Carnet de voyage

Mon Eramus à Budapest

Par
Dernière étape postée il y a 540 jours
Par Siana
Ce voyage tant attendu est enfin arrivé. C'est pour moi l'occasion de m'échapper de la vie réelle, de changer d'air, de construire une nouvelle vie ici
Août 2017
21 semaines
Partager ce carnet de voyage
28
août
28
août
Publié le 29 décembre 2017

Il est à peine 10h du matin quand nous arrivons moi et Agathe à l'aéroport de Budapest. Le cœur qui palpite, nos deux bagages en main, c'est ici que notre aventure commence.

Qui est Agathe? Cette jeune fille au teint clair qui se définit comme "La Blanche Agathe" est une amie que j'ai rencontré à l'université d'Amiens. Nous nous connaissons depuis 2 ans, et le feeling passe très bien entre nous. Je vous en parle pour ce premier post, et elle risque d'apparaître dans moult autres puisqu'elle sera ma colocataire durant mon voyage.

A notre arrivée, une seule angoisse: notre appartement. Et oui, quoi de mieux que d'arriver dans un pays que nous ne connaissons pas, dans lequel nous devons résider 5 mois, sans avoir au préalable trouvé un logement (bien sur c'était un choix purement réfléchi). Pour ma part, je voulais faire une colocation avec Agathe, mais aussi avec plusieurs étrangers; quoi de mieux pour apprendre l'anglais.

Un Airbnb préalablement réservé nous attend. Nous prenons le taxi pour nous y rendre; parlons-en du taxi (une vague mise en bouche des hongrois au volant): un homme, d'une trentaine d'années, téléphone dans la main gauche, volant dans la droite. Sachez qu'il est très important de regarder une vidéo sur YouTube quand on conduit. Vitesse moyenne en ville: 70km/h, hors agglomération 110km/h.

C'est une fois arrivées à notre Airbnb que les recherches ont commencé. C'est par le biais de Facebook que nous avons cherché notre futur appartement. Il suffit simplement de s'inscrire à des groupes tels que : Français à Budapest, Budapest flat for rent, Rent a flat; ils y proposent de nombreux appartements en location qui peuvent être pour une colocation ou non, à l'année ou au semestre.

Nous avons sélectionné quelques appartements, organisé un planning de visites. Nos critères de sélection: appartement de trois chambres au minimum, proche du centre ville et de la ligne de tram. Budget moyen: 300€/mois.

Pour finir cette journée en beauté, Antoine qui était à Budapest depuis 10 jours et qui avait pu faire du repérage, nous a fait découvrir notre premier bar: le Kuplung. La soirée est électrique, tout est à moitié prix ce soir. Vive les mojitos et les Sex on the beach à 3€! Je sens que ce voyage me promet de nombreuses surprises!

Aperçu nocturne de Budapest
Aperçu nocturne de Budapest
Le Parlement à gauche, le Château de Budapest et le Bastion des pêcheurs à droite 
2
sept
2
sept
Publié le 29 décembre 2017

Ma semaine se résume en deux mots: visites, soirées.

Je veux mon appartement! L'Airbnb commence à laisser apparaître ses défauts; il est sombre, peu fonctionnel, et je commence à en avoir marre d'enjamber nos 4 valises éventrées sur le sol. Il est temps d'avoir mon chez moi, un petit cocon!

J'ai dû visiter environ 5 appartements, et je remarque qu'il y a dans chacun d'entre eux des similitudes; ils possèdent tous une cour intérieure assez grande qui donne l'allure d'une cheminée centrale; ils ont tous une hauteur sous plafond de 4 mètres environ; et sont fait en général pour des étudiants étrangers (on le voit notamment par rapport aux prix).

31 Aout 2017

Comme l'évoque le titre, j'ai eu (et Agathe aussi) un énorme coup de cœur. Comme l'amour ne se contrôle pas, nous nous sommes comme qui dirait ruées sur cet appartement. Il est immense; 120m², il possède trois chambres; deux salles de bains, d'immenses chambres, il se situe à 10min d'Oktogon (ligne de métro et de tram); 300€/mois + utilités. Il est parfait !

