À propos

Petites escapades ou grands voyages, un monde à découvrir pas à pas ... Rester c'est exister mais voyager c'est vivre ... G Nadaud

Les Incontournables de La Crète .

Circuit de découverte de la Crète en 14 jours.
Juillet 2012
2 semaines
1
1

Pour commencer ce carnet je vous présente Panormo , un petit village côtier, romantique et pittoresque placé sur un beau petit golfe, situé 22 kms à l est de Réthymnon, c'est notre lieu de séjour et à partir duquel on va découvrir la Crète avec une voiture de location ...

Panormo a toujours l allure d un village de pêcheurs, paisible avec quelques tavernes traditionnelles, cafés et bars, plusieurs belles plages de sable dans le village, vivement recommandé pour les couples et les familles recherchant la tranquillité et l hospitalité loin des zones touristiques surpeuplées.

Coucher de soleil ...


Notre logement :


Kirki Village: un petit hôtel accueillant dans le village paisible de Panormo. Les chambres sont simples, son restaurant et ses espaces communs aménagés dans le style local, cet hôtel ressemble à un 'village dans le village'. loin des foules de touristes pour profiter du charme crétois authentique.



Une chambre 4 personnes

2

C'est parti sur les routes de Crète ...

Première étape : le monastère orthodoxe d’Arkadi situé sur un plateau fertile à 23 km au sud-est de Rethymnon.

Le monastère (15e s.) étonne par son allure de petite forteresse rehaussée d'une remarquable façade Renaissance. Du 16e au 18e s., ce fut l'un des centres religieux les plus prospères de l'île : regroupés autour de son église (1587), les 300 moines qu'il hébergeait bénéficiaient de revenus confortables. À gauche de l'église, un musée évoque le massacre de 1866 perpétré par les Turcs, et à droite, une salle présente d'intéressantes peintures sur bois, ainsi qu'une collection d'objets liturgiques.

Le monastère est devenu aujourd'hui un sanctuaire national en l'honneur de la résistance crétoise. Le 8 novembre est désormais le jour de fêtes commémoratives à Arkadi et à Rethymnon. L'explosion ne mit pas un terme à l'insurrection crétoise, mais attira l'attention de l'Europe sur ce peuple qui se battait pour son indépendance.


On reprend la route ...

3

Réthymnon est l’une des plus jolies villes, à la fois de Crète mais aussi de Grèce. La vieille ville de Réthymnon, avec ses ruelles colorées , son port vénitien ,ses beaux hôtels et son grand nombre de restaurants en font une destination idéale.

Les ruelles pittoresques ..

La fontaine Rimondi : elle se trouve dans le centre de la ville, sur la place Petychaki. Elle fut construite en 1626 par le gouverneur Rimondi afin de remédier au manque d’eau potable. L’eau s’écoule dans trois bassins depuis les trois têtes de lion.


La loggia n'est pas très loin du port vénitien, c'est un bâtiment carré datant du 16ème siècle. C’était là que les notables de l’époque se rencontraient pour débattre à propos de sujets importants.

Le port Vénitien : des restaurants et des cafés sont installés tout autour du port vénitien. C’est le lieu idéal pour un diner romantique. À la fin du quai se dresse le phare qui a été construit par les Turcs durant le 17ème siècle.





La forteresse vénitienne Fortezza se trouve sur le côté ouest de la ville, à proximité du nouveau port. Se trouver à l’ouest rend la place idéale pour contempler les couchers de soleil. La bâtisse a été construite par les Vénitiens en 1573, afin de protéger Réthymnon des invasions turques.

Dès qu'on franchit l’entrée principale, on voit les dépôts de munitions, la résidence du recteur et celle des conseillers.

