Carnet de voyage

Les voyageurs du dimanche : destination Bolivie !

8 étapes
20 commentaires
32 abonnés
Dernière étape postée il y a 7 heures
Passeports en poche, sacs à dos blindés, nous sommes parés à l'aventure.... À notre première aventure !!!
Du 12 février au 6 mars 2020
24 jours
Partager ce carnet de voyage
13
fév

C'est parti pour l'aventure !

6 mois ... 6 mois que nous avons les billets en poche ! Ça y est nous y voilà, le jour J est arrivé, l'excitation et l'appréhension aussi. Une première aventure s'offre à nous, pour 23 jours de randos, de paysages atypiques, d'ampoules aux pieds, d'excursions, de soleil et de pluie, bref 23 jours de folie !

• • •

Jeudi 13 février, 14h30

Dernières vérifications dans les sacs à dos, les passeports et les billets en poche, les chaussures de rando aux pieds, nous pouvons prendre la route direction l'aéroport ! C'est Fanny, ma soeur, qui nous accompagne à Paris CDG, où notre avion décolle à 20h05 direction Zurich, où nous attend notre première escale.

Sur la route direction l'aéroport ✈️
Aéroport Paris CDG 🛫

Tout allait bien, jusqu'à...

Jeudi 13 février, 20h30

Jusqu'à ce qu'on apprenne que notre vol pour Zurich est annulé. Nous voilà bloqués à Paris. Catastrophe, coup de pression, la colère et le stress montent, elles commencent bien les vacances... Par grande chance, la compagnie Swiss Air a trouvé une solution pour le soir même : nous ne faisons plus Paris-Zurich-Sao Paulo-Santa Cruz, mais Paris-Buenos Aires-Santa Cruz.... Certes nous arrivons 5h en retard par rapport à notre trajet de départ mais l'essentiel est qu'on soit sur la route des vacances ! En plus, ça fera moins d'escales ! 👍

14
fév

Buenos Aires nous accueille avec grand soleil et 24°C à 10h heure locale, ça sent déjà les vacances. On commence à se rendre compte que nous sommes de l'autre côté de l'océan, une première étape qui finalement nous met l'eau à la bouche, le stress s'est envolé, et nous commençons à y prendre du plaisir.

On se souviendra de ce "mauvais départ" comme un bon souvenir, comme une étape insolite !

Hugo prend son goûter🥤  escale de 6h, en attendant le vol direction Santa Cruz

Finalement une péripétie qui se termine bien ! En espérant qu'on arrive à Santa Cruz aujourd'hui ! 🤞

14
fév

Vendredi 14 février, 19h30 (heure locale)

Premier pas sur le sol bolivien, première bouffée d'oxygène, et nous sommes déjà dépaysés. La sensation de soulagement d'être enfin arrivés à Santa Cruz laisse très vite place à une sensation de chaleur étouffante et très humide, malgré la nuit tombée (le soleil se couche tôt même en été en Bolivie)

Ça y est nous sommes bel et bien en vacances ! Rapidement, nous sautons dans le premier "trufi" (minibus) direction le centre ville. Ici, les conducteurs sont des fous furieux, mieux vaut ne pas tenir trop à sa vie pour conduire comme un bolivien !

Puis commence notre virée nocturne, à la recherche d'un hôtel...

Hotel Magisterio, Libertad 461, Santa Cruz de la Sierra

Hôtel trouvé, nous avons même le droit à la salle de bain privative et l'eau chaude pour 280 bolivianos la nuit (37€). Aussitôt prêts et reposés, nous décidons d'aller flâner dans les rues de Santa Cruz.

Plaza  24 de septembre y Basilica Menor de San Lorenzo

Irish pub, Plaza 24 de Septiembre

Obligé d'aller boire un verre pour fêter notre arrivée, et par la même occasion la St Valentin, qui est célébrée avec beaucoup d'intérêt ici (concerts, spectacles de rue, danse, distribution de fleurs,...)