Mon appartement ✨


2 Septembre 2017

C'est à cette date que nous emménageons dans Notre appartement. Petite surprise à notre arrivée; il est vide. Oui, vide. Rien dans les placards ni dans les tiroirs; vide. Pas une assiette, une casserole, un couvert, un cintre, pas d'étendoir à linge, de couverture, de coussins. Rien. L'euphorie est vite redescendue. Le propriétaire (Tony) avait-il oublié de mentionner dans le contrat que c'était à nous de tout acheter?

Il nous explique que les anciens locataires ont tout pris avant leur départ, que ce n'était pas prévu, et qu'il avait la surprise en arrivant. Dans la journée, il est allé chez Ikea acheter le nécessaire pour "survivre".

En ce qui concerne ma chambre, j'ai eu la plus grande hihi. Elle fait 30m², lumineuse, un peu vide en meuble. Nous avons quand même dû acheter les couvertures, les draps et les coussins dans la journée. J'ai rajouté une petite lampe de chevet, une bougie et un miroir.

 Mon nid 🐦


Comme vous le savez, il y a trois chambres et nous ne sommes que deux. C'est notre proprio qui s'est chargé de trouver la troisième personne. L'heureuse élue est une géorgienne de 24 ans qui étudie le chant lyrique (ça promet). Elle semble gentille mais très expressive (elle en fait un peu des caisses quoi). Quand le proprio lui a annoncé le prix de la location, elle s'est mise à hurler: OMG it's so expensive, do you want to kill me?.. J'ai pas menti sur son expressivité ! Je ne suis pas sûre de bien m'entendre avec elle, on a l'air très différente l'une de l'autre.. J'attends de voir !


Petite anecdote: Antoine nous a accompagné signer le contrat; avec sa tchatche, sa grosse voix et son charisme il a tout de suite plu à Tony, qui lui a fait conduire son bel SUV, et lui a même proposé un job. Son charme à l'italienne opère, une seule chose à dire: bravo!

11
sept
11
sept
Publié le 29 décembre 2017

Ca fait maintenant deux semaines que nous sommes arrivées à Budapest. Durant tout ce temps, nous avons trouvé notre appartement mais nous sommes aussi beaucoup sorti. J'ai besoin de rencontrer du monde, d'avoir une mise en bouche de ce qu'est la vie en Erasmus et d'en profiter un maximum avant que les cours ne commencent. Je n'ai pas été déçue, oooh ça non!

Nous avons rencontré un groupe d'amiénois qui font parti de l'IUT TC; il est composé de Fidéline, Pierre, Sophie, Mathieu, Aurélien, Clément et Anne. C'est agréable quand même de parler un peu français (surtout quand on est niveau A2- en anglais). Je les adore déjà, et comme ça fait du bien de rencontrer de nouvelles têtes!

Il y a eu pas mal de soirées organisées spécialement pour les Eramsus (on nous chouchoute bien.. ou plutôt ils savent sur qui investir), j'ai découvert le Hello Baby, le Fogas, le Morisson, le Corvin! J'avoue avoir une petite préférence pour le Fogas qui est gratuit, avec un décor vraiment atypique, de nombreuses pièces toutes différentes les unes des autres, que ce soit pour danser ou simplement pour se poser entre potes.

 La famille 💉


Mais fini les bêtises, nous sommes des élèves studieux, remettons nous au travail!

11 Septembre 2017

C'est la rentrée, youpi et tralalère! Nous sommes désormais des étudiants hongrois dans la Budapest Buisness School (BGE). J'ai confectionné mon emploi du temps de façon stratégique (week-end de trois jours et demi) avec 6 matières: - Market Research (6)- Hongrois (6)- Payment risk mangement and financing (6)- International Economics (4)- Foreign trade regulation (4)- Marketing (4)

Notre école est vraiment géniale; digne de moi. Elle est immense, il y a une salle de sport, deux bibliothèques, deux cafétéria (3,8€ le repas), et comporte certains espaces vraiment sympas, comme le hall d'entrée avec un ilot central assez original et grandiose.

