Carnet de voyage

Balade en Alaska, au Canada et en Indochine

71 étapes
157 commentaires
33 abonnés
Dernière étape postée il y a 1 jour
2 mois en Alaska, Yukon et rocheuses, alliant camping et croisière, suivis d’une traversée d’ouest en est du Canada avant de nous envoler pour 2 mois plus relax en Indochine finir la balade de 2020.
Du 18 août au 19 décembre 2022
124 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 15 août 2022

Jeudi 18/08/2022

13h30, L’heure du départ est arrivée et Heinz nous conduit à Agen prendre le flixbus pour Toulouse , merci Heinz.

Ce matin Frédérique nous a invité à un pot d’au revoir à Lou Veratous, ce qui nous a permis de nous détendre, excellente initiative Frédérique.

Le car nous dépose à la gare routière d’ où nous prenons la navette pour l’aéroport.Nous sommes surpris car l’aéroport est quasiment désert, les restaurants presque tous fermés, nous sommes au mois d’août et je pensais trouver une foule de voyageurs , nous verrons bien demain si les avions sont complets. En attendant , nous allons être heureux de dormir dans un vrai lit, car ce ne sera plus le cas pendant plusieurs semaines!alors profitons!!!!!

2

Vendredi 19/08/2022

Ce matin départ de l’hôtel à 7 heures 40, Dominique voulant être sûr de ne pas manquer l’avion.

Nous sommes donc sur place à l’ouverture de l’enregistrement et là, on nous demande notre dossier « arriveCAN »,je ressors ce dernier qui s’avère périmé, panique à bord, nous nous voyons déjà rater notre avion. Comme tout dossier administratif,il nous faut des tas de justificatifs mais en allant pêcher dans différents dossiers enregistrés sur mon IPhone, je réussis à remplir correctement les 3 volets de nos 2 « arriveCAN »

Ouf nous voilà enregistrés avec encore plus d’une heure à attendre, mais nous avons bien cru que notre beau voyage se terminait à Blagnac, un peu trop vite à notre goût.

Nous atterrissons à Francfort, après quelques minutes on nous annonce que la passerelle n’arrivera que dans 5 minutes,et 5 minutes plus tard, nouvelle annonce, la passerelle a un problème, nous devons attendre une nouvelle passerelle qui arrive 20 minutes plus tard. La porte s’ouvre et nous pouvons enfin descendre de l’avion afin de monter dans celui qui nous amène à Vancouver.Après avoir parcouru d’interminables couloirs et passé avec succès tous les contrôles nous sommes installés pour 10 heures de vol dans un B747.

Après une longue attente sans aucune

explication nous décollons avec 1 h 17 de retard, il nous reste à espérer que le pilote rattrape le retard car nous avons peu de temps pour récupérer la voiture de location.

Notre avion volant vers l’ouest et parcourant un peu plus d’un fuseau horaire nous faisons tout le parcours en milieu d’après-midi en avons toujours soleil et chaleur en arrivant.

Nous prenons possession de la voiture et voulons retirer des dollars canadiens mais la banque,alors que nous lui avions signalé notre voyage, a bloqué nos cartes, et pour les débloquer il nous faut le wifi, évidemment difficile à trouver, donc,pas d’argent signifie pas de courses,pas de camping, nous sommes debout depuis 25 heures, enfin tout pour plaire comme on dit.

Nous prenons un petit chemin forestier et nous dormons dans la voiture sans avoir dîné,mais la fatigue l’emporte et être allongés est notre priorité

3
  • Samedi 20/08/2022


Avec le décalage horaire nous sommes réveillés de bonne heure et nous prenons la route à 6 heures

Nous trouvons enfin un Macdonald qui a un wifi non sécurisé et pouvons débloquer nos cartes bancaires. Les distributeurs étant ici dans les épiceries,nous devons attendre l’ouverture et nous voilà riches, nous avons des dollars canadiens dans le porte-monnaie !

Évidemment nous nous précipitons chez monsieur Macdonald pour avaler un délicieux et copieux petit déjeuner.

Bien rassasiés nous reprenons la route.

Le paysage en montant vers le nord de la Colombie britannique est vraiment joli, des montagnes couvertes de conifères au sommet desquelles nous voyons des plaques de neige et à leur pied d’immenses lacs.


Oh! Surprise,un ours traverse tranquillement la route devant nous, nous espérions bien en voir au cours de notre voyage mais pas dès le premier jour.

Ces ours n’ont pas traversé !!!!                                                          Un gendarme couché au Canada 

Les gens , en dehors de Vancouver, vivent principalement dans des chalets en clins ou en caravanes .

Les canadiens sont très respectueux des limitations de vitesse et de plus ceux qui tracent les lignes oublient souvent de lever le pinceau car nous parcourons de grandes distances avec une double ligne continue sans interruptions

4

Dimanche 21/08/2022


Toujours matinaux, nous continuons notre route vers le nord

Le paysage est un peu répétitif, forêts de conifères et lacs sur fond de montagnes aux sommets plus ou moins blancs, le tout sous un ciel d’un bleu limpide parsemé de petits nuages blancs en suspension. Au fait je ne vous ai pas parlé de la température, la chaleur est intense, hier nous avons attend 95 degrés, ne vous effrayez pas,nous n’étions pas proche du point d’ébullition, ici les températures sont en degrés Fahrenheit !

Les véhicules les plus rencontrés sont différents de ceux vus en France: énormément de pickups, d’énormes caravanes, de gros 4X4, quand aux motos, toujours des Harleys.

Tout au long de la route des panneaux demandant d’être prudent car il y a de fortes chances de se trouver nez à nez avec des animaux sauvages. Il y a en moyenne 6 collisions par heure au Canada entre véhicules et ours, orignaux ou Caribous .

Quelques paysages.                                                                                         Panneau routier 

Nous n’avons pas vu la moindre aire de pique-nique avec tables, mais toutes les aires de repos ont des toilettes sèches.

Nous nous arrêtons à Chetwind admirer toutes les sculptures en bois exposées tout le long du village,la finesse du travail est admirable..

Ce soir nous dormons à Fort St John dans un camping rustique mais où chaque emplacement est un petit paradis de verdure, comprenant table et bancs en bois et un barbecue. Le camping a des toilettes sèches,une pompe d’eau froide et une poubelle.

C’est à Fort St John que démarre la route de l’Alaska que nous prendrons demain matin.

5
5
Publié le 24 août 2022


Lundi 22/08/2022

Après une bonne nuit il est à peine 6 heures quand nous reprenons la route.

Nous roulons depuis un petit moment sur la route de l’Alaska,lorsque nous voyons un panneau lumineux : attention bison sur l’autoroute, sans précision du lieu, aussi nous ouvrons grand les yeux et ralentissons notre vitesse, mais nous ne l’avons pas vu,ni de près ni de loin.

Nous arrivons à des travaux,et la dame tenant le panneau stop s’approche de nous pour nous dire que nous avons 12 minutes d’attente,aussi je coupe le moteur et nous attendons sagement mais en plein soleil.Au bout des 12 minutes une queue d’une dizaine de véhicules s’est formée derrière nous, une voiture pilote se gare devant nous et nous devons la suivre tout au long de la zone de travaux. Nous repartons et quelques kilomètres plus loin, même chose,le monsieur nous annonce 10 minutes.Stoïque nous attendons 10 minutes en plein soleil,et alors le monsieur nous annonce qu’un véhicule est tombé en panne et qu’il va falloir attendre, je crois que nous allons être rôtis, nous qui pensions trouver la fraîcheur !

Voiture pilote.                                                       Empreintes d’ours.                                          ...

Enfin après un troisième épisode nous quittons enfin la zone des travaux et pouvons rouler normalement.

Sur toutes les aires de repos il y a des poubelles anti ours : leur couvercle est muni d’un trou pour passer la main afin de soulever un verrou et de pouvoir soulever le couvercle. Le but de ses poubelles est d’empêcher les ours d’y trouver à manger et de prendre l’habitude d’être nourris par l’homme, auquel cas ils se seraient plus une faune sauvage et ne sauraient plus chercher leur nourriture eux-mêmes .

Tiens un joli petit animal court devant nous pour nous ouvrir la route, je ne sais pas exactement son nom,mais vous allez combler cette lacune.

Le paysage de montagnes et de lacs est féerique, depuis les forêts d.épicéas impénétrables,surmontées de flancs désertiques, eux-mêmes surmontés de sommets enneigés; les épicéas sont maintenant remplacés par des trembles et nous arrivons au lac Muncho.

Un petit détour pour voir les chutes de la rivière Smith, pas vraiment impressionnantes, et nous nous arrêtons le long de la rivière Liard, dans un petit camping qui a l’air bien sympathique et qui fait également restaurant.

Bonne surprise, si nous n’avons pas vu l’ombre d’un bison sur la route malgré le panneau, nous voyons dans notre assiette un burger au steak de bison ( Florence et Denis une idée pour votre carte ), un vrai régal et la bière canadienne n’est pas mauvaise non plus ( elle ne vaut bien sûr pas celle de Belgique : je ne veux pas vexer mes amis belges!!!), à noter au passage, la serveuse est flamande native d’Anvers.

6

Mardi 23/08/2022

Toujours matinaux nous partons vers le Yukon. Nous traversons des zones de brouillard très intense et craignons une rencontre avec une faune sauvage. Nous passons brusquement d’une zone de brouillard à une zone à large visibilité et vice-versa comme si la démarcation avait été tracée à la règle, mais heureusement aucun obstacle n’a surgi du brouillard. Une chance car quelques kilomètres plus loin nous nous trouvons nez à nez avec un troupeau de bisons marchant tranquillement sur la route ou sur les bermes pour paître de l’herbe fraîche, c’est notre première rencontre avec des bisons,mais ces animaux paraissent très pacifiques et ils ont contourné notre voiture sans daigner nous prêter attention. Nous avons ainsi croisé 4 troupeaux à quelques kilomètres d’intervalle puis un peu plus loin un bison solitaire.

Nous quittons la Colombie britannique pour le Yukon et faisons une halte à Watson Lake, ville célèbre pour sa « forêt de panneaux indicateurs », le premier fut planté par un soldat américain travaillant à la construction de la route ,qui,pris du mal du pays, y marqua le nom de sa ville « Danville, Illinois »,depuis les touristes en ont fait une tradition et plus de 77000 plaques de tous les pays du monde forment une véritable forêt. Nous avons bien entendu respecté la tradition et Dominique a planté celle de « Moncrabeau,capitale des menteurs » de façon très visible,puisqu’il a trouvé un emplacement sur le pilier du portique de l’entrée. Nicolas, nous avons accompli notre mission !!

Au kilomètre 1162 la route de l’Alaska traverse la ligne de partage des eaux du Mackenzie et du Yukon, ces 2 fleuves se jettent respectivement dans l’océan Arctique et dans le Pacifique.

Au kilomètre 1296, un des plus importants parmi les rares villages sur la route de l’Alaska,Teslin compte un peu moins de 500 habitants, ce qui peut donner une idée de la densité de la population dans cette immense région. Mais Teslin possède un détachement de police,une école,un centre de loisirs,un dispensaire, un bureau de poste, des hôtels, des restaurants, un supermarché.

Autant les villages sont rares et petits, autant les lacs sont nombreux et vastes, le lac de Teslin mesure 125 kilomètres de long, plus de 3 kilomètres de large et une profondeur de 213 mètres.

Au nord de Teslin nous passons sur le plus long pont métallique de la route de l’Alaska, le pont Nisutlin.

Nous dormons dans un camping à l’entrée de Whitehorse, capitale du Yukon, ville que nous visiterons demain.

7
7
Publié le 27 août 2022

Jeudi 25/08/2022

Après avoir dormi à Carmacks, nous prenons la route pour aller admirer, 25 kilomètres plus loin les rapides des 5 doigts, ainsi nommés car des rochers partagent le fleuve en 5 passages, seul le passage de gauche est praticable, car un câble a été installé, les 4 autres passages assurant une noyade certaine.

sur la route nous croisons un troupeau de chevaux sauvages.

Troupeau de chevaux sur la route  

Nous continuons sur la route n°2, nommée la route du Klondike, et atteignons Dawson City, où de l’or fut découvert en août 1896. Cette découverte donna à cette ville un succès foudroyant, la population dépassant 30000 âmes, ce qui lui donna l’honneur de devenir la capitale du Yukon. De l’or y fut trouvé pour une valeur de 100 millions de dollars, dont 66 dans la seule année 1898.

La source s’étant malheureusement rapidement tarie, la population émigra et il restait moins de 1000 habitants en 1960, il y en a 2323 aujourd’hui. Mais le déclin de Dawson City, fit le bonheur de Whitehorse, qui vit croître sa population de façon significative pendant la seconde guerre mondiale et en 1953, elle perdit son titre de capitale au profit de Whitehorse.

La ville a gardé son aspect de ses années glorieuses et ,si beaucoup de maisons ont été restaurées, elles l’ont été dans le style de l’époque.

La découverte de la ville est un véritable enchantement, et je vais abuser des photos pour vous en faire profiter. Les rues sont toutes en terre battue,seul le front de mer est goudronné.

Voici quelques renseignements sur les maisons et les familles qui y ont vécu.

  • la villa de Lion fut construite en 1902 par George de Lion,un riche businessman
  • La maison du chercheur d’or Robert Henderson, l’homme qui, le premier, découvrit de l’or construite en 1901 est représentative d’une famille de classe moyenne.
  • La maison Pinkerton est typique d’une propriété résidentielle du tout début du 20ème siècle par son toit débordant,son porche ouvert,ses fenêtres en bois.
  • Qui ne connaît pas Jack London, né en Californie , qui à 21 ans , en 1897 arriva au Yukon, où au bout d’une année, déçu par les mines d’or et atteint du scorbut retourna en Californie où il écrivit 2 romans lus par les enfants, croc blanc et l’appel de la forêt . La cabane de la photo est la réplique exacte de celle où il vécut à Henderson Creek.
Maison de Lion.                                                                                                             Cabane...
Église anglicane.                                                                                                                 ...
Cabestan.                                                                                                                         ...
Musée des pompiers                          Centre culturel                                               le petit bleu 

NB - le petit bleu est un journal local, c’est le surnom donné à Moncrabeau aux personnes âgées qui s’assoient sur un certain banc pour papoter, le banc ci dessus a le même rôle à Dawson City.

Maisons non rénovées  

Ce soir après avoir dîné, nous allons voir un spectacle au casino. Un vrai spectacle à l’ancienne où les spectateurs peuvent jouer au casino, ou assis autour de table, en mangeant ou en buvant peuvent écouter la chanteuse et admirer les danseuses. En voici un aperçu en photos :


8
8
Publié le 27 août 2022


Vendredi 26/08/2022

Nous quittons Dawson City et devant traverser le Yukon ( le fleuve), en l’absence d’un pont nous prenons le bac pour continuer notre chemin. La route est une piste sur laquelle les véhicules se font très rares. Des zones de brouillard intense alternent avec des zones ensoleillées.

Pas de chance, la chasse aux caribous est maintenant fermée, pourtant je me serais bien vue en chasseur, ah ah!!!

Nous arrivons à la frontière entre le Canada et les États Unis, arrêt obligatoire, vérification des passeports, des ESTA, empreintes des 4 doigts de la main droite, puis du pouce droit, rebelote pour la main et pouce gauches, puis photo de face, et ce pour chacun de nous évidemment ; heureusement que, comme je l’ai dit, les véhicules sont très rares, nous sommes les seuls à la douane, et de plus l’ordinateur tombe en panne entre Dominique et moi, mais après quelques essais infructueux, il veut bien travailler pour moi.

Nous devons retarder nos montres d’ une heure,ce qui nous fait un décalage de 10 heures avec la France.

Le paysage est très sensiblement le même de ce côté ci de la frontière, normal puisque la limite entre Yukon et Alaska est une frontière artificielle totalement rectiligne, cependant le dénivelé se creuse et les précipices deviennent plus impressionnants, surtout qu’il est régulièrement signalé que les bas-côtés sont instables.kk

Nous arrivons à Chicken, « grande de ville » de 17 habitants mais dont l’ origine du nom vaut être connue : à la fin des années 1800, les chercheurs d’or créent cette ville, évidemment beaucoup plus peuplée qu’ aujourd’hui, et ayant remarqué que le lagopède local était le « Ptarmigan », ils votent pour cette dénomination,mais personne ne sachant orthographier ce nom, ils décidèrent de l’appeler tout simplement « Chicken ».

Pont suspendu.                                                                                                               Vesti...

Étant à la saison des travaux routiers, nous sommes régulièrement arrêtés,et comme au Yukon, nous devons attendre,(plus ou moins longtemps) la voiture pilote.

300 kilomètres séparent Dawson City de Tok où nous arrivons, et sur ce trajet, un seul village: Chicken, cela donne une idée de la densité de la population par rapport à l’immensité de ce territoire.

Une particularité de cette route depuis que nous sommes en Alaska : avant chaque virage la vitesse maximale autorisée est signalée, de 15 à 45 miles, suivant la difficulté du virage.

Autre changement,au lieu de forets distinctes, la mixité des conifères et des feuillus règne sur toute la forêt.

C’est à Tok,1258 habitants que nous reprenons la route n° 1, baptisée route del’Alaska , que nous emprunterons jusqu’àHomer,son terminus.

Ce soir nous campons à Glennallen,

9
9
Publié le 27 août 2022

Mercredi 24/08/2022


Whitehorse est la capitale du Yukon depuis le 1er avril 1953, succédant à Dawson City

La ville est issu de la ruée vers l’or du Klondike, affluent du Yukon, puis la ville fut un grand centre de transbordement, passagers et marchandises débarquant du train,terminus de la ligne ferroviaire pour continuer en bateau ou en traîneau suivant la saison.

En flânant le long des rues ,nous voyons la vieille église en rondins datant de 1900 et les gratte-ciel construits après la seconde guerre mondiale pour pallier à la crise du logement.

Puis nous allons déjeuner au Klondike,restaurant typique de l’époque des chercheurs d’or dont les spécialités sont le saumon et le bison, nous prenons donc des burgers de saumon réellement délicieux avec une excellente bière locale.

Différents modes de locomotion  


Une route panoramique nous fait découvrir le Miles canyon aux rives en lave basaltique et le pont Robert Lowe suspendu au dessus du Yukon. Tout au long de la route panoramique nous voyons des plateformes d’amarrage d’ hydravions, moyen de transport très utilisé dans la région.

Nous allons maintenant admirer la plus grosse girouette du monde d’après le Guinness des records, un Douglas DC-3, avant de reprendre notre montée vers le nord.

10
10
Anchorage

Anchorage

Publié le 3 septembre 2022

Samedi 27 et dimanche 28/08/2022

Nous partons vers Anchorage, le paysage n’est pas très varié mais soudain nous avons une vue sur un glacier. Maintenant voilà une rivière, certainement à son cours le plus bas, ici aussi l’eau semble manquer en fin d’été, toutes les cascades sont asséchées et il en va de même pour de nombreux ruisseaux.

Arrivés à Anchorage, il nous faut 3 bonnes heures pour trouver un camping qui ne soit pas complet, j’avais beau plaider que nous dormions dans la voiture et n’avions besoin que d’un petit coin pour nous garer, complet c’est complet !!!!

Donc pas question de visiter Anchorage ce soir, vu l’heure et de plus le camping est assez loin du centre ville.

Après un bon petit déjeuner nous arrivons à l’office de tourisme qui nous propose une visite guidée d’une heure en bus, nous trouvons l’idée excellente , mais désillusion, nous imaginions visiter le centre ville avec explication sur chaque bâtiment intéressant, mais pour eux le tour de la ville, c’ est parcourir la périphérie avec un arrêt à l’entrée du parc où l’on pourrait voir ours ou orignal, pas de chance: aucun n’est venu au rendez-vous ! Puis nous faisons le tour de l’aérodrome, impressionnant par le nombre de petits avions privés, dont une majorité d’ hydravions, pas surprenant vu les superficies, comme en Australie ,l’avion est un moyen de déplacement courant.

                                                                    Train touristique de la péninsule du Kenai  
11
11
Publié le 3 septembre 2022

Lundi 29/08/2022

Nous nous arrêtons prendre le petit-déjeuner dans un bistrot typique et choisissons le burrito -combo de base : enroulé dans une tortilla 3 œufs, 1 demi saucisse et 2 tranches de bécon , arrosé d’un quart de litres de café,de quoi attendre midi sans un petit creux à l’estomac.

Nous atteignons Homer, mais ici aussi, grosse déception , la ville n’est qu’une succession de magasins pour touristes, à l’exception du port de pêche et du terminal du ferry situé au bout d’une longue bande de terre de plus de 7 kilomètres, pénétrant dans la baie de Kachemak et appelée le “spit” (La broche). Malheureusement le brouillard étant très épais, nous n’ avons pu faire aucune photo.

Nous repartons en sens inverse, puisque la route s’arrête à Homer et décidons de chercher des petites villes moins courues mais plus authentiques, mais nous ne regrettons pas d’être venus jusqu’à la pointe car les paysages sont magnifiques si les villes ne le sont pas. Nous partons vers le nord ouest voir Seldovia dans la baie de Kachemak, sans grand intérêt non plus, sinon comme partout dans cette région,un grand port et nous revenons vers le nord-est pour visiter Seward, perchée au bord de la baie de la résurrection dans la péninsule du Kenai, construite en 1903 per les ouvriers qui installaient la ligne du chemin de fer.

Nous trouvons un camping au bord de l’eau et vu l’heure nous remettons à demain la visite de la vieille ville.

                                                                                                                                  ...
Aire de pique-nique au bord de l’eau.                                           Pauvres orignaux.                                 ...
12
12
Publié le 3 septembre 2022

Mardi 30/08/2022

Le centre historique de Seward est ravissant, toutes les maisons sont construites en bois, souvent de couleurs différentes, avec sur certaines de belles fresques. Dans ce petit centre,nous avons compté 8 églises, chacun voulant honorer sa religion.

                                                                                                   Les maisons sont en bois  

Nous faisons un petit crochet sur la route pour aller voir “l’exit glacier “ , ainsi nommé car il est en voie de disparition, fondant à une vitesse impressionnante chaque année . Nous faisons une petite rando escalade pour aller le voir de plus près et cela nous fait un bien immense, car vu les distances à parcourir,nous faisons plus de voiture que de marche.

L’ Exit  glacier                                  Son recul au cours des années.                                                 S...
Pour faire plaisir à Laetitia, des photos avec nos trombines !!! 

Les risques de gros gibiers sur la route étant fréquents, les limitations de vitesse sont souvent très basses, le maximum autorisé étant 88 kilomètres/heure, descendant jusqu’à 55 et même dans les villages,à 32 kilomètres/heure.

En route pour Whittier, ville construite en 1941 , base militaire secrète, après l’attaque des japonais sur les îles aleutianes, il reste un immense bâtiment qui abritait les militaires.

Nous espérons prendre un ferry pour traverser la baie de Prince William Sound pour profiter d’ une vue maritime de la côte et aussi pour gagner 498 kilomètres de voiture et visiter Valdez.Bizarre , nous voilà arrêtés à un péage et nous devons prendre la file d’attente. Oh surprise! nous entrons dans un tunnel ferroviaire et roulons sur la voie ferrée, cela rappelle des souvenirs à Dominique, lors de son service militaire, en rentrant avec des copains d’ une permission un peu arrosée, ils avaient confondus la route avec la voie ferrée et ,le train arrivant en face,ils n’avaient eu que le temps de sauter avant que la 2CV ne soit traînée jusqu’à la gare!!!

Ce tunnel de 4,400 kilomètres de long est le plus long tunnel route-rail del’ Amérique du nord.

Dans le tunnel rail-route et à sa sortie  

Arrivés à l’embarcadère, nous n’avons un bateau que demain midi, mais cela va nous permettre de souffler un peu et de plus nous espérons que brouillard et pluie qui sont apparus à la sortie du tunnel laissent la place à un temps clair pour profiter de notre traversée. Whittier est un port de l’Alaska qui n’est jamais pris par les glaces, même au cœur de l’ hiver.

13
13
Publié le 3 septembre 2022

Mercredi 31/08/2022

Le bateau ne part qu’à 14h 45 et n’il n’est que 6 heures du matin mais la tempête n’a pas faibli et nous préférons attendre dans la voiture plutôt que d’affronter la pluie torrentielle et les coups de vent: je serais capable de m’envoler et je ne suis pas un oiseau!!!!

Seule l’envie d’une boisson chaude mous a fait mettre le nez dehors.

À midi, nous grignotons dans la voiture et allons nous ranger à l’embarcadère . Il n’ y a absolument rien à voir dans ce village de 200 habitants, ni banque,ni épicerie, juste un hôtel. Le ferry arrive de Valdez avec 1 heure de retard, ce qui n’augure rien de bon , la mer paraît vraiment houleuse. La traversée est décevante car le brouillard recouvre tout, mais un délicieux steak de gibier local à bord du bateau nous permet de garder le moral!

Nous arrivons à Valdez avec 2 heures de retard et nous dormons dans le premier camping trouvé.

14
14
Publié le 3 septembre 2022

Jeudi 1er/09/2022

Nous visitons Valdez (4022 âmes), ville entièrement neuve, puisque reconstruite à 6,5 kilomètres de l’ancienne Valdez, détruite par le terrible tremblement de terre en 1964, le second plus fort tremblement de terre jamais enregistré dont l’épicentre se situe à 70 kilomètres de la ville qui fut entièrement détruite, faisant plus de 30 morts. Aujourd’hui, la végétation a repris le dessus mais il y a des petits piquets a l’ emplacement des maisons avec leur photo.

                                                                         Sculptures à Valdez.                                     ...

Puis le 23/03/1989 le pétrolier Exxon Valdez ,quittant le port, s’échoue près de la côte, déversant 40000 tonnes de pétrole brut qui polluèrent 800 kilomètres de côte, provoquant la mort de 300000 oiseaux, de milliers de mammifères et d’une vingtaine de baleines et aujourd’hui encore on retrouve des boulettes d’ hydrocarbures sur les plages.

En route nous traversons la région du Burwash, ancien centre d’extraction du cuivre, qui a malheureusement subit un incendie de forêt très important en 1999, avec des vents de plus de 50 kilomètres /heure et des flammes de 50 mètres de haut, la nature ayant eu du mal à reprendre le dessus.

Nous attaquons le chemin du retour vers le sud pour dormir dans un camping rustique aux milieux des bois. Dans ces campings il n’y a que des toilettes sèches et des tables et bancs en bois pour manger, ni eau ni cuisine ni wifi évidemment.

15
15
Publié le 4 septembre 2022

Vendredi 02/09/2022

Tôt ce matin, dans mon sommeil, je sens la voiture bouger, je pense que Dominique se retourne, mais non, il dort calmement, mais que vois-je!!!

Les 2 pattes avant appuyées sur le toit de la voiture et la tête contre la vitre, un ours nous regarde. Je réveille Dominique, prends mon appareil photo, mais effrayé par mon remue ménage, le grizzly repart et je ne le photographie que s’éloignant. Par chance il n’était pas là à 3 heures du matin pour notre pose pipi! En souvenir, il nous a laissé une petite bosse sur le toit.

Les paysages sont toujours époustouflants, malgré tous nos voyages, nous n’avions encore jamais vu de telles immensités montagneuses et autant de forêts impénétrables. Les voitures se font très rares ainsi que les habitations, et il vaut mieux faire le plein lorsque nous voyons une pompe, cela nous rappelle le désert australien.

Les températures sont basses, zéro degré ce matin au réveil et à midi 7,5 °, pourtant nous croisons des cyclistes, quel courage sous la pluie et par ces températures, ils sont fous!

Nous revenons en Alaska, car Alaska et Yukon ayant une longue frontière commune, la route passe plusieurs fois d’un pays à l’autre.

Nous arrivons à Haines espérant prendre1 ferry pour Skagway, qui pour 1 heure de traversée nous épargne 498 kilomètres de route .

Pas de ferry avant mercredi prochain excepté celui qui part dimanche à 2 h 30 du matin, option que nous choisissons.

Nous nous arrêtons dans un camping au bord de l’eau,au cœur de la ville avec eau courante et douches. Un vrai bonheur après plusieurs jours de toilette à la lingettes.

Par contre, autant les gens sont sympas dans les campings de forêts, autant ici, le camping est en fait un parking goudronné, avec, à chaque emplacement un branchement individuel pour l’eau potable et un pour les eaux usées, où seuls s’arrêtent les camping-cars plus gros que des bus ou des pickups surmontés d’énormes caravanes, ici personnes ne daigne répondre au salut de 2 petits vieux dormant dans leur voiture, nous ne sommes vraiment pas à notre place ici, tant pis,la douche est si bonne et ,incroyable,nous avons internet pour vous poster le blog.

16
16
Publié le 7 septembre 2022

Samedi 03/09/2022

A l’office de tourisme,la dame nous a indiqué un endroit où nous avons des chances de voir des ours, nous y allons et ne sommes pas déçus.

Les pêcheurs et les ours se partagent la rivière pour pêcher le saumon, les ours ont déjà déjeuné mais nous voyons les hommes à l’ œuvre, je suis sûre que Léo et Jean Louis, vous allez être envieux, comme Claude l’aurait été.

Nous revenons à Haines ( 1700 âmes) visiter la ville et en particulier le quartier autour de la place de la parade, où résidaient les capitaines et les lieutenants avec leurs familles.

en attendant d’aller à l’embarcadère attendre notre ferry, nous entrons dans un pub typique boire une bonne bière ambrée locale ( oui , elle était bonne cette bière même pas belge!!!!)

17
17
Publié le 8 septembre 2022

Dimanche 04/09/2022


Nous avons dormi en face le port et en ouvrant les yeux ce matin, nous croyons rêver, un bateau de croisière immense, le Grand Princess, d’ une longueur à peine croyable, combien doit-il contenir de passagers et de membres d’équipage !

Après une nuit très courte puisque nous avons débarqué à 4 heures ce matin, nous partons découvrir la ville. Skagway est une jolie ville, avec beaucoup de belles maisons typiques, en clins; mais c’est avant tout une ville touristique car avec 890 habitants, les bateaux de croisière lui apporte 1 million de touristes par an; la rue principale n’est qu’une succession de boutiques de souvenirs, une sur trois étant des bijouteries.

Locomotive pour déneiger la voie ferrée et casser la glace                                                   Train actuel
 Pour ramener un souvenir de l.Alaska 

A quelques kilomètres de la ville, au milieu de la forêt, se trouve le cimetière des chercheurs d’or.

A l’époque de la ruée vers l’or, les prospecteurs avaient le choix entre 2 pistes pour rejoindre Carcross, soit la piste étroite et glissante conduisant au col White, empruntée en 1897 par plus de 3000 chevaux dont la plupart périrent, d’où son nom de « dead horse trail » , soit le col Chilcott, encore plus éprouvant que le col White: ( -50° l’hiver ) pourtant 22000 personnes l’empruntèrent au cours de l’ hiver 1897-1898.

Le Yukon étant à l’époque difficilement ravitaillable ,la police montée postée à la frontière du Canada ne laissait entrer que les gens munis de provisions pour 1 an minimum.

Si aujourd’hui Skagway a 890 habitants, à l’époque de la ruée vers l’or, en 1897, avant l’arrivée des premiers prospecteurs elle n’avait que 2 colons,mais 3 mois plus tard elle en comptait plus de 20000.

18
18
Publié le 8 septembre 2022

Lundi 05/09/2022

Après la nuit dans un camping forestier où nous n’avons pas croisé d’ours, nous allons découvrir Carcross, dont l’ancien nom était Caribou Crossing mais en 1906 l’abréviation a été officialisée.

Carcross est, parmi les villes visitées jusqu’à présent, celle qui est restée à nos yeux la plus authentiquement début 20ème siècle .

Cabane de Arne Ormen                                     Hotel Caribou.                                                Magasin gén...

Arne Ormen , bûcheron scandinave, construisit cette petite cabane pour y vivre sa vieillesse, il pouvait allumer son feu sans sortir de son lit , mais, étant très grand, il ne pouvait pas s’y tenir debout

L’hôtel Caribou, l’un des plus vieux hôtels de la région, en fonction de 1918 à 1972,son perroquet accueillait les touristes en chantant.

Le magasin général a fonctionné de 1899 à 1982, soit un record de longévité.

La gare date de 1900.      

Juste à la sortie de la ville, nous découvrons le désert de Carcross, le plus petit désert du monde, qui n’ est pas dû à un phénomène de chaleur mais à un phénomène glaciaire. Les dunes de sable très fin au bord du lac Bennett sont absolument incroyables dans ce paysage arctique.

Après le temps froid et sec de cette nuit,c’est sous la pluie que nous roulons ver Tagish, dont le grand lac est bordé de montagnes désertes plongeant abruptement dans ses eaux bleues.

Arrivés à Watson Lake, nous retournons, pour le plaisir, voir notre plaque de Moncrabeau.

19
19
Publié le 8 septembre 2022

Mardi 06/09/2022

Le froid me réveille cette nuit, pas surprenant,au lever le thermomètre indique -1° et Dominique fait chauffer l’eau pour un café fort apprécié.

Après un bon petit déjeuner nous partons vers le sud en direction de Stewart en prenant cette fois la Stewart-cassiar Highway, route à l’ ouest alors qu’à l’ aller nous étions passé par l’est entre Watson Lake et Prince George. Cette route est beaucoup plus rustique, plus étroite, sans bandes blanches, c’est une succession de montagnes russes car elle suit les dénivelés de la nature,( attention à ne pas rouler trop vite car nous risquons de décoller à chaque haut de côte ), avec seulement une station service tous les 200 kilomètres environ.

Nous traversons de nouveau une zone de forêt dévastée par le feu, quelle tristesse !

Cette route, très peu fréquentée, nous donne l’ impression d’être isolés, en pleine nature, au milieu de la faune sauvage.

Nous avons une vue magnifique sur l’immense « glacier de l’ ours ».



Nous arrivons à une station service et nous ne sommes pas surpris de voir une longue file d’attente à chaque pompe . En regardant de plus près,si les files sont longues,le nombre de véhicules n’est pas important car la longueur de chacun étant impressionnante,nous n’avons en fait que 2 véhicules devant nous. C’est à notre tour, j’introduis ma carte bancaire, il m’est proposé 300 $ ou autre montant, et là j’ai le choix entre 100 et 200$ , je dois donc aller à la boutique demander pour 50$ de carburant, mais cela donne une idée de la capacité des réservoirs des « monstres » que nous voyons sur les routes par ici, qui, sans mentir, doivent représenter 90% de la circulation.

Voici une petite présentation de notre mode de vie:

Notre chambre                                                                           Notre salle à manger
Pique-nique dans le pré quand il fait beau  
20
20
Publié le 10 septembre 2022

Mercredi 07/09/2022

Nous longeons la Salmon river ( rivière du saumon) dans laquelle les ours de la forêt environnante viennent pêcher leur nourriture chaque matin, malheureusement, nous sommes en fin de matinée ( pour une fois que j’avais le wifi, souvent déconnecté, mais toujours mieux que pas du tout, j’ai voulu mettre en ligne mon blog) et les ours ont terminé leur festin de saumon. Par contre les saumons sont toujours là et la rivière en est remplie, je n’avais jamais vu autant de saumons, pas même dans les élevages d’Islande!

Un saumon, né dans un torrent de montagne, vit 1 à 2 ans dans un lac de montagne avant de descendre vers l’océan, où il passe en mer une ou plusieurs années puis remonte vers son torrent natal. Un saumon parcourt 48 kilomètres /jour et le saumon du pacifique meurt après la ponte contrairement à celui de l,atlantique capable d,exécuter plusieurs migrations. Dans la région il existe 5 espèces de saumon, les rouges,les roses, les Kétas, les Cohoset les quinnats.

Nous continuons sur cette piste en très mauvais état, mais à 37 kilomètres nous arrivons au Salmon Glacier, qui comme le « Bear glacier » nous émerveille, les couleurs variées de ces glaciers sont dues aux sédiments et petits matériaux immergés dans les eaux pendant leur prise en glace.

Les moraines sur les flancs de la montagne nous donnent une idée de l.épaisseur du glacier avant le début de la fonte.

La fin de la piste est malheureusement dans un brouillard épais et nous espérons ne pas faire tout le retour sans visibilité, vus l’état de la piste et le précipice non sécurisé. Mais non, nous retrouvons le beau temps et prenons le temps de déjeuner sur un parking ayant vue sur le glacier ( il est plus de 14 heures) où nous discutons avec un couple d’Allemands venu pour 6 mois avec leur propre voiture.

Comme à l’aller, il faut pratiquement 1 heure et demie pour parcourir les 37 kilomètres de piste, nous voulons épargner notre véhicule de location et surtout ne pas casser une pièce.

Nous arrivons à Hyder, ville presque fantôme maintenant , mais qui connut son heure de gloire avec l’exploitation de ses mines de zinc, de cuivre, de plomb, d’or, d’argent et de tungstène de 1924 à 1950. Cependant elle voit passer 4000 touristes par an, qui vont voir les ours, les saumons et le glacier, de plus cette route conduisant au glacier est en partie au Canada et en partie au États Unis, nous passons donc les frontières canadienne et américaine à l’aller et au retour, soit 4 passages et imaginez vous que pour revenir au Canada il nous faut un nouveau arriveCAN, des fois que l’on ait attrapé la Covid en quelques heures passées en Alaska, ( arriveCAN est le papier dont on a besoin pour entrer au Canada, qui prouve que l’on n’ est pas infecté).

D’ailleurs les douaniers en ont assez de voir repasser les mêmes personnes matin et soir et ils nous demandent en rigolant si nous transportons des armes, du canabis, ou si nous faisons un quelconque trafic, il ont besoin de se détendre.

Hyder est une ville frontalière où l’on peut régler ses achats indifféremment en dollars canadiens ou en dollars américains, les 2 monnaies étant autant utilisées ; autre particularité de ce village, bien qu’étant aux États Unis, son code téléphonique est celui du Canada.

Nous retournons dormir dans le même camping qu’hier.

21
21

Jeudi 08/09/2022

Nous redescendons tranquillement vers Vancouver et nous arrêtons dans les parkings pour admirer les beaux paysages que nous offre la montagne; un panneau dans ces parkings est surprenant : des explosifs en libre-service.

Enfin, depuis le temps que nous l’attendions, un ours traverse la route devant nous, mais le temps de sortir l’appareil, il rentre presque dans le sous bois, juste pour prendre des photos.

Nous ne faisons pas le détour par Prince Rupert, qui est à priori un port sans beaucoup de charme et , de plus Prince Rupert bat le record de précipitations de la région avec 2564 mm d’eau /an, ce qui finit de nous décourager de faire 442 kilomètres aller et autant au retour, car une seule route terrestre y conduit.

En fin d’après-midi nous arrivons dans un secteur encore habité par des amérindiens. 5 villages sont encore peuplés de «Gitxsan » . Nous nous arrêtons dans le premier de ces villages et trouvons un joli camping dans la forêt,qui, de plus est gratuit, cela nous rappelle les campings gratuits des indiens dans le sud ouest des États Unis.

Le. Village de Kitwanga comprend beaucoup de totems du 19ème ,érigés en mâts et les locaux ont réellement le faciès indien.

                                        Cimetière indien  
Notre camping  
22
22
Publié le 10 septembre 2022

Vendredi 09/09/2022

Nous continuons la visite des villages amérindiens, qui rivalisent tous par la beauté des sculptures et la hauteur impressionnante des totems. Les indiens « Gitxsan », une société matriarcale, vivaient en famille sous la direction de la mère, dans la maison où ils étaient nés, le territoire de la famille étant délimité par les montagnes, les rivières et les ruisseaux.

Les « Gitxsan »vivaient heureux, ils avaient à profusion des cèdres pour construire leurs maisons et sculpter leurs totems, du bois pour se chauffer, des rivières poissonneuses et des forêts à la faune abondante pour se nourrir, des peaux d’ours pour se vêtir, jusqu’à l’arrivée des colons qui apportèrent la tuberculose et autres maladies.

Village d’Hazelton - quartier  Ksan 

Maintenant nous visitons le vieux quartier d’Hazelton où Dominique est tout heureux de revoir un bateau à aube.

Nous empruntons de petites routes pour aller d’un village à l’autre et nous avons encore la chance de voir un ours en promenade.

Notre ours.                                                                                                        Pont suspendu  

Nous dormons dans un camping luxueux avec douches et eau chaude à volonté, toujours au milieu des bois et de plus nous avons le wifi sur notre emplacement, ainsi que abri pour la pluie, une table et des bancs, certainement le meilleur depuis le début du voyage.

23
23

Samedi 10/09/2022

Nous faisons une petite halte au bord du Lac Brûlé, le plus grand centre de pêche de la région. Moi qui recherche un grand toboggan pour mettre au bord de ma piscine, je trouve que celui ci-dessous, auprès de l’ aire de jeux, me convient bien.

Le lac Brûlé   ( Burns Lake)

Nous voulons aller visiter Fort Saint James, qui restitue l’ aspect d’un comptoir de fourrures du 19ème siècle. Les trappeurs, majoritairement des Indiens apportaient les peaux au comptoir où elles étaient évaluées et troquées contre des produits de consommation, puis, à partir des années 1870 payées en argent liquide, par les prospecteurs et les colons.

Au début du 19ème siècle la vie dans cet avant poste isolé était dure pour les employés: climat rude, nourriture frustre, éloignement de la famille.

Malheureusement ce détour d’ une centaine de kilomètres, qui vaut certainement le coup n’est pas possible aujourd’hui, l’ unique route y conduisant étant fermée. Des caches à poissons, pour stocker les saumons y sont également visibles. Nostalgiques, nous continuons notre route et puisque nous avons du temps avant de rendre la voiture, nous décidons de visiter le parc de Jasper, n’ayant pas visité celui de Denali.

Les écarts de température sont très importants et les variations brutales, de -5° ce matin au lever, nous avons 28° cet après-midi!!!! Par bonheur nous sommes au mois de septembre car sur toutes les routes de la région où nous sommes actuellement, les pneus neige sont obligatoires du 1er octobre au 30 avril, cela laisse présager des hivers longs et froids.

Nous traversons Prince George, ville de plus de 16500 habitants sans trouver le moindre petit bistrot pour boire une bière, le rêve de Dominique depuis plusieurs jours. Effectivement l’ alcool ne s’achète que dans les “liquor stores”, nous n’en voyons pas, et il est aussi impossible de boire une bière sans prendre un repas, à 16 heures nous avons soif mais pas faim, au grand désespoir de Dominique, nous nous rabattons sur l’ eau pure que nous avons dans la voiture.

Nous prenons donc la direction de Jasper où il est signalé de penser à faire le plein avant de prendre cette route sans station service. Le paysage change, de grandes plaines cultivées, mais les moissons sont terminées, où sont passés les magnifiques paysages de montagnes!!

18 heures, nous trouvons un camping forestier au bord d’un lac et sommes heureux de pouvoir nous arrêter,car la fatigue se fait sentir.

Après une journée plutôt décevante, le camping calme, un bel emplacement avec table et bancs pour dîner, plus un magnifique geai bleu ( si je ne me trompe pas), qui vient nous tenir compagnie, n’ hésitant même pas à monter sur la table pendant que nous mangeons, tout contribue à nous redonner le sourire.

24
24
Publié le 15 septembre 2022

Dimanche 11/09/2022

Nous prenons la route sous le soleil, le beau temps est de retour depuis 2 jours et les après-midi sont même très chauds.

Nous souhaitons arriver ce soir à l’entrée du parc de Jasper, pour passer la journée de demain à le visiter. Ce parc (10878 km2),le plus grand parc des Rocheuses nous permettra d’ observer une faune variée dans son milieu naturel.

Nous nous arrêtons déjeuner au mont Robson dans un self avec une terrasse extérieure bien tentante, afin de pouvoir satisfaire notre folle envie de bière. Aucun regret car nous prenons une bière indienne locale absolument délicieuse ( n’en déplaise à nos amis belges!!!!). Par contre, non seulement il faut prendre un repas pour pouvoir acheter une bière, mais de plus nous sommes obligés de la boire à l’ intérieur, la barmaid nous stipulant avec insistance qu’ il nous est interdit de sortir avec notre bière sur la terrasse!!!!Tant pis, nous déjeunons près d’une fenêtre.

En faisant la queue, j’ai discuté avec la guide d’un car de touristes qui m’a expliqué que Fort Saint James était fermé car il y avait eu un gros incendie dans la montagne dominant la ville,qui avait fait éclater les canalisations d’eau.

Les alpinistes en tenue pour escalader ce mont( même la cravate): 

Repus et désaltérés nous continuons cette très jolie route, toujours des chutes bouillonnantes et des couleurs variées de roches.

Chutes Athabaska  

La route s’ engage dans l’ immense vallée de l’ Athabaska, et pendant 40 kilomètres nous profitons de vues sur la rivière,toutes plus belles les unes que les autres et, entre autre, un magnifique canyon.

Chutes Sunwapta

Pas de chance, le parc est fermé, comme ceux vus précédemment mais nulle part nous ne trouvons les dates d’ouverture des parcs nationaux ni des parcs provinciaux.

Nous dormons dans un parking face au glacier Columbia , la route menant au glacier étant fermée elle aussi.

Glacier Columbia  

Nous pouvons admirer les petits écureuils roux d’Amérique, vraiment minuscules par rapport à nos écureuils roux d’Europe, et qui sont des écureuils terrestres alors que les nôtres sont des écureuils arboricoles.

25

Lundi 12/09/2022

Après une nuit plutôt froide puisque nous étions à côté d’ un glacier, nous poursuivons la route des glaciers

Nous sommes vraiment impressionnés par le recul des glaces  

Cette route est une merveille,les glaciers et les chutes qui se succèdent sont tous impressionnants par leur ampleur pour les glaciers et leur force bouillonnante pour les chutes.

Je ne vais pas vous abreuver de noms mais simplement vous montrer quelques photos :

Magnifique couleur bleu turquoise du lac Peyto 
L’eau bleue du lac Bow.                                            Le glacier Crowfoot         

Nous entrons dans le parc Yoho, et là encore de la beauté, que de la beauté !

Habitat naturel des chèvres de montagne  
Cadre idéal pour un mariage. Ce pont naturel est vraiment spectaculaire  
26

Mardi 13/09/2022

Tout d’abord nous souhaitons un très joyeux anniversaire à notre petite fille chérie, Olivia, qui a 10 ans aujourd’hui.

Ce matin, nous sommes à Golden, ville en or pour moi puisque, ayant descendu en latitude et en altitude, le froid ne m’ a pas réveillée cette nuit.

Après avoir en vain essayé de faire notre demande de visa pour le Vietnam, notre photo d’identité n’ayant jamais les bonnes dimensions ( comme me dit Bernard, il suffit de la scanner sur mon imprimante, mais j’ai oublié de mettre cette dernière dans mon sac à dos), nous prenons la route sous une pluie légère qui devient vite torrentielle avec un épais brouillard, cela nous conforte dans l’idée que nous avons été vraiment chanceux avec le temps jusqu’à présent.

Incroyable, Dominique s’accroche à la voiture qui nous précède vu le brouillard, pourtant un énorme camion, chargé de meules de foin et tirant 2 grandes remorques tout aussi remplies, nous double, roulant nettement plus rapidement que nous.

La pluie s’arrête et le soleil essaye de percer la brume. Nous longeons à nouveau une enfilade de lacs immenses. Au nord de Vernon( Non,non, nous ne sommes pas en Normandie), s’ étend une région de collines à vocation d’ élevage alors qu’au sud de cette ville nous entrons dans une région fruitière et vinicole.

Désolée, mais avec le brouillard, je n’ai pas pu prendre de photos.

27

Mercredi 14/09/2022

Départ sous la pluie et la brume, en chemin la pluie cesse mais la brume persiste.

Nous arrivons à Hope, ville qui est en compétition avec d’ autres villes forestières pour le titre de capitale de la sculpture à la tronçonneuse. Ces bûcherons sont de vrais artistes, c,est à peine croyable ce que l’on peut faire avec une tronçonneuse.

Quelques exemples de sculptures à la tronçonneuse  

Hope est entourée de montagnes et en 1965 une immense masse rocheuse se détacha du pic Johnson, dévala la pente,comblant au passage un lac,refoulant ses eaux et obligeant à reconstruire la route 45 mètres au dessus de son niveau antérieur.

28
28
Publié le 23 septembre 2022

Jeudi 15/09/2022

Chaleur et soleil nous accompagnent pour notre retour vers Vancouver. Nous ne devons rendre la voiture que demain, mais Domi rêvant d’un vrai lit, nous allons voir au backpacker où nous avons réservé s’ils peuvent nous accueillir dès aujourd’hui, malheureusement ils sont complets ; cependant ils acceptent de nous garder une partie de notre matériel, ainsi demain, lorsque nous serons à pied, nous apprécierons d’être plus légers pour rejoindre notre logement.

Nous pique-niquons au bord de l’eau, puisqu’il fait si beau et apprécions un peu de farniente,

mais il est temps de trouver un camping pour cette nuit.

Oh, voici le troisième camping fermé, où allons nous dormir?

Enfin en nous éloignant,nous trouvons un RVPark qui accepte de nous accueillir, car ayant juste une petite voiture dans laquelle nous dormons ,le gérant nous place le long des sanitaires, tous les emplacements étant occupés.

Dominique rêve d’une bonne bière bien fraîche,et renseignement pris, il y a un pub pas très loin, mais ce n’est pas notre jour de chance, et après avoir cherché en vain, nous rentrons dîner et dormir dans la voiture pour notre dernière nuit.

29
29
Publié le 23 septembre 2022

Vendredi 16/09/202

Direction l’aéroport où nous rendons notre véhicule. Alors que nous avons passé du temps hier à laver, aspirer, et bichonner notre Chrysler, c’est tout juste si le jeune réceptionniste a jeté un coup d’œil à la voiture, sa préoccupation, en voyant que nous étions français, a été d’ apprendre les expressions françaises qui lui étaient utiles dans son travail, un jeune qui veut progresser, bravo.

Nous venons de parcourir 10214 kilomètres, et nous sommes très loin d’avoir visité entièrement cette région, quelle immensité !!

Nous prenons un métro, qui, partant de l’aéroport nous conduit à 300 mètres du backpacker.

Après avoir pris possession de notre chambre, nous partons à la découverte de la ville, première approche un peu décevante, espérons que ce sera mieux demain, après une nuit dans un vrai lit.

30
30
Publié le 23 septembre 2022

Samedi 17/09/2022 et Dimanche 18/09/2022

Nous souhaitons un joyeux anniversaire à notre fils aîné, qui a 52 ans aujourd’hui. Olivier, que cette année te soit bénéfique en famille et dans le travail.

Non,ne riez pas, Dominique et moi avons tous 2 mal au dos au réveil alors que nous étions en pleine forme en sortant de la voiture le matin, le confort ne nous réussit pas.

Nous passons 2 jours à Vancouver pour visiter la ville mais nous sommes un peu déçus. Constructions modernes ou plus anciennes, en bon état ou délabrées, tout se côtoie sans aucune harmonie.

Une partie de la ville,allant du centre au quartier chinois est envahie par les SDF, tous les magasins sont fermés et abandonnés, les trottoirs sont couverts de toiles de tente et de cartons abritant des personnes en haillons, droguées, qui se piquent devant vous sans même se cacher, et malheureusement on voit que ce quartier prend de plus en plus d’ampleur.

Entrée du quartier chinois  

Le port est très actif, de nombreux bateaux de croisière déversent les touristes pour une journée, une jetée en forme de voilier nous rappelle vaguement l’ opéra de Sidney..

Par contre il y a une curiosité surprenante,une horloge à vapeur, je ne comprends pas bien le fonctionnement,comment la vapeur peut-elle être assez régulière pour entraîner les aiguilles? Question à élucider.

Évidemment de nos jours l’horloge a été électrifiée et la vapeur n’est plus là que pour le folklore, mais à sa construction elle fonctionnait à la vapeur.

Dominique pense que nous avons dû manquer des quartiers certainement plus jolis et notamment le parc Stanley que nous avons prévu de visiter à notre retour, les journées passent trop vite et nous passons forcément à côté de visites intéressantes, d’ailleurs notre déjeuner de jeudi , dans le parc face à la baie en est une preuve.

31
31
Publié le 23 septembre 2022

Lundi 19/09 /2022

Ce midi nous prenons un flixbus pour Seattle, nous repassons donc la frontière et devons encore une fois remplir les imprimés de douane.

Nous allons également nous faire retester car nous allons revenir au Canada avec le bateau,il nous faut donc un nouveau test et nous payons 147$ pour nous faire écouvillonner le nez!

Nous sommes toujours négatifs, nous pouvons donc continuer notre périple.

Nous arrivons à l’ arrêt du bus avec 2 heures d’ avance, aussi, ayant une lettre à poster, je pars à la recherche d’ un bureau de poste pour acheter un timbre pour la France. Avec ma chance habituelle, le bureau de poste du quartier est exceptionnellement fermé aujourd’hui.

