Road Trip au Québec - De Montréal à la Gaspésie

Du 26 août au 16 septembre 2017
22 jours

Voilà, le mot a été lancé : le Quebec ! j'imagine immédiatement les images de cartes postales : les immenses forêts sauvages, des lacs isolés et des gens sympathiques. Pierre n'a pas eu besoin d'insister. L'organisation du voyage a été fastidieuse. Le temps sur place est limité pourtant il y a tant de choses à découvrir. On prépare surtout notre périple en fonction de la faune qu'on est susceptibles de voir : les baleines de Tadousac, les orignaux en Gaspésie, les bélugas dans le Saguenay etc. Après avoir fait nos choix, préparé la road-map, réservé les hôtels au moins pour les premiers jours et surtout la voiture nous voilà prêt à partir.

Road-map 
26
août

Nous atterrissons à Montréal via un vol direct depuis Lyon. Nous prenons notre véhicule de location et nous filons vers Oka. Nous avons tellement hâte de commencer ce voyage !

C'est avec elle que nous passerons ces 3 prochaines semaines 

Là nous assistons à un Pow Wow de la tribut des Kenesatake, communauté Mohawk. Chants et danses traditionnelles nous enchantent !

Pow Wow des Kenesatake à Oka 

Nous nous dirigeons ensuite vers la ville de Yamachiche où nous passons la nuit au motel Lyston Inn

27
août

Après un petit déjeuné typiquement Québécois à base de pancakes et de sirop d'érable nous prenons la route pour la Parc National de la Mauricie. Les forêts immenses de résineux sont dépaysants. C'est exactement ce que nous sommes venus chercher. De grands espaces sauvages et magnifiquement bien préservés. Nous empruntons le sentier Mékinac qui nous promet un point de vu imprenable sur le parc.

Parc National de la Mauricie - sentier Mekinac 

Cette nuit nous dormons au B&B Pivoine près de Saint-Mathieu du Parc.

Le dîné au café bistro du village à Saint-Mathieu-du-parc : une vraie dose de bonheur !

28
août

Pour ce second jour dans le Parc National de la Mauricie nous décidons de louer un canot et partons voguer sur le lac Edouard. Ici nous pouvons goûter au calme de la vie loin de toute civilisation. Nous observons un Martin-pêcheur d'Amérique pêchant près de nous.

Martin-pêcheur d'Amérique
Lac Edouard

Après notre balade nous faisons une dernière petite randonnée à pied et nous reprenons la route direction le lac Saint-Jean.

Nous arrivons en toute fin de journée au Motel Lac-Saint-Jean juste à temps pour admirer le couché de soleil sur le lac.

 Lac Saint-Jean
29
août

Nous visitons le village fantôme de Val-Jalbert. Cette ancienne pulperie revit grâce à des aménagements sons et lumières modernes à l'intérieur de l'ancienne usine. La cascade qui alimentait l'usine est très impressionnante. Les vielles maisons sont, pour certaines, restaurées tout en gardant l'âme d'origine. Les acteurs donnent vie au village dans les bâtiments phares comme l'ancien couvent, la poste ou encore l'épicerie.

Village Val-Jalbert 

Après avoir visité chaque maison nous prenons la route direction La Baie. Sur la route nous nous arrêtons à la passe à poisson de la rivière-à-Mars. Notre guide nous apprend beaucoup de choses sur les mœurs des poissons habitants les rivières Québécoises. Après la visite du petit musée nous rejoignons la passe à poissons. L'une des marches de la passe est vitrée on peut donc voir en direct les poissons en migration. La turbidité de l'eau réduit la visibilité et donne un certain suspens à nos observations. Nous attendons sans grand espoir fasse à la vitre. Mais la chance nous sourit, une truite de mer et un saumon d'Atlantique font leur apparition.

Passe à saumon de la Rivière-à-Mars 

On gagne notre gîte : le gîte au fil des saisons. La maison de nos hôtes offre une formidable vue sur la rivière Saguenay. Pour dîner nous allons en ville. A notre retour Pierre insiste pour aller voir la pyramide des Ha ha ! entièrement faite de panneaux de signalisation "céder le passage". Elle symbolise le pouvoir de la nature après de terribles inondations dans les années 90.

Pyramide des Ha ha ! 
30
août

Au petit matin nous partons faire une courte randonnée : le sentier Eucher qui permet de grimper et d'admirer la rivière Saguenay. Un paysage qui ne nous laissa pas indifférents.

