Carnet de voyage

Camino Francés - St Jean Pied de Port à Santiago

Par
20 étapes
62 commentaires
7 abonnés
Dernière étape postée il y a 10 heures
Par Polza
Je vais partir à pied de St Jean Pied de Port, franchir les Pyrénées et passer en Espagne à Roncevaux, traverser la Navarre, la Rioja puis les grands espaces de la Meseta et la Galice puis Santiago.
Du 27 mai au 1er juillet 2021
36 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Rappel :

J’ai commencé ce chemin de Compostelle le 21 septembre 2020 en partant de Vézelay et arrivé à St Jean Pied de Port le 27 octobre ( voir mon carnet de voyage).

Cette année, je reprends mon sac à dos et mes bâtons de Pèlerin pour continuer de St Jean Pied de Port à Compostelle en empruntant le camino « Francés » c’est à dire le chemin des Français en passant par Pampelune, Burgos , Léon etc... Ensuite je me rendrai à Muxia et Fisterra au bord de l’océan terme de ce chemin.

Destination St Jean Pied de Port :

Départ de Dijon à 9h30 pour Paris en TGV puis Paris - Bayonne et enfin un TER depuis Bayonne pour arriver à 18h11 à St Jean Pied de Port.

La préparation d’un tel projet, est pour moi l’étape la plus dure et la plus longue car cela me prend quelques mois. Ce n’est pas la marche qui m’épuise car j’adore cela, c’est ma meilleure thérapie du bonheur mais s’absenter pendant 5 semaines génère beaucoup d’anxiété, voire du stress , il faut penser au moindre détail, et voilà la machine à laver le linge qui donne des signes de faiblesse, il faut vite la changer la veille du départ, il faut planter le jardin malgré le temps maussade des jours précédant le départ, installer un arrosage automatique pour simplifier la vie à Isa .... et voilà la date qui arrive , on ne recule pas , nous ne sommes pas indispensable non plus ... et me voici arrivé au pied du chemin , j’ai hâte de partir... J’ai réservé mon hébergement au gîte « La Kaserna » au centre du charmant petit bourg de St Jean Pied de Port, le chemin passe devant le gîte. Je suis très bien accueilli par Karine et Pierre , 2 Hospitaliers de l’île d’Oleron et de Lyon : super, il n’y a qu’un randonneur avec moi , Martin qui vient de terminer la voie du Piémont et rejoint Hendaye par le GR10. Après un très bon repas préparé par Pierre et Karine, nous passons une très belle soirée tous les quatre à raconter nos histoires et anecdotes des chemins et il est déjà l’heure d’aller se reposer quelques heures car demain c’est le grand jour.

De Dijon à St JPPort, Pierre et Karine  Hospitaliers au gîte « La Kaserna »
2

Jeudi 27 mai 2021

La météo est excellente pour cette très belle étape qui consiste à traverser la chaîne des Pyrénées avec un peu plus de 26 km et 1260 m de dénivelé positif.

Je quitte le gîte vers 8h après avoir passer un bon moment avec Pierre et Karine au petit déjeuner. Je suis seul sur le chemin, pas un Pèlerin en vue . Je prends vite mon rythme , ça monte bien dès la sortie de St Jean . Je rattraperai une dizaine de randonneurs vers le refuge d’Orisson après une 10 km et plus de 600m D+. La vue est fantastique à 360 °, la température est idéale, je suis en short et je passe très vite au teeshirt . Me voilà déjà à la Fontaine de Roland c’est à dire à la frontière entre la France et l’Espagne. Je suis avec un jeune Espagnol, je lui fais comprendre qu’à partir de maintenant je dois parler Espagnol.... ou plutôt « baragouiner » entre anglais espagnol, il est comme moi entre anglais et français... ouf ça me rassure, nous rigolons de notre faiblesse commune.

Il n’y a plus qu’à suivre la bonne direction sur la Route Napoléon  
En quittant St JeanPP, une petite brume tapisse le fond de la vallée  
Très vite je prends de l’altitude, le ciel bleu la verdure les paysages sont sublimes  
Le vierge de Biakorri 
Moutons et chevaux pâturent sans être perturbés par mon passage 
Une carcasse pour les vautours, il ne reste pas grand chose 
À La Croix Thibault et il me reste plus que 765 km pour atteindre Santiago 
La Fontaine de Roland 
Voici la frontière, je passe en Navarre, la signalétique est différente  
La descente vers Roncevaux dans de belles forêts de Hêtres  
Arrivée à la collégiale de Roncevaux  

J’arrive à Roncevaux vers 15h , tout va bien, je vais vite prendre une douche et reprendre mon carnet de voyage. Très belle endroit Roncevaux mais hélas en raison de la crise sanitaire, le grand Refuge est fermé, je loge à l’hôtel Roncevalles, nous sommes 4 dans la chambre 2 allemands et 1 Correen .

La collégiale et église de Santa Maria 
Sur le site de la collégiale  
Le silo de Charlemagne  

Le silo de Charlemagne est le plus ancien édifice du site de Roncevaux. Il date du 12eme siècle et aurait été construit sur la roche à l’emplacement même où après la bataille, Roland aurait brisé sa fameuse Durandal afin qu’elle ne tombe pas aux mains de ses ennemis.

3
3
Publié le 28 mai 2021

Vendredi 28 mai 2021

Je quitte Roncevaux à 8h00 pour une étape de 22 km en direction de Zubiri. Je m’attendais à une petite balade tranquille mais non pas du tout , plusieurs petites grimpettes me feront ressentir les courbatures de la veille. Mais malgré tout j’arrive à Zubiri vers 13h. Une dizaine de Pèlerins se reposent sur le pont . C’est trop tôt pour moi pour terminer cette étape à cette heure ci, je continue et reprends le chemin afin de me rapprocher de Pampelune prévu au programme de demain. Je pourrai ainsi avoir plus de temps pour visiter cette charmante ville médiévale. Du coup je marche jusqu’à Larrasoana soit environ 26 km et en plus l’albergue municipale est ouverte. Je suis accueilli par Amaya qui se désespérait de voir au moins un pèlerin dormir ici ce soir. Je dois être le seul dans tout le village, c’est désolant pour tous ces gens car les autres années tout était complet en cette période. Comment cela va finir ...🤔.

