avec 
M
M. Martin
Ce carnet résume un voyage entre amies en Bavière, une région riche en histoire et aux paysages splendides! Mais où il vaut mieux laisser les conducteurs aguerris et calmes prendre la route...
Du 28 juillet au 5 août 2019
9 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Départ à 8h30 de Paris pour Munich, en voiture! Road trip de 10h, entre potes.

Coût du trajet par autoroute: 39,6€

Une fois sur les routes allemandes, la vigilance est de mise: il faut forcer l'insertion dans les voies et ne pas espérer que les autres conducteurs anticipent vos déplacements. Mais soyons honnêtes, l'avantage des routes allemandes, c'est de pouvoir pousser un peu le moteur...

Pour notre premier soir, nous avons décidé de dîner en extérieur. Direction le centre ville où nous trouvons un japonais de bonne qualité (Zen Panasia), avec une décoration intérieure mixant l'industriel et le mur végétalisé.

Zen Panasia

Rosenheimer Str. 6

81669 München

2

Pour commencer la journée, départ de la station Oberwiesenfeld (proche de notre hôtel) pour atteindre la station Marienplatz afin de découvrir la place éponyme. La visite débute par la façade du nouvel hôtel de ville qui nous domine, et sur lequel, à 11h, nous avons pu voir les automates se mettre en route et proposer un petit spectacle. Cette animation, c'est le Glokenspiel (11h, 12h, 17h et 21h) qui célèbre deux évènements historiques: en haut, un tournoi de 1568 célébrant le mariage du duc Guillaume V de Bavière avec Renée de Lorraine, et en bas, la danse des tonneliers (Schäfflertanz), manifestation qui a lieu tous les 7 ans depuis l'an 1517.

L'Ancien et le Nouvel hôtel de ville de Munich 

Les musées sont majoritairement fermés le lundi, exception faite de La Résidence, le palais qui acceuillit les ducs, les électeurs et les rois de Bavière, la famille Wittelsbach, durant près de 4 siècles (de 1508 à 1918). Le palais a subi les bombardements de la 2nde Guerre Mondiale (seuls 50m² du toit ont résisté), mais la rénovation des pièces -principalment réalisée au cours de années 80- est remarquable. Il nous a fallut 3h pour arpenter le bâtiment de fond en combles (plus de 90 pièces accessibles)! Soit: le musée de la Résidence, le Trésor de la Résidence et le théâtre Cuvilliés dont l'entrée se situe dans une autre cour du palais. Les visites de la Résidence et du Trésor se font avec un audioguide (gratuit), que l'on peut avoir en français.

Site internet très fourni de la Résidence

https://www.residenz-muenchen.de/englisch/residenc/index.htm

13€/adulte pour les 3 zones de visite

Pour le Trésor de la Résidence, préférer les explications en anglais car il n'y en avait pas en français

Max-Joseph-Platz: la Résidence et le Nationaltheater 
Vue aérienne (www.residenz-muenchen.de) et entrée du musée de la Résidence 
Cour de la grotte et fontaine de Persée (tuf et coquillages)
L'antiquarium: salle initialement cnstruite pour exposer la collection d'antiquités  des Wittelsbach
La galerie des ancêtres (portraits par ordre chronologique des dirigeants de la Bavière et leurs femmes) et cabinet de porcelaines
La chapelle d'apparat: plafond bleu et or, incrustations de marbre et orgue du 16ème siècle
Pièces des Jardins de la Cour et pièces de Charlotte (réaménagement par la princesse Charlotte Auguste en 1814)
Le Hall Noir et son plafond en trompe-l'oeil (bâti en 1590, portes noires de 1623, plafond refait en1979 d'après originaux de1602)
Appartements des Electeurs (style rococco, décorés par J.B. Gunetzrhainer duant 1740s et F. Cuvilliés durant 1760s)
Salles d'apparat et hall vert (reconstruites d'après originaux de F. Cuvilliés) 
Appartements du Roi et de la Reine, dessinés par Klenze de1826 à1835 selon les envies du Roi Ludwig I (style neoclassicisme)
Quelques Trésors de la Résidence 

Pour se requinquer, repas dans une brasserie servant des spécialités de Bavière, située au pied de l'Eglise Notre-Dame!

Bière locale (Andechser Hell), salade de saucisse Bavaroise et Apfelstrudel chaud 

Andechser am Dom

Frauenplatz 7, 80331 Munich

La visite se poursuit par un passage en haut de la tour du nouvel hôtel de ville, qui nous offre une vue dégagée sur Munich.

4€/adulte, à régler en haut de l'ascenceur

Vue sur Munich du haut du Nouvel hôtel de ville 

Par la suite, nous avons visité l'église Notre-Dame, très sobre et toute en briques. Cette dernière a été construite au 15ème siècle mais les bombardements de la 2ème Guerre Mondiale l'ont endommagé et il fallut 20 ans aux munichois pour la reconstruire. Malheureusement, durant toute cette période de reconstruction, les finances de la ville étaient au plus bas et les matériaux employés étaient de qualité médiocre, ce qui explique les lourdes rénovations menées sur le bâtiment.

Eglise Notre-Dame 

Vint ensuite la visite de l'église des Théatins, érigée en 1662 pour la naissance du prince Maximilien-Emmanuel, et son intérieur de style baroque qui contraste avec la précédente. Immanquable avec ses murs extérieurs peints en jaune, elle ressort face au sobre Panthéon des feld-maréchaux (construit en l'honneur de l'armée bavaroise) de l'Odeonsplatz.

Le Panthéon des feld-maréchaux et l'Eglise des Théatins 
3

Ayant réservé les billets 1 semaine à l'avance, nous avons pu nous installer près du lac Alpsee pour pique-niquer, avant d'entamer la montée pour la visite du château de Neuschwanstein. Les cartes prévoient 40min de montée en marchant tranquillement, mais en ayant un rythme aussi rapide que le nôtre, vous pouvez la faire en 25 min. Le chemin est balisé, facile d'accès et protégé par la forêt. Il est pourtant possible de profiter de certains point-de-vus au travers des quelques trouées présentes en chemin.

15€/adulte pour chaque château

Réserver les billets à l'avance: les châteaux sont très visités en été et leur accès n'est possible qu'à des horaires précis

En route vers les châteaux 

Pique-nique possible au bord du lac, pour profiter de la vue et de la fraîcheur de l'eau

Lac Alpsee 

Le château en lui-même est assez rapide à visiter, mais la richesse du décors mériterait plus de temps de contemplation. Malheureusement, les visites sont encadrées et menées de sorte à maintenir le rythme pour que les groupes s'enchaînent sans perdre de temps. Pour nos visites, nous avons bénéficié d'audioguides en français, gratuits. A noter que les photos ne sont pas autorisées dans le château.

Château de Neuschwanstein 
Pont de Marie (surplombant la cascade Pollät) et vue du château 

Nous avons ensuite tenté d'atteindre le pont de Marie pour avoir une vue différente du château de Neuschwanstein, mais il y avait trop de monde et nous devions redescendre pour visiter le château de Hohenschwangau, construit par Maximilien II (père de Louis II) en 1837 sur les ruines d'un château du 12ème siècle laissé par les chevaliers de Schwangau. La seule modification notable opérée par Louis II dans ce château se retrouve dans l'ancienne chambre de son père, où il fitpeindre au plafond une nuit étoilée, en y intégrant un système permettant de faire briller les étoiles durant la nuit. De même que pour le château de Neuschwanstein, les photos à l'intérieur sont interdites et la visite se fait avec un audioguide, toujours gratuit.

Château de Hohenschwangau 
Jardins et vue du château de Hohenschwangau 

En venant ou en repartant, il est possible de s'arrêter en bord de route pour profiter du panorama et de la vue sur le château de Neuschwanstein.

Arrêt en bord de route  et vue sur le château de Neuschwanstein
4

Pour cette journée, nous réalisons notre plus long trajet (3h environ) pour atteindre la première ville de la route romantique: Wurtzbourg. A cheval sur le Main, cette ville semble exister depuis le 8ème siècle (première mension de la ville en 704) et a été la résidence des princes-évêques pendant plusieurs siècles, ce qui lui a permis de s'enrichir largement. On pourait la croire préservée, mais comme beaucoup de villes allemandes, elle a subi les ravages de la 2nde Guerre Mondiale (centre ville rasé à 90%) et a été entièrement reconstruite (jusqu'en 1967). Une fois de plus, la reconstruction a tenté de rester fidèle à l'Histoire de la ville et il nous est donc possible de nous balader dans un très beau centre ville.

