Carnet de voyage

Parenthèse ( )

43 étapes
197 commentaires
Un projet muri depuis longtemps... Une envie de prendre le temps de vivre tous les 4... Un rêve d'évasion qui devient réalité !
Du 1er novembre 2017 au 27 avril 2018
177 jours
Ce carnet de voyage est privé, ne le partagez pas sans l'autorisation de l'auteur.
43
• • •
42

Nous embarquerons sur JAD. Just A Dream...

C'est un catamaran de 40 pieds, le modèle est un Lagoon 400 loué en Martinique chez Punch Croisière.

Nous aurons chacun notre cabine! Le bateau est équipé pour les longues navigations: balise GPS, désalinisateur, panneaux solaires, lave-linge...

Depuis le passage d'Irma, nous avons modifié notre trajet et prévoyons de quitter la Martinique vers le sud pour se diriger vers les Grenadines. Ensuite nous naviguerons vers Los Roques et les ABC (Aruba, Curaçao et Bonaire) pour monter vers la Jamaïque, Cuba, Haiïti et la Rep. Dom.

Ce trajet n'est qu’hypothétique et les changements de parcours seront soumis aux aléas de la météo, des rencontres et des coups de cœur...

41

Olivier

Le moteur du projet. Il a su transmettre sa passion de la mer et de la navigation à sa famille.

Émilie

Malgré le mal de mer, elle part plus motivée que jamais à l'aventure.

Virgile

Passionné de piraterie et de nature, il a pleuré de joie à l'annonce du voyage.

Baptiste

Sensible et adorant les bateaux, il compte les jours avant le départ !

40

Nous sommes arrivés mercredi 1 er novembre sans encombre à Fort de France. Les 9 valises et les 4 passagers sont entrés difficilement dans la Dacia Sandero... mais nous étions tellement motivés!

Notre catamaran JAD nous attendait au Marin: il est superbe! Encore mieux que ce que nous imaginions. Virgile et Baptiste ne se sont pas mis d'accord sur le choix de la cabine... On a donc tiré à la courte paille et c'est Virgile qui a remporté la cabine avant bâbord.

Les enfants sont en admiration devant la végétation luxuriante et adorent par dessus tout l'arbre du voyageur!

Nous avons fait l'avitaillement du bateau, nos prenons nos marques et devrions quitter le port d'ici mardi.

Les enfants réclament l'école à bord, donc nous sortons les cahiers!

Entre 2 preparatifs nous avons fait un peu de tourisme: la sublime plage des salines; la rhumerie Clément et son histoire; la rivière Alma et son imposante forêt tropicale et aussi l'anse d' Arlet et ses tortues.

Puis le moment tant attendu est arrivé: notre première sortie en mer... et notre première avarie! Nous avons cassé l'enrouleur de génoi😲 Retour à la case départ pour réparation au chantier.

24 heures après nous reprenons la mer direction Sainte Lucie

39

Après 4h30 de navigation nous voici à Rodney Bay. La baie n'est pas magnifique mais nous sommes heureux d'être arrivés. Nous entamons pour la première fois les démarches administratives de la clearance en dehors de la France! Le customs service n'est pas des plus agréables, heureusement nous reglons tout cela en moins d'1 heure.

Le lendemain nous sortons "the" drone pour immortaliser les lieux. Puis nous levons l'ancre pour Marigot Bay qui nous séduit! Petite anse calme aux couleurs turquoise et vert. Le resto flottant typique et la liane du cocotier font le bonheur des petits et des grands.

Nos amis Rachel et Vincent nous y rejoignent et c'est ensemble que nous nous rendons à la Soufriere et aux 2 pitons. Nous sommes très largement démarchés par Peter, Garfield, Sunny, Woody et j'en passe!! Pas évident, mais authentique...

Nous faisons notre première sortie tuba dans la réserve de Sugar Beach: les enfants sont ébahis par ces poissons colorés, rayés, gros, petits, solitaire ou en banc. Baptiste découvre le tuba qu'il ne quitte plus, même à terre!

Les bains de boue dans les eaux soufrées du volcan nous ont bien amusés aussi☻.


Ça y est nous avons eu notre première prise à la traine: un "thazard bâtard" (certes le nom n'est pas très flatteur). Euphorie à bord! Cuit au barbecue et citronné, même Virgile a savouré sa part.

Nous sommes obligés de retourner en Martinique pour recupérer notre survie. La traversée a été un vrai régal. Les oiseaux nous ont suivis et ont réalisé un véritable balet: ils jouaient avec les courants d'air des voiles et chassaient les poissons volants tels des torpilles. C'est le monde à l'envers... les oiseaux nagent et les poissons volent! Puis c'est au tour des dauphins de jouer avec l'étrave. Au moins 6 dauphins (bien dodus) sont venus faire leur spectacle.

Prochaine étape : Saint Vincent puis les Grenadines .

38

Nous arrivons à Wallilabu: endroit où a été tourné Pirate des Caraïbes! Nous sommes seuls dans la baie... Le village en carton pâte, le musée de pirates des Caraïbes et les décors nous distraient.

Les fonds marins sont toujours aussi beaux avec une particularité pour ce site où eau douce et eau salée se mélangent.

Nous passons une seule nuit à Saint Vincent.

37

Olivier et Virgile ont navigué jusqu'à l'île de Bequia pendant que Baptiste et moi-même étions couchés à l'intérieur.

Notre premier mouillage se fait à Port Elisabeth: nous ne sommes pas les seuls! Cependant, cela nous permet de faire un petit tour à terre: glace, resto, immigration (à défaut de la clearance)... La promenade du bord de mer est très sympa, elle est jonchée de petit bars et jolis jardins. Les enfants jouent sur la plage, un petit vent souffle, le soleil se couche. On est bien...

Notre deuxième mouillage se fait à Friendship Bay. Nous sommes accueillis par 2 barques de pêcheurs. L'endroit se trouve à l'abri, de l'autre côté d'une passe. Les fonds marins sont juste magnifiques! La nature a eu tellement d'imagination... On dirait la fashion week des poissons! Des couleurs et des motifs splendides... Pendant ce temps Olivier et Virgile n'ont qu'une idée en tête : attraper les langoustes qui nous narguent.

Le soir les enfants s'en donnent à coeur joie en jouant dans les rouleaux pendant que nous sirotons un bon cocktail.

Première cuisson de cookies and bread.
36

Cette petite île privée de 5km² remporte la palme ! Tout commence par une arrivée dans un lagon turquoise, type carte postale… puis Virgile manque de sauter sur une tortue de mer en allant nous accrocher à la bouée ! La baie est un vrai sanctuaire de tortues marines… le rêve. Nous nageons avec elles, s’y accrochons : elles sont belles, paisibles, confiantes. Nous ne comptons par le temps passé dans l’eau.

A terre, idem : des tortues et des tortues ! Bien plus robustes et grosses que nos tortues d’Hermann. Nous rebaptisons Moustique « Turtle Island ».

Consigne de l'exercice: classe les tortues de la plus petite à la plus grande!
Drone view ;)
35

Arrêt express à Canouan afin de faire une petite pause avant d’atteindre les Tobago Cays. Le village est modeste mais vivant. On est spectateur de la vie locale : sortie des classes, vente en tout genre dans les rues, chiens errants, hommes au travail sous un soleil de plomb…

Le soir venu, les carnets de bord rédigés, les enfants réclament un petit temps calme. Le disque dur externe étant plein de films, c’est Mary Poppins qui est choisi. De quoi avoir « Chemcheminée » dans la tête pendant quelques jours !

34

Nous avons mis l'ancre dans ce parc national des Grenadines où le superbe lagon turquoise nous encercle. Nos amies les tortues sont toujours là! Nous chaussons immédiatement nos palmes pour aller à leur rencontre et pour admirer la flore et la faune de la barrière de corail de Horse Shoe Reef. Les coraux sont à couper le souffle et les poissons sont en harmonie avec le décor. Voici encore des poissons extraordinaires... du plus petit au plus gros, tous nous émerveillent.

Pour la maîtresse de Virgile!

Olivier profite de ces conditions idéales pour essayer son matériel de kite acheté en Martinique avant notre départ. La levée de l'aile se fait en pleine mer, tous les 4 sur notre annexe! Tension et excitation assurées...

Le soir nous acceptons d'aller manger la langouste "BBQ on the beach" avec notre cher Mickaël (qui était venu nous démarcher jusqu'à Canouan dans sa barque de pêcheur!). La seule condition était d'apporter nos propres couverts 😉. Une bonne soirée où nous nous sommes régalés et où nous avons appris le quotidien des "boat boy" qui nous surprennent à chaque mouillage.

33

Le mouillage n'est pas évident à Union à cause des patates de corail. Après 3 tentatives nous mettons enfin l'ancre! 

Olivier sort son kite pour affiner ses réglages dans une petite piscine naturelle... La température de l'eau approche les 30°C.

La clearance de sortie se fait à l'aéroport. Enfin,  devrais-je écrire dans la petite cahute de l'unique piste goudronnée où les coucous nous frôlent le sommet de la tête!

À propos de tête,  Baptiste a fait son premier passage chez le coiffeur! Coiffure pas tout à fait conforme à nos attentes... mais couper des cheveux aussi raides n'est probablement pas commun ici. 


Les enfants mettent l'ancre.
32

Voici encore un coup de coeur! C'est la dernière île des grenadines mais non des moindres. L'île est toute petite mais son lagon paradisiaque, son resto de plage et sa proximité avec Petite Martinique en font un petit bijou.

Nous profitons de cette escale pour aller en annexe à Morpion. C'est un petit ilet où nous nous retrouvons seuls,  entourés de 50 cm d'eau et de corail. Les poissons sont différents ici,  presque aussi transparents que l'eau et pourtant toujours superbes même sans couleur.

École maternelle de Petite Martinique
"Notre" île!
31

Ça y est nous avons changé de pavillon: Virgile hisse celui de Grenade. Première rencontre avec un petit copain au service Immigration. Nous sommes contents car nous trouvons enfin  une poste ouverte pour acheter nos timbres souvenirs (pas évidents à trouver).

30

Nous voici dans la baie de Saint George. Nous décidons d'y rester 2 jours afin de faire un peu de tourisme. L'accès à la ville est très facile avec l'annexe, d'ailleurs les enfants (et moi aussi ) maîtrisent parfaitement notre "dinghy": démarrage, manœuvre etc...

Nous ne sommes pas les seuls à visiter car des bateaux de croisière de milliers de touristes accostent quotidiennement!

Nous avons visité le fort saint George qui a beaucoup plu aux enfants car encore une histoire de pirates, de guerre entre français et anglais...

Baptiste est "tombé amoureux" du drapeau de Grenade qu'il ne quitte plus, il le porte chaque jour en guise de cape! Autant vous dire que nous ne passons pas inaperçus et que Baptiste attire la sympathie de nombreux grenadiens.

Nous avons aussi eu la chance de plonger pour admirer les statues sous-marines. Elles sont impressionnantes...

29

Merci à Harmony et Ben de nous avoir fait connaître cette petite marina charmante. Ce sont nos premières nuits au port... On savoure le confort (certes superflue) de la vie terrestre qui manque parfois.

Nous en profitons pour louer une voiture et faire le tour de l'île. La conduite à gauche, l'état des route et "le code de la route" rendent la visite épique!

La visite de la cacao factory a été très intéressante. On a eu droit à un accueil très chaleureux et la dégustation s'est faite sans modération! Nous y avons aussi fait une rencontre peu ordinaire: un perroquet parlant anglais. Quelle marrade! La meilleure méthode d'apprentissage de l'anglais jamais connue.

Pour continuer dans les anecdotes animalières, Virgile s'est fait voler ses lunettes de vue par des singes! Après le sermon passé par sa mère, l'histoire s'est bien terminée... un petit tour chez Optic 2000 sera nécessaire.

Nous préparons le bateau pour le Venezuela. La navigation sera longue, la junk food est prête, chacun est briefé pour les mesures de sécurité... On serre les dents, go!

28

Nous avons fait nos premières navigations de nuit pour les îles vénézuéliennes. Et bien ce n'est pas évident ! Tout d'abord nous craignions les mauvaises rencontres... par mesure de sécurité nous avons donc préféré naviguer sans AIS (localisation GPS ) afin de ne pas être repérés par les éventuels pirates. Puis la mer était houleuse avec des grains (orages passagers ), ça bougeait beaucoup. Les enfants et moi avons été malades, sans vraiment savoir où trouver la meilleure position pour "dormir". Heureusement Olivier a été un super captain et a tenu les nuits blanches.

6h du mat' accompagnés par les dauphins. Virgile a toujours sa lampe frontale,
On est mal...


L'arrivée à Blanquilla est surprenante: île plate (2 cocotiers et rien d'autre), désertique sans âme qui vive, personne. Nous ne sommes pas tranquilles et passons notre première nuit hublots verrouillés avec notre couteau de pêche (le plus tranchant! ) sous l'oreiller.

27

26 heures de navigation après nous atteignons l'archipel de Los Roques: toujours aussi sec, un phare en rénovation, des citernes de fioul, une piste d'atterrissage, des maisons plus ou moins en ruine le tout encerclé d'un lagon turquoise qui contraste avec ce décor peu attirant. Le manque de sommeil et nos états nauséeux ne doivent pas nous abattre car nous devons faire la clairance: 6h de démarches d'immigration en perspective (au dire des forums ).

Je vous rappelle qu'aucun de nous 2 ne parle espagnol. Et oui italien et allemand 2ème langues... Merci les parents! les vénézuéliens ne parlent pas l'anglais car ce sont des dialectes indiens qui leur sont enseignés à l'école.

Nous ne possédons pas de bollivar et les US dollars sont refusés. C'est donc grâce à Paulo que nous arrivons à passer toutes ces étapes administratives en un temps record de 2 heures. Avec à la clef un échange de 10$ contre 400 000 bollivars!!!!! Ceci réglé nous levons l'ancre et se lançons à la découverte de l'archipel qui est splendide!

En route pour le bureau d'immigration.
Les rues sont très colorées avec de superbes streetart.
10€
La joie de retrouver la terre!

Les îles sont plus belles les unes que les autres, cela en valait le détour! Nous avons visité Crasqui, Carenero, Dos mosquises, Cayo de agua, Sarqui et Francisqui. Nous sommes toujours seuls sans aucun réseau, mais mais cette fois-ci nous nous sentons en sécurité.

A Crasqui nous avons rencontré Nicolas et Pin-pin, jeune couple de kiteurs très sympa qui nous ont donné de bons tuyaux et bonnes adresses; dont la cabane de pêcheurs où l'on mange copieusement et délicieusement bien pour 3$ par personne! Le sable de la plage est encore plus fin que de la farine. Les enfants ont bien joué en organisant des courses de Bernard Lhermitte géants.

