3 jours dans la médina, à la limite du fiasco...
24 au 27 février 2018
4 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Créez votre road trip sur mesure au Maroc, sans frais d'agence !

Des circuits personnalisables directement inspirés des blogs MyAtlas
Itinéraire détaillé jour par jour, voyage individuel en toute liberté
Réservation en direct des hébergements, vols et locations de voiture
2

"Médina" signifie "ville", et aujourd'hui, ce terme est employé pour parler des vielles villes : un labyrinthe de ruelles, où l'on circule uniquement à pied.

A Fès, il y'a, selon les dires des locaux, la plus grande médina du Maroc; et une ville moderne appelle "la nouvelle ville". Nous avons choisis de séjourner au coeur de la médina, dans un Dar (= "maison", construite autour d'un patio intérieur, contrairement au riad qui lui, s'articule autour d'un jardin).

Un choix excellent, avec un accueil soigné et très chaleureux. Notre hôte est venu nous chercher à l'extérieur de la médina, car google map est dans l'incapacité de nous conduire à notre dodo.

Des que tu entres dans la cité, il y'a une odeur bien particulière : un mélange d'épices et de peaux en cuir. C'est assez fort, on s'y fait...

L'endroit est merveilleux, on se sent plongé dans une autre époque, où l'on oublie presque tous nos objets modernes. On croise des ânes qui servent à porter des sacs de sables, le cireur de chaussures, tu cherches une télécommande Toshiba pour une TV de 1983, tu pourras la trouver facilement... On se croirait presque dans les entrepôts d'Amazon 😉

En bref, c'est super sympa, mais il y'a un "mais" !!!

A chaque coin de rue, tu es forcément perdu, même le gps est perdu ! Quasiment aucun panneaux indicatifs, ce qui me laisse croire que ça profite aux locaux qui se proposent pour te guider.

La première fois, on se laisse embobiner, il ne manquera pas de nous demander un peu de monnaie. La deuxième, un rabatteur nous propose la visite d'une tannerie, je lui annonce directement qu'on ne cherche pas de guide, et qu'on a pas d'argent à lui donner. Il nous dit qu'il ne nous demandera rien, qu'il est déjà payé par la tannerie. Pour finir la visite, il nous amène dans la boutique, espérant que l'on achètera quelque chose afin qu'il puisse avoir sa commission.

Un soir, alors qu'il faisait nuit, nous avons loupé la mini ruelle qui nous amène à notre Dar. On s'arrette en se disant "demi-tour, ce n'est pas par là". Nous tombons nez à nez avec un jeune habitant, qui nous propose de nous amener chez notre hôte. Après une petite discussion, lui disant que nous n'avons pas besoin de lui, car nous savons que nous sommes très proche, il finit par avoir raison de nous, et nous le suivons. Dans le fond je l'imaginais en train de nous amener dans un cul de sac, et je nous voyais déjà nous faire raquetter. Je n'avais pas envie de le suivre, d'autant plus que je voyais qu'il nous emmenait dans une direction inverse à la notre. Je ne cessait de chuchoter à mon chéri "il nous éloigne, il nous éloigne", mais ne voulant pas froisser ce jeune "guide", nous continuons à le suivre en gardant nos distances. Et finalement, cinq minutes après, nous voilà devant notre porte, en arrivant par l'autre bout de la fameuse ruelle. Il nous a fait faire une boucle, justifiant son fichu pour-boire !!!!

Ce scénario arrive toutes les 5 minutes, même en ayant une allure déterminée. Certains ont l'air d'apprécier d'être guidé, mais pas nous. On veut juste se perdre et avancer sans but précis. Cette dernière situation nous a fait littéralement rager, et à remis en question le sens de ce voyage.

Parlons de nourriture maintenant. Nous nous attendions à manger le couscous notre vie... Bon beh... on repassera hein ! Mais quel désastre! Le couscous en boite de chez Tipiak est cent fois meilleur. Alors certes, la semoule est parfaite, mais les légumes, j'aurais pu les faire cuire moi même que cela aurait été bien mieux. Le tout servi avec du jus bien gras au gout de bouillon. Tous les restau servent exactement le même. Quand à la viande, j'ai refusé d'en manger quand j'ai vu les étals au souk : la viande est sur un présentoir à l'air libre, les carcasses sont au sol, les chats s'y jettent dessus. Des poulets vivants sont entassés dans des cages derrière les vendeurs, et sont tués au milieu des plumes qui volent et de leur fiante. (Ça ne dois pas être mieux dans nos abattoirs, mais j'imagine qu'il y'a au moins le respect partiel de la chaîne du froid). Le thé, seul notre hôte a été a la hauteur de nos attentes avec un thé de qualité. Ailleurs : bof bof !

On a finit par quitter la médina, pour rejoindre la nouvelle ville et manger des frites et une pizza.

En terme de visites, il faudra se contenter des ruelles, il doit y avoir un ou deux musées à visiter, celui du bois et un autre pour le cuivre. Le reste, c'est à dire : les mosquées, nous les verrons de l'extérieur, il faut être musulmans et du genre masculin pour y rentrer.

Pour résumer : Je me suis sentit prise pour un pigeon, mais l'ambiance générale de la médina, vaut quand même le coup d'oeil.

Un bémol pour les femmes qui voyagent seule : Je ne m'y tenterait pas !

Je ne connais pas le reste du Maroc, mais je pense que Fès n'est pas le reflet de ce pays, qui à mon sens doit être magnifique.

3

1€ =env. 11 Dirhams Marocain (MAD)

1 MAD = 0,09 €

Billets d'avions Toulouse / Fès (Ryanair) = 79,64 € x 2

Taxi aéroport aller = 15 € / retour = 20€ (supplément de nuit)

Hébergement 3 nuits = 60€ (Dar Mfaddel)

Achats divers (restau, boissons, cartes postales...) = 1 025 MAD / 93€

2 vestes en cuir négociées à 1 100 MAD / 100 € (au lieu de 1600 MAD)

Un théière marocaine négociée à 140 MAD / 12 € (au lieu de 250 MAD)

Les 4 verres qui vont avec = 50 MAD / 4,50€ (au lieu de 80 MAD)


- Malgré les négociations, j'ai le sentiment de ne pas être au juste prix.

- Pour changer son argent : les bureaux de changes en ville (l'aéroport fais croire qu'ils ont le meilleur taux, mais c'est faux. Nous avons testé les deux)

- Toujours demander tous les prix avant. Même aux restaurants qui disent ne pas avoir de carte.