Carnet de voyage

Rencontre avec l'école Kalkeri Sangeet Vidyalaya

8 étapes
11 commentaires
18 abonnés
Dernière étape postée il y a 1 jour
Afin de concrétiser un projet d'échange entre nos classes de musique et l'école de Kalkeri, nous nous envolons vers l'Inde pour trois semaines de partage et de découverte!
Du 5 au 30 janvier 2019
26 jours
Partager ce carnet de voyage
6
janv
6
janv

Ici à Bengaluru, il est 5h26, soit 4h30 de plus qu'en Belgique... Nous sommes arrivées à minuit trente (heure indienne) après deux vols : le premier de Bruxelles à Amsterdam (1h) et le deuxième d'Amsterdam à Bengaluru (9h30).

Dans un peu moins de trois heures nous embarquerons à bord du troisième et dernier avion de notre voyage jusqu'à la ville d'Hubli où il ne nous restera plus qu'à prendre un taxi pendant environ une heure jusqu'à l'école.

Nous profitons de ces quelques heures pour essayer de dormir un peu, bercées par la musique indienne et les odeurs épicées!

6
janv
6
janv
Publié le 7 janvier 2019

Après une trentaine d'heures de voyage, nous sommes arrivées en fin de matinée à l'école. Nous avons immédiatement rencontré une ribambelle d'enfants qui nous demandaient à tue tête "What's your name?". Il faut savoir qu'ils sont près de 220 à étudier ici, nous avons vite abandonné l'idée de retenir tous leurs prénoms :)

On a été accueillies par Améthyste, une française qui est ici depuis 3 ans et demi et qui s'occupe presqu'exclusivement de l'accueil des bénévoles. Là aussi, on a vite remarqué qu'on était très nombreux, chacun ayant en charge des fonctions différentes (infirmière, prof, intendance, management, animatrice,...).

Nous avons tout d'abord déposé nos bagages dans notre "palace"! La deuxième étape fut de trouver une tenue indienne qui nous plaise et à notre taille. Agathe, la directrice de l'établissement, souhaite que les bénévoles s'imprègnent un maximum des coutumes indiennes, notamment en adoptant la tenue vestimentaire locale.

Après avoir retourné plusieurs fois la malle à vêtements remplie à ras bords et fait plusieurs essayages, nous avons trouvé ce qu'il nous fallait. Chaque tenue est composée d'un pantalon sur lequel on enfile une kurta à courtes ou longues manches, sans oublier la dupata, foulard que l'on porte par dessus et qui cache poitrine et épaules.

À 13h, nous avons rejoint les enfants dans le yogashala, préau commun, afin de prendre le repas de midi : riz et plusieurs accompagnements épicés.


Ensuite grand repos à l'ombre dans notre chambre et découverte des douches à ciel ouvert sur la forêt! Suite au prochain épisode...

Coucher de soleil - 18h30 !! 
7
janv
7
janv
Publié le 8 janvier 2019

Après une bonne nuit, nous avons été réveillées ce matin (enfin à 5h30) par le chant des plus courageux qui démarrent leur pratique musicale avant l'aurore.

À 7h, comme tous les matins de la semaine, nous avons participé à la médiation collective dans le yogashala. Après plusieurs tasses de chai (thé au lait sucré) et le petit déjeuner composé riz aux épices, nous avons assisté à différents cours de musique : chant, tablas (percussions indiennes), violon, ... et rencontré Krishna, le responsable du département "musique".


Cet après-midi, nous sommes parties en expédition à Dharwad. Pour aller jusque là, nous sommes montées dans un magnifique bus qu'on ne sait même pas dater tellement il semble vieux.

- les horaires de bus sont variables, il faut parfois patienter le temps que le chauffeur prenne son repas

- la demande d'arrêt ne se fait pas en appuyant sur un bouton mais de vive voix. L'adjoint du chauffeur, qui donne les tickets aux passagers, siffle alors un bon coup, et le bus s'arrête!

- les arrêts ne sont donc pas totalement fixes non plus, il se peut même qu'on ralentisse pour laisser un passager livrer un paquet par la fenêtre à un habitant du village traversé par le bus.

Notre mission à Dharwad était de nous trouver des kurtas à notre goût. Il nous a fallu le temps de nous y retrouver car la ville est très animée, pleine de Klaxons et toutes les échoppes se ressemblent un peu.

Mission accomplie, vous aurez bientôt les photos à l'appui!

si vous voulez une kurta à manches courtes, achetez donc une kurta sans manche, vous trouverez immanquablement sous chaque kurta des petites manches à coudre vous-mêmes!

De retour après cette après-midi mouvementée, nous avons pu profiter d'une douche bien chaude, l'eau étant chauffée par les panneaux solaires!

Le principe est simple : un robinet d'eau froide et un d'eau chaude, un seau et de petites cruches, un rideau en tissu indien pour fermer la paillote et le tour est joué.


Ce qui nous impressionne ici est que tout le monde fait tout ensemble, de l'aube au coucher du soleil!


En attendant le bus à Kalkeri, nous avons rencontré de charmantes demoiselles qui nous ont appris quelques mots en Kannada. Ainsi, nous vous disons bonjour : "Aramaguildya" (c'est évidemment phonétique 😉)

8
janv
8
janv
Publié le 8 janvier 2019

Aujourd’hui, nous sommes mardi mais c’est en fait comme un dimanche ... En effet, pas de cours car pas de bus pour amener les professeurs ... Donc, pas de pratique à 5h30 mais seulement yoga et méditation avant le petit déjeuner. Ensuite, réunion du staff des bénévoles avec Améthyste qui veille avec efficacité et bienveillance au bon déroulement des tâches de chacun.

Voici le local des bénévoles ; les hamacs sont très confortables 😉

A 13h, la « cloche » nous rassemble au Yogashala pour le repas. Cet ancien rail de train est frappé chaque jour par un élève pour ponctuer le déroulement des activités de la journée. On peut dire que les enfants y mettent du cœur mais nous n’avons plus d’oreille...

Ici, pas de machine à laver et pas d’aspirateur 😊

Il y a toujours une foule de choses à faire avec les enfants et notamment l’aide à la rédaction des lettres aux sponsors. L’école étant accessible gratuitement aux enfants qui la fréquentent, elle ne fonctionnerait pas sans la générosité de nombreux donateurs venant du monde entier. Après plus de deux heures de labeur, nous étions fières des enfants pour qui cette tâche d’écrire en anglais demande beaucoup de concentration. Pour les plus jeunes, un portrait chinois est proposé. Il est bien sûr revisité à l’indienne: quelle est ton épice préférée? ta fête préférée? ...


Et demain, la grève est finie !

9
janv
9
janv
Publié le 10 janvier 2019

Ce matin, nous sommes retournées observer les cours de musique entre 8h30 et 11h30. On est surtout restées avec Anita qui s'occupe des petits parce que demain, nous donnerons nos premiers cours aux plus jeunes.

D'après nos observations, les chants s'apprennent toujours à l'oreille et par imitation. Les enfants et le professeur sont assis de façon peu organisée autour de l'harmonium (clavier qui s'actionne à l'aide d'un soufflet - héritage de la colonisation anglaise), à terre bien sûr. Certains frappent la pulsation, d'autres pas mais tout le monde participe généreusement.

Ils chantent aussi des "exercices" sur la gamme majeure. En général, ils chantent tous ensemble mais parfois là professeur écoute un élève seul et la classe ne manque pas de l'encourager.

Les enfants ont l'habitude de chanter très grave : tous les exercices commencent par le sol# grave sous la portée! 

Ce matin, ils ont appris un chant relativement nouveau avec une structure refrain/couplets. Après l'avoir pratiqué ensemble par petites parties et sous forme de questions/réponses, les enfants ont recopié dans leur cahier les paroles qu'Anita a écrites au tableau.

Durant la pause, les filles se sont fait une joie de nous apprendre quelques jeux de mains et petites comptines à gestes.

Nous sommes ensuite allées dans la classe de Krishna qui donne cours aux plus grands. Ils sont accompagnés d'une shruti box (petit boîtier électronique qui donne le ton), de tablas numériques (application sur téléphone) et live (Kirshna en joue en donnant cours), d'un harmonium et d'un sitar, tous deux joués par des élèves.


Aux repas du matin et du midi, les bénévoles s'occupent tour à tour du "service assiettes". Il s'agit de préparer les assiettes à donner aux enfants qui se font ensuite servir au "buffet". Après avoir enlevés leurs chaussures et avant d'entrer dans le yogashala, les petits passent tous auprès des "warden" (gardiennes) ou des bénévoles pour leurs faire sentir leurs mains qui doivent être propres. Une fois le repas terminé, chaque personne qui a mangé lave son assiette à la cendre, dégraissant et antibactérien naturel super efficace! Les bénévoles veillent à ce que les assiettes soient bien propres et rangées dans les bacs, prêtes pour le repas suivant. Après avoir enfin pris leurs repas, les bénévoles assignés à cette tâche lavent les éviers.

3 seaux sont utilisés : un pour y vider les restes, l'autre pour rincer son assiette et le troisième pour prendre la cendre
Les singes sont évidemment ravis de venir se servir dans le seau à nourriture...

Nous avons passé une grande partie de l'après midi à l'office pour la deuxième étape du courrier aux sponsors : mettre le cachet de l'école, les adresses et les timbres puis coller les enlevoppes pour les fermer. Il ne nous reste plus qu'à aller à la poste de Dharwad ce vendredi... Une sacrée aventure apparement! Affaire à suivre...

L'office, un des rares endroits où il y a des tables, des chaises, un ventilateur et du wifi!
10
janv
10
janv
Publié le 12 janvier 2019

Ici, à L’école Kalkeri Sangeet Vidyalaya, la journée démarre à 5h30 par une séance de pratique musicale ou encore de Yoga. Dans le yogashala faiblement éclairé, une bonne vingtaine d’enfants suit les instructions du professeur qui n’est autre que le directeur de l’école. Les enfants sont incroyablement calmes et concentrés et enchaînent pendant une heure toutes sortes de postures rythmées par la respiration .

Après le petit déjeuner (Nashta), nous démarrons notre première séance de musique avec les enfants. Nous étions un peu nerveuses, ne sachant pas trop comment les choses allaient se passer mais finalement, cette matinée fut une super expérience !

L’équipe nous a totalement fait confiance et nous avons pu proposer des activités peut-être un peu inhabituelles ici : clapping, apprentissages de chansons africaines, rondes ...

Les enfants étaient donc debout alors que dans les séances observées, ils étaient toujours assis. 

Nous avons aussi tenté d’insérer des séquences connues comme par exemple chanter la gamme indienne et toutes sortes de variations mélodiques dans différentes vitesses. Ils adorent !!

😊Les enfants ont une énergie incroyable et chantent avec tout leur cœur et tout leur corps, des orteils à la pointe des cheveux !

Il faudrait pratiquer un peu l’harmonium et son satané soufflet ... 
😊

Ensuite , étape 2 de notre mission « envoi des lettres aux sponsors » durant 1h30 à l’office.

Et enfin, last but not least, direction Dharwad pour accompagner 3 jeunes violonistes (15 à 16 ans) à leur leçon bi- hebdomadaire chez leur professeur de violon.

Akshata, Parsuram et Kumar commencent par installer la pièce pour le cours: dérouler un tapis, amener le violon du professeur ainsi que la shruti box (percussions électroniques) et la tanpura (électronique aussi). Ce bourdon si particulier nous met tout de suite dans l’ambiance...sauf qu’apres trois secondes, un court circuit fait exploser la shruti box. Un boum terrible, plein d’étincelles et de fumée... Tout le monde a l’air de trouver ça normal sauf nous qui sommes presque tombées de notre confortable fauteuil ...

Les jeunes musiciens s’accordent longuement... Ils tiennent leur instrument très différemment de chez nous et sont bien sûr installés en tailleur sur le tapis. Ils démarrent ensuite le Raga « Yaman » sur mi et les variations apprises depuis le dernier cours.

Yaman signifie que l’échelle utilisée est le mode Lydien.

Ils jouent vraiment bien juste et très ensemble. Oui...bon, ils accélèrent un peu comme nous tous dans les moments plus difficiles ....

Le professeur est incroyablement calme, posé mais aussi à l’écoute de chacun. Il fait des commentaires et s’assure que chacun ait bien compris.Les élèves participent et posent des questions tout en maintenant une attitude très respectueuse vis-à-vis de leur professeur.

Ensuite, en fonction de ce qu’il a entendu, ce dernier invente la suite du morceau en direct : plusieurs variations plus ou moins rapides que les violonistes notent au vol dans leur cahier. C’est super beau et nous sommes scotchées !

La cerise sur le gâteau, c’est qu’à la fin de la leçon, lorsque tout le matériel est rangé par les élèves, nous écoutons le maître improviser pour nous. Nous discutons aussi longuement avec lui et son épouse grâce à Kottam, un extraordinaire bénévole indien qui nous a accompagnés et qui traduit nos multiples questions et commentaires.

Apparemment, d’habitude, les jeunes musiciens s’en vont directement après leur cours . Donc, aujourd’hui, c’est un peu spécial !

La soirée se termine par un petit resto délicieux mais « spicy » ; on attrape le dernier bus et retour à la KSV vers 22h... Parsuram s’endort instantanément sur la banquette. Peut-être pas de yoga demain matin !

11
janv
11
janv
Publié le 12 janvier 2019

Ce matin, nous avons retrouvé nos trois classes pour les cours de musique. Nous avons pu continuer l'apprentissage des chansons que nous avions deja faites hier et proposer de nouveaux exercices et jeux créatifs comme par exemple inventer un rythme que tout le monde répète ensuite. Les enfants étaient très motivés, parfois un peu trop 😉

C'était très mignon de les revoir à midi venir près de nous pour nous redemander les nouvelles paroles qu'ils avaient un peu oubliées.

"Amawole" chant africain appris au troisième groupe 

Et cet après midi, nous sommes allées comme prévu a la grande poste de Dharwad y déposer pas moins de 180 enveloppes à envoyer aux sponsors des enfants. Ce n'était pas une mince affaire car il faut coller le bon nombre de timbres en fonction des differents pays de destination qui sont deja nombreux (France Belgique Allemagne GB USA Canada Pays-Bas ...)

Il faut aussi vérifier que les lettres sont bien tamponnées pour être certain qu'elles vont partir... Et ça ce n'est pas une mince affaire! Après avoir beaucoup insisté,nous avons pu pénétrer dans l'antre des employés et assister en live au tamponnage de toutes les lettres : nous sommes fières d'avoir accompli notre mission jusqu'au bout!

En guise de récompense, nous sommes allées au marché chercher des fruits et autres douceurs.

Pour rentrer, nous avons pris un rickshaw (version indienne du taxi), solution normalement plus confort (mais aussi plus chère) que le bus de 19h15 (qui part en réalité de 19h40 et qui est généralement bondé)... sauf quand le chauffeur ne connait pas la destination!


Demain il n'y a exceptionnellement pas école car c'est Sankranti : on fête la fin de l'hiver! A cette occasion, chacun se dit "eat sweet, talk sweet, be sweet".

16
janv
16
janv
Publié le 16 janvier 2019

Nous voici de retour après nos 5 jours de congé à l'occasion de Sankranti. Nous n'avons toujours pas complètement compris de quoi il s'agissait mais c'est sans aucun doute en lien avec le changement de saisons. On nous a aussi dit que le soleil changeait de constellation, que le vent changeait de direction et que c'était le début de la moisson!

Nous avons donc décidé de profiter de ces quelques jours pour visiter une ville pas trop lointaine de Dharwad. Après en avoir discuté avec les autres volontaires de l'école, nous semblions avoir le choix entre Goa (ville de la côte réputée pour ses plages) et Hampi (joyau architectural en pleine nature avec pas moins de 400 temples dispersés sur 30km2). Nous avons choisi Hampi :)Samedi fin de matinée, nous nous mettions donc en route vers Dharwad pour y prendre le train.Nous avons d'abord pris notre repas pas très loin de la gare. C'était la première fois qu'on mangeait en dehors de l'école!

Paneer tika masala et butter naan 

Nous avons ensuite été attendre notre train sur le quai... Il avait 1h de retard!Les trains indiens sont très vieux et comprennent différents compartiments dont les "sleeper" où les sièges peuvent se transformer en lits. Malgré notre billet standard (70 roupies pour 4h de train = moins d'un euro!), nous avons tenté de trouver deux places dans les sleeper (normalement il faut réserver au minimum la veille) qui sont bien plus confortables que la "general class" où les gens s'entassent les uns sur les autres.Lors du contrôle des billets nous avons juste du payer un petit supplément de 180 roupies chacune.Durant ce voyage, nous avons rencontré une famille très sympathique! Les parents voyageaient avec leur adorable petite fille et les parents du père.Dans les wagons, une multitude de personnes passent sans cesse proposer du thé, de l'eau, du café, des biscuits, des espèces de beignets frits ou simplement mendier quelques pièces.

Nous sommes ainsi arrivées à la gare de Hosapete (qui se prononce en réalité "hospet") en fin d'après-midi. Il fallait encore aller jusqu'à Hampi, quelques kilomètres plus loin. C'est alors que nous avons rencontré un chauffeur de rickshaw dont le surnom était Freehugg. Il nous a conduites jusque Kalamapur (entre Hospapete et Hampi) où nous avions loué une chambre. Dimanche matin nous nous sommes mises en route vers Hampi et le rickshaw nous a déposées devant le Hampi bazar.La rue principale amène directement au temple Virupaksha qui est toujours en activité. Sur le coté, il y a un amas de petits shops en tout genre, de guesthouses et de restaurants.

Parmi ces échoppes nous avons trouvé des loueurs de vélos et sommes donc parties à l'aventure avec deux vieilles bicyclettes sans vitesse bien sûr!

Notre idée était de traverser la rivière Tungabhara pour rejoindre l'autre rive fortement conseillée par Myriam, une bénévole de l'école qui était déjà venue visiter Hampi.Nous n'avions pas pensé qu'il nous faudrait traverser l'eau avec nos vélos!! Heureusement nous avons pu les embarquer avec nous sur les petits bateaux.

Une fois arrivées de l'autre côté, nous avons pédalé une vingtaine de minutes avant de rejoindre le petit hameau de Sanapur où nous avons pu voir quelques cascades et un énorme lac!Sur cette presqu'île, il n'y a presque que des bananiers, des rizières et ... des touristes.

Après notre balade, nous avons tranquillement retraversé l'eau en bateau, profitant d'un très beau coucher de soleil.

Lundi, nous avons retrouvé notre chauffeur de rickshaw Freehugg et il nous à fait visiter une grande partie des temples (de 9h à 15h!). À midi, nous avons pu assister à une scène très amusante au Oldchillout, restaurant d'un ami de Freehugg. En effet, notre voisine de table a tout à coup reçu une souris sur la tête! Le serveur s'est alors emparé du chat qui faisait sa sieste deux tables plus loin. Mais ce dernier n'était pas très réactif... A force de manger les restes des clients il ne devait plus avoir très faim!Du coup, ils ont été chercher un chien qui errait tout près (ici en Inde les chiens sont tous errants alors que les vaches semblent presqu'être des animaux de compagnie...). Finalement quand nous sommes parties; pas sûr que la souris ait été capturée...

Vers 16h, nous sommes entrées dans le temple principal, sans nos chaussures évidemment! Ce temple est immense et comprend plein de petits endroits de recueillement envers différentes divinités. Les indiens apportent énormément d'offrandes, surtout des fleurs. Il y a également beaucoup de singes et un éléphant! Ce dernier porterait chance. Les touristes peuvent ainsi donner des billets pour que l'éléphant les touche avec sa trompe...

Nous avons ensuite grimpé sur Matanga Hill pour y voir le coucher du soleil. La vue était incroyable! Tout le paysage autour d'Hampi est constitué de ces énormes rochers qui semblent avoir été posés par des géants. C'était magnifique!

Les marches creusées dans les pierres étaient périlleuses!  Nous sommes redescendues assises pour être sûres de ne pas tomber 😀

En redescendant vers hampi bazar, nous avons croisé Dédé, autre bénévole de KSV qui avait choisi de venir à Hampi. Nous avons mangé ensemble et décidé d'aller le lendemain matin visiter le temple d'Hanuman qui est en dehors du circuit habituel car en hauteur et sur l'autre rive.


Mardi matin nous sommes donc partis à trois louer des scooters pour aller jusqu'à ce fameux temple. C'était LE jour de Sankranti et déjà à 10h la ville était noire de monde! Au temple aussi évidemment. Nous avons finalement mis 40 minutes pour monter les 575 marches, compressés entre des familles indiennes qui s'y rendaient aussi. Il y avait tellement de monde qu'il y avait des bouchons! Mais l'effort valait la peine :)

Une fois notre expédition achevée nous sommes rentrées nous reposer. Il y avait tellement de monde, c'était très éprouvant! Surtout qu'en tant que touriste blanc, les indiens veulent sans cesse faire des selfies avec nous et nous toucher (ça leur porterait chance)... Mais c'est plutôt oppressant pour nous! Nous avons un peu eu l'habitude d'être des bêtes de foire!

Ces poudres colorées sont utilisées pour faire les bindis  (troisieme œil au milieu du front qui porterait chance) 
Elles sont aussi utilisées pour dessiner ces "mandalas" au sol lors d'occasions particulières comme Sankranti!

Mercredi matin, avant de repartir vers la gare, nous sommes allées une dernière fois sur les bords de la rivière afin d'assister au bain de l'éléphant. Mais il n'est pas le seul à se laver dans ce fleuve! Les indiens ont l'habitude d'y faire leur toilette (ainsi que le lavage du linge) malgré les nombreuses immondices qui s'y trouvent...

Finalement, nous avons rejoint Dédé et Laure, une quatrième bénévole ayant choisi Hampi comme destination et sommes repartis en train (qui était à l'heure cette fois) jusque Dharwad!

Voyagez en circuit individuel, personnalisé et abordable

Plus de 50 circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation facile en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires