Carnet de voyage

Mon rêve nord-coréen

Dernière étape postée il y a 50 jours
Par Raizel
J'ai toujours rêvé d'aller en Corée du Nord, et mon rêve est enfin devenu une réalité 🇰🇵
Novembre 2019
8 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Ceux parmi vous qui me connaissent le mieux savent que j’ai toujours eu une fascination étrange pour les pays communistes ou anciennement communistes. La Corée du Nord n’a jamais fait exception. Depuis plusieurs années, je réfléchis à un voyage dans le pays le plus détesté du monde. Seulement, voyager en Corée du Nord depuis la France s’avérait plutôt compliqué. Aussi, étant un an en Chine, c’était une occasion rêvée.

Mon rêve s’est tout simplement réalisé quand mon université chinoise a proposé un voyage scolaire en Corée du Nord : c’était l’occasion ou jamais.

·

Evidemment, la première chose que me demandais les gens que je disais que j’allais partir en Corée du Nord c’était « mais c’est possible de voyager là-bas ? ». La réponse est bien évidemment oui, et c’est même beaucoup plus facile que ce qu’on croit.

Cependant, tous les voyages en Corée du Nord se font accompagnés par deux guides gouvernementaux, il est impossible de voyager seul. Il n’y a donc que des voyages de groupes organisés par des agences nord-coréennes, ou des voyages individuels (où les gens sont tout de même accompagnés par des guides nord-coréens). Paradoxalement, on dispose de plus de liberté dans les voyages de groupes car il est impossible pour les guides de surveiller parfaitement une vingtaine de personnes.

Pour ma part, l’université organisait le voyage en partenariat avec l’agence nord-coréenne Koryo Tours, leader historique du marché du tourisme en Corée du Nord.

·

Il existe deux façon d’entrer en Corée du Nord : en avion depuis Pékin, avec la compagnie nord-coréenne Air Koryo, ou en train depuis Pékin. Notre petit groupe d’étudiants de Nanjing University est parti en avion.

2

Sunan Airport est l’aéroport international de Pyongyang (la capitale nord-coréenne). C’est là que nous sommes atterris (notre vol était au départ de Pékin, avec la compagnie Air Koryo qui est la seule à avoir le droit d’atterrir dans ce pays).

Comme vous pouvez l’imaginer, il s’agit d’un aéroport international mais il y a très peu de touristes internationaux, donc cet aéroport est tout petit. Pour être franche, on dirait même une sorte de grand hangar où guichet, service d’immigration, bagages et portraits des leaders sont entassés pêle-mêle.

·

Bref, revenons plus longuement sur notre voyage en avion.

Avant d’embarquer, nous avons évidemment dû passer une fouille à l’aéroport de Pékin. Rien d’extraordinaire. Et c’est dans cet aéroport que nous rencontrons pour la première fois nos guides chinois (parce que oui, on avait deux guides chinois et deux guides nord-coréens) qui nous expliquent globalement les consignes : ne pas faire les cons, être poli, ne pas dire « Corée du Nord » mais juste « Corée » et ne prendre aucune photo sans avoir demandé l’autorisation au préalable.

Une fois embarqués dans l’avion, nous avons le droit aux fameux hamburgers nord-coréens que donne la compagnie aérienne. Les gars, si un jour on m’avait dit que je mangerai un burger en Corée du Nord, je ne l’aurai pas cru.


Les burgers de Air Koryo

Le vol est très court et quand nous atterrissons enfin à Sunan Airport, les fouilles recommencent mais sont cette fois faites par des coréens. Il faut déclarer tous les appareils électroniques qu’on possède : téléphone, ordinateur, appareil photo, caméra, MP3, etc… et les livres qu’on a avec nous sont vérifiés.

Notre avion vers la Corée du Nord

FUN FACT

A la frontière, un des douaniers remarque de Zhidong (un de nos amis chinois faisant aussi le voyage) a une enceinte Bluetooth. Il lui demande alors ce que c’est. N’arrivant pas vraiment à expliquer le concept de manière compréhensible, Zhidong lance alors une musique sur son enceinte. Le douanier s’est alors barré, et est revenu deux minutes après avec son portable pour mettre sa propre musique.


Sunan Airport

Précisons quand même qu’avant le départ, nos valises ont été vérifiés par des gens de l’université, pour être sûr qu’on emmène pas avec nous de « vêtements offensants ». En gros, tout le monde a pris les même chemises grise-bleues à col Mao. Comme ça c’est sûr que rien n’est offensant !

3
3
Publié le 28 novembre 2019

Une fois sortis de l’aéroport, nous rencontrons nos deux guides nord-coréens pour la première fois. Après un petit peu de route passé à écouter des musiques nord-coréennes dans notre bus, nous arrivons à l’hôtel Yanggakdo. L’hôtel comporte 47 étages (dont très peu sont occupés vu le nombre de touristes) et un hall clairement surdimensionné. Je partage une chambre avec ma fidèle roommate, qui a l’air plutôt confortable même si la décoration est clairement datée.


L'hôtel Yanggakdo et notre chambre

Depuis notre chambre nous avons une vue plongeante sur la tour du Juche, et ça c’est cool. La vue depuis l’hôtel est en réalité géniale.


Vue de Pyongyang depuis l'hôtel

Après notre repas (je veux pas tailler la Corée, mais la cantine de Nankin était meilleure), je pars au sous-sol avec Médé (ma roommate), Jianwen et Zhidong (nos amis chinois) pour explorer les divertissements disponibles. Verdict : on peut faire du pingpong (je me suis fait massacrée par Jianwen), du billard, du bowling, du tir, et du karaoké. Il y a aussi un centre de massage, mais on a eu peur d’y entrer parce que la porte faisait flipper.


Je pue la merde au stand de tir