Carnet de voyage

Escapade Sarde

2 étapes
26 commentaires
54 abonnés
Dernière étape postée il y a 2 jours
Un petit cyclot'âge automnal en Sardaigne pour découvrir son littoral, les nuraghes, le canto a tenore, il pecorino sardo, il porcheddu, il limoncello et bien sur, les Sardes.
Octobre 2020
30 jours
Partager ce carnet de voyage
14
oct
14
oct

Ben oui, il n'y a pas de raison que vous ne vous mettiez pas à l'italien vous aussi si vous voulez nous suivre. Depuis une dizaine de jours on a les yeux qui pétillent à l'idée d'échapper à cette précoce grisaille Pyrénéene. Quand je les ferme, je vois des côtes magnifiques baignées de soleil et une mer qui se noie à l'horizon dans le bleu du ciel, comme ils diraient dans les vrais livres. Bref! on est excités comme des puces et prêts à affronter les dénivelés Sardes qui dit-on ne sont pas piqués des vers. Bon, on ne fera pas de la grande littérature, parce que la technologie ça pèse lourd et avec mes gros doigts pas facile d'écrire un roman sur le smartphone. Juste des petits compte rendus avec pas mal de photos qui vous permettront de nous suivre et nous donner du courage, bande de faineants, je note les noms de tous ceux qui ne feront pas de commentaires.

Les tests sont faits et les sacoches sont prêtes pour un départ demain direction Toulon, une nuit de bateau et hop!, à nous un mois de cyclot'âge sur les côtes Sardes.

Arrivederci amici


Ca sent bon l'escapade 
20
oct
20
oct
Publié le 20 octobre 2020

Wahou! je suis scotché. Douze commentaires en 24h dès le premier post, vous êtes vraiment trop forts et nous on est trop contents. Merci beaucoup à tous mais restez vigilants. Quand on commencera à avoir les fesses en compote, des crampes aux gambettes et des courbatures partout, là, on aura vraiment besoin de vous. À part ça, nous avons été superbement bien accueillis par Jean Marc à la Seyne sur mer, chez qui nous avons laissé notre voiture pour un mois. Il nous a même guidés avec son vélo jusqu'au port de Toulon.


Le tour de la rade de Toulon accompagnés par Jean Marc
Premier bivouac dans le Ferry

Ensuite ça s'est un peu gâté. Démarrage sous la pluie dès la sortie du bateau, puis Janine s'est bloqué le dos. Du coup, étape écourtée et adieu le premier bivouac au bord de l'eau. Alors comme elle était punie dans sa chambre, j'en ai profité pour me faire une petite virée à la plage de la Pelosa et au cap Falcone. Un régal!


Sous la pluie à 7h, en terrasse à 10h. On signe.
Stintino notre arrêt forcé. Y a pire!
La plage de la Pelosa et cap Falcone

Nous sommes actuellement à Alghero, jolie ville avec un centre historique fortifié façon Essaouira, pour reposer le dos de Janine avant les étapes à gros dénivelés. Son dos à Jane c'est comme la chanson, 🎶 ça s'en va et ça revient...🎶 Les petites routes et pistes pittoresques, les arrêts café, le tour des boutiques d'artisanat et les amaretti sardi ont tendance à l'apaiser. Alors que les lignes droites, les côtes, les fins d'étape et la vaisselle lui provoquent de vives douleurs. Mais je sens que ça va mieux. Elle a même insisté pour visiter la campagne Sarde à travers pistes et chemins, alors qu'il y avait une belle route goudronnée.


La jolie variante à Janine à travers la campagne.

En arrivant à Caletta Porticciolo au terme de notre étape, j'ai la banane. C'est exactement comme je l'avais imaginé en préparant l'itinéraire. Une petite crique au bout de la piste et juste deux trois personnes alors que nous sommes dimanche. Il y a même la tour (Nuraghe) traditionnelle. On se pourlèche déjà à l'idée du bivouac que l'on va se faire, avant que le gardien du camping à côté vienne doucher nos rêves en nous expliquant que le camping sauvage coûte 2000€. On était déjà pas très confiants en voyant tous les panneaux d'interdiction et pas un seul coin a l'abri des regards, mais pour le coup, le gros nounours du camping, nous a complètement calmés. L'ambiance est au plus bas pour rejoindre le seul camping ouvert à 10km de Porticciolo, d'autant plus que ça nous oblige a sauter l'étape du parc naturel de Porto Conte prévue pour le lendemain. Nous sommes tellement contrariés que l'on s'offre une petite baignade en passant devant la plage Mugoni. En sortant de l'eau les idées sont beaucoup plus claires et on décrète aussitôt que carabineri ou pas, la terrasse du petit cabanon face à la mer est parfaite pour passer la nuit.

Caletta Porticciolo ou nos rêves de bivouac déçus
Remplacée par plage Mugoni pas mal quand même finalement.

Trop contents d'avoir opté pour les gros duvets au dernier moment. La nuit à été plus que fraîche et la mer fume au petit matin, mais la montée au Capo Caccia dans le parc de Porto Conte nous réchauffe bien. Puis on se régale des paysages du haut des falaises.

Petit échauffement avant la montée vers Capo Caccia
Pause café pour profiter des paysages
Petit passage express à la grotte de Neptune, l'attraction locale.
Le centre historique d'Alghero

Demain nous serons dans le dur mais on subodore aussi du beau.

Allé siete bene amici.