Carnet de voyage

NLD/CZE/AUT - Eurotrip 2017

15 étapes
1 commentaire
13 abonnés
Dernière étape postée il y a 1371 jours
D'Amsterdam à Salzbourg en passant par la République Tchèque et les montagnes du Salzkammergut, suivez mon périple solo de deux semaines en Europe à travers ce photoblogue amateur.
Du 20 juin au 6 juillet 2017
17 jours
Partager ce carnet de voyage
20
juin

De ma séance de préparatifs, en mars, au jour de mon départ, le 20 juin, il ne semble s'être écoulé que quelques jours. Me voilà déjà en route pour l'aéroport, avec ma tête pleine d'idées et de doutes et mon imaginaire plein d'images. Je me retrouve rapidement seul à la Gate 61, à attendre qu'on procède à l'embarquement de mon vol, opéré par Icelandair. Une fois à bord, quelle est ma surprise lorsque je constate que mon voisin de siège immédiat n'est nul autre qu'un étudiant de première année de médecine à l'UdeS! Nous discutons un peu, puis je tente une sieste (sans grand succès). Je me fais donc à l'idée que mon vol ne sera pas de tout repos. J'ai le temps de visionner un blockbuster américain puis d'admirer la terre de glace qu'est le Groenland par le petit hublot ovale alors que nous le survolons à l'aube. Mon escale à Reykjavik est d'une durée raisonnable, ce qui me permet de déjeuner pour le modique prix d'un rein (et j'exagère à peine!). Le second vol, d'une durée de 3h, ne sera pas plus payant en terme de sommeil; mon arrivée imminente à Amsterdam me garde bien éveillé!

21
juin

À mon arrivée à la gare centrale (vers 15h), après un trajet d'environ 40 minutes en train, je commence à peine à réaliser que je suis bel et bien arrivé à l'hétéroclite Venise du Nord. Après une marche d'environ 30 minutes à travers les canaux et les ruelles de la ville, j'arrive enfin à mon auberge (Shelter Jordan Hostel), me méritant un accueil des plus chaleureux de la part de l'équipe. Après m'être installé dans mon dortoir, je sors rapidement explorer les environs, voulant absolument profiter du beau temps qui s'annonce pour le reste de la journée. Je marche d'abord le long du Bloemgracht pour atteindre son intersection avec le Prinsengracht, d'où j'ai une vue magnifique sur la Westerkerk (Église Ouest) et sur la maison d'Anne Frank, que je visiterai demain. En me promenant le long du Prinsengracht, je découvre pas à pas le quartier Jordaan, célèbre pour son architecture typée et son dynamisme envoûtant. Mon appareil photo à la main, j'immortalise de nombreux paysages alors que le soleil entame sa descente. Après avoir dégusté un souper simple et typiquement néerlandais (Bitter balls accompagnées d'une rafraîchissante Heineken) sur une terrasse quelque part aux bords du Prinsengracht, je pars explorer les Negen Straatjes, où se côtoient boutiques huppées, restos et cafés dans un amalgame aux teintes vintages. Je rentre assez tôt pour m'assurer une bonne nuit de sommeil avant ma journée de demain. Je m'endors tranquillement au son des mélodies du clocher de la Westerkerk, le même qu'Anne Frank décrivait comme étant apaisant dans son journal.

22
juin
22
juin

Ce matin, après une nuit de sommeil plutôt perturbée (Ah! La joie des dortoirs!), je me suis décidé à explorer le Jordaan au petit matin. L'atmosphère sereine et les photos en ayant résulté m'ont rapidement fait apprécier ce réveil hâtif! Après avoir déjeuné à l'auberge, je me suis dirigé vers un minuscule café (à ne pas confondre avec un coffeeshop, ou l'on vend de la marijuana!) que j'avais déniché sur le web lors de mes recherches: le Lot Sixty One Café. Le cappuccino et l'ambiance cosy (ou gezellig, selon l'expression locale) y régnant m'ont tous deux épaté.

Par la suite, je me suis dirigé vers mon rendez-vous avec Anne Frank, dont j'allais visiter la maison à 10h. Le fait d'avoir acheté mes billets quelques semaines à l'avance m'a permis d'éviter une file d'attente d'environ 3 heures (Ouf!). Ayant débuté la lecture du célèbre Journal, je pouvais maintenant situer certaines scènes relatées dans ses pages en plus d'acquérir des notions supplémentaires sur le contexte historique entourant sa genèse. Après une visite libre de la fameuse Annexe, j'ai eu la chance de jeter un œil sur plusieurs pages originales du journal et d'écouter certains témoignages vidéos et audios touchants et inspirants de gens ayant connu la famille Frank ou encore de personnages célèbres, dont Nelson Mandela.

