Carnet de voyage

L'Egypte le long du Nil

Dernière étape postée il y a 1329 jours
Deux jours à la découverte du Caire et une semaine de croisière sur le Nil entre Louxor et Abu Simbel Voyage programmé par Kuoni - Mars 2019
Mars 2019
11 jours
Partager ce carnet de voyage
1
La facade du musée egyptien du Caire 

Quelle meilleure introduction, quelle meilleure invitation au voyage que le musée egyptien du Caire ? Nos premiers pas nous conduisent au coeur de la capitale de l'Egypte, au Caire. Pour encore quelques mois, le musée egyptien se situe dans ce beau bâtiment donnant sur la célèbre Place Tahrir. Il sera déplacé bientôt dans un gigantesque bâtiment à deux pas des pyramides.

Ce beau projet sacrifiera sans doute la visite du musée historique, d'une belle architecture fondée en 1902 par Auguste Mariette, et devenu en un siècle la référence des egyptophiles.


Quelques clichés vous permettront d'apprécier les volumes 
Une sélection des pièces croisées 

Nous avons pris aprti de visiter les allées tranquillement. De nous laisser haper par l'âme et la magie des lieux. Toute la force de cette visite, c'est de se laisser aimanter par l'énergie et la beauté des sculptures, des objets qui ont traversé le temps jusqu'à nous.

La visite recèle de surprises, dont la plus originale reste l'omniprésence de jeunes étudiantes en graphisme tâtant le crayon devant les plus belles pièces du musée.

Les points d'orgue du musée, incontournables fortement chargés en emotion, sont la salle des momies et la salle consacrée à Touthankhamon. Dans lesquelles les photos ne peuvent pas être prises malheureusement. Trichons un peu avec une image de presse pour le masque du Pharaon Toutankhamon. 😀

Comment exprimer la sensation en se trouvant nez à nez avec le visage de ce jeune garçon ? La pureté du visage épouse à la pureté de l'or. Le regard de l'enfant plonge dans celui du visiteur. On reste scotché par autant de beauté. Rarement un objet m'a paru dégager autant d'énergie.


En une visite de quatre heures, je dois avouer avec le recul que ce tour de musée a été un concentré de ce que nous allions vivre en Egypte pendant onze jours. Sentir l'énergie des civilisations passées. Contempler l'éternité sous la forme matérielle. Dépasser le niveau culturel pour aller vers la sensation de chaque découverte. Ressentir une puissance magique à chaque instant.

Comme nous allons le vivre pendant ce voyage, il ne s'agira pas de voir mais de vivre pleinement l'expérience exceptionnelle de rencontrer les Pharaons.

2
2
Publié le 29 mars 2019

C'est depuis le centre-ville du Caire que nous faisions connaissance avec le Nil, ce fleuve mythique qui sera le fil conducteur et la route à suivre pendant onze jours. Que ce soit en plein coeur de la jungle urbaine, dans des quartiers plus tranquilles, cette première rencontre avec le fleuve le plus long du monde recèle déjà une part de mystère.

Jusqu'où remonterons nous au fil du Nil ?

3
3
Publié le 29 mars 2019

On nous conduit depuis le musée jusq'au quartier de Khân al-Khalili. La longue traversée de la ville donne une sensation étrange. Depuis les fenêtres de notre bus, il me paraît être un extraterrestre contemplant un univers très éloigné de nos repères et de nos conceptions de l'espace urbain et de ces paysages tel qu'ils se dessinent dans l'horizon occidental.

La densité très concentré, les bouchons (1h30 pour faire quelques kilomètres), le cimetière occupé par les habitants bien vivants... Cette trop rapide traversée est un gros choc culturel.

L'arrivée dans le grand souk nous mèle de sentiments contradictoires. Entre l'apparence carte postale et bibelots made in china, le côté commerce apparaît comme de grosses ficelles attrape-touristes. Mais il y a aussi les impressionnantes architectures de ce quartier, connu pour être au coeur du Caire Islamique. On part visiter la Mosquée Al-Hussein. Quelle surprise de voir les Egyptiens s'y retrouver comme nous nous retrouvons à la terasse du café. Certains prient. La plupart discutent avec leurs potes. La majorité viennent se prélasser et profiter de la fraicheur. Et certains même en profitent pour piquer un petit roupillon (les tapis sont plutôt confortables).

Dans les rues adjacentes, un parfum d'Orient avec cette ambiance de rues, joyeuses et animées. La rue est un espace d'activité, de contact. Tout y est charnel, tactile et dense. Le bruit des conversations, le tohu-bohue des klaxons. La chaleur, des odeurs des épices. Les corps se bousculant dans la foule. Je suis tout de suite à l'aise dans cette ambiance.