Maquettes de la ville en 1525 et en1945 (vues depuis la forteresse de Marienberg)
Centre-ville de Wurtzbourg 

Nous avons commencé la visite de la cité par la forteresse de Marienberg qui domine la ville, à l'ouest. La construction de cette dernière a débuté dans les années 1200, à la demande des princes-évêques locaux qui y régnèrent jusqu'en 1719. La forteresse n'a été prise qu'une seule fois, par les suédois, au cours de la Guerre de Trente Ans. Le bâtiment abrite désormais le musée des Princes-Evêques et le musée du Main Franconien. En payant l'entrée pour le musée du Main Franconien, nous avons bénéficié d'une entrée pour le deuxième musée. A savoir que les deux musées sont très longs à visiter, même s'ils manquent cruellement d'explications en anglais!

5€/adulte l'entrée pour les 2 musées

Parking à l'entrée de la forteresse

Dépôt obligatoire des sacs à dos dans des casiers prévus à cet effet

Forteresse de Marienberg 
Vue de la forteresse 
Quelques objets de la collection du musée du Main Franconien
Quelques objets de la collection du musée des Princes-Evêques 

Les visites terminées, nous avons repris la voiture pour atteindre le centre ville et nous presser pour visiter la Résidence de Wurtzbourg avant sa fermeture (la descente peut se faire à pieds, mais nous avions des contraintes horaires). Direction, donc, la Résidence, bâtiment classé à l'UNESCO qui fut la dernière demeure des prince-évêques à partir de la fin du 18ème siècle, qui considéraient alors la forteresse de Marienberg comme trop petite. Nous pouvons accéder à 40 des 360 pièces que contiennent le "nouveau" bâtiment, le reste étant utilisé par des organismes d'Etat, des bâtiments universitaires et un musée. Dans la Résidence, par contre, interdiction de prendre des photos!

7,5€/adulte

Les jardins mélangeant style français et anglais, accessibles jusqu'à la nuit

Dépôt obligatoire des sacs dans des casiers prévus à cet effet


La Résidence de Wurtzbourg 

Après Wurtzbourg, nous déscendons un peu la route romantique pour atteindre Rothenburg, dans l'objectif de nous restaurer avant notre retour à Munich. Cité médiévale surplombant la Tauber, Rothenburg est une ville préservée, ceinte par une muraille, possédant des rues pavées ainsi que des maisons colorées et disparates. Particulièrement agréable de nuit (bien illuminée), elle propose une spécialité sucrée (bourative), la boule de neige (Schneeballen), qui mérite d'être testée.

Rothenburg de jour et de nuit 

C'est sur la place du marché que nous avons décidé de nous arrêter pour dîner, au Ratsstube. Brasserie typique parmi d'autres, elle offre des plats copieux à des tarifs très raisonnables! Pour ma part, j'ai commandé le menu spécial de la brasserie: un jarret de porc accompagné de knödel de pomme de terre et de choux mariné, le tout arrosé d'une bière locale (14,5€).

Ratsstube

Am Marktplatz 6

91541 Rothenburg

5

Cette nouvelle journée de visites est consacrée à Nuremberg: 2ème ville de Bavière, siège non-déclaré du Saint-Empire germanique durant des siècles (1050 à 1571) et lieu de résidence de la plupart des monarques. Encore une ville minutieusement reconstruite suite aux bombardements de janvier 1945, qui permet de visiter une ville médiévale qui semble préservée. Notre visite débute par le château impérial qui domine la ville et dont une première construction existait au 11ème siècle.

7€/adulte pour le château et le puits

Le château impérial de Nuremberg 
Images du château détruit et en rénovation 
Vue depuis le château 
Intérieurs du château 
Puits profond  (45m de profondeur) abrité par une maison (1563)

Nous traversons ensuite la vieille ville pour aller au Musée National Germanique, situé à l'extrême sud de la cité.

Vieille ville de Nuremberg 

Le Musée National Germanique est le plus grand musée d'art et de culture germanique, qui présente des objets datant de la préhistoire à notre époque. Il a été implanté sur les ruines d'un cloître des Chartreux (du 15ème siècle) et son église (1381-83), il nous est donc possible de voir les vestiges du bâtiment intégrés à l'édifice moderne. Les collections sont importantes et mériteraient au moins 2h de visite.

