Par Raph
Visite de (quelques) châteaux de La Loire, de Blois à Angers
Mai 2018
6 jours
Partager ce carnet de voyage
J1

Notre première visite de château fut... le ZooParc de Beauval ! Bon, le seul point commun entre ce zoo et un château est sûrement l'étendue du parc. Il est très étiré et contient beaucoup d'espèces d'animaux.

« L'odyssée des Lions de mer »

Nous commençons le parc par un spectacle d'otaries. Rien de surprenant, mais c'est toujours impressionnant de voir la maitrise du dressage et l'intelligence d'une otarie !

« Aquariums marins »

« Wallabies et éléphants »

« La terre de Lions »

« Les maîtres des Airs »

Spectacle sur les oiseaux à faire absolument ! Regarder en arrivant le ou les heures du spectacle. Pour nous, c'est à 15h (unique représentation) et c'est magique. Sans trop spoiler, on a un feu d'artifices d'oiseaux à la fin. Ils volent de partout et on ne sait plus où regarder. Émerveillement garanti ! 😀

« Les singes »

On se demande par moments qui regarde qui !

« Panda »

Des peluches vivantes ! Une des raisons phare du parc. Un grand différenciant commercial par rapport aux autres ZooParcs. Vous aurez de grandes chances de les voir manger du bamboo ! Et oui, ils y passent leur journée. Et ils ont une technique qui marche du feu de dieu. Ils épluchent le bamboo avec vitesse et précision pour manger le coeur des branches. Le clou du spectable étant le petit panda qui fait bêtise sur bêtise. Une grande baie vitrée permet de l'observer avec sa maman.

Le papa
La maman et le petit 

« Vivarium »

« Le clan des Loups »

Nouveauté 2018 ! Quelques loups blanc viennent de rejoindre le parc.

A table !

« Le territoire des Guépards »

Autre nouveauté 2018 ! Une meute de guépards a pris possession d'un bout de terrain dans le parc. On peut les observer en plein milieu de leur environnement tout au long de la journée. Ou le soir, comme ça a été le cas pour nous, on peut les observer à l'intérieur de leur abris grâce à de grandes baies vitrées. Le nez à nez est perturbant au début !

Au final, le parc est très grand et avec beaucoup d'animaux. En une journée, il faut bien cavaler si on veut profiter des spectacles. Je suis toujours attristé de les voir en cage. Mais vue la dégradation rapide de leur habitat naturel pour certains, je me console en me disant que c'est un mal pour un bien.

Votre circuit individuel en France, personnalisable et abordable

Circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires
J2
matin

Notre premier (vrai) château est celui de Blois.

Comme on peut le voir ci-dessous, il est composé de trois principales façades qui forment un U. Les trois ailes sont construites dans des styles différents car cela fut réalisé au cours de l'histoire entre le 13ème et le 17ème siècles, selon les rois en vigueur et l'art de l'époque.

Ailes principales du Château Royal de Blois 

La ville présente aujourd'hui toute autour du château occupe en fait ce qui était autrefois les jardins du château.

Vue depuis le château sur la ville de Blois 

La visite guidée que nous effectuons commence dans la cour et elle se prolongera ensuite dans l'aile de François 1er. Celle-ci est facilement reconnaissable grâce à son escalier extérieur qui rappelle celui très connu du Château de Chambord.

Aile François 1er (à gauche) et vue de l'aile François 1er (à droite)

L'intérieur est rempli de meubles, tapisseries et peintures. Cela provient de restaurations indispensables à la sauvegarde du patrimoine face à l'usure du temps. Malheureusement, la restauration impose de faire des choix face à des monuments parfois très dégradés. Les restaurateurs doivent alors imaginer ce à quoi cela ressemblait. Je comprends l'impasse dans laquelle ils sont. Cependant, avec mon œil novice en histoire, j'ai du mal à me projeter à une période donnée de l'histoire, tant tous les styles et périodes sont mélangés.

Salles du 1er étage 

Le guide m'aura appris à reconnaitre au moins une chose : la salamandre (emblème de François 1er et ultra présent à Chambord) et les queues d'hermine (emblème d'Anne de Bretagne) en noir sur fond blanc. On en voit partout ensuite !

Au 2ème étage, ce sont les appartements du roi.

Appartements du roi François 1er 

La visite se termine par la salle des Etats. Elle a été initialement créée pour rendre la justice et recevoir l'hommage des vassaux.

Salle des Etats 

Une fois la visite guidée terminée, on peut tranquillement revisiter tout le château à son rythme (encore plus vite ou plus lentement, au choix !)