Une demi-heure ! C'est le contrat qui nous permis de passer un laps de temps trop court, malheureusement, avant de reprendre le car pour un long retour à l'hôtel. Trop peu de temps pour faire un véritable tour du quartier. Mais déjà une bonne raison de revenir pour découvrir avec plus de temps cette ville. 😀

4
4
Publié le 30 mars 2019

Elles sont là. Toutes les trois. Sur le plateau de Gizeh, surélévé par rapport aux derniers boulevards de la ville, les pyramides nous contemplent.

Lorsque nous arrivons au petit matin, le smog de la métropole cairote plane encore sur le plateau. On quitte pourtant l'urbanisation galopante pour pénétrer dans le désert : du sable et des cailloux. Plus on s'approche, plus elles paraissent grandes.

Au pied de la pyramide de Kheops 

Quarante siècles nous contemplent depuis ces sommets, dont la plus grande - Kheops - dévisage les petits passants à plus de 135 mètres de hauteur. Nous sommes impressionnés par ces blocs gigantesques, ces volumes infinis.

Le mystère de ces pyramides reste de comprendre la prouesse architecturale et la capacité technique à ériger de tels monuments. En fait, aucune étude n'a su expliquer de manière satisfaisante comment bâtir de tels monuments. Tel est la magie des pyramides.

  • La précision dans la taille des blocs
  • la main d'oeuvre nécessaire et la durée : 10.000 hommes pendant plus de 20 ans
  • le transport des matières depuis Assouan, à 1000 km
  • l'absence d'outils pour les charges lourdes

Et surtout en premier lieu, comment techniquement emmener les charges à 140 mètres de hauteur ?


Le Sphinx de Gizeh est l'autre incontournable. Mis un peu en contrebas, avec ces seulement 20 mètres de hauteur, il parait plus petit. Imaginez vous que cette sculpture a été taillée à même le sol et qu'elle fut entièrement recouverte par le sable pendant des siècles.


On passe tous au son et lumière archi célèbre. Dans une ambiance hors du temps, un savnt jeu des lumières permet au Sphinx de nous parler et de sublimer les pyramides sous un texte brillament écrit par notre éternel ministre de la Culture, André Malraux.

5
5
Publié le 7 avril 2019

Si tu viens jusqu'à Saqarra, tu sortiras de la torpeur d'une ville tentaculaire. Bien qu'assez proche de la métropole cairote, Saqarra est placée aux portes du désert. Tu traverseras la campagne verdoyante irriguée par les eaux du Nil. C'est ce contraste saisissant qui te permet de comprendre le Don du Nil.

Alors, Saqqarah, c'est quoi ? Il s'agit surtout d'un vaste complexe funéraire sur le plateau de Memphis. Une surface approchant les 20 kilomètres. On passe de la ville à la végétation. Puis au sable et au désert. Cette vaste zone nous plonge dan sune autre univers où règne le silence et un sentiment d'éternité.

Il faut se laisser imprégner par cette ambiance, si difficile à décrire. Peu de visiteurs donc une atmosphère silencieuse. Un soleil cognant de chaleur, un ciel bleu, et des cailloux dorant depuis des millénaires sous la lumière

Le monument emblématique du site reste la pyramide à degrés de Djeser, reconnaissable à ces marches géantes. Elle est l'élement central d'un très grand site comportant des colonnades, des chapelles, autels et autres lieux de culte. Ce complexe est à rattacher à l'architecte Imoteph, popularisé par les films de genre comme La Momie, Le Retour de la Momie ou encore La Momie IV - Résurrection. Plus sérieusement, il s'agit de la sépulture du Pharaon Djéser. Le pharaon ne repose pas dans la pyramide mais en dessous. En effet, un vaste réseau de galerie souterraine a été mis en place pour son repos éternel.

On ne visite pas l'intérieur quoique nous croisâmes quelques millionnaires américains ayant les privilèges d'une exploration privée monnayée contre plusieurs milliers d'euros. En revanche, la visite du site permet de comprendre son organisation, notamment autour des colonnades.

Quelques pas nous conduisent vers un autre site funéraire, très différent mais tout aussi saisissant. Notez le très impressionnant trou qui pourrait paraîter irréel.

La visite s'est poursuivie par la découverte d'un temple permettant d'approcher de magnifiques hiéroglyphes et dessins dont les couleurs sont de toute beauté. On rest coi devant les illustrations qui ont su traverser les millénaires pour nous raconter les scènes de vie de l'Egypte antique.

Pour finir, et vraiment pour le fun, une visite d'une petite pyramide a conduit notre petite troupe une quinzaine de mètres sous terre. Un dernier moment de plaisir avant de quitter cette terre de désert qui accueille pour le sommeil éternel les Pharaons endormis.