Parlons un peu des cours (en anglais)! Premier cours, International Economics, mon dieu! Ayant comme bagage à main un niveau d'anglais extrêmement médiocre, je comprends très vite que je vais avoir besoin d'un temps d'adaptation! De plus, les profs parlent très bien anglais, certes, mais leur accent hongrois rend l'exercice de la compréhension encore plus ardue.J'ai vraiment hâte de progresser, de toute façon je peux pas tomber plus bas!

 Mon école 🎓
15
sept
15
sept
Publié le 30 décembre 2017

Et oui, aujourd'hui c'est mon anniversaire.

On connaît tous quelqu'un dans sa famille qui adore se remémorer ses belles années, qui répète sans cesse: qu'est ce que j'aimerais avoir encore 20 ans! Moi qui vient de franchir la barre, je réalise tout simplement que je rentre dans un nouvel univers où l'on fait ses propres choix et ou l'on prend ses responsabilités en main; c'est l'âge qui tranche vraiment entre la phase jeune adulte et adulte. C'est sans doute l'un des âges les plus importants, qui marque une nouvelle décennie; celle qui sera selon moi la plus déterminante de ma vie. Quand on a 18 ans on rentre à peine dans la vie "hors lycée", on grandit, on commence à être plus autonome. Les 20 ans sont plus complexes, on est adulte. Je commence à réaliser que c'est durant les prochaines années que je vais finir mes études, avoir mon premier emploi stable, avoir un copain, déménager avec lui, peut être même me marier et avoir des enfants (qui sait)..

Je suis contente de fêter mon anniversaire ici, avec mes amis fraichement rencontrés, et ma super coloc. J'aime le changement, et pour le coup, cet anniversaire là ne ressemblerait à aucun autre.

Ce matin, réveil en douceur. Agathe toque à ma porte. Son entrée fut digne d'une scène de théâtre: jetée de ballons argentés et livraison de petit déjeuné (au menu; jus d'orange et pain au chocolat). J'ai eu le droit à mon "petit cadeau" : bombes de bains Lush (la Dragon Egg et la Frozen), petite boite en verre, carte trop mimi, et la traditionnelle culotte (ça devient une habitude). Que demander de plus? Merci!


Mes cadeaux 🎈


Au programme aujourd'hui: bains sur l'île Marguerite au Palatinus strand baths. C'est un grand complexe qui comporte en extérieur une grande piscine, entourée de plusieurs autres, d'une piscine à vague, et de 4 toboggans. A l'intérieur il y a une piscine thermale, une piscine d'eau gelée et une d'eau bouillante, un spa et un hammam. J'ai passé une super après midi aux cotés de mes sang : Antoine, Agathe, Etienne et Mathieu.

 Palatinus 🌊


Pour ce qui est de ma fête d'anniversaire, je dois dire qu'il n'y en a pas eu une, mais deux, oups! J'ai eu donc droit à une soirée organisée par notre école qui a commencé dans un karaoké et fini en boite de nuit le soir du 14 au 15, et le soir du 15 au 16 je suis allée moi et ma troupe à une soirée sur l'île Marguerite, au bord du Danube, avec danseuses brésiliennes et absinthe black pour égayer la soirée.


Toujours en bonne compagnie!  

Petite anecdote: le jour suivant mon anniversaire, maman qui m'appelle: Alors c'était bien la soirée Nerf? Gloups * (Merci Facebook! Je n'ai pas maman sur Facebook, ma tante oui, et un simple commentaire de sa part met la photo en actualité sur le profil de ma mère. Oups)

30
sept
30
sept

Ca fait un mois que nous sommes ici et il faut déjà qu'on aille ailleurs!

Premier voyage qui nous fait sortir des sentiers battus: le Lac Balaton. Pourquoi cet endroit? C'est simple, c'est à environ 1h30 - 2h de Budapest; et c'est le plus grand lac de Hongrie et d'Europe centrale; tout ce qu'il faut pour nous motiver à aller y passer la journée.

La team du jour: Pierre, Etienne, Anne, Antoine, Léa, Clément, Sophie, Fidéline et Agathe

Hello Hungary 🇭🇺

Je vois rarement des lacs, et je n'ai pas été déçue de celui-ci! A notre arrivée, j'ai été très surprise de la couleur de l'eau, très turquoise; le lac est gigantesque, et le port très agréable (de plus la météo était en notre faveur). Des petits canards et des cygnes y ont logé domicile. C'est fou ce que ça fait du bien de voir autre chose que de grands bâtiments tout autour de soi; de respirer un autre air que celui de la ville.

Le port ⛵

Qui dit Lac Balaton, dit la presqu'île de Tihany! Nous avions réservé un billet de bateau pour nous y emmener à 14h, mais bien sur il a fallu qu'on se fasse une petite frayeur pour rendre le voyage un peu plus palpitant. Après avoir pris nos billets, notre ventre criait, à en réveiller un mort. Ni une ni deux, nous sommes partis chercher un restaurant pas trop loin du port. Malgré nos préventions faites au serveur concernant la rapidité en laquelle devait être servi nos plats, nous avons dû les gober, payer en un éclair et entamer une course effrénée pour ne pas rater notre bateau. Nous avons bien fait, car quelques minutes de plus et c'était raté!

Le voyage en bateau est rapide, et magnifique. On aperçoit Tihany au loin, c'est déjà génial. Une fois arrivés, on comprend assez vite qu'il va falloir monter, grimper, escalader cette montagne pour atteindre l'abbaye qui s'y trouve au sommet (au moins on avait eu droit à notre échauffement juste avant).

Une goutte ou deux de sueurs plus tard, ça y est, on est en haut! Aucun regret, ça valait le coup d'y monter! L'abbaye typique et pleine de charme surmonte une vue imprenable sur le lac.


Presqu'île de Tihany

Bilan de cette journée: épuisante mais pleine de belles images et de bons souvenirs.

6
oct
6
oct
Publié le 31 décembre 2017
Au milieu des bubulles à Krakow

Une semaine après le Lac Balaton, nous voilà de nouveau à la recherche d'une nouvelle destination; changer d'air nous a fait le plus grand bien, et on ne peut résister à l'envie d'en découvrir de nouvelles. Le choix s'est porté tout de suite et à l'unanimité sur Cracovie; nous voulons à tout prix voir Auschwitz, qui est très proche.

L'organisation du voyage a été un peu tumultueuse pour Agathe et moi. Et oui, ça fait maintenant une semaine que nous n'avons plus de Wifi à l'appartement; il a donc fallu que quelqu'un nous accueille gentiment chez lui pour pouvoir réserver nos tickets de bus (merci Etienne, gentleman à souhait). Au passage on en a profiter pour télécharger deux ou trois épisodes de nos séries (plutôt une saison entière de Grey's Anatomy pour moi, mais chut..).

Après une heure ou deux, ça y est les billets sont pris; nous partons en Flixbus le 6 octobre à 23h, pour arriver à Cracovie à 6h.

Le jour J, tous armés de nos petits sac à dos, nous partons Fidéline, Antoine, Mathieu et Agathe prendre le bus direction Krakow!

Pour la petite anecdote: durant le voyage, je m'installe seule, personne à coté de moi au départ de Budapest. Je m'endors, étale mes jambes sur le siège d'à coté; je suis bien, je dirais même trop bien. Chose que je ne savais pas avant ce voyage, les Flixbus ne font pas des trajets directs, c'est ainsi que nous nous sommes arrêtés en Slovaquie. Qui dit nouvel arrêt dit nouveaux passagers.. Pourquoi.. J'aperçoit au loin un groupe de slovaques, "ceux la ils sont pour moi!". Ca n'a pas raté, le bus étend plein à craquer, j'ai vite compris que j'allais avoir un voisin. C'est le plus balèze d'entre eux qui s'assoit à coté de moi; il m'écrase à moitié le bras en s'installant (j'ai dit balèze? non, obèse). Pendant le trajet monsieur décide de s'endormir; bien sur, ronflement ardent, bras qui tombent sur moi toute les 10min. En un mot: l'horreur ! Je te remercie toi gr(os)and slovaque d'avoir égayé ma nuit!

A notre arrivée, nous sommes surpris de voir que la ville est déserte. Nous cherchons désespérément quelque chose à visiter, mais tout est fermé. On décide simplement de se balader, et de voir sur quoi nous allons tomber. Nous avons suivit des panneaux, des chemins en tous sens, puis sommes arrivés en face de la cathédrale de Krakow. Très mignonne!

