Carnet de voyage

Japon

Deux semaines au Japon entre Nara, Kyoto, le mont Fuji et Tokyo.
Du 5 au 19 juin 2019
15 jours
Partager ce carnet de voyage
1

On arrive à l'aéroport d'Okinawa vers 18h, ça y est on est au Japon (truc de ouf!) !

De grands panneaux Nintendo nous accueillent dès la sortie de l'avion: bienvenue à l'autre bout du monde, au pays des jeux vidéos, de Nintendo et Sega 😀.

On prend le bus pour aller à Nara à une bonne heure de trajet de là. C'est l'ancienne capital du Japon, la ville compte environ 360 000 habitants.

On arrive à la tombée de la nuit vers 20h et on est frappé par le calme qui règne. Il faut savoir qu'au Japon les gens mangent super tôt, par exemple au restaurant les derniers services sont souvent vers 20h...

On rejoint une auberge de jeunesse "capsules" c'est-à-dire avec des lits caissons encastrés les uns à côté des autres. Franchement on y est super bien, une prise, du wifi, un rideau au bout du caisson pour être tranquille, on est au top!

Le premier passage aux toilettes arrive: Waw! Toilettes de dingues! Quand tu t’assoies la cuvette est chauffante et tu as un panneau de contrôle sur le mur pour te laver au jet d'eau 😀 Une expérience particulièrement marrante surtout quand tu n'arrives pas à arrêter le jet 😀😀

Le lendemain, direction le célèbre parc de Nara. Il y a environ 1200 cerfs et biches qui s'y promènent en complète liberté, une expérience hors du commun!

Du coup on s'est fait des potes.

On part ensuite visiter le jardin Isuien, dans le plus pur style japonais: de l'eau, des nénuphars, des petites collines, des galets, de la mousse...

On continue la ballade et on tombe sur un immense "portique" en bois qui marque l'accès à l'entrée du complexe du Todai-Ji.

Voici le Todai-Ji, classé au patrimoine mondial de l'humanité de l'Unesco, absolument immense! C'est le plus grand bâtiment en bois du monde et il abrite un Bouddha en bronze de 450 tonnes pour 18 mètres de haut.

On visite plusieurs autres temples plus petits puis on prend le train en direction de Kyoto.

2

Kyoto est la 5è ville du Japon avec ses 1 500 000 habitants. Elle est connue pour être la capitale artistique et religieuse du pays avec ses 6100 temples (!!!) et 300 sanctuaires.

En arrivant on retrouve le calme, la propreté et le sentiment de sécurité qu'on avait en Chine mais en plus il y a ici un niveau incroyablement élevé de courtoisie et de savoir-vivre ensemble. Dans chaque magasin, à chaque passage en caisse, à chaque guichet, partout, tu as l'impression d'être le président de la république. C'est mille sourires, mille égards, des Arigatoooo (merci) en voici en voilà!

Tout n'est que douceur, prévenance, sourires et Arigatooo.

On note par ailleurs que dans la rue personne ne fume, personne! En 4 jours à Kyoto on a croisé un seul homme qui fumait dans la rue... Au Japon il est interdit de fumer dans la rue sauf dans des espaces extérieurs bien délimités et dans certains bars.


Pour notre première journée de visite il pleut et le temps est frais (19°) donc on en profite pour aller visiter le Kyoto International Manga Museum, la Mecque du Manga. Les photos sont interdites mais globalement sur 4 étages on trouve des murs entiers couverts de tous les mangas possibles, dans toutes les langues. Le tout avec force détails, chronologies, anecdotes, vidéos explicatives, etc. On y passe une bonne heure avec plaisir!

Le lendemain le soleil revient donc on part donc visiter le célèbre Pavillon d'Or.

On passe jeter un oeil à un plus petit temple à quelques minutes de marche. Petit mais charmant! On voit nos premiers torii, ces "arches rouges". Ce sont des portails traditionnels japonais érigés à l'entrée des sanctuaires shintoïstes.

