Carnet de voyage

Le tour du monde des Pallardos

16 étapes
190 commentaires
Notre famille s'accorde une parenthèse. Animés par une soif de découvrir tous les 4 de nouvelles cultures, de nouveaux paysages autour de notre globe. Besoin de cette bulle pour grandir ensemble
Du 29 novembre 2018 au 28 mai 2019
180 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Un tour du monde, ça se prépare...

"Pour faire de notre rêve une réalité..." Notre leitmotiv depuis ces dernières années !

Le projet d'expatriation nous tenait à coeur depuis de nombreuses années, vivre une parenthèse dans notre vie, centrée autour de notre petite famille. Depuis 3 ans, c'est décidé, ça sera un voyage autour du monde ! Les enfants seront assez grands: 10 ans pour Soane et 4 ans pour Maë.

Il nous aura fallu une année de préparation pour prévoir la date de ce voyage, sa durée, les pays à visiter ; et pour organiser aussi notre absence : chevaux, chien, maison, école... Les enfants participent aussi au choix des destinations (surtout Soane), et puis au moment de la validation, c'est le budget qui, drastiquement, va nous imposer le nombre de destinations et la durée du périple !

La durée : 29 Nov 2018 au 29 Mai 2019 / 6 mois

Le périple: Etats Unis: Floride, Californie, Hawaii / Nouvelle Zélande en Camping car / Australie en Camping car / Bali / Thaïlande / île Maurice / île de la Réunion pour finir aux Seychelles sur l'île Mahé (clin d'oeil à notre p'tit chouchou !)

Nous vivons 2018 quotidiennement avec cet objectif en tête. Une sacrée motivation pour les parents, comme pour les enfants !

Les premières dépenses concrétisent l'approche du départ et la réalisation de ce projet !! Billets d'avion: CHECK !! Puis, les hébergements, location campings cars et voitures pour les 3 premiers mois sont confirmés.

Congés sabbatiques: acceptés pour 6 mois pour nous deux (merci aux employeurs de nous avoir facilité la réalisation de ce voyage)

Premières demandes de visa accordées 😀

L'école pour les enfants sera assurée par les parents !! Validé avec l'école, tout rentre dans l'ordre.

Prochaines étapes: vaccins, assurances, lire et relire blogs, revues, livres sur les différentes destinations, et puis les valises !! On est large !!!

Les Pallardos ! 
2

Le compte à rebours commence...

Excitation ? Appréhension ? Surement un peu des deux !

La date approche, et nous avons bien avancé sur l'organisation. Nous avons réservé des gîtes AirBnB sur de nombreuses destinations et avons gardé une partie d'aventure puisque nous verrons sur place en fonction des envies, des paysages et au fil des rencontres, les villes vers lesquelles nous nous dirigerons.

Organisation avant départ

Les RV sont pris chez dentiste, medecins, vaccins... Optimisons les chances de partir en pleine forme !

Première visite pour Maë chez le dentiste ! 

Les premiers "Au revoir", "Profitez bien de votre voyage"

Sensation étrange, mais ca y est, on se dit « au revoir » pour les premières fois avec notre famille et nos amis les plus éloignés, que l'on ne reverra pas avant ... l'année prochaine !

Retro-planning pour « l'avant départ »

Pour évacuer, et se rassurer, on liste au fur et à mesure « ce qu'il ne faudra pas oublier » avant le départ, pendant notre absence : assurances en France, Impôts, procuration, forfaits internet et téléphone, maison (eau, électricité...), voiture... Et il restera à travailler sur les programmes scolaires des enfants avec les leçons et les exercices.

Cette "to do list" débute en septembre, car pour le moment, c'est « vacances », on préfère profiter avant d'entrer dans cette phase de stress liée au départ ! Donc pour le moment, on voyage... à travers nos livres !

Quelques uns de nos livres de chevet
3

Ca y est, on y est… 29 Novembre 2018, jour de notre départ !


Les derniers préparatifs se sont plutôt bien déroulés, sans trop de stress. Finalement, si on anticipe, ce n'est pas si compliqué d'organiser un tour du monde ou une absence de 6 mois !


Combat avec les malheureux kilos de trop de nos valises ! Nous avons préféré être raisonnable sur les quantités et nous verrons une fois sur place (sauf bien sur pour l'équipement de notre Kitesurfer préféré qui nous a condamné une valise entière… Par contre, il est tranquille, lui, il ne doit rien lui manquer !). La trousse à pharmacie a été une vraie étape aussi, mais un voyage aussi long avec des enfants mérite que l'on soit prudent et prévoyant !

Préparatifs des bagages


Pour faire patienter les enfants, chacun a eu le 1er Novembre, son calendrier d'"Avant Départ", avec un petit cadeau à découvrir chaque matin en lien avec le voyage !

Calendrier de l'AVANT départ





Et puis le Père Noël est informé, les listes sont parties en temps et en heure, cette année, il pourra enlever son manteau de fourrure pour venir nous livrer en maillot de bain à … Hawaï !




On laisse les p'tits animaux (première étape difficile pour certaines !) et la maison pour 6 mois.

Après les "aurevoirs" plus ou moins faciles (mais on s'y attendait !), aujourd'hui dans les starting blocks, nous sommes prêts à affronter cette première longue et interminable journée de voyage où nous enchainerons train re-train et avion, avant d'arriver ce soir très très très tard à Miami beach.

Au départ de La Rochelle
La team !

Prochain article avec quelques vingtaines de degrés supplémentaires de … Floride !

Adios !
4

Nous voilà arrivés à Miami Beach ! Température bien agréable !

Première plage, le premier matin devant la résidence // Puis sortie plage à Miami Beach

Une belle étape pour débuter ce périple qui nous a permis de renouer nos liens avec la langue anglaise (même si dans la rue, les gens parlent plus la langue espagnole qu'anglaise!), de rencontrer du monde: les Américains étant plutôt agréables d'ailleurs, de faire un break en lézardant quelques heures sur les plages et de retrouver très rapidement notre bronzage de cet été. Côté alimentation, le mois de Décembre s'annonce "dépaysant", puisqu'aucun légume ni fruit n'ont de goût particulier… On ne sait pas quoi choisir au supermarché. Et nous avons quelques appréhensions avant chaque nouvelle expérience : arrivée à l aéroport, location de voiture, première conduite en 2 fois 6 voies !, les taxis, les logements... Nous voulions sortir de notre zone de confort, c est chose faite !

Nous avons profité pour visiter Miami et quelques quartiers, une Grande ville dans laquelle nous nous sentions vraiment tout petit, mais en sécurité tout de même.

Miami et ses quartiers

A voir aussi, le culte du sport en plein air à South beach "So Be", en groupe et en espagnol biensur !

Points d'eau dans la ville, longue promenade le long de la plage où les sportifs se donnent en spectacle


Les superbes postes de secours colorés

On prend le rythme et les enfants apprécient même la phase de devoirs juste après le petit déj tous les matins. Pourvu que ça dur ! Nous nous sommes peut être même trop chargés de livres, puisque même dans les parcs pour enfants, nous avons les bons supports à portée de mains !

Aux Jeux pour enfants

Ensuite, nous avons préféré descendre vers le sud, et découvrir les Everglades, puis passer quelques jours sur les îles Keys.

Everglades National Park, le plus grand espace sauvage subtropical des Etats Unis. Nous nous sommes concentrés sur un site dans le Sud de Miami sur lequel nous avons pu faire un tour d'hydroglisseur, y découvrir les alligators dans leur milieu naturel, et en profiter pour en approcher de plus près.

Hydroglisseur  
Une nouvelle expérience !

Puis nous avons migré quelques jours sur les Iles Keys, pour retrouver le calme et la nature. Il s'agit de milliers d'ilots et îles au Sud de la Floride dont certains sont reliés par des ponts par la célèbre "Overseas Highway" jusqu'à Key West. Farniente, baignades, promenades, snorkelling et coucher de soleil sur la plage de Key West.

Visite de Key West, une île plus touristique avec une culture cubaine bien présente puisque l'île est à seulement 169km de la Havana.

Key West


Ambiance vraiment très spéciale d'avant Noël cette année pour nous. Sapins et maisons décorés, chants de Noël, mais sous une trentaine de degrés, nous avons plutôt l'impression qu'ils ont oublié leurs décorations de l'an dernier dehors ! Donc nous Noël, on y est pas du tout… Ca viendra peut être ?!

Christmas before Christmas

Nous voici de retour sur Miami pour s'envoler maintenant vers la Californie, où il semblerait qu'il soit nécessaire d'y remettre nos blousons…

Adios !!
5

Gros COUP DE COEUR pour la Californie !!

Nous avons débuté par San Francisco où nous y avons passé quelques jours pour y découvrir le fameux Golden Gate Bridge, le plus grand pont suspendu du monde, ainsi que la ville avec ses différents quartiers et maisons victoriennes.

A l'arrivée, nous avons été immédiatement projetés en plein hiver, avec des températures proches de 5 degrés et un vent glacial lors de notre première sortie pour découvrir le Golden Gate. Mais quel spectacle d'apercevoir pour la première fois des otaries en pleine nature entrain de jouer dans la mer...


Golden Gate Bridge


Puis, journées de marche à arpenter les différents quartiers de San Francisco. Quartier des Hippies "Haight Ashbury", quartier italien, quartier français, china town, downtown, Union square… Nous avons silloné de rue en rue cette ville, le regard levé vers les différentes maisons "adossées aux collines" dont la célèbre maison bleue de Maxime Le Forestier !

Maisons victoriennes                                                          


LA maison bleue !


    Chinatown                      et                               Lombard Street (série de virages très serrés)

Le fisherman’s warf et ses musiciens, et de nouveau, sur le Pier 39, des centaines d'otaries qui se faisaient dorer la pillule sous le soleil californien !

Fisherman’s Wharf


Pier 39 et ses otaries


San Francisco, très belle ville avec une architecture remarquable, et une ambiance où il fait bon y vivre. Nous avons vraiment adoré !!

Et puis nous sommes partis en Road trip jusqu'à Los Angeles.

Nous avons donc débuté cette aventure à San Francisco en s'arrêtant pour une première étape à Monterey. Avec une température qui s'est radoucie, oscillant une quinzaine de degrés, nous avons ensuite longé la magnifique côte jusqu'à Carmel by the sea (ville où Clint Eastwood a été Maire dans les années 80), les yeux fixés sur la mer, en espérant y apercevoir une queue de baleine (sans succès !). Et puis, les cheveux au vent, la musique à fond, nous avons emprunté la célèbre Highway 1, la route la plus longue qui longe la côte Pacifique vers le Sud de la Californie. Un paysage époustouflant pour lequel, ni les mots, ni les photos ne suffisent pour le décrire. Nous ressentions à ces instants, les yeux rivés sur l'horizon, un sentiment de liberté et d'impuissance en tant que spectateurs dans cette nature grandiose entre océan et de montagne.

Highway 1  
Paysages le long de la côte


Carmel by the sea  


Sunset proche de Monterey  

De motel en motel, nous avons passé un peu de temps sur cette Pacific coast et nous avons vu les éléphants de mer à San Simeon, les loutres de Morro Bay, et San Luis Obispo, avant de prendre la route dans les terres pour découvrir la montagne.

Éléphants de mer à San Simeon 
Les loutres de Morro Bay qui ne semblent pas avoir la vie trop dure ! 
Sunset de Morro Bay ! 

Et puis petite virée dans les terres pour randonner dans les montagnes, les grands parcs étant eneigés. Décor tout aussi spectaculaire des montagnes. Randonnées avec une petite appréhension de croiser sur notre chemin un ours ou un puma, mais nous n'avons croisé que des daims et des empreintes (un peu grosses !). Ces randonnées nous ont fait changer de décor et nous faisaient très vite oublier les nuits un peu dures dans un chalet pas isolé et où le déclenchement du chauffage faisait plus de bruit qu'un avion au décollage ...

Extérieur au pied du chalet ! 
Randonnées en sortant du chalet 


Très belles escapades aux couleurs automnales. Nous regrettons juste la saison, la neige en montagne ne nous a pas permis de monter découvrir d'autres randonnées plus arborées. Enfin, nous avons repris la route vers le sud, Direction : Los Angeles.

Et nous avons passé quelques jours pour découvrir le sud de la Californie, ses plages interminables et la ville de Los Angeles.

Los Angeles: ville très très grande. Nous avons fait les classiques dont Hollywood et Beverley hills.

Walk of fame

Mais nous avons passé plus de temps sur la côte, préférant la nature et la mer pour découvrir à pied et à vélo, Santa Monica, Manhattan Beach, Malibu (sans l’ombre d'un poste de secours ou d’une Pamela!), et Venice Beach, la longue plage branchée de Los Angeles avec ses skateboarders, et sa promenade. Nous avons même profité d’une joyeuse bande de dauphins en bord de plage entrain de jouer dans les vagues à Hermosa beach !

Dans les empreintes de Mitch et Pamela  !


Et pour clôturer cette belle aventure californienne, Noël avant Noël, nous avons passé une journée dans un parc d'attractions orienté vers les océans « Seaworld ». Superbe journée avec des Christmas shows très drôles à l Américaine, avec des otaries et des dauphins, ainsi qu’un spectacle avec des orques très intéressant où ils ont choisi plutôt de mettre en avant leur travail sur les animaux, leurs actions et missions en faveur de l'environnement et pour la protection des espèces marines. Nous avons tous passé une excellente journée. Il y avait peu de monde dans le parc, nous avons découvert le « hors saison » en Californie, quel plaisir !!

Seaworld 

Nous avons vraiment apprécié la Californie, pour y avoir vécu les quatre saisons en l'espace de 15 jours, y avoir côtoyer les américains qui étaient tous plus charmants les uns que les autres, et pour y avoir contempler des paysages grandioses. Il nous faudra y retourner à une autre époque de l'année pour profiter de la nature des parcs nationaux avec un accès non enneigé !

Et voici le temps de refaire nos bagages pour voyager sur les iles d'Hawaï et y fêter les fêtes de fin d'année 2018.

Merry Christmas !!
6

Nous voici donc à Hawaï projetés dans le pays de Vaiana, pour les fêtes de cette fin d'année ! Nous avons d'abord passé Noël sur l'île de Maui, puis le jour de l'an sur O'ahu.

Maui, très belle île volcanique. La beauté des paysages se mêle entre des plages de sable blanc avec leurs cocotiers, des plages de sable noir, des randonnées dans un cadre tropical très fleuri et enfin des randonnées au cœur du volcan désertique : Haleakala.

Arrivée à Maui 

Ce Noël fût un peu particulier du coup pour nous cette année, avec un sapin fait avec les moyens du bord, et un diner de réveillon exotique avec un wok et des papayes fraiches en dessert ! Le père Noël nous a quand même retrouvé dans la nuit !

Merry Christmas  

Nous avons alterné ensuite entre des moments de farniente sur les différentes plages en plongeant dans de véritables aquariums de poissons colorés, et, des journées de randonnées à travers les cascades et le volcan.

Plages 
L'aquarium à nos pieds !! 

Nous avons sillonné la route au Nord de l'île, la route d'Hana, très longue et sinueuse entrecoupée de petites escapades pour découvrir des cascades, des forêts de bambous et des coqs en liberté en bord de route. Cette route, pleine d'arbres fruitiers et de fleurs éclatantes, s'est terminée par une arrivée qui nous a laissée sans voix sur une plage magnifique de sable noir, à Wai'anapanapa.

Twin falls et la route d’Hana 
Cascades : Tree Bears fall
Baignade dans une cascade !  
Plage d’ Wai’anapanapa  
Escapade dans la lave, la roche est noire

Nous avons ensuite randonné au cœur du cratère du volcan, Haleakala.

Randonnée au cœur du volcan Haleakala

Puis, la sortie baleine, (un rêve !) une grande première pour nous, à la recherche des baleines à bosses qui viennent d'Alaska vers les eaux plus chaudes pour y passer l'hiver, s'y reproduire et donner naissance à leurs petits l'année suivante. Nous en avons profité pour écouter le chant des baleines, apprendre un peu de leur vie et comportements, et surtout les observer en pleine nature. A la recherche d’un geyser à l’horizon, nous avons pu profiter du ballet de danse de plusieurs baleines dont deux d’entre elles sont venues très près du bateau. Soane qui était tout près, a même vu les milliers de coquillages collés à leur tête ! Sentiment étrange de vide et calme lorsqu’une baleine saute hors de l’eau... Nous étions autant impressionnés par leur taille que par la douceur et la délicatesse de leur saut.

Baleines 

A Hawaï, la nourriture est à un prix exorbitant, par contre, nous avons trouvé d'excellentes saveurs autant avec les fruits frais, que les marinades de thon rouge « Poke Ahi » aussi bonnes crues que cuites.

Coconut juice  
Mahalo Maui

MAHALO Maui ! Merci Maui pour la beauté et la diversité des paysages, les couleurs des fleurs éclatantes et ce bleu turquoise intense de l’océan au bord des côtes ! Merci aussi pour le calme, nous nous y sommes "simplement sentis bien" !

Et nous sommes ensuite allés sur l'île d'O'ahu, île beaucoup moins sauvage, pour la nouvelle année et y découvrir Honolulu, Waikiki et sa côte.

Arrivée assez surprenante avec tout ce monde, serviette contre serviette sur les plages de Waikiki adossées à de nombreux buildings ! Et puis finalement c’est une autre ambiance à découvrir, dans une grande ville balnéaire, avec des ruelles de parking à planches de surf, et, plus de surfeurs que de piétons qui traversent les rues.

Waikiki 

Mais nous avons voulons découvrir un coin plus sauvage de l’île et nous sommes allés tout au sud, sur le meilleur spot de snorkeling.

Hanauma bay  

Pendant que la France fêtait la nouvelle année !  Happy New Year 2019 !

Très beau périple à Hawaï, heureux d’ avoir été sur les deux îles pour profiter des décors et des ambiances différentes de ce petit coin de paradis.

Nous nous envolons donc maintenant pour la Nouvelle Zélande, où nous y passerons un mois en camping car pour découvrir l'île du Nord depuis Auckland, puis l'île du Sud en terminant à Christchurch.

Bye bye Hawaï
7

Nous sommes arrivés sur les terres des Kiwis en Nouvelle Zélande où la protection de l’environnement a une place incroyable. Dès l’arrivée à l’aéroport, les Rangers contrôlent les bagages pour vérifier tous les éléments que nous importons qui pourraient avoir un impact sur leurs terres. Tout doit être déclaré : le sable sur nos masques d’Hawaï et les poussières des semelles de nos chaussures de rando sont brossés au peigne fin. Et puis en découvrant les premiers paysages, nous comprenons pourquoi : quelle richesse à préserver !!

Nous récupérons le camping car : dose de stress maximale avec sa taille, et surtout sa conduite à gauche sur des routes sinueuses !. Et puis c’est parti, "on the road again", nous roulons en pleine nature, là où les agapanthes violettes et blanches et les hortensias poussent comme des fleurs sauvages en bord de route (serions nous sur notre chère côte du Sud de la Bretagne ?!).

Nous décidons d’explorer l'île au Nord d’Auckland avant d'y retourner une fois que nous aurons pris nos marques pour la conduite dans une grande ville.

Nous voilà partis pour quelques premières heure de route afin de trouver un endroit en pleine nature. Nous allons sur la côte ouest et nous atterrissons par hasard sur une immense plage de sable noir dont l’émotion nous a tous envahis immédiatement (je n’ai pour ma part même pas pu retenir quelques larmes). Une scène du film « la leçon de piano » a été tournée juste en dessous, et l'affiche de film est une photo de cette plage. Grandiose !

Piha beach
Plage de Karekare - Leçon de piano  

Dans cette zone, nous sommes confrontés aux premières difficultés sur les lieux où dormir. Ils sont magnifiques, ils sont déserts (alors que nous sommes en pleine saison d'été), ils sont les départs de randonnées plus somptueuses les unes que les autres mais ils sont gérés par l'Etat et il faut réserver et payer sur le web uniquement. Le réseau téléphonique de Nouvelle Zélande ne doit pas être loin de celui de France dans les années 1990 donc les réservations (quand nous arrivons au bout) sont très très lentes... Nous prenons donc nos marques les premiers jours et nuits, et il faudra anticiper au maximum.

Les premières nuits  
Départ de randonnées avec désinfection des chaussures pour protéger leur forêt de Kauri 

Ensuite nous sommes redescendus pour passer une journée à Auckland, une ville avec des activités en plein air pour les enfants, un port animé, un paysage mêlé de containers colorés, de petits coins de détentes tous les 100 mètres, un mélange d'ambiance bobo chic ! On y retrouve l'ambiance rochelaise de la Belle du Gabut, et de l'encan en été !

Et alors que nous commencions à devenir de bons randonneurs, grosse galère pour nous... En tombant, je me suis cassé le péroné, déboîté la cheville et brisé la malléole en plusieurs morceaux... Urgences, 30 heures d’attente avant une première opération. Il faudra attendre une semaine d’hospitalisation pour que la jambe dégonfle avant une deuxième opération... Tout s’effondre…

Et puis c’est une épreuve à passer, nous sommes tous les quatre plus que motivés à la dépasser alors on reste optimistes. Le parking de l'hôpital devient l'aire de camping car. Avec notre moral d'acier, prêts à continuer cette aventure, je recherche et organise les journées et nuits suivantes de ma chambre d'hôpital pour Guillaume et les enfants qui continuent l’aventure et me la partage avec leurs photos ! La famille, les amis sont d’un immense soutien. Nous ne baisserons pas les bras. On s’en serait vraiment passé mais cette expérience fera partie du voyage, on ne peut pas s’arrêter là.

Le cadre était pourtant magnifique ! 
Mes chouchous qui m’envoient toutes leurs forces  quand ils ne sont pas à mes côtés !

Je suis donc hospitalisée, actuellement entre les deux opérations, et rendez vous pour le prochain article, lorsque cette épreuve sera derrière nous ! D'ici là, donnez nous toutes vos forces et votre courage !

8

Ma période d'hospitalisation a été une alternance pour Guillaume et les enfants entre les visites matinales à l'hôpital pour avancer sur le programme scolaire, les plages d'Auckland, et les autres sorties pour voir un peu du Nord du pays.

Campement à l'hôpital et devoirs

L'équipe en camping car est partie découvrir pendant trois jours la péninsule de Coromandel. Au programme : dormir au camping, creuser des jacuzzis naturels dans le sable de "Hot Water beach" et faire des petites randonnées vers Cathedrale Cove. Les photos parlent d'elles-mêmes, tout va bien, les enfants s'éclatent et font même la rencontre d’autres familles tourdumondistes françaises !

Hot Water Beach, à la recherche de sources chaudes
Cathedrale cove  

Et après les montagnes russes à l’hôpital pour la douleur, la variation du nombre d’opérations, et le moral... mon ange gardien m’a sorti de là ! En entrant dans le bloc opératoire pour ajouter des fixations externes puisque la cheville avait bougé, le chirurgien m’annonce qu’il tente l’opération finale !

5 heures d’opération, la jambe et la cheville sont bien fixées, et maintenant immobilisées dans un plâtre pendant six semaines pour tout consolider. Alors on fête l’unique anniversaire de ce tour du monde ... à l’hôpital : on fera mieux l’an prochain pour les 40 ans !

Happy birthday ! 

Cette histoire appartient au passé ! Et puis je vais bien réussir a rapidement oublier la chambre d’hôpital à 6 places ou celle à 2 places avec les toilettes communes, les néo zélandais pas très discrets lorsqu'ils sont hospitalisés, les échanges très techniques avec les médecins en Anglais... même si j’ai finalement créé des liens avec les patients et les soignants! Je vais maintenant retrouver, petit à petit mon autonomie.

Nous repartons tous les quatre sur les routes de Nouvelle Zélande, pour continuer ce voyage, mais autrement, plutôt en recherchant des campings pour assurer un minimum de confort pour moi et d’activités pour les enfants, mais toujours à la recherche des plus beaux paysages.

MERCI... à notre famille, merci à nos amis, merci à mes collègues de votre soutien, de vos commentaires très touchants. Ils nous ont vraiment été très précieux !

C’est reparti !! 
9

Nous sommes ainsi repartis sur les routes de l’île du Nord en camping car. Retour sur la presqu’île de Coromandel pour y rejoindre une amie d’enfance, Nelon et son frère, Olivier, partis tous les deux en Road trip pour un mois. Ces 48 heures nous ont aidé à nous rebooster, et prendre ce virage sur la suite du voyage. Parce que c’est quand même un sacré handicap une jambe en moins... La nature a horreur du vide, Guillaume reprend les rênes de l’organisation quotidienne, Soane prend la place du co-pilote et j’apprivoise ma situation, la patience et l’attente !! Je peux me concentrer sur ma priorité : mettre toutes les chances de mon côté pour que la cheville et la jambe se consolident bien et rapidement.

L'aventure continue sur les plages de sable blanc sur la presqu'île de Coromandel
New chums beach, classée une des plus belles plages de Nouvelle Zélande, uniquement accessible à pied. 

Nous sommes ensuite descendus, une dizaine de jours, pour un périple et découvrir la baie de Tauranga, Rotorua et son site géothermique de Wai O Tapu, le lac de Taupo, pour remonter par la côte Ouest : sur les plages de Kawhia et Raglan.

de Coromandel à la baie de Tauranga

La vie en camping car est idéale pour profiter des paysages puisque dans cette zone plus touristique, nous trouvons sans soucis des aires pour la nuit sur de superbes sites, assez peu fréquentés. Le pays est bien organisé pour les campeurs autonomes donc nous évitons les campings. Il faut juste s’adapter aux marches du camping car à monter et descendre en béquilles, à la douche et WC miniatures !!

La vie en camping car  
Rotorua et son odeur de souffre
Wai O Tapu , zone géothermique active
Lac Taupo (au loin la montagne enneigée du Tongariro !)
Huka falls dont la randonnée se termine par le Spa Park, source d'eau chaude
Kawhia  
Raglan, retour sur des plages de sable noir très fin

Après ces deux premières semaines, rendez vous de contrôle dans une clinique à Auckland pour le retrait des fils et le changement de plâtre.

La prudence a payé, les deux premières semaines fatidiques sont passées. Maintenant consolidation !! J’ai une grosse attelle (pour éviter le plâtre) dans l’avion, pour 4 semaines supplémentaires d'immobilisation avant d'espérer repartir sur mes deux jambes. Je suis bien entourée avec le service "online" du Doc Beubeu, la Kiné Anne Laure et l’infirmière Camille. Merci !!!

Pour la dernière semaine, nous ramenons le camping-car, comme initialement prévu à Christchurch, sur l’île Du Sud. Les péripéties du début de cette aventure nous ont laissées moins de temps que prévu pour visiter l'île du Sud, alors nous ne perdons pas de temps, nous traversons l’île du Nord pour arriver à Wellington et prendre un ferry.

Vue du camping car bien apaisante. Ça fait du bien de retrouver des petits chevaux d’un côté et le Tongariro de l’autre côté 

Nous faisons une halte à Wellington, la belle capitale très ventée. Nous comprenons d’où vient son surnom «Windy Welly». L’architecture des maisons victoriennes nous rappelle la bien aimée San Francisco ! Nous en profitons pour visiter le beau musée «Te Papa» pour apprendre un peu de l’histoire et de la géographie du pays.

Wellington 
Te Papa 
A défaut d’avoir vu un Haka en vrai ! 

L'arrivée sur l'île du Sud nous laisse rêver de nouveaux paysages qui s’annoncent magnifiques. Puis, nous longeons la côte pour profiter des plages de sable doré d’Abel Tasman. La température monte à plus de 30 degrés, nous n’aurons finalement pas eu froid en Nouvelle Zélande !

Traversée entre les îles  
Picton  - en chemin pour Abel Tasman 
Tasman bay - Kaiteriteri  
Sortie bateau et kayak pour découvrir les criques de la baie  

Nous avons ensuite rejoint la côte Est pour profiter du bleu turquoise de la mer, de nos copines les otaries et des dauphins proches de Kaikoura. Nous faisons également une halte dans le village français Akaroa avant de retourner le camping car à Christchurch.

Côte Est
Séance devoirs - Maë aura appris à calculer sur la plage avec des coquillages !
Kaikoura 
Kaikoura  
Akaroa, petit village français  

Nous voici sur le départ pour la suite du voyage : Un mois en Australie, où nous allons continuer l’aventure boiteuse en camping car pour remonter d’Adelaïde vers Sydney.

Nous quittons ainsi la Nouvelle Zélande, ses paysages à couper le souffle, sa météo clémente en cette saison, ses charmants néo-zélandais curieux et attentionnés, et ses intriguants Maoris, et nous allons pouvoir faire une pause sur la consommation excessive des kiwis néo-zélandais tant appréciés des enfants ! Les péripéties nous ont fait vivre au plus proche de la vie locale: la vraie vie. Ce pays va certainement nous marquer à vie !

10

Après une nuit blanche et deux vols, nous voici arrivés au pays des kangourous, plus précisément à Adélaïde, sous une chaleur accablante. Nous récupérons le camping car, prenons le temps de faire quelques courses et nous nous posons dans le premier camping accès direct à la plage et piscine pour les enfants. Je prends mon mal en patience et essaye de m’acclimater avec l’attelle... La nuit est bien appréciée, nous voici ressourcés au petit matin. Nous nous équipons d’un fauteuil roulant (trouvé sur le bon coin australien !) pour faciliter les déplacements pour ce mois et nous partons à la découverte d’Adelaïde et ses environs pendant quelques jours avec des températures finalement plus douces qu’à l’arrivée. Nous débutons dans les terres en nous rendant dans une réserve naturelle où nous avons pu approcher de près des kangourous, wallabies, et koalas pour le plus grand bonheur des enfants (et des plus grands aussi!). Cette réserve était incroyablement apaisante par son calme et son immensité : un rêve de se retrouver en sécurité, au milieu de ses animaux dans leur espace naturel.

Wallabies et kangourous  
Rencontre avec un impressionnant kangourou bodybuilder ! 
Petite caresse au koala  

Et nous continuons sur les plages de sable blanc aux eaux cristallines d’Adelaïde : Henley beach, Moana beach. Puis direction Port Wellington, Victor Harbour... C’est parti pour un road trip jusqu'à Sydney pour un mois.

Les côtes proches d’Adelaïde 

Nous longeons donc la côte, avalons les kilomètres (parfait pour travailler le calcul mental !), en admirant le paysage tantôt désertique (à la recherche de kangourous), tantôt le bush australien peuplé de forêt d’eucalyptus (à la recherche des koalas), tantôt le long de l’océan, et nous nous arrêtons au gré de nos envies, dans des réserves, villages et plages plus ou moins sauvages mais toujours déserts (où sont les australiens et les touristes ?!). Nous enchaînons ainsi Kingston, Cape Jaffa, Robe, Mount Gambier, Nelson, Port bridgewater et la pointe de Seal colony (pour y apercevoir les otaries australiennes), Portland, Port Fairy, Port Campbell, Apollo Bay, Skene creek, Anglesea, et les spots de surf de Bells beach et Torquay. Nous voyageons au cœur de la nature, des grands espaces... avec des paysages peu peuplés où l’environnement semble être un peu moins respecté dans cette zone que ce que nous avons vu en Nouvelle Zélande puisque nous voyons tous les jours des voitures sur les plages quasi désertes, pour tracter un bateau ou en guise de parking local !

Séance d’ecriture et lecture 
Nelson 
Rando pour seal colony mais demi tour à la vue d’un serpent au milieu du sentier !
Fête où chapeau de cow-boy et Santiag étaient de sortie ! Tonte de mouton, lancé de poids à la fourche et concours hippique !
Koalas et émeu à Tower hills 
On the road  

Avant de s’arrêter à Melbourne, nous longeons la Great Ocean Road, avec de nombreux sentiers et points de vue en haut de falaises calcaires tombant à pic dans la mer. Certains paysages nous ont replongés quelques mois en arrière, sur sa cousine, la highway 1 californienne.

Nous admirons ainsi les sites de Bay of island, Grotto, London bridge, et les 12 apôtres entre autres (ils étaient d’ailleurs là tous les touristes ... chinois !).

Great ocean Road 
Plage de surf Bells beach 

Nous arrivons à Melbourne et profitons de la ville, ses différents quartiers, ses ruelles et tags, et longeons la grande baie jusqu’à la pointe de Philipp Island. Nous y croisons des raies gigantesques sur les pontons de San Remo et les pélicans gourmands, ainsi qu’une colonie des plus petits pingouins au monde, qui, à la tombée de la nuit rentrent dans leur nid : une sacrée belle expérience !

Melbourne et sa baie
Animaux de San Remo et Philipp Island  

Nous continuons à longer la côte sud. Les plages sont immenses, dès que nous avons un rayon de soleil, nous en profitons car nous ne sommes pas gâtés par la météo : très nuageux, pluie même parfois, et chauffage certaines nuits lorsque l’on se réveille et qu’il ne fait que 16 degrés ! Nous découvrons Sandy point, Port Albert, Golden Beach, Lake entrance, Cape Conran, Gipsy point et Mallacoota. Nous roulons plutôt les journées maussades et profitons des rayons de soleil pour se promener sur les plages (toujours désertes) et pour sortir le kite (enfin...! On ne l’a pas amené pour rien !!).

Sud Australie jusqu’à la pointe sud Est. 

Nous remontons ensuite la magnifique côte Est sous le soleil qui nous accompagne : Eden (où nous avons vu des dauphins dans les vagues de bord de plage), de Mimosa rocks à Batemans Bay entre forêt de terre rouge et lagons turquoises, Bermagui (avec mon premier bain à la clé en béquilles après 100 marches ! Belle victoire et courbatures le lendemain !), Pebbly beach (la plage aux kangourous), la Jervis bay (son sable blanc et ses eaux turquoises), Gerroa et sa 7 miles beach et Kiama jusqu’à notre arrivée à Sydney. Le soleil a bien fait son retour, son reflet dans l’eau rend les paysages magnifiques sur cette côte Est, vraiment très belle. Parfait pour le moral.

Eden et mimosa rocks 
Bermagui et le premier bain ! 
Pebbly Beach et Jervis Bay
Gerroa et Kiama 

Après un contrôle de la jambe en Australie, nous jouons les prolongations ! Je continue pour 4 semaines supplémentaires avec l’attelle : 2 semaines jambe immobilisée (en m’autorisant quelques bains pour une rééducation en douceur !) et 2 semaines en débutant la marche. C'est donc en fauteuil que nous découvrons la ville de Sydney, ses jardins, le célèbre Opéra, Harbour bridge, circular quay, le quartier the Rocks, le jardin botanique et ses plages : Manly beach, Bondi beach.... sans oublier le Queen victoria, un beau moment d'émotion en prime lorsque Soane a joué «Hallelujah » de Jeff Buckley au piano et qu’elle s’est fait applaudir chaleureusement par des inconnus !

Centre de Sydney 
Ses plages: Manly et Bondi beach 

Il est temps maintenant pour nous de refaire nos bagages. Nous retiendrons principalement de notre passage en Australie : les grands espaces déserts d’habitants, des locaux australiens toujours aussi agréables que les locaux des pays visités précédemment (nous avons vraiment des efforts à faire en France sur la qualité de notre accueil !), et surtout un grand nombre d’animaux sauvages que nous avons observés de nos propres yeux, dans leurs éléments naturels. Kangourous, Wallabies, Potorous (Mélange rongeur/kangourou), Koalas, Diables de Tasmanie, Pélicans, Raies, Pingouins, dauphins, serpents et autres reptiles un peu bizarre aussi, mais nous sommes tout de même heureux de ne pas avoir croisé le chemin de méchantes pieuvres ou araignées, ni de requins affamés ! Et puis on ne s’y attendait pas mais l’Australie est peuplée de nombreuses races d’oiseaux et de perroquets colorés et bruyants que nous avons pu croiser.

Certains oiseaux  que nous avons pu photographier

Nous avons tenu... cela fait deux mois que nous sommes les uns collés aux autres en camping car, et ça s’est plutôt bien passé, nous nous sommes bien adaptés ! Nous sommes tout de même bien contents de retrouver des hébergements, un peu plus grands que 12 m² pour les nuits à venir ! De cette vie en camping car, nous retiendrons de magnifiques vues au coucher et au lever du soleil, des nuits bercées par le bruit des vagues, une indépendance et autonomie totale, des campings avec alternance de plage, piscine et mini golf, des supers squares et jeux publics dans les villes et aussi du linge qu’il fallait faire sècher à l’intérieur quand il pleuvait ! Une manière de voyager qui finalement convenait bien à la situation avec cette jambe, tout en pouvant profiter des pays et des paysages. Bravo Guigui pour la conduite à gauche, pendant 2 mois en camping car, sans le moindre accrochage !!

La vie en camping car

Nous repartons donc clopin-clopant, mais dans notre malheur, nous sommes bien avantagés aux aéroports avec transport des bagages, priorité aux douanes et petit tour de manège comme à Sydney ! Nous changeons désormais de continent et partons maintenant à la découverte de cultures asiatiques pour 3 semaines à Bali puis 3 semaines en Thaïlande où nous espérons rapidement profiter de ... massages !

Aéroport de Sydney et les filets anti requins !
11

Nous voici arrivés à Bali, au cœur de Legian, dans une petite villa au calme pour y passer notre première nuit. Dès le lendemain matin, incroyable, nous essayons de trouver un endroit pour le petit déjeuner, et faire une promenade en direction de la plage, et là, sous une chaleur écrasante, invasion de tous les côtés de scooters et voitures au cœur de ruelles pourtant minuscules, qui ne sont du coup absolument pas adaptées au fauteuil roulant. Il va falloir s’adapter !

Nous découvrons ainsi les premières odeurs qui nous chatouillent le nez, notamment l’encens, présent sur les offrandes devant chaque maison et chaque boutique, ainsi que des odeurs de riz en cours de cuisson un peu partout dans les rues.

Les papilles sont en action ! Les saveurs de la première assiette de fruits tropicaux annoncent la couleur ! Il en sera de même pour les premières brochettes chicken satay, les ribs de porc sucrés salés ou encore les woks au riz ou noodles sautées : Mie Goreng et Nasi Goreng. Quel régal !

Nos yeux sont grands ouverts, et profitent des couleurs des fleurs de frangipaniers roses, jaunes et blanches, ainsi que des couleurs qui composent les offrandes et les tenues des balinaises pour les cérémonies.

Pour l’ouie, ce sera le son des klaxons et le chant des coqs (qui ne cessent de la nuit, et n'attendent pas l'aube pour chanter) qui vont nous surprendre les premières heures. Ensuite nous découvrirons le chant nocturne des geckos...

Et pour le toucher ça sera : « massazes, massazes et massazes »! Nous découvrons les massages balinais.

Legian

Nous découvrons ainsi rapidement cette côte Ouest avec Legian, Seminyak et Canggu, leurs plages et les premiers temples.

Seminyak

Après cette agitation, nous partons pour nous poser plusieurs jours à Sanur, sur la côte Est, ville plus calme, où nous profitons d’une petite villa en cœur de ville (avec des trottoirs), proche de la plage, avec piscine ! Sanur nous correspond davantage, les commerçants nous reconnaissent rapidement et nous saluent chaleureusement (le fauteuil ne passe pas inaperçu !), et nous profitons ainsi de notre premier coucher de soleil sur la plage, de nos premiers massages (bien mérités !), et toilettage pour les gars ! Les vacances balinaises commencent !

Sanur beach   
Le premier massage familial 

Nous vivons ensuite notre première fête nationale, le changement d’année Balinais, NYEPI : le jour du silence. Selon la tradition balinaise, le calendrier des Dieux change d’année entre mars et avril, et donc nous passons en 1941 ! La veille de cette nouvelle année, une parade d’Ogoh Ogoh a lieu dans les rues, où les jeunes Balinais portent à bout de bras des Ogoh Ogoh (monstres qu’ils ont réalisés en papier maché), et les font danser, tourner pour leur faire perdre la tête avant de les brûler puisque ces montres sont assimilés aux mauvais esprits. Une fois cette soirée passée à chasser tous les mauvais esprits de la terre, le jour de Nyepi arrive, et là… Day of silence ! Pour ne pas que les mauvais esprits aient l’idée de redescendre sur terre pour cette nouvelle année, aucun bruit, chacun est cloitré dans sa maison, aucune personne dans les rues, aucun scooter (!), et toutes boutiques sont fermées. Enfermés pour la journée, le programme des Balinais pour les 24 heures est : Méditation, Yoga, et repos.

Nous avons donc interdiction de sortir cette journée là. Nous avons respecté, comme nous avons pu, le silence, en chuchotant (une expérience pas facile avec les enfants !). Les accès internet sont coupés pendant 24 heures (dommage pour nous, puisque l’on voulait en profiter pour organiser la suite de notre périple balinais !), les lumières doivent rester éteintes (ou fenêtres calfeutrées de carton pour nous), et tout est fermé, même l’aéroport ! Finalement il a plu à grandes gouttes cette journée, donc aux oubliettes la bronzette au bord de la piscine… un vrai temps à faire des crêpes (dommage que nous n’avions pas prévu les ingrédients !). Programme : lecture, jeux de société, dessins animés et un max de devoirs pour prendre un peu d’avance !

Ogoh ogoh 

Nous sommes ensuite remontés en direction d'Ubud pour y découvrir un lieu culturel important et un autre décor fait de rizières et de temples. Nous avons ainsi profité d'un spectacle de danse de Barung, visité des temples, rencontré des peintres dans une fabrique de tissus. Les enfants ont également travaillé le café: Soane à la cuisson des graines et Maë pour les concasser. Nous avons pu également admirer les rizières balinaises et ensuite visiter le Monkey forest, un magnifique parc arboré de géants banyans, habité de singes : aucune morsure ni vol à déclarer ! Un autre décor qui vaut vraiment le détour.

Ubud et ses environs

Nous sommes ensuite allés sur l'île de Nusa Lembongan en bateau. Plage de sable blanc, mer turquoise ! Nous avons fait une balade dans la mangrove, une visite de l'île, et comme la mer était un peu agitée pour la baignade, nous avons privilégié la piscine d’un restaurant un peu plus en hauteur !

Nusa Lembongan

Autre expérience, Guillaume se ramènera un souvenir à vie de ce voyage ! Au fil des rencontres, il finit par franchir le pas: Tatouage à domicile reprenant quelques symboles des moments et pays déjà visités !

Tatoo’s experience !

Plus au Nord, nous sommes ensuite montés le long de cette côte ouest, pour rester quelques jours à Amed, pour y découvrir un Bali plus sauvage, plus typique et encore plus calme. Rien avoir avec les premiers jours à Legian sur la côte Ouest !

Côte d’Amed : Bunutan 

Lors de cette semaine à Amed, nous avons fait beaucoup de snorkeling le long de la plage ou au dessus d’une épave d’un bateau japonais de la seconde guerre mondiale: un vrai aquarium ! Nous admirions ainsi les poissons de toutes les couleurs. Prise de conscience sur les coraux, presque tous morts alors que cette zone n’est pas très touristique, donc peu piétinnée... A Amed, nous avons pu voir un début de protection de l’environnement notamment par la réduction de plastique. Des sensibilisations sont en cours dans les écoles, le pays semble évoluer, ce qui se verra peut-être dans quelques décennies car aujourd’hui, les plages sont pleines de déchets plastiques, ramenés lors de chaque marée par la mer, dans laquelle nous avons vu flotter un grand nombre de bouteilles.

De warung en warung, nous avons dégusté les spécialités balinaises plus délicieuses les unes que les autres. Nous avons également passé un super moment en prenant un cours de cuisine balinais entre filles ! Expérience que Soane a voulu réitérer seule... Elle va pouvoir nous cuisiner des supers repas en rentrant !! Amed est pour nous riche de rencontres balinaises et françaises !

Sortie voile et snorkeling
Cuisine balinaise 

Nous continuons le périple et passons quelques jours à Lovina, sur le côte Nord Ouest, une côte très calme. Nous avons profité de l’unique attraction locale: sortie en mer avec lever de soleil pour voir les dauphins ! Départ 6 heures du mat, sous la pluie, sur un petit bateau de pêcheur, nous avons pu profiter d'un joli ballet de dauphins autour de notre petite embarcation de pêcheurs, la sortie valait le coup ! Hors saison, il y avait une bonne dizaine de bateaux de pêcheurs, mais l'été, en pleine saison, combien ? Nous nous posons la question de cette invasion humaine tous les matins autour des cétacés. Quel sera l'impact à long terme ?

Lovina  
Sortie dauphins

En comme nous nous sommes vraiment bien sentis à Sanur, nous y retournons les derniers jours y terminer notre voyage. Après 10 semaines d’immobilisation, plus d’attelle ni de fauteuil (qui restera à Bali !), je reprends doucement la marche avec des béquilles. Pas de douleur particulièrement forte, mais il va falloir du temps et de la patience encore avant d’enchainer plusieurs kilomètres. On va vraiment oublier le running pour la suite de ce voyage !

Sur la route du retour vers Sanur 
Derniers instants à Sanur 

En plus d’un éveil des sens, Bali sera pour nous la découverte d’une culture dont la religion a une part très importante dans le quotidien des balinais. Lors de nos échanges avec les locaux, nombreux nous ont confié qu'ils travaillent pour pouvoir gagner de l’argent, et qu'avec cet argent, ils peuvent participer aux cérémonies et y apporter des offrandes (ils achètent ainsi leurs tenues, les offrandes : fleurs et fruits). Pour les commerçants, s’ils ont des clients, c’est bien, et s’ils n'en n’ont pas, c’est comme ça, ils sont aussi contents. Ils ne veulent travailler qu'à la limite de ce qu'ils ont besoin pour vivre. Bali sera donc également un éveil vers une autre philosophie, un éveil à la détente et à la relaxation aussi. Continuons sur cette lancée, en route pour la Thaïlande !

12

Nous voici arrivés à Bangkok, ville très animée, que nous découvrons dès le premier soir lors de la visite du marché nocturne de Ratchada. Food street, vêtements, babioles nous voici au cœur de l'agitation thaïlandaise. Retour en tuk tuk à l'hôtel, les enfants sont ravis !

Bangkok by night  

Nous nous aventurons le lendemain pour une journée de visites dans le cœur historique de Bangkok sous 39°... Nous débutons par des marchés : Sampheng et Flower market. Odeurs, couleurs enivrantes de ces fleurs dans ces ruelles où les thaïlandaises tricotent des colliers de fleurs, et plient les pétales avec une grande dextérité.

Flower market 

Apprêtés de sarouels, et paréo, nous enchaînons ensuite par la visite de temples. Nous commençons par le Wat Pro, le temple du bouddha couché. Sa taille de 43 mètres est impressionnante. Nous découvrons ainsi le culte de Bouddha et les lieux de prière.

Wat pho - Temple du Bouddha couché  

Après un échec pour trouver comment traverser le fleuve Chao Phraya et manger dans un marché local, nous visitons le Grand Palais, Wat Phra Kaew, pour y voir les différents lieux de prière, et le Bouddha Emeraude sculpté dans la pierre de jade. Nous y croisons les premiers moines, les différents monastères et la relève de la garde thaïlandaise. Fin de journée, il est temps pour nous de retourner à l'hôtel et de s'y rafraîchir : hôtel avec piscine obligatoire avec des enfants à Bangkok !

Wat Phra Kaew - Grand Palais
Bangkok

Nous souhaitons ensuite remonter sur Ayuttaya pour y découvrir les temples historiques de l'ancienne capitale de Thaïlande. Nous débutons par un semblant de marché flottant, en face d'un "elephant village". Nous rentrons par curiosité, et malheureusement, nous arrivons exactement là où nous ne voulions pas : une attraction à touristes de balades à dos d'éléphant. Le centre était pourtant petit, avec très peu de touristes, mais de voir ces pachydermes attachés, sans espace nous a complètement ému. Quelle tristesse… Heureusement que le bébé Dumbo a voulu attraper ma béquille avec sa trompe pour sécher nos larmes aux coins des yeux ! Les enfants ont bien compris, ils n'ont pas insisté longtemps pour faire un tour à dos d'éléphant… Nous sommes ensuite allés dans le temple de Wat Mahathat, un célèbre temple en ruine où l'on peut y voir la tête de Boudda entre les racines. Intéressant de voir ce type de temple, complètement différent de ceux très décorés visités à Bangkok. Nous avons poussé au maximum les limites des enfants sur les visites de ces temples sous des chaleurs étouffantes : ils ont été patients ! Retour à l'hôtel et massage thaï, aïe, aïe, aïe ! Une heure intense et tendue mais ensuite, détente totale du corps !

Les pauvres éléphants  
Marché flottant d’Ayutthaya  
Temple de Wat Mahathat  
End of Bangkok  

Nos expériences avec les taxis n'ont pas été très chaleureuses. L'anglais n'est pas souvent parlé ni même compris par les thaïlandais rencontrés. Nous espérions plus de conseils, d'échanges, d'avis sur des lieux à visiter, la culture, leur mode de vie, mais nos expériences n'ont pas été très concluantes. Plutôt taxi que guide, ils nous ont fait prendre conscience que nous recherchions le contact et les échanges humains lors de ce voyage : une ouverture vers les autres cultures. Il est temps pour nous de quitter Bangkok et de retrouver le grand air ! Nous prenons ainsi la direction du Sud, et nous arrêtons quelques nuits à Hua hin, ville balnéaire ventée sur la côte. Grande plage de plusieurs kilomètres de long sur laquelle cohabitent les chevaux (parfait, y en a une qui était en manque ! moi je n’ai pas osé...), les tables de massages, les scooters, les tuk tuk et les kites évidemment ! Finalement il y en avait pour tout le monde ! Un large choix de marchés nocturnes, des temples : un mini Bangkok en bord de mer et moins peuplé !

Plages Hua hin 
Nos soirées ! 

Nous choisissons ensuite de partir dans le sud de la Thaïlande et ses îles. C'est là-bas que nous découvrons le contact et l'accueil chaleureux des thaïlandais, pour notre plus grand plaisir. Nous débutons par le golfe de Thaïlande sur l’île de Koh Phangan. Nous passons ainsi quelques jours en bungalows, sur la plage d’Haad salad, à profiter du grand calme: un vrai petit coin de paradis avec sable blanc et eau bleue limpide à 30 degrés !

Haad salad 

A la découverte de cette île, nous nous promenons lors d'une journée en scooter, sur différentes plages et voir une cascade au cœur d’une forêt de singe. Cette île est vraiment magnifique, un joli mélange de végétations et de plages paradisiaques. Coup de cœur pour nous pour cette île, très calme et peu fréquentée sur les sites sur lesquels nous nous sommes promenés, avec des vrais coins de paradis sur Haad Salad et Haad Mae. Et pour finir, une belle rencontre avec une famille de voyageurs que nous voulons suivre, qui prépare son tour du monde d’un an !

Journée découvertes à Koh Phangan

Nous continuons la découverte des îles en allant ensuite du côté de la mer d’Andaman, côté ouest de la Thaïlande, sur l’île de Koh Phi Phi. Il paraît que le tsunami a fait fuir les touristes, alors on s’est décidé pour y passer quelques jours au calme. Pas manqué, après 12 heures de transport taxi/ferry/bus, nous débarquons à la tombée de la nuit en taxi boat sur la plage pour rejoindre un petit hôtel au Nord Est de l’île.

Arrivée à Koh Phi Phi 

Les plages sont magnifiques, le nuancier de la couleur de la mer vire vers le vert. L’eau est transparente et la faune aquatique est très riche ici. Nous passons deux jours masques et tubas collés au visage ! Nous profitons également d’un long tail boat pour naviguer d’île en île et admirer ces immenses falaises et les plus beaux spots de snorkeling.

Koh Phi Phi 
Vie aquatique de Koh Phi Phi 

Les locaux sont une fois de plus adorables avec nous, et il en est de même sur Koh Lanta où nous continuons ce périple des îles.

Arrivée à Koh Lanta 

Nous découvrons donc Koh Lanta en scooter, île moins sauvage que Koh Phi Phi. La côte ouest se décline en de nombreuses plages plus ou moins fréquentées (mais jamais avec trop de monde). Nous nous déplaçons sur cette partie de l’île en s'arrêtant sur la côte et en croisant quelques singes sur la route. Nous profitons également du lieu pour une séance de boxe thaï pour les enfants. A plus de 30 degrés, on a réussi à les épuiser !

Découvertes de Koh Lanta 

Et pour finir, nous faisons une petite halte à Phuket avant de reprendre notre avion. Un dernier massage, une dernière plage, un dernier Pad thaï et un dernier mango sticky rice ! Nous profitons d’un coin plutôt tranquille à Patong beach. Nous repartons le jour du nouvel an bouddhique : Songkran, très grosse fête populaire sur un week-end durant lequel tout le monde s’arrose dans les rues avec des énormes pistolets à eau et se tartine de talc ! Nous repartons à l’aube de cette journée, juste le temps de trouver un taxi !

La beauté des îles de Thaïlande, nous a vraiment marquée. Contrairement à ce que l’on imaginait, il y avait très peu de touristes sur les îles visitées, dont la nature garde une place très importante avec un mélange mer/mangrove/forêt. A défaut d’avoir pu marcher dans le Nord du pays, nous n’avons pas été déçus de profiter de ces belles découvertes dans le Sud. Notre petite préférée a été Koh Phangan mais il nous reste de nombreuses îles à découvrir ! Une idée de futur voyage ?!

Bravo à l’organisation thaïlandaise ! Ils ont su s’organiser pour pouvoir relier les différentes villes et îles de ce pays en longueur. Avec nos étiquettes des lieux de destination collées sur nos tee-shirts, en enchaînant bus/ferry/taxi, nous sommes toujours arrivés dans le timing et au bon endroit ! On a même vécu un changement de ferry en pleine mer !

Ce voyage en Asie nous a aussi permis d'être au top sur l'adaptabilité ! Notre sommeil a été mis à rude épreuve, et nous avons bien progressé et arrivons très vite à profiter sans s'arrêter à des détails. Les isolations phoniques inexistantes, les chants des coqs de Bali, les scooters de Sanur, les geckos de Bali et Thaïlande, la chambre d'hôtel à 3 places à Koh Phangan et à Phuket (alors que nous y dormons à 4...), la chasse aux cafards quotidienne dans la chambre et la salle de bain très très moyenne à Koh Phi Phi, et la lumière traversant les fenêtres et portes non opaques… Sans oublier à Koh Phi Phi et à Phuket, la chambre au pied d'un minaret avec l'appel à la prière de 5 heures du matin comme réveil ! Bref, tous les 4 avec nos masques de nuit, nous arrivons plutôt bien à passer au dessus !

On ne quitte pas les tongs, nous partons maintenant pour découvrir la culture créole en nous envolant pour Maurice et pour Rodrigues, une destination rêvée depuis bien longtemps !

13

Nous sommes arrivés sur l'île Maurice, et déjà pendant le vol, une hôtesse est venue nous saluer et se présenter comme étant une collègue de notre hôte chez qui nous allions arriver ! Pas manqué, accueil très chaleureux d'Arwin et sa femme avec qui nous restons en contact sur l'ensemble du séjour à Maurice. Ça fait du bien d'ailleurs d’entendre parler français et d’être accueillis ainsi !

La Gaulette - Le Morne 

Nous débutons une petite semaine dans le Sud de l'île, au Morne, super spot de kite. Malheureusement, 4 jours gris et… sans vent !!! Sur la route, entre les champs de canne à sucre, nous découvrons donc ce coin peu développé et peu touristique, du moins par rapport à l'image que l'on s'était faite de l'île Maurice. On en profite pour bouger et pour remonter la côte Ouest vers Flic en Flac, Port Louis, ainsi que tout la côte sud, en remontant sur Chamarel jusqu'à la point d'Esny. Nous profitons également de cette zone pour visiter les domaines de vanille, de thé… et de rhum !

Spécialités mauriciennes et sud de l’île 

Sur les conseils de notre hôte, nous partons une journée en mer, sur un catamaran, pour remonter la côte Est (cela tombe bien, la voile nous manquait !). Et tout de suite, avec un beau soleil, la mer devient turquoise et transparente : nous profitons de magnifiques lagons. Nous avons fait une halte sur l'île aux cerfs, vu des cascades et fini en snorkeling. Journée magique, on en a pris plein les yeux. La voilà, l'île Maurice des cartes postales !

Journée Catamaran  / île aux cerfs 

Soane rêvait de faire de la plongée lors de ce voyage. Vœu exaucé : baptême de plongée réalisé pour elle à Flic en Flac. Elle a passé un super moment et après une phase de découverte dans le lagon, elle est partie en pleine mer: sa « plus belle matinée du voyage » !

La plongée ! 

Et puis dernier jour au sud de Maurice, le vent se lève ! Session kite dès 7 heures du mat puis une seconde dans l’après-midi. Superbe coucher de soleil avant de repartir !

Dernier jour sur le Morne 

Nous partons pour le week end de Pâques sur l’île de Rodrigues, la plus petite île éloignée des mascareignes. Cette destination n’était pas prévue à l’origine du voyage et après plusieurs conseils nous avions cédé : une pure merveille ! Dès l’arrivée, de magnifiques paysages se dessinent sur le hublot. Après une surprise de notre hôte mauricien Arwin, pour nous faire visiter le cockpit, nous sommes chaleureusement accueillis par Valérie et André sur Rodrigues. On nous avait dit que Rodrigues c’était Maurice d’il y a 30 ans. En effet, on a l’impression que le temps s’est arrêté et l’île a gardé son authenticité : il n’y a que des petits villages, les petites échoppes sont des vraies cavernes d’Ali Baba, sourire et contact facile avec les locaux, paysages et mer sublimes et préservés. Aucun immeuble, aucun complexe hôtelier ni même de supermarché ne gâchent le paysage. La protection de l’océan indien semble avoir une part importante dans cette culture, puisqu’en arrivant sur l’île, nous apprenons que l’utilisation des sacs plastiques est interdite et punie par la loi.

Arrivée à Rodrigues

Entre océan et montagne, sur nos scooters, nous passons 5 jours à partager les routes avec chèvres, vaches et cochons, à en prendre plein les yeux.

Sur la route ... 

Guigui a trouvé son bonheur sur un des plus beaux spots de kite du monde, Anse Mourouk. Sessions sur une eau turquoise, à 28-29 degrés, vent constant, ça ne va pas être facile de retourner dans l’eau beaucoup moins bleue de Chatelaillon !

Kite à Rodrigues 

Au cœur du marché local de Port Mathurin nous achetons quelques fruits malheureusement peu nombreux depuis le dernier cyclone. Nous longeons ensuite la côte et découvrons avec émerveillement les paysages ! Anse aux Anglais, Rivière Banane, Saint François et ses anses, Gravier, Fumier... les plages sont sublimes et elles se méritent. A l’instinct, au bout de chemins, ou sur les conseils de rodriguais, nous sortons hors des sentiers battus pour profiter des plus beaux paysages.

Au rythme de Rodrigues 

C’est Pâques ! Pas de lapin ni de cloche mais un escargot de Pâques aussi gros qu’un œuf est venu livrer quelques chocolats ! Au cœur de la culture créole, nous allons découvrir l’ambiance à la messe de Pâques dans la cathédrale Saint Gabriel. Chants rythmés par les claquements de main, habillés comme pour célébrer un mariage, les rodriguais sont plus beaux les uns que les autres. Nous assistons à une vraie fête !

Joyeuses Pâques ! 

Nous visitons ensuite une réserve de tortues qui peuplaient l’île avant d’avoir été chassées. Habituées aux visites des hommes, elles viennent chercher des gratouilles dans le cou comme des chiens ! Un moment de complicité surprenant auquel nous ne nous attendions pas avec ce type d'animal !

Tortues géantes de Rodrigues 

Et pour finir, séance de partage et d’échanges pour les enfants qui cuisinent avec Madame Valérie, un fondant au chocolat et un moelleux aux fruits de la passion.

Séance pâtisserie  

C’est avec amertume que nous quittons cette île qui nous correspond tout à fait. En quelques jours, nous sommes tombés amoureux de ses habitants souriants et accueillants, de sa douceur de vivre, de ses paysages magnifiques, de ses plages désertes et biensûr de son eau turquoise... C’est sur, avec des chevilles en béton, nous reviendrons pour marcher et découvrir ses richesses cachées !

bye bye Rodrigues 

Nous retournons ainsi à Maurice pour passer une petite semaine au Nord cette fois ci, à Grand Gaube. Tout se mérite … un peu perdue, après de longues minutes à parcourir des sentiers, nous arrivons dans la petite maison de vacances de nos rêves, avec petit portillon directement accès à une plage déserte ! Là, c’est Marie Ange qui nous accueille avec un poulet aux épices et purée... un régal ! ça faisait longtemps !!

Arrivée sur Maurice et dans notre maison de vacances de rêve ! 

Nous visitons le beau musée du sucre à Pamplemousses et apprenons sur l'histoire de Maurice, et la place du sucre dans son développement économique. Ensuite, c'est dégustation de canne à sucre, des différents sucres et du rhum ! Nous remontons également la côte de Trou aux biches, Mont Choisy, Grand Baie, Cap Malheureux jusqu’à Grand Gaube. Nous avions tout entendu sur cette zone et nous la craignions revenant du calme de Rodrigues. Alors « oui » cette côte est plus touristique, « oui » les maisons sont barricadées de grilles aux fenêtres et les hôtels de barbelés et fils électriques, « oui » les hôtels cachent souvent le sentier le long de la mer, mais on s’attendait à pire. Il y a très peu, voir pas d’immeubles ... pour le moment !

Visites de la côte Nord 

Pas vraiment chanceux au niveau de la météo, nous avons tout de même affrontés la pluie pour découvrir la côte Nord Est et notamment jusqu’à Trou d’eau douce, Belle mare et Palmare... Tout comme la côte Nord, les hôtels sont assez nombreux, et ici un peu plus collés les uns aux autres : impossible d’accéder aux plus petites plages et donc au spot de kite ... Nous admirons donc les paysages des plages publiques, où même sans lumière ni soleil, le lagon est magnifique.

Côte Nord Est 

A la maison, les enfants aident Marie Ange à cuisiner les bons petits plats mauriciens pour le dîner ! Guigui kite sur le lagon au pied de la maison et nous profitons de ce havre de paix pour se poser avant de repartir pour la Réunion et retrouver les anciens anglésiens, la famille Dalleau !

Nos derniers jours à Maurice 

L'heure du départ a sonné. En plus des lagons magnifiques, nous retiendrons de cette quinzaine de jours sur Maurice et Rodrigues, l’accueil chaleureux des Mauriciens et Rodriguais. A bras ouverts, ils nous ont invités au cœur de leur vie. Arwin, André, Valérie, Marie Ange... ceux sont des personnes dont nous nous souviendrons, qui nous ont touchés par leur hospitalité naturelle et spontanée. Un vrai sens du partage et de la générosité !

14

Après un vol très court de Maurice, nous voici arrivés à la Réunion et accueillis par nos anciens voisins. Après un déjeuner dominical familial réunionnais, nous descendons sur Étang Salé où nous débuterons notre séjour. Soane a retrouvée son amie, elle est heureuse ! C’est tout de suite plus facile d’être accueillis par des locaux, d’autant plus quand ils sont amoureux de leur île. La phase d’adaptation est beaucoup plus rapide, surtout que nous sommes en France !! Euros, langue française, boulangeries, infrastructures routières au top, centres commerciaux (et surtout un Décathlon !) : on avait complétement oublié tout ça !

Arrivée à la Réunion  

Entre océan et montagne, nous débutons les premiers jours en découvrant la côte, et notamment les stations balnéaires de l’Hermitage, de Saint Pierre, en passant par Saint Gilles, Saint Leu et Étang Salé.

Très belle côte, très belles plages parfois très volcaniques et parfois moins. Le sable prend différentes couleurs. Le risque de requin est bien présent et visible, d’autant plus qu’il y a eu une attaque lors de notre séjour. Les baignades se limitent donc dans les quelques premiers mètres des lagons. Mais il y a de quoi faire, on s’attendait à des minuscules pataugeoires et bien au contraire les lagons sont largement assez grands ! A défaut de voir des tortues dans le lagon, nous les observons dans un refuge sur la côte.

Côte sud 
Kelonia, refuge pour tortues 

Nous visitons également le sud sauvage, en s’arrêtant à la cascade de Langevin pour un avant goût du pique nique familial et baignade dans les bassins. Nous continuons ainsi la zone Sud-est, en remontant jusqu'à « grand brûlé ». C’est ici que nous commençons à voir la présence du volcan, le Piton de la Fournaise sur l'île qui est encore en activité. Parfait pour le lien avec la leçon de Soane sur les volcans !

Sud et Est de l’île

Nous traversons ensuite l'île pour passer quelques jours au vert, dans le coeur du cirque de Salazie.

Traversée de l'île et visite de coopérative de producteurs de vanille 

Le cirque de Salazie nous accueille dans son cadre apaisant pour les « promenades » (rando, on oublie !), avec ses cascades comme le voile de la mariée et ses spécialités du « pei » : gâteau patate, gâteau manioc et ses célèbres chouchoux (les christophines).

Arrivée au cœur de Salazie. Vue sur le piton des neiges

Nous nous ressourçons donc là où la météo change plusieurs fois par jour et à très grande vitesse. Hell Bourg, Grand Ilet, Mare à citron, nous découvrons les villages créoles au cœur du cirque et les légumes et fruits lors de nos balades.

Cirque de Salazie et maisons creoles

Autre décor, nous longeons la côte pour enchaîner ensuite vers le cirque de Cilaos.

Route entre les deux cirques  

La route est spectaculaire pour arriver à Cilaos. Surnommée la route à 400 virages, on comprend vite pourquoi ! Cilaos, Bras sec, Ilet à cordes, nous profitons de quelques jours pour être au cœur de la nature et de petits villages français avec leurs spécialités qui sont ici les lentilles, le vin et le miel.

Quelques jours à Cilaos 

Et nous redescendons dans une « ti caz » à Saint Leu pour profiter du soleil, de la mer et des températures plus élevées pour le reste de notre séjour !

Arrivée à Saint Leu. On va être bien !!! 

Nous continuons donc notre séjour à la Réunion basés sur Saint Leu et alternons entre découverte de villes, de points de vue, de paysages, de marchés et de plages (à la recherche des différents gouzous tagués sur l’île !). Pour changer d'activité, nous faisons un atelier sur la coco entre filles : cuisine avec la coco et tressage de feuilles ! Nous en profitons aussi pour voir une amie d’enfance Marion, expatriée à la Réunion.

Notre quotidien sur la côte ! 

Pour les grands points de vue de paysage, nous montons au piton Maïdo tôt un matin, pour avoir une vue sur le cirque de Mafate dans lequel nous n'avons pu partir en randonnée (cheville bien trop faible…). Paysage magnifique, grandiose, même si la motivation principale pour les enfants était la descente en luge sur le retour !

Vue du cirque de Mafate / piton Maïdo 

Pour Guigui, pas de kite, donc niveau sensation, il se rabat sur un vol en parapente avec Soane (merci Père Noël) et une matinée canyoning ! Pour Soane, elle profite en plus d'un cours d’équitation, tant attendu, et cette fois, sous les cocotiers !!! Et puis elle travaille ses chorées de Zumba pour le spectacle à notre retour pendant que Maë se défoule au skate parc en trottinette !

Le sport réunionais

Ensuite, journée ensoleillée au piton de la Fournaise, dont le paysage nous ramène quelques mois en arrière, lors de la randonnée à Hawaï, sur le volcan Haléakala. Nous n'avons pas eu la chance de le voir en activité lors de notre séjour, mais le paysage était magnifique, complètement différent des cirques réunionnais. De la plaine des cafres à la plaine des sables, les décors changent au fil des kilomètres. Nous finissons notre journée à la cité du volcan pour comprendre un peu mieux son histoire ainsi que celle de la Réunion. Encore un paysage grandiose !

Le Volcan - Piton de la Fournaise  

Nous essayons de profiter un maximum des dernières semaines, car le retour approche, donc nous levons aussi le pied et sommes plutôt en mode « détente ».

Nos moments « détente » à profiter de la vie !

Et puis le dernier week end arrive. L’occasion de vivre et participer au vrai pique-nique créole dans la forêt de Bebour, au cœur de l’île. Le kiosque se « réserve » très tôt le matin, le cari de poulet est cuisiné sur place au feu de bois, et nous passons une belle journée au frais, au cœur de la vie réunionnaise !

Pique nique créole  

Ces trois semaines nous ont fait un bien fou pour un « pré retour » en France. Terre de métissage où de nombreuses cultures différentes cohabitent ensemble, "La Réunion" porte bien son nom. Nous remontons maintenant dans l'océan Indien et partons clôturer ce périple aux Seychelles, principalement sur l’île Mahé...

15

Nous voici arrivés sur l’île Mahé sous une pluie tropicale... L’eau de pluie a fait ruisseler l’eau de la montagne dans la mer : résultat le lagon est rouge/marron...

Heureusement, dès le lendemain, le turquoise est revenu, nous pouvons profiter de la beauté des couleurs de la mer. C’est parti pour une semaine de déconnexion : pas, voir très peu de téléphone, pas de devoirs puisque nous avons été plutôt assidus jusque là, donc maintenant : vacances ! Nous avons décidé d’en profiter jusqu’au bout de ce voyage et de ne pas vivre cette dernière destination comme un compte à rebours (ce qui est tentant en réfléchissant à notre retour en France). Il va falloir apprendre à s’ennuyer : pas facile, mais indispensable !

70 plages sur l’île Mahé, on a de quoi faire ! Le sable ocre devient blanc sur certaines plages, aussi fin que de la farine. L’eau est turquoise, limpide et chaude, et nous pouvons nous baigner là où le sable est fin, sans rocher, sans galet, sans corail et sans oursin ! Puis, le long des granits, ou un peu plus au large, les gros poissons multicolores sont au rendez vous. Nous les avons trouvées les plages les plus paradisiaques !!

Un assortiment de la côte, les plages, anses et baies
Beau Vallon 
Anse Launay  
Anse soleil notre préférée du voyage !

Il n’y a pas non plus que la plage, mais il y a aussi des maisons créoles dans la montagne, des petits marchés artisanaux, des cascades, le Morne Seychellois et le Morne Blanc pour la randonnée de niveau « hard » de Soane et Guillaume ! Du côté de la faune, c’est la grosse tortue de terre des Seychelles que l’on peut croiser et dans les airs, des pailles en queue et des énormes chauves-souris jusqu’à 90 cm d’envergure (présentes aussi d’ailleurs au menu de certains restaurants !).

Décor des Seychelles ! 
Rando et cascades
Quelques animaux 

Et puis on n’a pas eu que du soleil, on a aussi eu de la pluie !!!

Sous la pluie ! 

Amusant mais « sur son île », comme le dit Maë, même la plus grande avenue porte son jour de naissance, le 5 juin, date du coup d’Etat qui a entraîné l’indépendance des Seychelles ! Alors, avec ses coco fesses, Maë profite à fond avant de rentrer.

Maë sur son île ! 

Soane joue le jeu de la créole jusqu’au bout et fait un tour dans un salon de coiffure pour suivre le mouvement local !

La créole ! 

Il faut tenir le budget jusqu’au bout donc on vit « local ». Le pays n’est pas très développé et l’authenticité créole est garantie. Le poisson est vendu sur la route et le midi c’est « déjeuner-barquette » au croisement de rues. Les locaux se déplacent principalement à pied et en bus. L'île est propre : les plages sont balayées, il n’y a pas de déchets qui traînent. Et sur les plages, nous sommes au calme, il n'y a ni marchands de paréo, ni boutiques, et encore moins d’immeubles hôteliers.

La vie locale 

Nous faisons une dernière sortie bateau pour observer la beauté marine et visiter les îles les plus proches. Snorkeling, promenade sur l’île Moyenne au cœur des tortues de terre, déjeuner sur l'île au cerf, on a même pris une douche tropicale, heureusement qui n’a pas duré longtemps !

Journée en mer  

Des îles paradisiaques ... mais il y en a 115 dans cet archipel donc il reste de quoi découvrir ! C’était parfait pour clôturer ce voyage !

Bien bronzés et reposés nous sommes prêts à rentrer. Nous reprenons le chemin du retour, pour nous retrouver dans près de 24 heures, dans notre nid douillet, entourés de nos petits animaux et proche de ceux que l’on aime ! Il est temps de rentrer car encore quelques jours et on n’était pas loin d’arriver avec l’accent créole !

Prêts pour rentrer !  
16

Tous les quatre, (et sans béquille !), nous sommes rentrés à bon port pour affronter les températures bien basses ! Chaussettes, pantalons, vestes... il faut retrouver tout ça ! Accueil plus que chaleureux par la famille, les amis, on se sent bien entourés. Sensation très étrange car après quelques heures déjà, pour nous c'est comme si nous n'étions jamais partis… (ou seulement 10 jours).

Après 181 jours, nous avons réussi à accumuler 73 heures de vol en avion, 8h30 en train (pas de pub pour la sncf et ses retards importants à l’aller comme au retour), 7h30 en bus, 15h30 en bateau, 7000 km en camping car, bien plus encore en voiture et ainsi réaliser notre rêve : nous avons fait un tour du globe et, tous les quatre survolés une partie des 5 continents.

12 destinations équipés de 6 crèmes solaires (et aucun coup de soleil), 6 pommades anti inflammatoires, 15 sprays anti moustiques (dont la moitié achetés à La Réunion pour passer à travers l’épidémie de Dengue !)

De playlists en playlists sur les kilomètres enchaînés, quelques titres nous ont marqués un peu plus que d’autres : Amen Omen, Feliz Navidad, La grenade, Bohemian Rhapsody, A star is born et Always remember us this way, Palladium, Spiral et Get up stronger, Ta marinière, Superchérie, Nou ariv et Hallelujah joué par Soane au piano !

Forcément, un petit mot sur cette JAMBE CASSEE

On décide de ne voir que les bons côtés ! On a eu de la Chance !

- Que cela arrive au début du périple et me laisse le temps de profiter du voyage

- Que cela arrive en Nouvelle Zélande avec une assurance top pour les accidents sur le territoire…

- D’avoir été transférée dans la meilleure clinique avec une armée de chirurgiens spécialisés en orthopédie

- De partir ensuite pour 2 mois en camping car. C’était le moyen de profiter au maximum des pays sans trop avoir à marcher lors de ce début de convalescence plutôt pas facile !

- D’enchaîner en Australie avec des températures acceptables avec une attelle

- D’avoir très bien récupéré et d’avoir pu continuer sans complication.

Et puis à part çà , nous n’avons pas eu de grosses galères, pourtant entre les dates de vols d’avion, d’hébergement, de locations de véhicules, les décalages horaires, il y avait de quoi faire !


GET UP STRONGER. Tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort !

Nous voici plus soudés que jamais avec cette expérience partagée tous les quatre. Toujours partants pour les activités, les promenades, les visites et les baignades, les enfants ont quand même peu râlé durant ces 6 mois. Un plaisir, et heureusement car leurs querelles fraternelles étaient, elles, bien présentes ! Ils sont aujourd’hui très proche par cette expérience vécue ensemble. Les enfants nous ont impressionnés par leur capacité d’adaptation en levant la barrière de la langue. Adaptation à la nourriture, aux différents hébergements et pays, ils arrivent à voir les bons côtés avant les moins bons : parfait, pourvu que cela dure ! Soane a grandi lors de ce voyage : une vraie confiance en elle qui lui a permis de lever certaines barrières et d’aller à la rencontre des gens.


MERCI

- A chacun de nous 4 pour ce rêve commun que nous avons réussi à vivre ensemble !

- A nos parents d’avoir assuré sur ce que nous avions laissé en France : entretien de la maison, animaux, traitement du courrier et des factures qu’il fallait continuer de payer… Nous rentrons avec une maison toute propre et même avec un potager déjà planté que j’ai peur de ne pas réussir à entretenir d’ailleurs !

- A nos familles et amis qui nous ont offert des cagnottes qui nous ont permis de faire toutes ces activités, et de profiter des différents lieux visités.

- A mon frère, d’avoir assuré avec réactivité sur les captures d’écran ou modifications de photo pour pouvoir les mettre à temps sur le blog. On a hâte de voir le montage vidéo que tu nous as concocté !

- A ceux qui ont réalisé leurs rêves un peu fous aussi, avant nous, et qui nous ont ainsi fait prendre conscience que tout était réalisable.

- A mes parents, à nos familles, à nos amis qui se sont battus dignement de saletés de maladies, sans oublier ceux qui sont partis bien trop tôt… Ils nous ont ainsi, sans le savoir, mis un coup de pied aux fesses pour le réaliser ce projet, ce rêve. Il nous ont permis de prendre conscience que cela ne servait à rien d’attendre, mais qu’il était indispensable de profiter de ce que la vie nous offrait.

A vous, de nous avoir suivi, soutenu dans les moments plus ou moins faciles ! Les commentaires étaient toujours agréables à recevoir, attendus et parfois même indispensables !

Nous sommes ainsi heureux d’être rentré, d’avoir retrouvé nos proches, d’avoir récupéré nos petits animaux qui avaient plus ou moins bien vécu la séparation, et d’avoir retrouvé notre nid douillet. Les enfants ont hâte de retourner à l’école, et de retrouver leurs copains. Pour ma part, je m’occupe de ma cheville (médecin, kiné), pour voir comment retrouver une démarche un peu plus élégante et j’ai hâte de retrouver mes collègues !

Nous allons pouvoir refermer cette parenthèse, la garder bien au chaud, la protéger, la cocooner et l’entretenir pour qu’elle reste pour nous, une source de joie, d’amour, de rêve pour les futurs petits coups de blues à venir. Nous allons ainsi pouvoir reprendre notre vie là où on l’avait laissée.

Nous rentrons avec notre compte bancaire au plus bas, mais enrichis de cette expérience personnellement et humainement.

Alors à vous, allez y, foncez, quel que soit votre rêve… Nous avons fait de notre rêve une réalité et nous ne pouvons qu’encourager chacun de vous à avancer dans cette direction. Rien n’est impossible !

En relisant à nouveau les différents articles de ce beau voyage, nous refermons cette page, non sans larmes sur le clavier ! Larmes de bonheur, larmes de joie d’avoir réussi à accomplir tout cela !

Le Tour du monde des Pallardos