Je pars à la recherche d’une autre poste, située sur le plan, je pense trouver rapidement, malheureusement, il y à plusieurs grands centres commerciaux que j’explore en vain, je trouve enfin une gentille jeune fille qui m’ indique un drugstore; arrivée devant, c’est juste une petite pharmacie, j’entre en me disant que c’est ma dernière tentative car je risque de rater le bus, au comptoir, l’employé me dit d’aller au fond du magasin et là,surprise,au fond de la pharmacie je vois un petit guichet marqué poste, et oui, à Vancouver on trouve des bureaux de poste au fond des pharmacies !!!!

Nous voilà dans le bus,le chauffeur est la copie conforme de Sylvaine, même autorité, même dextérité dans les manœuvres et gérant bus et passagers avec la même aisance.

Nous arrivons à la frontière , nous devons descendre du bus, récupérer nos bagages en soute et faire la queue pour franchir la douane, repasser tous les bagages aux rayons X, remettre les bagages en soute et nous repartons.

Notre logement se trouve dans le quartier le plus typique de Seattle, Dominique me dit que c’est tout près, mais j’ai bien cru ne jamais arriver, car en fait il y a plusieurs kilomètres, faites confiance à un homme !!!!

Nous prenons possession de notre lit, situé dans un minuscule dortoir de 12 couchages, et de plus nous avons le lit supérieur, auquel on accède par une échelle aux barreaux très espacés, je dois presque sauter pour attraper le premier et nous devons enjamber une barre de bois pour atteindre le lit, j’ai fait mon sport pour la journée ! Mais l’ambiance est sympa, bien que maintenant il est de plus en plus difficile de communiquer dans les backpackers, car chacun est devant son écran, téléphone ou tablette, et je regrette le temps où tout le monde racontait sa journée, ce qu’il ne fallait pas louper ou au contraire ce qui ne valait pas le déplacement!

32
32
Publié le 28 septembre 2022


Mardi20/09/2022

Après une bonne nuit, pas de concours de ronflements, et un bon petit déjeuner, nous partons à la découverte de Seattle,

Tout d’ abord nous allons visiter l’ immense marché couvert, quartier très animé où l’on peut trouver tous les aliments possibles, poissons et tous les différents saumons , crustacés et le crabe royal, viande, légumes , et même un grand choix de fleurs.

Tout le long du marché des empreintes de cochon nous conduisent à deux cochons, l’un à l’entrée du marché, l’autre à la sortie.

Juste derrière le Farmer marché se trouve la rue du chewing-gum, les gens avant d’entrer au théâtre collaient leur chewing-gum sur le mur,et ceci est devenu une coutume. Nous avions déjà vu une rue du chewing-gum au sud-ouest des états-unis lors de notre tour du monde.

Proche de l’ entrée du marché, il y a le premier Starbuck de 1971, que j’ai oublié de photographier, et là je suis vraiment impardonnable car il est juste en face de notre backpacker.

Puis nous partons visiter le quartier chinois, sur le chemin nous passons au pied de la tour Columbia Center, la plus haute de Seattle (287 mètres) et la 18ème des états-unis. Évidemment c’est vraiment petit en comparaison de celle de Dubai (812 mètres), mais je peux vous assurer que c’est impressionnant quand on lève la tête. Seattle a également la tour Space Needle, moins haute, seulement 184 mètres mais qui a, à son sommet, un restaurant panoramique dans lequel vous avez une vue sur 360° le temps de votre repas. J’ ai malheureusement oublié de la photographier et c’est dommage car elle a une forme très caractéristique: très fine avec un grand anneau circulaire à son sommet pour loger le restaurant.

Tour Columbia en bleu 

Arrivés au quartier chinois nous passons sous le porche traditionnel des quartiers chinois,nous voyons également des dragons enroulés autour des poteaux.

Au retour nous traversons un ancien quartier avec des allées piétonnes bordées d’ arbres, que cela est reposant après tous ces gratte-ciel .

Certaines rues sont très pentues et cela nous rappelle San Francisco, mais nous ne savons pas si ici comme à San Francisco, on est passible d’ une forte amende si l’on stationne sans avoir braqué les roues avant vers le trottoir, les Américains ne font pas confiance à leur frein à main!

Nous avons été impressionnés par la hauteur à laquelle est envoyé le béton, et nous avons admiré la déco de certains passages cloutés.

Pour mes petits petits enfants, je mets la photo d’ une voiture de shériff, on en voit souvent stationnées dans les rues, leurs occupants faisant la circulation ou assurant la sécurité des passants.

Voici quelques photos de la ville:

33

Mercredi 21/09/2022

Ce matin nous gagnons le port 66, où nous attend le Norvegian Spirit, paquebot sur lequel nous embarquons pour une croisière de 11 jours, après le rustique le grand luxe, puisque Dominique a choisi une cabine avec balcon et un séjour « all inclusive »!

L’embarquement est très bien organisé,mais que de guichets à franchir, d’abord dépose de nos sacs de voyage,puis vérification des passeports,puis service santé, d’abord pour vérifier que nous sommes totalement vaccinés puis vérification du test Covid négatif, ensuite vérification de nos arriveCAN puisque nous repasserons au Canada,et puis de nos ESTA puisque nous rentrerons à nouveau au États Unis. Il faudra que je compte le nombre de frontières que nous avons franchi, je ne connais pas 2 pays autant imbriqués l’un dans l’autre que Alaska et Canada du Nord!

34
34
Publié le 28 septembre 2022

Vendredi 23/09/2022

Après notre aîné, c’ est à notre petite dernière, Cyrielle qui a 40 ans aujourd’hui que nous souhaitons un joyeux anniversaire et que cette année Cyrielle soit pour toi une année de bonheur et qu’ elle apporte la réalisation de tes souhaits les plus chers.

Hier en mer toute la journée par un temps très pluvieux et le brouillard ne nous a pas permis de prendre la moindre photo ni de profiter de notre balcon.

Ce matin nous arrivons à Sitka dans la brume et après une nuit de grosse mer.

Arrivée à Sitka 

La sortie du bateau est un peu laborieuse mais une navette nous attend pour nous conduire au centre ville qui est à 1/4 d’heure en voiture.

Sitka est la ville de l’ Alaska qui est la plus représentative de la période russe. Sitka, habitée par les Tlingits vit les russes arriver en 1741, chassés, ces derniers revinrent en 1799 et prirent le Fort de Sitka qui fut repris par les Tlingits et Sitka devint russe après une sanglante bataille en 1804, n’oublions pas que les russes arrivèrent en Alaska en 1741 et y restèrent 135 ans et vendirent l’ Alaska aux États Unis le 18 octobre 1867 pour 7,2 millions de dollars

Sitka comme de nombreuses villes en Alaska , à un nombre impressionnant d’églises.

Nous visitons la cathédrale Saint Michel, qui fut la première église orthodoxe de l’ Amérique. Cette église est l’exacte réplique de celle construite au 19ème qui fut détruite par un incendie en 1966.

En face se trouve l’église luthérienne construite en 1843 par les premiers protestants de la côte Ouest de l’Amérique de nord.

Église luthérienne.                                                                                              Magasin de Noël  

Un peu plus loin nous avons l’église épiscopale Saint Pierre de la mer, construite en 1899, qui est la plus ancienne église de Sitka construite en pierre et de style gothique renaissance.

Puis nous allons voir, un peu en dehors de la ville le cimetière russe et la tombe de la princesse Maksoutoff, et un peu plus loin la copie d’un fort russe dont nous avons admiré le travail de jointoiement des madriers.

Le cimetière russe 
Quelques photos, la dernière est une sculpture représentant un prospecteur  

C’est bien trempés, vu la forte averse que nous avons eu ce matin, que nous regagnons notre paquebot.

35
35
Publié le 28 septembre 2022

Samedi 24/09/2022

Nous entrons dans la baie du Désenchantement et commençons à apercevoir le glacier Hubbard, ce glacier, formé à partir de la prise en glace des eaux de l’ océan pacifique, est le plus grand glacier océanique de l’Amérique du Nord; il mesure plus de 120 kilomètres de long et à une largeur de 11 kilomètres.

Alors que nous nous rapprochons,un épais brouillard apparaît ainsi qu’une forte pluie, nous ne le voyons plus du tout, et le capitaine nous fait dire qu’il fait doucement tourner son bateau pour que chacun puisse en principe le voir mais que,malheureusement il n’ est pas maître du temps.

Par contre nous voyons dans l’eau une baleine et son baleineau et aussi une otarie.

Baleine et son baleineau  


Le soleil refait son apparition,va-t-il chasser le brouillard ?

Malheureusement non, impossible de voir quoique ce soit.

Dans quelques jours nous devons aller au glacier Bay, nous espérons sincèrement que le temps va s’ améliorer et de plus Dominique avait choisi une cabine avec balcon, ce n’ est pas un bain de soleil qu’ il va prendre mais une douche glacée s’ il veut profiter du balcon! Aujourd’hui,il est préférable de profiter du bar!

36

Dimanche 25 et Lundi 26/09/2022

Aujourd’hui nous visitons Juneau, la capitale de l’ Alaska. Je dois vous avouer que jusqu’à la préparation de notre voyage, je pensais qu’ Anchorage était la capitale. D’ailleurs je compte découvrir pourquoi Juneau est la capitale depuis 1906. Anchorage a quasiment 300.000 habitants, Juneau, 33.000 seulement. Anchorage est mieux située géographiquement, accessible par de grandes routes et une ligne ferroviaire active alors que Juneau est accessible uniquement par la mer ou par les airs étant située sur une petite île dans la langue de terre qui descend, coincée entre l’ océan pacifique et le Canada.

Les aigles chauves, présents dans tout l’Alaska, le sont plus particulièrement dans la région de Juneau. Dans cette région, on estime qu’ils sont entre 15 et 30.000 individus. Dans tout l’ Alaska nous voyons beaucoup de corbeaux arctiques, plus gros que ceux de chez nous mais beaucoup moins peureux, ils ne bougent pas quand vous approchez et accourent s’ils vous voient manger, comme les pigeons chez nous.

Juneau est l’habitat de 280 espèces d’ oiseaux, d’ours bruns et d’ ours noirs, de 5 espèces de saumons,de baleines et d’ orques.

Comme dans toutes les villes de l’Alaska, les églises sont nombreuses,et nous sommes méritants d’aller visiter l’église russe orthodoxe Saint Nicolas et la cathédrale de la Nativité car la rue est vraiment très pentue. Malheureusement,comme nous sommes dimanche,il y a un office dans chacune d’elle donc nous n’entrons pas.

A Juneau comme dans beaucoup de villes alaskanes, les grands immeubles côtoient les petites maisons colorées en clins de bois, en voici quelques exemples.

Nous rentrons au bateau où une mauvaise surprise nous attend, l’escale à Sgaway est supprimée ainsi que toute la remontée du canal, nous resterons à quai cette nuit et toute la journée de demain, raison évoquée : les conditions météorologiques.

Pour nous consoler ,nous choisissons ce soir pour profiter du dîner qui nous est offert, nous choisissons le restaurant japonais

Et Dominique a la côte avec le cuisinier !!!

37
37
Publié le 2 octobre 2022

Mardi 27/09/2022

Quelle chance,le ciel est clair et le soleil brille, nous pouvons donc admirer ce magnifique glacier qu’est le glacier Bay. Depuis 1980, cette zone, entre le golfe de l’ Alaska et le Canada est un parc national ayant pour but la préservation de la faune sauvage, son sommet le plus haut est à 4700 mètres. Il y a 1045 points de glace, dont 50 ont officiellement le nom de glacier. Ce territoire, incluant la côte et toutes les îles est depuis des générations la terre d’ accueil des tribus Tlingit.

Nous ne nous lassons pas d’admirer la beauté de ces paysages et pouvons profiter de notre balcon au soleil, cela nous permet d’oublier notre déception face au brouillard qui cachait le glacier Hubbard.

Au 1er plan pour admirer toutes ces splendeurs  
38
38
Publié le 8 octobre 2022

Mercredi 28/09/2022

Nous arrivons à Icy Strait Point,situé dans la partie nord du canal intérieur qui passe entre les archipels Alexandre au sud-est de l’ Alaska.

Nous prenons le téléphérique qui nous mène à un petit hameau, qui a remplacé le village qui a entièrement brûlé lors d’un incendie, les habitants stockant les bouteilles de gaz sous leurs chalets. Le terrain, de part et d’autre du téléphérique est couvert de forêts très humides, pas la moindre parcelle qui ne soit recouverte de mousse. Il y a quelques boutiques pour touristes où tout est extrêmement cher : Dominique adore le crabe,et comme Moncrabeau n’est pas riche en crustacés, nous avons été voir un étal de crabes, 30 € le demi petit crabe chaud, où seule la pince est mangeable !

Nous nous promenons sur la plage de galets pour prendre un peu l’ air et nous dégourdir les jambes après la journée d’hier où nous sommes restés sans sortir.

39
39
Publié le 8 octobre 2022

Jeudi 29/09/2022

Nous visitons Ketchikan, (7446 habitants), ville entièrement construite sur pilotis, car coincée entre la montagne et l’eau du passage intérieur .

La rue du ruisseau est bordée de vieilles maisons de couleurs différentes en clins de bois..cette rue est connue pour avoir été la rue de la prostitution de 1903 à 1954 suite à une ordonnance obligeant les maisons closes à se déplacer du centre ville vers le quartier indien.

Ici aussi beaucoup de totems et le musée contenant la plus grande collection de totems au monde, totems provenant de 3 villages abandonnés aux environs de Ketchikan. nous avons la chance de voir dans le Passage Intérieur des otaries ou loutres de mer , je ne sais pas bien, s’amuser à nous faire des démonstrations de plongeons.

Le surnom de Ketchikan est « Capitale de la pluie » en Alaska, en effet il tombe entre 4600 et 5100 millimètres de pluie par an!

40
40
Publié le 8 octobre 2022

Vendredi 30/09/2022

Après une nuit et une journée de navigation, c’est à 19 heures que nous arrivons à Victoria ( 80.000 habitants), située à la pointe sud de l’île de Vancouver. Il fait déjà nuit et nous sommes à deux kilomètres du centre-ville,de plus nous devons être de retour avant le départ du bateau à 23 heures, après quelques hésitations nous optons pour le bus et abandonnons la marche à pied qui aurait pourtant été bénéfique. Le centre de Victoria est très animée et tout éclairé.

Arrivée en bateau avant la tombée du jour.         Arrivée dans la ville éclairée.                                         Entrée ...

Un joli port de plaisance en plein centre ville retient notre attention, comme dans les autres villes de l’ouest canadien il y a un quartier chinois et de nombreux monuments. Juste en face du port se trouve un immense et très chic hôtel et les bâtiments du parlement, joliment éclairés.

Le port de plaisances en centre ville  
Quartier chinois  

La ville est dans l’ensemble de style victorien et mérite la visite même de nuit.

41
41
Publié le 8 octobre 2022

Samedi 01/10/2022

Assez surprenant, mais nous passons la journée avec Catheŕine et Jean-Pierre, nos cousins lyonnais. Nous n’avons pas pu nous croiser en mars quand je suis allée dans les Alpes, puis notre rencontre prévue à Moncrabeau en juillet n’a pu se faire mais comme il parait difficile de se voir en France, nous avons choisi Vancouver où nos cousins passent la semaine et nous la journée, les coïncidences sont parfois surprenantes.

Après un petit café pour fêter nos retrouvailles, nous décidons de nous rendre au parc Stanley par le chemin côtier. Dans le port de plaisance sont accostés de magnifiques voiliers et yachts,puis un peu plus loin un nombre impressionnant d’hydravions, et ceux qui décollent les uns après les autres émettent un bruit impressionnant, je ne voudrais pas habiter à côté, ce doit être invivable, d’ ailleurs je ne vois que des commerces, pubs, restaurants et magasins de souvenirs. Nous arrivons dans le parc, une forêt avec des arbres centenaires et des arbres tronçonnés d’ où sont reparties de nouvelles pousses formant aujourd’hui des arbres très hauts. D’ailleurs la hauteur des arbres de cette forêt est impressionnante et me donne le vertige quand je lève la tête.

Un peu plus loin nous trouvons des plans d’eau et des massifs de fleurs qui, elles aussi sont de tailles remarquables, on voit que l’ humidité est omniprésente.

Au retour nous sommes pris dans la manifestation pour la liberté des femmes en Iran, manifestation très pacifique mais notre chemin étant le même, nous marchons pendant un bon moment parmi les manifestants.

Au retour c’est une ronde incessante d’ hydravions qui amerrissent, beaucoup moins bruyants qu’au décollage. Nous sommes samedi et pour aller en ballade, les locaux prennent leur hydravion comme nous prenons notre voiture.

Nous revenons au bateau où nous devons une fois de plus subir les formalités de douane puisque nous repartons à Seattle.

42

Dimanche 2 et lundi 3/10/2022

A 7 heures ce matin nous arrivons à Seattle, mais le temps de sortir du bateau, récupérer nos bagages et passer les contrôles de polices, il est 10 heures passées. Nous retournons à notre backpacker « Cambie », pour une nuit et récupérons notre matériel de camping et les affaires dont nous n’avions pas besoin en croisière que nous leur avions laissé en garde. Devant la taille des deux gros sacs que nous avions laissé nous sommes certains que nous ne pourrons jamais tout emporter, par chance, comme dans tous les backpackers il y’a des cartons d’échanges où nous déposons ce qui nous paraît nécessaire pour pouvoir fermer nos sacs. Puis nous partons faire un tour dans le quartier et dîner

Nous nous couchons de bonne heure sachant que la journée de demain va être éprouvante.

Effectivement c’est lourdement chargés que nous partons prendre le train pour Vancouver. Par chance nous ne sommes pas très loin d’une station de métro, et à l’inverse de l’arrivée,la rue descend, ce qui nous facilite le trajet.

Nous avons un métro direct pour la gare pacific et arrivons à 10 h 50 pour le départ du train à 15 h., nous ne devrions pas manquer le train !!!!!

Par chance nous pouvons enregistrer nos gros sacs à roulettes et pouvons ainsi partir déjeuner n’ayant plus que nos sacs à dos ( le mien pèse au moins 1 tonne), plus un sac contenant notre linge pour 4 jours, et oui, il nous faut le nécessaire pour vivre 4 jours de train! Pas grand chose d’ ouvert dans le quartier qui est en travaux , et nous avons le choix entre burgers, subway et Mac Do, ravis de ce large choix, nous optons pour le MacDo. Après un somptueux déjeuner nous repartons à la gare attendre notre train qui en quatre jours nous fait traverser le Canada d’ ouest en est (4400 kilomètres).

Cela peut surprenant mais le transcanadien fonctionne depuis le 23/05/1887, il reliait à l’ époque Montreal à Vancouver. La première ligne transcontinentale du Canada à été achevée en 54 mois, couvrant plus de 4800 kilomètres sur un terrain parmi les plus difficiles du monde, chapeau vu les moyens de l’époque. Cette ligne a permis la création ou le développement vers l’ouest de ville comme Vancouver ou Winnipeg.

Le train nous paraît accueillant,les sièges sont confortables et inclinables avec repose-pieds et en classe économique le wagon est 2/3 vide,ce qui nous permet de nous étaler,nous et nos bagages, peut-être va-t-il se remplir demain à Jasper,mais pour le moment,nous en profitons. Il y a également un wagon panoramique avec le toit vitré.

Le départ a lieu à 15 heures précises mais à 19 heures nous sommes toujours en banlieue de Vancouver,les trains de marchandises, souvent de plusieurs centaines de mètres de long étant prioritaires sur les trains de voyageurs, et ceux-là sont nombreux dans cette grande métropole qu’ est Vancouver.

43
43
Publié le 8 octobre 2022

Mardi 4 à vendredi 7/10/2022

Après une nuit plutôt inconfortable, les sièges sont très étroits, les assoupissements sont entrecoupés de réveils dus au klaxon du train à chaque croisement avec le moindre petit chemin pour prévenir de son arrivée, il est vrai qu’il ne passe que 2 trains de voyageurs par semaine et quelques trains de marchandises sur certains tronçons. Le train secoue beaucoup, la voie n’étant pas régulière. pendant ces 4 journées dans le train nous allons traverser 4 provinces canadiennes et traverser 3 fuseaux.

J’aperçois par la fenêtre une magnifique cascade

Le train s’arrête un petit moment à Vermont mais nous ne sommes pas autorisés à descendre. Vermont , petit village d’ un millier d’ habitants date de 1928.


Nous sommes partis de Vancouver en Colombie britannique et maintenant nous roulons à travers l’Alberta. Le paysage dans les Rocheuses est magnifique, nous avions fait Vancouver Jasper par la route mais nous sommes toujours enthousiastes de revoir ces paysages en train, nous sommes très loin de nous en lasser.

Il est 13 h 30 et nous nous arrêtons à Jasper pendant 1 heure, l’ ayant déjà visité à l’aller nous faisons un petit tour succinct de la ville et nous nous arrêtons acheter de quoi déjeuner car vu l’heure de l’arrêt, le cuisto du train fait grève ce midi!

Nous découvrons que notre fils a ouvert un bistro à Jasper, cela va le changer de son restaurant à Laressingle

Derniers clichés des Rocheuses  

Nous quittons les Rocheuses et faisons un arrêt à Edmonton, il est 21 h 30, il fait noir et l’hôtesse nous dit qu’il n’y a rien à voir, de plus, vu la nuit précédente, je me suis déjà préparée pour celle-ci, nous ne sortons donc pas, l’arrêt est surtout fait surtout pour les passagers qui veulent monter.ou quitter.

Cette nuit n’est malheureusement pas meilleure que la précédente, les sièges sont confortables pour la journée et vraiment inconfortables pour la nuit, vu leur étroitesse et je suis incapable de dormir sur le dos.

Chaque matin le serveur passe à 6h30 prendre les commandes pour le petit-déjeuner car en raison de la Covid la salle à manger est fermée et nous sommes servis à nos places.

Nous traversons actuellement le Saskatchewan, finies les montagnes, nous sommes dans une immense plaine, à peine vallonnée, qui s’étend de chaque côté du train jusqu’à perte de vue. Nous voyons quelques vaches et quelques chevaux mais surtout des champs cultivés,mais les récoltes sont déjà faites, nous sommes en octobre, à priori des céréales, genre blé, orge, avoine, nous apercevons souvent des grands silos à graines.

Nous nous arrêtons à Saskatoon à l’ heure du déjeuner mais il n’y a qu’une gare en pleine nature, la ville est trop loin et le temps d’arrêt trop court, nous faisons une petite marche sur le quai puis retournons nous mettre au chaud car la température a bien chuté .

Hier soir on nous a annoncé que cette nuit nous allions rattraper le retard accumulé à cause des trains de marchandises et ce matin on nous annonce fièrement que nous n’avons plus que 5 heures de retard, et que nous devrions arriver vers 16 h 30 demain au lieu de 15 h, une partie du retard va être rattrapée.Heureusement, prévoyants, nous avons annoncé notre arrivée à l’hôtel vers 19h. Car la chambre n’est réservée qu’une 1/2 h après l’heure annoncée, vu la difficulté que nous avons eu pour trouver un hébergement qui ne soit pas complet, nous tenons à conserver notre chambre.

Changeant de province,nous changeons une deuxième fois de fuseau horaire,nous sommes maintenant dans le Manitoba.

Nous retrouvons la forêt et avons notre première chute de neige, juste quelques petits flocons, mais cela justifie la chute de la température.

Nous nous arrêtons à Winnipeg, mais malheureusement de nuit et avec le froid nous nous abstenons de sortir du train.

La fatigue aidant, je dors profondément quand des employés traversent plusieurs fois le wagon en parlant fort, l’air perturbé. Le train est arrêté, il y a certainement un problème, il est 3 h du matin.Je somnole plus ou moins quand à 6 h le train repart.

Au petit déjeuner on nous annonce que, en raison du problème de cette nuit, notre arrivée est prévue entre 21 h et minuit. Évidemment il n’y a aucune connexion téléphonique et de plus nous sommes sous la neige et notre hôtel ferme à minuit, pourvu qu’ à l’arrêt prévu vers 13 h nous puissions joindre l’hôtel et pourvu que notre arrivée à la gare soit plus proche de 21 h que de minuit, l’avenir nous le dira! Dormirons nous ce soir dans un lit ou dans la neige? .Qui ose dire que les trains à la SNCF arrivent souvent en retard!!!

J,ai choisi mon sapin de Noël (2ème photo) 

Nous voici en Ontario , donc encore un fuseau horaire de passé, le décalage horaire sera moins important à l’ arrivée à Paris, puisque nous avons eu jusqu’à 10 h. de décalage et nous n’en avons plus que 6.

Le serveur m’explique l’ arrêt de cette nuit dû à un rail défectueux. Un ingénieur est venu estimer les dégâts, et a conclu que les trains de marchandises pouvaient rouler mais qu’il ne fallait pas prendre de risques avec des voyageurs, des ouvriers ont été appelés pour changer le rail défectueux. Heureusement que les trains de marchandises ont pu continuer à rouler, car sinon, vu qu’ils sont prioritaires, nous n’étions pas prêts de repartir!

Ce soir la neige a disparu et le pronostic est une arrivée vers 22h30, et j’ai pu joindre l’hôtel pour prévenir de mon retard, quand j’ai dit que j’arrivais par le transcanadien, ie réceptionniste n’ a pas été surpris et m’a assurée qu’il me gardait le chambre, à priori nous ne serons pas SDF cette nuit.

Nous longeons maintenant le Lac Huron, mais le rideau d’arbres m’empêche de le prendre en photo.

En définitif nous arrivons avec 9 heures et 10 minutes de retard, et comme la gare de Toronto est très moderne, comme dans un aéroport nos valises arrivent sur un tapis roulant dans la salle des bagages. Quelques valises arrivent puis arrêt du tapis, 1/2 heure plus tard nous voyons arriver 2 employés de Via rail apportant chacun 3 valises, les pauvres font ainsi la navette et voilà enfin un de nos sacs qui arrive, c’est celui de Dominique, nous sommes sauvés car c’est toujours le bagage de Dominique qui est perdu, en effet le mien arrive peu après. Nous avons attendu 55 minutes pour nos valises et minuit est largement passé, heure habituelle de la fermeture de l’hôtel, mais comme c’est le week-end de Thanksgivings, il reste ouvert jusqu’à 2 heures du matin. La gare n’est qu’à 1,800 km de l’hôtel mais vu le poids de nos bagages, pour être sur d’arriver à l’heure nous prenons un taxi. Excellente idée car l’hôtel est situé dans un quartier qui craint, du moins telle est notre impression.

Comme souvent au Canada, la réception est au premier étage et voilà encore un escalier à monter avec nos 2 sacs de 23 kg plus nos sacs à dos de 10 kg chacun, mais nous sommes rodés et faisons 2 voyages, portant chaque fois un gros sac à 2.

L’hôtel est ancien, propre mais avec le minimum, 1 serviette, ni savon, gel douche ou shampooing, un lit quia vécu, mais nous avons un lit!

Comme c’est le week-end de Thanksgivings nous avons eu la chance de trouver une chambre, 220€ la nuit mais dans nos recherches nous avons trouvé des chambres jusqu’à 8000€ la nuit, non non je n’est pas mis un zéro de trop.

Nous nous endormons très vite malgré le bruit dans la rue.

44
44
Publié le 11 octobre 2022

Samedi 8/10/2022

Nous faisons un petit tour dans le quartier de la gare avant de prendre le train qui nous conduit à l’aéroport.

Ici aussi beaucoup de gratte-ciel.


Nous avons été stupéfaits à l’arrivée à l’aéroport, pas un seul guichet, tout est 100/100 automatisé. Nous scannons notre billet et des étiquettes avec notre destination sortent de l’appareil, nous les collons sur nos sacs puis trouvons les tapis roulants où déposer nos sacs qui sont alors refusés, le tapis roulant ne roulant pas après avoir scanné nos sacs, comme nous savons avoir les dimensions requises, nous nous doutons que nous sommes en surpoids, n’ayant évidemment pas trouvé de bascule à l’hôtel, nous trouvons une bascule, graduée en livres évidemment mais conversion faite le sac de Dominique pèse 23,300 kg pour 23 autorisés, méchant tapis qui n’ autorise pas la moindre petite gratte, quand à moi 25 kg, je ne discute pas.

Après avoir allégé nos sacs, retour à la bascule et magnifique, chaque sacs pèse exactement 23 kg, et cette fois le tapis les emporte direction Paris, espérons nous..

Nous montons dans le Boeing où nous sommes situés sur un côté de 3 sièges, nous sommes assis l,un derrière l’ autre et nous avons le siège du milieu, les sièges sont étroits et quelle chance, nous avons chacun assis sur le siège voisin une personne de 150 kg minimum, les pauvres n’y peuvent rien mais nous sommes écrasés, coudes au corps pendant tout le voyage, de plus l’avion étant complet , impossible d’espérer bouger. Au moment du décollage on nous informe d’ un petit retard dû à un problème de porte , effectivement nous partons avec 3/4 d’heure de retard. Pas grave pensons nous, les avions long courrier rattrapent toujours les petits retards, mais le notre, malgré un temps sans la moindre turbulence, augmente régulièrement son retard et nous arrivons à Charles de Gaulle 2 h. 20 plus tard que prévu et sans la moindre excuse on nous souhaite d’ effectuer nos prochains vols avec leur compagnie, sans compter que le repas n’était pas terrible et le petit déjeuner consistait en un morceau de pain avec lequel on pouvait jouer à l’élastique accompagné d’un petit carré de beurre et d’une petite bouteille d’eau, pas la moindre boisson chaude!

L’attente des valises fut relativement longue et bien qu’ayant prévu plus de 5 heures entre l’atterrissage programmé et le départ de notre train , nous nous sommes vu obligés de prendre un taxi, en priant qu’il n’y ait pas de bouchon, la navette nous faisant manquer notre train avec certitude. Quelle chance que nous soyons dimanche et qu’il y ait rupture de carburant en île de France car la route et même le périphérique étaient très fluide. Arrivés à Agen notre très gentille voisine Marie nous attend pour nous ramener à la maison. Nous partons dîner à Larressingle chez notre fils Olivier où nous nous régalons avec de la viande saignante,quel plaisir après tous ces burgers et autre garnis d’un steak haché “very very well done”

C’ est comme de véritables zombies que nous regagnons la maison et quel bonheur de pouvoir nous coucher.

»

45

Lundi 10 et mardi 11/10/2022

Après presque 11 heures de sommeil (je ne pensais pas être capable de dormir si longtemps), je me réveille juste à temps pour prendre mon petit déjeuner que Marie nous avait prévu,m’ habiller et partir à Agen pour la visite chez l’ ophtalmo pour vérifier le résultat du laser que j’ai eu avant de partir. L’ opération a bien réussi mais c’est maintenant l’œil droit qui est pris et le spécialiste me dit qu’il ne faut pas attendre fin décembre pour intervenir et il me dit de revenir à 14h. Qu’elle conscience professionnelle car il est obligé de bouleverser son emploi du temps pour moi, et c’est à 17h30 que je rentre à la maison.

Par bonheur Marie nous a invité à déjeuner et à dîner, je n’ai donc rien à faire comme cuisine, de plus elle m’a gardé pour le dîner ma part de coquilles Saint Jacques prévue pour le déjeuner, coquilles toute fraîches qu’ elle à achetées à un pêcheur à Granville.

Il est 1 h 30 quand je boucle ma valise et pars me coucher, mais je mets le réveil à sonner car vu le décalage horaire, je n’ai pas eu de problème pour faire ma valise tard ce soir mais l’expérience de la nuit dernière m’a appris à me méfier pour me réveiller à l’ heure, ce serait vexant de louper notre train.

Après une visite éclair à Lou Veratous où Frédérique nous dédicace son livre que j’ amène en Asie car je suis impatiente de le lire, Marie nous conduit à Agen où nous arrivons largement à l’ heure pout notre train. Merci Marie pour tout ce que tu as fait pour nous malgré ton genoux blessé.

Nous arrivons sans problème à Roissy à 16 h 30 nous sommes au départ de la navette mais nous découvrons que le premier passage n’ est qu’ à 18 h. Nous attendons sagement, il fait beau et rien ne presse sinon une petite envie de sieste avant le dîner car nous n’ avons pas tout à fait récupéré le décalage horaire.

Après 2 ans et demi d’ attente,, notre voyage ayant été interrompu en mars 2020.en raison de la Covid, c’est avec plaisir que nous retrouvons les amis autour d’ un dîner joyeux et animé, commencement d’ un nouveau départ vers l’ Asie .

Notre groupe au complet , heureux de nous retrouver pour une deuxième expédition!  
46
46
Publié le 14 octobre 2022


Mercredi 12 et jeudi 13/10/2022

Après un bon petit déjeuner nous quittons l’ hôtel et prenons la navette qui nous conduit à l’ aéroport. Nous prenons la queue derriere une longue file pour nous enregistrer puis attendons sagement l’ heure d’ embarquer.

Nous parcourons de longs couloirs pour aller rejoindre l’ avion mais un peu de marche fait du bien avant les 11 heures de vol qui nous attendent. Nous voyageons avec Thaï Airlines et les repas à bord sont bons et copieux.

Après un vol calme, sans turbulences, nous arrivons à Bangkok , en transit pour le Vietnam, notre avion ayant pris un peu de retard, nous avons juste le temps d’ attraper notre correspondance, dommage car l’aéroport de Bangkok paraît très joli avec de superbes décorations asiatiques.

En arrivant à Ho Chi Minh, nous devons passer devant les autorités qui examinent passeports et visas. Ma sœur est devant moi et sans aucune explication elle est priée de se diriger vers un autre bureau, c’est mon tour et catastrophe, j’ai une faute d’ orthographe sur mon visa, celui-ci n’est donc pas valable, je rejoins ma sœur. Pour elle, tout s’arrange car on lui donne un visa rédigé en Vietnamien et elle peut rejoindre le groupe, quel était le problème, mystère. Quant à moi, ma seule possibilité, après discussion, est de payer en dollars et en liquide un nouveau visa, ce qui prend encore beaucoup de temps, mais les amis m’attendent patiemment alors que tout le monde rêve de manger rapidement pour jouir après d’une sieste bien méritée.

A l’hôtel  

C’est reposé que nous partons en fin d’après midi faire une promenade dans Ho Chi Minh, où nous retrouvons nos souvenirs de 2020.

47
47

Vendredi 14/10/2022

Après une nuit perturbée par des travaux dans la maison mitoyenne de l’ hôtel ( marteau piqueur et toupie à béton), car ici on construit de nuit comme de jour, un chantier commencé doit se terminer au plus vite, la tempête tropicale, annoncée depuis hier sur Hué, va-t-elle nous permettre de prendre l’avion ou ce dernier va-t-il être annulé?

Dans l’incertitude nous bouclons nos valises et partons faire un tour.

Laposte 
Un cafard.                                                          Des mariés.                                       Un vendeur à...

En fin de matinée,notre vol étant maintenu, Bernard commande les taxis pour 13h 40 et nous partons déjeuner. Alain croit commander des nems et voit arriver dans son assiette des cubes, qui sont en fait du tofu, mais comme il a déjà eu du tofu ce matin dans sa soupe et qu’il n’apprécie pas ce plat, il déjeune léger.