15 km me séparent de Pampelune soit 3 heures maxi.


Burguete 


Espinal et ses maisons typiques  
Beaucoup d’élevages de chevaux pour la viande 
Paysage différent de la veille mais encore bien vallonné  
Fleurs classiques mais très belles au bord du camino 
Lieux de mémoire  
Le chemin avec de très beaux passages en forêt  
Zubiri et son pont gothique sur l’Arga «  Puente de la Rabia 
Entre Illaratz et Eskirotz 
L’albergue municipale de Larrasoana 
4

Samedi 29 mai 2021

C’est ma troisième journée de marche , c’est souvent l’instant où l’on ressent le plus les courbatures . C’est un peu mon cas mais je suis tellement heureux de marcher et découvrir ce pays. Je viens d’arriver à la cathédrale de Pamplona , il est 11h30 et je cherche un hébergement en plein centre ville pour profiter un maximum des visites. Je vais à l’albergue Plaza Catedral. C’est très bien.

En quittant Larrasoana direction Pamplona 
Joli chemin bordé de fleurs, animaux et les champs d’orge d’hiver commencent à mûrir et passer au jaune. 
Villava juste avant de rentrer dans Pampelune  
Joli jardin en entrant dans Pampelune et idéal pour faire la pause 
Puente de la Magdalena  
Entrée dans la vieille ville dé Pamplona  
La cathédrale de Pampelune  
Le cloître de la cathédrale est magnifique  
Dans l’enceinte de la cathédrale  
Et les vestiges  
Centre ville très animé en plein après-midi  puis il est l’heure de la sieste ...
Place de l’hôte de ville  
Ça milite aussi ici  
verdure aux abords de la ville  
Les remparts 
L’albergue Plazza Catedral à Pamplona 

Cette ville vaut vraiment le détour, beaucoup de musées, parcs et jardins à visiter

5

Dimanche 30 mai 2021

Départ 7h15 de l’albergue Plazza Catedral : pas de petit déjeuner servi jusqu’à présent dans les gîtes à cause des mesures sanitaires. Il faut donc que je trouve chaque matin un bar ouvert avec viennoiseries. C’est beaucoup plus facile de trouver un bar en Espagne ouvert à 22h qu’à 7h00 du matin.

La météo est parfaite, pas trop chaud jusqu’à 12h et ensuite ça commence à chauffer.

Je marche quelques kilomètres avant de sortir de la ville de Pampelune, le chemin est très agréable et traverse des champs de blé et autres céréales avant d’atteindre le col de del Perdón. Une impressionnante ligne d’éoliennes trace la crête . J’en compte plus de cinquante et celles-ci alimentent en électricité le bassin de Pampelune. Depuis 1996, des silhouettes métalliques de Pèlerins du moyen âge , œuvres de l’artiste Vicente Galbete, marquent ainsi ce col entre moulins électriques et Pèlerins d’aujourd’hui.

A Muruzábal, je décide de faire une petite variante pour aller visiter l’ermitage de Santa Maria de Eunate. Petit détour de 3 km et au bout du compte le site est fermé donc petite déception et je terminerai cette étape à 15h00 à l’albergue de Los Padres Reparadores. Je suis très bien accueilli par Carlos , il y a un grand jardin et ce soir nous sommes une douzaine de Pèlerins .

Changement de paysage: me voici en pleine culture 
Église de Zariquiegui 
Oh!!! des moulins électriques sur la crête du mont alto Perdon 
Silhouettes très célèbres du col del Perdón 
Mémorial sur les atrocités du temps de Franco 
De l’autre côté de la crête, nouveau paysage en direction de Puentala Reina 
Ma minute agricole  et ce beau matériel 
Le bouquet de la fête des mères  
Muruzábal et ses champs d’asperges  
Ermita de Nuestra Señora de Eunate 
Obanos 
Arrivée à Puente la Reina 
Le pont de la Reine (Puente de la Reina) 
Avec Engel Amigo Espagnol et Peregrinos 
Le centre historique de Puente la Reina 
Des cigognes comme en Alsace... 
Carlos le Responsable de l’albergue  
6

Lundi 31 mai 2021

« Buen camino » : Depuis le passage en Espagne, presqu’à chaque rencontre avec un Espagnol, il vous salue et vous souhaite un Buen camino, le chemin et les Pèlerins sont sacrés ici et la courtoisie est de rigueur .

Je ne vais pas vous dire « encore une belle étape » , les images vont parler d’elles même. La température monte très vite vers 11h00 : il faisait plus de 36° devant la porte de l’albergue en plein soleil. Dès 7 h15 , le sac sur le dos , j’avalais les kilomètres.

Paysage très varié avec la présence de champs d’oliviers, du vignoble de Navarre et des cultures de céréales.


Comment retrouver les flèches jaunes au milieu des genêts  
Au loin le village perché de Cirauqui 
La vigne, les oliviers ... 
Cirauqui 
De belles fleurs de cactus 
La vieille  ville d’Estella 
Et pour situer Estella en Navarre 

Je suis à l’hosterìade Curtidores à Estella Lizarra. Très belle albergue rénovée au bord de la rivière Ega à quelques centaines de mètres du centre ville. L’albergue municipale et paroissiale sont toujours fermées à cause du Covid ce qui restreint l’offre des hébergements.

Mon hébergement à l’historisme de Curtdores 
7
7
Publié le 1er juin 2021

Mardi 1er juin 2021

Petite anecdote : ce n’est pas dans les plus belles albergues ou gîtes ou hôsteria qu’on dort le mieux. Hier j’étais dans une chambre avec 2 espagnols que je ne connaissais pas. Nous avons bien échangé ensemble puis à 22h30 nous éteignons la lumière pour passer une bonne nuit. .. il faisait très chaud dans la chambre et les espagnols dorment la fenêtre fermée... mon duvet ne me sert pas à grand chose j’étouffe en slip sur le lit ... Dès la lumière éteinte, un des 2 amigos commence à ronfler 😴😴😴 . J’ai l’habitude de dormir ainsi, je saisis mes bouchons d’oreilles et hop ça devrait suffire... je rêve où quoi, il ronfle de plus en plus fort... à minuit 🕛 je tourne et me retourne encore dans le lit , je craque... je prends mon duvet, quelques affaires et quitte la chambre pour aller dormir au sous sol dans une salle de réception et bibliothèque . Je resserre les fauteuils et même si le confort est limite, je préfère cette solution au frais que de rester dans mon lit. Après tant d’années c’est la première fois que j’entends quelqu’un ronfler aussi fort.

Au petit matin vers 7 h00 je suis revenu prendre mon sac à dos et là je me demande s’il s’est aperçu de quelque chose car il m’a souhaité gentiment un « Buen camino » . Je plains sa femme ... et lui aussi.

Mon lit improvisé dans cet ancien moulin 

C’est mon 6eme jour de marche et 145 km environ parcourus. L’échauffement est terminé, je vais commencer à allonger mes étapes en fonction des villes et lieux à visiter.

Aujourd’hui la pluie est de retour. Cela va me permettre de tester mes nouveaux équipements de pluie ultra- légers (pantalon et veste pour qq 300 gr environ) . Impeccable jusqu’à présent..

Je quitte Estella vers 7 h30 et traverse à nouveau la ville pour me diriger vers le monastère de Irache connu par les Pèlerins pour sa fontaine à vin 🍷 .

Juste avant le monastère , à Ayegui, je suis séduit par un artisan qui réalise des deco superbes avec un petite forge au feu de bois au milieu de sa cour.

J’aurais bien emporté quelques souvenirs dans mon sac mais .... c’est lourd... 
Je serais bien resté là plus longtemps pour voir une démo de forge comme à l’ancienne  
La cave vinicole d’Irache, la porte pour accéder à la fontaine est ouverte 
Le robinet à droite c’est Agua et gauche vino tinto : je choisis celui de gauche ... mais il est 9h ....
Le monastère d’Irache , j’aime beaucoup les grilles aux fenêtres  
Les chèvre-feuilles  embaument le chemin, une petite salamandre se tortille pour traverser le camino 
Fontaine de Los  Moros pour rafraîchir les pieds des Pèlerins 
Villamayor de Montjardin  
Église Santa Maria de Los Arcos XII eme siècle  
Surprise en entrant dans cette église  
Quel décor  
Aucun Pèlerin ne marche l’après-midi sur le camino Frances alors que la température est idéale et pas de pluie pour l’instant.  
Les rangs de vigne sont tellement espacés qu’un tracteur classique passe largement. 

Je suis à l’albergue Bar Sansol en demi-pension pour 20€ tout compris. Je suis avec Paul un jeune Coréen avec qui j’ai déjà dormi à l’hôtel de Roncevaux. Lui je sais qu’il ne ronfle pas ...

Le bar et Albergue de Sansol 
8
8
Publié le 2 juin 2021


Mercredi 2 juin 2021

Cela fait une semaine que je marche sur le camino Francés et en regardant dans le rétroviseur à travers toutes ces photos, je vois de belles étapes toutes différentes les unes des autres et j’apprécie beaucoup de vivre ces bons moments d’autant plus en cette période sanitaire difficile. Le chemin rythme les Pèlerins selon les difficultés des étapes ainsi nous nous reconnaissons presque tous à l’arrivée dans les albergues ou dans les rues des villages ou villes étapes. Nous sommes une vingtaine et aujourd’hui j’ai dépassé un couple de compatriotes Myriam et Bernard qui utilisent chacun une charrette pour porter leur sac à dos avec toile de tente et tout le matériel de bivouac. Ils sont partis d’Alsace et prennent leur temps au gré des étapes, quitte à rester quelques jours de plus pour visiter ou se reposer . Nous avons beaucoup échangé durant les 5 derniers kilomètres avant Logroño et ce moyen me laissera peut-être une chance de marcher à plus de 90 ans en ajoutant un petit moteur électrique pour me pousser dans les montées.

Myriam et Bernard compatriotes partis d’Alsace 
Les cultures de céréales ont de quoi rivaliser avec nos cultures en France... 
Oubli, mal du chemin ou passage aux sandales : nombreuses chaussures jalonnent le chemin  
 Paul le jeune Coréen qui a fait étape avec moi à Sansol et église St Sépulchre de Torres del Rio 
Jeune Allemand que je croise régulièrement  

Entre la garrigue, oliviers et vignes, même si le soleil est revenu vers 11h, cette partie est variée et toujours bien vallonée. A mi- chemin se trouve la petite ville de Viana place forte développée par les Rois de Navarre en ce point frontière avec la Rioja. Cette petite ville située sur une petite montagne, était un point stratégique de surveillance déjà du temps des Romains. Haut lieu sur le chemin de St Jacques, Viana comptait 4 hospices à Pèlerins au XVeme siècle.

Malgré l’absence de soleil ce matin , le paysage est très varié  
Qui dit vigne dit aussi caborde en Espagne
A chacun son chemin, et chacun gagne sa vie comme il peut sur le chemin  
L’arrivée à Viana est un peu désolante car marquée par un immense ensemble de constructions d’habitations collectives 

La partie intra- muros et historique de Viana est beaucoup plus belle que la partie contemporaine.

Les restes de l’ancienne collégiale de Viana 

J’ai quitté la Province de Navarre après Viana pour passer dans la Rioja célèbre pour ses vins.

Comme à Varois et Chaignot je trouve une petite forêt des Écoliers  avec la photo de chaque enfant qui a planté l’arbre.
Avant d’entrer dans Logroño, les jardiniers s’activent  
Arrivée à Logroño : le 1er grand fleuve traversé par les Pèlerins est l’Ebre 

Logroño est la 2ème plus grande ville du camino Francés. Je trouve un hébergement à l’albergue municipal dans une bâtisse de style baroque. Bon accueil et hébergement correct au centre de la ville.