Krakow

La légende raconte qu'un dragon sommeillait dans une grotte de la falaise ou s'élève la colline Wawel. Il faisait régner la terreur dans le village, et en dévorait ses habitants (en priorité des jeunes femmes). Le roi décida de mettre au défi les hommes pour les encourager à tuer le dragon, à la clé le mariage avec la princesse. C'est un cordonnier qui réussit à venir à bout du dragon en lui faisant manger un mouton plein de souffre; le dragon assoiffé but toute l'eau de fleuve; son estomac étant trop petit, il explosa et c'est ainsi que la ville de Krakow fut fondée et sauvée.

Si je raconte cette légende, c'est parce qu'il y a une statut commémorative du dragon qui crache du feu en haut de la falaise ou se trouve la cathédrale.

La nuit nous l'avons passé dans un Airbnb, bataille de glaçons, pizza devant Thomas Ngijol; fou rire garantis.

8
oct
8
oct
Publié le 31 décembre 2017

Le lendemain matin sur un air de La voiture rouge , nous sommes partis à Auschwitz. Changement d'ambiance donc, mais totalement voulu, c'est l'une des raisons pour laquelle nous avons voulu partir à Cracovie.

Auschwitz - Birkenau

Cette journée est l'une des plus dures. Il y a deux camps; Auschwitz I et Auschwitz II Birkenau. Une guide nous accompagne durant toute la visite (en anglais). Les pièces sont dures, l'une des pires pour moi est celle de où une masses gigantesque de cheveux sont entreposés. C'est à Auschwitz I que reste la dernière chambre à gaz, conservée suite à la transformation de celle-ci en bunker vers la fin de la guerre. La chambre à gaz est froide, nous glace le sang. A coté se trouve les fours crématoires.. Rien de bien joyeux la dedans, mais nécessaire pour continuer de se rappeler, en mémoire de tous les gens qui y sont mort.

Le cœur lourd, nous partons. Durant le trajet qui rejoint Auschwitz à Cracovie, on s'interroge, on s'énerve, on ne comprend pas.. Comment tant de gens ont pu adhérer à ce massacre? Comment le négationnisme est-il possible quand on voit tout ça?

A notre retour, nous sommes allés mangé dans un restaurant typique polonais: les bars à lait. On se réééégale, pour peu cher. On aime manger, mais on aime aussi boire! Avant de repartir, un bar s'impose! On part donc déguster la fameuse vodka polonaise, avec des gouts de toutes sortes: cerise, noisettes, framboise, abricot, ...

C'est après s'être bien soulés que nous sommes partis prendre le bus, on rentre à la maison! Inutile de vous dire qu'on a dormi comme des bébés ahah.

22
oct
22
oct
Publié le 12 janvier 2018

Retour au bercail! Ca y est mon billet d'avion est pris, je rentre en France le temps de quelques jours pour les vacances de la Toussaint.

Petit bémol: hier, Agathe et moi sommes parties aux termes Gellert (jusque là rien d'affolant), mais voilà, au moment de partir, ma petite colocataire n'ayant pas vu la dernière marche (elle avait reçu un snap qui l'a comme qui dirait déstabilisé), s'est vautrée dans les escaliers. On peut que c'était une assez mauvaise chute, puisqu'en se relevant, sa cheville lui faisait relativement mal. C'est comme ça que nous nous sommes retrouvées à devoir aller à l'hôpital hongrois.

Avant le drame

Le chemin fut assez périlleux. Nous sommes d'abord allées à la pharmacie pour savoir où se trouvait l'hôpital, nous avons pris un taxi qui ne savait pas où aller non plus et qui ne connaissait pas l'hôpital. Arrivées là bas, impossible de trouver les urgences, oui ça n'existe pas. C'est au service de traumatologie qu'il a fallu se rendre. Là bas, un hôpital digne d'un film d'horreur, les murs défraichis, le sol très sale, des patients qui crient, deux patients avec du fer qui sort de la main pour la reconstruire (ça fait un peu bizarre), aucun panneaux, pas une secrétaire qui parle anglais, bref, une bonne grosse galère. Heureusement on en est sorti avec tout nos membres et aucunes amputations. Après des radios du genou (oui du genou) et d'autres de sa cheville, elle en sort avec un papier qui dit qu'elle a une entorse.