J2
après-midi

L'après-midi, nous avons enchaîné avec la visite du Château Royal d'Amboise.

Château Royal d'Amboise 

Arrivés en fin d'après-midi, nous avions à peine acheté nos tickets que nous étions déjà en retard pour la visite guidée. Nous rejoignons au galop le groupe au sein du château.

La visite commence par le bas du château. Très propre, joli et plein d'emblèmes royaux. Ce château est surtout marqué par le roi Charles VII et son épouse Anne de Bretagne. François 1er, dans son enfance, y séjournera également.

Salle de réception

La visite continue ensuite à l'étage, dans les appartements du roi. Le style est assez terne.

Appartements du roi 

Puis, nous allons dans les appartements de la reine. Les couleurs sont beaucoup plus vives !

Appartements de la reine 

La visite, rapide, se termine par les toits. La vue est superbe sur les jardins du château et la Loire.

Vue sur les jardins depuis les toits

En sortant, nous faisons un petit détour à une chapelle où il y a les restes de Léonard de Vinci, qui vécu ses dernières années ici même au Château d'Amboise.

Chapelle du château

Nous terminons cette visite par une longue pause au fond des jardins avec vue sur le château et la Loire. Le temps est très agréable et ce moment fut inoubliable !

Vue du château depuis les jardins
J3
matin

Troisième jour, troisième château. Nous avançons le long de la Loire, vers l'Ouest. Après une escale à Tours, nous arrivons au Château de Villandry.

Château de Villandry et ses jardins 

Avant d’entamer la visite, nous avons un peu de temps libre. Nous en profitons pour se balader dans le potager à côté du château. Tout est ordonné au millimètre près. Cela parait strict mais le résultat final est superbe !

Jardins de Villandry 

Lors de notre visite fin mai, nous sommes entre le printemps et l'été. Ce n'est hélas pas la meilleure saison pour les fleurs et le potager. Bien que les jardiniers s’affairent à avoir des fleurs en permanence toute l'année... Je pense que les meilleurs moments pour en profiter doivent être au milieu du printemps et en fin d'été.

La visite guidée commence par l'extérieur du château. La guide nous explique rapidement que l'ancien château médiéval a été rasé (excepté un donjon). A la place, en 1532, Jean Le Breton, ministre des finances de François 1er, fait construire un château style renaissance (à peu près celui qu'on connait aujourd'hui). La mode de l'époque implique d'avoir des jardins paisibles autour du château pour marquer une transition douce avec la nature.

Château de Villandry

L'intérieur est bien entretenu. Mais la visite est assez rapide et on est vite poussé dehors. Un mal pour un bien puisque nous retournons dans les jardins, en passant par la terrasse du donjon médiéval qui offre une vue imprenable sur les jardins.

Intérieur du château
Vue de la terrasse du donjon médiéval : le jardin d'Ornement (en haut à gauche) et le potager (en bas) 

Nous marchons ensuite vers le jardin d'Eau, espace dédié au repos et à la méditation.

Jardin d'Eau  

Le jardin suivant est le jardin du Soleil. Celui-ci est divisé en trois espaces :

  • La chambre des nuages : ambiance bleutée et blanchâtre
  • La chambre du soleil : ambiance jaunâtre et orange
  • La chambre des enfants : jeux pour enfants à l'ombre de pommiers

Nous sommes allés ensuite dans le labyrinthe. Pas d'inquiétude à avoir, il est tout petit !

Et pour terminer, nous avons fait le jardin des Simples : jardin avec herbes aromatiques et plantes médicinales. Ce jardin est beaucoup plus petit. A juste titre, puisqu'on n'est pas malade tous les jours ! Heureusement. Donc nul besoin d'un hectare pour planter du thym, même si j'adore ça !

Jardin des Simples 

Au final, malgré le temps faiblement beau et la (mauvaise) période de notre visite, les jardins nous ont beaucoup plu ! Chapeau aux jardiniers pour l'entretien. Il y a de quoi se promener pendant des heures pour tout passionné de jardins 😀

J3
après-midi

Après Villandry, on file vers le Château d'Azay le Rideau ! C'est la fin de journée et on arrive tout juste pour avoir 1h pour visiter le château. La visite se révèlera un peu rapide mais le château est petit donc pas de regrets.

Château d'Azay le Rideau 

Intérieur

Construit au début du XVIe sous le règne de François 1er, l'architecture du château est pleinement marqué par la Renaissance. Les appartements que nous visitons aujourd'hui sont à l'image des décors du XIXe.

