toujours la compagnie de quelques moutons.

412 km pour cette étape.

8
août

Ce matin levé 6h, il nous reste 45 km avant d'affronter la route des Trolls. Nous voulons être très tôt au depart de la montée pour éviter de croiser trop de monde et notamment les nombreux cars de touristes.

Nous arrivons enfin devant l'échelle qui nous attend . Ce cirque est impressionnant et la route sinueuse ne semble pas faillir à sa réputation.

C'est partie on attaque. Très rapidement les côtes ont raison de notre camping car et c'est à la vitesse d'un escargot que nous les gravissons. Heureusement nous ne croisons personne, ce qui rend la montée beaucoup plus sereine. Plus nous montons et plus la vue sur la vallée est magnifique et vertigineuse, surtout que la route n'a pas vraiment de bas côté (seulement quelques pierres parfois).

En haut, nous découvrons le site et son architecture très moderne mais qui s'intègre parfaitement dans le paysage notamment grâce aux matériaux utilisés qui conservent le côté brut de l'endroit. Un sentier aménagé conduit à des passerelles qui surplombent la vallée et offrent un point de vue sensationnel.

Après un petit tour à la boutique des trolls, nous repartons direction Geiranger. Après avoir traversé le haut plateaux montagneux aux sommets couverts de neiges éternelles, nous redescendons dans une vallée verdoyante et ensoleillée. Nous découvrons les 1ères cultures maraichères de cette région, ici la fraise.

Nous embarquons sur un ferry pour traverser le fjord. Nous allons sur le pont pour profiter des paysages baignés de soleil.

Après avoir débarqué, c'est reparti pour une petite ascension. Nous arrivons à un point de vue avant de descendre la route des aigles vers Geiranger. Nous dominons le Geirangerfjord , fjord inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. Le panorama est magnifique.

La route des aigles est dans le même genre que la route des trolls. Les virages s'enchaînent et nous perdons vite de la hauteur. Les freins n'aiment pas ce type de descente et une odeur commence à nous inquiéter. Après un court arrêt pour vérifier qu'il n'y a rien de grave et pour faire une petite photo du fjord, nous repartons pour terminer cette descente surtout que le camping où nous comptons passer la nuit est au pied de cette montagne.

Nous arrivons au camping Grande Hytteutleige au bord du fjord (38€40). Le cadre est vraiment génial. Des bateaux de croisière viennent mouiller juste à côté pour une escale touristique. Ils semblent démesurés dans ce fjord étroit.

Alors que nous nous apprêtions à aller visiter Geiranger, la pluie s'invite. Tant pis, nous prenons quand même les vélos et partons en ville. Là bas une nuée de touristes descendus des bateaux de croisière nous attend.

Les petites rues commerçantes autour du port sont typiques et mignonnes. Dommage qu'il y ait tant de monde. La pluie ne cesse pas. Nous ne visiterons pas le reste de la ville qui semble plus standard.

Pour cette journée, nous avons fait 117 km.

9
août

Ce matin, nous décollons de bonne heure pour prendre le ferry de Geiranger qui part à 8h. Cette traversée jusqu'à Hellesylt sur le Geirangerfjord est très réputée et nous voulons être sûr d'avoir de la place. Par contre, le mauvais temps est avec nous encore ce matin, dommage nous ne pourrons pas en profiter de la même manière.

Malgré tout l'endroit est très beau avec ses puissantes cascades, dont les célèbres chutes d'eau : Gomsdalsfossen (1-2), une cascade aussi connue sous le nom de Bringefossen, De syv Søstrene (les septs sœurs)(3), Friaren (le prétendant)(4-5) et Brudesløret (le voile de la mariée) - descendent des parois rocheuses en ligne droite, dans un tourbillon de brume. Nous sommes en fin d'été et on se demande comment autant d'eau peut encore jaillir des montagnes. Une adorable ferme se trouve au bord du fjord. Elle semble perdue au milieu de ses montagnes escarpées.

Nous arrivons à Hellesylt et nous prenons la direction du glacier de briksdal.

Le glacier Briksdalsbreen est une des cinquantaines de branches du Jostedalsbreen le plus grand glacier d’Europe continentale, avec une superficie de 487 kilomètres carrés.

Pour y aller, nous devons emprunter une petite route depuis Olden. Cette route est aussi empruntée par des dizaines de cars qui emmènent des centaines de touristes visiter le glacier. Nous espérons ne pas avoir à les croiser.

Nous arrivons au 1er parking (payant). Il pleut toujours mais tant pis nous ne reviendrons pas demain ni la semaine prochaine, alors on prend les Kways et on y va. Un panneau annonce 45 min de ballade pour arriver au glacier. On va être bien trempé ...

Arrivée devant la boutique de souvenir, on découvre des voiturettes qui accompagnent les touristes presque au pied du glacier. Ca casse un peu le charme du site et on comprend mieux l'affluence.

Heureusement nous n'empruntons pas souvent le même chemin que ces petites voitures.

Finalement nous ne mettrons qu'une demi heure pour aller au site. Avec ce temps nous n'avons pas trainé et nous avons essayé de nous faufiler le plus possible.

Le glacier est impressionnant bien qu'il ait perdu de sa splendeur puisque lui aussi ne cesse de reculer comme tous les glaciers du monde. Les eaux du glacier donne une couleur bleu opaque au petit lac qui se trouve au pied de celui-ci. Nous n'irons pas plus loin car il est recommandé d'avoir un guide pour aller sur le glacier.

Après un petit tour à la boutique de souvenir, nous repartons.



Sur la route nous croisons des travaux (nous en croiserons souvent pendant notre périple).

Ici la route trop étroite est élargie et un nouveau tunnel est construit.

Cela permettra de se croiser sans difficultés car à plusieurs reprises nous avons eu la chance que les roues ne tombent pas dans le bas côté et que nous restions coincés.





Entre Byrkjelo et Skei, la route passe au cœur d'une vallée très étroite, encaissée entre deux falaises et au milieu de laquelle coule un torrent tumultueux. Des falaises s'écoulent des dizaines de cascades qui s'enchainent tout au long de la route. L'humidité est partout ici. Les norvégiens ne manquent vraiment pas d'eau.

La fatigue commence à se faire sentir. Nous cherchons un coin pour passer la nuit. Nous nous arrêtons au site de Likholefossen mais nous sommes assez près de certaines habitations et nous craignions qu'on nous demande de partir (même si ça ne semble pas être le genre des Norvégiens si courtois) surtout qu'il n'y a aucun autre camping-car aux alentours. Nous nous reposons un peu et nous repartons en quête d'un endroit pour dormir. Mais avant de partir juste une petite photo de cette cascade rugissante.

Après quelques kilomètres nous empruntons la route touristique nationale de Gaularfjellet. Cette route semble oubliée de tous sur un plateau montagneux sauvage. Nous trouvons un petit parking au beau milieu de ce no man's land. Nous hésitons un peu car il n'y a vraiment personne, il y a beaucoup de vent et la température chute de plus en plus avec la nuit qui arrive.

C'est un peu inquiet quand même que nous posons définitivement le camp pour la nuit. Nous allumons pour la première fois le chauffage. Le vent souffle vraiment fort.

Finalement nous ne serons pas tout seul. Un petit troupeau de moutons arrivé de nul part nous tiendra compagnie pour la soirée.

Aujourd'hui nous avons fait 252 km.

10
août

En repartant nous passons devant le point de vue de Gaularfjellet. Cette plateforme suspendue à la falaise offre un point de vue superbe sur la vallée.

Nous arrivons à Dragsviki pour prendre le ferry vers Vangsnes.

Nous nous arrêtons ensuite à Hopperstad pour découvrir notre 1ère stavkirke (église en bois debout). Construite en 1130, c'est l'une des plus vieilles églises en bois debout de Norvège. Les sculptures à chaque faîtage des toits font penser à des têtes de dragons. La visite de l'intérieur est payant, nous ne rentrerons donc pas.

Ensuite nous passons à nouveau un haut plateau avec des monticules de neige partout. Nous n'allons quand même pas repartir de Norvège sans toucher de la neige. Nous nous arrêtons à côté d'un gros tas sur le bord de la route. Nous nous dépêchons car dehors un vent glaciale souffle à cette altitude (934m).

En redescendant du plateau nous passons devant une cabane souvenir de trappeur. Nous nous arrêtons par curiosité. Nous trouvons quelques objets souvenirs habituels mais surtout un grand nombre de bois d'élans ou de rennes, de peaux et d'animaux empaillés ou de têtes trophées.

Cela peut paraître glauque pour certaines personnes.


Nous arrivons à la station de ski de Voss. Cette station est une des plus réputées de Norvège. La ville se situe à 55m d'altitude et la piste la plus haute culmine à environ 1000m. La station est entourée de charmants chalets aux toits en herbe qui, à cette saison, se fondent dans le paysage.

La Norvège est vraiment le pays des tunnels, ce sont les spécialistes, nous avons même rencontré un rond point au beau milieu de l'un d'eux.

Je sais la photo n'est pas top mais c'est tellement incroyable que je la met quand même.



Nous arrivons dans la vallée longeant le Hardangerfjorden et le Sørfjorden. Cette vallée possède un climat propice à la culture d'arbres fruitiers. A cette époque, c'est surtout la cerise qui est récoltée et nous croisons sur la route de nombreux petits stands en bois, où il est possible d'acheter des barquettes de cerises.

La particularité des norvégiens : il n'y a pas de vendeur, juste une cognotte pour mettre l'argent. c'est ça la confiance

Un peu plus loin nous longeons de magnifiques cascades, dont la cascade Låtefoss à Odda qui est au ras de la route avec un débit si important qu'une brume recouvre la route.


Ah !!, après le rond point dans un tunnel maintenant c'est le tunnel en colimaçon, la preuve par le GPS. Mais où va t'on !!!




Après cette descente originale, nous arrivons à Røldal. Nous espérions trouver un endroit pour dormir mais il n'y a rien à part des campings mais nous ne comptions aller en camping que le lendemain. Il va donc falloir chercher encore. Avant de repartir nous nous posons un peu pour nous reposer. Nous nous garons auprès de la jolie stavkirke de Røldal. Elle n'est pas aussi travaillée que certaines stavkirke mais sa sobriété en fait aussi son charme.

Nous repartons à la recherche d'un endroit pour dormir. Après une cinquantaine de kilomètres nous trouvons enfin un parking en retrait de la route juste après le Ryfylkemuseet à Kolbeinstveit. Il y a déjà un camping-car et d'autres arrivent presque en même temps que nous. Nous ne serons donc pas seuls cette nuit

Le Ryfylkemuseet est une ferme musée dont les principaux bâtiments datent d'environ 1850. Dans la cour se dresse également le plus ancien bâtiment en bois encore debout dans le Rogaland, construit en 1281. Des expositions sont organisées mais nous arrivons trop tard et le musée est fermé.

Juste à côté du parking se trouve un torrent avec des baraquements qui devaient être utilisés par des chercheurs de minerais vu les installations

Cela fera 301 km pour aujourd'hui

11
août

Nous nous réveillons avec un beau soleil. Enfin !!, ça nous change de la pluie que nous avons depuis que nous sommes partis de Geiranger. En plus nous avons prévu de grimper jusqu'au Preikestolen, alors c'est parfait.

Nous enchainons à nouveau les jolis paysages de Fjord et les ferrys jusqu'au camping Preikestolvegen à Jørpeland

Le camping est très bien aménagé et équipé. Nous nous installons et c'est parti pour une bonne séance de sport. Nous prenons les vélos, 4 km de côtes pour aller au départ de l'ascension vers le Preikestolen. Depuis le temps qu'on reste assis à faire de la route on est un peu rouillé, dur dur ...

On arrive au site. Il est annoncé 2 h de randonnée pour gravir les 3km800 sur 350 m de dénivelé. Finalement nous ne mettrons qu'à peine 1 heure malgré une foule improbable, qui monte et qui descend, et un parcours assez physique et escarpé par endroit. L'ascension est variée entre dalle en escalier, escalade dans les bois et chemin en bois au milieu de marécage. Les paysages et panoramas sont magnifiques. En plus nous avons ce soleil qui ne pouvait pas tomber mieux. Le seul bémol c'est le monde en ce début d'après-midi

Le Preikestolen est un rocher culminant à 604m à la verticale au dessus du Lysefjord. Gare au vertige.. L'à-pic est spectaculaire et le point vue encore plus. Certains s'aventurent au bord sans inquiétude malgré la foule environnante. Anouk verra même quelqu'un faire un piquet à quelques centimètres du bord de la falaise. Nous nous préférons venir en approche à plat ventre en rampant jusqu'au bord : WOUAHH !!!! quelle vue plongeante. En poursuivant un peu l'ascension, on arrive sur un rocher surplombant le site. D'ici le Preikestolen est si imposant et grouillant de monde. De là nous profitons de la vue en étant beaucoup plus au calme.

