1 mois en Chine: un voyage de près de 5 000 kilomètres du Yunnan jusqu'à Pékin
Du 8 mai au 5 juin 2019
29 jours
Ce carnet de voyage est privé, ne le partagez pas sans l'autorisation de l'auteur.
1

Levés de bon matin, on arrive à 7h à l'ouverture de la frontière Vietnam – Chine à Lao Cai. On passe rapidement côté Vietnam et on se retrouve sur le pont séparant les deux pays.

On passe sans encombres la frontière chinoise en une dizaine de minutes et ça y est ! On est en Chine !

On est franchement surexcités d'être en Chine, dans notre esprit c'est l'autre bout du monde, c'est presque un autre monde. Autant on avait l'impression d'être en grandes vacances au Cambodge – Laos – Vietnam autant là le vrai voyage commence!

On sort du poste frontière et on se rend vite compte qu'en Chine personne ne parle anglais donc tout devient une aventure : se repérer, prendre le bus, le train... On essaie de prendre un taxi pour aller à la station de bus mais le chauffeur ne comprend strictement rien à ce qu'on lui raconte. Je lui traduis en chinois sur Google Traduction, je lui montre la carte sur mon portable, il ne comprend pas mieux. Il demande à ses collègues, personne ne comprend rien, on rigole tous mais on n'avance pas. Finalement on décide de monter dans le taxi malgré tout, on s'aide de la map et on le guide de la main 😀


On arrive à bon port au bout de quelques minutes. Euh c'est lequel notre bus ?

Au guichet la dame ne parle pas anglais (non plus) mais on a une réservation Booking et l'application nous traduit l'adresse (top!). Elle saisit où on veut aller et on avance : je lui donne mon téléphone en mode alarme et elle le règle sur l'heure de départ du bus puis en mode calculatrice pour qu'elle me donne le montant pour deux. Et là on se dit qu' heureusement on a au moins les chiffres en commun !


On prend donc le bus pour Xinjie (3h de route), on en prend ensuite un autre pour Nansha (1h), puis un van privé pour les 45 dernières minutes jusqu'à la ville de Laozhai. La chauffeuse s'arrête au milieu du trajet pour nous demander de passer au fond du van et nous cacher sous les sièges pour que la police qui contrôle la route ne nous voit pas et ne nous fasse pas payer le droit d'entrée pour arriver à Yuanyang (un peu moins de 3€/pers). Moment de rigolade cachés derrière les sièges, on adore !


On dort chez Jacky's Guesthouse dans la ville de Laozhai, en plein milieu des rizières en étages. Les rizières de Yuanyang ont la réputation d'être les plus belles rizières de Chine. Et ce n'est pas volé, le spectacle est grandiose! Le paysage semble avoir été sculpté comme par magie. En fait non, c'est l'oeuvre de la minorité Hani qui pendant des siècles a façonné toute la montagne. Le résultat est incroyable, ce travail titanesque donne des rizières à perte de vue à flan de montagne. C'est absolument sublime!


Après cette belle entrée en matière en Chine, on prend le bus en direction de Jianshui.

2

On arrive à Jianshui en fin d'après-midi après quelques heures de bus. On a réservé un AirBnB chez un chinois (moins cher que l'hôtel - 9€ la nuit). Grosse galère pour trouver le logement, on tourne pendant deux bonnes heures, finalement le wifi de MacDonalds nous sauve la mise. Notre logeur s'avère être une crème: sympa, arrangeant, le cœur sur la main. Il nous ramènera même à la gare, portera le sac d'Andréa pendant 15-20min, nous aidera à acheter les billets et nous quittera juste à la montée du train.


Depuis Jianshui on part visiter le petit village de Tuanshan situé à une quinzaine de kilomètres. Il est comme figé dans le temps, il s'en dégage une atmosphère particulière, on a parfois l'impression d'être dans un décor de film.

Au retour on s'arrête au pont du double dragon (rien que ça 😀)

Le lendemain on se lève tôt pour aller visiter le temple de Confucius (le 2è plus grand du pays).

A l'entrée du site il y a des dizaines de chinois - hommes et femmes d'un certain âge - qui font, par petits groupes, un réveil musculaire avec de la musique en dansant. C'est franchement énorme. On ne résiste pas au plaisir de mettre une vidéo pour permettre de mieux sentir l'ambiance.

A Jianshui on est frappé par le peu de bruit dans les rues (pourtant bondées). Une des raisons: 99,9% des scooters sont électriques. Bravo les chinois! On a croisé un seul scooter avec un pot d'échappement, lui a dû écoper d'un gros malus écologique sur son permis scooter chinois 😀


Après 2 jours à Jianshui on prend le train en direction de Kunming.

3

Kunming est une ville chinoise de taille moyenne (4 millions d'habitants tout de même...).

On y fait un arrêt express, on n'a même pas pris le temps d'aller se balader en ville, l'objet de notre venue est de nous rendre à proximité, dans la ville de Shilin, pour voir la Forêt de pierres.

On a lu pas mal de choses sur Shilin disant que c'était cher, ultra touristique genre Disneyland mais que c'était à voir. Après réflexion, argumentation, contre-argumentation, nous sommes arrivés à un consensus: on y va!

Sur place c'est vrai que c'est l'usine à touristes chinois mais ils ont deux particularités intéressantes: 1) Ils se déplacent en groupes donc en louvoyant intelligemment entre les groupes on peut être assez tranquilles. 2) Ca c'est assez étonnant mais on le retrouve partout: les chinois sont assez "flemmards". Ils se massent tous à l'entrée du site, vont voir LE truc principal et repartent sans chercher à aller voir plus loin.

On a donc eu 90% du parc en toute tranquillité. Le verdict: c'est effectivement impressionnant et à voir une fois #noregrets.

Sitôt la visite du parc terminée, on reprend le taxi puis le train pour retourner à Kunming d'où on prend un autre train pour Chengdu.

4

On prend un train de nuit pour Chengdu. Un train lent car moins cher: 33€/pers au lieu de 65€, du coup le trajet dure 19h pour faire 650 km 😦

• • •

Chengdu ça commence à être une ville de bonne taille: 14 millions d'habitants, plus que Paris. On peut donc comparer un peu. Et on ne va pas tourner autour du pot, l'évidence est là, on l'officialise: on adore la Chine et on adore les chinois! C'est vraiment un gros coup de cœur d'autant plus que nous arrivions avec des a priori plutôt négatifs. Quelle que soit la taille de la ville, les gens sont calmes, souriants, il n'y a pas de bruit, on se sent en sécurité partout. Et les chinois sont incroyablement gentils. Nous sommes souvent les seuls "blancs" donc ils nous regardent un peu étonnés mais ils sont toujours là pour nous aider, pour avoir une attention sympa, on a des exemples à foison en quelques jours seulement. Je le répète: on adore les chinois!

• • •

On loge au Chengdu Mix Hostel, bien placé et pas cher. On y rencontre un américain d'une quarantaine d'année qui voyage seul. Il habite au Texas mais travaille 8 mois/an en Antarctique dans une station de recherche US et il enchaîne avec 4 mois de vacances.

Pour notre première soirée on se fait un restaurant en centre-ville. Il faut savoir que la nourriture du Sichuan et de Chengdu est réputée particulièrement épicée et... c'est pas une blague! C'est à un niveau encore jamais vu, les mecs sont ultra fans de piments. On a commandé un plat de coques qui baignait dans le piment. Andréa n'a pas pu manger, je me suis (vraiment) battu pour tout finir et on voit ce qu'il reste dans le plat: c'est un océan de piments. Franchement ils sont dingues.

Le lendemain on part visiter le grand Bouddha de Leshan, une statue monumentale taillée dans la falaise. Il s'agit d'une des plus grandes statues de Bouddha au monde et le site est inscrit au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO.

Le lendemain, direction le Giant Panda Breeding Center and Research Base de Chengdu. C'est un organisme à but non lucratif consacré à l'étude et la reproduction en captivité du panda géant. On peut se balader dans des forêts de bambous et apercevoir des pandas qui globalement passent leur temps à faire deux choses: dormir et manger. De gros flemmards!

On y croise également des pandas roux, beaucoup plus petits.

Depuis Chengdu on veut également partir 2-3 jours en excursion jusqu'au parc de Jiuzhaigou, réputé pour être incroyablement beau... mais on apprend qu'il est fermé jusqu'en octobre car (si on a bien compris) il y a eu un important glissement de terrain récemment.

Ca nous attriste mais on digère et une idée germe : il y a une étape vraiment incontournable en Chine qu'on ne fait pas car ce n'est pas sur notre route : Shanghai. Qu'à cela ne tienne, nous n'irons ira pas à Jiuzhaigou mais après notre prochaine étape (Xi'An), on va faire un (énorme) détour de 2000 km A/R et on va passer 3j à Shanghai !! 😀


Au terme de ces 3 jours à Chengdu, on prend donc le train pour Xi'An.

5

On prend un train de nuit pour Xi'An (11h30 de trajet en train lent à 30€/personne).

L'objet principal de notre venue dans cette ville est d'aller visiter le « site incontournable » classé au patrimoine mondial de l'humanité de l'UNESCO : le musée de l'armée enterrée.

En 1974 des paysans ont fait une découverte archéologique majeure : une fabuleuse armée de 8000 guerriers d'argile qui monte la garde autour de l'empereur Quin.

On estime qu'il a fallu une trentaine d'années de travail et plus de 700 000 personnes pour réaliser l'armée d'argile.

Le décor étant posé on en arrive à la dure réalité : la visite de tant d'argile nous a laissé de marbre... On reconnaît l'immense travail mené pour réaliser cette armée mais le rendu n'est pas à la hauteur. Globalement ce sont des centaines de statues alignées et comme dirait Andréa « voir l'armée en photo suffisait ».

Le lendemain grasse matinée (bien méritée – on est en moyenne à 10 km de marche par jour sur les trois dernières semaines) puis visite de la ville.

Ici aussi on apprécie l'atmosphère paisible, les bus à 25 centimes/personne, les rues d'une propreté absolue, les regards curieux mais bienveillants des chinois.

On passe à côté de la Bell Tower et la Drum Tower:

On déjeune dans une immense rue passante du quartier musulman qui sert de la street food.

Puis on termine la journée avec une visite de la pagode de la grande oie sauvage.

Le lendemain, départ en train pour Luoyang.

6

On part en milieu de journée de Xi'An et 5h30 de train plus tard on arrive à Luoyang.

Le lendemain matin, on visite les célèbres grottes de Longmen classées au patrimoine mondial de l'UNESCO. Après l'armée enterrée on préfère rester prudents et ne pas s'emballer trop vite mais on se rassure vite, ici ça vaut vraiment le coup, on en prend plein la vue !

Il s'agit d' un vaste ensemble de grottes bouddhiques creusées à flanc de falaise sur plus d'un kilomètre des deux côtés de la rivière Yi.

Cela représente plus de 2100 grottes et niches et quelques 100 000 images et statues de Bouddha.

Le lendemain s'avère rentrer dans le top 3 des plus grandes journées de galère. Pour la faire courte : on souhaite aller visiter le temple de Shaolin mais on anticipe mal et la route s'avère longue et compliquée: on effectue un trajet de 7h A/R pour une visite de 45 minutes car on est pris par le temps, notre train pour Shanghai part en fin d'après-midi.

On aura au moins eu le plaisir de visiter – au pas de course - le temple de Shaolin 😀

On rentre fourbus de notre excursion ratée et on enchaîne avec un train de nuit pour Shanghai, le trajet dure 19h (les types sont masos...). Ca se mérite Shanghai !

7

Après 19h de train sur une couchette dure comme du béton on arrive à Shanghai. Un peu HS mais très heureux d'y être !

Shanghai c'est la ville la plus prospère de toute la Chine et l'une des plus peuplées avec près de 20 millions d'habitants. Ancienne concession française, la ville est appelée la « Perle de l'Orient », également le «Paris de l'Orient ».

Shanghai est devenue un centre économique exceptionnel, une sorte de New-York d'Asie. Autant Pékin est une ville marquée par l'Histoire, autant Shanghai représente maintenant la Chine contemporaine dans toute sa modernité.

On loge dans un AirBnB à une bonne heure en métro du centre-ville à 12€ la nuit (une très bonne affaire au regard des tarifs moyens).

Dès qu'on sort du métro en centre-ville, ce qu'on voit autour de nous a des airs de New-York avec toutefois plus d'espace entre les buildings et plus d'espaces verts. C'est plus aéré et moins "oppressant" que Manhattan.

On se balade dans la vieille ville notamment dans le Jardin Yu et aux abords de la Huxington House, une maison de thé célèbre à laquelle on accède par un pont en zigzag. Les brusques virages du pont sont destinés à barrer le chemin aux mauvais esprit qui, c'est bien connu, ne peuvent se déplacer qu'en ligne droite.

Ensuite direction le quartier d'affaires de Pudong. On en profite pour monter en haut de la Shanghai Tower (photo de droite), la 3è plus haute tour du monde. Elle culmine à 632 mètres pour 128 étages.

Voici la vue du haut de la tour. Le grand building de droite c'est le Shanghai World Financial Tower surnommé "le décapsuleur" à cause de son sommet ouvert en rectangle (il parait petit mais fait quand même 492 mètres de haut!).

En haut de la tour ils proposent une expérience en réalité virtuelle avec un casque type Occulus où ils simulent le fait de se balader tout en haut de la tour, au-dessus du vide, sur une planche de 10-20 cm. On se laisse bien sûr tenter et franchement c'est dingue. On a beau savoir qu'on est safe, qu'on vient de mettre le casque il y a 5 secondes, dès qu'on s'avance sur la passerelle et qu'on se retrouve - virtuellement - au-dessus du vide, notre cerveau est en alerte maximum et on y est vraiment. Le coeur se met à battre la chamade, les mains sont moites... Le plus dur c'est de faire demi-tour sur la petite planche, tu as beau être à 3 cm du sol, ton cerveau est à 600 mètres de hauteur et tu déploies des trésors d'équilibre pour ne pas faire un faux-pas et tomber pendant ton demi-tour 😀.

Voici une photo (moche) mais qui représente très bien ce qu'on voit dans le casque:

On s'est également baladé dans le quartier de l'ancienne concession française et notamment dans un parc avec des milliers de roses de toutes les couleurs. C'est incroyable le nombre de personnes âgées qui sont dans les parcs à s'entretenir physiquement en faisant des étirements, du taï-chi ou autre. Le fait est qu'ils ont tous l'air en forme!

On termine par le meilleur, une balade sur le Bund avec vue sur la Skyline de Pudong. On en prend plein les yeux. La belle tour à gauche avec les sphères s'appelle la Perle de l'Orient, c'est la tour de télévision de Shanghai et c'est devenu un des éléments symboliques de la ville et du quartier de Pudong. A droite la plus grande tour c'est la Shanghai Tower où on a marché au-dessus du vide 😀.

La Skyline de nuit:

Il est déjà temps de repartir pour notre avant-dernière étape en Chine: la ville de Pingyao.

8

Après les grosses journées de marche à Shanghai et l'aller/retour en train de près de 35 heures, on décide de s'octroyer une bonne période de repos à Pingyao. C'est une charmante ville fortifiée qui se visite en une journée et on y reste 3 jours autant dire qu'on glande à mort et c'est vraiment appréciable 😀 Pour autant on met également ce temps à profit pour déclarer nos impôts avant la deadline 😦, préparer le next step à Pékin et anticiper le début du Japon qui arrive à vitesse grand V (dans une semaine on y sera).

Maintenant en route pour notre dernière étape en Chine: Pékin!

9

Nous voici à Pékin!

On arrive à 5h du matin à la gare et notre AirBnB ne peut nous accueillir qu'à partir de 14h. Vis ma vie de SDF... On se cale dans un parc et ça nous donne l'occasion, encore une fois, de voir tous les anciens venir faire leur gym matinale pendant 30 minutes - 1 heure puis repartir.

Trouver le AirBnB ne s'avère pas simple, c'est même une énorme galère qu'on vivra deux fois à Pékin avant d'arrêter les frais et de rebasculer sur une auberge de jeunesse. Comme nous n'avons pas de carte SIM donc pas de data, on utilise l'application MAPS.ME qui marche hors connexion. L'application est top mais elle montre ses limites en Chine. Par ailleurs Maps.Me ou Google Maps ne comprennent rien aux adresses chinoises. Donc on se retrouve dans le quartier à demander notre route à des chinois qui nous répondent en chinois. Un bon jeu de piste à la Pékin Express qui dure 45 minutes la première fois et pas loin d'une heure et demi la seconde fois, sympa!


Le lendemain, on est sur le pied de guerre, direction l'hyper centre-ville. On commence par visiter la Cité Interdite également appelée Musée du palais. C'est un ancien palais impérial construit au XVè siècle. Il est absolument immense: il s'étend sur 72 hectares (l'équivalent d'un carré de 7,2 km de côté !!) et selon la légende il compte 9 999 pièces.

On se rend ensuite sur la célèbre place Tian'anmen, juste en face de la Cité Interdite. La place est célèbre pour le mouvement de contestation qui y prit place en 1989 et fut réprimé dans le sang avec un bilan de plusieurs centaines/milliers de morts. Hasard du calendrier, on est à Pékin pour les 30 ans de la répression de la place Tian'anmen.

La place est par ailleurs la plus grande place du monde!

Au milieu se trouve le Monument aux Héros du Peuple, un obélisque à la mémoire des martyrs pour la lutte révolutionnaire chinoise.

On visite également le temple du Ciel.

On se rafraîchit au parc Beihai, à proximité de la Cité Interdite en plein centre-ville.

On termine notre excursion à Pékin par le meilleur: "The Great Wall", la Muraille de Chine. Pour la petite histoire, à la base on devait voyager principalement au Cambodge, Laos, Vietnam, Indonésie. Et Andréa a exprimé le souhait d'aller voir la Muraille de Chine. "Bon c'est où ça en Chine?". "Ah non, c'est beaucoup trop haut c'est au-dessus de Pékin, à des milliers de kilomètres du Vietnam, c'est mort". "Bon j'ai acheté le guide de la Chine c'est vrai que ça a l'air énorme, donc Ok pour la muraille mais alors on passe 1 mois en Chine 😀 ".

Nous avons donc finalement fait tout ce trajet en Chine pour arriver là, devant la fameuse muraille. Et franchement c'est au-delà de ce qu'on pouvait imaginer. Elle n'a pas volé son classement parmi les 7 merveilles du monde. Dixit Wikipédia c"est "la structure architecturale la plus importante jamais construite par l'Homme à la fois en longueur, en surface et en masse.".

C'est absolument dément, c'est titanesque - on dirait une création divine - et d'une beauté à couper le souffle. On se retrouve sur les crêtes des montagnes, en dehors du monde, entre ciel et terre, entouré par un océan de forêts à perte de vue.

On passe quelques heures - hors du temps - à arpenter la Muraille, un rêve!

Et la balade est sportive, les dénivelés sont importants!

😀 😀 😀

10

Bilan de ce mois en Chine:

La Chine a pulvérisé tous nos préjugés et a priori négatifs. La Chine nous a même impressionné, c'est véritablement une grande puissance, développée et en pleine accélération. Par ailleurs l'atmosphère est incroyablement apaisée et bienveillante: on se sent bien en Chine.

Côté budget, 10/10, on tient les objectifs avec moins de 35€/jour/personne. Notre comptable est heureux! 😀


Les points positifs notables:

1) La gentillesse et la serviabilité des gens: un nombre incalculable de gens nous ont aidé qu'on leur demande ou pas, parfois même au-delà du raisonnable à tel point qu'on en arrive parfois à se dire que c'est trop et qu'il doit y avoir un intérêt caché (il veut de l'argent?). Non, ils veulent juste nous aider et qu'on se sente bien en Chine.

2) La sécurité. On s'est rarement senti autant en sécurité qu'en Chine. Tout est safe, il y a des contrôles scanners et détecteurs de métaux à chaque entrée de métro / gare / bus longue distance et des policiers/vigiles qui circulent dans les transports en commun (en mode friendly pas en mode cow-boy). En un mois nous n'avons pas une seule fois croisé une bande de jeune "rebelles" qui traînent (même pas un seul mec énervé en fait), pas un seul punk à chien, peut-être à tout casser 2 SDF et 4-5 personnes qui faisaient la manche. Sur ce point l'écart avec la France nous apparaît colossal (et irrattrapable).

3) La propreté: Les rues et les métros sont d'une propreté irréprochable. A croire que tout vient d'être passé au Kärcher. Ils ont des armées d'agents d'entretiens qui ramassent et nettoient tout en permanence.

4) L'atmosphère / zen-attitude. Ca découle en droite ligne des 3 points précédents: quand tu es sympathique, en sécurité, dans un environnement propre, tu te retrouves dans un cercle vertueux qui te montre la vie du bon côté et apaise les esprits. Le résultat est une atmosphère ultra zen/peace, qu'on retrouve partout en Chine. En France on se fout de la gueule des chinois car ils ont toujours l'air à moitié naïfs/ahuris mais en fait ils sont juste sympas, simples et un peu "bisounours" car chez eux c'est simple et bienveillant. C'est peut-être nous qui sommes aigris.


En additionnant ces 4 premiers points, il apparaît que l'écart entre Pékin et Paris est tellement énorme que ça nous déclenche des rires nerveux. Ils doivent prendre une sacré claque les chinois quand ils débarquent à Paris... D'ailleurs une de nos logeuses nous a raconté que sa sœur revenait tout juste de vacances à Paris, on a sauté sur l'occasion pour lui demander ce qu'elle en avait pensé. Son traducteur chinois - anglais a mouliné et le verdict a été sans appel "Not clean, not secure".

5) Le niveau de développement du pays. La Chine "usine du monde" peut-être, mais usine dernier cri alors 😀 Le pays est loin d'être sous-développé, il est même à la pointe de la technologies. On retrouve ici tout ce qu'on a chez nous et même plus. Par exemple ils sont nettement en avance sur les paiements par téléphone. Nous on commence tout juste à payer en CB sans contact voire avec nos smartphones (pour les rebelles 😀), en Chine tout le monde paye tout le temps avec son portable. Ils ont des QR Codes absolument partout et ils payent directement en les flashant avec leurs portables. Pas besoin de rentrer le montant sur le TPE etc, tout est dans le QR Code. Dans la rue tu vois un stand avec des sandwichs, hop tu flashes le code et tu repars directement. Tu commandes un verre dans un bar, tu flashes le code sur le menu. On a même vu un mec qui mendiait allongé par terre avec un QR Code sur le dos de son blouson...

6) La ponctualité / La rigueur chinoise: Si le car part à 14:00, à 13h55 le moteur tourne et à 13h59 il roule au pas. Tout a été millimétré pendant nos 1 mois en Chine, classe!

7) Efforts dans le sens de l'écologie: 99,9% des scooters qu'on a vu sont électriques. C'est dingue qu'un si grand pays se montre aussi agile et rapide pour passer à l'électrique. On se réveille en France?


Oui on a grave kiffé (de ouf) la Chine pour tout un tas de raisons. Pourtant, on ne peut pas cacher que les chinois ont également tout un tas d'habitudes différentes des nôtres. Après avoir fait la part belle aux points positifs, il est juste de contraster le tableau en se penchant sur ces différences culturelles qui nous ont étonné voire dérangé.


Ces habitudes qui nous étonnent / dérangent :

1) On ne peut que commencer par là. Le fameux raclement de gorge (de l'enfer) chinois. Les chinois ont l'habitude de se racler la gorge de manière incroyablement sonore, un truc tellement fort que tu risques de t'arracher le fond de la gorge. Après un mois à essayer de comprendre, je fais aveux d'échec: il m’apparaît injustifiable de faire autant de bruit! Le fait est que quelque chose doit les démanger, donc ils se raclent la gorge bruyamment et crachent ensuite. Très régulièrement et partout.

C'est dur de s'y faire mais c'est parfois tellement délirant que ça en devient marrant 😀

2) Griller dans les files d'attente. Le chinois te double sans l'ombre d'un remord. C'est un sport national. Il faut s'y faire, et ne pas hésiter à contre-attaquer. Il y a également la technique du blocage de grugeur de file d'attente: tu repères l'ennemi et tu fais blocus avec ton (gros) sac à dos en bouchant toute faille potentielle permettant de te passer devant !

3) Essaie de traverser que je t'écrase. En Asie c'est souvent l'anarchie pour traverser la rue mais en Chine tu as des feux rouges / verts / des passages piétons donc tu retrouves des repères. Erreur cher ami! Le chinois n'a pas dû étudier le même code de la route que toi. Quand tu attends au passage piéton le chinois s'arrête rarement pour te laisser passer. Pire: quand ton feu piéton est vert tu t'engages sereinement mais ça n'empêche pas certaines voitures de forcer le passage presque pare-chocs contre jambes - genre tu les déranges. Sorry de respecter mon bonhomme vert (ça ça m'énerve ! 😀).

4) Le chinois: une langue universelle. En Chine très peu de personnes parlent anglais. Mais en plus, ils ne semblent pas avoir vraiment conscience que tu ne parles pas chinois. Donc ils te parlent longuement en chinois même si tu montres clairement que tu ne comprends rien. Par exemple on a demandé notre chemin à une chinoise en lui montrant une adresse en chinois sur le téléphone: le moment de solitude quand la personne part dans 2 minutes de longues explications détaillées en chinois. Tu remercies "Xie Xie" et tu te barres dans le sens qu'elle indiquait...

5) Ô miroir mon beau miroir : les selfies. Les chinois et surtout les chinoises adorent les selfies. Tout est sujet à selfie, c'en est même souvent risible. Le must c'est le selfie avec un "occidental"! L'autre jour dans le métro je vois une chinoise devant moi se prendre en selfie. Je regarde l'écran et me rends compte que j'occupe une bonne partie de l'écran.... tiens mais c'est bizarre mais... mais putain elle se prend en selfie avec moi carrément !! Petit smile et le selfie est dans la boîte! On s'est fait prendre plusieurs fois en photo/selfie avec notre accord/ou pas. On essaie de vendre un peu de rêve en Chine 😀.

6) Le poil c'est légal - ou pas. L'épilation n'existe pas en Chine, aucun salon, rien, nada. Et chez les hommes, zero barbes! Zero! Pas un poil, à peine un duvet. Sur des milliers de chinois croisés, pas une barbe. Autant dire qu'avec ma barbe qui s'affirme, je ne passe pas pour un mec du coin 😀

7) The sun is shining. Les chinoises détestent le soleil. En occident pour être belle il faut être bronzée. Ici il faut être blanche. Du coup elles déploient des efforts conséquents pour éviter de bronzer. Par exemple dès qu'il y a du soleil elles utilisent un parapluie (plus simple que chapeau + crème solaire). Ici le fond de teint est blanc donc en France une fille qui abuse du fond de teint sera orange avec le cou blanc, ici elle est blanche avec le cou orange 😀. Les collants sont blancs aussi.

Finalement c'est marrant de voir comment ces référentiels de beauté ne reposent sur rien si ce n'est les habitudes et les représentations sociales nourries par la publicité. Chez nous avoir le teint blanc c'est négatif "ah mais tu as le teint pâle, tu as mauvaise mine et l'air fatigué". Ici quand tu as le teint pâle tu es un canon de beauté. Dingue non!?

8) And last but not least, terminons en beauté avec un point sous-vêtements: la culotte. Chez nous, le lobby du string est omniprésent, rares sont celles à résister à l'attrait de la ficelle. Tout un tas de raisons sont mises en avant, "ça se voit moins" etc etc. En Chine, la culotte est reine. 0 string. Culottes Everywhere.

Tout est donc histoire de représentations, le marketing a de beaux jours devant lui.

Conclusion: ne pas accorder trop d'importance aux canons de beauté, et se sentir bien en soi-même. Si vraiment les gens vous en mettent plein la gueule, pensez à voyager, peut-être qu'à l'autre bout du monde vous êtes une bombe 😀 !


Pour finir ce (long) bilan, voici nos 5 Tops / 3 Flops:

Tops Andrea : La bienveillance des chinois, le changement total d'univers, la muraille de Chine, la ville de Shanghai où il fait vraiment bon vivre, les rizières de Yuanyang.

Flops Andrea : L'armée enterrée, la ville de Pékin (pas de coup de cœur et trop grand), me faire draguer ouvertement pas une chinoise devant mon mec (« I really like your wife »).


Tops Pierre : La gentillesse des chinois et la qualité de vie en Chine, la muraille de Chine, les rizières de Yuanyuang, Shanghai et la promenade sur le Bund avec vue sur la Skyline, les grottes de Longmen.

Flops Pierre: Les galères pour trouver nos AirBnB, l'excursion ratée à Shaolin (7h de route pour 45min de visite), la grande muraille numérique : obligé d'utiliser un VPN pour accéder à tout un tas de sites «occidentaux » mais le VPN a énormément de mal à se connecter voire est en blackout pendant des jours (à cause des tensions politiques?). Infernal.


See you soon in Japan 😀


Pour continuer à suivre nos aventures en Asie, voici le lien vers nos carnets de voyage:

https://www.myatlas.com/PierreEtAndrea/tour-d-asie