Sans guide et sans temps, nous traversons les pièces assez vite. L'ambiance ressentie est assez sombre. Les décors et périodes associées sont souvent mélangés. Difficile de bien se représenter la vie dans une époque antérieure. La taille des cheminées est cependant impressionnante !

Intérieur du château

Fait rare, nous pouvons visiter les combles du château ! La charpente d'origine est impressionnante et composée entièrement de chênes, locaux bien-sûr.

Grand comble

Extérieur

La visite continue ensuite dans le parc du château. Il y a 3 chemins possibles : un court, un moyen et un long. Nous optons pour le chemin moyen à vitesse rapide ! Oui, la fermeture du château approche à grand pas.

Parc du château

Vue de l'extérieur, le château révèle toute sa splendeur. Le chemin nous emmène tout autour du château. Et qu'importe l'angle, il est beau !

Vues extérieures autour du château  
J4
matin

Sur conseil de notre gîte de la veille et pour changer de la routine touristique, nous nous tournons aujourd'hui vers l'Abbaye Royale de Fontevraud. La chance est avec nous : un temps magnifique accompagne cette visite. Hélas, nous devons faire cette visite seuls, car les horaires des visites guidées ne s'accordent pas avec notre planning.

Abbaye Royale de Fontevraud

Ce que nous remarquons d'emblée, c'est la splendeur de toute l'Abbaye. Elle parait toute neuve ! Et pour cause, elle est en fin de restauration complète. Pourtant, l'Abbaye date de 1101 !

Au départ, elle est créée pour les hommes et femmes qui veulent prier et travailler, dans l’abstinence, le silence et la pauvreté. Elle devient nécropole royale en 1189. On y trouve, entre autres, les sépultures des rois Henri II et Richard Cœur de Lion. Après la révolution, en 1804, l'Abbaye devient une prison, une des plus dures de France. En 1963, la prison est fermée. Après quelques années de restauration, elle est enfin ouverte au public.

Eglise Abbatiale et sépultures royales 

L'Eglise est impressionnante de part sa taille. Malheureusement, elle est vide de tous meubles et peintures. L'audioguide que nous avons pris ne nous apprend pas beaucoup de choses. Les voix sont tellement lentes que cela nous lasse rapidement.

En sortant de l'Eglise, nous arrivons dans le Cloître du Grand-Moûtier. Le lieu est très reposant.

Cloître du Grand-Moûtier 

Au milieu d'une allée, on trouve la salle capitulaire. Contrairement à tout le reste du domaine qui est pauvre en art, cette salle est très riche en sculptures et peintures.

Salle capitulaire 

Nous sommes ensuite allés voir une exposition sur la prison. Les chiffres nous ont glacés.

La visite des édifices se termine par le réfectoire, là où mangeaient les prisonniers. Une fois dehors, nous faisons un détour dans les potagers. Autrefois se dressaient des ateliers, ceux là même où les prisonniers travaillaient 12h par jour. Ils ont été rasés pour atténuer ce côté sombre qui restera à jamais lié à l'histoire de l'Abbaye. Enfin, nous passons à côté des cuisines romaines. Elles sont fermées car en cours de restauration.

Potagers (à gauche) et cuisines romaines (à droite)

Au final, j'ai un sentiment partagé. Le domaine de l'Abbaye est immense et c'est impressionnant le travail de restauration qui a été fait. Néanmoins, j'ai l'impression d'être passé trop vite. L'audioguide ne nous a pas été utile. Une visite guidée aurait sans doute révélée l'envers du décors de ce lieu bientôt millénaire !

J4
après-midi

L'après-midi, nous sommes allés au Château de Brézé. Là aussi, sur conseil de notre gîte. La particularité de ce château est d'avoir les douves sèches les plus profondes d'Europe, jusqu'à 18m !

Château de Brézé 

Ouvert au public seulement depuis le début du siècle, il est encore peu connu. Et c'est tant mieux, on n'aime pas trop la foule !

Extérieur

Extérieur du Château de Brézé

Nous prenons une visite guidée. Nous sommes moins de 10, en petit commité. C'est plus agréable. Nous commençons par l'extérieur. Évidemment, comme les autres châteaux, il fut construit et modifié au fur et à mesure des siècles : entre l'époque médiévale (Xe siècle), la renaissance (XVIe siècle) et le néo-gothique (milieu XIXe siècle).

Intérieur

Nous entrons ensuite dans le château. Bon, là, je me fais très vite rappeler à l'ordre : les photos sont interdites. Oui, le château est privé. Donc, je vais tout décrire pièce par pièce... Non, je blague ! Allez le visiter 😛

Avec le guide, nous avons le droit à un petit bonus : nous commençons l'intérieur du château par les appartements privés des propriétaires. La salle à manger avec la collection d'armes est impressionnante. Ensuite, nous rejoignons la partie commune avec les autres visiteurs. Toujours pas de photos possibles (le guide le répètera à bien des personnes !). Nous visitons une grande galerie et des chambres.

En dessous du château

Oui, j'ai bien écrit en dessous du château ! Le guide nous vente qu'il existe un deuxième château sous le château extérieur. Effectivement, il existe des centaines, voir des milliers de galeries sous le château, creusées dans le tuffeau (formation géologique de couleur claire). Par endroit, des pièces entières ont été aménagées : chambres, cuisine, mangeoire pour animaux, puits de lumière, grenier à grain, ... En cas d'attaque, ils pouvaient se réfugier ici et vivre en autarcie pendant de long mois. Et si l'ennemi attaque le deuxième château, pas de soucis : les couloirs sont coudés, étroits, ... tout est fait pour le piéger !

Puit de lumière (à gauche) et mangeoire (à droite)

Douves

Nous arrivons ensuite dans les douves du château. La hauteur est conséquente ! Impossible de franchir les douves sans se tuer en s'écrasant au sol ou en étant tué par les gardes.

Douves

Les douves sont remplies de pièges pour tuer l'ennemi. A tel point que des spécialistes du domaine de défense des châteaux sont venus étudier le système et ont statué que c'était le plus sophistiqué et psychédélique qui soit !

Par exemple, ce mur rempli de petites fentes est pour surprendre l'ennemi au milieu des douves. Les gardes y accèdent par un chemin secret qui passe en dessous de l'ennemi !

Au cours de son histoire, ce château n'a jamais été pris !

Mur secret d'attaque (à gauche) et plan des zones couvertes et défendues (à droite)

Outre l'usage défensif, les douves servaient également à faire du commerce pendant les périodes de paix. Des pièces furent creusées dans la roche, pour, par exemple, cuire le pain pour les villageois ou presser et conserver le vin.

Four (à gauche), pressoir (au milieu) et tonneaux de vin (à droite)

La visite s'achève par un petit quart d'heure de libre. Nous revisitons quelques galeries et salles creusées dans la roche. On ne peut aller très loin. Le guide nous a pourtant dit qu'il existe tellement de galeries, qu'elles ne sont pas toutes encore recensées !

Au final

Le château est petit, mais regorge de surprises. Sa faible affluence touristique en fait une bonne alternative pour éviter la foule des grands jours. A faire quand il fait très chaud car il fait frais dans les galeries !

J5
matin

Aujourd'hui, nous faisons une pause dans notre tournée des châteaux de la Loire. Nous avons passé la nuit à Saumur. Plus exactement, la veille lors de notre dîner au restaurant, nous avons découvert l'alcool Combier. C'est un triple sec à base d'écorces d'orange (un cousin du Cointreau). Curieux, nous avons essayé la crème brûlée flambée au Combier. Miam, un régal !

Le lendemain, nos papilles nous ont conseillé d'aller visiter la distillerie de Combier qui se trouve à... Saumur ! Ça tombe bien, nous y sommes !

Distillerie de Combier

La maison est fondée en 1834. Au départ, la maison est une confiserie. L'Original Combier (son nom moderne) est créé et mis au sein des chocolats : cela fait un tabac ! Au fur et à mesure des années, d'autres alcools sont créés. Aujourd'hui, il existe des centaines de liqueurs, sirops, eaux de vie et autres alcools.

L'entreprise a toujours gardé sa taille humaine (inférieur à 20 personnes) et les locaux de fabrication sont toujours les mêmes. Ceci explique cela : Combier est beaucoup moins connu que Cointreau (produit à quelques km à Angers) car ils ne peuvent produire qu'un volume limité de bouteilles. Vous pourrez en trouver dans certains hôtels de luxe ou dans quelques supermarchés autour de Saumur. Mais très rarement ailleurs.

Intérieur de la distillerie 

La visite se termine par une dégustation. Nos papilles se réveillent d'un coup ! Nous avons goûté les bouteilles ci-dessous. Mon préféré reste l'Original Combier.

Dégustation
J5
midi

A Saumur, il y a également un... château ! Et oui, surprenant pour une ville en bord de Loire ! Alors, hop, on y fonce.

