L'hiver, très peu pour moi... Blog pour vous réchauffer un peu et vous dépayser beaucoup
Avril 2019
30 jours
Partager ce carnet de voyage
1

02/04 : Rien que son nom me fait frétiller d'impatience. J'y suis déjà allée en 2016 et j'ai beaucoup aimé. Une ville à l'image de la Malaisie : un carrefour culturel moderne. Je me lève vers 3 heures du matin et rejoins l'aéroport de Dumaguete en taxi scooter, mon vol est à 6 heures. J'arrive ensuite à Manille où je dépense mes derniers pisos en nourriture avant le vol pour KL. Je pose les pieds en Malaisie à 17 heures. Le "je" redeviens "nous" vers 20 heures, la copine Amandine vient partager un bout de chemin. Nous rejoignons assez tard le quartier de Chinatown où nous logeons mais on trouve des boui-bouis indiens toujours ouverts. Renaissance culinaire : quel régal ces galettes trempées dans de la sauce au curry...

03/04 : Aujourd'hui, nous partons à la découverte de la belle Kuala-Lampur. Quelques petits temples indous et chinois sont à proximité. On rejoins ensuite l'ancienne gare et la Place de l'Indépendance. Même si j'aime cette ville, on est bien loin de nos aménagements urbains qui cherchent à sortir la voiture des centres. Ici, elle est reine : c'est parfois bien difficile pour traverser...

Sultan Abdul Samad Building

Puis, on rejoins la mosquée Masjik Jamek, petit oasis urbain.

Masjik Jamek

On continue la balade, après une pause repas, par le parc autour de la KL Tower. Une belle jungle urbaine mais les aménagements sont laissés à l'abandon. C'est dommage de ne pas valoriser cet écrin de verdure car la ville manque d'espaces verts.

Enfin, on prends le métro pour les Tours Eiffel de KL : les majestueuses Tours Petronas. On se balade dans le parc environnant mais le temps se gâte. Afin d'éviter la douche, petit bain dans l'énorme centre commercial attenant.

KLCC

Nous reprenons ensuite le métro pour le Berjaya Times Square, un mall avec un parc d'attraction à l'intérieur, tout simplement. Pour le soir, petit tour dans le Central Market, regroupant divers souvenirs, avant street food à Chinatown et gros dodo.

Berjaya Times Square

04/04 : Ce matin c'est Batu Caves, des grottes avec des temples indous (et des singes). Le train est à 11 heures mais il n'est que 10 heures alors on attend sagement. Problème : le quai est long avec un virage, on ne voit pas que le train s'arrête assez loin, il passe sous notre nez... Heureusement, les taxis sont accessibles : nous arrivons enfin aux Batu Caves vers 11h30. La dernière fois, les monuments étaient en travaux : je peux enfin admirer les lieux plus que colorés même si fréquentés.

Batu Caves

De nouveau dans le centre, après de délicieuses nouilles et soupe dans un boui-boui chinois bondé, nous récupérons les sacs pour changer d'hébergement. Ce soir, on s'offre du luxe ! Nous arrivons à l'hôtel mais les tarifs sont beaucoup plus chers que sur internet : no problemo, la réceptionniste nous propose de monter au 11ème pour réserver sur un ordinateur.

Red by Sirocco

On récupère enfin la carte et c'est tout excitées que nous rejoignons l'étage 19 chambre 9. Elle est sublime et le confort proche de la perfection. Une moquette et des lits tout aussi moelleux ainsi qu'une belle vue.

Nous enfilons les maillots rejoindre la piscine au 25 ème étage car le temps se gâte généralement vers 15-16h depuis notre arrivée.

L'orage se prépare mais nous laisse le temps de nous baigner. Le déluge arrive enfin, j'assiste à un spectacle qui restera gravé : la foudre s'abat alternativement sur les Tours Petronas et la KL Tower dans un fracas assourdissant. Lorsque la pluie se met à tomber, on ne distingue plus la ville, seul un énorme tableau de gris.

Nous retournons dans la chambre avant d'aller manger, une fois la tempête passée, au centre commercial des Tours Petronas admirer les lieux de nuit. Il y a même un spectacle de fontaines.