Par la suite, je me suis dirigé tranquillement vers le Bloemenmarkt, le marché aux fleurs flottant. Malgré le nombre réduit de tulipes (vue ma visite tardive en saison), les couleurs et les arômes émanant des différentes boutiques ont su me charmer.

Après avoir dégusté un sandwich au hareng frais, oignons et cornichons pour dîner (surprenante découverte d'un plat typique!), je me suis dirigé vers le Begijnhof, puis vers le Dam Square, d'où commencerait bientôt un free walking tour, un concept que j'avais adoré dans toutes les villes européennes que j'avais visitées l'an dernier. Je ne fus encore une fois pas déçu, même si la pluie intermittente fut au rendez-vous! Après une visite du quartier rouge (red light district) avec une narration historique dynamique de la part du guide, nous avons déambulé dans plusieurs quartiers (dont le quartier juif) pour finalement aboutir au Jordaan, tout près de mon Auberge. C'est à cet instant que les orages sont venus. Les éclairs tombaient rapidement et ce, partout autour (parfois même à moins de 100m de moi), ce qui m'a fait me diriger rapidement (lire: courir pour ma vie) vers mon auberge, ne tenant pas particulièrement à être foudroyé.

Après une brève sieste, je suis sorti pour souper au restaurant Pankake Amsterdam, situé tout près, où j'ai rencontré un couple américain très sympathique avec qui j'ai discuté pendant une bonne heure avant de me rediriger tranquillement vers l'auberge pour entamer une nuit de sommeil que j'espérais plus réparatrice que la dernière.

23
juin
23
juin

Malheureusement, la nuit dernière ne s'est pas avérée plus réparatrice que la précédente. Cela ne m'empêche cependant pas d'exécuter mon plan pour la journée, c'est à dire de louer un vélo à l'auberge afin d'aller explorer les environs du Museumplein et du quartier De Pijp!

Après mon premier arrêt au célèbre signe I Amsterdam, je me suis reposé un peu dans le jardin du Rijksmuseum, mon entrée au musée Van Gogh n'étant prévue que pour 10h (billet acheté à l'avance afin d'éviter la file, encore une fois!). Ce fut très intéressant d'en apprendre d'avantage sur la vie mouvementée et sur l'art innovateur du célèbre peintre (saviez-vous qu'il s'est initié à la peinture seulement 10 ans avant sa mort?). Par la suite, je me suis dirigé vers l'Albert Cuyp Markt, dans le quartier De Pijp, ou j'ai pu déguster un succulent grilled cheese en vagabondant entre les kiosques de nourriture, de souvenirs et de vêtements avant de me rendre à la Heineken experience (la marque étant née à Amsterdam), qui fut à son tour à la fois très intéressante et plutôt amusante!

J'ai passé le reste de l'après-midi au Vondelpark à relaxer (et à faire la sieste) au soleil et à contempler ses nombreux plans d'eau. À un certain moment, les canards étaient tellement habitués à ma présence que l'un d'entre eux est venu se coucher à moins d'un mètre de moi! Après m'être détendu quelques minutes supplémentaires auprès de mon nouvel ami, je me suis déniché une petite terrasse dans le parc, où j'ai pu déguster un délicieux quoique simple plat de patats avant de reprendre la route vers le Jordaan. Il est définitivement très agréable de se fondre dans la masse amsterdamoise en employant le moyen de transport privilégié par les locaux! Il faut simplement demeurer vigilant; ici, les gens ne sont pas des plus prudents et patients avec les touristes à vélo...

Avant de me rendre à mon auberge, j'ai fait une petite escale au café Winkel, reconnu pour servir la meilleure tarte aux pommes en ville (je confirme qu'elle était excellente!). Par la suite, retour à l'auberge, puis dodo!

24
juin

Yeah! Cette nuit a été plus que réparatrice! J'ai donc pu récupérer de nombreuses heures de sommeil qui me seront sans doute nécessaires aujourd'hui! Avec la menace de pluie qui plane sur toute la région d'Amsterdam, j'ai décidé que j'orienterais mon horaire du jour selon les précipitations, sans plan précis.

Pour bien commencer, le personnel de l'auberge offrait un tour guidé totalement gratuit du Jordaan et des environs, avec explications historiques et culturelles (complètement différent du tour que j'avais fait le 22)! Étant le seul intéressé par l'activité, j'ai donc eu droit à un tour privé avec deux guides plutôt qu'une (une Néerlandaise et une Allemande, toutes deux bien sympathiques!). J'ai ainsi pu découvrir ou redécouvrir certains recoins cachés du quartier en plus d'en apprendre davantage sur son histoire et sur sa situation démographique actuelle.

Par la suite, je me suis dirigé vers la Nieuwe Kerk (Nouvelle église), à l'intérieur de laquelle se tient présentement l'édition annuelle du World Press Photo, né à Amsterdam il y a de cela plus de 60 ans! J'ai ainsi pu admirer en primeur les meilleurs clichés photojournalistiques de l'année, une manière unique de redécouvrir notre monde sous toutes ses facettes, tantôt inspirantes, tantôt désolantes. Le décor antique dans lequel était présentée l'exposition rendait celle-ci d'autant plus poignante et unique!

Ensuite, malgré le risque modérément élevé de pluie, j'ai pris la décision d'aller visiter la campagne Hollandaise afin d'admirer l'un de ses villages d'antan, Zaanse Schans, devenu un véritable musée en plein air! En effet, de nombreux bâtiments et moulins à vent y ont été déplacés entre 1960 et 1975 afin d'assurer leur préservation. Le tout résulte en un spectacle intime à l'authenticité frappante et ce, à seulement 30 minutes en train de la gare centrale d'Amsterdam. La menace de précipitations a fait en sorte que le site était beaucoup moins bondé qu'à l'habitude, selon des guides locaux! De plus, le fait qu'il ne soit finalement tombé aucune goutte de pluie a su rendre le tout d'autant plus agréable.

De retour en ville, j'ai déambulé le long de nombreux canaux que je n'avais pas encore explorés, notamment dans les environs de la maison de Rembrandt, avant de m'arrêter dans un petit café pour souper. Je me suis ensuite dirigé vers l'auberge afin de me reposer un peu avant la soirée, que j'avais réservée à l'exploration nocturne du red light district, qui s'illumine chaque soir dans une ambiance à la fois festive et troublante. Il était très impressionnant de voir la masse de touristes et de locaux (surtout de touristes) déambuler dans les rues entre coffeeshops (magasins distributeurs de cannabis), canaux et vitrines. J'ai toutefois du rester prudent avec mon appareil photo, car les prostituées posant dans les vitrines sont reconnues pour détester se faire prendre en photo, à un point tel que certains touristes voient leur caméra se faire détruire sous leurs yeux! Heureusement, tout s'est bien passé pour moi!

Par la suite, retour à l'auberge et préparation de mes bagages en vue de mon check-out relativement tôt demain matin!

25
juin
25
juin

Ce matin, après une bonne nuit de sommeil, j'ai pris la décision de me payer une croisière d'une heure dans les canaux de la ville et d'essayer un petit café que j'avais découvert la veille dans le red light district, accolé à la vieille église (Oudekerk). C'est donc avec ce plan des plus flexibles que j'ai quitté l'auberge, après avoir procédé à mon check-out. Heureusement, il a été possible pour moi d'y entreposer mon sac, étant donné que je ne devais quitter pour l'aéroport que vers 16h30, ce qui m'a évité d'avoir à traîner ces 11kg supplémentaires toute la journée.

Je me suis ainsi dirigé lentement vers le café en question en jetant un dernier regard sur les rues et les canaux du Jordaan et en admirant une fois de plus son dynamisme et son architecture typique, en harmonie parfaite avec la verdure environnante. C'est après environ 45 minutes de vagabondage que j'ai atteint ma première destination, qui en valait certainement la peine! Malgré son emplacement en plein red light, le koffieschenkerij tire son charme de la vieille pierre et des clôtures noires délimitant sa terrasse et des nombreux arbres y ayant été plantés. C'est avec une limonade maison à la main (se rapprochant drôlement d'un mojito sans alcool) que j'ai poursuivi ma lecture du Journal d'Anne Frank durant une bonne heure avant de me diriger vers l'un des nombreux kiosques touristiques vendant des croisières à prix assez abordables (une quinzaine d'euros pour une heure dans une embarcation semi-ouverte).

Le départ du tour de ville par les eaux se faisant dans les environs de la Gare Centrale, c'est donc dans cette direction que je me suis orienté, faisant quelques achats en chemin. L'excursion fut des plus agréables, avec un point de vue unique sur les quartiers que j'avais déjà pu découvrir à pieds et un audioguide très informatif!

Après la croisière, repas rapide dans un antique brown café près de la gare centrale, puis retour à l'auberge pour récupérer mon sac, où j'ai eu la chance de me faire offrir de délicieuses poffertjes (mini-pankakes saupoudrées de sucre à glacer) par l'équipe. Je me suis ensuite dirigé vers l'aéroport, où j'ai été informé que mon vol venait d'être repoussé d'environ 1h30. J'ai donc pu user de ce temps supplémentaire à lire et à mettre à jour ce blog en attendant l'heure de mon embarquement. Je suis finalement arrivé à destination (Hostel Orange Prague) vers minuit, où je me suis rapidement mis au lit, question d'être suffisamment en forme le lendemain pour découvrir ma nouvelle destination, dont j'avais tant rêvé depuis quelques mois!

26
juin
26
juin

Ce matin, mon amie Ariane (en stage clinique à Prague) et moi nous sommes donné rendez-vous devant mon auberge, soit sur la Place Wencesclas. Après nous être trouvés, nous avons déambulé en direction du Old Town Square, sans doute l'endroit le plus photographié de la ville, avec le pont Charles, dû à la densité des bâtiments et monuments historiques aux airs féériques qu'il renferme. Malgré le nombre impressionnant de touristes se trouvant sur la place, nous avons pu assister au petit spectacle mécanique qu'offre l'horloge astronomique à chaque heure. Par la suite, nous nous sommes dirigés vers le pont Charles (magnifique pont piétonnier datant du 14e siècle), que nous avons traversé avant de nous arrêter dans une petite crêperie en retrait du flot touristique. Ce fut un véritable délice à prix très raisonnable, vu le quartier dispendieux dans lequel elle était située!

Ariane ayant rendez-vous avec un de ses coordonateurs de stage, nous nous sommes ensuite dirigés vers le Parc Charles, situé dans le Nove Mesto, en prenant quelques photos au passage, notamment de la maison dansante, un bâtiment d'un style architectural plutôt unique. J'ai par la suite pu relaxer dans le parc en attendant qu'Ariane m'y rejoigne après son rendez-vous. La vue qu'on peut y avoir depuis l'un de ses nombreux bancs, tout comme l'absence relative de touristes, valent certainement le détour!

Par la suite, nous nous sommes rendus sur l'une des îles (Slovansky ostrov) situées sur la rivière Vltava, séparant les quartiers historiques Staré Mésto et Mala Strana, d'où nous avons pu louer un pédalo pour naviguer à notre rythme avec une vue unique sur de nombreux monuments, tous plus majestueux les uns que les autres! Nous sommes ensuite allés souper sur une plateforme accostée à l'île Strelecky Ostrov d'où, une bonne Pilsner à la main, nous avons pu profiter d'une belle fin d'après-midi ensoleillée avec vue sur le pont Charles et sur les toits de la vieille ville.

Nous avons ensuite pris la décision de vagabonder dans le Mala Strana et le Kampa Park à la recherche du mur Lennon, recouvert de street art et de tags en l'honneur de John Lennon et du message de paix qu'il souhaitait transmettre. Après nous être identifiés nous-mêmes sur le mur (pratique encouragée!), nous avons fait l'ascension de la colline de Petrin (plus haute qu'elle en a l'air!) pour atteindre la tour de Petrin, d'où nous voulions admirer le coucher de soleil sur Prague. Les quelques couronnes tchèques que cela nous a couté et le petit effort d'ascension en valaient largement la peine! Avec une vue unique et panoramique sur le château de Prague, la vieille ville, la rivière et ses ponts, cela a véritablement été un coup de cœur pour moi!

Avant de nous dire au revoir, Ariane et moi nous sommes donné rendez-vous tôt demain matin pour aller observer le pont Charles au lever de soleil, un must selon plusieurs guides touristiques et photographes. Je suis finalement retourné à mon auberge en prenant le soin d'admirer au passage les nombreux bijoux architecturaux que renferment Prague 1 et la vieille ville...

27
juin
27
juin
Publié le 29 juin 2017

Malgré tous nos efforts et notre bonne volonté (nous nous sommes tout de même levés vers 4h30!), le soleil a été plus rapide que nous ne l'avions prévu dans son ascension. Nous n'avons dont pas pu observer le pont Charles à la brunante... Cependant, les couleurs éclatantes des bâtiments et les reflets de ceux-ci dans la rivière au petit matin, en plus de la quasi-absence de touristes, ne nous ont pas fait regretter notre réveil hâtif! Après avoir immortalisé ce moment à la fois dans nos esprit et avec nos caméras, nous nous sommes mis à la recherche d'une bonne dose de caféine, question de nous réveiller un peu! De manière surprenante, aucun café ou restaurant n'ouvrait avant 7h (pas même le McDonald's ou le Starbucks!). Nous avons donc déambulé dans les rues environnantes en l'attente de leur ouverture, ce qui n'était pas trop mal, après tout!

Après notre petit déjeuner, tandis qu'Ariane se rendait à l'hôpital pour son avant-midi de stage, je me suis mis à la tâche de planifier un peu mon horaire du jour. C'est ainsi que je me suis rendu au château de Prague, le plus gros ''castle complex'' au monde (selon les records Guinness) pour son ouverture. Les points de vue qu'offraient ses différentes installations et ses environs étaient de toute beauté! À l'intérieur du complexe, j'ai pu visiter la Cathédrale St-Vitus (St-Guy), l'ancien Palais Royal, la Basilique St-George et la ruelle d'or. Cette dernière regorgeait de petites maisonnées colorées occupées par de nombreuses expositions portant sur différentes coutumes d'antan, dont l'alchimie, l'armurerie et l'herbologie. Ce n'est pas pour rien que le château est au sommet des attractions à ne pas manquer à Prague; tout y est grandiose et magnifiquement préservé!

Après ma sortie du château, je me suis dirigé vers le musée Kafka, portant sur la vie et sur l'œuvre unique (La Métamorphose, Le Procès, Dans la Colonie Pénitencière...) du célèbre auteur né à Prague au 19e siècle. Ce fut une visite très enrichissante, à la fois sur le plan culturel et humain.

Par la suite, Ariane et moi nous sommes rejoint dans les jardins Franciscains, près du Wencesclas Square, puis nous nous sommes orientés, malgré la pluie tombant en averses, vers les jardins Vrtba, situés aux pieds de la colline de Petrin. Son aménagement paysager florissant et la vue unique qu'ils offraient sur toute la ville en ont fait l'un de mes attraits favoris.

Nous sommes ensuite partis à la recherche d'un restaurant typiquement tchèque afin de déguster des plats locaux à prix raisonnable. Cela n'a pas été si facile! Nous avons finalement déniché un petit mais très typique restaurant dont la salle à manger, située au sous-sol (ce qui est courant ici), donnait l'impression d'être dans une sorte de grotte conviviale. Après un délicieux plat de goulash (soupe au bœuf accompagnée de dumplings) et de Smazak (fromage frit), nous nous sommes dit au revoir, puis je suis rentré à pieds à mon auberge, plutôt épuisé par ma longue quoique mémorable journée.

28
juin
28
juin
Publié le 30 juin 2017

Ce matin, je me suis mis à la recherche d'un café que j'avais déniché sur internet avant mon départ. Après une trentaine de minutes à le chercher en vain, je me suis aperçu que celui-ci avait fermé ses portes de manière permanente, sans que cela ne soit écrit nulle part! Je me suis donc résigné à trouver un autre café où je pourrais déjeuner. C'est après être passé par le Kafka monument, une structure métallique mouvante prenant la forme de la tête de l'auteur, que j'ai enfin trouvé ce que je cherchais: un petit café avec terrasse ne servant que des produits locaux et préparant à la main de nombreux gâteaux typiques! C'est avec beaucoup d'enthousiasme que je me suis donc commandé une part de Medovnik (délicieux gâteau étagé au miel) accompagné d'un café glacé pour déjeuner (#aucunregret). Ce fut un véritable délice, malgré son prix assez élevé, vu l'emplacement près du Old Town Square du café.

Par la suite, j'ai traversé la Vltava afin de me rendre à une attraction plutôt originale: la plus petite rue de Prague! En effet, ce passage est si étroit qu'il a nécessité l'installation d'un feu de circulation piétonnier à ses deux extrémités! Après l'avoir traversé dans un sens comme d'en l'autre (celui-ci menant à un cul de sac), je me suis lentement dirigé vers le Old Town square, où débuterait bientôt un Free Walking Tour de la vieille ville et du quartier juif. Ce fut encore une fois une manière très intéressante de m'immerger dans l'histoire de la ville, qui fut entrecoupée par de nombreuses guerres, révolutions et changements politiques et administratifs. Par chance, outre une partie du Old Town Hall, la majorité des monuments historiques a été épargnée par les bombardements et autres attaques.

Ariane m'ayant rejoint au milieu du tour, nous nous sommes ensuite dirigés vers le Manesuv Most, d'où la vue sur le pont Charles et sur la Vltava était simplement splendide. Nous nous sommes ensuite reposés un peu sur la rive avant de nous diriger à nouveau vers le Old Town Square, où nous devions rejoindre notre guide pour le Beer Tour que nous avions réservé.

Dès notre arrivée au point de rencontre, nous avons rencontré deux autres Sherbrookois avec lesquels nous allions passer le reste de la soirée! Les nombreux pubs que nous avons eu la chance d'explorer nous ont servis plusieurs délicieuses bières tchèques que notre guide nous présentait avant que nous les dégustions. Ce fut réellement une belle soirée passée en bonne compagnie!

29
juin

Ce matin, c'est sous la pluie que j'ai du procéder à mon check-out. La météo a malheureusement du me faire revoir mon plan du jour, que j'avais orienté, au départ, vers la visite de la ville et du château de Karlstejn. J'ai ainsi pris la décision de partir immédiatement vers la ville historique bohémienne de Cesky Krumlov, protégée par l'UNESCO, où j'avais prévu passer les deux prochains jours.

Après avoir éprouvé quelques difficultés techniques, notamment dues au manque d'indications et à la barrière linguistique me séparant des employés de la gare de bus, j'ai finalement pu monter à bord d'un autocar très confortable qui me mena à bon port après un trajet d'environ trois heures.

Heureusement, à mon arrivée à Cesky Krumlov, la pluie avait fait place au soleil! Cela m'a permis d'explorer un peu les environs après être allé déposer mes bagages au Airbnb que j'avais réservé. Jorge, sans aucun doute l'hôte le plus sympathique avec qui j'aie eu à intéragir depuis le début de mes voyages, m'a chaleureusement accueilli avec un tour guidé enthousiaste de sa propriété vieille de 500 ans et quelques conseils sur les attraits à ne pas manquer dans la région. C'est d'ailleurs sur ses conseils que je suis allé souper dans un restaurant typique au bord de la Vltava avant d'aller observer le coucher de soleil depuis un point de vue en hauteur situé près de la place centrale. Le panorama offert par la vieille ville quasi-intacte de Cesky Krumlov était d'une beauté exceptionnelle! C'est sur ces images que je me suis dirigé vers ma chambre afin d'y passer une nuit de sommeil des plus confortables!

30
juin
30
juin

À mon réveil, Jorge m'attendait à la salle à manger avec un délicieux petit déjeuner fait maison. Pain, pâtisseries, melon et yogourt au muesli s'entassaient sur la table alors que mon espresso était en cours de préparation. Tout en dégustant ce délicieux repas, j'ai pu discuter longuement avec Jorge, fervant de culture, d'histoire et de littérature. Nous avons notamment échangé sur la culture québécoise, sur l'histoire de la région et sur nos aspirations respectives avant que je quitte la maisonnée pour me diriger vers les jardins du château, qui étaient de toute beauté sous le soleil matinal.

Je me suis ensuite orienté vers le château afin d'y acheter un billet pour la visite guidée de 16h20, puis j'ai procédé à l'ascension de la tour du château, d'où la vue sur toute la ville était simplemement magnifique.

Par la suite, j'ai vagabondé tranquillement dans les rues adjacentes au château avant de tomber par hasard sur une vaste cour intérieure exempte de touristes où se tenait un petit bistro où de nombreuses familles s'étaient réunies pour le dîner. C'est donc là que j'ai décidé de m'arrêter pour le lunch; j'ai opté pour une salade jardinière fraîche avec une bonne bière tchèque, m'étant habitué aux coutumes locales!

J'ai ensuite mis le cap sur la place principale de la vieille ville, point de rencontre du Free Walking tour local qui, encore une fois, fut très intéressant! C'est notamment durant ce tour que j'ai pu apprendre l'origine étymologique du nom de la ville: Cesky signifiant simplement tchèque et Krumlov étant dérivé de l'allemand Krumme Aue signifiant prairie courbée (dû à la trajectoire sinueuse que suit ici la Vltava). J'ai même eu la chance de discuter avec une autre participante d'origine colombienne qui s'apprétait à entamer sa 6e année de médecine en Belgique!

Ma visite subséquente des parties intérieures du château m'a permis de consolider quelques notions historiques apprises durant le tour et d'admirer de nombreuses œuvres d'art et salles majestueuses.

Avant de retourner à ma chambre, je me suis arrêté pour souper dans un restaurant italien en retrait du chemin principal (encore une fois conseillé par mon hôte) qui a su pleinement satisfaire mon envie de pizza margherita et de vin (tchèque, tout de même!). Par la suite, retour chez Jorge, préparation de mes bagages pour le lendemain puis relaxation dans ma chambre avec vue sur la rivière avant d'aller au lit.

Si l'expression Dolce Vita était tchèque, c'est celle que j'aurais employé pour caractériser cette merveilleuse journée... J'emploierai donc sa forme traduite: sladký život!

1
juil
1
juil
Publié le 3 juillet 2017

Ce matin, après avoir eu la chance de déguster un déjeuner aussi délicieux que celui de la veille, j'ai remercié Jorge pour son hospitalité et sa générosité, puis je suis monté à bord de la caravane (navette) qui allait me mener à Bad Goisern, en Autriche, tout près du village de Hallstatt.

C'est après environ trois heures de route que nous sommes arrivés à destination. Les paysages grandioses qu'offraient les montagnes autrichiennes ont su rendre le voyage très agréable malgré sa longueur. J'espérais seulement arriver assez tôt pour pouvoir admirer la région de Hallstatt avant que la pluie (qui était prévue pour les deux prochains jours) ne vienne rendre la tâche plus difficile.

À mon arrivée à Bad Goisern, j'ai rapidement déposé mes bagages au Bon Krenn Hostel avant de me rendre à la gare de train pour m'assurer une place sur le prochain! La gare du village de Hallstatt et le village lui-même se situant sur des rives opposées du Hallstattersee (Lac Hallstatt), j'ai du embarquer sur un traversier qui me mena rapidement à bon port. Il fut très agréable d'observer la ville depuis le lac!

