Carnet de voyage

Un petit tour en Thaïlande

20 étapes
26 commentaires
Etape 1 de notre tour du monde : la Thaïlande
Avril 2019
29 jours
Partager ce carnet de voyage
J1

Nous voilà donc prêts à partir à l'aventure après des semaines de préparation... Le plus difficile a été de tout faire rentrer dans les valises, mais nous y sommes arrivés ! Direction l'aéroport de Marignane pour un vol d'1h30 vers Zurich, puis de 10h30 à destination de Bangkok.

Arrivée à Bangkok : 11h30 heure locale, il fait 30 degrés, et nous petits français nous débarquons avec pantalon et pull... Aie, il fait chaud ! Nous arrivons à un taxi qui nous amène gentiment jusqu'à notre hôtel après une heure de bouchon... Et oui, Bangkok est une des villes les plus embouteillées du monde, et pourtant seule 10% de la population thaïlandaise possède une voiture !!

Bref, première journée tranquille, petite balade dans la ville, petit restaurant local très bon et bon marché, une baignade et au dodo pour être en forme demain !

J2

Réveil 6h30 heure locale, merci le décalage horaire !

Petit déjeuner de fruits essentiellement à l'hôtel et puis c'est parti ! Nous avons eu le temps de faire 100 mètres quand il s'est mis à pleuvoir des trombes ! Bon l'avantage, c'est que la plupart des trottoirs sont abrités, nous avons pu courir jusqu'à un taxi pour lui demander de nous emmener au temple Wat Pho, en priant tout au long du chemin que la pluie cesse.

Le déluge 

Effectivement, elle a cessé pour nous permettre de visiter tranquillement. Donc arrivés au Wat Pho, l'un des plus anciens et des plus grands temples de Bangkok (et accessoirement le repaire de beaucoup de chats de gouttières thaïlandais). Il abrite le célèbre bouddha couché de 45m de long ! A l'entrée de chaque temple, il est demandé de se déchausser, donc c'est parti pour une balade en chaussettes avec le bouddha !

Wat Pho 

De là, nous sommes allés au Wat Phra et au grand palais, autres temples superbes, dont un abritant le bouddha d'émeraude (sorry, photo interdite). Très beau site, mais un conseil, y aller tôt sinon vous verrez plus de gens prenant des photos que de temples !! Autre conseil, allez y les bras et les jambes couverts (même un châle ce n'est pas suffisant il faut un t-shirt) sinon vous serez obligé d'acheter un magnifique t-shirt avec des éléphants thaïlandais (il est dans ma valise...).

Wat Phra et le grand palais 

En sortant de là, nous avons pris un tuk-tuk, si vous aimez le risque je vous le conseille ! C'est à ce moment là que l'on se dit que ne pas conduire dans Bangkok est la meilleure idée que l'on puisse avoir ! Les thaïlandais ont leur propre code de la route, et il est particulièrement dangereux...! Nous sommes donc arrivés (en un seul morceau, ouf) près du fleuve Chao Phraya (encore une fois sous la pluie), où nous avons trouvé un bateau pour faire une promenade sur les khlongs, petits canaux qui sillonnent Bangkok et nous montrent une autre face de la ville, maisons sur pilotis, marchés flottants..., vraiment à faire. Cependant, même principe que le tuk-tuk, il faut faire confiance à celui qui conduit, même si des fois on a du mal !

Les khlongs

Sur ce, à votre santé ! Le périple continue demain !!

J3

Nous en avons donc fini avec la ville tumultueuse de Bangkok ! Evidemment il aura fallu presque 1h pour sortir de la ville vu les bouchons, mais nous avons vaincu ! Au revoir la grande ville et ses gens très entreprenants, oui à Bangkok on ne peut pas faire un pas sans que quelqu'un vous arrête dans la rue pour vous demander d'où vous venez (ils adorent les français et sont très contents de nous dire une petite phrase, en général "comment allez vous", je ne sais pas si ils attendent vraiment une réponse mais ça leur fait plaisir si vous leur dites très bien avec un grand sourire, ceci étant même après l'avoir lu dans Le Routard je ne suis pas sure de réussir à dire la même phrase en thaïlandais : สบายดีไหม, ou pour être plus sympa : sabai ïdi ru ), où allez vous, et combien de temps restez vous, etc... un véritable interrogatoire ! Mais ils restent néanmoins sympathiques et plutôt accueillants pour des habitants d'une aussi grande ville.

Autoroute Bangkok à 11h30am 

Donc nous voilà arrivés encore une fois à l'aéroport de Bangkok pour embarquer en direction de Phuket ! 1h30 de vol à des prix raisonnables dans des petites compagnies low-cost.

• • •

Arrivés à Phuket, il nous faut un transport pour nous rendre à Patong Beach où se trouve notre hôtel. Nous avons donc opté pour un minibus, beaucoup moins cher qu'un taxi, un peu plus cher qu'un bus, mais qui dépose les voyageurs devant leur hôtel et avec nos gros sacs à dos, nous nous sommes laissés tenter. Nous voilà donc posés, un petit tour dans la ville, qui reste très animée même à 22h, pour aller manger un bout et au repos pour être en forme pour découvrir l'île demain !

 Phuket
J4

Aujourd'hui, petite découverte de quelques coins de Phuket. Il est difficile de trouver des coins tranquilles sur cette île, qui est devenue à la fin des années 1970 très touristique, ce qui est dommage car on y retrouve très peu la culture thaïlandaise, mais l'occidentale est bel et bien présente (capitalisme à fond !!!).

Nous sommes allés nous promener au panorama de Khao Rang, la vue donne sur la ville avec la baie en arrière fond, ce qui n'est pas vraiment paradisiaque, mais quelques singes, habitués à la présence de touristes, sont venus nous dire bonjour (un conseil, ne leur donnez pas à manger sinon ils vont vouloir venir fouiller votre sac et si vous n'êtes pas vacciné contre la rage ce n'est pas une bonne idée de commencer un combat de boxe thaï avec eux).

Panorama de Khao Rang 

Comme nous sommes très courageux, nous sommes redescendus du panorama à pied (je ne dis pas ça pour la dureté de la marche mais plutôt pour l'absence de trottoir sur lequel marcher, auquel s'ajoute la superbe conduite thaïlandaise dont nous avons déjà parlé), et en chemin nous avons pu croiser diverses maisons devant lesquelles se trouvent de petits édifices que l'on retrouve un peu partout en Thaïlande.

Ce sont des "maisons des esprits" ou encore "sanphraphum" qui sont érigées devant chaque construction privée ou publique (il y en a aussi devant les magasins) et elles servent à abriter les "phra phum" ou "chao thi" (génies, gardiens du sol, des champs, des arbres, des maisons et toute la panoplie) qui protègent le lieu des "phi" qui sont les esprits malveillants.

Les habitants leur construisent donc de petites résidences (qui doit être de richesse proportionnelle à la demeure qu'elle protège, afin d'éviter que le protecteur soit jaloux), et doivent leur offrir, avant 11h, des fleurs, de l'encens et de la nourriture (encore mieux réglé qu'un chat), pour que le "chao thi" soit collaborateur et reconnaissant.

Sanphraphum 

Et puis, un petit tour dans l'immense centre commercial de Phuket town, la capitale de la province. On y retrouve toutes les enseignes de notre monde occidental (les prix sont sensiblement les mêmes), dans un décor luxueux.

Centre commercial de Phuket town 

Puis retour à Patong beach, petite promenade sur la plage avec le coucher du soleil... Et les 500 autres touristes présents évidemment...! Ville très animée surtout le soir où on essaie de vous vendre tout et n'importe quoi.

Patong beach 
J5

Nous voilà donc réveillés à 7h heure locale pour partir en direction de l'île de Koh Phi Phi, qui est en fait deux îles, Phi Phi Don et Phi Phi Ley.

Pour la petite histoire, Koh Phi Phi ou "l'île aux esprits", fut de tout temps la citadelle imprenable des Urak Lawoi, une branche des Chao Ley, appelés aussi les "gitans de la mer", une ethnie nomade qui tire l'essentiel de son activité de la pêche et autrefois de la piraterie.

Les fonds marins de Koh Phi Phi sont extrêmement variés au niveau de la faune marine, ce grâce à la présence d'un plancton en provenance du delta du nord de la baie. Malheureusement, malgré le fait que l'île fasse partie d'un parc national créé en 1983, elle ne bénéficie pas de véritable protection et ses fonds marins sont dangereusement menacés.

• • •

Nous avions donc acheté la veille dans une agence très locale un billet qui comprenait le transport en minibus et le transport en ferry afin d'arriver à l'île, tout cela pour la modique somme de 400 baths (environ 12 euros).

Le minibus arrive donc devant l'hôtel (à l'heure en plus !), le conducteur n'est pas très souriant ni très bavard mais tant pis tout roule comme sur des roulettes, pour une fois rien de compliqué ! Il nous amène donc jusqu'au ferry où nous embarquons avec nos gros sacs à dos et nos petites valises, bref parfait, plus que deux heures de traversée et à nous les belles plages !

Let's go ! 

Nous voilà donc partis depuis 2h voguer sur la mer (on commençait à trouver le temps long et pour moi qui a le mal de mer ça commençait à devenir compliqué), quand on nous fait une annonce : le bateau est en panne il faut changer. What ? Changer ? Mais c'est-à-dire ? En pleine mer ? Oui, oui, un autre bateau vient s'accoster à côté de nous et ils mettent en place une passerelle pour que nous puissions traverser (avec nos multiples affaires), pratique...

Bref, changement fait, on est reparti pour 1h de plus (mon estomac dit merci bien). Et puis, enfin, au loin, la terre! Nous sommes tel Christophe Colomb ayant enfin trouvé son continent (qui était du coup une île), enfin on était bien contents d'accoster.

Koh Phi Phi, la terre promise 

Donc, nous voilà débarqués, mais nous ne sommes pas au bout de nos peines... Il faut savoir que l'île de Koh Phi Phi n'a pas de route, tout se fait par bateau, et évidemment notre hôtel est assez éloigné de l'endroit où nous avons accosté...

Carte de Koh Phi Phi 

Nous allons nous renseigner pour nous rendre à l'hôtel et on nous dit que la navette part dans 1h30... Evidemment, elle a eu 30 minutes de retard. Nous voilà enfin embarqués (encore une fois) direction l'hôtel.

Arrivés à proximité, nous nous sommes posés une question en voyant la profondeur des fonds marins, comment le bateau va t-il aller jusqu'à la plage étant donné qu'il n'y a plus de fond ? Eh bien il n'ira pas ! Nous sommes passés dans une petite barque qui nous a rapproché du bord, puis pour finir ce qu'il restait c'est un tracteur qui est venu nous chercher ! Oui, oui un tracteur dans l'eau (vous comprendrez que ça n'aide pas vraiment la sauvegarde des fonds marins tout ça...).

La dernière traversée (de la journée) 

Nous voilà donc posés dans un bel hôtel, cocktails et piscine en accompagnement, pour bien rigoler de toutes les péripéties de la journée !!

J6

Aujourd'hui, petite découverte de l'île de Phi Phi Don sur laquelle nous séjournons.

Une petite marche nous a amené à la plage de Ao Loh Bakao, située au milieu de la côte est de l'île. Farniente et soleil : nous sommes en vacances !

Ao Loh Bakao 

En chemin, nous avons croisé des panneaux peu rassurants qui nous indiquaient où se réfugier en cas de tsunami.

En effet, on se souvient du tsunami qui avait ravagé le sud-ouest de la Thaïlande le 26 décembre 2004, des lieux commémoratifs ont été érigés dans le pays, depuis tout a été reconstruit, mais ils n'oublient pas.

Et comme nous sommes de bons touristes français, photo obligée sur le retour !

Retour à l'hôtel, où la piscine nous attend sagement (ben oui quoi après la mer ultra salée, un peu d'eau douce c'est la moindre des choses !).

Santé ! 
J7

Aujourd'hui, petit début de journée tranquille à la piscine de l'hôtel, en même temps il fait déjà plus de 30 degrés à 10h !!

Après avoir mangé les pieds dans le sable, nous embarquons dans un longtail boat qui nous amène à Monkey beach, où comme son nom l'indique, nous avons rencontré des singes très sympathiques (sauf avec le groupe de touristes français venus les embêter, à qui ils ont piqué une bouteille d'eau et ont même fait un petit combat dont le singe est sorti vainqueur quand le vilain monsieur s'est retrouvé à manger du sable !!).

Nous avons aussi croisé de beaux poissons et l'eau était presque trop chaude ("olala mais en plus ils se plaignent !").

Monkey Beach 
J8

Rien de bien passionnant aujourd'hui, nous avons passé la journée dans les bus et les bateaux (avec quand même un petit tour en tracteur aquatique encore) en direction de Krabi, dont nous n'avons pas vu grand chose parce que demain départ à 6h pour Koh Samui !

Krabi
J9àJ10

Voilà notre dernière étape dans le sud, Koh Samui, troisième plus grande île du pays, qui se trouve dans le golfe de Thaïlande.

Belle île, mais comme la plupart malheureusement, victime de son succès touristique, c'est la plus grande destination balnéaire du sud du pays.

Nous avons séjourné dans le nord-est, essayant d'éviter un peu toute cette cohue, à côté d'un ancien village de pêcheurs, qui est maintenant encerclé d'hôtels de luxe. C'est ici que s'arrête notre voyage dans le sud de la Thaïlande, il est temps pour nous de nous diriger vers le nord-est, afin de découvrir un versant plus culturel de ce beau pays.

Koh Samui 
J11àJ12

Nous voilà donc partis pour une nouvelle aventure dans le Nord-Est de la Thaïlande.

Le trajet n'a pas été une mince affaire étant donné que nous étions bien au sud. Pour commencer nous avons pris un vol jusqu'à Bangkok, 1h30 trop facile, avec une attente dans l'aéroport de Koh Samui complètement ouvert sur l'extérieur ! Du jamais vu pour nous !

Aéroport de Koh Samui 

Arrivés à Bangkok, ça se corse... Il nous faut un bus pour partir dans le nord, mais le dépôt de bus n'est pas tout à côté, nous voilà avec nos gros sacs dans le "métro" de la capitale pendant 1h, il y a foule !!

Arrivés tant bien que mal au dépôt de bus, nous entrons dans ce grand bâtiment, et... horreur ! Des centaines de gens dans tous les recoins, assis, allongés, par terre, des files d'attente interminables, bref après être partis depuis le matin de notre paisible coin à Koh Samui, le changement est rude. Pas d'affolement, nous essayons de chercher une file d'attente où se trouve le nom de la ville vers laquelle nous souhaitons aller, Loei, mais sans succès, nous allons aux renseignements (qui parle moyennement anglais), on nous dit que c'est au 3ème étage (mince dans cet immense bâtiment il y a en plus des étages !), nous nous frayons un chemin dans la marée humaine afin d'atteindre l'ascenseur (toujours avec nos gros sacs et valises), je me dis "chouette à l'étage ce sera plus calme !" Pourquoi cet espoir ? Les portes de l'ascenseur s'ouvrent et un nouveau flot de marée humaine nous saute dessus...

Nous cherchons et enfin nous trouvons ! Bus pour Loei ! Nous allons acheter notre billet, il est 19h30, le bus part à 21h30, 10h de trajet de nuit. Bon plus que 2h à attendre dans un coin à peu près tranquille et nous serons installés confortablement dans le bus (c'est beau l'espoir). Rien mangé depuis le matin mais avec la chaleur et la foule nous n'avons pas du tout faim.

21h, nous nous dirigeons vers le dépôt des bus pour y être un peu avant, et là nous arrivons en haut de l'escalator qui va nous y conduire, je regarde en bas, la marée humaine à laquelle nous avons fait face précédemment n'est rien en comparaison de ce qui nous attend : les gens ne peuvent même pas bouger tellement ils sont nombreux !

On inspire et c'est parti pour trouver le bus, nous arrivons au bon quai et nous nous retrouvons bloqués, debout, sans pouvoir bouger d'un pouce, sacs et valises toujours présents (heureusement, mais le sac de 50L commence à peser à rester immobile comme ça), et une chaleur de 40°C qui n'arrange rien...

Bus en retard, nous avons attendu comme ça environ 1h, le bus arrive enfin mais évidemment 60 personnes se précipitent et montent à l'intérieur : plus de place. Quelqu'un nous dit qu'un autre arrive, nous nous ruons, mais encore une fois : plus de place... Le gars nous amène à un autre bus, il reste des places apparemment, effectivement deux places sur une petite banquette dans le mauvais sens de la route : génial, ça va être long...

Et ce fut vraiment très long ! Quasiment impossible de dormir, nous sommes arrivés le lendemain matin à 9h, 24h sans dormir ni se doucher, on n'en pouvait plus ! Heureusement la petite ville de Loei est très accueillante !

Le périple en carte 

Loei, c'est une petite bourgade, un peu hors du temps depuis la fin de la guerre du Viet-Nam. Effectivement, après que les GI's soient partis, la capitale de la province (du même nom), a coulé des jours paisibles en produisant des textiles réputés.