Château de Saumur 

Hélas, le temps nous manque. On s'est donc seulement contenté de la vue extérieure du château et de la vue sur la Loire. Le château est en cours de restauration. Il est très beau cependant.

Vues autour du Château de Saumur 
Saumur vue du château
J5
après-midi

En fin d'après-midi, nous profitons de la visite d'une champignonnière pour se rafraîchir : la cave vivante du champignon. Et voilà à quoi ressemblent des champignons de Paris qui poussent :

Fascinant, n'est-ce pas ?

A part cela, le début de la visite commence par une exposition d'engins ayant été utilisés pour creuser/extraire le tuffeau. La visite va ensuite se dérouler ainsi :

  • Le guide nous explique évidemment comment poussent les champignons et l'évolution des cultures
  • Nous voyons un film (sans grand intérêt)
  • Nous terminons par une visite libre des galeries présentant des scènes passées de travailleurs, des explications sur la minéralogie des terrains ou d'anciennes photos

Ce que je retiens surtout, c'est que cette cave est encore en activité. Une des dernières pour être exact. Elles sont maintenant remplacées par des usines à fleur de sol dont l'air est entièrement contrôlé. Dommage, les galeries dans le tuffeau avaient un gros avantage : la température est constante toute l'année (nul besoin d'énergie électrique pour entretenir cela).

J6
après-midi

Pour notre dernière journée de cette semaine "Château", nous visitons le Château de Brissac, le plus haut château de France.

Château de Brissac 

Arrivés un peu en avance avant la prochaine visite guidée, nous en profitons pour contempler la devanture du château et son hall d'entrée. Et déjà, je m'aperçois de choses étranges : d'un point de vue architecture, les deux tours rondes ne collent pas avec le bâtiment entre les deux.

Devanture du château et hall d'entrée

Le guide me confirme cette impression en expliquant le pourquoi du comment. En 1606, Charles II de Brissac ordonna de grands travaux de reconstruction du château médiéval mi-ruiné. Cependant, à sa mort en 1621, les travaux sont stoppés par son fils. Le château n'a plus bougé depuis. Heureusement, car il était prévu de détruire complètement les deux tours rondes.

Rez-de-chaussée

Au rez-de-chaussée, on trouve le salon.

Salon

De l'autre côté de l'entrée, on trouve la salle à manger. Cette dernière est remplie de cornes de gibiers. Et encore, ils en ont enlevés par rapport à avant ! Cela avait pour but d'impressionner les invités. Notre guide - narrateur hors pair - nous laisse continuer la visite seuls. Cela nous arrange, la foule de gens nous a oppressé.

Salle à manger 

1er étage

Au premier étage, on trouve une galerie de tableaux-portraits et des chambres. Entre autres, la chambre du Roi, très sombre et rouge.

Chambre du Roi 

Et une autre, la chambre des Chasses, dont les murs sont recouverts de tapisseries représentant des scènes de chasse telles que pratiquées au XVIe siècle.

Chambre des Chasses 

2ème étage

A cet étage, nous pouvons visiter un théâtre ! C'était la salle de spectacle de la Marquise de Brissac, utilisée de 1890 à sa mort en 1916. Elle était passionnée d'Opéra mais ne pouvait se présenter en public à cause de sa position sociale. Elle construisit ainsi ce théâtre privé et y organisa un festival annuel au mois de septembre "Les Séries d'automne du Château de Brissac".

Théâtre 

Caves à vin

Au sous-sol, nous avons pu déguster le vin du château (3 rosés et un rouge).

Caves à vin 

Dernière pièce avant de sortir : la cuisine ! Immense et remplie de casseroles en cuivre.

Cuisine 

Extérieur

Avant de partir, nous errons quelques instants autour du château.

Extérieur

Au final, la semaine a été remplie de découvertes. A seulement 2 ou 3h de Paris, on a un patrimoine très riche et intéressant. Chaque château a sa particularité qui vaut le détour. Difficile de dire quel château est mieux que tel autre. Libre à chacun de choisir parmi tous les châteaux ce qu'il préfère : la nature, la ville, l'architecture ou les décors intérieurs, petits ou grands, avec foule ou sans, ...

Mon top 3 (sans ordre) : Villandry, Amboise et Brézé.

Une semaine est suffisante. Au delà, on devient gavé de châteaux et on n'apprécie plus le moment présent. Et puis, cela donne des excuses pour revenir voir ceux qu'on n'a pas encore visités !