Sentier Eucher 

Puis l'après-midi nous avions réservé une ballade en Kayak dans le Parc National du Fjord Saguenay. Malheureusement à notre arrivée on nous apprend qu'il y a eu une erreur dans notre réservation et nous ne pouvons pas faire l'activité. Très professionnellement on nous offre alors une croisière sur le Saguenay : un aller-retour vers Tadoussac. C'est pas du kayak mais ça nous occupera. Bien que les paysages sont magnifiques on s’ennuie un peu, la croisière est longue. Au loin on aperçoit nos premiers belugas !

Croisière dans le  fjord Saguenay 

On dors à l'auberge des Cévennes à l'Anse-Saint-Jean. On est très bien accueilli mais on passe en coup de vent.

Le port de l'Anse-Saint-Jean 
31
août

Aujourd'hui il fait gris et il pleut en abondance. Nous ne nous décourageons pas et nous partons explorer le parc du fjord Saguenay. On opte pour le sentier des Méandres à Falaise. Sous la pluie on ne voit aucun animal mais on constate que des castors habitent la rivière et l'on réaménagé à leur goût. Cette humidité nous coûte cher : l'appareil photo de Pierre refuse de s'allumer.

Barrage de castor
Sentier des Méandres à Falaise sous la pluie - parc du fjord Saguenay 

Nous reprenons ensuite la route et faisons une pause déjeuné aux pieds de la chute de Sagard.

Nous traversons le Saguenay au niveau de son embouchure avec le fleuve Saint-Laurent. Avant de traverser on fait une pause au centre d'interprétation et d'observation de Pointe-Noire. On a alors la joie d'observer un peu mieux un groupe de béluga.

Navette sur le Saguenay
Centre d'interprétation et d'observation de Pointe-Noire 

Une fois à Tadoussac on ne s'arrête pas et on roule jusqu'à Les Escoumins ou nous avons réservé un ferry pour traverser le Saint-Laurent vers Trois Pistole. On embarque à bord de "l'héritage" pour un voyage d'1h30 environ. Ici on se rend compte de l’immense largeur du fleuve. On reste sur le pont pendant presque toute la traversée dans l'espoir de voir des baleines. Seuls quelques marsouins se montrent. Je suis un peu déçue à ce moment mais le voyage est loin d'être terminé.

Traversé vers Trois Pistole 

Nous allons ensuite jusqu'à Rimouski et dormons au motel au Soleil Couchant tenu par un français qui nous donne plein d'astuces !

1
sept

Nous avions prévu d'aller visiter le parc national du Bic aujourd'hui. Mais la pluie nous fait renoncer. En plus il faut absolument que Pierre se trouve un nouvel appareil photo. Une fois celui-ci en poche on part visiter un sous-marin : l'Onondaga. C'est notre première fois dans un sous-marin et l'expérience est très intéressante. Par la même occasion on visite le musée de l'Express of Ireland. Un navire qui a fait naufrage en seulement 14 minutes en 1914. L'accident fait 1477 victimes. On termine notre visite par l'ascension du phare de Pointe-au-Père.

Onondaga
2
sept

Le Parc National du Bic est petit mais costaud ! Le soleil est de retour et nous profitons d'un splendide paysage. Les phoques communs se prélassent avant que la marée ne monte les déloger de leur rocher. Ce sont nos premiers phoques. On reste à moment à les observer.

Phoque gris
Phoque gris
Parc National du Bic 

Nous prenons ensuite la route pour le Parc National de la Gaspésie. Nous arrivons en fin de journée et nous retrouvons un guide du parc qui va nous emmener en balade à la recherche des orignaux. On voit de nombreuses traces de ces animaux si mystérieux pour nous. On reste à l'affût dans l'espoir d'en voir un. Puis, penchés sur une crotte, on remarque qu'une femelle est là, à 5 mètres de nous. Nous ne l'avions même pas remarquée. Ce sera la seule à être au rendez-vous. Malgré tout nous sommes ravis de cette balade pendant laquelle on en apprend beaucoup sur les mœurs des ces animaux.

Rencontre avec une orignale 

Le soir nous rejoignons un gîte que nous avions réservé, malheureusement il y a eu un problème lors de la réservation et le gîte affiche complet. Nous échouons finalement au motel la Brunante qui, bien qu'un peu cher, se révèle assez bien.