Comme je partais le lendemain, je me suis empressée une fois rentrées à la maison de faire à manger en assez grande quantité pour qu'elle n'ait pas à cuisiner les jours suivants. Je me suis donc lancée dans la préparation d'une purée carottes/pommes de terres, et d'un riz épinards oignons et champignons (on part sur des plats de grandes finesses)


C'est le jour J, je pars rejoindre ma petite maman en France. Le vol fut comme qui dirait excellent! Je n'ai pas été surclassé, mais au contraire déclassé ... dans le cockpit (et oui ce n'est pas considéré comme une place). Le vol étant surbooké, la compagnie m'a proposé de voyager dans le cockpit (il faut dire qu'ils me connaissent bien).

Copilote

Arrivée à Trumtrum, je revois ma maman, et mon chaton bébé, elles m'ont manqué! Pendant mon court séjour, je retourne un peu à Amiens, je revois ma petite Dji, Alex, Ruth, et d'autres. Je réalise à quel point ils m'ont manqué, mais j'ai beaucoup de mal avec la ville... Je comprends que le véritable retour sera très difficile, et je n'arrête pas de me dire que je vais vraiment m'ennuyer dans cette petite ville.

Retour à Amiens

Je reste 4 jours à Amiens, puis je rentre sur Trumtrum le temps d'une nuit, puis retour à Buda (ou plutôt Pest). Au retour je suis surclassée, décidément j'ai de la chance. J'ai droit à un petit repas très sympa, j'apprécie.

La collation 
31
oct
31
oct
Publié le 21 janvier 2018

A peine rentrée que me voilà déjà de sortie, et oui, c'est Halloween! Quand certaines se maquillent comme des petites tchoins, nous il suffit simplement d'une lingette démaquillante pour parfaire nos déguisements!

Plus sérieusement, au programme de la journée: chercher un maquillage décent parce qu'on a clairement la flemme de s'acheter un vrai déguisement, puis le soir before chez Antoine (pour changer) et soirée au Corvin.

Le soir, j'ai promis à FIdeline de lui faire son maquillage, elle veut un squelette mexicain, donc c'est parti, on se met au travail! Après un peu moins d'une heure, c'est fini, je suis plutôt fière du résultat. Pour ce qui est de moi j'en ai toujours aucune idée, c'est après de longues minutes à éplucher Pinterest que je trouve enfin quelque chose de pas trop compliqué à réaliser: une poupée de cire. Je ne suis pas très satisfaite du rendu, mais je m'en fou, après deux ou trois shots de tequila, je le verrais flou et donc plus beau, ahah.


Nos "déguisements" improvisés

Finalement la soirée a duré ce soir là, on est sorti de chez Antoine vers 1h.. Résultat impossible de rentrer en boite sans avoir de préventes. On décale au Fogas, toujours envahi de monde à l'entrée, et impossible de rentrer.. Et c'est ainsi que la soirée s'est terminée dans nos lits à 3h du mat!

PS: Agathe tu t'en rappelleras de cette soirée belle au bois dormant 😉

3
nov
3
nov
Publié le 10 février 2018

Et oui, on ne s'arrête plus, on voyage encore et encore! Cette fois-ci à deux avec Agathe.

On part en Flixbus une fois encore, départ à 23h30, et arrivée à 6h. Le voyage est long, mais on arrive tant bien que mal à faire un petit somme.

Une fois arrivées, direction la place de la Vieille-Ville si connue à Prague, ou se trouve la tour de l'hôtel de ville surplombée d'une horloge astronomique, l'église de Notre-Dame du Tyn ainsi que l'église Saint Nicolas. C'est le levé du soleil sur la place. Nous sommes seules au milieu de cet endroit impressionnant tant par son architecture que par sa grandeur.

Place de la Vieille Ville 

La journée s'accompagne de visites dans tous les coins de la ville. Nous sommes allées du coté "Pra", c'est à dire de l'autre coté de la rivière Vltava, en passant par le fameux Pont Charles, pour nous diriger vers le château et la cathédrale de Saint-Guy de Prague. Le château ne possède pas énormément de meubles, ou de vaisselles, je dirais même pas du tout, ce qui rendait la visite pas forcément intéressante.

Les appellations "Pra" et "Gue" pour parler de chaque cotés de Prague, ne sont absolument pas de vrais nominations; ça nous aide simplement à nous repérer, comme à Budapest avec le coté "Buda" et l'autre "Pest".

Nous avons tourné dans tout les coins de Prague, en passant par pas mal de musées: les galeries Rudolfinum (assez spécial à vrai dire: entre les machines à laver, les arbres qui "dansent" et les crottes de nez collées sur une toile, bof bof!); le musée de la torture (oui il nous manque un grain pour visiter ce genre de musée peu enrichissants); le musée national (animaux empaillés et histoire des plantes à gogo).

Le dimanche, nous sommes allés principalement dans les tours de Prague, et avons cherché à visiter les musées juifs de la capitale. Malheureusement on s'y est pris un peu tard, les synagogues sont fermées le samedi, et le dimanche nous sommes arrivées trop tard pour les visiter...

Prague: pleine de charme 

Petite déception durant le voyage: les travaux. A de nombreuses reprises nous sommes arrivées devant un monument et nous avons eu la surprise de le voir fermé. Ca a été le cas avec la bibliothèque Klementinum, avec le musée national "original" (ils en ont ouvert un à coté mais sans intérêt) , et la Tour de la Vieille Ville où se trouve l'horloge astronomique.

En ce qui concerne la nourriture... c'est pas de la haute gastronomie, mais sur un malentendu ça peut passer! J'ai pu tester le smažený sýr qui est un fromage pané : assez fade; (j'ai pu faire une bulle de chewing-gum avec). J'ai testé le knedliky qui est de la farine bouillie, encore une fois pas un grand succès..

En conclusion:

Prague est une ville magnifique, grande et avec une architecture incomparable. Nous y sommes peut être pas allées à la bonne période (travaux), mais elle reste une capitale pleine de promesses, d'histoires et extrêmement vivante, qu'il faut voir au moins une fois dans sa vie.

10
nov
10
nov
Publié le 21 février 2018

Et oui, comme vous l'avez vu dans le titre, ma maman est venue me rendre visite le temps de deux ou trois jours! L'occasion de faire quelques visites différentes de ce qu'on a eu l'habitude de faire, car ma maman connaît déjà bien Budapest (elle y a été deux fois avant celle-ci).

Je cherche donc à lui faire faire de nouvelles activités. Au programme: lever du soleil au Bastion des pêcheurs, puis termes Rudas le premier jour, avec visite du marché couvert. Le lendemain musée National Hongrois et New York Café.

Lever du soleil au Bastion des pécheurs:

Pour les personnes qui restent pendant une longue période à Budapest, c'est vraiment une activité que je conseille. C'est l'une des plus belles choses à voir dans cette ville selon moi. Certes il faut se lever relativement tôt pour être au Bastion vers 6-7h du mat, mais ça en vaut vraiment la chandelle!

Lever du soleil au Bastion des Pécheurs 

Nous avons eu la chance qu'il pleuve (et oui merci la pluie!) puisque deux superbes arcs-en-ciel sont apparus, en même temps que le lever du soleil, sur le Bastion !

C'est certainement l'un de mes meilleurs souvenirs ici...

...
Eglise Saint-Mathias & Bastion

Les termes Rudas:

Après avoir testé les termes Gellert, je m'essaye à des termes plus locales et plus typiques. En effet ces termes qui ne sont mixtes que le week-end ont un coté beaucoup moins touristiques, et possèdent sur un toit un bain avec une vue panoramique magnifique.

Ma maman qui a testé Gellert, Széchenyi et celles-ci, m'avoue avoir préféré Rudas.

Termes Rudas

Le musée National hongrois:

Ce musée est l'un des rares musées qui a su me captiver. Il reflète les différentes périodes de la Hongrie selon les pièces; plus on avance dans la visite et plus on travers les époques. Il possède une grande collection: vêtements d'époque, bijoux, livres, mobilier, ... Je recommande!