17h00 :le centre ville est encore calme mais cela ne va pas durer. 
La concathédrale  Santa Maria de la Redonda 
Les 3 Pèlerins Allemands  
Église Santiago El Réal . Fontaine à Pèlerins

Le beau temps est revenu. A suivre

Soirée Espagnol avec Rodrigues de San Sebastian, Carlos de Bilbao et Angel de la Corogne 
9
9
Publié le 3 juin 2021

Jeudi 3 juin 2021

Ce matin départ dès 6h45 pour une étape de 31 km. A peine ai-je quitté la ville que la pluie commence à tomber. Je sors mon « Rain cover » pour couvrir et protéger mon sac et ma veste de pluie mais finalement ça ne durera pas longtemps. D’après la météo espagnole, des orages sont attendus à partir de 15h00.

La sortie de Logroño est plaisante, un chemin piéton me conduit jusqu’au lac de Pantano de la Grajera. Ce doit être une base de loisirs pour les habitants de Logroño car il y a des tables , nombreux barbecues et jeux pour enfants sans oublier les sentiers vtt ou pédestres. Des dizaines de carpes pointent à la surface de l’eau tandis que des centaines de petits lapins détalent à mon passage sur le chemin.

En quittant Logroño direction Navarrete 
La vigne est partout, chemin de croix ? plutôt de vie pour moi  et l’irrigation toujours d’actualité et essentielle pour la vigne

Je traverse ensuite le village de Navarrete et en arrivant devant l’église, je suis étonné car la porte est ouverte ce qui est rare en période de Covid. Je pénètre à l’intérieur de celle-ci et là je suis surpris par la beauté du retable de l’église datant du XVIeme siècle et de style baroque.

Autre intérêt pour ce village , il est réputé pour son activité industrielle et artisanale de poterie.

Navarrete village de vignerons et son église sans oublier Santiago  
Retable baroque de l’église  de Navarrete
Vierge de Valvanera Patrone de la Rioja . Il y a des courses, rando ... qui portent son nom à Logroño 
A Navarrete comme ailleurs, il n’y a personne dans les rues sauf un Pèlerin 
Sur le chemin, des nuages mais la température est idéale pour marcher 
Ventosa  
Des galets tapissent les vignes par endroits  
Arrivée à Nájera 

A mon arrivée à Nájera j’aperçois Angel le jeune pèlerin Espagnol devant l’albergue la Puerta de Nájera. D’autres Pèlerins avec qui j’ai fait connaissance sont également ici, c’est parfait mon gîte d’étape pour ce soir est choisi...



L’albergue la Puerta de Nájera 

Après la routine quotidienne : douche, petite lessive à la main et repos , je pars visiter la vieille ville située à deux pas du gîte.

Pas plus de monde dans les rues de Nájera ,  il est pourtant 17h30 

Ensuite j’aperçois le monastère Santa Maria la Réal de Nájera, l’un des hauts lieux du patrimoine de la Rioja de part son intérêt artistique mais aussi historique de la région en tant que l’un des premiers royaumes espagnols au Moyen Âge.

Voici la porte de Charles Quint et sa coupole vue de dessous  
Très beau cloître des chevaliers mais hélas la plupart des statues ont eu la tête coupée  
Retable du 17 eme siècle avec au centre la statue de Santa Maria la Réal 
Panthéon royal et les  tombeaux  

Au centre du panthéon royal se trouve la grotte et une sculpture du XIII siècle de la vierge de la rose

Vierge de la Rose 
10
10
Publié le 4 juin 2021


Vendredi 4 juin 2021

La pluie est de retour. Dès mon départ à 7h15 de Nájera, je me suis retrouvé sous un bel orage avec bourrasques de pluie. Ce sera ainsi durant toute la matinée jusqu’à mon arrivée à Santo Domingo de la Calzada avec également de la grêle à l’arrivée.

Mes habits de pluie ont bien résisté. Par contre, j’ai une douleur à la malléole droite due à mes nouvelles chaussures et ce malgré une double protection avec de la bande Strappal. Je dois trouver une solution avec changement de chaussettes et baume de Tigre 🐅 sinon ce sera changement de chaussures en arrivant à Burgos.

Le mauvais temps aura raison sur mes prises de photos .

Ce n’est plus le beau ciel bleu des jours précédents  


Je profite de ces belles silhouettes  
Surprise : c’est la première fois que je vois une plantation de houblon en Espagne et la récolte est prometteuse  

Après Azofra toujours dans la province de la Rioja, le paysage change à nouveau. Fini les belles vignes de la Rioja, je me régale en contemplant les grandes cultures de céréales avec des dégradés de verts et jaunes à perte de vue sous les gros nuages.

Un beau terrain de golf apparaît à Ciriñuela dans ce petit village perdu avec d’immenses constructions d’immeubles résidentiels et de lotissements. En regardant de plus prêt, seulement un logement sur trois semble habité, les autres sont à vendre ou carrément à l’abandon . Quel gâchis !!!

Arrivée à Santo Domingo de la Calzada à 11h30. Tous les Pèlerins présents semblent désabusés par la pluie du matin et cherchent une albergue pour faire étape. Un peu tôt pour moi. Je visite le quartier de la cathédrale, mange un sandwich et je poursuis l’étape jusqu’à Grañón en marchant 8km supplémentaires. La pluie a cessé et je préfère marcher plutôt que de tourner en rond dans le gîte.

La cathédrale de Santo Domingo avec sa tour reconstruite 3 fois est détachée du bâtiment. 
La Virgen de la Plaza
La rue avec ses bâtiments typiques où passe le camino  
On aperçoit Grañón au loin 
Voici Jacques de Bordeaux et son VTT électrique. 

Je terminerai l’étape avec Jacques qui a parcouru plusieurs fois le camino Francés en VTT. Il faut compter une douzaine de jours de St Jean Pied de Port à Santiago me dit-il. Très sympa Jacques , il m’invite à aller boire un verre avant de poursuivre son chemin car il lui reste 17 km à parcourir soit une heure à rouler. Il a plus de 70 ans et profite de son vtt pour tracer sur les chemins en France, Italie et Espagne.

La seule Albergue ouverte est la Casa de Las Sonrisas.

rue principale de Grañón 

Demain le beau temps revient... parole d’espagnols.

Soirée Franco-allemande au coin du feu 
11
11
Publié le 5 juin 2021

Samedi 5 juin 2021

Je souhaite modifier mon programme des étapes afin d’être à Burgos dès dimanche au lieu de lundi et profiter un maximum de la ville car lundi c’est ville morte en Espagne, tout est fermé. Par contre, je dois faire deux étapes au lieu de trois donc il faut que j’aille le plus loin possible aujourd’hui.

Le beau soleil attendu n’est pas au rendez-vous mais il ne pleut pas.

C’est une étape assez classique dans un paysage de cultures céréalières à perte de vue. Pas trop de village typique à visiter et pas de trop forts dénivelés. J’avance bien tout en écoutant de la musique pour stimuler le rythme de mes pas.

Je suis dans les verts à perte de vue. Pas beaucoup d’arbres , même les monts sont cultivés 
A Redecilla del Camino 

Le chemin est commun avec l’EuroVelo 1 qui va en direction du Portugal et Séville d’où ces balises ci-dessous.

Je change de Région, je quitte La Rioja pour entrer dans la Castille de León dans la Province de Burgos.

J’avale les kilomètres et décide de faire ma pause repas à 12h15 à Villambistia car j’ai besoin d’un peu de temps pour filmer une petite vidéo pour les 4 ans de mon Petit-fils Émilien et lui envoyer par Whatsapp. J’ai acheté un gâteau pour la circonstance mais pas les bougies, je vais improviser.

Villambistia 
🎂Bon Anniversaire Émilien pour tes 4 ans 🎂
 De belles fontaines rénovées pour rafraîchir les pieds des Pèlerins  


Toujours des cultures et les restes de l’église San Felices de Oca 

Je prévois de faire étape à Villafranca Montes de Oca, il est 14h30 , j’ai déjà parcouru 28 km et je suis à 38 km environ de Burgos. Il n’est pas tard, je décide de poursuivre encore un peu pour me rapprocher le plus possible de Burgos en allant jusqu’à San Juan de Ortega soit 12,2 km supplémentaires . J’arrive à San Juan il est 17h, la fatigue est là je marche depuis 7h15 avec plus de 40km dans les pieds.

Surprise, l’albergue du Monastère de San Juan est fermée et l’autre albergue est complète. Ça commence à m’irriter car je ne vois personne sur le chemin et la seule albergue ouverte est complète. L’aubergiste me dit de continuer encore 6 ,4 km jusqu’à Atapuerca . Je reprends mon sac un peu énervé et reprends le chemin, j’estime mon arrivée pour 19h00.

En passant dans le petit village de Agés, quelqu’un me siffle et me fait signe de venir. Le téléphone Espagnol a fonctionné comme quoi un Pèlerin Français marche depuis Grañón et pas de place pour l’accueillir... c’est le gérant d’une Albergue et il lui reste un lit de disponible . Ouf j’aurai fait 3,7 km au lieu des 6,4 prévus. Au total j’ai marché 44km , j’en ai assez...

La douche suivi d’une cerveza me remettra vite sur pied. Mon objectif est atteint, je ne suis plus qu’à 22,6 km de Burgos et j’ai gagné une étape mais à quel prix.

A noter qu’après Villafranca Montes de Oca le paysage et différent, je traverse une belle forêt sur 12,2 km

Un  mémorial sur un charnier  du temps de la guerre civil de Franco
Des restes de Totems à Pèlerins  , la nature reprend ses droits

Il est tard je vais me coucher, je n’ai pas trop le temps de ma relire et demain je me lève à 6 h.

12
12

Dimanche 6 juin 2021

Après ma journée soutenue du samedi, j’ai très bien dormi. En descendant de mon lit superposé, je m’attendais au pire côté courbatures et non aucune douleur. Réveil 6h15: je file dès 7h00 en direction de Burgos , il fait frais ce matin, la température est à peine de 10° pour 950 m d’altitude. Je mets mes 3 couches teeshirt + pull fin et coupe vent.

En quittant le Joli petit village d’Agés et l’albergue Fagus où j’ai dormi. On se croirait en Alsace...
Je traverse le petit village d’Altapuerca réputé pour son site archéologique classé Unesco 
Montée en ligne de crête à 1070m d’altitude avec une très belle vue au soleil levant 
De la ligne de crête, j’aperçois Burgos à 20 km environ  
Charrette fabrication maison avec fil à linge intégré. Il traîne 55kg en tout 

Et le hasard du chemin fait que je suis rejoins par James un pèlerin anglais qui était avec moi à Grañon. Nous échangeons sur l’étape de la veille et comme moi , il a dû crapahuter 44 kg pour trouver un gîte avec de la place.

Nous ferons 5 km ensemble à raconter nos expériences de chemins et ensuite il fera sa pause déjeuner et je continuerai seul en direction de Burgos. Nous avons eu avec James le même sentiment sur les Pèlerins « invisibles » qui remplissent les gîtes : c’est le week-end, et beaucoup de Peregrinos espagnols viennent marcher avec des relais voitures et de tout petit sac ... Vous les doublez sur le chemin et ils sont arrivés à l’albergue avant vous d’où mon agacement de la veille. Mais c’est ainsi et chacun fait le chemin à sa manière, on ne juge pas.

Bingo !!! Il est 10h30 et je suis déjà dans la banlieue de Burgos 

Burgos : c’est une jolie ville de 180000 habitants environ avec un très beau quartier historique médiéval autour de sa cathédrale.

Cette ville est très belle et mérite le détour pour une visite .

Ancien Monastère San Juan aujourd’hui transformé en musée . Architecture moderne et ancienne se marie très bien
Des Artistes greffeurs en action : sublime œuvre à côté de la cathédrale 

Ce soir je loge à l’albergue municipale à côté de la cathédrale. C’est un énorme gîte avec beaucoup de petits compartiments de 2 lits. Là nous sommes un par compartiment, COVID oblige.

Demain je retourne à la campagne...

Hasta luego Amigo

13
13
Publié le 7 juin 2021

Lundi 7 juin 2021

Un petit point ce matin avant de quitter Burgos : cela fait 11 jours de je marche et j’ai parcourus quelques 300 km depuis St Jean Pied de Port.

Je quitte l’albergue municipale dès l’ouverture des portes c’est à dire à 7h00. En fait pour des questions de sécurité, on ne peut pas sortir ni rentrer d’ailleurs, entre 22h et 7h00 du matin.

La sortie de la ville de Burgos s’étend sur 5 à 6km depuis le gîte . J’ai droit à un superbe lever de soleil sur la cathédrale en passant à côté. Le chemin fléché, passe par des rues et parcs très calmes puis sur des chemins agricoles.

La cathédrale de Burgos avec le soleil levant  
L’université de Burgos dans un ancien ermitage  
Village de Tardajos 
Village de Rabé de l’as Calzadas 

Apres Rabe de las Calzadas, je rentre dans la Meseta : il s’agit d’un vaste plateau qui s’étend de Burgos à León soit environ 200km et traversé par le camino Francés. L’altitude varie entre 950m et 600m au climat méditerranéen avec des traits continentaux c’est à dire que les hivers sont froids et longs et les étés très chauds. Il faut être très prudent car très peu d’arbres et de très fortes différences de température entre le jour et la nuit et pas d’eau hormis dans les villages. Cet après-midi j’avais plus de 30 degrés et sur 12 km entre 2 villages j’ai tiré un peu la langue... Je dois remplir par précaution mes 2 bouteilles.

L’agriculture céréalière est la principale activité contrairement à autrefois où l’élevage de brebis était prépondérant.

Cette partie est redoutable pour beaucoup de Pèlerins qui souhaiteraient la contourner.

Certains diront que la partie St Jean Pied de Port- Burgos c’est le chemin du corps , il souffre des courbatures voire de l’abandon tellement cela peut être difficile ensuite Burgos - Astorga c’est le chemin de l’âme c’est à dire après que le corps se soit habitué à la marche et qu’il se soit libéré des peurs, on peut rencontrer son intériorité en marchant seul et ensuite jusqu’à Santiago c’est le chemin de l’esprit, le graal . A suivre...

Hornillos del Camino 
Je pénètre dans la Meseta pour plusieurs étapes  

J’aperçois des parcs immenses d’éoliennes par centaines.

Aucun pèlerin en vue ni devant ni derrière  
Puis soudain apparaît le petit village de Hontanas 
L’albergue où je ferai étape  
Le joli petit village de Hontanas perdu dans la Meseta 
Température à 18h à l’ombre et Amigo Rodrigo de Gerone (Espagne) 

Et qui dit Meseta dit pas beaucoup de wifi et du mal à transférer mes photos... mais je suis dans le chemin de l’âme... donc je dois relativiser..

14

Mardi 8 juin 2021

Il suffit de prendre une photo pour voir le nombre de km qu’il me reste à parcourir et ajouter 115 km pour la partie Muxia-Fisterra

Conditions idéales pour ma deuxième journée dans la Meseta, le ciel est d’un bleu et la luminosité superbe dès 7h00 du matin.

Vestige d’un ancien bâtiment et coquelicots qui sortent la tête du blé  
Ruines du couvent de San Anthon : la route passe dessous ... 
L’approche du village de Castrojeriz 
Santa Maria del Manzano à Castrojeriz 
Plazza major de Castrojeriz  
Montée à 12% au col alto de Mostelares - Pont roman sur le Rio Odrilla 
Pico del Francés 
Les lignes de crêtes sont occupées par des centaines éoliennes  
De l’autre côté du col la vue est complètement différente 

Ancien Hospital San Nicolas pour Pèlerins transformé en albergue par une confrérie italienne

Hospital San Nicolas  
Je quitte la province de Burgos pour celle de Palencia 
Plus un arbre, que des champs et seul au monde !!! 
Boadilla del  Camino 

Fin de l’étape à Boadilla del Camino après quelques 32 km parcourus depuis Hontanas. Je viens de trouver un hébergement à l’albergue Hôtel rural En el Camino. Je suis dans un grand dortoir d’une vingtaine de lits . Nous sommes une dizaine de Français . Je retrouve Rodrigo et des allemands .

Il fait très chaud vers les 30 35 degrés à l’ombre.

Avec Rodrigo après avoir repris quelques forces, 
15

Mercredi 9 juin 2021

Cette étape est un peu différente des 2 jours précédant, je suis toujours dans la Meseta mais je me suis senti moins isolé car j’ai traversé 4 villages sur les 25 km parcourus.

La météo est toujours parfaite avec de la fraîcheur au départ et la chaleur à partir de 11h00.

Je suis parti à 7h00 de Boadilla et à 12h30 j’étais arrivé à Carrión de Los Condes. J’aurais bien aimé poursuivre encore quelques kilomètres de plus mais hélas pas de possibilité de faire étape avant 17km.

D’habitude à Carrión, il y a 3 à 4 albergues ouvertes dans ce gros bourg et là une seulement et plutôt rustique au monastère de Santa Clara .

J’ai choisi de prendre la variante le long du Rio Ucieza plus ombragée et avec le chant des grenouilles plutôt que de suivre la route sur 10 km environ même si cela ajoute 1,5 km à mon étape. Par contre je n’échapperai pas aux 6 derniers km toujours le long de cette même route.

A Carrión de Los condes, il y a enfin quelques commerces et compléter mon sac.


A la sortie de Boadilla, je longe le canal de Castille jusqu’à Fromista . Possibilité de faire le chemin aussi en bateau  
Les agriculteurs tournent autour des jets d’irrigation que ce soit dans les champs de luzerne ou de blé 
Le long du chemin  
La flore et la faune 
Un peregrino  à table 

Avec si peu de fréquentation depuis l’an passé, le chemin subit la crise. Des albergues sont fermées et je crains de façon définitive. J’ai discuté hier soir avec le responsable de l’albergue /Hôtel Rural de Boadilla (la seule ouverte sur les 3 du village) : il a investi dans un bâtiment entièrement rénové d’une capacité de 70 places en dortoir et 16 chambres individuelles : c’est la « cata » nous étions une douzaine alors que les années avant Covid il était complet et les 2 autres albergues aussi . On voit aussi sur l’entretien du chemin qui n’est plus fait partout où le manque de flèches signalétiques où la peinture disparaît.

Avec si peu de fréquentation, la nature  reprend ses droits
Mon arrivée à Carrión de Los Condes 
Je suis sur un chemin d’histoire et de culture reconnu par l’UNESCO mais aussi ici sur un site Clunisien . 
Mon hébergement au monastère Santa Clara avec un bâtiment classé mais au confort très rustique  
Carrión de Los Condes 

Demain une étape difficile m’attend sans ombre. Il est fortement conseillé de faire ses réserves d’eau avant de quitter le village.

Événement important : je suis à moitié de parcours entre St Jean Pied de Port et Santiago sans compter la partie pour atteindre l’océan : 400 KILOMÈTRES aux chaussures

16

Jeudi 10 juin 2021

J’ai attaqué ma troisième semaine de marche ce matin. Le temps passe très vite et les kilomètres aussi. León se rapproche et je souhaite y parvenir dimanche au plus tard.

L’étape du jour a été un peu comme une transition avec beaucoup de chemin en ligne droite sur près de 17km en plein champ puis un sentier très bien aménagé en bord de route mais avec des haies d’arbres procurant de l’ombre très agréable car la température du jour était de 30 degrés à l’ombre. J’ai profité de ces grandes lignes droites pour allonger le pas et rattraper quelques pèlerins afin de discuter un peu ou écouter de la musique. Finalement je n’ai pas du tout trouvé le temps long et j’arriverai au terme de cette étape à 14h30 après 7h de marche pauses comprises et quelques 30 km.

La sortie de Carrión de los Conde 
Le site Clunisien le monastère San Zoilo à la fois hôtel et musée et même centre d’études jacquaires 
Beaucoup plus de cyclistes que de Pèlerins  
Passage au village de Calzadilla de la Cueza et sa belle fresque qu’on aperçoit de loin 
Des passages agréables à l’ombre des haies car il fait très chaud vers 14h00 
Première moissonneuse sortie  
Des maisons construites en pisé, cela me rappelle le Maroc. 
Jolies plantes  
Arrivée et traversée du village de Moratinos . 17 habitants à l’année et digne d’un décor de western 
À l’albergue San Bruno tenue par des Italiens. Nous sommes tous les deux avec Rodrigo  
17

Vendredi 11 juin 2021

En traversant le village de San Nicolás del Réal Camino, j’aperçois des buttes de terre avec au dessus des cheminées comme à Moratinos. Il s’agit d’anciennes caves à vin alors qu’il n’y a pas de vigne mais uniquement des champs de céréales et de luzerne. Je pose alors la question à un habitant afin de comprendre l’origine de ces caves si particulières. Dans les années 1930, le Général dictateur Franco a mis en place une réforme agraire en supprimant par exemple toutes les vignes de la Meseta car peu productives et de piètre qualité et consacrer cette région aux grandes cultures de céréales. La Rioja a l’inverse sera consacrée à la vigne etc ...

Les caves enterrées  

Aujourd’hui, mon étape va être semblable à celle de la veille et suivre presque entièrement la route. Je vais devoir prendre mon mal en patience... Je vais essayer de me rapprocher un maximum de León afin d’avoir le maximum de temps pour visiter cette ville.

Je pars à 6h45 et profite du lever du soleil pour faire de belles prises de photos .

En sortant de Moratinos 

Je trouve quand même une ancienne vigne

Remarquable : chaque petit village comme Moratinos 17 habitants, possède des installations pour que les anciens fassent leur gym 

Avant d’arriver à Sahagun, le chemin passe par l’ermita de la Virgen del Puente.

Ensuite je traverse la petite ville de Sahagún haut lieu chargé d’histoire.

La ville de Sahagún
Et toutes les activités tournent autour du chemin  

En poursuivant mon chemin j’aperçois cet immense albergue, signe qu’avant la crise sanitaire, il y avait beaucoup de pèlerins à loger et aujourd’hui ce site est fermé. Espérons que cette fermeture n’est que provisoire.

Je suis à l’ombre presque tout le temps  

Je poursuis et marche toujours le long de cette route avec des lignes droites à perte de vue. Le moral en prend un coup, je rumine et rumine , plus vite je sortirai de cette partie, plus vite je retrouverai goût au chemin. Heureusement , je suis à l’abri du soleil et le vent me fera le plus grand bien. A chaque village, et je décide de poursuivre et encore plus loin... je marcherai plus 46km au total et arrivé à Mansilla de Las Mulas vers 17h15, l’hospitalière de l’albergue Gaia m’annoncera que León n’est plus qu’à 18km. Ouf !

Mansilla de las Mulas  
18
18
Publié le 13 juin 2021

Samedi 12 juin 2021

18 km seulement me séparent de León; je les avale très vite et me retrouve dès 10h30 au centre-ville . C’est magnifique.

León est la capitale de la province de León dans la communauté autonome de Castille-et-León et compte environ 125000 habitants.

Les monuments les plus remarquables :

La cathédrale de style gothique

La basilique Saint Isidore

L’hostal San Marcos de León (ancien couvent)

La maison Botines : c’est l’une des rares œuvres de Gaudi hors de Catalogne

et beaucoup de musées , jardins répartis dans la ville .

Entre Mansilla de las Mulas et León  
Des cigognes sont installées très souvent sur les clochers murs y compris dans León. Les  murs  des anciennes fortifications 
Très beaux immeubles au centre. La photo en bas : œuvre de l’architecte Gaudi (musée Botines) 
La cathédrale de León  
Les vitraux sont pour la majorité des originaux datant du XIII - XV eme siècle  
Le quartier ancien de León  
Maison Botines de l’architecte Gaudi 
L’hostal de San Marco 

Depuis plusieurs jours , je marche essentiellement en longeant les routes, et cela use autant mes chaussures que mon moral mais ne rien lâcher, je connaissais cette particularité du camino « Francés » ça ne devrait plus durer trop longtemps du moins je l’espère.

L’albergue de León San Francisco de Asis est plutôt décevante mais par contre son implantation est au centre de la ville.

