Par Raizel
Pendant la semaine de vacances à l'occasion de la fête nationale chinoise (Golden Week), nous avons décidé de partir 5 jours à Shanghaï. Un court séjour plein de surprises et de belles découvertes !!
Octobre 2019
5 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Comme vous le savez, nous habitons à Nanjing. Pour nous rendre à Shanghaï, il a donc fallu que nous prenions le train.

Nous n'avons pas choisi un train à grande vitesse, un train normal fera une expérience amusante.

Déjà, il faut savoir qu'en Chine, pays ultramoderne où le téléphone portable est un petit peu roi, il faut absolument avoir ses billets de train en version papier. Je m'explique : nous avons acheté nos billets sur WeChat (une application de messagerie chinoise avec laquelle on peut faire tout et n'importe quoi : payer ses courses, réserver des vols ou de trains, prendre un hôtel, etc...) mais ces billets et tous les billets ici d'ailleurs, doivent être retirés à la gare.

Une semaine avant, nous sommes donc parties les retirer à la gare (et ce n'était pas une partie de plaisir): nous y sommes allées en avance parce que nous train de départ à Shanghaï était le 2 octobre, semaine de la fête nationale où absolument tout est blindé. Effectivement, quand nous sommes arrivées dans la gare de Nanjing, il n'y avait pas grand monde. Mais, personne dans le personne ne parlait un mot d'anglais, super. On a donc légèrement galéré à expliquer en chinois qu'on avait réservé nos billets sur WeChat et qu'on avait un "pick-up number" pour les retirer. Évidemment, on s'en est quand même tirées, mais non sans peine !!!

Le jour du départ nous sommes arrivées plus de 3 heures à l'avance dans la gare parce qu'on avait vraiment peur de se prendre à l'intérieur. Après avoir passé les fouilles et autres contrôles de sécurité, nous avons enfin pu rentrer dans la gare (car oui, en Chine il est impossible d'accéder à l'intérieur d'une gare si on n'a pas été fouillé au préalable et si la sécurité n'a pas vérifié vos papiers d'identité et vu que vous aviez un ticket).

Heureusement, tout était bien indiqué et nous n'avons eu aucun problème (encore une fois, mieux vaut parler chinois pour aller dans cette gare car il n'y a pas un seul mot d'anglais).


Panneaux d'affichage
Panneaux d'affichage
La salle d'attente pour notre train dans la gare de Nanjing, quasiment vide; et les panneaux d'affichage en chinois.

Comme je l'ai dit précédemment, nous avons décidé de ne pas prendre de train à grande vitesse mais de tester les trains normaux chinois, comprendre des genre de TER, plus lents, mais aussi beaucoup plus amusants. Et puis, ça fera un souvenir !!

Comment vous dire ? C'était épique !

Sur le quai, auquel on ne peut accéder que quand sécurité l'a décidé, nous avons découvert un train digne d'un film, au look de Poudlard Express !!

L'intérieur n'était pas en reste : tout le monde face à face, sièges durs (après 3 heures de trajet, on a un peu mal aux fesses), peu de place pour circuler, chariots qui passent sans arrêt pour proposer de la nourriture aux passagers... etc.

Notre train où encore une fois tout était en chinois.

Pendant ce voyage en trains de 3 heures nous avons quand même eu quelques péripéties :

- le premier mec assis en face de nous nous fixait d'une manière plus que flippante

- le second regardait des TikTok avec la musique à fond pendant une bonne partie du trajet

Quand ces deux individus sont descendus à je ne sais plus quel arrêt et qu'ils ont été remplacé par d'autres, nous n'avons pas gagné au change : alors que nous étions sur nos téléphones, nous avons entendu le bruit d'une photo. On a alors relevé nos têtes et on a remarqué que le mec en face tenait son téléphone d'une manière plus que suspecte et tourné vers nous... On a pas vraiment réagis sur le coup, jusqu'à ce qu'on se rende compte que dès qu'on ne le regardait plus, cet homme prenait totalement plein de photos de nous. Je sais qu'on est belles, mais quand même...

Bref, ce voyage en train était assez amusant, je ne regrette franchement pas d'avoir pris un train normal au lieu d'un train à grande vitesse !!

Avouez les trains c'est les trains de Poudlard
2

Il s'agit ici d'une véritable storytime !

