Carnet de voyage

Dans les pas de Robert Louis STEVENSON - GR 70

P
Par
8 étapes
36 commentaires
50 abonnés
Dernière étape postée il y a 1 heure
Par Polza
En 1878, Stevenson a traversé les Cévennes en partant du Puy en Velay jusqu'à St Jean du Gard avec un âne Modestine en 12 jours sur 220km. Je pars dans ses pas du Puy à Alès soit 273km en 12 jours.
Du 13 au 24 mai 2019
12 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 13 mai 2019

Tout juste un an après mon aventure sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle avec quelques 1800 km parcourus , 2 paires de chaussures , d’innombrables rencontres durant 63 jours ... je reprends à nouveau mon sac à dos , mes bâtons pour un tout nouveau chemin celui de Stevenson. Je reviens donc au Puy en Velay mais direction plein sud sur le GR 70.

Mais au fait, qui est Robert Louis Stevenson ?

RL Stevenson est un écrivain écossais très amoureux de la France. Le 22 septembre 1878, à 28 ans, il part à pied du Monastier sur Gazeille en Haute-Loire avec Modestine , une ânesse. 12 jours , 220 km et beaucoup d’aventures plus tard, il arrive à St Jean du Gard après avoir traversé les Cévennes.

Son objectif était double : oublier le retour en Amérique de sa belle Fanny Osbourne (qu’il épousera finalement quelques années plus tard) et aller à la rencontre du pays des Camisards.

Il publiera son journal de route en 1879 sous le titre de « Voyage avec un âne dans les Cévennes ».

Ce livre a permis de retracer son itinéraire et devenu aujourd’hui le Chemin de Stevenson et chemin de Grande Randonnée GR70.


Ses œuvres les plus connues sont l’ile au trésor et Le cas étrange de Dr Jekyll et de MR Hyde.

En ce qui me concerne, ce sera sans Modestine, ni Bourriquet , ni Milou.... mais seul que je repars pour cette courte échappée.

Départ de la gare de Dijon et nuitée à Grand Séminaire derrière la cathédrale du Puy 
2

J’effectue mon départ dans les mêmes conditions que les Pèlerins de St Jacques c’est à dire de la cathédrale du Puy en Velay. Nous sommes nombreux pour un lundi matin , quelques 200 randonneurs pèlerins présents.

Je quitte la cathédrale vers 8h30 et me dirige seul à travers les rue du centre ville à la recherche du marquage rouge et blanc correspondant à celui du GR 70. Il faut faire attention car c’est la même couleur que le GR65 (Compostelle).

A peine sorti du centre ville, 2 couples sortant d’une voiture et qui se préparaient à partir pour Stevenson, m’abordent en me disant qu’ils me reconnaissaient car ils m’avaient vu l’an passé à Moissac sur le GR de Compostelle !!! A vrai dire je n’avais pas fait attention à eux , plus préoccupé à chercher le balisage.... Quelle coïncidence. Nous marcherons ensemble quelques kilomètres et ensuite je prendrai mon rythme habituel.

Je m’attendais à une météo plus douce côté température car même si j’ai eu un beau ciel bleu, le vent n’a cessé de souffler toute la journée m’obligeant à garder ma polaire voir mon coupe-vent à certains moments. Je me souviens que l’an passé, tout juste un an le 13 mai, il y avait plus de 40 cm de neige dans les rues du Puy et dans toute la région.

Cette première étape distante de 20 km n’a pas de grande difficulté. Le dénivelé est de 600 m environ , c’est très facile. Je suis arrivé au Monastier à 14h00 après une pause pique-nique en compagnie d’un couple de randonneur.

Je suis hébergé au gîte d’étape communal, seul dans ma chambre de 4 lits, cool cool je vais pouvoir 💤 tranquille .

Le départ du Puy en Velay  
Peut-être une descendance de Modestine!!! Elle me fait la gueule !!! 
Paysage du Velay : les Puy, les champs de lentilles... très vallonné  
Le chemin et ses animaux.... inoffensifs 
Le Monastier sur Gazeille, le vieux village beaucoup de circuits VTT et randonnées à faire 
3

Après une première journée d’échauffement, je commence déjà à allonger le pas et à faire quelques variantes ... Au programme du jour 30,9 km + 3km pour aller voir le lac du Bouchet soit 34 km.

Côté météo, temps sec ensoleillé mais toujours ce vent parfois froid m’obligeant à garder ma polaire toute la journée.

