Carnet de voyage

Riga en un clin d'oeil ;-)

21 étapes
19 commentaires
2
Un City break dans la capitale de la Lettonie
Octobre 2018
3 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Départ pour la Lettonie, cet état confetti à l'autre bout de l'Europe.

Depuis la France les vols directs sont assurés principalement par AirBaltic, compagnie mon cost locale. On part depuis Roissy.

Un vol banal mais raide puisque deux petites heures suffisent pour rallier la région baltique. Riga est doté d un aéroport moderne, de taille modeste eu égard à la taille du pays.

Conseil

A votre arrivée, vous pourrez rejoindre le centre ville par le bus 22, ou navette 222, pour 1.15€. La station est à la sortie du parking.

2


La première demi journée est consacrée à la découverte de la vieille ville, classée au Patrimoine mondial de l'Unesco. Une pléiade de monuments, et je commence par la belle façade de la Maison des Têtes Noires.

Les détails sont riches sur cette grande façade de couleur. L'attention se porte sur ces fameuses têtes noires, référence à St Maurice, martyr égyptien mort en Suisse.

On peut visiter l'intérieur avec sa grande salle de bal, une salle de repas et une salle de réunion. Ce n est pas très grand et un peu cher, 6€.

3

L'église Saint Jean est un grand édifice de brique dédié au culte protestant. On peut visiter, et surtout profiter de l'ascenseur conduisant à 120 mètres dans la flèche de l'église.

On découvre à 360 degrés une belle vue sur les toits, mais aussi les monuments qui bordent toute la vieille ville.

4

Un symbole fort pour les Mettons maintes fois occupés par les Russes ou les Allemands

5

Notre promenade nous conduit dans le centre de Riga. Plus vivant sur la vieille ville, on trouve des magasins, de l'animation... le premier monument croise sera la cathédrale de la nativité.


Beau monument orthodoxe de l'époque XIXème influence russe. Les soviets l'avaient transformés en restaurant mais il a retrouvé son utilisation religieuse dans les années 2000.


6
7

Cet édifice dénote avec ses briques rouges. Cette église est construite fin XIXème pour la communauté luthérienne germano-balte.

8

Riga a connu un belle période d'expansion à compter du début XXÈME siècle. Le quartier d'Art Nouveau est le témoignage architectural de cette époque.


La rue Alberta est la plus représentative au nord est du quartier central. C est le coin un peu chichis avec des ambassades cossues un peu partout.

On est aussi remonter la rue Elisabeth, longue artère bordée de nombreux oeuvres très colorés.

9

Un immeuble principalement propre de découvrir ce qui se trouve derrière les belles façades. Le 12 de la rue Alberta dispose de deux musées plongeant les visiteurs au début du XXème siècle.


Le premier reconstitue l'appartement d'un peintre officiel. On découvre sous les toits un modeste intérieur avec quelques toiles du maître, 2€ la visite.


Plusnoriginzl, le centre d'art Nouveau reconstitue un appartement plus bourgeois. La visite comprend un musée virtuel très sympa, un stand photo rigolo et quelques personnages costumés. La bonne a préparé des petits gateauxcpour les visiteurs du jour. :😀

10

Émouvante visite dans cette forêt à quelques kilomètres du centre

Le Cimetière est installé dans une forêt. Les tombes étant au les des arbres.


Mais le coeur de la visite, C est le carré unitaire, ici quelle le cimetière des Frères. Le Monument rend hommage aux Mettons tombés au cours de la 1re Guerre Mondiale et la Guerre d'indépendance.



Le Monument

A quelques jours du Centenaire de la Grande Guerre, cette visite fait méditer sur Le sort des Frères.

11

Entre cafétéria et cantoche, le XL Pelmeçi propose le repas aux fauchés, routards ou oiseaux de nuit en fin de nuit.



Tu choisis ici le contenu de ton bol, entre beignets au poulet, ravioli de boeuf ou encore raviole de porc. On peut agrémenter de mayo, de salade de légumes ou de crème fraîche.... La petite dame pése au bout du bout.


Ma gamelle reviendra à 4 euros et des brouettes. Vraiment pas cher. Du coup, on peut se jeter un petite bière à 2€ le demi.

12
13

Il y a deux centres à Riga. La vieille ville est la plus te chercher des touristes offre un peu plus d'animation au soir tombé.

Faisons ensemble quelques pas dans ce quartier médiéval sous cette fraîche soirée de novembre.

La Maison du Chat
BelleS FaçadeS Art Nouveau
La Caserne de Jacob
Le théâtre national
Le décompte du Centenaire
Le Château de Riga, palais présidentiel
La Mairie et la Maison des Têtes Noires
14

Eloihnons nous de la ville. Le tralway nous conduit dans un quartier populaire au sud de Riga. Ici, le cyrillique remplace le letton. Nous sommes sur Mauscova Iela, le quartier russe de la ville.


C'est un ancien ghetto juif de l'époque années 40. Les traces historiques sont rares sinon cette modeste plaque commémorative rappelant l'ancien cimetière juif.


Les vieilles maisons en brique rendent aux maisons de bois, marque d'un quartier pauvre et laissé a l'abandon.

Petite petite dans ce quartier désuet, une église orthodoxe consacrée à l'Archange Gabriel.

15

Cet espace en libre accès offre une lecture historique du quartier. C'est une visite émouvante avec une reconstitution du Ghetto pour mieux comprendre la vie des juifs sous la Guerre.


16
17

Comme 100.000 Mettons, passons au marché couvert de Riga. Derrière la gare, de gigantesques hangars servaient de base aux zeppelins. Comme ce mode de transport est tombé en désuétude, même à Riga, ils sont devenus le second marché couvert d'Europe


C'est une visite très sympa pour découvrir les étals et la vie quotidienne de Riga. Chaque pavillon propôse un type de produits : viande, poisson, légumes, bric à brac...


Si les kilomètres d étals ne vous suffisent pas, il y à la reste dehors. Mais le top sera de dégotter un en cas à grignoter dur là ce, au milieu des clients réguliers du marché.

18

En attendant de retrouver ses locaux d'origine, sur la place de la mairie, cet espace présente la iseograhie dédiée à l'occupation du pays par les Nazies et l'URSS. De grands panneaux présentent en plusieurs langues le quotidien du pays sous le joug des dictatures du XXème siècle.


Il faut comprendre que le pays n'existe en tant que nation que depuis 100 ans. Mais il ne connaît son indépendance intégrale sue depuis 1991 avec la disparition du bloc soviétique.

Paradoxalement, et loin de nos analyses, la construction européenne est donc l'occasion de se prémunir des dominations extérieures que le pays ne connaît que trop bien.


19

Un grand et beau musée surtout consacré à la peinture. Il reflète assez bien l'évolution, les époques et les influences politiques.


20

Honni soit le Routard. Visiter l'autre rive de la rivière lettone se mérite, en absence totale d'indications ou de lieux précis à découvrir.


Un peu au hasard, cher Balthazar, on trouve pèle même le marché couvert du quartier d'Agenskalna, les maisons en bois de la rue Eduard Smilgà, un beaublycée, ou encore le jardin des plantes de Riga.

Ce quartier dispose d'un fort potentiel mais n'est pas du tout mise en valeur. Il est vraiment intéressant pour autant car c'est l'endroit où on voit plus les habitants au quotidien.

Les deux autres quartiers centraux ne sont pas des lieux de vie très développés.

21

Ainsi se conclut se voyage de deux jours et demi dans la capitale de la Lettonie.


En si peu de temps, on peut voir tout de même un maximum de choses. La ville n est pas très grande et les points d'intérêt sont assez


Si le temps m'en avait permis j'aurais pu faire une excursion un peu plus loin que Riga par exemple sur les plages de la mer Baltique. Il y a aussi un chouette château à une centaine de kilomètres.


Quelques conseils si la Lettonie vous tente pour un prochain voyage :

- Hyper facile de s'y rendre et de visiter. Des vols directs partent depuis Paris et Bordeaux avec AirBaltic, on paye en euro, la quasi totalité des Lettons que vous croiserez parlement anglais ou russe.

- Se déplacer à Riga n'a rien de compliqué avec un bon réseau de transports en commun avec bus, tramway et trolley. Un site web très bien fait explique le fonctionnement du réseau en anglais. Des bornes permettent d'acheter des billets facilement. Le principal à visiter se fait à pied sans problème.

- Le coût de la vie est très abordable, même si malheureusement les quartiers touristiques s'alignent de ceux d'une grande ville provinciale en France. On peut manger pour une dizaine d'euros pour boire un sérieux pour 3 €.

- Les visites reviennent généralement à 3€ environ. La plus chère, 9 € pour monter au sommet de l'église St Pierre. Plusieurs musées sont gratuits avec principe de la libre participation.

- Vous pourrez agrémenter votre séjour d'une soirée culturelle, à partir de la riche programmation de l'opéra National.