Carnet de voyage

Sur les chemins de la Panaméricaine

4 étapes
3 commentaires
27 abonnés
Dernière étape postée il y a 1 jour
Nous sommes Océane et Clément, deux bretons de 24ans qui partons le 28 décembre pour un an de voyage transatlantique. Nous arrivons au Chili et avons pour objectif d'atteindre les terres canadiennes.
Décembre 2018
365 jours
Partager ce carnet de voyage
28
déc
28
déc

Après de nombreux mois d'attente, des questions, des doutes et considérations en tout genre, nous voilà fixés : nous partons découvrir les terres américaines, du Chili au Canada à la fin du mois de décembre 2018.

Après avoir profité des délices à la française que nous allions quitter pour de nombreux mois, de nos familles et amis, voilà que le 28 décembre a pointé le bout de son nez. Il est temps de se lancer dans ce projet fou qui nous attend : en route pour l'Amérique !

Publié le 5 janvier 2019

Après un train, deux avions, deux bus et un catamaran, nous voilà arrivés en terres patagoniennes, la première étape de notre voyage.

C'est accompagnés d'un petit bout de la famille que nous commençons ce périple. Nous arpenterons ensemble le circuit du trek W du Parc national Torres del Paine pendant 5 jours.

Ce parc, situé dans la province appelée "Ultima Esperanza" - "Dernier espoir", prend place dans ce qui semble être le bout du bout du monde : une étendue de nature sur des centaines de milliers d'hectares, des formations géologiques jusqu'alors inconnues, une faune et une flore sans pareil...

Nous voilà équipés pour randonner pendant ces 5 jours : tentes, polaires et chaussures de rando, nourriture déshydratée sur le dos, Torres del Paine, nous voilà !

Publié le 12 janvier 2019

Nous voilà revenus de Torres del Paine depuis maintenant une semaine. C'est depuis Los Antiguos que nous retrouvons l'accès à la wifi et un petit temps de calme pour vous conter nos aventures, tout en sirotant une cervecita et un smoothie à la cerise - liquora de cereza (ceci aura un intérêt de contextualisation, vous comprendrez).

Nous sommes rentrés le 4 janvier à Punta arenas. Fatigués et, un peu indécis quant à la suite/au commencement - eh oui...ça paraît simple mais les horizons étant tous ouverts, où aller, vers quoi se tourner ? Nous avons donc pris un peu de temps pour nous poser les bonnes questions et dessiner quelque peu la suite de l'itinéraire : contacts pris avec des Workaway, et retrouvailles programmées avec Pierre et Joanna, des amis de Paris rencontrés aux Grands Voisins - le monde est tout petit.


Nous qui n'avions pas prévu d'aller en Argentine, voilà nos plans qui prennent une nouvelle tournure : 1) pour remonter plus au Nord du Chili, il nous est beaucoup plus facile de passer par la route argentine 2) Pierre et Joanna sont actuellement dans la petite ville d'El Calafate, Argentine.

Direction la frontière ! Après une petite heure d'attente, un jeune travailleur chilien nous dépose tout près de la frontière - après avoir roulé pendant 2h à une moyenne de 140 km/h-, et nous finissons la route sur quelques kilomètres avec un couple. 2 postes frontière à passer : RAS, tout est sous contrôle, nous voici passés du Chili en Argentine, avec un nouveau tampon sur notre passeport. Depuis la frontière, c'est Doro qui nous emmène à bord de son colectivo jusqu'à la prochaine ville, Rio Turbio, petite ville dans laquelle il habite. Nous goûtons à l'accent argentin, qui finalement nous est plus compréhensible que l'accent chilien (attention, à ne pas trop répéter car très rapidement on réalise les hostilités qui existent entre ces pays voisins, et ce notamment depuis la guerre des Malouines - petite parenthèse historique : guerre entre l'Argentine et le Royaume Uni pour les îles de Malouines, où le Chili est venu en aide....au Royaume Uni). Nous sommes dimanche et Doro nous prévient que selon lui, le stop ne va pas être une mince affaire, et qu'ainsi nous avons amplement le temps de venir rencontrer ses perroquets et boire un Mate chez lui. Après plus d'une heure d'échange, tant sur la vie en Argentine, l'activité économique de la ville qui repose sur une mine de charbon, notre voyage, en passant par los chalecos amarillos - les gilets jaunes - qui passent en fond sonore à la télé argentine, voilà l'heure de repartir à l'assaut des quelques voitures vigoureuses prenant la route un dimanche après-midi. C'est le début d'une longue attente, d'autant plus que nous rejoignons un couple de chiliens déjà en place attendant depuis 2heures une voiture. Quelques timides voitures et puis le couple est pris en stop. Démarre alors notre attente....dans le grand vent frais patagonien, mais nous avons tout le loisir d'observer les installations de la mine de charbon dans laquelle travaille Doro et presque tous les hommes de la ville et ses alentours. C'est 3h30 plus tard que nous prennent en stop un couple argentin. A peine montés à bord qu'ils nous proposent déjà de boire du Mate - début d'une longue dégustation qui durera tout le trajet et de la découverte pour nous de l'univers du Mate pour les argentins : leur consommation, le matériel qu'ils transportent partout, surtout en voiture. C'est 2h plus tard que nous arrivons à la Esperanza. Il nous reste encore 163km avant d'atteindre El Calafate. Peu de voitures, mais finalement Rodrigo s'arrête et nous emmène dans son 4x4 à plus de 140 km/h direction la ville, sur des airs de folklore argentins, tout en évitant les guanacos sur le bord de la route.

C'est aux environs de 21h30 que nous sommes arrivés à El Calafate, petit village aux allures de station de ski. Nous trouvons une auberge, prenons une bonne douche chaude, planifions les jours à venir et nous couchons avec plaisir dans nos lits superposés... 😀

Nous sommes donc dimanche soir : lundi nous visiterons El Calafate et irons jusqu'au magnifique Lago Argentino, mardi nous irons jusqu'au Parque de los Glacieres, admirer l'énorme glacier du Perito Moreno et mercredi nous passerons la journée avec Pierre et Joanna, avant de repartir jeudi direction notre Workaway côté chilien.

Les récits à venir vont être la preuve que : le monde est petit ? Toutes les routes mènent à...l'Amérique du Sud ? Les chemins sont déjà tracés pour les jeunes voyageurs ? Le karma existe bel et bien ?

Nous avons donc passé 3 jours à El Calafate. Après une grasse mat' méritée, un petit déj' à base d'avocat et de "fromage" (aïe aïe aïe le manque se fait déjà ressentir tant tout ici ressemble pour le moment à de la Vache qui rit), c'est couverts de crème solaire mais tout aussi bien parés de nos doudounes et écharpes (et oui, la météo en Patagonie nous est quelque peu familière : les 4 saisons de l'année dans la même journée) que nous allons à la découverte du village, puis de ce gigantesque lac que nous avons longuement longé la veille : el Lago Argentino et ses lagunes. Longue balade baignée de soleil et bercée par le vent, nous sommes escortés tout au long du chemin par la faune locale : des oiseaux inconnus à notre répertoire, des chiens (pour le plus grand bonheur d'Océane), et à notre grande surprise, par plusieurs bans de flamands roses.

Le lendemain, à l'aube (ceux qui nous connaissent sauront ce que "tôt" signifie pour nous), nous prenons la route du Parc des Glaciers, afin d'aller admirer le célèbre Perito Moreno. Après un petit peu d'attente et des conseils avisés des locaux quant à notre emplacement de stop, nous montons à bord de la voiture de Marcello et Lorena, deux argentins de la région de Buenos Aires. Quelques arrêts photo puis nous arrivons face à la bête : 70 mètres de haut, 5 km de large, le plus grand champ de glace de l'hémisphère sud (excepté l'Antarctique bien sûr) ... du jamais vu pour nous !

Alors qu'on franchit une nouvelle passerelle, face à nous, hors des sentiers battus traverse un groupe de gens. Alors que c'est stipulé partout qu'il ne faut pas franchir les barrières, ce groupe de jeunes, français bien sûr sortent des sous-bois en s'esclaffant... Alors qu'on grogne dans notre barbe contre l'impolitesse à la française, l'un d'eux se retourne et là, là...... SURPRISE !! Ce sont des copains de Dol de Bretagne de Clément !!!! Nous voilà tous, une bande de joyeux lurons contents de se retrouver/rencontrer à l'autre bout du monde (autre petite anecdote : alors qu'il y a une montagne d'auberges de jeunesse à El Calafate, ils sont installés dans celle à laquelle appartient notre camping). Pour la suite de la balade, on se sépare pour mieux se retrouver autour d'une cerveza Calafate le soir même. On continue donc de notre côté à en prendre plein la vue, guettant à tous les recoins les morceaux de glace qui se fissurent, imitant le bruit puissant du tonnerre, puis malgré quelques loupés, les morceaux qui finissent par tomber dans l'eau. Après plusieurs heures de découverte, on se remet en place pour faire du stop (tout en apercevant un renard...pas du tout peureux car les gardes du parc le nourrissent), quand retentissent deux coups de klaxon : nos conducteurs de l'allée nous font signe de monter à bord de leur bolide pour la route du retour. 😀

Le soir nous retrouvons donc les copains dolois dans leur palace avant d'aller festoyer dans un bar local : la cantina. A la fermeture du bar, on rencontre les jeunes du coin qui nous invitent à une fin de soirée chez l'un d'entre eux. C'est avec la lumière du jour, aux alentours de 5h30 que nous quittons tout ce petit monde pour aller dormir dans notre tente.

Le lendemain, et dernier jour pour nous à El Calafate, c'est le jour des retrouvailles avec Pierre et Johanna. On profite toute la journée du soleil en terrasse, se laissant avoir par le manque de crêpes bretonnes :

C'est donc pleine de rencontres que fût notre aventure à El Calafate. L'objectif pour la suite est d'aller rejoindre la frontière avec le Chili, à Los Antiguos.

Votre circuit individuel aux États-Unis, personnalisable et abordable

Circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires