Nous voilà sur le point de partir pour 10 mois d'aventure autour du monde. Au programme: l'Amérique du Sud, Hawaï, l'Océanie puis remontée en direction de l'Asie du Sud-est.
J-99
J-99

La barre des 100 jours est maintenant dépassée. Le grand départ s'approche à grands pas et les préparatifs vont bon train.

Nous avons déjà le premier billet d'avion, les premiers vaccins sont faits et une bonne partie du matériel est achetée.

Il est donc temps de vous annoncer que notre première étape est Lima au Pérou où nous resterons quelques jours.

J-2
J-2

Cette fois on y est presque. Merci à tous pour ces jolis moments passés avec vous ces derniers jours.

Vous allez nous manquer (mais pas trop quand même) et on se réjouit de tous vous revoir et de tout vous raconter.

J0


J1àJ3

Nous ne nous attendions pas à grand-chose concernant Lima. Pourtant, cette première étape nous a révélé bien des surprises et cela notamment grâce aux conseils de Sakina qui nous ont, entre autres, amené au circuito magico del agua.



Nous avons vogué entre différents quartiers qui nous ont montré tant une ville touristique que culturellement riche.

Nous avons ainsi découvert la côte pacifique avec ses grosses vagues et ses surfers que la vieille ville avec ses édifices anciens et ses vendeurs ambulants que Miraflores, l'une des zones les plus touristiques regroupant des bonnes pâtisseries françaises, de nombreux courts de tennis et notre charmante auberge la Kaclla the healing dog hostel . 


Nos yeux, tout comme notre palais, ont été conquis par cette belle ville. Mais nos pieds sont heureux de se reposer dans le bus pour Huancayo.

 


J4àJ6

Après une nuit passée dans le bus, nous nous réveillons à Huancayo (3259 m.) où nous sommes restés trois jours.

Ce fut une petite immersion dans la culture pérouvienne avec notamment la dégustation du cochon de lait à Chupaca, la découverte du marché local et artisanal d'Huancayo (qui nous a bien soulevé le coeur) et la rencontre avec de gentils pérouviens qui partagent leur histoire avec nous (en espagnol donc on comprend en règle générale pas grand-chose).

Nous avons également côtoyé la montagne et nous nous sommes rendu compte qu'à passé 3000 mètres on n'a pas beaucoup de souffle. Mais nos balades nous ont amenés à des endroits incroyables comme les Torre Torre (sorte de mini grand canyon).

Nous nous dirigeons maintenant sur la côte et pour cela nous devons passer des cols avoisinants les 4818 mètres.


J7àJ11

En nous dirigeant vers le sud, nous sommes arrivés sur ce que nous avons appelé la route des blancos, soit la route touristique.

Notre premier arrêt a été Paracas, une petite bourgade très, voire trop, touristique au premier regard. C'est un village côtier  avec plein de restos en front de mer et des tours pour quantité de touristes. Cependant, en regardant bien on trouve de quoi se faire plaisir en étant seul au monde.

C'est ce qui nous est arrivé au parc national de Paracas que nous avons visité à vélo. Nous avons ainsi pédalé pendant 35 km seul dans le dessert. Fabien s'est donné à coeur joie en faisant du vélo de descente à travers les dunes (Boby, tu lui as beaucoup manqué à ce moment-là) quant à Marine, elle tentait de slalomer entre les cailloux sans tomber...

Au final, ce fut une incroyable journée entre océan et dessert perdu au milieu de nulle part.


Nous avons continué notre route vers les montagnes en nous rendant à Huacachina, une oasis près d'Ica. C'est un endroit incroyable à l'orée d'un désert de dunes de sable. Nous avons commencé par découvrir notre charmant petit logement perdu dans un écrin de verdure, puis nous sommes partis gravir la gigantesque dune surplombant l'oasis pour y admirer un coucher de soleil glacial.

Le lendemain, Fabien a skié (oui oui vraiment) sur les montagnes de sable. La montée se faisant à la force des pieds, deux descentes ont suffi. Puis, nous sommes partis en buggy jouer dans les dunes.


Nous nous sommes réveillés à Abancay exténués par les 12 heures passées dans le bus depuis Ica.

Nous sommes partis à la découverte du parc national où nous avons fait un trek nous amenant à une lagune. Cassés nous finissons la journée par une bonne nuit. Et demain, départ pour Cuzco.

J12àJ21

Notre arrivée à Cusco s'est faite tout en sueur en fin de journée de notre 12ème jour. En effet, nous découvrons les rues raides de cette ville avec notre backpack sur le dos en allant à notre logement. Nous sommes donc heureux d'arriver après 3 km.

Nous profitons de notre premier jour pour flâner dans les rues de cette ancienne métropole inca. Nous découvrons ainsi le centre historique et le marché très coloré de San Pedro.

Au matin du 14ème jour de notre aventure, nous partons en direction des salines de Maras. Mais pour cela, il nous faut trouver un bus pour Urubama. Les choses se compliquent quand on découvre qu'il n'y a pas de station de bus à l'endroit indiqué sur la carte... on demande donc aux passants où elle se trouve et nous avons à chaque fois des informations différentes...

Nous trouvons finalement un bus très local pour nous amener. Arrivés à Urubamba, nous prenons un tuk-tuk pour le départ d'un sentier nous amenant aux salines.

Qu'est ce que c'est difficile d'escalader une montagne à 3400 mètres avec un soleil de plomb! Mais arrivés en haut, nos efforts sont récompensés. Les salines sont là et c'est magnifique. Chaque bassin a une couleur différente et brille plus ou moins. Nous nous en mettons pleins la vue avant de redescendre manger un petit quelque chose et hop direction Cusco dans un autre bus tout aussi local et cette fois complètement bondé.

De retour, nous allons rencontrer notre guide qui nous accompagnera pour notre trek.

Ce premier contact est très rassurant et nous sommes heureux de voir qu'il y aura un autre couple avec nous pour vivre ce périple de 5 jours nous amenant au Machu Picchu.


Le mercredi 20 juillet, le réveil sonne à 3:45 pour partir affronter le salkantay trek. Le premier objectif de la journée, après un bon petit déjeuné préparé par notre chef Marcos, est le lac du Salkantay. Après 2 heures de marche, on découvre un lac aux couleurs incroyables allant du vert au bleu foncé et Miguel, notre guide, nous raconte la première légende inca de notre trek. Puis, retour au camp de base pour un lunch. L'estomac bien rempli, nous partons pour notre premier emplacement de camping, au pied du Salkantay, à 4480 mètres. Quand nous y arrivons, nous sommes morts et surtout congelés. Un bon thé et un bon repas nous donnent le courage d'admirer la voie lactée et d'aller affronter le froid dans notre sac de couchage.

Nous survivons à cette première nuit avoisinant les -5 degrés et nous nous mettons en marche pour atteindre le col du Salkantay à 4600 avant d'entamer une descente de 2000 mètres jusqu'à notre second camping. Nous sommes heureux de retrouver des températures moyennes et surtout nous changeons de climats en arrivant dans la jungle.

Notre troisième jour de marche se fait tranquillement et nous amène à des sources chaudes où nous pouvons détendre nos muscles déjà bien fatigués par les 40 km parcourus.

Notre dernier gros jour de marche nous amène en 25 km au pied du Machu Picchu.  Nous sommes fières d'avoir survécu à ces 65 km de marche.

Mais la récompense est là et le matin du 5ème jour, nous partons à la découvrte de la cité d'or découverte en 1911. C'est incroyable de pouvoir découvrir les prouesses de ce peuple sous un lever de soleil grandiose.

Puis, après une descente mouvementée jusqu'à Aguias Calentes, nous prenons le temps de nous remplir l'estomac avant de rentrer à Cusco en train.

Une journée de repos s'impose, nous reprendrons donc la route que demain pour le lac Titicaca.


Salud por la lucha y sino que chucha and gracias Miguel por toto

J22àJ26

Le trajet de Cusco à Puno fut mouvementé.

Imaginez-vous dormir "confortablement" dans un bus de nuit quand on vous réveille en vous demandant, en espagnol, de sortir rapidement du bus, car il y a une manifestation.

Nous suivons les indications et nous longeons la route à 2h30 du matin sous un magnifique ciel d'étoiles filantes sur 1 km en compagnie de Clémentine et Romain, un couple de français rencontré quelques jours plus tôt. Nous retrouvons de l'autre côté du blocage un bus qui nous amène finalement à Puno.



Arrivés dans la ville, on trouve notre hôtel, qui est, à vrai dire, plus un frigo qu'un hôtel. Nous profitons de notre séjour pour aller nous balader au bord du lac Titicaca et visiter Sillustani, un cimetière inca ayant une magnifique vu sur le lac Umayo.

Au matin de notre 24ème jour, nous prenons le bateau en direction des îles d'Uros, îles flottantes proches de Puno, et d'Amantani. Nous passons la nuit à Amantani chez Cécilia et son mari. Ce fut une très chouette et folklorique expérience. De plus, l'île est merveilleuse et les habitants ont encore un mode de vie très traditionnel.

Le lendemain, nous quittons notre famille d'accueil pour nous diriger vers Taquille où nous passons le reste la matinée.

De retour à Puno, on profite d'une bonne douche chaude (enfin!!!) et d'un dernier repas pérouvient.

Le lendemain, on part pour la Bolivie

Cécilia et son mari
Sillustani
Ils d'Uros


J27àJ35

Notre arrivée en Bolivie se fait de manière très locale avec le passage de frontière à Kasani.

Nous restons quelques jours à Copacabana, ville culturellement intéressante et intrigante. Les gens baptisent leur voiture et se font guérir en haut du mont Calvario par un rituel durant lequel les gens sont bénis à la bière. Nous profitons d'une dernière excursion sur le lac Titicaca pour aller à l'Isla del sol. Malheureusement, ayant un conflit sur l'île, nous ne pouvons accéder qu'à sa partie sud qui est déjà bien belle et la journée est bien remplie.


Puis, nous reprenons la route en direction de La Paz. Mais pour cela, il faut mettre le bus sur un mini-bateau pour traverser détroit de Taquina.

Arrivée à la capitale politique du pays, on est renversé par la fourmilière que représente la ville. Nous y restons 2 jours afin de découvrir ce que cache cet endroit (bon resto, l'Alto, le téléphérique, l'ancien site de la vallée de la lune etc.) et faire un coucou à Laura ainsi que rencontrer sa petite famille.


Voulant aller à Samaipata, nous prenons la route pour Cochabamba. Cependant, en voyant l'ampleur de la route à faire, nous changeons nos plans et allons au parc national de ToroToro.

On prend donc un petit coloctivo qui secoue bien pour faire 4h de piste. Mais quel ravissement quand on arrive sur place. On se retrouve dans un mini village pleins de charme et de caractère où nous rencontrons un genevois qui vit là 5 semaines par année ainsi que Chtistine et Magalie. On vit une soirée complètement improbable comprenant de la chicha (alcool local à base de maïs), une raclette (de fromage bolivien fait par des Suisses), de danses traditionnelles et de rencontres incroyables.

Le réveil est dur dur le lendemain, mais on se motive pour aller voir la cida de Itas et partir en expédition dans la grotte de Umajalanta. Journée époustouflante où on a rampé et fait de la luge sur notre derrière dans les boyaux de la terre avec pour seul éclairage nos lampes frontales.

Nous profitons aussi de notre arrêt à Torotoro pour aller visiter le canyon el Vigel et plonger dans la rivière.

On profite d'une dernière soirée au Creotorio avec les charangos, puis dernière nuit avant le retour à Cochabamba d'où nous partons pour Sucre.

J36àJ42

Notre route nous amène à Sucre, place de la création de la Bolivie avec la signature de la constitution en 1884 . Cette capitale porte bien son surnom de ville blanche. Tous les bâtiments du centre historique sont du type colonial et sont blancs. On se balade ainsi dans le dédale de petites rues, on découvre le marché local où l'on voit pour la première fois des museau de boeuf sur les étales et on grimpe sur la tour Effel (qui doit faire 15 mètres). C'est aussi l'occasion de retrouver Clémentine et de la partager un bon repas avec elle.

Après cet arrêt reposant, nous allons à Potosi. C'est une ville minière surplombée par le mojon punta. On décide de ne pas aller visiter les mines tant par question d'ethique pour Marine que par manque de feeling avec les agences pour Fabien. Cependant, on découvre comment les Boliviens ont tapé les monnaies colloniales de l'espagne et des Etas-unis du 18ème au 20ème siècle à la casa de la monaida. Et on a, à nouveau, le droit à un défilé dans les rues. Cette fois ce sont les petits bouts des écoles qui défilent au son des fanfares locales. Avec cette halte, nous retrouvons le froid et Fabien retrouve son énergie notamment avec des appels au copains qui font du bien.


La route entre Potosi et Uyuni nous en met pleins les yeux et nous fait traverser des hordes de lamas, alpacas et vigones avec l'apogée de l'arrivée en surplombant le Salar. Marine en a des frissons et Fabien est heureux de pouvoir bientôt se dégourdir les jambes. Mais cet aperçu n'est rien comparé à ce qui nous vivons dans le Salar et la région lipèze.


En effet, durant 3 jours nous passons de merveilles en merveilles et nous ne savons pas où poser les yeux tellement que tout est beau. Nous cheminons en 4x4 avec Marion, Manon, Kimberley, Loïc et Rinaldo entre les étendues de sel, cactus, lagunes, flamants roses, montagnes et deserts. Le tout avec des températures allant de -12 (si si vraiment) à 15 degrés. Le clou de cette aventure est une baignade dans des thermes naturels au milieu de nul part en étant sous les étoiles filantes et la voie lactée.

Nous disons ainsi au revoir à la Bolivie avec les yeux remplis d'étoiles.

Et nous voilà en route pour San Pedro d'Atacama au Chili.

J43àJ46

Notre route nous amène ensuite à San Pedro d'Atacama au Chili. Nous sommes sous le charme de ce petit village où nous restons 4 jours. 


Marine profite de la compagnie de Marion, Manon, Kim et Loic pour aller galoper dans la vallée de la mort et Fabien va la découvrir à vélo. Nous allons aussi explorer la vallée de la lune et sa caverne de sel à vélo. Après 5h de cheval et 30km de vélo, Marine n'en peut plus.


Nous décidons de ne pas rester au Chili, mais nous comptons bien y revenir au jour.



J46àJ54

Nos débuts en Argentine se passent bien. Notre petit séjour à Purmamarca est magnifique avec la montagne aux sept couleurs et la Seniora de l'auberge "MamaCoca" est adorable. Nous allons ensuite à Tilcara où nous restons une nuit. Nous profitons pour aller visiter Pucarà, admirer le coucher du soleil du haut du cerro de la Cruz et surtout nous allons aux gorges et à la cascade del diablo. Pour cela, nous sautons par-dessus la même rivière une bonne dizaine de fois et Marine risque de finir les fesses dans l'eau plus d'une fois.

Nous reprenons ensuite la route pour la grande Salta et là les petites complications commencent. Bien que la ville soit agréable et charmante, notre séjour fut prises de tête sur prises de tête. On découvre qu'on ne peut pas retirer de l'argent dans n'importe quelle banque et que nous sommes limités, nous apprenons aussi qu'étant étranger toute l'administration allait être très compliquée et cela même pour acheter une carte sim agrentine. Bref Argentina es muy complicado.

Au matin du jour 51, nous allons à Cafayate (après que le mec de la gare routière nous a bien failli faire louper le bus). C'est un petit village viticole qui produit d'excellents vins dont un cépage particulier, le tannant. On y fait quelques dégustations et une jolie rando où on a dû sauter par-dessus la rivière (oui oui encore), grimper, glisser etc. pour arriver à une cascade. L'eau étant trop froide, la trempette est remise à une autrefois.


Avant d'entamer la traversée de l'Argentine d'ouest en est, nous profitons une dernière fois des paysages de la cordière à El Mollar, un minuscule village perdu au milieu de rien envahis par les cheveux savages où nous logeons dans un magnifique petit camping tenu par Églentine une Française très fun mais un peu déjantée. Nous y avons également rencontré Magda et Andrea, deux Uruguayennes, qui nous font découvrir leur culture du BBQ et nous donne envie de découvrir leur pays.

El mollar et ses cheveux sauvages
Déguststion à Cafayate
Salta
J55àJ67

Durant la traversée de l'Argentine d'ouest en est, nous nous arrêtons à Corrientes où nous sommes hébergés par Paula. Nous passons trois chouettes journées en sa compagnie. Elle nous amène aux quatre coins de sa ville et nous fait découvrir un très chouette bar flottant. Nous l'accompagnons également donner un cours de soutien scolaire à des enfants d'un quartier défavorisé de la ville.


École publique de Corrientes
Selfie avec Paula

Après une énième nuit dans un bus, nous arrivons de bon matin le 3 septembre à Puerto Iguazo. On profite du wifi pour faire un petit coup de fil à Loïc pour son anniversaire et hop on monte dans un bus local pour aller à notre hôtel (avec piscine 😀😀😀).

On ne tient plus en place alors on fonce voir les chutes. Elles sont magnifiques et nous nous sentons tout petit en nous balandant entre les coatis et ces immenses cascades. C'est aussi l'occasion de rencontrer des oiseaux multicouleurs, notre premier serpent et de multiples araignées.

Nous sommes conquis par cette journée qui se finit sur les grondements de la gorge du diable, la plus grande des chutes.

Étant à une rivière du Brésil, on décide d'y aller pour un repas. On part donc pour quelques heures a fox Iguazu manger des bolihno de chuva, des pão de queijo et des fejans. Arrêt obligatoire au stand de tong puis, retour en Argentine.

Le lendemain, c'est le Paraguay qu'on va voir, mais seulement de loin. En effet de la pointe de l'Argentine, on a une jolie vie sur les deux voisins ; le Brésil et le Paraguay.

En plus de profiter de la chaleur pour aller faire des ploufs dans la piscine, on décide d'aller visiter un refuge animalier qui remet sur pied des animaux blésés avant de les relâcher si possible.

Chute du diable
On avait chaud!
Paraguay et Brésil

Nous revenons ensuite sur nos pas pour aller à l'Estero de Ibara, une réserve naturelle où l'on trouve une quantité folle d'animaux dont des copybaras (les plus grands rongeurs). Y accéder n'est pas facile car plus de 80 km de piste pour y aller. Mais on y arrive en compagnie de Camille et le village est adorable. C'est un autre monde entouré de Yacarés (caïmans), de copybaras, de cerfs, de serpents et d'oiseaux. La météo n'est pas bonne mais on profite des éclaircies pour aller se balader et faire un tour en barque et ainsi approcher les caïmans de vraiment très très prêt.

Nous rentrons à Mercedès, à regret, après 24h mais il pleut beaucoup et la route risque d'être impraticable le lendemain. Nous ne prenons donc pas le risque d'être coincés car nous sommes entendus  au matin du 68ème jour à Lobos par Damian et sa femme.

Bébés caïmens
J68àJ82

Nous arrivons à Lobos sous une pluie battante et avec une température plus que fraîche. Mais nous nous réchauffons en dégustant un excellent Lomito. Après avoir passé la nuit dans un hôtel lugubre n'ayant pas eu de client depuis 1 mois, mais qui nous sert un très bon déjeuner, on part rencontrer Damian afin qu'il nous emmène dans sa ferme où nous allons vivre notre premier workaway. Paula et Damian sont deux agriculteurs formidables et très accueillants avec qui nous restons 10 jours.

Durant cette semaine et demie, nous prenons soin des animaux, nous creusons, coupons du bois, scions, vissons, clouons, tendons, coupons, agrafons etc. afin de remettre en ordre la ferme qui a souffert de l'hiver. Mais nous fabriquons aussi un "chicken tractor" et nous commençons le pourtour d'un potager éducatif tout en profitant des petits plats faits maison et des nombreux produits frais produits sur place. C'est aussi l'occasion de progresser en espagnol et de faire découvrir notre culture.


Muchisima gracias Damian et Paula por todo. Los 10 dias con vos eran perfectos😙


Bon anni Fabien!
Nous avec Paula juste avant le départ
Pamplemousse et sa maman

Après ces 10 jours, nous partons à la découverte de Buenos Aires. Nous sommes agréablement surpris par cette très grande ville. En effet, Buenos est un chouette endroit où se balader. On y trouve des bâtiments magnifiques, des parcs gigantesques, de bons lomitos et d'incroyables danseurs de tango.

Nous parcourant de nombreux kilomètres à pied et métro entre la Boca et la Ricoletta en passant par Puerto Madero, San telmo et Palermo.


Après ces trois jours dans la capitale et ces 36 jours en Argentine, il est temps de grimper dans un avion pour notre dernière étape en Amérique du Sud: l'Equateur.

Boca junior
Puerto Madero
Petit biscuit au dulche de leche
J83àJ93

Nous sommes accueillis en Équateur par Swann et Laurie qui nous attendent à l'aéroport.

Dès le lendemain, nous prenons tous la route en direction de Banõs où nous passons une nuit. On va découvrir les cascades de la région et faire de la balançoire au pied du Tungurahura. Swann et Fabien profitent de se faire décoiffer en faisant des courses de tyrolienne.

Nous retournons à Quito en passant par le Chimborasso où l'on dépasse notre record d'altitude en montant à plus de 5000 mètres. Nous y retrouvons les lamas et les vigognes sauvages.

Pour notre 4ème jour en Équateur, nous nous rendons sur le site de la mitad del mondo où nous expérimentons les effets de la ligne de l'Équateur. Nous découvrons également le chocolat Pacari qui tient un stand sur le site. Laurie nous propose d'aller faire une dégustation de ce chocolat. Nous fonçons donc dans le centre pour manger un petit casse-croûte et se faire rincer par la pluie avant d'aller connaître cette marque de chocolat et surtout le goûter. Miam miam.

Au matin du 6ème jour, nous prenons la route pour aller vivre une aventure amazonienne dans la réserve de Cuyabeno, l’un des sites de biodiversité le plus dense au monde. Nous passons 4 jours en pleines jungles où nous vivons beaucoup d'émotions différentes. Marine est morte de peur très régulièrement, Fabien veut partir à la conquête des caïmans pieds nus dans la nuit ( ce qui fait criser Marine qui a bien trop peur pour lui), Swann est heureux d'avoir traqué l'anaconda (que Fabien ne va pas voir pour ménager Marine) et Laurie est enchantée de pouvoir voir des paresseux. Mais surtout nous profitons de la faune et la flore en observant de nombreux oiseaux et perroquets, des serpents, des caïmans, des dauphins d'eau douce roses et gris, des grenouilles et des singes sans oublier les paresseux. Malgré tous ces animaux, nous avons quand même pris notre courage à deux mains pour piquer une tête dans une zone "sans danger". Mais nous n'étions quand même pas très rassurés...

Nous avons également été rendre visite à un petit village de la communauté sionas où nous avons récolté du manioc et appris à en faire des galettes avant de pouvoir profiter d'un temps de jeu avec des enfants du village. Cette matinée hors du temps nous a fait du bien et le contact avec les enfants locaux a enchanté Marine. Malheureusement, la rencontre avec le chaman fût decevente.


Après cette expérience riche, nous reprenons la route pour Quito où nous passons une dernière nuit. Pour notre dernière journée, nous allons visiter le centre historique et la basilique ainsi que le marché artisanal où nous avons goûté à d'excellents sorbets. Puis, retour à l'aéroport pour nous envoler pour Los Angeles.

L'Équateur est aussi notre dernière étape en Amérique du Sud. Nous y avons passé 3 mois superbes où nous avons fait pleins de magnifiques rencontres et découvertes.

J94àJ97

Nous arrivons à Los Angeles après trois mois de voyage. La grandeur et l'exubérance américaine nous changent des pays visités avant. Mais nous sommes contents de retrouver certains petits plaisirs de la vie comme des douches tout le temps chaudes ou des donuts (plutôt pour Fabien).

Nous passons ainsi trois jours à courir pour visiter tout ce qui nous intéresse. On va à Santa Monica faire du vélo le long de l'ocean side et manger un bon burger au Big dean's tout en admirant les breakdancers et les skaters. Nous tentons une visite de Chinatown mais le quartier est si petit que le tour est vite fait alors nous grimpons au 35ème étage d'un hôtel du centre pour admirer la vue. Nous flânons sur Hollywood boulvard où Marine est heureuse de trouver Mickey et Fabien est surpris par le nombre d'étoiles. Nous trouvons du bon Gruyère au Farmer's market et

Nous clôturons cette découverte par une visite nocturne à l'observatoire Griffith d'où nous avons une magnifique vue sur la mégalopole.

Nous nous réjouissons de nous envoler pour Hawaï et retrouver Mike et Sidonie.

J97àJ111

Notre passage sur l'archipel d'Hawaï fut haut en couleur et en émotions. Nous commençons cette étape de notre voyage avec un accueil par Mike et ses colliers de fleurs à l'aéroport d'Honolulu, puis nous retrouvons Sidonie à leur appartement. Que c'est bon de les retrouver et de leur parler sans écran interposé.

Très vite nous sommes dans l'eau au milieu des poissons et des tortues. Nous nous en mettons pleins les yeux et nos découvertes sous-marines vont bien plus loin...

 En effet, en l'espace de deux semaines, nous nageons avec des raies mantas géantes de nuits, avec des requins de galápagos et de récifs ainsi qu'avec un monk seal et une raie aigles.

Nous profitons aussi de l'océan pour faire du bodyboard, beaucoup de snorkling et du surf à Wikiki.

Nous ne nous dépensons pas seulement dans l'eau, mais aussi sur les hauteurs des îles. Nous profitons ainsi des magnifiques vues qui s'offrent à nous depuis les pilbox hawaïennes. Nous grimpons à Dimond head, Kokhead, Lanikai et à la pinkpilebox. Et de bon matin, nous allons explorer Kaena point et ainsi observer les phoques et albatros qui y vivent tout en admirant la côte Nord Ouest et ses vagues.

Malheureusement, la météo n'était pas assez clémente avec nous pour nous permettre d'aller visiter Pearl Harbord ni entreprendre le Moanalua valley trail.


Lors de notre escapade de 3 jours sur Big Island, nous passons de 0m. à 4200m. en l'espace d'une heure en grimpant sur le Mauna Kea. Nous retrouvons ainsi les symptômes du mal d'altitude qui ne nous avaient pas manqué. 


Notre visite fut également remplie de découverte culinaire. Nous avons notamment eu un cours de cuisine japonaise et nous avons régalé nos estomacs de mal bouffe américaine (burger, Cinabon, Chips, glace, pop corn etc.)


Nous sommes tristes de quitter ce petit paradis terrestre et de dire au revoir. Et nos pieds sont désespérés de se retrouver à nouveau enfermés dans des chaussures.

Mais nous nous réjouissons de partir explorer la Nouvelle-Zélande

J112àJ125

Après une agréable escale dans un backpakers aux Fidjis, nous arrivons à Auckland. Nous restons deux jours dans la capitale où la pluie nous empêche d'aller au mont Eden mais nous amène à l'Auckland museum où nous découvrons la culture maorie et leurs périples pour arriver jusqu'en Nouvelle-Zélande. Nous redécouvrons également certains petits plaisirs laissés en Australie il y a 3 ans comme les sushis rolls et les domino's pizzas. 😀

Le 28 novembre, nous allons enfin chercher notre petite voiture. A nous la liberté pour un mois!


Nous commençons par nous diriger vers la péninsule de Coromandel et passons une nuit à Thames avant de gravir nos premières montagnes ( et de loin pas les dernières) sur une route de gravier pour aller à Cathédrale Cove et à Hot water beach. Nous essayons de mettre les pieds dans l'eau, mais la fraîcheur de la baie de plenty nous stope relativement vite et nous ne pouvons qu'admirer les courageux qui se baignent. Nous trouvons ensuite un camping proche de la mer et pas trop loin des gorges de Karangahake où nous allons faire une agréable balade le lendemain.

Nous prenons ensuite la route de Rotua. Nous sommes reçus dans un camping incroyable avec des Kayaks gratuits. Sans plus attendre, nous voilà sur l'eau (glacée bien évidemment) à braver le vent sur le lac. Pour le 31 octobre, nous allons faire une marche, sous la pluie, dans la forêt de redwood, puis nous allons découvrir le lac bleu et le lac vert sous le soleil. En soirée, nous allons assister à un dinner spectacle proposé afin de mieux découvrir la culture maorie.


Après une dernière nuit dans notre chouette camping, nous prenons la route pour Gisborne. Nous y faisons une petite balade pour gravir la colline surplombant la ville et nous profitons des merveilleuses couleurs du coucher de soleil.

En quittant cette ville de surfer, nous tombons par hasard sur une chouette balade à faire dans la forêt, nous chaussons ainsi nos bonnes chaussures, nous prenons la bouteille d'eau et hop c'est partir pour 7 km.

Nos estomacs commencent à crier famine alors nous cherchons un fish and chips au bord de la baie de Opoutama où l'eau est des couleurs splendides. Malheureusement, les dauphins n'étaient pas de la partie.


Le lendemain, nous roulons vers Taupo sous des trompes d'eau. Nous n'avons pas le courage de camper, nous trouvons donc un petit motel très correct afin de dormir au sec. Nous profitons de cette ville thermale pour aller faire une petite trempette dans de l'eau à 37-40 degrés.

Le lendemain, nous visitons le centre et le farmer's market avant de conduire jusqu'à Turangi que nous choisissons comme camp de base pour l'exploration du Tangariro national park. Nous allons ainsi aux chutes deTawahai et de Taranaki, haute de 20 mètres. Nous nous attaquons aussi au Tangariro crossing, un trek de 19.4 km qui nous amène à 1886 mètres dans une tempête de neige où nous avons -7 degrés... Heureusement, nous retrouvons une température plus correcte en redescendant en plaine. Puis le 7 novembre, après une découverte rapide du sud, nous prenons le ferry pour aller sur l'île de sud.

J126àJ147

Nous arrivons à Picton avec un avis de tempête. Nous abandonnons donc notre tente pour la nuit en faveur d'un cabanon d'où nous observons les chaises voler pendant la nuit.

Nous prenons ensuite la route en direction de la côte Est où nos recherches effrénées de dauphins commencent.

