Carnet de voyage

Au son des cornemuses

4 étapes
5 commentaires
Week-end de la Pentecôte entre amies! Un blog plein d'Histoire, de photos et de péripéties.
Du 1 au 5 juin 2017
5 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Chaque voyage a son lot de galères : des retards, des prix trop élevés, des fermetures exceptionnelles ... et ce serait naïf de penser que tout se déroule toujours sans encombres.

Mais là, nous étions à un niveau particulièrement contraignant : une petite heure de correspondance dans un grand aéroport, Londres Stansted. Christel et moi avions pris deux vols Ryanair, Carcassonne-Londres et Londres-Edimbourg, donc en toute (il)logique de ma part, "sans bagage en soute on n'a pas besoin de ressortir, on passera par la zone de transit!", et bien, non. Ryanair n'assurant pas les correspondances, il FAUT ressortir. Au départ, ils nous ont dit que nous n'y arriverions pas ... Nous avons couru pendant tout le long, pour essayer de passer le contrôle des passeports le plus vite possible. Et si vous ne connaissez pas les aéroports, l'arrivée se fait dans de looongs couloirs, qui tournent, retournent, et des escalators se trouvent sur notre parcours ... Le contrôle de l'identité nous a pris 20 minutes, plus que 40. Le hall des départs n'est pas si loin que ça mais quand même il faut courir tout au bout du bâtiment. Plus que 35. La sécurité va nous prendre trop de temps ... telles des riches, nous prenons des billets "Fast Track" qui sont un coupe-fil efficace pour ne pas attendre. Le temps de sortir les affaires, de tout réarranger et de se faire fouiller, plus que 25. Nous courrons toujours ... Le Duty Free est immense, interminable, et le reste de la zone franche aussi, mais nous tenons bon. Nous arrivons aux portes d'une rame de tramway qui doit nous emmener à notre porte (la 30). Plus que 15. Prise d'un doute, je demande si c'est bien par là, le mec comprend "forty", nous sortons inutilement du tram qui part sans nous. Plus que ... 13 quand la rame suivante arrive. Elle met du temps à démarrer pour attendre les gens. Ce serait bête que nous le rations après tout ce chemin parcouru ... c'est la 2e station, que nous atteignons en 3 minutes. Nous courrons, mais notre ligne d'arrivée est là. Ils n'y croyaient pas ... mais nous l'avons fait !! Et on ne le refera plus.

Pas d'encombres pour le bus, nous passons par la zone puis la vieille ville d'Edimbourg, peu éclairée, ce qui lui donne un air steampunk et fantômatique des plus stylés. Vivement demain! Sur la route de notre Airbnb, nous rencontrons un jeune français serviable qui nous dit que la Fête de la Bière a commencé aujourd'hui et qu'elle va durer tout le week end. AH! Quelle coïncidence, mais je peux vous assurer que je n'étais pas au courant. Nous retrouvons ensuite Cécilia au Airbnb, et après une douche bipolaire (car elle est soit gelée soit bouillante), nous prenons du repos bien mérité!

Le lendemain, nous testons le jus d'orange du matin. Et c'est toute une histoire, puisqu'il est mélangé avce de l'orge et certainement de l'aspartame car il a un goût profondément dégueulasse! Ce n'est pas sans nous rappeler notre expérience avec le miel et la confiture de Malte! Heureusement, le beurre a "goût à beurre" et c'est bien de le signaler! Nous nous mettons en route pour le centre ville en admirant au passage les bâtiments foncés qui donnent son charme à la ville. Le centre de la vieille ville s'organise autour du Royal Mile qui monte progressivement jusqu'au château, nous commençons donc notre ascension au son des cornemuses, qui retentissent partout sur le chemin. Il est drôle de voir que les traditions sont devenues une pratique à destination des touristes, mais que de cette manière, elles ne tombent pas dans l'oubli.

Nous visitons la cathédrale St Giles lorsqu'il commence à bruiner, et ses beaux vitraux, que nous ne sommes censées prendre en photo que si nous achetons un "photo permit" de £2, mais bon ... c'est impossible de tout surveiller, n'est ce pas? Il y a une petite chapelle qui a été construite au début du 20e siècle mais dans un style du 15e: elle paraît vieille mais ne l'est pas, comme en témoignent les étranges sculptures au bout des pointes!

 Original, n'est ce pas? 

Notre promenade se poursuit en direction du Elephant Cafe, où JK Rowling a commencé à écrire Harry Potter en 1990. C'est un vrai lieu de pèlerinage! Les toilettes sont couvertes de graffitis qui sont des citations des livres. Le café en lui même est sympathique et nous nous essayons à la gastronomie écossaise : une panse de brebis farcie (le fameux haggis) pour Christel, saucisse purée pour Cécilia, et je choisis une tarte au steak et à la bière. Oui, parfaitement. Ça avait un goût de bourguignon, tandis que le haggis de Christel avait un petit goût de boudin (normal ...) et en dessert, un dé-li-cieux cheesecake à la framboise, une vraie tuerie.

Pour digérer tout cela, nous faisons le tour du cimetière de Greyfriars (oui les cimetières c'est cool.) où nous apprenons tout sur la légende de Greyfriars Bobby, un Skye terrier. Il y a même une statue à son effigie qui porte bonheur si on touche son nez. Tous les jours à 13h, le chien et son maître allaient dans un restaurant où il lui donnait alors une brioche et un os. À sa mort, on put voir Bobby en tête du cortège. Le lendemain, le gardien du cimetière le retrouva sur la tombe de son maître et l'en chassa. Mais le lendemain, et le surlendemain, Bobby revenait. Le gardien n'eut plus le coeur de le chasser. Trois jours plus tard, poussé par la faim, il retourna quémander au restaurant sa brioche et son os ... qu'on lui donnait volontiers.

Nous nous dirigeons ensuite vers le château d'Edimbourg, qui va nécessiter un nouvel article!

2

Nous nous dirigeons donc vers le château d'Edimbourg, tout en haut de Castlehill, pour un dense cours d'histoire. Il faut dire que l'histoire de l'Ecosse est tumultueuse: beaucoup de monde se l'est disputée, à commencer par les Romains, qui avaient nommé cette province au nord de leurs terres anglaises, "Calédonie". Puis, diverses ethnies l'envahissent: les Scots (d'où "Scotland"), les Anglos Saxons, les Vikings, les Northumbriens ... leurs plus grands ennemis restant leurs voisins sudistes, quels que soient leurs noms au fil de l'Histoire. Pour résumer, les Écossais n'ont de cesse de vouloir être indépendants des Anglais, ils y parviennent, se font réenvahir, refont une guerre d'Indépendance ... rappelons qu'actuellement on essaye de faire les choses bien par referendum et que le "non" l'a emporté de très peu.

Nous avons appris beaucoup de choses sur Mary Stuart, reine d'Ecosse en 1542. Le château est orné de portraits d'elle et son fils, Jacques. Encore enfant, elle est envoyée en France pour y être élevée et mariée au Dauphin ... qui mourut rapidement. Elle rentra alors en Ecosse où elle épousa Lord Darnley, ce qui permit d'unifier l'Angleterre et l'Ecosse, mais ils ne pouvaient se supporter. On le retrouva égorgé et on ne put jamais vérifier que Mary était impliquée ... Elle épousa plus tard un autre noble très impopulaire, ce qui créa un soulèvement du peuple. Elle demanda l'aide de sa cousine, Elizabeth Ière, qui, par peur que Mary descendante des Tudors réclame le pouvoir, la fit emprisonner pour le restant de sa vie (20 ans) jusqu'à son exécution pour cause de "complot".

Beaucoup de monarques se sont succédés dans ce château, qui avait été converti en arsenal lors de la construction d'Holyrood Palace, bien plus classe. Il a souvent servi de prison, pour les pirates étrangers, mais aussi pendant les guerres napoléoniennes où beaucoup de français furent emprisonnés - et s'étaient évadés avec leurs cordes de draps comme dans les films - jusqu'à la Seconde Guerre Mondiale.

La vue depuis le château est très belle, l'histoire en est intéressante même si trop compliquée pour être retranscrite ici, mais au final il semble un peu petit, voire même austère dans son intérieur. Il fait moyenâgeux alors qu'Holyrood s'inscrit mieux dans les Temps Modernes.

Nous admirons également les Joyaux de la Couronne Écossaise, que nous ne pouvons bien entendu pas prendre en photo. Pour les aveugles, il y a une fausse couronne à l'entrée, qu'on peut voir sur la photo ci dessous.

