Carnet de voyage

Direction les Landes et la Dordogne

20 étapes
15 commentaires
7 abonnés
Dernière étape postée il y a 5 jours
Nous voilà reparti à quatre....
Du 11 juillet au 1er août 2020
22 jours
Partager ce carnet de voyage
Publié le 19 juillet 2020

Après plus de 9 mois sans road trip pour mener notre grossesse à bien, une période troublante de pandémie sanitaire mondiale toujours d’actualité, nous reprenons la route et nos aventures !!! Maintenant que nous sommes quatre, nous avons choisi de découvrir ou redécouvrir certaines régions de France comme la Gironde, la Dordogne, le Lot et la Corrèze .... Alors, avec bonheur, direction le Soleil, les pins, océans et lacs, vignobles, plus beaux villages de France et découvertes en tous genres ....

11
juil
11
juil
Publié le 19 juillet 2020

Normalement nous devions partir le samedi 11 juillet... mais avec un quatrième petit globe trotteur l’organisation change... bodies, pyjamas, biberon, chauffe biberon, tire lait, poussette, nacelle, coque, couches, produits de soins... il faut bien caser tout cela quelque part.... donc nous nous sommes lancé dans le réaménagement global du van et au final cela nous a pris la journée...total ... on décale notre départ au lendemain 😀

12
juil

Midi, on décolle !!!! On part sur Chatelaillon plage voir mes parents. Nous dormons dans le van, ce qui nous permet de tester toute notre installation avant le grand départ. De très bons moments de partage sous le Soleil malgré les masques, la distanciation sociale, le gel hydro alcoolique, la frustration surtout après la naissance de notre petit bout... mais positivons, au moins on se voit un petit peu...

13
juil
13
juil
14
juil

C’est parti pour le grand départ !!!! On part prendre le bac de Royan. Une chance folle, une fois arrivés, nous embarquons directement et le bac démarre... Très peu de monde... et pour la plupart ce sont des touristes étrangers...

Nous débarquons à la pointe de Graves au Verdon...ça y est, nous sommes en Gironde !

Nous traversons Soulac sur Mer et sa plage, les touristes sont là mais on sent une réelle différence avec les autres années... les parkings à vélo ne sont pas plein ni les parkings de voitures...seuls les campings nous paraissent remplis.

On décide de passer la nuit sur le parking de la plage de Gurp. Les bunkers présents sur la plage nous rappelle notre histoire malgré les graffitis plein de couleurs qui les embellissent. Une petite ballade dans les pins s’impose accompagnée de la douce mélodie du chant des cigales.

Le soir arrive, c’est l’heure de l’apéro...on ne change pas nos vieilles habitudes !!!

15
juil
15
juil
Publié le 20 juillet 2020

Nuit un peu bousculée pour Kakou... notre parking s’est transformé en repaire de fête pour 10-20 ... puis 100 personnes jusqu’à 4h du mat’.... Au réveil, on se fait une grande ballade aux alentours de la plage de Gurp !!!

Kakou part faire trempette dans les vagues puissantes de l’Atlantique qui font le bonheur des surfeurs !!!

On reprend la route pour le lac d’Hourtin ... puis on se pose pour la nuit dans les pins, dans un petit coin bien au calme.

16
juil
16
juil
Publié le 21 juillet 2020

7h30... petit réveil matinale par la police municipale nous faisant remarquer qu’il est interdit de dormir en pleine nature où l’on souhaite... néanmoins gentil comme tout, ils nous permettent de finir notre nuit et sans amende 👍

Nous passons la journée au niveau du domaine de Bombannes... lieu où Lili passait toutes les vacances de son enfance en famille ... entre pins, lac et océan ... un pur bonheur... on se promène, Milky en profite pour faire trempète longuement... petite sieste dans le hamac ... une biche passe sous nos yeux tranquillement si bien que Milky en reste bouche bée ....

En fin d’après midi, nous prenons la route pour le bassin d’Arcachon. Nous serrons le frein à mains au parking de la plage de la Lagune, à côté de la dune du Pilat... un spot magnifique, vue mer ... le top du top !!!!

17
juil
17
juil
Publié le 21 juillet 2020

Au réveil, ballade dans la forêt de pins... puis petite pause familiale à Gujan Mestras avant de découvrir le lac de Cazaux 😎

Fin d’après midi, nous retournons sur le parking de la plage de la Lagune : notre spot incontournable du moment, pour un magnifique coucher de Soleil 🌅

18
juil
18
juil

Nous quittons les Landes pour le vignoble bordelais. Grâce à notre partenaire France Passion, nous partons à la rencontre de producteurs... Nous nous arrêtons chez Neil, sur les coteaux du Haut Tellas, pour une petite dégustation.

Nous profitons du beau coucher de Soleil (succinctement car niveau timing on était juste juste...)

19
juil
19
juil
Publié le 21 juillet 2020

On reprend la route pour faire la connaissance d’un autre viticulteur familial, cette fois ci sur Monbazillac, au domaine de Cabaroque ! Dégustation, échanges, partage, excellents vins et très beau coucher de Soleil, que demander de plus ?!

20
juil
20
juil
Publié le 21 juillet 2020

En début d’après midi nous reprenons la route. Nous passons par hasard par la ville de Montbazillac puis devant le château de Monbazillac... belle bâtisse avec une vue imprenable sur les vignes ...

Nous passons par la suite par Bergerac, capitale du Périgord pourpre, commune connue pour ses vins mais aussi pour le célèbre Cyrano.

On continue notre route le long de la Dordogne

Nous nous arrêtons à Limeuil, beau village avec plage de galets et baignade dans la Dordogne !!!

Pour finir cette belle journée, nous nous rendons pour la nuit à la ferme Légal d’Agnès, dans une conserverie artisanale à Les Eyzies de Tayac...

21
juil
21
juil
Publié le 22 juillet 2020

Reprenons... Le Département de la Dordogne est divisé en 4 Périgord de quatre couleurs différents. Le Périgord Noir, région naturelle et la plus touristique, le Périgord vert au nord (où se trouve notamment Brantôme, « la Venise verte du Périgord » pour le vert de sa végétation, ses plaines, le Parc Naturel Régional Périgord-Limousin = le poumon du Périgord), le Périgord Blanc avec Périgueux au centre (plus administratif), et le Périgord Pourpre zone de Bergerac et de ses vignobles. Nous avons donc quitté hier le Périgord pourpre (avec Bergerac, Monbazillac...) pour le Périgord noir.

Le Périgord Noir, ou le Sarladais, tient son nom des nombreuses forêts de chênes Verts très sombres qui donnent cet aspect très sombre à cette partie de la Dordogne. Cette région offre de splendides paysages composés de falaises, des rivières Dordogne et Vézère, de nombreux bois aux essences de chênes verts et de châtaigniers, ainsi que la profusion de sites et de villages incontournables.

Dans la matinée, nous nous rendons à la Maison Forte de Reignac qui est un château falaise, emmurée dans la roche calcaire, creusée par la rivière et façonnée par les Hommes au fil des millénaires. (Pas de visite, juste une vue extérieure)

Puis direction le Roque Saint Christophe, Fort et cité troglodytiques, immense falaise située entre les EYZIES et MONTIGNAC-LASCAUX occupée de la Préhistoire jusqu’à la Renaissance. Ce véritable mur de calcaire long d’un kilomètre et haut de quatre vingt mètres, sans cesse sapé par la rivière et le gel, s’est creusé d’une centaine d’abris sous-roche et de longues terrasses aériennes. Ces cavités naturelles ont été occupées par l’homme à partir de la Préhistoire, puis modifiées au Moyen Âge, pour devenir un fort et une cité troglodytiques jusqu’au début de la Renaissance. Période sanitaire obligeant, nous ne faisons pas la visite guidée car la distanciation de 2m demandée à l’entrée n’était pas respectée du tout donc ...tampis on fait en libre en fuyant le monde qui s’entasse...

Nous prenons la route pour l’un des plus beaux villages de France : Saint Leon sur Vézere avec son château de Clérans, ses artisans, ses maisons aux pierres lumineuses !!!

On décide de faire à nouveau une étape de nuitée chez un producteur... et cette fois ci nous nous arrêtons à la ferme de production et transformation de noix (typique de Dordogne)... vue la chaleur une petite glace à la noix artisanale s’impose !!! On stationne sous les noyers... juste parfait !!!

23
juil
23
juil

Réveil chez notre productrice de noix... avec gâteau aux noix au petit dej... juste le top !!! On fait la visite de leur entreprise familiale et dégustation de leurs produits, beaucoup de process variés, Lili est aux anges. Ramassage, tri et calibrage, séchage à basse température pendant 48-72h, cassage des coques sur le dos (attention donnée importante car avec un casse noix on casse la tranche et nos cerneaux sont souvent en morceau ou abîmés... donc mieux vaut un coup sec au marteau ou maillet sur le dos de la coque de noix pour obtenir de beaux cerneaux), tri suivant la couleur, taille, forme des cerneaux... A savoir qu’ils cassaient les noix de leur dizaine d’hectares à la main jusqu’en 2019... un travail de fou !!! On goûte de l’huile de noisette et de l’huile de noix sortant du pressoir, un réveil pour les papilles. A savoir pour nos achats d’huile dans le commerce, mieux vaut il acheter une huile vierge et de première pression pour avoir une qualité organoleptique optimale.

On part pour visiter la ville de Sarlat la Caneda connue pour être un incontournable, la capitale du Périgord noir... il fut très difficile de se garer et surtout bourré de monde, très très très touristique ... beaucoup de petites boutiques de produits régionaux ou non ... Souhaitant tout de même voir la cathédrale Lili y va à pied seule pour ne pas prendre de risque pour Tom... alors masque, gel, appareil photo et au pas de course.... nous découvrons donc la cathédrale Saint Sacerdos avec son orgue en nid d’hirondelle du 18ème, le manoir de Gisson, la lanterne des morts.

On se dirige par la suite sur Beynac et Cazenac, l’un des plus beaux villages de France !!! Le château de Beynac surplombe ce petit village, nous voulons l’atteindre, du moins l’approcher en voiture mais en vain et la montée à pied est trop difficile pour Lili... tampis on le verra d’en bas !

Direction les jardins de Marqueyssac classés jardins remarquables de France. Il faut faire une très longue ballade à pied parmi différentes essences d’arbres et des buis de toutes formes. Les panoramas y sont exceptionnels et les chiens y sont autorisés. Y aller en fauteuil...un calvaire, bcp de dénivellations, changements de revêtements de sol... À pied c’est entre 2-3h30 de marche...

Après l’effort, le réconfort... on en profite pour se prendre une glace artisanale : coquelicot, violette, noix de coco pour Lili et Miel du Périgord, noix du Périgord pour Kakou, sans oublier la petite mousse qui va bien...

19h passé, on cherche notre lieu de dodo, il est trop tard pour arriver chez un producteur, on trouve un endroit en pleine nature, malheureusement à quelques dizaine de mètres une fréquentation moyenne du coup on préfère chercher ailleurs... un camping ? 38 euros la nuit ... un peu cher à notre goût... cela nous conduit au parking de la ville de Castelnaud La Chapelle (normalement interdit la nuit mais ne nous sommes pas les seuls alors op on s’installe....). Baignade dans la Dordogne au pied et vue sur le château de Castelnaud... que demander de plus... une fois les deux loulous au dodo, c’est petit jeu à minuit à la lueur de la veilleuse de Tom 😂

24
juil

Nuit très tranquille, au réveil les montgolfières accompagnent le paysage

On se rend à pied au château dès son ouverture ... bon dieu la montée !!! Au programme : visiter le château et ses remparts, bien sûr le tout non accessible en fauteuil ni en poussette ... il y a déjà beaucoup de monde à notre goût ce qui ne nous réjouit pas du tout ... on se faufile pour être au maximum dehors...

