Carnet de voyage

Pyrénées-Pirineos.......la boucle

2 étapes
14 commentaires
57 abonnés
Dernière étape postée il y a 186 jours
Après des années de vie commune, il était temps de faire réellement connaissance.
Juin 2019
4 semaines
Partager ce carnet de voyage
J-1

Il y eut une période de ré acclimatation, à moins que ce ne soit de "déphasage", l'un ou l'autre des termes devenant le plus approprié selon les jours. Des travaux à la maison qui semblent ne pas avancer. L'impression de me débattre dans du superflu avec des routines qui sont loin de l'exaltation vécue durant des mois. Puis, d'un coup, la révélation au pied de la maison. Mais oui ! les Pyrénées sont là devant moi, à portée de Paulette, et même si je les côtoie depuis longtemps il me reste encore beaucoup de secteurs à découvrir. La période est propice avant le grand rush des vacanciers, et les températures seront idéales durant le mois de juin. J'ai bien récupéré d'une intervention chirurgicale pour deux hernies inguinales, alors c'est décidé, je pars demain après les Championnats d'Europe de Canoë Kayak qui on lieu à Pau, c'est à dire le 3 juin. Et tant qu'à faire, je prévois la boucle avec l'aller côté français, puis le retour côté espagnol. C'est vrai que les premières étapes risquent de faire mal aux gambettes parce que ça fait un moment que je n'ai pas fait grand chose, mais tant pis, on s'adaptera.

Paulette s'est refait une jeunesse et je l'ai dépouillée de tout le superflu. Plateaux et chaîne neufs, ainsi que les câbles et gaines des dérailleurs et freins, et adieu les garde boue et le porte bagage avant. Et vous savez quoi ? Ce petit relooking lui donne un air élancé du plus bel effet, et elle est plus belle que jamais la Paulette. Côté bagages, j'ai poursuivi "l'opération épuration" en n'emportant que le strict nécessaire. Oubliées les sacoches avant et le bag sur les sacoches arrière et vive l'allègement maximum, même les sous vêtements resteront à la maison.

A vide ou chargée, Paulette toujours fringante 

N'allez pas imaginer qu'un quelconque exploit soit dans le viseur. Non ! Le rythme cyclot'âge pépère restera de rigueur pour profiter au maximum de mes belles Pyrénées, mais il faudra tout de même avaler 35000 mètres de dénivelé positif pour 1500 km par la route des cols côté Francais, puis par un itinéraire à ma façon côté Espagnol. De quoi se mettre à l'envers si on n'aborde pas les choses sereinement.

A bientôt pour un "tout petit" compte rendu régulier en fonction des possibilités de connexion.

J2
J2
Publié le 4 juin 2019

Vous savez que dans les bars du Pays Basque on entend les locaux trinquer: "à l'intelligence". Et quand on leur demande pourquoi, ils répondent : " Pardi ! parce que la santé ça fait longtemps qu'on l'à". Moi je pense que les ingénieurs des Ponts et Chaussées qui on conçu le tracé du col de Burdincurucheta avec des pentes a plus de 14% avaient trop trinqué à l'intelligence, sans jamais voir leur voeu exaucé, évidemment. En guise de cadeau d'anniversaire il m'a offert une grosse défaillance à ne plus pouvoir pédaler à cause de crampes. Heureusement sauvé par Véronique et Benita, deux cyclovoyageuses Québécoises qui m'ont offert une pastille isotonique, et c'est reparti.

Celui là il n'est pas méchant mais c'est le premier alors il a son importance.
Une belle première journée avec des paysages typiques du Pays Basque et un passage de rigueur a Espellette
La campagne basque au petit matin avec ses fameux Pottoks
Saint Jean pied de Port

A part le vilain tour du Burdincurucheta ça allait plutôt bien le premier jour avec 1100m de dénivelé passés comme une fleur et une nuit sous tente a Baigorri. Ce soir grosse pluie alors gîte a Laugibar et demain je choisis la descente de la vallée du Larrau plutôt que le passage par Saint Engrace. Je vais en garder sous la pédale pour être d'attaque après demain pour Marie Blanque. Une autre cérémonie.

Véronique et Benita mes deux sauveuses Québécoises et le tueur basque enfin vaincu.

A très bientôt.