1 semaine à Java puis 3 semaines à Bali
Du 15 juillet au 11 août 2019
4 semaines
Partager ce carnet de voyage
1

Nous commençons notre voyage en Indonésie par l'île de Java et plus précisément à Yogyakarta (prononcer "Djogdjakarta"). Java est l'île la plus peuplée du monde avec 150 millions d'habitants soit 60% de la population indonésienne.

On arrive à Yogyakarta vers 14h et on commence par réserver un transport pour le lendemain pour aller visiter les temples de Borobudur et Prambanan, tous deux classés au patrimoine mondiale de l'Humanité.

En attendant, on profite du restaurant à côté de notre Guesthouse avec son thé glacé au citron à 0,25€? ses pâtes "mie goreng" à 0,70€ et son burger frites à 1,3€... On se régale pour quasiment rien 😀!

Le lendemain matin, départ à 5h du matin en minibus (ce n'est que le début d'une série de courtes nuits!). On arrive à Borobudur à l'ouverture sur les coups de 6h. Ce temple bouddhiste, construit vers l'an 800, est impressionnant. C'est une grande pyramide avec une base carrée de 113m de côté et comportant plusieurs étages. La terrasse supérieure est elle-même composée de 3 terrasses circulaires bordées de 72 stûpas en pierre. Ces stûpas se présentent sous forme de "cloches" de pierre et chacune abrite à l'intérieur une statue de Bouddha.

Ensuite on reprend notre mini-bus, on profite du trajet pour faire une micro-sieste et on arrive au site de Prambanan. Il s'agit d'une plaine rassemblant un grand nombre de temples hindous. On se balade pendant 1h30 entre les principaux. Ils sont impressionnants et nous rappellent les architectures des temples d'Angkor!

2

Le lendemain matin on se lève tôt pour poursuivre notre périple en direction du Mont Bromo.

Le réveil sonne à 5h (un peu après l'appel à la prière de la mosquée située à 50 mètres), on prend le train à 7h en direction de Probolinggo pour rejoindre ensuite la ville de Cemoro Lawang située à deux pas du Mont Bromo. Le trajet en train dure 9h et on est en classe Eco donc on se retrouve assis sur des banquettes de 3 qui se font face. Le trajet se fait donc en complète immersion dans la population locale, on se marre bien, on sympathise avec nos voisins qui sont intrigués par notre présence et on prend quelques selfies 😀!

On arrive enfin sur les coups de 16h. Là les choses sérieuses commencent. On doit absolument trouver un transport pour nous rendre à Cemoro Lawang à 1h30/2h d'ici car on dort là-bas.

Le "hic" c'est qu'on a lu tout un tas de blogs qui indiquent la même chose: la mafia a la main-mise sur les transports à Probolinggo et il va falloir filouter pour s'en sortir à moindre frais! On sait par exemple que pour aller de la gare à la gare routière il faut prendre un bus jaune. Mais si on demande à ce bus jaune d'aller à la gare routière, il y a 100% de chances qu'il nous emmène à une fausse gare routière tenue par la mafia d'où on aura un transport à minimum 2-3x plus cher.

On demande donc au fameux bus jaune de nous déposer à un hôtel situé à 2 pas de la vraie gare routière histoire de ne pas éveiller les soupçons. On arrive à l'hôtel, on marche 5min jusqu'à la gare routière, on trouve le bon bus mais le chauffeur nous indique qu'il ne partira que lorsque le bus est plein (15 personnes) or nous sommes les premiers. On commence donc à attendre mais personne n'arrive et la nuit commence à tomber. Je pars donc en recherche de wifi pour trouver un Grab mais tous les Grab acceptent puis annulent la course sans raison, étonnant! En fait ils n'ont pas le droit de nous emmener au Mont Bromo car la mafia les surveille (...).

Finalement un autre couple (de belges) arrivent et en désespoir de cause on décide de payer à 4 le "prix du bus". Un bus rempli vaut 500 000 IDR (soit 31€), si on avait était 15 on aurait payé 2€ par personne mais on paiera donc 31/4 soit près de 8€ chacun (c'est vrai qu'il y a pire 😀).

On arrive à 19h30 à Cemoro Lawang, dans un homestay au confort spartiate. On n'est pas loin de 2000 mètres d'altitude, la température est bien tombée, il ne fait plus que quelques degrés. On dîne une soupe chaude locale absolument délicieuse ("Bakso"), on sympathise avec des locaux qui se réchauffent auprès du feu à côté de nous puis on va se coucher vers 23h.

A 2h30 du matin le réveille sonne (aïe) et à 3h on est dehors, équipés, toutes nos couches de vêtements empilées. La lampe torche à la main, on part pour une randonnée de 1h30 pour atteindre un View Point d'où on devrait voir le lever du soleil sur le Mont Bromo.

La montée est relativement facile, niveau cardio il faut être un minimum sportif mais on commence à être bien aguerri par le voyage (pour être humbles! La version officieuse c'est qu'on est devenu des machines de guerre 😀!).

On arrive au point de vue à 4h30, il fait froid, il y a du vent, c'est ultra-humide et pour cause: on est dans une épaisse nappe de brouillard. Malheureusement le brouillard ne se lève pas et vers 6h on rend les armes et on redescend. Ce sera pour une autre fois, c'est bien d'avoir fait l'effort mais cette fois-ci c'est raté 😀!

On rentre et on fait une (grosse) sieste de 7h30 à 11h30 puis on part en direction de la caldeira du Mont Bromo. Voici la définition de Wikipédia: Une caldeira ou caldera est une vaste dépression circulaire ou elliptique, généralement d'ordre kilométrique, souvent à fond plat, située au cœur de certains grands édifices volcaniques et résultant d'une éruption qui vide la chambre magmatique sous-jacente.

Oui cette définition est une horreur, mais rassurez-vous on va mettre des photos 😀!

Normalement il faut payer pour se rendre au Mont Bromo (15€/pers) mais on a entendu parler d'un passage secret à côté d'un restaurant que les gens du village empruntent gratuitement. On y va mais le passage est gardé par une guérite avec 4 mecs dedans. Merde! On s'approche l'air de rien, on regarde la vue et on prend 2-3 photos, on se retourne et là le coup de chance: il reste un seul garde qui ferme la guérite et qui s'en va (il est 13h15, l'heure du déjeuner?). On fonce et on emprunte le passage! 30€ d'économisés!

La vue d'en haut est prometteuse!

En bas du chemin on se retrouve donc dans un immense espace plat (la fameuse Caldeira), ultra poussiéreux et devant nous trônent majestueusement plusieurs volcans.

Plus on s'approche plus il y a de poussière, le phénomène est majoré par l'incessant ballet de Jeep et de motos qui emmènent des touristes au Mont Bromo. Face à toute cette poussière volcanique, on se couvre au maximum!

On marche pendant près de 45 minutes en direction du volcan Bromo (qui est à gauche du gros volcan au milieu des photos). Sur notre route on trouve - en dehors de la poussière - des pierres volcaniques projetées là lors des dernières éruptions...

On arrive enfin au petit village improvisé au pied du Mont Bromo. On croise des indonésiens portant des sacs de pommes de terres, des poulets vivants, etc. Ils vont les jeter en offrandes dans le cratère du volcan. On a de la chance, aujourd'hui est une journée de fête pour les indonésiens et ils sont des centaines à s'être rendus au Mont Bromo 😀!

On arrive aux marches permettant de monter sur le bord du cratère:

Et ça y est, on y est! Waw! C'est l'un des spectacle les plus dingues qu'on ait vu (ever) ! Le cratère est absolument immense, il se dégage de la cheminée du volcan un épais panache de fumée blanche qui change de forme en fonction du vent. En se retournant, on surplombe toute la caldeira, immense étendue désertique poussiéreuse. Le spectacle est absolument hallucinant.


Quelques indonésiens descendent - à leurs risques et périls - dans le cratère et, munis de grandes épuisettes, ils essaient d'attraper au vol les offrandes (notamment les billets) lancées d'en haut. C'est un spectacle à la fois amusant et terriblement triste. On voit des enfants d'à peine 10 ans l'épuisette à la main, sur une pente dangereuse, pieds nus dans 10cm de poussière noire de volcan...

Après cette expédition dans la caldeira et au bord du cratère, le ciel est dégagé donc on se chauffe pour se refaire l'ascension jusqu'au point de vue du matin histoire de ne pas rester sur une vision de brouillard. Du coup on prend une Jeep qui nous dépose au village puis on fait du stop et un grand père nous emmène au départ du sentier piéton. Et on attaque à nouveau la montée effectuée le matin même à 3h. C'est une sacrée journée sportive: on terminera à 21,5km de marche!!

Mais l'effort vaut le coup: enfin on prend de la hauteur et on voit l'immense paysage se dessiner sous nos yeux. Le site du Bromo est formé de 3 volcans, le Bromo étant à gauche. La caldeira fait 11 km de diamètre et ressemble par endroits à une mer de sable lunaire. Époustouflant!


3

Le lendemain de l'excursion du Mont Bromo, on part à 8h30 pour retourner à Probolinggo d'où on prend le train à 11h et on arrive à Banyuwangi à 15h. Comme on n'arrête pas une équipe qui gagne, nous avons prévu de faire l'ascension d'un deuxième volcan dans la foulée: le Mont Ijen.

Après une courte nuit, le réveil sonne de bon matin à 23h50 (est-ce le matin à cette heure là?). On prend un mini-bus qui nous emmène au pied du Mont Ijen, et à 1h30 du matin on commence la montée qui va durer 2 heures. Le chemin pour monter est clean, c'est une route goudronnée la plupart du temps, mais elle est ultra pentue, nos cuisses / mollets encore fatigués des 21km de la veille au Mont Bromo sont mis à rude épreuve!

On arrive en haut du volcan en pleine nuit et on se laisse tenter par la descente dans le cratère, terrible erreur 😦! En bas le clou du spectacle est censé être des éclairs bleus dûs à la combustion de soufre mais à part une lueur bleue on ne voit rien de spécial. Par contre on prend de la fumée de soufre plein la tronche, il est impensable de rester là à se faire intoxiquer donc on quitte notre groupe et on remonte quasi immédiatement.

De retour au sommet il y a beaucoup de vent et il fait un froid de canard donc on s'abrite derrière des rochers et on attend le lever du soleil. Les premières lueurs du jour arrivent enfin et on peut admirer la vue 😀!

Le Kawah Ijen abrite un lac sulfureux aux teintes turquoises réputé être le lac le plus acide de la planète! Il contient également une solfatare c'est-à-dire des dépôts de soufre et de la vapeur sortant de terre et contenant d'importantes quantités de soufre (à gauche sur l'image).



Près de 300 hommes travaillent sur ce gisement de soufre à ciel ouvert. C'est clairement l'un des pires métiers du monde. Chaque homme se charge de 40 à 70kg de soufre sur les épaules et remonte le cratère sur plusieurs kilomètres avant de redescendre et recommencer. Le tout en étant entourés constamment par des émanations sulfureuses toxiques. Ils sont rémunérés 5 centimes du kilo soit 4€ pour 80kg... Quel travail épouvantable...

La redescente du volcan se fait plus vite que la montée mais le pente est tellement forte qu'on a du mal à retenir nos jambes !


Arrivés en bas on reprend le mini-bus pour aller chercher nos backpacks à la Guesthouse puis on part pour Bali! 😀

4

De retour de notre ascension du Mont Ijen, on récupère nos backpacks et on prend un mini-bus en direction du port situé à l’extrême Est de l'île de Java. Après 45 minutes de bâteau, ça y est, nous sommes à Bali! YES! Andrea est ravie d'y être, c'est un rêve d'enfant qui se réalise et pour ma part j'y reviens 4 ans après y être allé une première fois!

On prend un bus public en direction de Pemuteran, notre premier arrêt à Bali. Au départ du bus je demande au chauffeur le prix du billet, il me répond et m'indique de surtout ne payer personne d'autre que lui. Ok, facile le chauffeur a un t-shirt bleu. On s'installe dans le bus et 3min après un mec au t-shirt noir monte par l'arrière et me demande de payer le ticket de bus. Non mon brave homme, mauvaise couleur de t-shirt 😀! Ils sont filous ces balinais!

Arrivés à Pemuteran on fait une énorme nuit - méritée - et le lendemain on part en excursion snorkeling dans la réserve de Menjangan. Le temps est superbe et le paysage pas mal du tout avec les volcans de Java en arrière-plan.


On rentre en milieu d'après-midi et on termine la journée sur la plage de sable noir de Pemuteran.

Le lendemain matin on prend un Grab pour 2h de route en direction de la ville de Munduk.

5

La ville de Munduk est située dans le nord de Bali, dans les montagnes. On s'y rend en quête de beaux paysages, de fraîcheur et de calme et nous ne sommes pas déçus. Pour notre première après-midi sur place on se lance dans "la promenade des cascades": une balade dans la nature avec 4 cascades à voir. Finalement on fait demi-tour au bout de 2 cascades: le chemin est assez rude avec pas mal de marches et on a encore les jambes vraiment fatiguées de nos deux ascensions successives de volcans et de la journée Snorkeling. On a besoin de quelques jours de repos 😀 !


Le lendemain, on loue un scooter pour la journée (heureux de se remettre en selle!) et on part visiter les lacs alentours.

On fait également un arrêt au temple "Ulun Danu Beratan", situé sur le lac Beratan.

L'après midi nous allons voir des rizières en terrasse, le paysage est vraiment sympa😀!

La journée s'achève autour d'un apéro à la Guesthouse avec un joli Sunset😉.

Le lendemain matin nous partons pour Amed à l'est de Bali à environ 3h de route. On s'attend à du monde sur la route car c'est un jour de repos pour les balinais qui se rendent tous à une importante cérémonie religieuse.

6

Effectivement la route pour Amed nous prend plus de temps que prévu: près de 5h au lieu de 3h.

Aujourd'hui c'est un jour de fête pour les balinais avec la cérémonie "Galungan" qui célèbre la création de l’univers et commémore la victoire du bien sur le mal (un joli programme!).

La veille de Galungan, des penjor (arches de bambous décorées de feuilles de coco) sont érigés devant les habitations et les autels des temples domestiques sont habillés de parures jaunes. Tout le long de la route, dans chaque village les rues étaient bondées et nous avons pu observer les familles balinaises se diriger vers les temples dans leurs tenues traditionnelles, des offrandes pleins les bras.



Après ce bon moment sur la route nous arrivons à Amed et nous prenons le temps d'apprécier la vue du balcon de notre nouveau logement! On n'est pas bien là!? 😀

La ville d'Amed ne présente que peu d'intérêt si ce n'est la découverte rapide de ses plages de sable noir avec en toile de fond le Mont Batur, célèbre volcan Balinais.


On ne s'attarde pas dans le coin, dès le lendemain midi nous mettons les voiles pour l'île de Gili Trawagan.

7

Lors du départ pour l'île de Gili Trawagan (également appelée "Gili T") il y a un monde fou à l'embarquement qui se fait directement sur la plage et la majorité des gens sont avec de grosses valises de voyage. Deux mondes se croisent: nous et nos backpacks, partis en voyage en immersion depuis plus de 4 mois et une majorité de touristes qui démarrent leurs 2 ou 3 semaines de vacances d'été. La vérité c'est que moins on croise de touristes et mieux on se porte: en 4 mois de voyage nous avons passé l’essentiel de notre temps en étant seuls avec des locaux ou de rares voyageurs et la présence soudaine d'énormément de touristes nous ennuie. J'étais déjà allé à Gili T il y a 4 ans donc je savais à quoi m'attendre mais ma façon de voyager a changé et nos attentes du moment, et pour les semaines de voyages restantes, sont clairement de privilégier au maximum l'immersion dans la vie locale, loin des touristes et proche de la nature.

On arrive sur l'île après 1h30 de traversée et on débarque directement sur la plage les pieds dans l'eau. L'île est réputée pour être un lieu festif, la majorité des touristes sont jeunes mais on trouve également quelques familles.

Au programme, détente sur la plage:


Un peu de snorkeling:

Et de très beaux couchers de soleil chaque soir!



On quitte l'île au bout de 3 jours pour rejoindre une autre île plus au sud et normalement beaucoup moins fréquentée par les touristes: Nusa Penida.

8

On embarque à Gili T avec tellement de monde sur la plage qu'on se serait cru un matin à 9h sur un quai de métro/RER parisien (oui c'est l'horreur😀) et au terme d'un trajet de près de 4h on arrive à Nusa Penida.