A une dizaine de kilomètres de Sarlat, Castelnaud-la-Chapelle surplombe le confluent entre la Dordogne et le Céou dans un panorama splendide faisant face à ses voisins de Beynac-et-Cazenac (À gauche) et de La Roque-Gageac (en face sur la droite). Le château fort magnifiquement restauré abrite le Musée de la Guerre au Moyen Âge.

Ici notre van... nous en haut du château

Pour la petite histoire, il fut fondé au 12ème Siècle, en possession du seigneur cathare Bernard de Casnac. Au cours de la guerre de cent ans, il passe régulièrement dans le camp anglais jusqu’en 1442 date à laquelle il est restitué à leurs propriétaires les Caumonts. Dès lors il est doté d’un équipement défensif moderne : canonnières et tours d’artillerie. C’est à la révolution française que le château est totalement abandonné et ne va cesser de se dégrader jusqu’en 1968 où il est classé monument historique et sont entrepris d’importants travaux de sauvegarde et de restauration.

Il n’y a pas un chat au bar du château.mon en profite avant que tout le monde ait la même idée. Une petite bière bien méritée pour Kakou...

Une fois redescendu, une baignade dans la Dordogne s’impose !!!

Puis on décolle pour passer au travers du village de la Roque Gageac, vu à plusieurs reprises au loin depuis les hauteurs du château de Castelnaud et des jardins de Marqueysac. Avec ses tuiles brunes, ses toits typiques, son charme d’autrefois et ses paysages à couper le souffle, une balade dans le village de la Roque-Gageac sonne comme une invitation à la rêverie…

On passe près du village de Domme, construit sur les hauteurs en colimaçon, très difficile d’accès en van... on fait demi tour car trop fatigué pour crapahuter ....

On finit notre journée de cour être dans un autre jardin remarquable : les jardins de l’eau... Son originalité réside dans les éléments qui les composent : diversité des bassins (dont labyrinthe aquatique de plus de 2800 m2 et plus de 550 mètres de passerelles à fleur d'eau, unique en Europe), eaux calmes, cascades, ruisseaux, végétation luxuriante conférée par les 30 variétés de lotus, 55 plus belles variétés de Nymphéas, fleurs aux multiples coloris et plus belles les unes que les autres, venues d'Amérique et d'Asie... Spectacle magnifique par la beauté des fleurs (jusqu'à 2m de haut!), mais aussi par les feuilles hydrophobes sur lesquelles les gouttes de rosée se transforment en perles de diamant. Spectacle particulier également par les réceptacles à graines en forme de pommes d'arrosoir (les graines gardent leur pouvoir germinatif pendant 1000 ans !).

Pour la nuit, on part sur le terrain de producteurs de foie gras dans le Lot, à la limite du Périgord. Superbe endroit, sous les noyers une nouvelle fois, grands espaces, et en plus on a l’eau et l’autorisation de faire un barbecue (donc soirée pizza🍕) le top !!!

25
juil
25
juil
Publié le 25 juillet 2020

Réveil tranquille...on profite des grands espaces chez notre hôte.

En début d’après midi, on part pour Rocamadour !!! Sur la route on croise le château de Treyne et nous rentrons dans le parc naturel des Causses du Quercy, beaucoup plus valloné et sec que le Périgord.

Rocamadour !!! À flanc de falaise, le village de Rocamadour nous fait revenir jusqu’au Moyen-Âge, lorsque les rois et autres pèlerins suivaient le chemin de Saint-Jacques de Compostelle pour vénérer la vierge noire de Rocamadour, le tombeau de Saint Amadour et la basilique Saint-Sauveur, lieu classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Un petit plouf dans la Dordogne s’impose à nouveau !!!

Pour dormir on décide de retourner chez nos producteurs de foie gras tellement le lieu était agréable.

25
juil
25
juil
Publié le 27 juillet 2020

Nuit très calme avec un petit Tom qui a dormi 7h sans se réveiller ni téter pour la première fois ! On décolle pour notre journée du tour des plus beaux villages de France en Corrèze et dans le Lot.

Tout d’abord Turenne en Corrèze ! Cette ville ne manque pas de panache avec la silhouette élancée de son donjon de calcaire, une avalanche de toits d’ardoises et de tourelles audacieuses. On reste ébahi devant la richesse du patrimoine : l’église et son retable en bois doré, les hôtels particuliers des 16 et 17èmes siècles, le château, ou plutôt ses ruines imposantes : les remparts, le donjon du 13ème et la Tour César. Petite anecdote : Turenne doit son opulence à sa vicomté, un véritable état dans l’état : jusqu’au 18ème siècle, Turenne battait sa monnaie et levait ses propres troupes, bref, défiait le roi de France…

Puis on fait une belle ballade dans la ville de Collonges-la-Rouge. Ville originale et insolite, tant par la flamboyance de ses pierres que par la richesse de son patrimoine. Rouge des grès aux nuances ocrées, gris des ardoises, bleus des lauzes, vert des vignes accrochées aux murs forment la palette d'une petite cité de rêve.

Puis on passe par le village de Curemonte, bâti tout en longueur sur un éperon rocheux, au sud de la Corrèze. La densité des constructions militaires, les trois châteaux et les maisons nobles témoignent de l'importance de la cité entre les XIVe et XVIIe s.

Carennac !!! On repasse dans le Lot. Au coeur de la Vallée de la Dordogne, les maisons ont conservé leurs fenêtres sculptées, l’église romane son tympan du 12ème siècle, le château des Doyens

A Gintrac, nous cherchons désespérément les ruines de Taillefer avec son point de vue sur la vallée, très très mal indiqué... après la traversée de champs et bois nous trouvons enfin notre gral !!!

Loubressac !!! Un « Plus beaux Villages de France » incontournable de la vallée de la Dordogne. Emergeant au-dessus des arbres, les toits de Loubressac tutoient l’azur du ciel en une partition toute en demi-teintes. Un peu de brun, une touche d’ocre, un trait de miel… et là, centrée comme un point d’orge, l’ardoise du clocher de l’église des XII et XVIème siècles.

On tente de se baigner dans la Dordogne, l’endroit trouvé est un fiascos, nous avons servi de festin aux moustiques. Nous allons chez un producteur de fromages de chèvre pour la nuit et là aussi c’est la cata... endroit blindé de mouches et personne peu agréable, à 33-35°C (température depuis 10j en journée) on a besoin d’aérer le van et d’être dehors..cela ne le fait pas... Nous nous arrêtons donc pour la nuit à Autoire !!!

26
juil
26
juil

Au réveil c’est crêpes maison !!!!

Nous traversons le petit village d’Autoire pour nous rendre sur le sentier de randonnée en direction de la cascade. Dans la famille « Plus beaux Villages de France », je voudrais le plus de renaissance ! Imaginez un cirque impressionnant éclaboussé du vert des arbres, ourlé du blanc des roches et vous devinerez Autoire.

Autoire aligne ses maisons en une cascade de toits bruns, de façades claires. Dans une harmonie de couleurs, on découvre une fontaine, des maisons à colombages, d’élégantes gentilhommières flanquées de tourelles.

Après une randonnée de 45min aller, nous découvrons cette cascade de 30m de haut. Le spectacle à l'arrivée est remarquable. C'est comme un mur végétal géant et un brumisateur naturel. Il ne faut pas s'attendre à se retrouver en face des "chutes du Niagara", surtout par été sec, la cascade offre simplement un filet d'eau.

Début d’après midi, direction la grotte de Presque, seule grotte de notre périple qui autorise la présence des chiens; de plus elle est peu connue donc peu de monde lors de notre visite... S’offre à nous un spectacle magnifique et un guide très précis et connaisseur.

Grâce à la construction de la route de corniche fût découverte, en 1825, ce que certains allaient qualifier de « perle des concrétions d’Europe ». Ici le temps et l’eau accomplissent leur œuvre, donnant naissance à une suite grandiose et ininterrompue de formes solidifiées, aux couleurs naturelles et variées, entre les gigantesques stalagmites et immenses salles, décorées de « draperies » d’une telle finesse qu’elles en deviennent quasi translucides. Ici, on frôle une énorme « pièce montée » tarabiscotée. Là, on se faufile entre les « colonnes d’Hercule », après être resté ébahi devant les « cierges », l’emblème de Presque. Parmi eux, une colonne unique en Europe : une stalagmite partie du sol pour rejoindre la voûte près de neuf mètres plus haut !

Finies les découvertes du jour, nous partons nous poser au bord de la Dordogne dans un camping municipal car rien aux alentours... malgré la chaleur une petite raclette s’impose !!!!

Château de Castelnau-Bretenoux
27
juil
27
juil
Publié le 29 juillet 2020

Direction le point de vue de la Roche de Vic, à 636m d’altitude, à Albussac !!! Le chemin de terre qui conduit au sommet est joliment parsemé de rochers et racines enchevêtrées. Cerné d'un côté par des pins et quelques bouleaux, le chemin s'ouvre sur la droite, sur une mer de fougères. L'horizon se dégage, le sentier s'efface laissant place aux rochers qui affleurent au pied de la chapelle Notre-Dame, formant ainsi des escaliers naturels, légèrement périlleux (surtout que Lili a eu la bonne idée de faire ça en tong)… Il est grand temps de lever la tête et de scruter les alentours, les monts du Cantal, à l'Est, se détachent nettement. Plus au nord et plus éloignés, le puy de Sancy (1.886 mètres), le puy de Dôme ou le puy de Bort se dessinent. Le massif corrézien des Monédières, non loin de là, se dresse fièrement et appelle l'observateur vers ses chemins de randonnées et ses délices à la myrtille. En arrière-plan, au Nord-Est, se dessine le vaste plateau de Millevaches, point de jonction entre les trois entités limousines.

Au retour, Lili fait une chute mémorable... Kakou nous voyait déjà appeler le samu au vu de la jambe au sol... heureusement que le second prénom des Lili est elasticgirl ou gloglegli, un vrai meuble IKEA en kit... Une fois rafistolé, apéro au foie gras !!!!

On part pour les cascades de Murel qui sont formées par 3 chutes d'eau successives dans les gorges escarpées et boisées de la Franche-Valeine qui s'engouffrent dans un dédale de rochers avant de retrouver calme et sérénité pour rejoindre la Dordogne. Bon... moyennement indiqué et très très escarpé on ne trouvera que la cascade de la Prade au bout de 45 min de marche difficile... on fait demi tour.

On passe par Tulle... Capitale de l'accordéon, celle que l'on surnomme la ville aux sept collines est aussi réputée pour sa dentelle, chef-lieu de la Corrèze avec ses vieux quartiers nichés au flanc des collines ... Cœur historique de la ville, le quartier du Trech a une atmosphère pittoresque avec ses demeures anciennes, ses escaliers typiques et sa cathédrale romano-gothique surmontée du plus haut clocher du Limousin ... mais on ne fait que passer tellement la ville ne nous fait pas vibrer...

On s’arrête dans la ville de Pompadour afin d’observer le château ainsi que son haras national. Petite ville célèbre par son château, cadeau de Louis XV à sa favorite Jeanne Le Normant d'Etiolles, Pompadour l'est également par son Haras National et sa Jumenterie unique en France. Berceau de la race anglo-arabe, Pompadour possède, depuis 1976, un Institut du Cheval et anime des concours hippiques renommés. Des courses de galop, de cross et de steeple-chase ont lieu du dernier week-end de juin à septembre sur l'hippodrome réputé comme un des plus beaux de France. (Nous ne nous permettons pas les visites guidées à cause de la situation sanitaire, ni les spectacles équestres qui ont l’air si fabuleux...)

Ségur le Château : Le village et ses vieilles maisons nobles dominées par les imposants vestiges du château constituent un ensemble pittoresque qui lui vaut de figurer parmi les plus beaux villages de France.

On finit cette radieuse journée chez un agriculteur, au cœur de ses vergers, sous l’ombre des châtaigniers, en sirotant un jus de pomme fait par leur soin.

28
juil

Au réveil, la chute de Lili a laissé des traces, du coup les déplacements sont très écourtés... cela ne nous empêche pas de bouger tout de même ... on repart en Dordogne mais cette fois dans le Périgord vert pour voir le château de Hautefort. Bcp bcp de monde à l’entrée, on ne tente pas et faisons demi tour, nous l’aurons vu que d’extérieur tout de même ...

L’ancienne forteresse médiévale, probablement construite à l’emplacement d’un camp romain, se transforme en demeure de plaisance au 17ème siècle. Abandonnant progressivement son appareil défensif pour l’agrément d’une architecture classique, le château reflète le rang et la puissance des marquis de Hautefort. Le château et l’Hospice de Hautefort sont de rares exemples de l’architecture classique en Périgord et ressemble davantage aux châteaux de la Loire. Au 19ème siècle, le Comte de Choulot dessine les jardins à la Française et crée le parc à l’Anglaise qui offrent des vues variées sur la campagne et les villages environnants. Les broderies de buis du jardin, élégamment disposées autour du château, contribuent à la renommée du domaine.

Périgueux est la capitale culturelle et touristique du Périgord blanc, dans la vallée de l'Isle. Monument historique majeur de Périgueux, la Cathédrale Saint Front et ses coupoles bizantines dominent le cœur de la ville par ses huit siècles d’histoire architecturale et attirent tous les regards par sa majesté et sa grandeur.

Pour finir, sur les rives d’un méandre de la Dronne se niche la petite ville de Brantôme en Périgord vert, la « Venise du Périgord ».

Fondée à la toute fin du VIIIe siècle, l’abbaye se voit confier par Charlemagne les reliques de Saint-Sicaire.

A l’arrière des bâtiments, se situe une falaise calcaire percée de nombreuses cavités aménagées par l’homme au début du développement du christianisme. Elles ont servies de refuge à une petite communauté d’ermites, puis transformée en carrières.

L’une de ces grottes abrite deux bas-reliefs monumentaux sculptés au XVe siècle par des moines, c’est la grotte du « Jugement dernier »

Au sein de l’abbaye, se trouve l’impressionnante église Saint-Pierre. Son clocher roman du XIe siècle est considéré comme le plus vieux de France !

La fin de journée sonne, on va chez un producteur de foie gras, éleveur de canards, autruches, oies... avec vue sur les autruches depuis le van s’il vous plaît !!! Difficile de se dire qu’elles finissent dans l’assiette...

29
juil
29
juil
Publié le 30 juillet 2020

Après un petit réveil tranquille, on prend la route pour les lacs de Guizengeard. Un vrai décor de carte postale que l'on découvre en suivant le sentier des carrières de Guizengeard pendant 2-3h. Un parcours dans un paysage exceptionnel, qui permet d'accéder à un immense lac artificiel qui recouvre des trous résultant de l’exploitation des carrières de kaolin, une argile de couleur blanche.

Après tous ces gros efforts, nos poulpets sont bien chaos !!!

Nous décidons d’aller voir le coucher de Soleil à la plage de la Lagune avant de repartir pour la Charente Maritime