Après être arrivées à Shanghaï vers 13h et nous être installées dans notre hôtel, nous avons décidé d'aller faire un tour dans le centre de Shanghaï, sur Nanjing Road, une rue commerciale qui est un peu comme les Champs Élysées mais à Shanghaï.

Nous avons dû prendre le métro pour ça, et justement parlons-en du métro !!! Plus jamais je ne me plaindrais du métro dans une autre ville après avoir vu à quoi ressemblait le métro de Shanghaï. C'est vraiment ignoble, rien n'est indiqué, y a des quais dans tous les sens, et c'est le bordel pour les tickets. D'ailleurs, si jamais quelqu'un ici veut un jour prendre le métro à Shanghaï, sachez qu'il existe des pass 3 jours ou 1 jour qui coûtent beaucoup moins chers que les tickets standards. Sauf qu'il faut savoir que ces tickets existent, parce que ce n'est indiqué nulle part (merci le Routard, sans ça on ne l'aurait jamais su).

Bref, nous arrivons sur Nanjing Road, et là c'est le drame : on peut avancer pour faire notre shopping, mais bientôt on se retrouve à ne plus pouvoir rebrousser chemin. Il y avait la police absolument partout pour faire la circulation, et ils interdisaient à tout le monde de rebrousser chemin.

En gros, tout le monde a dû se diriger vers le Bund (Nanjing Road donne sur le Bund, une promenade au bord du fleuve, d'où on peut apercevoir Pudong [le quartier d'affaire avec les fameuses tours]).

Nous nous retrouvons alors dans une marre de personnes, 220 000 environ (on a appris ça le lendemain), venus pour photographier Pudong au lendemain de la fête nationale.


Dans la marée humaine

Évidemment, le Bund de nuit est un très bel endroit. Mais on aurait apprécié de ne pas être obligée d'y aller.

Pudong de nuit avec 220 000 personnes

Et pour repartir du Bund, même bordel !

Impossible de sortir dans les nombreuses rues, on ne peut sortir que dans une rue et après avoir traversé à pieds toute la promenade de plusieurs kilomètres.

Nous faisons donc face à un nouveau problème : nous avons réussi à quitter le Bund mais malheureusement nous sommes dans une rue dont on ne sait même pas le nom et nous ne savons pas où est le métro le plus proche. Encore un beau bordel.

Pendant plus d'une heure on galère à trouver l'entrée du métro (parce que ce n'est pas indiqué ou éclairé, on peut se trouver devant une station de métro sans même le savoir, on adore...). Franchement, le métro de Shanghai est affreux.

Après toutes ces péripéties nous pouvons avoir la chance d'entrer dans un métro bondé jusque notre hôtel.

3

En Chine, la Golden Week (autrement dit, la semaine de vacances de la fête nationale) est l'occasion pour la majorité des chinois de faire ce qu'on appelle du "tourisme rouge". Comprendre partir sur les traces du PCC (Parti Communiste Chinois) et (re)découvrir son histoire.

Shanghaï est la ville où le PCC a été fondé, il aurait donc été vraiment dommage de ne pas aller jeter un œil à ce qu'il était possible de faire en terme de tourisme rouge.

Notre deuxième jour a donc été dédié à la visite du site de la première réunion (clandestine) du PCC, à la découverte de la maison de Zhou Enlai et à celle de Sun Yat Sen, et enfin à la visite du musée d'affiches de propagande.

Nous avons aussi fait un tour dans la concession française, mais j'en parlerai plus tard.



Le site de la première réunion du PCC

A Shanghaï, et dans toute la Chine, la majorité des musées appartenant au gouvernement chinois sont 100% gratuits. C'est bien évidemment le cas du musée de la première réunion du PCC (dans l'ancienne concession française).

Malgré une file d'attente impressionnante (elle faisait le tour du pâté de maison), nous avons décidé d'aller dans ce musée où il faut absolument donner son empreinte digitale pour entrer (oui, quand je dis que c'est gratuit, c'est en terme monétaire).

Et là, chose pas vraiment surprenante, nous sommes les seules occidentales à vouloir aller dans ce musée : les autres dans la file sont des chinois, majoritairement âgés ou avec leurs enfants (parfois habillés en Gardes Rouges).

Bref, nous entrons dans ce musée rempli de rouge, de faucilles et de marteaux. Honnêtement et en tout objectivité, je vous le recommande si vous êtes passionnés par l'histoire. On peut y apprendre pas mal de choses (évidemment les panneaux sont traduits en anglais).

La maison de Sun Yat Sen où le sol n'a visiblement jamais été nettoyé

Pour ceux qui ne le sauraient pas, Sun Yat Sen est considéré comme le père fondateur de la République Chinoise. Malgré sa vie qui était un peu un fail sur toute la ligne, il est très respecté.

A Shanghaï, il est donc possible de visiter sa maison, qui est un musée en son honneur.

Le prix normal pour l'entrée est de 20¥ (2.50€), mais avec une carte étudiante chinoise, vous payez uniquement 10¥. Et franchement ce tarif est élevé vu le musée...

Pas très intéressant et franchement mal foutu, ce musée a été une déception. Je comprend pourquoi il n'y avait pas tant de monde que ça dedans...

Petit conseil donc, passez votre chemin, même si ce n'est pas cher, il y a mieux à faire.


La maison de Zhou Enlai

Proche de Mao Zedong et ancien premier ministre apprécié en Chine, Zhou Enlai est une figure toujours très respectée actuellement. Sa maison se trouve également dans l'ancienne concession française et l'entrée est gratuite (cependant il faut une fois de plus apposer son empreinte pour avoir le droit d'entrer).

Et franchement, ça vaut infiniment plus le coup que la maison de Sun Yat Sen ! Le parcours est bien fait, bien expliqué en anglais et en chinois, et la maison est vraiment jolie.

Encore une fois, si vous appréciez l'histoire, vous aimerez sûrement ce musée !

Je précise quand même que la visite est relativement courte, comme les deux que j'ai présentées avant, avec un temps d'attente raisonnable, ce qui fait qu'on peut en faire pas mal dans la même journée. Pratique donc.


Le musée des affiches de propagandes, avec même un dazibao d'époque !

Terminons par la visite que j'ai préféré : le musée des affiches de propagande !

Pour le trouver mieux vaut bien s'accrocher : il est dans une zone résidentielle, dans un immeuble de résidence, au sous-sol. Impossible à trouver quand on ne connait pas (merci au Routard pour l'adresse, encore une fois). J'ajouterai au passage qui l'ascenseur qui descend vers ce musée fait plutôt peur.

Bref, une fois que vous aurez réussi à trouver, vous serez accueillis par des affiches immenses mettant à l'honneur Mao et toutes les grandes figures de la pensée communiste.

Dans ce musée clairement stylé et très orienté politiquement parlant, vous pourrez admirer le style très particulier des affiches de propagande (personnellement, j'aime beaucoup, mais je suis au courant que ça ne va pas plaire à tout le monde). Les fans d'histoire reconnaîtrons certaines affiches iconiques et rares à l'intérieur. Et c'est sans vous parler de la boutique souvenir avec des affiches d'époques en vente et même un livre de poèmes où Mao lui-même a écrit quelque chose sur une des premières pages. On notera aussi la présence de Petits Livres Rouges d'époque.

Une vraiment belle découverte, sortant un peu des sentiers battus mais qui vaut le détour !



La partie Tourisme Rouge de mon périple shanghaien est terminée, évidemment, vous n'avez pas fini d'entendre parler de ce type de tourisme bien particulier car j'ai d'autres idées en tête pour d'autres voyages...

4

Comme vous le savez peut-être, pendant de nombreuses années (de 1849 à 1943), la France disposait d'une concession à Shanghaï. Aujourd'hui, cette ex-concession est devenue un quartier très populaire pour les touristes grâce à son style de bâtiments très différent de ce que l'on peur admirer en Chine (c'est ici un style clairement colonial), et est également un des centres du catholicisme en Chine.

Evidemment, cette ex-concession concentre les immigrés français.

Après un mois sans baguette et sans fromage, nous avons décidé de partir à la recherche des saveurs françaises dans l'ex-concession de Shanghai !

Après avoir terminé la visite de la maison de Zhou Enlai, nous étions en route pour le musée des affiches de propagande. Quand soudain, devinez quel édifice sorti tout droit du paradis se dresse sur notre chemin ? Une putain de boulangerie française !

Je passerai sur le fait que cette boulangerie a commis le crime de nommer un pain au chocolat, "chocolatine"...


