Carnet de voyage

Argentine 2019

3 étapes
8 commentaires
3 abonnés
Dernière étape postée il y a 5 jours
Janvier 2019
30 semaines
Partager ce carnet de voyage
Publié le 1er janvier 2019

Avant de partir je regarde le taux de change. 1€ = 42$ARS.

1. Genève

Je suis partie la 4 janvier 2019 de Genève. Je suis arrivé à 6h du matin à l'aéroport pour la fermeture des portes à 6h50. Il y avait un monde fou à l'aéroport, j'ai demandé aux personnes dans la file d'attente pour la sécurité si je pouvais passer devant eux sinon je louais mon avion. Presque tous on accepté.

Finalement j'ai eu mon avion sans encombre.


2. Madrid

Je suis arrivé à Madrid sans encombre avec 10min d'avance sur l'heure prévu.


Je me change pour enfiler un tee-shirts. En effet je passe d'un -6° chez moi à 25°c à Madrid, j'attrape très vite chaud.


Avant d'aller plus loin, il faut que je précise que je n'ai pas pris un vol avec escale (ils transfert automatiquement les bagages d' un avion a l'autre) mais j'ai pris deux vols.

Un de Genève à Madrid (arrivée à 9h20) via easy jet.

Un deuxième billet de Madrid à Buenos Aires (fermeture des portes a 11h50) via iberia.


Du coup, j'arrive à Madrid et je regarde le tableau des départ. Je vois un vol à Buenos Aires à 12h. J'attends 1h dans l'aéroport le temps qu'il annonce la porte ou il faut attendre.

En attendant je me rend compte que j'ai oublié mes écouteurs. Du coup je fais les magasin pour en chercher et je trouve une paire d'écouteur à 13€ (les moins chers). Ils sont affreusement chers mais je décide de les acheter car 12h de vol sans écouteurs ça allait être affreux.


Je décide aussi de regarder pour changer des euro en ARS. Le taux est à 1€=34$ARS. Je me fais avoir de 10 pesos par euro échanger. C'est énorme. Je décide donc de tenter le change une fois arrivé à l'aéroport en Argentine.


1h plus tard ils annonce la porte et je m'y rend aussi tôt. J'attends encore le temps qu'il ouvre les portes.

A l'ouverture des portes je fais la queu et présente mon billet. La, le personnel me regarde et m'annonce que ce n'est pas la compagnie iberia mais la compagnie national d'Argentine. Je n'attendais pas au bonne endroit.

À ce moment précis il reste 30/40min avant la fermeture des portes de mon vol.

Je les ai détesté, rien n'indiquai le nom de la compagnie, tout me laissais croire que j'attendais au bonne endroit.


Bref je cours au point d'information, ils m'indique que je suis dans le terminal numéro 1 et qu'il faut que je me rende au terminal 4s. Ils appel une navette qui viens me chercher.

Je cours passer le point de sécurité et je cours jusqu'à mon avion. J'arrive à l'avoir.


Dans l'avion, comme c'est un vol long (mon premier), le repas et la boisson est servi, et les écouteur fourni....


3. Buenos Aires


Je suis arrivé vers 1h du matin le lendemain.

Le taux de change est au taux du marché. J'ai donc bien fait de ne pas faire le change à Madrid.


Je réserve un ubert pour me rendre à mon auberge de jeunesse.

On se donne rdv sur un parking et 30min plus tard toujours personne. Le ubert viens de me poser un lapin.

En l'attendant je me suis rendu compte que je m'étais trompé de jour pour la réservation de l'auberge de jeunesse. J'avais réserver pour la veille (jeudi 3 janvier).

En panique j'appelle un ami qui vis en Argentine et il appel l'auberge de jeunesse pour voir si il reste une place pour se soir, au final ils sont complet.

Heureusement que le uber m'a poser un lapin, sinon j'aurais payé pour rien et je me serais retrouvé au milieu de nulle part.


Du coup, vu l'heure tardive mon ami me réserve une auberge de jeunesse dans un quartier sûr de buenos aires. Je paye mon lit 550 pesos contre 250 dans d'autres auberges.

Je réserve un autre uber et je me rend à l'auberge. Il fait chaud, très chaud. Même à 1h du matin (heure locale). Le standard de qualité n'est pas du tout le même qu'en Europe. Mais bon j'imagine que je vais m'habituer.


Du coup je décide d'aller manger un bout dehors avant d'allé dodo.

En effet, il est 5h du mat (heure française), ça fais 24h que je suis debout et je suis très fatigué. Ma journée se termine ici.

2
2
Publié le 7 janvier 2019


Dans mon précédent billet je parlais d'une auberge qui n'avais pas les mêmes standards de qualité qu'en Europe. C'est plutôt que je suis tombé sur une auberge ultra miteuse. C'est une auberge tenu par indien, je vous laisse imaginé l'hygiène...


En tous cas pour le même prix, j'ai logé dans une autre auberge situé dans le quartier de la Recoleta. Celle ci est beaucoup beaucoup mieux. Il y avait la climatisation, ce qui est génial pour dormir. D'ailleurs je me suis même fait avoir et je suis tombé malade dès la première nuit...


Je visite le quartier de la Recoleta à pied. C'est un quartier sûr et plutôt calme de Buenos Aires. Les rues sont tellement immense que je marche entre 15 et 30 km par jour.


Buenos Aires est ville plutôt récente. Les routes sont quadrillé, comme à New York.


Les voies routière font jusqu'à 6 voies de large, avec de large trottoirs. Il y a même des voie cyclable séparé par un terre plein.


Du coup le centre ville est très peut en gorgé, la circulation est plutôt fluide.


Je flâne dans les rues et magasin car sa m'occupe un peu ça me permet de me familiarisé avec le vocabulaire espagnol : entrée / sortie, pousser / tirer, vin, etc..

Je compare aussi les prix. Par exemple la moins chère des bouteilles d'eau coûte 2 fois plus chers qu'une bouteille de Sprite.


Même avec le ciel couvert de nuage j'ai réussis à attraper un coup de soleil...


J'ai donc passé 2 jours à visiter le quartier de la Recoleta, à côté du cimetière il y a plusieurs parc.


Ci dessous une photo que je trouve très belle. Les branches de cette arbre tombent et pour soutenir les branches ils ont mis une statue d'atlas. Le dieu grec qui porte la terre sur ses épaules. Au lieux de porter la terre il porte l'arbre. Je trouvais le clin d'œil super sympa.

Atlas

Juste a côté il y a une petite côte ou les gens se posent et profite de la journée.

Sur la photo ci dessous il y a un guitariste. Mais le soir même il y avait un spectacle de marionette en pleine aire, le jour d'après un mec qui faisais du violon.

Sur le côté de la photo on peut voir des stand. C'est une sorte de marché géant en plein air. Bref l'endroit est vraiment sympa

Par contre c'est vraiment très difficile de s'intégrer. Mise à part à l'auberge, je ne parle avec personne.

Les gens ne parlent pas anglais. Du coup c'est très dur de rencontrer des personnes car il m'est impossible de communiquer avec eux.


Du coup je ne parle que anglais à l'auberge, et c'est pas ça qui va me sortir de ma situation.


Du coup j'ai décidé de visiter un autre quartier et j'ai pris des cours d'espagnol.


La suite au prochain épisode

3
3
Publié le 11 janvier 2019



Je vais prendre une petite heure pour vous donner des nouvelles.


Ces derniers temps je m'amuse beaucoup, le temps passe extrêmement vite. Entre mes cours, les séances de sport dans les parcs et les bar, il ne me reste que très peu de temps libre.


Il y a 3/4 jours je vous parlais du quartier Recoleta, maintenant je me suis installé dans une auberge à palermo. Palermo est un quartier si immense qu'il est divisé en 4 sous quartier.


Il y a pas à dire, Palermo est vraiment vraiment agréable à vivre.


Il y a trois jours j'ai rencontrer un français qui vis à Buenos Aires depuis 5 ans. Il est venu pour vivre du foot. Il est entraîneur et a monter sont club amateur.

Ici en Argentine, c'est les vacances d'été. Du coup tous les club sportif sont fermé. Du coup, pour combler le manque il organise des séances de sport en plein air, 2 fois par semaine.

Je lui ai dit que j'étais nouveau à Buenos Aires et que j'avais du mal à rencontrer des gens, trouver une collocation, etc...


Du coup il m'a filé plein de conseil et depuis tous s'accélère pour moi.


J'ai rencontrer des français en auberge de jeunesse qui finissait leur trip, ils m'ont donné plein de conseilles. Le mec étais infirmier et du coup il m'a filé ça trousse médicale avec plein de médicaments pour toutes sortes de situations. Il a été très généreux, ça fais plaisir.


En tous cas, aujourd'hui je vais visiter une collocation pour 20 jours, si elle me plaît je la prend.


J'ai décidé de bouger de BA au premier février pour commencer à découvrir le pays pendant que c'est encore la bonne période.


Du coup il me reste 20j pour apprendre l'espagnol.


On m'as demander pour la nourriture la bas, enfaite je mange très très peu au restaurant. Je préfère consacré mon budget au cours d'espagnol. J'aurais le temps d'allé au restaurant plus tard.


D'ailleurs en parlant de ça, je suis toujours dans la même situation, je parle anglais toutes la journée, impossible de parler espagnol. J'ai grave récupéré mon niveau d'anglais d'autre fois. Quand je marche dans la rue je pense en anglais, mon cerveau a switcher à l'anglais. Du coup ça va pas du tout. C'est pour ça que je consacre toute mon énergie à la recherche d'une collocation.


Par contre les cours d'espagnol commencent à porter leurs fruits. Je ne sais toujours pas parler, mais je suis capable de demander mon chemin aux gens et de comprendre leur réponse, c'est déjà pas mal. Mais il me reste encore tellement de chemin à parcourir...


J'ai commencer à rencontrer des sud américains quelques argentins mais aussi beaucoup de Venezuelien. C'est super sympa d'apprendre leur culture.

Je ferais un billet à se sujet.


En tout cas, au Venezuela, la situation est telle qu'en travaillant un mois entier, avec se salaire, tu peux à peine acheter 30 œuf. Et c'est de pire en pire chaque jours. C'est pour ça qu'il y a beaucoup de Venezuelien à BA. Un Venezuelien m'as dit que pour eux BA c'était le paradis. Les argentins me disent qu'en se moment la situation est catastrophique...


D'ailleurs en parlant d'Argentin, j'ai rencontrer un architecte Argentin qui a vécu 3 ans à Paris. Il m'as dit que je ressemblais à un argentin, physiquement je veux dire. Et tous le monde a la table était d'accord. Ils ont pas su me dire pourquoi, mais ça faisais l'unanimité. Peut-être le collier ?

Par contre on m'as dit que mon style vestimentaire étais pas du tout celui d'un argentin.



Pour la prochaine photo il faut que je vous parle de La Difunta Correa :


La Difunta Correa est vénérée surtout en Argentine et au Chili. En 1840, le mari de Deolinda Correa est engagé de force pendant la guerre civile en Argentine. Correa décide de suivre le bataillon de son mari avec son fils qu’elle allaite, mais une fois arrivée dans la province de San Juan, Correa s’épuise et meurt de malnutrition et de déshydratation. Un groupe de soldat trouva son corps sur la route quelques jours après sa mort, et son enfant encore vivant continuait de s’allaiter sur son sein. Les soldats enterrèrent la mère et firent connaître l’histoire qui, vue comme un miracle, mena à la construction de plusieurs sanctuaires prêt du lieu de sa mort et de son enterrement, à Vallecito. Jusqu’à un million de personnes font un pèlerinage chaque année vers son sanctuaire dans l’espoir d’un miracle, en lui faisant des offrandes et des prières, notamment en apportant de l’eau pour étancher sa soif.


Voici une photo d'un arbre de Noël que j'ai pris de nuit, il y a 2 jours


C'est une pataugeoire, avec un sapin de Noël au milieu et des milliers de bouteilles d'eau en offrande

Voyagez en circuit individuel, personnalisé et abordable

Plus de 50 circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation facile en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires