Carnet de voyage

Travelling the Long White Cloud

24 étapes
16 commentaires
10 abonnés
Dernière étape postée il y a 6 jours
 avec 
P
Pascaline
Sharing our experiences of our travels throughout New Zealand.
Janvier 2019
365 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 7 février 2019
Arrival at the airport / Arrivée à l'aéroport 

(English follows)

Bonjour tout le monde!

Ici Pascaline et Brandon, les voyageurs du Long Nuage Blanc - la Nouvelle-Zélande, en Māori. Voici notre blog! Lisez, lisez tant qu'on est motivés. Des nouvelles, des photos, et même des vidéos (merci le drone de Brandon).

Chacun de nous écrira dans sa langue maternelle, alors vous savez à qui vous plaindre si vous ne comprenez jamais rien!

- - - - -

Hi everyone!

Brandon and Pascaline here - travellers of the Long White Cloud (that's New Zealand, in Māori)! This is our blog, where we'll be sharing our news, photos and videos (and some drone footage!) of our experiences here.

Both of us will be writing in our native languages - so you know who to complain to if you don't understand something!

Follow along, and enjoy the ride!

2

Hey everyone!

Since we're a little late in setting up this blog, I figured we should get you up to speed on what we've been up to, and take us to where we are now!

We started our journey on December 31st, a long 20-some hours of flying from Ottawa... where we finally arrived in Auckland on January 2nd - missing New Year's Day completely due to the time change! Surprisingly upon arrival, we weren't tired as we managed to get some sleep on the flight over (I can usually never sleep on planes). So, we made our way downtown to the hostel, checked in, and left to explore the city - and enjoy the +20 degree weather!

We stayed at the hostel for the next few days to get our bearings and get set up with the basics, but we were eager to get on the road. So, we ended up buying a car - a '95 Toyota RAV4 - and started making our way to the Coromandel Peninsula (learning to drive on the left side of the road in the process)!

It was here where we became familiar with some of New Zealand's long, windy and steep roads - and it's crazy drivers (who goes zipping around tight turns at +100 in a 60 zone!?). The car handled it well, thankfully, and we were treated to some beautiful beaches and views in the region over the following days. We wanted to check out the popular Cathedral Cove, but as it turns out the hike there was going to be longer than expected from the parking lot, and we arrived fairly late in the day. Another time perhaps!

One of the many 'Christmas trees' in bloom.
Exploring Coromandel Peninsula!

From there, we decided to make our way up towards Northland. To this point we had been staying in hostels all this time, so we wanted to try meeting some locals. We gave the site HelpX a go - similar to WWOOFing (work in exchange for accomodation/food), where we reached out to some potential hosts in the area looking for work to be done. We found one, and so we made our way to Waipu Cove.

For the next few days, we were moving dirt for a few hours a day. Quite the task, especially in the blistering sun, but we were rewarded with trips to the nearby beach and the wonderful company and hospitality of our hosts. We were lucky to meet some of their friends who stayed with them during this time as well - by the end it felt like we were family!

While in the area, we checked out a nearby waterfall, explored deep inside a cave to see some glow worms (one of the coolest experiences I've had!), and we learned how to surf! We loved our time here so much it was hard to leave, but the rest of the country beckoned.

Where we slept in Waipu Cove.
Waipu Falls
First time surfing!
Learning how to surf!

From there we made our way back to Auckland, where we left our car and caught the ferry to Great Barrier Island. During the couple of weeks prior we had been talking to the owner of an Irish pub in a very small town there, and some space just opened up earlier than expected in their accomodations for us to stay there and help out. So, we were on our way.

We ended up staying for a week, doing split shifts each day - gardening, housekeeping, cleaning, doing dishes. We enjoyed our time there, exploring the island when we could - but were left wanting more. Without our car there to explore and no other available opportunities to do some WWOOFing, we decided to head back to the mainland.

Life on Great Barrier Island.

By this point, we realized it was going to be expensive if we kept staying at hostels, and there were no guarantees that we could find a host via Couchsurfing, HelpX or WWOOFing whereever we went. We decided to upgrade to a self-contained van, so we could take advantage of the many freedom camping sites across the country! So, our second time in the city, we were on a mission: sell our car, and find our new home on wheels!

Coincidentally, we ended up staying with someone via Couchsurfing who happened to be putting together a van and was looking to sell it. We decided to go for it, and stayed a few extra days to see it's completion through. Luckily it didn't take long to sell our car soon after (after a few minor repairs to help sell it). We went to a few op shops, picked some stuff up for the van, and was southbound soon after, happy to be out of Auckland once more.


To be continued...

3
3
Publié le 7 février 2019

(This is Pascaline's version of the previous post)

Un petit récapitulatif...

Un mois déjà ! Arrivés le 2 janvier à Auckland, nous voici à Picton, au nord de l'île du Sud. D'abord, pourquoi l'île du Sud ? Nous qui avons adoré nos courtes aventures dans l'île du Nord (à suivre, elles viennent juste après), nous avons hésité à prendre la route pour le Sud - réputée *encore* plus belle que le Nord, mais aussi plus fraîche. D'où notre hâte de faire toute avant la fin de l'été. Bref, à suivre !

En attendant, qu'avons-nous fait jusqu'à présent ? Un récapitulatif en photos !

Nos premiers jours à Auckland : acheter une voiture pour explorer le pays!

Front de mer à Auckland

Notre premier weekend : explorer la Coromandel Peninsula, connue pour la Cathedral Cove (un gros rocher sympa mais qu'on a pas eu le temps de voir), la Hot Water Beach (une source chaude qui rencontre l'océan), et des routes de malade... Nous avons vite découvert que les Kiwi (les néo-zelandais) conduisent bien plus vite que nous. Il n'est pas rare de voir un panneau de limitation de vitesse de 100 km/h sur une route qu'on conduirait à 50 grand max!

Mais .. superbe paysage, qui vaut bien la peine.

Notre première expérience HelpX. Le HelpX, c'est comme le WWOOFing, sauf que ce n'est pas seulement des fermes. Ça peut être une famille, un restaurant, etc. Nous sommes donc tombés sur un couple super gentil (votés meilleurs HelpX de l'année par nous-même) qui nous ont hébergés sur leur magnifique terrain face à l'océan, en échange de 4h de travail par jour. Nous avons donc pelleté de la terre... pendant 5 jours. Encore une fois, l'effort en valait bien la peine, car nous avons passe une semaine extraordinaire : Lynnemaree nous a introduit au surf et aux plages locales secrètes, nous avons rencontres tous leurs amis qui sont devenus nos amis (et qu'on a revus depuis), ils nous ont préparé des repas végétariens tellement bon qu'on a oublié qu'on aimait la viande pendant une semaine!

Une si belle expérience que nous avons hâte de retourner dans le Northland pour en découvrir plus.

Nos aventures à Waipu Cove

Notre deuxième expérience HelpX : sur le petite île de Great Barrier Island, 4h au large d'Auckland, sur la côte Est. Une île isolée, où on s'éclaire à l'aide de générateur et où se douche à l'eau de pluie. Nous étions dans un pub, où nos tâches consistaient à faire le ménage, faire la vaisselle, et jardiner. Nous sommes restés une semaine, écoutant notre séjour car l'ambiance était trop 'travail' pour nous, à la différence de Waipu Cove, on l'on se sentait vraiment chez nous. Mais, une bonne expérience quand même, qui nous a appris que si on aime pas trop ce qu'on fait, on passe au suivant! Le privilège des vacances. L'île pas contre est magnifique, et nous sommes un peu déçus de ne l'as en avoir vu plus.

Great Barrier Island

Une fois rentrée de Great Barrier Island, nous avons décidé de revendre notre voiture pour acheter un campervan. En Nouvelle-Zélande, il y a beaucoup d'endroit où l'on peut dormir gratuitement (ou pour pas cher) si on a un véhicule "self-contained" (c'est-à-dire avec toilette et réserve d'eau). Nous avons donc acheté un minivan transformé en campervan. Prêts pour de nouvelles aventures !


Notre nouveau campervan - cuisine semi-équipée, lit double transformable en salon-salle à manger.
4
4
Publié le 13 février 2019

Notre premiere étape avec notre nouvelle maison mobile : Raglan. Un joli village de surf, avec des boutiques, des plages, des touristes, et une belle cascade d'eau.

----------------------------------------------------------------------

The first stop on our journey south was Raglan, a touristy seaside town known for great surfing. We used Campermate (a great app that lists all campgrounds, public toilets, water supplies, etc.) to scope out a nice campground where we could stay for cheap. Upon hearing about a nice waterfall just outside of the town, we took a drive there to check it out.

Raglan, et notre premier repas dans le van

Par contre, nous nous sommes vite rendus compte que le van n'était pas parfait... Le lit (c'est-à-dire la table, qui se dépli pour faire un lit, avec le reste des banquettes) s'écroule à chaque mouvement... Heureuse coïncidence : la solution à nos problèmes se présente tout seule, à notre prochaine étape, Oparau Road House, un petit magasin au milieu de nul part (où l'on peut camper gratuitement tout en continuant à faire route vers le Sud).

Le propriétaire, Bill, est super gentil : non seulement il nous laisse à manger devant notre porte, mais il nous propose d'utiliser ses outils pour modifier van (et cela, avant même de lui avoir demandé quoique ce soit!). Décidément ces kiwis...

On rencontre alors un couple de français, en plein dans leur année sabbatique, qui ont aussi acheté un van (mais un grand ... On parle pas du même confort... Lit double et frigo intégré). Ils nous ont aussi prêté des outils et nous ont aidé avec nos menus travaux.

-------------------------------------------------------------------------

We soon realized our van wasn't perfect. Overnight we discovered that our table which forms the center piece of the bed could easily collapse if you moved around slightly. However, we had to continue on.

From Raglan, we made our way to Oparau - specifically the Oparau Roadhouse, a gas station/store/café where there were free spots to camp for the night. Bill, the owner of the place introduced himself and learned that we wanted to make some modifications to our van. Coincidentally, it just so happened that he had a garage in the back with plenty of tools which he offered to help ourselves to! Our issues with the van would soon be fixed! Three days would soon pass, where we made our way to Hamilton to pick up supplies and get to work.


Oparau Road House. Ils ont même des chatons! They have kittens and hot pies.

On the road again! En attendant, on s'arrête pour la nuit aux Three Sisters, juste à côté d'une magnifique plage de sable noir. Par contre bonjour les moustiques...

-------------------------------------------------------------------------

With a newer, sturdier bed piece in place (as well as another shelf in the back), we were back on the road! Our next stop was the Three Sisters, next to a beautiful beach with black sand. Our night there was spent chatting it up with a friendly Kiwi couple.


Three sister - Notre spot pout la nuit. Our spot for the night.

Regardez la vidéo / check out the video :

5
5
Publié le 21 février 2019

Sur la route de Wellington ... Après Oparau Road House, nous continuons notre route vers l'île du Sud. On s'arrête en chemin à quelques endroit pour manger, dormir et visiter. Rien de bien excitant, mais Brandon a tenu à raconter tous les détails. Regardez les photos! Prochain épisode en français tout en bas ...

-------------

From the Three Sisters, we continued further south towards New Plymouth, a bigger town than where we've been staying in the past few days. So we were keen to get some groceries, do some laundry, and continue on our way.

By this point we noticed after using our sink in the kitchen at the back, there was another issue with the van - the water was not properly draining into the grey water container, due to its height and the depth of the sink. As well, the extendable drain pipe had a small hole in it, so we had a minor leak - a problem remedied after buying a replacement at a plumbing store. We had a nice chat with the lady working there afterwards, who told us of some good spots around the town we should check out.

As the sun was starting to set, we made our way to Oakura beach, just outside of the town where there were enough spots to camp for the night.

A quick stop for lunch before Whanganui.

The following day, we stopped in Whanganui. It being the weekend and close to the end of the day when we got there, most of the shops we walked by were closed, but we managed to fill up our water and grab a bite. We debated on staying there for the night but decided otherwise and were soon on the road again, driving another couple hours to a town called Waikanae, where we ended up camping next to another beach.

The next morning we treated ourselves to a nice hot shower at the nearby swimming pool for cheap ($1.50 NZD)! We took our time, grabbed a coffee, and made our way towards Wellington which was less than a couple hours away.

We arrived in the capital around midday - plenty of time to wander around our first day there. We went to a nearby farmers market, then wandered along Cuba street, a cool, trendy part of the city lined with many different shops and restaurants, eventually stopping for brunch at El Matador, a Spanish restaurant which probably had the best food we've eaten since coming to New Zealand! Satiated, we made our way to the waterfront to find parking for the rest of the day.


Wandering through Welly.

We spent the next few days walking throughout the city, taking in the Botanic Garden, checking out the local museum - which had a really cool Terracotta Army exhibition, and enjoying some live music during Waitangi Day. I think it's safe to say we enjoyed this city more than Auckland - it definitely has more of a laid back vibe to it, and it was easy to walk pretty much everywhere which was nice, so we could leave our van at the waterfront parking for the day.

After our time in Wellington, it was soon time to board the ferry and make our way to the South Island!


Wellington! Une jolie ville qui rappelle un peu Halifax : taille moyenne, sur l'océan. On se paye un bon brunch dans un restaurant espagnol - avec du vrai chorizo ! Une premiere ici. On s'offre aussi notre première douche chaude depuis l'achat de notre van, pour 1.5$, à la piscine municipale. En général c'est plutôt saladier et eau froide. Nous restons 4 jours à Wellington, notamment pour assister aux célébrations de Waitangi Day, une fête nationale. Nous visitons aussi le musée où sont exposés quelques artefacts venant du fameux tombeau de l'armée en terre cuite. Impressionant!

On embarque ensuite sur le ferry pour nos premiers pas sur l'île du Sud.

6

On arrive enfin sur l'île du Sud. Arrêt obligatoire à Picton (où accoste le ferry). On passe la nuit dans un Holiday Park (un genre de camping avec douches, cuisine, et machines à laver - on se réserve une soirée pour faire une machine !). Picton c'est mignon mais c'est petit: il est vite décidé de reprendre la route. On choisit de longer la côte par le Queen Charlotte Drive, la route touristique. Il y a des points de vus tous les kilomètres. On s'arrête dans une jolie petite baie (où je veux me baigner, mais je change d'avis car l'eau est relativement froide). L'eau est tellement belle, ça nous donne envie de faire une balade aquatique. On décide de louer des kayaks. Les locaux nous indiquent qu'une boite de location se trouve dans le village suivant. En route!


----------------------


So we finally arrived on the South Island! We arrived in Picton late afternoon after a few hours on the ferry and decided to to spend the night at a nearby holiday park to enjoy a hot shower and to do some laundry. The following morning we explored the town a bit before making out way a bit east to the Queen Charlotte Sound.

It was a beautiful drive, touristy, with a bunch of spots to view the Sound.


Parfait hasard : la personne qui nous renseigne sur les kayaks nous indique aussi un endroit pour camper gratuitement. On se gare donc à Anakiwa, juste en face de la baie. On y dormira 2 nuits. Puisque les kayaks sont réserves pour lendemain matin, nous avons toute l'après-midi de libre. Le camping se trouve juste à la sortie du Queen Charlotte Track, une randonnée de 70 km qui longe l'océan. C'est parti pour une petite portion de randonnée (14km aller-retour - et un arrêt minute sur là plage en chemin!) jusqu'à un magnifique point de vue panoramique. On croise beaucoup de randonneurs et de vélos qui finissent leurs 3 jours d'aventures.

La soirée s'annonce tranquille : dîner sur la plage.


----------------

We parked at a small free camping area and spent the next couple days in Anakiwa, a small town right next to a small beach. While here we finally did our first real hike in New Zealand, on the Queen Charlotte Track - a 70km track in the Marlborough region. We did about 14kms total, feeling pretty good afterwards!


Matinée kayak ! Nous conduisons à l'entrepôt des kayaks pour un petit point sécurité (notamment comment activer une mini-fusée de detresse sans se brûler la main - toujours utile). C'est notre première sortir en kayak double pour Brandon et moi, nous découvrons que nous n'avons pas la même vitesse de croisière - disons qu'une personne (moi) pagaye et l'autre (pas moi) regarde le paysage... Mais quel paysage ! La côte montagneuse, les énormes raies qui se faufilent sous notre kayak, de oiseaux inconnus... Une belle balade pleine de découvertes.

-----------

We also managed to do some kayaking on a beautiful day on the Sound. There were plenty of stingrays in the clear, turquoise waters and native birds nearby so it was really nice. Pascaline and I shared a kayak here, and while I wanted to take a relaxed approach, she was more keen to just keep paddling! Guess who was more tired by the end! 😉


Nos deux nuits passes sur la baie, nous rejoignons Picton pour rencontrer un ancien collègue de Brandon qui, par hasard, visite aussi la Nouvelle-Zélande avec sa compagne. Nous passons l'après-midi à visiter les alentours puis nous les rejoignons pour dîner dans un pub local. Ils nous racontent leurs aventures (tout droit venues de Fiordland et les Catlins, nos prochaines destinations) et nous racontons les nôtres. Une super rencontre!

Le lendemain, direction Kaikoura, une ville touristique côtière connue pour ses dauphins, et pour avoir été l'épicentre du tremblement de terre de magnitude 7.8 en 2016. La route avait été largement détruite, laissant la petite ville isolée du reste du pays pendant un an.

En chemin, on traverse la région de Blenheim, où de nombreux vignobles s'établissent depuis les 20 dernières années. Nous faisons quelques dégustations, notamment de vin glacé, la version néo-zélandais du vin de glace canadien. Ils n'ont pas le même climat !


----------------------------------


We returned to Picton for another night, catching up with a friend and former colleague of mine who happened to also be visiting New Zealand, before departing for Kaikoura the following day.


Le tout en vidéo !

7

Nous arrivons à Kaikoura, petite ville côtière touristique. Nous passons les d'eux premières nuits dans un petit camping, à 20 minutes à l'intérieur des terres, tenu par un couple qui gère aussi une grande ferme. Nos voisins s'appellent brebis, vaches et troupeau de cerfs. Nous passons la journée à nous balader sur la plage, dans la montagne, et dans un pré de lavande.

La vue de notre camping

Nous aimons la région, nous décidons donc de chercher un Helpx pour rester un peu plus longtemps. Poppy nous répond et nous invite à rester chez elle en échange de l'aider à déménager sa cuisine. Nous passons donc deux jours entre balades sur la plage et organisation de boîte de conserves (certaines expirées). Nous aidons aussi dans sa petite boutique de glace et café. Brandon s'est montré très efficace à la vaisselle, pendant que j'aidais à servir des glaces. Les derniers jours sont dévoués à terminer le site Internet qu'un autre Helpx avait débuté: www.poppyskaikoura.com. Le tout pendant que Brandon mangeait toutes les glaces.

Yum Yum

Ensuite, en route pour Chch (aka Christchurch).

8
8
Publié le 6 avril 2019

Nous arrivons à Christchurch en espérant trouver des activité créatives à faire. En effet, même si nous aimons voyager, on aime aussi être créatifs et manuels. Notre première destination est donc un studio de poterie, où nous espérons pouvoir faire du bénévolat en échange d'utiliser leurs locaux. Manque de chance, ils ne font pas ça, mais la personne qui nous accueille est très sympa et nous donne des contacts. Nous contactons donc une autre personne, qui indique sur son site Internet qu'elle accueille de temps en temps des artistes dans son studio. Cette fois-ci c'est la bonne : en échange de quelques services, Cecilia nous invite à utiliser son studio de poterie pour la semaine, jusqu'à son départ en vacances.

À Picton, nous avions aussi acheté du matériel pour faire de la mosaïque. Nous recherchons donc des endroits pour nous procurer de quoi commencer : planches, vaisselle cassée, émaux, miroir, etc. Grâce aux conseils de Cecilia (et à notre ami Google), nous faisons le plein. Notre pauvre van commence a se sentir serré.

Nous sommes tellement contents de pouvoir faire un peu de poterie que nous visitons la ville assez peu : nous nous limitons au centre ville et à la piscine municipale pour la douche. L'atmosphère de la ville est étrange : le centre ville a été ravagé par deux tremblements de terre, dont un très destructeur - plus de 150 personnes tuées et la plupart des immeubles de plus de 6 étages se sont écroulés. Le cœur touristique de la ville a principalement disparu : les bâtiments patrimoniaux sont pour la plupart détruits, et la cathédrale a survécu de peu, et est encore en reconstruction.

Notre semaine de poterie terminée, nous décidons de visiter le village d'Akaroa, sur la péninsule Banks. La route pour y aller est magnifique mais tourne beaucoup. La vue est belle et nous nous arrêtons souvent pout prendre des photos.

Pour les flemmards, voici la vidéo de récap :

Akaroa, c'est un ancien village français - où des pêcheurs se sont installés il y a quelques 150 ans. La plupart de leurs descendants ont déménagés ailleurs en Nouvelle-Zélande, ils ne restent donc plus beaucoup de français de nos jours. D'ailleurs, sur le monument aux morts ne figurent que quelques noms français.

Le village est très joli et le paysage est magnifique. Pout en profiter, nous faisons quelques randonnées et nous nous offrons une matinée en bateau, où nous avons la chance d'admirer dauphins, pingouins, et diverses espèces d'oiseaux locales. Une sortie qui vaut le coup (et le coût !).

Par contre, je dois dire que la randonnée - censée être 'facile', n'était pas facile du tout!

Mais on a survécu !

En plus du paysage, Akaroa a un cadeau particulier à offrir à ses visiteurs : la maison des géants. The Giants' House (le nom en anglais) est une maison privée dont les jardins ont été entièrement emménagés en mosaïque par la propriétaire et artiste. L'entrée est 20$ par personne, mais ça vaut le détour. Surtout pour des amateurs de mosaïque !

9
9
Publié le 13 mai 2019

À partir de Chch (Christchurch), il y a deux routes possibles : longer la côte en direction de Dunedin, ou entrer dans les terres et faire son chemin au centre de l'île. Nous décidons d'aller vers le centre, car nous planifions de visiter Dunedin avec Amandine lorsqu'elle viendra. On est encore en Mars (eh oui, on a pris un peu de retard dans la rédaction !) donc il fait encore beau et chaud. La route est belle et on s'arrête même pour une petite baignade dans une rivière. Sur conseil d'un autre voyageur rencontré le soir, nous allons à Mount Sunday, où a été tourné la ville d'Edoras dans Le seigneur des Anneaux. Il suffit de faire 40 km sur une route de gravier qui monte, qui tourne et qui descend, puis faire 45 min de grimpette sous 40 degrés et pas d'ombre, et admirer la vue. Apparemment certaines personnes apportent des épées en bois et des bannières du Rohan (drapeau d'Edoras) pour une photo-op. Nous n'étions pas si bien équipés.

Nous arrivons ensuite au lac Tekapo, un lac magnifique au pied de montagnes - et d'où on peut apercevoir Aoraki Mount Cook, le plus haut sommet de Nouvelle-Zélande. Le lac est d'un bleu intense à cause des sédiments présent dans le sol. Le paysage est extrêmement jaune. Nous sommes en fin d'été et les collines sont ultra sèches. D'ailleurs dans tous les sites de camping, des panneaux "Total fire ban" (interdiction totale de faire du feu) sont affichés. On profite d'un joli coin de camping sur un plus petit lac pour faire une journée de pause, et travailler notre artisanat.

Cousin du lac Tekapo, le lac Pukaki est de la même couleur, mais un peu plus grand. En le longeant, on arrive au village Mount Cook, d'où partent des randonnées de montagnes, des vols en hélico, etc. On faisons deux randonnées dont le point d'arrivée sont des glaciers (ou plutôt ce qu'il en reste). Les glaciers sont tristes à voir : entre réchauffement climatique et le fait d'être en été, on a plus l'impression de visiter une mine à ciel ouvert... Le recul des glaciers depuis les années 2000 est immense, et bientôt ils ne seront visibles que dans les vallées les plus reculées.

Ensuite, direction Wanaka, ville moins connue que Queenstown (la capitale touristique de l'île du Sud, voir même de la Nouvelle-Zélande) mais tout aussi jolie. Nous y passons la nuit et faisons le plein de courses avant de traverser Haast Pass, censée être une route très scénique, pour arriver sur la côte Ouest.

10
10
Publié le 21 mai 2019

La côte Ouest est totalement différente de la côte Est. La forêt tropicale, luxuriante, s'étend à perte de vue, des montagnes jusqu'à la mer. Les plages de sable noir s'étendent à chaque tournant, couverte de carcasses d'arbres rejetées par l'océan après journée de grand vent. On comprend vite le conseil qu'on nous a donné plus tôt dans notre voyage: "ne vous baignez pas sut la côte Ouest". Les vagues déferlent et roulent juste sur la plage; le niveau de l'eau passe de quelques centimètres à la taille d'une personne adulte en quelques secondes.

Nous nous arrêtons en chemin aux Blue Pools, une gorge dans la montagne qui forme une série de piscines naturelles. Les sandflies sont au rendez-vous.

Nous nous arrêtons à Pancake Rocks, une formation géologique millenaire intéressante. Les roches sont formées alternativement de roche dure et de calcaire. Ce dernier, s'érodant plus rapidement, créé un effet de pancake empilés les uns sur les autres.

Comme à notre habitude, nous choisissons une randonnée pour passer l'après-midi et admirer le paysage.

Prochaine étape : Hokitika, un village touristique dont la spécialité est le pounanu, c'est-à-dire la jade. La région est connue pour ses dépôts de jade; on peut en trouver dans les rivières, dans les grottes, les mines et très rarement sur la plage. Propriété des Ngai Tahu, tribu maori de la côte Ouest, le pounamu peut être récupéré et commercialisé uniquement par les descendants de la tribu. La jade de Nouvelle-Zélande est d'ailleurs prisée dans le monde entier pour ses différentes variétés, notamment la fleur de jade, qui présente des nuances de jaunes superposés à la couleur verte de la jade traditionnelle.

Nous trouvons rapidement un Helpx pour la semaine: un couple dans la cinquantaine, sculpteurs de jade. En plus de nos tâches habituelles (laver les vitres, tondre le gazon), nous avons la chance de sculpter nos propres pendentifs en pounanu, sous la direction de Brett.

Les résultats sont mitigés : Brandon est content du sien, moi un peu moins. Mais pour un premier essai, c'est pas si pire!

Le tout en vidéo :

11
11
Publié le 14 juin 2019

Amandine et son vélo arrivent enfin. Le plan est de rester quelques jours à Chch, le temps qu'elle se remette du voyage, pour ensuite commencer ses 2 semaines de velos. La route est similaire à celle qu'on a pris pour aller à Tekapo, donc notre plan est de relaxer, pêcher, faire de la mosaïque, quelques randonnées, et retrouver Doodoo en après-midi à notre point de rendez-vous.

On en profite tout de même pour visiter quelques sites que nous n'avions pas eu le temps de découvrir lors de notre premier séjour à Chch. Nous retournons également à Akaroa.

Grièges exporte ses fromages jusqu'en Nouvelle-Zélande! 

Le jardin botanique est particulièrement intéressant !

Les journées sont rythmées selon le vélo: Doodoo se lève avant nous pour prendre la route tôt, nous démontons sa tente et la faisons sécher lorsqu'elle est mouillée, puis nous la retrouvons en chemin pour finaliser le point de rendez-vous selon les conditions de la route et la météo. Et le soir, avec deux françaises contre un canadien, c'est le retour de l'apéro. La pêche, malheureusement, n'est pas une réussite. Par contre, grâce à la planification d'Amandine, nous découvrons de superbe spots de camping.

Le premier jour de vélo débute à la sortie de Christchurch. Nous déposons Doodoo à Windwhistle. Elle nous retrouvera en fin d'après-midi au camping de Clearwater Lake, à 73 km, dont une dizaine de km sur une route de gros gravier. À éviter la prochaine fois! Par contre, le camping est vraiment sympa, nous sommes juste à côté du lac.

Le deuxième jour de vélo : Clearwater Lake à Peel Forest, 76 km. Nous la déposons à la fin de la route de gravier pour faciliter sa journée. Nous profitons du beau temps pour faire une petite randonnée à Orari Gorge, près de notre camping.

Et bien sûr la vidéo :

12

Le troisième jour comprend 53 km de vélo - de Peel Forest à Fairlie, une petite ville dite "la passerelle vers le Mackenzie" - une région au centre de l'île composée de (raisonnablement) grands lacs et des Alpes Méridionales. C'est une région touristique en été pour la randonnée et le vélo, et en hiver pour le ski et les visites de glaciers. Nous nous arrêtons donc à Fairlie, dans un camping aménagé - ce qui veut dire douches et cuisine équipée! Le luxe.

Le quatrième jour est une grosse journée - pour Doodoo : 100 km de vélo, de Fairlie à Twizel. C'est une route touristique que l'on a déjà empruntée et qui sinue entre les lacs Tekapo et Pukaki. Une très belle route mais beaucoup de montées, et pas mal de circulation. La route est longue, nous rejoignons donc Amandine à 5h du soir à Twizel. On monte la garde dans un espace vert près de la route, pour la voir arriver. En attendant, pour Brandon et moi pratiquons nos talents de mosaïstes. La journée n'est pas tout à fait finie - le camping est à une trentaine de kilomètres de Twizel, mais la route est principalement en graviers, donc Amandine monte avec nous dans la voiture. Le temps de s'arrêter à Twizel pour le ravitaillement, la nuit tombe presque. Nous campons à Ohau, un spot magnifique, juste sur le bord d'un grand lac. Nous avons guère de voisins, la route est longue pour arriver à cet endroit reculé. Mais la vue et l'atmosphère paisible en valent l'essence.

Le lendemain matin, on dépose Doodoo à la fin des 30 km de graviers pour une nouvelle étape ! 

Jour cinq de vélo - une journée courte, seulement une trentaine de kilomètres ! Doodoo a planifié une journée facile après la grosse étape de la veille. Nous arrivons donc en début d'après-midi à Omarama, un village en bord de route, composé de quelques magasins et d'une station d'essence. Il y a une aire de camping gratuit à l'entrée du village, pas spécialement belle mais juste à coté d'une rivière. Brandon prépare sa canne à pêche, et Amandine et moi planifions déjà la recette du poisson - qui n'arrivera jamais. La journée est belle, pendant que Brandon se débat avec les habitants de la rivière, Doodoo et moi relaxons sur la rive.

Doodoo prend sa douche ! Il était temps ! 

Jour six - une autre journée difficile ! Doodoo doit achever les 95 km qui séparent Omarama de l'aire de camping de Bendigo, un peu avant la ville de Cromwell. Non seulement la route est longue, mais certaines parties sont difficiles. Il s'agit de traverser Lindis Valley, une longue plaine brûlée par le vent, et où le seul signe de civilisation est à 45 km d'Omarama. Ensuite, il faut traverser Lindis Pass, un col de montagne pas si haut que ça, mais long et sinueux. Pour ajouter à la difficulté, la journée est froide et venteuse. La tente (et les fenêtres de la voiture) ont gelé pendant la nuit. Lorsque Brandon et moi nous réveillons, Amandine est déjà partie - et nous nous levons sans hâte. Brrr il fait froid! Nous rattrapons Doodoo en route (comme d'habitude, nous nous arrêtons sur le bord de la route lorsque nous la dépassons) - elle aussi a eu froid ce matin ! Mais elle veut continuer, donc nous la laissons tranquille et nous conduisons jusqu'à la prochaine petite ville de bord de route. Une note sur ce sujet - dans beaucoup d'endroits isolés apparaissent ces 'villages de bord de route' comprenant un petit magasin, parfois un café-restaurant et une station service. On ne trouve pas vraiment ce concept en France, mais beaucoup aux États-Unis et au Canada. Ce ne sont pas vraiment des villages, plutôt des minuscules agglomérations de quelques services de campagne, sur le bord d'une route fréquentée mais très peu habitée.

Ne vous fiez pas aux apparences - certains de ces villages de bord de route peuvent avoir des services de qualité, comme Tarras, où nous nous arrêtons pour déjeuner. Le café dans lequel nous déjeunons est excellent, la boutique touriste est étonnamment de très bonne qualité, et, au hasard de notre petite promenade, nous découvrons un musée en l'honneur de Shrek le mouton. Shrek est un mouton mérino de la région de Lindis, qui a échapé aux tondeurs de montons pendant 6 ans. À noter qu'en Nouvelle-Zélande, la plupart des troupeaux vivent en relative liberté dans de grandes régions rurales ou montagneuses. Un peu comme en France, dans la région des Pyrénées ou celles des Alpes. Une fois par an, ils sont rassemblés, marqués, tondus, etc. Bref, Mouton Shrek, sans tonte pendant 6 ans, avait développé une laine pesant 27 kg (en moyenne, la laine d'un mouton mérino pèse dans les 4 à 5 kg). Il a finalement été découvert par un berger, médiatisé mondialement, et la tonte de sa laine diffusée en direct dans de nombreux pays. Le pauvre mouton est mort depuis, à l'âge honorable de 16 ans. Tout ça pour dire que si vous passez par Tarras, arrêtez-vous pour déjeuner et pour le musée de Shrek le mouton, vous ne le regretterez pas!

Au final, nous rejoignons Amandine au camping de Bendigo, pour une soirée pluvieuse et venteuse sur le bord du lac.

Région magnifique mais un peu fraîche - en tout cas ce jour-là!

La vidéo :

13

Septième jour de vélo : le plan est de retrouver Amandine à Alexandra, une jolie petite ville à 41 km. Elle s'arrêtera à Cromwell au passage (nous nous y sommes déjà arrêté - c'est mignon mais ça ne vaut pas un deuxième passage). Nous arrivons en milieu de matinée à Alexandra. Nous en profitons pour faire une lessive et s'arrêter au marché. Amandine nous rejoint pour un pique-nique dans le parc, puis nous décidons de dédier l'après-midi à la visite des vignobles locaux. Le pinot noir est la spécialité du coin. Ici, les 'vignobles' sont relativement nouveaux, et assez petits. Au lieu de succursales ouvertes au public, nous atterrissons directement dans le salon des producteurs. Après quelques emplettes, nous poursuivons notre chemin vers Saint Bathans, un petit village au creux de la colline. Le camping est desert - il faut dire que dans cette région semi-montagneuse, le temps est frais. Mais la vue est belle!

Camping à St-Bathans 

Huitième jour-étape : Doodoo part tôt de St-Bathans. Lorsque nous nous levons, tout est gelé : la tente, la voiture, l'herbe, les arbres. Heureusement, il fait un grand soleil. Nous déplaçons tout le matériel au soleil et le gel ne tarde pas à fondre. La tente sèche pendant que nous préparons notre départ. Le paysage est aussi joli le matin. Nous empruntons une petite route de campagne, principalement en gravier. Les lapins courent se cacher dans les buissons au passage de la voiture. Les collines sont encore embrumées. Les moutons paissent tranquillement sur les coteaux. En chemin, nous nous arrêtons à Naseby, un village conseillé dans notre guide. Nous nous arrêtons pour un café et un en-cas matinal. Nous continuons la route - brumeuse par endroit, et très vallonnée. Nous nous attendons à trouver Doodoo à tous les tournants. Enfin - on la voit au loin et on la dépasse. Nous nous arrêtons un kilomètre plus loin dans une aire de repos. Au final, à moitié frigorifiée et fatiguée de toutes ces montées et descentes, on la convainc de monter avec nous et de finir la journée au chaud.

Nous passons la nuit à Dunback - un camping ensoleillé et où l'air frais des montagnes est apaisé par la proximité de l'océan. J'en profite pour prendre une douche de plein air.

Neuvième jour: une étape courte, car l'après-midi sera dédié au tourisme. Amandine prend la route le matin, et nous la rejoignons à la plage de Moeraki, où nous avons l'occasion d'admirer ces formations géologiques intéressantes : des grosses roches en forme de boules, creuses à l'intérieur. Après plus d'une semaine passée dans les plaines et les collines, ça fait du bien de retrouver l'air pur de la côte. Nous allons nous balader sur la plage, puis nous conduisons tous ensemble à Oamaru, déclarée la ville préférée d'Amandine en Nouvelle-Zélande. Ville industrielle au début du siècle, elle a perdu de son importance mais a su développé un côté touristique en jouant sur son côté 'steam punk' - un style inspiré de la révolution industrielle et de l'époque victorienne. L'aire de jeu pour enfant en est le témoin.

Sur le chemin du retour (nous redescendons la côte pour rejoindre notre destination pour la nuit), nous nous arrêtons pour une petite balade dans les bois. Nous passons la nuit à Warrington Reserve, juste à l'extérieur de Dunedin.

Oamaru en vidéo:

Le parc de jeux le plus cool du pays!
14
14
Publié le 30 août 2019

Dunedin a une bonne réputation: il parait que la ville est jolie, que les restaus sont bons, et que les gens sont sympas. Ça commence bien! La ville est en effet très jolie : le centre-ville est assez petit mais a du caractère. La gare est vraiment belle, surtout pour une ville de cette taille. Nous passons la journée à se balader au hasard des rues, entre cafés, boutiques et ruelles. Il y a même une usine de chocolat artisanale! Dunedin héberge aussi la rue résidentielle la plus pentue du monde. Je l'ai vue lors de ma précédente visite - en effet, les habitants font leur gym quotidienne tous les soirs en remontant la rue.

Le soir, on se paye un bon restau (pour mon anniversaire). Au menu, soupe d'amande froide, salade de bœuf, saumon à la noix de coco et deserts. On partage tout. C'est excellent.

Le lendemain, c'est visite de l'Otago Peninsula - la péninsule juste à la sortie de Dunedin. D'après mes souvenirs les paysages sont magnifiques. La péninsule regorge de plages désertes, de routes de graviers qui mènent à des baies reculées. C'est aussi un endroit connu pour voir des phoques ou des otaries. Nous ne sommes pas déçus : sur la plage Sandfly Beach (la plage du sable qui vole - en effet, c'est comme on dirait venteux!) - on se balade tranquillement tout en évitant soigneusement de marcher trop près des otaries endormies sur la plage.

Nous conduisons sans itinéraire fixe, tournant à chaque route ayant l'air plus isolée que l'autre. Nous explorons les baies et les collines qui forment la péninsule. La marée est basse, Amandine suggère d'aller à la pêche à pied - c'est-à-dire la pêches aux coquillages. Il y en a à foison, ça nous fera notre repas du soir. Même Brandon, qui n'est pas convaincu au début (comment ça il faut aller farfouiller dans le sable humide?), s'y met de bon cœur. Comme Amandine dit - c'est comme à l'Île d'Oléron! Nous passons la nuit sur la péninsule, dans un petit camping avec un chat très curieux.

Le lendemain, direction Grand Sud : les Catlins. C'est la partie la plus au Sud de l'île du Sud, très rurale et très belle. Le paysage se partage entre forêt, prairies et océan. La côte est escarpée et rocheuse - je n'irais pas spécialement me baigner ici! Surtout s'il s'agit de nager entre les otaries. Sur certaines plages, des panneaux indiquent même la marche à suivre si des phoques ou des otaries viennent se baigner avec vous - ne pas paniquer et s'éloigner lentement. Nous arrivons à Nugget Point, une petite avancée dans l'océan. Une petite colonie de phoques s'amusent dans les piscines naturelles au pied des falaises. Le vent et la pluie n'ont pas l'air de les déranger.

Nous nous arrêtons au gré des panneaux, qui indiquent les balades en forêt et les point d’intérêt. On voit des cascades tous les 10 km. La journée est pluvieuse, nous ne rencontrons pas beaucoup de monde sur les routes. La plus jolie d'entre-elles est Purakaunui Falls. Nous passons la nuit dans un camping boueux équipé - heureusement - d'une grande cuisine où nous pouvons passer la soirée au sec (et faire sécher cette pauvre tente). Le lendemain matin, nous redécouvrons le paysage sous le soleil.

À Papatowai, un endroit original vaut le détour. Il s'agit d'un petit parc d'attraction, fait de créatures mécaniques et autres articles bizarres qui bougent ou font du bruit lorsqu'on active une manivelle. Ce recoin de bizarrerie a été créé par un personnage énigmatique qui réside (apparemment) dans une caravane remplie de petits objets curieux.

Nous continuons notre route vers le Sud, avec un arrêt à la fameuse Cathedral Cave - une grotte directement située sur la plage, est qui est partiellement submergée à marée haute. Il faut donc bien programmer son heure d'arrivée pour y avoir accès.

15

En route pour Stewart Island / Rakiura, une petite île au Sud de Bluff. La météo n'est pas excellente, mais nous avons déjà réservé les huttes pour notre randonnée de 2 nuits / 3 jours : le Rakiura Track. Le ferry nous dépose à Oban, la principale 'ville' de l'île. Nous devons aller chercher nos billets au bureau du DOC (Department Of Conservation) pour pouvoir démarrer notre aventure à sac à dos. La randonnée est pack-in, pack-out, ce qui veut dire que nous devons apporter tout ce dont nous aurons besoin pour les 3 jours, et ramener avec nous tous nos déchets. Il n'y a ni boutique, ni poubelle sur la route. Bref, une randonnée en forêt !

Nous débutons à Lee Bay. La première journée est seulement 3 heures de marche, ce qui est parfait car le ferry nous a déposé à 11h du matin. Le temps d'aller chercher nos billets et de marcher jusqu'à notre point de départ, il est déjà 1h.

Le chemin longe des baies et des criques qui doivent être très agréables l'été. Malheureusement, le temps - et la température - ne sont pas vraiment à la baignade. En dépit des photos, la randonnée est très bien signalée. Il est impossible de se perdre.

À notre grand étonnement, la hutte est à pleine capacité. Un groupe de 12 personnes fait la randonnée en même temps que nous, en plus de deux familles. Nous qui nous attendions à une cabane en bois dans la forêt … au final, c'est le luxe ! L'eau n'est pas potable (il faut la bouillir) mais il y a des éviers, des tables et chaises pour tout le monde, et deux grandes chambres séparées de la cuisine / salon.

Cette randonnée est connue pour les kiwis (les animaux, pas les fruits). En effet, Stewart Island est le seul endroit en Nouvelle-Zélande où l'on peut avoir la chance de voir des kiwis dans la nature aussi bien la journée que la nuit. Pas de chance pour nous par contre. Aucun kiwis à l'horizon.

Le deuxième jour se compose de 6 heures de marche en forêt. Le chemin est boueux, et nous mène à un ancien site minier, avec des reliques de machineries de l'époque. Les machines sont tellement imposantes, on ne peut pas s'empêcher de se demander comment elles ont été transportées là.

Le troisième et dernier jour est également assez court : 11 km, soit environ 4 heures pour rejoindre la route principale, tout près de Oban. Nous sommes de retour sur la côte, et nous pouvons admirer toutes les criques cachées et l'eau claire et calme des petites plages que nous croisons sur la route.

En bref, le Rakiura Track est relativement facile (quelques montées lors de la 2e journée, mais l'élévation ne dépasse pas 250 m), mais il traverse beaucoup de forêt .. un peu trop pour moi, qui préfère la plage ! Mais c'est un bon test lorsque, comme nous, on est pas sûr de quel niveau de difficulté on peut s'attaquer.

16
16
Publié le 7 octobre 2019

Passage obligé de l'île du Sud : Fiordland, et le fameux Milford Sound. Nous avions hésité avec le Doubtful Sound, qui a l'air magnifique, mais les prix sont plus que prohibitifs …

Depuis Bluff, nous longeons la côte de Southland. Nous passons la nuit à Pahia, une grande plage bordée de falaises, où nous allons, encore une fois, à la pêche aux coquillages comestibles.

Nous décidons de nous arrêter au lac Hauroko, l'un des lacs les plus au Sud de l'île. C'est aussi le lac le plus profond de Nouvelle-Zélande. Après une bonne demi-heure sur une route de gravier, nous sommes récompensés par une superbe vue du lac et des montagnes environnantes. Nous sommes venus spécialement pour faire une marche qui mène au sommet de la colline, et qui offre une vue spectaculaire des fiords, jusqu'à la mer. Il faut grimper une solide heure, en escaladant les racines et les roches. Brandon, qui s'est fait mal quelque part, abandonne au bout d'un quart d'heure. J'abandonne au bout d'une demi-heure. Doodoo avance tranquillement. Elle sera la seule de nous trois à atteindre le sommet, et confirme que oui, la vue est incroyable. Il n'y aura malheureusement pas de preuves photographiques de son exploit…

Nous faisons ensuite escale au lac Manapouri pour un pause détente bien méritée (surtout pour Amandine).

Depuis Te Anau, il n'y a qu'une route pour le Milford Sound. Il n'y a ni essence, ni magasin pour les prochains 250 km. Par contre, la route est jonchée de balades en forêt, de lacs, de vues panoramiques et de campings. Nous nous arrêtons aussi souvent que possible, mais la pluie commence à se faire sentir. Pas étonnant, la région n'est pas connue pour son beau temps… Nous passons la nuit dans un camping sur la route. Le lendemain, notre croisière sur le Sound nous attend !

Levés aux aurores pour ne pas rater notre bateau, nous évitons les éventuels embouteillages. Nous avons encore 40 minutes de route avant d'atteindre le terminal d'où partent la plupart des activités du Milford Sound. Moi qui avait choisi l'option kayak la dernière fois, je suis contente qu'on soit en bateau cette fois-ci. Il pleut, il bruine, et les nuages sont bas. On nous a dit qu'une journée pluvieuse est la meilleure façon de voir le Sound, car toutes les cascades battront leur plein. J'avoue, je ne suis (toujours) pas convaincue. Au moins, ils ont du café chaud à bord. La vue est superbe. Les cascades sont, en effet, impressionnantes. Certaines s'écoulent depuis les sommets des falaises, dans le vide, ce qui donne l'impression d'être dans un paysage du film Avatar. Par contre, le brouillard nous empêche d'admirer les montagnes dans toute leur grandeur (et hauteur). Nous finissons la croisière trempés; heureusement que nous portons, en prévision, toutes les couches de vêtements que le contenu de nos valises nous permettait.

Le tout en vidéo :

17
17
Publié le 5 novembre 2019

Arrivée mouillée à Wanaka - il a plu quasiment toute la semaine. Nous avons l'idée brillante de faire du housesitting : on garde une maison et on s'occupe des animaux pendant que les propriétaires ne sont pas là. Ce qui veut dire : douche chaude, chambre avec un vrai lit, cuisine équipée, et même un frigo ! En plus de deux chats, les propriétaires ont aussi 4 poules. C'est parti pour 4 jours d'omelettes tous les matins. Le housesitting permet aussi à Amandine de sécher sa pauvre tente qui en a vu de toutes les couleurs.

Pendant ce temps, c'est détente pour moi et Brandon. Il faut dire qu'on est passé à Wanaka il y a un mois à peine. Queenstown et Arrowtown sont au programme. Et quoi de mieux, quand on est à Queenstown, de se payer un saut en parachute ! Brandon et Amandine sont de la partie, moi je l'ai fait lors de mon premier passage en ville, il y a 8 ans.

Nous faisons ensuite la fameuse route Queenstown - Glenorchy, supposée être l'une des plus scénique de Nouvelle-Zélande. J'ai envie de dire, dans chaque région, ils ont une route du genre. Celle-ci est très belle en effet (mais elles le sont toutes !). Glenochy, c'est juste une petite ville au bout de la route. Très touristique, on peut partir en randonnée à cheval ou en croisière autour du lac. On se contente de se balader et de prendre des jolies photos au soleil.

Le lendemain, c'est journée vélo. Doodoo nous harcèle depuis le début de son voyage pour qu'on fasse du vélo avec elle, donc c'est le moment. Nous louons 2 vélo supplémentaires à Wanaka et c'est parti pour l'aventure. Il y a de nombreuses routes cyclistes aux alentours, notamment autour du lac et longeant la rivière. Le temps est magnifique et la route est au final assez facile. À la fin de la journée, on en profite pour une pause détente au bord du lac. À la surprise de tous, Brandon ne s'est pas baigné. Doodoo et moi avons fait un essai rapide, l'eau étant, comment dire … fraiche.

18

Une fois Amandine partie, nous changeons de cadence. Voyager et loger dans un minivan pendant presque 5 mois, c'est un peu fatiguant. Et, lorsque l'hiver arrive (on parle de juin), les journées sont moins longues, les soirées sont plus fraiches, ce n'est plus aussi amusant qu'en plein été. Un peu comme le camping quoi.

Bref. Brandon et moi décidons de nous trouver un petit nid pour l'hiver. On pense Dunedin ou Christchurch, les principales villes de l'île du Sud. Je veux aussi me chercher un emploi (et oui, ce n'est pas pour rien le visa vacances-travail, la Nouvelle-Zélande, c'est un pays cher!), donc j'aurais de meilleures chances dans une ville. Le facteur principal : le logement. Nous épluchons notre site préféré de housesitting avec l'espoir de se trouver une maison à garder pour un mois ou deux.

Notre premier arrêt est Rangiora, où nous avons trouvé un Helpx.. Une petite ville à 30 minutes au nord de Christchurch. Nous sommes accueilli par une charmante famille et nous sommes logés au fond du « jardin » - je mets des guillemets, car la propriété est une ancienne pommeraie, donc je jardin est assez grand. Disons qu'on a de la place. Bonus, ils ont un bain à remous. Nos hôtes sont tellement gentils, une boite de chocolats ET une bouteille de vin nous attendent dans notre petit bungalow (et oui Doodoo, tu as manqué ça!). Notre travail consiste à jardiner, nettoyer le flux constant de feuilles mortes sur l'immense pelouse et couper la haie. Un bol d'automne. Nous restons une semaine, le bonheur.

Deuxième arrêt est Geraldine, une petite ville au sud-ouest de Christchurch. C'est de là que viennent les confitures les plus populaires du pays. Cette fois-ci, nous avons un housesit un peu spécial : dans une maison faite en balles de foin, située au bout d'un chemin de terre, sur une grande propriété accueillant un petit troupeau de moutons, 4 chèvres et une dizaine de poules. Pour le troupeau, pas de quoi s'inquiéter : on les compte tous les quelques jours et regarde si tout va bien. Ils n'auront pas besoin d'être déplacés pendant notre séjour. Les poules, c'est du classique : on ouvre leur dortoir le matin, on le referme le soir, et on les nourrit entre-temps. Par contre, les chèvres demandent une attention bien particulière. Les propriétaires les entrainent pour être des chèvres-porteuses, qui les accompagneraient dans de longues randonnées pour porter leurs sacs. Elles doivent donc s'habituer non seulement à la proximité des humains, mais aussi à manger dans des bols (à défaut de brouter toute la journée). Tous les après-midi, nous devons donc préparer la nourriture des chèvres (qui comprends une liste bien précise d'ingrédients) et les faire manger. On a appris une chose : les chèvres, ça mange pas vite, et ça a du caractère ! Disons qu'il faut être patient. Mais, chaque soir, nous avions une vue magnifique des montagnes environnantes, pendant que nos chèvres picoraient tranquillement leur assiette.

Enfin, nous arrivons à Christchurch. L'hiver s'annonce de plus en plus, il est temps de rentrer au chaud. Nous avons trouvé un housesit de quasiment 2 mois, pendant que les propriétaires partent en voyage en Europe. Nous seront les invités de Fluffy, qui ressemble étrangement à notre ancien chat Tiger. Reste plus qu'à se trouver un travail (spoiler : J'en ai trouvé 3 !).

19

Trois mois passés à Christchurch (RAS : voiture - boulot - housesit - Helpx), on reprend enfin la route. Nous trouvons un housesit de 2 semaines à Picton, tout près du Queen Charlotte Track que nous considérons faire. Il pleut un jour sur deux, donc au final, ce sera travail et Netflix (J'assume. Mind Hunters et Discovery pendant une semaine). On se promet de revenir.

La vue de la maison - Pêche aux moules 

Nous avons trouvé un autre housesit à Motueka, dans la région de Tasman, quelques semaines après. Nous avons calculé nos dates pour avoir le temps de faire la randonnée de 5 jours dans le fameux Abel Tasman National Park. Nous avons une semaine entre la fin du housesit de Picton, et le début de la randonnée. Nous arrivons donc à caser deux Helpx : le premier dans une maison tout près de Nelson, où le travail consistera pendant 3 jours à huiler les poutres et à faire deux petites tables en mosaïque, et le deuxième, dans une ferme à l'ancienne, plus loin dans les terres, où nous jardinons et donnons à manger aux poules, aux vaches et aux chevaux.

Mais BREF, passons aux choses sérieux : l'Abel Tasman National Park. C'est l'un des parcs nationaux les plus connus en Nouvelle-Zélande. On nous a d'ailleurs prévenu : N'y allez pas en plein été, toute la population de l'île du Sud s'y retrouve en vacances. Nous y allons donc mi-septembre, au début du printemps. C'est un pari risqué au niveau de la météo, surtout que plus l'heure approche, plus le temps à l'air pluvieux. (Spoiler : au final, il a fait super beau pendant les 5 jours.).

La randonnée que nous avons choisi de faire est l'un des Great Walks - une randonnée de 60 km de type intermédiaire, bien indiquée, et avec des huttes ou des sites de campings à réserver à l'avance. Elle peut se faire en 3 à 5 jours. Nous choisissons de la faire en 5 jours, sans stress, on est en vacances après tout !

Nous n'y avons pas pensé, mais nous y allons en réalité juste avant le début officiel de la saison des Great Walks - ce qui veut dire que les huttes sont à moitié prix. De plus, puisqu'on a choisi de faire la randonnée hors-saison, nous ne rencontrons quasiment personne sur le sentier. Les huttes sont remplies au quart de leur capacité, ce qui nous permet de nous nouer d'amitié facilement avec les quelques personnes qui partagent nos appartements.

Jour 1 : Marahau à Anchorage Hut

Nous commençons la randonnée au point de départ habituel, à Marahau. Rien de spécial, il s'agit d'un grand parking. Nous n'avons pas besoin de commencer très tôt dans la journée; nous avons 4 heures (13 km) à marcher jusqu'à Anchorage Hut. Les premiers 2 km sont plats, puis le sentier monte et descent doucement pendant les 11 km restants. Les vues s'alternent : plage, forêt, rivières, plages, plages, plages… On est contents d'arriver, mais nous ne sommes pas épuisés.

La hutte est grande et luxueuse - il y a même une prise électrique pour charger nos appareils électronique. Ce sera la hutte la plus remplie de toute la randonnée - 15 personnes environ, alors que sa capacité, si je me souviens bien, est de 30 personnes. Beaucoup font la randonnée seulement pour deux jours, une nuit - donc passent la nuit à Anchorage et repartent le lendemain par le même chemin (ou en kayak).

Au menu ce soir : riz aromatisé en sachet, restes de jambon, légumes crus et un carré de chocolat avec notre thé. Nous faisons la connaissance d'un couple qui a prévu le même itinéraire que nous : c'est parti pour 5 jours d'aventure ensemble.

Jour 2 : Anchorage Hut à Bark Bay Hut

Nous avons 12 km jusqu'à Bark Bay Hut, où nous passerons notre deuxième nuit. Même si la marée est basse, nous choisissons de prendre le sentier de marée haute pour faire un petit détour à Cléopatra Pools, qui sont censées valoir le coup (je confirme - quoique l'eau était encore trop froide pour qu'on s'y baigne).

La matinée est principalement dans la forêt et suit une petite rivière aux lueurs vertes et turquoise. L'envie de se baigner est forte, mais l'eau est encore très froide. Après tout, nous sommes tout juste à la fin de l'hiver. On rencontre des kayaks qui profitent d'une belle journée pour découvrir la côte. Le sentier est paisible - nous ne rencontrons quasiment personne, tout est calme. Nous marchons au rythme de la brise dans les arbres. Et des barres de céréales de Brandon. Encore une fois, le sentier est relativement facile - les montées deviennent un peu plus pentues, mais rien de vraiment difficile.

Les deux dernières heures de la journée nous rapprochent de la côte. L'eau oscille entre le turquoise et le vert émeraude. Le ciel est bleu. La vie est belle. Nous retrouvons nos nouveaux amis à Bark Bay Hut - oui, ce sont eux sur la photo en maillot de bain. Ils sont plus courageux que nous, ils se sont baignés avec Cléopâtre.

Jour 3 : Bark Bat Hut à Awaroa Hut

Le troisième jour représente 14 km de marche, avec une bonne montée dès le premier kilomètre (la montée est raide, mais avec seulement 120 mètres de hauteur, ça va encore). Au final tout va bien. C'est probablement l'une des plus belles journées de la randonnée. Les plages s'enchainent et sont toutes plus belles les unes que les autres. Je finirais même par me baigner - je n'ai pas pu resister à l'appel de l'eau turquoise scintillant sous le ciel sans nuage. Onetahuti Bay est magnifique. Si je n'avais qu'une journée à passer à la plage dans la région, c'est probablement celle-ci que je choisirais. Par contre, accès par bateau uniquement (ou 2 jours de marche). Les vues aussi sont de plus en plus belles. On sent vraiment que l'on arrive au cœur du parc. On croise quelques voyageurs d'un jour, qui se font déposer et ramener en bateau. Sinon, le calme plat. Nous faisons un détour par Awaroa Village. L'expérience est étrange : le 'village' (qui consiste d'une baraque à pizza, de quelques maisons de vacances et d'un camping) est vide, puisque nous sommes hors-saison. Le seul commerce est fermé (les pizzas). Pourtant, après 2 jours passés à marcher dans le parc, cela nous parait bizarre de voir tous ces signes de civilisation. Le détour ne valait pas vraiment la peine, mais bon.

La fin de l'étape, par contre, vaut le détour. Nous descendons lentement sur Awaroa Bay. La vue est magnifique. La marée est en train de descendre et l'estuaire se vide peu à peu, laissant des trainées d'eaux turquoises et de sable jaune sur son passage. Nous arrivons les derniers, fatigués mais heureux. Une belle journée de randonnée !

Jour 4 : Awaroa Bay à Whariwharangi Bay

Le quatrième jour est la plus grosse journée : 7 km jusqu'à Totaranui, puis un autre 10 km jusqu'à Whariwharangi Bay (qui se prononce Farifarangi), avec un détour optionnel d'une heure à Separation Point.

Il s'agit de notre dernier jour à longer la côte. Puisque nous sommes hors-saison, les transports partant de la fin de la randonnée ne sont pas encore en opération, ce qui veut dire que deux choix s'offraient à nous : refaire le jour 4 en sens inverse, ou emprunter la route à l'intérieur des terres (nous avons choisi la route dans les terres). Les deux options nous ramènent à Totaranui, où notre water taxi nous attendra.

La première partie de cette journée implique la traversée de l'estuaire d'Awaroa, à marée basse. Nous nous levons donc à 6h du matin, pour pouvoir effectuer la traversée à la marée la plus basse possible. La veille, notre principal divertissement avait été de regarder les autres randonneurs traverser la rivière, avec de l'eau (très froide) jusqu'à la taille. Nous mettons toutes les chances de notre côté pour traverser au niveau le plus bas. Nous prenons note café matinal, rangeons nos affaires et c'est le départ. Tout le monde (c'est-à-dire nous et les 4 autres personnes qui ont dormis dans la hutte) part plus ou moins au même moment. C'est la compétition à qui trouvera le meilleur endroit et en sortira le moins mouillé. Le côté positif : à 7 h du matin, le jour se lève à peine, nous avons donc droit à un magnifique levé de soleil.

Finalement, on s'en sort tous indemnes. Sauf peut-être notre ami qui, après s'être aperçu avoir oublié ses lunettes de soleil, a dû rebrousser chemin. Nous marchons une demi-heure jusqu'à la prochaine plage, Waiharakeke, où nous prenons notre petit-déjeuner : muesli aux fruits sec et lait en poudre. C'est le même tous les matins depuis 3 jours.

En route ensuite pour Totaranui, où nous planifions de déjeuner. Puisque Totaranui est accessible par la route, nous avons grand espoir qu'il y aura peut-être une petite cahute où s'acheter une bière ou une glace. (Vous le devinez : hors-saison, tout est fermé ! ) La route est encore une fois magnifique, bien que les montées et les descentes s'enchainent : le sentier descent sur chaque baie, puis remonte. Il y a beaucoup de baies dans ce parc ! On se croit un peu dans une montagne russe.

À Totaranui (la grande plage de sable blanc) , nous prenons notre temps. Au final, puisque nous sommes parti tôt, nous avons le luxe de pouvoir nous prélasser sur la plage entre deux heures de marche. C'est aussi la raison pour laquelle nous avions décider de faire la randonnée en 5 jours : pourquoi marcher le long de plages, de criques et de baies toute la journée, si nous n'avons pas le temps de nous y arrêter ?

En route donc pour Anapai Bay et Mutton Cove - les deux principales plages sur la route. Il fait chaud - le soleil tape. Nous sommes content d'être protégés par l'ombre des arbres. Nous rencontrons un couple de français à Mutton Cove, qui font le même trajet que nous, mais inverse (ils arriverons donc à Marahau, où nous avons commencé). Ils ont leurs deux jeunes enfants avec eux. Quel courage. On sympathise encore une fois - décidément, les randonnées, c'est parfait pour se faire des amis. À Mutton Cove, nous avons un choix crucial : faire, ou ne pas faire, le détour passant par Separation Point. Il parait qu'on peut y admirer une colonie de phoques. Quoique, en Nouvelle-Zélande, il y a des colonies de phoques à peu près tous les 100 km. Nous décidons d'y aller. Pas de regret ! Une note pour les personnes qui s'arrêtent à Totanarui et qui ne font pas la fin de la rando : vous manquez vraiment quelque chose avec Separation Point ! C'est superbe. Il faut monter, puis redescendre sur une petite avancée dans l'océan, où nous avons une vue à 360 degrés. L'eau est transparente (comme partout dans le Abel Tasman) et nous pouvons voir les phoques s'amuser dans les formations de piscines naturelles.

Le reste de la journée est rapide - il nous reste seulement 1 heure et demie jusqu'à la hutte. Le menu de ce soir est le plus luxueux de notre aventure. Nous avons gardé un sachet de boeuf bourguignon déshydraté qu'une personne nous avait donné lors de notre randonnée à Stewart Island. Au final, ce fut le moins apetissant des 4 soirées - le boeuf réhydraté, c'est vraiment pas notre truc. Les pâtes à la carbonara instantanées était carrément meilleures !

Jour 5 : Whariwharangi Bay à Totaranui

La dernière journée de marche ! Nous avons rendez-vous avec notre water taxi à 14h, nous avons donc tout notre temps pour faire les 14 km qui nous restent. Nous empruntons donc le sentier dans les terres (Inland Route) puisque nous n'avons pas envie de rebrousser chemin. Nous ne savons pas à quoi nous attendre, car nous n'avons pas de charte d'élévation pour cette section. Je vous le dit : c'était probablement la section la plus raide de toute la randonnée ! On doit s'enfiler une côte qui non seulement n'en finit pas, mais qui est hyper raide. Par contre, la vue est vraiment belle. Au moins, nos sacs sont moins lourds qu'au départ.

Le décor change aussi : après avoir marché 4 jours au bord de l'océan, notre dernière étape se déroule sur les collines. Nous arrivons sains et saufs à Totaranui (et bien à l'avance). Nous avons le temps de mettre nos maillots de bain et faire semblant d'aller nous baigner. Notre aventure au Abel Tasman Coastal Track est FINIE !

Enfin, pas tout à fait. Il nous reste le retour en bateau. On espère apercevoir des orques, car une personne rencontrée la veille nous a affirmé en avoir vu, dans la baie. C'est tout à fait possible, vu qu'il y a une colonie de phoques pas loin (miam). Le trajet du retour est long - on n'arrive pas à croire qu'on a marché tout ça ! Nous essayons de repérer les baies où nous avons passer les 4 nuits, celles où on s'est arrêté pour déjeuner, etc. Le trajet parait interminable. Et puis, soudain, le bateau s'arrête. Une vingtaine de dauphins à tribord. Ils jouent tranquillement avec les vagues du bateau pendant que les passagers prennent à peu près un million de photos. (Ne ratez pas la vidéo !)

Nous arrivons enfin à Marahau. Notre van est toujours là, bonne nouvelle. Nous conduisons à Motueka et nous retrouvons nos amis de randonnées au pub, pour une bière et un repas bien mérités. (Brandon a apparemment mangé la meilleure pizza de sa vie - après 5 jours de riz, pâtes déshydratées et barres de céréales, je veux bien le croire).

Note à Doodoo : on a quand même apporté des muffins pour la rando ! Zéro regret !

La vidéo :

À plus !


20

Comme je le disais dans l'article précédent, nous avons eu la chance de trouver un housesit à Motueka, pendant 3 semaines. Nous ne savons pas à quoi ressemble la maison (pas de photos en ligne). Nous savons juste qu'il y a 3 chats et 2 chiens à garder, et que la maison se situe tout proche du centre.

Quelle belle surprise nous avons en arrivant - la maison est belle, le jardin est grand, et il y a même un jacuzzi. La chambre est super confortable et la maison est entourée de petite terrasses où je pourrais travailler (je travaille en ligne depuis quelques mois). L'idée est de pouvoir travailler tout en visitant les environs.

Motueka, en soi, c'est une jolie petite ville, mais il n'y a pas grand chose à faire sur place. C'est sa proximité avec l'Abel Tasman National Park et le reste de la région qui est intéressante. La plupart des gens y passe, s'arrête pour un café (ils ont vraiment de jolis cafés à Motueka) ou une glace, font leurs courses et en route pour une destination un peu plus palpitante. On s'organise donc des sorties. Le Tasman Great Taste Trail, un sentier de vélo qui peut se faire en 4 jours. Nous faisons la section Motueka - Mapua, qui honnêtement, n'est pas la plus excitante. À part pour les petits agneaux en bordure du chemin.

Nous allons également à la plage Kaiteriteri, qui est l'une des plus connues de la région. Comment dire … après le Abel Tasman, cette plage nous parait ultra touristique et toute petite. Il y a plus de places de parking que de plage. Nous allons visiter Nelson - le marché du dimanche, le jardin japonais, le centre ville. C'est mignon. Il y a un producteur de fromages au marché de Nelson, je vous dis pas … MIAM. Et, comble de la surprise, avec des prix décents. On fait notre stock. J'en profite aussi pour finir mon bol en mosaïque qui, le pauvre, attendait son destin avec patience depuis 4 mois.

Mon chat préféré

Nous en profitons pour nous payer une activité cool avec un ami : se forger notre propre couteau ! En toute honnêteté, je n'avais pas beaucoup d'attentes, mais ce fut une super expérience ! Et les couteaux sont au final, vraiment beau. L'activité est couteuse en soi, mais sans regret. En plus, on s'est bien amusés. C'est pas tous les jours qu'on peut taper avec un marteau sur du métal chauffé et prétendre être forgeron.

Nous allons explorer la région de Takaka, notamment le sommet de la colline (Takaka Hill) qui offre une superbe vue sur la baie, et Te Waikoropupu Springs (Pupu Springs pour les intimes) qui sont les 2e sources chaudes les plus claires de la planète ! Les photos ne rendent pas bien, à cause des bulles de l'eau, mais c'est vrai que l'eau est extraordinairement claire et transparente.

Pupu Springs et la vue depuis Takaka Hill

Une fois notre housesit terminé, nous passons une semaine à Golden Bay. Ils y a plusieurs sites de camping gratuits dans la région, nous oscillons donc entre Collingwood (le principal village de Golden Bay) et Takaka. Les paysages rappellent un peu la côte ouest (nous sommes d'ailleurs au croisement entre le Nord de l'île du Sud, et la côte ouest). Cape Farewell est la partie la plus au Nord de l'île du Sud. Il s'agit de falaises et de collines, entrecoupées de plages sauvages. D'ailleurs, attention aux phoques et aux otaries qui se cachent entre les rochers pour faire la sieste !

Cape Farewell

Nous prenons le bus pour Farewell Spit, qui est une immense avancée de sable et de rochers dans l'océan. Imaginez la dune du Pilat, mais sur 25 km, avec l'océan des 2 côtés. C'est assez impressionnant. Les voitures individuelles sont interdites, notamment à cause des colonies de divers oiseaux rares qui font leurs nids sur la péninsule (notamment des Gannets, qui je crois se traduit par Fous de Bassan). Au bout de la dune, nous visitons le phare, qui abritait, dans son temps, 3 gardiens de phares et leur famille.

Nous visitons également Wharariki Beach, plage connue (je ne savais pas!) pour être l'un des fonds d'écran de Windows 10 (celui avec la femme qui courre sur la plage). Il faut marcher 30 minutes dans les collines au milieu des moutons pour s'y rendre. Je ne sais pas quel temps il faisait lorsque l'équipe Windows a fait sa session photo, mais le jour où nous y sommes allés, il ventait comme pas possible. Disons que ce n'est pas la plage à laquelle on va pour poser sa serviette de plage et se faire bronzer.

21

Le Kahurangi National Park se situe environ 45 minutes au Sud de Motueka, donc pas d'excuses ! Par contre, il faut y monter : la route pour accéder au stationnement principal est conseillée aux véhicules tous terrains seulement. Notre housesit nous a dit qu'on devrait y arriver, donc on essaie. Vu que le temps est sec et que la neige a fondu (oui, je vous ai dit qu'il fallait monter !), on devrait arriver à destination.

Nous avons planifié de rester deux nuits dans le parc. Avec nos passes pour les chalets de montagnes du DOC (Department of Conservation), on peut choisir de dormir dans n'importe quelle hutte du parc. Il faut juste y marcher ! Nous nous garons au Flora Carpark en début d'après-midi. On sent la différence de température dès qu'on sort de la voiture; on a grimpé de quasiment 1000 mètres. L'itinéraire : environ 4 heures de marche en foret, pour ensuite arriver à la hauteur du plateau principal. Notre première hutte, Salisbury Lodge, se trouve à quelques kilomètres à l'intérieur du plateau. La randonnée est facile, le sentier grimpe tout doucement pendant 10 km, puis devient assez plat au niveau. Par contre, c'est encore très humide et nous devons faire attention où on met nos pieds.

La vue de Salisbury Lodge est magnifique, elle donne directement sur Gordon's Pyramid et Mount Arthur, qui est le principal sommet du parc. Nous pensons faire ce chemin le lendemain, et dormir à Arthur Hut. Mais nos plans sont de courte durée. Deux allemandes arrivent et se dépêchent d'aller se réchauffer au coin du poêle à bois. Leurs chaussures sont trempées. Apparemment, il y a encore une bonne couche de neige sur le sentier de Mount Arthur. Ni moi ni Brandon avons envie de passer l'après-midi du lendemain à se débattre dans la neige (aussi, nous n'avons pas vraiment l'équipement pour). Nous iront donc à Balloon Hut et Lake Peel pour la journée, et reviendrons dormir à Salisbury Lodge.

La vue de Salisbury Lodge

Le lendemain, en route donc pour Balloon Hut. La route pour y aller est assez courte - 2 heures de marche tout au plus, donc nous pensons pousser jusqu'au lac Peel et revenir. Le sentier est encore meilleur que la veille : puisque nous marchons sur le plateau, nous avons une vue magnifique de tous les côtés. Le chemin alterne broussaille et forêt. Balloon Hut est toute petite comparé à Salisbury (qui peut accueillir une vingtaine de personnes). Nous nous arrêtons pour déjeuner et nous sympathisons (comme d'habitude) avec un couple d'italiens. Conseil : si jamais vous allez à Venise, essayez de visiter en soirée. Tous les groupes de touristes sont partis, et la ville a installé des jolies lampes aux lueurs dorées, style chandeliers. C'est noté ! On sympathise tellement qu'on s'éternise… et on se rend compte que plus question d'aller au lac Peel, on n'a plus le temps ! Pour ceux et celles qui pensent faire ce chemin : ils avaient dormi à Asbestos Hut la veille (connue pour son histoire déconcertante d'un couple qui y avait vécu 40 ans en isolation presque totale) - et ils ont eu froid. Le chalet n'a pas été rénové, pour garder le patrimoine intact; les trous dans le murs sont donc restés ! Apportez vos sacs de couchage d'hiver.

Le soir, nous pensons être les seuls dans la hutte - les allemandes sont parties, et le sentier était désert, nous avons rencontré personne sur la route. Surprise : à 7h du soir, un homme entre, se présente, et nous annonce que son groupe (il est moniteur d'un genre de camp de plein air) ne va pas tarder à arriver. En effet, quelques minutes après, 15 adolescents arrivent, un par un. Soirée calme annulée.

Le lendemain, le chemin du retour est le même - puisque nous ne sommes pas montés à Mount Arthur, nous devons simplement retracer le chemin du premier jour. C'est un peu dommage, mais c'est la vie ! Au moins, le matin, nous avons la chance de voir un hélicoptère se poser juste en face du chalet. On espérait même se faire déposer au passage, mais non, l'hélico est reparti aussi vite qu'il était arrivé, après avoir déposé des employés du DOC.

Au final, le parc national du Kahurangi vaut vraiment le détour. Il n'est peut-être pas aussi connu ou impressionnant que d'autre, mais il parfait pour faire des randonnées de niveau intermédiaire qui offrent tout de même de très belles vues. J'aurais aimé y passer plus de temps.

Voyez-vous l'hélico en arrière plan ?
22

On vous avez prévenu : nous sommes de retour dans la région de Picton. Cette fois-ci, pas de maison avec vue sur la mer. Nous partons pour Ship Cove, à environ 40 minutes de bateau de Picton : c'est le point de départ du Queen Charlotte Track. Sur la route, nous croisons un penguin, des dauphins et pleins d'oiseaux. Le capitaine essaie de nous faire croire qu'il existe des penguins des arbres.

Jour 1 : Ship Cove à Endeavour Inlet

Une fois débarqués à Ship Cove, nous débutons notre aventure. Puisque nous devons prendre le bateau au début et à la fin de la randonnée, le transfert de nos sacs à dos est inclus dans le prix. Ce qui veut dire que nous devons seulement porter ce dont nous avons besoin pour la journée. Heureusement, car il n'y a pas de hutte sur le chemin - nous campons toutes les nuits, ce qui veut dire que nous aurions dû porter notre tente et matelas (et ce n'est pas une tente de rando ultra légère!).

Entre Ship Cove et Endeavour Inlet

Le premier soir, nous restons dans un camping privé à Endeavour Inlet (car il n'y a pas de camping DOC à cette étape). Nous sommes les seuls clients. C'est un camping de ferme, on a même le droit de donner le biberon à deux petits agneaux.

Puisqu'on ne porte pas nos sacs, on en a profité pour amener pleins de choses superflues : des tim tams, une bière chacun pour chaque soir, des boites de conserves, pleins de fruits et de légumes. J'ai même cuisiné un curry de poulet avec du riz pour le premier soir. Il était super bon. Au moins, on aura peut-être froid (la température est pas hyper top), mais on aura pas faim.

Endeavour Inlet

Jour 2 : Endeavour Inlet à Camp Bay

C'est l'étape la plus courte. En retrospect, on aurait pu faire des deux premiers jours en une seule étape, car sans nos sacs de randonnée, on va carrément plus vite ! Au moins, ça nous laisse plus de temps pour profiter des environs. La journée est très facile, nous avons juste une colline à monter, le reste est relativement plat. Puisque la randonnée passe par des terres privées, nous traversons quelques fermes, avec leur lot de poules, moutons et agneaux. Il n'y a pas de vaches ici ! (J'imagine que le transport par bateau est un problème…). Nous arrivons tôt dans l'après-midi, prêt à profiter pleinement de la plage. Malheureusement le temps a tourné et nous arrivons pile pour les nuages et un brin de pluie. La nuit dans notre tente n'est pas des meilleures, mais nous survivons, près (plus ou moins) pour la journée du lendemain !

Endeavour Inlet à Camp Bay

Jour 3 : Camp Bay à Cowshed Bay

C'est parti pour 23 km, avec une petite montée de 400 mètres pour bien commencer la journée. Ça réveille. Il fait beau, mais le chemin est très venteux. Nous longeons le sommet des collines. La vue, par contre, est superbe : d'un côté, nous pouvons admirer le Queen Charlotte Sound, et de l'autre, le Kenepuru Sound. D'ailleurs, le camping du soir se trouve de l'autre côté de la montagne, donc côté Kenepuru, qui est plus petit mais aussi bien moins fréquenté. Il n'existe pas de routes goudronnées pour y arriver, l'accès est par bateau ou 3 heures de route de gravier.

Nous croisons beaucoup de monde, dont le groupe d'australiens avec qui nous avions pris le bateau. C'est une randonnée très fréquentée par les personnes retraitées, car il est possible de dormir dans des auberges toutes les nuits, et de se faire préparer le déjeuner du lendemain. En plus de ne pas porter leurs sacs, ils peuvent aussi dormit tout confort et manger de vrais repas. J'avoue, ça m'aurait tenté si le prix des chambres était dans nos moyens.

Jour 4 : Cowshed Bay à Mistletoe Bay

Dernier jour ! La plupart des gens, en réalité, ne s'arrête pas à Mistletoe Bay, mais vont jusqu'à Anakiwa, où se trouve la ligne d'arrivée officielle du QCT (Queen Charlotte Track). Mais, vu que nous avons déjà fait cette étape la première fois que nous sommes venus dans la région, nous ne voyons pas la nécessité de la refaire - surtout après 4 jours de marche !

Le dernier jour nous amène encore une fois assez haut, et offre une vue magnifique tout le long du trajet. Nous prenons notre temps : le bateau vient nous chercher à 4h, nous avons donc largement le temps d'arriver à destination.

Vous devinerez, nous sommes bien arrivés (les australiens aussi) - et nos hôtes sont même venus nous chercher à la descente du bateau (nous logeons chez les personnes dont nous avions gardé la maison et leurs animaux). Soirée douche en perspective. On y est arrivé !! YAY !

23
23
Publié le 4 janvier 2020

Nous sommes de retour sur l'île du Nord, après 8 mois passés sur l'île du Sud. Nous sommes hébergés par nos amis rencontrés lors de notre randonnée du Abel Tasman. Le lendemain, nous partons passer le weekend dans le chalet d'un de leurs amis, sur une plage au Nord de Wellington. Après le Queen Charlotte Track, nous sommes content d'avoir quelques jours de repos !

Nous en profitons aussi pour visiter les studios Weka, qui fabriquent les décors et accessoires de films tels que le Seigneurs des Anneaux.

Après le chalet, nous nous mettons en route rapidement. Il ne nous reste plus que 2 mois pour visiter ce que nous n'avions pas fait dans l'île du Nord (on avait quasiment rien visité), et retourner à Auckland pour vendre notre voiture. Nous commençons pas la côte ouest, qui est à peine mentionnée dans les guides touristiques. Nous sommes donc curieux. En effet, il n'y a pas grand chose. C'est un peu les Catlins de l'île du Nord : très joli, mais très rural. Nous campons au bord de l'océan tous les soirs et nous faisons des petites randonnées ici et là. Il y a des moutons à perte de vue.

En chemin, nous nous arrêtons à Rivendell (Fondcombe en français, où habite Elrond) - un site de tournage du Seigneur des Anneaux. Il n'y a pas grand chose, à part quelques tableaux explicatif et une arche. Ça ne vaut pas trop le détour, heureusement c'était sur le chemin !

Nous arrivons à Taupo une semaine plus tard, au centre de l'île du Nord. C'est l'une des régions sismiques du pays, il y a des sources chaudes et des sites géothermiques partout. Nous nous arrêtons bien évidemment aux sources chaudes publiques (et gratuites) au centre de Taupo. C'est une journée grise et fraiche, donc parfaite pour les sources. Nous allons également visiter Lava Glass, un studio de souffleurs de verre. Leur travail est excellent et ils ont emménagé un petit parc avec plusieurs de leurs sculptures.

Nous faisons plusieurs randonnées autour de Taupo - notamment le Taranaki Falls trail qui offre une belle vue des montagnes environnantes, et la piscine de Gollum - où a été filmée la scène de Gollum dans la piscine interdite. Nous visitons aussi Craters of the Moon, un mini parc géothermique avec des cratères de boue en ébullition, et les Huka falls, des chutes d'eau impressionnantes. Nous avons même la chance de voir des kayaks descendre les chutes. Je ne sais pas à quel grade ces chutes sont classées, mais disons qu'il faut être courageux.

Notre ami irlandais nous rejoint et nous faisons ensemble une croisière sur le Lac Taupo, pour admirer un mur sacré gravé dans la roche par un navigateur Maori.

J'ai même une droit à une journée juste pour moi. Brandon et notre ami partent faire la randonnée du Tongariro Crossing, qui a été rendu célèbre encore une fois à cause du film le Seigneur des Anneaux. Cette randonnée traverse le col entre Mount Ngauruhoe, alias Mount Doom (la montagne du Destin, où Frodon doit détruire l'anneau) et Mount Tongariro. Perso, les volcans c'est pas trop mon truc, ils y vont donc pendant que je suis chargée d'amener la voiture pour son contrôle technique annuel.

En route ensuite pour Rotorua, la ville géothermique par excellence. D'ailleurs, on peur sentir une odeur d'œufs à des kilomètres à la ronde. Il y a tellement de sources que notre camping pas cher dispose d'un jacuzzi gratuit, alimenté par une source chaude environnante. Nous visitons un village Maori, Whakarewarewa, situé sur un site géothermique. Le village (ou plutôt le quartier, étant donné que ce 'village' est situé non loin du centre-ville) étant encore habité, ce sont les résidents eux-mêmes qui font visiter les groupes de touristes et explique le fonctionnement de leur communauté : la cuisine communale dans des fours naturels (c'est-à-dire des trous dans le sol, créés par les mouvements sismiques et aménagés avec une grille et un chapeau pour garder la chaleur), les sources bouillonnantes utilisées pour bouillir les légumes, les bains communaux, la piscine aux geysers, etc. Le tout est très intéressant. Par contre, il fait chaud ! Ils doivent être confortables l'hiver, mais l'été, je n'imagine même pas.

Un autre site géothermique à ne pas manquer, apparemment, est le parc Wai-o-Tapu. La première attraction de la matinée est l'éruption de Lady Knox Geyser, à 10h30. Si vous vous demandez comment un geyser peut s'activer avec tant de régularité, bonne question. L'histoire veut qu'un groupe de prisonniers (de la prison avoisinante, fermée depuis) travaillaient dans la forêt et avaient l'habitude de laver leur linge près de cette source chaude. Un jour, l'un des prisonniers lave son linge avec du savon juste au dessus de ce monticule, quand tout à coup, le geyser s'active et lance un grand jet d'eau. Les minéraux contenus dans le savon avaient provoqué une réaction. Tous les matins à 10h30, l'un des guides du parc fait donc la même chose : il dépose un peu de savon dans le geyser pour provoquer une éruption.

À part le geyser, le parc géothermique est en effet extraordinaire. Il contient notamment la plus grande source chaude de Nouvelle-Zélande. Les lacs et les sources sont de toutes les couleurs, et de la fumée s'échappe du sol en permanence. C'est assez impressionnant, je dois dire. L'un des lacs est littéralement de couleur fluo.

24
24
Publié le 18 mai 2020

Nous sommes rentrés depuis plusieurs mois déjà (virus oblige, la suite de notre voyage, qui devait se dérouler en Asie, a pris fin assez rapidement) et je me rends compte que je n'ai jamais publié la fin de notre voyage !

Je vous avez laissé au milieu des parcs géothermiques de la région de Taupo. Que d'aventures. Qu'a-t-on fait ensuite ? Notre but était de remonter tranquillement à Auckland (où on devait vendre notre van et prendre notre avion de retour). Nous avions prévu une dernière aventure avant de quitter la Nouzelle-Zélande : descendre la rivière Whanganui en canoe, qui est l'un des great walks et qui a l'air vraiment super génial. Malheureusement, il a plu pendant 3 semaines donc nous avons décidé d'annuler.

À la place, nous sommes allés à …. Hobbiton ! Pour ceux qui ne connaissent pas (je ne juge pas mais un peu quand même), Hobbiton, c'est le village des Hobbits qui a été construit pour la trilogie Le Seigneur des Anneaux, détruit en grande partie, et reconstruit pour la trilogie du Hobbit.

Alors, je vous avoue que j'hésitais vraiment. Pas parce que je n'aime pas les films - okay, en fait, je n'aime pas la trilogie du Hobbit, donc je vais juste prétendre qu'elle n'existe pas. Un peu comme les Star Wars 1, 2 et 3. On va même pas en parler. Donc oui, j'aime beaucoup les films et les livres du Seigneur des Anneaux, mais je me disais que ça va probablement être hyper touristique et un peu pourri.

J'avais à la fois tort et raison : c'est en effet HYPER touristique, mais pas contre, c'est pas pourri du tout. Ça valait vraiment le coup !

Les trous de Hobbits sont trop mignons !

Premièrement, l'attention aux détails est extraordinaire. Je n'étais jamais allée sur un « plateau » de cinéma avant. Je dois dire que c'est impressionnant. Le tout ressemblait à un vrai village, mais habité par des gens vraiment plus petits que nous ! Les boîtes aux lettres peintes à la main, les bottes laissées sur le pas de la porte, les (faux) petits pains à vendre devant la maison du boulanger … La qualité et la vraisemblance étaient remarquables. Rien ne manquait : les rideaux, les fleurs, la brouette du jardinier, le pot d'eau (ou de vin, c'est plus probable) sur la table, le linge qui sèche au soleil. On a vraiment été impressionnés et, j'avoue, étonnés. Je me m'y attendais pas mais j'ai ADORÉ.

Hobbiton !

Donc, la moitié du village est construit en taille hobbit, et l'autre moitié en taille humaine. D'après ce que je comprends, les 'trous de hobbits' qui ont été utilisés dans les films (donc la maison de Bilbo, celle de Sam, etc.) sont en taille réelle alors que les autres font partie du décor général. On a même pu entrer sur le pas de la porte de l'un d'entre-eux.

Le paysage est aussi vraiment beau. L'équipe de tournage, à l'époque, avait loué un hélicoptère et ils ont trouvé ce site en survolant la vallée. C'est un endroit assez isolé, probablement pour préserver le secret des décors. Depuis le site principal (qui comprend la boutique, la billetterie, etc.), chaque groupe prend un bus. Le trajet dure une dizaine de minutes dans les collines.

Saviez-vous que l'un des arbres dans la série du Hobbit a été recréé en imprimante 3D ? Eh oui ! L'arbre juste au dessus de la maison de Bilbo est mort entre le tournage du Seigneur des Anneaux et du Hobbit. Pour s'assurer que tout était identique, ils ont donc recréé l'arbre. Il parait même que TOUTES les feuilles ont été peintes à la main … Voilà, quelqu'un a dû s'amuser pendant des heures, des heures et des heures.

Le tout est vraiment magnifique : les petits chemins de terres, les trous de hobbits ici et là, les jardins, les potagers, les espaces de la vie courante. On s'y croirait vraiment ! Il y a même l'immense arbre de l'anniversaire de Bilbo, et tous les jeux et les victuailles - comme si la fête avait lieu le soir même.

En plus de Hobbiton, la Taverne du cheval fringuant a été construite un peu plus loin, de l'autre côté du petit lac. C'est la fin de la visite, et c'est aussi là qu'on a droit à une chope de cidre ou de bière inclue dans le prix du ticket. Le temps de prendre encore une centaine des photos et hop, dans le bus du retour !

Au final, c'est une attraction assez chère, mais je dois dire que la qualité était vraiment au rendez-vous. Si vous êtes fan, c'est une expérience qui vaut vraiment le détour, et plutôt deux fois qu'une.