8€/adulte

Casiers prévus pour déposer ses affaires (obligatoire)

Musée et vestiges 
Divers objets de la collection 
6

La journée est dédiée à la visite du Nid d'Aigle, niché près de la fontière avec l'Autriche. La route qui nous y mène est superbe et nous fait traverser une toute petite portion du pays frontalier avant de longer l'immense Chiemsee tout en profitant de la vue sur les contreforts des Alpes.

En route pour Obersalzberg 

Pour visiter le Nid d'Aigle, il est important de se diriger vers le Dokumentation Obersalzberg qui est le musée présentant l'histoire de la région durant le 20ème siècle. C'est à ce niveau que se trouvent les parkings, mais en continuant la route sur quelques centaines de mètres, on atteint un parking gratuit. La montée est raide jusqu'au site (pentes à 24%) et il n'est pas possible d'aller jusqu'au Nid d'Aigle en voiture. Pour cette deuxième visite, il faut prendre obligatoirement l'un des bus dédiés ou prévoir une belle randonnée de 3h.

Une fois sur site, nous commençons donc par la visite du Dokumentation Obersalzberg qui nous présente l'évolution du site depuis l'acquisition des châlets par le parti national-socialiste, la construction du complexe présent sur la zone, le culte d'Hitler et la vie des hauts dignitaires ainsi que la destruction du site par les bombardements alliés et la vie de la région par la suite. Le musée est très bien documenté et des audioguides en français sont disponibles. L'entrée au musée nous permet de profiter d'une vue imprenable sur la vallée, par beau temps (lorsque nous y étions, il pleuvait), ainsi qu'à un accès direct à l'immense bunker -inachevé- utilisé par les dignitaires et le personnel qui vivaient sur le site.

3€/adulte + 2€/audioguide

Un grand parking gratuit quelques centaines de mètres après la station des bus

Eléments de l'exposition 
Le bunker 

La visite terminée, nous nous rendons à la station des bus qui nous emmènent au Nid d'Aigle. La montée se fait en 20min et des explications en allemand, en anglais et en français sont diffusées durant la montée pour nous rappeler les dispositions à prendre pour la descente. En effet, lorsque l'on prend notre ticket aller-retour au guichet de départ, on nous informe qu'à notre sortie du bus il nous est nécessaire de choisir un horaire de retour au guichet d'arrivée.

16,5€/personne le ticket aller-retour

La route pour le Nid d'Aigle 

Les bus nous déposent à l'entrée du tunnel menant au célèbre ascenseur arrivant dans le Nid d'Aigle. Le bâtiment est désormais un relais d'altitude, le Kehlsteinhaus, dont on peut voir une partie des pièces ouvertes au public. Il est d'ailleurs possible de s'y restaurer ou d'y boire simplement un verre.

Kehlsteinhaus 
Faune, flore et panorama 

La dernière descente a lieu à 16h50, nous avions donc encore quelques heures pour visiter Berchtesgaden, village plein de charmes à partir duquel se déroule la route menant au Dokumentation Obersalzberg. Après avoir garé la voiture dans un parking souterrain du centre-ville, nous avons trouvé un café et nous sommes accordé une pause sucrée.

Café Forstner

Weihnachtsschützenpl. 1

83471 Berchtesgaden

Nous avons ensuite pris le temps de visiter la ville avant de rentrer à Munich.

Berchtesgaden
7

Encore une belle journée de visites, cette fois-ci dédiée à Ratisbonne, très jolie ville dont l'existence débute en 600 (comme camp romain) et qui a au cours des siècles atteint le statut de première capitale de Bavière et a été la résidence de ducs, de rois et d'évêques. Préservée des bombardements, il est très agréable de s'y balader pour profiter des différents bâtiments et vestiges qui témoignent de son histoire. La ville en a d'ailleurs acquis le statut de Patrimoine de l'humanité en 2006.

Mais pour commencer cette journée, nous avons décidé de débuter notre exploration par le superbe Château des Thurn et Taxis. L'histoire de cette famille est fascinante. Elle débute au 15ème siècle, époque à laquelle leur ancêtre, Franz von Taxis (germanisé de Francesco Tasso), développe le premier service postal européen (d'abord pour le Saint-Empire Germanique). Pour l'en remercier, l'Empereur lui octroît un titre et la famille va développer et maintenir ce service postal durant des siècles, puisqu'ils en gardèrent le monopole jusqu'au 19ème! Au cours des générations, la famille a acquit de plus en plus de titres, jamais au travers d'exploits guerriés, avant d'obtenir le titre de princes électeurs. Le développement de leur entreprise et leur diversification dans d'autres domaines d'activités, combinés à l'aquisition des titres de noblesse et des responsabilités qui leurs sont liées, vont les mener à entretenir et agrandir le Château des Thurn et Taxis, dans lequel ils séjournent encore occasionnellement. Ce château est d'ailleurs un incontournable de la ville, que nous avons pu visiter avec un guide (à 13h, horaire ajouté pour les samedis en été) en nous munissant d'audioguides en anglais (plus détaillés que le récit en français). Puisque le château est encore utilisé par la famille, nous ne pouvons pas prendre de photos à l'intérieur et nous étions priés de marcher uniquement sur les tapis. Nous avons tout de même l'autorisation de photographier les vestiges de l'abbaye Saint-Emmeram sur laquelle le château s'est développé en 1812.

11€/adulte visite guidée et audioguide

La décoration est riche et ancienne

Abbaye bénédictine Saint-Emmeram (attenante au château) 
Château et vestiges du cloître 

A la fin de cette visite, nous avons arpenté les rues avant de tomber sur le mémorial Kepler, installé dans l'une des maisons dans laquelle l'astronome a séjourné, à la fin de sa vie.

L'Ancien (avec le beffroi) et le Nouvel Hôtel de ville  (blanc, accolé à l'ancien) et les bâtiments cerclant la Haidplatz
Quelques demeures du centre ville 

Le mémorial de Kepler est installé dans ce qui était la maison de son ami Hildebrand Billi, qui l'acceuilli en 1630, peu avant que Kepler ne tombe malade et ne meurt le 15 novembre, à 59 ans. Il fut entéré 2 jours plus tard dans un cimetière protestant de la ville. L'intérêt principal de ce petit musée est de nous permettre de voir l'intérieur d'une maison ancienne, tout en nous rafraîchissant la mémoire sur la vie de l'astronome. Malheureusement, ce petit musée manque d'explications en anglais et le seul document fourni consiste en une petite biographie de Kepler.

Mémorial Kepler

Keplerstrasse 5

2,2€/adulte

Quelques objets présentés dans le musée 
Le musée Kepler 

Depuis le mémorial Kepler, il est possible d'atteindre rapidement les berges du Danube et de profiter de la vue sur le pont de pierre (1135-1146) et la tour du pont.

Vue sur le Danube, le pont de pierre et la tour du pont
La tour du pont et l'ancien grenier à sel (bâtiment blanc) 
Vue depuis le pont 

Nous sommes ensuite repassé par la ville pour faire un peu de shopping avant de retourner nous diriger vers la Cathédrale Saint-Pierre.

La boutique Bayrisch Wild pour des souvenirs originaux

Goldene-Bären-Straße 12

93047 Regensburg

www.bayrischwild.de/

Vestiges de la Porte Prétorienne (construite en 179 )
En direction de la Cathédrale 
La Cathédrale gothique Saint-Pierre (construite de 1274 à 1520), et ses tours de 105m de haut (les plus élevées de la ville)
8

Cette dernière journée débute par la visite du camp Dachau, situé à 20min en voiture de notre hôtel. En voiture, le site est facile d'accès car un parking est prévu à une centaine de mètres de l'entrée du mémorial. Le site se visite gratuitement, mais il est possible d'obtenir des audioguides en français à l'entrée du mémorial. Ces derniers permettent d'avoir une histoire détaillée du camp et surtout, un accès à des témoignages de survivants ou de certains des libérateurs. Premier camp durable à avoir été ouvert (22 mars 1933), il était initialement prévu pour les opposants politiques. Il avait été développé pour pouvoir enfermé environ 5000 détenus et a été rapidement placé sous l'administration SS. D'ailleurs, un camp d'entraînement d'officiers SS jouxte l'entrée.

3€ et une pièce d'identité pour l'audioguide

Vue aérienne du camp en 1945 et photos du camp en fonctionnement  
Quartier général des SS en 1933 et aujourd'hui et école d'entraînement des SS
Entrée du camp -l'enceinte de garde Jourhaus- et porte "Arbeit macht frei" (actuelle et originale conservée en vitrine) 

Quelques panneaux explicatifs sont disposés sur le site et l'exposition présentée dans le grand bâtiment principal, que l'on trouve à droite de l'entrée du camp, est très documentée. On y trouve également un cinéma qui diffuse un film résumant l'histoire du camp en 22min, avec des images d'époque.

Le bâtiment de maintenance (1939 et actuel) qui renferme le musée 
Certaines personnes arrêtées 

Il existe beaucoup de documents sur Dachau car le camp était utilisé pour promouvoir les camps et leur utilité au sein de la population et parfois auprès des journalistes étrangers.

Eléments de propagande diffusés dans des revues 
 La réalité du camp

Une fois la visite du musée terminée, il est possible de se diriger vers le bunker (des sanitaires reconvertis en prison durant la période d'activité du camp) ou vers la cour d'appel. J'ai décidé de garder la visite du bunker pour mon retour vers la sortie.

La cour d'appel en 1938, 1945 et 2019

Le Jourhaus, la cour d'appel et le bunker se situent au sud du camp. En remontant les allées vers le nord, nous traversons les vestiges des barraquements avant d'atteindre les sites religieux érigés à l'extrêmité du camp.

Baraquements reconstitués, dortoirs, vestiaires et sanitaires
Vestiges des baraquements du côté est et photo & illustration de l'intérieur 

En se dirigeant vers le nord-ouest du site, nous finissons par atteindre le crématorium, construit à partir de 1940, pour faire face à l'augmentation dramatique des décès dans le camp. Un deuxième bâtiment contenant la chambre à gaz a été construit en 1942/43. La chambre à gaz n'a pas été employée pour des exécutions de masse, mais des prisonniers de guerre ont été tués sur le site.

Passage vers le nouveau et l'ancien crématorium et accès aux monuments aux morts 

En revenant vers la cour d'appel, il est possible de voir une partie des enceintes du camp de plus près.

Eléments de l'enceinte du camp 

Je termine donc ma visite par le bunker qui se situe derrière le musée.

Le bunker (bâtiment de droite) et les cellules 

Avant de retourner à Munich, nous passons par la boutique de l'acceuil du centre qui propose une grande diversité de documents, en plusieurs langues, sur le camp et la 2nde Guerre Mondiale en général.

"Le camp de concentration de Dachau entre 1933 et 1945

Textes et photos de l'exposition avec CD-Rom"

Par le Comité International de Dachau

18€

(livre dont sont extraits certains graphiques et illustrations ajoutés à cette page du carnet)

• • •

Retour précipité à Munich pour faire une visite guidée, en anglais, d'une partie du centre ville. Le rendez-vous avec la guide est donné en face de l'office du tourisme, à Marienplatz et le départ se fait à 14h15. Cette balade nous permet d'avoir un autre point-de-vu sur les bâtiments déjà visités et de connaître d'autres incoutournables.

15€/adulte pour une visite guidée en anglais du centre ville

Une antenne de L'institut Max Planck, la chancellerie d'Etat de Bavière, le Jardin Anglais et l'Eisbach
Le musée de l'art, remodelé et agrandit par les architectes d'Hitler 

A la fin de la visite, qui nous amène derrière l'ancien hôtel de ville, nous décidons de revenir sur nos pas pour dîner tôt, puisque nous n'avions pas eu le temps de déjeuner. Nous nous sommes donc installé à l'une des tables du célèbre Bierpalast de Munich: le Hofbräuhaus.

Pour des souvenirs typiques: la boutique de l'Hofbräuhaus, à l'entrée de la brasserie

L'intérieur du Hofbräuhaus
Saucisses blanches de Munich avec choux rouge mariné, bretzel et pinte de bière brune. En dessert: Apfelstrudel (26,5€)

Pour finir la soirée, nous entamons une petite balade digestive avant de rentrer à l'hôtel.

Derniers pas dans le centre de Munich et retour en métro