Et puis là, nous avons compris pourquoi tout ce monde, c'est Songkran ! Songkran c'est le nouvel an bouddhique ou festival des eaux, une des fêtes les plus importantes de la Thaïlande. La croyance veut que l'eau éloigne la malchance et purifie, ce qui se traduit par une grande bataille d'eau dans toute la ville, très rafraîchissant !

J13
J13

Découverte de la ville de Loei dans la journée, qui n'est pas très grande, mais qui est jolie.

Tout était fermé aujourd'hui puisque c'est le nouvel an bouddhiste, Songkran, quelques enfants nous lancent de l'eau, et les habitants commencent à faire les réserves en la puisant dans la rivière, mais que se passe t-il...?

Loei 

En ressortant le soir, nous n'avons pas tardé à le comprendre, les rues étaient envahies de pick-up et de scooters, les gens dansant, riant, jetant de l'eau et venant nous mettre du talc sur le visage pour nous souhaiter la joie et le bonheur pour cette nouvelle année. Nous étions les seuls occidentaux présents dans la ville, mais nous ne nous sommes pas du tout sentis à part, ils nous ont fait participer à cette merveilleuse fête avec eux, nous offrant à boire et à manger et riant avec nous (ils adorent les français !).

Sur ce, on vous souhaite une bonne nouvelle année bouddhique, la notre commence très bien !!

Songkran 
J14àJ15

Après notre halte à Loei, nous avons pris le bus pour nous rendre dans le Parc national de Phu Kradueng, "la montagne cloche", qui est l'un des plus beaux parcs naturels thaïlandais.

Ici, nous avons logé dans de petits bungalows et nos nuits ont été accompagnées du cri du gecko (je vous invite à aller écouter sur internet, vous comprendrez pourquoi l'avoir sur le toit la nuit n'est pas de tout repos).

Scotty le gecko 

Puis le lendemain, jolie promenade dans le parc (assez à pic), où malgré la chaleur (ressenti de 44°C) nous avons profité de très beaux paysages.

Sur la descente nous avons été accompagnés par des coups de tonnerre, et, timing parfait, la pluie a commencé quand nous avons passé l'entrée du parc (dommage pour ceux qui étaient en train de monter quand nous descendions).

Parc national de Phu Kradueng 
J16àJ17

Après notre passage au vert, nous continuons notre route vers l'ouest, direction Phitsanulok, dans la plaine centrale.

Nous avons opté pour le trajet en bus, peu coûteux et pratique. Bon, le bus que nous avons pris n'était pas de toute première jeunesse, ce qui en soi n'est pas un problème, mis à part lorsque nous avons commencé à attaquer les montées... Là, nous avons fait à peu près du 20 km/h tout le long, bref un peu long mais voyons le bon côté, ça permet de profiter du paysage !

Beaucoup de verdure, quelques temples cachés au détour d'un virage, des passages dans de petits villages en plein marché, c'est la campagne !

En route pour l'ouest 

Evidemment, nous sommes arrivés de nuit à Phitsanulok, mais pas d'inquiétude, il ne faisait pas froid !

Phitsanulok est une ville pleine d'activité, c'est LA ville de la plaine centrale. Elle fut entièrement détruite par un incendie en 1957, mais est devenue depuis une halte reposante loin des circuits touristiques (effectivement nous avons l'impression d'être les seuls touristes en Thaïlande depuis que nous avons attaqué le nord).

Balader dans la ville est très agréable (lorsqu'on arrive à marcher à l'ombre). Mika a même eu l'occasion de se faire filmer pour un devoir d'anglais par de jeunes thaïlandais qui devaient lui poser des questions !

Phitsanulok 

Nous avons eu l'occasion d'aller visiter le Wat Phra Si Ratana Mahathat (à tes souhaits), qui est un temple datant du XVe siècle, il fut le seul à échapper à l'incendie.

Il abrite un bouddha de bronze doré à la feuille, le Phra Buddha Chinara, très vénéré, qui symbolise la victoire de Sukhothai (dynastie thaïlandaise dont nous reparlerons) sur les Khmers.

A la sortie du temple, on trouve de petits marchands de poissons ou crustacés vivants, les fidèles les achètent pour les relâcher dans la nature afin de s'octroyer des mérites. Ainsi, remettre en liberté une poignée de bigorneaux vous apporte bonheur en amour, une anguille chassera le chagrin, et les petits poissons blancs, c'est la prospérité assurée...!

