Carnet de voyage

Allons en Asie du Sud-est

56 étapes
78 commentaires
19 abonnés
Dernière étape postée il y a 2241 jours
-Et si on partait en voyage ? -Euh.. Oui, si tu veux mais tu veux aller où ? -Je ne sais pas, je voudrais juste aller ailleurs. Dis moi toi? -On peut aller en Asie du sud-est? -Go !
Novembre 2017
18 semaines
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 28 novembre 2017

Quand certain font leur sac juste quelques heures avant le départ, le mien était prêt depuis au moins 2 mois.

Mon sac a une contenance de 40L, je pars avec le minimum.

Bientôt le départ...

2
2
Publié le 29 novembre 2017

Paris. Tôt le matin, ou plutot, au beau milieu du monde lunaire. Courte nuit, excitation, appréhension.

Nous attendons notre avion dans le bruit de l'aéroport qui se réveil petit à petit..

On se retrouvera à Oslo !

3
3
Publié le 29 novembre 2017

2 heures de vol au top ! Petit thé et pain au choc. Atterrissage en douceur sur la neige.

Nos ventres qui gargouillent, l'attente de l'avion suivant nous font nous diriger vers les sandwichs... 2 sandwichs au poulet : 30 euros !

Voilà voilà, bisous l'aéroport Norvégien !

En partant de Paris puis en arrivant en Norvège
4
4
Publié le 30 novembre 2017

Décalage, faim, chaleur.

Nous sommes ravis ! Un peu perdu. Nous quittons l'aéroport à bord d'un taxi. Le chauffeur a téléphoné à tout son répertoire pendant le trajet. Il était dur de ne pas se laisser emporter par le sommeil.

Petite sieste après 20 heures de voyage et c'est parti pour une balade dans les rue de la capitale. Plein d'odeurs, de sons et de visages bien differents de notre quotidien.


5
5
Publié le 1er décembre 2017

Nouvelle journée, nous partons explorer la ville et accessoirement trouver une carte de téléphone.

Nous passons à travers de nombreux marchés toujours plein d'odeurs très variées !

Nous arrivons dans un centre commercial, Siam, qui est d'une immensitée délirante ! ! !

17 kilomètres à pied après nous rentrons en tuk-tuk. Nous avons d'ailleurs fait notre première négociation. Hé Oui, on s'y met !!


6
6
Publié le 1er décembre 2017

Premières soirées à Bangkok dans cette guest house accueillante où nous avons déjà nos petites habitudes.

Les moustiques nous rendent visite sur la terrasse qui sert d'accueil à la nuit tombée. De plus, des minis minis minis fourmis, ont elues domicile dans notre chambre après qu'Antoine ait laissé des figues à l'air libre. (Il s'en est rendu compte après en avoir mangé quelques unes bien sûr).

Ça sent le poisson dès qu'on sort de la chambre, mais les gens sont souriants.


7
7
Publié le 2 décembre 2017

Changement de lieu, départ le matin. On croise bimbo, un français habitué de la Thaïlande qu'on a croisé la veille au Siam. (Dingue hein) on lui demande conseil pour aller au nord de Bangkok. Il nous indique un bus et finit par venir avec nous. 13 baths le bus pour Antoine et moi.

Arrivés à destination, nous partons à la recherche d'une guesthouse. Nous y allons au hasard en suivant ce que nous avons vu sur internet. On se perd, il fait chaud.

Nous finirons par trouver un endroit propre et frais. Fatigués, mais ravis !

8
8
Publié le 2 décembre 2017

Comment dire... C'est immense. Un labyrinthe interminable. Des objets, des vêtements, de la nourriture, des oeuvres d'arts, des produits de soin, des sacs, des chaussures, des jouets, tout ! Vous trouverez tout ici. Des massages de pieds ou de jambes. De la musique !

Après 2h30 dans ce dédale, comprenant un bon déjeuner, nous rentrons au dortoir prendre une bonne douche. Délivrance !

9
9
Publié le 2 décembre 2017

Après cette grosse journée fatiguante en ville, dans le bruit et la chaleur, nous sommes partis à la recherche de quelque chose à manger. Attirés par sa fraîcheur, nous sommes entrés dans un centre commercial. Nous y avons trouvé une pizzeria qui était bien à notre goût. Le fromage aussi 😉

Ensuite nous sommes entrés dans une grande surface gigantesque. (Tiens donc, encore un espace immense)

Cette ville est vraiment pleine de contrastes:

Le très chaud dehors / le très froid dedans.

Le tout petit tout serré tout sombre du marché / l'immensité éblouissante des centres commerciaux.

10
10
Publié le 3 décembre 2017

Dormir en dortoir était une expérience que je voulais vivre, un jour. Et bien c'est chose faite. Je me doute que toutes ne sont pas comme celles ci.

Au début j'étais contente. Le seul inconvénient que j'identifiais était de dormir sans Antoine.

Depuis le début du voyage, les nuits sont une source d'angoisse pour moi. Je nous sens seuls perdus au milieu d'une foule d'inconnus. La journée ça ne me fait pas le même effet. Dormir en dortoir avec d'autres gens autour m'a rassurée sur ce point. Même si, et j'en suis encore un peu surprise, nous n'avons eu que très peu d'échanges avec nos collocataires.

Puis à l'heure du coucher, les ennuis commencent. Les vas et vient des gens, la porte de la chambre qui bip lorsqu'elle n'est pas fermée, la lumière des voisins, les toilettes trempés, le bruit de la clim, le FROID, l'inconfort du lit, ...

La fatigue étant là, tout ces petits rien nous ont rendus la nuit bien compliquée.

C'est donc fatigués mais ravis d'avoir vécu cette expérience que nous quittons cette guesthouse et son coin détente quand même agréable, pour nous installé 10 mètres à côté... 😀

Nous envisageons de partir pour les plages prochainement !

11
11
Publié le 4 décembre 2017

10 mètres à côté du dortoir donc, nous voici seuls dans une chambre propre et individuelle. C'était vraiment le luxe !

Le moment de faire une lessive était arrivé. Nous avons tenté. Seulement le sèche linge n'a pas séché grand chose.. Nous avons du étendre notre linge en travers de la pièce. Le lendemain, seule la capuche de mon pull était humide. Mission accomplie !

Nous étions très fatigués de nos courtes nuits précédentes. Trop fatigués. À tel point qu'Antoine a carrément fait une réservation d'hôtel pour..... Saint-Pétersbourg ! ! ! L'annulation nous à côté une dizaine d'euros, cela aurait pu être pire.

Nous avons passé un moment sur la terrasse du toit de l'hôtel 😀

12
12
Publié le 4 décembre 2017

Un gros trajet nous attend aujourd'hui puisque nous voudrions nous rendre à l'île de Ko Chang. Pour adoucir le voyage, nous décidons de le vivre en plusieurs étapes.

Nous quittons notre nid à 10h. Partant on ne sait trop où prendre on ne sait trop quel bus pour Pattaya, selon les conseils de nos hôtes.

Nous marchons jusqu'à une zone d'arrêts de bus. Un peu perdus.. mais détendus. 2 Thaï nous ont demandés où nous voulions aller, alors que nous ne les regardions même pas. Ils nous ont indiqué LA gare à 5 km.

Un peu désorientés, nous faisons demi tour, une trentaine de pas et là un autre Thaï nous montre un bus et nous dit de monter dedans. Sans vraiment comprendre ce qui nous arrive nous montons dedans rapidement. Le bus part aussitôt, nous avec, le thaï reste à quai.

Dans le bus, je cherche de l'aide, et demande aux passagers s'ils parlent anglais. Une seule me répond que oui. Nous avons du mal à nous comprendre mutuellement mais je pense quelle descend là où nous devons descendre.

15 min plus tard nous sortons du bus au terminus de la ligne. Énorme endroit, encore. Un thaï qui était dans le bus vient vers nous et nous propose de le suivre pour prendre le bon bus pour Pattaya. Il ne parle pas anglais du tout et nous raconte des choses qu'on ne comprend pas. Il nous guide dans un dédale de parkings, encore des marchés et des gens partout. Nous changeons plusieurs fois de bâtiments, puis dehors, puis encore des bâtiments... Nous arrivons au bon guichet, et lui s'en va de son côté.

Une fois les billets en mains, mini panique. Le bus part à 11h, il est 11h !! Nous courons dehors sur un immense parking ensoleillé, rempli de bus. Nous cherchons le 78. Il y a des numéros sur tout les bus mais pas le nôtre.

Nous demandons notre chemin plusieurs fois, couront encore et arrivons au bus à 11h02. Départ ! Nous n'en revenons toujours pas d'être arrivés a avoir ce bus.

Nous sommes vraiment surpris par toute l'aide que nous avons reçue alors que nous n'en demandions pas clairement, bien qu'il nous en fallait. Cette aide là me rassure. Nous ne sommes pas que seuls. Heureusement que tout ces gens nous ont aidés.

C'était une belle expérience, encore 😀

Nous arriverons à l'hôtel (pas celui de Russie hein 😉 ) après 3 heures de marche et 2 heures de bus. Fatigués mais heureux !

13
13
Publié le 6 décembre 2017

Super chambre, nous y sommes restés pour organiser la suite du voyage et nous reposer un peu.

Le premier matin, Antoine va à la réception, je le suis. Puis je retourne dans la chambre quelques secondes après, et là, je tombe sur quatre Thaï qui s'affairent à nettoyer notre chambre en déplaçant toutes nos affaires. Un peu affolée je resors et je crie : " Antoine , il y a plein de gens dans la chambre ! ". Il ne m'a pas cru tout de suite. Nous les avons regardé quelques longues secondes, un peu ebêtés avant de leur dire que ce n'était pas nécessaire. On a bien ris !


Le dernier soir nous sommes allés dans un resto végétarien. J'ai demandé un plat " not too spicy" et Antoine n'a rien dit. Nous nous sommes retrouvés avec des plats pas mal épicés, surtout celui d'Antoine !! Il a souffert en dégustant son bol de soupe aux nouilles. Plus tard dans la nuit, il a tout vomi ! Personnellement j'ai aimé mon plat, même si ça m'a bien chauffé aussi 😉

14
14
Publié le 6 décembre 2017

Nous quittons la guesthouse à 8h30 pour nous rendre à la gare de bus de la ville. Arrivés là bas on nous dit que pour aller à Koh Chang il faut aller voir les gars en tuk-tuk, eux savent où nous conduire. Sentant l'arnaque à touriste venir, nous décidons de chercher par nous mêmes la gare de minis vans. Nous avons marché 3h30 dans les rues de la ville (des grands boulevards longeant la route, ou alors parfois des zones complètement désertes) en plein soleil avec nos gros sacs. N'en pouvant plus nous sommes rentrés dans une agence de voyage pour demander des infos. Le mec de l'agence nous a bien aidé et nous a indiqué des agences qui prenait ça en charge. Nous ne pouvions pas téléphoner alors il l'a fait pour nous. Tout était plein pour la journée. Grosse panique, nous avions réservé sur l'île , pas mangé, mal dormi, plus de chambre. Nous avons marché encore et sommes tombés sur un taxi. Lui même nous a mené à une agence où nous avons pris un taxi pour nous rendre à Trat. 3h45 de voiture nous ont mené au ferry. Nous avons ensuite pris un taxi de groupe, dans une sorte de pikup, ouvert. Super ! Il nous a conduit devant notre hôtel une heure après.

C'était une longue journée de voyage dans l'incertitude mais nous y sommes finalement arrivés ! Le lieu est paradisiaque. Nous allons rester ici quelques jours pour profiter de ce que cette île offre 😀

15
15
Publié le 8 décembre 2017

Notre guesthouse est super top ! Elle est dans un coin tranquillou, loin de l'agitation. Elle dispose de tout ce dont on pourra avoir besoin. On pourrait ne pas partir de la journée. Piscine, mer, hamac, transat, canap, bar, resto, billard, baby foot, balançoire aquatique, canoë à dispo, badminton, ... ! Mais on part la journée, tout de même 😉 Les gens ici sont supers chouettes et sont prêts à nous aider. On s'y sent bien :D

Le coucher de soleil fait rêver..


Nous avons loué un scooter pour la semaine (puisque oui, nous restons ici une semaine ! ). Je le conduisais au début, j'adore ça et Antoine n'était pas trop à l'aise. Maintenant ( 2 jours sont passés) nous voulons tout les deux conduire ! C'est une super sensation d'avoir un peu d'autonomie dans nos mouvements et de ne pas dépendre des taxis ( qu'il faut sans cesse marchander!)


Nous avons rencontré un couple de suédois dans notre guesthouse de Pattaya qui se rendaient aussi à Koh Chang. Hier soir nous étions avec eux pour le repas. Nous allons sûrement les revoirs avant de partir. Antoine aime parler en anglais avec eux 😀 Pendant le repas que nous avons partagé je me suis faite avoir par le côté épicé de mon plat.. Antoine a courageusement terminé mon assiette ! Et j'ai terminé ses frites pour apaiser le feu dans ma bouche.


16
16
Publié le 8 décembre 2017

Ce matin, après avoir pris de quoi manger, boire et se protéger du soleil, nous partons à la recherche d'une cascade dont quelques personnes nous ont parlés. Elle se situe après une courte marche dans la jungle. Courte mais agréable et nouveau. Un bruit strident perce parfois et nous entendons plus que cela. Impressionnant et mystérieux.

Une fois la ballade terminée, nous sommes arrivés dans un espace blindé de monde. Tous agglutinés autour de l'eau. Et dans l'eau, avec des poissons (certains assez gros) qui nous foncent dessus pour nous grignoter les pieds. Je suis entrée dans l'eau.. 2 minutes peut être, pas plus. Antoine a fait son petit tour mais n'est pas resté longtemps, alors qu'il adore ça d'ordinaire. Trop de gens, nous avons payé 400 baths pour venir dans cet endroit. Nous étions déçus. Une fois nos sandwich avalés, nous sommes rentrés à la guesthouse.

Là nous avons pris le canoë (gratuit celui ci !) Et sommes restés 3 heures dessus (enfin moi dessus et Antoine dessous, le poisson !!) Nous avons admiré le couché de soleil de là. Magnifique !

Petite sortie nocturne ensuite. J'ai demandé à la serveuse si ma salade était épicée.. tellement peur que ça recommence ! Decouverte d'une guesthouse sur le thème de Bob Marley où nous avons bu un verre installés tranquillement dans des hamacs 😉

Pour finir retour à la guesthouse et billard avec les autres résidents. Très chouette, apaisant et serein tout ça 😀 (accompagné par les cris des geckos qui sont partout ! )

17
17
Publié le 9 décembre 2017

Ce matin nous avons pris le temps de profiter de la piscine. Nous ne nous lassons vraiment pas de cette vue de dingues que nous avons !

Ensuite nous avons pris la route pour trouver un maillot de bain à Antoine. Sur la route nous nous sommes arrêtés dans un resto thaï. En commandant nous avons insisté sur le fait que nous ne voulions pas de plat épicé, ce qui a fait rire la serveuse... mais d'un rire un peu... farceur ! Lorsque nous avons eu nos assiettes, mon plat était parfait ! (J'avais tout de même un récipient pour la sauce pimentée mise à part) Mais pour Antoine le repas a encore eu un goût très relevé. Il a néanmoins terminé son assiette. 😉 Brave petit ! Nous l'avons signalé et la serveuse a ri, mais s'est excusé quand même. Ce petit goût piquant était il intentionnel ? Nous ne le saurons jamais..

Ensuite nous sommes parti à la recherche du maillot pour Antoine. Mais nous m'avons finalement trouvé des robes .. ! :D

Nous avons un premier plein d'essence en achetant une bouteille en verre ^^ drôle de façon de faire.

Petite pause banana shake :D et retrouvailles avec nos potes les suédois.

Nous sommes rentrés tôt car demain Antoine part toute la journée pour plonger ! En rentrant, une blatte énorme nous attendant au pied du lit... bah ! Antoine et le thaï de la réception qui passait par là à ce moment là l'ont fait sortir sans lui faire de mal. On a bien ri car je voulais que cette bête parte, même s'il devait la tuer, et lui ne voulait pas. Et le thaï nous demandait s'il fallait la tuer alors je disais Oui, Antoine disait non. Tout ça dans la panique totale. C'était drôle pour tout le monde, et la blatte a finalement survécu. J'espère qu'elle ne reviendra pas 😉

18
18
Publié le 10 décembre 2017

Aujourd'hui Antoine par pour la journée. Nous lui avions réservé une séance de plongé.

De mon côté j'avais vraiment peur de passer ma journée à ma guesthouse à ne pas oser sortir de mon petit coin de paradis. Mais j'ai osé ! (Comme quoi.. )

J'ai commencé par aller me faire masser. J'en avais très envie depuis les premiers jours.

J'arrive devant le salon et regarde ce qu'ils proposent. Celui qui me plaît le plus (dos / épaule/ cou ) coûte 300 baths. Ils en propose pour les pieds, pour le visage, pour les mains, des massages thaï et je ne sais plus quoi d'autre, mais le choix est varié !

C'est un homme qui m'accueille et me fait entrer. Je me demande s'il est prévu que lui me masse. (Je n'ai pas envie ..) il me demande si je suis en maillot de bain sous ma robe dans un anglais approximatif. Il comprend que non et me tend une tenue ample comprenant une chemise et un bas, puis s'en va en tirant un voile bien transparent. J'enfile la tenue en retirant mon soutien gorge mais je ne suis pas sûre de faire ce qu'il faut.

Une jeune femme arrive, elle ne parle pas anglais du tout mais est très souriante. Ça me rassure directement ! Je lui demande si je suis dans la bonne tenue. Elle me mime d'enlever la chemise qu'on vient de me demander de mettre. Je me retrouve donc à moitié nue dans le salon. (Voilà voilà !) Elle me demande de m'allonger sur le ventre et me recouvre d'un tissu. Ouf ! 😉 le massage commence et là c'est le rêve ! Des gens vont et viennent dans le salon mais je suis tellement bien que ça ne m'a pas vraiment perturbée. Elle m'a massée du bout des orteils jusqu'au bout au bout des doigts. En passant par ma tête. Elle insistait bien là où j'avais des points de tensions (aïe !) Je sentais des choses bouger à l'intérieur ^^ vraiment génial. Il m'arrivait de rire quand elle passait sur mes côtes ou pas loin de mes bras. À un moment j'étais à plat ventre et elle a carrément tiré sur mes bras en relevant à l'envers tout mon buste !

Quand le massage s'est terminé, après une grosse heure, j'ai eu 2 tasses de thé, 2 bananes délicieuses et une petite bouteille d'eau fraîche. J'ai passé un peu de temps sur la terrasse avec une petit fille qui ne devait pas avoir 10 ans. Je pensais payer plus que 300 baths, mais non. Je suis sortie de là ravie et super detendue !

J'ai ensuite pris le scooter et suis aller faire un petit tour, et acheter de la crème solaire. Je suis allée au resto et dans la piscine. Je n'en reviens pas d'avoir osé faire tout ça toute seule. Je m'imaginais rester pétrifiée dans ma chambre 😀

Je me suis ensuite accordé un moment dessin. Parfait ! Antoine est arrivé à 16h53. Tout content de sa journée et bien fatigué. Nous avons profité du coucher de soleil ensemble. Le pied !

Notre petit soucis de la journée est que nous ne pouvons plus retirer d'argent alors qu'on nous demande de payer la chambre..

Affaire à suivre ! 😉

Le chien est au propriétaire des lieux. Il nous suit partout et se couche à nos côtés des qu'il nous voit !

19
19
Publié le 12 décembre 2017

Aujourd'hui nous partons explorer l'île en faisant le tour de celle-ci en scoot ! :D

Au petit déjeuner ce sera cheese burger pour Antoine et sandwich au poulet pour moi. Pas très local mais que voulez vous.. 😉

Nous conduisons tout les deux en alternant. J'étais bien contente quand Antoine avait peur de conduire, maintenant il veut toujours prendre le guidon ! On se tartine de crème, prend les maillots de bain et go !

Nous avons roulé pendant 2 heures pour aller de l'autre côté de l'île. Nous roulions tranquilou et cherchions une plage pas trop mal où se baigner.

Le premier arrêt était pour marcher au bout d'une digue. Nous avons croisé un pêcheur qui venait de remonter de son filet deux gros poissons encore vivants qui remuaient sur le sol brûlant en plein soleil. Leurs écailles volaient dans tous les sens. Pauvre petits..

Ensuite nous sommes arrivés dans un village de pêcheurs. Très calme, très poétique comme lieu. Un peu sale toujours. Ils ont des lieux destinés à recevoir leurs déchets mais autour ce n'est pas très propre non plus. Et avec la chaleur ça sent parfois très fort !

Nous sommes ensuite allés sur une plage très peu peuplé où nous nous sommes baignés. Enfin un peu de fraîcheur !! Antoine a trouvé une brindille d'une drôle de forme. Elle est en photo 😉

Nous avions chaud et soif et toujours pas trouvé la plage de rêve que nous avait indiqué Tom, l'ami d'Antoine qui voyage en Asie du Sud est depuis un an. En roulant nous sommes passés devant un étalage de produits en tout genre. Nourriture principalement, eau, fruits, ... Nous avons acheté 2 bouteilles d'eau et des bananes séchées qu'Antoine a adoré !

Nous repartons et sommes en bonne voie pour trouver la plage de nos rêves. Tout correspond aux indications de Tom. Mais nous nous sommes fait arrêter par un moine qui nous refuse l'accès.. Nous n'irons jamais voir cette plage. C'est au même moment que nous réalisons que nous n'avons pas pris les bouteilles d'eau achetées plus tôt. Après autant de tours et détours nous décidons de chercher une plage sur le retour.

De la route nous apercevons une plage un peu plus bas. Nous tentons notre chance à nouveau et là miracle ! Le seul occupant de cette espace est un chien qui n'a pas l'air dérangé par notre présence. Nous retournons donc nous baigner !

Ravis d'avoir trouver cette plage et bien rafraîchis, nous rentrons. Sur la route nous croiserons des petits singes. Leurs cris sont impressionnants !

Après tous cela nous avons très faim. Notre seul repas de la journée était celui du matin. Nouveau resto ce soir ! Nouvelle plage. Antoine fait le prince sur nos sièges en coussins. Son assiettes de pâte est rikiki par rapport à mon assiette de riz ! D'ordinaire il termine mes plats alors cette fois c'était encore pire ! Nous avons enfin fait la connaissance de l'insecte ultra sonore qui envahi l'espace auditif de l'île. Cela ressemble à un cricket. Il était posé juste à côté de nous. Nous ne pouvions plus parler pendant qu'il "chantait".

Nous sommes ensuite retournés dans un bar que nous apprécions. Le gérant thaï est très sympa et il passe de la bonne musique.

Je me sentais fatiguée alors qu'Antoine avait envie de faire la fête. Nous sommes rentrés et il est ressorti, ravi de parler anglais toute la soirée ! Il progresse !!

20
20
Publié le 12 décembre 2017

Ce matin c'était la grasse mat'. Réveillés à 10h. Le début de la journée s'est fait en douceur. Nous avons réglé le problème de retrait d'argent donc nos dettes sont réglées ! :D

Pour le repas du midi nous sommes restés à la guesthouse qui fait resto jusqu'à 13h30. Ce fut un burger pour Antoine qui en a marre de se méfier de ce qu'il mange, et riz pour moi... qui me suis faite avoir ! Trop épicé.. j'ai mangé un peu, puis me suis arrêtée. C'est dommage parce que le plat est vraiment bon, si on fait abstraction de l'incendie dans la bouche 😉

En fin de déjeuner nous discutions avec un couple de français super sympathique qui partaient pour rejoindre la France dans un ou deux jours. Au fil des conversations nous réalisons que nous venons du même endroit en France et que nous avons des amies en commun !!! :D dingue non !?

Après cela, nous sommes allés nous baigner (original hein) en mettant mon portable dans une pochette étanche. Merci Clémentine :D

Une fois rafraîchis, nous voilà repartis pour le monde extérieur. Je voulais aller voir des éléphants. Nous sommes allés près d'un camps qui aurait une bonne réputation par rapport à la non maltraitance des animaux. Ces animaux majestueux y serait bien traités ! Le gros coup de bol, puisque nous sommes arrivés au moment où les éléphants allaient sur la plage pour prendre un bain 😉 nous les avons suivis. L' éléphanteau du groupe barrissait à chaque fois que son cornac lui donnait un ordre (juste oral) mais s'exécutait. Trop mignon !

Plusieurs fois ce pachyderme m'a permis de lui toucher la trompe. Vraiment génial ! Il gratouillait dans le creux de ma main. Magique !

Sur le chemin du retour nous avons croisé un cadavre d'insecte ultra bruyant (voir la photo 😉 )

Retour à la guesthouse, un plouf et on retourne manger ! (Est ce qu'on ne fait que ça... ? Un peu !)

Antoine suit les conseils de Laetitia et prend un pad thaï. C'est un plat qui n'est pas épicé selon elle. Il a adoré, mission accomplie, peut être que la page des burgers se tourne... 😉


21
21
Publié le 15 décembre 2017

Pour terminer notre long séjour sur Koh Chang, nous avons fait de la plage, des balades, et profité des paysages.

Je suis allée me faire masser deux nouvelles fois. La première fois seule, dans un salon différent du premier. J'ai essayer le massage thaï. Et bien j'ai nettement préféré le salon précédent. La nana m'avait bien plus retourné dans tous les sens que là. Je suis donc allée dans le salon précédent avec une chouette nana que nous avons rencontré à notre guesthouse. (Son copain et elle sont nos voisins.) Cette fois ci nous avons opté pour un massage des pieds ! Pendant que nos copains respectifs nageaient dans la mer. Ce massage était un vrai bon moment pour moi. J'ai retrouvé la même masseuse douée et précise dans ces gestes. La masseuse qu'à eu Marie n'était pas aussi performante. Elle a plus bénéficié d'un massage détente, alors que le mien ressemblait plus à un soin. Nous venions à peine de terminer qu'Antoine à surgi dans le salon. Il nous regardait sans rien dire, essayant de reprendre son souffle, avec une tête pas très sereine... devant ce silence un peu stressant, je suis allée à l'essentiel en demandant s'il y avait un problème. Tout en reprenant son souffle Antoine nous dit que non. Petit soulagement. Nicolas, le copain de Marie, s'est fait piquer au pied pas un oursin. Antoine était venu chercher les clef de la chambre pour avoir accès à une pince à épiler. En rentrant Marie, qui est infirmière s'est occupé du pied de Nico. Il me semble qu'il a une mal un petit moment, surtout en marchant évidemment.

Nous avons vraiment rencontré Marie et Nico pendant une soirée tranquilou. Nous nous sommes trouvés dans le même resto sans nous être vraiment parlé avant. Puis tout simplement nous avons fini la soirée ensemble, et puis le lendemain et peut être aujourd'hui 😀 ils bourlinguent depuis 3 mois déjà et ont prévu un sacré tour ! Ils sont super chouette et plein de bons conseils. Le temps passé avec eux est vraiment cool !

Avant cela nous sommes allés à Bang Bao Pier. C'est une zone de magasin de souvenirs, fringues, resto... construite tout en long. Tout les commerces suivent un petit ponton sur pilotis. Sa longueur est impressionnante. En marchant là bas, nous passons devant un stand de vente de tour en bateau quand un jeune homme thaï, qui faisait parti du groupe tenant le stand, s'est soudainement agité. Il parlait vite et doucement. Une des nanas avec lui lui a donné un long outils armé d'une petite fourche au bout. Le mec a rejoins l'eau en grimpant sur une structure en bois complètement bancale, le tout a manqué de s'effondrer.. une fois dans l'eau nous l'avons observé marcher comme un prédateur dans l'eau, guidé par les jeunes filles restés sur le ponton qui avaient une vue plongeante entre les lattes de bois. Et là le mec à donné un coup vif et précis ! Puis n'a plus bougé la pique pendant quelques instants. En la ressortant, une sèche crachant de l'encre était en train d'agoniser et d'onduler au bout de la fourche. Puis le groupe de jeunes s'est réinstallé à son stand de vente de tickets de bateau. J'étais contente d'avoir vu cette chasse.

Hier soir nous sommes allés en ville tous les quatre pour tenter de trouver un trajet en minibus pour rejoindre Bangkok pour nous et le Calboge pour Marie et Nico. Notre guesthouse nous propose un trajet à 550 bath. Nous cherchons moins cher. Nous allons à un stand de genre d'agence de voyage, il y en a tellement. Nous expliquons nos trajets et la nana nous annonce 500 bath pour nous et 700 pour eux. Chacun bien sûr. Nico demande s'il est possible d'avoir une réduction si nous prenons tout les quatre un billet chez elle. Elle nous répond que Oui, mais qu'il fait revenir demain parce que là maintenant, elle est saoule !!! Vous imaginez dire à un client en France "revient demain là je suis bourrée " !? Hahaha ! On a bien ri et on est réparti 😀

Nous sommes vendredi matin, nous partons demain matin tôt, nous ne savons pas encore comment, ni où 😉 c'est reparti pour les incertidutes des déplacements. J'espère arriver à me détendre par rapport à tout ça. Je suis plutôt du genre à savoir ce que je fais et quand à l'avance.. ça me tranquillise et me permet de plus profiter des choses que je vis. Mais que voulez vous, le voyage, ça semble différent.. j'apprend ! 😀


22
22
Publié le 17 décembre 2017

Depart de l'hôtel prévu à 9 heures. Nous avions réservé le transport directement avec la guesthouse.

Un jeune thaï s'est finalement pointé à 9h30. Pas si grave. Il a ensuite fait le tour de l'île pour récupérer d'autres passagers. Parfois il s'arrêter dans des endroits où il n'avait personne à récupérer. Nous étions 7.

Nous avons rejoind le ferry aux environ de 11h. J'étais déjà malade de la conduite du mec.. alors le bateau je vous raconte pas !

Une fois sur la terre ferme c'est reparti. Nous roulons sans problèmes. Le chauffeur thaï s'arrête une première fois, descend du minibus et va fumer sa clope. Il a refait ça quelques fois. Puis il s'arrête finalement devant un petit resto, situé sur un grand axe de passage routier à Trat. Il était 12h20. Nous n'avions pas du tout avancé dans notre trajet puisque trat se situe à 3h30 en voiture de notre point d'arriver pour prendre un second bateau.


Le gars nous dit que nous avons 15 min pour manger là et se barre avec le minibus, dans lequel se trouve nos sacs à dos. Il est parti pendant 40 min. Je n'étais pas sereine. Il faisait très chaud. J'ai commandé un plat de riz au poulet qui ne m'a pas plu du tout. Ce n'était pas un moment génial. Mais ça fait parti du voyage 😉

Nous repartons dans le minibus, on se dit que c'est enfin pour de bon. Le mec s'arrête à nouveau et une thaï monte à l'avant. Tout les deux parlent en touchant les fenêtres de ventilation de l'avant. Puis le gars s'arrête sur une espèce d'aire où on peut faire le plein et aller dans un petit magasin. Il descend, ne nous parle jamais, et fume encore. La thaï descend aussi et va s'asseoir sur un banc. Une française qui se trouvait dans le bus descend pour avoir des explications. C'est la jeune thaï qui lui les fourni car de loin nous voyons bien que le mec ne lui parle Pas, ne la regarde même pas.

Le problème donc est que la climatisation du bus ne fonctionne pas. Le thaï attend que quelqu'un vienne réparer ça. Un autre français, Antoine et moi étions restés dans le véhicule. Tout les autres étaient sortis. Nous avons compris en fait que ma clim du bus fonctionnait à l'arrière, mais pas à l'avant. Donc pas pour le chauffeur.

J'étais agacée par ce gars qui ne nous parlait pas, regardé pas, souriait pas. Nous avons donc attendu sur cette aire. Dans la chaleur et le bruit de la ville. Le français s'est payé un massage des pieds sur une machine électrique, ça ne lui a pas plus, alors c'est moi qui en ai profité ! (C'est bien moins bien que la vraie masseuse 😉 )

Finalement un minibus est arrivé. Le même modèle. Nous rentrons et là c'est la guerre. Des moustiques partout !!! Antoine s'agite et en éclate un bon nombre (il est plutôt doué à ce jeu là !) Et nous changeons de chauffeur ! :D le trajet s'est plutôt bien déroulé ensuite. Je ne me sentait pas hyper bien. Mal des transport ou autre, je ne savais pas encore.

Nous arrivons autour de 16h devant le port. Le chauffeur nous laisse dans un drôle d'endroit. C'est toujours le jeu dans ces moments là . Nous tombons face à une vieille dame qui ne parle pas anglais qui est dans un "magasin" dans lequel on peut trouver tout les services. (Nourriture, gazoil, lessive) elle nous fait un signe très vague dans une direction que nous prenons. Un peu perdus et fatigués du voyage. La nana monte sur un genre de tuktuk et file. Nous devons nous presser pour la suivre. Finalement elle s'arrête devant un petit bateau. Nous montons dedans. Je voulais aller devant mais Antoine préférait être derrière. Il avait vu juste ! Les passagers avant étaient tout mouillés ! La traversée à durée une petite demie heure. J'étais pressée d'arriver !

Nous avons du payer 20 baths sorti de nul part, une fois arrivés dans le port de l'île de Koh Samed.

À 17h nous arrivons dans notre guesthouse. Pas de fenetre. Moi malade. Antoine qui se sent enfermé.. la première soirée sur l'île se fini à l'hôpital ! C'est d'ailleurs la nana de l'accueil qui m'a conduit là bas en moto. C'était à 100 mètres. Trop gentille. Elle est toute petite est toute fine, j'avais peur de la casser en la tenant pendant qu'elle roulait.

Ma seconde journée sur Koh Samed je l'ai passé sur le lit. Mieux que la nuit qui à précédé. Antoine est allé nager. Le soir nous sommes aller mangé un petit bout puis je suis rentrée. Je ne connais rien de l'île. Nous n'y restons que 3 jours. J'espère aller mieux demain pour en faire le tour, ou au moins voir la plage !

23
23
Publié le 20 décembre 2017

Je n'ai pas grand chose à raconter sur cette île qu'est koh samed puisque j'ai passé la majorité du temps dans la chambre.

Je suis cependant sortie une première fois pour aller voir la plage le matin. Nous étions dans la rue côte à côte en direction de la plage, pendant le même chemin qu'Antoine prenait plusieurs fois par jour depuis 2 jours. Quand nous passons au niveau d'une sorte d'arche, un homme en habits militaire nous dit que c'est 200 bath par personne pour passer. Antoine qui croit qu'on veut encore nous vendre quelque chose continue d'avancer et sans vraiment lui prêter attention. Le militaire s'est précipité sur Antoine en parlant avec une voix plus autoritaire et lui mettant la main sur l'épaule. Hihih j'explique à Antoine et nous trouvons cela trop cher pour si peu, surtout que c'est la première fois qu'on le demande à Antoine. Nous faisons donc demi tour. De toute façon j'ai du rentrer assez vite à la chambre quelques minutes après cela. Nous aurions vraiment payé pour rien.

Le soir nous y sommes retournés mais nous avons emprunté un chemin différent, pas toujours éclairé et fréquenté principalement par les locaux. Nous n'avons rien payé 😉


Nous sommes partis le lendemain, pour rejoindre Bangkok et trouver un hôpital. Antoine s'est occupé de tout ! Il a réservé le bateau, le bus, la chambre :D

Nous sommes parties à 7h30 le matin pour rejoindre le bateau qui devait partir à 8h. Bien sûr les horaires là bas.. humm, nan, il n'y a pas trop d'horaires ! Le bateau part quand il est plein et que la traversé vaut le coup. C'était la première fois qu'on a eu vraiment froid. En plein vent sur le bateau. En attendant le départ, nous avons pu assister à une manoeuvre. Le bateau devant nous devait décharger un four à pizza. Le camion qui avait la "grue" s'est avancé tellement près du bord ! Incroyable !!!

Nous avons réussi à avoir notre bus. Qui a eu une heure de retard sur l'horaire qu'on nous a indiqué. Mais qu'importe ! (Le ventilateur en photo est celui qui se trouvait là où nous avons attendu le minibus. Tout beau, tout propre, tout neuf ! )


Le minibus était blindé, Antoine n'avait pas de place pour ces jambes, mais il n'a pas mis trop de temps à aller à Bangkok.

Nous cherchions un taxi pour rejoindre notre guest house. C'est très compliqué d'expliquer aux chauffeurs où nous devons aller à chaque fois. Et quand nous réussissons, des qu'on leur dit qu'on veut qu'ils mettent la machine qui compte les mètres, pour évaluer le prix, certain partent de nous sans rien nous dire ni nous regarder !

Nous avons fini par en trouver un, et nous lui avons demandé de nous laisser vers la gare, nous avons ensuite marché jusqu'à la guesthouse. En photo la vue de notre chambre qui est au 6eme étage 😀

Nous restons ici trois nuits.

24
24
Publié le 20 décembre 2017

Début de la journée à l'hôpital ! Bien plus propre que celui de Koh samed. Nous y sommes restés deux heures environ. Je suis repartie avec plein de médicaments, youpi..

Ensuite nous sommes entrés dans la gare pour faire du repérage pour notre départ dans deux jours. Puis Guillaume, Phira et Théo nous ont rejoints.

Nous sommes allés manger puis avons pris un tuk-tuk pour nous rendre à un point où prendre le bateau. Le prix du tuk-tuk n'était pas élevé, mais puisque Phira était avec nous on ne s'est pas méfié. Seulement nous sommes arrivés sur un lieu de bateau privé qui nous fait faire un tour de je ne sais plus quoi pendant une heure. Nous avons refusé et sommes allés plus loin à pied.

Nous avons fini par prendre un taxibateau. Plein à craquer. C'était super de monter là dedans. Sans eux nous ne l'aurions jamais fait. Le bateau ne s'arrête que quelques instants, il faut être rapide et agile pour ne pas tomber dans l'eau.

Le bateau était un moyen d'arriver à un temple pour nous. Sinon la ligne fonctionne comme un bus. J'ai dû couvrir mes épaules. J'avais déjà un pantalon, il fait frais en ce moment à Bangkok, on est bien, il y a du vent, de l'air. Je me sens bien mieux ainsi !

Ensuite nous avons repris un bateau juste pour traverser la rive. Puis nous sommes allés boire un verre sur une terrasse d'immeuble. Super vue !! Avec le coucher de soleil juste derrière le temple.

Après cela nous sommes allés..... manger oui !!! Quelle journée 😉 dans un resto assez chic, assez cher.. ^^ mais on ne voit pas Guillaume,Phira et Théo tous les jours !

Puis nous avons pris un taxi tous les cinq pour rentrer.

C'est agréable d'avoir une aprem avec quelqu'un comme Phira qui parle la langue du pays. C'est reposant et sérénisant. C'était une bonne journée nous avons adoré les voir tout les trois !!! Et qu'il est mignon ce Théo ! :D


J'ai oublié de raconter qu'en arrivant nous avons du remplir un papier avec nos noms, dates de naissance et pays d'origine. Nous le faisons quasiment systématiquement. Lorsque nous sommes arrivés dans notre guest house, Antoine a regardé sur ma feuille où j'avais mis quelle info, pour pouvoir remplir la sienne. Et du coup il a inscrit ma date de naissance sur sa feuille en recopiant sagement ce que j'avais écrit. Hahaha, la fatigue parfois... 😉

25
25
Publié le 23 décembre 2017

Nous devions rester encore une nuit à Bangkok mais en allant à la gare le matin, on nous apprend qu'il ne reste plus de places pour les 2 prochains jours. La seule option que nous avons est de prendre le train ce soir à 22h. Notre chambre était réservée.. mais la guesthouse a bien voulu nous rembourser la nuit pré payée. Super sympa!

On fait nos sacs (qu'on laisse à la réception de la guesthouse ) et on part à la recherche d'un barbier pour Antoine qui n'a jamais eu une barbe aussi longue !

Antoine se fait couper les cheveux, tondre la barbe et .. raser à la lame ! Le résultat est très bien et la coupe n'a pas coûté cher 😀

L'heure du départ approche. Nous étions retournés dans l'espace commun de la guesthouse pour attendre. Avant de partir nous devons manger. Au hasard on choisit un resto sur internet. Nous le cherchons dans des rues sombres de la ville, dans le quartier de Chinatown. Et là grande surprise. Nous arrivons dans un resto assez chic avec de la musique traditionnelle en live ! Le repas, dont la présentation est bien soignée, est un peu épicé pour moi, mais bon quand même.

La gare 😀

Nous avons presque 2 heures d'avance et notre train est déjà là. Monter dedans ou attendre.. ? Des thaïs lavent les vitres, changent des freins sur le quai.. tout un tas de choses rassurantes ou non ^^

Je guette les environs et me rend compte que certains passagers montent dans d'autres voitures du train. La notre est la dernière. Nous décidons d'aller voir. Au pire on nous dira juste que ce n'est pas le moment ! Dans le train nous voyons deux français déjà installés dans le train, leur couchette déjà installée. Ils nous expliquent que le mec du train viendra nous voir pour nous installer. Que c'est ok pour monter maintenant. Parfait ! On nous installe et nous attendons le départ qui se fera bien à 22h ! 😀

Dormir.. ? Dans un train de nuit en Thaïlande? Hahahahahahahahahaha !!! Bien sûr !!! ...

C'était agréable d'avoir son petit coin derrière le rideau. Mais ça bouge beaucoup trop ! Au début Antoine est resté avec moi, puis il est monté sur notre place au dessus. Sa nuit n'était pas idéale non plus ^^ sans oublier les mini cafards qui prennent possession des lieux.. Et les wc.. lalah les wc. Un trou ! Avec le vent de la vitesse qui chatouille les fesses quand on fait pipi :D puis bon ben.. l'odeur qui va avec !

Si nous devions le reprendre, je le ferai oui ! Je sais à quoi m'attendre maintenant, c'est tout 😀

Le mouvement du train de m'a pas quittée de la journée qui a suivi. J'ai tangué jusque dans mon lit haha !

Pendant le trajet le train s'arrêtait, parfois pendant presque une demie heure. Et alors un ou plusieurs train(s) nous croisaient. Le bruit !

Nous adorons Chiang Mai. Nous avons retrouvé les français devant la gare, sans avoir chercher à les suivre. Ils sont super sympas, après avoir fait connaissance dans le taxi et autour d'un verre nous nous sommes suivis jusqu'à la guesthouse et au resto le soir. Eux sont partis en moto pour 5 jours ce matin. Nous, nous quittons déjà Chiang Mai demain matin avec la ferme intention de revenir avant le retour en France ! :D

26
26
Publié le 25 décembre 2017

Nous sommes aujourd'hui à Chiang Rai, on se rapproche de la frontière Laossienne et pour cause ! Dans quelques jours nous y serons 😀 la date est incertaine. Nous sommes assez souvent dans l'incertitude d'ailleurs. J'ai l'impression que je le vis de moins en moins mal 😉

Cette fois pour nous rendre à Chiang Rai, nous avons décidé d'arrêter les plans de touristes foireux à coup de minibus et prix exorbitants. Un thaï nous a conseillé d'aller directement à la gare et de prendre un bus, tout simplement. Nous étions surpris et méfiants qu'il n'essaie pas de nous vendre quelque chose. Car.. ça l'est ! On ne peut pas marcher dans la rue sans entendre :

- "Taxi !

- Tuk-tuk?

- Massaaaaaage ?

- Tuk-tuk!!!

- Massaage !

- Tuk-tuk!!

- Taxi?

- massaaaaaage ? "


C'est un peu crispant, mais je suis sur qu'on finira par même plus remarquer ça. Tout ça rend Antoine un peu dingue ^^ mais au Laos il devrait être tranquille.. quoi que ! 😉


Le matin du départ, nous étions à 9h à la gare, tout frais ! Le bus que nous voulions partait à 11h30. Parfait ! Nous avons bu un café en attendant en profitant du wifi 😉


À 11h30 dans le bus, on était refait ! Notre place était juste devant l'issue de secours du bus (Et Oui, il y en avait une!) Nous avions donc tout le loisir d'étendre nos jambes. Ça a bien changé Antoine du minibus tout étriqué 😂 autour de nous pas mal d'asiatiques et quelques européens. On se sent un peu "victorieux" quand on est peu d'européens ^^

On a eu le droit à une pause pipi (ohhhhh oui merci j'en pouvais plus !!!) Et nous sommes arrivés dans le centre ville vers 14h30. Le trajet parfait !

Antoine nous guide en chef jusqu'à notre nouveau nid pour deux nuits. Et en arrivant, surpriiiiise ! Où allons nous dormir ? ( petite pensée à Hervé qui ne supporterait, selon ses dires, que les hôtels tout confort) Une tente !!! :D nous sommes le 24 décembre, en Thaïlande, et nous dormons en tente, dans un immeuble ! Hahahha !! (En photo, Antoine prit devant son chef d'oeuvre de réservation😉) bon au moins cette fois on est pas en Russie ! (Il est trop mignon mon amoureux ❤)

Notre nuit s'est bien passée, mis à part nos voisines de tente, japonaises, qui ont fait le bazar toute la nuit.. Puis nos wc et douches qui sont exactement comme au camping :D ça m'a rappelé de très bons souvenirs de vacances d'été ! Génial! :D

Pour noël nous avons errés un peu dans les rues de la ville, au marché nocturne et hop, au dodo. Rien d'un noël. Ce n'est pas bien grave en soit. On s'en fiche de noël. Ce qui manque c'est la famille 😀 c'est ça qui fait noël finalement 💕

Le lendemain, refusant toujours de subir les arnaques à touristes, et voulant aller voir un temple un peu spécial, nous allons à la gare pour prendre un bus de ville. Grande victoire puisque dans ce bus nous sommes les seuls européens :D le bus roule les portes ouvertes. C'est agréable ce vent, mais pas rassurant. On ne roulait pas bien vite😉

Arrivés au Temple, blindé de touristes. Finalement on ne peut pas éviter les pièges bien longtemps. Hihih ! Je suis contente d'avoir vu ce lieu quand même. Le White Temple, c'est une oeuvre d'art. Ces mains qui sortent du sol, j'adore ! Antoine n'était pas dans son assiette par contre. Tout ce monde (Et c'est vrai que moi aussi j'ai eu du mal à faire abstraction) ! C'était fou. On a essayé d'aller là où il n'y avait personne. Nous sommes tombés sur des statues bizarres. Et sur des échafaudages de constructions avec des mecs qui bossaient dessus. Impressionnant !

Pour repartir nous voulions reprendre le bus de ville. J'ai pris soin de demander à la nana qui nous a fait payer le trajet (20 TBH), où prendre celui du retour. D'ailleurs en parlant de parler aux thaïs, je suis frustrée. Frustrée de la façon dont je dois parler anglais. Pour me faire comprendre je dois parler en mots clefs ! Oublions les accords, les temps, les mots de liaisons... rah! C'est pas mon anglais que je travaille pendant ce voyage. 😉 Nous nous mettons au bon endroit et attendons.. Le problème c'est que ce n'est pas vraiment une gare. C'est un bord de route ^^ nous n'avons pas attendu bien longtemps car une voiture taxi est passée. Au bout d'une 20aine de minutes je pense. La peur de ne pas trouver de bus avant un moment nous a poussé à monter dedans. Mais nous avons payé le même prix que le bus et sommes arrivés au même endroit. De plus, il n'y avait que des locaux dans la voiture :D avec ventilo et musique ^^

Je suis toujours un peu malade alors je mange du riz.. avec des carottes, dans l'eau de cuisson comme m'a conseillé la maman d'Antoine. Mais j'aime bien !!! :D je pense que je suis la seule que ça contente hihih !

27
27
Publié le 26 décembre 2017

Départ de la guesthouse en douceur ce matin vers 10h. Pas de stress. On est détendu ! :D

Départ du bus à 11h. Nous sommes seulement 5 européens là-dedans, et tout le monde autour de nous est asiatique. Petite victoire personnelle😉 Antoine a beaucoup moins de place pour ses jambes dans ce bus. Au début il est allé derrière moi, mais voyant que le bus se remplissait on a préféré être l'un à côté de l'autre. Plutôt que de chacun devoir faire attention à pas s'étaler sur nos possibles voisins.

Trajet en musique ! Les écouteurs dans les oreilles, les différents souvenirs qui se croisent. Les vacances en famille, les amis, les études... un méli mélo de souvenirs et d'émotions. <3

Nous arrivons à 13h30. Marchons 2 kilomètres jusqu'à notre guesthouse qui donne sur le Mekong et le Laos ! C'est tellement proche qu'on pourrait y aller à la nage ! (Enfin.. pas moi. Mais Antoine sûrement !! )

Petite balade du soir le long du Mekong. De grands arbres, des moustiques et un festival de "food" ! Il va y avoir de la musique une bonne partie de la soirée. Antoine boit un verre, on s'asseoit mais la nuit tombe et les moustiques sont de sortie. On file manger.

Au même endroit que lorsque nous sommes arrivé cette aprem. (Oui, les jours de voyage, nos repas sont complètements désorganisés dans le temps). On se prend à manger pour demain dans ce resto qui est très très bon. Car demain c'est journée en bateau sur le Mekong ! Nous rejoignons une ville où nous passerons la nuit avant d'arriver à Louang Prabang ☺

Sur le chemin du retour, nous tombons sur des thaïs qui se préparaient à manger. Je vous laisse saliver devant ces deux gros rats en train de cuire !

28
28
Publié le 28 décembre 2017

C'est sous la pluie que nous partons ce matin, direction le Laos ! Antoine a lu que le passage à la frontière serait compliqué et allait durer des heures mais finalement non. Incroyable. Nous sommes arrivés depuis la Thaïlande et passer du côté Laos en un rien de temps.

La veille nous avions mangé dans un resto mexicain qui fait aussi du pain. Assez bon. Avant de partir pour la frontière, (nous savions que nous allions prendre un bateau pour un long voyage ensuite et que la nourriture à bord était très chère) nous sommes retournés prendre un café là bas (artisanal, ça se sentait) et une miche de pain frais !

On nous avait dit la veille que nous rendre au poste de frontière serait chose facile puisque les tuk-tuk se chargent de tout le matin. Seulement avec cette pluie, pas de tuk-tuk ! On était un peu désorienté, le gars (trop sympa!!) du resto mexicain a appelé un tuk-tuk pour nous. (Plutôt un genre de camionnette que les tuk-tuk de "base") nous avons payé 50 baths chacun. C'était le plus petit prix qu'on ai jamais eu pour un tuk-tuk !

Le passage de l'autre côté se fait donc tellement facilement qu'on se demande où sera l'ennuie 😉 nous prenons un tuk-tuk (De taille moyenne cette fois) dans lequel nous parlons avec un francais. Il s'arrêtera à la gare, quant à nous c'est au port qu'on se rend !

Nous achetons de ticket de bateau en monnaie thailandaise. Il pleut toujours. Nous nous dirigeons vers le bateau, en marchant sur un sol boueux ou rocheux, trempé. Antoine passe devant, en éclaireur et me dit de faire attention, le sol est très glissant... ce qui devait arriver arriva. Antoine est tombé !

Il a mis le pied sur la pacerelle en bois qui reliait la terre ferme à un espace flottant devant le bateau. Cette pacerelle a glissé laissant Antoine face à l'eau du Mekong et la boue de la berge. Une nana locale sur le bateau a pris Antoine en photo après qu'il soit tombé. Bien sur, tout cela s'est déroulé juste au moment où 2 minibus remplis étaient en train d'arriver. Les passagers ont eu le droit à un spectacle d'accueil ! Heureusement, Antoine ne s'est pas fait mal, pas trop mouillé non plus. Juste quelques tâches de boue sur lui et sur les tickets !

Nous sommes les premiers dans le bateau qui part à 11h30. Il est 9h. On rencontre un québécois nommé Sylvain. Il est super et on rigole pas mal avec lui !

Le mec du bateau prend nos sacs et les met dans.. la soute. Petite appréhension quand à l'étanchéité de cet espace mais tout ira bien 😉

Et c'est parti pour 6h30 de bateau. C'était vraiment un super voyage. Nous étions assis face à d'autres passagers à l'avant du bateau. Des allemands (avec qui on a bien sympathisé) des argentins et des locaux. Il s'est passé une chose super. L'échange ! Chacun partageait ce qu'il avait avec lui sur le bateau. Les argentins ont commencés avec leur maté et leur whisky. Puis des gâteaux sont passés, des chips, notre pain, et même une nana local à dépioté un poisson grillé sur une brochette dans le bateau et ouvert un paquet de riz collant. Tout le monde se servait. (Non, pas moi, le poisson ça me tentait moyen ^^) c'était vraiment génial !!!!

J'ai aussi joué sur mon téléphone à un jeu que je venais juste de découvrir. J'y ai joué avec Antoine et on a pas mal ris devant l'écran. Les autres nous ont demandé ce qu'on faisait. Ils ont essayé. Le lendemain certains l'avaient sur leur téléphone et ont joués ^^

En arrivant dans le village étape le soir, des gens nous attendaient sur la berge. Des adultes qui voulaient louer des chambres pour la nuit, et des enfants qui nous réclamaient nos bananes ou autres sucreries..

Un des gars du bateau avait proposé qu'on se retrouve tous au bar appelé "happy bar " à 20h. Nous y sommes allés et avons passé la soirée avec des allemands et un québécois 😀 puis les argentins se sont aussi joints à nous.

29
29
Publié le 28 décembre 2017

Petit déjeuner face à des éléphants qui prennent leur bain ce matin 😀 (deuxième photo, mais je ne suis pas sûre qu'on le voit bien)

Nous embarquons dans un bateau plus grand et plus confortable.. enfin moins inconfortable 😉

3 ème photo : le bar où nous étions la veille😀

Le bateau a fait beaucoup de pauses pour prendre ou déposer des gens. Vraiment beaucoup. Une fois, un gars est monté dans le bateau en venant d'un plus petit qui s'est approché du notre ! (Photo 4)

Nous nous sommes arrêtés dans un village où plein d'enfants sont venus contre le bateau, au plus près possible donc dans l'eau même.. pour vendre des bracelets aux passagers. Certain en ont acheté.

La petite fille en rose, qui était là déjà hier (et que j'ai en photo il me semble), tient un couteau dans sa main et s'en sert comme elle peut. Alors que ce couteau ... est un bon couteau bien coupant. Les enfants d'ici n'ont pas du tout la même approche du monde et la même éducation que nous. C'était fou de voir ça. C'est fou ! Et cette nana qui a son bébé accroché dans le dos, avec un lien qui doit la gêner et gêner son bébé, que le bateau laisse sur la rive au beau milieu des rochers alors qu'elle est en tongs. Son bébé tout sale mais personne ne se plaint. Personne ne se plaint jamais. Le soupir d'agacement n'existe que chez les européens ? C'est une bonne leçon ! Ils inspirent la sérénité pour la plupart.

Nous avons eu un rayon de soleil vers la fin du trajet, le premier depuis 2 jours de pluie. J'aime la pluie. Elle m'a fait du bien. Nous avons eu froid et toute cette humidité n'est pas agréable, mais la pluie en elle même m'a apaisée :D

Ce soir nous sommes arrivés à Louang Prabang. Le bateau nous laisse à une dizaine de kilomètres de la ville alors obligés de prendre un tuk-tuk. Z'ont tout prévu ! 😉

Le tuk-tuk s'est pris dans les bouchons de la ville, nous avons fini à pied, Antoine avait besoin de se dégourdir les jambes après être resté 8h dans ce bateau !

Nous avons choisi un resto au hasard. En arrivant nous tombons sur un endroit super chic (il fallait réserver !) Mais on nous fait attendre qu'une place se libère dans un fauteuil à côté. Sur la carte Antoine lit que ce lieu est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. C'est qu'il fait des progrès en anglais !!

Nous sommes servis comme des rois, s'en est gênant (le serveur nous a même mis notre serviette sur les genoux !) Nous prenons chacun un plat et finissons avec des choses inconnues sur notre note à la fin.. penauds et crevés, nous ne disons rien et partons en payant sagement. On s'est bien fait avoir, mais c'est le jeu 😉

Les moustiques sont de sortie dans le coin !

30
30
Publié le 1er janvier 2018

Ce matin, après notre deuxième nuit dans notre guesthouse, on nous annonce que nous devons partir car des gens ont réservé notre chambre et vont arriver.

Nous sommes allés dans cette guesthouse parce que le gars qui nous a accueilli nous avait répondu "Oui" quand on lui avait demandé si on pouvait rester 5 nuits. Dans ces 5 nuits, il y avait celle de ce soir, celle du 31 décembre !!

Nous essayons de nous défendre et de rester dans la guesthouse mais pas moyen.. Le gars est ferme et s'en tape complet qu'on dorme dehors.

Antoine essaie donc de réserver une chambre sur internet. Tout est plein. Nous sommes le 31 décembre. Il reste des chambres très chères, ou des chambres très peu chères, mais du coup.. l'état de la chambre est relative au prix.

Il en trouve une un peu excentrée mais pas trop chère.

Quand on rend la clef le gars qui nous a accueilli le premier jour est enfin levé. Antoine s'avance vers le gars et lui fait remarquer qu'on lui avait demandé si tout était ok et qu'il avait dit oui. Le mec s'excuse et nous dit qu'il peut nous trouver autre chose. On lui dit que non. On paie et on s'en va, dégoûtés. Le supérieur de ce gars était à côté de nous tout le long de l'échange. Il n'a rien dit, pas d'excuses, pas de réduction, rien.

Dégoûtés et n'en revenant pas, nous partons. Marchons avec nos gros sacs loin... Puis nous arrivons à notre nouvelle guesthouse. Le mec de l'accueil nous dit que nous n'avons pas pu réserver dans son hôtel puisqu'il à pas internet. Mais il ne parle pas bien anglais du tout. On finit par comprendre qu'il y a quelques mètres plus loin une autre guesthouse avec le même nom. On y va, et là, le lao qui nous reçoit ne parle PAS UN MOT d'anglais. À part peut être "OK". C'est un peu compliqué du coup. Il nous montre une chambre. Nous écrit le prix sur un papier. (À peu près 10 euros) nous entrons dans la chambre. Par peur de ne rien trouver d'autre nous acceptons. La nana qui faisait le ménage dans la chambre finit, et s'en va. Nous laissant en compagnie d'une super odeur de produit d'entretien.

Et là c'est la guerre ! La guerre aux moustiques !!! Antoine en tue un nombre incalculable !

Puis nous nous rendons compte de l'état de délabrement dans lequel est notre chambre. Les papiers peints sont tachés, se décollent, les wc sont cassés, bouchés, plus tard ils déborderont même.. tout est sale. La salle de bain... la lunette des wc cassée, il n'y a pas de couvercle à la chasse d'eau. La chasse d'eau est cassée. J'ai du laver le pommeau de douche avec une lingette parce qu'il y avait des projections marron dessus... L'HORREUR !

Nous décidons d'aller chercher tout de suite autre chose pour demain soir. On trouve pas loin autre chose. Sans conviction nous réservons.

Nous retrouvons des potes en ville, puis écourtons le rendez vous parce qu'Antoine ne se sent pas très bien.

Nous prenons un tuk-tuk pour le retour. Arrivés à la chambre Antoine est brûlant de fièvre et est transi de froid. Deux heures après nous décidons d'aller à l'hôpital. Bien sûr il n' est pas à côté ! J'arrête un tuk-tuk sur la route en travaux devant notre guesthouse. Le mec ne parle pas anglais. Les gars de la réception de l'hôtel déjà n'ont pas compris hôpital ni même tuk-tuk..

C'est le gros sketch. Personne ne me comprend. Heureusement une nana d'ici parle anglais et explique au chauffeur qu'Antoine est malade . Il nous dit de monter qu'il connaît un bon docteur. Un peu dans l'appréhension nous y allons. Il nous conduit devant un bâtiment sombre au milieu de nulle part. Je demande aux gens devant s'ils parlent anglais. Personne ne dit rien.. je me retourne vers le tuk-tuk et lui dit "no", on remonte et on repart. Pas longtemps après il nous laisse devant les urgences du coin.

Le personnel médical ne parle pas anglais. On fait asseoir Antoine sur une chaise et lui demande d'attendre. On vient d'être bien secoué par le tuktuk, alors il n'est vraiment pas bien. Une nana nous demande de la suivre. Nous passons dans un hall où pas mal de laos sont en train d'être soignés, ou alors simplement là, sur des lits d'hôpitaux d'un autre temps.

On met Antoine dans une chambre privé. Privilège de l'argent.. la chambre est vraiment sale. Il y a du sang sur le sol, une tablette toute tâchée, le lit aussi. Je ne vous parle même pas des wc..

Le docteur arrive, enfin on se dit que c'est un docteur mais elle ne porte aucun signe distinctif de ses collègues. Elle pose des questions à Antoine et comprend la moitié. Elle était gentille mais très lente. Elle marquait de longs temps de pause. En nous regardant avec une expression neutre.

Le temps s'écoule très doucement ici.. Elle finit par dire qu'elle va faire une prise de sang et mettre une perfussion à Antoine. Nous ne sommes pas du tout serins compte tenu de l'état des lieux.

Le geste médical se déroule. Je regarde tout. La nana a mis des gants et a désinfecté le bras d'Antoine avec un coton pré imbibé. Je ne sais pas trop quoi en penser. Elle clippe la perfusion et me demande d'aller à la pharmacie. Ok.. euh.. où est-ce ?

Je suis une infirmière qui ne dit mot. Je suis en larmes car trop de panique. Nous passons devant des familles entières en train d'attendre pour des soins je suppose. Des enfants malades, des gens accidentés.. j'ai l'impression d'être dans le décor d'un film. Tout cela semble irréel. Et je me sens ridicule de pleurer alors que ces gens sont probablement dans une situation bien plus alarmante que la mienne.

On se faufile dans l'hôpital. Sale. Ouvert sur des cours de terre battue avec des bidons de liquides. Parfois des liquides à l'air libre. Ça sent mauvais. Rien n'est rassurant.

La pharmacie est dans un grand j'ai vide de monde mais plein de chaises d'attente. De chaque côté de la pièce des guichets longent les murs. On s'avance vers un. Deux nanas sont là à écouter de la musique Laossienne actuelle. Désagréable cette musique. Elles parlent entre elles tout en remplissant mon papier. Elles me le rendent. Je suis l'infirmière qui va de l'autre côté de la salle à un autre guichet. Là, il y a de la musique en anglais. J'ai eu une sensation de familiarité. Petite sensation de bien être. Je paie et je retourne de l'autre côté, au guichet avec la musique désagréable. Elle me donne mes médicaments. Puis l'infirmière s'en va et me fait signe de ne plus la suivre. Mais je ne sais pas où je suis !! Je marche dans ce dédale et finis par retrouver mon chemin. Mais c'était vraiment la panique.

Je retrouve Antoine et sa perfusion. Il est mal. On attend..

2h après la médecin revient. Pas de paludisme. Ouf. Ce serait une bactérie. Elle prescrit des antibios et je dois retourner seule à la pharmacie. Je respire ! Ça sent fort. À la pharmacie même aller-retour entre les deux guichets, toujours les musiques, toujours la même ambiance glauque.

Le gars du Tuk-tuk est venu dans notre chambre pour que je le paie. L'échange était incompréhensible.

Après 3 heures à l'hôpital on enlève la perfusion. On repart. Antoine n'est toujours pas bien et nous voilà dans la "campagne", la nuit, sur la route. On tente de s'orienter avec nos téléphones mais nous n'avons pas internet. Nous marchons dans ce qui nous semble la bonne direction, puis faisons demi - tour et encore demi tour. Un chien nous court droit dessus en nous aboyant après. Des véhicules passent à côté de nous. Il fait noir. Antoine est mal. Nous arrivons vers un restaurant pour les locaux avec 4 personnes. Je dis juste "Tuk-tuk " et la nana sort son téléphone et appelle un gars qu'elle me passe. Le mec me dit qu'il sera là dans cinq minutes. Les gens essaient de nous parler mais on ne se comprend pas. Le tuk-tuk arrive. On monte, on est secoué, Antoine gelé. Arrivés !

Il est 22h30, nous sommes le 31 décembre et nous resterons dans cette chambre miteuse toute la nuit. La musique autour de nous est très forte jusqu'à une heure du matin et provient de différents endroits. Nous ne pouvons pas dormir.

Il y a eu un feu d'artifice à minuit. Je l'ai aperçu depuis le balcon. Au loin. Quelle drôle d'expérience que ce nouvel an.

31
31
Publié le 7 janvier 2018

Notre passage à Luang Prabang s'est un peu éternisé. Nous avions pour but d'y acheter une moto afin de parcourir le pays avec et être libre dans nos mouvements. Mais.. non 😀

Tout d'abord nous avons vu et j'ai essayé une moto. J'ai beaucoup aimé la conduire ! Mais elle avait plusieurs défaut et pièces défaillantes. Nous avons failli la prendre mais le temps que nous nous décidions elle était déjà vendue ! Ensuite nous en avons vu et essayé d'autres mais elles n'étaient vraiment pas en bon état.

Nous avons perdu pas mal de temps et d'énergie avec cette histoire de moto. Puis nous avons été décus que cela ne se réalise pas. Nos plans ont changé, changé encore, re changé et re re changé !

Nous avons quand même réussi à profiter de nos compagnons de voyages rencontrés sur la bateau 😀 Sylvain, le canadien, et Grégoire et Anna, un couple d'allemands. Tout les cinq c'était bien ! On se retrouvait les soirs pour manger ensemble et nous raconter notre journée. Nous devions passer le nouvel an avec eux, mais vous connaissez la suite 😉

Dans les derniers soirs, nous sommes allés, Antoine et moi, dans un bar un peu excentré de l'animation du marché nocturne. Le Sakura bar ! En arrivant la serveuse nous a directement servi un seau de whisky-coca ! Gratuitement. Nous avons commencé à jouer tout les deux à des jeux mis à disposition. Puis un groupe de gars nous a demandé si nous voulions jouer au Uno avec eux. Le Uno !! Ça faisait tellement longtemps que je n'avais pas joué à ça ! :D

Nous avons donc fini la soirée avec eux, et avec un second seau de whisky-coca gratuit ! La soirée ne nous a rien coûté. Il y avait des "jeux" avec du feu, mais nous ne sommes pas bêtes.. On s'est tenu loin de ça 😉 l'Indien, l'Allemand et l'Argentin nous ont proposé d'aller à leur guesthouse pour finir la soirée. On a appris un super jeu de cartes :D

Quand nous sommes rentrés chez nous il était 2h30. La ville est soumise à un couvre feu à 23h30.. arrivés à la guesthouse, nous avons du sonner. Une des personnes travaillant là dormait dans le hall, cela doit être courant que les touristes rentrent plus tard.. il nous a ouvert et et retourné se coucher. Nous étions un peu embêté de l'avoir réveillé.

Sinon un peu tous les jours, nous marchons dans la ville, le long du Mekong ou dans des marchés (diurnes ou nocturnes). On y voit parfois des animaux particuliers ou des morceaux de viandes envahis par les mouches. Il est dommage que nous ne puissions pas vous faire profiter des odeurs qui accompagnent certains lieux 😉

Luang Prabang est une ville très reposante et sereine. Nous avons aimé le calme qui habite les lieux. Les chats et les chiens sont partout, un peu comme en Thaïlande d'ailleurs. Même dans les restaurants. Ils se promènent.


Les photos sont en désordre total.. ^^

32
32
Publié le 9 janvier 2018

09/01/18

Petite parenthèse, hier soir nous avons mangé dans un nouveau resto à Luang Prabang. J'ai pris une omelette au fromage affichée sur la carte. On m'a amené une omelette avec un carré de fromage ^^ (voir la photo)


Ce matin départ pour Hanoï. Réveil un peu compliqué à 5h du matin. Nous avions réservé un tuk-tuk à l'hôtel la veille. Bien sûr l'hôtel a pris une marge de taré ! Passons..

À 6h nous sommes à l'aéroport et tout se passe bien pour l'enregistrement des bagages. Nous sommes prêts à partir, mais l'avion décolle dans 2h30. Alors petit somme en attendant ! 😀

Notre avion est rikiki ! 2 rangés de 2 sièges. Le voyage se passe bien, beaucoup de turbulences mais c'était pas flippant. On a eu du café et un sandwich gratuit, donc Antoine a trouvé ça pertinent de se renverser le café sur le froc ! Grosse tâche de café très bien placée 😉 il s'est baladé avec sa tâche toute la journée le pauvre. (En plus c'est arrivé quand il a voulu retirer l'écouteur de son oreille parce que je lui parlais... 😊 )

Garder mon café dans mon goblet malgré les turbulences était amusant !

Nous arrivons à 9h45 et rencontrons Hanoï, 10 degrés ! Ça nous change ^^

Un mec de l'hôtel est venu nous chercher. Il avait un petit panneau avec le nom d'Antoine inscrit dessus 😀

En nous montrant la chambre, le gars tire les rideaux.. Je trouve ça suspect. Effectivement, les fenêtres ne se ferment pas totalement. Un grand jour laisse passer le froid et le bruit ! Antoine sort sa solution miracle et comble l'espace avec du PQ !! Il n' est pas peu fier de sa trouvaille 😉

Nous partons manger puis explorer la ville. Le nombre de motos est surréaliste ! Il n'y a pas de place pour les piétons sur les trottoirs qui sont occupés soit par des artisans, soit par des motos garées ! Un coup de klaxon résonne toutes les secondes. Un coup? Non, 5 coups de klaxon chantent tout le temps ! C'est une cacophonie sans nom ! Il faut être sur ses gardes et rester calme face à ce bazar monumental !

Pendant notre balade nous nous sommes fait interviewer par des vietnamiens sur l'armée française. On ne les a pas beaucoup renseigné ^^

Hanoï est folle, mais je l'aime bien ! :D

33
33
Publié le 14 janvier 2018

Hanoï, le 12 janvier.

Nous avons décider de réserver dans une agence de tourisme pour cette "sortie". Le lieu que nous voulions visiter se trouve à 100 kilomètres de Hanoï.

Le matin nous avons rendez vous à l'agence qui se trouve à deux pas de chez nous. 8h10 nous y sommes. 8h30 le bus nous ramasse ! C'est un bus de taille moyenne, pas grand, pas mini.

Le chauffeur passe son temps à klaxonner. Littéralement ! Il roule dans la ville à toute blinde. Je n'oserai jamais conduire de moto dans cette ville. Traverser la route, ça va, nous avons la technique, lentement mais sûrement😉

Une fois sur la voie rapide, deux fois deux voies, le chauffeur continue de klaxonner. Il double par la droite, par la gauche, il passe partout et très vite ! Enfin, plus vite que les autres automobilistes. Très vite, trop vite.. La route n'est pas bonne. Pas mal de bosses.. au début ça m'amuse, nos fesses décollent du siège, légèrement. Puis la répétition commence à être un peu crispante. Et d'un coup, je me soulève tellement que je me prends le plafond du car et en retombant je me fais mal au dos ! J'ai crié et râlé ! Hahaha, j'étais justement dans mes pensées en train de me dire que je râlais de moins en moins, que le voyage m'apprenait à relativiser. Tu parles ! Du coup les autres passagers m'ont un peu regardé.. ils ont dû me prendre pour une princesse râleuse ! N'empêche, après cela le chauffeur ralentissait (de manière brutale évidemment) avant les plus grosses bosses. Je ne sais pas si j'ai quelque chose à voir là dedans mais j'étais bien contente ^^

Nous arrivons dans la ville de Tam Coc vers 11h30. Un long trajet. Mis à part les bosses, c'était chouette de voir les paysages des rizières défiler devant nous. Cependant, le mélange de ces paysages poétiques et des poteaux électriques ou publicitaires est très perturbant..

Première activité, ballade en barque à travers les montagnes de la baie. Avec une Vietnamienne qui rame avec les pieds !

Nous voulions absolument faire cela le matin, car sinon les touristes envahissent les eaux.. ^^ nous avons eu de la chance car pas trop de monde ! Le paysage était dément ! On se sent tout petits.. le calme et la sérénité se dégagent de cet espace magique. C'était parfait après avoir passé plusieurs jours en ville dans les bruits des klaxons et les odeurs de pollution. L' harmonie !

Notre petit tour a duré une petite heure et demie. Antoine voulait donner un pourboire à la rameuse. Mais juste avant d'arriver, elle nous a demandé de lui donner un pourboire ! Donc Antoine était un peu dégoûté de lui en donner un, et ensuite, quand il lui a donné, elle a réclamé plus...

Ensuite nous sommes allés manger dans un resto à Tam Coc. On nous a dit que nous n'avions que 20 minutes, mais finalement nous avons eu plus d'une heure.. les gens qui nous suivaient toute la journée ont passé leur temps à nous dire "dans 10 min".

On est ensuite allé juste tout les deux avec deux guides dans notre bus pour rejoindre une montagne. Nous avons eu 1h30 de balade avec une guide assez piplette. Elle nous a raconté sa vie, dans son village et maintenant en ville. C'était sympa, mais au début j'avais peur qu'elle prenne tout l'espace pendant la balade.. mais en grimpant les marches, plus de souffle, donc elle ne pouvait plus parler :D moi non plus d'ailleurs ^^

Une fois en haut, la vue était délirante ! Cette profondeur ! On était scotché !

Nous sommes revenus en ville vers 19h30. Nous avons eu plus de temps de bus que de balade, mais la vue en vallait la peine. On s'est juste dit que si nous devions recommencer, on essayerait peut être de le faire par nos propres moyens. On s'est senti un peu trimbalés..

34
34
Publié le 18 janvier 2018

Hoi an, 17 janvier

Ce matin nous avons été réveillé à 7h15 par des travaux. On avait l'impression que le gars donnait des coups sur le mur de notre chambre. Mais c'était un mal pour un bien puisque cela nous a permis de démarrer la journée tôt !

Nous avons loué un scooter à la guest house et nous sommes partis pour le sanctuaire de My son. Antoine nous guidait avec son téléphone. Celui là nous a conduit jusqu'à des rizières impraticables en scooter. Nous étions donc perdus. Nous avons tourné un bon moment. En repassant toujours sur la même grande route. Dans un sens et dans l'autre. La batterie du téléphone se vidait, et la jauge d'essence piquait du nez. Nous nous sommes retrouvés au bord de la rivière qui nous empêchait de poursuivre notre chemin.

À ce moment là, un vietnamien est venu vers nous en moto. Il nous à simplement dit : " My son ? ". Il ne parlait pas anglais. Nous lui avons dit Oui, et nous a fait signe de le suivre. Notre première réaction et sentiment était la méfiance. On se fait tellement souvent avoir par des locaux qui veulent nous vendre tout un tas de tours. Sans autre solution nous le suivons ! Il se dirige vers un petit bateau sur le bord de la rivière dans lequel deux dames et une moto attendent. Antoine charge le scooter ! Je monte à bord et la vietnamienne qui semble posséder le navire me dit de m'asseoir à un endroit bien précis. Vu son ton autoritaire je ne bouge plus une fois installée au milieu de ce qui, je pense, est sa cuisine.

Nous sommes là, sur ce petit bateau qui ne semble pas solide, à cinq et trois motos. C'est un beau moment. Je ne sens pas la barrière de la langue comme j'ai pu le sentir avant. On ne parle pas la même langue, mais on se comprend quand même. C'était très beau. Antoine a commencé à faire des photos avec le monsieur. Puis il se lève pour me prendre puisque j'étais de l'autre côté, et la propriétaire lui a urgemment fait signe de rester assis. La traversée n'était pas longue du tout. Dans le sac en plastique accroché à un moto, il y avait des poissons dans un fond d'eau. Vivants. Plus pour longtemps.

Quand j'ai sorti mon téléphone pour faire une photo avec les deux vietnamiennes, elles avaient l'air ravies de le faire. Elle se sont avancées très vite pour être sures d'être dessus. Pour Antoine, c'est parce que le gars s'est avancé qu'il a pris la photo, il n'avait pas l'intention de faire un selfie. Vraiment un beau et bon moment.

Pour sortir le scooter du bateau c'était pas simple, surtout qu'ensuite il a fallut monter un bon talus pour quitter le bord de la rivière. Antoine qui n'avait pas d'expérience de moto avant ce voyage était l'homme de la situation. Il est parti sans problème ! Et nous avons suivi le gars à nouveau ! Nous avons emprunté des petites routes pour rejoindre celle que nous cherchions. Une fois là bas, le gars s'arrête sur le bord de la route et nous montre la direction. Antoine regarde sur son téléphone et réalise qu'il nous a mené exactement là où il voulait qu'on se rende. Parfait ! Puis le vietnamien nous montre 4 avec sa main. Je pense donc qu'il veut de l'argent. Ça serait 40 000 dong. Je commence à sortir mon porte monnaie et il s'agite et essaie d'écrire parterre. Il écrit comme il peut un 4 et un k. Donc je me dis qu'il veut peut être juste 4000. Il nous a rendu un grand service, lui donner quelque chose me semblait normal et juste ! Nous n'avions pas grand chose à part de l'argent. Je lui tends donc 40 000. Il refuse. J'essaie de lui donner 4000 et il repousse mes billets dans mon porte monnaie. Il m'a chaleureusement serré le bras et m'a serré la main ainsi que celle d'Antoine. Nous sommes repartis dans la bonne direction. Cet instant a tourné un moment dans ma tête. Je m'en suis voulue de m'être méfiée de lui. Tout le long du trajet où nous le suivions je me disais qu'il allait nous coller et nous demander plein d'argent sans raison. Et bien, bien fait pour moi ! La prochaine fois j'essaierai de faire confiance.


Quand nous sommes arrivés sur le site, il était presque l'heure de déjeuner. Mais tant pis, on s'occupera des gargouillis plus tard. Nous avons pris nos tickets (150 000 chacun) et avons commencé à marcher. Très vite une voiturette verte s'est arrêté à côté de nous. Nous devions monter dedans, pas le choix.

Ensuite quand nous avons finalement eu le droit de marcher un peu, nous étions suivis par le français qui était dans la voiturette. En entendant son discours sur ce qu'il pensait du site ("ouais bon ben c'est juste ça? Ils pourraient reconstruire") Nous n'avons pas essayé de rester avec lui pour le parcours.


Le site était beau, le cadre parfait. Nous étions complément envahis par les groupes de touristes mais nous avons pu grappiller quelques infos de temps en temps ^^ il faut bien trouver un point positif ! Le tour nous a pris 2h et nous sommes repartis sur notre scooter. Cette fois nous ne nous sommes pas perdus !! :D nous n'avons pas pris le même chemin.


En arrivant nous étions affamés ! Nous sommes allés dans un resto un peu excentré où Antoine a commandé un poisson. Il a mis du temps à arriver, mais une fois là, Antoine s'est régalé !! C'est le premier poisson du voyage qu'il mange. Il faut dire que ceux de Bangkok nous ont tellement dégoûtés par leur conditions d'élevage et de stockage une fois pêchés...


Le soir nous avons profité des lumières de la ville. Elle est illuminée par des milliers de lanternes un peu partout dans la ville (au centre) il y en a même qui flottent sur l'eau. Dans les arbres, autour des restau, dans les rues. C'est magique !


Et là, pendant ce début de soirée, incroyable ! Nous sommes tombés sur deux américains de Washington que nous avions rencontrés dans le train de nuit entre Hanoï et Hué quelques jours plus tôt ! Ils n'allaient pas au même endroit que nous. Stupéfaits par ces retrouvailles, nous sommes allés boire un coup tout les quatre. Puis un verre en entraînant un autre... Notre groupe s'est agrandi et nous nous sommes retrouvés avec des suédois et des new-yorkais en plus. C'était une très bonnes soirée ! Nous avons même dansé ! 😀

Dans les bars chargés de jeunes (Ou moins jeunes..) touristes prêts à faire la fête, des vietnamiens circulent avec des ballons. Le principe :

Tu achètes un ballon (40000) tu inhales le gaz contenu puis le respire dans le ballon pendant quelques secondes. En fait jusqu'à ce que les effets d'étourdissements apparaissent. Bien sûr, c'est un attrape touristes... une table de quatre jeunes à côté de nous en ont acheté un bon paquet.. Ils rigolaient comme s'ils venaient de faire la chose la plus drôle de leur vie ( les pauvres..). Les américains l'ont fait aussi, plusieurs fois.


Nous sommes rentrés bien tard mais nous avons bien profité de cette ville lumineuse ! C'était une bonne journée bien remplie !

35
35
Publié le 18 janvier 2018

Petit retour en arrière si vous le voulez bien 😀

Revenons à Luang Prabang. Nous voulions aller voir des cascades qui se situent à une 30aine de kilomètres de notre guesthouse. Nos compagnons de voyage, les allemands et notre cher canadien, y étaient allés quand Antoine était malade. Nous avions pour projet d'y aller tous ensemble le lendemain du réveillon mais vous savez ce qu'il en est 😉 Eux s'y étaient rendus en tuk-tuk. Nous avons donc fait la même chose.

Pas difficile de trouver un tuktuk. Lorsque nous marchions sur le trottoir, on se faisait proposer un nombre incalculable de fois des tours pour aller aux cascades. Nous voulions aller voir deux sites différents mais proches l'un de l'autre. Le premier lieu est très connu, c'est la plus grosse cascade aussi je pense. On peut s'y baigner et il y a une bonne marche à faire pour aller jusqu'en haut. La seconde est toute petite et pas touristique du tout. Elle se trouve à 3 kilomètres de la première. Le plan c'était d'aller à la seconde après avoir vu la grande. Elles sont sur la même route, puisqu'il n'y a qu'une route ^^


Nous trouvons un chauffeur avec qui nous négocions le prix et le trajet. C'est un peu bancal parce qu'il nous montre des photos sur un papier planifié qu'il a avec lui. On ne comprend pas tout et lui non plus. Nous partons !

Le gars a conduis comme un taré ! Super vite, a doublé tout le monde sans voir si quelqu'un arrivait en face ou non. C'était très stressant !!

Nous arrivons, (ouf!) là, le mec nous dit qu'on a une heure. On le reprend, nous avions convenu deux heures ! Au tout début même il nous avait dit trois... C'est parti, on se balade, le site possède un domaine réservé aux ours qui ont subi des maltraitances. On aperçois deux oursons chahuter. Puis comme nous n'avons que deux heures, nous pressons le pas !

C'est magnifique et un peu surréaliste cette couleur bleu clair partout. Nous prenons un chemin sur le côté, perdu dans les branches, pour monter tout en haut et nous ne croisons personne ! On était content, puis une fois le chemin terminé, nous nous sommes rendu compte qu'il y avait en fait beaucoup de monde. Nous continuons de monter pour arriver au sommet et être là d'où tombe l'eau. Nous avions une belle vue sur les hauteurs vertes de forêts à perte de vue ! Contente !!

Avant de redescendre je voulais aller voir une cave. Nous avons suivi un panneau qui indiquait la bonne direction mais finalement elle était bien trop loin pour le temps qu'il nous restait. C'était dommage de devoir se presser autant. J'ai impression d'avoir effleuré ce lieu. Pas d'y avoir été réellement.

Nous sommes arrivés vers le tuktuk avec 20 minutes d'avance tellement on a couru. (Et Oui, on a couru... )

On s'était dit qu'on reporterait ce temps sur la seconde cascade. Ok c'est reparti pour le tuktuk qui part à fond la caisse. On ne dit rien, il ne devrait pas rouler bien longtemps.. tu parles. On ne s'est pas compris du tout. Il ne s'est pas arrêté. Nous avons fini par lui demander où il nous conduisait. Il s'est arrêté sur le bord de la route et nous a remontré son papier. Il ne parlait pas bien anglais. Un tuktuk arrivait derrière nous, notre chauffeur lui a fait signe de s'arrêter. J'avais un peu peur parce que notre type n'était pas content du tout. Il parlait un peu fort. L'autre chauffeur parlait anglais, nous lui avons expliqué le problème. Notre chauffeur ne voulait pas faire demi tour. La cascade où il voulait nous conduire était encore de l'autre côté de la ville où nous étions. Il était hors de question que nous allions là bas. La cascade était un lieu payant en plus. Nous lui avons demandé de nous ramener chez nous. Bien-sûr en changeant le prix de la matinée. Ça aussi ça a été compliqué. Nous avons payé un peu cher pour n'être resté que si peu de temps à la cascade. En repartant je lui ai demandé de rouler moins vite. Heureusement il l'a fait. Il n'avait plus besoin de gagner trop de temps sur notre course.

Nous étions un peu déçu de cette histoire. Mais ravis d'avoir vu ce lieu magnifique malgré tout !

36
36
Publié le 19 janvier 2018

16 janvier 2018

Je refais un petit retour en arrière pour revenir sur notre journée de voyage en scooter. Nous avons quitté notre guest house de Hué vers 8h30 pour nous rendre à la boutique de location de 2 roues appelée Motorvina. Nous avions réservé avec eux l'avant veille pour avoir un scooter de 125 cc qui serait assez puissant pour nous porter tous les deux.

En arrivant nous avons affaire à une Vietnamienne qui me complimente sur mon écriture au moment où je remplis nos coordonnés. Merci, mais elle aussi aurait pu faire un peu attention à sa façon d'écrire ! Elle nous a donné des infos sur un plan où elle écrivait les coins à voir et les resto sympas, mais c'était complètement illisible !!

Le scooter qu'on nous a donné était complètement pourri ! La poignet de gauche glissait (Il ne fallait pas trop s'accrocher dessus sinon on aurait pu la perdre!) Le cache en plastique d'un clignotant était pété, le plastique qui entoure toute la partie du moteur et cie était tout cassé, râpé ou tenu par des liens en plastique, et les freins étaient pourris aussi ! Bref, la totale, mais elle répondait correctement (après un léger temps) quand on accélérait. Nous sommes partis faire le plein car évidemment ils te la louent vide.


La route était un peu stressante en ville.. des gens qui viennent de partout qui klaxonnent tout le temps. Mais c'était chouette d'être dedans. Une fois la ville passée, nous étions sur une deux fois deux voies. C'est assez tranquille sauf quand les camions veulent se doubler entre eux. S'ils klaxonnaient moins, cela serait beaucoup moins effrayant. Là, le son de leur machine est assourdissant et grave. Ici on n'utilise pas le klaxonne de la même façon qu'on le fait en France !

La route a fini par se séparer en une pour les camions qui prend un tunnel, et une seconde qui fait un détour par la montagne, nous avons évidemment pris la seconde et c'était vraiment très beau !!! La grisaille ne cachait rien, elle amplifiait l'effet de profondeur de la vue avec les nuages qui se mêlent aux montagnes. Parfait !

Nous avons mis environ 4 heures pour faire le trajet. Un peu avant d'arriver Antoine avait suggéré de profiter de la moto et de nous rendre directement au site de My Son, mais nous n'arrêtions pas de nous pommer.

Nous sommes allés à notre nouvelle guesthouse pour nous poser un peu après cette longue journée de concentration. Motorvina avait à charge de faire parvenir nos sacs à leur seconde boutique de location à Hoi An. Nous sommes allés ramener la moto après l'heure prévue d'arrivée de nos sacs 😉 il était prévu avec la première boutique que la seconde nous ramènerait à notre guesthouse. J'avais la preuve par écrit. Au moment de nous reconduire, un gars de la boutique avance vers nous et nous dit qu'il appellera quelqu'un pour venir nous prendre gratuitement si on met un avis favorable sur tripadvisor maintenant. Sérieusement.... ! Antoine lui dit après plusieurs fois. Le gars essaie de nous dire qu'il est tout seul et que je ne sais pas trop quoi. On sentait l'embrouille mais il a fini par appeler quelqu'un, et nous n'avons pas mis d'avis. Je pense que si nous en mettons un dans les jours qui viennent, nous parlerons de ce petit élément. De plus, notre scooter était vraiment pourri et les pneus presque lisses. Donc mauvais dernière impression ! Un chauffeur du style uber est venu nous chercher. En partant on m'a donné des sous pour que je paie le mec du taxi.

Nous sommes rentrés nous coucher, on était cuits !!

37
37
Publié le 21 janvier 2018

(Du 9 janvier au 13 janvier)

J'ai pris pas mal de retard. Alors voici des photos de notre passage à Hanoï. Nous nous sommes pas mal baladé, nous sommes allés au musée d'Ho Chi Minh, boire un verre sur la terrasse d'un immeuble, le musée de la guerre...

Hanoï est une grande ville très animée par les sons des klaxons qui résonnent TOUT LE TEMPS. Nous avons aimé cette ville. Il y faitait bien froid quand nous y étions mais ça n'a rien gâché puisque la pluie nous a laissé tranquille !

Il y a du monde partout et tout le temps mais j'ai bien mieux vécue mon passage dans cette ville quand dans Bangkok. Peut être que c'est simplement que je commence à m'habituer, je ne sais pas 😉


38
38
Publié le 21 janvier 2018

Nous quittons Hoi An le 20 janvier pour nous rendre à Phan tiet, au bord de la mer pour Antoine qui commence à manquer d'eau. Le billet de bus est réservé directement dans notre guesthouse. On nous a promis des wc et la wifi dans le bus. Un gars vient nous chercher en moto et nous conduis à tour de rôle dans la ville. Il nous demande d'attendre. Nous attendons.

Une vingtaine de minutes plus tard, un mini bus nous récupère et nous amène un peu plus loin, mais toujours dans la ville. En passant il prend d'autres personnes. Nous descendons du minibus et attendons à nouveau. Nous sommes huit voyageurs à attendre sur le trottoir. La nuit arrive.

Un gros bus de nuit finit par arriver. Il se gare de l'autre côté de la route. Nous hésitons, pas surs que ce soit le bon, puis y allons. Le bus est déjà bien rempli de voyageurs. Nous prenons place en bas, au fond. Pas tout au fond. Antoine est au milieu et moi contre une vitre. Pas beaucoup de place et encore moins pour Antoine et ses grandes jambes ! Je ne suis pas bien, Antoine non plus. On décide de changer de place et de se mettre en haut, tout au fond. Là j'oppresse totalement. La vitre est minuscule est très basse. Je ne peux pas être assise tellement le plafond est bas. Nos deux sièges sont collés et il y en à trois autres à côtés, tous côte à côte. Je m'imagine avec des gens à côté et là je pleure. Trop peu d'espace !!! J'hésite un peu, puis je retourne à ma place initiale qui, du coup, me paraît presque confortable, si on oublie que mon siège ne tient pas en position assise. Antoine revient à côte de moi. Je vais mieux. Tout est une question de point de vue... 😉

Nous partons, il est 18h45. Le premier mec à moto est venu nous chercher à 16h40.

Un arrêt pipi vers 22h. Un arrêt repas vers 23h30. Et plus d'arrêt jusqu'au lendemain 5h30. Le chauffeur a pas mal klaxonné, ça bouge tout le temps. Je n'ai pas vraiment dormi. On s'arrête donc à Na trang. Il reste 220 kilomètres pour arriver à destination. Il fait nuit, le chauffeur met tous les sacs du bus sur le trottoir. C'est un peu la panique. On ne savait pas qu'on arriverait là. On récupère nos sacs et on cherche le bus suivant. On finit par être appelé par une nana dans une agence non loin de là. Elle prend mon billet de bus où est inscrit notre destination. Elle écrit 7am et me dit de poser nos sacs là et d'attendre le bus suivant qui sera là à.. 7 heures donc oui oui !

On est épuisé, et on attend là, à moitié amorphes sur des chaises dans cette salle avec tout plein d'autres personnes. Heureusement il y a des toilettes et la wifi ! Ah oui, d'ailleurs, en parlant de ça, dans le premier bus, hahahaha, les wc et la wifi, on ne les a pas trouvés !!!! On s'est bien fait avoir !

7h, pas de bus. 7h30, une nana demande où est le bus. On nous dit qu'il arrive, attendre 5 min. 7h40, un mec vient nous chercher à pieds. On est cinq à nous rendre à Phan tiet. On marche 200 mètres. On nous redit d'attendre.

Un gros bus arrive ! Un sleeping bus. On hésite. (Comme s'habitude) un gros groupe de gens arrivent et montent dedans. Puis un des gars avec nous voit que sa moto (oui oui sa moto) va être installée dans la soute, donc c'est notre bus ! Je suis un peu dégoûtée parce que plein de gens viennent de monter. J'aimerais qu'on soit à côté Antoine et moi. Par chance, c'est ce qui s'est passé. Une nana nous place dans le bus. Je suis du côté de la fenêtre, en haut et Antoine est au milieu, en haut. Ce bus est plus récent, plus propre et oh, miracle, des wc !! (Antoine était juste devant et donc dans le passage pour aller aux wc, il a passé le trajet à se faire bousculer. Une nana russe a même fait tomber le dossier de son siège en passant trop près de la manette, position couchée direct pour Antoine ! Elle ne s'est pas excusé bien sûr!) Nous avions même la wifi ! Départ, il est un peu plus de 8h du matin.

J'essaie de dormir, je mets mes bouchons d'oreilles et mon masque et j'essaie de me détendre. Et là, j'entend des sons de portable. Une nana pas très loin a jugé bon de garder le son allumé sur son téléphone. Le manque de sommeil me donne envie de lui sauter dessus et de jeter son tel dans les wc ! Mais je ne fais rien, je l'imagine juste et je finis par sombrer... je me suis réveillée et rendormie comme ça plusieurs fois. Pause pipi, et repas, le bus s'arrête. Il est midi. On en peut plus.

C'est reparti. On roule encore pendant deux heures et on arrive enfin dans la ville. On passe devant l'hôtel. Le bus s'arrête trois kilomètres plus loin. On sort du bus, on se jette sur nos sacs et on saute dans le premier taxi qui passe.

La douche qui a suivi était la meilleure qu'on ai eu depuis longtemps 😉 , après on a mangé parce qu'on ne l'avait pas fait du trajet, ni vraiment bu, pour ne pas avoir besoin d'aller aux toilettes pendant le trajet. Après, ça a été la lutte pour ne pas s'endormir.


Le lendemain, une fois reposés, nous avons décidé de partir en vélo voir les dunes rouges ! Nous louons un vélo étrange (sans air dans les pneus, juste une gomme sur la roue, comme ça pas de crevaison !) Pas de vitesse et pas de freins, faut pédaler à l'envers pour freiner ! On essaie, en route !!

À la première montée c'est la désillusion. Le vélo est réglé comme si on était en grand plateau et grande vitesse. C'est dur ! Je me mets en danseuse, j'essaie vraiment mais c'est trop dur ! J'avance à deux à l'heure et je mépuise en un rien de temps. Antoine a peur de péter le vélo en forçant sur les pédales. On décide de faire demi tour, chouette, une descente !! :D mais la descente me fait un peu peur avec ce système de freinage. Je suis contente qu'on ait rebroussé chemin ! On échange les vélos contre un scooter et 2 euros de plus. Le mec nous amène un scooter avec des pneus très abîmés. Antoine part avec le gars sur le scoot et part en chercher un mieux. Il revient me prendre et c'est reparti !

Nous roulons un bon moment; passons devant des dunes rouges, quelques plages envahies par des déchets. On décide de rouler où le vent nous mène, et de trouver un coin pour manger.

Petit resto pas top, on repart. Antoine voulait se baigner. On allait faire demi tour et aller à une plage sale qu'on avait vu tout à l'heure. Puis on se dit qu'on a fait le plein du scooter, qu'on a encore tout l'aprem, alors allons explorer un peu !!!

Cette fois c'est moi qui conduit, car malheureusement pour moi qui adoooooore ça, maintenant Antoine adoooooore ça aussi ! ^^

Et là c'est le drame ! On se fait arrêter par la police... deux autres européens étaient déjà en train parler avec eux.

Mon permis international est dans ma valise et nos porte monnaies sont blindés de billets. On nous a dit et on a lu que la police n'en veut qu'à notre argent. Que si on se fait arrêter, il faut montrer qu'on n'a pas grand chose dans son porte monnaie, et que les flics prennent juste ce que tu as. Alors que si tu as des sous, ils y vont ! Le mec nous dit qu'on était en excès de vitesse. Bien sûr, il n'y a aucun panneau de limitation et tout le monde roule comme des malades mais bon !!! Il me dit qu'en cas de non présentation de permis, on me retire le véhicule pendant 7 jours et qu'en cas d'excès de vitesse, on me retire le permis pendant 30 jours. Et bien sûr, à cela s'ajoutent des sommes ridiculement élevées. Donc on reste là et on attend... Le gars se sert de son téléphone pour parler avec un traducteur. Il finit par nous dire que pour NOUS ARRANGER on peut juste le payer et repartir. Ben voyons.. C'est nous que ça arrange ! Il nous demande 1 000 000. On dit non. Il nous demande 500 000. Antoine sort son tel pour calculer ce que ça va nous coûter en euros. Là, le flic se fâche et demande à vérifier le portable d'Antoine. On ne comprend pas ce qu'il veut tout de suite, puis il me montre sur son téléphone " pas de photos ". Il a cru qu'Antoine avait pris des photos. Il se met donc à fouiller dans les photos. Pendant ce temps je dis à Antoine de prendre 500 000 de son porte feuille pour pas qu'on nous en demande plus. Le flic ne s'aperçoit de rien puisqu'il fouille le téléphone. Pffff..

Antoine reprend son téléphone après un moment. En forçant un peu. Puis il tend les sous au flic. Celui-ci nous dit d'aller voir son collègue. On s'assoie sur des chaises en plastique ririki, pour les enfants, devant un flic qui range son téléphone sur lequel il était entrain de jouer ! Il me tend un carnet où je dois inscrire mon nom, date de naissance et le pays d'où je viens. Il a inscrit le numéro de plaque du scoot. On paie, et le gars nous dit que maintenant qu'on a payé, si on retombe sur des flics ils faudra leur dire qu'on a déjà payé et qu'ils peuvent les appeler eux pour vérifier. Mon c** oui ! Si on retombe sur des flics c'est le même problème !

Donc on repart en faisant demi tour. Les flics nous font signe d'aller de l'autre côté mais ça va, une fois ça suffit. On a vraiment les boules. On n'a perdu que 18euros dans cette histoire, mais le principe nous a dégoûtés. On est rentré après ça. Pas de dunes et pas de plage. On a rendu la moto et on est rentré. Mauvaise expérience mais au moins on ne s'est pas blessé !

39
39
Publié le 22 janvier 2018

Nous quittons Phan tiet avec plaisir et prenons un bus d'une vingtaine de places pour rejoindre Dà lat. Il pleut ce matin. Notre bus à de l'avance. Le chauffeur a l'air sympa. Musique sur les oreilles, c'est sereine que je quitte cette ville.

La route est belle, mais chaotique. Nous devons à peine dépassé les 30 kilomètres heure sur pas mal de kilomètres. Nous n'avions qu'une centaine de kilomètres à faire mais nous avons mis 4h30. Je préfère ça à un chauffeur excité par la vitesse. Quoi qu'avec celui ci nous avons aussi eu nos petites frayeurs.

Nous avons franchi des montagnes à couper le souffle. C'était d'une beauté et d'une immensité démente !!

Petite pause sur une aire de repos devant un lac, puis c'est reparti. On était très secoué! En plus Antoine était installé sur un fauteuil bancal ! C'est folklorique !!!

On a croisé un incendie dans la montagne.. (il se promenait tranquillement😉 )

Arrivés à Dà lat vers 17h, nous avons marché jusqu'à l'hôtel et ça nous a fait du bien de nous servir de nos gambettes ! Notre chambre est tout en haut du bâtiment, on est donc épargné du bruit de la réception, mais pas des marches 😀

Nous avons hâte de découvrir la ville !

40
40
Publié le 23 janvier 2018

Ce matin petit déjeuner compris dans le prix de la chambre.(13 euros la nuit pour 2) On nous a servi un verre de lait de riz très sucré et chaud, un yaourt très sucré lui aussi et deux tranches de pain de mie avec sur chacun, une mini tranche de fromage type fromage à croque monsieur. (Le même que j'avais déjà eu sur mon omelette au fromage. Mais où est notre cher saint nectaire...) nous avons commandé du café en plus et on nous a amené un café encore en train de passer. Avec la mini cafetière sur la tasse. Trop mignon, et costaud le café !!

Ensuite, sur les conseils de mon oncle habitué du Vietnam, nous avons appelé un guide pour programmer une journée d'exploration pour demain. On a emprunté le téléphone de la nana à l'accueil, trop sympa !

Puis nous sommes partis pour réserver un billet de bus pour nous rendre à ho chi minh dans quelques jours. Nous avons juste pris les infos, et allons comparer avec ceux de la guesthouse.

Ensuite c'est parti, nous faisons un balade qui nous conduit à faire le tour du lac Xuan Huong, lac artificiel au coeur de la ville de Dà Lat. Sur notre chemin nous sommes passés devant de drôles d'architectures. Il s'agit en fait d'un centre commercial. Petites emplettes, notamment du yaourt bourré de probiotiques :D et pause déjeuner dans un fast-food d'ici. C'est notre premier depuis le début du voyage et sûrement le dernier. Ça me dégoûte de manger de la viande ici.. C'est psy, mais quand même, Antoine a fini mon sandwich.

Nous avons une chance incroyable avec la météo. Il était encore censé pleuvoir aujourd'hui et bien non, on a même bien bien chaud quand le soleil sort de derrière les nuages 😉

41
41
Publié le 24 janvier 2018

Ce matin, nous décidons de partir seuls en scooter à la découverte des alentours de Dà Lat. Nous louons un scooter à la guesthouse. Nous sommes ravis car pour l'instant c'est le meilleur scooter qu'on ait jamais eu ! (C'est ce qu'on se dit à ce moment..) Il semble tout neuf, tout les boutons fonctionnent et rien n'est vraiment cassé. Les freins sont au top et il est très confortable. On s'aperçoit ensuite qu'il tremble légèrement de l'avant..

Je roule, Antoine guide, on est bien, sur les routes de montagnes parmi la superbe végétation et les paysages qui décoiffent ! Petit point de vue super beau, on s'arrête, c'est top d'être libre ! Le soleil est avec nous.

Notre première destination est une fabrique de soie. Nous entrons dans les ateliers de travail où se trouvent des vietnamiennes. Elles séparent les cocons des verres en les plongeant dans un bain d'eau bouillante. Elles ont d'ailleurs des marques de brûlures sur les avant bras. Puis elles accrochent un morceau du cocon à la machine devant elles qui le déroule ensuite. C'est un espace de travail très bruyant. Nous verrons ensuite l'atelier de couture. C'était un petit tour, mais sans guide nous n'avons pas besoin de plus. Nous repartons !

Direction la cascade des éléphants (que nous cherchons encore comme dirait Antoine). C'était vraiment chouette, un peu de crapahute et de grimpette parmi les rochers humides pour rejoindre le bas de la cascade. Très amusant et magnifique bien sûr ! La force de l'eau en bas est impressionnante ! Nous sommes allés près de là où l'eau se précipite et nous étions trempés ! :D ça rafraîchit !

Nous repartons ensuite avec Antoine au volant ! Le ciel est magnifique et de gris nuages menaçants font leur entrée, c'est effrayant mais émerveillant !! Nous faisons halte dans une culture de café. Un petit café chacun, Antoine au moka et moi à la cerise. Je n'ai pas senti la cerise, mais il était vraiment bon !!! Vraiment vraiment ! Nous avons pu nous ballader dans les plantations ensuite et même faire la rencontre d'une jolie civette en cage... ce petit animal mange les baies qui serviront ensuite (une fois qu'elle les aura rendues...) à faire le café ! Petite photo du caca dans les paniers en prime 😉 les cultures de café sont partout ici. Et dans les villages on peut voir des étendues de graines au sol qui sèchent au soleil ! Il y en a vraiment partout ! Certaines ressemblent à des cacahuètes, mais je ne sais pas s'il s'agit d'une variété différente, ou si ce n'est seulement pas la même maturité. La vue était encore divine, cette journée était parfaite !!

Après, Antoine reprend la route, nos ventres se font entendre. Retour sur la ville pour déjeuner et ensuite aller de l'autre côté pour aller à la vallée de l'amour ! Mais.. sur la route, le scooter tremblait de plus en plus.. un peu inquiétant. On s'arrête, on regarde si les roues sont voilées, et un vieux viet nous fait signe que les pneus sont trop plats. Effectivement.. Il nous fait signe de rouler encore dans une direction. Ok, on repart et on roule à 2 à l'heure. On tombe sur des gens dans un village et eux aussi nous disent de continuer tout droit. Finalement on passe devant une sorte de garage, un vietnamien nous dégonfle la roue arrière, on repart, mais ça bouge encore pas mal... On commence à se dire que la journée est finie.

On trouve un resto, Antoine peut finalement prendre une soupe dont il rêve depuis plusieurs jours. On mange bien on est content. On retourne voir la moto et on tente quand même d'aller à la vallée. Je conduis. Puis finalement, le scoot bougeait vraiment trop. On retourne à la guesthouse. On explique notre problème, la nana de l'accueil essaie la moto et nous dis que c'est ok, qu'on peut rouler avec. Je lui dis qu'on ne se sent pas en sécurité dessus. Elle nous donne donc un second scooter. Ça ne bouge pas mais les freins laissent à désirer.. tant pis, je commence à avoir l'habitude des raves, on la prend ! Le problème était qu'on avait mis de l'essence dans le premier. Heureusement le second scoot était à moitié plein ! Mais la nana a quand même demandé à son collègue de siphonner notre ancien scoot et rempli le nouveau. Il en a eu plein dans la bouche.. le pauvre.

C'est reparti ! Je conduis, Antoine nous guide. On ne roule pas longtemps et on arrive à la vallée de l'amour. C'est un parc payant où des sculptures en forme de coeurs ont envahi les lieux.. donc non, nous n' entrerons pas dedans. Demi-tour et retour à la maison ! Il est 16h, on a eu une bonne journée, on commence à être bien chaos ! Le café de ce matin me tient encore, je ne sais pas si je vais fermer l'oeil cette nuit !!


Demain départ de Dà Lat pour Ho chi minh en sleeping bus 😥 aucune envie de refaire un voyage dans un bus couchettes, mais il n'y a que ça ici. Départ 8 am. Si je ne dors pas cette nuit à cause du café je dormirai peut être dans le bus 😉

42
42
Publié le 27 janvier 2018

Départ de Dà Lat à huit heures, sleeping bus ! Je n'ai pas très bien dormi. Les virages m'ont rendu malade pour la première fois depuis le début de l'aventure ! Petite pause repas sur une aire de repos. Un vietnamien d'une soixantaine d'années a parlé à Antoine en français pendant le repas. Il lui a demandé s'il était catholique et la réponse par la négative a un peu refroidi ce gentil monsieur.

Nous arrivons à ho chi minh vers 16h30. La réservation dans l'hôtel a un peu buggué de la part de nos hôtes. La nana de la réception nous a donc conduits dans l'hôtel d'en face et nous avons eu une réduction.

Petite nouveauté, nous avons le plaisir d'être rejoint par Yo ! Après s'être fait avoir à la frontière, il est arrivé vers 19h30. Petit tour dans les rues très très abîmées des alentours. On fête les retrouvailles !

Lendemain matin, c'est parti, on marche jusqu'au musée de la guerre (encore un) mais cette fois celui ci c'était dur. Beaucoup de photos d'époque prise par des journalistes courageux qui ont dû voir des choses assez moches.. une petite baffe. Pas mal d'émotion. Une sale remplie de photo est dédiée aux malformations dont sont victimes les enfants nés après la guerre. Et quelques photos sur les blessures que les bombes ont infligées aux populations.

Après ce moment intense, nous repartons pour poursuivre notre petit tour dans la ville et allons voir une cathédrale qui a été construite avec des pierres de France !

On repart pour se rendre dans un parc. On ne sait pas vraiment ce qu'on va y trouver mais on a pu lire qu'il y avait des singes partout là bas. Nous entrons dans le parc, un peu avec réserve. Nous payons l'entrée et avançons dans un parc un peu délabré, assez glauque par moments. On y trouve des manèges, des salles de cinéma 3d qui ne donnent pas envie d'entrer voir ce qu'il se passe dedans, et des animaux ! Un zoo... !!! Nous voyons des reptiles, je n'en avais jamais vu d'aussi éveillés ! Ils bougeaient tous. Serpents, iguanes, tortues. Les éléphants tournaient en rond.. les cages sont toutes petites. Bref, on était un peu dégoûtés. On a vu des singes sortir de leur cage. Mais ce zoo nous a fait de la peine. Entre la guerre et les animaux en cage on était un peu perdu.

43
43
Publié le 27 janvier 2018

27 janvier


Départ de ho chi minh pour caï be en bus. Nous sommes ravis car nous avons réussi à avoir un bus dans lequel on est assis et pas couché😀

Départ de la guesthouse à 10h30. Un taxi est venu nous chercher, yo s'est assis devant. On se sent bien plus en sécurité dans le taxi que à pied sur le trottoir. Le taxi nous laisse à une gare de bus où nous achetons nos billets. Un mini bus doit venir récupérer les voyageurs. Le mini bus arrive, devinez où Yo s'installe... : devant ! 😉 il était le dernier à monter, ce n'était pas un choix délibéré cette fois.

Nous arrivons à la gare des gros bus, c'est gigantesque. D'abord on longe un parking immense de motos ! Mais IMMENSE IMMENSE !!!

Le bus nous dépose devant un bus, on montre notre billet à un chauffeur qui nous indique le bon. C'est un des meilleurs bus qu'on ait eu jusque là. Très propre, tout neuf ! Petites bouteilles d'eau et petites serviettes. Le trajet se passe bien. Je suis contre la fenêtre et il arrive que des vietnamiens me fassent des signes amicaux depuis les autres véhicules. Je me prends au jeu et salue à mon tour. Avec un véhicule en particulier on se double et redouble, c'était très drôle.

En arrivant à Caï be, le bus nous dépose au bord de la route devant un espèce de garage, resto, laverie... Un peu tout ^^ et pas grand chose autour, à part la grande route sur laquelle est vite repartie le bus. Les mecs sur place étaient trois, coïncidence? Je ne sais pas... Ils nous propose de nous conduire chacun sur une moto pour 100 000 dong par personne. Nous leur demandons un taxi. Ils nous disent non. Je pense que les taxis dans le coin existent mais qu'ils veulent que se soit eux qui nous conduisent. Nous réfléchissons et d'eux mêmes ils baissent le prix. 70 000 par personne. Ok, moi je suis ravie de partir en moto !! :D

C'est parti, le départ est un peu flippant parce que je suis partie en premièr et je ne savais pas si mon chauffeur savait où on devait aller. Puis Antoine est passé à ma gauche et s'est retrouvé à l'arrêt entre deux camions enormissimes. Pas serein ! Yo était derrière nous. J'étais rassurée ! Puis j'ai compris pourquoi les taxis ne circulent pas ici, les routes finissent en chemins. Notre guesthouse est au bord du Mekong, et pour y accéder nous devons passer par des minis chemins parmi des habitations et de la végétation. Super !!! :D

À la guesthouse, notre hôte ne parle pas anglais, ou peu. Ses prix (location moto, boissons, repas) changent tout le temps. Elle n'est pas hyper cohérente, mais elle est gentille. Nous prenons les vélos mis à disposition et allons nous balader. On se perd une première fois et revenons à la guesthouse. La nana rit un peu et nous indique le chemin. Nous finirons par aller déjeuner dans un resto pour locaux. Les gars commandent une soupe et moi du riz, mais nous choisissons à partir de photos... On ne sait pas trop ce que nous avons avoir. On a mangé les féculents et légumes, mais nous n'avons pas osé manger la viande. Mon plat était à 20 000. C'est dérisoire par rapport aux prix de la ville. Après ce repas, nous repartons sur les routes/chemins avec nos bicyclettes. Nous sommes vraiment dans la campagne. Nous ne voyons pas de touristes. Victoire 😉 finalement une ville, pas un village, arrivé sur notre route. Nous trouvons un marché et descendons des vélos pour en faire le tour. Achat de fruits et de ciseaux. Les vietnamiens suivent un match de foot. Ils sont tous hyper excités. Yo se fait attaché autour de la tête une banderole avec les couleurs du Vietnam. Les locaux nous regardent vraiment quand on passe. Certains nous disent bonjour, d'autres sont complètement indifférents.

Nous finirons notre tour vers 17h. C'était vraiment trop chouette ! Prendre les vélos ici c'est ce qu'on pouvait faire de mieux !

44
44
Publié le 30 janvier 2018

30 janvier.

Nous avons passé 2 jours au total dans la campagne. Toujours à se méfier de ce qu'on mange quand nous sommes ailleurs qu'à la guesthouse.

Yo a cassé le frein du vélo en freinant trop fort, sous la pluie😀 c'est un vietnamien qui vivait dans le coin qui nous a bien aidé, il est venu de lui même.

Pendant une ballade le long du mekong nous sommes passés devant une usine énormissime. Par curiosité nous nous sommes approchés et le viet qui était dedans nous a dit d'entrer. Un petit tour dans l'usine. Les machines étaient éteintes.. On ne sait pas ce que c'était.

Partie de Yam tous les soirs ! Je perds à chaque fois :D

Le matin du départ, nous avons tenté de communiquer avec notre hôte. Elle ne parlait pas très bien anglais et avait un fort accent en plus. Antoine a essayé de se faire comprendre avec un traducteur. C'était bien marrant !! Elle nous a finalement écrit un petit mot. Nous avions compris que c'était à donner à notre hôtel suivant et que ça nous offrirait une réduction. Plus tard à la gare j'ai demandé à une vietnamienne qui parlait anglais ce qui était inscrit. "Je vous souhaite un bon voyage". Hihih !

Le trajet en bus s'est vite et bien passé ! Taxi pour nous rendre en ville. Installation puis déjeuner dans un resto qui a servi aux garçons une portion rikiki de poulet ! Les pauvres se sont rabattus par défaut sur mon tofu ^^

Petit tour au centre commercial du coin en taxi pour faire des provisions. Pendant que les gars ont mis 100 ans à choisir quelles bières il valait mieux acheter, j'ai pu faire 3 fois le tour du magasin ! J'ai fait le stock de chocolat !!!! (À bon entendeurs... :D :D :D ) en sortant du magasin, je me demandais comment on allait repartir, mais une ribambelle de taxis attendaient sur le parking.

Le soir petit tour en ville avec expo photos et spectacle chantant avec le son très très très fort. Ils écoutent toujours la musique vraiment fort ici. Ça doit être pour couvrir le son quasi incessant des klaxons 😉

Le matin suivant, ce matin, balade en barque sur le marché flottant. Levés 5h en se couchant à une heure et Antoine malade cette nuit, j'peux vous dire qu'c'était pas évident !!!

Petit tour parmi des bateaux bien plus gros que ceux que j'imaginais. On assiste à quelques échanges marchands. Antoine remarque que les bateaux accrochent en hauteur et bien visible un échantillon des produits qu'ils vendent ( ail, ananas, pastèques..)

Nous poursuivons sur l'eau et notre "chauffeur de barque" nous fait descendre au milieu de nulle part. Il fait signe d'aller dans une direction. On s'exécute un peu dans le doute mais c'est marrant. Le gars disparaît sur l'eau et nous, nous marchons en passant dans un village. C'est vraiment la campagne.

Nous arrivons finalement devant une manufacture de pâtes de riz. Le chauffeur nous explique avec des gestes et un petit rire qui ressemble beaucoup à celui de rafiki, la fabrication complète des pâtes de riz. C'est surprenant et vraiment chouette de voir tout ça ! On était ravi !

De retour sur notre barque le chauffeur nous avait découpé un ananas, bien juteux et nous avons pu enfiler des chapeaux traditionnels. Bien cool tout ça !!!

45
45
Publié le 4 février 2018

Arrivés à chau doc en bus, ville frontalière avec le Cambodge. Ça a mal commencé parce que le bus nous a laissés plus loin pour qu'on soit obligés de prendre un taxi. Le coinçage de touristes ! Mais têtus que nous sommes nous avons refusé les taxis et marché avec la faim au bide sous la chaleur pendant un peu plus de 2 kilomètres. Ça se fait.. les sacs sont lourds, mais ça se fait 😉

Notre guesthouse était en travaux, depuis le Vietnam, il y a toujours des travaux pas loin. Sans doute parce qu'il y en a partout !

Énorme supermarché. On s'en veut un peu mais c'est dans ce genre d'endroit (qu'on aime éviter en France) où on se sent bien à l'étranger. Les prix sont fixes, personne ne vient essayer de te vendre quoi que se soit, les rayons sont à peu près propres, en tout cas nous n'avons vu ni rats ni blattes, il y fait frais... deux jeunes vietnamiennes me suivaient dans les rayons des habits (Je n'ai acheté que 2 tee shirt !! De toute façon tout est trop petit pour moi !). Elles ont fini par oser me demander une photo avec elles. Je me sentais vraiment mal à l'aise. Mais c'était marrant.

Nous avons fini par manger au super marché puisqu'il y avait un genre de cafétéria à l'entrée. J'ai eu un peu peur parce qu'on m'a servi un plat froid, alors que ça se mange chaud. Mais cela fait 3 jours maintenant et je ne suis pas tombée malade. Donc c'était sans risques ^^ je suis toujours dans la méfiance de ce que je mange, ou bois. En France, je pense que j'oublierai vite d'apprécier cette sécurité, et c'est dommage.

Nous nous sommes baladés sur une montagne près de Chau Doc. Sur le premier versant nous avons pu visiter un temple (surprenant non 😉 ) la particularité de celui-ci est qu'il possède un long parcours sous terre. C'était effrayant au début mais vraiment très bien ! Pendant la balade, on est tombé sur un groupe de jeunes chinois. Ils nous ont longuement regardés avec insistance, puis deux nanas se sont approchées de moi et m'ont demandé si elles pouvaient me prendre en photo. Me revoilà à poser avec une nana inconnue, mais cette fois je n'étais pas gênée. J'apprend vite à poser 😉 les gars aussi se sont fait photographier dans les caves du temple.

Ensuite nous sommes descendus et avons marché le long d'une petite route. Tout le monde nous disait "Hello! ". Enfin surtout les enfants, et certains adultes. C'est troublant comme certaines personnes sont vraiment souriantes et chaleureuses et comme d'autres sont tout le contraire. Cela dit nous ne nous sommes pas pris de doigts d'honneur depuis longtemps !!

Puis ce fut reparti pour une ascension. Nous avons grimpé un bon moment sur une route pas très agréable, où pas mal de motos passaient régulièrement. Ce n'était pas du tout le type de balade que l'on attendait. Après pas mal d'effort, nous arrivons enfin au sommet où nous trouvons une espèce de bar avec vue. Là, un vietnamien jouait de la guitare, et il jouait du Sting !!!! J'étais ravie !!!

La vue était très encombrée par une brume impressionnante. On distinguait péniblement les montagnes au loin ! Mais le coucher de soleil était tout de même magnifique. Un gros soleil rouge !

Lorsque nous sommes redescendus, il faisait nuit. Nous étions loin du centre et sans taxi. Nous avons demandé à des locaux s'ils pouvaient nous aider. Antoine a sorti son téléphone et a tenté de se faire comprendre avec le traducteur. Nous avons eu des bribes de traduction un peu étrange.. C'était un bon moment. Pas mal d'enfants sont venus nous voir. Nous devions bien être une dizaine. Le taxi est arrivé et nous sommes partis.

Le moment que nous avons vécu ensuite est très important pour Yo qui a pris une décision radicale. Après pas mal de temps (des mois voire peut-être plus) il a décidé de couper ses dreads qui sont une partie de lui depuis qu'il a 14 ans ! Photo de la dernière bière/clope avec ses fidèles amies et hop, bonjour aux ciseaux. Il en a coupé quelques unes. À chaque fois qu'il se préparait à couper, il disait "bon aller !!" Comme s'il pouvait encore renoncer. Mais à la première, c'était déjà foutu ! 😉 Antoine et moi avons pris les ciseaux pour l'aider, puis j'ai terminé le chantier. Cela fait quelques jours que ses cheveux sont coupés maintenant. Je crois qu'il ne regrette pas son geste.

Départ le lendemain matin pour prendre le Cambodge. C'est en vélo taxi que nous partons. À deux par vélo avec nos gros sacs. Nous n'étions pas confortables à l'idée de faire galérer un mec à nous balader sur son vélo, mais l'hôtel en avait décidé ainsi et nous étions déjà en retard car la nana avec nous sur les vélos avait du retard. Donc pas le choix. Antoine faisait la tête. Il était tôt et nous venions de déjeuner en compagnies des moustiques ce qui n'arrangeait rien ^^

Nous arrivons au port, montons dans le bateau qui devait avoir une capacité de 30 places assises à la façon d'un bus et une dizaine face à face à l'arrière. Il allait vite. Le bateau partait de Chau Doc et arrivait à la capitale du Cambodge. Le passage de la frontière s'est fait en deux temps. Un premier arrêt, où on nous a tamponné la fin de notre visa vietnamien, et un deuxième arrêt où nous avons attendu longtemps et où nous avons acheté le visa cambodgien. Puis nous sommes retournés sur le bateau. J'ai dormi le reste du trajet. La nuit précédente avait été très courte..

46
46
Publié le 4 février 2018

4 février.



Cambodge ! Capitale 😀

Notre guesthouse s'appelle Top banana. Ça prête à sourire non !? Z'avez la banane !?

Il y avait de la musique tous les soirs. Premier soir concert ! Une nana chanteuse et un mec l'accompagnant à la guitare. On a dansé, chanté et bien ri ! Un couple de nana a passé la soirée avec nous après m'avoir payé un premier shooter ! L'une des deux nanas a fini par danser avec Yo et a en demander encore et encore !

Le second soir nous sommes allés dans une boîte juste en face de l'hôtel appelée "love club". En entrant nous étions seuls avec... plein de vigiles ! Partout. On se demandait où on était tombé. Pas encore de musique. On a eu peur d'être tombé dans un club alternatif. La serveuse nous a offert un shooter chacun et nous a dit que le monde arriverait bientôt. Nous avons attendu et c'était bien vrai ! La boîte s'est remplie assez vite ! Mais la musique était un peu naze.. Pas très entraînante ! Les vigiles sont bien différents de ceux de France. Ils dansent de temps en temps. Il y en a quelques uns aux wc. Il étaient drôles. Un à même touché mes cheveux avec un air étonné.

Nous ne sommes pas restés bien longtemps.


Hier, nous quittons la capitale du Cambodge pour nous rendre sur une île. Les garçons avaient vraiment envie de plage, que voulez vous.. 😀

Nous avons réservé un taxi avec la guesthouse. Cela nous fait économiser 5 heures de transport par rapport au bus bus. Puis comme nous sommes trois, le taxi est moins cher !

Nous partons une demi-heure en avance car le chauffeur est là et que nous sommes prêts. Dans la ville le trajet n'est pas trop mal. Le mec est plutôt serein. Nous sommes dans un gros 4x4 Lexus. Plutôt en confort et sécurité. Puis nous quittons la ville et arrivons sur une zone de travaux. Les ennuis commencent. Une seule route est construite, elle est en hauteur par rapport au reste du sol qui est en terre battue, blindée de trous. Comme un chemin. De plus, sur les côtés de la route toute neuve, des barres métalliques de construction ressortent de façon horizontale tout le long de la voie. C'est à dire que monter sur le trottoir risquerait d'embrocher le pneu sur une ou plusieurs des barres !

Le mec roule sur la voie neuve, et quand personne n'est là, il n'hésite pas à prendre un peu de vitesse. Mais il freine souvent car des piétons, motos ou autres dispositifs roulants sont aussi sur la voie. Ces accélérations et freinages intempestifs m'ont rendu malade. Yo aussi. Le mec descendait de la voie et remontait dessus assez régulièrement en cas de rencontre avec un camion. Parfois une petite butte de terre permettait une descente moins risquée mais la plus part du temps il n'y avait rien. On a touché plus d'une fois !

Une fois cette portion de travaux terminée, j'avais grand espoir que le trajet redevienne paisible. Mouahahahaha, quelle naïveté de ma part. Nous voilà sur une grande route, enfin la route principale. Elle ressemble à nos routes nationales, en plus bosselée bien sûr, et comprend un espace en terre de chaque côté de la route. Ne négligez pas cet espace, il est très présent dans la façon de conduire des Cambodgiens.

Beaucoup de camions sont sur la route. Notre chauffeur semble pressé.. Il a passé son temps à doubler. Les camions, les bus, les voitures, les motos. Il pile pour les vaches. Mais il ne double pas par la gauche. Pas toujours. Il double parfois par le passage de terre sur le côté droit. Ou alors se précipite sur ce côté pour éviter une voiture arrivant en face si elle n'a pas fini de doubler quand il arrive. Puisqu'il ne freine pas, non !! Il va le plus vite possible. Puis si le côté droit est encombré, pas grave, il double par le côté gauche, mais pas par la route, non non, par la terre !!!! À un moment il y avait du monde partout. Nous nous rabattions juste de la toute gauche et une voiture arrivait dans notre direction sur notre route "normale". Bien sûr il allait super vite !! Alors là quand même, au lieu de mourir, nous avons freiné ! Cette angoisse a duré 4h30. Sans parler du fait qu'il passait son temps à klaxonner comme un bourrin et à faire des appels de phares comme un psychopathe ! Impossible pour les garçons de penser autre chose ou de profiter du paysage. Même en fermant les yeux, les sons de klaxon et de manettes des phares envahissaient l'espace ! Moi j'avais ma musique dans les oreilles. J'arrivais quelques fois à me dire que de toute façon que je regarde ou pas ne changerait rien. A un moment, j'ai eu très peur, alors j'ai essayé de lui dire de se calmer mais il a répondu qu'il avait des clients à 18h. (Il devra retourner dans la ville en 3 h, alors qu'on a mis 4h30 ! On imagine même pas à quelle vitesse il a dû rouler pour revenir ! Cinq ans d'expérience à ce qu'il disait. En tout cas nous sommes arrivés vivants, et grâce à sa conduite précipitée, nous avons pu avoir le dernier ferry pour l'île de Coh Rong. Sinon, nous aurions dû dormir dans la ville. En plus nous avions déjà une réservation pour la nuit et le prix n'est pas donné.

Le taxi nous a laissés à l'agence de ferry. Achat du ticket aller-retour. Le bus part et nous non.. un tuktuk nous conduit direct au port, nous n'avons pas eu à le payer et nous sommes arrivés juste avant le bus !! Hihihi ^^

Sur le bateau j'ai eu un peu le mal de mer. On était tellement cuit qu'on s'est un peu tous endormi. Trop de stress. Le bateau s'est arrêté parce que du plastique s'était enroulé autour l'hélice. Nous arrivons 45 minutes plus tard. Et là, nous devons reprendre un bateau pour faire le tour de l'île car notre guesthouse est complètement excentrée. Sur le bateau, il n'y avait que nous et deux Cambodgiens. Un bateau qui peut accueillir une 20aine de personnes. Coucher de soleil ! Moment merveilleux !!

Le bateau nous a déposé sur la plage. Nous avons dû descendre dans l'eau ! C'était drôle !! Le niveau n'était pas très haut, mais quand même, c'était nouveau ! :D

47
47
Publié le 6 février 2018

Nous voila sur l'île de Koh rong. Quel périple pour arriver jusque là. On ne le sait pas encore mais les péripéties sont bien loin d'être à leur fin. Le soir même au moment du repas nous demandons à notre hôte s'il est possible de rester une nuit de plus. Nous n'en avions réservé qu'une seule, comme on le fait souvent. Problème: plus de place. Nous avons la solution de repartir, ou de rester dans une chambre plus chere. Après réflexion, et aux vu des difficultés affrontées pour arriver jusqu'ici, nous avons décidé de rester une nuit de plus.

La nuit nous avons été réveillé par des hurlements de chien.. la seconde nuit pareil. Il y avait un chien au restau de l'hôtel qui semblait bien mal en point. On ne connaît pas trop l'histoire. Mais il se passe sûrement des choses pas terrible.

Notre confort dans la première chambre était rudimentaire. Pas d'eau chaude, pas de chasse d'eau, pas toujours de la lumière, des moustiquaires trouées et aucune vraie cloison. Une hutte ! 😀 c'était bien !

Le premier soir après le repas nous sommes allés nous baigner dans l'espoir de voir du plancthon phosphorescent. Et bien, nous en avons vu !!!!! :D nous devions aller dans l'eau la nuit sans lune. Autrement dit je n'étais pas du tout dans mon élément. Le noir, l'eau!? Ohlalah ! Nous étions juste au bord, je jouait avec mes pieds au bord de l'eau quand j'ai cru voir un point lumineux. J'ai d'abord cru que c'était mon envie d'en voir qui m'avait construit une hallucination, mais Yo en a vu aussi ensuite. Plus le choix, il fallait aller dans l'eau ! Après un ou deux essais j'ai suivi les garçons dans l'eau. C'était ça ou alors rester sur le bord seule dans le noir.. Non merci ! L'eau était tellement douce ! Aucune difficulté niveau température. Puis là, des petites lumières apparaissaient quand nous bougions. C'était dingue ! Magique. Quand les gars se jettaient en avant, une traînée lumineuse apparaissait derrière eux. Moi je me contentait d'agiter les mains, parfois mes pieds, je n'étais pas sereine ^^ mais tout de même émerveillée bien sûr !

Le lendemain nous avons cherché un coin près de l'hôtel où Antoine pourrait enfin se baigner. Les coins de plage alentour étaient tous tellement sales. Même la nuit nous avions vu des déchets. Alors en plein jour.. dure réalité. Trop dégueu pour se baigner. Antoine le poisson a quand même essayé, mais il est revenu assez vite, dépité.

En fin d'aprèm, les garçons se sont enfin décidés à bouger. Nous sommes aller explorer le nord de l'île. On nous a parlé d'un village à 20 minutes de marche et d'une plage à environ une heure. Les gars sont partis pieds nus. Notre hôte m'avait conseillé de prendre des chaussures. Je l'ai écouté.

Nous marchons un petit moment. Passant parfois le long de l'eau, où nous croisons des montagnes de déchets en plastique.. écoeurés.. silencieux.

Enfin le village. Tout le sol n'est que sable. Les habitations sont éparpillés. Seul le bâtiment de l'école est en construction "dure". Ça ne ressemble en rien à nos villages ou hameaux. Les enfants jouent sur des motos. Des vraies motos. Ils sont parfois 4 dessus. Ils roulent dans le sable comme si de rien n'était. N'avez déjà essayer de rouler en moto sur du sable !? Même en étant seul sur l'engin c'est un défi !

Yo demande à ce qui semble être l'épicerie du village s'il peut acheter des chaussures. Il n'y en a pas.. personne ne parle anglais. Puis un gars se pointe et lui parle pas trop mal. On lui demande la direction de la plage appelée "money beach". Il nous montre le chemin et nous dit que "dans le sol il y a des problèmes". Les garçons sont un peu embêtés avec leur pieds nus. Mais nous y allons quand même. Nous passons par des étendues de natures magnifique. Du sable, de l'herbe, de la terre. Un vrai voyage ! Nous croisons des grosses vaches grises. Honte à moi je ne me suis pas encore renseignée sur ces animaux. Et des enfants. Les enfants ont courut vers nous pour nous demander.. de l'argent! "Money !"; "one dollar". Ils nous ont suivis un bon moment. Un faisait semblant de jutter et de se faire mal. Je me suis presque sentie coupable de passer là.

Nous avons poursuivi notre exploration jusqu'à arriver au paradis ! Une plage de dingue, sans déchets ! Sable fin et couché de soleil !! Couché de soleil !? Nous ne devons pas être dehors à la tombée de la nuit. Les moustiques nous attaqueraient. Nous faisons un plongeon rapide. L'eau est un délice ! J'ai de l'eau jusqu'au cou et je peux quand même voir mes pieds ! Du délire !!!

Nous repartons en urgence pour échapper aux moustiques qui piquent à la tombée de la nuit. Nous marchons vite. Nous nous trompons de chemin. Nous nous egarons un peu. Des locaux nous donnent des directions. Plusieurs fois. Puis nous avons fini coincé entre l'eau et la végétation. Antoine commence à partir par l'eau. Pas rassurée du tout je le suis. Puis Yo fait la remarque de l'éventuelle présence des poissons pierres. Il ne m'en fallait pas plus pour faire un demi tour express. La nuit est presque là. Un local nous aide en nous disant de le suivre. Nous passons parmi des habitations tellement rudimentaires. Les gens nous regardent passer. Je me demande à quoi peuvent ils bien penser en nous voyant ici. Je ne sais même pas si ma présence parmi eux n'est pas une terrible intrusion pour certain. Les touristes qui viennent prendre possession de leur lieu de vie si paisible. Quand je pense à ça j'ai honte. Tout dépend de l'attitude que j'adopte bien sur. Mais quand même.

Nous retrouverons un semblant de chemin jusqu'à notre guesthouse. La seule de ce côté de l'île. La nuit est bien là.

Petite partie de billard avec un chinois, puis ensuite rien qu'entre nous trois. Puis dodo. Nous ne le savons pas encore, mais la journée qui suivra restera longtemps dans notre mémoire.


Le 5 février 2018.

Ce matin nous devons quitter l'île pour en rejoindre une seconde. La mer est agitée. Nous devions. Partir à 11h, mais le départ est reporté à 13h, le temps d'attendre que l'eau se calme.

13h. Départ. Nous montons dans la petite embarcation qui va nous conduire. C'est un peu compliqué car l'eau est vraiment turbulente. Nous sommes 7 et 2 navigateurs. Le bateau quitte le port. La panique commence. Nous nous prenons des grosses vagues en pleine tête. Je suis rapidement trempée. Et pas du tout rassurée. J'ai peur que le bateau se renverse. Les vagues sont géantes. Je fond en larmes sous la panique. Je crie parfois. Un homme dans le bateau demande à ce que nous fassions demi tour. Il fait de la voile et pense que les conditions ne sont pas bonnes. Je suis vraiment contente qu'il ai demandé ça. Antoine par contre n'est pas du tout content. Il n'a pas envie de retourner sur l'île. Le demi tour était très flippant. Mais nous avons réussi.

En arrivant sur la terre ferme une nana à aussi fondu en larmes dans les bras de notre hôte. J'ai aussi eu le droit à mon câlin par cette nana. Le plan était d'attendre 20 minutes que la mer se calme. Vingt !? C'est tout !?! Non non Non, il était hors de question que je remonte là dedans. J'ai ensuite appelé Eddy. J'étais sur que j'allais mourir. Qu'on allait tous mourir. C'était horrible. Je voulais juste lui dire au revoir. 😥

Finalement nous sommes remontés dans le mini bateau 45 minutes après. Le mec qui faisait de la voile et sa nana ne sont pas remontés avec nous. Ça ne m'as pas plus du tout qu'ils ne viennent pas. En quittant l'île, j'étais certaines que j'allais mourir. Et bien je n'en avais pas du tout envie !

À peine sur le bateau j'enfile mon gilet de sauvetage. Je suis tellement stressée que je m'emmèle dans les sangles. Nombres de scénarios catastrophe se succèdent dans ma tête. Je pleure. J'ai dû pleurer pendant deux heures, le temps de la traversée. Il y avait un peu moins de vagues géantes, mais quand même. J'ai vraiment flippée. Et je n'étais pas la seule. Le mec aux commandes était super serein. Il arrêtait de naviguer régulièrement pour s'allumer sa clope. Il les fumait en chaîne.

Nous avons fini par arriver. Trempés jusqu'au os. Plein de sel. Épuisés par tout se stress. Je redoute le moment où nous allons quitter l'île, mais nous n'auront pas un mini bateau comme ça, se sera un ferry cette fois. Plus gros, plus stable.

48
48
Publié le 11 février 2018


10 février 2018

Je laisse le soin à Antoine de vous conter notre passage sur l'île de Koh Rong Saloem.

Nous l'avons quittée un matin en ferry. L'eau était calme, mais l'angoisse dans mon ventre s'est réveillée sitôt que le moteur s'est mis en marche.

Sur la terre ferme nous avons attendu un bus pendant 5 heures. Nous avons ensuite eu deux heures de trajet jusqu'à Kampot ! Beaucoup de poivre est exporté de cette région dans le monde entier !

Le lendemain nous avons loué deux scoots pour aller explorer le coin. Les gars voulaient aller manger du crabe au poivre à Kep. Le départ s'est fait doucement.. Yo m'a aidée avec mon casque mal réglé, Antoine a dû scotcher ses lunettes de soleil (sur lesquelles je me suis quelque peu étendue il y a une semaine de ça, elles n'ont pas apprécié 😉) et enfin le scoot de Yo ne démarrait plus !

Une fois tout nos petits soucis résolus, nous nous sommes mis en route jusqu'au marché au crabes de Kep, en bord de mer. Nous y avons également trouvé toutes sortes de petits êtres morts embrochés sur des petits pics en bois.. 😦 et une énorme raie. Nous sommes passés devant un stand où un mec tuait les crabes en les sortant d'une cuvette d'eau, leur enfoncait une broche en métal dans la tête. Les crabes se raidissaient avant de mourir. Toute ces pauvres petites bêtes ont ouvert l'appétit à Antoine. Personnellement ça m'a bien dégoûtée. Puis je vous laisse imaginer les odeurs de ce marché 😉

Nous avons trouvé un resto à côté du marché. Les gars ont mangé du crabe, moi j'ai pris un plat aux légumes !!! ^^ de toute façon, je m'aventure rarement à manger de la viande, et quand je n'ai pas le choix j'opte pour du poulet, c'est souvent Antoine qui termine d'ailleurs..

Nous reprenons la route, et passons devant un panneau indiquant une forêt de mangrove. Nous y sommes allés, pas longtemps.. les racines sont habitées par des déchets ! Le plastique est partout ! C'est vraiment une grosse prise de conscience au niveau de l'état de pollution des océans ce voyage. Arrêtons d'acheter des produits emballés dans du plastique ! Achetons en vrac avec nos propres contenants, en verre ou tissu si possible. C'est un vrai carnage.

Nous roulons ensuite dans la campagne, sur une route terreuse, rouge ! Au milieu des vaches, des poules et des oies. Super moment loin de la ville et des touristes. On était plein de poussière, mais heureux.

Arrivés à la " plantation ". C'est le nom de l'exploitation de poivre. En arrivant le parking était gratuit, incroyable. Nous nous dirigeons vers un bâtiment en bois qui ressemble à un resto/bar/lieu de vente de poivre. Puis une khmère vient nous demander de quel pays nous venons. Elle parle français et va commencer une visite. Nous rejoignons un groupe de français et écoutons la nana parler des types de poivre et des façons de le cultiver. Nous en goûtons, du vert, du blanc, du rouge, du noir, du " au sel ", du long. Bref, nos bouches et gorges sont en feu, nous liquidons notre bouteille d'eau ! Ensuite nous allons dans les plantations elles-mêmes. Nous goûtons du poivre tout juste cueilli. La guide me tend l'enrobage du poivre rouge long en me disant que c'est sucré, et que si je veux que ça pique, il faut croquer les graines. Je le prend sans croquer. Antoine aussi, mais il croque en me disant que ça ne pique pas. Je l'écoute et croque et à cet instant il se met à tousser à cause du piquant du poivre !! Il m'est arrivé la même chose juste après. Merci Antoine ! 😉 Nous avons vu plusieurs sortes d'arbres fruitiers. Ananassier, l'arbre du fruit du dragon, l'arbre du fruit de la passion. Enrichissant ! Gratuit.. incroyable. De retour au bâtiment en bois, j'ai dégusté une glace au citron/poivre. C'était bon et rafraîchissant, parfait !


Retour à la guesthouse, recherche d'un resto, j'ai très envie d'aller au resto végétarien que j'ai vu sur la carte, on essaie d'aller dans un resto en bord de rivière, mais les prix sont fous. On finit par aller là où je voulais !! :D un peu par hasard.

C'était génial ! Petit resto tenu par un couple de français très énergique et productif. Le gars a fait un nombre incalculable de boulots différents, il s'intéresse à tout. C'était super de rencontrer quelqu'un comme ça. C'est dynamisant ! Nous y sommes allés les deux soirs que nous avons passés à Kampot ! J'y ai même bu du kéfir (Eddy tu aurais été content !! ) avec une paille en inox. Géniale ! Mort du plastique !!! Du coup j'en ai acheté une, hihih. Ce couple faisait aussi des bracelets avec des pierres achetées en Inde. Je m'en suis prit deux ! Un avec un oeil de tigre et un avec une pierre de lune ! Tip-top. Ils vendent ces bracelets en France les étés.

Les garçons ont mangé du Dal la première fois, et une crêpe aux épinards la seconde fois. Moi j'ai pris deux fois un steak aux haricots rouges avec choux et patates douces ! Je salive rien qu'à penser à ça à nouveau. Exquis !

Deux nuits à Kampot. Ensuite retour à la capitale pour accéder au nord et aller au temple d'Angkor 😀

49
49
Publié le 15 février 2018

Le 13 février.


Nous avons décidé de débuter la visite du temple tôt le matin pour pouvoir rencontrer le soleil dès son lever. Donc réveil à 5h du matin. Yo trop malade n'a pas pu venir avec nous à ce moment là. En vélo, c'est parti, nous arrivons aux alentours de 5h45 sur le site (immense site !!!). Pensions que nous serions peu nombreux à venir aussi tôt, c'est sur le cul que nous découvrons la marée de personnes agglutinées autour des deux réserves d'eau face au premier temple, sûrement le plus connu, pour avoir LA photo parfaite du temple dans le reflet de l'eau. Quelle poésie. Nous sommes également régulièrement sollicités par des vendeurs à la sauvette qui veulent absolument nous vendre du café. (Ben quoi ? On a l'air si mal réveillé !?) Antoine finira par en prendre un, lui qui ne pensait qu'à ça depuis le lever.


Le lieu est vraiment incroyable quand on arrive à faire abstraction du monde environnant. On s'est plusieurs fois entendu dire que nous devions attendre avant de passer que monsieur ou madame ait fini de prendre sa photo. Si on devait s'arrêter à chaque photo on ne pourrait pas faire plus d'un pas dans la journée.

Le cadre est sublime, les arbres du coin immenses et majestueux. On s'en est pris plein les yeux.

Vers midi nous avions rendez vous avec Yo au restaurant du coin.. la blague. L'endroit est IMMENSE. Bien sûr on ne s'est jamais retrouvé..

Nous avons parcouru 22 kilomètres à pieds et 40 kilomètres à vélo. Autrement dit, à la fin on était rincés !!!

Les photos sont en désordre total. Mais on en a tellement. C'était bien cher, mais ça valait le coup. En un jour par contre, c'était un peu sportif, mais ça fait du bien !!

50
50
Publié le 25 février 2018

Nous sommes le 25 février 2018.

Je n'ai pas écrit depuis longtemps.. peut être que sans m'en rendre compte je m'emerveille moins, alors je raconte moins. J'espère que non. Je ne veux pas être moins émerveillée !


Nous sommes depuis peu au bord du lac Cheow lan, à une heure et demie de Surat thani que nous avons quitté en bus ce matin. Bus qui nous avait laissés une première fois sur le bord de la route devant la barrière ouverte du parc, (car nous sommes dans un espace protégé) puis était venu nous reprendre en route. Nous avons dû marcher un peu moins de 200 mètres et c'était tant mieux car la chaleur était monstrueuse. Nous ne savons pas pourquoi il nous a laissé ni pourquoi il est revenu. Après 5 min en de bus il nous a refait descendre et nous avons dû gravir une petite montée bien appréciée par cette chaleur.

Déjeuner pris sur le lieu de la guesthouse, parce que nous sommes perdus au milieu des montagnes et des plantations de caoutchouc, de pamplemousses, de mangues et de bananes. Petit tour du coin en scooter. Nous n'irons pas bien loin car sa puissance laisse à désirer. Plusieurs fois Antoine a dû descendre (je vous jure que je ne l'ai pas poussé) de l'engin pour que je puisse terminer la côte que nous rencontrions. Le cadre est sublime, les montagnes sont majestueuses et de formes bien inhabituelles.

Nous avons fait demi tour en projetant de demander à nos hôtes de changer de scooter demain. Nous avons quand même trouvé un restau à quelques kilomètres de chez nous, puis nous sommes rentrés avant la nuit tombée. En arrivant nous avons été ravis de la température. C'est tout à fait vivable de rester dehors autour de 18h.

Nous sommes au milieu de plantations donc, et dans les bananiers nous appercevons un homme avec un long outils bien affûté qui coupe les branches sèches des arbres. Nous avançons dans la végétation et Antoine trouve au pied d'un pamplemoussier... une carotte ! Non bien sûr.. un pamplemousse. Le gars nous regarde et s'avance. J'avais peur qu'il se dise qu'on voulait le voler. Mais au lieu de cela il nous dit qu'il n'est pas bon, et en cueille un bien mure dans l'arbre, puis un second ! :D

Ravis, nous allons devant notre petite maisonnette de 10 mètres carrés où nous avons comme une petite terrasse. Je m' assoie par terre et sors mon mini couteau pour le plonger avec ravissement dans le fruit si attendu ! J'en fais tout le tour mais mon couteau est tellement ridicule que je n'atteinds pas le coeur du fruit ^^ une de nos hôtes nous regarde de loin et s'en vient finalement avec un bon gros couteau de boucher. Elle dépiotte le fruit avec une grande habilitée. Ses jeunes filles nous rejoignent et nous vivons un super moment de partage improvisé, avec le soleil couchant derrière les montagnes. Magique ! Superbe ! Simple 😀

Je ne le sais pas encore, mais pendant ce moment merveilleux je me fais bouffer partout par les moustiques du coin.

La nana nous propose ensuite de se joindre à elles demain après midi pour aller à la rivière et enfin se baigner, pour le plus grand plaisir d'Antoine ! 😉


51
51
Publié le 7 mars 2018

Nous sommes partis de la réserve naturelle dans l'arrière du pik-up de notre hôte. Fallait qu'on tienne nos chapeaux 😉

Il nous a laissés sur le bord de la route à un arrêt de bus en plein soleil avec deux russes. Après un peu d'attente le mec du couple est allé demander de l'aide au poste de police situé juste à côté de nous. Un minibus a fini par arriver. Il nous a conduits à Surat Thani où nous avons pris un ferry. On était super bien installé dans ce bateau énorme, donc même pas peur ! ^^ nous étions à l'intérieur avec une grande baie vitrée juste devant nous ! Parfait :D

Le trajet a duré plus longtemps qu'annoncé, mais c'est toujours le cas donc pas de surprise 😉

Nous arrivons sur l'île. Pour les deux premières nuits nous dormirons sur la partie sud ouest de l'île. Notre guesthouse était infestée de moustiques et l'eau de la douche sentait le moisie. Bien sûr, nous nous en sommes rendus compte que lorsqu' Antoine était dessous ! 😑 résultat, nous avons évité la douche !!!

Petit resto végé délicieux, énorme pastèque achetée au marché. Dodo.

Le lendemain tentative de baignade pour Antoine et lecture pour moi. Marée basse, retour de mon petit chéri sur la plage. Dans l'après midi je m'en suis donné à coeur joie sur la pastèque.. la soirée venue, je n'ai presque rien mangé parce que je ne me sentais pas bien, malade toute la nuit.. !

Nous sommes le 1 mars et nous changeons de guesthouse pour nous rendre à l'est de l'île, là où se déroulent les célèbres full moon sur cette île. J'étais inquiète vu l'état de mon bidou.. Nous devions retrouver un couple de canadiens qui nous avons rencontrés à Ayutaya dans un café. Cynthia et Norman. C'est grâce à eux que nous avons prévu de faire la full moon.

Cynthia est malade elle aussi. Les garçons se retrouvent sur la plage en début de soirée pendant que Cynthia et moi restons de notre côté, couchées. Antoine et moi étions en dortoir. C'est bien d'être malade en dortoir... !!

Je finis par me sentir un peu mieux et rejoins les garçons sur la plage. C'est le paradis des seins et des fesses à l'air ici ! Ne cherchez pas, je n'ai pas de photos ^^ nous assistons à un super coucher de soleil et Cynthia a pu nous rejoindre. Elle était toute faible.. cette soirée ne s'est pas fini tard car nous voulions gardez nos forces pour la soirée du lendemain ( enfin surtout les filles ) 😉

Jour J ! C'est le jour de la full moon ! Notre nuit dans le dortoir ne s'est pas mal passée. Ce n'est, cela dit, pas hyper reposant.. Mais nous allons bien, je n'ai rien mangé la veille et mange une bonne ration de riz blanc pour le petit déjeuner. Triste matin ! ^^

Nous décidons d'aller profiter de l'eau turquoise et donnons rendez vous à nos amis canadiens sur une plage dite tranquille. Pour la tranquillité on repassera, mais c'était bien chouette quand même ! Nous avons réussi à nous retrouver sur la plage tout en longueur et avons barboté un peu. Quel délice!! C'est la première plage non polluée (Je parle De pollution visible, ordures, plastique..) que nous voyons. J'ai seulement retiré un petit bout de plastique transparent de l'eau. D'ordinaire ce genre de geste semble ridicule tellement l'eau et le bord de plage sont infestés.

Petit retour au dortoir pour profiter du calme avant la tempête de ce soir. Je projette avec envie de voir le lever du jour sur la plage de la full moon, et de voir les dégâts, tels que les corps des soûlots restés là pendant la nuit, où encore les montagnes de déchets accumulés pendant la nuit (peut être est-ce la même chose.. ? ) Mais surtout pour voir le soleil se lever sur l'eau 😉

Il est 18 heures. Nous retrouvons nos amis, au bar appelé l'Escobar. Les garçons sont bien contents d'être ici. Après ce petit moment, à la tombée de la nuit nous retournons à notre guesthouse, où nos hôtes nous ont laissé de la peinture à disposition. Cette peinture est fluorescente sous la lumière noire. C'est un très chouette moment, peut être le meilleur de la soirée car on se peint tous dessus. Antoine se prend bien au jeu et me fait des points partout ! :D j'étais ravie qu'il participe !!!

Une fois bien arrangés nous laissons nos papiers et téléphones dans des casiers à la guesthouse et allons faire un tour sur la plage. Des bars se succèdent en crachant le plus fort possible du son déguelasse pour être le plus bruyant et attirer le plus de monde. C'est un concours de musique de m****. Il y a des animations en feu, c'est impressionnant à regarder. Les gens dansent, boivent, vont dans l'eau pour y faire toutes sortes de choses qui ne nous donnent pas envie d'y aller... nos deux garçons sont déjà bien saouls. Après avoir mangé un kebab nos deux amis partent se coucher, il était à peu près 1h du matin. Nous sommes rentrés (péniblement) aux alentours de 3h30. Les vas et viens et les péripéties dingues du dortoir m'ont tenue éveillée jusqu'à 5h30.

Je n'ai pas vu le soleil se lever, il était 11h30 quand je suis sortie du lit. (D'ailleurs une de mes voisines de chambre s'est faite réveiller par une nana du dortoir car elle n'était pas dans le bon lit.) La soirée a dû être compliquée pour pas mal de monde. Enfin surtout le réveil 😉

Nous devions quitter notre lit superposé de dortoir pour rejoindre une nouvelle guesthouse à nouveau, à l'ouest de l'île pour se rapprocher du port, car nous partions le lendemain pour Kraby.

J'ai l'impression d'avoir loupé quelque chose cette nuit là, mais finalement il valait peut être mieux ne pas voir l'état de la plage au matin. Avant de rentrer, nous étions sur la plage avec Antoine et des corps jonchaient déjà le sol, parmi les bouteilles de bières abandonnées. Les thaïs qui travaillent comme taxi bateau doivent en voir de belles pendant ces soirées. Une soirée simple sur la plage avec une guitare e