4

Argyroupoli est un village situé à 21 km de la ville de Réthymnon. C’est un village pittoresque et très connu pour ses sources. Il possède une végétation importante, des petites cascades et des petites sources. On y trouve de très nombreux restaurants servant de l’agneau savoureux appelé « antikristo ». Ce plat tient son nom de la façon dont il est cuisiné. Il faut vraiment goûter à ce plat car c’est absolument excellent.

Chapelle byzantine





5

Petite pause fraicheur au lac de Kournás situé près de Georgioúpoli, sa circonférence est de 3,5 km. Le lac se trouve entouré des Montagnes blanches et tire son nom de la localité de Kournás toute proche.

Selon les légendes locales, se situait jadis à l'emplacement du lac, un village dont les mœurs dépravées finirent par mettre Dieu en colère. Il fit s'abattre un déluge sur ce village qui fut englouti. Seule la fille du prêtre, incroyablement belle et toujours vierge eut son âme sauvée. Le fantôme de la jeune fille apparaîtrait sur le lac la nuit.

6

La série de visite des sites archéologiques débute par Malia.

Malia a été construit à la même époque que Cnossos (en 1900 av. J.-C. et reconstruit 200 ans plus tard après un tremblement de terre) et définitivement abandonné vers 1450 av. J.-C. Aucune construction n'a donc été ajoutée depuis lors. Découvert au début du siècle par l'archéologue grec Joseph Hatzidakis, il a été ensuite fouillé et entièrement mis au jour par l'Ecole française d'archéologie au début des années 1920. C'est ici qu'a été découvert en particulier un pendentif en or avec deux abeilles (symbole de la fertilité et de l'harmonie) qui est exposé au musée archéologique d'Héraklion. Le site en lui-même, bien que moins imposant que Cnossos ou Phaestos, se trouve dans un lieu particulièrement bien choisi entre la montagne et la mer. Aucun mur ne subsiste, ce qui donne la possibilité en observant les fondations de comprendre facilement la manière dont était structuré le palais, et procure une impression d'authenticité qui manque un peu sur le site de Cnossos. Il reste à fouiller une partie des alentours dont on pense qu'il s'agissait d'une ville minoenne.


Le site se compose donc de deux parties principales : la résidence royale et un quartier d'habitation qui l'entoure, dans lequel auraient résidé les artisans du palais. On entre dans le palais par une porte orientée à l'ouest (bien que l'entrée principale se situait probablement au nord). Sur la droite, 8 puits à grains sont visibles. Depuis l'entrée, on suit une grande allée dallée sur la gauche menant à la porte nord. Un vestibule à colonnes mène à la cour centrale autour de laquelle s'organisait le palais : édifices administratifs et religieux à l'ouest, magasins à l'est, appartements royaux au nord, auxquels on accède en traversant une petite cour.

Autour du palais, les ruines de la ville en cours de fouilles sont surmontées de passerelles que l'on peut emprunter pour avoir une vue d'ensemble des habitations et du plan d'urbanisation.

Le site de Malia est beaucoup moins visité que les autres palais de la même époque.




Après la visite du site, direction Malia beach.

7

La ville d’Agios Nikolaos, dans la baie de Mirabello, est une charmante petite ville très touristique. Elle possède un port qui compte parmi les plus ravissants du pays. Etablie sur plusieurs collines, la ville entoure un tout petit lac protégé par une paroi rocheuse et relié au port par un canal. Autour, on trouve une flopée de restaurants et de bars fréquentés par une foule de touristes.

8

C’était un petit port de pêche agréable, calme et tranquille, face à l’île de Spinalonga. Aujourd’hui, Elounda est devenu un nid à touristes et tout est fait pour leur bonheur : boutiques, restaurants, hôtels



9

Coup d'oeil rapide sur l'ile de Spinalonga, par manque de temps pas possible de s'y rendre, ce sera pour la prochaine fois .

L’île de Spinalonga, aussi connue sous le nom d'"île des lépreux ", est un petit îlot fortifié. Face à Elounda, dans la baie de Mirabello, le fort fut construit par les Vénitiens, puis occupé par les Turcs et on a fini par y parquer les lépreux. C’est d’ailleurs eux qui ont rénové le fort, de 1903 à 1957, durant leur séjour dans la dernière léproserie d’Europe.


Sur la route du retour : Neapoli ...

10

Il se trouve près d’Akrotiri, dans un paysage composé d’oliviers, de vignobles et de cyprès. Du point de vue architectural, il est un des échantillons les plus importants de la Renaissance crétoise. Selon la tradition, le monastère fut fondé par les frères Jérémie et Laurent de l’ancienne famille vénitienne des Tzagarola, qui étaient moines au monastère Gouverneto, situé à proximité.

En vue de la création du nouveau monastère, les propriétaires terriens d’Akrotiri ont offert de grandes étendues, tandis que Jérémie s’est rendu au Mont Athos pour copier les plans de l’édifice.

Lors du Soulèvement de 1821, les ottomans ont incendié le monastère qui fut abandonné durant quelques années. Les archives furent détruites. Mais, le monastère fut restauré en 1830. En 1892, l’on y créa l’école destinée à l’enseignement de membres du clergé et d’instituteurs. En 1930, elle devint un Séminaire.

Le monastère d’Agia Triada est probablement le complexe monastique le plus impressionnant datant de la fin de l’occupation vénitienne en Crète, tant du fait de son volume que de son style architectural. Il combine des éléments de la pratique monastique orthodoxe aux formes architecturales occidentales, exprimant ainsi l’esprit de convergence entre les deux dogmes, en Crète. Le complexe est de type fortifié, forme un grand quadrilatère. Le catholicon imposant se trouve au centre, flanqué de deux petites chapelles, comme c’est l’habitude dans les monastères orthodoxes. La stricte symétrie et l’usage de formes issues de l’Antiquité classique sont les principaux éléments qui le caractérisent.


Le petit musée abrite la collection des quelques rares objets qui furent préservés en dépit des nombreuses aventures du monastère. Il s’agit principalement d’icônes, de vêtements sacerdotaux, d’objets du culte, de quelques manuscrits, d’anciens livres et de documents officiels.

11

On continue la route ou plutôt la piste vers le monastère d'Agios Gouvernetou ...

Le monastère Gouverneto se trouve à l’extrémité nord-est d’Akrotiri, entouré d’un paysage composé de pistachiers, de thym, d’oliviers sauvages et de caroubiers. Il s’agit d’un des plus anciens monastères d’Akrotiri.


Le Gouverneto fut fondé au 11e siècle et détruit, suite à un incendie, avant 1765. La page la plus sanglante de son histoire fut écrite lors du Soulèvement de 1821: les ottomans massacrèrent les moines et mirent le monastère à sac. Son enceinte de type fortifié a une forme rectangulaire et, aux angles, se dressent quatre tours carrées. Les cellules sont construites sur le pourtour et, au milieu de l’enceinte, se trouve l’église à coupole, avec ses belles sculptures vénitiennes et ses deux chapelles. L’église est consacre à la Présentation de la Vierge, c’est pourquoi elle s’appelle également « Dame des Anges. »


Route de la péninsule d'Akrotiri ...

12


La Canée est sans aucun doute un incontournable de notre voyage en Crète. Même si la ville est très touristique, son charme méditerranéen ne laisse pas indifférent. .

La Canée : une ville aux influences multiples. Chargée d’histoire la ville a été construite sur l’ancienne cité minoenne de Kydonia. Elle a ensuite vu se succéder les byzantins, les vénitiens au 13ème siècle puis les ottomans en 1645 avant d’être rattachée à la Grèce en 1913. De ce passé, elle porte les traces, plus ou moins visibles. C’est un plaisir de se promener dans cette ville et de découvrir son histoire à travers ses maisons, monuments et musées.