Dès l'accostage, je me suis précipité hors du bateau pour partir à l'exploration du typique et très photogénique village. Celui-ci est vraiment de toute beauté! L'eau et les montagnes le délimitant en rajoutent à son charme intrinsèque déjà peu commun! Après avoir explorer quelque peu les environs, je me suis mis à la recherche d'une terrasse en bordure du lac, que je n'ai pas eu trop de difficulté à dénicher. La bière autrichienne, le plat de saucisse typique et le sachertortre (gâteau au chocolat et abricots) que j'ai pu y déguster ne m'ont pas déçu!

Le dernier traversier quittant à 18h15, je me suis ensuite dirigé vers le petit port du village, puis je me suis rendu sans problème à mon Hostel en profitant des percées de soleil illuminant le village de Bad Goisern.

2
juil
2
juil
Publié le 5 juillet 2017

À mon réveil, j'ai rapidement dû me faire à l'idée que les météorologues avaient vu juste: il allait sans doute pleuvoir toute la journée. C'est donc un peu déçu quoique décidé à profiter le plus possible de cette journée que je me suis dirigé vers la station d'autobus la plus près de mon auberge après avoir déjeuner dans un petit café.

Une fois arrivé à Hallstatt, je me suis dirigé vers le centre d'information touristique afin d'en apprendre davantage sur ce qu'il y avait à y faire en cas de pluie. Je me suis fait orienter vers la mine de sel du village, l'une des plus vieilles du monde, qui était responsable de la prospérité passée et présente de la région (ce n'est pas pour rien que la région se nomme SALZkammergut et que la grande ville la plus près soit SALZbourg!). La mine étant située en hauteur, j'ai opté pour le téléphérique, qui offre habituellement des vues magnifiques sur le lac et les montagnes environnantes.

J'ai ensuite dû marcher pendant une quinzaine de minutes avant d'arriver au point de départ du tour, où j'ai dû attendre une bonne heure avant de pouvoir entrer, dû à la masse de touristes (principalement autrichiens et allemands) qui avaient obtenu les mêmes renseignements touristiques. La visite, quoique assez dispendieuse, était très intéressante et amusante. À deux reprises, nous avons dû utiliser des glissades sous terraines pour nous faire passer à des niveaux inférieurs; celles-ci nous faisaient atteindre une vitesse dépassant parfois les 30 km/h! Après en avoir appris davantage sur la géologie et l'exploitation minière du sel, je m'en suis fait offrir un petit échantillon, puis je suis reparti en direction du téléphérique pour entamer ma descente.

Surprise!! La pluie avait complètement cessé durant ma visite de la mine et les nuages restant offraient sans aucun doute l'un des paysages les plus grandioses que j'ai eu la chance d'admirer dans ma vie! À la vue de ce spectacle (paysage protégé par l'UNESCO), je ne pouvais qu'être reconnaissant d'avoir la chance d'en être témoin! Je me suis donc dit que la pluie matinale était un bien faible prix à payer pour vivre une telle expérience!

L'après midi étant déjà bien entamée, je me suis arrêté au restaurant Rudolfstorm, situé tout près du point de vue panoramique, afin d'y déguster une bonne soupe typique de l'Europe centrale et de l'Est (Gulash). C'est ensuite le sourire aux lèvres que je suis redescendu au village, puis que je l'ai exploré à nouveau, trouvant sans cesse de nouveaux recoins le rendant toujours plus pittoresque.

Je me suis ensuite reposé un peu sur le bord de l'eau en admirant les nombreux signes se pavanant sur le lac, puis je suis monté à bord du traversier pour retourner à Bad Goisern. Soirée plutôt tranquille à l'auberge, puis préparation de mes bagages pour mon check-out de demain.

3
juil

Aujourd'hui, avant de me rendre à Salzbourg, qui serait ma dernière destination, j'ai décidé de m'arrêter pour quelques heures à Sankt Wolfgang im Salzkammergut, un village situé en bordure du lac Wolfgangsee. J'avais découvert, lors de mes recherches préparatoires, un point de vue unique atteignable depuis ce village par un trajet panoramique en train à vapeur. Avant même d'être monté à bord, je savais que ce serait une expérience inoubliable, tant la vue, même d'en bas, était sublime. Heureusement, le ciel s'était dégagé depuis la matinée, ce qui me permettrait sans doute d'avoir une vue sur toute la région une fois arrivé au sommet, situé à environ 1783m d'altitude.

Après avoir dîné tranquillement au snack bar d'un terrain de mini-golf au décor particulièrement scénique, je me suis donc dirigé vers la gare du SchafbergBahn (le train à vapeur) pour commencer l'ascension de 30 minutes vers le sommet du mont Schafberg, où est situé le fameux point de vue.

