Carnet de voyage

Bula Kava !!!

Par
Par Milie
Aux Fidji seules deux choses importent : le Kava et le Fidji Time !
Octobre 2015
10 jours
Partager ce carnet de voyage
1
Couché de soleil vu de la plage de l'auberge
Couché de soleil vu de la plage de l'auberge

Arriver à l'aéroport, mourir de chaud tellement le taux d'humidité est important à Nadi, et se retrouver aux postes de douanes avec un groupe fijien jouant un air régional nous souhaitant la bienvenue : Bula Bula.... juste magique !

Parvenir à l'auberge au coucher du soleil, pouvais-je rêver mieux pour commencer mon périple ?!

Après une bonne nuit de sommeil direction le centre-ville !!! Je décide de partir à pied pour profiter du soleil : moi qui arrive de l'hiver de Nouvelle Zélande, ça m'a fait un bien fou de me retrouver sous un soleil chaud ... chaud .... CHAUD .... ou plutôt "cho-cho-cho chocolat !!!" HORRIBLE !!!! Je n'ai jamais brûlé comme ça .... ce n'est que le premier jour ! Argh ... heureusement que je suis prévoyante et qu'en plus de la crème solaire, j'ai toujours dans ma valise la magique crème Osmo qui guérit les brûlures (je me suis tartinée le dos et les épaules tous les jours).

Astuce : Si vous n'avez pas de crème pour soigner les brûlures : NO PANIC! Il vous suffit de trouver un citron jaune. L'acide citrique a des propriétés naturelles qui stoppent la progression de la brûlure et empêche de peler. Il vous suffit de le presser, d'en imbiber un papier Sopalin et d’appliquer le papier imbibé sur votre brûlure. Renouveler plusieurs fois par jour jusqu'à disparition de la brûlure.

Après une demi heure de marche, je croise mon premier centre commercial : entre champs et palmier, je ne peux m'empêcher de sourire. Puis j'arrive en ville, ou dans ce que je crois être la ville : une grande rue déserte avec de grands commerces.... euuuuh... Point information fermé... euuuuh... et maintenant ?! Étant partie sans avoir rien prévu comme visite, je m'étais dit que je ferai tout sur place !

Me voilà sur le chemin du retour, sous un soleil de plomb .... et là : une voiture qui s'arrête. "May I help you ? You look lost.". Ah oui je me sens obligée de préciser que, même si ce n'est presque jamais le cas, j'ai TOUJOURS l'air perdu ! Ça doit être le look touriste qui veut ça.

Il m'a convaincu, du coup il m'amène dans le vrai centre-ville. Il y a du monde partout, je commence par aller boire du Kava dans un magasin (mon premier Kava du séjour), puis direction l'office du tourisme. Ça y est mon séjour est organisé ! Et là : ma veine naturelle fait que je sors pile au moment où un défilé traditionnel commence dans la rue principale, quelle chance !!!

J'adoooooooore !!!!!! J'en croquerais bien un ou deux héhé ... pas vous ?!

2

Mana Island, qui signifie littéralement "île de la magie", est l'une des petites îles qui composent l'archipel des Mamanuca qui se situe à l'ouest de Viti Levu, l'île principale. Cet archipel est l'un des plus touristiques des Fidji car il est situé au large de Nadi, il est donc facile et rapide d'accès. La plupart des îles sont constituées seulement d'un hôtel, mais ce n'est pas le cas de Mana : on y trouve un petit village qui jouxte les trois hôtels en bord de mer.

Cette île est un étrange mélange de paradis et d'enfer ! J'y suis allée seulement quelques mois après le grand cyclone qui a détruit la plupart des petites îles du Pacifique ouest. Les maisons étaient faites de reste de taule et de matériaux de récupération que le cataclysme avait épargné. Je suis impressionnée par la force de ces gens qui, ont tout perdu puis tout reconstruit et continue à vivre après ce qui nous parait tellement insurmontable. Je me sens transportée en les voyant toujours souriant. Cela donne à réfléchir sur les choses importantes de la vie !

Mais quand on s'imagine les îles Fidji, on imagine surtout du sable blanc, de l'eau turquoise, du soleil, des cocotiers ... C'est aussi vrai  ! C'est probablement grâce à l'environnement spectaculaire que la vie y est si douce. C'est presque comme si le temps s'arrêtait.


Vous connaissez le film "Seul au monde" de Robert Zemeckis, avec Tom Hanks et Helen Hunt ?!

L'île de Monuriki en fût l'un des lieux de tournage. Cette île de 3 km² se situe à moins de 30 minutes de Mana Island en bateau. J'y ai fait une excursion de quelques heures, juste le temps d'escalader la montagne et de plonger masque-tuba pour essayer d'apercevoir quelques beaux spécimens de poissons. C'est une zone dans laquelle il est possible d'apercevoir des requins de récif : nous n'en avons pas vu. Ouf! ... je ne suis pas très rassurée à l'idée de croiser un requin, même tout petit. En revanche, la diversité de la faune des récifs vaut largement le détour !

Astuce : pas besoin de charger votre sac de voyage avec le matériel de plongé, il est en location dans tous les hôtel pour seulement 5$.

Après trois jours de bien-être absolu, me revoilà sur le bateau taxi qui me ramène à Nadi.

3

Qui dit "Fidji" dit "fidjiens" ! Cela semble tellement évident me direz-vous. Et bien détrompez-vous! En réalité la plupart des touristes qui viennent aux îles Fidji sont originaires d'Australie ou de Nouvelle Zélande. La grande majorité n'y séjourne qu'un week-end ou une semaine, à l’hôtel, afin de profiter de la plage les doigts de pied en éventail. Ce qui selon moi ne permet pas d'apprécier pleinement tout ce que ce petit archipel, constitué de 333 îles et situé dans le Sud-Ouest de l'océan Pacifique, a à offrir.

Le fidjien est par nature accueillant et généreux. Toujours prêt à aider et rendre service mais attention car générosité n'est pas synonyme de stupidité !

Son nom est Kesa, et c'est à elle que je dois toute cette belle aventure. C'est la personne que j'ai rencontrée à l'office du tourisme et qui a organisé tout mon séjour. Elle a écouté mes requêtes, et m'a conseillé sur les endroits à voir. Quand je suis revenue de Mana Island, elle m'avait dit de repasser à l'office du tourisme pour s'occuper de mon transfert à l'aéroport de Suva. Finalement, elle m'y a emmené. Elle devait traverser l'île pour accueillir un groupe de touristes australiens qui accostaient dans la capitale. Ils sont donc venus me chercher, elle son mari et son frère, à mon auberge à 5h du matin (avec une heure de retard donc, mais bon vous savez bien : Fiji Time ...). Nous avons roulé presque 4h pour atteindre Suva. J'ai même pu bénéficier de la visite guidée qui était destinée aux vacanciers australiens. Fantastique !! Car, autrement, je n'aurais jamais eu le temps de visiter la capitale. Nous avons mangé ensemble. J'ai voulu leur offrir le repas du midi pour les remercier du service qu'il m'avaient rendu : non seulement elle a refusé, mais elle m'a invité ! Plus tard, ils étaient supposés me déposer dans une gare routière pour que je prenne la navette qui conduit à l'aéroport, et finalement ils ont décidé de m'y emmener. Ils ont refusé toute compensation financière...

Cet exemple n'est pas le seul ! Tellement de gens m'ont hébergé, nourri, transporté, certains m'ont même donné un peu d'argent pour me payer le bus ou le taxi ! Ces gens vivent de manière très humble, parfois sans électricité ou eau courante, mais ils sont tellement heureux de tout partager que leur joie est contagieuse. Laissez-vous gagner par la simplicité de la vie et savourez ce qu'ils ont à offrir. Moi c'est ce que j'ai fait en décidant de passer les quelques jours qu'il me restait au sein d'un petit village, au sud de Vanua Levu.

4

Enfin arrivée à Vanua Levu, seconde plus importante île des Fidji.

Direction Savusavu ! Moyen de transport le moins cher : le bus. Autant vous dire que je ne passe pas inaperçue, une femme blanche pour un bus rempli d'indiens et de fidjiens.... personne n'ose s'asseoir à coté de moi, enfin pas avant que le bus ne soit bondé ! Après deux heures de route, me voici à destination. Je suis attendue normalement : mon programme pour les quelques derniers jours est de séjourner dans un village et de vivre à la fidjienne. Mon comité d'accueil est bien là ! En même temps, pas difficile de me repérer dans toute cette foule : cinq personnes se dirigent vers moi en m'appelant ! Le couple qui m'héberge avec leur neveu, il y a aussi la sœur et son mari, et nous rejoignons la grand-mère ! Ils sont tout excités, je le sens car ils me posent des dizaines de questions sur moi, mon mari et mes enfants .... euh je suis célibataire :"Quoi ?! 25 ans et tu n'es pas mariée ! Tu n'as pas d'enfant !" .... ça va être long, je sens qu'ils vont vouloir me marier à leur neveu ..... Mais dans quelle galère je me suis embarquée !!!! Je commence à me dire qu'ils vont me séquestrer peut-être.... car il faut savoir qu'aux Fidji il y a environ 10 hommes pour 1 femme ! C'est pourquoi j'ai reçu 3 propositions de mariage en 10 jours ... bref, revenons à nos moutons.

Mais non ils ont l'air gentil ! Et normaux ! Mis à part quelques dents qui manquent à l'appel. Nous avons attendu près d'une heure le bus qui nous a permis de rejoindre le village de Nacavanadi (environ 30 minutes à l'est de Savusavu). Ce fût ma maison pour les trois derniers jours de mon expédition.

Dès mon arrivée on m'a présenté au chef de village qui m'a souhaité la bienvenue et autorisé à circuler partout librement ! L'une des condition de libre-circulation dans le village était de porter un paréo autour de la taille pour cacher mes jambes ... au début cela m'a surpris. Mais tout le monde, homme y compris en porte un donc let's do it !

Le soir venu tout le monde est venu boire le Kava pour me rencontrer : j'étais l'attraction du siècle ! Certains n'avaient jamais vu de femme blanche de leur vie !

Le Kava : le Kava est une boisson à base d'une plante portant le même nom. Ce nectar a des vertus anesthésiantes. Aux Fidji, comme dans beaucoup d'îles du Pacifique, c'est la boisson traditionnelle de bienvenue. Les Fidjiens en consomme dans tous les regroupements sociaux de la vie quotidienne.

La soirée de bienvenue avec la traditionnel Kava ! Je suis très fière, ils m'ont dit que j'étais une solide buveuse ! Ouf je leur ...
Ma maison d'accueil et ma chambre (la chambre du couple qui m'accueille, ils ont dormi par terre pendant 2 nuits... J'étais gênée ...

Durant ces quelques jours j'ai assisté à des événements dont je me souviendrai toute ma vie !

Pour les amateurs de rugby, je vous conseille d'aller voir un match aux Fidji ! C'était le match de rugby le plus insipide, et je dois l'avouer, tordant qu'il m'ait été donné de voir ! Ce match opposait mon village d'accueil au village voisin. Nous avons marché dans la forêt jusqu'au village voisin pour y assister. Sur place on m'a expliqué que, à cause de la chaleur aux Fidji un match de rugby se déroule en 4 périodes de 20 minutes de jeu, entrecoupées de pauses de 20 minutes chacune. Un vrai match est composé de 2 périodes de 40 minutes de jeu avec une pause de 15 minutes pour la mi-temps. Bref, nous nous asseyons dans l'herbe à l'ombre d'un grand arbre, et le spectacle commence ! Personne ne supporte une équipe précise, on crie au gré des envies. En même temps quand je vois deux joueurs rouge enlever leur maillot, le jeter aux pieds de joueurs bleu en attendant les leurs en échange afin de changer d'équipe, cela ne m'étonne pas ! Ce fût hilarant comme match !

Avez vous déjà vu le bateau traditionnel fidjien ??? Je l'ai testé ! C'est une petite barque faite de bambou dont les femmes se servent pour aller ramasser des coquillages. Pas très stable, mais ça flotte ! Il ne faut tout de même pas avoir peur d'être trempé.

Une balade nocturne, ça vous dit ?! Quand la lune brille, qu'il fait enfin une température acceptable dehors, pourquoi ne pas aller se promener sur la plage ?!? Aucune excuse quand on sait que le plage ne se situe qu'à 20 mètres de la maison .... Oui je l'ai fait avec mon jeune hôte, nous avons posé un paréo sur le sable et nous avons discuté. Il me posait tout un tas de question sur "mon monde"... mais voilà, au bout de même pas 5 minutes je me suis levée et suis partie en courant vers le village ... le pauvre il n'a pas compris ... Je me suis faite, littéralement, dévorer par les sandfly ! Du milieu des cuisses au milieu du dos, une piqûre tous les centimètres carré ... Je n'ai jamais eu aussi mal ! Pas possible de m'asseoir tellement ça brûlait. Pourtant j'avais un anti moustiques qui avait bien fonctionné jusqu'à présent.

Astuce : le climat n'est pas le même partout aux Fidji. A l'ouest de l'île principale, Veti Levu, le climat est sec et continental, à l'est le climat est humide et tropical. Les anti moustiques sont quasi inopérants dans les zones tropicales. Le mieux est de vous procurer de l'huile de noix de coco (coconut oil), il n'y a rien de plus efficace pour se prémunir des moustiques, ou à défaut, pour soulager les démangeaisons.



L'anecdote la plus mémorable du séjour s'est déroulée la veille de mon départ. Il y avait une "danse". Je ne savais pas trop à quoi cela correspondait, je me doutais que cela serait en rapport avec de la danse.... mais je ne me doutais pas encore de ce qui allait se produire ...

Tout d'abord je me suis dit "Mince, je dois partir en début d'après-midi, je vais rater la danse !". Et puis on m'a rassuré : "No worries, it starts at 10am !".... une soirée dansante qui commence à 10h du matin, du jamais vu ! J'imaginais des danses traditionnelles, des bâtons de feu, des colliers de fleurs et des tenues exotiques ! Quelle ne fut pas ma stupéfaction de les voir tous assis devant le chef de tribu, buvant du Kava et seulement des hommes ... Nous arrivons à trois filles. Prenons place et soudain l'une d'elle me dit "Tu dois te lever et danser" ... Moi mais pourquoi ???? Apparemment l'un des hommes qui était déjà en train de danser m'avait tapé sur l'épaule, cela signifiait qu'il m'avait choisi ! Quelle veine ! Et il est impossible de refuser, donc je me lève et je me place face à lui et danse ... il ne me touche pas, ne me regarde même pas ... étrange. Il est timide. Après la chanson, je retourne à ma place "Je me souviendrai de ce moment toute ma vie !"

Nous y sommes arrivé vers 10h, nous n'en repartons que vers 12h30 pour aller manger, et durant tout ce temps je fût la seule femme à être invitée à danser, avec tous les hommes, un par un ..... Oh my god !!!! Cette matinée dansante restera gravée dans ma mémoire : pas de danse traditionnelle, pas d'habit traditionnel, pas de collier de fleur .... Seulement beaucoup d'hommes et très peu de femmes buvant du Kava !

Cette aventure fût exceptionnelle, je vous invite à y aller si un jour l'occasion se présente pour vous, votre aventure sera probablement très différente, mais tout aussi unique, exaltante et enrichissante !

Mon dernier repas 

Merci, et à bientôt pour vivre de folles aventures !!!!