 Sur la dernière ligne, la prison: des graffitis de bateaux, et des portions plutôt conséquentes pour des prisonniers! 
 4:cimetière  pour chiens. 7:Mary et son air de "on me la fait pas à moi". 8: un garde avec une bite en plume sur la tête.
 Photo prise sur visitscotland

Nous visitons le château jusqu'à environ 17h30.

Fatiguées, nous jugeons bon de redescendre sur High Street pour profiter des pubs de la ville. En chemin, nous stoppons au Tartan Woollen Mill, immense magasin de souvenirs où nous pouvons voir (de loin) des métiers à tisser et commencer à réfléchir à ce que nous allons ramener.

Nous passons dans les closes, de petites rues étroites dont certaines mènent à des sortes de cours intérieures, nous éloignant du flot de touristes.

Notre choix de pub se porte sur The World's End, conseillé par une copine. L'ambiance y est sympathique, d'ailleurs le barman m'en fait goûter plusieurs avant que je ne choisisse, me méfiant de celle conseillée par un des clients écossais attablé au bar qui était certainement trop amère pour moi ... pas manqué. Au final, je goûte la Inns&Gunnis et nous sommes très compatibles, elle et moi! Je ne changerai plus du séjour.

Nous restons quelque temps, mais n'aurons pas le temps de savourer leur réputé Fish n'Chips car notre table est réservée pour un concert et nous prévoyons d'aller au Ghillie Due, un autre bar. Nous voulons participer à un ceilidh! C'est une sorte de bal, où les gens s'essayent aux danses traditionnelles. Ça a l'air super! Mais malheureusement ... ce vendredi, c'est bondé, nous devions être sur guest list. Nous allons réessayer pour demain soir ...

Cela nous a cependant permis de visiter la New Town, dans un style évidemment bien plus moderne, et qui accueille toutes les chaînes de magasins internationaux. Nous avions pris peur en voyant les cafés fermés et étions allées au KFC ... ce qui était une grosse erreur! Cela fait trois fois que j'y mange en Grande Bretagne et à chaque fois, c'est la déception.

Dire que nous aurions pu prendre notre temps pour mieux chercher ... tant pis, nous allons continuer sur notre lancée dans les pubs, on m'a dit qu'il y en avait sur Cowgate. Nous nous rendons au Three Sisters à l'ambiance très festive (c'est probablement une boîte aussi) avec sa cour extérieure, ses tables et ses petits stands où nous aurions pu manger!

Mais nous ne nous entendons pas parler, nous sommes trop crevées pour danser, et nous migrons donc vers le Banshee Labyrinth, conseillé aussi par Elodie (Nibby Street). Il est trop rigolo, ce bar! C'est une déco d'Hallowe'en un peu burtonienne, où ils passaient des chansons Disney quand nous sommes arrivées. Un style geeko-goth sympa, et encore plus quand on sait qu'en bas il y a une boîte où ce soir là il y avait ... un concours de déguisements! En plus de cela, il y a un "cinéma" gratuit, ils projettent des films dans une salle. Et je crois qu'il y a un resto. Le concept est génial, mais vaincues par la fatigue, nous rentrons dans notre Airbnb en passant par les rues fantômatiques d'Edimbourg où nous croisons d'ailleurs un Ghost Tour mené par un vampire ...

5:un marché dans une église! 6: World's End 8: Scott Monument 9: Princes Gardens 12: Three Sisters 13: Banshee 
3

Le soleil se lève vers 4h30 en juin et c'est bien embêtant quand on est sensible à la lumière du jour et qu'il n'y a pas de volets ou rideaux occultants ...

Nous nous mettons tranquillement en route vers 9h30 pour aller visiter Holyrood Palace, résidence de la Reine lorsqu'elle se rend ici tous les ans 15 jours en juin. Nous l'avons ratée mais ce n'est pas plus mal, le trafic routier devient très galère et nous n'aurions rien pu visiter de ce beau palais!

Il est situé au pied d'Arthur's Seat, un volcan éteint haut d'un peu plus de 200m, qui domine la ville et que nous n'avons pas gravi. Il se situe tout en bas du Royal Mile, avenue qui relie les deux châteaux.

À la base, il n'y avait que l'abbaye, construite en 1128. Puis, Jacques IV en fit un palais vers 1500. De nombreux ajouts y furent faits, et via l'audioguide, nous retrouvons Mary Stuart qui y habitait. Nous avons pu voir ses appartements, encore des portraits, et en apprendre plus sur la mort de son secrétaire particulier, probablement son amant, assassiné par son mari Lord Darnley devenu jaloux. C'est cet événement qui aurait conduit au meurtre de ce dernier qui a pu être commandité par Mary.

L'avantage d'Holyrood c'est qu'étant encore en fonction, beaucoup de mobilier royal y est conservé. Il était aussi plus habité, et nous pouvons donc admirer beaucoup de beaux meubles ... que nous ne pouvons malheureusement pas prendre en photo. Nous terminons la visite avec l'abbaye, dont le toit s'est écroulé au 18e siècle. Ce sont les ruines, mais c'est encore mieux puisque cela lui donne un côté mystique.

 En bas, on peut voir Arthur's Seat. 

Notre visite terminée, nous grimpons sur Calton Hill pour avoir une belle vue de la ville, tout en essayant désespérément de réserver au Ghillie Due pour ce soir, car j'ai pu m'inscrire sur la guest list ... mais seulement moi, plus de place ensuite! Nous appelons pour voir si ça marche en réservant au resto, nous ne comprenons rien à ce qu'elle nous dit, nous pensons qu'il s'agit d'une voix pré enregistrée, et en fait non, ahhh l'accent écossais c'est pas encore ça! Tout ça pour qu'elle nous dise que c'est complet, mais comme nous avons au moins une place, nous essayerons ce soir et nous montons des stratégies pour qu'ils soient sympas avec nous et nous laissent entrer.

Nous redescendons sur Princes Street et trouvons un bon petit restaurant italien qui fait ses pâtes fraîches et ses glaces artisanales, Martone. Nous nous régalons! Et prenons le chemin de Dean Village, au bord de la rivière. L'endroit est paisible, loin du tumulte touristique et des voitures qui veulent nous écraser à chaque passage piéton.

Nous sommes une fois de plus fatiguées, et nous posons dans un café italien, qui ne fait que nous donner envie de manger des pizzas. Mais en y réfléchissant, ça fait deux fois de l'italien, et en Ecosse, ça la fout mal ... Nous décidons donc d'aller manger dans un pub. Notre choix se porte sur le Black Rose, qui est situé dans Rose Street et c'est le même propriétaire que le Banshee. Et tout a été une tue-rie! La bière délicieuse, la soirée dans le canapé confortable, la wifi qui marche bien, la musique trop cool, la déco sympa, et les burgers que nous avons pris ... Aaaaaaaaah, qu'est ce que c'était bon! Ils étaient élaborés avec du Aberdeen Angus, qui est un boeuf normalement un peu cher. Mais là, le prix était à moins de £10 et c'était délicieux. Ce pub avait toutes les qualités. Je le conseille plus que vivement!

Bon, et maintenant, place au moment de vérité! Nous nous posons la question vu comme nous sommes bien installées, mais nous allons tout de même tenter le Ghillie Due. Nous arrivons à 21h30 devant le mec de la sécurité, qui nous demande si nous sommes sur la guest list, je lui dis qu'il n'y a que moi, que peut être qu'il y a des gens qui ne sont pas venus, et ... il nous dit que c'est ok, mais qu'on doit du coup attendre jusqu'à 22h. Nous n'en avons donc profité qu'environ 40 minutes puisque nous devions nous lever tôt le lendemain, mais ... ça valait vraiment le coup pour £5! La salle ressemblait à celle d'un château, avec ses longues tables, ses bibliothèques et ses lustres (non on ne voit pas grand chose sur la photo). Christel et moi étions tout le temps mortes de rire, ce qui ne voulait pas dire que nous ne comprenions pas les pas, l'une faisant de la salsa et l'autre ayant fait du modern jazz! Il nous fallait juste un peu de temps d'adaptation vu que nous ne comprenions pas grand chose à ce que disait l'animateur ... Accent écossais + bruit, ça ne fait pas bon ménage! Heureusement, nous nous plaçons toujours à côté d'un couple qui s'y connaît bien, vu que les autres galèrent presque autant que nous, et nous pouvons les suivre. Au final, on nous avait demandé "need help?" mais nous nous en sommes mieux sorties! Et la musique live est géniale. Nous faisons trois danses, et déjà il est malheureusement le temps de repartir. Mais qu'est ce que c'était génial! Quel dommage que nous n'ayons pas pu le faire la veille à cause de la guest list! Mais bon, c'est mieux que rien, nous rentrons comblées de cette soirée!

4

Et bien aujourd'hui, nous partons en excursion avec Viator. Avec toute la route que nous allons faire, vu que nous allons loin, à 5 heures de route au Nord, pour aller tenter de trouver Nessie, et auparavant, de croiser des clans d'écossais rouquins en kilts armés de haches et de cornemuses dans les Highlands, les montagnes d'Ecosse. Dommage, nous passons à peine un peu trop loin du pont du Poudlard Express ...

Le réveil se fait à 6h, pour partir à 6h50 de chez nous et y être à 7h30, après un petit café rapide. Nous partons un peu en retard par rapport à l'horaire prévu, et j'avais compris que nous étions de petits groupes mais j'avais dû fumer ce jour là car nous étions 40 par bus. Bon. Il faut ce qu'il faut ... Si encore nous avions eu plus de temps, nous aurions pu faire un parcours en itinérance avec notre propre voiture. Mais bon, trois jours sur place ... Nous partons donc avec notre guide Chris, aka "Crispy", qui a un super accent écossais et qui surtout aime animer ce qu'il dit! Il "fait des voix" comme dit Christel, il surjoue mais c'est plutôt agréable, je ne comprends que la moitié de ce qu'il dit mais c'est déjà mieux que rien, et bien mieux que la voix morne de l'audioguide français!

Nous avons appris et vu énormément de choses grâce à cette compagnie sous-traitante qui s'appelle Haggis Adventure, Wild & Sexy Crew. Oui, le Haggis, pour les Ecossais, c'est sexy certainement! On sent qu'ils en sont éminemment fiers.

Notre visite commence avec quelques anecdotes sur la ville d'Edimbourg: nous avions remarqué que les jardins de Princes Street étaient en contrebas du rocher, dans une petite vallée, mais que pourtant il n'y avait pas d'eau. En fait, il s'agissait d'un ancien marécage qui a été asseché, car avant, Edimbourg puait. Beaucoup. Crispy nous raconte également toutes ces histoires de médecins qui déterraient des cadavres pour les disséquer et étudier le corps humain, ainsi que des histoires de banditisme, d'égorgement, et je ne sais pas comment il en est venu à ensuite parler du petit déj', écossais, mais paraît-il que la première cause de mortalité à Glasgow, c'est en s'ébouillantant avec l'huile de cuisson servant pour cuire la square sausage!

En sortant de la ville, nous passons d'abord près d'une sculpture étrange, deux grosses têtes de chevaux: ce sont en fait des Kelpies, des créatures mythologiques à l'apparence de chevaux blancs qui apparaissent près des lacs pour que les petits enfants les touchent, et ils y restent alors collés. Ils sont dévorés, ne laissant que le coeur et le foie. Une légende raconte que 10 enfants étaient en train de jouer au bord d'un Loch (ça se prononce lorrrrr, au fait), un Kelpie est apparu. 9 des enfants y sont restés englués, tandis que le dernier n'eut plus de place sur son dos et n'avait sorti que son index pour caresser ses naseaux. Ne pouvant retirer son doigt, et pour éviter une mort certaine, il sortit son couteau, et se le coupa, tandis que les autres étaient emmenés dans les flots sombres. Voilà, bon appétit.

Nous arrivons près du château de naissance de Mary Stuart: Linlithgow, mais nous n'avons le temps que de l'apercevoir derrière les arbres. Tout comme le château de Stirling que nous voyons de loin mais que nous n'avons pas eu le temps de comprendre qu'il s'agissait de lui. Stirling, c'est connu à cause de Braveheart, de son nom William Wallace qui a mené les troupes pour l'indépendance de l'Ecosse en 1297. Les Anglais sont bien plus nombreux, mais ils vont engager le combat prématurément et traverser un pont; les Ecossais en ont profité pour exploser ce pont en deux et ainsi isoler l'armée anglaise, et la vaincre. Mais bon, Edouard Ier, le roi d'Angleterre, revient sur place et écrase les Ecossais. Dommage.

Nous continuons vers Doune, où quelle tristesse, nous ne nous arrêtons que 3 secondes sur le pont pour le château de Doune qui est ... le château des Monty Python !! Et qui a servi de décor à Game of Thrones aussi, mais je ne sais plus pour quoi. Nous ne le voyons que fugacement, et ma photo a été un epic fail, car totalement floue. Mon appareil photo de mon portable est génial, mais il lui faut du temps pour le focus. Grrrrr. Cela ne nous arrête pas pour autant, puisque nous passons Callender, "la ville des vieux" où l'on joue à qui va mourir le prochain, et qui est "un bon lieu pour un date" (bravo si vous avez le jeu de mots!). Nous nous arrêtons ensuite une petite demi heure, l'occasion de prendre des photos des moutons et des vaches écossaises et leurs longues franges (des "cuuuuuuu" comme disait Crispy).

Les photos sont bien évidemment de moins bonne qualité puisque prises depuis le bus.

Nous sommes au pied des Highlands, et bientôt nous entrons dans le Trossachs National Park. Les montagnes sont toutes plus belles les unes que les autres, certaines, anciens volcans, plus arrondies que d'autres. Il paraît qu'elles étaient aussi grandes que les Alpes, mais étant bien plus anciennes, elles ont été très érodées. Maintenant, le point culminant est le Ben Navis, à 1344m. C'est aussi le plus haut sommet du Royaume Uni. Petits joueurs. Chris nous passe de la musique écossaise tout le long de la route, ce qui donne une ambiance assez épique comme vous pourrez le constater sur les vidéos suivantes. Nous commençons aussi à voir nos premiers Lorrrrrrs. Nous entrons dans la région de Rannoch Moor au rythme des averses écossaises et des rayons de soleil. Nous faisons une rapide pause à Glencoe, théâtre du massacre du clan McDonald qui n'avait pas prêté allégence assez rapidement à Guillaume III, le roi d'Angleterre. A l'époque, vers 1300-1400 encore, les Ecossais n'étaient toujours pas chauds pour soutenir les Anglais, ainsi, ce clan fut décimé à titre d'exemple. Les soldats anglais prétendirent venir en paix, ils s'installèrent chez les McDonald, et 15 jours plus tard au petit matin ils massacrèrent hommes, femmes et enfants. (Depuis, ils se vengent en nous faisant devenir obèses et diabétiques).

Nous continuons vers Fort William, la "capitale du plein air" du Royaume-Uni, et apercevons de loin les contreforts du Ben Navis, dont le sommet n'est visible que 50 jours par an en moyenne à cause des nuages. 8 à 10 personnes meurent chaque année dans son ascension, car le climat est très changeant et peut atteindre 30 degrés d'amplitude (donc passer de 15 à -15 degrés). Une demi-heure de route plus tard, nous arrivons à Fort Augustus, porte d'entrée du Loch Ness! C'est l'un des plus grands lacs du monde. Le tour operator nous proposait un pique-nique "goût de l'Ecosse" .. qui va se résumer à un sandwich tomates jambon, des gâteaux au beurre Walkers et une bouteille d'eau. Wow ... Nous faisons une petite balade d'1h30, nous n'optons pas pour la croisière car il y a du vent, et nous faisons quelques photos. Le temps passe vite, et nous rejoignons vite notre bus! Nous avons encore 5h de route avant de rentrer. Nous sommes crevées, nous voyons encore quelques Lochs, et nous quittons les Highlands. Nous passons devant quelques distilleries de whisky, avant d'arriver à Edimbourg nous observons le "collapsing bridge", le pont qui s'écroule. Il ressemble au viaduc de Millau mais n'est plus emprunté, et vu son surnom vous comprenez pourquoi ...

Nous arrivons vers 20h, et cherchons de quoi manger. Malheureusement, le World's End est complet, et nous galérons une petite demi heure avant de trouver notre bonheur au N°1, une brasserie sur High Street. Christel commande un burger ... au haggis, il y en a partout dans les plats, Cécilia un fish n'chips, et je tente le Cullen Skink, une soupe non pas au vampire qui brille mais au poisson, qui a un goût de carbonara.

Et c'est ainsi que s'achève notre petit week-end à Edimbourg! Une ville bien sympathique, originale, pleine d'histoire. Bien sûr, 3 jours c'est trop court, il y a encore plein de choses à voir en Ecosse, surtout plein de châteaux! J'espère que ce blog vous a plu, rendez-vous dans un mois pour mon épopée en Amérique du Sud!