Le "apple chausson" m'a vraiment fait rire, et la traduction de "kouign amann" est épique

Nous nous sommes donc laissées tenter par des tartelettes (la mienne aux myrtilles). Et pour cela nous avons du vendre un de nos reins.

Non, je rigole, une tartelette coûtait 40¥ soit 5€ ce qui est totalement énorme pour la Chine (en Chine il faut savoir qu'on peut facilement se faire 3 repas voire même 4 avec 40¥).


La tartelette aux myrtilles

Et je suis désolée de le dire (j'espère que la boulangère de mon quartier me pardonnera), mais bordel, c'est la meilleure tartelette que j'ai mangé de ma vie !

Sans rire, la meilleure pâtisserie française que j'ai jamais mangé vient de Shanghaï. Est-ce que ce n'est pas totalement paradoxal ?

Bref, pendant que nous étions dans cette boulangerie, nous avons senti toutes sortes d'odeurs délicieuse. Et mon amie a commencé à parler de notre faiblesse à toutes les deux : la raclette.

Sans grand espoir, nous avons tapé la recherche suivante sur internet : "restaurant raclette Shanghaï".

Et devinez quoi ? Il y a un putain de restaurant savoyard à Shanghaï en pleine ex-concession française !

Ce restaurant (délicieux) proposait entre autres des raclettes, des fondues savoyardes et des tartiflettes. Et devinez qui a claqué 200¥ (soit 25€) pour une raclette avec une Dame Blanche en dessert alors qu'il faisait 30° dehors ? Bah c'est moi (et ma pote).


La raclette de Shanghaï

Le pire c'est que cette raclette était aussi bonne que celle de France ! Je pensais que comme c'était des produits importés ce serait peut-être moyen niveau goût, mais franchement c'était délicieux. Une vraie de vraie raclette comme on les aiment.

Bref, sachez que l'ex-concession française est le meilleur endroit du monde si vous cherchez de la bonne et de la vraie bouffe française.

Évidemment, si vous êtes à Shanghai pour un court séjour, je vous conseille de ne pas perdre votre temps dans les restos français et de plutôt vous immerger dans la cuisine chinoise, mais si comme moi vous êtes là pour une durée bien plus longue, allez y jeter un œil (et cramer tout votre argent).

5

Si vous êtes allés au collège et au lycée vous avez forcément vu ces photos panoramiques de Pudong, le quartier d'affaires de Shanghai (un genre de Manhattan chinois en fait).


Pudong depuis le Bund

Notez que le 70 rouge géant est là pour les 70 ans de la République Populaire.

Oui, les gratte-ciels peuvent en faire rêver certains et je le conçoit totalement. Seulement, il vous faut savoir que Pudong, comme la City londonienne, est en fait un endroit très vide. Il n'y a que des buildings de grandes multinationales ou des sièges de banques. C'est donc pas très intéressant à visiter, mis à part pour faire des photos desdits immeubles ou pour monter dans ceux accessibles au public (voir prochaine partie avec ma montée à la Tour Perle d'Orient).

Une petite astuce: vous le voyez sur la photo, un fleuve sépare Pudong du Bund. Pour ne traverser il y a évidemment des croisières hors de prix pour les touristes. Sinon il y a le métro, mais c'est sous-terre et pas franchement amusant. Mais réjouissez vous, une alternative peu coûteuse existe ! Si vous continuez à marcher sur le Bund, il existe des quais de ferries. 2¥ le ticket (0.25€) et une traversée en bateau de 10 minutes pour rejoindre les rives de Pudong. Attention, il ne s'agit pas d'un bateau touristiques mais bien d'une navette initialement pour les locaux, alors il n'y a même pas de siège à l'intérieur. Et des gens montent avec leurs scooters ou leurs vélos. De plus, on ne peut pas payer en cash mais uniquement avec WeChat Pay ou Alipay.


Pudong

Une fois arrivés à Pudong, nous nous lançons dans la jungle des buildings en tout genre et décidons d'aller au pieds d'une des tours les plus connues grâce à son aspect plutôt futuriste : la Tour Perle d'Orient (celle avec des sphères).

Et c'est là que nous avons pris une décision : monter dans cette tour (elle est ouverte au public, mais les billets d'entrée sont assez chers).



Pudong de nuit
6

Je pense que s'il y a bien une tour de Pudong que vous avez vu dans les livres, c'est celle-là !


