Par Ryzen
Des crocodiles, un safari, du bivouac ! Des grottes, de la spéléologie, une via ferrata. les Gorges de l'Ardèche à pieds, en canoë et en parapente pour découvrir ce magnifique petit coin de France
Juillet 2019
7 jours
Partager ce carnet de voyage
1

On doit faire un choix parmi une multitude d'activités à faire pour les 7 jours à venir. Le programme est établi dans les grandes lignes vis à vis du déroulement de notre séjour et de la météo. Nina, Inès et Hugo, respectivement, 15, 13 et 11 ans, ont l'âge désormais de faire des activités plus sportives. On part un samedi. Après 6h de route, on arrive sur le parking (gratuit) de "La Ferme aux Crocodiles". Il est 16h, il faut compter un peu plus de 2h de visite : c'est parfait !

 #LaFermeAuxCrocodiles

On se dégourdit les jambes tout en s'extasiant devant le nombre impressionnant de crocodiles qui occupent l'espace. On en voit de toute sorte, en compagnie d'oiseaux, sous une belle lumière tropicale. C'est reposant après autant de kilomètres et on se sent tout de suite en vacances.

visite de la ferme aux crocodiles 

Gavial, alligator, crocodile, caïman, ... Beaucoup d'indications simples sont indiquées pour les différencier. Les crocodiliens n'ont plus de secrets pour nous ! On y observe même une rareté de la nature : Albi, l'alligator albinos !

 les crocodiliens

L'avantage d'être arrivés en fin de journée c'est d'effectuer notre circuit sans souffrir de l'affluence en cette saison touristique. Le parc se vide petit à petit, et on a les iguanes et les serpents pour nous seuls.

Passage en boutique pour terminer cette belle visite, avec quelques achats souvenirs, sur le thème des crocodiles. L'espace dans la voiture se réduit un peu plus. On a un chargement en plusieurs sacs :

  • Plage, baignade
  • randonnée, sport
  • Tentes et nécessaire de bivouac
  • Vêtements chauds (au cas où!)

Notre chargement en place, on se met en quête de notre repas du soir.

Bof! on finit dans un franchisé sans aucun cachet, sans aucune vue. Dommage, j'aurai aimé un p'tit resto de quartier ou un simple sandwich avec vue sur les lacets des Gorges, mais ma tribu a déjà de mauvais repères en terme d'alimentation et c'est tacos pour le dîner. Heureusement, ils sont bons et comme c'est rapide, on ne perdra pas de temps pour trouver notre emplacement pour la nuit.

On compte poser nos tentes dans un coin isolé au plus proche de notre étape du lendemain :

la Grotte Chauvet.

2

Aujourd'hui, c'est un retour dans le passé de 36000 ans. La guide, nous ouvre les portes d'une grotte profonde, riche de fresques, de peintures et de gravures ancestrales. Nous sommes arrivés à l'ouverture, il y encore peu de monde et nous sommes 2 familles à suivre les explications de notre accompagnatrice. Ses indications sont claires, à la portée des enfants. Elle les implique directement dans son récit, comme une histoire racontée au fil des dessins sur les parois. Nous sommes dans un autre temps, celui où le silence dévoile tous ses secrets. Cette grotte reconstituée à l'identique, pour protéger l'originale, nous imprègne réellement des lieux. On comprend pourquoi il est classé patrimoine mondial de l'Unesco. Dans un soucis de conservation du lieu, les photos sont interdites mais le site internet permet une visite virtuelle pour nous replonger dans ce site unique. La Galerie des Cactus, la Salle du Crâne, la Galerie des Mégarocéros, etc... Notre parcours se fait sous une lumière tamisée où les chefs d'oeuvres sont éclairés au fil de nos pas afin de créer la surprise et la découverte, comme si nous étions de véritables archéologues. On étudie les tracés, on parle d'ocre rouge et de silex, on s'émerveille devant "la grande fresque des lions" point final de notre visite de l'art pariétal.

Temps de visite : 1 heure.

La Galerie de l'Aurignacien allie multimédia et interactivité pour nous replonger à la Préhistoire, dans les conditions de vie de nos ancêtres. On se rend compte de la taille des animaux naturalisés, de leurs poils, de leurs empreintes.