Musée National Hongrois

Le New York Café :

Ce café m'intriguait beaucoup a mon arrivée ici. Avant même de venir j'en avais déjà entendu parlé, ou vu des photos sur Instagram. Il est réputé comme étant l'un des plus beaux cafés du monde. En effet, je ne peux pas dire le contraire. Hormis les prix relativement excessifs pour un pays pas bien riche, je dois dire qu'y aller une fois pour se craner un peu ne fait pas de mal!

New York Café


Merci à ma maman d'être venue me rendre visite, supers moments!

24
déc
24
déc

Pourquoi partir à l'étranger pour fêter Noël quand on est déjà à l'étranger me diriez-vous?

C'est simple: nous sommes parties à Budapest avec l'idée de passer Noël sous la neige, gros plaids et chocolat chaud à gogo (en mode cocooning), or là, la neige ne s'est clairement pas décidée à montrer le bout de son nez, pour notre plus grand désespoir. Quoi de mieux que la Slovaquie pour pouvoir peut être en apercevoir!

Le voyage s'organise en deux temps: d'abord le soir du 24 se fera à Bratislava, puis le 25, départ pour Vienne, ville qui se trouve à seulement une heure de route de la capitale slovaque, puis retour le 26 à Buda!

Départ 8h50; Arrivée 11h40

Une fois arrivées, nous comprenons, moi et Agathe, que ce n'était peut être pas une bonne idée de s'aventurer loin de tout, dans une si petite ville le jour de Noël. Le problème? c'est un jour férié, qui dit jour férié dit magasins fermés, musées fermés, personne dans les rues ... bref : une bonne galère...

Après avoir déposé les bagages dans notre AirBnb (un appartement sympa, pas bien loin du centre), nous sommes parties chercher un endroit où nous ressourcer. Le seul "restaurant" ouvert? Macdo... quand on a faim on fait pas la difficile!

En sortant, le ventre bien arrondi, c'est l'occasion de faire un petit tour dans la ville. Ici le soleil se couche tôt; entre 16h et 17h, voire même avant, alors on se dépêche pour ne rien rater de jour.

Eglises pleines de charme trouvé sur notre route

Nous nous baladons un peu dans tous les sens, sans itinéraire précis. On aperçoit le château de Bratislava sur sa montagne, des églises souvent fermées. Des couleurs pastels laissées par les derniers rayons de soleil donnent un charme incroyable à cette petite ville de 400 000 habitants.

On continue notre chemin, pour arriver à l'église Saint-Martin, lieu où furent couronnés dix-neuf rois et reines du Royaume de Hongrie entre 1563 et 1830. C'est la seule église que nous avons pu visiter. A l'intérieur, un immense sapin de Noël avec une crèche toute mignonne. On essai de voir sur les papiers affichés s'il n'y a pas une messe de minuit, RAS (rien à signaler) malheureusement.

Cathédrale Saint-Martin

Plus loin, on aperçoit la porte Michel, et une fois de plus le château entre les murs.

...

Il est temps pour nous de trouver un petit restaurant pour manger le soir, ... et ça risque d'être compliqué.

On a mis environ 30min à trouver quelque chose d'ouvert. Je peux vous dire qu'on a pas hésité à entrer, pas fait de recherches sur Tripadvisor pour la qualité des plats proposés, ni cherché le moindre avis.

On pensait s'essayer à des spécialités locales, tel que le bryndzové halušky (quèsaco?). C'est une sorte de gnocchis servit avec du fromage de brebis et des lardons. Mais d'après l'avis de nos amis, c'est assez particulier (pour ne pas dire dégueulasse). Donc on reste dans la simplicité: petite escalope de poulet, sauce fromage.

Bilan:

Bratislava est une ville qui reste agréable et sympathique. Néanmoins il ne faut pas y prévoir plus d'une journée, car on fait relativement vite le tour (et résultat pas de neige, snif)!

Nos cadeaux au pied du "sapin":

Le père Noël est passé ici aussi! 🎅

J'ai eu un parfum d'homme au cédrat (l'Occitane), un pyjama (Oysho), une tasse bonhomme de neige, une bougie (Yankee Candle). J'ai été gâté, merci Agathe !