Mais avant tout, je dois vous avouer qu’hier soir j’ai passé la nuit à la Gendarmerie Nationale de Monastier: j’ai très bien dormi comme quoi...

Ancienne gendarmerie transformée en gîte communal  

Très belle étape avec beaucoup de dénivelés positives . Après avoir marché 7 à 8 km en direction de St Martin de Fugere sur un plateau à 1100m d’altitude dominant au loin les champs de volcans , je redescends rapidement sur le charmant petit village de Goudet qui compte 80 habitants environ . Situé aux confins de la Margeride, du Velay et Vivarais , je traverse de jolies vues sur les gorges de la Loire avec des descentes et remontées abruptes. Au dessus de Goudet et de la Loire, se dresse le château de Beaufort du XIIIeme.

Les gorges de la Loire à cet endroit sont encore sauvages. Elle a plus l’allure d’une rivière que du fleuve le plus long de France... mais nous ne sommes pas loin de sa source au Mont Gerbier de Jonc en Ardèche.

Après avoir contourné le château de Beaufort, je remonte à nouveau sur un plateau à 1100m d’altitude pour rejoindre Le Boucher St Nicolas : et hop encore 300m de dénivelé dans les mollets...

Arrivé au Bouchet St Nicolas à 14h30, il me reste 7km pour rejoindre le gîte communal de Landos. Sur les conseils de la boulangère épicière barman restauratrice ... (ils font tout ici dans un tout petit commerce) , je décide d’aller voir le lac du Bouchet à 1,5 km du bourg et qui est un lac de cratère volcanique qui remonte à plus de 300 000 ans et où son alimentation reste toujours un mystère.

Je serai le seul randonneur à faire cette petite variante avant de reprendre le GR 70 et regagner Landos. En chemin à défaut de taquiner les Modestine, je taquinerai les Noiraudes en les appelant à moi... et ça marche !!!

Entre croyances et réalités... 
Entre Ânes et vaches , les plateaux... 
Champ de lentilles. Au loin les arbres ne sont pas encore recouverts de feuilles au 15 mai 
Le Stevenson en Hte Loire  
Les gorges de la Loire. Le village de Goudet et son château  
Le lac de Costaros 
Le lac dans un cratère volcanique du Bouchet et son mystère  
Fin de l’étape à Landos 

Ce soir je dors au gîte communal de Landos. Nous sommes trois dans la chambre et gîte. Ambiance sympa.

Gîte de Landos 
4

Déjà la troisième étape, les journées passent très vite... ce matin je ferai chemin jusqu’à Pradelles avec Patrick un parisien expatrié à Québec et Anne qui tient un gîte d’étape avec son mari à Nasbinal dans l’Aubrac ensuite je poursuivrai seul sur une douzaine de km jusqu’à mon gîte au hameau de L’Herm perdu dans la campagne ... Tous deux ont passé la nuit au gîte avec moi à Landos. Au total j’aurai marché 29 km .

Toujours le soleil mais avec un vent froid qui souffle sans arrêt surtout sur les hauteurs .

Étape très variée entre collines , blocs de granit, verdure .... Ce n’est plus la Loire que j’ai franchi à 13h, mais l’Allier à Langogne. Changement également de département à Langogne, je suis dans la Lozère maintenant. En paysage, j’ai les collines de la Margeride tout au loin.

Avant de descendre sur Pradelles, l’altitude était de 1237m au niveau de La Fayette . Coupe vent plus que nécessaire presque toute la journée. Au loin on aperçoit le lac artificiel de Naussac

Le GR passe dans Pradelles, qui est un ancien bourg fortifié situé sur un flanc de coteau dominant l’Allier. Ce village est chargé d’histoire au niveau des guerres de religions. Petites ruelles tortueuses, porche de l’enceinte fortifiée avec remparts, fontaines ...

Je poursuis jusqu’à Langogne, bourg de 3000 habitants environ et situé juste à côté du lac de Naussac et comme Pradelles c’est un vieux village médiéval avec sa halle aux grains sur piles de granit et toit en lauzes montre l’importance du commerce qui transitait dans le bourg avec également la filature dont il ne reste plus que le musée. Je ne traînerai pas trop car je suis en plein dans la zone de la bête du Gevaudan et beaucoup de loups...

Entre Landos et Pradelles  
Les bêtes du jour  
Descente vers Pradelles 
Le lac de Naussac à Langogne 
Pradelles en Haute Loire 
Passage en Lozère à Langogne et l’Allier 
Langogne  
J’ai pas encore osé... mais ils viennent nous narguer jusque sur le chemin... 
Toujours pas vu un randonneur avec un âne, un vrai !!! 
Surprise, ce soir je dors dans un methaniseur  
Le poêle, c’est pour le fun je veux 3 couvertures, ça gèle la nuit ... 
5

J’ai passé une très belle nuit dans la yourte au gîte les Tartines de Modestine : Couché 22h, réveillé 6h... ce qui est très rare en ce qui me concerne. Ce matin mes 3 autres compagnons de chambrée m’ont dit qu’apparemment contrairement à eux, je me suis endormi de suite ... ils n’ont pas osé me dire la puissance de mon ronflement 😴 ...

Chaque soirée passée en gîte, les échanges portent beaucoup sur les randonnées que chacun à fait, les conseils , les variantes .... aurai-je assez de temps de mois, d’années pour faire les plus belles, les plus mythiques ? Enfin, ce qui me rassure c’est que les idées ne manquent pas, je suis loin de l’ennui.

Aujourd’hui 16 mai , petite émotion ce matin au départ de l’étape car cela fait exactement un an, je partais sur le chemin de St Jacques. Quelle belle aventure qui ne m’a pas laissé indifférent. Beaucoup de randonneurs sur le Stevenson ont fait le St Jacques ou du moins une partie que ce soit en France ou en Espagne voire plusieurs fois où plusieurs chemins différents.

Revenons à Stevenson avec une très belle étape de 27 km environ , beaucoup de dénivelés aussi bien positifs que négatifs mais avec un départ sous un beau soleil malgré la gelée blanche matinale. C’est pour moi, la plus belle étape côté nature depuis le départ du Puy en Velay . Mais les étapes suivantes sur le Mont Lozère surtout celle avec la montée au mont Finiel promettent encore de belles prises de vues . C’est la première fois que j’ai pu enlever la polaire en milieu de matinée jusqu’à l’arrivée à Laveyrune.

J’ai fait cette étape seul , au calme dans la plénitude. Le seul village traversé fût LUC .

La surprise depuis hier, c’est de trouver des champs de jonquilles au 16 mai.

Cela fait bien un mois que c’est fini chez nous en Côte d’or ou Hte Marne.


Pré de jonquilles 
Les maisons en granit à Fouzillac
Cheylard - l’Eveque  
La Lozère  
Le lac de l’Ouradou dans la forêt de la Gardille à 4 km avant Luc : superbe cadre pendant ma pause casse-croûte 
Entre Gevaudan et Vivarais, les ruines du château de Luc 
Le donjon du château transformé en chapelle en 1878 / année où Stevenson est passé par là quelques semaines après la consécration 
Franchissement à nouveau de l’Allier  et « non aux loups »
Autant de pissenlits annoncent une mauvaise récolte selon les agriculteurs... 

Ce soir je dors dans une colonie de vacances qui à la double fonction gîte / colo. Nous sommes une douzaine de marcheurs certains font le chemin de Regordane , d’autres comme moi Stevenson et d’autres St Gilles.

À Laveyrune je suis en Ardèche et de l’autre côté de L’Allier qui borde la commune, c’est la Lozère.

Demain, normalement il pleut, je vais pouvoir me remémorer l’année dernière sur le camino....


Passage de la Lozère en Ardèche et mon gîte dans une colonie de vacances : cool cool 
Patrick Le Québécois / il me fais une démonstration avec son drone  

Enfin j’ai trouvé une trace de l’aventure de Stevenson : plutôt de Modestine ...

Trace fraîche du sabot de Modestine .... je ne suis pas loin ... 
6

Pas facile de créer un carnet de voyage en live. Cela fait 2 heures que je passe sur l’étape d’aujourd’hui et au moment de transférer celle-ci, elle a disparu Grrr!!! A chaque fin d’étape, entre la douche, la petite lessive, les échanges entre marcheurs, parfois les courses à faire ou les heures de repas imposées, il reste peu de temps pour transférer les photos, les trier en gros, saisir les étapes malgré quelques coups de fatigue et donc la tête qui tombe sur mon mini iPad.

Je reprends donc, aujourd’hui cette courte étape avec seulement 13 km au programme en passant par l’abbaye de Notre Dame des Neiges.

Sauf qu’en repartant de l’abbaye, je prendrai le mauvais GR , le 72 au lieu du 70 car les panneaux sont anciens , peu visibles et avec la pluie, je ferai un détour avec 7 km supplémentaires en contournant tout le domaine de l’abbaye puis me retrouvant au col de ND des Neiges sur la route D4. Je rejoindrai la fin de l’étape par la route D4 jusqu’à LaBastide...

Entre Laveyrune et Labastide à plus de 1000 m d’altitude en Ardèche  

Eh oui la pluie fait son retour depuis ce matin 7h30 . Vu la faible distance à parcourir, je prends mon temps espérant que la pluie cesse. Du coup j’ai fait plus ample connaissance avec Jacques, un marcheur au long cours. Depuis 1984, il a parcouru plus de 40000 km sur tous les GR et chemins divers en Europe. « Vite vite avant de partir tu me donnes ton numéro de portables, je te rappèlerai pour avoir tes conseils avisés ». Il marche avec un bâton en bois sur lequel il a sculpté tous les GR et chemins principaux.

Jacques Sacré petit Bonhomme ... 

À 11h, Je ferai une halte pour visiter l’abbaye de Notre Dame des Neiges, je suis toujours en Ardèche. Avec la pluie et les nuages je prendrai peu de photos.

Les hommes qui ont marqué leur passage ici :

  • Le militaire Charles de Foucault où il se convertira comme moine ici avant que de partir au Sahara
  • Stevenson où il passera 3 jours. Malgré sa religion protestante, on trouve ses photos et récits sur les murs extérieurs mais également beaucoup d’ouvrages et articles sur lui à la boutique monastique.
Abbaye Notre Dame des Neiges en Ardèche  
À droite La Chapelle dédiée à Charles de Foucault 
Le passage de Charles de Foucault  

Malgré la pluie, le moral est bon, je profite de celle-ci pour tester mes chaussures, ma nouvelle veste Millet. Tout est au top, en enlevant ma cape de pluie, je suis sec, pas froid, c’est super je peux tenir quelques semaines, quelques mois dans ces conditions. L’expérience de St Jacques m’a servi aussi côté équipement.

Ce soir je suis à l’hôtel de la Grand’Halte à LaBastide: pas top mais pas d’autres choix tout est complet dans les gîtes et villages c’est pour cela que cette étape est si courte.

7
7

Départ ce matin de l’hôtel « la grand’Halte » à 8h15 un peu déçu. J’ai l’impression d’être un porte-monnaie sur pattes : hôtel pas sympathique car en arrivant hier après-midi avec la pluie et ma cape trempée, aucun mot d’accueil, savoir comment ça va, même pas un verre d’eau... « le dortoir est au 3ème » tu te débrouilles ... le repas très très simple, pas digne d’un marcheur qui a les crocs... j’apprendrai ce matin à l’épicerie de Chasserades que cet établissement a été rayé de la liste de l’association de Stevenson. Faute de place à l’hôtel « les Genêts » je n’avais pas d’autre solution et en plus j’avais déjà versé 15€ d’arrhes.

Prévoir environ 40 à 50€ en demi-pension par personne et par jour, plus les bières , en dortoir et 18 à 20€ sans le repas ni petit-déjeuner lorsque c’est possible c’est à dire si il y a la possibilité de se ravitailler à proximité.

Le ciel est gris ce matin mais pas de pluie, le chemin commence par une belle montée sur le plateau des Taillades célèbres aujourd’hui pour son parc éolien en cours de construction mais qui a été l’objet de fortes revendications et manifestations dans toute la région. Sans prendre partie, il est vrai que l’endroit et le nombre d’installations est impressionnant. Nous sommes à 1310m d’altitude donc ça souffle 💨💨 fort même au niveau des plantations de pins noirs.

Je pense à Don Quichotte de la Mancha et sa mule, les moulins à vent qu’il prend pour des géants... et nous avec nos moulins à vent du 21eme siècle , nos éoliennes... je marche seul durant toute l’étape à grands pas sans m’arrêter de peur que la pluie vienne me ralentir , hormis quelques pauses pour prendre les photos. Je ferai les 30 km en 6h avec de belles montées...

Parc éolien des Taillades entre LaBastide et Chasserades 

A Chasserades, je profite de la seule épicerie, boulangerie, bar restaurant... pour m’acheter de quoi manger ce midi. Je limite au maximum le poids de mon sac en achetant que le strict nécessaire comme vivre. Je regarde systématiquement dans mon topoguide où je peux me ravitailler et avant de quitter un gîte je me renseigne si ce n’est pas le jour hebdomadaire de fermeture sinon c’est la diète assurée. Mon sac pèse une douzaine de kg y compris 1,5 litre d’eau, pas d’objet superflu sinon direction La Poste et colis direct pour la maison.

Ce que j’ai sous-estimé , c’est la température encore basse en cette saison. Ma pair de gants fins et bonnet dont je me sers pour courir n’ auraient pas été de trop. J’ai croisé ce matin un marcheur qui faisait Stevenson du sud au nord et qui était au Mont Lozère hier sous la neige. ⛄️❄️ . Je verrai bien demain...

L’altitude durant toute l’étape du jour, était à plus de 1000m avec un maxi à 1413 m entre le village de L’Estampe et les ruines de Serremejean.

Village de Chasserades en Lozère. Stevenson dormira ici dans une chambre avec des Ingénieurs chargés des études de la voie ferrée 
Avec le soleil ce serait mieux 
Hameau de Mirandol. La voie ferrée n’existait pas encore mais était à l’étude lorsque Stevenson passa ici
Ça monte, ça monte, ce n’est pas plat la Lozère... Ruine de Serremejean 

Juste avant d’arriver au gîte , il y a la source du Lot sur le versant de la montagne du Goulet à 1272m d’altitude. Je ferai une petite variante de 2 km pour voir celle-ci.

La source du Lot en Lozère  
Les dégradés de verts et autres couleurs ...

Ce soir je dors au gîte d’étape des Alpiers en demi-pension : super gîte (récent) . Ça rattrape l’hôtel de la veille. La Mamy qui tient cet établissement est très accueillante et me dit qu’autrefois elle tenait un hôtel restaurant au Bleymard petit village à 2 km d’ici . Je retrouve Patrick Le Québécois et Michel mon compagnon de chambrée de la veille et bien sûr d’autres randonneurs. Je rédige mon carnet du jour, d’autres jouent aux cartes et d’autres bouquine devant la cheminée avec une vue splendide sur le mont Lozère. Ambiance calme et reposante, je récupère.

Gîte d’étape Les Alpiers vers Le Bleymard (Lozère) 

Demain je grimpe au Mont Lozère plus précisément le Mont Finiels à 1699m d’altitude. La météo ne semble pas terrible mais c’est ainsi.

8


Pas de Wifi pendant 2 jours je rattrape le retard.

C’est l’étape avec le point le plus haut de tout le chemin de Stevenson avec le sommet du mont Finiels à 1699m d’altitude. J’entre dans le Parc National des Cévennes.

Dès le départ, il faut mettre la cape de pluie, le ciel est chargé, il pleut. Je ne m’attends pas à une amélioration durant toute l’étape. La brume recouvre tous les massifs.

Tout le monde quitte le gîte des Alpiers à 8h00 en descendant direction le village du Bleymard. Nous sommes dimanche, il faut penser à faire le plein de vivres pour ce midi et ce soir à la petite supérette Le Bleymard.

Après le Bleymard commencent les choses sérieuses : je monte de 1069m à 1699 au sommet du Finiels.

Traversée du vIllage Le Bleymard 


Est-ce  Modestine  ?  Non il s’appelle Barbouille
C’est Catherine et Michel ou Evelyne et Daniel ? Et non c’est un autre couple  Barbouille ne ne semble pas vouloir aller au sommet
Je m’entraîne pour une prochaine rando. Ça souffle dur !!! 

Au sommet du Finiels, je suis rejoins par Michel « le Roannais ». La neige se met à tomber , visibilité nulle. On se prend en photo et poursuivons ensemble le chemin jusqu’à Pont de Montvert.

Au sommet du Finiels neige, pluie, brouillard  
Ça se dégage un peu côté brume mais la pluie tombera toute la journée  
Je suis trempé entre transpiration à la montée et pluie... 
Jonquilles et crocus avec la neige... 
Belle descente malgré tout 
Au loin le joli petit village Pont de Montvert 

J’arriverai à Pont de Montvert vers 14h 15 et direction le Gîte communal où j’ai réservé un lit.


Je vous montre des photos du Mont Finiels en août 2018 car nous avons déjà fait la montée avec Isabelle et mon fils Simon lors de notre séjour dans la région. Les conditions climatiques étaient meilleures ... la vue et couleurs sont sublimes .


Le Finiels en août 2018... Isa et Simon