Carnet de voyage

Encore l'Asie : Taïwan février 2019

14 étapes
10 commentaires
9 abonnés
Dernière étape postée il y a 48 jours
L'hiver, très peu pour moi... Blog pour vous réchauffer un peu et vous dépayser beaucoup
Février 2019
30 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 3 février 2019

Le 01/02 : L'aventure commence dès que l'on franchi sa porte, je ne peux que vous le confirmer. Départ pour mon arrêt de tram mais manque de chance, il n'est pas desservi. J'intercepte une voiture au feu rouge (Merci madame) pour me déposer à la station suivante. Je récupère un tram qui reste néanmoins bloqué plus d'une dizaine de minutes, le stress monte : j'ai mon train à la gare de Bordeaux direction Paris Montparnasse. J'y arrive enfin, bien sûr, le TGV aura plus d'une heure de retard. Heureusement, mon avion pour Taïwan est le lendemain. A Paris, je retrouve la si accueillante famille d'artistes Franco-Colombienne rencontré au Brésil chez qui je vais loger.

02/02 : Je rejoins l'aéroport sans problème (ouf), embarquement à 11h50 pour un départ à 12h20. 11h m'attendent les pieds à 10 km du sol. Je retrouverai la France dans 3 mois.

03/02 : Arrivée à Taipei à 9h35 (2h35 en France) après une escale à Hong-Kong. Je me dirige vers le metro pour rejoindre le centre ville (150 TWD soit environ 4.5 euros). Je retrouve dedans cette odeur de plastique qui avait tant marqué mes premiers pas en Asie à Hong-Kong. Mes sens s'émoustillent, l'absence d'une nuit ne m'empêchera pas de garder les yeux grands ouverts. J'arrive à mon auberge mais le check-in est à 15h (il n'est pas encore midi) alors je pars me perdre dans les rues alentours. Petit aperçu...

1ère photo de Taipei
1ère photo de Taipei

Je traverse un marché du Nouvel An Chinois (et oui, l'année du cochon commence le 5 février) : grouillant bruyant et odorant mais tellement dépaysant.

En soirée, je résiste à l'envie de dormir et je pars manger dans les nombreux stands de rue installés à l'occasion du nouvel an. On progresse doucement au milieux de la foule ce qui laisse le choix pour choisir son plat : espèce de sandwich viet (banh mi). Gros dodo à 21h, insomnie à 5h : j'en profite pour écrire ces quelques lignes.

📌1ères impressions sur Taipei : propre, calme et pas de circulation (la ville est vide à l'approche du nouvel an), peu touristique (enfin quasiment pas d'occidentaux), des trottoirs pour marcher, température très supportable (environ 25 degrés l'après midi et ne pas oublier la veste pour le soir), plus cher que d'autres villes en Asie... En bref, c'est pour le moment une très bonne découverte!

2
2
Publié le 4 février 2019

04/02 : Ce matin, gris et bruine : je repars me coucher jusqu'à 11h30 après avoir avalé mon petit dej. Je m'équipe ensuite et je prends le chemin pour rejoindre le mémorial (Chiang Kai-Shek Memorial, érigé en l'honneur du premier président de la République de Chine Tchang Kaï-chek, mort en 1975). Il ne pleut plus mais il doit à peine faire 20° et le vent souffle : certains Taiwanais ont opté pour la doudoune voir même le bonnet. C'est assez étonnant de traverser de grandes voies vides de voiture, nombreux magasins fermés, comme un dimanche interminable. J'arrive à une immense porte permettant d'accéder à un ensemble de trois énormes bâtiments : le mémorial haut de 70 mètres, le théâtre et la salle de concert. Assez grandiose : on a l'impression d'être des modèles réduits. Je vous laisse juger par vous même...

Je me rends ensuite au très fréquenté et coloré temple Longshan (Longshan Temple pour les bilingues).

Temple Longshan

Quelques photos bonus de ma randonnée urbaine dans les rues de Taipei... Je traverse également le quartier Ximen : écrans géants, musique, enseignes mondialement connues, foule et jeunesse. Il fait penser à celui de Shibuya au Japon.

Non je n'ai pas essayé
Scoot de Police
Ximen

Pour le soir, je me dirige vers le marché de nuit Raohe en prenant le métro. Ce dernier est ultra clean, on pourrait manger par terre. Manque de chance, manger et boire y est interdit. Endroit animé, il y a un temple juste avant la rue du marché. Je me prends des dumplings (cousin d'Asie éloigné au 15ème degrés des ravioles). Le shopping n'étant pas mon dada (sauf le shopping nourriture) mon tour est relativement rapide. Retour à l'auberge vers les 21h30 après avoir galéré, je l'avoue, dans les labyrinthes de la Taipei Main Station qui fait gare, centre commercial, métro, station de bus... mais il faut juste être vigilant aux panneaux (et les regarder avant de partir).

Raohe night market

05/02 : Ce matin, direction Treasure Hill, un village abandonné reconverti dans le Street Art. Je prends le métro. Il y a plus de monde qu'hier soir mais les gens sont organisés en file avant de monter dans les rames. Manque de chance, le village est fermé pour le nouvel an chinois, je n'ai qu'un petit aperçu mais les ruelles ont l'air agréables : je reviendrai. Il y a un temple à l'entrée plutôt bondé pour les festivités. Je reste dans le quartier et traverse une longue rue d'habitations populaires rafistolées de bric et de broc. Un pont routier longe le fond des jardins. Pour être honnête, Taipei n'a pas vraiment de charme architecturalement parlant mais il est agréable de s'y perdre, notamment dans ses nombreuses ruelles remplies de nourriture et de gens qui mangent à tout heure. J'arrive un peu au hasard à la NTU, National Taïwan University, à laquelle on accède par une immense allée de palmier royal. Le domaine est énorme et arboré, une balade agréable également pour les Taiwanais, loin de l'agitation urbaine.

Treasure Hill
NTU
Plan de la NTU
NTU Sports Center

Je me dirige ensuite vers la tour Taipei 101, haute de 510 mètres. Son architecture est plutôt originale, il y a bien sûr un centre commercial juxtaposé : du monde, du luxe mais la structure métallique du dernier étage vaut le coup d'oeil. Je retourne ensuite dans le quartier de Ximen, toujours aussi fréquenté. Retour à l'auberge vers 17h.

Taipei 101
Ximen
Ximen

Pour le soir, je retrouve Keltoum, rencontré grâce au groupe Facebook We Are Backpackeuses : une française installée à Taipei depuis 4 ans. Nous mangeons et buvons un verre ensemble.

📌Petit point métro pour toi, futur voyageur à Taipei (ou pas) : au dessus des guichets pour prendre son ticket, enfin jeton, il y a une carte du réseau avec pour chaque station, le prix. On choisi ensuite sur la machine le montant que l'on veut mettre sur son jeton en fonction de notre destination. J'ai mis un peu de temps à faire le rapprochement !

06/02 : Aujourd'hui c'est rando, je suis plus matinale : départ vers les 9h avec un beau ciel bleu. Taipei est entourée de collines à la végétation luxuriante. Le point de depart se trouve à Yinhe Cave, un temple dans la roche. Pour le rejoindre, il faut prendre métro, bus puis marcher. Comme une grande, j'arrive à la station de bus quand un français, Vincent, croise mon chemin. On a prévu la même balade alors nous continuons la route ensemble. Il faut gravir plusieurs escaliers avant de rejoindre la grotte et sa cascade. Le long du chemin, nous rencontrons des Taiwanais aussi agréables les uns que les autres. On se salut, se souhaite la bonne année, s'échange de larges sourires. Le temple est adorable puis nous nous enfonçons davantage dans la jungle pour rejoindre Maokong. La balade est tout simplement magnifique : un étroit sentier se dessine au milieu de la forêt, nous sommes seuls. Nous arrivons à un sublime point de vue sur Taipei avant de descendre vers le village. Celui-ci est très fréquenté par les Taiwanais : on retrouve des plantations de thé et des restaurants pour le déguster. Il y a pas mal de sentiers dans les environs, bien répertoriés sur Maps Me et balisés. On enchaîne chemins et escaliers pour arriver à d'autres temples puis rejoignons le bus en bas de la colline. Retour à l'auberge vers 17h bien fatigués.

📌Point futur voyageur : j'ai trouvé cette randonnée grâce à une fiche PDF. Tapez "La grotte de la riviere Argentée" et cliquez sur le lien PDF Taïwan Tourisme. Les sentiers sont sur Maps Me.

Grotte Yinhe
Grotte Yinhe
Quelque part dans la forêt

Je retrouve Vincent pour aller manger un ramen le soir. Demain, je quitte Taipei !

🏨Hébergement : Star Hostel Taipei Main Station, très (trop) clean, petit dej et dortoir de 8 avec rideaux. 17 euros la nuit. C'est une auberge de luxe qui peut être bien pour récupérer du vol et décalage horaire.

3
3
Publié le 7 février 2019

07/02 : Ce matin je prends la direction de Fulong, au bord de la mer sur la côte Est. Pour s'y rendre, c'est un train local, type train de banlieue, départ 9h25 arrivée 11h. Il y a pas mal de monde, je n'aurais malheureusement pas de place assise. Je débarque à Fulong, dépose mon sac à l'hostel et loue un vélo car le check-in n'est qu'à 15h. J'avais repéré sur une carte qu'une route longeait le littoral. J'enfile ma bicyclette pour la suivre. C'est bien aménagé avec une piste cyclable tout le long, entre océan et montagnes : je me régale même s'il y a la circulation à côté et le ciel bleu m'accompagne. J'ai un peu choisi cette destination au hasard face à la pénurie d'hébergements avec le nouvel an chinois. C'était le seul hostel abordable dans les environs de Jiufen, ville où je souhaitais me rendre.

📌L'idée du siècle : voyager pour le nouvel an chinois : si vous m'avez rencontré quelques temps avant mon voyage, vous m'avez certainement entendu me pavaner : "Ouai je pars à Taiwan et en plus pour le Nouvel An Chinois". S U P E R, nouvel an chinois rime avec difficultés pour se déplacer, se loger, hausse des prix, fermeture de lieux, magasins, restaurants... Tout le monde est en vacances donc il y a en plus du monde à certains endroits... Un peu comme Pâques en Amérique Latine. Alors on se dit qu'avoir la chance d'y assister, c'est quand même top : erreur ! C'est comme Noël pour nous, ça se passe en famille. Je m'attendais à un feu d'artifice, je n'ai même pas eu le droit à quelques malheureux pétards. Et les hommes qui portent un dragon ? Je cherche encore... Allez bonne année du cochon (en plus c'est l'année d'un animal pas terrible). Trêve de sarcasme, je me régale quand même.

Revenons en à nos vélos : je continue la piste, les taiwanais sont de plus en plus nombreux mais dans l'autre sens. Je découvre que je suis sur la Old caoling circle-lined, une boucle à vélo le long de la côte avec un long tunnel pour revenir à la ville de Fulong. Sa sortie (entrée dans mon sens) est très animée avec musique, nourriture et Taiwanais. Finalement, faire la boucle dans le sens inverse est une bonne idée, on est plus tranquille sur la voie. Allez je vous amène sur mon porte bagage sur une vingtaine de kilomètres (au moins vous aurez moins de coups de soleil)...

A demain !

Tunnel du train
Tunnel des vélos
Old caoling circle-lined

08/02 : Aujourd'hui je ne vais pas vous faire rêver, c'était une journée placée sous le signe de l'échec. Ça arrive mais je l'ai mauvaise car je viens à peine de débuter mon voyage ! Après le superbe soleil d'hier, gris pluie et froid. Je m'équipe quand même direction le village de Jiufen, apparemment fréquenté mais très mignon avec ses petites ruelles. Je prends un bus qui longe la côte, les vagues se déchaînent sur le littoral escarpé. La route doit être magnifique par beau temps. Je dois changer de transport pour rejoindre le village mais je décide de marcher un peu jusqu'à une cascade (Golden waterfall). La route passe devant et nombre de véhicules s'y arrêtent. Elle est tout de même jolie même si ça sent le pot d'échappement. Je décide de prendre le bus pour rejoindre Jiufen car la pluie ne cesse pas. Une fois sur place, l'enfer. Le village est un peu en altitude mais la vue est complètement bouchée. La foule dans les ruelles sous la pluie et le froid devient très désagréable. Je ne m'attarde pas plus, je me dirige vers le bus pour retourner à Fulong. En chemin, je croise un mini défilé avec un tambour ET des hommes portant le costume du dragon mais ils ne l'ont pas enfilé... Retour à Fulong, je vais dans un boui-boui manger. La personne sait dire "noodle" et "pork", j'acquiesce et heureusement, c'est servi dans un bouillon qui a le mérite de me rechauffer. Il est 15h : je me glisse sous la couette, on y est beaucoup mieux. Je vais à présent planifier mon itinéraire en fonction de la météo.

Golden waterfall

🏨Hébergement : One house, petit dortoir de 4 sans rideaux. Correct mais cher pour ce que c'est : 17 euros.

4
4
Publié le 9 février 2019

09/02 : Je quitte sans regret Fulong car il fait encore bien gris ce matin. Direction Zhunan, sur la côte ouest légèrement au sud de Taipei. J'enchaîne 2 trains locaux et j'y suis en un peu plus de 3 heures. Je ne verrai toujours pas le soleil mais apparemment, c'est pour demain ! J'arrive à l'hostel sur les coups de midi et je pars manger. Heureusement qu'il y a des photos dans certains boui-boui car ma maîtrise du chinois n'est pas à son summum. On me sert un sorte de bouillon avec des nouilles et de la viande à l'aspect bizarre : je ne suis pas fan, mon corps non plus -> WC. Je fais une bonne sieste car la nuit dernière n'a pas été terrible avec une ronfleuse à quelques centimètres. Je pars en fin d'après-midi repérer où passe le bus pour demain puis je me rends à un temple facilement identifiable depuis le train de ce matin vu la taille du personnage sur le toit.

Salut toi

10/02 : Ce matin, direction Lion's head mountain. Je me réveille de bonne humeur mais je déchante assez vite quand je vois que le ciel est toujours au gris (mais il ne pleut pas). Je ronchonne dans le bus mais je laisse quand même la chance à la balade qui m'attend. Je commence le début du sentier vers les 9 heures et après l'enchaînement de plusieurs escaliers, je me dis que finalement un peu de fraîcheur, ce n'est pas plus mal ! Je rejoins une route et j'arrive au niveau du temple principal, il y a une jolie vue même si c'est assez bouché. Il n'y a pas grand monde.

Je continue ma balade et j'arrive à d'autres bâtiments. L'ambiance est assez magique : le chemin dans la forêt est orné de lenternes et les musiques zen des temples résonnent.

Je passe de l'autre côté de la colline et je suis cette fois une mini route qui redescend. C'est un peu moins sympa mais les bords de la rivière sont vraiment beaux. Toujours assez peu de personnes, les Taiwanais sont tous très souriants.

Afin de former une boucle et revenir à mon point de départ, je prends un autre sentier : et allez on remonte ! Je ne croise plus personne et semble déranger la tranquillité de certains oiseaux. Le chemin est ici assez étroit mais toujours repérable. Il est ensuite fermé, je tombe alors sur une petite route. Je commence à fatiguer et j'ai grand soif mais là, comme par magie, j'arrive dans un verger d'orangers. J'enlève la peau et je croque dedans comme dans une pomme. Le jus coule, la meilleure orange de ma vie. Je continue la route et arrive à une ferme. Un jeune me dit qu'il y a une belle vue un peu plus loin mais que je dois ensuite revenir. Pourtant sur Maps Me il existe un sentier. La vue est en effet jolie :

Bien déterminée à ne pas rebrousser chemin, je continue en suivant ma carte. Je traverse d'autres vergers (reprends une orange) et repère de petits bouts de tissus dans les arbres qui semblent indiquer le sentier. J'escalade quelques racines et parviens tant bien que mal à retomber sur une piste. J'aperçois juste un peu plus bas les poteaux électriques d'un bord de route. J'arrive alors à proximité d'une habitation mais plusieurs chiens pas bien commodes, heureusement attachés, me font savoir que je ne suis pas la bienvenue. La piste semble passer au milieu mais je ne vais pas tester la longueur de leur chaîne. Je rebrousse chemin et arrive à rejoindre la route un peu plus loin. Je redescends jusqu'à l'arrêt de bus. Il ne passe pas souvent alors j'essaye le stop. Il ne faudra pas plus de 5 minutes pour qu'une famille s'arrête. Attention, enchaînement d'instants de pure générosité : le papi s'installe à l'arrière et me laisse sa place devant aux côtés de sa fille. Ils ne parlent pas du tout anglais (et moi chinois) alors on essaye de communiquer comme on peut. Ils s'arrêtent acheter de l'eau et me prennent une bouteille, partagent la nourriture qu'ils ont dans la voiture. Une fois rendue à destination, environ 45 minutes plus tard, la fille me fait comprendre de la suivre jusqu'à son coffre : elle m'offre de quoi manger (photo ci-dessous : riz fourré avec de la viande et des champignons enrobé d'une feuille de bananier)... Je les remercie chaleureusement et leur fait au revoir jusqu'à ce que je ne vois plus leur véhicule. Finalement, j'ai trouvé le soleil ailleurs que dans le ciel aujourd'hui (phrase kitch mais sérieux, c'est vrai non). Retour à l'hostel vers les 16 heures.

🏨Hébergement : Zhu Feng Hotel, c'est top et la nuit est à 14 euros, dortoir de 6 type capsules, accueil souriant. Dans la rue du marché à 5 minutes de la gare. Je recommande !

5
5
Publié le 11 février 2019

11/02 : Je quitte Zhunan direction Puli, plus au sud dans les montagnes. Je prends le train de 10h, le ciel est toujours gris puis on entre dans un long tunnel (un tunnel magique) et en sortant : grand ciel bleu ! J'aperçois enfin le sommet des montagnes au loin. J'enchaîne avec un bus à la gare de Taichung. De grandes infrastructures routières, type autoroutes surélevés, tunnels, permettent d'accéder rapidement au coeur de Taïwan et de s'affranchir du relief. J'arrive à Puli aux alentours de 13h. Un vélo est disponible à l'hostel et le check-in n'étant qu'à 15h, je pars découvrir les environs. C'est une petite ville et quelques coups de pédale suffisent pour s'en échapper. On se retrouve rapidement sur de petites routes vides de véhicule au milieu de la pampa. C'est vraiment beau :

12/02 : Je me lève de bonne heure pour prendre le bus de 7h10 direction la ferme de Qingjing où les panoramas semblent être beaux, à environ 1800 mètres d'altitude. En un peu plus d'une heure de montée, j'y suis. Je commence à marcher sur une petite route où je me fais 3 potes (ceux là sont sympas).

Malheureusement le chemin s'arrête assez vite : il faut ensuite payer pour pénètrer dans la ferme. C'est un lieu tout aménagé où l'une des attractions principales est la présence de moutons. Ayant plutôt l'habitude qu'on me paye pour aller les voir, je rebrousse chemin. Je longe ensuite la route pour rejoindre une passerelle, payante également, mais je me lance. Ça va, ce n'est pas trop mal :

A la sortie, je repère sur les panneaux le Trail Emerald Lake. C'est au final une petite route qui descend, commençant par des hôtels mais qui s'enfonce assez vite au milieu des fermes. Ni gens, ni voiture. Il y a pas mal d'habitations dans le style vieille Angleterre dans le coin.

Je retombe ensuite sur la route principale. Ne trouvant pas de sentier à proximité, je ressors mon pouce pour rentrer sur Puli. J'attends quelques minutes, une longue Mercedes luxe ++ arrive, je tente quand même : bingo ! Ce sont deux personnes pas très bavardes mais qui font un détour pour me laisser à la gare du centre. De retour à l'auberge aux alentours de 13h, j'en profite pour me poser. Je reprends le vélo en fin de journée. J'apprécie vraiment Puli, c'est calme et reposant. Je passe devant un collège où certains élèves habillés en bleu balayent la cour, trient les poubelles : j'aime bien l'idée. Je me pose dans un parc pour écrire ma journée. Il y a de la décoration pour le festival des lanternes qui suit le nouvel an. Il fait bon, les zozio chantent, des gens passent : je suis bien.

Petit tour en soirée pour voir les illuminations. Repas dans un espèce de Fast-food local fréquenté par des jeunos. C'est assez particulier : ils mangent entre eux mais sont sur leur téléphone. Certains regardent des vidéos, d'autres écoutent de la musique. Ils ne se parlent pas, pas d'éclats de rire, on entend seulement le bruit des baguettes, du fond sonore et des ventilateurs.

Dumplings frits et nouilles traditionnelles

🏨Hébergement : B Puli Backpackers Hostel, très bien et à 11 euros, dortoir de 4 mais rideaux seulement pour les lits du bas. Vélo en libre service, accueil chaleureux, anglais pas trop mal, à deux pas de la station de bus et petite table à l'extérieur. Je recommande !

6
6
Publié le 13 février 2019

13/02 : A quelques dizaines de kilomètres au sud de Puli se trouve le Sun Moon Lake, une attraction phare de Taiwan. J'essaye le stop mais la route que j'ai choisi est en travaux. Après quelques minutes, je préfère rejoindre le bus car j'ai prévu pas mal de choses pour la journée. Sur la partie ouest du lac, il y a une piste cyclable. Je loue donc un vélo après avoir déposé mon sac à l'hostel. Les paysages sont beaux mais les bâtiments de certains hôtels sont de trop. La piste est finalement assez courte (12km A/R). On peut faire le tour par la route mais il y a pas mal de dénivelé : je n'ai ni la motivation, ni le vélo pour. Les lieux restent assez calmes et agréables. Allez, je l'avoue, petite préférence pour le tour à vélo du lac d'Annecy.

Pour le soir, je délaisse les nouilles pour du riz puis balade digestive sur les bords de l'eau. Une bonne journée malgré une baisse de motivation, je n'ai pas trop poussé la visite. Demain je continue ma route vers le sud. Je ne souhaitais pas rester plus d'une nuit sachant que c'est un lieux voué au tourisme même si au final, il n'y a pas tant de monde que ça (et toujours quasiment pas d'occidentaux).