3
sept

Aujourd'hui l'objectif est d'atteindre les 1270 mètres d'altitude du mont Jacques-Cartier (deuxième plus haut sommet du Quebec). En haut nous espérons voir des caribous. Ce mont est leur dernier bastion au sud du Saint-Laurent. On commence par traverser une foret de sapins qui se raréfie au fur et a mesure de l'ascension. On termine dans un paysage de toundra impressionnant. Les caribous sont d'abord timides et ne laissent entrevoir que leurs bois pour finalement se laisser admirer.

Caribou
L'ascension du mont Jacques-Cartier 

Même si cette randonnée nous a bien fatigués on en redemande et nous partons pour une autre courte randonnée au mont Ernest-Laforce. Là nous cherchons d'autres orignaux mais à la place nous apercevons très très loin un ours ! Nous sommes comme deux enfants trop content d'avoir aperçu un point noir dans la foret 😀

Ours noir
 Un ours noir très loin

Le soir nous dormons au Restaurant-Motel L'Etoile du Nord qui n'est, selon nous, pas une adresse à retenir.

4
sept

Comme le mauvais temps est de retour, nous partons à Pointe-à-la-Renommée visité le Phare.

Phare de Pointe-à-la-Renomée 

Nous prenons ensuite la route pour le Parc National du Forillon. Nous croisons le célèbre pygargue à tête blanche.

Macreuse à front blanc
Pygargue à tête blanche
Sur la route 

Une fois au parc du Forillon nous prenons notre temps en faisant une petite marche. Un peu plus tard nous avons rendez-vous pour une séance de découverte des castors d'Amérique. Le garde nous donne quelques explication sur la biologie de l'espèce puis nous partons vers un petit lac artificiellement construit par une famille de castor. Mais aucun individus ne se montre. Nous partons alors un peu plus loin et là, enfin, nous les voyons ! Comme à chaque première observation nous sommes sur un petit nuage.

On arrive une fois le soleil couché au Cap-des-Rosiers. On dors au motel du Haut-phare.

Le motel du Haut Phare : voilà une bonne adresse !

Phare de Cape-des-Rosiers 
5
sept

Après une bonne nuit au motel du Haut Phare nous partons pour une randonnée dans le Parc National du Forillon. Nous partons très tôt dans l'espoir d’apercevoir des orignaux. Nous randonnons dans une magnifique forêt qui offre des points de vue à couper le souffle sur la baie du Saint-Laurent et le "Bout du Monde".

Le bout du monde
Parc National du Forillon 

Et alors que nous avançons dans la forêt on rencontre une orignal et son petit. Celui-ci s'approche de nous par curiosité sans que cela n'inquiète sa mère. Un peu plus tard, en regardant au large, on voit un souffle puissant jaillir de l'eau...notre première baleine !

Orignal femelle
Jeune orignal
Les rencontres du parc 

Sur ces bonnes rencontre nous reprenons notre route. On s'arrête au centre d'interprétation du peuple Mic-Mac de Gespeg. C'est une visite fascinante dans un village entièrement reconstitué. On nous apprends comment les maisons étaient construites, comment chaque objet est façonné, la chasse et la cueillette. On nous initie au tir à l'arc et à l’allumage du feu. Notre guide est un vrai connaisseur et nous ne voyons pas les 3h passer !

Le site d'interprétation MicMac de Gespeg est un lieu à ne pas manquer pour ceux qui veulent en apprendre d'avantage sur la culture amérindienne !

Site d'interprétation MicMac 

On fini notre après-midi culturel par une visite de fort péninsula. Un batterie militaire chargée de la défense du port de Gaspé pendant la seconde guerre mondiale.

Fort Péninsula 

le motel au Pic de l'Aurore offre une vue magnifique sur Gaspé !

Vue depuis notre chambre du motel Au Pic de l'Aurore 

Bistro Les Sacs a Vin : des produits frais et locaux servis avec bonne humeur et des conseils avisés.

6
sept

En prenant notre petit-déjeuné au motel on remarque une colonie de phoque gris en contrebas de la falaise. Ils est marrant de les voire se chamailler !

Rocher percé 

Puis on embarque dans une navette qui nous emmène sur l'île Bonaventure. On pars là-bas pour voir la colonie de fou de Bassan. Malheureusement le soleil n'est pas au rendez-vous. La colonie est impressionnante. Des milliers d'individus dont des jeunes. C'est bruyant et surtout ça sent mauvais !

Colonie de Fou de Bassan 
7
sept

Nous prenons la route pour visite le magasin général historique authentique 1928 à Cap d'Espoir. Le magasin est magnifiquement conservé et les acteurs nous plongent dans l'ambiance d’antan de ce type de magasin.

Magasin général historique authentique 1928 

Nous poursuivons notre route jusqu'à Carleton-sur-Mer et dormons au gîte les leblanc.

Sur la route 
8
sept

Aujourd'hui nous visitons le Parc National de Miguasha. Totalement différent des précédents il est tout petit et essentiellement tourné vers les fossiles. Le site est l'un des plus grands sites fossilifères du monde et le plus représentatif de la période du dévonien ou "âge des poissons". Le musée est ludique et moderne. On passe ensuite du temps sur la plage à la recherche de fossile.

Prince de Miguasha - Eustenopteron foordi
Fossile de poisson-tortue trouvé sur la plage
Fossile d'une plante trouvé sur la plage
Parc National de Miguasha 

Puis on visite le site historique de la bataille de la Ristigouche à Pointe-à-la-Croix. Le musée est court mais résume très bien la bataille qui aurait fait perdre le Quebec aux français au profit des anglais.

Site de la bataille de la Ristigouche 

En direction de Causapscal ou nous faisons une étape pour la nuit nous nous arrêtons à la chute Philomène à Saint-Alexandre-des-lacs. Un site très joli. Ce soir nous dormons au gîte Grand-Père Nicole.

Chute Philomène 

Le gîte Grand-Père Nicole est LE gîte de notre voyage. L’accueil est chaleureux et bienveillant nous y avons passé un très agréable moment !

9
sept

Après un délicieux petit-déjeuné nous partons pour le site ornithologique du marais de Gros-Cacouna. Un joli site mais qui ne nous laisse pas un souvenir impérissable.

Martin-pêcheur d'Amérique
Site ornithologique du marais de Gros-Cacouna 

Puis nous reprenons le ferry pour Les Escoumins. Pendant la traversée la lumière change et nous offre un paysage magnifique sur le Saint-Laurent. Mais pas de baleines en vue.

Ce n'est qu'une fois de l'autre coté que des petits rorquals viennent se nourrir très près de nous. On entend leur souffle lorsqu'ils remontent respirer. Un moment inoubliable. On reste longtemps à les contempler et à profiter du calme.

Marsouin
Pingouin
Petit rorqual

Le soir on loge au B&B Baie du soleil couchant à longue rive tenu par un amoureux d'ornithologie.

10
sept

Au petit matin on file prendre nos billets pour faire une sortie d'observation des baleines. On attendait ce moment depuis longtemps. Tadoussac est le haut lieu pour faire ce type d’excursion et il existe de nombreuses compagnies. Avant le départ on nous prête des manteaux chauds et on nous prévient : il fait très froid sur le Saint-Laurent. On embarque alors sur un petit zodiac et on s'éloigne du rivage. Les capitaines communiquent par radio et se donnent les infos. On voit des petits rorquals et un rorqual commun au loin qu'on n'arrive pas à rattraper avec le zodiac. La balade aurait pu être décevante si nous n'avions pas vu une baleine à bosse et son petit. Au final l'excursion est assez courte pour le prix qu'on nous en demande...

Rorqual commun au loin
Baleine à bosse et son baleineau
Baleine à bosse
Observation des baleines à Tadoussac

On fini la journée en visitant Tadoussac, une charmante petite ville.

Tadoussac 

On n'oublie pas d'aller sur le sentier de la pointe de l'Islet qui permet d'aller jusqu'à la confluence du Saguenay et du Saint-Laurent. De nombreuses baleines viennent s'y nourrir.

Ce soir là on avait très envie de dormir dans un chalet en bois au milieu de la forêt. On a donc réserver sur internet un chalet dans la Pourvoirie Lac à Jimmy : grosse et erreur et une amers déception !

11
sept

Le matin nous retournons à la confluence entre le Saguenay et le Saint-Laurent pour observer les baleines qui nous offrent un véritable spectacle !

Sentier Pointe de l'Islet 

Nous retraversons le Saguenay avec la navette et nous nous arrêtons observer les bélugas qui sont nombreux avec leurs petits. On sait à ce moment là que les chances d'en revoir sont minces. C'est comme un adieu déchirant !