 #GalerieDeLAurignacien

Des animations sont proposées en extérieur ainsi que des ateliers sous tipi pour apprendre l'art du feu, le régime alimentaire au paléolithique ou encore le mode de vie. On essaie, tour à tour, le tir au propulseur sur 2 cibles à différentes distances. Ma tribu est bien plus douée que moi pour la chasse. C'est une certitude ! Fous rires garantis !

nina tir au propulseur
 #TirAuPropulseur

Notre matinée s'achève. On quitte la patte d'ours avec quelques cartes postales et un peu de produits régionaux. Cet après midi là, la route s'est faite avec vue sur les gorges et arrêts à la plupart des belvédères. Notre objectif : faire le chemin des Dolmens et plus précisément "le dolmen du calvaire". Je ne recommanderai pas cette activité. On a passé beaucoup de temps à trouver le sentier sur

Saint-Alban-Auriolles et le site n'est pas spectaculaire. On aurait pu faire les maisons troglodytes pour le même créneau horaire.

 #DolmenDuCalvaire

Quelques courses alimentaires pour terminer notre journée et la recherche de notre lieu de bivouac. C'était compliqué pour se rapprocher de notre étape du lendemain : "Aven d'Orgnac"

3

La nuit s'est bien passée au milieu des bois. On prend un café en attendant l'ouverture du grand site de l'Aven d'Orgnac. Nos billets achetés, un guide passionné avec beaucoup d'humour rend ses connaissances accessibles même aux plus jeunes. On descend pour accéder aux gigantesques salles souterraines.

#LeGrandSiteDAvenDOrgnac 

J'aime la symbolique de la salle Robert de Joly (-50m). Le guide nous apprend que ce spéléologue a voulu que l'urne de son coeur soit déposée dans cette grotte. Depuis 1968, Robert de Joly fait partie de ces concrétions gigantesques aux multiples formes.

On est admiratif devant le travail millénaire de l'eau sur la roche. La finesse des "draperies", les dégradés de couleurs, la calcite semble translucide par endroits dans des proportions impressionnantes. La salle du Chaos nous coupe du monde extérieur. On est à -100 mètres sous terre et seules les gouttes d'eau résonnent autour de nous. Il fait frais, limite froid et on ressent cette ambiance particulière qui nous incite à chuchoter. Quelques mètres plus bas, la salle Rouge nous réserve un spectacle son et lumière. On se trouve dans la galerie originelle d'une rivière souterraine d'environ 6 millions d'années, encadrés de piliers colossaux, en train d'assister à l'histoire de cette majestueuse grotte. Inoubliable !

La montée se fait par un ascenseur. La Cité de la Préhistoire fait partie du billet d'entrée. Beaucoup d'informations, d'animaux naturalisés, de bornes interactives et de films. L'Ardèche a plus de Dolmens que la Bretagne. *Petit rappel sur notre promenade de la veille où notre choix n'était pas le meilleur pour s'en rendre compte ! Bref, on y voit des outils, des ossements en rapport avec les cours d'histoire au collège et nos précédentes excursions.

Des ateliers extérieurs proposent diverses activités :

  • Taille du silex
  • Le feu
  • Le rang social et ses signes d'appartenance entre tribus
  • La chasse

Les animateurs répondent à toutes nos questions, font participer les enfants, montrent des techniques ancestrales. Les ateliers sont bien présentés, on a même essayé le vêtement d'un homme préhistorique.

Vers la sortie, une boutique de produits régionaux, artisanaux, propose des fruits, du miel et d'autres choses appétissantes pour constituer nos prochains repas.

Le matin s'est passé sous terre et les heures à venir se passeront dans les airs. Un coup de téléphone confirme notre activité "parapente" pour 15h. Ce sera notre premier envol. Les vents sont favorables, pas d'orages en prévision, tout est ok ! Les binômes sont déterminés vis à vis des poids de chacun. On doit courir droit devant nous jusqu'à ne plus avoir pieds. Cela s'est fait naturellement, la toile s'est déployée avec une sensation de légèreté. Les enfants ont fait de même sans aucune difficulté. Un paysage à 360° avec, en point de repaire, le Mont Ventoux. En discutant avec "Patrick", je lui ai demandé s'il était possible de faire des figures. D'un vol tout en douceur, on est passé au sensationnel avec le "360" et le "wing over" et pour finir "l'hélicoptère". C'était génial ! Nina, Nès et Hugo nous ont imité. C'était génial !