14/02 : Je pars vers les 6h30 pour le Maolan Trail, une rando commençant à côté de mon hostel qui monte à une station météo offrant une belle vue sur le lac. C'est au final une petite route qui traverse des champs de thé. En moins de 45 min, c'est plié ! Le calme environnant et les bruits de la nature sont parfait pour commencer cette matinée. La vue est belle même si voilée, la colline de devant masque les batiments. Le lac est entouré d'un sommet à plus de 3000m et 2 à 2500m. Je reste largement plus d'une heure à profiter du paysage. Ambiance :

Je peux à présent prendre la route pour Chiayi.

🏨Hébergement : Yue Lake Backpacker, nuit à 16 euros, dortoir de 8 avec rideaux plutôt transparents. Hébergement correct, bien situé.

7
7
Publié le 14 février 2019

Apres cette petite marche, je prends un mini bus à 10h30 pour rejoindre la gare ferroviaire la plus proche (Shuili). Il n'y a que des papis mamies dedans tout sourire de me voir monter. Ils ont l'air aussi surpris que moi de la rencontre. J'enchaîne ensuite avec deux trains locaux, arrivée à Chiayi vers 13h30. Moins tranquille que Puli, c'est une ville qui grouille. Je me balade et tombe sur de mignonnes ruelles.

15/02 : Je me dirige vers le bus de 8h direction Alishan. Cette dernière est aussi un haut lieu du tourisme à Taiwan : c'est un parc naturel situé à plus de 2000m regroupant plusieurs sentiers et même un train.

📌Une légère tendance à l'assistanat : il va être assez difficile de trouver à Taiwan des chemins de randonnée comme on peut connaître. Tout est aménagé avec escaliers, passerelles, points toilettes... Je trouve ça assez fatiguant de nous faciliter autant la tâche. Ça enlève du charme à la marche ainsi qu'à l'effort qui l'accompagne. Lors d'un sentier emprunté au Lion's head mountain, il y avait des panneaux d'avertissement conseillant de ne s'y aventurer que si l'on est en forme physiquement avec l'équipement nécessaire. Au final, ce n'était qu'un sentier sans aménagement qui montait. Par contre, tout est balisé avec des cartes régulièrement.

Ayant peur de tomber sur un parc naturel trop aménagé et fréquenté, je repère sur Maps Me des sentiers 25 km avant Alishan, du côté de Shizhao. Après 2 heures de bus, me voilà à 1300 mètres d'altitude. J'enchaîne petites routes, escaliers, chemins, traverse des champs de thé et passe un premier sommet à 1700m. Jusque-là, je ne croise personne. Se retrouver seule dans d'immenses forêts, c'est assez magique à vivre (juste une pointe d'angoisse quant aux bebetes associées). Je rejoins ensuite d'autres sentiers avec quelques personnes, toujours très contentes de croiser une étrangère. J'atteins le sommet de Dadongshan à 1976m après 3 heures de marche. Malheureusement, la vue est bouchée : je ne pourrai pas voir la montagne de Jade, plus haut sommet de Taiwan culminant à 3950 mètres.

Pour le retour, je rejoins assez rapidement une route mais l'axe principal où passe le bus est maintenant assez loin. No problemo, je sors mon pouce. Je commence à marcher car il n'y a pas de voiture mais la première s'arrête. Une dame me dépose à l'arrêt, attend avec moi et m'arrête le bus. Retour à Chiayi vers les 16h.

📌Point futur voyageur : j'ai emprunté, entre autres, le Tea trail et Dadongshan trail puis j'ai rejoins le Dinghu trail où j'ai fait du stop. Je ne sais pas si c'est mieux qu'Alishan mais j'ai aimé cette tranquillité ainsi que les paysages, forêts traversés.

Quelques temps après mon retour à l'auberge, une jeune fille rejoint mon dortoir, Vicky (rien de sûr). C'est une taiwanaise, parlant mieux anglais que moi, qui se fait un petit délire : Taipei Tainan à pied (300 km, environ 11 jours). Je lui propose de manger ensemble (un peu de compagnie et de traduction sont les bienvenues). On goûte plusieurs spécialités dont du riz au poulet : so gooood. On parle de nos pays respectifs, façons de faire : c'est enrichissant.

🏨Hébergement : le moins cher que j'ai pu avoir, 9 euros la nuit. Dortoir de 4 sans rideau, plutôt vétuste et exigu. Salle de bain pas très clean (et on se douche face à un urinoir, ça j'ai pas aimé !) Mais ça passe : Kite hostel

8
8
Publié le 16 février 2019

16/02 : Après 1h de train depuis Chiayi, me voici à Tainan, apparemment la plus ancienne ville de l'île, aujourd'hui la 4ème plus grande. Elle fut même la capitale de 1683 à 1887 (merci Wiki). Un peu réticente à l'idée de retourner dans une grosse ville, tout s'envole à la découverte de mon hostel. Il se situe dans une ruelle, à l'écart du brouhaha urbain, face à un petit jardin. On entend même les oiseaux depuis mon dortoir. C'est tenu par des Japonais ce qui en fait aussi leur QG : Tainan Guesthouse Amuya, 500 TWD soit 14 euros.

📌Les auberges que j'ai pu fréquenter variaient de 9 à 17 euros, toujours dans des villes. Si l'on veut s'enfoncer dans la campagne, c'est de suite vraiment plus cher. Je n'avais jusque là jamais eu de coin de verdure pour me poser : cela fait un bien fou.

Petit paradis urbain

Je pars me balader vers Shennong Street, la rue la mieux préservée de Taiwan. C'est rempli de petites boutiques et restaurants. Les maisons sont vraiment mignonnes même si certaines ne semblent pas pouvoir résister au prochain gros tremblement de terre.

Shennong Street

Tainan est bourrée de ruelles, on échappe très vite aux grands axes. De petits temples sont cachés un peu partout et bien d'autres choses...

Et là, j'entends des pétards ! Je tombe sur une espèce de cérémonie où l'on fait brûler des bouts de papiers. Des gens tournent autour avec diverses reliques. La scène devient assez folklorique quand le vent se lève... De petits bouts de papiers enflammés s'envolent un peu partout, une dame à le bout des cheveux qui brûle (ça sent l'année du cochon). On sort les seaux mais personne ne s'inquiète vraiment même si certains accélèrent le pas autour des flammes. Quant aux pétards, mis à part percer les tympans, produire une épaisse fumée et noircir le sol, j'vois pas (en bref, je n'ai rien compris à ce que j'ai vu : une vraie touriste !). Même histoire pour le soir, je ne sais pas trop ce que je mange car je fais en fonction de la photo, mais que c'est bon ! Que j'aime les voyages...

(J'ai essayé de me renseigner : apparemment, ils font brûler de la fausse monnaie pour qu'elle monte aux esprits, personnes décédées ou dieux. Je trouve ça dommage qu'il subsiste un rapport à l'argent même dans l'au-delà...)

Cadavres de pétards
Simplicité
Nouilles, pousses de soja et ?...

17/02 : En me reveillant, je trouve ce qui change tout dans cette auberge en plus de l'extérieur : c'est la premiere fois que j'ai une fenêtre dans ma chambre. Le chant des oiseaux et le soleil accompagnent ce doux réveil. Je prends mon temps puis je pars découvrir la ville. Je commence par le temple de Confucius (philosophe Chinois) datant de 1665. Il est actuellement en cours de restauration mais voici le mignon jardin :

Passion mini-chiens moches
Temple de Confucius

Je flâne dans une rue adjacente, tombe sur un temple animé et déguste un énième bubble tea.

📌Bubble tea : boisson très répandue à Taiwan composée de boules de tapioca, thé, lait et sucre. Se boit chaud ou froid. Suivant les stands, on peut choisir la quantité de sucre et de glace. Ceux qui me connaissent, vous imaginez bien que je demande beaucoup de sucre et peu de glace. C'est bon et nourrissant, l'aspect des bubbles est difficile à décrire : élastique-mou-gluant. Seul bémol, toujours à emporter + grosse paille = déchets...