KLCC

De retour à l'hôtel, on jette un coup d'oeil à la piscine avant de s'endormir paisiblement dans nos lits nuage, tout en gardant un oeil sur les Tours Petronas, également visibles depuis la chambre (et mon lit)...

04/05 : Après cette nuit de rêve, nous montons au petit déjeuner buffet proposé à côté de la piscine. A l'image de l'hôtel, celui-ci est délicieux et varié. Nous profitons ensuite de l'eau sous un grand soleil avant de quitter cette pause luxueuse direction Georgetown, plus au nord de la Malaisie.

🏨 Red by Sirocco : environ 60 euros la nuit pour deux avec petits déjeuners, le must

À 13h45, nous voilà dans un bus plus que confortable. Il n'y a que 3 fauteuils par rangée donc autant vous dire qu'ils sont larges. En plus, il est à étage : nous sommes en haut et tout devant. La route est verte avec de nombreux reliefs mais aussi énormément de palmiers à huile, la Malaisie étant l'un des principaux pays producteur. Ça fait mal au coeur de voir ces étendues de palmiers uniformes à la place de forêts tropicales...

2

Le bus arrive à Butterworth vers 20h, il faut ensuite prendre un ferry pour rejoindre Georgetown, sur l'île de Penang. La traversée est bouclée en moins de 20 minutes. Nous rejoignons la guesthouse en passant par Little India où nous dégustons des chapatis (type de galette) avec du poulet Massala. Les lèvres nous brûlent et le nez coule mais on résiste, c'est tellement bon.

Durant la nuit, la hantise de tout voyageur : le corps me démange. J'allume la lumière (désolée Amandine) et découvre une punaise de lit sur le mur. Nous arrivons à nous rendormir tant bien que mal après avoir inspecté scrupuleusement les lieux et éliminé l'individu mais changeons de guesthouse dès le lendemain.

06/04 : Après avoir déposé les sacs dans notre nouvel hébergement, nous partons à la découverte, re-découverte pour ma part, de Georgetown. Une carte permet de l'explorer à la recherche de différentes oeuvres de street-art. C'est une grande ville mais les petites rues du centre historique, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, lui donnent un air de "village".

Certains lieux sont touristiques et beaucoup d'Asiatiques se prennent en photo devant les oeuvres de rue mais la balade reste agréable même si très très chaude. Le multiculturalisme de ce pays est un régal. Imaginez un temple chinois au bout d'une rue de Little India avec dans le fond l'appel à la prière des mosquées : bienvenue en Malaisie ! Autant vous dire que niveau nourriture, le choix est très compliqué !

Après mangé, nous nous baladons sur les petites passerelles du village flottant avant de rentrer nous poser au frais dans notre hébergement.

Nous retournons nous promener en fin de journée en quête de nourriture : encore de l'indien, je ne m'en lasse pas !

07/04 : Ce matin nous partons marcher à Penang Hill. Un bus puis un funiculaire moderne et rapide permettent de s'affranchir des 800 mètres de dénivelé. Le sommet fait un peu parc d'attractions, sans attraction. Comme souvent, il suffit de marcher et l'on ne croise plus personne. Le début de la balade se fait sur une route où fleurs et points de vue sont abondants. On s'enfonce ensuite un peu plus dans la jungle grâce à un petit sentier. Nous redescendons en suivant le funiculaire. La végétation est magnifique mais une bonne douche arrive : nous devons nous abriter.

Penang Hill

Après mangé, nous rejoignons le Kek Lok Si Temple, un énorme temple pas bien vieux mais apaisant et pas trop fréquenté.

Kek Lok Si Temple

Retour à la guesthouse vers 17 heures, nous nous posons avant un bon repas indien. Mon plat : galette farcie de fromage fondu (cheese naan) avec, entre autre, sauce curry et dhall de lentilles corail. Le tout accompagné de leur délicieux thé froid, sucré, avec ou sans lait.

08/04 : Pour notre dernière journée à Georgetown, nous partons à la découverte du Parc National de Penang. La route pour y aller longe le bord de mer mais malheureusement, dès qu'il y a un peu d'espace entre plages et collines, les malaisiens vont avoir la fâcheuse tendance d'y construire des immeubles. Et ils ne se contentent pas de 2-3 étages, on peut plutôt parler de buldings. Le trajet reste quand même joli. Une fois arrivées, de nombreux sentiers sont inaccessibles, nous nous rendons donc à la Turtle beach, environ 2 heures A/R. La marche est belle au milieu de la jungle avec de petits cours d'eau pour se rafraîchir car il fait toujours très très chaud. Les gens sont souriants et nous saluent.

Randonnée Turtle Beach

Retour vers 16h, balade dans Georgetown et streetfood pour le soir : brochettes (satay).

09/04 : Nous reprenons le ferry puis encore un confortable bus à 10 heures direction Kota Bharu. On va traverser le pays en largeur direction la côte Est !

3

La route est belle, au milieu de montagnes verdoyantes où la culture du palmier à huile semble plus difficile. Le bus nous dépose à côté d'un énorme centre commercial sur un terrain vague en dehors de la ville de Kota Bharu. Il ne semble pas très fréquenté. Nous demandons à l'intérieur comment rejoindre le centre : une jeune femme nous commande un taxi. Celui-ci s'excuse à plusieurs reprises car il débute et ne trouve pas de suite la route. Nous arrivons à l'hostel qui possède un petit jardin bien agréable après les grosses chaleurs de la journée. Pour le soir, il y a un night market juste à côté avec un large choix de nourriture. L'ambiance y est agréable : musique, enfants qui jouent et des locaux souriants.

10/04 : Ce matin, nous partons explorer Kota Bharu, apparemment la ville la plus musulmane du pays. Elle n'est pas spécialement belle, très peu touristique, mais il y a quelques petites choses à y voir dont des musées. Nous faisons celui du fait main (handicraft museum), apaisant et dans de jolis bâtiments :

Le Central Market est également à voir avec ces étalages de fruits et légumes, épices, viandes, poissons,... Puis nous longeons les bords du fleuve qui ne sont malheureusement pas valorisés par la ville, voir laissés à l'écart. Nous mangeons avant de nous poser l'après midi dans la guesthouse.

Petit tour dans le night market le soir et demain, direction les îles paradisiaques de Perhentian !

4

11/04 : Nous prenons un bus puis un speed boat pour rejoindre les îles. On peut même parler de très speed boat. L'embarcation est plutôt petite mais possède 2 énormes moteurs : on vole, fend les vagues et se casse le dos quand elle retombe brutalement. La traversée est une attraction à elle seule : j'ai le sourire jusqu'aux oreilles. Nous arrivons à notre hôtel sur la plus grande des deux îles : Besar, apparemment la plus belle et la mois développée. Le programme de l'après midi est chargé : baignade et farniente sur du sable d'une granulometrie (et couleur) proche de la farine. Le ciel se couvre en soirée, le contraste avec l'eau turquoise est magnifique.

Flora Bay

Repas sur la plage, les orteils grattant le sable doux avant une nuit bien chaude, dans l'attente que le ventilateur oscille sur notre corps.

12/04 : En fin de matinée, nous louons masque et tuba avant de rejoindre l'autre côté de l'île grâce à un sentier, malheureusement sale au commencement (jungle trek). On atteint au bout de 30 minutes la très jolie plage du Perhentian Island Resort où nous apercevons une multitude de poissons colorés ainsi qu'un petit requin à pointe noire. Nous y resteront les 3/4 de la journée.

Perhentian Island Resort Beach

Sur le retour, Amandine tombe sur une ribambelle de billets dans la forêt, un pactole d'une dizaine d'euros ! Même soirée qu'hier, mes orteils sont heureux au contact du sable et nuit bien chaude.