Seul bémol, j'ai eu une demande un peu tardive. On était déjà trop bas pour effectuer toutes les figures.

L'atterrissage demande un temps d'adaptation au sol, après avoir tournoyé dans les airs mais la marche rétablie vite notre équilibre.


Il faut prévoir cette excursion avant votre départ pour que l'équipe vous appelle quand les meilleures conditions climatiques sont réunies pendant votre séjour. C'est une belle expérience que je vous recommande à 100% !

Encore une soirée à chercher notre lieu de bivouac pour être au plus près des Gorges. Demain, un mini trek nous attend sur 2 jours.

4

Pour les 2 jours à venir, on va arpenter les Gorges de l'Ardèche et dormir au coeur de la Réserve Naturelle. Nos sacs de rando sont prêts avec nos tentes et notre équipement de bivouac. Les bâtons de marche ne sont pas vraiment utiles sur ce sentier. On stationne notre véhicule au pied d'un pont, proche du point de départ. L'itinéraires est bien indiqué et sans difficultés. C'est une mini-aventure en pleine nature au fil de l'eau.


On découvre des plages de sable blanc, de galets, des passages d'échelles, d'autres équipés de câbles. On traverse le cours d'eau à plusieurs reprises. Et on arrive à notre campement pour la nuit. On regrette nos repas lyophilisés avec tous les barbecues qui se préparent autour de nous. Au moins, on dispose de tables de pique-nique pour manger assis. Un point essentiel, Il y a des douches ! Pas de toilette à la lingette pour ce soir. En plus, notre emplacement est bien plat pour disposer nos tentes. J'avais fait ma réservation la veille par téléphone car elle est obligatoire au "bivouac de Gournier". On profite de l'ambiance des lieux quand tout devient sombre et que la réserve s'éveille.



marches ardeche
vue d'en haut
sentier des gorges
plages des gorges
dans les gorges
 #SentierDesGorges
hugo echelle ardeche
 passage d'échelles


Sur le matin, un invité dans nos chaussures, a bien failli nous surprendre. Chacun vérifie avant d'enfiler son pied, on secoue nos affaires, histoire de ne pas avoir d'autres surprises !


On déjeune tranquillement avant de reprendre notre étape. Les gourdes sont remplies, nous sommes prêts.




Et c'est reparti pour 6km avec passage dans une petite grotte au point de devoir retirer nos sacs et ramper jusqu'à la sortie. Passage mythique pour les enfants qui ont adoré cette partie !




Il fait chaud alors on n'hésite pas à se baigner régulièrement tout au long de notre parcours. Des petits poissons nagent autour de nous et peu de canoë à l'horizon. L'eau rafraîchie et nous stimule pour notre marche sur la roche. C'est vraiment beau !


depart du gournier
vers st martin d'ardeche
nina sur le sentier
#VersStMartinDArdeche 

On arrive sur St-Martin d'Ardèche vers 14h. Selon mon programme, une navette pour effectuer du canoë nous permettait de revenir à notre véhicule. La personne au téléphone m'indique que ce ne sera plus possible à cette heure. J'essaie de voir avec elle les options qu'il me reste pour notre retour. Elle m'indique une zone de bus où un chauffeur pourrait éventuellement nous ramener en fonction des places restantes. J'en profite pour réserver le canoë pour la fin de journée. Là encore, elle m'annonce que la réservation semble compliquée à cause de notre horaire retour qui selon elle, sera trop tardif. Je rage intérieurement. Les activités se sont bien imbriquées depuis le début, c'est bête de perdre une demi-journée de cette façon. Elle me propose de voir avec son collègue avant de me rappeler. En attendant, il faut remplir nos estomacs et les 2 restaurants ne servent déjà plus. Nos gourdes d'eau sont presque vides. En continuant un peu au hasard dans le village, on tombe sur un camion-restaurant avec des boissons bien fraiches à l'ombre. En mangeant, des navettes remorquent des canoë-kayak, tous dans la même direction. C'est par-là qu'il faut aller si on veut avoir une chance de rentrer sans avoir à appeler un taxi. Toujours pas d'appel. On quitte notre table. J'ai ma tribu en bruit de fond qui se plaint qu'il fait chaud et qu'ils ne veulent pas marcher dans ces conditions. Je créée une distance en pressant le pas jusqu'à arriver sur un immense parking. Au loin, un bus est à l'arrêt. Je marche dans sa direction et le chauffeur en sort. Mon gros sac de randonnée indique clairement mes intentions et le chauffeur vient au-devant de moi. Il a été notre sauveur du jour ! Il ne nous a pas seulement ramené, il nous a aussi déposé directement au pied de la compagnie de canoë après les avoir appelé. Mille Mercis à Denis, propriétaire d'un gîte en Ardèche et chauffeur de bus en pleine saison touristique, qui nous a été d'une grande aide !

Nous sommes arrivés les derniers au canoë. Le guide avait déjà préparé le groupe. On se presse pour ne pas les faire attendre en se plaçant par binôme et en enfilant gilets de sauvetage et casques. Les explications sont données, il ne reste plus qu'à se mettre à l'eau. Des bidons étanches mettent à l'abri les affaires sensibles de façon hermétiques. On a un kayak car nous sommes assis avec une pagaie double. Il est plus de 19h, et quasiment plus personne, à part notre groupe, n'occupe l'espace. On peut s'initier tranquillement au maniement de la pagaie. Ce n'est pas une première pour nous mais les eaux plus profondes et le courant plus puissant nous demande un temps d'adaptation. On s'éclabousse avec Nina et on a du mal à pagayer en rythme. Mais pas une chute ! Le guide a bien fait son job en nous indiquant les passages et les mouvements à effectuer pour traverser les petits rapides. Il ne fait pas trop chaud, on a une belle lumière et on est seuls sur l'eau. C'est idéal. On passe sous le Pont d'Arc, on se baigne, on prend des photos. On se repère vis à vis de notre rando de la veille.


canoe kayak ardeche
arche du pont d'arc
plage au pied de l'arche
 #ArcheVallonPontDArc

Nager dans un aussi beau cadre, c'est du luxe ! On est dans un site naturel d'exception. L'arche est sublime. Le guide nous rappelle qu'elle est unique au monde avec ses 54 mètres de haut et ses 60 mètres de large. C'est magique d'y être sans une nuée de touristes. On en profite jusqu'au dernier moment mais il faut déjà repartir. C'est une réserve naturelle et les horaires sont stricts. C'était super de faire ces 8km sur l'eau dans ce décor. Notre guide accompagnateur nous a bien encadré jusqu'à la fin, on se sentait pro' au retour. Nina s'est essayée à des acrobaties sur canoë, encouragée par le guide pour réaliser un équilibre. Cette activité aussi a beaucoup plu !

Comme c'est assez contraignant de trouver où dormir en tente dans le secteur, on revient à notre 1er bivouac. Il est déjà tard, pas la peine de perdre du temps, on doit encore manger.

Demain, on a réservé de la spéléologie.

5

C'est une activité découverte pour tous qu'on a réservé avant notre séjour car vis à vis des âges et du choix du parcours, seul ce créneau nous convenait. On va faire une randonnée sous terre. On arrive en même temps que notre guide à la Grotte de la Madeleine, lieu de notre activité.

Il est 9h et l'équipement est distribué : combinaison, casque, harnais. On devait juste apporter de bonnes chaussures de marche. Les téléphones sont rangés dans un sac de protection (aucune photo). On ressemble à des "Minions" avec nos combinaisons jaunes. Peut-être faut-il, à notre guide, un temps d'échauffement le matin car il a eu un accueil froid mais pendant les 3h de visite, il s'est montré disponible, dynamique et passionné.

