Carnet de voyage

USA ROAD TRIP 2019

31 étapes
108 commentaires
12 abonnés
Dernière étape postée il y a 74 jours
Plein de Parcs Nationaux dont les magiques YOSEMITE, YELLOWSTONE... et aussi MONUMENT VALLEY (décor naturel de nombreux westerns). Le Far West quoi !. Los Angeles, Las Vegas et San Francisco aussi.
Juin 2019
44 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 7 mai 2019

Cartes du roadtrip (vues globale et détaillée de la partie SUD).

Quelques endroits où l'on passera...

USA ROADTRIP (GENERAL)
USA ROADTRIP (GENERAL)
USA ROADTRIP (SUD)
USA ROADTRIP (SUD)
Parc du YOSEMITE
Parc du YOSEMITE
La PACIFIC COAST HIGHWAY (route côtière entre San Franciso et Los Angeles) 
La PACIFIC COAST HIGHWAY (route côtière entre San Franciso et Los Angeles) 
... et plein, plein d'autres lieux magiques.....  
2
2
Publié le 9 mai 2019

Voici le programme de visites (théoriques) des Grands Parcs Nationaux du Grand Ouest américain.

Si on peut les faire tous sans speeder, sans risquer l'overdose,... super,... sinon on visitera les plus beaux, d'après les témoignages.

Les photos sont classées dans l'ordre chronologique des visites (sauf la dernière, MONUMENT VALLEY).


3
3
Publié le 12 mai 2019

Ça y est, on va s'envoler pour Montréal : arrivée dans 8 heures.

4
4
Publié le 12 mai 2019

Super voyage : personnel navigant trés sympa et serviable. On a été trés chouchoutés question restauration. En plus, on avait 4 sièges pour nous 2 !🤗👌👍

Là, on est en train de poireauter 5 heures dans l'aéroport de Montréal avant de prendre un 2ie avion, tjrs avec Air Canada, pour rejoindre en 4 nouvelles heures de vol, notre destination finale, Los Angeles.

Ville que l'on quittera demain après-midi après avoir pris possession de notre van JUCY pour gagner notre 1ière étape: Yucca Valley d'où on visitera notre 1ier parc, le JOSHUA TREE NP (National Park).

5
5
Publié le 13 mai 2019

Ce second trajet a été un peu pénible (retard de l'avion de 3/4 d'heure, chaleur, gamin braillard, fatigue).

On a un tout petit peu réussi à roupiller (cf photos) mais on était mieux à l'arrivée, fortunatly.

6

On a donc pris possession de notre JUCY DODGE VAN. Coup de bol: c'est un de leurs modèles les plus récents. 👌

Le nôtre n'est absolument pas vert (il est tout gris) et ne comporte aucun logo "JUCY". Complétement banalisé donc.

Hugo à pris le volant. On a mis beaucoup de temps à sortir de Los Angelès (énormément de bouchons) si bien qu'on pris pas mal de retard, ce qui nous a obligé à trouver un autre lieu pour dormir que celui initialement prévu.

Finalement, on a dormi sur une aire d'autoroute, trés bien. L'aventure, quoi !

Là, il est 5h30... on partira dans 1 heure environ pour visiter le JOSHUA TREE NP (Park National). Ça va cogner !

Le paysage au réveil
7
7
Publié le 16 mai 2019

Nous avons passé notre première nuit sur une aire d'autoroute, dénichée au hasard. Nous nous sommes réveillés dans une carte postale. Cap sur notre premier parc national, Joshua Tree, d'après le nom d'une espèce d'arbre qui y est omniprésente (et en voie d'extinction, comme la plupart des espèces animales et végétales du coin). Le paysage est aride et rappelle certains westerns. Nous avons fait une halte dans un champ de cactus Chollo, où P a amèrement regretté de ne pas avoir respecté la consigne de ne pas approcher de trop près les épineux végétaux. Notre dernière balade nous a menés vers l'immense terrain de camping d'Indian Cove. Un petit tour à pied guidé dans la pampa nous a permis d'en apprendre un peu plus sur l'histoire du lieu et de voir de près quelques oiseaux et... un crotale que nous n'aurions pas vu s'il n'avait pas "sonné". Même pas peur : le lieu est trop beau pour ne pas y passer la nuit (d'autant plus qu' on a pas payé... mais notre resquille était vraiment involontaire ! 😉🤗).

Camping car jumbo tractant un énorme 4x4
8
8
Publié le 18 mai 2019

Mercredi 15 mai. Réveil dans Indian Cove, aussi enchanteur que la veille. On se dépêche de remballer nos affaires et de déguerpir avant une éventuelle tournée des rangers (mais on prend le temps de faire du café, faut pas exagérer non plus). Cap sur Calico, ancienne cité minière passée de ville-champignon à ville-fantôme en à peine 10 ans à la fin du XIXe siècle et arrêt incontournable des cars de touristes, dont la moitié des bâtiments sont aujourd'hui occupés par des boutiques de souvenirs. On retiendra particulièrement son école qui rappellera des choses aux fans de Tom Sawyer et de la Petite maison dans la prairie. Nous nous dirigeons ensuite vers la plus que célèbre Route 66. Notre premier arrêt est le très (trop) connu Bagdad Café, qui doit son nom au film. Pendant que P en faisait méticuleusement le tour, H lisait, consterné, les innombrables "dédicaces" laissées sur les murs par des fans quasi exclusivement français pour immortaliser leur passage ("Allez l'OM", ... etc). Nous roulons encore plusieurs miles jusqu'à Amboy, où nous tombons à nouveau, mais au hasard cette fois, sur un lieu mythique : le Roy's Motel & Cafe, qui a été fréquenté par plusieurs grands noms du cinéma et qui donne encore plus la sensation d'une époque révolue. La journée se termine, sur les rotules, dans un hôtel-casino de Laughlin, version miniature de Las Vegas à la frontière de la Californie et du Nevada.

9
9
Publié le 18 mai 2019

Jeudi 16. Requinqués par cette indispensable nuit d'hôtel, nous voilà repartis pour la seconde moitié de notre passage sur la Route 66, cette fois sinueuse. P fait connaissance avec une pompière du coin et lui montre son téléphone. Nous montons vers Oatman où nous sommes accueillis par des ânes en liberté dans les rues de la ville. P offre généreusement le trognon de la pomme qu'il était en train de manger au premier chanceux ayant passé la tête par la fenêtre. On monte ensuite vers le col de Sitgreaves, point culminant de la Route qui nous offre des panoramas grandioses. Nous redescendons vers Kingman au musée de la Route 66 qui nous en apprend plus sur son histoire, de la construction dans les années 20 à son abandon définitif en 1984. Nous faisons ensuite un dernier arrêt au Hackberry General Store, dernier relai routier historique de notre parcours sur la Route, lui aussi devenu boutique à touristes, qui nous donne encore une fois l'occasion d'admirer des épaves de voitures américaines, toujours imposantes malgré l'épreuve du temps. Ce soir, nous dormons dans un lieu à l'écart de tout.

"C'est beau quand même"
10
10

Rien.

11
11
Publié le 20 mai 2019

Samedi 18. Contrairement à Joshua Tree, notre deuxième Parc National est parmi les plus célèbres, on peut même affirmer sans exagérer qu'il est le plus célèbre de tous. Cela ne fait d'ailleurs aucun doute lorsque l'on découvre un parking archi-bondé un 18 mai à 11h00 du matin. De là, ce sont des navettes qui se chargent d'acheminer les visiteurs vers des sentiers longeant la falaise (les "rims"). Parmi les trois circuits proposés, nous optons pour celui que recommandent de nombreux guides touristiques. Nous montons dans un bus plein à craquer conduit par un chauffeur dont la gouaille et la roublardise n'ont rien à envier à celles des serveurs des restaurants à touristes italiens. Arrivés au départ du sentier, nous optons chacun pour une stratégie différente. P choisit d'effectuer le parcours en bus sur la route qui longe le sentier en descendant à chaque arrêt, et je décide de tout faire à pied. C'est parti pour 8 km de marche au bord de l'immensité, avec du bon son dans les oreilles et dans des conditions météo idéales (ciel ensoleillé mais température très fraîche). Certainement ma plus belle randonnée. Marcher presque seul au bord de l'immense gouffre, parfois à seulement quelques centimètres, au rythme du piano de Sibelius ou de Grieg, ou des guitares de The Cure, a un je-ne-sais-quoi de mystique. Il est possible de croiser sur son chemin des écureuils, des daims ou d'immenses rapaces pas farouches pour une noisette. An amazing experience! (hasard ou non, nous avons vu au bord de la route une rutilante Ford Thunderbird, comme celle de Thelma et Louise, qui fait le saut de l'ange à la fin du film dans ce même Grand Canyon (ok, c'est pas la bonne année mais c'est quand même la bonne couleur).

12
12
Publié le 21 mai 2019

Dimanche 19 mai.

Après une troisième nuit glaciale au milieu de nulle part, nous partons pour Antelope Canyon, près de la ville relativement nouvelle de Page (1957) et de la retenue d'eau de Lake Powell, la deuxième plus importante des USA.

Google nous fait prendre une route de terre damée, un raccourci à travers de vastes étendues désertiques de toute beauté.

Comme pour le Grand Canyon, c'est l'eau et le vent qui, en modelant la roche, ont créé ce joyau minéral.

Les rayons du soleil, en s'infiltrant, créent une ambiance féérique.

Notre très sympathique guide Navajo, après avoir expliqué au groupe comment régler les appareils photo, nous fait pénétrer dans le long (environ 400 m) mais très étroit (1 à 2 m) boyau puis nous montre des formes qui rappellent plus ou moins des silhouettes connues (animal, humain...).

Il n'hésite pas à prendre nos propres smartphones pour réaliser des clichés à notre place.

Saurez-vous reconnaître ces silhouettes ? (Cliquez sur les trois petits points pour la réponse ☺).

Après la visite, il nous reste du temps et nous allons voir le barrage de Glen Canyon et la marina de Lake Powell.

Le soir, nous dormons pour la première fois sur le parking d'un Walmart, où l'on se mêle à d'autres véhicules de "baroudeurs". C'est une bonne expérience que l'on renouvellera chaque fois que cela sera possible.

Ours
Éléphant
Pascotte
Bonhomme
13
13
Publié le 27 mai 2019

Mardi 21 et mercredi 22 mai.


Ça y est... on est enfin dans ce lieu mythique, territoire appartenant aux Indiens Navajos et dont ils gèrent les activités touristiques. Il doit sa célébrité aux nombreux westerns de John Ford qui y ont été tournés à partir des années 30, avec John Wayne (George Abitbol ☺) en vedette.


On a beaucoup de chance : curieusement, il y a très peu de monde, malgré la grande notoriété du lieu, et on a donc pu aisément s'installer dans le camping, qui se trouve juste en face des 3 célébrissimes monolithes (voir la photo que j'ai prise, à l'aube, depuis l'intérieur du JUCY).


J'ai aussi pu assister au lever du soleil, moment magnifique et magique, derrière les 3 "buttes" (West Mitten Butte, East Mitten Butte et Merrick Butte). J'ai pu en faire une vidéo sympa.


On se paye carrément 2 fois le restau (prix tout-à-fait raisonnables, vu le lieu encore une fois) avec, également vue sur le site. J'ai (P) pris personnellement le menu John Wayne ! 🤠


J'ai aussi pu faire l'unique circuit-balade de 6 km autour de East Mitten Butte. Malheureusement, à court de batterie, je n'ai pas pu réaliser tous les clichés que j'aurais aimé faire.


Pendant ce temps, malgré mes fortes réticences, H a fait un circuit en voiture de 27 km sur une piste de terre, également empruntée par les pick-ups des Navajos qui "trimballent" habituellement des cohortes de touristes. Il a pu entre autres voir et photographier le fameux John Ford's Point (photos avec le cheval).


Autre référence cinématographique liée à Monument Valley : nous nous arrêtons à l'endroit précis où Forrest Gump décide de stopper sa course à travers les Etats-Unis dans le film éponyme.



Vue depuis ma "chambre"
14
14
Publié le 28 mai 2019

Jeudi 23 mai, journée très chargée.

Après une nouvelle nuit sans encombre sur une aire d'autoroute, nous nous rendons à Arches NP dont la visite débute, comme pour chaque parc, par un arrêt au Visitor Center (point d'infos touristiques et boutique de souvenirs).

Comme son nom l'indique, ce parc comprend de très nombreuses arches minérales dont la plus célèbre est Delicate Arche, que j'ai pu observer, de très loin toutefois car il fallait compter plus de 6 km A.R. pour l'approcher.

H, épuisé, préfère rester dormir dans la bagnole.


En fin d'A.M, nous gagnons le 2e parc de la journée, Canyonlands NP.

Ce dernier est une synthèse de plusieurs autres (Grand Canyon, Glen Canyon, Arches...).

Après une courte marche, nous atteignons "Mesa Arche", point touristique très prisé.

Nous passons la nuit sur le parking d'un supermarché "Walmart" (c'est le moins bien de ceux que l'on a déjà testés dans d'autres villes).

Au matin, nous prenons la route en direction du Nord-Est, pour gagner le Rocky Mountain NP, près de Denver.


15
15
Publié le 29 mai 2019

Samedi 25 mai.

Nous avons passé la nuit dans un coin charmant, un camping au bord d'un lac, en pleine Nature.

Nous avons choisi nous-mêmes notre emplacement et réglé en cash le prix de la nuit, placé dans une enveloppe prévue à cet effet, elle-même glissée dans une sorte de BAL. Un système de paiement inconnu en France.

Une spécificité toutefois : la visite possible d'ours ! Des affiches le signalent et chaque emplacement est doté d'une sorte de meuble métallique dans lequel il est recommandé d'entreposer sa bouffe.

Une petite anecdote : au cours de la nuit, je sors faire pipi quand j'entends une sorte de grognement... ni une ni deux, je re-rentre hyper fissa dans le Jucy, environ 10 fois plus vite que je m'en étais extirpé. Réflexion faite, le cri de bête que j'avais cru entendre était trés vraisemblablement un ronflement de H !!! 😁

Le matin, je discute un peu avec les gardiens du camping, encore une fois, très sympas, qui me disent que seulement 2-3 jours avant notre arrivée, il y avait encore de la neige !! Ils me confirment également la présence de nounours dans le coin 🐻.

Dans la matinée, comme il fait soleil, nous faisons nos petites lessives respectives qui finissent de sécher... sur le tableau de bord, brûlant, du JUCY (cf photos).

Déception à notre arrivée au Visitor Center du parc : la route d'accès est interdite à cause de la neige. Il faut dire que ce parc est le plus élevé des USA (la route touristique qui le traverse grimpe jusqu'à 3 500 m).

Je parviens toutefois à photographier un petit groupe d'élans (mooses en américain) qui broutent au loin.

On reprend ensuite la route pour attaquer l'étape suivante : QUE du bitume, cette fois, pendant des dizaines de km de lignes quasimment toujours droites et... sans pratiquemt âme-qui-vive, à travers le Colorado.

Scénario rigoureusrment identique le lendemain, dans le Wyoming cette fois. Le soir, arrivée à Cody où nous passerons finalement 3 nuits.


16
16
Publié le 3 juin 2019

26-29 mai.

Petit séjour dans la ville fondée en 1896 par William Cody, allias Buffalo Bill.

C'est la porte d'entrée Est du parc de Yellowstone.

On s'est rendus au Buffalo Bill Center of The West, un lieu culturel incontournable regroupant pas moins de 5 musées (un consacré aux Indiens des Plaines, un autre à la faune et la flore du Parc de Yellowstone, le tout rendu très vivant par la mise en scène et la sonorisation : magnifiques photos, dioramas, panneaux explicatifs et écrans tactiles).

Un 3e musée regroupe des peintures et sculptures ayant pour thème les Indiens et paysages du Yellowstone.

Un 4e musée consacré à Buffallo Bill (sa vie, son oeuvre) et le dernier, aux armes à feu. Par contre, ce dernier ne m'a (P) pas du tout "branché".

Il nous a fallu 2 grosses AM pour profiter pleinement de ce Centre mais nous avons beaucoup aimé cette (longue) visite.

C'est le "must be seen" de Cody.

J'ai pris de trés nombreuses photos dont on vous publie un (petit) échantillon ci-après !


.


17
17
Publié le 5 juin 2019
18
18
Publié le 9 juin 2019

Dimanche 2 juin.

En quittant Yellowstone, nous faisons un passage éclair dans le parc mitoyen de Grand Teton, dont l'aspect rappelle les paysages alpins.

Après une nuit au camping, nous faisons une petite balade au bord du lac de Jackson, conseillée par une Ranger qui nous alerte avec insistance sur la présence d'ours, corroborée par de nombreux panneaux et affiches de mise en garde.

La balade se déroule néanmoins sans encombre et nous ne rencontrons qu'un cortège de chevaux montés par un groupe de touristes.

Ce n'est qu'au retour, à environ 50 m de l'arrivée, que le marcheur qui nous précède se retourne et hurle "Bear!!!" dans notre direction.

Nous nous tournons vers le lac en contrebas, et nous apercevons, à l'endroit où nous nous y attendons le moins, une ourse et son petit en train de se désaltérer à une vingtaine de mètres.

Un Ranger venu sécuriser la zone nous explique, courtois mais ferme, que la vue est aussi très belle au bout du chemin... (traduction : dégagez !).

Nous avançons donc de quelques mètres mais nous nous retournons pour voir la mère et son petit traverser le chemin à l'endroit même où nous nous trouvions quelques secondes plus tôt.

Tout bien considéré, et malgré une certaine appréhension, nous sommes finalement contents d'avoir vu des ours de si près, car nous n'en avions aperçu que de loin à Yellowstone.

Ensuite, nous repartons vers le Sud pour gagner le lieu historique de Promontory Summit.



19
19
Publié le 10 juin 2019

Lundi 3 juin.

Nous visitons ce lieu chargé d'Histoire puisque c'est à cet endroit précis qu'a eu lieu la jonction EST-OUEST des deux lignes de chemins de fer américaines, en 1869.

Pour commémorer cet évènement, deux répliques de locomotives se font face, à quelques mètres l'une de l'autre.

20
20
Publié le 11 juin 2019

Mercredi 5 juin.


On arrive dans ce parc, moins connu, mais dont le charme réside dans la présence d'une sorte d'oasis ; en tout cas, c'est ainsi qu'est qualifié le lieu-dit de "Fruita".

Ce nom fait référence aux nombreux vergers qui y ont été plantés au tournant du XXe siècle par les colons de l'époque.

On peut encore aujourd'hui librement cueillir les fruits de ces vergers quand c'est bien sûr la saison. Malheureusement pour nous, il était encore trop tôt.

Nous avons passé la nuit dans le Parc lui-même, dans un coin sympa, en pleine nature, près d'un ruisseau dans lequel nous nous sommes facilement et agréablement baignés et lavés. Il faisait tellement chaud quand nous sommes arrivés que H s'est complètement allongé dans les "flots" (15 cm de profondeur).

Cette fois-ci, ce n'est pas un chipmunk qui nous a rendu visite mais un assez gros lézard.




Pétroglyphe indien
Pétroglyphe indien
Pétroglyphe indien