13/04 : Pour aujourd'hui, nous avons réservé un tour en bateau (tour Rawa), nous sommes seules sur la petite embarcation. Notre guide est assez exceptionnel, voir complètement taré, et décide de nous appeler Marie (pour Amandine) et Laura. Il rigole (c'est certainement lui qui double le rire du Joker) et s'excuse à chaque fois que le bateau rebondit, même s'il semble faire exprès de nous secouer. Il se moque aussi des coups de soleil de Marie mais lui dit de faire attention (je suis déjà trop bronzée pour ce genre de remarques). Nous commençons par un premier spot de snorkeling. Le guide est en fin de compte génial et vient dans l'eau pour nous montrer les raies :

Nous nous arrêtons ensuite près d'une minuscule île rocailleuse avec également de beaux fonds et des eaux translucides.

Enfin, la petite mais très jolie île de Rawa où nous restons quelques temps posées sur le sable.

Ile de Rawa

Nous suivons ensuite le guide qui veut nous montrer de gros poissons : des poissons perroquets à bosse qui en effet, sont énormes :

Enfin, dernier spot pour voir une tortue mais nous sommes un peu trop nombreux autour d'elle. Après mon séjour sur l'île d'Apo aux Philippines, c'est difficile de devoir les partager. De retour vers 14h, nous remercions chaleureusement notre guide qui, finalement, s'est avéré ne pas être fou. Nous partons manger avant de profiter de la plage et des chats de notre hôtel : un endroit parfait. Demain, nous prenons la direction de l'île de Kapas !

Chats + plage = paradis

📌 Les îles Perhentian n'ont absolument rien à envier aux îles Thaïlandaises. Ici, pas de scooters, infrastructures à gogo et occidentaux qui font la fête. Elles ont gardé leur charme malais et leur jungle.

🏨 Hébergement : nous avons logée au Flora Bay 1, 22 euros la nuit pour deux avec un super petit déjeuner buffet + chats : nous avons adoré l'endroit même s'il fait bien bien chaud dans la chambre. Par contre, la plage était sale. À chacun de nos passages, nous avons ramassé des bouteilles en plastiques par dizaine, ça fait mal au cœur. Heureusement, les fonds marins étaient propres, enfin ceux que l'on a vu...

5

Du 14 au 16/04 : Après la beauté des îles Perhentian, je ne m'attendais pas à être encore plus charmée par l'île de Kapas. Rien de particulier à raconter : après deux bus et un bateau pour la rejoindre, une forme de routine de rêve s'est installée. Manger, dormir, lire et saluer les poissons. Voilà les 4 éléments qui ont occupé nos journées. Le visiteur ne peut qu'être envoûté par les caractéristiques de l'île. Elle est petite et des escaliers permettent de passer d'une plage paradisiaque à l'autre en quelques minutes. Il suffit de mettre la tête sous l'eau pour pénètrer dans le monde de Némo. Enfin, tout étant accessible à pieds, il n'y a pas de bateaux taxi et l'endroit est peu fréquenté : l'île est d'un calme incroyable. Imaginez, un silence perturbé par les clapotis de l'eau. Je vous embarque en quelques photos :

Des plages, des plages et des plages

Notre cantine (Qimi Restaurant) entre deux baignades, le seul restaurant sur la Private Beach (c'est le nom mais elle n'est pas privée) :

L'autre monde :

🏨 Et enfin, notre hébergement : verdure, hamacs, chaises longues et livres. Un lieu plus qu'apaisant et reposant mais pas le style des locaux. Vous serez surtout entre occidentaux (KBC, environ 20 euros le chalet pour 2, possède aussi des chambres dans les 12 euros mais plus disponibles).

6

17/04 : Nous prenons un bateau de bonne heure car on enchaîne avec un bus pour retourner sur la côte Ouest direction Malacca, à près de 500 km. Nous quittons le rêve de Kapas pour se prendre en pleine tête l'une des dures réalités de la Malaisie : Sur des centaines de kilomètres, quasiment la largeur du pays, des étendues de palmiers à huile. On croise de nombreuses bennes remplies de leurs fruits ainsi que des camions de troncs d'arbres empilés, certainement issus de la déforestation pour la culture du palmier. On aperçoit également ce qui semble être des villes dortoirs au milieu de nul part, abritant probablement les ouvriers. Ça me déchire le coeur. On suis même un camion citerne avec marqué dessus "Love my palm oil" : je ne pense pas que ce soit l'avis des aborigènes et orangs-outans. On va essayer de ne pas trop déprimer... Arrivée à Malacca dans la soirée, nous trouvons une belle guesthouse au bord de la rivière en plein centre ville. Amandine est charmée par les lieux, j'en suis ravie car demain, c'est son dernier jour en Malaisie.

18/04 : Ce matin, nous partons nous perdre dans les petites rues colorées de Malacca :

Comme Georgetown, c'est une grande ville, mais le centre, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, nous fait oublier les buildings alentours. Ici aussi il y a pas mal de street-art et les bords piétonniers de la rivière sont très agréables. Pour l'après-midi, nous restons à la guesthouse car la chaleur est étouffante, avant de retourner dans le centre manger en soirée.

19/04 : Ça y est, j'accompagne Amandine prendre un taxi : c'est l'heure pour elle de rentrer en France. Je l'aurais bien suivi : la culture du palmier à huile m'a mis un coup au moral, comme si le pays n'avait plus rien d'authentique et qu'il était complètement défiguré... Mais on va rester motivée même si c'est une triste réalité : je pars de nouveau me balader dans la mignonne Malacca, me pose l'après-midi et repars en fin de journée quand la chaleur est supportable. Aujourd'hui c'est le week-end qui rime avec night market et prolifération de chinois. C'est animé et leur passion pour les tricycles kitch, propres à Malacca, prête à sourire... De nuit, ces derniers sont tout éclairés sans oublier la musique à fond : de mini fêtes foraines ambulantes.

Je m'éloigne de l'agitation pour me trouver un boui-boui indien : je prends toujours la même galette avec divers sauces (rôti canai) accompagnée d'un thé Tarik (thé sucré au lait). Je ne me lasse pas de ce repas depuis mon premier jour en Malaisie et il ne coûte que 50 cents...

🏨 Hébergement : Omni Hostel, 7 euros le dortoir, 15 euros la chambre double

7

20/04 : Je me dirige tranquillement en fin de matinée vers le bus pour Kuala-Lampur où je vais passer une nuit avant de rejoindre Jerantut. Je resterai tranquille à la guesthouse l'après-midi après un bon repas indien puis chinois pour le soir.

Garlic Naan

21/04 : A 10 heures, je prends un bus pour Jerantut afin de me rapprocher du parc national de Taman Negara, une grande jungle encore plus vieille que les forêts d'Amazonie. J'ai longtemps hésité avant d'y aller (demandez à Amandine) car même s'il reste ce joyaux vert, les paysages de Malaisie ont été saccagés. Une impression de supercherie mais je ne dois pas rester sur ce ressenti et donner sa chance au parc. Fort heureusement, j'ai mal dormi alors je roupille dans le bus et ne voit pas (trop) les palmiers à huile le long de trajet. J'arrive à Jerantut vers 13 heures et rejoins mon hôtel avant un petit tour. Il n'y a pas grand chose à y voir mais j'aime cette ambiance de seule étrangère en ville.

Je tombe sur un petit restaurant avec une jolie terrasse verdoyante : Gypsy Garden. Le gérant me fait signe de venir pour me donner des informations sur la région. Un personnage : asiatique, plus petit que moi, la cinquantaine, de long cheveux grisonnants, une barbe peu fournie, salopette et chapeau, qui écoute du Manu Chao. Il y a aussi sa femme, son enfant et plusieurs chats roux. Il connaît bien l'Aquitaine, il y est allé dans les années 80 et me sort des villes comme Soulac, Maubuisson, Biarritz. C'est assez improbable d'entendre ces noms de la bouche d'un Malais. Je lui explique que je souhaite prendre une pirogue pour rejoindre l'entrée du parc demain. D'après lui, je peux facilement aller au port en stop. Il me dit de venir demain matin, il me préparera une pancarte. Il a l'air ravi d'échanger avec les étrangers et semble se souvenir de toutes les personnes qui se sont arrêtées chez lui. L'ambiance est chaleureuse aux côtés de ce hippie malais et sa famille. Cette rencontre fait du bien et ravive ma flamme du voyage, légèrement éteinte ces temps ci. Je retourne chez eux le soir pour manger, il y a également quelques locaux et touristes. L'ambiance est très sympa.

Gypsy Garden
8

22/04 : J'enfile mon sac à dos et me dirige vers Gypsy Garden : le gérant m'attend avec son bout de carton que je termine de dessiner.

Nous partons en voiture avec sa femme récupérer leur fils à l'école, ils me déposent ensuite sur l'axe pour Kuala Tembling, où se situe le port. Durant ce court trajet, il me parle de la culture du palmier à huile : pour lui, ça lui va tant que c'est vert. Elle a créé beaucoup de richesses et d'emplois dans le pays. Il me montre une pièce et me dit que c'est la même chose : il y a deux faces bien différentes, une jolie métaphore... Je les remercie chaleureusement et brandis ma pancarte sous un soleil de plomb. Il ne faut pas bien longtemps avant qu'une voiture s'arrête (disons plutôt pile et dérape sur le gravier). Un monsieur très sympa qui me parle aussi de la culture du palmier à huile. Toujours ce même dilemme : elle a aidé le pays à se développer mais détruit la forêt, il ne voit plus d'animaux. Il me dépose une quinzaine de minutes plus tard au port. Déception : le niveau d'eau n'est pas assez haut donc pas de bateau. Je suis obligée de prendre un mini van pour rejoindre Kuala Tahan (le village accolé au Taman Negara, par lequel on y accède). C'est cher et bien moins sympa... J'arrive enfin à destination vers 14h : le village n'est pas extraordinaire mais mignon, entouré de (vraie) verdure et au bord du fleuve. Il n'y a pas de grosses infrastructures, ce qui est assez rare en Malaisie. J'ai réservé une chambre à Tahan Guesthouse. C'est simple, plaisant et coloré, un peu en dehors avec un jardin.

Tahan Guesthouse

Je pars me balader dans le petit village : il est calme, on entend surtout les va et vient des pirogues. Touristique mais pas trop, je m'y sens bien.

23/04 : Je passe une très bonne nuit, le lit est confortable et le ventilateur amplement suffisant. Je pars prendre mon petit déjeuner à 8h30 avant d'attaquer le parc. Le village est agréable le matin, peu d'agitation, coqs et fraîcheur (relative). Pour rejoindre la forêt, il faut prendre une pirogue pour traverser la rivière. Voilà la vue de Kuala Tahan de l'autre côté :

Kuala Tahan

Je suis le sentier qui mène au sommet Bukit Teresek. Ce n'est pas bien long mais l'humidité dans la forêt est assez folle : je ruiselle de sueur et mon débardeur est trempé. J'arrive enfin mais ne prend pas le temps d'observer le paysage, j'avais lu quelque part que la sueur attirait les abeilles : je confirme ! Plusieurs me tournent autour en plus de la dizaine de moustiques permanente. J'arrive quand même à prendre une photo de la jungle et redescends rapidement. Je les sème au bout de quelques minutes et j'en sors indemne 😎

Bukit Teresek

Je croise d'énormes arbres et me demande combien de siècles ont-ils de plus que moi. Il n'y a pas grand monde ce qui est parfait pour des lieux si grandioses de part leur ancienneté et leur immensité. Je vous laisse admirer, la sueur et les moustiques en moins :

Taman Negara

J'arrive ensuite à une petite plage : Lubuk Simpon. La baignade est magique : température parfaite, quasiment personne et entourée de jungle. Un vrai régal après ce coup de chaud.

Lubuk Simpon

Je retourne à mon hostel vers 13h30, me pause l'après midi et petite balade en fin de journée dans le village. J'ai même la chance d'apercevoir un calao pie juste à côté de ma guesthouse !

24/04 : Je pars prendre mon petit déjeuner, papouille les chats de la guesthouse puis me dirige vers le bus local pour Jerantut à 10h. Même si c'était bien loin d'un trek de l'extrême dans la jungle, j'ai adoré mon stop à Teman Negara. Il est possible de faire des randonnées beaucoup plus longues avec nuit dans la forêt mais il faut être accompagné d'un guide et prévoir un petit budget. Étant sur la fin de mon voyage, j'avoue avoir perdu de la motivation pour me dépasser, je me laisse porter et ça me suffit.

📌Point futur voyageur : La pirogue ou le mini van depuis Kuala Tembling vers Kuala Tahan sont au même prix : environ 9 euros. Il faut compter 1 heure contre 3 en bateau. En parallèle, il existe des bus locaux qui font la liaison de Jerantut à Kuala Tahan. Ça vaut carrement plus le coup si le bateau n'est pas disponible. Je n'ai pas les horaires de départ mais de Kuala Tahan à Jerantut, il est à 10 heures et 17 heures pour 1.5 euro... Si j'avais su !!

🏨Hébergement : Tahan Guesthouse, très sympa,14 euros la chambre double

9

Après le bus local, j'enchaîne avec deux bus "longue distance" pour enfin arriver sur les coups de 22h à Kuala Terengganu. Je vais y passer la nuit avant de rejoindre la merveilleuse île de Kapas écouler quelques unes de mes dernières journées... Enfin c'est ce que je croyais !

25/04 au 27/04 : Je me balade rapidement dans les rues de la ville et passe par le marché central. Je prends ensuite un bus en début d'après-midi pour rejoindre le port puis un bateau. Après l'idée du siècle d'aller à Taïwan pour le nouvel an chinois : aller sur une île paradisiaque à l'approche du week-end. La Kapas connue avec Amandine est bien loin... Il y a du monde, beaucoup de monde : des allées venues de bateaux sur la plage où se situe mon hébergement (toujours KBC) déversent leur flot de locaux qui s'entassent sur le sable. Ils viennent passer la journée en famille ou entre amis. Ils déménagent : ramènent tente, énorme pique nique et plastiques par centaine. Malheureusement, certains ne semblent pas trop se préoccuper des déchets et des endroits deviennent sales. Je découvre que la Private Beach où se situe Qimi Restaurant est finalement privée (logique non ?!). Y étant allée tous les jours avec Amandine, ils se souviennent de moi. Elle restera mon point de chute pour sa beauté et sa tranquillité. Je dois aussi me plier à quelques shootings : les locaux (jeunes mâles) voulant prendre des photos avec moi. Et oui, ici c'est Musulman alors les nanas en maillot, ce n'est que des étrangères ! En fin d'après midi, la plage où je loge se vide et retrouve son charme. J'ai le droit à deux beaux couchés de soleil sur trois, installée dans mon transat avec un énième bouquin (première lecture d'Agatha Christie avec son personnage phare : Hercule Poirot, Meurtre en Mésopotamie. Dommage de se rendre compte qu'à la fin qu'il manque des pages... Comment je fais pour le dénouement ? Si quelqu'un peut m'éclairer !). En bref, ça fait bizarre de devoir partager Kapas avec tant de monde, je pensais que c'était notre petit coin secret avec Amandine ! Les malais ont bon goût...

📌 Point futur voyageur :Vous l'aurez compris, j'aime Kapas et elle restera magique mais n'y venez surtout surtout pas le week end, ça n'a rien à voir !

10

28/04 : Je devais rester un jour de plus à Kapas mais je n'en ai plus envie et le temps est nuageux. Je prends donc un bateau en fin de matinée rejoindre Kuala Terengganu. Je me pose l'après-midi avant de me balader en ville. La rue de Chinatown dans laquelle se situe mon hébergement est très mignonne avec ses maisons multicolores, ruelles et oeuvres de street-art. Tout se concentre au même endroit mais c'est un petit bijoux.

Je me balade ensuite le long du fleuve : il fait bon, le vent souffle sur mon visage. C'est également la promenade du dimanche soir pour les malais. Ce n'est pas spécialement joli mais les lieux sont aménagés. C'est surtout l'ambiance qui est plaisante : calme, apaisante, les gens souriants.

📌Point futur voyageur : Kuala Terengganu mérite de lui accorder un petit stop. En plus de la rue de Chinatown qui est vraiment sympa, le bord du fleuve en soirée est reposant et il n'y a pas de touristes...

🏨 Hébergement : Suite 18 boutique hotel : dortoir à environ 8 euros, c'est propre, neuf, moderne et en plein dans la rue de Chinatown. Le top

11

29/04 : Je quitte la côte Est pour rejoindre l'Ouest et Kuala Lumpur, la fin de mes 3 mois approche... Journée bus moelleux !

30/04 : Il pleut fort ce matin : mes chaussures nagent car la chaussée est très rapidement inondée. Je me contente de faire une lessive et prendre un petit déjeuner indien (pour changer) avant un bain dans les énormes centres commerciaux de la ville l'après-midi. Délicieux chinois pour le soir...

01/05 : Aujourd'hui le soleil est revenu. Je pars me perdre au Chow Kit Market. Ça grouille de vie entre les étales de fruits-légumes mais la partie viande-poisson retourne le ventre : l'odeur est nauséabonde. L'endroit est très sympa pour s'immiscer dans la vie locale et je n'ai pas croisé d'autres touristes. J'en profite pour ramener quelques épices, piments,... Un vrai bain de couleurs (et d'odeurs) !

Chow Kit

Je pars ensuite saluer une dernière fois les majestueuses Tours Petronas. Le parc est très animé en ce premier mai... En soirée, je fais la connaissance d'un Marocain dans mon auberge avec qui je discute un bon moment avant d'aller me coucher tôt, longue journée demain !

02/05 : L'heure du retour a sonné, c'est parti pour Kuala Lampur - Taipei - Hong-Kong - Paris et Mérignac, en toute simplicité. Pas mal d'heures de transport m'attendent avant un retour plutôt frais en France mais sans embûches.

📌Point futur voyageur : en arrivant/partant de l'aéroport de KL, prenez plutôt le bus pour rejoindre la gare centrale, c'est peut-être un peu plus long mais il laisse au même endroit et c'est beaucoup moins cher (train rapide : environ 12 euros, bus : environ 2,50 euros)

📌 L'heure du bilan de la Malaisie a sonné : ce pays est moins touristique que ses voisins la Thaïlande et l’Indonésie mais regorge pourtant de choses à faire et de sublimes coins. La population est peut-être plus discrète par rapport aux Philippines et Taiwan mais les Malais sont souriants et prêts à rendre service. La cohabitation de différentes cultures est aussi un véritable plaisir (vous l'aurez compris, notamment pour la nourriture !). Néanmoins, un des points forts de la Malaisie est aussi son point faible : le niveau de développement. A la longue, c'est assez fatiguant de voir d'énormes routes, buildings, centres commerciaux,... La Malaisie manque de simplicité et comme vous l'aurez lu, la culture du palmier à huile est un véritable désastre environnemental et visuel ! Dans de nombreux pays, le transport est un plaisir : changer d'endroit, collé à la vitre du bus à admirer le paysage. Ici, on a plutôt envie de se cacher sous le siège pour ne pas voir le massacre.

🌏 C'est très facile de se déplacer en Malaisie, principalement en bus, et le confort est proche de la perfection. Les infrastructures de transport routier sont très développées avec autoroutes et compagnie. Même si certains trajets peuvent prendre du temps, ça n'a rien à voir par rapport à d'autres pays d'Asie. Les gares routières sont extrêmement simples : en bref, un jeu d'enfant ! Il existe une ligne de train mais je n'ai pas eu l'occasion de la prendre...

💰 Côté budget, j'étais à environ 24 euros par jour sans compter les billets d'avion de Manille à Kuala Lumpur et de Kuala Lumpur à Taipei (environ 90 euros le billet soit 30 euros/jour). La street-food, les petits restaurants indiens, chinois sont délicieux et vraiment pas chers : on mange entre 0,50 centimes et 3 euros. La Malaisie, c'est un véritable plaisir pour les papilles ! Quand aux hébergements, les dortoirs peuvent aller de 4 à 13 euros. J'ai été assez exigeante ayant beaucoup de mal à dormir dans des dortoirs de plus de 4 personnes et hyper vigilante quant aux commentaires qui signalent la présence de punaises de lit suite à la mauvaise expérience de George-Town...