Je profite d’un peu de temps libre à León pour commencer à regarder le nombre d’étapes qu’il me reste à parcourir et commencer à réfléchir par quel moyen de locomotion je rentre de Santiago à Dijon.

Le bus (FlixBus): plus de 27 heures de voyage et pas tous les jours .

Le train : 2 jours (1 en Espagne et 1 en France )

L’avion : de Santiago pas beaucoup de vols et pas tous les jours pour Lyon ou Paris

Sauf qu’il y a l’aéroport de Porto avec 2 heures pour venir à Dole Tavaux. Je choisis cette solution. Il me reste 309 km divisé par 10 jours cela fait des étapes de 30 km plus ou moins selon la position des Albergues.

Donc 10 jours , je vais arriver à Santiago le mardi 22 juin.

Le lendemain 12 h00 je prends le bus direction aéroport de Porto, nuitée à l’hôtel et vol le jeudi à 11 h00 pour Dôle.

J’ai tout réservé, il me reste à garder la cadence pour être à Santiago comme planifie.

19

Dimanche 13 juin 2021

Je n’ai pas passé une très bonne nuit dans cet albergue San Francisco à León car c’était plutôt bruyant.

Il est 6h30, je sors de la ville tranquillement les bars ne sont pas encore ouverts pour prendre un café avec croissant . Je trouverai finalement une cafétéria ouverte vers la place San Marco mais les croissants ne sont pas encore arrivés... il faut être patient sur le camino et ne pas partir le ventre vide pour 32 km sans être sûr de trouver à manger dans les villages. C’est risqué aujourd’hui car nous sommes dimanche .

L’étape est prête, direction Hospital de Orbigo en marchant le long de la nationale N120. En début de journée, peu de circulation mais vers les 10h même les camions circulent. Je dois trouver une alternative à cette monotonie, je choisis d’appeler des Amis et discuter tout en marchant. J’écoute aussi de la musique sur YouTube. Je croise une jeune Pèlerine Emilie qui marche en remontant le chemin en sens inverse direction St Jean Pied de Port. Elle est française et marche depuis Lisbonne via Santiago. Comme elle a parcouru le chemin Portugais. J’en profite pour lui poser beaucoup de questions car nous devons faire ce chemin avec Isabelle fin août début septembre de cette année. Elle habite Besançon et connait bien aussi Dijon. Elle aussi me demande des renseignements sur la voie de Vezelay car elle hésite entre cette voie ou celle du Puy en Velay.

Finalement cette étape assez redoutée de marcher le long de cette Nationale 120 passe assez vite. J’arriverai à Hospital de Orbigo à 14h30.

Ce qui est remarquable dans ce village, c’est le pont ancien très long puisqu’il fait 500 et enjambe le Rio Orbigo.

Je trouve un hébergement à l’albergue San Miguel, très bien , nous sommes que trois Rodrigo moi et Alex un autre Français. C’est très calme, il y a des peintures accrochées aux murs de partout.

Voilà le type de chemin avec ou sans arbre ... 
Sur le trottoir, une table avec des gâteaux, friandises et un cahier pour mettre un mot. Il y a aussi des locaux abandonnés 
Beaucoup de canaux d’irrigation avec de beaux débits d’eau servant à l’agriculture  
Fin d’étapes à Hospital de Orbigo  
C’est dimanche, les Aînés jouent aux cartes en pleine rue créant ainsi de l’animation dans la rue 
Hospital de Orbigo  
Le pont sur le Rio Orbigo  
L’albergue San Miguel à Hospital de Orbigo  

Il est 22h30, Il est difficile pour moi de terminer de saisir cette étape dans mon blog dans de bonnes conditions car le gérant Espagnol de cet Albergue coupe la lumière alors que je suis dans une pièce au rez-de-chaussée et le dortoir au 1er étage et nous sommes que 3. Il me sort une feuille avec le règlement « extinction des feux à 22h » ; no problème, je sors ma frontale...

20

Lundi 14 juin 2021

Un gros orage a éclaté cette nuit avec une bonne averse faisant retomber la température .

Le chemin jusqu’à Astorga est de nouveau à proximité de la route nationale N120 sur une quinzaine de kilomètres puis il traverse cette jolie petite ville d’Astorga de 12000 habitants environ.

Quelques beaux monuments historiques à voir à Astorga : la cathédrale Santa Maria mais hélas je ne sais pas si c’est pour des raisons sanitaires (Covid) ou à cause que nous sommes lundi, les grilles et portes sont closes. Dommage car vu de l’extérieur, sa taille est impressionnante avec sa façade en grès rose.

Le palais épiscopal fut conçu par Gaudi et abrite le musée des chemins mais lui aussi était fermé .

L’arrivée à Astorga au loin 
Culture de houblon aux portes d’Astorga
La montée dans la ville  

Petit clin d’œil et pensées à mes 4 Petits-enfants : nous sommes tous les 5 fans de Shaun le mouton dont voici une belle peluche. Je l’aurais bien achetée mais vu la taille, un Pélerin avec la tête de Shaun le mouton qui dépasse du sac à dos, serait digne d’un nouvel épisode.

Voici Shaun le mouton... 
Hôtel de Ville d’Astorga sur la plaza mayor 
Le palais épiscopal, œuvre de Gaudi 
La cathédrale Santa Maria 


Je suis toujours dans la région des cigognes, elles sont nombreuses à nicher sur les clochers, pylônes... 

En sortant de la ville d’Astorga, très vite je retrouve la tranquillité de petites routes puis de chemins et de verdure après plusieurs jours a avoir rongé mon frein en marchant aux bords de grandes routes comme la N120. Ouf !!! je respire et admire au loin la chaîne des montagnes d’Asturies.

Au loin les montagnes d’Asturies 
Des couleurs, de la verdure, des arbres, des vaches et tout va beaucoup mieux... 

A peine arrivé à l’albergue del Pilar de Rabanal del Camino, je trinque sobrement aux retrouvailles avec Alex le Landais. C’est notre seconde étape ensemble, quant à Rodrigo, il s’est arrêté au village avant.

Avec Alex à l’albergue del Pilar  à Rabanal