15
fév
15
fév

Samedi 15 février, 6h

Le décalage horaire se fait ressentir, nous sommes réveillés tôt, mais en forme pour attaquer la journée. Déjà en sueur à cette heure, le thermomètre affiche 27°C.

Petit déjeuner englouti, nous prenons la route à la découverte des coins les plus atypiques de la ville : la Plaza, Los Mercados, El Jardin Botanico,...

La Plaza 24 de septiembre

Le cœur de ville est certainement le plus bel endroit de Santa Cruz. Avec ses palmiers, ses centaines de pigeons, sa basilique et son animation, la Plaza est un endroit des plus agréables pour faire une pause sous l'ombre de la végétation exotique.

Plaza 24 de septiembre 

Paseo Artesanal la Recova

La ville déborde de marchés et de rues commerçantes, où vous pouvez retrouver toutes sortes de choses, des fruits et jus exotiques au outils de bricolage d'occasion, en passant par les machines à coudre et les pots de peinture. Les étalages et la foule inondent les trottoirs et les rues, parmi le bazar et la pauvreté. Mais celui qui a retenu notre attention, c'est ce petit marché artisanal, où nous retrouvons des instruments de musique, des sacs de cuir, des étoffes et autres linges en laine d'alpaga, et quelques stands de bijoux très colorés. Palmiers et hibiscus entourent les stands dans des cabanons de bois. Couleurs uniques et ambiance reposante garanties.

Paseo Artesanal la Recova 

Jardín Botánico

"Jardin" est un mot faible pour décrire l'immensité de ce parc ! 3h de ballade à travers des forêts humides de lianes, de palmiers, de cactus et de fleurs au nom imprononçable. La faune prend aussi une place importante dans ce parc : des oiseaux aux couleurs incroyables, des lézards, des criquets et fourmis géantes, des tortues qui se promènent en liberté... Hugo repart avec une déception, celle de ne pas avoir pu observer de crocodiles, à cause des pluies qui ont recouvert le sable autour du lac et qui les empêchent de venir s'y reposer.

Jardín Botánico 

Photo coup de cœur :

Vue sur le parc national de Santa Cruz, à 10m du sol

Une cabane était perchée à une dizaine de mètres. .. Je n'ai pas de mot de décrire la vue qui nous attendait là-haut, nous ne pouvons qu'admirer l'ampleur de cette forêt infinie.

Notre retour en ville se fait grâce au fameux "trufi"

Trufi en direction de Santa Cruz Centro

Repas local du jour : les salteñas

Les Salteñas sont de délicieux chaussons fourrés à la viande et aux légumes. Ceux là étaient au poulet, petits pois et pommes de terre, le tout mariné dans des épices douces.

Salteñas 

Une première journée découverte des plus dépaysantes. La beauté des paysages et la culture nous fait peu à peu oublier le climat pesant, que nous finissons par apprécier.

16
fév
16
fév
Publié le 18 février 2020

Dimanche 16 février, 7h30

À peine réveillés, nous n'avons qu'une idée en tête : prendre la route direction Samaipata.

Samaipata est un village au cœur des montagnes des Andes, connu pour sa richesse culturelle et sa nature abondante.

Carte du village de Samaipata et des sites touristiques 

Meilleur moyen d'y aller : le taxi ! Nous choisissons une agence de taxi qui a pour principe d'attendre que le taxi soit plein (6 personnes) pour prendre la route.

Les fameux taxis pour Samaipata 

20min d'attente... 30min...1h, trouvant le temps long, nous décidons de négocier et offrons un billet de 20$ en échange d'un départ immédiat. Éric, notre chauffeur, accepte sans hésiter ! Ce billet fait de nous des rois, Hugo a le droit à la place à côté d'Éric, qui va lui tenir la conversation pendant les 3h de route ! 3h qui sont passées très vite, tant le décor était à couper le souffle, entre les montagnes, les aigles, et les explications d'Éric qui nous faisait rêver.

Sur la route avec Éric 

Refugio Zoologico, Samaipata

Nous arrivons au refuge, en pleine campagne de Samaipata, à 30min du centre ville. Nous sommes accueillis par Manuella, une Suisse venue s'installer ici il y a 18ans afin d'ouvrir un refuge pour les animaux blessés ou en danger. Elle est accompagnée de son singe araignée espiègle et curieux, Chiquinha.

Entrée du refuge, où nous attend Chiquinha

Entre les perroquets, les singes en liberté, les chats des montagnes et les toucans, nous ne pouvions trouver plus paisible pour y passer la nuit.

Notre chambre et quelques occupants du refuge 

La Bella Italiana, Plaza principal

Petite pizza chez un vieux monsieur sur la Plaza principal de Samaipata, avant d'attaquer notre première randonnée, sur les traces des civilisations incas...

Bon appétit ! 

Au moment de partir, un chauffeur nous interpelle et propose de nous emmener à notre destination pour un prix raisonnable. Nous ne savions pas encore que ce chauffeur allait devenir un ami...

Nous prenons la route avec Raúl, qui pendant le trajet nous donne tous les bons plans pour nos visites du jour et à venir. Il est d'une sympathie incroyable, et est très curieux sur notre voyage et notre vie en France. Nous sentons dans ses mots un véritable amour pour son village et ses richesses.

Voici Raúl ! 

El Fuerte, Samaipata

Nous arrivons à "El Fuerte", berceau de la civilisation inca dans cette région.

Entrée du site EL Fuerte 

Un climat paisible et puissant survole le site archéologique, les vestiges et ruines des premiers temples incas nous murmurent l'histoire des ancêtres andins. La beauté et la grandeur des paysages montagneux nous donnent le frisson.

Au cœur d'El Fuerte 

Sur la route du retour, Raúl nous fait remarquer un imposant visage dans la falaise, il s'agit de "la Cara del inca", visage du dieu des incas, qui aurait été creusé par les forces de la nature.

A vous de trouver le visage du Dieu Inca... 

Il est temps pour nous de rentrer au refuge, et nous restons dans ce repos et cette tranquillité que notre découverte du jour nous a offert.

17
fév
17
fév
Publié le 18 février 2020

Lundi 17 février, 6h

Refugio Zoologico, Samaipata

Pas besoin d'attendre que le réveil sonne au refuge, Chiquinha le singe est déjà en train de gratter à notre porte, et les perroquets crient des "Holá" à tue-tête...ambiance loin de l'ordinaire !

Bonjour Chiquinha ! 

Partons prendre un petit déjeuner en ville ! Nous allons dans le café où nous devons acheter des billets de bus pour notre départ ce soir direction Sucre. Au menu : Café, thé, pain fourré au fromage, biscuit à la confiture.

Pas le courage de remonter à pied jusqu'au refuge, nous décidons d'essayer les mototaxis.

Hugo content d'avoir testé les mototaxis. 

Ici à Samaipata, c'est le moyen le plus rapide et le moins cher pour se déplacer, par contre l'état des routes de cette campagne donne à ce trajet un goût d'aventure périlleuse, surtout si on prend en compte la super conduite des boliviens !

Nous arrivons vivants au refuge, où nous attend Luisa pour une ballade a cheval à travers les sentiers de Samaipata.

Ballade à cheval, avec Spirit et Bronco

Une ballade des plus agréables, le temps est très doux, la température aux alentours des 25°C, une sérénité nous transporte.

Lundi 17 février, 13h

Comme promis, Raúl vient nous chercher au refuge afin de nous emmener sur un autre site touristique du coin. Mais avant ça, il nous conduit dans un petit restaurant afin de déguster des plats locaux. Sopa a la quinoa, costillo al jugo, accompagné de linaza (jus à la graine de lin) des assiettes énormes qui nous calent pour la journée !

Sopa de quinoa 

Las Cuevas, Samaipata

Nous arrivons à la Cuevas où la baignade nous attend ! Le site est composé de 3 cascades des plus impressionnantes, que nous rejoignons par des sentiers entourés d'arbres et de fleurs exotiques, ainsi que de nombreux papillons aux couleurs incroyables.

Las cuevas

Quel plaisir d'aller se baigner dans cette eau fraîche après ces randonnées et ces ampoules aux pieds ! La détente est absolue, le climat idéal et l'environnement paradisiaque.

Au retour au centre ville, nous ne pouvions quitter Raúl sans lui offrir un verre. Nous retournons à la Bella Italiana afin de boire una "cerveza" locale, la Paceña.

Cerveza Paceña  

Raúl nous dépose à notre point de rendez vous pour prendre notre bus direction Sucre.

Nous clôturons ces 2 jours de pur bonheur à Samaipata avec un pincement au cœur, nous étions sur un nuage, le village nous a accueilli les bras ouverts, nous repartons des souvenirs plein la tête, des paysages plein les yeux, des rencontres plein le cœur.

C'est parti pour 10h de bus direction Sucre! Un bus couchette pour 10h de route, départ prévu à 19h ! Une nuit sous un ciel aux milliers d'étoiles nous permet de rêver encore un peu de ces derniers jours passés...

C'est parti pour 10h de route ! 
18
fév
18
fév
Publié le 19 février 2020

Mardi 18 février, 5h

Nous voilà arrivés à Sucre, capitale de la Bolivie, située à 2800m d'altitude! Très vite, à la descente du bus, des personnes viennent nous accoster pour nous proposer taxi et hébergements. Ça tombe bien, nous partions à la recherche d'un nid douillet pour notre séjour ici. Première proposition, une bonne affaire ! 180 bs la nuit (24€) pour une chambre avec salle de bain privée, un taxi qui nous y emmène pour 5 bs (0.70€), la recherche fut rapide et facile, tant mieux nous sommes fatigués du trajet !

Traveler's guest house

L'auberge de jeunesse nous accueille gentiment à 5h du matin, et nous propose leur meilleure chambre, que demander de plus ! Nous décidons de réserver pour 2 nuits, afin de prendre le temps de visiter la capitale.

Notre chambre à Sucre 

Mardi 18 février, 8h30

Malgré une nuit courte, il faut se lever, la ville nous attend ! Premier réflexe : manger bien sur! Nous filons en ville pour prendre le petit déjeuner.

Café Time&Coffee

Notre ventre nous dit "pas le temps de faire des kilomètres", nous nous arrêtons à 10m (littéralement oui oui) de l'auberge !

Jugo de frutilla y canela, café americano, pan de jamon y queso, tarta de chocolate

Le ventre plein, nous sommes prêts à arpenter les rues de Sucre, à la recherche de monuments, de parcs et de musées à visiter. La ville déborde de sites historiques. Sucre, dont la devise est "la Unión es la Fuerza", est connue pour son architecture à la pierre blanche, de style colonial apporté par les espagnols.

Dans les rues de Sucre... 

Castillo de la Glorieta

Le premier lieu à attirer notre attention est le Castillo de la Glorieta. Ce château situé à la périphérie de Sucre est un monument culte de la ville. Il s'agissait de la résidence de Don Francisco Argandoña Revilla, prince de la Glorieta à Sucre au XIXème siècle. Le château est entouré de la caserne militaire, toujours en activité.

Castillo de la Glorieta 

Son architecture atypique et son jardin agréable font de ce lieu un site agréable pour une bonne ballade.

Café Time&Coffee

Nous avions tellement apprécié ce café que nous sommes retournés là bas pour un casse croûte et un jugo de frutilla, limon y menta le midi ! Un pur délice, posés en terrasse devant le parc Simon Bolivar.


Nous reprenons la ballade dans l'après-midi, ballade qui s'arrête devant un bâtiment qui attire notre attention...

Templo de San Felipe Neri

Il s'agit de la plus remarquable des églises de style néo-classique de Sucre. Sans hésiter, nous décidons d'y entrer. Une sœur nous accueille et nous propose la visite à 15 bs (2€) pour Adélaïde la gringa, 10 bs (1,30€) pour Hugo le bolivien, ehh oui en Bolivie les boliviens paient moins cher que les touristes, la sœur est tombée dans le piège cette fois !

Sur les toits de Sucre... 

Nous ne regrettons pas une seconde d'avoir passé la porte... La structure du temple, la pierre blanche, les peintures et dorures, tout nous captive.

Vue sur les montagnes, frontière entre Sucre et Potosi 

L'église nous offre une vue imprenable sur tout Sucre, la prise de hauteur nous permet d'observer les montagnes qui sépare la capitale de la ville de Potosi, prochaine étape sur notre parcours.

Joy Ride Café

Sur la route du retour, Hugo remarque un panneau :

Hugo : " oh regarde Adé, le café diffuse le match Dortmund PSG ce soir !!"

Adé : "ah mais avec le décalage horaire, la diffusion est à 16h... Ah ben il est 16h"

Hugo : "on y va ????"

Ni une, ni deux, nous voilà dans un Pub à boire des bières devant le match ! Même au bout du monde, Hugo trouve le moyen de regarder le football ! Il faut dire qu'avec la fatigue, nous avons apprécié cette pause et la bière locale !

Cerveza Potosina 

Il est bientôt 19h. Sur la route du retour vers l'auberge, de la musique nous attire dans le parc Simon Bolivar, nous passons d'abord chercher de quoi nous couvrir, il faut dire que les températures sont de moins en moins élevées à mesure qu'on avance dans notre voyage !

Nous voilà au parc, il y a un monde fou : de nombreux sportifs qui font leur footing et leurs étirements, des jeunes qui s'amusent après la sortie d'école avec des bombes d'eau, des vendeurs de toutes sortes de jus et de friandises, et des fanfares et des groupes de danseurs, qui se préparent pour le carnaval à venir, sur une musique traditionnelle entraînante ! (carnaval : affaire à suivre)

Des danseurs s'entraînant pour le carnaval 

El Marfil

Petit passage par un restaurant qui d'extérieur ne paye pas de mine, mais où nous nous sommes régalés à un prix plus qu'abordable ! Hugo prend una sopa de Pollo, pour moi ce sera una milaneza de Pollo (24 bs le tout, ce qui fait 3,20)

Sopa de Pollo y milaneza de Pollo  

L'ambiance dans les rues est telle que nous ne voulons pas rentrer à l'auberge, nous profitons encore une heure ou deux, à observer cette vie nocturne, à contempler les bâtiments éclairés qui nous entourent.

19
fév
19
fév
Publié le 20 février 2020

Mercredi 19 février, 8h30

Eh oui, pour la première fois depuis notre arrivée en Bolivie, il faut sortir les manteaux, la pluie est de sortie ! Même pas peur, cela ne nous empêche pas de nous promener dans les rues de Sucre, après avoir pris un petit déjeuner bien gourmand !

Café sifón, jugo de frutilla y canela, pan de canela, brownie y pastel de platano

Première étape du jour : aller à la gare routière chercher des billets de bus pour notre départ demain à Potosi.

Nous faisons comme les habitants de la ville, nous nous déplaçons grâce aux "micros"

"micros" 

Les Micros sont l'équivalent des Trufis de Santa Cruz, ce sont de mini bus qui traversent toute la ville, pour un tarif moindre : 1,5 bs (0, 20€) peu importe votre destination. Les chauffeurs sont beaucoup plus calmes ici, ils respectent le code de la route c'est cool, bon par contre ils roulent la porte ouverte car le principe est de monter dedans n'importe quand et descendre quand cela vous chante.

Les tickets en poche, nous faisons escale à notre prochaine étape.

MUSEF : Museo Etnografia y Folklore

Petit musée sympathique qui retrace l'histoire de la Bolivie de l'époque des Incas à aujourd'hui, en passant par la guerre d'indépendance. L'exposition est surtout religieuse et culturelle, nous y trouvons des représentations du Christ, des bijoux Incas, des tenues traditionnelles et des "Illas" ou des "Ekekos", petites figurines presque caricaturales.

En sortant du musée, sur la Plaza 25 de Mayo, nous croisons un attroupement d'enfants et de musiciens. Il s'agit du carnaval enfantin de Sucre ! Obligé d'y jeter un œil, tant l'ambiance juvénile nous faisait envie !

Carnaval enfantin de Sucre 

Puis nous décidons de monter à la Recoleta, une place sur les hauteurs de Sucre.

La Recoleta

Cette place au sommet nous offre une vue incroyable sur toute la ville, y compris sur les montagnes aux alentours. Elle est ornée d'une basilique blanche, d'une fontaine, d'un marché et d'un café à la terrasse très agréable.

La Recoleta 

Ça y est, midi sonne, le soleil pointe le bout de son nez et la pluie disparaît ! Une douce chaleur nous donne plus d'entrain pour nous emmener à notre prochaine étape !

El Mercado Central

Los Mercados sont comme indispensables aux boliviens, vous ne pouvez visiter une ville sans tomber sur leurs marchés aux multiples stands, débordant de marchandises de toute sorte : fruits et légumes, viandes, mais aussi gélatines, salteñas, épices, matés, jus de fruits, sacs à main, paniers et j'en passe !

El Mercado Central, le marché aux mille couleurs

El Mercado Central propose à l'étage de la "comida rapida" et des plats nationaux. La soupe de poulet et le chorizo nous appellent, l'heure du déjeuner a sonné !

Sopa de Pollo y chorizo con arroz y ensaladas

Bon appétit ! 

En forme pour attaquer l'après-midi, nous marchons quelques kilomètres pour rejoindre le quartier sportif de la capitale.

El estadio Olimpico Patria de Sucre

Le stade de Sucre n'est pas le plus beau c'est vrai, mais il en reste un lieu culte de la ville.

Estadio olimpico 

Malheureusement, le stade est fermé au public et aucune visite n'est organisée. Heureusement, un événement va mettre Hugo de bonne humeur : l'entraînement de football d'un groupe d'enfants aux abords du stade. Admiratif et concentré !

Hugo nostalgique de ses années d'entraînement au football

L'heure du goûter approche, nous nous rappelons le café de la Recoleta, qui nous faisait envie avec sa terrasse. Nous y retournons donc, mais cette fois en taxi, hors de question de remonter cette route en pente interminable jusque là-haut !

En terrasse à la Recoleta 

Aucun regret de revenir sur nos pas. Cette fois, la place est ensoleillée et nous offre un nouveau regard sur sa basilique !

La Recoleta ensoleillée

Après deux bonnes heures à profiter du soleil en terrasse, il est temps pour nous de redescendre de notre petit nuage, et de retourner à l'auberge. Ce soir la température ne se rafraîchit pas... Normal, l'orage nous guette et s'approche peu à peu de nous...

L'orage approche... 

Notre dernière étape de la journée sera celle du dîner !

El Pueblo Chico

Nous entrons dans ce bar-restaurant un peu par hasard, et quel surprise de voir sur la carte.... Du lama!!!

Charquekan :

Il s'agit d'un plat composé de lama effiloché et séché, de pommes de terre, de maïs soufflé, de fromage et d'un œuf dur.

Charquekan

Agréable surprise ! Le lama est une viande assez forte en goût mais c'est très bon, par contre les assiettes boliviennes vous calent l'estomac pour plusieurs jours.

Retour à l'auberge pour une bonne nuit de sommeil.

C'est ainsi que se clôture notre séjour à Sucre, Potosi nous attend demain ! Nous nous endormons sous une lourde nuit, les grondements du tonnerre au loin.