Afin de concrétiser un projet d'échange entre nos classes de musique et l'école de Kalkeri, nous nous envolons vers l'Inde pour trois semaines de partage et de découverte!
Du 5 au 30 janvier 2019
26 jours
Partager ce carnet de voyage
6
janv

Ici à Bengaluru, il est 5h26, soit 4h30 de plus qu'en Belgique... Nous sommes arrivées à minuit trente (heure indienne) après deux vols : le premier de Bruxelles à Amsterdam (1h) et le deuxième d'Amsterdam à Bengaluru (9h30).

Dans un peu moins de trois heures nous embarquerons à bord du troisième et dernier avion de notre voyage jusqu'à la ville d'Hubli où il ne nous restera plus qu'à prendre un taxi pendant environ une heure jusqu'à l'école.

Nous profitons de ces quelques heures pour essayer de dormir un peu, bercées par la musique indienne et les odeurs épicées!

Voyagez en circuit individuel, personnalisé et abordable

Plus de 50 circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation facile en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires
6
janv

Après une trentaine d'heures de voyage, nous sommes arrivées en fin de matinée à l'école. Nous avons immédiatement rencontré une ribambelle d'enfants qui nous demandaient à tue tête "What's your name?". Il faut savoir qu'ils sont près de 220 à étudier ici, nous avons vite abandonné l'idée de retenir tous leurs prénoms :)

On a été accueillies par Améthyste, une française qui est ici depuis 3 ans et demi et qui s'occupe presqu'exclusivement de l'accueil des bénévoles. Là aussi, on a vite remarqué qu'on était très nombreux, chacun ayant en charge des fonctions différentes (infirmière, prof, intendance, management, animatrice,...).

Nous avons tout d'abord déposé nos bagages dans notre "palace"! La deuxième étape fut de trouver une tenue indienne qui nous plaise et à notre taille. Agathe, la directrice de l'établissement, souhaite que les bénévoles s'imprègnent un maximum des coutumes indiennes, notamment en adoptant la tenue vestimentaire locale.

Après avoir retourné plusieurs fois la malle à vêtements remplie à ras bords et fait plusieurs essayages, nous avons trouvé ce qu'il nous fallait. Chaque tenue est composée d'un pantalon sur lequel on enfile une kurta à courtes ou longues manches, sans oublier la dupata, foulard que l'on porte par dessus et qui cache poitrine et épaules.

À 13h, nous avons rejoint les enfants dans le yogashala, préau commun, afin de prendre le repas de midi : riz et plusieurs accompagnements épicés.


Ensuite grand repos à l'ombre dans notre chambre et découverte des douches à ciel ouvert sur la forêt! Suite au prochain épisode...

Coucher de soleil - 18h30 !! 
7
janv

Après une bonne nuit, nous avons été réveillées ce matin (enfin à 5h30) par le chant des plus courageux qui démarrent leur pratique musicale avant l'aurore.

À 7h, comme tous les matins de la semaine, nous avons participé à la médiation collective dans le yogashala. Après plusieurs tasses de chai (thé au lait sucré) et le petit déjeuner composé riz aux épices, nous avons assisté à différents cours de musique : chant, tablas (percussions indiennes), violon, ... et rencontré Krishna, le responsable du département "musique".


Cet après-midi, nous sommes parties en expédition à Dharwad. Pour aller jusque là, nous sommes montées dans un magnifique bus qu'on ne sait même pas dater tellement il semble vieux.

- les horaires de bus sont variables, il faut parfois patienter le temps que le chauffeur prenne son repas

- la demande d'arrêt ne se fait pas en appuyant sur un bouton mais de vive voix. L'adjoint du chauffeur, qui donne les tickets aux passagers, siffle alors un bon coup, et le bus s'arrête!

- les arrêts ne sont donc pas totalement fixes non plus, il se peut même qu'on ralentisse pour laisser un passager livrer un paquet par la fenêtre à un habitant du village traversé par le bus.

Notre mission à Dharwad était de nous trouver des kurtas à notre goût. Il nous a fallu le temps de nous y retrouver car la ville est très animée, pleine de Klaxons et toutes les échoppes se ressemblent un peu.

Mission accomplie, vous aurez bientôt les photos à l'appui!

si vous voulez une kurta à manches courtes, achetez donc une kurta sans manche, vous trouverez immanquablement sous chaque kurta des petites manches à coudre vous-mêmes!

De retour après cette après-midi mouvementée, nous avons pu profiter d'une douche bien chaude, l'eau étant chauffée par les panneaux solaires!

Le principe est simple : un robinet d'eau froide et un d'eau chaude, un seau et de petites cruches, un rideau en tissu indien pour fermer la paillote et le tour est joué.


Ce qui nous impressionne ici est que tout le monde fait tout ensemble, de l'aube au coucher du soleil!


En attendant le bus à Kalkeri, nous avons rencontré de charmantes demoiselles qui nous ont appris quelques mots en Kannada. Ainsi, nous vous disons bonjour : "Aramaguildya" (c'est évidemment phonétique 😉)

8
janv

Aujourd’hui, nous sommes mardi mais c’est en fait comme un dimanche ... En effet, pas de cours car pas de bus pour amener les professeurs ... Donc, pas de pratique à 5h30 mais seulement yoga et méditation avant le petit déjeuner. Ensuite, réunion du staff des bénévoles avec Améthyste qui veille avec efficacité et bienveillance au bon déroulement des tâches de chacun.

Voici le local des bénévoles ; les hamacs sont très confortables 😉

A 13h, la « cloche » nous rassemble au Yogashala pour le repas. Cet ancien rail de train est frappé chaque jour par un élève pour ponctuer le déroulement des activités de la journée. On peut dire que les enfants y mettent du cœur mais nous n’avons plus d’oreille...

Ici, pas de machine à laver et pas d’aspirateur 😊

Il y a toujours une foule de choses à faire avec les enfants et notamment l’aide à la rédaction des lettres aux sponsors. L’école étant accessible gratuitement aux enfants qui la fréquentent, elle ne fonctionnerait pas sans la générosité de nombreux donateurs venant du monde entier. Après plus de deux heures de labeur, nous étions fières des enfants pour qui cette tâche d’écrire en anglais demande beaucoup de concentration. Pour les plus jeunes, un portrait chinois est proposé. Il est bien sûr revisité à l’indienne: quelle est ton épice préférée? ta fête préférée? ...


Et demain, la grève est finie !

9
janv

Ce matin, nous sommes retournées observer les cours de musique entre 8h30 et 11h30. On est surtout restées avec Anita qui s'occupe des petits parce que demain, nous donnerons nos premiers cours aux plus jeunes.

D'après nos observations, les chants s'apprennent toujours à l'oreille et par imitation. Les enfants et le professeur sont assis de façon peu organisée autour de l'harmonium (clavier qui s'actionne à l'aide d'un soufflet - héritage de la colonisation anglaise), à terre bien sûr. Certains frappent la pulsation, d'autres pas mais tout le monde participe généreusement.

Ils chantent aussi des "exercices" sur la gamme majeure. En général, ils chantent tous ensemble mais parfois là professeur écoute un élève seul et la classe ne manque pas de l'encourager.

Les enfants ont l'habitude de chanter très grave : tous les exercices commencent par le sol# grave sous la portée! 

Ce matin, ils ont appris un chant relativement nouveau avec une structure refrain/couplets. Après l'avoir pratiqué ensemble par petites parties et sous forme de questions/réponses, les enfants ont recopié dans leur cahier les paroles qu'Anita a écrites au tableau.

Durant la pause, les filles se sont fait une joie de nous apprendre quelques jeux de mains et petites comptines à gestes.

Nous sommes ensuite allées dans la classe de Krishna qui donne cours aux plus grands. Ils sont accompagnés d'une shruti box (petit boîtier électronique qui donne le ton), de tablas numériques (application sur téléphone) et live (Kirshna en joue en donnant cours), d'un harmonium et d'un sitar, tous deux joués par des élèves.


Aux repas du matin et du midi, les bénévoles s'occupent tour à tour du "service assiettes". Il s'agit de préparer les assiettes à donner aux enfants qui se font ensuite servir au "buffet". Après avoir enlevés leurs chaussures et avant d'entrer dans le yogashala, les petits passent tous auprès des "warden" (gardiennes) ou des bénévoles pour leurs faire sentir leurs mains qui doivent être propres. Une fois le repas terminé, chaque personne qui a mangé lave son assiette à la cendre, dégraissant et antibactérien naturel super efficace! Les bénévoles veillent à ce que les assiettes soient bien propres et rangées dans les bacs, prêtes pour le repas suivant. Après avoir enfin pris leurs repas, les bénévoles assignés à cette tâche lavent les éviers.