Wat Phra Si Ratana Mahathat 
J18àJ19

Nous continuons notre route vers le nord-ouest, direction Sukhothai.

Cette ville a été classée au patrimoine de l'humanité par l'Unesco, elle regroupe un ensemble de temples cerné de douves et d'autres édifices dans une large vallée. C'est un des plus beaux sites archéologiques de Thaïlande.

Point histoire :

Sukhothai signifiait "aube" ou "naissance du bonheur", les terres y étaient riches et on y trouvait des carrières de pierres et des forêts. Au début du XIIIe siècle, le prince thaï Bang Klang Thao (joli nom) repoussa les khmers hors de la région, et puis fonda une dynastie de huit rois qui se sont succédés sur 150 ans. Cette dynastie compta le roi Phra Ruang, qui aurait possédé des pouvoirs surnaturels (pas celui de l'immortalité visiblement), mais aussi Rama Kamheng qui fut le grand monarque de la dynastie Sukhothai. Il créa l'alphabet thaï, établit des relations diplomatiques avec la Chine, et instaura le bouddhisme comme religion nationale (un gars bien), mais aussi, il eut la bonne idée de faire venir des potiers chinois qui créèrent (dans des caves?) un artisanat florissant. La ville se couvrit alors de temples et de sculptures merveilleuses.

Avec ses derniers rois, la civilisation Sukhothai s'éteignit petit à petit tandis que le royaume d'Ayutthaya montait en puissance. Elle nous laisse aujourd'hui un site incomparable et des vestiges de merveilleux édifices.

Bref, pour arriver jusqu'à ce lieu plein d'histoire, nous avons pris un bus assez folklorique (sans clim ni porte qui ferme), mais celui là, il faisait au moins du 50km/h !

En avant ! 

Puis, nous avons loué des vélos afin de visiter les différents vestiges de temples, balade très agréable malgré la chaleur !

Commençons. Le premier que nous avons vu est le Wat Mahathat. Ce temple était réservé à la famille royale, les douves qui l'entourent font près d'1km. Il aurait abrité un cheveu et une vertèbre du Bouddha. Nous avons eu la chance de le voir également illuminé de nuit, ce qui est possible tous les samedis (on a la classe ou on ne l'a pas).

Wat Mahathat 

Le second temple qui a croisé notre virée à vélo fut le Wat Sa Si. Il fut érigé sur une petite île que l'on atteint par une passerelle. Il abrite un gros bouddha au nez disproportionné. Devant, s'étendent les vestiges du viharn (temple) avec ses colonnes tronquées.

Wat Sa Si 

Puis, vint le Wat Trapang Ngoen, petit édifice en forme de pousse de lotus, à côté duquel on trouve un bouddha marchant. Jolie vue sur le lac.

Wat Trapang Ngoen 

Le dernier temple que nous avons vu à l'intérieur de l'enceinte de la vieille ville fut le Wat Sri Sawai. Il fut fondé à l'époque de la domination khmère, puis fut transformé en temple bouddhique.

Wat Sri Sawai 

A l'extérieur de l'enceinte, en poursuivant nos pédalages, nous avons croisé le Wat Phra Pai Luang. C'est l'un des plus anciens temples de Sukhothai, fondé par les Khmers au XIIe siècle.

Wat Phra Pai Luang 

Enfin, notre visite historique s'est achevée au Wat Sri Chum. Un bâtiment imposant dont l'entrée laisse entrevoir un immense (oui vraiment i-m-m-e-n-s-e) bouddha assis de plus de 14m de haut !

Autrefois, il était à l'abri sous un toit qui s'est malheureusement effondré (pauvre bouddha). A l'époque des guerres contre les Birmans, dans la seconde moitié du XVIe siècle, le roi Naresuan y venait pour gonfler le moral de ses troupes. La légende raconte qu'il se cachait à l'intérieur du mur et les encourageait par une petite fenêtre de manière à ce qu'ils croient que Bouddha en personne leur parlait !

Wat Sri Chum 

Voilà, les vélos sont posés, et nous, nous avons bien mérité un bon rafraîchissement !!

J20àJ21

Nous voilà repartis pour 5h de bus (cette fois grand luxe : portes qui ferment, clim, bagages en soute...). Notre destination : le nord, plus précisément Chiang Mai.