Bubble tea

J'enchaîne avec le reposant Koxinga Shrine. Ce monsieur (Koxinga), en gros, a viré les Néerlandais de Taiwan en 1661. Il est décédé un an plus tard du paludisme, son fils a alors fait construire ce sancturaire.

Koxinga Shrine

Il y a un temple juste à côté. Je passe aussi dans un marché aux plantes : dommage que la maison soit si loin...

Puis, j'arrive à la Great South Gate, une des deux principales portes datant de l'époque où la ville était protégée par des murs. Elle a été construite en 1736, lors de la dynastie des Qing : après la défaite de l'état fondé par Koxinga, vous savez, le mec dont j'ai parlé juste avant, les Qing sont arrivés à Taïwan en 1683 jusqu'en 1895. L'île fut ensuite cédée aux Japonais. Il y a des arbres magnifiques.

Great South Gate

Sur mon chemin...

Maintenant, on revient en arrière, avant les Japonais, Qing et Koxinga, il y avait la dynastie Ming. Je tombe par hasard entre deux ruelles sur la résidence du Général Chen (Chendejyu Shrine), un réfugié de cette dynastie qui a suivi Koxinga dans l'explulsion des Néerlandais et dans le développement de Taïwan.

Chendejyu Shrine

J'espère n'avoir perdu personne, on repassera pour l'ordre chronologique de ma visite ! Voici enfin le Fort Provintia, ancien avant poste néerlandais construit en 1653 lorsqu'une partie de l'île était une colonie de la Compagnie Néerlandaise des Indes Orientales. Vous allez me dire : ils sont sympas, ils ont fait un Fort dans le style chinois. Il n'en est rien : l'architecture était bien de type néerlandaise lors de sa construction. Beaucoup de monuments vu aujourd'hui ont été restaurés en fonction de l'occupation.

Fort Provintia

Tainan est une ville chargée d'histoire, c'est passionnant de s'y plonger. Je serais un peu moins bête ce soir (peut-être que vous aussi !).

Pour le repas du soir, je teste un boui-boui sans photo. Les Taiwanais sont hilares car je choisi sans rien comprendre. Finalement, une personne me dit que c'est du chicken rice : ouf !

🏨Hébergement : vous l'aurez compris, je recommande vraiment le Tainan Guesthouse Amuya. Dortoir de 4 grand avec plein de rangements, rideaux, accueil chaleureux et japonais, 14 euros la nuit. Je serais bien restée...

9
9
Publié le 19 février 2019

18/02 : Je quitte ma petite auberge Jap non sans regret direction Donggang. Après un train puis un bus, m'y voilà. Le gérant de l'hostel me propose de le suivre à vélo faire un tour des environs après m'avoir offert de la wax apple (ou jamalac : fruit exotique ayant la texture de la pomme, juteux et rouge rosé), sympa ! Il m'explique que c'est une ville tournée vers la pêche, il y a beaucoup de temples pour protéger les pêcheurs qui partent en mer. On se rend au temple principal où il me parle de certaines coutumes. On fait ensuite un petit détour par le port puis le marché aux poissons où il me fait goûter une espèce de brochette beignet poisson oeuf.

Je reprends le vélo pour le soir et m'arrête à un petit camion de rue pour un bol de nouilles.

19/02 : Je reprends le vélo pour me balader dans les environs. Je longe le port où des hommes débarquent le fruit de leur pêche. Surtout des thons congelés plus ou moins gros, transportés par chargeuses en dessous d'un grand hangar où des gens attendent, je pense pour les acheter. Ça sent le poisson et le pot d'échappement de bateaux dans des états plutôt précaires. Les marins semblent de type malais. En rentrant, je cherche quelques informations et tombe sur un article de Courrier International : "L’enfer des pêcheurs indonésiens sur les bateaux taïwanais. Recrutés dans des villages pauvres de l’Indonésie, ils sont envoyés travailler sur d’énormes navires de pêche dans l’océan Pacifique. Souvent maltraités, mal nourris et sans garantie d’être payés, certains d’entre eux ne reviennent pas." Je ne sais pas s'il faut en faire une généralité et les bateaux étaient ici de petite taille mais ça ne doit vraiment pas être de tout repos d'y rester plusieurs semaines.

Je continue mon chemin vers le littoral, une piste cyclable permet de le longer. Ce n'est pas spécialement joli : il y a pas mal de déchets et les ouvrages de protection contre l'érosion n'arrangent pas le paysage. Je retourne ensuite en ville. Mais alors, qu'est ce que je fais ici ?! Et bien après le nouvel an Chinois, il y a le festival des lenternes. Ce dernier a justement lieu dans cette ville, cet après midi et cérémonie d'ouverture ce soir. Finalement, il y a peut-être un bon côté à voyager pendant cette période !

Cimetière
Piste cyclable
Donggang

Après m'être posée à l'auberge, je pars pour le défilé. En chemin, 2 jeunes dames avec 2 petits enfants m'adressent la parole, elles parlent un peu anglais. Elles me proposent de les suivre pour assister au spectacle. Plusieurs troupes défilent en fonction du pays. Il fait chaud et j'ai du mal à rester statique au milieu de la foule, au bout de 30 minutes, je pars me poser manger un bout. Je recroise les deux personnes à une supérette, elles m'offrent un thé noir frais... Je les remercie chaleureusement. Elles rentrent chez elles, il fait chaud et les petits sont fatigués.

Taïwan
Philippines

Je retourne à l'auberge puis je me rends à Dapeng Bay vers les 18h avec une navette. C'est un immense domaine avec toutes sortes de lenternes (comprenez structures plus ou moins grandes illuminées). Ça fait un peu fête foraine avec ces lumières multicolores accompagnées de musique. Attention, lumière :

Il y a beaucoup de monde, je me fraie un chemin à travers pour assister au feu d'artifice. C'est assez oppressant mais j'arrive à me trouver un petit espace face à la lenterne principale : un thon géant. Il y a des discours, je ne comprends pas grand chose (voir rien), puis la foule prépare l'appareil photo.

On est prêt !

C'est parti pour le show, le thon géant s'illumine suivi d'un feu d'artifice. C'est vraiment beau : j'en prends plein les yeux.

Il y a ensuite un spectacle de drones, c'est assez étonnant je n'en avait jamais vu. Les mouvements sont fluides, les engins se positionnent et changent de lumière afin de former différentes formes ou mots.

Hé bien voilà je l'ai eu mon feu d'artifice ! Je retourne ensuite vers les navettes pour rejoindre le centre ville. On est plusieurs centaines mais l'organisation est au top : les bus s'enchainent, je n'attends pas bien longtemps.

🏨Hébergement : Vélo Bnb, comme vous l'aurez compris : super accueil, grand dortoir pour 4 confortable et propre, rideaux lits du bas. 16 euros la nuit, mais de nouveau pas de fenêtre.

10
10
Publié le 21 février 2019

20/02 : Ce matin je quitte Donggang pour Kenting, tout au sud de Taïwan. Le gérant sera adorable jusqu'au bout et me dépose au bus en scooter. La route se trouve entre mer et collines, le trajet est beau. J'ai choisi de loger à Nanwan, un peu avant Kenting. On ne peut pas dire que la plage face rêver : du bazar un peu partout (gilets, bouées,...), pas super propre et il y a une espèce d'usine dans la baie d'à côté (apparemment, une centrale nucléaire, et si tremblement de terre -> tsunami ?! On va éviter d'y penser). Beaucoup de restaurants, hôtels sont fermés (certains prennent des vacances après le nouvel an). Elle ne va pas non plus se plaindre d'être à la plage en février ! -> Non, ça fait un bien fou !

Plage de Nanwan

Je dépose mon sac à l'auberge et regarde la météo : apparemment demain il pleut ! Ni une ni deux je prépare mes affaires. Ma mission est de trouver l'endroit d'où a été prise cette photo :

????

Je demande à quelques contacts sur internet mais personne ne sait. Je repère alors sur une carte l'extrémité de Taïwan où il y a plusieurs sentiers et points de vue (Eluanbi Park). Allez, c'est peut-être ici ?! Je prends un bus mais il ne va pas jusque là, je descends à Kenting. Une jeune Taiwanaise qui était dedans se propose pour m'y déposer en scooter. Adorable ! C'est seulement à quelques kilomètres et elle veut faire la balade avec moi. Elle s'achète deux bouteilles d'eau, je donne un billet à la vendeuse mais elle refuse catégoriquement que je paye. C'est super beau, ces roches noires appartiennent au plateau corallien MAIS ce n'est pas ici. La jeune fille ne connait pas non plus.

Eluanbi Park

Je la remercie chaleureusement pour sa gentillesse, elle me donne une bouteille car selon elle, je n'en ai pas assez pour la suite du chemin... Je repère un autre point sur la carte et j'arrive à une réserve. Un jeune homme qui y travaille me dit que je ne peux pas y accéder sans autorisation. Je lui montre ma photo, bingo, il connaît ! C'est environ 3 km plus loin. Je retourne sur la route principale, il fait vraiment chaud sur le goudron : pouce. Il y a peu de voitures mais la 3ème s'arrête : c'est un couple d'environ 40 ans, lui Taiwanais, elle des Philippines. Ils visitent les lieux et me proposent de rester avec eux pour le reste de l'après midi... Adorables ! Je découvre enfin ce point de vue tant attendu, c'est magnifique ! Espérons que l'urbanisation ne se développe pas plus. Ces zones appartiennent au parc national.

Yallaaaaaa !!
Enfin !

On continue la route jusqu'à un pont suspendu qui mène à une plage : Gangkou bridge. Comme pour beaucoup d'Asiatiques, le but de leur visite est de se prendre en photo un peu partout. Ils rigolent quand je leur dis que je n'en veux pas de moi, seulement des paysages (1 ou 2 selfies allez !).

Gangkou bridge

On rebrousse chemin pour s'arrêter à une autre plage, shooting, puis petit détour par le parc forestier de Kenting où nous marchons une vingtaine de minutes car la nuit tombe.

Ils logent à Kenting mais me ramènent jusqu'à Nanwan. Les gens sont vraiment des bonbons dans ce pays... Manque de chance, j'ai oublié mes clés dans la chambre et les portes de l'auberge sont fermées. Je demande à l'hostel d'à côté si on peut les contacter. C'est une écossaise installée à Taïwan depuis près de 20 ans qui tient un club de surf. Au bout d'une heure, quelqu'un arrive pour m'ouvrir : je peux enfin me poser. A oui, LONGPAN PARK pour la vue !!

21/02 : Finalement il fait beau ! Je quitte Nanwan pour Kenting, à environ 5 minutes de bus. Je dépose mes affaires à l'hôtel et je pars découvrir les plages de la petite ville beaucoup plus animée. C'est vraiment mieux ! Elles sont plus sauvages, propres et en retrait de la circulation. Je farniente au soleil les orteils plantés dans le sable jusqu'à l'heure du repas.

Grande plage
Grande plage
Petite plage
Plages de Kenting

Je décide ensuite de retourner au parc forestier de Kenting car il y a d'autres sentiers à faire. L'entrée est à un peu plus de 4km mais la route est sublime, colorée avec très peu de voiture.

Après moins d'une heure de marche, j'arrive à l'entrée. La première partie du parc est très aménagée, comme un jardin botanique, mais la deuxième est un peu plus sauvage (mais on ne peut pas parler de sentier). Il y a une tour de 7 étages avec une superbe vue sur la pointe de Taïwan et les alentours du parc.

Le bout de Taïwan

La suite de la visite est tout aussi belle avec des grottes, singes et cette folle végétation qui recouvre de ses tentacules les reliefs si particuliers du plateau corallien.

Parc forestier de Kenting

Sur le chemin du retour, je repère une jolie prairie avec des vaches. Je m'installe ensuite à la plage pour le coucher de soleil.

Manque plus qu'un cheval au galop ou un dauphin
On est pas bien tintin

Repas au night market et repos bien mérité. Je suis surclassée : j'ai une chambre et salle de bain que pour moi -> je m'étale de partout. La vie est belle.

🏨Hébergements : Gold Hostel à Nanwan : 7 euros dortoir de 4, pas de lits superposés, ça manque d'intimité mais à ce prix... Je conseille de loger à Kenting ! Kenting hostel, 14 euros petite chambre individuelle, salle de bain collective (sauf si vous êtes surclassé). Je déconseille si vous avez le sommeil léger : des groupes de chinois parlent (crient) dans les couloirs et la chambre n'était pas du tout insonorisée.

11
11
Publié le 23 février 2019

22/02 : Au final une nuit pas terrible, zéro insonorisation et ça sent les égouts (super le surclassement avec la salle de bain dans la chambre !). Je rejoins la gare la plus proche et prends cette fois un train express direction Taitung sur la côte Est. Il n'est pas tout jeune mais super confortable. L'espace pour les jambes est énorme, je pensais être sur un siège handicapé.

La côte Est est beaucoup moins urbanisée. De nombreux tunnels alternent avec un océan turquoise.

Malheureusement, plus on remonte vers le nord et plus le temps se gâte. Je descends à Taitung prendre un bus pour une petite ville plus tranquille une dizaine de kilomètres plus loin : Dulan. L'endroit doit être parfait par beau temps... 100 kilomètres après chaleur et ciel bleu à Kenting, me voilà au milieu des nuages et du vent.

Dulan

23/02 : Le ciel est toujours bien gris : on va être sur une journée pepouze ! Je prends quand même le vélo en début d'après-midi pour me rendre sur les hauteurs. Je suis les panneaux Moonlight Inn, une maison datant de l'époque Japonaise, ce qui fait faire une petite boucle d'environ 7km. Si le ciel bleu était présent, la balade serait sublime : on passe des champs d'ananas, rizières, forêts, les montagnes et l'océan de chaque côté...


Champs d'ananas
Vue sur Dulan depuis Moonlight Inn
Dulan

🏨Hébergement : Taitung Dulan Jail House Hostel. Oui le thème est la prison mais ce n'est pas glauque du tout ! Dortoir de 6 avec rideaux lits du bas, fenêtre (!!!), aménagements extérieurs (dont un roof top mais vue le temps, je n'en ai pas profité...), simple petit dej compris, bon accueil et vélo à disposition. A l'écart de la rue principale. 15 euros la nuit, je recommande !

12
12
Publié le 25 février 2019

24/02 : Ce matin, je prends la route pour Hualien. Il ne passe qu'un bus par jour alors je vais tenter les 140 km en stop sans trop d'inquiétude. Départ vers 10h30.

Dulan

Comme d'habitude, très peu d'attente. Une voiture passe et fait demi tour un peu plus loin. Ça arrive assez souvent, peut-être que les personnes préfèrent voir à quoi je ressemble, se laissent un petit temps de réflexion et se disent " Ça va, elle n'a pas l'air trop louche, on l'embarque !". C'est 3 petites mamies, celle qui conduit parle un chouilla anglais. Elles ne vont pas jusqu'à Hualien mais peuvent m'avancer. On progresse doucement, pause pipi pour ces dames, photo pour moi.

Sur la route

Elles s'arrêtent dans un village un peu plus loin acheter des banh bao (description grossière : grosse boule de mie de pain fourrée avec du salé ou sucré. 1 ça calle déjà bien). Je fais la queue, moi aussi j'en veux un ! Bien sûr, je n'ai pas le droit de me l'acheter, c'est mamie qui offre. Ça lui fait tellement plaisir, j'essaye de refuser mais elle a le sourire jusqu'aux oreilles. Je ne bataille pas... Le problème est qu'elle ne m'en offre pas un, pas deux mais près d'une dizaine !!! J'ai l'air si mal en point ?!

Mes 3 mamies du milieu

On continue puis elles me laissent à une centaine de kilomètres de Hualien après avoir demandé à une voiture de Police si elle n'y allait pas. Je les remercie 46 fois avant de reprendre ma route, un sac de banh bao en plus.

Une jeune fille s'arrête assez rapidement pour me déposer une vingtaine de kilomètres plus loin. En sortant je lui propose de quoi manger mais elle refuse : "C'est à toi"... Ça m'arrangerait tellement pourtant ! Je continue le stop. Un 4x4 passe puis fait demi tour pour venir me récupérer. Bingo, c'est une jeune maman qui va jusqu'à Hualien ! Je lui propose également de quoi manger et devinez quoi : "Non, non ! C'est pour toi !".

📌Point futur voyageur : la route de la côte Est est vraiment mais vraiment magnifique ! Ne prenez pas le train qui passe à l'intérieur des terres sur cette portion, ça serait dommage de louper ce spectacle. On peut la faire à vélo sur plusieurs jours, c'est bien aménagé et ça doit être un régal si le temps est de la partie. Il y a des grottes, points de vue un peu partout, balades... Imaginez : rizières, végétation tropicale, océan, montagnes, petits villages... Je pense revenir à Taïwan pour me focaliser sur cette route à bicyclette.

C'est tellement beau même sans soleil que je lui demande de faire un arrêt.


On arrive à Hualien aux alentours de 14h. Bien sûr, elle me dépose devant l'hostel, descend et attend qu'une personne du staff me prenne en charge. Je dois vraiment paraître vulnérable et mal nutri. Merci les Taiwanais d'être si adorable et accueillant ❤

Une fois à l'hostel, j'essaye tant bien que mal de partager mes banh bao mais tout le monde a déjà mangé... J'arrive quand même à en donner un, j'en mange deux (et je n'en peux plus). Bon, il m'en reste encore 5. J'en coupe 3 dans une assiette que je laisse dans la cuisine, en espérant qu'ils trouveront refuge dans un gentil gosier...

25/02 : Hualien c'est la ville de départ pour les Gorges de Taroko, l'indispensable de Taïwan. Malheureusement, le temps est toujours bien nuageux et brumeux. Je repousse la visite, en espérant que le soleil revienne. Je profite de la matinée, me rendors puis décide d'aller arpenter Hualien pour occuper cette journée. Je repère une colline à quelques centaines de mètres où, d'après Maps Me, il y aurait un chemin. Le bruit de la circulation devient presque inaudible au milieu de la jungle. On arpente un petit sentier au milieu de plantes et arbres aux dimensions démultipliées. Seuls plusieurs points de vues nous rappellent que nous sommes au milieu de la ville.

Je rejoins ensuite le bord de mer. On peut s'y balader tranquillement, il y a des aménagements pour mobilités douces mais franchement, ce n'est pas très joli. Les lieux ne sont pas mis en valeur. Peut-être qu'avec du soleil je n'aurais pas eu la même impression ? Je décide d'aller manger : curry végétarien (à la façon chinoise, j'ai du mal à reconnaître le curry).

Quelques photos bonus de Hualien. Entre les axes principaux, il y a toujours de petites rues sympas pour s'y perdre. Retour à l'hostel vers 17 heures.

Mais ?!
Déco

Peu après moi arrive une dame Taiwanaise dans le dortoir. Elle parle bien anglais et me propose de la suivre en centre ville. Je lui avoue avoir un peu la flemme (j'ai bien marché et le mode anglais est en off à partir de 18h) mais chose improbable : depuis plus de 20 ans, elle oscille entre France, où vivent son mari et ses enfants, et Taïwan. Ahbeh là ça change tout ! Je la suis avec grand plaisir découvrir un peu mieux Hualien, elle a en plus loué un scooter. Une très bonne soirée en sa compagnie. Au programme night market, balade dans les rues et visite d'un hôtel 5 étoiles. Oui, elle aime bien rentrer dans les halls de ces établissements. J'avais totalement le look pour donc pourquoi pas :

26/02 : On y est, jour J pour le parc national de Taroko. Le temps à loupé l'invitation mais il ne pleut pas ! Je prends le bus vers 6h30 et j'arrive à l'entrée du parc une heure plus tard. Je commence un premier trail vers un village isolé : Dali. Et ça monte, ça monte. Au début part des escaliers puis ça devient un mix chemin, cailloux, roche, boue... Je me plaignais des sentiers trop aménagés : beh voilà ! Au bout de plus de 2 heures, j'arrive à quelques centaines de mètres du village mais pas de chance, c'est barré. Quant à la belle vue sur les Gorges de Taroko, j'ai la tête dans les nuages depuis pas mal de temps...

Dali Trail

Pour ne pas rester sur un échec, je redescends pour rejoindre un autre sentier beaucoup plus facile (Xiao Zhuili Trail). Les paysages sont magnifiques et le temps bien meilleur.

Xiao Zhuili Trail

J'enchaîne avec le Shakadang Trail qui longe une belle rivière parfois turquoise...

Shakadang Trail

Je suis ensuite la route pour le mignon temple Changchun et sa cascade. Il y a des groupes de chinois mais ça reste supportable. Les taiwanais sont toujours avenants, certains m'offrent même de quoi grignoter...

Temple Changchun

Je reprends le bus pour Hualien à 15h30 avec 8 heures de marche dans les jambes : douche-repas-dodo.

📌Les temps de parcours des trails faciles sont plutôt surestimés. On va dire que c'est un système de mesure chinois qui comprends des pauses shooting tout les 15 mètres.

27/02 : Jour 2 dans les gorges avec un beau ciel bleu. Je prends un bus à la même heure mais je vais cette fois tout au bout du parc. Il y a un système de navette qui permet de se rendre au principaux sites (le pass 1 jour est à 250 TWD soit 7 euros environ). Je commence par le Baiyang trail qui comporte plusieurs tunnels. Certains sont bien bien noir. J'en traverse un où le bruit de chutes d'eau se fait de plus en plus fort, je me demande ce qui m'attend à la sortie. La lumière revient : j'arrive à un carrefour de deux rivières, une immense cascade en recul sur la gauche et en dessous, de l'eau se fracasse sur la roche créant d'énormes remous. Il y a un pont suspendu, j'ai l'impression d'être Indiana Jones. Je continue et j'arrive à la fin du sentier qui se termine par un tunnel. Le bruit de l'eau y est très fort et pour cause, il y a une énorme douche intérieure. Un petit chemin permet de longer l'eau qui s'écoule mais mieux vaut être équipé : ça mouille... Sur le retour il y a un gang de singes au milieu du sentier, je ne suis jamais sereine en leur présence. Il y a un couple de Taiwanais pas loin derrière moi, je les attends pour traverser le groupe de macaques (pas Indiana Jones du tout).

Baiyang trail

Je reprends le bus pour le Luishi Trail. L'étroit sentier surplombe les gorges par endroit, c'est vraiment beau.