Arrivés à l’aéroport nous nous enregistrons et attendons gentiment devant la porte d’ embarquement.

Mais 10 minutes avant l’ heure notre vol est annulé, non non ce n’est pas une blague, le tableau affiche bien annulé pour un seul vol, le notre, il faut dire que Hué est une ville régulièrement sujette aux tempêtes tropicales.


Il nous faut maintenant récupérer nos bagages déjà embarqués et changer nos billets pour le prochain départ. C’est un peu le parcours du combattant car nous devons passer les contrôles à contresens, la normale étant de donner ses valises au départ d’un avion et non de les reprendre !!!

Évidemment nous ne sommes pas les seuls à vouloir changer nos billets, et la queue au guichet est interminable car il faut attendre la décision des autorités pour savoir quand le trafic sera rétabli. Nous obtenons un billet pour demain fin de matinée si la tempête le permet et par chance je téléphone à l’hôtel qui a encore 6 chambres de libres. Le retour en centre ville à l’ heure de pointe est un vrai gymkhana, des millions de scooters se faufilent entre les voitures, tous les véhicules se frôlent, comment ne s’accrochent -t-ils pas, cela reste un mystère, une chose est sûre, personne parmi nous ne se sent capable de prendre le volant, il faut être né ici pour oser conduire. Nous prenons possession de nos chambres, allons dîner où notre ami Alain mange enfin des nems et nous nous couchons en priant pour que les vols sur Hué soient rétablis demain.

48
48
Publié le 16 octobre 2022


Samedi 15/10/2022

Au réveil notre séjour à Hué est toujours incertain, Bernard a reçu cette nuit un message de l’hôtelier lui annonçant que les pavillons étaient inondés et qu’il ne pourrait pas nous héberger avant plusieurs jours.

Notre vol est maintenu mais annoncé avec 30 minutes de retard. Nous partons donc vers l’aéroport et oui aujourd’hui nous embarquons vraiment, pas de désistement de dernier moment.

Où allons-nous dormir ce soir? Quel seront les sites accessibles ? Que de questions en attente de réponses!

Arrivés à Hué, nous retrouvons Nicolas, le fils de Bernard, qui nous a réservé un minibus pour la journée. Nous allons visiter une pagode qui n’était pas prévue au programme, mais c’est la seule accessible pour le moment et effectivement nous roulons sur certaines portions de route submergées. Nous nous arrêtons en route pour nous restaurer car il est déjà 15 h. et nos estomacs nous rappellent à l’ ordre.

Devant un des autels de la pagode, nous écoutons un moine prier, qui, après chaque psalmodie donne un coup de gong.

Après un court passage à l’hôtel nous ressortons pour dîner et c’est trempé que nous rentrons, nous avons goûté à la pluie tropicale.

49

Dimanche 16/10/2022

Nous souhaitons un joyeux anniversaire à notre petite-fille Elsa qui arrose aujourd’hui ses 21 printemps, Papy et Mamie t’ embrassent très fort.

Une pluie torrentielle est tombée pendant une grande partie de la nuit, l’hôtel que Bernard avait réservé est donc toujours inaccessible et nous restons donc dans le même hôtel la nuit prochaine, nous sommes bien mais Bernard nous ayant prévu des petites villas individuelles est un peu déçu et nous le comprenons, lui qui a passé tant d’ heures pour nous concocter ce voyage voit le séjour chamboulé par une tempête tropicale de niveau 3 et la prévision pout mercredi prochain est un typhon de force 10 ou 11.

Aujourd’hui nous visitons la cité impériale , en chemin nous traversons la “rivière des parfums” sur un pont “Eiffel” construit en 1909.

La rivière des parfums en crue  
Quelques vues sur le chemin de la cité impériale  

La cité impériale de Hué fut la capitale impériale du Vietnam de 1802 à 1945, sous le règne de la dynastie Nguyen ( Gia Long (1802-1820) puis Minh Mang (1820-1841) furent les 2 empereurs instigateurs de la construction de cette cité.

Un aperçu de la cité impériale de Hué 


Au retour nous dînons dans un bon restaurant typique vietnamien, un vrai régal.

La carte.                                                                                            Notre assiette  
50
50
Publié le 19 octobre 2022

Lundi 17/10/2022

Une carte du Vietnam pour mieux suivre notre voyage  

Le niveau de l’eau a bien baissé et nous pouvons partir découvrir temples et pagodes.

Nous commençons par le tombeau du roi Khai Dįnh, deuxième roi de la dynastie des Nguyen Khai Dinh, qui a régné de 1916 à 1925. Ce tombeau se situe dans les montagnes,au sud de la capitale impériale. Ce tombeau nommé Ung Lang est le plus typique de l’architecture Néoclassique, mélange européen et asiatique très surprenant.

Ce tombeau,construit sur une montagne à pente raide,occupe un emplacement rectangulaire de 117 X 48,5 mètres

Ensuite nous partons visiter le tombeau du roi Tu Duc, quatrième roi de la dynastie Nguyen Tu Duc, qui a régné de 1848 à 1883. Ce tombeau est situé à 7 km au sud-ouest de la capitale impériale. La construction de ce tombeau, nommé Khiem Lang (tombeau de la modestie), commencée en 1864 fut achevée en 1867. L’ensemble du site a une superficie de 12 ha, son mur d’enceinte, en pierre et en brique, a une hauteur de plus de 3 mètres sur un périmètre de 1350 mètres.

Chaque pavillon avait son utilisation propre, l’un où le roi apprenait à tirer, un autre réservé à la lecture,un autre à la contemplation de l’ensemble du site.

Photos des extérieurs  
Les intérieurs  

Maintenant nous allons visiter la pagode de la Dame Céleste, fondée en 1801, qui s’étend sur plus de 2 ha.

Située sur un promontoire, elle offre des vues magnifiques sur la campagne et les montagnes encadrant la célèbre rivière des Parfums.

La tour Phuoc Duyen est encadrée de 2 pavillons, l’un contient la statue en marbre d’une tortue,symbole de longévité et l’autre une cloche géante en bronze de 2 m de haut, pesant plus de 3 tonnes, on entend cette cloche, la plus puissante de l’ époque à des kilomètres à la ronde.

Le sanctuaire abrite 3 statues du bouddha, symbolisant le passé, le présent et le futur.

A l’arrière du sanctuaire on voit l’Austin du moine bouddhiste qui, en 1963 s’ immola pour protester contre le régime pro catholique du président Diem.

Puis nous arrivons dans un magnifique jardin fleuri, avec des bassins de lotus et de nénuphars et des bonsaïs de toute beauté.

51
51
Hoi An Vietnam

Hoi An

Publié le 19 octobre 2022

Mardi 18/10/2022

C’ est en minibus privé que nous partons vers le sud pour visiter Hoi An.

En cours de route  

Notre hôtel, à 3 km de la ville, est situé au milieu des rizières, le calme après l’agitation de la ville.

Après un délicieux déjeuner pris à l’ hôtel nous allons découvrir les merveilles de Hoi An en taxi un peu spécial

L’ architecture des maisons de la vieille ville, particulièrement bien conservées, reflète le mélange des cultures vietnamienne, chinoise, japonaise et européenne.

Nous admirons le pont japonais construit en 1593

Nous prenons un pot dans un café dont le propriétaire a vécu en France et est amoureux de Brassens

Dans les rues nous passons devant un grand nombre de magasins de confection ( il y en a environ 400) qui proposent des costumes et des robes faites sur mesure rapidement et à un prix très abordable.

La nuit tombe et petit à petit une pléthore de lampions illumine la ville. Nous dînons au bord de la rivière Hoà dans l’eau de laquelle se reflète la lueur des lampions de toutes les barques, un spectacle magnifique.

Hoi An la nuit 
52
52
Publié le 19 octobre 2022

Mercredi 19/10/2022

Après une nuit très calme, si l’on fait abstraction de l’ aboiement d’un chien ou le chant d’ un coq dans le lointain, nous prenons une matinée de détente avec petite marche au milieu des rizières; nous avons renoncé à la balade prévue à bicyclette à cause de rafales de vent qui pourraient nous faire plonger tête la première au milieu des pousses de riz.

Petit plouf  dans la piscine ce matin au réveil                                                 Ou pour certains dans la  rizière 

La route entre l’hôtel et la ville commence à être submergée sur une trentaine de mètres, et nous préférons prendre un taxi plutôt que de risquer d’ être obligés de finir à la nage en passant à pied au milieu des rizières.

Comme nous sommes 9, il nous faut 2 voitures, le premier taxi vient jusqu’à l’hôtel,mais le 2ème refuse de traverser l’eau et un monsieur de l’hôtel nous fait traverser l’un après l’autre sur sa moto.

Arrivés à Hoi An, l’eau a bien monté depuis hier et les ponts sont inaccessibles, impossible donc de passer de l’autre côté de la ville. Nous flânons dans la vieille ville, puis dans le marché de nuit, mais l’eau continuant à monter,les marchands commencent à remballer de bonne heure.

Nous nous installons dans un des rares restaurants ouverts et comme il est encore tôt nous prenons l’apéritif avant de dîner.

Au retour, les taxis traversent quelques zones inondées mais refusent de parcourir les 100 derniers mètres avant l’hôtel. Nous nous déchaussons, remontons les jambes de nos pantalons et guidés par Annie qui a allumé la lampe de son téléphone nous traversons héroïquement la zone inondée, pas de noyés, nous arrivons tous sains et saufs à l’hôtel, il ne nous reste plus qu’à nous laver les pieds!!!

Mais comment allons nous faire demain avec nos valises si l’eau continue à monter? Seul l’avenir nous le dira.

53
53

Jeudi 20/10/2022

Au réveil l’eau a encore monté ce qui ne m’empêche pas de profiter de la piscine. Comme il n’a pas plu et que le soleil brille, nous ne comprenons pas, mais ce serait la marée montante qui refoule l’eau.

C’est un pick-up qui vient chercher nos valises et qui nous transporte en plusieurs aller et retour jusqu’à l’endroit où les taxis peuvent arriver pour nous conduire à l’ aéroport.

Vu les retards et les vols supprimés je décide de résoudre tous les problèmes en acquérant mon propre avion!!!

Ma dernière acquisition  

Nous nous envolons pour Haiphong à l’heure prévue et à l’arrivée un chauffeur de taxi nous attend pour nous conduire au ferry pour l’île de Cat Ba et à l’arrivée nous sommes de nouveau attendu et conduits à notre hôtel.

Haiphong  
Traversée en ferry  

Mais en soirée,coup de théâtre, Bernard reçoit un message de l’hôtelier qui devait nous accueillir disant que son chauffeur ne nous a pas vus à la descente de l’avion. Après plusieurs échanges Bernard nous dit de boucler nos valises car nous devons nous rendre au lieu prévu dès ce soir, l’étape à Cat Ba étant une arnaque. Nous voici donc, la nuit tombée,sur le trottoir avec nos valises à attendre que les chauffeurs des 2 hôtels règlent leurs comptes.

Enfin nous démarrons et sommes conduits au bord de l’eau où un bateau nous attend. Heureusement que deux jeunes se charges de nos bagages car c’est par un escalier abrupt que nous accédons au bateau. Le pilote fait vrombir les 250 chevaux de son moteur pour nous faire traverser,tambour battant la baie d’halong, il fait nuit noire et nous frôlons des rochers impressionnants, en souhaitant qu’un pêcheur dans une petite barque,ne se trouve pas sur sa trajectoire.

Deux taxis électriques,comme nous en avons déjà pris,nous attendent,l’un pour les bagages et l’autre pour nous et c’est par une jolie route tres surprenante que nous arrivons à l’hôtel.

Désolée, mais il fait nuit  

Notre homestay se situe dans le petit village de Viet Haï, à 18 kilomètres de la ville de Cat Ba, au cœur du parc national, au milieu de la jungle,entouré par de hautes montagnes boisées. 80 familles vivent dans ce hameau, toutes autochtones de la baie d’Halong, vivant de la pêche, de l’ agriculture, de la fabrication d’alcool et depuis peu du tourisme.

54
54
Publié le 25 octobre 2022

Vendredi 21 à dimanche 23/10/2022

Ce matin il fait jour et nous découvrons notre hébergement et son environnement , un cadre très joli

A l’étage notre chambre                                               Nous pouvons cueillir les pamplemousses depuis notre balcon 

Ce matin, nous partons à pied voir une grotte et ses chauves-souris, et admirer les montagnes environnantes. Pas de chance, les chauves-souris refusent de se montrer, mais les montagnes sont visibles

A défaut de chauves-souris.                                                                     Entrée de la grotte  
Quelques paysages  

Après déjeuner c’est à bicyclette que nous partons découvrir l’île.

Vu la performance des vélos, c’est à pied, en poussant nos engins, que nous grimpons les côtes, de la plus douce à la plus pentue (10%). Nous refaisons la route d’hier soir jusqu’à l’embarcadère, traversons le tunnel et roulons sur certains passages encore recouverts d’ eau, mais aujourd’hui il fait jour.

La troupe en plein effort ! 

Aujourd’hui samedi nous partons pour la journée. A l’embarcadère nous montons à bord du bateau de notre hôtelier qui nous fait visiter la baie d’ Halong et la baie L’an Ha, cette dernière abrite 400 îlots et de nombreuses criques désertes,un spectacle éblouissant. Les rochers de formes et de couleurs différentes renouvellent continuellement le paysage.

Le bateau s’arrête en pleine baie et nous continuons la découverte de la baie en kayak ce qui nous permet de traverser des grottes naturelles creusées sous les rochers et à chaque sortie nous éprouvons la même admiration pour ce paysage si particulier à cette baie.

Nous revenons à bord pour le déjeuner où nous dégustons huîtres, fruits de mer et poissons . Puis nous avons le choix entre la sieste ou la plage et la baignade, je choisis évidemment la baignade, mais je suis la seule, tant pis pour eux, ils se privent d’un plaisir.

Nous prenons la route du retour et de jour cette fois


Aujourd’hui dimanche, journée de repos, chacun se promène à son gré, marche à pied jusqu’au port ou grimpette au navi peak ou farniente .

55
55

Lundi 24/10/2022

Nous quittons la baie d’Halong « maritime »pour nous diriger vers la baie d’ Halong « terrestre ».

Nous empruntons le ferry

puis un van privé pour 3 heures de route. Le van est une limousine super luxueuse et son chauffeur est un vrai Fangio , il conduit autant avec le klaxon qu’avec le volant, mais sa conduite sportive doit le réchauffer car il nous a mis une clim glaciale et nous sommes transis à l’arrivée.

L’ hébergement réservé par Bernard est une petite merveille. Nous logeons à 800 mètres du village de Tam Coc, au milieu des rizières, entouré de montagnes boisées.

Nous sommes accueillis chaleureusement par Thuan, avec un pot de bienvenue, et surprise, Thuan parle français

Nos chambres de dimensions princières sont construites en bambou ( murs, porte et charpente) , entourent une piscine.

Pieds dans l’eau chaude parfumée avec une petite boisson en accompagnement  
56
56
Publié le 26 octobre 2022

Mardi 25/10/2022

Il crachine un peu ,nous choisissons donc de commencer, après un petit déjeuner pantagruélique, par la visite de la pagode deBai Dinh, à une quinzaine de kilomètres de Ninh Binh, cette pagode est le complexe boudhiste le plus important du pays.

- Nous apercevons l’ancienne pagode construite en 1136 sur le mont D’inhabité ( 187 m) nichée dans les les de Toi(lumière) et de Sang( ombre), à laquelle on accède par une montée de 300 marches, le courage nous a manqué.

- La nouvelle pagode comprend plusieurs temples reliés par des couloirs abritant 500 statues de 2 mètres sculptées dans une pierre bleue.

- Le palais Tam Thé contient 3 statues en bronze de 50 tonnes représentant les bouddhas du passé,du présent et de l’avenir.


- Le palais de Phap Chu avec la statue en bronze du Bouddha Shakyamuni de 10 mètres de haut pesant 100 tonnes.


- Le stupa de Bao Thap xa loi de 13 étages et 100 mètres de haut, considéré comme le plus stupa d’Asie du SE. on y conserve des reliques de Bouddha et au premier étage une statue gigantesque plaquée or du Bouddha Shakyamuni.

Cet après-midi, la pluie a cessé et l’horizon est net, aussi décidons nous de faire la promenade en barque. Nous partons pour 3 heures de balade dans un décor de pitons karstiques et de vallées.

Nous traversons 5 grottes inondées, plus ou moins longues ( de 60 à 350 mètres), et attention à la tête si on oublie de la baisser dans certains passages.

Retour chez Thuan où une fondue vietnamienne nous attend après un Chivas de 15 ans d’âge offert par notre hôte.

57

Mercredi 26/10/2022

Impossible de manger tout ce que Thuan nous sert au petit déjeuner, je pense qu’il veut nous engraisser pour Noël, mais nous allons partir avant!

Nous partons flâner dans le village, puis dans la campagne environnante

Cet après-midi après une petite marche digestive, nous avons renoncé au vélo a cause de la pluie, nous prenons une leçon de cuisine avec Thuan

Il prépare une farce pour un gros poisson à base de porc haché, d’aneth, de champignons, de glutamate de sodium et d’autres herbes que je n’ai pas reconnu. Le poisson une fois farci est emballé dans 2 couches de papier d’aluminium et nous suivons Thuan et son poisson à l’extérieur, et là, sur un dalle, Thuan allume un feu avec de la paille de riz et du son de riz Puis il place le poisson au milieu des flammes et recouvre peu à peu ce dernier avec paille et son toujours en attisant le feu, puis il forme comme une croûte avec.le son et laisse le poisson cuire tranquillement pendant 1 heure 1/2.

Nous attendons avec impatience la dégustation  

Jeudi27/10/2022

Ce matin nous visitons la cathédrale catholique de Phat DiemCette cathédrale nous surprend beaucoup, rien à voir avec celles de chez nous, elle est construite dans le style vietnamien, sa charpente en bois sculpté est admirable. C’est le plus étonnant des édifices catholiques du Vietnam, construit par un prêtre vietnamien, entre 1875 et 1898. L’ensemble s’étend sur 22 ha,et comprend 1 grande église,4 chapelles, 1 campanile,1 étang et 3 grottes artificielles.

Vue de l’ extérieure et de la charpente 


Juste à côté il y a une chapelle avec devant 2 statues napoléoniennes

Après un après-midi de balade dans les environs,nouvelle leçon de cuisine, aujourd’hui nous apprenons à préparer les nems, Nousjoignons la pratique à la théorie, Il faut hacher très fin les champignons, les oignons,râper la carotte, mixer la viande de porc et arrive le plus délicat: rouler les nems. Le résultat est assez hétéroclite, il y en a des longues et des courtes, des fines et des joufflues mais le principal est qu’elles soient bien fermées pour ne pas se défaire dans le bain d’huile dans lequel on les plonge pour 15 minutes de cuisson.

La dégustation est concluante, nous nous régalons, rien à voir avec les nems industrielles.

58
58
Publié le 31 octobre 2022

Vendredi 28/10/2022

C’est après un petit déjeuner toujours aussi varié et copieux que nous quittons Thuan pour aller à Puluang,

Départ de ces Thuan ( le groupe + Thuan et sa femme Zou  

dans un lodge en pleine jungle et au milieu des rizières souvent en terrasse car nous sommes en montagne.

Le van ne pouvant descendre jusqu’à l’hébergement, vu la pente de la route, c’est à pied que nous finissons le parcours et un motard nous amène nos valises, 2 ou 3 par voyage.

Vue de notre balcon.                                     Notre chambre.                                   Découverte des environs 

Samedi 29/10/2022

Nous partons pour la journée découvrir la région avec Ha, notre logeur. D'abord à pied à travers les rizières et au milieu de la jungle. La végétation est luxuriante et Ha nous fait connaître de nombreuses herbes et plantes qui entrent dans la composition des plats vietnamiens, nous reconnaissons la menthe, la citronnelle, la papaye, le manioc, le basilic et bien d’autres espèces qui poussent à l’état sauvage. Les rizières en terrasses s’étagent sur les flancs de la montagne .


Après une bonne heure de marche avec un fort dénivelé, nous enfourchons des vélos pour 2 heures de pédalage sur des chemins à peu près plats au dire de Ha, mais je vous assure que j’ai souvent utilisé le frein pour ne pas prendre trop de vitesse dans les descentes et j’ai même dû finir une ou 2 côtes à pied, le plat vietnamien est très relatif!

Costume traditionnel local 

Nous longeons beaucoup de rizières et prenons les petits sentiers entre les rizières, par endroits la moisson est déjà faite, dans d’autres elle ne va pas tarder.

Puis nous déposons les vélos pour 1h1/2 de marche dans des sentiers à peine tracés par moment. Nous longeons une rivière mais nous avons toujours beaucoup de dénivelé et par moment nous apercevons la rivière en contrebas mais,vu la végétation il nous serait absolument impossible de la rejoindre.nous traversons beaucoup de forêts de bambou, herbe très utilisée au Vietnam, notamment pour les meubles et les bungalows.

Nous revenons au niveau de la rivière où le restaurant est le bienvenu et surtout la bière bien fraîche!!!


Après déjeuner, petite balade en radeau de bambou là encore

puis retour au lodge pour une douche bien méritée. Au retour Ha nous arrête pour nous montrer un cours d’eau dans lequel est installé un grand nombre de norias en bambou qui remontent l’eau dans des tuyaux, toujours en bambou, qui traversent les rizières pour les irriguer’ spectacle assez surprenant mais très ingénieux.

59
59
Publié le 2 novembre 2022

Dimanche 30/10/2022

Départ en van pour Hanoï, ville qui avait fermé les entrées de tous ses monuments le 13/03/2020 .Nous y revenons donc pour visiter les pagodes et le temple de la Littérature. Nous logeons en centre ville et faisons un petit tour dans Hanoï, le tour du lac Hoan Kiern à la tombée de la nuit est très animé, les rues sont piétonnes le dimanche, ce qui est très agréable car il faut savoir qu’ici les trottoirs servent de garage aux mobylettes et même aux voitures et que les piétons sont obligés de marcher sur la chaussée au risque de se faire accrocher par une mobylette qui frôle le trottoir pour doubler les voitures par la droite.

Lundi31/10/202

Ce matin, visite du temple de la Littérature construit en 1070 et consacré au culte de Confucius ; ce temple accueillait les fils des princes et les enfants des mandarins, ce fut en fait la première université du Vietnam.

Puis nous nous rendons à la pagode du Pilier unique, construite au 11eme siècle lorsque à la naissance d’un fils l’empereur Ly Thaï Tong ordonna la construction d’une pagode en forme de lotus.


Jouxtant la pagode, Se trouve le tombeau d’Ho Chi Minh garder en permanence par des gardes au costume blanc. La superficie du lieu est grandiose et les fleurs et le jardin sont absolument impeccable, pas un brin d’herbe ne dépasse.

Cet après-midi nous flânons dans les rues de Hanoi

Sortie d’école.                                                                                          Marchande ambulante      

et nous arrivons à la cathédrale Saint Joseph qui est en rénovation.

En contournant la cathédrale nous avons la chance d’apercevoir une porte entrouverte donnant dans la sacristie et nous voyons des jeunes en train de faire le ménage qui nous laissent entrer pour visiter l’intérieur qui est vraiment magnifique.

À l’arrière de la cathédrale se trouve une immense fresque ainsi qu’une grotte.

Une petite  partie de la fresque.                                                                            La grotte 
60
60
Publié le 6 novembre 2022

Mardi 01/11/2022

Ce matin, toujours en van privé, nous nous rendons à l’aéroport car nous quittons Hanoi et le Vietnam pour aller visiter la Thaïlande. Petite surprise à l’aéroport nous ne pouvons pas prendre notre vol si nous n’avons pas notre billet de départ de la Thaïlande, nous sommes donc obligés d’aller acheter notre billet . Évidemment nous ne pouvons ni choisir la compagnie, ni comparer les prix des différents vols. Les autorités étant très pointilleuses, il y a de très longues queues pour le contrôle des passeports. Heureusement que nous étions partis largement en avance, sinon nous aurions pu louper le départ de l’ avion. Après un vol sans problème et avec la surprise d’avoir un déjeuner à bord alors que nous n’avons que deux heures de Hanoï à Bangkok. Comme toujours, Bernard faisant très bien les choses un van nous attend à la descente de l’avion pour nous conduire dans un hôtel en centre-ville de Bangkok. Quand nous arrivons devant l’hôtel l’entrée ne paye pas de mine mais une fois à l’intérieur nous avons de magnifiques chambres.

Ce soir nous allons dîner dans le quartier des routards, quartier très animé mais aussi très bruyant, c’est à qui mettra la musique la plus forte. Nous nous éloignons légèrement pour pouvoir dîner dans le calme . Bien nous en prend car nous trouvons un restaurant avec de la musique agréable, une carte très variée, et une serveuse très sympathique. Bien rassasiés, nous gagnons nos lits.

Coucher de soleil sur Bangkok  
Bangkok by night 

Mercredi 02/11/2022

Nous partons visiter, je pense, le monument le plus somptueux de Thaïlande : le Palais Royal (appelé le Grand Palais)

Situé au bord du fleuve chao Praya, le palais royal s’étend sur 29 ha, il comprend plusieurs bâtiments et jardins; il abrite notamment le Wat Phra Keo, le temple du bouddha d’ émeraude. Statue de jade taillée d’une pièce, elle fait l’objet d’une vénération nationale profonde.



Quelques vues du Grand palais 
Quelques vues du Wat Phra Keo  

Jeudi 03/11/2022

Le Wat Pho, un des plus anciens Temples bouddhistes de Thaïlande. On n’y trouve un impressionnant bouddha couché en or de 45 m de long et 15 m de haut.

Wat pho : le temple du Bouddha couché  

Après le Wat Pho, direction le Wat Arun Ratehawararam The Temple of Dawn’ construit au 17ème, restauré au 19 ème, est un ensemble de tours plus ou moins hautes mais toujours entièrement incrustées de porcelaines

Ci dessous l’histoire complète de ce temple:

大城王朝时代300多年湄南河古老佛寺世界知名

“越阿纶拉差瓦拉兰 大御佛寺”

(中文名称为黎明寺或

郑王庙)原名为《越玛国》,之后改为 “越净”(黎明

的意思)。

。据说当时领德拍昭达信国王(郑王)圣意将

吞武里城封为新首都,通圣驾由水道沿湄南河往,到达

越玛国佛寺时已黎明。

。为了纪念御驾临此时象征,因此

越玛国佛寺改为“越净”

。其次节基王朝拉马第二世皇

时代,下旨进行维修佛塔而赐名为 “越阿纶拉差塔兰”

并封为拉玛第二世皇御寺。

拉玛第四世皇时代,再次賜名改为现在所闻

“越阿纶拉差瓦拉兰”

从大城王朝到现时为止佛

寺中大拍埔(大乘塔),

,己著名为 “曼谷王朝最伟大而

庄严之大宝塔”。大佛塔中位于佛陀遗骨供奉之处,其

塔建筑曼谷王朝特色突出大宝塔。大佛塔建筑每分子

含有佛教里中宇宙三界之意义而建成。

Maintenant que vous savez tout sur ce temple, en voici quelques photos


Nous terminons la journée par une flânerie nocturne dans le quartier chinois.

Marché nocturne  
61
61
Kanchanaburi Thaïlande

Kanchanaburi

Publié le 6 novembre 2022

Vendredi 04/11/2022

Nous attendons le van avec chauffeur qui va nous conduire à travers la Thaïlande pour toutes nos visites.

L’attente n’est pas trop pénible !!!!! 

Après 120 km de route nous arrivons au Sakarin Valley resort où nous sommes logés dans des petites villas individuelles comprenant chacune une chambre; nous sommes un peu à l’écart de la ville, le resort est niché dans la verdure.

L’installation dans nos chambres étant terminée, nous partons voir le très célèbre pont de la rivière Kwai. Après avoir fait l’aller retour sur ce pont, nous avons la chance de voir un train y passer, et ce en dégustant à l’ombre une bière bien fraîche.

Locomotives ayant roulé sur ce pont 

Samedi 05/11/2022

Aujourd’hui nous allons visiter les cascades du parc national d’ Erawan. Ces cascades s’étagent sur sept niveaux. Le chemin qui nous mène, niveau après niveau, est parfois abrupt, voir vertigineux. Le dénivelé est souvent très important et nous avons même un gué à franchir. Mais arrivés en haut nous sommes bien récompensés car au septième niveau, la hauteur de la chute est vraiment impressionnante.

L’effort nous a mis en appétit aussi, redescendus, nous arrêtons-nous dans un restaurant où certains sont heureux de trouver du poulet grillé et des frites françaises! Mais malheureusement pas la moindre bière car sur le site des cascades tout alcool est interdit.

Bien restaurés nous partons pour la visite du Hellfire pass ( le passage du feu de l’enfer), une tranchée creusée dans la colline de 1942 à 1945 par les prisonniers de guerre et les Romucha (les travailleurs civils asiatiques) pour relier par chemin de fer Burma à la Thaïlande. Ces hommes mal nourris, malades, subissant d’intolérables brutalités, travaillent durement sous une chaleur torride, nous en avons un aperçu cet après-midi alors que nous sommes déjà au mois de novembre. Le chantier n’avançant pas assez vite les japonais instaurèrent le « Speedo »,c’est-à-dire le travail de nuit ajouté au travail de jours Malheureusement cette ligne ne fut jamais terminée et 90 000 hommes souffrirent .ou moururent pour rien dont 12500 prisonniers de guerre ( 6300 anglais, 2800 australiens, 2500 hollandais, et plusieurs milliers de Romucha.


Retour à l’Homestay où la détente dans la piscine est la bienvenue. Et comme hier soir nous terminons notre dîner par un petit rhum local bien apprécié par chacun. Effectivement il y a de la canne à sucre en Thaïlande, cette dernière est donc productrice de rhum.

Dimanche 06/11/2022

Aujourd’hui dimanche journée de détente, pour ceux qui le veulent, visite d’ un cimetière militaire de la seconde guerre mondiale où sont enterrés 6982 jeunes prisonniers de guerre anglais, australiens, américains, thaïs et hollandais, prisonniers des Japonais.

Jouxtant ce cimetière se trouve un cimetière thaï. Nous sommes surpris par les dates inscrites sur les tombes. En effet le décalage entre le calendrier grégorien et le calendrier thaïlandais est de 543 ans, l’année 2022 après Jésus-Christ correspond donc à l’année 2565 en Thaïlande.

Tombes Thaïes 
Cimetière thaï  

Ah oui j’allais oublier de vous dire que pour simplifier les recherches de restaurants, j’ai acheté mon propre food truck. Après l’avion le food truck,je vais bientôt être entièrement indépendante.

Mamie Ninja a acheté son food truck  

Puis visite du Jeath War Museum qui retrace la construction du chemin de fer de la mort entre 1942 et 1943, par les prisonniers alliés sous la direction des Japonais, lieu que nous avons visité hier ( le feu de l’enfer).

Après avoir déjeuné dans une petite gargote thaïe et fait quelques achats, nous rentrons finir l’après-midi à l’hôtel.

62
62
Publié le 8 novembre 2022

Lundi 7/11/2022

En route pour 156 kilomètres, toujours avec Gluey notre chauffeur, pour Ayutthaya, fondée en 1350 qui devint la deuxième capitale siamoise après Sukkothai. Elle fut détruite par les Birmans au XVIIIe siècle. Ses vestiges caractérisés par les prangs (Tours reliquaires), donnent une idée de sa grandeur passée ; à son apogée la ville comptait plus d’un million d’habitants et plus de 1500 temples ( craignant la saturation et le manque de temps je pense ne pas réussir à tous les visiter en 48 heures même en y employant mes nuits !!!)

Église au bord de l’ eau.                                      Joli tuc-tuc                                        Notre chambre 

Mardi 08/11/2022

Bernard nous a sélectionné 6 temples à visiter et nous partons à l’attaque des prangs et des stupas . Le plus impressionnant pour moi est la hauteur des tours, construites en briques, entourées de statues malheureusement décapitées pour la plupart par les birmans.


Quelques photos des prangs  
Statues décapitées  

Les temples sont des lieux de culte, semblables aux églises et sont parfois appelés wats (au Cambodge) ou stupas (lorsqu’ils contiennent des objets religieux).

Les temples bouddhistes sont la plupart du temps un groupe de bâtiments, à l’intérieur d’un espace clos. À l’intérieur, vous pouvez trouver des statues de Bouddha, des cloches et des offrandes apportées par les gens. Les temples sont toujours orientés vers le sud ou l’est, mais jamais vers le nord ou l’ouest, ce qui est considéré comme porte-malheur.

le temple qui répond au nom de « den » est, au contraire de la pagode vouée à Bouddha, généralement dédié à un héros national, un saint, une déesse, une divinité ou un génie qui a œuvré pour le bien de la nation, ou du village et à qui des cultes taoïstes et confucianistes sont rendus.

La pagode, chua en vietnamien, est quant à elle vouée uniquement à Bouddha. La pagode, un mot d’origine tamoul, signifiant « divinité », désigne un lieu où se trouvent une relique et un lieu de culte pour les adeptes du bouddhisme. Elle accueille les moines, les pratiquants mais également les visiteurs à condition que ceux-ci se montrent respectueux.

Les animaux sont très présents, surtout les coqs 
Bouddha couché                                                                               Couple en costume traditionnel .     

Ce soir c’est la fête de la pleine lune : Une Full Moon Party (fête de la pleine lune en français) est une fête qui a lieu toute la nuit, normalement les soirs de pleine lune, soit une fois par mois, à l’origine sur la plage de Haad Rin sur l’île de Ko Pha Ngan, mais qui peu à peu se fête dans toute la Thaïlande. Ce soir nous avons à Ayutthaya un marché nocturne où l’on peut manger, acheter de petites bougies poser sur des fleurs en papier afin de les mettre à flotter sur le cours d’eau, il y a également des feux d’artifice un peu partout dans la ville.

L’ étal d’un cuisinier du marché de nuit  
63
63
Publié le 12 novembre 2022

Mercredi09/11/2022

Nous nous dirigeons vers Nang Rong où nous visiterons des temples khmers. En route nous faisons un détour pour passer par Pol Buri, ville envahie par les singes. En effet, des centaines de singes côtoient les habitants, il y en a partout. Nous voyons un primeur tirer au fusil pour faire fuir les singes voleurs afin de protéger sa marchandise . Cette ville est un spectacle surprenant et inimaginable, je n’en crois pas mes yeux!

Nous déjeunons dans le petit village de Pakchong, au bord d’un lac, qui lui aussi est surprenant. En effet dans les rues et à l’intérieur du restaurant nous ne voyons que des antiquités, des photos anciennes de célébrités, des voitures, des meubles, des pompes à essence, tout nous ramène dans un autre siècle. Nous déjeunons sur des tables de machines à coudre à pédale singer.

Nous arrivons à Nang Rong où Bernard nous a réservé un hôtel grand luxe!!!!

Notre chambre  

Les jardins de l’hôtel  

Jeudi 10/11/2022

Nous partons à la découverte des temples Khmers, découverte n’est pas le mot exact car en 2020 nous les avons découverts a au Cambodge et notamment à Angkor.

Nous commençons par le Prasat Phanom Rung, le plus grand temple kmer de Thaïlande et le plus visité des deux temples que Bernard nous a sélectionné. C’est un magnifique temple kmer tout près de la frontière cambodgienne. Il a été construit entre le Xeme et le XIIIeme siècle sur les bords d’un volcan éteint depuis 900 000 ans. Ce temple à l’origine hindou est un sanctuaire dédié à Shiva.

Puis nous visitons le Prasat Muang Tam, temple hindou également dédié à Shiva dont la construction date de la fin du 10eme, début du XIe siècle. Il est construit dans un rectangle de 127 m sur 120 en latérite, grès et briques. Les portes situées au milieu des murs d’enceinte ont gravé dans le sol une fleur de lotus à huit pétales, symbole de l’univers de la pureté et de la chance. Sur trois des linteaux est gravé la scène représentant Krishna tuant le naja Kaliya. Ce temple est composé de cinq tours dont la plus grande est entouré des quatre plus petites. Deux des petites tours, étaient les bibliothèques où étaient rangés tous les manuscrits religieux et les textes sacrés.

Sur la route nous croisons un paysan qui ratisse son riz pour le faire sécher plus rapidement. En effet après la récolte du riz et son égrainage, le riz est étalé sur l’asphalte des routes pendant 2 jours, le soleil et la chaleur du revêtement accélèrent son séchage, puis la séparation du grain et du son prendra 3 jours.

64
64
Publié le 13 novembre 2022

Vendredi 11/11/2022

2 petites heures de route nous conduisent à Phimai, où a lieu le Festival annuel du 10 au 13 novembre. Les points marquants de l'événement sont les courses de bateaux traditionnels sur la rivière samedi et dimanche et le spectacle de son et lumières au Parc Historique (enfin au temple de Phimai). Il raconte l'histoire de la période glorieuse du roi Jayavarman VII ce soir.

Situé à 2 km au sud de la ville, nous nous flânons dans le SAI NGAM, ce parc est unique en son genre. Sa petite île sur un étang accueille ce qui serait le plus grand et le plus ancien (350 ans) figuier banian d’Asie. Ses racines et ramifications ont créé une véritable forêt dans laquelle nous nous baladons à l'ombre des voûtes qu'elles forment. L'étang avec le ciel et les nuages qui s'y reflètent et les figurines de flamands est très joli également. Un vrai décor buccolique !

A la sortie du parc nous voyons un homme qui pêche avec une arbalète

Ce soir, le spectacle son et lumières est une véritable féerie, Sur la scène, avec en arrière plan les tours du temples illuminées chacune d’une couleur différente, se produisent un nombre impressionnant de danseuses et de danseurs qui, même sans comprendre le thaïlandais,, par leur gracieuse gestuelle, nous permettent de suivre les fastes du roi,

Vues du spectacle  
Les rues sont très animées ce soir 

Samedi 12/11/2022

Toujours beaucoup de monde et d’animation, mais aujourd’hui c’est au bord de la rivière, en effet ce sont les courses de barques de Phimai, très réputées qui se disputent. Encore un spectacle magnifique et les speakers commentent avec entrain les courses.

65
65
Publié le 16 novembre 2022

Dimanche 13/11/2022 et lundi 14

Ce matin, départ pour une étape de 325 kilomètres qui va nous conduire à Nong Khai, au bord du Mékong. Notre hôtel est au bord du fleuve et en face c’est le Laos, en effet pendant 820 kilomètres le Mékong sert de frontière entre le Laos et la Thaïlande, Thaïlande à l’ouest et Laos à l’est.

Le Mékong est le plus long fleuve du Sud-Est asiatique (environ 4 200 km). Son cours traverse ou longe 6 pays : la Chine, la Birmanie, le Laos, la Thaïlande, le Cambodge et le Viet Nam.

Né sur le plateau du Tibet, à plus de 5 000 m d'altitude, le fleuve traverse le Yunnan et parcourt sur près de 2 000 km des gorges profondes et sauvages. À sa sortie de Chine, à 300 m d'altitude, il forme la frontière entre, successivement, la Chine et la Birmanie, la Birmanie et le Laos, la Thaïlande et le Laos.

Nous nous baladons avec plaisir sur la large Promenade qui longe le fleuve et nous espérions aller jusqu’au pont de l’amitié qui relie la Thaïlande au Laos. Malheureusement la promenade piétonne s’arrête un petit peu avant ce pont.

Le pont de l’amitié  
Flânerie le long du Mékong  

Nous passons devant le Wat Lam Duan, temple don’t l’originalité est son bouddha assis sur le toit.

Écureuil dans le jardin de l’hôtel.                                                      Bouddha assis sur le toit du temple 
Le temple vu de jour 
L’inspection du travail a validé la sécurité des échafaudages  
Restaurant flottant sur le Mékong  
66
66
Chiangmai Khan

Chiangmai Khan

Publié le 16 novembre 2022

Mardi 15/11/2022

En route pour 180 km de route longeant le Mékong pour nous rendre à Chiang Khan, destination très prisée des thaïlandais qui arrivent en masse chaque week-end, mais heureusement nous sommes en milieu de semaine.

En route petit arrêt pour voir le Skywalk, petite plate-forme en verre de 4 cm d’ épaisseur qui domine le Mékong.

En arrière de la plate-forme se trouve le temple Wat Pha Tak Suea surprenant surtout par ces couleurs, les échafaudages cachent un petit peu le décor mais le rose est, me semble-t-il, assez rare dans les temples.

A peine croyable mais le Mékong est presque à sec par endroits !!! 

Après avoir déjeuné à l’hôtel et fait une petite sieste qui s’impose vu la chaleur, nous partons à la découverte de la ville, dont la particularité est la construction en teck de la majorité des maisons. La rue Thanon Chai Khong est particulièrement animée, des 2 cotés une succession de maisons mitoyennes en tek avec au rez-de-chaussée des boutiques en tout genre, dont un bon nombre de restaurants qui ont leur entrée sur la rue et leur salle de restauration a l’arrière, donnant sur le fleuve.

Dégustation d’une brochette de larves                   Jolie maison en tek.                                  Animation nocturne  

Mercredi 16/11/2022

Ce matin, pour les lève tôt nous partons voir la quête des bonzes qui mendient leur nourriture auprès des habitants à 6 heures chaque jour.

Avant l’arrivée des bonzes, les habitants sont assis par terre, avec ,devant eux, les offrandes qu’ils ont préparées.Les bonzes passent et chacun remet dans leur sébile ses offrandes : nourriture, boissons et fleurs puis les bonzes vident leur sébile dans des grands paniers que tiennent des civils qui les posent ensuite dans un pick-up pour très certainement les porter au temple. Contrairement aux rites qui voulait que chaque bronze devait mendier sa propre nourriture, je pense que maintenant quelques bronzes viennent quêter pour l’ensemble de la communauté.

Lever de soleil sur le Mékong  
Maisons en tek 

Nous passons le reste de la journée à flâner le long du fleuve et dans les rues sans oublier la sieste pendant les heures chaudes, un peu de repos en prévision de la longue route qui nous attend demain.

67
67
Sukkothai

Sukkothai

Publié le 18 novembre 2022

Jeudi 17/11;2022

Aujourd’hui, une longue étape de 336 kilomètres nous conduit à Sukkothai, qui fut la première capitale du royaume Siam aux XIII et XIV siècles. Nous traversons une région très vallonnée et les paysages sont variés, des forêts d’hévéas bordent la route. Des incisions sont pratiquées dans les arbres pour récolter le latex dans des récipients attachés à l’hévéa sous l’incision, cela me rappelle les galipots attachés sous l’incision dans les pinspour récolter la résine dans les landes.

Lors d’une pause nous admirions dans un jardin des arbres remarquables, soit par leur forme, soit par leur hauteur.

Une particularité aussi de la région ce sont les poubelles placées au bord de la route qui sont fabriquées dans des pneus recyclés, certaines ont même un couvercle.

Nous arrivons à notre hôtel toujours aussi luxueux, chaque chambre étant dans un bungalow individuel. Nous sommes à 1,500 km du centre historique.

Vendredi 18/11/2022

Le parc historique englobe toutes les ruines de la vieille ville, c’est un ensemble de temples de la civilisation thaïe, disséminés dans une large vallée entourée de collines boisées, c’est un des plus beaux sites archéologiques de Thaïlande il est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco

Dans ce parc nous voyons également des arbres magnifiques

Au déjeuner je prends un pad Thai puisque le restaurant affiche qu’il sont probablement les meilleurs du monde.

68
68
Publié le 21 novembre 2022

Samedi 19/11/2022

Encore une longue étape (380 km ) ce matin pour nous rendre à Chiang Mai, « la rose du nord de la Thaïlande », qui est aussi la porte d’entrée du triangle d’or, ce dernier constitue depuis les années 1920 l’un des principaux pôles de production mondiale d’opium et si cette ère est aujourd’hui révolue, en tout cas de ce côté-ci du Mékong, il subsiste encore dans les hauteurs des montagnes des traces plus ou moins palpables de ce sulfureux passé.

Nous logeons à quelques kilomètres de la ville, pour être au calme la nuit, car la vie nocturne à Chiang Mai est très animée, après avoir pris possession de nos chambres toujours aussi spacieuses, l’hôtel possédant deux piscines, je m’empresse d’en profiter vu la chaleur. Vers 18 heures nous allons en ville visiter le marché nocturne du samedi soir et avoir un aperçu des remparts et de quelques ruines, avant de partir demain à la découverte des plus beaux temples de la ville. Ce marché est immense et les étals se succèdent : de nourriture, d’artisanat en tout genre, de vêtements, il y a aussi des orchestres, des chanteurs, des vendeurs de billets de loterie et une foule de badauds bien disciplinés, chacun marchant du côté gauche de la rue, ce qui permet une progression plus facile bien que très lente vu le monde. Nous dînons donc au marché avant de rentrer.

Dimanche 20/11/2022

Nous commençons par la visite de 3 des principaux temples de la ville,

Après la visite des temples nous arpentons le marché du dimanche, ce dernier est encore plus spectaculaire que celui d’hier soir, vraiment immense, cela fait plus de deux heures que nous nous promenons dans ce marché et nous sommes loin d’en avoir fait le tour, comme hier les étals très divers se succèdent, les chalands, toujours très disciplinés, marchent la gauche, évitant ainsi des bousculades puisqu’on ne croise pas les gens qui viennent en sens inverse. En plus des centaines de camelots, nous voyons des musiciens, des peintres, des saltimbanque, tout ce petit monde animant le marché.

Lundi 21/11/2022

À 13 km de la ville se trouve la montagne Suthep (1676 m), à son sommet se trouve un temple bouddhique le Wat Doi Suthep, auquel on accède par un escalier de 300 marches.

Normalement, au sommet nous avons une vue magnifique sur la ville de Chiang-Maï malheureusement aujourd’hui la brume cache en partie la vue.

69
69
Publié le 24 novembre 2022

Mardi 22/11/2022

Départ pour Chiang Saen (247km)

En route nous nous arrêtons visiter une Petite entreprise où l’on fabrique et tisse de la soie. Le papillon femelle pond 200 à 500 œufs et puis meurt après deux à trois jours. La repose des œufs dure une semaine. La chenille mange des feuilles de mûrier pendant environ 20-30 jours et s'arrête de se nourrir, elle change sa couleur en jaune pour faire les cocons. Les cocons sont construits par la salive de la chenille pendant trois à cinq jours. La chenille s’abrite dans les cocons pendant sept à dix jours. Les cocons où s'abritent les vers à soie sont desséchés au soleil et sont bouillis pour faciliter l'extraction du fil. Un cocon fournira environ 500 à 800 mètres de fil.

Lors de la pause déjeuner nous nous arrêtons près d’un geyser d’eau sulfureuse bouillante.

Nous arrivons à notre hébergement qui se compose de petits bungalows d’une seule chambre chacun, au bord d’un lac. Et cette fois encore la décoration et la propreté du lieu sont à admirer. Après avoir pris possession de nos chambres ou plus exactement de nos bungalows nous allons nous dégourdir les jambes au bord du lac. En fin d’après-midi le coucher de soleil est une vraie merveille.

Notre bungalow.                                                                        et les panneaux indicateurs pour le situer 

Mercredi 23/11/2022

Ce matin après un petit déjeuner copieux, nous partons faire une balade en barque sur le Mékong. Nous naviguons entre deux pays en effet sur une rive c’est la Thaïlande et sur l’autre rive le Laos. Et notre pilote nous montre droit devant nous au loin la Chine. En fin de promenade nous longeons même la côte birmane, nous sommes en plein dans le triangle d’or. La promenade est très agréable, sur l’eau il fait toujours plus frais ce qui n’est pas négligeable et notre pilote se rapproche soit de la rive Laossienne soit de la rive thaïlandaise en fonction de l’intérêt de chacune d’elle. Un navire chinois stationne le long de la rive, Le le commerce est intense entre les pays sur le Mékong.

Voici quelques photos prises de la barque.

Au loin, nous apercevons la Chine  

À la descente du bateau nous visitons un temple que nous avons aperçu quand nous étions sur l’eau.

Jeudi 24/11/2022

Le propriétaire des bungalows possède sept paons et qu’elle n’est pas notre surprise ce matin en nous levant de voir les paons juste devant chez nous il y en a même deux qui sont grimpés sur la rambarde de notre bungalow. Et quand nous ouvrons notre porte, un chat rentre carrément chez nous et se promène dans toute la chambre et la salle de bain.

70
70
Publié le 27 novembre 2022

Jeudi 24/11/2022

Nous partons vers Chiang-Rai, dernière étape de notre voyage en Thaïlande. En chemin nous passons près d’une tribu Karen. En effet les Karen vivent dans les hauteurs des montagnes thaïlandaises et birmanes.. Les femmes portent des colliers pour allonger au maximum leur cou, car dans cette tribu la hauteur du cou fait la beauté de la femme. En Afrique ces femmes sont appelées femmes girafes ici on les appelle les femmes au long cou. Et les Karen portent des vêtements à dominance rouge et blanche, ils cultivent le riz en terrasse dans les montagnes. Ils vivent en bonne entente avec les birmans et les thaïlandais.

À Chiang Rai il y a deux temples très particuliers, le temple blanc et le temple bleu. Le temple blanc nous fait penser plus au facteur Cheval qu’à un temple bouddhiste.

Le temple blanc 
Le temple bleu 
Nouvel élément à ajouter au temple bleu.  Des bouddhas de jardin 
notre chambre.                                       Couvreurs sans protection.                               Piscine de l’hôtel  
71

Vendredi 25/11/2022

Comme prévu notre groupe se divise, 5 d’ entre nous rentrent en France, tandis que Bernard’ Alain, Dominique et moi repartons vers le Vietnam. Nous avons 2 vols aujourd’hui, un vol intérieur Chiang Rai-Bangkok et un vol international Bangkok - Saïgon, avec seulement 2 heures pour le transit, pourvu que nous arrivions à l’heure car les 2 vols ne sont pas avec la même compagnie.

Nous embarquons à l’heure pour notre premier vol mais une fois dans l’avion les minutes passent et nous ne décollons toujours pas; deux hélicoptères militaires atterrissent sur le tarmac, des militaires en descendent et font une haie d’ honneur à l’arrivée d’un troisième hélicoptère avec certainement une personnalité à bord. Nous prenons donc du retard au départ, mais si tout se passe bien, rien n’est perdu nous avons encore le temps d’attraper notre deuxième vol. À l’arrivée à Bangkok après avoir fait la queue à la vérification des passeports, nous partons récupérer nos bagages mais là, surprise, notre tapis ne tourne pas; les bagages sont annoncés mais rien n’ arrive et nous voyons les minutes passer, l’angoisse monte. Ouf le tapis se met en marche et nous voyons enfin les valises arriver, comme toujours,celle de Dominique en dernier, mais elle est arrivée. Munis de notre bagage nous nous dirigeons au pas de course vers l’embarquement international et un gentil panneau nous annonce 12 mn de marche, les chances d’avoir notre avion s’amenuisent de plus en plus mais nous n’abandonnons pas, et bien nous en prend car arrivés à l’enregistrement un employé nous dirige vers le guichet « enregistrement de dernière minute » ce qui nous permet de monter dans l’avion avant la fermeture des portes. La chance est avec nous.

Arrivés à Saïgon,nous prenons un taxi pour rejoindre notre hôtel qui se trouve à 7 km, au centre de la ville mais, nous sommes à l’heure de pointe et de plus aujourd’hui c’est le Black Friday, la foule est impressionnante, la circulation très difficile et il nous faut 1h15 pour parcourir les 7 km , et heureusement que nous avons un chauffeur malin qui prend les rues le moins encombrées.

Notre hôtel est le Spring hôtel, comme en octobre, mais les travaux sont terminés et nous allons dîner dans le restaurant de verdure que nous aimons, cadre verdoyant et excellente nourriture nous remettent de nos émotions.

Samedi 26/11/2022

Direction l’aéroport, que nous atteignons en 15 minutes seulement ( tous les fêtards d’hier soir doivent dormir ce matin!) pour nous rendre à Dalat, dans la montagne, à 1500 m. d’altitude .Dalat était la ville où les colons venaient se reposer pour fuir la chaleur et respirer l’air pur des montagnes couvertes de forêts de pins. Effectivement la différence de température est très sensible et nous avons presque froid. Nous avons prévu de séjourner au minimum une semaine à Dalat tant il y a de choses à voir. Nous commençons par une petite balade pour nous remémorer les lieux, puisque nous étions déjà venus en 2020, puis nous visitons le marché du samedi soir avant de retrouver Mai Phuong et Nicolas, les enfants de Bernard, qui nous invitent à manger la meilleure phõ (soupe) de Dalat. En effet, les os de bœufs venus d’Australie cuisent pendant 18 heures pour faire un délicieux bouillon dans lequel le cuisto rajoute de la viande, des aromates et des légumes pour le régal de nos palais.

avocats ronds ou longs au marché                    vue de Dalat.                                                    Notre hôtel