Allez c'est reparti, pour la descente cette fois, et le slalom parmi la foule de randonneurs. Nous mettrons à nouveau 1h pour descendre. Mais arrivés en bas, il nous reste à en enfourcher les vélos pour retourner au camping. Heureusement presque toute la route est en descente elle aussi.

Nous arrivons enfin au camping pour une pause bien méritée.

Nous aurons fait 117 km aujourd'hui et surtout enfin un peu de sport, ça fait du bien 😉

12
août

Aujourd'hui nous avons décidé d'aller visiter Stavanger. Malheureusement, la pluie s'est à nouveau invitée avec nous.

Stavanger est la quatrième ville du pays et la capitale européenne du pétrole et de l'énergie. Elle n’a jamais subi d’incendie, contrairement à Bergen, et la vieille ville offre le quartier de maisons en bois le mieux préservé d'Europe, composé de plus de 170 maisons en bois blanc pleines de charme.

Nous arrivons à nous garer prés du port et pas très loin de la vieille ville. Il pleut des cordes, pffff. Mais bon il faut y aller. Certaines rues sont très mignonnes et les maisons blanches des vieux quartiers vraiment adorables.

Il pleut vraiment trop et nous écourtons notre balade. Nous sommes trempés. Dommage, car cette ville semble agréable pour flâner un petit peu et faire les boutiques. Tant pis, nous repartons.

Nous reprenons la route vers Røldal. Nous commençons à prendre la direction du retour vers la Suède. Nous trouvons un petit parking pour dormir dans la vallée de Brattlandsdalen à environ 20 kilomètres de Røldal. Ce parking est au ras de Flesanafossen, une magnifique cascade dont le ronronnement va nous bercer cette nuit.

Pour cette journée, nous aurons fait 266 km.

13
août

Aujourd'hui nous allons traverser la Norvège de part en part direction Oslo.


Le Telemark au cœur de la Norvège est très verdoyant, montagneux et boisé.

Nous verrons à nouveau des cabanes ou tentes de trappeurs transformés en marchand de souvenir



Nous faisons un petit détour pour aller voir la stavkyrkje d'Eidsborg, l'une des églises norvégiennes les mieux préservées. Elle date du milieu du XIIIème siècle.

Pour venir jusqu'à Eidsborg depuis Vinje , nous avons du emprunter une petie route pas très large. Mais la mauvaise surprise était entre Dalen et Eidsborg, une série de mini lacets sont à gravir sur une route toute aussi large. Nous les enchaînons tout doucement pour éviter de faire chauffer le moteur. Si j'avais su, on n'aurait pas fait le détour jusqu'ici.

Heureusement l'église n'est pas loin et notre arrêt va permettre au moteur de refroidir un peu avant de repartir.

Malgré la pluie qui tombe toujours, nous descendons pour prendre des photos. Il y a de la musique et des personnes sous le porche semblent entrer. Nous nous approchons de l'entrée quand un homme vient "gentiment" nous dire de partir... C'était peut être une cérémonie privée !?!?

Nous reprenons la route à travers le Telemark. Il y a de nombreuses fermes et nous découvrons un nouveau style de grange qui semble typique dans cette région. Ce sont des stabbur, un grenier en bois sur piliers.

Arrivée à Heddal, située près de la ville de Notodden, nous nous arrêtons voir la magnifique stavkyrkje. Très imposante, c'est la plus grande église en bois debout de Norvège. Elle fut édifiée vers 1250. L’église est réputée pour ses portes sculptées avec de nombreux motifs différents. Sur certains pignons, on peut voir des sculptures faisant penser à des têtes de chiens ou de dragons.

Nous faisons une halte à Notodden pour faire les vidanges à une aire de service. Nous hésitons à rester ici mais celle-ci est payante (environ 20 €), il y a déjà beaucoup de monde et l'endroit ne nous attire pas plus que ça.

Il n'est que 15h30 environ. Après réflexion et un petit contrôle sur le Gps, nous décidons de passer la frontière aujourd'hui et de dormir en Suède ce soir.


J'ai trouvé un camping à Strömstad qui semble pas mal : Strömstads Camping. Les avis sont bons. Alors c'est parti.

Nous passons la frontière vers 19h30. Nous essayons de ne pas perdre de temps car nous voulons arriver avant que le camping soit fermé.


Nous arrivons à temps, le camping a l'air très agréable, nous prenons une nuit et allons nous installer. Nous sommes crevés. On verra les lieux demain.

Et 479 km dans les roues pour aujourd'hui.

14
août

Ce matin, nous découvrons le camping, un peu en terrasse, très bien équipé et entretenu. Ce camping est très calme et vraiment agréable. Des stugor, petits bungalows en bois, sont à louer.

Un magnifique ciel bleu nous attend, aussi nous partons à pied visiter la ville qui se trouve à quelques centaines de mètres. Le soleil et la température plus clémente nous font beaucoup de bien après la pluie des derniers jours. Stromstad, située sur la côte du Bohuslän, est une petite ville très agréable avec son petit port et le canal qui la traverse. L'architecture est tout à fait en accord avec un style balnéaire et donne un côté chic à cette station très prisée. Nous découvrons que les Suédois aussi apprécient les belles voitures.

Nous hésitons à prendre un bateau pour aller visiter les îles Koster mais il y a trop de monde. Nous préférons opter pour une ballade en vélo surtout avec ce temps magnifique. Nous trouvons à l'office du tourisme une carte des pistes cyclables et voies vertes dont une jusqu'à l'île d'Öddö et qui traverse un ensemble de petites îles du fjord.

Finalement nous sommes tellement bien ici que nous passons à la réception avant de partir en ballade pour rester une nuit de plus

Ca fait vraiment du bien d'enfourcher nos montures et de faire de l'exercice. Les paysages sont magnifiques surtout avec ce ciel bleu, le soleil qui fait briller les fjords de milles feux et cette lumière magnifique comme en Norvège. Le Bohuslän, cette région de Suède, est vraiment très belle.

Cette journée de repos dans ce petit coin très bucolique nous aura fait du bien.

Nous aurons roulé pendant 15 km aujourd'hui mais à vélo 😉.

15
août

Ce matin nous reprenons la route pour continuer à découvrir le Sud-Ouest de la Suède en nous rapprochant petit à petit de la fin du séjour.

Nous allons tout d'abord à Fjällbacka. Ce port de pêche, de la côte ouest en face de l'archipel de Fjällbacka, est aujourd'hui principalement une station balnéaire estivale. Cette petite ville est adorable, blottie contre une falaise, elle est située au fond d'une petite anse, protégée de la mer par plusieurs îlots. Ingrid Bergman a souvent séjourné dans cette ville. Son buste lui rend hommage dans la rue principale.

Depuis la rue principale, une petite ballade, un peu escarpée, vous permez d'aller sur la falaise pour admirer le panorama sur les ilots. En chemin, vous passerez sous 4 gros rocs coincés entre 2 falaises.

Nous poursuivons notre route jusqu'à Fiskebäckskil. En chemin, nous cherchons un endroit pour s'arrêter déjeuner. Nous croisons un parking. Demi-tour un peu plus loin sur un arrêt de bus, et là : "Boumm". En reculant, nous n'avons pas vu l'auvent de l'abris bus qui vient de faire un trou à l'arrière du camion. COOL, à 3 jours du retour !!!, mais heureusement ce n'est pas trop grave. L'abris lui n'a rien.

Après avoir déjeuné, nous arrivons à Fiskebäckskil. Ce petit village de pêcheurs est réputé pour être un des plus beau de cette région. Franchement nous avons préféré Fjällbacka qui est beaucoup plus vivant. Mais Fiskebäckskil est malgré tout joli avec son vieux moulin et ses petites maisons de pêcheurs rouges.

Au bord de l'eau un groupe d'oies bernache a trouvé un endroit pour se reposer. Elles aussi semblent profiter de cette belle journée.

Nous repartons vers l'aire de camping car "Båtfjordens Hamn / Bua Hamn" à Väröbacka que nous avons trouvé sur CamperContact ( Code 11296). Nous avons un peu de mal à trouver car l'adresse pas assez précise nous amène sur une petite route de campagne, alors que nous devrions être en bord de mer dans une marina. En voulant rentrer les données Gps dans notre navigateur, celui-ci s'éteind complètement et ne désire plus se rallumer. Super, on est au milieu de nul part sans s'avoir où se trouve exactement cette aire. Heureusement au bout de longues minutes à essayer de multiples manipulations, il daigne enfin se rallumer. Nous renseignons les données Gps et nous voilà repartis.

Nous arrivons enfin. L'aire est grande et bien aménagée (environ 20€). Bien qu'il y ait du monde nous trouvons facilement un emplacement.

Après cette journée de 300 km et avec quelques déboires, nous sommes contents de nous poser enfin.

16
août

Aujourd'hui c'est notre dernier jour avant de reprendre la route vers la maison. Notre ultime étape en Scandinavie sera celle du départ : Landskrona.

Nous retournons sur la même aire de camping-car. Nous déjeunons et reprenons les vélos pour aller visiter la villes et les alentours. L'architecture de la ville nous change vraiment : fini le bois, ici beaucoup de bâtiments sont en briques.

Dans le parc de Landskrona, il est mis à disposition des jeunes Suédois des skates pour aller rider dans le skatepark. Une ambiance fun et très détendue.

Nous suivons une piste cyclable qui longe la mer. Nous croisons des petits bungalows en bois où les Suédois doivent se retrouver les week-end et pendant les vacances. Il y a aussi de magnifiques demeures, certainement le quartier chic de Lanskrona. En face nous pouvons apercevoir la côte Danoise. Après quelques kilomètres, nous arrivons à Borstahusen. Ce petit village de pêcheurs, situé dans le nord-ouest de Landskrona, a été construit en 1770. Aujourd'hui c'est un endroit qu'apprécient le Suédois pour venir en vacances l'été profiter des plages et autres loisirs.

Retour à l'aire de camping-car. C'est sur cette belle journée que notre voyage en Scandinavie s'achève. Demain nous reprenons la route pour rentrer. Nous sommes content d'avoir pris ces quelques jours pour visiter un peu la Suède aussi.

Aujourd'hui nous avons fait 180 km et une quinzaine en vélo.

17
août

Levés tôt ce matin, nous prenons la direction de Venlo au Pays-Bas, là où nous avions fait notre halte à l'allée. L'aire était très bien, alors pas besoin de chercher autre chose.

C'est le cœur gros que nous traversons le pont de l'Øresund qui marque la fin du voyage. Nous laissons derrière nous ces pays merveilleux qui ont laissé un trace indélébile en nous.

Si la traversée du Danemark se fait facilement, l'Allemagne est encore plus pénible qu'à l'allée enchaînant travaux et bouchons jusqu'aux Pays-Bas.

Nous avons parcouru 995 km

18
août

Dernière étape, les 1025 km du retour se feront sans encombre.

Nous arrivons en fin de journée à la maison et retrouvons la famille et nos animaux, surtout notre petit chien Diesel qui nous a beaucoup manqué mais que nous avons préféré laisser ici car les formalités pour voyager en Norvège avec un chien sont un peu compliquées.

Nous avons du mal à réaliser le périple que nous venons de parcourir. Un rêve devenu réalité. Nous n'arrêtons pas de nous remémorer tous ce que nous avons fait et vu pendant ces 2 semaines 1/2. Même si ce n'était pas très long, le retour à la vie normale va être difficile tant le contraste a été important.

Une chose est sûr c'est que nous allons y retourner dès que possible et cette fois nous essayerons d'aller jusqu'au Cap Nord.

A bientôt Norvège.

Pendant notre séjour, nous avons :

- parcouru 9560 km

- fait 24 passages à la station essence

- pris 9 ferry

- traversé entre 100 et 150 km de tunnel

- dormi 9 nuits en camping sauvage, 5 en camping et 6 sur une aire de CC

- vu une douzaine d'élans, 9 rennes, 1 vison et peut être 3 ours

Pour les autoroutes de Norvège, je vous conseille de vous inscrire avant de partir sur le site Autopass pour circuler tranquillement car il n'y a pas de péage mais les plaques sont scannées et vous n'avez que quelques jours pour payer votre passage.