Avec son style plutôt futuriste, difficile de passer à côté. Chaque jour, des milliers de touristes de présent aux alentours de cette tour où à l'intérieur pour prendre des photos.

Malgré le prix du billet d'entrée pas donné du tout (250¥ soit 32€) nous avons décidé de monter tout en haut de cette tour. Il paraît que le panorama est splendide et que ça vaut le détour. En plus c'est peut-être une occasion qui ne se représentera plus.

Ce qu'il faut savoir c'est que quand vous achetez vos tickets d'entrée, on vous annonce en général une heure de queue. Rentrez vous bien dans la tête que ceci est entièrement faux !

Pour vous dire, nous sommes arrivées aux pieds de la tour vers 12h et nous ne sommes pas ressorties avant 19h.

En fait, il n'y a pas qu'une seule queue dans cette tour mais une multitude de petites queues. Vous voulez prendre un ascenseur ? C'est parti pour 30 minutes de queue. Vous voulez utiliser des escaliers ? 15 minutes de queue.

Bref, un gros bordel.


Petit aperçu du rez-de-chaussée de la tour

Après une queue de bien plus d'une heure nous avons enfin pu prendre l'ascenseur pour accéder à la seconde sphère (oui, on monte d'abord dans la deuxième sphère avant de monter dans la première, ne me demandez pas pourquoi, je n'en ait aucune idée). Et là, on accède au premier panorama de la ville. Le temps n'était pas incroyable sur les photos, sorry !

Shanghai vu de la seconde sphère

Dans la deuxième sphère, en prenant un escalier on accède à un sol en verre. A plus de 250m de hauteur. J'ai le vertige.

Mais j'y suis quand même allée rien que pour prendre des photos en me disant que si je ne le faisais pas j'allais sans doute le regretter plus tard (c'est un peu ma philosophie de vie ce truc).

Je vous présente mes pieds

Après le tour de la seconde sphère on passe directement à la troisième après avoir refait une queue d'une bonne heure pour accéder à l'ascenseur. Un plaisir.

La sphère la plus haute est appelée la "capsule temporelle", visiblement les chinois se sont tapés un délire sur l'espace aussi...


La capsule temporelle

Pour finir, nous avons repris un ascenseur vers la première sphère (qui se visite donc en dernier, comme c'est logique). Le soir était tombé puisque vers 17h30 il fait déjà noir ici, nous avons donc accédé au balcon (oui, il y a un balcon où personne ne va, je ne comprends pas pourquoi) quand il faisait nuit. Nous avons donc eu une vue de Shanghai illuminé. Et ça, c'était magnifique.

Le Bund et Shanghaï de nuit

Après cette visite qui nous a clairement pris la journée, nous sommes reparties à l'hôtel, il était temps de faire nos valises pour rentrer à Nanjing le lendemain.

7

Si vous êtes déjà en Chine, sachez que voyager à Shanghai ne vous coûtera pas très cher (les musées sont en majorité gratuits, ça fait une sacrée économie).

Voici quand même quelques conseils pour que votre voyage soit super :

- Achetez un guide touristique avant de partir pour avoir les bonnes adresses, un plan, les stations de métro et les horaires d'ouverture de ce que vous voulez voir. Je recommande personnellement le Routard qui a de très bons conseils.

- NE BUVEZ JAMAIS L'EAU DU ROBINET, ELLE N'EST PAS POTABLE. C'est le cas dans toute la Chine et bien souvent les voyageurs l'oublient.

- Ne mangez pas de nourriture crue ou contenant de la glace non industrielle, vous allez tomber malade.

- Optez pour des chaînes hôtelières occidentales, au moins vous n'aurez pas de mauvais surprises. Personnellement, je prends toujours les Holiday Inn et je n'ai jamais eu de problème ou été déçue.

Mon voyage aura été une superbe expérience. Oui, il y avait énormément de monde pendant la Golden Week et oui, ça n'a pas toujours été facile de se repérer dans la foule. Mais quand même. Pouvoir voir les buildings de Pudong illuminés de rouge à l'occasion de la fête nationale, c'était quelque chose.

Bien entendu, nous n'avons pas pu tout visiter à Shanghaï, ce qui signifie que nous allons forcément y repartir.

Restez à l'affût de mon prochain voyage 😀