Au débarquement nous ne sommes pas plus d'une quinzaine de personnes (c'est plus rassurant déjà!). On louvoie entre les locaux qui nous proposent un taxi à des prix absolument hallucinants: ils commencent tous à 150 000 roupies (10€) alors que nous avons besoin de parcourir à peine 4km, on trouverait le même prix en France! Un 4è mec avec une tête sympa s'approche, je lui parle, il nous propose 250 000, on éclate de rire et on s'éloigne de la plage pour avoir de meilleurs tarifs. Après une ultime négo - rondement menée - on aboutit à un tarif de 60 000 roupies (4€) et on prend la route de notre Guesthouse "Arie's Guesthouse" (logement qu'on a adoré!).

Le lendemain matin on loue un scooter pour 3 jours et on prend la direction de Kelingking Beach. Le spot est magnifique: on arrive en haut d'une falaise au bord de l'océan avec (loin) en contrebas une petite plage isolée. La vue est superbe!

Arrivés là, forcément on veut descendre en bas. C'est là que ça se complique. Nous déconseillons fortement la descente à toute personne peu ou pas sportive. La descente est abrupte et s'apparente souvent à de l'escalade. La remontée est encore plus physique, la chaleur écrasante n'arrangeant rien. Nous ne nous sommes jamais autant donnés pour aller à la plage, mais ça vaut le coup 😀!

Pour se baigner il faut rester au bord de l'eau car il y a beaucoup de courant et les vagues sont très puissantes, tout le monde s'amuse donc à jouer dans l'eau dans une bonne ambiance 😀.

L'après-midi on se rend à Broken Beach. Une partie de la falaise s'est effondrée (d'où le nom) et une arche s'est formée sur la zone qui borde la mer. Très mignon!

Juste à côté il y a Angel's Billabong, une piscine naturelle qui surplombe l'océan. Sympa!

Pour finir cette journée on a le choix entre faire 18km sur une belle route ou prendre un raccourci de 3-4km sur un petit chemin tout pourri. Bien sûr on choisi le raccourci et on se retrouve parfois dans des passages vraiment foireux mais le conducteur garde le sourire 😀!

On arrive avant le coucher du soleil sur la plage de Crystal Bay où on profite du Sunset.

Le soir nous sommes carbonisés donc à 21h30 tout le monde dort (terminé bonsoir!).

De bon matin le lendemain on reprend la route de Crystal Bay où on loue un bateau pour une sortie snorkeling.

Le bateau nous emmène notamment à Manta Point, le spot où on espère voir des raies mantas.

Coup de chance incroyable, à l'instant où je saute dans l'eau, je voie une raie manta s'approcher de moi. La scène est stupéfiante, l'animal est énorme mais très gracieux. J'arrive à capturer une petite vidéo que vous trouverez ci-dessous. La vérité c'est que j'ai été tellement scotché par ce que je voyais qu'à un moment j'en ai oublié de nager pour la suivre. Et impossible de la rattraper, elle nage vite la bougresse!


L'après-midi on se rend à la plage de Diamond Beach située à flanc de falaise mais on se rend compte que la plage n'est ensoleillée que le matin et on arrive un peu trop tard 😦...

C'est pas grave, on profite de la vue et on se rabat sur sa voisine, la plage d'Atuh Beach.


C'est déjà la fin de nos 4 jours à Nusa Penida. Nous avons adoré l'île, les paysages sont sublimes et il fait bon s'y détendre. C'est pour l'instant notre coup de coeur à Bali!

Côté affluence, nous sommes encore très loin de ce qu'on retrouve à Gili Trawangan et au sud de Bali mais il semble y avoir de plus en plus de touristes à venir et on voit beaucoup de nouvelles constructions en cours. Les principaux axes routiers ont par ailleurs été récemment goudronnés donc tout porte à croire que cette île encore relativement préservée du tourisme de masse ne le restera pas longtemps...

9

On arrive à Jimbaran, au nord de la péninsule du Bukit, au sud de l'île de Bali. On y loge une nuit et l'idée est de se servir de la ville comme camp de base pour aller explorer le Bukit, mondialement réputé pour ses spots de surfs.