Equipés d'une longe, nous sommes descendus à la lumière de nos lampes frontales dans les entrailles de la terre. On a même visionné un film, dans une cavité souterraine , où Robert de Joly et Martel sont cités pour leurs découvertes en spéléologie. On suit notre guide dans des endroits étroits, d'autres, où on ne voit pas le fond. Il faut s'habituer à cette obscurité et le fait d'être ensemble rassure. Je me suis retrouvée la dernière du groupe à toucher des roches suintantes avec un grand noir derrière moi avant de pouvoir descendre par une échelle métallique. j'ai vite repris une place encadrée par la suite ! D'autant que je sentais Nina de plus en plus réticente à certains passages. Nes et Hugo suivaient le guide et semblaient dans leur élément à glisser, grimper dans ces couloirs.

Tout comme Germain Rigaud, on passe la véritable entrée de la Grotte de la Madeleine. On suit un sentier en sous-bois jusqu'à la rivière. On se baigne avec vues sur les Gorges. On fait le tour de quelques grottes chargées d'histoire. On parle de la faune, de la flore, des types de roches et leur utilisation. Le retour se fait plus rapide et le guide apprécie que Nes et Hugo soient alertes et dynamiques. Il leur montre des petits détails et des techniques en attendant le reste du groupe. On remercie notre accompagnateur pour ses explications, on rend l'équipement et on reprend la route direction Vogüé.

Nos affaires de baignade dans des sac à dos, on empreinte un sentier pour trouver de belles plages au pied d'un des plus beaux villages de France. On voit un marquage au début, rouge et blanc, conforme à celui de la randonnée. Quelques mètres plus loin, les indications sont fléchées en bleu scintillant. On retourne sur nos pas sans trouver d'autres marquages, on suit alors ses directions vernies en pensant retrouver nos repères ensuite. Rien. On sait qu'on s'est trompé mais on continu pour arriver plus en bas. La vue de quelques nudistes nous fait comprendre l'originalité des flèches. On est en Ardèche ! Le GPS du téléphone nous vient en aide et nous mène au bon endroit sans problème, en quelques minutes. Une jolie plage touristique où on s'est baigné pour le reste de l'après midi avec des lunettes de plongée pour observer les poissons.

Demain, c'est une Via Ferrata au pont du Diable !

6

En quittant Vogüé, la veille, on a fait quelques courses pour nos prochains repas et l'idée de se rapprocher de notre lieu d'activité de ce jour semblait bonne puisqu'on quittait une réserve naturelle. Etudier une carte devient très utile dans ce genre de situation. La route pour Thueyts est bordée de vide et de roches, au point de ne rien trouver d'assez discret et aménagé pour dormir. En désespoir de cause, on stationne sur un parking au fond du village. Il fait nuit, on va installer la tente le plus vite possible. Nes et Hugo en ont assez et s' endorment dans la voiture. Une seule tente à mettre en place avec l'aide de Nina et enfin, on pourra se reposer. En fait, c'est le parking d'un camping. Quand on s'en aperçoit nos affaires sont déjà en place. On peut difficilement faire pire mais vu l'heure tant pis !

On est vendredi, nos vacances sont presque terminées. Ce matin un guide va nous accompagner pour une Via Ferrata au Pont du Diable. Le lieu de rendez-vous n'est pas facile à trouver, on appelle et dans les 5mn on est sur place. De nouveau un équipement pour chacun : casque et harnais.

nes via ferrata
pont du diable
via ferrata
 #ViaFerrataDuPontDuDiable


De la tyrolienne, des passages câblés, une passerelle, un vrai parcours de santé pendant 2h30. Le guide encadre Nina qui n'est pas très rassurée pendant la montée d'un mur. Il s'assure qu'elle n'est pas sujette au vertige et l'encourage tout au long du parcours. Avec nous, des Corses, un jeune couple, une tante et son neveu. Le guide prend des clichés de nous tous pour nous les envoyer ensuite par le biais des réseaux sociaux. C'est une super idée et les photos sont envoyées rapidement en souvenir de cette balade verticale.

Après ça, on est resté manger au Pont du Diable sans se baigner. Il y avait beaucoup de monde et certains sautaient du pont (déconseillé en cette période à cause du niveau d'eau).

Prochaine étape : La cascade Du Ray Pic !

La route est agréable. On monte par des lacets avec des vues vertigineuses jusqu' au Parc naturel régional des Monts d'Ardèche. Un peu de marche et on arrive aux chutes d'eau (50m). c'est un site naturel volcanique où la cascade jaillit entre les coulées basaltiques. Le bassin donne envie de se baigner, mais c'est interdit.

cascade ray pic
cascade ray pic 2
cascade ray pic 3
 #CascadeDuRayPic



On est à 1000m d'altitude et il y a un lac volcanique un peu plus loin, celui d' Issarlès ! On fait le tour à pied en allant à l'eau à chaque mini plages disponibles . On nage dans un cratère naturel et cela se voit à la forme ronde du lac.

tour du lac volcanique
lac d issarles
#LacDIssarles 


On reprend la voiture après avoir fait un petit tour dans le village pour acheter des pâtisseries à la châtaigne. Il nous faut du carburant. On se croirait "Au pays d'Heidi" au milieu de ses paysages, mais aucune station ouverte. On s'arrête remplir nos gourdes à une fontaine à levier dans un petit hameau. Ces petits gestes "à l'ancienne" amusent mes 3 têtes qui s'exercent chacun leur tour à doser au mieux l'écoulement. L'eau est douce et fraîche.

les alpages
au pays d'heidi
les cévennes
 #VersLeBéage

On suit la seule "route" jusqu'à des panneaux de produits locaux d'une exploitation qui vend de la charcuterie, des fromages, du miel et de la confiture. Tout donne envie mais notre glacière va vite saturer. On prend un peu de tout en se disant que ce sera mangé vite. La charcuterie sent bon dans la voiture. il nous manque juste du pain et toujours du carburant. Mais on sait où aller maintenant grâce aux indications données à la ferme. On redescend jusqu'à un petit village isolé "Le Béage". On y trouve du carburant et de nouveaux des produits locaux. "Le cherchemuse" propose des sirops, des alcools, des confitures, miels,.... Il y a également des huiles essentielles produites sur place et des glaces artisanales. La boutique respire la qualité et l'authenticité. La personne qui la tient connait les plantes et leur association et donne de bons conseils. On prend différents produits dont des guimauves. Ces dernières ont pris le chaud dans la voiture sans qu'on puisse les goûter. Elles semblaient délicieuses, c'est bête !

Le pain de l'unique boulanger du village est également à recommandé. On a pris une baguette en plus de d'habitude et tout a été mangé !

Une nuit au coin des vignes pour notre bivouac du soir.

Demain : Le Safari de Peaugres

7

Dernière journée déjà ....

C'est parti pour le safari de Peaugres. On a déjà fait auparavant, "le zoo safari de Thoiry", le concept n'est donc pas une surprise. On achète nos billets directement sur place du côté safari.

Pendant 1h, on observe les animaux sauvages en liberté. La "plaine africaine" en 1er lieu puis "la forêt nord américaine". On arrive à voir toutes les espèces présentent.

autruche
plaine africaine
forêt nord americaine
#SafariDePeaugres


En sortant du safari, on va au restaurant du parc : Le self safari. Des produits régionaux, une démarche écologique et une salle climatisée. On y mange bien et pour tous les goûts.

C'est un grand parc de + 10 000 animaux. Les espaces sont bien aménagés. On trouve :

- Un circuit pour des rats dans "les Souterrains du Manoir".

- Des jeux pour enfants "battre le léopard à la course "

Des quizz, des défis, des animations.

différencier les frelons
nid d'abeilles
manoir de peaugres
la ferme de peaugres
 #ZooDePeaugres

"La serre des Minus" est géniale, les oiseaux volent autour de nous et se laissent approcher !

On passe un tunnel en verre, côté "Griffes et Crocs" pour observer les hyènes, les tigres et les lions.

On fait un selfie avec une girafe !

repas de la girafe
 #GirafeDePeaugres


C'est un parc agréable aux idées astucieuses. On termine sur une bonne note nos vacances en Ardèche. Un petit pincement au coeur, au moment de reprendre la route du retour. C'est passé tellement vite mais notre séjour a été riche d'émotions et de découvertes.

Coordonnées GPS d'un bivouac sympa :

#BivouacEnArdeche