Luishi trail

Enfin le Yanzikou trail. Ici on suit la route à pied. Les gorges sont les plus profondes et la hauteur vraiment impressionnante. Le vertige reprends du service : mes mains suent, 4 photos suffiront (définitivement pas Indiana Jones).

Yanzikou trail

Vers 14h, je décide de rejoindre le littoral à Qixingtan. Le ciel se couvre et c'est vraiment dommage : il y a d'immenses montagnes à gauche, falaises à droite et cet océan turquoise (plus pas mal de Chinois qui semblent découvrir l'océan et ses vagues traîtres au bord). La baignade est interdite.

Qixingtan

Retour à l'auberge vers 16 heures. Demain je vais continuer ma route vers le nord. Je regarde un peu les hébergements mais tout est complet, il n'y a que des chambres à des prix exorbitants. Je contacte Ammen, la dame Taiwanaise-française, pour lui demander ce qu'il se passe : jour férié et pont ! Tout est pris d'assaut... Très généreux de sa part, elle propose de m'héberger. Elle sauve la fin de mon voyage à Taïwan !

🏨Hébergement : Backpackers apartments, dortoir de 6 avec rideaux, confortable et très bon rapport qualité prix, 8 euros la nuit. Proche de la gare et des bus pour Taroko.

13
13
Publié le 2 mars 2019

28/02 : Ce matin je prends le train pour rejoindre Ammen à Yilan. Nous commençons par un buffet végétarien avant de rejoindre son appartement situé dans un quartier calme de la ville. Il est décoré avec d'immenses affiches de film. Ammen est une artiste multi-facettes, elle me montre certaines de ces peintures : j'ai du mal à mettre des mots car son travail est fou. C'est pour moi impossible, pour nous petits humains, de réaliser de tels dessins. Suréalisme, réalisme, je ne connais pas grand chose à l'art mais associer l'artiste à ses oeuvres, mettre une personne derrière ces peintures, ça donne beaucoup plus de dimensions : il existe vraiment des surhumains dans ce monde ! Pour l'après midi nous visitons la ville de Yilan. J'aime beaucoup, l'ambiance est très différente entre les quartiers. On passe des populaires et anciens aux commerçants et modernes. Il y a aussi pas mal de parcs. Nous allons au supermarché découvrir les produits (appréciez le suremballage ci-dessous des pommes venant du Japon). Repas du soir parfait au night market, pour une fois je comprends tout (alors on goûte à tout).

Je m'endors très rapidement dans une chambre que pour moi, le rêve !

01/03 : Aujourd'hui nous prenons la direction de Jiufen, vous savez, le village où je me suis rendue lors de ma journée de l'échec. Il fait toujours gris mais il ne pleut pas. On s'arrête dans une ville un peu avant car Ammen veut absolument me faire goûter les desserts d'ici. Pas de problème, moi et le sucre c'est une grande d'histoire d'amour. Je ne veux juste pas de haricots rouges dedans. Ils sont très utilisés en Asie dans les desserts mais je n'arrive pas à m'y faire... Au menu, gelée de soja au lait. On peut la mélanger avec d'autres ingrédients comme du taro, patate douce, poids chiches (?), haricots rouges (?!?!?),... On va éviter. C'est plutôt doux comme goût : du lait chaud sucré et la gelée de soja donne l'effet d'un yaourt. Nous rejoignons ensuite Jiufen : toujours du monde (même si un peu moins) mais on voit les environs. L'ancien village d'influence japonaise est mignon avec ses petites ruelles et lenternes. Il aurait inspiré le film d'animation Le voyage de Chihiro. On est finalement assez tranquille quand on s'éloigne des principaux spots photo.

Jiufen

On arrive ensuite à un point de vue qui surplombe la baie, des monsieurs sont en train de manger sur une terrasse accolée. La porte de l'habitation juste derrière est ouverte : c'est rempli de tableaux. Je montre à Ammen. Un des monsieurs arrive et nous fait visiter, il y a des oeuvres entassées de partout (l'artiste est à table en train de manger). Il nous invite ensuite à partager une soupe avec eux. On reste un petit moment. En partant, Ammen me fait un résumé de leur conversation. Un moment inoubliable pour elle comme pour moi.

Enfin, nous rejoignons Jingtong. Il y a beaucoup beaucoup de monde dans le train pour ce long week-end. On traverse plusieurs anciens villages Taiwanais en chemin qui attirent énormément de gens pour leur côté pittoresque. On peut aussi y acheter d'énormes lenternes, écrire des mots dessus ("Vive les déchets") et les faire s'envoler pour qu'elles s'échoues pourrir dans les arbres : ouai, les lenternes, c'est pas magique du tout ! Il y a aussi pas mal de monde à Jingtong mais comme partout, la foule reste au même endroit. On se perd rapidement dans la forêt, découvre d'anciennes habitations japonaises. Le village est très humide et la mousse se développe partout. L' ambiance est assez féerique, on voit la vie en vert (et gris).

Jingtong

Le train du retour est également bondé, le personnel de gare demande d'ouvrir et de s'installer aussi dans les toilettes (au moins, tu peux t'asseoir). Étant montées au terminus et Ammen possédant de l'expérience dans le faufilage, on a heureusement une place assise. Repas du soir toujours au night market.

Coucou

02/03 : Aujourd'hui Ammen m'a concocté un programme rando. Nous prenons un train puis un bus à la ville de Jiaoxi et c'est parti ! Avec ce week end prolongé il y a du monde sur le sentier qui monte monte et monte (trail Marian). Il y a des passages humides avec des cours d'eau, cascades, (glissades). C'est vraiment joli. Le sommet est quand à lui très original : une montagne qui semble toute douce recouverte de petits bamboo semblables à de la fourrure.

Trail Marian

Nous redescendons jusqu'à Jiaoxi où il y a des sources d'eau (vraiment) chaude gratuites dans un parc. Le top après cette marche de 6 heures.

On termine par un restaurant pour 3.70 euros. Jiaoxi est très touristique grâce à ses multiples établissements proposant des sources d'eau chaude. La ville est agréable en soirée et animée.

Slurp
14
14
Publié le 4 mars 2019

03/03 : Il est temps de quitter Ammen pour retourner à Taipei. J'ai passé deux très belles journées en sa compagnie, on ne pouvait rêver mieux pour terminer ce voyage à Taïwan. En un peu plus d'une heure de bus me voilà de nouveau dans la capitale. Je resterais à l'hostel car pluie et froid... Demain matin je m'envole pour les Philippines où Rémy me rejoint.

📌L'heure du bilan de Taïwan a sonné : une très très belle découverte. La côte Est mérite vraiment que l'on s'y attarde (mais la météo doit s'y prêter). Ce qui m'a le plus marqué, c'est la gentillesse de ses habitants. Je n'ai jamais rencontré de peuple aussi accueillant. Partir à Taiwan c'est un peu comme partir chez papi-mamie : ils sont très heureux de nous voir et nous gâtent. On ne peut qu'avoir de l'affectation pour ce peuple qui m'a vraiment touché... Partez à leur rencontre !

🌏Taïwan est plus qu'accessible : les réseaux de transport sont fiables, efficaces et les informations disponibles sur internet. C'est un pays très facile, développé et plus que sécurisé. Le ClubMed par rapport à d'autres destinations !

💰Côté budget j'étais à environ 20 euros par jour. J'ai payé le vol A/R 560 euros avec Cathay Pacific. On peut manger dans la rue pour 1 à 2 euros et les auberges variaient de 8 à 16 euros.

Voyagez en circuit individuel, personnalisé et abordable

Plus de 50 circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation facile en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires