Carnet de voyage

Bali

Par
Par OsiAl
Première étape de notre tour du monde
Du 30 mai au 15 juin 2017
17 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Presque 20h de voyage plus tard, nous voilà enfin arrivés à la première destination de notre tour du monde : Bali. Nous rejoignons à pieds, sacs sur le dos, notre petit hôtel de Kuta caché dans une ruelle de la ville. Je vous passe la sortie de l'aéroport, l'esquive des conducteurs de taxis tenaces et la longue marche déboussolée pour trouver la bonne direction à prendre. La moiteur ambiante est écrasante, nous contournons les trottoirs défoncés, les nombreux chiens errants (dont nous ne chercherons pas à tester le capital affectif de tout notre séjour) et les offrandes omniprésentes qui jonchent le sol. Une fois nos affaires posées à l'hôtel, nous ressortons pour dîner. La rue principale à deux pas nous fera la soirée. Le lieu fourmille de restaurants, d'échoppes et de touristes. Notre premier nasi goreng (riz frit) englouti et nous rentrons bien vite rattraper nos heures de sommeil perdues en vol.


Des fleurs, du riz, des bananes, des bonbons et même du café... Les offrandes à Bali sont partout et plutôt très variées.
Pisang goreng (= banane frite) servie avec du fromage (si, si), du chocolat ou les deux. On n'est resté soft, chocolat !

Nous décidons pour notre première visite de faire un tour à la plage de Jimbaran, réputée être l'une des plus belle de l'île. Immense, au matin elle est également déserte. Mais Jimbaran a deux visages. La plage se métamorphose étonnamment au soleil couchant : les restaurants sortent leurs tables, l'odeur de barbecue se répand, les touristes (chinois essentiellement) déferlent en masse sur le sable caméras au poing, les jeunes mariés sont en séance photos, les futurs mariés se font désirer devant l'autel, les vendeurs ambulants proposent lunettes, sarong et balades à cheval. Il est temps pour nous de quitter cette effervescence.

Le calme avant l'effervescence 
Quand je serai grand, je serai pêcheur comme papa ! 
Les mariés insulaires 
2
Tanah Lot 

Sur une même journée, nous avons visité le temple Taman Ayun, l'un des nombreux temples hindouistes, et passé la soirée à Tanah Lot pour le coucher du soleil. Entouré par l'océan, d'impressionnantes vagues s'y jettent. Nos chaussures s'en souviennent encore ! Dans les ruelles aux abords du temple, nous faisons connaissance avec une énorme chauve-souris, de vifs et colorés petits oiseaux en cage et des civettes paresseuses.

Taman Ayun  
A la sortie du temple Taman Ayun, c'est jour de pêche.
D'étonnantes rencontres à Tanah Lot
Dans les ruelles, les femmes s'activent
Les pèlerins de Tanah Lot  
L'homme face à la mer 
Tanah Lot au soleil couchant 
En s'éloignant du temple... 

Notre guesthouse agencée avec beaucoup de goût est un véritable havre de paix, une parenthèse au tumulte citadin. Niché aux milieux des rizières (que nous traverserons malgré nous la nuit tombée, priant pour ne croiser ni serpent ni toute autre sorte d'animaux. Les crapauds déjà c'était limite !), cet endroit appelle au calme et à la douceur de vivre. Nous profitons de notre (trop) court séjour. Nos hôtes nous cuisinent des plats auxquels il est difficile de résister. Nous sommes sous le charme.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Récolté dans les excréments des civettes asiatiques, le "kopi Luwak" (café de civette) est le plus cher au monde.