Une semaine pour découvrir le pays de Ragnar Lodbrok et chasser les aurores boréales.
Janvier 2017
7 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Après quelques heures d'avion avec escales en Allemagne et en Norvège, nous atterrissons enfin à Tromso, ville située au Nord de la Norvège. A cette période de l'année, le soleil se fait rare dans le Grand Nord : il se lève à 10h30 pour se coucher vers 16h. Quand nous arrivons, il fait déjà presque nuit mais le paysage est déjà magnifique : une ville sur une île entourée de montagnes à perte de vue. Nous débarquons et partons chercher notre arrêt de bus après avoir acheté nos tickets à 4€ l'unité (outch.. ça commence déjà à piquer). Nous descendons à notre arrêt et marchons rejoindre notre appartement loué sur AirBNB. Après avoir sonner plusieurs fois à la porte d'entrée du bâtiment sans réponse, nous commençons à nous inquiéter. Nous arrêtons un passant, premier contact avec les norvégiens, et lui demandons, avec un anglais approximatif, s'il voulait bien appeler avec son téléphone notre hôte. Il accepte sans problème et très gentiment arrive à nous sortir de cette galère ! Notre hôte avait laissé la clé de l'appartement cachée dans un petit boitier à code... ouf ! Nous entrons enfin, (oui parce qu'on commençait à se les geler ! Nous étions toujours habillés à la française !), et là... MAGNIFIQUE ! L'appartement est génial ! Moderne, style norvégien (IKEA!), vue sur le fjord, confortable, chaud : tout ce qu'on aime !

Nous sortons faire nos courses de la semaine dans un petit supermarché à côté de l'appartement. Nous savons que la vie est très chère en Norvège, surtout sur une île loin de tout, et préférons manger des sandwichs faits maisons le midi et un dîner cuisiné le soir. Nous dînons et passons la soirée tranquillement dans notre petit appartement.

Voyagez en circuit individuel, personnalisé et abordable

Plus de 50 circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation facile en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires
2

Pour notre premier jour à Tromso, nous partons à pied (vu le prix du ticket de bus !) en direction du centre ville. Nous nous habillons en combinaison de ski ce qui nous permet de ne pas souffrir du tout du froid ! Contrairement aux idées reçues, étant proche de la côte, il ne fait pas si froid que ça : 0°C à - 8°C. Nous atteignons le centre ville et nous baladons dans les rues. Première destination : le centre d'information (pour touristes, il faut le dire...). La boutique est pleine à craquer, il faut prendre un ticket, comme chez le boucher, pour pouvoir aller au comptoir. Après 20 bonnes minutes d'attente, nous atteignons notre but : la gentille dame qui sait tout ! Nous demandons quelles sont les choses à faire à Tromso (même si nous avions déjà notre petite idée hein !) mais surtout nous demandons à cette chère dame, quels sont les meilleurs points d'observation des aurores boréales. Oui, on vient pas ici pour sucer des glaçons mais bien pour voir ces merveilles ! La nana (vous sentez le côté péjoratif ?) nous balance qu'au sein même de la ville, nous ne verrions pas d'aurores, trop de pollution lumineuse. Il faut aller à l'extérieur de la ville, trouver un coin sans lumière et attendre. A ce moment là, une grande déception se lit sur nos visages... nous prenons le plan de la ville et partons. Sur le plan, des petits symboles représentant une aurore indiquent les meilleurs point de vue de la ville. Ayant surfer sur les blogs de voyage avant de partir, je savais que certains en avaient vues de ces points.

Nous continuons d'avancer le long du port et de profiter de ce paysage hors du commun. Nous sommes à la montage et en même temps à la mer !

Nous visitons un petit musée "The Polar Museum" qui retrace la "conquête" de l'arctique. Tromso est le port de départ des premières excursions en bateau dans l'arctique. Le musée nous présente les métiers de ces chasseurs de peaux, les bateaux, les techniques de chasse etc... Un petit livret explicatif en français est distribué à l'entrée du musée : vraiment très intéressant et instructif !

Malheureusement, ce premier soir, le ciel est couvert. Nuages = Aucune possibilité de voir danser les fameuses aurores boréales.

3

Les choses sérieuses commencent ! Pour ce deuxième jour chez les vikings, nous avions réservé à l'avance une ballade en chiens de traineaux. Nous nous habillons chaudement et partons à pied vers le centre ville pour y prendre une navette. Près d'un hôtel se trouve le point de ralliement de toutes sortes d'activités dont la nôtre. Nous attendons, un homme vient nous chercher avec son mini bus et nous emmène à l'extérieur de la ville. En fait, il nous emmène chez lui ! Un coin perdu au milieu de nulle part ! De la neige et des montagnes à perte de vue. Les routes sont enneigées à tel point que le bord de route est indiqué par des piquets (comme sur les pistes de ski). Nous sommes contents de ne pas avoir louer de voiture même si cela remet en cause l'observation des aurores. Nous arrivons à destination et nous changeons avec une tenue encore plus chaude et des bottes ENORMES et lourdes ! Nous entendons les chiens aboyer : ils sont dans des niches en bois alignées les unes derrière les autres. Nous profitons un peu du paysage qui est malheureusement un peu couvert ce jour là et repartons dans son mini-bus au départ du trek.

Nous arrivons au départ de notre périple, les chiens sont déjà là et sont quasiment prêts pour le départ. Le monsieur nous explique simplement les consignes de sécurité. Il nous explique comment manœuvrer le traineau, nous n'aurons pas besoin de guider les chiens car ils suivront la trace du chef de meute : lui ! Le monsieur nous désigne un traineau : un sera conducteur, l'autre passager. Erwan commencera à conduire. Les chiens sont très excités et n'ont qu'une hâte : partir courir !

Après avoir donner un nom à nos chiens ; Lagertha, Ragnar, Bjorn, Ivar et Floki ; le premier traineau part. Le deuxième suit et nous sommes le troisième ! La principale règle à respecter sont les distances de sécurité. Lorsque le deuxième traineau s'envole (ouais, on peut dire s'envole), nous sentons nos chiens qui tirent !! Erwan lâche enfin le frein et nous partons vers le rien à pleine vitesse ! Quelle sensation ! Les chiens sont heureux, ils tirent le traineau sans difficulté, la neige tombe, nous glissons sur le manteau blanc sans crainte. ça va vite ! C'est génial !

Pendant le parcours, nous faisons régulièrement des pauses et échangeons de place. Conduire est facile, on se laisse porter. Il faut juste les aider avec le pied de temps en temps lorsque nous montons une côte. C'est facile mais quand même, que serait une ballade en chien de traineaux sans chutes ? Pour nous ce sera 2 chutes dans des virages dont une, exceptionnelle ! Je conduisais, les chiens tournaient sur la droite et le traineau allait à gauche : bref la chute... Puis Erwan décide de changer de conducteur. Je me positionne en tant que passager et attend. Puis, d'un coup, les chiens ont démarré leur course. Malheureusement, Erwan n'avait pas son pied sur le frein et le traineau est parti tout seul. Avec moi dedans. Erwan court après le traineau, ça s'appelle "la course de la honte", et me hurle de jeter le frein de secours (une sorte d'ancre qui se coince dans la neige). Mais c'est pas si facile. Entre temps Erwan chute à son tour la tête la première dans la neige... et tout est filmé ! Qu'est ce qu'on a pu rire en regardant la vidéo ! Finalement j'arrive à bloquer le traineau et Erwan me rattrape enfin.

La ballade se termine, elle a bien durée 2h-2h30, et revenons au point de départ. Maintenant, il faut détacher les chiens et les mettre dans un petit camion à boxes pour les ramener chez eux. C'est avec un grand plaisir que nous participons à la tâche. Une fois tous les chiens dans le camion, nous repartons en mini bus jusqu'à la maison perdue. Arrivés sur place, nous attachons tous les chiens, un par un, à leur petite cabane. Un moment génial, auprès des chiens. L'homme nous emmène voir les petits d'une nouvelle portée (trop mignons) et nous sert une collation près d'un feu. Il nous raconte alors sa vie. Nous passons un moment privilégié avec cet homme, passionné des chiens et des courses de traineaux. Il raconte ses courses qui durent des semaines : c'est génial. Il explique qu'il garde absolument tous les petits, malgré le prix exorbitant que peut atteindre un bon chien de traineau. Pourquoi ? Il ne prendra pas le risque de se séparer du meilleur. Son discours est passionnant et restons là une bonne heure à l'écouter. Malheureusement nous devons repartir et quitter ce lieu de paix.

Entre temps le ciel est un peu dégagé et nous arrivons à observer le paysage : c'est magnifique.

Ce soir là, nous surveillons le ciel. Des nuages ont persisté toute la journée mais, d'après la météo, il devrait y avoir quelques éclaircies. En désespoir de cause, je sors dehors sur la terrasse et observe le ciel vers le bout de l'île. J'y vois une étoile ! Ah ah ! Si je peux voir une étoile, je pourrais peut être voir une aurore. Aussitôt dit, nous nous habillons et partons dans la nuit vers un spot de l'île (25 minutes de marche). Nous marchons et derrière nous les nuages arrivent, ils nous poursuivent ! Va-t-on arriver au bout de l'île avant eux ?

La réponse est oui. Mais seulement une ou deux minutes. Le temps d'apercevoir dans le ciel un légère trainée verte. Elle ne bouge pas beaucoup. On ne sait pas trop si c'est c'en est une ou pas. Puis ça disparait. C'était forcément une aurore ! Puis elle réapparait, elle bouge un peu plus (nous sommes sûrs maintenant que c'en est une) mais reste faible. Les nuages arrivent. C'est déjà trop tard. Contents quand même, nous faisons demi-tour. La première impression : ça ne ressemble pas du tout à ce qu'on peut voir dans les reportages. Nous apprendrons plus tard, qu'il s'agissait bien de deux aurores mais de faible intensité. Nous espérons pouvoir en ré-observer mieux et plus longtemps durant notre séjour.

4

Ce matin là, nous nous levons de bonne heure et nous partons à 8h pour une excursion sur l'eau. L'objectif : les baleines. Nous prenons d'abord le mini-bus pour une heure de route vers la côte. Cette ballade sur les routes est une aubaine. Le paysage que nous étions venus chercher se déroule sous nos yeux. C'est très beau et nous profitons à fond puisque nous ne pouvons pas nous balader seuls. Nous observons bien la route et repérons des coins sympathiques que nous pouvons atteindre en bus. Les photos ne rendent pas bien puisque nous roulons.

Nous arrivons au bateau et nous nous changeons avec des vêtements chauds et ne craignant pas l'eau. Nous montons à bord mais le temps n'est pas terrible. La visibilité est faible et il y a beaucoup de clapots. Nous restons tout de même à l'extérieur et cherchons des yeux les cétacés. Malheureusement après une heure de recherche, rien à l'horizon. Nous arrivons un peu trop tard, elles sont déjà parties. Le retour au port est plus difficile que l'aller. Les conditions météorologiques se sont dégradées, le clapot est devenu des vagues ! Le bateau tangue beaucoup, je stress même un petit peu. Arrivés à bon port en vie (lol), nous descendons du bateau un peu déçus et repartons en mini-bus à Tromso.

Arrivés à Tromso, nous décidons de faire quelques boutiques. Nous achetons un pied photo pour pouvoir prendre en photo les aurores boréales (si les nuages décident un jour d'aller voir ailleurs !). Puis, comme je m'y attendais, la Norvège est le pays des moomins (et là j'ai perdu 90% des lecteurs). Ce sont les personnages de mon dessin animé d'enfance préféré !