On arrive en fin de matinée, on loue un scooter et nous voici en route pour aller voir une première plage: Bingin!

On a une bonne demi-heure de route pour y arriver et tout se passe bien jusqu'au moment où... on se fait racketter par les flics 😀😀. Ce n'était pas prévu au programme mais why not, une expérience de plus😀! A un moment sur la route on voit une sorte de barrage filtrant de policiers qui n'arrêtent que les scooters, mais pas tous, non bien sûr, uniquement les scooters conduits par des occidentaux! Déjà là ça ne sent pas bon... Le policier nous arrête et nous demande notre permis de conduire international. Evidemment on ne l'a pas pris, il est resté dans la valise, personne ne nous en parle jamais ni ne l'a réclamé dans tous les pays visités. Ne pouvant produire le document, le policier m'indique que je dois m'acquitter d'une amende de 1 millions de roupies (environ 65€) à aller payer à Denpasar à 20km d'ici OU ALORS je lui donne 300 000 rouPies en cash tout de suite (20€) et on n'en parle plus. Bon, le constat est clair: sous couvert de faire respecter la loi (mais que pour les occidentaux hein...), les flics arrondissent les fins de mois (euh...là on est en début de mois par contre...).

Pas facile de savoir en temps réel quelle posture adopter, je décide donc pour commencer de refuser de payer pour voir ce qu'il se passe. Du coup le policier me fait traverser la route et m'emmène dans le poste de police, je me retrouve dans un bureau entouré de 3 policiers qui me refont le même discours et me pressent de payer les 300 000. Je tiens bon et refuse de payer. Les 3 policiers sortent et indiquent à un 4è que je ne veux pas payer, ce 4è me reprend à part et me dit de payer le pot-de-vin sinon sur le bureau d'à côté ils vont dresser mon amende de 1 million. Et effectivement je vois des gens faire la queue à un bureau où des sortes de PV sont dressés. Je décide de changer d'option et de partir en négo, je dis que 300 000 c'est impossible, je propose 50 000. Le policier éclate de rire et me dit que c'est 200 000 minimum. Je sors un billet de 100 000 et lui dit que je n'ai que ça (c'est faux j'ai 3 millions sur moi) et que ce sera 100 000 ou rien. Le policier accepte les 100 000 roupies (7€) et on reprend la route de la plage!😀


On arrive enfin à la plage de Bingin, c'est petit, c'est mignon, la mer est basse et avec peu de vagues mais on voit néanmoins au loin quelques surfeurs essayer de dompter les rouleaux. On se trouve un spot sympa où on déjeune face à la mer puis on lézarde sur la plage.

Le lendemain matin on se rend à Uluwatu pour voir le fameux temple perché au sommet de la falaise. On arrive parmi les premiers visiteurs, l'endroit est désert et heureusement car on trouve que l'endroit est clairement surcoté. La vue est sympa mais semblable à un tas d'autres à Bali et le temple n'est pas ouvert au public.

On ne s'attarde pas et on rebrousse chemin vers l'entrée. On croise quelques singes et un jeune singe filou arrive à faire peur à Andrea qui, surprise, recule et perd sa tong. Immédiatement le singe s'empare de la tong et s'enfuit... Merde! Le singe ne veut pas la rendre, on fait appel à un vigile du parc qui appelle un collègue. Le collègue arrive en scoot, jette un sachet de maïs au singe qui se rue dessus et abandonne la tong qui n'était en fait qu'une monnaie d'échange 😀!

Direction la plage d'Uluwatu Suluban où on se pose dans un bar surplombant le bord de mer et on sirote un jus en regardant les surfeurs défier les éléments.


On passe voir d'autres plages sur la route du retour mais elles retiennent moins notre attention.

Après un rapide déjeuner un prend un Grab en direction de Seminyak, station balnéaire située le long de la côté ouest, plus au nord.

10

On a réservé 3 nuits à Seminyak histoire de prendre le temps de se reposer au bord de la mer.

La ville est blindée de touristes, les prix sont exorbitants, la plage manque de charme et est remplie de transats payants, globalement ce stop ne restera pas dans nos mémoires... si ce n'est notre session d'initiation au surf 😀! Quitte à être ici, autant monter sur une planche! On en loue une chacun pour 1h (7€ l'heure) et on s'amuse dans les rouleaux, avec quelques réussites et pas mal de belles gamelles 😀.