3 seaux sont utilisés : un pour y vider les restes, l'autre pour rincer son assiette et le troisième pour prendre la cendre
Les singes sont évidemment ravis de venir se servir dans le seau à nourriture...

Nous avons passé une grande partie de l'après midi à l'office pour la deuxième étape du courrier aux sponsors : mettre le cachet de l'école, les adresses et les timbres puis coller les enlevoppes pour les fermer. Il ne nous reste plus qu'à aller à la poste de Dharwad ce vendredi... Une sacrée aventure apparement! Affaire à suivre...

L'office, un des rares endroits où il y a des tables, des chaises, un ventilateur et du wifi!
10
janv

Ici, à L’école Kalkeri Sangeet Vidyalaya, la journée démarre à 5h30 par une séance de pratique musicale ou encore de Yoga. Dans le yogashala faiblement éclairé, une bonne vingtaine d’enfants suit les instructions du professeur qui n’est autre que le directeur de l’école. Les enfants sont incroyablement calmes et concentrés et enchaînent pendant une heure toutes sortes de postures rythmées par la respiration .

Après le petit déjeuner (Nashta), nous démarrons notre première séance de musique avec les enfants. Nous étions un peu nerveuses, ne sachant pas trop comment les choses allaient se passer mais finalement, cette matinée fut une super expérience !

L’équipe nous a totalement fait confiance et nous avons pu proposer des activités peut-être un peu inhabituelles ici : clapping, apprentissages de chansons africaines, rondes ...

Les enfants étaient donc debout alors que dans les séances observées, ils étaient toujours assis. 

Nous avons aussi tenté d’insérer des séquences connues comme par exemple chanter la gamme indienne et toutes sortes de variations mélodiques dans différentes vitesses. Ils adorent !!

😊Les enfants ont une énergie incroyable et chantent avec tout leur cœur et tout leur corps, des orteils à la pointe des cheveux !

Il faudrait pratiquer un peu l’harmonium et son satané soufflet ... 
😊

Ensuite , étape 2 de notre mission « envoi des lettres aux sponsors » durant 1h30 à l’office.

Et enfin, last but not least, direction Dharwad pour accompagner 3 jeunes violonistes (15 à 16 ans) à leur leçon bi- hebdomadaire chez leur professeur de violon.

Akshata, Parsuram et Kumar commencent par installer la pièce pour le cours: dérouler un tapis, amener le violon du professeur ainsi que la shruti box (percussions électroniques) et la tanpura (électronique aussi). Ce bourdon si particulier nous met tout de suite dans l’ambiance...sauf qu’apres trois secondes, un court circuit fait exploser la shruti box. Un boum terrible, plein d’étincelles et de fumée... Tout le monde a l’air de trouver ça normal sauf nous qui sommes presque tombées de notre confortable fauteuil ...

Les jeunes musiciens s’accordent longuement... Ils tiennent leur instrument très différemment de chez nous et sont bien sûr installés en tailleur sur le tapis. Ils démarrent ensuite le Raga « Yaman » sur mi et les variations apprises depuis le dernier cours.

Yaman signifie que l’échelle utilisée est le mode Lydien.

Ils jouent vraiment bien juste et très ensemble. Oui...bon, ils accélèrent un peu comme nous tous dans les moments plus difficiles ....

Le professeur est incroyablement calme, posé mais aussi à l’écoute de chacun. Il fait des commentaires et s’assure que chacun ait bien compris.Les élèves participent et posent des questions tout en maintenant une attitude très respectueuse vis-à-vis de leur professeur.

Ensuite, en fonction de ce qu’il a entendu, ce dernier invente la suite du morceau en direct : plusieurs variations plus ou moins rapides que les violonistes notent au vol dans leur cahier. C’est super beau et nous sommes scotchées !

La cerise sur le gâteau, c’est qu’à la fin de la leçon, lorsque tout le matériel est rangé par les élèves, nous écoutons le maître improviser pour nous. Nous discutons aussi longuement avec lui et son épouse grâce à Kottam, un extraordinaire bénévole indien qui nous a accompagnés et qui traduit nos multiples questions et commentaires.

Apparemment, d’habitude, les jeunes musiciens s’en vont directement après leur cours . Donc, aujourd’hui, c’est un peu spécial !

La soirée se termine par un petit resto délicieux mais « spicy » ; on attrape le dernier bus et retour à la KSV vers 22h... Parsuram s’endort instantanément sur la banquette. Peut-être pas de yoga demain matin !

11
janv

Ce matin, nous avons retrouvé nos trois classes pour les cours de musique. Nous avons pu continuer l'apprentissage des chansons que nous avions deja faites hier et proposer de nouveaux exercices et jeux créatifs comme par exemple inventer un rythme que tout le monde répète ensuite. Les enfants étaient très motivés, parfois un peu trop 😉

C'était très mignon de les revoir à midi venir près de nous pour nous redemander les nouvelles paroles qu'ils avaient un peu oubliées.

"Amawole" chant africain appris au troisième groupe 

Et cet après midi, nous sommes allées comme prévu a la grande poste de Dharwad y déposer pas moins de 180 enveloppes à envoyer aux sponsors des enfants. Ce n'était pas une mince affaire car il faut coller le bon nombre de timbres en fonction des differents pays de destination qui sont deja nombreux (France Belgique Allemagne GB USA Canada Pays-Bas ...)

Il faut aussi vérifier que les lettres sont bien tamponnées pour être certain qu'elles vont partir... Et ça ce n'est pas une mince affaire! Après avoir beaucoup insisté,nous avons pu pénétrer dans l'antre des employés et assister en live au tamponnage de toutes les lettres : nous sommes fières d'avoir accompli notre mission jusqu'au bout!

En guise de récompense, nous sommes allées au marché chercher des fruits et autres douceurs.

Pour rentrer, nous avons pris un rickshaw (version indienne du taxi), solution normalement plus confort (mais aussi plus chère) que le bus de 19h15 (qui part en réalité de 19h40 et qui est généralement bondé)... sauf quand le chauffeur ne connait pas la destination!


Demain il n'y a exceptionnellement pas école car c'est Sankranti : on fête la fin de l'hiver! A cette occasion, chacun se dit "eat sweet, talk sweet, be sweet".

16
janv

Nous voici de retour après nos 5 jours de congé à l'occasion de Sankranti. Nous n'avons toujours pas complètement compris de quoi il s'agissait mais c'est sans aucun doute en lien avec le changement de saisons. On nous a aussi dit que le soleil changeait de constellation, que le vent changeait de direction et que c'était le début de la moisson!

Nous avons donc décidé de profiter de ces quelques jours pour visiter une ville pas trop lointaine de Dharwad. Après en avoir discuté avec les autres volontaires de l'école, nous semblions avoir le choix entre Goa (ville de la côte réputée pour ses plages) et Hampi (joyau architectural en pleine nature avec pas moins de 400 temples dispersés sur 30km2). Nous avons choisi Hampi :)Samedi fin de matinée, nous nous mettions donc en route vers Dharwad pour y prendre le train.Nous avons d'abord pris notre repas pas très loin de la gare. C'était la première fois qu'on mangeait en dehors de l'école!

Paneer tika masala et butter naan 

Nous avons ensuite été attendre notre train sur le quai... Il avait 1h de retard!Les trains indiens sont très vieux et comprennent différents compartiments dont les "sleeper" où les sièges peuvent se transformer en lits. Malgré notre billet standard (70 roupies pour 4h de train = moins d'un euro!), nous avons tenté de trouver deux places dans les sleeper (normalement il faut réserver au minimum la veille) qui sont bien plus confortables que la "general class" où les gens s'entassent les uns sur les autres.Lors du contrôle des billets nous avons juste du payer un petit supplément de 180 roupies chacune.Durant ce voyage, nous avons rencontré une famille très sympathique! Les parents voyageaient avec leur adorable petite fille et les parents du père.Dans les wagons, une multitude de personnes passent sans cesse proposer du thé, de l'eau, du café, des biscuits, des espèces de beignets frits ou simplement mendier quelques pièces.

Nous sommes ainsi arrivées à la gare de Hosapete (qui se prononce en réalité "hospet") en fin d'après-midi. Il fallait encore aller jusqu'à Hampi, quelques kilomètres plus loin. C'est alors que nous avons rencontré un chauffeur de rickshaw dont le surnom était Freehugg. Il nous a conduites jusque Kalamapur (entre Hospapete et Hampi) où nous avions loué une chambre. Dimanche matin nous nous sommes mises en route vers Hampi et le rickshaw nous a déposées devant le Hampi bazar.La rue principale amène directement au temple Virupaksha qui est toujours en activité. Sur le coté, il y a un amas de petits shops en tout genre, de guesthouses et de restaurants.

Parmi ces échoppes nous avons trouvé des loueurs de vélos et sommes donc parties à l'aventure avec deux vieilles bicyclettes sans vitesse bien sûr!

Notre idée était de traverser la rivière Tungabhara pour rejoindre l'autre rive fortement conseillée par Myriam, une bénévole de l'école qui était déjà venue visiter Hampi.Nous n'avions pas pensé qu'il nous faudrait traverser l'eau avec nos vélos!! Heureusement nous avons pu les embarquer avec nous sur les petits bateaux.

Une fois arrivées de l'autre côté, nous avons pédalé une vingtaine de minutes avant de rejoindre le petit hameau de Sanapur où nous avons pu voir quelques cascades et un énorme lac!Sur cette presqu'île, il n'y a presque que des bananiers, des rizières et ... des touristes.

Après notre balade, nous avons tranquillement retraversé l'eau en bateau, profitant d'un très beau coucher de soleil.

Lundi, nous avons retrouvé notre chauffeur de rickshaw Freehugg et il nous à fait visiter une grande partie des temples (de 9h à 15h!). À midi, nous avons pu assister à une scène très amusante au Oldchillout, restaurant d'un ami de Freehugg. En effet, notre voisine de table a tout à coup reçu une souris sur la tête! Le serveur s'est alors emparé du chat qui faisait sa sieste deux tables plus loin. Mais ce dernier n'était pas très réactif... A force de manger les restes des clients il ne devait plus avoir très faim!Du coup, ils ont été chercher un chien qui errait tout près (ici en Inde les chiens sont tous errants alors que les vaches semblent presqu'être des animaux de compagnie...). Finalement quand nous sommes parties; pas sûr que la souris ait été capturée...

Vers 16h, nous sommes entrées dans le temple principal, sans nos chaussures évidemment! Ce temple est immense et comprend plein de petits endroits de recueillement envers différentes divinités. Les indiens apportent énormément d'offrandes, surtout des fleurs. Il y a également beaucoup de singes et un éléphant! Ce dernier porterait chance. Les touristes peuvent ainsi donner des billets pour que l'éléphant les touche avec sa trompe...

Nous avons ensuite grimpé sur Matanga Hill pour y voir le coucher du soleil. La vue était incroyable! Tout le paysage autour d'Hampi est constitué de ces énormes rochers qui semblent avoir été posés par des géants. C'était magnifique!

Les marches creusées dans les pierres étaient périlleuses!  Nous sommes redescendues assises pour être sûres de ne pas tomber 😀

En redescendant vers hampi bazar, nous avons croisé Dédé, autre bénévole de KSV qui avait choisi de venir à Hampi. Nous avons mangé ensemble et décidé d'aller le lendemain matin visiter le temple d'Hanuman qui est en dehors du circuit habituel car en hauteur et sur l'autre rive.


Mardi matin nous sommes donc partis à trois louer des scooters pour aller jusqu'à ce fameux temple. C'était LE jour de Sankranti et déjà à 10h la ville était noire de monde! Au temple aussi évidemment. Nous avons finalement mis 40 minutes pour monter les 575 marches, compressés entre des familles indiennes qui s'y rendaient aussi. Il y avait tellement de monde qu'il y avait des bouchons! Mais l'effort valait la peine :)

Une fois notre expédition achevée nous sommes rentrées nous reposer. Il y avait tellement de monde, c'était très éprouvant! Surtout qu'en tant que touriste blanc, les indiens veulent sans cesse faire des selfies avec nous et nous toucher (ça leur porterait chance)... Mais c'est plutôt oppressant pour nous! Nous avons un peu eu l'habitude d'être des bêtes de foire!

Ces poudres colorées sont utilisées pour faire les bindis  (troisieme œil au milieu du front qui porterait chance) 
Elles sont aussi utilisées pour dessiner ces "mandalas" au sol lors d'occasions particulières comme Sankranti!

Mercredi matin, avant de repartir vers la gare, nous sommes allées une dernière fois sur les bords de la rivière afin d'assister au bain de l'éléphant. Mais il n'est pas le seul à se laver dans ce fleuve! Les indiens ont l'habitude d'y faire leur toilette (ainsi que le lavage du linge) malgré les nombreuses immondices qui s'y trouvent...

Finalement, nous avons rejoint Dédé et Laure, une quatrième bénévole ayant choisi Hampi comme destination et sommes repartis en train (qui était à l'heure cette fois) jusque Dharwad!

17
janv

Hier soir, en rentrant de Hampi, nous avons discuté longuement avec Krishna, professeur de musique ici. C’est vraiment intéressant de l’écouter nous parler de sa pratique de la musique, de ce qu’il aime, de son parcours...L’objectif était aussi d’essayer d’orienter la suite de notre séjour vers la construction d’un échange entre nos académies bruxelloises et KSV. Nous sommes tous trois enthousiastes et motivés ... il ne reste plus qu’à réfléchir comment mettre tout cela en place pour que cela perdure. La journée de voyage fut longue et éprouvante , donc ensuite repas et dodo 😊

Chaque matin, un élève écrit une pensée inspirante sur le tableau accroché à l’entrée du Yogashala. Une belle manière d’entamer la journée!

Après le déjeuner, Pascale papote avec Aishwarya (dont elle est la sponsor) juste avant son départ pour le collège.


Ashwariya vient d’avoir 16 ans  . Elle vit ici à la KSV mais fréquente à présent le collège de Dharwad. 

La matinée se passe ensuite à écouter activement les cours de Krishna (chant) .. Durant ces deux séquences de 45 minutes chacune, Krishna propose un échauffement basé sur différentes gammes ou échelles et transmet ensuite une chanson. La première partie semble chaque fois être le refrain car Krishna la répète souvent et la place aussi entre les différentes autres séquences apprises ensuite.

A la fin de la leçon, Lydie pose quelques questions à Krishna et nous apprenons que la chanson parle de grelots et clochettes (Janana) qui tintinnabulent aux chevilles des jeunes filles. Pour les musiciens qui nous lisent, le mode utilisé semble être une gamme de mib mineur mélodique avec de fréquentes allusions pentatoniques dans les montées (sans le fa et le do).

« Patdeep »  autre chanson apprise ce matin

Tous les élèves ne sont pas connectés à ce qui se passe en permanence, mais malgré tout, le mot d’ordre semble être « Peu de paroles et beaucoup de musique » À la pause, certains jouent de l'harmonium ou des tablas...

Ensuite, petit tour dans les ruelles de l’école pleines de vie et de belles découvertes

Après le repas, chacune de nous vaque à ses occupations: pratique musicale, rédaction du blog et de courriels urgents... Nous continuons aussi notre exploration de ce petit village qu’est l’école... c’est en fait une véritable ruche toujours en activité !

Les ouvriers construisent une nouvelle hutte dans la zone des bénévoles et ce, sous un soleil de plomb ( 32 degrés) 
L’après- midi, les enfants ont cours de lecture, de kannada... 

Après les cours, c’est à nouveau l’heure de la pratique musicale ... Les enfants s’installent ensemble et jouent ou chantent leurs exercices du moment.

C’est aussi l’heure de la « reading class ». Laure, jeune bénévole qui enseigne l’anglais gère cette activité : elle établit une liste des enfants qui ont besoin d’un suivi plus personnalisé afin d’améliorer leur lecture en anglais. Chaque bénévole prend en charge 2 heures de « reading class » par semaine. Lors de ce petit moment en tête à tête, l’élève ou le bénévole choisit un livre à lire ensemble. Il faut parfois s’armer de patience et de courage car les enfants ont tendance à préférer jouer entre eux plutôt que lire en anglais. Les plus petits qui ont plus de difficultés à prononcer directement les mots les épellent et essaient ensuite de faire le bon son correspondant à la lettre reconnue avant d’assembler les sons pour former le mot... qu’ils ne comprennent pas toujours.

Mahesh en pleine lecture avec Lydie 

Pour d’autres, c’est l’heure de la détente et des jeux autour des « hostels »

En bas, photo de droite: le jardin des «  smalls » boys qui est merveilleusement bien tenu  et arrosé! 

Suite au prochain épisode ...

18
janv

Ce matin, nous sommes à nouveau allées écouter les cours de Krishna. Les élèves ont revu les mêmes chansons qu'hier, on a donc pu répéter avec eux et comprendre un peu mieux la construction de leurs morceaux qui ont souvent une structure proche du "couplet/refrain". Il arrive aussi, comme dans les échauffements, que la chanson soit reprise au double du tempo ou alors dans un tempo deux fois plus lent!

À midi, comme chaque jour, tout le monde se retrouve au Yogashala pour le repas. Il est chaque fois précédé d'un moment de prière très touchant durant lequel tous les enfants chantent les yeux fermés, sauf quand un car de touristes indiens débarque bruyamment pour visiter l'école, et oui ça arrive! Il faut bien se rendre compte que la KSV est une école particulière qui, en plus d'être un internat pour les enfants venant de familles économiquement pauvres, a développé des cours artistiques donnés à tous les élèves sans exception.

L'après-midi, nous avons eu quelques heures de temps libre durant lesquelles nous avons pu faire notre lessive ou encore tenter de retranscrire une partie des exercices et morceaux enregistrés depuis notre arrivée.

Ici, en pleine jungle bien sûr, nous côtoyons les souris, musaraignes, fourmis géantes et parfois aussi serpents et scorpions (ça ne nous est pas encore arrivé, ouf!). Le sol est très sec, la poussière s'infiltre dès qu'elle peut à savoir tout le temps et partout... Et comme on doit enlever nos chaussures avant d'entrer dans n'importe quel endroit, imaginez l'état de nos pieds!

En fin de journée, nous avons rejoint Myriam qui nous a proposé de faire une promenade aux alentours de l'école. Nous avons ainsi marché une bonne heure avant de rejoindre la "big tower" d'où nous avons profité d'une vue à 360 degrés!

Il y a très souvent cette brume dans l'air. On l'espère due à la chaleur mais la pollution n'aide sûrement pas!

Après avoir redescendu la petite colline, nous avons rencontré un charmant "conducteur de charrue" qui nous a emmenées jusqu'au village. Une fois arrivées sur la "place principale" de Kalkeri (village de 3000 habitants quand même!), nous avons été prendre l'apéro au bar du coin : un chai, deux assiettes de germit (riz soufflé trempé dans une sauce et accompagné de cacahuètes pour ceux qui ne sont pas allergiques) et quelques badjis (espèces de boulettes de pâte fourrées entre autre au piment). Nous avons ensuite acheté quelques produits au night-shop du coin, j'ai nommé "Chez Lakshman" : de quoi refaire un stock de lait, yaourt, bananes, pain de mie,... Au cas où on en aurait marre du riz!

Voila ce que ça donne quand on chante un canon en charrue! Admirez notre soudain vibrato naturel :)
Notre super conducteur de charrue "J'saisd'japas" (écriture mnémotechnique bien sur 😀) 
L'apéro et la boutique de Lakshman (qui est plutôt un comptoir car on n'y rentre pas comme dans un supermarché, c'est très petit) 
19
janv

Il est à peine 7 heures du matin et les enfants se rassemblent déjà dans le yogashala pour pratiquer leur méditation quotidienne.... Une musique douce accueille les participants et Adam, le directeur de l’école guide ce précieux moment en proposant d’adopter une position confortable et de se centrer sur la respiration. « Om Mani Padme Hum », mantra de la grande compassion est le mantra du jour...

Normalement, le samedi, il n’y a pas de cours de musique mais en raison de cette fameuse grève de la semaine dernière (vous vous en souvenez ? ), la journée d’aujourd’hui se déroulera comme un « mardi » qui , lui, débute par trois heures de musique. Donc, après le petit déjeuner, nous nous dirigeons vers la classe de Krishna pour poursuivre nos observations. Plusieurs élèves sont déjà dans la classe; ils s’occupent en effet chaque jour d’allumer des baguettes d’encens et de déposer quelques fleurs en offrande à Saraswati.

Il a faut savoir que Saraswati est la déesse de la connaissance, de l’éloquence, de la sagesse et des arts ... Voilà pourquoi il est bon de l’invoquer en début de journée !

Krishna poursuit l’apprentissage de « Patdeep » , amorcé hier. Le refrain est bien connu et il ajoute à présent plusieurs couplets ou variations. Les élèves écoutent et répètent plusieurs fois chaque nouveauté . Voici le chant noté par Pavitra. Elle nous explique que tout y est: la structure et les informations pour la comprendre et ensuite, toute la chanson écrite sur deux lignes (celle du dessus pour les notes et le rythme, celle du dessous pour les paroles). Comme d’habitude, elle peut se chanter en binaire ou en ternaire...

Puisqu’on vous dit que tout y est !  

Après la pause, Krishna tarde un peu à revenir ... mais qu’à cela ne tienne, les élèves l’attendent en chantant tous ensemble avec une super énergie !

A son retour, nous nous installons près de lui et il nous invite à prendre la parole pour parler de notre projet d’échange. A l’issue de cette petite discussion, plusieurs enfants (dont Sarubai, une adorable petite fille qui adore nous poser plein de questions et vient toujours s’assoir à côté de nous) sont enthousiastes et ont envie de participer à l’aventure. Un rendez - vous de mise en route du projet est pris avec eux et avec Krishna demain à 16h30 dans le yogashala. A suivre , donc 😊

Après le repas, nous ( + Marion, jeune bénévole française qui est à KSV depuis plusieurs mois ) avons la grande chance d’accompagner à nouveau nos trois violonistes chez leur professeur.

Après le trajet  en bus, nous marchons « slowly » car nous sommes en avance...

Nous voici arrivés une bonne dizaine de minutes avant l’heure du cours !

Mais non, notre maître n’est pas professeur de maths, c’est simplement son nom 😉

Apres le petit rituel d’installation du matériel, Aktasha, Kumar et Parsuram rejouent ensemble le raga avec les variations apprises depuis la dernière leçon. Cette pièce a aussi la particularité d’être dans une mesure à dix temps : 2x5

C’est beau !  

La suite de la leçon est consacrée à la préparation de l'alap, qui est en quelque sorte le prélude du Raga. Cette partie est très délicate puisqu’il s’agit en fait d’improviser en utilisant les notes du mode de manière très libre mais en suivant tout de même des règles strictes, comme par exemple : commencer par de petites cellules qui tournent autour de la note principale et révéler ensuite progressivement l’entièreté de l’échelle ou encore varier constamment la manière d’approcher chaque note... Le maître joue de petites séquences d’improvisation qu’il demande à chacun de répéter à son tour. Il encourage ensuite chaque élève à se lancer et à construire un court alap aboutissant sur le « Refrain ». Nos jeunes violonistes se débrouillent super bien ! Cette dernière étape sera l’objectif principal de leur pratique pour la prochaine leçon. Parsuram nous expliquera plus tard que le maître a ajouté que pour cette étape, il ne faut jamais se presser et que l’essentiel est d’essayer, de pratiquer et de recommencer sans cesse; la construction de ce prélude personnel peut prendre ... un mois !

Ah oui! Lors de notre première visite, nous avions promis que si nous avions la possibilité de revenir, nous emmènerions nos flûtes et nous jouerions un petit air ! A la fin de la leçon, le maître qui n’avait pas oublié notre promesse nous a demandé de sortir nos instruments. Ils ont voté pour une pièce occidentale et ancienne, nous leur avons donc joué le premier mouvement du duo en mi mineur de W.F.Bach. Tout le monde a eu l’air d’apprécier, donc en « bis » , nous leur avons offert une petite version en duo de Geamparele, traditionnel roumain. Ce fut un beau moment d’échange .... !

Du coup, le temps a filé super vite ! Lorsque nous sommes sortis, la nuit était tombée et nous venions de rater un bus...Nous avons donc décidé de manger un petit bout avant de prendre le suivant.

Un petit aperçu de notre trajet en bus local  

Et pour clôturer, deux petites découvertes du jour sur les sentiers de KSV !

Naissance de six chiots  (mâles donc ils pourront être donnés aux villageois)  + L’arbre aux chaussures perdues 
20
janv

Comme hier c'était mardi, aujourd'hui c'est samedi (mais en vrai on est bien sûr dimanche)!

Le samedi, les élèves ont des cours académiques toute la matinée, donc pas de cours de musique (mais quand même la pratique de 5h30, faut pas rêver) : on a donc pu faire la grasse matinée (sauf pour celles et ceux qui étaient au "plate check" de ce matin...).


Comme c'est un jour différent de ceux de la semaine, les repas le sont aussi. Normalement on mange juste le riz et la sauce/soupe par dessus (samba), quelques crudités et un petit légume... Avec de temps en temps un naan ou un petit truc frit.

Ce midi par contre nous avons eu droit à beaucoup plus de choses et même à des "sweet"!

Bien sûr, à l'école, on mange assis par terre avec nos mains après les avoir bien lavées!

Porte savon en noix de coco dans lequel il y a des morceaux de savon coupés à l'aide d'une assiette😀
Le repas de ce midi 

Par rapport à la photo ci-dessus, voici ce qui se trouvait dans notre assiette :

1 lentilles

2 bout de petit citron pimenté

3 jalebi (dessert frit au sirop parfumé)

4 sweet (aux noix de cajou)

5 riz et samba (aux carottes et pommes de terre)

6 haricots

7 idli (espèce de gâteau de riz)

Le tout bien épicé évidemment :)

Le service se fait après la prière auprès des deux tables de service. Les enfants y vont par tranche d'âge et il y a un côté pour les filles et un pour les garçons.

De même, les filles et garçons dorment dans des dortoirs séparés qui sont géographiquement dans deux zones différentes du campus. Ils ont bien sûr cours ensemble et font beaucoup d'activités en étant mélangés car la philosophie de l'école est : laissons les apprendre à se connaître les uns les autres afin qu'ils ne se fassent pas de mal! Par contre, en ce qui concernent les big boys et les big girls, interdiction de circuler sur le territoire du sexe opposé une fois la nuit tombée!

Côté filles, côté garçons  

En face des éviers pour se laver les mains et nettoyer les assiettes, il y a les robinets d'eau potable ou tout le monde se sert abondamment (elle est aussi potable pour nous!). C'est derrière ces murs que se cache la cuisine, une unique piece dans laquelle il y a d'énormes casseroles... Les cuisinières ont bien sûr un temps plein étant donné le nombre important d'élèves à nourrir. Il faut aussi préparer les repas pour les volontaires et les travailleurs de l'école.

Les robinets d'eau filtrée, devant la cuisine 
La cuisine! Ce sont les cendres du feu de cuisson qu'on récupère pour laver les assiettes, le budi! 
Le nombre des repas à faire par jour... e "nasta" est le petit déjeuner. 

Ici les enfants ont très peu de matériel scolaire : un cahier, un bic ou deux et c'est tout. Du coup, quand on arrive avec notre plumier rempli de choses incroyables, ils s'empressent de tout essayer (crayons de couleur, fluo, tip-ex, latte,...). Ils sont aussi tes intrigués par tout ce qui est technologie et n'hésitent pas à nous sauter dessus dès qu'on sort notre téléphone...

Dariapa découvre l'iPad  

Cet après midi, comme tous les "samedis", c'est le Green Time : deux heures durant lesquelles tout le monde participe à des activités nature. Aujourd'hui, les enfants ont nettoyé et arrosé les jardins, balayé le sol, replanté des boutures de sauge et de basilic sacré, recloué des barrières, scié du bois, ramassé les feuilles mortes, ...

Green time! 

En fin de journée, Pavitra, étudiante de 15 ans qui souhaite devenir professeur de musique nous a montré quelques pas de danse...

21
janv

Comme tous les jours, Adam, le directeur de l’école prépare le yogashala pour la méditation; il est environ 6h45... C’est tout un art de dérouler les longs tapis et de les aligner soigneusement ! Les enfants arrivent les uns après les autres et s’installent en silence ... « Om ganapatayei Namaha » nous aidera à surmonter les obstacles de la journée.

Après le petit déjeuner, nous retrouvons Krishna et ses élèves. « Patdeep » commence à être vraiment bien connu; les enfants enchaînent de mieux en mieux les différentes parties. Krishna intercale aussi des variations plus virtuoses exigeant une véritable habileté vocale. Il y a du défi dans l’air !

Il reste encore une foule de choses à vous montrer dans l’ école, notamment les magnifiques décorations murales réalisées récemment. Il s’agit de « warli art ».

Warli art décrivant la vie quotidienne à la KSV  

Warli est une des plus anciennes formes d’ Indian folk art et a ses origines dans la région Warli de Maharashtra. Cette forme d’art tribal utilise principalement les formes géométriques pour décrire la vie quotidienne mais aussi les croyances du peuple Warli.

... Ou encore le nouvel escalier en pleine construction.Pour l’instant, nous sommes en pleine saison sèche mais, durant la mousson, ce nouvel escalier permettra d’éviter de déraper et de glisser dans la boue qui envahit alors tout le village... Merci aux courageux ouvriers qui travaillent dur et il faut le dire, avec un matériel de fortune 🙏

Impressionnant !! 

Ici, en Inde rien ne se passe comme on l’avait prévu ! Lydie, en route pour son service de « plate check » se voit offrir un massage bienfaisant par Jeff, chiropractor canadien en visite à la KSV pour deux semaines. A partir de demain, il proposera ses services aux enfants qui le souhaitent et donc, Lydie a eu raison d’en profiter aujourd’hui !

Après le lunch, nous retrouvons Marion pour animer un atelier avec les enfants qui sont en classe d’art.L’idée est de créer tous ensemble une chanson à propos de l’école ; elle sera ensuite apprise à tout le monde et deviendra peut-être l’hymne de la KSV 😉. Mais ne brûlons pas les étapes; l’objectif du jour est de faire un brainstorming et de rassembler un maximum de mots clés en lien avec la vie de l’école. Marion suggère aussi de prendre en compte le thème du semestre qui parle de la compassion. Au bout d’une heure, nous avons récolté une belle liste de mots classés en 6 catégories mais aussi rédigé 3 couplets de deux phrases chacun ! Pour demain, notre mission est de mettre ces phrases en rythme avant de les habiller d’une mélodie ...

Il y aura même un refrain ! Patience, patience.... 

Ensuite, petite visite à la « bobo house » car c’est l’heure du « bobo time »pour tous ceux qui en ont besoin ! Il y a toujours beaucoup de monde car bien sûr, tous les habitants de la KSV y sont accueillis: travailleurs, enfants, bénévoles... .Solène et Lois (les deux bénévoles qui s’occupent de la santé de tous ) font un travail incroyable ! La pièce est calme, sereine et accueillante et cela fait du bien ! Les enfants, munis d’une « bobo card » (donnée par leur gardienne) attendent sagement (enfin, la plupart du temps) leur tour à la porte de la bobo house: écorchures, piqûres diverses, toux, maux de dents sont ici soignés avec des produits naturels. En plus des permanences, Solène et Loïc gèrent aussi les prises de rendez- vous (dentiste, médecin, ophtalmologue, radiologue) afin de prodiguer aux enfants tous les soins nécessaires. Pas difficile d’imaginer qu’ici, et surtout pour les plus jeunes, une partie des bobos se soigne aussi en donnant beaucoup d’amour et d’attention...

Au dessus, à droite, liste de ceux qui se rendront chez le dentiste ce mercredi. Départ à 7h 50  !  

Nous n’avons jamais entendu autant de gammes qu’ici, à la KSV ! Un petit échantillon au sitar, durant la pratique du soir...

Et si vous tendez l’oreille,à la nuit tombée, vous nous entendrez chanter avec Marion un petit air à trois voix dans le style Gospel; cela aussi, cela fait du bien ! Oh yeah!!

22
janv

Seriez-vous vraiment surpris si l'on vous disait qu'aujourd'hui on est dimanche? Et oui, on commence à avoir l'habitude... Figurez-vous qu'un grand sadhu indien est décédé hier et qu'à cette occasion, aujourd'hui, c'est un jour férié, donc comme un dimanche : pas de pratique musicale à 5h30, pas de cours et les repas tous un peu plus tard que d'habitude.


Les volontaires ont droit eux aussi à une journée plus cool. C'est donc l'occasion de faire plus ample connaissance et quelle surprise d'apprendre que Lois, en charge de la Bobo house aux côtés de Solène a fait partie d'une troupe de gumboots au Québec!

On a bien sûr sauté sur l'occasion pour apprendre l'une ou l'autre choré :)

Nous avons aussi fait du chant avec Marion qui joue aussi du ukulele. On a aussi composé ce fameux hymne de la KSV avec les paroles que les élèves ont créées hier! Et demain, on leur apprend...


Oh yeah! 
Un extrait du chant "Bring me little water" aux côtés de Marion 😀
Marion et sa "baby guitare" 

Pendant ce temps, les enfants ont joué à différents sports ou "jeux de table" ou encore été près de Laure et Myriam se faire grimer! Jeff était aussi dans les parages, prêt à soulager les enfants grâce à la chyropraxie.

 A défaut d'avoir une table de Massa, Jeff a installé un matelas sur la table où se fait le service de midi!

Mais l'activité la plus excitante de la journée a eu lieu à 17h... Grâce au soutien d'Améthyste, revenue hier de vacances (et donc pleine d'énergie), nous avons réussi à réunir un petit groupe d'enfants intéressés par notre projet d'échange. Nous avons fait connaissance, ils ont posé plein de questions et nous leurs avons appris un chant que certains élèves belges connaissent aussi. Ce fut une heure d'échange intense, vivement la prochaine rencontre!

La super équipe avec, de gauche à droite : Basavannewa, Aishwarya, Sarubai, Pruthvi, Kavita, Vidya, Allauddin 
23
janv

Aujourd’hui, pas de grasse matinée ! Nous sommes attendues dès 8h30 pour donner cours dans la classe de Krishna. Ce dernier est en effet absent car il accompagne Agathe et Mathieu à une immense manifestation à Kopal. Ah oui, c’est vrai, nous ne vous avons pas encore parlé d’Agathe et Mathieu ...Ce sont les fondateurs de cet incroyable projet qu’est KSV. Nous aimerions beaucoup leur consacrer une interview avant notre départ ...

Nous proposons un moment d’écoute pour démarrer avec le premier groupe; nous avons choisi la magnifique berceuse sépharade intitulée « Durme, Durme » et interprétée par l’ensemble BAO 3 dirigé par Éric Leleux. L’ambiance est magique et une fois le morceau terminé, nous répondons à toutes les questions posées: que raconte la chanson ? Les musiciens ont-ils lu une partition ? Comment ont-ils appris à la jouer ? Depuis combien de temps font-ils de la musique ? Peut-on apprendre la chanson? Et à la fin de la leçon, tout le monde la fredonne 😊

Le deuxième groupe aura droit à un petit concert et nous leur jouons le même programme que lors de la leçon de violon. Ils aiment beaucoup le duo de WF Bach ! Ils trouvent cette musique « so sweet and quiete ».

Lydie se lance ensuite dans l’apprentissage de notre désormais fameux « Bring me little water » mais avec la gamme indienne ! C’est très impressionnant !

Le challenge est sans nul doute de chanter à deux voix, ce dont ils n’ont absolument pas l’habitude ...

Un petit jeu en cercle aidera le dernier groupe à se connecter. Il sera suivi d’une très belle séquence gérée par Lydie durant laquelle elle leur apprend « légende perdue » utilisant le raga bairhav (gamme orientale). Cette mélodie sonne tellement bien à la manière indienne ... Ecoutez - nous ça !

Trop beau ! 

Le planning de la journée est serré puisqu’ à peine le repas terminé, nous retrouvons Marion et la classe d’art (mais pas les mêmes élèves que lundi ) pour poursuivre le projet « hymne KSV ». Lydie a encodé notre mélodie et les paroles; nous avons répété hier soir afin d’être fin prêtes, il ne nous reste plus qu’à transmettre tout ça aux enfants. Au risque de nous répéter, c’est peu dire qu’ils adorent ! Ils chantent à fond les ballons, apprennent le texte (pas facile) en s’appliquant de leur mieux; c’est vraiment super !

Our school  is special 🎶🎶
Enjoy ! La suite est pour bientôt ! 

Plus les jours passent, plus nous nous attachons à tout ce petit monde!

Don’t worry ...be happy ... feel free.... in  KSV ...

C’est déjà l’heure du rendez - vous de Pascale avec sa filleule Aishwarya ...Depuis quelques jours, elles s’installent pour pratiquer ensemble, Pascale à flûte moderne et Aishwaya au bansuri. Échauffements indiens, gammes of course mais aussi le raga Bhoop que Pascale ramènera à Bruxelles pour ses élèves. Ces petits moments en tête-à tête remotivent Ashawariya qui n’a plus de professeur de flûte depuis un bon moment...

Musique au bord du lac avec les oiseaux, les chèvres  et les habitants du village qui s’arrêtent un instant pour écouter ...  

Et enfin, pour clôturer la journée, rencontre du team « Sangeet Barat Meets Brussel » ! Le nom du groupe est une idée des enfants 😊 Encore du peps, de la bonne humeur et des sourires pour ce moment de partage de nos univers musicaux si différents. Nous avons rechanté Amawolé; ensuite, les enfants nous ont appris le début d’une chanson en kannada... pas simple ! En plus de la langue totalement incompréhensible pour nous, nous devions tenter de capter une mélodie assez insaisissable car les enfants modulaient sans cesse ...

On est crevééées .... !

24
janv

Ce matin, comme après chaque nasta (petit déjeuner), tous les élèves se retrouvent en rang dans la cour pour chanter l'hymne national indien :

Déroulement d’une journée selon les âges des enfants et traduction de l’hymne  

Ensuite, rendez-vous dans la classe de Krishna qui était de retour! On a assisté aux trois heures de cours durant lesquelles les élèves ont voulu montrer à Krishna ce qu'ils avaient fait hier avec nous. L'après-midi a été chaud et relativement cool...

Tout sèche au soleil, aussi bien le linge que les piments! 

La météo est pour nous digne d'un bel été belge mais pour les enfants, il fait encore froid, surtout en début et fin de journée. Mais rassurez-vous, ils sont équipés :)

Même certains bénévoles s’y mettent 😉

Après une petite sieste revigorante, nous voilà prêtes pour retrouver la SBMB team! Et aujourd'hui, on a trouvé notre "cri de groupe" qu'on se réjouit d'apprendre à nos élèves belges :)Ces derniers nous ont envoyé une video d'Amawole sur laquelle ils ajoutent une seconde voix et une danse rythmée. Après avoir regardé la vidéo deux fois (ils auraient pu la regarder 50 fois si on avait cédé), nous nous sommes entraînées à faire la chorégraphie en chantant! Vous pouvez ainsi admirer la version belge VS la version indienne :)

Amawole version indienne 
Amawole version belge 

Ensuite, les enfants ont absolument tenu à nous montrer une danse indienne qui se fait en deux groupes, l'un représentant les filles, l'autre les garçons. Nous avons tenté de l'apprendre mais rien n'y fait, nous n'avons pas la même grâce que ces jeunes demoiselles en robe de princesse au milieu de la jungle!

 les filles essaient de s'organiser sans leur prof pour nous montrer la danse : l'expression "à l'indienne" prend tout son sens!

Comme chaque soir (en fait comme à chaque repas), au Yogashala, tout le monde se réunit pour manger... du riz! Il est évidemment fréquent pour les volontaires (même indiens) d'avoir envie de quelque chose de différent. C'est ainsi que dans la cuisine des volontaires émerge parfois une bonne odeur de crêpe, de toast grillé, de chocolat fondu ou de (presque) pâtes carbonaras... Mais ce ne serait pas la cuisine des volontaires sans Raj Kumar, ce chat maigre au miaulement plus que plaintif qui chipe dès qu'il peut un peu de nourriture... Son dernier exploit en date est le vol du saucisson de Laure (reçu spécialement par colis)!

Demain, nous profiterons de l'après-midi pour retourner (peut-être une dernière fois avant notre départ) à Dharwad!

25
janv

Ce matin, la séance de yoga (qui a lieu, on vous le rappelle, de 5h30 à 6h30 dans le yogashala) était donnée par Kaveri, une jeune élève de ... 12 ans! Elle a géré ça de manière incroyable ! Le rythme de la leçon était bien pensé, les enchaînements variés. Kaveri, en plus de son talent à expliquer et montrer les différentes figures, était attentive à chacun et ne manquait pas de faire des remarques si nécessaire : « Could you please put your arm like that? »

Depuis hier, Akash (11 ans) nous suit partout : entre les cours, pendant les repas, après les repas... Il a tellement envie de jouer de la flûte... Ce matin, il revient vers nous après le nasta avec la même demande alors, avant d’aller assister au cours de Krishna, nous passons par le local des instruments pour lui trouver une flûte. Après avoir réussi à ouvrir l’étui, nous découvrons que les flûtes sont en très mauvais état : certaines sont fendues, d’autres carrément cassées et beaucoup sont injouables.... sauf une qui par miracle est à la taille de Akash. Le voilà parti avec son instrument qu’il ne lâchera pas de la journée... Même durant les cours, il s’entraîne silencieusement à bien mettre ses petits doigts sur les trous et à placer sa bouche sur l’embouchure.

Les flûtes sont en mauvais état car depuis un certain temps, il n’y a plus de professeur de flûte à KSV.... Mais cela va peut - être changer car Krishna ( qui dirige le département « musique » ) cherche à joindre un nouveau professeur pour s’occuper d’Ashwariya, de Shanti et aussi bientot d’Akash !

C’est ça, la motivation !!! 

Les leçons de Krishna sont pour nous extrêmement enrichissantes ! Avec lui, pas de doute, l’art de la pratique passe avant celui du commentaire; il utilise énormément l’imitation et stimule ainsi l’oreille, mais aussi la virtuosité vocale et les réflexes de ses jeunes élèves. Les plus jeunes décrochent parfois un petit peu mais sont vite repris par l’énergie de Krishna et des plus grands. On perçoit leur envie de répéter ces figures toutes plus chouettes les unes que les autres. Ce type de séquence peut parfois durer une leçon entière. Et dire que tout ça, c’est en fait des exercices !

C’est tellement beau !  

Vers 11h 30, nous quittons l’école pour nous rendre à Dharwad. Pascale souhaite découvrir le collège d’Aishwaya et ensuite, on fera un peu de shopping 😉. Après quelques péripéties pour trouver le collège, Pascale arrive durant la pause de midi, fait la connaissance de la surveillante - éducatrice qu’ Ashwariya semble beaucoup aimer mais aussi de la directrice et passe un bon moment avec les copines de sa filleule.

Comme vous le voyez, l’uniforme est de rigueur,  mais à l’indienne, c’est en fait assez joli ! 
Une échoppe de lentilles et autres légumineuses inconnues  ...

Bon, mais finalement , à quoi voit-on que c’est l’hiver ici ? Tout d’abord, le soleil ne monte pas très haut dans le ciel, se lève vers 7h30 et se couche tôt... Vers 18h30, il fait totalement noir ! Ensuite, beaucoup d’arbres dans la forêt ont perdu toutes leurs feuilles...Et puis, il y’a les bonnets dont nous vous parlions hier !

Ramasser les feuilles mortes devant les huttes et sur les sentiers est d’ailleurs une activité quotidienne ... 

Enfin, évidemment, avec le soleil et la chaleur, ici, même en hiver, il y a des fleurs que les demoiselles aiment ajouter à leur coiffure 🌷

Vers 18h, nous retrouvons notre joyeuse bande « Sangeet Barat Meets Brussel » pour une tout aussi joyeuse séance durant laquelle nous chantons « Pajarillo verde », une très jolie chanson de Mercedes Sosa et dansons un cercle circassien bien décoiffant! Ces enfants ont une joie de vivre et une énergie incroyables ! You are amazing, girls and boy !

Demain, lever à l’aurore car c’est la fête de l’Independance day !

Pour l’occasion, les enfants ont décoré l’entrée des locaux .
26
janv

Aujourd’hui, comme chaque 26 janvier, c’est la fête nationale indienne! À cette occasion, nous avions tous rendez-vous ce matin pour la cérémonie qui a été précédée de la méditation collective.

À 8h30, nous nous sommes tous réunis dans la cour, les enfants en rang et nous aussi, autour d’une chaise sur laquelle était posée la photo du président et des offrandes. Il y a eu un petit discours et le drapeau a été hissé! Les enfants ont ensuite chanté l’hymne national, ça va de soi.

Pour l’occasion, tout le monde s’est mis sur son 31, les filles en robes de princesse ou sari, les garçons en belle chemise ou carrément en espèce d’uniforme!

Un extrait de la cérémonie de ce matin 

Ensuite, à 10h a eu lieu la « sport compétition » mais devinez quoi... ce ne sont pas les enfants qui jouaient mais bien le staff! Au programme, throwball, un jeu de ballon avec des règles bien précises! Nous sommes fières de vous dire que l’équipe des volontaires a été jusqu’en quart de finale!! (Bon ok, en vrai il n’y avait que quatre équipes...).

La team des volontaires en pleine action! 
Bref, aujourd’hui, c’est la teuf à KSV 

En milieu d'après midi, nous sommes retournées à Dharwad aux côtés d'Aishwarya, Sharanappan et Shanti. Nous avons profité de leur présence pour faire un brin de shopping sans subir les prix touristiques vu que Sharanappan négociait pour nous :) nous avons ainsi découvert les "gift center", espèce de magasins de cadeaux en tout genre tous plus kitsch les uns que les autres! Dans les rues de Dharwad, beaucoup de femmes vendent de magnifiques "colliers" de fleurs fraîches qui servent d'offrandes dans les temples. Mais les fleurs peuvent aussi se mettre autour des tresses, en décoration de cheveux!

Ensuite, nous nous sommes rendus chez Vaibhav, un joueur de bansuri que Krishna a contacté pour qu'il donne des cours à Aishwarya et Shanti qui n'ont plus eu cours depuis 3 ans! Après avoir attendu près de 45minutes dans son salon où son père s'endormait sur une chaise (c'est lui qui nous a ouvert), Vaibhav est arrivé et nous a offert un café pour s'excuser de son retard. Nous sommes ensuite montés dans la salle de musique et les filles ont eu droit à une petit cours durant lequel il leurs a montré quelques exercices techniques et fait répéter des cellules sur le bhoop raga dont on vous a déjà parlé :)

A la fin de le leçon, il nous a montré son bansuri de concert et figurez-vous qu'il possède une clé supplémentaire en bambou pour boucher le dernier trou : la totale classe!

Nous nous sommes ensuite dirigés tous les cinq vers une école qui sert aussi de salle de spectacle où il y avait des concerts gratuits tout le week-end. Nous avons ainsi assisté à la prestation de joueurs de sitar et tablas! L'ambiance était particulière car les lumières étaient allumées côté public et tout le monde rentrait/sortait à sa guise, et pourquoi pas en passant un coup de fil rapide.

Les deux maîtres jouent une composition basée sur le raga "jog" 

Après cette après midi chargée nous sommes allés manger un bout dans un petit snack street food non loin de l'arrêt de bus pour rentrer. Nous avons ainsi découvert les gobi manchuri à la texture indescriptible et qui contiennent apparement une fleur!

A l'occasion du "republic day", Dharwad s'est illuminée!

Dans le bus de retour, nous avons encore vu ce même "contrôleur", qui commence lui aussi à nous reconnaître vu nos nombreux trajets ces derniers jours...

Encore une belle journée passée avec ces trois jeunes au sourire inébranlable malgré leurs conditions de vie parfois difficiles... La KSV est pour eux une réelle chance et ils s'en rappellent tous les jours!

À droite Aishwarya et Sharanappan (on n'a pas compris si c'était son frère, son cousin ou un ami mais ils s'entendent à merveille)
28
janv

Normalement, le dimanche est une journée calme et tranquille à KSV ... mais nous avons maintenant compris qu’à KSV, les jours se suivent (enfin pas toujours 😉 ) et ne se ressemblent absolument pas ! A peine réveillée, Lydie se voit confier par Agathe la mission de conduire trois jeunes élèves à leur cours de danse. Et départ immédiat car le bus n’attend pas! Les jeunes filles sont super contentes car pour elles, comme pour Aishwarya et Shanti, cette leçon est un nouveau départ après un long moment sans professeur! Elles retrouvent d’autres élèves et travaillent ensemble à une nouvelle chorégraphie. Lydie savoure !

Nos trois jeunes danseuses  de gauche à droite: Sabia, Ankita et Vaishnavi - Vijeta leur enseigne la danse Kathak 
                                                                                                  Le cours collectif 

A la sortie, un cortège coloré (peut-être encore en l’honneur du republic day) défile justement dans les rues. Avant de reprendre le bus, tout le monde déguste un savoureux jus de canne à sucre bien mérité; cette boisson délicieuse s’obtient en écrasant les tiges grâce à une machine sans âge au moteur super bruyant et fumant. Retour à l’école vers 14h ....

De son côté , Pascale assiste au « college students meeting » dans le yogashala. Cette rencontre mensuelle réunit les élèves de 16 ans ou plus qui résident (ou non) à KSV et fréquentent un collège dans les environs de Dharwad ainsi que le staff KSV au grand complet. Elle a pour objectif de faire le point sur la situation de chacun mais aussi de (re)booster la motivation, l’envie d’avancer, d’étudier et de trouver son propre chemin... Adam, le directeur de KSV, prend d’ailleurs la parole et encourage tous les étudiants à faire partie de ceux qui en veulent, qui réalisent de belles choses, n’abandonnent jamais et font preuve de détermination plutôt que de ceux qui flottent dans leur vie, vont d’une chose à l’autre et de ne font rien sérieusement. Ici, tout comme partout ailleurs dans le monde, les smartphones font des ravages: « Qui étudie avec son smartphone? » demande Mathieu... Personne ne lève la main mais on sait tous que ce n’est pas vrai et qu’il est pourtant impossible d’étudier, de se concentrer et d’apprendre tout en étant connecté en permanence à une conversation sur Facebook...Ici, plus qu’ailleurs, les jeunes sont appelés à se dépasser, à donner le meilleur en dépit de situations de vie difficiles... KSV leur offre cette opportunité; l’accent est donc mis aussi sur l’importance de ne pas gaspiller cette chance et de cultiver la gratitude envers ceux tous ceux qui les soutiennent. Les étudiants ont également droit à la parole: que pensent-ils de leur collège? de leurs professeurs et des cours qu’ils donnent? où en sont leurs résultats? qu’attendent-ils de ces rencontres? Mathieu termine en soulignant l’importance de rester connectés, de donner régulièrement des nouvelles de ce qui marche bien, de demander de l’aide si nécessaire, de soutenir les plus jeunes,d’offrir une partie de leur temps libre en se rendant utile dans l’école ...Véritable leçon en matière de coaching, ce moment fut particulièrement intense!

En haut à droite, le début de la réunion - Autres photos= plaisir d’échanger ensemble !  
Ok! Tout le monde y est !  

Après la traditionnelle photo de groupe (qu’il faut prendre à plusieurs reprises pour que tout les monde soit là), Pascale et Aishwarya courent prendre le bus ... qu’elles ratent... Pas grave, elles se débrouillent pour se faire emmener par une voiture qui se rend justement non loin de leur destination.

La famille d’Aishwarya habite dans un petit village appelé Linganamath. Ce fut un moment merveilleux et émouvant: rencontre avec la famille, visite de la ferme, délicieux repas préparé par Basvaneamma, la grand-mère d’Aishwarya; un vrai voyage dans tous les sens du terme! Difficile de vous présenter tout le monde, car en plus de la famille, voisins et amis se joignaient sans cesse aux photos!

En dessous à droite, le mango tree de Badvaneamma  

Pendant ce temps, Lydie s’affaire dans la cuisine des volontaires. Il lui aura fallu plus de trois heures pour confectionner sans four un délicieux crumble croustillant à la compote de pommes parfumée aux bâtons de cannelle. Voilà ce qui s’appelle avoir de la détermination en dépit d'ingrédients inhabituels et pas très coopérants (surtout le beurre). Merci Lydie !

Ce croustillant, une pure merveille! 

Car ce soir, c’est la fête en l’honneur de Loïs qui s’en retourne au Canada après deux mois passés ici ! Lumière du feu de bois et des bougies joliment placées, joie d’être ensemble et de partager ... Que souhaiter de plus ?

Vous comprenez maintenant pourquoi on vous disait que ce dimanche comptait pour deux 😊!

28
janv

Ce matin, une brume étrange recouvrait Kalkeri et l'air était humide... Une ambiance étrange régnait à la KSV. Cette impression est peut-être due à notre départ imminent et aux adieux faits à Lois tout à l'heure, repartie pour le Canada après deux mois passés ici. Le vent tourne, certains volontaires s'en vont, d'autres arriveront bientôt...

Vers 10h, quelques gouttes sont tombées, chose assez rare à cette période de l'année.

Comme vous l'aurez compris, la KSV est pleine de ressources et en plus de tous les cours dont nous vous avons déjà parlé (qu'ils soient artistiques ou non), il nous reste à vous présenter la classe d'informatique! Le local se trouve à côté de la bibliothèque. Ces deux endroits font partie des quelques classes entourées de vrais murs (elles sont sans doute un peu plus résistantes durant la mousson).

Ce matin, Émilie et Gautam, les volontaires en charge de cette matière, étaient en train de donner cours aux plus jeunes qui apprenaient à taper correctement sur leur clavier. A l'initiative d'Emilie, ils entamaient aujourd'hui un nouveau projet de création d'histoire virtuelle!

La bibliothèque et la classe d'informatique 

Comme c'était notre dernier jour, nous avons essayé d'en profiter un max! Pendant que l'une vérifiait l'état des bansuri de l'école (pas fameux ma foi! ), l'autre vivait sa première séance d'acupuncture, sous les mains douces, rassurantes et expertes de Fannie, la compagne de Jeff (le chiropracteur). Ce fut aussi l'occasion de profiter d'une séance beauté en se faisant orner les avants-bras de henné par Barati, warden des big girls renommée pour ses talents sur tout le campus! Camélia, Floralie et Fannie (leur maman) n'ont pas été difficiles à convaincre ;)

Un dernier saut au village s'imposait. Tandis que Lydie est descendue chez Lakshman racheter quelques œufs, Pascale a été prendre un dernier thé avec Aishawarya et Sharanappan qui est finalement... son petit copain!

Les animaux du village 

Bien sûr, nous avons revu une dernière fois notre SBMB team : nous avons rechanté les chansons apprises ensemble ces derniers jours et dansé un cercle circassien 😀

Pour terminer la soirée en musique et en partage, accompagnées de la team, nous avons rejoint Marion dans l'hostel des small boys pour faire avec eux l'hymne KSV et quelques autres chansons...

Une dernière nuit nous attend dans cette jungle surprenante où vivent ensemble tant de personnes différentes qui partagent pourtant la même expérience magnifique!

30
janv

Ce matin, même si, après ces trois semaines intenses, nous sommes heureuses de retrouver bientôt nos familles, nos amis et nos élèves, nous avons le cœur lourd et les yeux mouillés... Ce séjour fut magnifique et nous aura permis de vivre tellement de choses... KSV est un endroit unique et nous avons vraiment eu des contacts privilégiés avec les enfants, les jeunes étudiants, mais aussi avec les personnes qui les encadrent et travaillent à la bonne marche de l’école: cuisinières, travailleurs, surveillants, professeurs et bénévoles... Nous emmenons avec nous tellement de belles choses découvertes ici...

Avant le nashta, donc vers 7h45, nous avons une dernière discussion avec Agathe concernant la suite de nos échanges. Nous sommes conscientes qu’il sera essentiel d’être créatives, d’innover dans notre manière de communiquer et de nourrir cette relation afin qu’elle dure longtemps longtemps...

Nous nous rendons une dernière fois dans la classe de Krishna. Aujourd’hui, il présente aux enfants les musicien(ne)s qu’il aime et nous fait écouter plusieurs extraits qu’il commente (presque exclusivement en kannada malheureusement). Et pourquoi ne pas se faire par la suite des petites sessions live « India-Belgium » via Facebook, Messenger, Google ou Whatsap ?

Live in KSV... 

Nous consacrons le temps qui reste à dire au revoir à tout le monde... Après le lunch, c’est l’heure du départ et vers 13h30, nous montons dans le rickshaw qui va nous conduire à l’aéroport d’Hubli. Dernières embrassades chaleureuses et beaucoup d’émotion...! Quelle chance d’avoir croisé toutes ces belles personnes !

Le trajet du retour est long et fatigant: un rikshaw, 2 avions, une bonne dizaine d’heures de transit, un train en retard ... à cause de la neige ! C’est rude ! Nous avions prévu des vêtements chauds pour l’arrivée (même des gants et un cache - oreilles pour Lydie) mais malgré cela, nous sommes frigorifiées...

Hubli  sous le ☀️  - Paris sous la ❄️

Notre voyage se termine, mais nous savons que l’aventure Sangeet Barat Meets Brussel, elle,ne fait que commencer. À bientôt pour la suite !