Pour ce troisième jour, toujours pas de bout de ciel, et donc d'aurores, à l'horizon. Sincèrement, je commence à m'inquiéter de ne pas pouvoir en observer... Aaaagh !

5

Aujourd'hui nous décidons de faire le tour de l'île de Tromso. Avant de partir nous organisons, à l'aide du plan, les trajets à pied ou en bus que nous allons faire.

Nous partons à pied dans un premier temps direction le bout de l'île, au fameux point de vue de l'autre soir. Nous y étions allés la nuit mais pas le jour. Le paysage qui s'offre alors à nous est magnifique. Une belle journée s'annonce. Nous en prenons plein les yeux et les poumons. Nous repérons également les endroits pouvant servir de point de vue (avec le minimum de lumière possible) pour un soir sans nuages.

Puis nous prenons le fameux bus à 4€ pour atteindre l'autre côté de la ville. Nous descendons à un arrêt un peu au hasard et marchons. On marche toujours... puis... je crois que c'est par là... mais non par là... je crois qu'on est perdu... plus rien à l'horizon... mmmh.. Si ! Un tipi !

Le paysage est très joli, mais on s'est quand même perdus, au milieu de nulle part et avons marché pendant 45 minutes sans savoir où nous étions. Puis, une route ! Un arrêt de bus. Parfait ! Nous reprenons le bus direction le téléphérique. Nous quittons l'île, traversons un pont pour atteindre le flanc de la montagne. De là, part un téléphérique qui nous emmène au sommet de la montagne pour une vue plongeante sur la ville de Tromso.

Nous arrivons au sommet, il y a beaucoup de vent ! Une vraie tempête ! Mais la vue sur la ville est juste sublime !!!! Heureusement, un bar-restaurant avec de grandes baies vitrées est ouvert. Nous nous y installons, mangeons un petit muffins et nous nous régalons du paysage qui s'illumine lorsque la nuit tombe.

Le temps venu, nous redescendons de la montagne et prenons le bus direction le centre ville. Nous avons réservé ce soir là le seul dîner au restaurant de la semaine. Nous comptions en profiter pour goûter les mets de la régions et avons donc choisi un très bon restaurant : Emma's Drommekjokken. Nous sommes accueillis comme des rois et un serveur belge s'est occupé de nous toute la soirée. Ce fut absolument délicieux ! Nous avons gouté du rêne et de la baleine (Ne me jetez pas les pierres ! La pêche à la baleine est très surveillée et la population de la baleine que nous mangeons est en parfaite croissance... et oui j'ai besoin de me rassurer...). Clairement, la baleine c'est...délicieux... vraiment délicieux. Nous l'avons mangée en carpaccio, c'était parfait ! Sinon le rêne lui, ressemble au cerf. Un dîner parfait, vin offert et thé offert également. Bon.. on a payé plus cher que les courses pour la semaine entière, mais je me souviens encore aujourd'hui (quasiment un an plus tard) de ce dîner magique.

Nous rentrons nous coucher le ventre plein. Toujours pas d'aurores boréales de visibles ce soir là. Je commence sérieusement à m'énerver contre ces nuages...

6

Pour ce cinquième jour sur place, nous décidons de prendre le bus et de nous éloigner de la ville. Nous avions repéré un coin plutôt sympathique en allant à l'excursion en mer deux jours plus tôt, et souhaitons nous y balader. Nous partons en direction du village qui s'appelle "Ersfjordbotn" et avons un changement de bus à faire.

Nous reprenons l'autre bus et profitons du paysage jusqu'à nous arrêter au milieu de nulle part. Nous atterrissons dans un village au bord de l'eau, dans une magnifique vallée, calme. Nous commençons tranquillement notre ballade et nous nous posons pour pique niquer devant ça :

Après notre petit sandwich, nous repartons à pied sur le flanc de la montagne en longeant l'eau. Nous passons devant une belle cascade à moitié gelée et continuons de marcher jusqu'où nous pouvons. Le paysage est exceptionnel et le ciel est plus clément que d'habitude...

Nous arrivons au bout de la route et nous ne pouvons faire que demi-tour. Nous revenons au village et le dépassons. Nous grimpons la côte, en espérant découvrir un nouveau paysage de l'autre côté de la montagne. Après de grands efforts, je commençais à fatiguer, nous découvrons enfin ce qui se cache de l'autre côté.

Mais que vois-je ? du bleu ? Du ciel ?! Les aurores seront peut être visibles ce soir, je croise les doigts. En attendant, nous profitons du paysage que mère nature nous offre et continuons notre ballade. Au bout de plusieurs heures, nous décidons de retourner à l'arrêt de bus mais en chemin nous tombons sur un point de vue superbe sur le fjord. Quel beau pays !

Nous rentrons tranquillement en bus à Tromso et décidons de retourner en haut de la montagne par le téléphérique. Le temps est meilleur et arrivés en haut, il n'y a pas le moindre souffle de vent. Nous continuons alors de grimper la montagne pour obtenir une vue d'ensemble encore plus folle de Tromso et ses environs. La montée est agréable et le paysage en vaut la chandelle.

Une fois la nuit tombée, nous redescendons la montagne et rentrons à notre appartement. Nous nous préparons pour notre activité du soir, celle que nous attendions avec tant d'impatience : la chasse aux aurores boréales.

7

Après un petit dîner sur le pouce, nous repartons à pied direction le même hôtel que l'autre fois, le point de rendez-vous de toutes les activités. Et puis, en marchant dans la rue, nous repérons que le ciel est vraiment plus clair que d'habitude... et puis au coin d'une rue : stop ! En plein milieu du centre ville, dans une rue totalement éclairée, une aurore boréale apparait dans le ciel ! Des passants nous observent regarder le ciel avec un sourire niais et nous imitent ! On a bien rigolé, eux aussi ont stoppé net leur course. Et là, nous maudissons la nana du centre d'information : il est 19 heures, en plein centre ville et l'aurore est largement visible ! Celle-ci bouge, se tortille tel un serpent. C'est beau. Puis l'heure tournant, on accélère le pas pour être à l'heure au bus de la compagnie Tromso Friluftsenter. Une fois arrivés au mini-bus, Erwan part à la recherche de la conductrice et moi je dis à tous les touristes déjà installés dans le mini-bus, qu'il y a une aurore boréale juste au dessus de nos têtes ! En 10 secondes et demi, le bus est vide et tout le monde regarde avec des yeux d'enfants cette merveille. C'est le soir idéal, nous allons prendre le mini-bus et sortir de la ville chercher un endroit sans lumière... Et puis, en quelques secondes le rêve s'envole. Erwan me crie "Marine, on s'est trompé de jour ! C'était pas aujourd'hui la sortie, c'était mardi, on l'a loupée !!"

"Quoi ??!!" Je le vois se rapprocher de moi avec un sourire, je me dis que c'est une blague, qu'on va bien monter dans ce foutu van... mais non. Je lui demande s'il reste de la place pour ce soir... il me répond : "une place. Et bien sûr c'est toi qui la prend." Gros blanc. Je suis tiraillée entre deux émotions : l'énorme déception de ne pas pouvoir découvrir ces merveilles avec lui la main dans la main, et en même temps une profonde gratitude et joie de l'avoir choisi lui. Il m'explique qu'il va monter au sommet du téléphérique pour les observer de son côté et puis, la larme à l’œil, je grimpe seule dans le mini-bus. La conductrice, adorable, demande à tout le monde de faire attention à moi car il faut qu'elle me ramène saine et sauve auprès de mon homme qui m'a très gentiment et sans hésitation donné sa place. Après une légère (que dis-je ? énorme!!!) déception, nous sortons de la ville en direction des montagnes. Elle nous explique que c'est plutôt rare de voir si nettement une aurore du centre ville, que la soirée sera sans doute excellente.

Et elle le fut ! Après seulement une dizaine de minutes à pied, une aurore boréale apparait. La conductrice s'arrête et nous sortons tous du mini-bus. Elle nous explique qu'il ne sert à rien de chercher un autre spot pendant qu'une aurore se réveille puisqu'il s'agit de l'unique observable dans le ciel à cet instant T. C'est à dire que les personnes en Finlande (par exemple) qui regardent le ciel en même temps que nous, verront la même aurore mais d'un point de vue différent. Au début il s'agit d'une trace, comme celle observée le deuxième jour, et puis elle se transforme en aurore plus "visible", "nette". Finalement il n'y a pas de mots pour décrire une aurore. Ni de photos d'ailleurs. Puisque la photo est prise sur plusieurs secondes afin de capter assez de lumière, elle donne une image qui n'est pas exactement ce que l'on voit.

Nous observons longtemps le phénomène, peut être 20 minutes, et puis elle se "divise" en deux. Bouge, forme un petit "rideau", puis devient encore plus intense, plus grosse et se teinte de rose. Et tout cela en quelques secondes ! Tout le monde fait des "ooohh", des "wouaahh".. des gens venus du monde entier sont en train d'observer ce phénomène, les yeux ébahis, le sourire jusqu'aux oreilles, ensemble. Merci Dame Nature. Dans notre groupe nous ne sommes qu'une quinzaine, et pourtant 6 nationalités différentes ! Allemagne, Chine, Angleterre, Etats-Unis, Maroc et France (moi!).

Et puis elle disparait. C'est la fin d'un cycle nous indique la guide. Il faut attendre qu'une autre réapparaisse. Nous remontons dans le mini-bus et roulons bien 45 minutes. Nous établissons un petit "camp" au bord d'une route perdue dans les montagnes qui est, selon la guide, un très bon emplacement. Nous faisons un feu de camp pour nous réchauffer et attendons en mangeant des marshmallows. Plutôt longtemps. Une heure plus tard, une nouvelle aurore apparait et c'est festival. Je ne pensais pas que les aurores bougeaient si vite. Elle change de forme tout le temps. De couleur même ! C'est magnifique. Cela ondule. C'est spectral. C'est beau. C'est indescriptible.

La guide nous prend en photo devant l'aurore, c'est toute une technique ! Elle doit nous prendre en photo sur quelques secondes pour que l'aurore apparaisse sur la photo, il ne faut donc pas bouger et en plus elle doit nous éclairer une seconde à l'aide d'une lumière pour qu'on ne soit pas seulement une ombre sur la photo. Et prendre en photo une aurore n'est pas non plus évident, heureusement je m'étais renseignée sur internet avant la sortie et donc mon appareil était déjà réglé correctement.

Photo de groupe prise par la compagnie Tromso Friluftsenter

Après un spectacle d'une heure et demi, une fois les lumières éteintes, nous remontons dans le mini-bus et repartons pour Tromso. La soirée fut magnifique, malgré l'absence de mon homme, mais avec de la chance nous en verrons peut être ensemble le lendemain. Le retour est calme, il est tard, je descend du bus et remercie gracieusement notre guide d'avoir accepté que je vienne, et rentre à pied jusqu'à l'appartement. Là bas je retrouve Erwan qui me dit qu'il les a vu lui aussi. Tout est bien.

8

Pour ce dernier jour à Tromso, il fait beau !! Quelques nuages mais le ciel est largement visible, allons-nous voir le soleil à Tromso ? Il se pourrait bien !

Nous prenons le bateau pour une belle ballade à travers les fjords de la Norvège. Nous montons dans le bateau, plutôt excités et nous nous installons à l'intérieur. Le bateau est grand, il y a beaucoup de monde. Dehors il fait vraiment froid mais nous nous obligeons à sortir quand même de temps en temps pour profiter encore plus du paysage.

Le soleil !!! Il est bien là ! et très bas. Au moment de la photo, il est environ midi, c'est à dire qu'il est au point culminant de sa journée. Petit fainéant ! Nous continuons cette croisière de rêve jusqu'au lieu d'embarquement de notre expédition baleine quelques jours plus tôt. Et quand le temps est idéal, c'est tellement plus beau et appréciable.

Lors de la croisière, nous avons atteint la côte et avons croisé la route d'une baleine solitaire. Nous nous sommes approchés et le bateau s'est arrêté pour que l'on puisse l'observer. Le bateau est tellement grand que nous étions tout de même loin du cétacé. Mais, on en a vu une ! C'est en décembre et janvier, que les baleines et orques sont nombreux et très bien observables. Nous sommes arrivés 2 semaines trop tard.

Après 4 heures de croisière, nous mettons pied à terre. Et décidons de faire un dernier tour du centre ville. Enfin nous rentrons à l'appartement pour nous reposer avant notre dernière chasse aux aurores. Nous en profitons pour détruire notre superbe Olaf, le bonhomme de neige que nous avions construit sur la terrasse.

9

Pour notre dernière soirée à Tromso, nous dînons tôt. Nous avons de grandes chances de pouvoir observer les aurores et décidons de partir de bonne heure. Nous avons bien fait, puisqu'à 19h00, de notre terrasse, il est déjà possible d'en apercevoir !

Vite vite, nous nous préparons chaudement et partons à pied jusqu'au point de vue de l'île le plus proche, le même que le deuxième jour. Une petite demi-heure plus tard, nous arrivons sur place et c'est l'émerveillement. Nous sommes tellement heureux de pouvoir les observer depuis la ville et cette fois-ci, tous les deux. Au départ, l'aurore est faible, puis elle se métamorphose, c'est toujours aussi magique que la première fois.

L'aurore disparait après nous avoir offert un spectacle magique et attendons la prochaine "vague". Une heure plus tard, une autre apparut, nous sommes enchantés, émerveillés et tellement bien.

Une fois éteinte, nous continuons d'attendre mais rien ne réapparaitra. Nous faisons le choix de repartir en direction de notre petit nid, les étoiles (ou plutôt les aurores) plein les yeux. Cette journée et cette soirée furent magnifiques.

10

Le lendemain, les valises prêtes, nous quittons notre logement avec un petit pincement au cœur. Cette journée est belle, le temps est idéal et nous n'en profiterons pas ! Nous aurions voulu rester encore un jour de plus mais nous devons repartir. Nous montons dans l'avion et lors de décollage profitons une dernière fois d'une vue splendide sur Tromso.

Quel voyage ! Quel plaisir pour les yeux !

Alors oui, le prix de la vie est très élevé, les activités sont chères mais ça vaut le détour !

Tromso est une destination idéale pour la chasse aux aurores boréales. Elles sont visibles de septembre à mars, et je dirais presque tous les soirs (de plus ou moins faible intensité). La seule contrainte majeure (qui a failli nous jouer un tour), ce sont les nuages. Il ne faut pas que le ciel soit couvert, sinon on ne voit RIEN ! Il faut donc avoir un peu de chance ou bien, partir du jour au lendemain en connaissant la météo de la semaine à venir.

Pour observer les baleines et les orques, la meilleure période c'est de novembre à janvier. Même chose, normalement ils sont là tous les jours. Il faudra donc qu'on y retourne pour les voir !

J'ai adoré ce voyage, j'ai ressenti plein d'émotions différentes et appris beaucoup de choses. La ballade en chiens de traineaux est un souvenir inoubliable et la sensation de liberté éprouvée était intense. Cet émerveillement devant une lumière verte qui scintille dans le ciel était tout aussi fabuleux.

Thanks Norway. Vive la Norvège.