Il serait euphémique de dire que je n'ai pas été déçu par le spectacle qui s'est ouvert devant moi à mon arrivée au sommet! C'était à couper le souffle! Malgré le temps quelque peu frisquet et les nuages (dont j'étais à la hauteur) qui obstruaient par moment la vue, ce fut l'un de mes coups de cœur du voyage jusqu'à présent. Après avoir bu un bon café accompagné d'un délicieux strudel aux pommes au restaurant du sommet, je me suis redirigé vers la station de train afin d'entamer ma descente.

Une fois arrivé en bas, je me suis orienté vers la station de bus la plus près afin de m'assurer une place sur le prochain bus ayant comme destination Salzbourg. Le trajet ayant duré moins d'une heure trente, je suis arrivé en ville vers 17h. Après avoir procédé à mon check-in à l'auberge Yoho, j'ai vagabondé tranquillement en direction des jardins de Mirabell, où j'ai pu profiter d'une vue magnifique sur le château et le dôme de la cathédrale de Salzbourg.

J'ai ensuite déniché un petit restaurant en retrait du flot touristique afin de pouvoir goûter à l'un des plats les plus typiques d'Autriche: le schnidzel, accompagné d'un bon verre de vin rouge. C'est donc le ventre plein et la tête pleine de souvenirs à chérir que je suis reparti en direction de mon auberge pour profiter d'une bonne nuit de sommeil.

4
juil
4
juil
Publié le 24 décembre 2017

Ce matin, après le petit déjeuner, j’ai quitté l’auberge dans l’idée d’aller me perdre quelques heures dans les petites rues et grandes places du vieux Salzbourg. Pour ce faire, j’ai dû traverser le pont Makartsteg, enseveli sous les cadenas y ayant été laissés par des générations d’amoureux, d’où la vue sur la ville était simplement magnifique.

Je me suis ensuite dirigé vers un des passages cachés parmi les bâtiments menant d’une rue parallèle l’autre et au centre desquels se retrouvent souvent cafés et autres petits restaurants avec terrasses intimes. J’ai rapidement abouti sur la Geitredegasse, la vieille rue commerçante de la ville, qui débordait déjà de piétons à cette heure plutôt matinale! Entre boutiques huppées et restaurants à tous budgets, la Geitredegasse demeure très photogénique et agréable à découvrir. C’est à mi-chemin vers la University Square que la plus grande surprise m’attendait; sur ma droite, une imposante construction d’un jaune canari semblait intéresser de très nombreux touristes. En lisant les mots étant inscrits sur sa façade, j’ai rapidement compris pourquoi : il s’agissait de la maison de naissance d’Ammadeus Wolfgang Mozart, ouverte au public sous forme de musée portant sur la naissance, la vie et l’œuvre du célèbre compositeur. Je me suis promis d'y revenir un peu plus tard.

Pour l'instant, j'avais pris la direction de l'Abbaye de Saint-Peter afin de découvrir, entre autres, son cimetière emblématique; l'un des plus beaux au monde, selon plusieurs! Je dois admettre que son environnement verdoyant et la sérénité y régnant en font un lieu de prédilection pour les visiteurs en quête de ressourcement.

Je me suis ensuite orienté vers la rive du Salzach, où j'ai déniché un minuscule café, juste à côté du pont Mozartsteg, rendu célèbre par le film de 1965 La Mélodie du bonheur, tout comme plusieurs attraits de la ville. Je m'y suis arrêté quelques instants, question de relaxer un peu et de me revigorer avant de poursuivre ma visite. Durant cette pause, j'ai pu observer les maisons luxueuses situées de l'autre côté du fleuve et m'imprégner de l'ambiance de la ville en regardant les passants vaquer à leurs occupations, un bon cappuccino à la main.

J'ai ensuite mis le cap sur le château de Salzbourg, sans doute l'attraction la plus populaire de la cité. En m'y rendant, j'ai dû traverser la Place Mozart, la Residenzplatz et la Kapitelplatz, en contournant, les yeux levés vers le ciel, la cathédrale de Salzbourg avec son dôme turquoise. Définitivement, Salzbourg m'avait déjà conquis.

Après avoir fait l’ascension du Monchsberg, j'ai pu entrer dans la forteresse immaculée, d'où les vues sur toute la région de Salzbourg sont à couper le souffle. J'ai décidé de louer un audioguide afin de visiter le château à mon rythme, puis je suis redescendu vers la ville à bord d'un funiculaire.

Je suis finalement parti à la recherche d'un restaurant abordable pour souper, puis je me suis dirigé vers la montagne du Kapuzinerberg, d'où la ville semblait immortalisée dans la lumière de fin d'après-midi. Après m'être arrêté une heure pour lire sur un banc, je me suis redirigé vers les jardins de Mirabell, d'où j'ai pu admirer le coucher de soleil sur la forteresse. Ensuite, retour à l'auberge et dodo; la journée a été bien chargée!