A Carenero nous mouillons dans la mangrove avec les pélicans au milieu du lagon... idéale pour balade en dinghy et bords de kite.

Les chauves-souris.
Centre de protection des tortues de Dos Mosquises.
On continue à cuisiner!
Langouste à Francisquis.
Paddle tracté. 
Joyeux Noël! 
JAD vu du ciel.
Au phare.
Cayo de Agua 
26

Les Aves ou les îles aux oiseaux. Nous sommes chez eux et ils nous le font comprendre! Des milliers d'oiseaux vivent dans la mangrove et viennent nous rencontrer avec grande curiosité. C'est notre dernière île vénézuélienne avant de partir pour Bonaire. La navigation est longue mais elle est pimentée par la compagnie de dizaines de dauphins et par la pêche d'un espadon voilier! Le congel est plein!

Contrôle moteur: OK!
Catch of the day!! 
25

Bienvenus aux Antilles néerlandaises! Le mouillage se fait à la bouée exclusivement pour protéger les fonds marins; nous avons pris la dernière bouée disponible en front de mer en face de Karel's Bar: nous sommes au coeur de la ville. Tant mieux car il fait bon vivre à Bonaire, surtout en cette période de noël où l'esprit festif est au rdv. Nous avons eu droit à la parade de noël avec Santa Clause sur des airs de reggae!  Trop bon!

Poisson-volant échoué sur notre dinghy !
Ma lettre au père noël est postée.

C'est à Bonaire que Claire et Pascal nous ont rejoint. Nous avons donc loué un pick-up pour sillonner l'île. Sessions de kite et de planche à 2 pas des marais salants et des flamants roses couleur corail (couleur d'un certain mariage...) La camargue antillaise n'est pas mal😉.

Claire, Pascal et... du saucisson !
Jibecity, the place To be.

La visite du parc national est un incontournable. Au milieu d'une forêt de cactus s'etend des roches "volcaniques" qui sont en fait des monticules de coraux érodés avec pour seuls habitants des gros lézards et des... iguanes! Pas farouches, ils mangent dans la main mais d'un peu trop près. Aïe le doigt Virgile! Merci à notre cher ami infectio pour les conseils de télé-médecine... Le snorkeling y est aussi superbe avec des poissons perroquets tellement énormes qu'ils nous font presque peur.

L'heure est arrivée de préparer notre plus longue traversée : celle pour la Jamaïque.

Repas de départ avec Stéphane et Virginie.
Avec Ava
Celui qui préfère le doigt de Virgile au cracker...
24

84 heures et 600 miles nautiques... soit 4 journées et 3 longues nuits... de navigation avant d'atteindre la Jamaïque! Aux dires de la rédactrice en chef du blog, cela aura été les 4 journées les plus atroces. Les vagues claquent avec une violence étourdissante entre les 2 coques et sur les parois des cabines, la houle de 3 mètres fait monter et descendre le bateau tel un yoyo, le vent souffle et tiraille les voiles, la vaisselle valdingue dans les placards. C'est un véritable brouhaha qui fait perdre tout repère... L'équipage essaie de se relayer la nuit et tient la barre, sauf moi qui vomis tripes et boyaux incapable de me lever ou d'avaler quoique ce soit. Plus jamais!

Le reste de l'équipage racontera que cela est une expérience; que le contrôle douanier par une frégate hollandaise est rassurant; qu'ils ont mangé correctement même des oeufs durs😵...

Heureusement, Pierre, beau-frère en or (sois pas jaloux Arnaud) nous attend en Jamaïque, notre place à la marina est organisée et un massage est réservé pour le lendemain. Thank you so much... mais il en faudra un peu plus pour s'en remettre.

23

Nous sommes à quai dans une marina protégée à Port Antonio face à 2 énormes yatch. Nous arrivons à temps pour noël! Notre repas de fête a été savouré : foie gras spécialement arrivé de France et bien sûr espadon (il faut l'écouler maintenant!). Baptiste a été très heureux que le père noël ne se soit pas trompé d'adresse 😅. Nous avons été tellement gâtés!

Baptiste a reçu sa cane à pêche à moulinet: un rêve! Il en a attendri les richissimes propriétaires du yatch d'en face qui ont tenu à nous offrir 2 red snapper dont 1 préparé par leur chef en sashimi. Un régal!

La joie se lit sur leur visage!
Aquarelle de noël
Joyeux Noël !

Les jamaïcains en ces périodes de fêtes écoutent de la musique (sound system de malade!) dans les rue à tue tête jusqu'au petit matin 6h... les 1/2 bidons en guise de bbq fument et sentent bon le jerked chicken. Une odeur de THC règne d'ailleurs aussi en permanence! ✌🌱

Sound système intégré à la voiture...
Jerked chicken

Nous découvrons la région tous les 7 en se baladant dans les Blue Mountains et en raftant sur le Rio Grande. Virgile s'est initié au surf à Boston Beach grâce à Pierre et je dois avouer qu'il s'éclate!

Graines de café
Raft en bambou sur Rio Grande

Le musée de Bob Marley a aussi été un incontournable de la Jamaïque. Nous sommes désormais tous empreints de sa musique et de sa "kaya way of life "😉

Le réveillon du nouvel an a été fêté au Vinyl Sunday, une façon très sympa de s'immerger dans la vie jamaïcaine: jerked chicken et red stripe rythmés par du reggae mixé. 

Bonne année 2018!

L'heure est venue pour l'équipage de se séparer : Claire et Pascal repartent en France. Quant à Pierre, il prolonge le voyage avec nous jusqu'à Cuba.

Inséparables
Espadon offert à notre ami "Bob Marley"
Cathédrale de Port Antonio
22

Un puissant séisme a eu lieu au large du Honduras générant une alerte tsunami pour la Jamaïque et Cuba. Nous rassurons ceux qui s'inquiètaient, RAS, tout va bien.

21

Nous arrivons le 3 janvier sans encombre à la marina de Santiago. La baie s'ouvre sur un grand fort, le Castillo del Morro, ce qui plait beaucoup aux enfants. Mis à part ça la marina n'est pas très attrayante, l'eau est sale, les bâtiments sont vétustes, il n'y a pas d'eau douce car la marina n'a pas été approvisionnée et il n'y a pas de 220V... Les customs nous scellent le drone et le telephone stallite... Welcome!

Granma island
Drone confisqué jusqu'à notre départ.
1ers pas sur la marina
Les canons du castillo del morro

Nous visitons le centre ville de Santiago grâce à Alfredo, cubain d'origine française qui nous avait repérés! C'est un jeune santiaguerros, fashion victim, qui nous accompagne tout simplement pour parfaire son français.

La place centrale est pleine de cubains penchés sur leur smartphone car c'est le seul endroit de la ville où le wi-fi est disponible... en effet, l'accès à l'information et à internet sont très limités. Cela est très surprenant, mais ce n'est pas la seule chose. Cuba est un voyage dans le temps. Depuis l'embargo américain, le pays est resté comme figé. L'accès à l'eau est difficile (cela veut dire pas de chasse dans la plupart des endroits et pas d'eau courante), pas de papier toilette à disposition, les voitures et les bâtiments sont ceux des années 60 (aucune restauration depuis), le tabac est très répandu, pas de centres commerciaux mais des magasins d'Etats où chaque cubain doit présenter son carnet de rationnement pour se nourrir. Nous sommes très surpris de cette facette de Cuba que nous ignorions.

Avec Alfredo
Virgile choisi pour un déhanché de salsa au musée du carnaval.
Joueurs de domino
Manger une bonne glace pour avoir le wi-fi😆

Le pays est encore sous l'emprise du moule "Castro -Che Guevara" et l'influence russe est toujours très ressentie.

Faute d'avion disponible nous nous sommes rendus à la Havane en bus: 18h de trajet! La ville regorge d'un passé très récent. D'imposants bâtiments coloniaux sont laissés à l'abandon quant aux autres, ils appartiennent au gouvernement. .. Mais heureusement, Cuba c'est aussi la musique et la danse à chaque rue, les délicieux daiquiri dans les bars réputés d'Ernest Hemmingway, les cigares et les balades dans des voitures de collection!

Après 2 mauvaises nuit d'hôtel, nous avons eu la chance de loger dans une superbe chambre d'hôte où des cubains très chaleureux nous ont accueillis.

18h de bus, clim à 18°C... heursement il y a les films!
Buena vista social club (ce qu'il en reste).

A la marina, Virgile et Baptiste se sont faits copains avec Braya et Fenn, des jumaux néo-zélandais de 10 ans. Star Wars et le Uno parlent un langage international😉.


Des pots originaux...
Écolier rentrant chez lui.
Redsnappers

Nous descendons le pavillon cubain le 12 janvier puis direction Great Inagua (Bahamas ).

20

30 heures de navigation entre Cuba et les Bahamas. Olivier et les enfants à la barre et moi... couchée. L'appel à la VHF des US Coast Gard et les 2 semi-rigides américains équipés de fusils mitrailleurs nous obligent à s'écarter de Guantanamo...  toujours impressionnant!

Great Inagua est l'île la plus au sud des Bahamas et la moins touristique. Nous arrivons dans une petit port refait à neuf depuis le passage des ouragans. Nous sommes accueillis pas Georges Harris, heureux de voir le 1er bateau de l'année!

L'île est presque déserte et porte les stigmates des violentes intempéries... Au bout de 3 jours nous connaissons tous les commerces, les quartiers et presque tous les habitants qui sont d'une très grande gentillesse. Nous sommes leur divertissement😁.


Le bon goût du cigare cubain au miel.
S 'n L club!
Plein d'essence atypique.

Nous louons une voiture pour silloner l'île et partir à  la découverte des 3 points d'intérêt :  le phare, les marais salants et la baie de Man O' War.

Marais salants qui nous rappellent nos chères montagnes enneigées...
Sparrow: cerf-volant hand-made des enfants.
Notre Cube embourbé...
19

J'ai finalement cédé au patch de scopolamine et voilà enfin une traversée bien tolérée. Nous retrouvons avec plaisir cet horizon turquoise que nous avions laissé depuis un peu trop longtemps. Turk and Caicos est connu pour être un des plus grands lagons du monde: plus de 6 000 km2! Mais le revers de la médaille ce sont les patates de corail... 20 cm sous la coque 😯 c'est un peu stressant. ..

Lever de soleil en arrivant.
Coucher de soleil sur JAD.

Nous mettons l'ancre à South Dock face aux maisons secondaires des vacanciers américains. Nous décidons de faire le tour de l'île par la terre, mais sans véhicule cela est difficile. Nous optons donc pour le stop! Je suis "au front" avec les enfants et Olivier reste en retrait près des buissons. Les enfants rigolent et adorent lever le pouce. La première voiture qui passe s'arrête! L'attente n'aura pas été longue😆👍et nous voici tous les 4 entassés à l'arrière d'une petite voiture sans ceinture..

Le centre ville est à 20 minutes de là et ressemble à une petite station balnéaire où se tiennent principalement hôtels et restaurants.

La plage de South Dock est idéale pour la recherche des raies car il n'y a pas beaucoup de fond et nous pouvons donc marcher loin. Nous y rencontrons un joyeux couple de canadiens Julie et Rock avec qui nous sympathisons et partageons de bons moments. 

Chasse à la raie!
Avec Julie et Rock
BBQ chez Julie et Rock!

Le beau temps n'étant pas toujours au rdv, nous décidons de faire la chandeleur en avance! Les jeux de cartes et les films nous occupent bien aussi.

On se met au tarot.
18

L'arrivée en république dominicaine se fait à la marina "Ocean World" de Puerto Plata. La marina est comme un mirage : énorme complexe de luxe au milieu d'un paysage vert et inhabité. Ocean World est un énorme resort où sont juxtaposés casino de jeux, parc aquatique et animalier, restaurant, hôtels, piscine, discothèque, Chairman Circle et pontons. Cela nous change!

JAD en arrière plan.

L'ascension de la montagne Isabel de Torres ne pourra pas se faire avec le téléphérique car le mauvais temps est au rdv... nous nous y rendons en voiture avec notre guide Noël (un super photographe). A défaut d'admirer le point de vue nous nous baladons dans les nuages, ce qui nous plait!

Les 2 pierres locales sont l'ambre et le larimar. Le larimar tire son nom du prénom LARissa (fille du géologue en question) et de MARe (découvert en bord de mer ). C'est une très jolie pierre dans les teintes de bleu. Le musée est petit, ouvert exclusivement pour nous et y faisons quelque achats 😉.

Musée de l'ambre et du larimar.
Dégustation de cane à sucre avec noël.

La tempête nous empêche de partir de la marina. C'est donc l'occasion de faire un peu de shopping... je n'aurais jamais cru faire 3h de shopping avec les 3 garçons! Olivier a refait sa garde robe.

Le mauvais temps me ronge... le linge ne sèche pas, le bateau est sale... la session nettoyage de printemps est ouverte : on met tous la main à la pâte, on brique dedans-dehors. Le bateau est nickel!

Vent record dans la marina.

Pauvre Baptiste, il est malade. Probabement une intoxication alimentaire (passons les détails...). Cela tombe pile le jour où il a un rdv video-téléphonique avec ses copains de classe... pas de chance. En tout cas, il a été très heureux d'apercevoir ses camarades et d'entendre leur belle chanson. Merci!

Baptiste heureux de voir ses copains.

Le beau temps revient et nous voici repartis sur les flots direction Samana où nous retrouverons bientôt mes parents adorés 😊.

17

L'entrée dans la baie de Samana se fait accompagnés de nos amies les baleines à bosse qui viennent passer l'hiver dans cette baie. Elles sont une dizaine à nous saluer de la queue, un peu loin du bateau mais cela n'est peut être pas plus mal! Les enfants sont à l'affût du moindre jet d'eau à l'horizon. La baie de Samana est calme et profonde bordée de montagnes de palmiers. On s'y sent déjà bien!

Piscine de la marina !
Joyeux anniversaire capt'n (le début d'une longue série).
Direction le centre ville de Samana.
Esplanade perchée
Salle de sport à la marina!
Soirée d'anniversaire sur notre 31 👞👠

Nous allons chercher nos marins d'eau douce à Saint-Domingue dans le quartier colonial. Le quartier est historique, il se visite facilement à pied en traversant les rues pavées colorées même si nous optons pour la visite avec le Chouchou colonial.

Dans le petit train.
Street art de partout
Vente de tableaux dans les rues.

Nous laissons le temps au nouvel équipage de prendre ses marques sur JAD puis nous partons tous les 6 à la découverte des ces terres inconnues. Le marché couvert de Samana, le village de Las Terrenas, la découverte de la cascade El Limon à cheval et la balade en quad aux alentours de la plage El Rincon sont autant d'excursions que de joyeux moments passés ensemble.

Vendeur ambulant de pain.
Sur les plages de Las Terrenas
Cascade En Limon
Billard à la marina
Quad dans la boue, dans le sable.
Plage El Rincon
A la rivière
Avec Melvin et les délicieux avocats.
Tennis pieds nus!

Mais nous retiendrons surtout la visite du parc national Los Haitises qui en fait un des plus beaux paysages du pays. Les îlots montagneux et verdoyants nous font penser à des paysages asiatiques. Nous y faisons notre plus belle exploration en dinghy à travers la mangrove sous le regard sauvage des oiseaux migrateurs et loin des touristes qui semblent ignorer ce spectacle sauvage. Nous explorons aussi les cavernes aux dessins parietaux faits par les indiens tainos.

Dans la mangrove
Et encore 1!

Cette petite échappée s'est faite avec nos chers amis québécois, Kim-Phil-Olie et Marine avec qui nous avons bien rigolé et à qui nous souhaitons bon vent pour la Colombie.

Mamie et Papi Mick sont partis. Nous attendons la bonne fenêtre météo pour poursuivre notre voyage, toujours en République Dominicaine.

Pêche sur paddle dans la marina.
16

Les 20 heures de navigation jusqu'à la marina de Punta Cana auront été plus difficiles que prévu à cause des vagues, du vent et des nombreux grains. A cela, nous rajoutons en cette nuit sans lune, des pêcheurs posant des filets non balisés... Heureusement que les capitaines Olivier et Virgile ont été récompensés par 2 magnifiques sauts de baleines à bosse à seulement 50 mètres du bateau. Les plages sont typiques de ce qu'on attend de Punta Cana: sable blanc, eau bleue, palmiers, bars, parasols et transat... Nous ne nous y attardons pas et partons le lendemain matin dès le despacio en poche (au bon vouloir du douanier "retardé" par la pluie 😬) direction Saona plus au sud.

Virgile avec sa classe.

Saoana est une magnifique anse,  aux couleurs bleu-vert, très fréquentée la journée des yatchs et des bateaux d'excursions puis désertée à partir de 17h. A nous la plage, les plongeons et l'horizon lisse à perte de vue.

Construction d'une cabane
Jeux d'équilibre

Bayahibe est un petit village coloré très animé où nous mettons l'ancre 1 nuit. Les touristes y sont nombreux ce qui explique l'effervescence nocturne: mojito à gogo, boîte de nuit flottante et free wifi partout!

9 ans Virgile

Puis nous mettons le cap vers Boca Chica où nous retrouvons une autre partie de la famille: Sylvie et Jean-Paul. Joyeuses retrouvailles avec pleins de surprises! Nous laissons le bateau en sécurité à la marina afin de se rendre en ferry à San Juan, capitale du Puerto Rico.

Lion fish dans le port!
Retrouvailles avec papi et mamie
Et encore une bougie de soufflée !
Confection de noeuds de pêche
Opération échardes
Tombeau de Christophe Colomb
Embarquement pour San Juan

Nous apprécions beaucoup la vieille ville. Les 2 gigantesques forts (Castillo San Cristobal et El Morro), les rues pavées, la gentillesse des porto-ricains et la petite touche américaine nous séduisent. Nous visiterons le Sud de Puerto Rico avec JAD dans quelques jours.

Jeux vidéos sur le ferry
15

27 heures de navigation avec une première partie difficile jusqu'à Mona island mais dans l'ensemble le bateau et l'équipage se sont bien comportés. Nous avons même eu la chance de croiser notre bateau-copain Infinity! Une sensation étrange et très agréable d'arriver à se saluer de si près dans une telle immensité bleue.

Jean-Paul a sorti la canne à pêche mais les poissons nous ont nargués... seul un sac plastique a mordu !

Virgile aide aux manoeuvres

A 11h, après s'être annoncés aux US Coast Gards à la VHF, nous sommes accueillis par de jolis dauphins tachetes et entrons dans le Yatch and Fishing Marina de Ponce. Nous  attendons patiemment (et nerveusement) le service d'immigration... 3 douaniers costauds des US Customs procèdent aux contrôles des visas et de nos garde-manger... La tension est palpable... Heureusement, 1 heure après, nous sommes officiellement autorisés entrer sur le territoire americano-puerto-ricain! Les passeports tamponnés la semaine passée à San Juan auront donc été une bonne combine.

Nous visitons Ponce tous les 6. Les points d'intérêt du centre-ville sont principalement la plus ancienne caserne de pompiers du pays (2ème bâtiment le plus visité au Puerto Rico), la grande cathédrale et l'architecture. Nous en profitons pour refaire l'avitaillement du bateau.

Épaté devant les gâteaux colorés à la crème américains.

Nous quittons Ponce pour Salinas réputé pour être le meilleur abri pour le mouillage. Nous y constatons les premiers gros dégâts d'Irma et Maria: des épaves abandonnées, des pontons détruits et des bâtiments soufflés. Cela nous marque. .. le soir Baptiste et Virgile pêchent au mouillage motivés par les sauts audibles des poissons et les énormes tarpons d'1 mètre qui rôdent autour du bateau! Baptiste pêche seul et sans aide son premier poisson et Virgile tente la pêche au vif pour attraper The tarpon jusqu'à minuit. Ambiance et cris assurés!

Lever de soleil à Ponce
Magnifique pleine lune

Le mouillage suivant se fait à Patillas où nous sommes chaleureusement invités à prendre l'apéro chez un couple d'américains, Janice et Don.

Capitaine pecheur
14

Vieques et Culebra sont les îles vierges espagnoles et appartiennent au Puerto Rico. Ces derniers jours nous faisons des petites navigtions de 4-5 heures ce qui rend les traversées plus faciles!

Notre premier arrêt est à Vieques. Le mouillage est bien protégé et nous sommes les seuls dans ce splendide lagon entouré de palmiers (certains étêtés...) et de langue de sable. Comme d'habitude nous nous baladons sur le "malecon" (promenade du bord de mer) et nous impregnons de la vie locale. Nous attendons le soir pour faire une exploration à la rame dans mosquito bay observer le phytoplancton bioluminiscent. Mais les dinoflagellés n'ont pas voulu se montrer! Déception...

A la recherche du plancton phosphorescent
Énorme barracuda relâché
Vidanges des moteurs: check!

Le lendemain matin nous mettons cap vers le nord, direction Culebra. Nous avons mis l'ancre au fond de la baie de l'île de Culebra. A notre habitude nous sommes allés dès le 1er soir au restautant pour accéder au code wifi afin de se connecter (mail écoles, whatsap, blog!). Le restaurant est le long du chenal dans la mangrove et nous l'atteignons en passant sous un vieux pont levant métallique condamné.

Nous louons une longue "golf car"  pour partir en excursion autour de l'île. Les plages sont différentes: certaines sont exposées aux vagues (sympa les jeux dans les rouleaux) d'autres plus abritées et donc plus propices au pique-nique et à la sieste...

Joli corail jaune
Coco!

Nous fêtons les 6 ans de Baptiste: dernier anniversaire d'une longue série! Nos garçons grandissent... et auront sans doute un beau souvenir de ces bougies soufflées sur l'eau.

Une dépression venant du nord avec des vagues de 5 mètres nous retient plus longtemps à Culebra. Nous rejoindrons les îles vierges américaines plus tard.

13

Saint Thomas et Saint John sont les 2 îles vierges américaines autrefois danoises et rachetées par les US en 1917 pour des raisons stratégiques. Charlotte-Amalie est la "capitale" et se situe tout au fond du grand port de Saint Thomas. Il y a de nombreux paquebots de croisière qui déversent chaque jour leur flot de touristes qui auront peut être dévalisé les bijouteries "free taxe" de Main Street... -50% sur du Chopard... Aïe aïe aïe... Mais Olivier me fait revenir à la raison!

Main Street Detaxߘ

Mis à part ça la ville regorge d'un passé typique caribéen: piraterie, commerce, trafic d'esclaves... Nous visitons l'imposant Fort Christian de couleur rouge et la tour de Barbe Noire qui se trouve au bout d'un long escalier de plusieurs centaines de marches. Baptiste est comblé de marcher sur les pas de Barbe Noire!

Fort Christian
Escaliers vers la tour de Barbe Noire

Saint John est une île beaucoup moins touristique qui est devenue parc national (donc pas de pêche. ..). Nous mouillons à Rendez Bay et à Caneel Bay. Les plages sont désertes et bien amochées après le passage des ouragans, mais nous savourons les baignades, hormis celle où nous avons été chassés par un vigile (ne jamais se croire seuls...).

Les îles Vierges Britanniques juxtent les USVI et nous mettons donc le cap vers Jost Van Dyke sans même faire la clearance de sortie.

12

Les British Virgin Islands (BVI) sont à 1 heure de navigation des USVI. Notre premier arrêt est à Jost Van Dyke (encore un pirate... hollandais cette fois-ci), l'île n'est pas du tout urbanisée: seul un sentier mène au sommet pour une vue panoramique. Comme le veut la coutume nous passons la soirée au Foxy's Bar avec des nouveaux copains québécois. Le Foxy's était le lieu de rdv des "voileux", calfeutré dans la verdure où le rhum était à siroter dans une ambiance musicale festive. Mais depuis Irma, seul le rhum et quelques palissades subsistent...

Jeu du Foxy's
Avec les québécois Frédéric et Charles
Relevé Hydrogeographique du point culminant de Jost Van Dyke.
Pour épater les beaux-parents ߘ
Église ayant perdu son toit.

Virgin-Gorda est réputée pour son parc national The Baths caractérisé par des gros blocs de granit arrondis. L'accès est interdit en annexe, nous le laissons donc amarré à la bouée bleue et accedons sportivement à la plage à la nage, emportés par des vagues très puissantes (drapeau rouge 😕). Les piscines naturelles, les sauts depuis les rochers et les balades-escalades nous occupent tout l'après-midi.

The Baths
Virgile invité à jouer au cricket

Nous avons emprunté le Sir Francis Drake (célèbre pirate anglais) Channel pour se rendre à Tortola plus précisément à Penn's Landing Marina. Nous sommes obligés de naviguer très prudemment à cause des épaves éparpillées. .. C'est triste. Nous visitons l'île en taxi sur la route du littoral. Nous devinons l'existence de stations balnéaires et de nombreux restaurants qui tenaient encore debout il y a 6 mois: tout est dévasté. Il y a des bateaux couchés, à l'envers, sur l'eau, sur les routes, des décharges à ciel ouvert naissent par-ci par-là. .. La reconstruction sera longue.

Les remoras (poissons ventouses)
Notre courageux Baptiste mordu par le remora.
L'endroit préféré pour savourer sa glace: le bimini.
Mouillage devant une épave...

C'est ici que Sylvie et Jean-Paul nous quittent après plus de 3 semaines de croisière et plus de 300 miles contre vents et marées. Virgile et Baptiste ont désormais leurs malettes de pêche bien équipées et des souvenirs de pêche plein la tête!

Nous reprenons la mer tous les 4 direction Peter Island où nous mouillons à Deadman's Bay face à une belle et longue plage malheureusement fermée à cause des ouragans. Nous y faisons la connaissance d'une famille française sur le bateau Lotus.

Pain "maison "
Miam!

Norman Island est célèbre pour ses grottes et son trésor caché... Nous sommes revenus bredouille mais quoiqu'il en soit le snorkling était super joli.

A l'entrée d'une grotte
Balançoire de fortune
Pirate's Bright Bar
Ile d'Anegada en vue

Anegada est une île toute plate et très fréquentée par rapport à ses petites soeurs qui sont montagneuses et isolées. La mer est d'un bleu splendide mais le sable est si fin qu'il est en suspension dans l'eau, à tel point qu'avec 1 mètre 30 sous la quille on ne voit rien. Nous retrouvons Lotus et leur bateau copain Teiva avec qui nous sympathisons. Enfants et adultes se retrouvent le soir sur JAD pour l'apéro.

Virgile finit de d'enrouler le génois.
Oiseau pas farouche
Coucher de soleil sur Lotus
Avec Violette et Theo
Avec Elodie, Marie-claire, Jean-Roch et Julien

Nous quittons White Bay avec une petite pensée pour le catamaran d'à côté dont la bouée du mouillage a lâché, heureusement sans conséquence grâce à la réactivité des bateaux voisins.

Prochaine étape Saint-Martin et dernière nav' de nuit.

11

La traversée jusqu'à Saint-Martin a été beaucoup plus rapide qu'annoncé;  à tel point qu'Olivier a du arrêter 1 des 2 moteurs pour ralentir et attendre l'aurore. La traversée aura donc été courte mais intense avec la pêche du "roi des mers", c'est à dire un espadon de 50 kg! Virgile saurait mieux que quiconque expliquer le matériel de pêche utilisé: double hameçon avec leure à jet siffleur sans câble car l' espadon voit le câble ! La remontée est épique avec 1heure de lutte où l'espadon saute, sonde et où la longueur de fil du moulinet n'est presque plus suffisante. Olivier débite grossièrement "la bête ", je m'occuperai du reste le lendemain car sur le moment je n'ai pas la tête à ça 😵.

Nettoyage du rostre, véritable trophée.

Nous mettons l'ancre dans la partie française de Saint-Martin (55 km2 à peine) à Marigot, proche du marché aux belles couleurs locales et à côté du pont levant, frontière symbolique avec le côté hollandais. Olivier retrouve avec nostalgie les coins visités il y a 2 ans lors de la transat avec son frère sur Bambooship et nous fait la visite guidée.

Même les yatch n'y ont pas échappé...
Au Lagoony's
Philipsburg

Nous naviguons le long de la côte nord: Grand Case, anse Marcel, ilet Tintamare, Orient Bay et ilet Pinel. Nous nageons de nouveau avec les tortues, les raies et les barracudas pas farouches!

Pas très amical l'iguane
Chut on dessine...
Vertèbre de baleine

Nous resterons marqués par la session kite surf d'Olivier à Orient Bay où ils nous dépose tout naturellement sur une plage de... nudistes! Les enfants sont médusés : "ça existe pour de vrai?" Jusqu'à présent ils n'avaient entendu parler des nudistes que dans le film des "Gendarmes à Saint-Tropez"😂 Ces nudistes sont très décomplexés: footing, PMT, balade, bronzette, chacun vaque naturellement à ses occupations. Ça restera dans les "anales"!

Dernières sensations fortes sur la plage de Maho Bay où les avions nous frôlent, puis cap vers Saint Barth.

10

C'est Christophe Colomb qui découvrit cette île et lui donna le nom de son frère Bartholomeo. Nous mettons l'ancre dans la rade de Gustavia où de nombreux bateaux et mega yatchs sont déjà au mouillage. Nous ne serons désormais plus jamais seuls au mouillage! Gustavia est la ville principale de Saint Barth, nous nous y baladons à pieds et admirons la vue panoramique depuis le fort ainsi que le clocher suédois en bois vert et rouge qui est l'un des rares vestiges du passé. A par ça la ville regorge de magasins de luxe et de restaurants.

Clocher suédois

Nous visitons l'île en voiture ce qui se fait très rapidement... Nous nous sommes arrêtés dans le lagon de l'anse de Grand-cul-de-sac et à la pointe Milou (et oui!). Puis actualité oblige, nous nous sommes recueillis sur la tombe de Johnny et restaurés chez Jojo! D'innombrables personnes ont fait le déplacement pour la star, y déposant des petits mots ou cadeaux, c'est incroyable... Les cimetières sont bâtis sur le sable et sont très colorés, fleuris essentiellement par des fleurs artificielles, c'est très beau à voir. Et pour cloturer la visite, en face du cimetière se trouve la plage de Lorient où nous avons surfé tous les 4.

RIP Johnny
Initiation surf pour Baptiste

Puis le hasard a bien fait les choses puisque sur la route de Saint Jean se tenait une braderie... Le soir nous sommes invités à manger chez Jérémie et Stéphanie, c'est toujours un plaisir de retrouver des copains si loin de chez soi.

Jérémie, Stéphanie et Lilou
Gâtés avant Pâques par Jérémie.

Nous levons l'ancre à la recherche de la quiétude de l'anse du colombier mais quelle n'a pas été  notre surprise quand on s'est retrouvé invité sur le catamaran de Yannick Noah et Isabelle Camus qui font aussi un tour du monde!! Et oui, un "service" rendu qui nous a valu un après-midi hyper festif sur Yemanja. Depuis on écoute les chansons de Yannick en boucle✌

Belle tortue paisible
Cannelle, minette à la patte marine!
Nos pirates préférés
Yeah!

Nous avons escaladé Île Fourchue pour se dépenser et admirer la vue sans deviner que c'était pleins de cactus, aïe aïe aïe ouïe.

Le dernier jour à Saint Barth se terminera par un coucher de soleil depuis de phare Gustav. Direction Barbuda.

9

Lever à 4h du matin et 12 heures de navigation pour atteindre l'île archi-plate de Barbuda. Les paysages nous font penser à ceux de Los Roques.

Palmetto Bay est bien abritée du vent du nord et de la houle du nord qui sévissent. Barbuda est l'île qui a été la plus ravagée par les ouragans de septembre 2017. Les 1500 habitants avaient été évacués sur Antigua; aujourd'hui certains barbudiens sont en train de regagner l'île et c'est ainsi que nous rencontrons John qui nous propose de déguster ses délicieuses langoustes. Marché conclu! C'est donc à John et sa famille que nous donnons entre autre vêtements, chaussures, lunettes (préalablement préparés en métropole) pour leur venir modestement en aide.

Village Far-west en origamie

Cocoa Bay est une longue plage de sable fin et blanc où les rouleaux nous attendent. L'insouciance des enfants et leurs rires sont des cadeaux de la vie qui valent tous les trésors.

Les 3 garçons avec JAD en arrière plan.

Nous quittons Barbuda pour aller visiter sa grande soeur Antigua. Les vents portants nous poussent et nous sortons le spi que nous n'avions plus sorti depuis la Jamaïque!

8

L'île aux 365 plages, "une pour chaque jour de l'année" comme le prétend la légende d'Antigua. Nous approchons l'île par la côte ouest et effectivement les plages, les criques abritées et la couleur du lagon sont attrayantes! La clearance d'entrée se fait à Jolly Harbour qui ressemble au Port Grimaud caribéen. C'est un labyrinthe lacustre où chaque maison a son ponton avec un système de levage de bateau.

Sargasses: algues omniprésentes
Colonnes d'Hercule
On les adore!
Montserrat au loin

Nous passons quelques jours à English Harbour qui est sans conteste le lieu le plus sympa, c'est d'ailleurs ici que les cloches de pâques sont passées. Quelques sucreries (mais pas trop de chocolats) ont été parsemées sur le trampoline et la bome! Nous assistons à la messe dans une église anglicane où les gens endimanchés chantent avec entrain, le tout rythmé par la batterie. Virgile et Baptiste ont même été bénis et récompensés par des Skittles!

Apéro Sunset
Mouillage bahaméen

Nous mettons l'ancre à quelques mètres de la plage en sécurisant le bateau avec 2 ancres et 1 bout amarré aux rochers. The place To be comme dirait Olivier 😉.

Nous sommes au coeur de Nelson's dockyard. Cette vieille base navale a conservé une partie de ses murailles et nombre de bâtiments de l’époque ont été rénovés. Cela ressemblerait preque à un village en carton-pâte. C'est vraiment charmant!

Concours de balançoire avec Sophia.

Nous louons une voiture pour visiter l'intérieur de l'île qui n'a pas grand chose à montrer... quelques églises et d'anciens moulins à cannes à sucre seulement. Toute la beauté de l'île réside dans ses mouillages. Virgile a su pimenter la fin de journée en s'ouvrant la tête sur un muret de vieilles pierres: la colle de la trousse à pharmacie aura au moins servi (n'osant pas les points)!

Plan d'ananas
Moulin de cannes à sucre
Half Moon Bay

Nous nous dirigeons vers l'est à Green Island qui est idéale pour le kite. Olivier progresse et s'éclate. Les enfants y trouvent une vieille bouée de sauvetage ainsi qu'une ancre, ce qui les occupe!

Boat start
Première plongée pour Baptiste

Nous finissons le tour d'Antigua par le nord et mouillons à North Sound où nous passons quelques heures à jouer sur le D-Boat. Le D-Boat est un bateau-parc d'attraction aquatique qui fait l'amusement des petits et des plus grands!

7

Arriver un dimanche à Montserrat n'aura pas été une bonne idée. Le port authority nous informe que les douaniers ne sont pas présents pour effectuer la clearance et de ce fait nous n'avons pas le droit de mettre le pied à terre. Les enfants sont déçus, ils auraient aimer chercher des mineraux... Les conditions météo nous empêchent de rester plus longtemps.

Fumeroles sur le volcan
Montserrat ou l'île d'émeraude

Heureusement qu'en longeant la côte nous avons pu s'approcher suffisamment de l'ancienne captitale Plymouth ensevelie par les cendres lors de l'éruption de 1995. Nous avons pu observer des fumeroles fumer, les imposantes coulées de lave et les crevasses. Le volcan est toujours actif et de ce fait l'ancienne capitale de l'île est interdite au public et une zone de restriction a été balisée pour les bateaux.

Observation aux jumelles
Coulées de lave
Lave se jetant dans la mer.
Illustration par Baptiste

Nous partons alors pour la Guadeloupe. 10 heures de navigation au prés.

6

Une île verdoyante au loin: nous sommes arrivés en Guadeloupe! Nous mettons l'ancre à Deshaies où de nombreux bateaux sont venus se mettre à l'abri, nous avons peur que l'ancre chasse à cause des bourrasques mais tout se passe bien. Nous louons une voiture pour faire découvrir aux enfants ce que nous avions fait il y a... 9 ans lorsqu'Olivier avait remplacé un biologiste. Virgile avait alors 10 mois. Le zoo, la balade dans la canopée, la casade aux écrevisses, les bains jaunes et même le début de l'ascension de la Soufrière (vite arrêtée à cause de la pluie) sont de belles excursions.

Baptiste à côté de l'anaconda.
Vue de la canopée
Pont suspendu
Panthère noire Ti'mal
Léopard Victor
Gratouilles et papouilles
Cascade aux écrevisses
Cupidon
Jeune fougère
Bains chauds et soufrés au pied du volcan.
Le retour va être difficile!

Nous profitons d'être en Guadeloupe pour contacter Mourad et Emmanuelle avec qui nous dinons à Malendure face au soleil couchant et à JAD.

Le PMT à la réserve Cousteau nous en a mis plein les yeux. Poisson coffre, poisson chirurgien, poisson perroquet, poisson-arc-en-ciel et pleins d'autres, dont nous ne connaissons pas le nom, sont présents pour une photo de famille avec en arrière plan des coraux tels des panaches!

5

Vent de face, grosse houle, grain puis soleil de plomb... la navigation n'est pas de tout repos. Les Saintes sont des petites îles de pêcheurs à quelques miles au sud de la Guadeloupe où plages et randonnées sont de rigueur.

Nous mouillons à ilet à Cabrit et admirons le point de vue depuis le fort Joséphine (pas de photo car nous avions oublié l'appareil photo...). Les enfants s'éclatent à terre et fabriquent une cabane au milieu des poules, des chèvres et des chats sauvages.

Fleurs de coton.
Chèvre bicolore

Nous changeons de mouillage le lendemain pour se rapprocher du village et décidons d'entretenir notre forme physique en louant des VTT... Ascension du fort Napoléon, baie de Pompierre, anse Mire et Pain de Sucre sont autant de points d'intérêt que de souffrance pour mes gambettes! La glace sera bien savourée 😋 Les enfants regrettent juste de ne pas avoir ramené sur le bateau notre petit chien adoptif surnommé "Dig" qui les a amusés sur la plage à creuser des trous à la recherche des crabes de sable.

Au fort Napoléon
Baie des Saintes
Pique-nique à pointe Mire
Avec Dig

Nous changeons de mouillage au petit matin direction le Pain de Sucre et attrapons la bouée la plus proche de la plage! Super emplacement et un joli PMT avec 2 murenes, un banc de sèche, 1 sole, 1 langouste et tutti quanti.

Pain brioché maison ...hand made by the captain!
4

Dernière île avant la Martinique! Après avoir pêché puis relâché un barracuda (on cherche la daurade coryphène) nous mettons l'ancre à Portsmouth... Malgré la pluie, on se motive pour faire la clearance qui se trouve juste à côté des tentes humanitaires car la Dominique a été aussi durement touchée par les ouragans. Nous décidons dans la foulée de faire l'excursion sur l'Indian River, le temps d'une balade dans la mangrove en écoutant David raconter la vie des derniers indiens "Caraïbes" vivants toujours sur l'île. La végétation est majestueuse et a ainsi servi de décor pour... Pirate des Caraïbes 2 (maison de la sorcière).

Barracuda
Clearance
Avec David

Puis, nous filons à la capitale qui s'appelle Roseau en raison de la multitude de ces derniers. La ville est très vivante, les dominicains joviaux et nous profitons de cette ambiance en flânant dans les rues.

Après une courte nuit mouvementée par les vagues qui nous font rouler , le vent qui tourne, les bateaux effrayés qui changent de mouillage, nous enfilons dès 7h nos chaussures de randonnée pour le Boiling Lake! Nous savons que la randonnée sera dure, longue et qu'elle s'apparente davantage à de l'escalade. Mais on veut se dépasser! Gagné : presque 8 heures à crapahuter dans la forêt tropicale avec et sans corde, sous la pluie au milieu de torents. Le spectacle est superbe! Nous avons traversé la vallée de la désolation au milieu de coulées de lave, de fumerolles et des sources sulfureuses bouillantes permettant de se faire cuire un oeuf! Puis arrive le Boiling Lake qui est le 2eme plus grand lac bouillant du monde formé au milieu d'un fumerolle tel une marmite géante.


Miamm ! Il en a même mangé 2.
Eau de source

Le retour se fait toujours sous la pluie et dans la boue mais nous sommes récompensés par la baignade dans le Titou Gorge à contre courant dans une eau glaciale jusqu'à la cascade. Les enfants auront été remarquables.

A l'entrée des gorges.
3

Les conditions de navigation depuis la Dominique jusqu'à Saint Pierre en Martinique sont très bonnes, mais je n'aurai pu m'empêcher d'utiliser une dernière fois notre cher "Vomisseau"😵. Saint Pierre se revendique être l'ancienne riche capitale de l'île avec ses ex-imposants monuments (théâtre, bourse, tramway...) désormais ensevelis par la cendre de l'éruption de la montagne Pelée en 1902. La totalité de la ville a été anéantie, seul 1 rescapé prisonnier a été protégé dans sa cellule (Louis Cyparis)! La visite s'est faite dans le petit train où notre guide passionné avait une éloquence hors norme.

Cloche fondue sous la chaleur des cendres.
Cellule de Louis Cyparis
École au soleil couchant.
Dans le "petit train".

Nous mettons cap vers les 3 ilets mais n'apprécions pas trop les lieux : on dirait un hangare à bateaux cyclonés, la mangrove et ce ciel gris nous semblent hostiles... bref, nous prenons la navette maritime pour visiter Fort de France avec l'audio-guide. Une façon expresse mais culturelle malgré tout de découvrir la  ville en quelques heures. Les enfants seraient restés volontiers plus longtemps à la bibliothèque Schoelcher. La médiathèque du Carré Gaumont commence sérieusement à leur manquer! Le marché couvert aux mille couleurs et odeurs nous retient aussi.

Cathedrale en reflet
Hommage à Schoelcher et à l'abolition de l'esclavage.
Dans la bibliothèque
Entrée de la bibliothèque Schoelcher

La petite anse d'Arlet sera notre dernier mouillage. Le premier où nous étions il y a... 6 mois. La boucle est bouclée! Baptiste nous organisera d'ailleurs une soirée musicale et dansante pour fêter ça, quant à Virgile, il fera sa dernière petite plongée avec la bouteille.  Puis direction le Marin où nous passerons les 4 derniers jours au port. Nous louerons une voiture pour terminer de visiter la Martinique.

En fanfare
2


3450 miles marins (environ 6500 km )

176 jours de voyage dont : 13 nuits passées en mer, 122 à l'ancre, 48 au ponton (dont 10 au Marin), 6 hors du bateau

16 pays visités et autant de douanes

37 îles et îlets

264 heures d'école

90 heures de désalinisateur soit 9000 litres d'eau douce

459 heures moteur

230 heures générateur

Vitesse max: 15,4 kts (soyez indulgents car JAD est un lagoon 400 conçu pour être au mouillage)

Poissons pêchés: 1 thazard, 4 bonites, 6 barracudas, 1 espadon, 1 espadon voilier

Avaries: 1 étai detorron, 1 poulie de drisse de Grande Voile, 1 rail amovible de drisse de GV et ses 40 billes, 4 courroies d'alternateur, 2 impellers générateur, 1 ampoule projecteur de pont, 1 pompe de vidange lave linge

4 dents de lait perdues: 1 Baptiste + 3 Virgile

11 passagers équipiers naviguants

7 patch de scopolamine

5710 photos et vidéos

230 kg de bagages retour...

1

Il est temps de refermer la parenthèse... l'émotion est à son comble, partagés entre la peine de quitter ce coin de paradis où nous avons été tous les 4 24h/24 pendant 6mois et la joie de retrouver nos familles, nos amis et nos chats! On pleure, on rit. Mais nous avons surtout la satisfaction d'avoir réussi à réaliser notre rêve de toujours. Merci à vous tous d'avoir suivi ce blog cela nous faisait toujours plaisir de lire vos commentaires et de partager ce passage de nos vies. Good bye JAD, it was Just A Dream. ..