On visite également le Pavillon d'Argent (qui n'est pas recouvert d'argent dû à des problèmes de trésorerie à l'époque).

Les japonais sont friands de "jardins secs" c'est-à-dire de jardins avec du sable blanc ratissé. Au pied du pavillon on peut donc admirer un joli "château de sable" parfaitement bien ratissé 😀

Un peu plus loin c'est même un océan de sable ratissé! Quelle technique 😀

Le jardin du Pavillon d'Argent est très coloré, très joli.

On repart par le chemin des philosophes, une balade de 2km au bord d'un canal.


On se promène également dans les quartiers de Gion et Pontocho avec leurs ruelles charmantes, leurs maisons de thé et leurs restaurants. On a même l'occasion de croiser quelques (apprenties?) geishas.

On visite beaucoup de temples notamment:

Le temple Sanjusangen-Do (notre préféré mais photos interdites...) avec une immense salle remplie de 1001 statues en bois (à taille humaine) autour d'un Bouddha, le tout noyé dans des vapeurs d'encens et un silence religieux, une ambiance étonnante!

Le temple Ryoan-Ji (temple du dragon paisible) et son jardin zen. Un rectangle de 200 mètres carrés avec 15 pierres, la légende dit que peut importe où on se place, on ne peut jamais en voir plus de 14 d'un coup. Honnêtement on n'a pas essayé.

Le temple Fushimi-Inari en l'honneur de la déesse... Inari ! Les dons des fidèles permettent de construire des torii, le domaine du temple en compte déjà plus de 30 000 !! On peut donc faire une longue balade jusqu'au sommet de la montagne dans des chemins marqués par les torii.

Pour notre dernière matinée on part dans l'ouest de la ville pour visiter une forêt de bambous.

Il est temps de quitter Kyoto, on prend un bus de nuit pour la capitale: Tokyo!

3

On part en excursion d'une journée au départ de Tokyo (un article du blog couvrira l'intégralité de Tokyo) pour espérer voir le fameux Mont Fuji situé à 100 kilomètres au sud-ouest de la capitale. Du haut de ses 3.776 mètres d'altitude, il domine le Japon et l'océan Pacifique et est l'un des symboles majeurs du Japon.

La météo est capricieuse depuis quelques jours et les nuages cachent souvent le volcan donc on a tablé sur la plus belle journée et on croise les doigts. Allez mon grand ne fais pas le rebelle aujourd'hui!

On rejoint la région du lac Kawaguchi en train et nous décidons d'aller voir la ' Chureito Pagoda ' qui nous promet un magnifique panorama sur le Mont Fuji.

Ce qu'on espère voir:

Après avoir monté 400 marches, le verdict tombe:

On aperçoit un bout du sommet mais on en veut plus!

On décide de partir pique niquer pour le déjeuner au bord du lac Kawaguchi.

Là on plus de chance, les nuages se décalent et nous laissent admirer le Mont et son sommet enneigé. Il trône là, majestueux, au milieux de paysages relativement plats. On déjeune émerveillés au bord du lac, heureux!

Mont Fuji: c'est fait, Yes! 😀

4

Nouvelle excursion d'une journée au départ de Tokyo en direction de Hakone. La ville est située au cœur du parc national de Fuji-Hakone-Izu, à l'ouest de Tokyo, et est connue pour ses sources d'eau chaude et le panorama qu'elle offre sur l'emblématique volcan du Mont Fuji.

Après 1h30 de train on arrive dans la ville, entourée de collines boisées, et on se rend au bord du lac.

En arrière du lac au milieu de la photo on devrait voir le Mont Fuji mais il y a trop de nuages, pas grave on l'a déjà vu 😀 ! L'objet de notre venue à Hakone est tout autre: nous rendre dans un onsen. Un onsen est un bain thermal japonais. Ce sont des bains chauds communs intérieurs ou extérieurs, l'eau est issue de sources volcaniques parfois réputées pour leurs vertues thérapeutiques et la nudité y est de rigueur.