Les bélugas vus de l'observatoire de Pointe-Noire

Sur la route nous nous arrêtons pour une courte mais très jolie randonnée de la Baie des Rochers vers l'Anse-au-Sable. Le paysage est magnifique.

Randonnée de la Baie des Rochers vers l'Anse-au-Sable 

Une petite halte à Port-au-Persil en fin de journée.

Port-au-Persil 

Ce soir on dors à La Malbaie au motel Castel de la Mer. Un hôtel confortable et standard.

12
sept

Nous partons visiter l'île d'Orléans et nous nous arrêtons à l’érablière Richard Boily. C'est d'abord impressionnant de voir tous ces arbres comme sous perfusion. Mais après quelques explications et une visite très enrichissante on est rassurés sur l'état de santé des arbres.

Le reste de la journée est consacré à la visite des chutes Montmorency. Avec 83 mètres de hauteur elles sont plus hautes que celles du Niagara. Une petite passerelle nous permet de traverser la chute depuis son sommet et d'avoir un peu le vertige !

Les chutes Montmorency 

Le soir on dors au Gîte Confort où nous sommes reçus comme des rois.

13
sept

Nous partons pour le Parc National de la Jacques Cartier. Ce parc est pour nous une agréable surprise. Nous y retrouvons le paysage d'une vaste foret qui nous avait tant plu au début du voyage dans le Parc de la Mauricie. Nous rempruntons le sentier Scotora qui ne fait que monter mais une fois en haut la vue est sublime !

Sentier Scotora dans le Parc National de la Jacques Cartier 

Sur le sentier on remarque des traces de présence de castors et on a la chance d'observer tout une famille !

Barrage de castor
La hutte
Rencontre avec une famille de castor d'Amérique 
14
sept

Nos deux derniers jours de voyage sont consacrés à Québec et ses environs. Nous commençons par une visite du musée et site traditionnel Huron à Wendake. Un guide nous fait découvrir les maisons traditionnelles tout en nous expliquant les mœurs et coutumes de ce peuple. La visite est passionnante.

Musé et site traditionnel huron 

Nous rejoignons ensuite le centre-ville de Québec. La ville est jolie avec ses remparts et surtout son immense château.

Château Frontenac

Nous visitons les ruines des forts et du Château Saint-Louis, la Basilique-Cathédrale Notre-Dame de Québec ainsi que la citadelle de Québec.

Château Saint-Louis
Château Saint-Louis
Basilique-Cathédrale Notre-Dame de Québec
Citadelle de Québec
Citadelle de Québec
Vue depuis la tour "Ciel"
Château Frontenac
Québec 

Nous passons nos deux dernières nuits à l'Auberge Amérik : simple et fonctionnelle. Notre voyage s'achève après 4 216 km parcourus.

Notre séjour au Quebec s'est révélé à la hauteur de nos espérances. Le parc de la Mauricie m'a particulièrement enchanté avec ses lacs calmes entourés d'une forêt qui semblait ne jamais avoir vu un Homme moderne. De même le rocher percé au large de la ville du même nom qui se dévoile dans la brume nous a inspirer la sérénité.

Notre plus grande satisfaction est que la faune fût au rendez-vous. Quelle chance avons-nous eu de voir de près orignaux et castor. De voir des oiseaux parfois grands comme les aigles, parfois petits comme les colibris ou parfois colorés comme des passereaux que nous avons croisés. On ne se lassera jamais d'observer les baleines et les bélugas dans le Saint-Laurent. Les écureuils curieux ont presque réussit à nous faire peur alors que les phoques nous ont fait rire.

Les Québécois ont été tels qu'on nous l'avait dit : amicaux et chaleureux. Par contre on ne s'est pas acclimatés à la gastronomie locale. Nous repartons grandis de ses différentes immersions dans la culture amérindienne qui nous fascine par son profond respect à la nature.

"Où sont les Pequots aujourd'hui ? Où sont les Narragansetts, les Mohawks, les Pokanokets et toutes les tribus autrefois puissantes ? Elles ont disparu devant la rapacité et l'oppréssion de l'homme blanc, comme la neige devant un soleil d'été." Tecumsh, chef Shawnee. Extrait de "Pieds nus sur la terre sacrées" de T.C. McLuhan et Edward S. Curtis