Chiang Mai est une des grandes villes de Thaïlande mais version provinciale. C'est une ville vivante et beaucoup plus agréable à vivre que Bangkok (même si il y a quand même des embouteillages).

Pour notre premier jour, nous ne sommes pas encore allés découvrir les sites historiques de la ville, nous sommes partis dans la montagne à la rencontre de grands pachydermes : les éléphants.

Oui, l'éléphant est l'animal sacré de la Thaïlande, et pourtant il est bien souvent maltraité et réduit en esclavage pour des travaux difficiles ou pour le bon plaisir des touristes...

C'est pourquoi nous nous sommes rendus dans un sanctuaire. C'est un lieu qui recueille les éléphants devenus trop vieux pour se faire exploiter ou qui ont pu être récupérés, et qui en prend soin en leur procurant nourriture et compagnie puisqu'après leur captivité ils leur est impossible de retourner à l'état sauvage.

La journée a donc débuté (après 1h30 de route de montagne) par la rencontre avec une maman éléphant et son petit éléphanteau d'un mois qui pour l'instant sont mis à part à cause du jeune âge de celui-ci. Ce petit éléphant était très joueur, mais ne sachant pas encore la force qu'il possède, son jeu préféré fut de se jeter contre nous (on voulait le ramener mais les soigneurs ont dit non).

Bébé éléphant 

Ensuite, nous sommes allés préparer un en-cas pour les éléphants, recette très simple : du riz cuit, des bananes et des cosses de riz, mélangez le tout en l'écrasant bien puis laissez sécher quelques heures sous forme de boules pétries avec amour, et abracadabra, voilà une super barre protéinée spéciale éléphants !

Préparation en cours 

Après cet atelier cuisine, nous avons fait la connaissance du reste du groupe, composé de la grand-mère, la fille, la petite-fille et le petit-fils (dans la famille éléphant je voudrais la mère).

En effet, les troupeaux ne sont composés que de femelles, les mâles ayant atteint l'âge adulte devant partir en solitaire ou se regrouper à plusieurs pour former des troupeaux d'éléphants mâles(elles ont tout compris ces mesdames). La barre protéinée étant en cours de séchage, nous leur avons donné des bananes et de la canne à sucre.

La famille éléphant 

Une fois bien rassasiés, et nous aussi, nous sommes partis dans la forêt faire une petite marche avec eux, tout en suivant leur rythme. Et attention, ne vous trouvez pas sur leur chemin ou ils vous dégageront du passage !

Balade en forêt 

Après une petite marche interrompue de multiples goûters pour nos amis, nous voilà arrivés au bord de la rivière près d'une petite cascade.

Là, commence la baignade des éléphants, qui se rincent (avec notre aide), puis la bataille d'eau !! Rafraîchissant !

Après le bain, ils retournent se faire une beauté en se lançant de la boue sur le corps à l'aide de leurs trompes. Cela les protège du soleil et des insectes (on a fait le bain mais on a passé notre tour sur la boue, on avait apporté notre crème solaire et notre anti-moustique).

Trempette 

Puis retour au sanctuaire où les éléphants ont enfin leurs barres protéinées tant attendues, pour une première fois ils avaient l'air contents de la recette !!

L'heure de la sieste ! 
J22

Aujourd'hui, découverte de la ville et de ses multiples temples (nous n'avons fait que les principaux parce qu'il y en a un à chaque pâté de maison).

Nous avons commencé par prendre un tuk-tuk pour nous emmener au nord-ouest de la ville, en haut du mont Suthep (1 676m) où se trouve le Wat Doi Suthep. Pour l'atteindre, 306 marches, celui là il se mérite !

Ce temple bouddhique a été fondé en 1373. Selon la légende (oui encore), c'est un éléphant blanc portant sur son dos une relique du Bouddha qui choisit l'emplacement, après avoir tourné trois fois sur lui-même et barri trois fois. On a une jolie vue sur la ville, mais le brouillard était de la partie.

Wat Doi Suthep 

Redescendus dans la ville, nous avons fait une halte au Wat Chet Yod.

Ce sanctuaire du XVe siècle regroupe plusieurs temples et logements pour les moines. Il possède un vieux chedi (édifice religieux) dont les sept pointes symbolisent les sept semaines que le Bouddha passa sous un figuier avant son illumination.

Wat Chet Yod 

Nous nous sommes ensuite rendus dans la vieille ville, où nous avons visité le Wat Phra Singh, qui fut fondé en 1345. Il abrite des statues de cire représentant les moines les plus vénérés (je n'ai pas de photo c'était flippant, et en plus on leur a dit bonjour en rentrant).

Wat Phra Singh 

Le dernier temple auquel nous nous sommes arrêtés fut le Wat Chedi Luang.

Fondé à la fin du XIVe siècle, il possède un chedi en brique appuyé sur une base de 44m de large. Construit vers 1391 sous le règne du roi Saen Muang Ma, il abrita un temps le bouddha d'émeraude qui se trouve aujourd'hui à Bangkok (on en avait parlé en J2). Il mesurait jadis 85m de haut mais n'en fait plus que 60m depuis le séisme de 1545 (c'est ça la vieillesse...).

Wat Chedi Luang 
J23àJ24
J23àJ24

Pai est un village niché dans la montagne, la route pour s'y rendre est vraiment magnifique. Le soir les rues du centre (c'est à dire les deux plus grosses rues du village) sont fermées et un marché de souvenirs, nourriture et autres prend vie. Ce fut une petite étape agréable avant notre ascension vers le triangle d'or.

Pai 
J25àJ26

Nous voilà donc, après 3h de bus, dans la petite ville de Chiang Rai, point de départ de la région du triangle d'or. Pourquoi le triangle d'or ? Tout simplement parce que c'est là que se trouve le point où se rencontrent la Thaïlande, la Birmanie et le Laos.

Chiang Rai c'est donc une petite ville tranquille, pas très active et un peu rurale. Cependant, elle a quand même SON attraction : le Wat Rong Khun ou temple blanc, le temple le plus étonnant de Thaïlande parait-il.

Construit en 1997 par le peintre, sculpteur et architecte (beaucoup de métiers pour un seul homme !) Ajarn Chalermchai Kosipipat (j'espère pour lui que ses copains lui ont donné un surnom plus sympa), en hommage à feu le roi Bhumibol (décidément...).

Ce temple est très particulier. Pour commencer il est blanc, mais pas blanc cassé, blanc éblouissant, si tu as oublié les lunettes de soleil t'es mal parce que tu ne peux pas le regarder en face ! C'est un peu le château de la reine des neiges (libérée, délivrée...). Ensuite, pour y accéder, il faut passer sur un pont entouré de deux crocs géants et qui surplombe l'espace où grouillent des créatures des enfers tendant leurs mains vers le ciel (enfin vers nos jambes pour le coup), bon, encourageant.

On entre ensuite dans le temple (pieds nus bien sur) qui est beaucoup plus sobre à l'intérieur avec un joli Bouddha qui nous fait face (photos interdites à l'intérieur, sorry), mais surprise du chef, ou plutôt de notre ami Ajarn, le mur face au Bouddha est recouvert d'icônes dans un décor en relief ! On a pu donc voir Pikachu, Michael Jackson, Superman, Elvis, Batman, Kung Fu Panda, et même Zidane, etc...! Bref vraiment un temple atypique auquel se greffent peu à peu d'autres temples (dont un version or).

Wat Rong Khun 

Après cette tumultueuse visite, nous sommes allés nous promener au Cultural Park. Très joli et surtout très reposant parc un peu à l'écart de la ville.

Cultural Park 

Et pour finir tranquillement cette chaude journée, un smoothie bien frais dans un bar à chats !!

Miaou 
J27àJ28

Voilà donc notre dernière étape thaïlandaise : le triangle d'or, point où le Laos, le Myanmar (Birmanie) et la Thaïlande se rencontrent de part et d'autre du Mékong.

Cette zone fut longtemps une plaque tournante du commerce de l'opium, éradiqué aujourd'hui en Thaïlande, mais quelques hectares de production encore présents au Laos et au Myanmar.

Pour y accéder, on emprunte une route entre champs et collines très plaisante, puis on se retrouve au bord du Mékong, une petite brasse et hop, on passe la frontière... (la brasse c'était pour rire).

Le triangle d'or 

Voilà, notre mois en Thaïlande est terminé. Nous passons maintenant au Laos, on vous attend sur notre nouveau blog !!

Une petite vidéo du top 10 des astuces sur la Thaïlande (n'oubliez pas le son), et on vous dit à demain au Laos !!