On a essayé le Onsen "Tenzan Onsen" car les tatouages sont prohibés dans la majorité des onsens et celui-ci les accepte (#Andrea). On a vraiment apprécié l'expérience! Dès l'entrée on sent l'atmosphère zen, tout est calme, les gens chuchotent, c'est d'emblée relaxant. Ensuite les hommes/femmes se séparent et vont chacun dans leurs bains car c'est non mixte. On arrive dans un vestiaire où on se met nu puis on sort dehors et on se dirige vers la douche c'est-à-dire qu'on s'assoit sur un tabouret face à une glace (les uns à côté des autres) et on a du gel douche / shampooing et un pommeau de douche à disposition. Ensuite il y a différents bassins d'eau, plus ou moins grands et plus ou moins chauds.

C'est assez rare de se retrouver nu entre hommes/femmes dans un endroit de ce genre, à ma connaissance hors plages nudistes ça n'existe pas chez nous. Donc une expérience sympa, au bout du monde. Après le bain on se douche à nouveau puis on se rhabille et on peut aller se reposer et faire la sieste dans un coin détente avec des tatamis au sol.

En résumé, on a adoré l'expérience du onsen : on a découvert le bain thermal nu au Japon, on s'est bien relaxé et on s'est bien marré 😀!

5

On y est ! Tokyo!!! La mégalopole du bout du monde avec ses 34 millions d'habitants, en permanent bouillonnement avec des foules parfois impressionnantes. Pour autant on y trouve une atmosphère calme et on se sent en sécurité partout, à toute heure. Le miracle japonais sûrement.

La ville accueillera les JO d'été en 2020 et doit s'y préparer mais nous n'avons pas noté de bouleversement majeur au cours de nos visites.

Le plan du métro fait peur au premier regard néanmoins il s'avère au final simple à utiliser. Au cours des quelques jours passés à Tokyo nous avons avalé les kilomètres (il faut parfois 15min de marche uniquement pour sortir de la station de métro...). Nous avons logé dans le centre-ville dans deux auberges de jeunesse en dortoirs pour environ 20-25€ la nuit pour 2 (et nous recommandons chaudement l'Hostel Wahaku Kura) et nous avons rayonné dans les différents quartiers de la capitale pour percevoir les différentes atmosphères qui y régnaient. Et on n'a pas été déçus!! 😀

On commence en douceur avec les abords du Palais Impérial. On ne peut qu'en apercevoir la silhouette car il est fermé au public mais il en impose et les remparts et les douves tranchent avec les buildings qui leur font face.

Direction le quartier d'Hakihabara, appelé le quartier de l'Electronique. Le paradis des fans de mangas, de jeux vidéos, de maid cafés et... d' électronique!

Non je ne vais pas vous parler du sex-shop sur 8 étages qu'on a visité (😀) mais de tout le reste! Commençons par les maid cafés. Ce sont des cafés où les serveuses sont déguisées en soubrettes (délire japonais !), ils sont légions à Akihabara! Des maid women jouent les rabatteuses tous les 10 mètres sur le trottoir. J'en ai pris une en photo (et oui elle m'a grillé 😀).

Vous reprendrez bien un peu du dernier boys band à la mode? 😀

Parmi les établissement qui nous ont étonné au Japon et notamment à Akhibara, il y a la quantité astronomique de magasins remplis de "Ufo-Catchers", des machines avec des pinces pour essayer d'attraper des peluches et figurines de mangas. Il y a également des salles de casinos où les japonais jouent avec des pièces (et parfois des billes!?) dans des espèces de machines à sous avec un écran central où des mangas passent, le tout dans un environnement incroyablement bruyant (un truc à devenir sourd en 1h franchement) avec des éclats de lumières aveuglants de partout et une épaisse fumée de clopes dans tout l' établissement (un lieu horrible en somme 😀 ).

Ci-dessous des photos d'Ufo-Catchers. On notera la présence du mec en costard qui, sur sa pause de midi, a dépensé une fortune devant nos yeux pour essayer d'attraper une figurine Dragon Ball Z.

La dernière photo est une machine qui délivre - comme en France - une boule contenant une petite figurine. En France c'est dans les supermarchés à la sortie des caisses et tout le monde s'en fout mais au Japon ils adorent, il y en a partout!

Enfin, last but not least, les salles de jeux vidéos tokyoïtes nous ont impressionné voir sidéré. Premièrement il y en a beaucoup, souvent sur plusieurs étages, et elles sont toujours bondées mais surtout on a rencontré les plus gros geeks EVER. Au Japon ils ont pas mal de jeux vidéos sous la forme d'un gros pupitre contenant un écran et plusieurs boutons sur lesquels il faut appuyer à un rythme donné genre Guitar Hero mais sur pupitre. Un exemple:

Ce qui est dingue c'est qu'on a croisé des professionnels du "Guitar Hero sur pupitre", des champions ès boutons à toute vitesse, des virtuoses du pianotage, des machines jouant sur des machines. Nous n'avions jamais vu ça de notre vie, les mecs tapotent à un rythme effréné sur leurs pupitres dans une sorte de transe mystique. Il faut le voir pour comprendre donc je mets deux vidéos ci-dessous. La première dure une minute et montre bien le jeu avec des variations de rythme (et en prime ma tête en milieu de vidéo). La deuxième vidéo ne dure que 10 secondes, c'est le même jeu mais au niveau extraterrestre, s'il ne faut en voir qu'une des 2 c'est celle-ci. Dingue.

Ensuite, ballade dans le quartier d'Harajuku, le quartier des rebelles. Le quartier des piercings, des tatouages, de l'underground, des artistes, des looks "gothic lollita punk", rappeurs américains et même le look "banane sur le torse" (wesh!).

Sans transition: Etape culinaire. Un petit creux? Arrêt au fameux marché Tsukiji bien sûr, le plus grand marché de gros de poissons et fruits de mer du monde. Quel plaisir de déjeuner des sushis frais ici, à la source! 😀

Au Japon l'univers Manga est omniprésent, on en trouve partout : des présentoirs dans les centres commerciaux, des statues dans les rues, etc.

On visite également le quartier de Shibuya et la célèbre place Hachiko qui tire son nom d'un chien qui serait venu attendre à la gare son maître décédé tous les jours pendant 10 ans.

La place Hachiko a des airs de Times Square avec ses grand bulidings couverts d'écrans géants de publicités en tous genres. Sur la place se trouve aussi le plus grand passage piéton du monde. Il se retrouve envahi en quelques secondes par une foule dense allant jusqu'à plusieurs milliers de personnes.

On fait un tour dans les quartiers de Roppongi et Shiodome pour le plaisir de se balader au bord du canal et voir la Tokyo Skytree: laplus grande tour de radiodiffusion du monde (634 mètres).

Pour le dernier jour, matinée entre mec (avec moi-même 😀) avec une virée à Odaiba, le nouveau quartier high-tech de Tokyo situé sur une île artificielle.

Après un bref saut voir la réplique de Gundam à l'échelle 1:1 (issu d'une franchise d'animation japonaise), je me dirige vers l'activité du jour: le centre Sega Joypolis, un parc proposant des jeux d'arcades, des simulateurs et des attractions, le tout en s'appuyant sur les propriétés intellectuelles de Sega. J'espère vraiment y trouver un ou deux trucs de dingue genre jeux vidéos du futur.

Verdict? Bien ou pas bien le Sega Joypolis? Pour faire court: j'ai été globalement déçu par le parc... mais j'ai quand même testé un jeu de fou, le jeu du futur, de loin le meilleur jeu vidéo de ma vie!

Le jeu s'appelle Zero Latency VR et j'ai payé 18€ pour faire une partie d'une petite demi-heure. On joue à plusieurs, on était 4 (le max est 6), le jeu est un jeu de shoot de zombies en VR (réalité virtuelle) avec "déplacements réels". Dans un premier temps on s'équipe avec un sac à dos, un casque VR, un casque sur les oreilles avec micro et un énorme flingue (on se prendrait presque pour Master Chief). Ensuite on entre dans une grande pièce de 300 mètres carrés, là on met le casque VR sur les yeux, le système nous reconnait et on voit directement apparaître sur notre écran nos collègues du jour sous des avatars de militaires. Le jeu est fait de telle sorte qu'on a des alertes quand on s'approche trop près d'un mur ou de son collègue. Ensuite la mission commence.

Ce qui est dingue c'est qu'on se déplace librement dans cette grande pièce tout en étant dans un autre monde. On n'a pas shooté des zombies dans le canapé avec un casque VR sur les yeux en bougeant avec des manettes, on a vraiment marché parfois presque couru, on est (virtuellement) monté sur des toits, monté en hélico, on s'est fait attaquer par des hordes de zombies etc. Vraiment énorme.

Voici le lien présentant le jeu avec quelques vidéos même s'il faut le vivre pour ressentir pleinement le truc 😀

http://tokyo-joypolis.com/language/english/attraction/1st/zerolatency/index.html


Toutes les bonnes choses ayant une fin, je suis ressorti du Sega Joypolis (ravi) et avant de partir je suis passé dire bonjour à la réplique miniature de la Statue de la Liberté placée devant le Rainbow Bridge.

6

Bilan de ces deux semaines au Japon:

Le Japon est un pays ultra-développé (3è puissance économique mondiale) qui nous a surtout séduit par le niveau hallucinant de courtoisie et de savoir-vivre ensemble de ses habitants. Les rues des villes sont par ailleurs très propres, calmes et on se sent en sécurité partout. Il y a même des enfants tous petits (début de primaire) qui vont à l'école seuls en métro dans cette grande ville de 34 millions d'habitants.

Il semble difficilement concevable de voir la même chose à Paris car - ne nous voilons pas la face - le niveau de sécurité y est nettement inférieur malheureusement.

On a beaucoup apprécié nos visites à Nara, Kyoto, Mont Fuji, Tokyo et notre test des onsens. On referait tout pareil 😀. Peut-être juste un regret: il n'y avait pas de tournoi de Sumo au mois de Juin et les entraînements n'étaient pas dans la région sur cette période, une autre fois!

Côté budget, et malgré un gros écart (restaurant gastronomique), notre expert-comptable est plus que ravi, nous explosons à la baisse notre budget prévisionnel quotidien au Japon et terminons en nette avance. Tellement que nous effaçons les écarts négatifs des pays précédents et sommes même en avance de plusieurs centaines d'euros au total. A mi-parcours du voyage on est au top! 😀

Hé oui le voyage avance, à la fin du Japon nous sommes à quelques jours de la moitié du voyage. Dans 3 mois il faudra rentrer. Honnêtement ça ne nous fait ni chaud ni froid, pour ma part j'ai l'impression d'être parti depuis super longtemps et d'être à la fin du voyage alors que pas du tout 😀. Trop cool! Il nous reste encore plein de belles choses à vivre et à voir, next step: Malaysia!


On se quitte avec nos 3 tops/flops du Japon:

Tops Andréa: L'art de vivre à la japonaise (#Ikigaï), le côté décalé de Tokyo, notre escapade au Mont Fuji et les onsens (ça fait 4 mais Andréa insiste 😀).

Flops Andréa: Un restaurant japonais raté car cher et avec de minuscules portions, la complexité et la taille du métro de Tokyo, les clim' qui font du zèle dans les dortoirs et les métros.


Tops Pierre: Pique-niquer au bord du lac Kawaguchi en face du Mont Fuji, le quartier d'Akihabara avec ses jeux vidéos/maid cafés, le jeu vidéo en VR du turfu 😀.

Flops Pierre: Prix élevés donc obligation de dormir séparés dans des dortoirs en auberges de jeunesses pour réduire les coûts, la météo mitigée qui nous a rappelé nos pénates (#bimdanslesdents), la clim' du dernier dortoir qui a tenté (et presque réussi) de nous faire attraper la mort.