En arc de cercle, le port est bordé de splendides maisons vénitiennes aux façades colorées. A l’extrémité Est, la mosquée des Janissaires témoigne de la présence ottomane, tandis qu’à l’Ouest se dresse l’ancien fort Firkas, qui abrite aujourd’hui le musée de la marine.


Autre incontournable pour visiter La Canée : la balade dans les rues de la vieille ville. C’est un délice de se perdre dans un dédale de rues plus jolies les unes que les autres. Ici, les anciennes demeures vénitiennes sont mises en valeur et reprises pour bon nombre en hôtels de charme.


13

Un autre site archéologique nous attend sous une chaleur écrasante : Phaestos ...

Un des principaux palais de la Crète, le palais de Phaestos, s'étend sur plus de 8300 m² et domine la colline située aux abords de la plaine Messara offrant une vue panoramique sur la montagne Asteroussia et sur la chaîne Ida. Des fouilles archéologiques entreprises sur le site ont permis de retrouver la présence de deux palais dont les ruines, superposées, ont rendu difficiles l'interprétation des fouilles. Le premier, construit en 1900 av. J.C., a été détruit par un séisme en 1700 av. J.C. Un deuxième palais fut alors bâti sur les ruines du premier. Ce dernier ne tarda pas, à son tour, à être ravagé par un raz de marée en 1450 av. J.C. Aujourd'hui, on peut visiter dans le palais de Phaestos les appartements royaux, la cour centrale, et la tour d'archives. ou d'un mauvais sort.

Un objet énigmatique fut découvert dans les ruines du palais : il s'agit d'un disque portant une inscription mystérieuse et jusqu'aujourd'hui, non encore déchiffrée. Il pourrait s'agir d'un hymne sacré, d'un théorème

La villa d'Agia Triada ne manque ni de charme ni d'intérêt. Elle se compose d'un palais, construit vers 1600 av. J.-C., avec appartements, lieux de culte et magasins, et est séparée de la nécropole par une belle voie dallée qui menait à Phaestos. Il s'agirait de la résidence d'été d'un dignitaire de cette ville. Après sa destruction vers 1450 av. J.-C., elle fut en partie reconstruite et devint un lieu de culte. À côté, s'étendent les vestiges d'un village datant du minoen récent (1350 av. J.-C.).

14

Un vrai coup de cœur :

Matala, ancien village de pêcheurs devenu très touristique.Le charme du site tient à sa plage et aux petits bourgs alentour, qui ont conservé un certain cachet . La falaise, percée de grottes qui servirent sans doute de sépultures dans l'Antiquité et accueillirent les hippies des années 1960-1970, offre un beau point de vue.

Le site était déjà peuplé à l'époque du Néolithique, c'est à cette période que des grottes artificielles ont été creusées dans la falaise de la baie de Matala.Durant la période romaine, Matala leur servit de port. Aux ier et iie siècles apr. J.-C., les grottes furent utilisées comme caveaux ; l'une d'entre elles est désormais appelée Brutospeliana en hommage (d'après la légende) au général romain Brutus Par la suite, Matala devint un village de pêcheurs. À présent, le village vit essentiellement du tourisme.Les grottes servirent de repères de hippies dans les années 1960




15


Gortyne est sur la route de Messara, en direction de Mirès. Le site recèle des vestiges de l’époque romaine, quand Gortyne était la capitale de l’île. Il reste quelques ruines de l’odéon, du temple et trois absides de la fameuse basilique d’Agios Titos. Ce sont les lois de Gortyne qui constituent l’intérêt principal de la visite. Gravées dans la pierre sur 2 m de hauteur et 12 m de longueur, certaines de ces lois étaient très modernes pour l’époque.



16

L'incontournable de la Crète ...

Knossos est le plus célèbre des palais de la civilisation minoenne. Il aurait été détruit par une éruption volcanique environ 1450 av J.C. L'ancienne Knossos était le centre de la civilisation minoenne qui dominait la mer Égée il y a 4000 ans. Selon la mythologie, le palais était le siège du roi Minos. Il est également relié à des légendes fascinantes, comme le mythe du Minotaure dans le labyrinthe sous le Palais, et l'histoire de Dédale et d’Ikaros. Minos Kalokerinos a fait les premières fouilles sur le site en 1878. Cependant, c’est Sir Arthur Evans, l'archéologue, qui a fait les fouilles complètes du site (1900-1913 et 1922-1930).

L’ancien (premier) palais fut construit aux environs de 2000 av J.C mais il fut complètement détruit par un séisme en 1700 av J.C. Le nouveau (second) palais fut construit immédiatement sur les ruines de l'ancien et son plan fut plus complexe, comme un labyrinthe. Au milieu du 15ème siècle av J.C lorsque les Achéens de la Grèce continentale conquirent la Crète, il fut partiellement détruit. Le palais fut finalement dévasté par un incendie de nouveau (Volcan de Santorin) au milieu du 14e siècle avant J.C. Sir Arthur Evans réussit à reconstruire largement le palais de Knossos.


Le palais de Knossos est le plus grand et le plus spectaculaire de tous les palais minoens. Le Palais, s’étend sur 20 000 mètres carrés (2 hectares) de terres avec des hauteurs atteignant quatre étages. Il fut construit selon un modèle sous forme de labyrinthe et il offrit un hébergement pour environ 100 000 personnes. Des frises colorées et des fresques, des représentations et des peintures sur plâtre remplissent les murs du palais et présentent la vie de cette époque. Il existe différentes représentations allant d'animaux et de personnes aux dieux et aux diverses cérémonies, qui dépeignent une société avancée et sophistiquée. Un examen plus poussé de la décoration intérieure du Palais révèle que la guerre n’était pas un thème commun et que les femmes étaient presque aussi souvent représentées que les hommes.


La variété des matériaux de construction utilisés et le revêtement en marbre montrent un niveau de technologie avancé. Cela est aussi démontré par quelques caractéristiques architecturales et structurelles, telles que les puits de lumière et les systèmes complexes de drainage et d'approvisionnement en eau.


Le palais est bâti autour d'une grande cour centrale, qui était utilisée pour des réunions publiques. Une deuxième cour, la Cour de l'Ouest, était utilisée à la fois comme l'entrée officielle au palais et comme espace de cérémonie. Dans l'aile Ouest, se trouvent les pièces officielles pour les activités administratives et religieuses: le sanctuaire tripartite, les dépôts sacrés et la crypte aux piliers; la Salle du Trône se distingue parmi elles. Les espaces les plus importants de l'aile Sud sont les Propylées Sud, le couloir de la procession et l'entrée sud, avec la fresque du Prince aux fleurs de lis. L'aile Est hébergeait les quartiers résidentiels et les grandes salles de réception, la plus importante étant la Salle des Doubles Haches et le Mégaron de la Reine. On rejoignait ces chambres par un escalier imposant. De l'entrée Nord, une route menait au port de Knossos. L'entrée nord est bordée de stoas surélevées, celle du côté ouest étant décorée avec la fresque « la course aux taureaux ». La Voie Royale pavée menait du Petit Palais et de la ville jusqu'à l'angle nord-ouest du palais, où il existait un espace de théâtre en plein air.


La cite Minoenne s’étendait autour du palais, avec les cimetières sur les collines. Quelques-uns des bâtiments les plus importants sont les suivants: la Maison Sud, la Maison du Sanctuaire, le Petit Palais, l’Auberge, la Villa Royale et le Temple-Tombeau. La Villa Dionysos avec ses sols en mosaïques (2e siècle), est un bâtiment important de la periode romaine. Toutes les découvertes impressionnantes du palais (poterie, vases, figurines, vestiges de tablettes linéaires B, et peintures murales originales) sont abritées au musée d'Héraklion.


En plein été essayer d'être sur le site dès les premières heures du matin pour éviter les fortes chaleurs et les hordes de touristes .


Le musée ...

17

Héraklion est la capitale de la préfecture d’Héraklion et de l’île de Crète et avec ses quelques 125.000 habitants personnes, il s’agit de la ville la plus peuplée de l'île. Par conséquent elle est très différente des autres lieux de vacances traditionnels grecs tels que les îles.

C’est une ville portuaire et très animée, mais c’est aussi le centre économique et administratif de la Crète. Comme dans toute grande capitale européenne, le bruit des scooters et des motos, des klaxons et de l'agitation générale font partie intégrante de la ville.


Le musée d'Héraklion retrace l'histoire d'Héraklion et de la Crète ...

Tout au long de l'histoire, Héraklion a toujours été une ville animée et importante. Elle est construite sur le flanc d'une colline qui surplombe le port et s’est développée à partir de la ville antique romaine du même nom et a été le port de Knossos. En 824 après JC, elle fut occupée par les Sarrasins et devint l'un des ports les plus importants de la Méditerranée. C'est au cours de cette période d’occupation arabe que les impressionnantes fortifications et le premier château ont été construits. Les Arabes nommèrent la ville El Khandak (Chandakas), après avoir creusé un fossé autour de la ville pour la protéger. Le port étant situé en plein cœur de la Méditerranée et donc sur les routes commerciales internationales, de nombreux commerçants s’y sont arrêté. La ville a fait partie de l'Empire byzantin en 924 et a été vendue aux Vénitiens pour mille pièces d'argent en 1204. Sous la domination vénitienne, la ville a changé son nom en Handax ou Candia et a été peuplée par des familles de Venise. Cette influence de la Renaissance italienne a aidé la ville à prospérer en tant que refuge pour les artistes et les intellectuels. C’est à cette époque que la ville est devenue le centre politique, militaire, commercial et social le plus important de l'île.


Les fortifications et le château que l’on peut voir aujourd’hui ont été construits sous la domination vénitienne. Ces vastes fortifications ont permis à la ville de résister pendant 21 ans avant de céder au siège le plus long de l'histoire, à savoir l’occupation turque. Par conséquent, la ville fît partie de l'Empire ottoman, reprenant son ancien nom d'Héraklion ou Megalo Kastro (grand château) pour les gens du pays.


18

Le monastère de Savathianon est situé environ 20 km, au nord-ouest d'Heraklion, 5 km après le village de Rogdia, sur le versant nord du mont Vasilikos à l'altitude de 440 m, dans le creux d'un vallon à la végétation abondante.

A l'origine, l'endroit était occupé par un monastère catholique fondé pendant la période vénitienne. Un monument détruit un peu plus tard par les troupes ottomanes, au milieu du XVIIe siècle lors du siège de

C'est en partie sur cet emplacement en ruine et délaissé de nombreuses années que s'établirent par la suite des moines orthodoxes. Peu après l'occupation allemande, des moniales venues du Péloponèse prirent la place de la communauté de moines en déclin, s'installèrent dans une zone jugée plus adéquate à proximité des anciens édifices et redonnèrent une nouvelle vie à ces lieux.

La communauté de moniales vivant sur le site s'adonnent, outre les travaux agricoles, à quelques activités artisanales comme le tissage d'habits sacerdotaux, la broderie, la peinture d'images pieuses, la confection de mosaïques...



Un arrêt photos obligé : la charmante église byzantine de Fodele qui date du XIVè s. av.J.C. consacrée à la Vierge . La Panaghia de Lombines a été construite (comme souvent) sur les fondations d’une chapelle paléochrétienne du VIIIè s. av.J.C. Le lieu est très agréable, parmi les orangers, grenadiers et autres agrumes.

19

Au milieu des montagnes, une route sinueuse mène au monastère ...

Fondé au XVIe siècle par le père Jacob Preveli, sur un site mieux protégé que l'ancien, il a joué pendant plusieurs siècles un rôle important comme centre d'études (sa bibliothèque est particulièrement riche) et de conservation de certaines traditions artistiques (peintures, icônes, sculptures sur bois...). Son histoire est intimement liée aux périodes de résistance aux différents occupants : les moines ont souvent soutenu directement les rebelles, notamment pendant les révolutions crétoises de 1821-1823 et 1866-1869 contre les Ottomans. .

Lors de la Grande Bataille de Crète en 1941, de nombreux soldats britanniques, néo-zélandais et australiens y ont trouvé refuge avant d'être évacués par la plage en contrebas en direction d'Alexandrie en Egypte à l'aide de sous-marins. Une partie du monastère a été détruite en représailles par les Allemands. Les bâtiments actuels datant de différentes périodes offrent un ensemble agréable


20

Après le monastère ...la plage ...


La station balnéaire de Plakias se trouve sur la côte sud de l'île grecque. Elle se trouve tout près de la palmeraie de Préveli, de la plaine de Frangokastello et du village de Loutro.La période idéale pour vous rendre sur ce petit paradis terrestre s'étend d'avril à octobre. Le beau temps est quasi garanti et la température de l'eau est idéale de juin à octobre (22° à 25°).

21

Hora Sfakion est la 'capitale' de la région de Sfakia. Le village est situé dans un cadre magnifique et est un bon point de départ pour explorer la côte sud de la Crète et les montagnes de l'arrière pays

22

Petit aperçu de la gorge d'Imbros , la gorge la plus populaire pour les randonneurs en Crète après les gorges de Samaria .

Ses caractéristiques :

La gorge d'Imbros est facile d'accès: il y a une route (vers Hora Sfakion et le Sud de la Crète qui longe la partie supérieure de la gorge) et donc pas besoin de faire un trajet en bateau pour revenir de la rando.En dépit d'être de beaucoup plus petite taille que la gorge de Samaria il y a tout de même quelques sections très spectaculaires, en particulier les plusieurs passages étroits.La gorge est ouverte toute l'année . Elle est donc particulièrement populaire au printemps, surtout en avril lorsque les gorges de Samaria sont généralement encore fermées au public.plus facile que Samaria : la distance de marche est d'environ 8 km , le dénivelé de 650 m , le temps de marche moyen est de 2 à 2,5 heures


Nous n'avons pas fait la randonnée et avons préféré les gorges de Samaria.

23

C'est parti pour 16 kilomètres de marche ...

Les gorges de Samaria sont situées dans le Parc National de Samaria, dans les Montagnes Blanches, dans l'ouest de la Crète. Le parc est sous la surveillance du Service des Forêts et les gorges sont en général ouvertes seulement de début Mai à fin Octobre. En hiver, le haut niveau des eaux rend les gorges dangereuses et leur passage impossible. Elles sont également fermées les jours de pluie (trop dangereuses à cause de chutes de pierres).

Le sentier est entretenu et est nettement meilleur que les sentiers « normaux » en Crète. Il y a des gardes de parc sur toute la longueur ; ils vous aideront en cas de problème ou si vous vous blessez. Il y a également (en principe) un médecin basé sur l'ancien village abandonné de Samaria. Il y a des sources bien entretenues sur tout le trajet ; il n'est donc pas nécessaire d'emporter beaucoup d'eau. Vous trouverez des toilettes en plusieurs endroits et de très nombreuses poubelles. De manière surprenante, vous ne trouverez pas beaucoup de déchets si on tient compte du nombre de visiteurs passant quotidiennement.


24

A la sortie des gorges de Samaria , Agia Roumeli, est un assez nouveau village (le vieux Agia Roumeli est situé à environ 2 km à l'entrée des gorges de Samaria) qui c'est dévelopé principalement en raison du tourisme de randonnée dans les gorges de Samaria. Cette région est l'une des plus belles régions de Crète et un bon endroit si vous voulez beaucoup de nature, de belles plages et des nuits calmes.


Durant l'après-midi, i tous les randonneurs qui viennent de traverser les gorges de Samaria attendent de repartir en bateau..



25

La grotte de Melidoni n'a qu'une seule chambre ouverte au public mais quel régal ! La grotte de type cathédrale est grande et impressionnante, avec un éclairage doux pour apprécier le travail de la nature.


Mythologie autour de la grotte

L'histoire de la grotte remonte au Néolithique. Des outils de cette époque ont été trouvés dans les fouilles.On pense qu'à l'époque minoenne, la grotte servait de lieu de culte.Plus tard pendant l'empire romain, c'était un sanctuaire pour le Dieu Hermès où les sacrifices ont eu lieu. C'était un site religieux stratégique au carrefour de 3 cités anciennes.Parmi les objets trouvés dans la grotte figure une double hache en cuivre exposée au musée d'Héraklion.La grotte est également mentionnée dans la mythologie grecque. Il est dit que Zeus a donné un robot géant en bronze au roi Minos pour protéger la Crète et qu'il vivait dans la grotte Melidoni.


26

Joli village situé sur la côte nord de la Crète, 38 km à l'est de Réthymnon et 51 km à l'ouest d'Héraklion, Bali se niche entre de petites criques. En fait, trois criques composent la localité, le village originel se trouvant dans la seconde, où se concentrent tavernes, boutiques et hôtels. La troisième crique, dite la plage du Paradis, est idéale pour la baignade. Un petit train touristique parcourt les plages et les différents points de la municipalité

27

Notre séjour se termine par une activité inoubliable , une initiation à la plongée sous-marine ...

La plage.

Le matériel.

C'est parti ...

28

Tout au long de ce périple nous avons également gouté à la cuisine crétoise .


Les origines de la cuisine crétoise

Si ses origines remontent à la civilisation minoenne, c’est-à-dire à plus de 3000 ans, la cuisine de crête s’est développée sous des influences diverses, celles des envahisseurs romains, turcs et grecs. En outre, pendant longtemps, la Crête a été une escale sur la route des épices. La cuisine crétoise qui en résulte présente donc une grande variété. Les légumes y sont en outre omniprésents, qu’il s’agisse d’aubergines, de tomates, de concombres, d’olives ou encore de choux. Un autre produit phare des plats grecs est le poisson, au détriment de la viande, peu présente même si on trouve assez volontiers à l’intérieur des terres des ragoûts notamment d’agneau. Enfin, il ne faut pas oublier l’huile d’olive crétoise, dont l’utilisation est systématique, tout comme celle des épices qui participent aux bienfaits de la cuisine crétoise.


Quelques exemples de spécialité crétoise

De nombreux plats sont emblématiques de la Crête. C’est ainsi le cas de la salade grecque, composée de concombres, tomates, oignons, poivrons, salade et feta, des dolmades, qui sont des feuilles de vigne farcies de viande et de riz, des Kebab ou Souvlaki, des pitas, qui sont des chaussons salés ou sucrés, ou encore de la moussaka, un gratin d’aubergines additionnée de viande hachée et de béchamel. Chaque spécialité crétoise participe au développement de tous les bienfaits de la cuisine crétoise. Cette cuisine ne recherche pas le mélange des saveurs ; même si plusieurs ingrédients composent un même plat, chacun d’eux garde son identité et son goût, sans prendre l’ascendant sur les autres. En outre, la cuisine de l’île est simple, en donnant toute leur importance aux produits de saison.


Sans oublier de bien s'hydrater ... 😉

29


PassionVoyages Lire ce carnet de voyage

La Grèce et ses îles ...

Périple en Grèce continentale, découverte de la Crète et de Santorin.