En dehors de la plage on passe du temps à lire et à se reposer dans notre charmante guesthouse (Shalana Homestay) et on se régale tous les midis au restaurant Shelter (incontournable!) situé à deux pas.

Après ces quelques jours de détente, on part pour Ubud, notre dernier arrêt à Bali.

11

Nous voici à Ubud, le centre culturel et artistique de Bali. On y reste 6 jours pour prendre le temps. Côté logement on s'est fait plaisir: on loge dans une belle villa avec piscine à 3km du centre-ville.

Pour notre première journée sur place, on passe voir le temps Saraswati et ses nénuphars (cramés par le soleil).

Puis on se balade sur la Campuhan Ridge Walk, une jolie promenade dans la nature à deux pas du centre d'Ubud.

L'après-midi on part en scooter visiter le temple Gunung Kawi Sebatu :

Puis on se rend au temple de Tirta Empul, célèbre pour son eau de source sacrée. Les hindous balinais s'y rendent pour une purification rituelle, et Andréa aussi 😀.

A Ubud on profite aussi des beaux paysages environnants, on a de la chance les rizières sont bien vertes !

On visite également le complexe de Gunung Kawi avec ses sanctuaires creusés dans la falaise.

Outre les visites, à Ubud on passe (on l'avoue) un temps certain au restaurant, à se régaler dans les nombreux restaurants végétariens / végétaliens. L'ambiance y est ultra décontractée, nature, on croise beaucoup de personnes en tenues de yoga, tout le monde est peace, souriant, en pleine conscience, nous sommes dans une bulle de bien-être!

Mention spéciale pour le restaurant Moksa qu'on a adoré et qui sert à table les aliments issus de son potager en permaculture situé à l'arrière de l'établissement (photos ci-dessous). On a également apprécié les restaurants The Elephant, Sage et Melting Wok Warung (pour ne citer qu'eux).

Nos vacances à Ubud se terminent de belle manière avec mon anniversaire: je souffle mes 30 bougies😀!

Pour l'occasion on a le plaisir de retrouver Thomas, un ami qui se trouve lui aussi à Bali en vacances avec deux potes. On dîne tous ensemble au restaurant Bridges et on passe une très bonne soirée. Quel plaisir de revoir un visage connu après 4 mois et demi loin de chez nous !

12

Nous arrivons au terme de notre voyage d'un mois en Indonésie après 1 semaine à Java et 3 semaines à Bali. Cette étape a été magique et restera dans nos mémoires comme un temps fort du voyage. Nous nous sommes donnés physiquement avec l'ascension de deux volcans, nous avons vu des paysages à couper le souffle à Java, nous avons fait du snorkeling avec tout un tas de poissons, des tortues, une raie manta, nous avons nourri nos corps de vitamine D sous le soleil de Bali, nous avons découvert des plages magnifiques à Nusa Penida, nous avons senti battre le coeur de Bali à Ubud, nous nous sommes profondément ressourcés dans son atmosphère zen emplie de spiritualité et de pleine conscience, nous nous sommes régalés dans ses innombrables restaurants proposant de la healthy food, et enfin nous avons y fêté mes 30 ans de belle manière 😀.


Nos 3 tops/flops:

Tops Andrea: L'atmosphère d'Ubud, Nusa Penida, les soins en Spas.

Flops Andrea: le manque d'intérêt de Jimbaran, la descente dans la soufrière du mont Ijen, les lieux trop touristiques (Gili Trawagan, le centre d'Ubud, Seminyak).


Tops Pierre: l'incroyable mont Bromo, l'île de Nusa Penida à Bali, les délicieux restaurants végétariens à Ubud (Moksa notamment).

Flops Pierre: Le sunrise raté au mont Bromo, la descente dans la soufrière du mont Ijen, la plage bondée et sans charme de Seminyak.



Nous prenons maintenant l'avion pour rejoindre la 9ème et avant-dernière étape de notre tour d'Asie: le Myanmar (Birmanie)!


Pour continuer à suivre nos aventures en Asie, voici le lien vers nos carnets de voyage:

https://www.myatlas.com/PierreEtAndrea/tour-d-asie