Sur cette côte, nous allons notamment à Tauranga bay faire une petite marche qui nous amène à une colonie de phoques. Sur la route de Franz Josef, on fait de nombreux arrêts dont un à Pancakes rocks où les rochets sont faits de différentes couches successives et où la puissance des vagues est comprimée dans les entrailles des roches pour ressortir en geysers.

Arrivé à Franz josef, on est impressionné par la grandeur et la beauté du glacier. On profite du coucher de soleil sur les cimes de ce monstre en dégustant de bons taccos faits maison. Le lendemain, on s'approche de la glace et on va découvrir le lac Matheson.

Nous prenons ensuite la route pour Wanaka et quittons donc la côte en nous arrêtant aux blues pools, Thunder creak et surtout sur une petite plage où nous voyons des Hectors dauphins. A Wanaka, nous nous arrêtons deux nuits afin de profiter de cette charmante petite ville, de son vignoble et de son lac aux eaux incroyables où nous faisons du kayak et du paddle pour Fabien pendant que Marine fait du cheval.

Nous arrivons ensuite à Queenstown. Nous y découvrons de nouvelles sensations en testant le rafting et en goutant la glace Hocky Pocky. Nous apprécions beaucoup cette ville aux allures de village.

Après cette petite halte, nous voilà partis pour Milford Sound où les paysages sont à couper le souffle. En quelques kilomètres, on passe de glaciers à d'impressionnantes cascades pour arriver au bord d'un fijord entouré de falaises tombantes à-pics.

Sur la route du retour, on trouve un charmant restaurant proposant de la chasse. On n'hésite pas longtemps avant de craquer. (Et on a eu raison, c'était  excellent).

Nous remontons ensuite la côte est en direction de Kaikoura. En chemin, on s'arrête voir les boulders ainsi que l'étrange ville d'Oamaru. Nous sommes charmés par Kaikoura où nous restons quelques nuits. Nous y faisons de belles rencontres marines. On commence par aller voir les phoques sur leur péninsule puis, on va rendre visite aux dauphins duskys en allant les rejoindre dans l'eau. Nager avec eux, est une expérience incroyable qui nous ravit tous les deux!!! D'ailleurs, c'est à contre coeur qu'on sort de l'eau.


Pour nos derniers jours en Nouvelle-Zélande, on se rend sur la péninsule de d'Akaroa et à Christchurch d'où nous quittons ce magnifique pays qui fût une merveilleuse découverte.



J148àJ168

Jour 148

Perth - York

Jour 149

York - Hyden

Jour 150

Hyden - Varley

Jour 151

Varley - Esperance

Jour 152

Esperance, great ocean drive

Jour 153

Eseprance - Lucky bay

Jour 154

Lucky bay

Jour 155

Lucky bay - hopetoun

Jour 156

Hopetoun - Figerald national park

Jour 157

Figerald national park - Bremer bay

Jour 158

Bremer bay - Albany

Jour 159

Albany, péninsule de Vancouver

Jour 160

Albany -mount barker

Jour 161


Mt Barker - millieu de nul part

Jour 161

Milieu de nul part -Fernhook falls

Jour 162

Fernhook falls - Augusta

Jour 163

Augusta - Margaret river

Jour 164

Margaret river

Jour 165

Margaret river - Dunsborough

Dunsborough - Perth

J173
J167àJ181

Nous arrivons avec deux jours d'avance à Perth où nous retrouvons Loïc, Francine et Pierrot. La venue des parents de Fabien devait être une surprise que nous avons déjouée en avance.

Nous sommes accueillis par la famille Ding pendant ces deux semaines. Cela fait du bien de se retrouver dans une ambiance familale et dans un cadre incroyable.


Nous vivons de très chouettes découvertes pendant ces deux semaines.  Nous allons rencontrer la faune locale dans un parc en compagnie  de Collin et Kandy mais aussi sur Rottnest Island où nous rencontrons les adorables Kocas, les dauphins et les phoques australiens. Nous passons une superbe journée avec Carole, Pascale, Naomie, Célia et Jérémie sur Penguins Island où nous pouvons approcher trois petits pingouins. Cette escapade se poursuit à Mandurah et sur ses canaux pour apprécier les illuminations de Noël.


Plus proche de Perth, nous allons visiter le quartier de Frimentel et son charment marché ainsi que le centre de la ville lors d'une petite et très sympa virée shooping à quatre.


Nous passons les fêtes de fin d'année en compagnie des Ding et nous participons à un superbe Noël ensoleillé chez Kandy et Colin le 25 à midi. Notre escale se termine en beauté avec une belle soirée de Nouvel an avant de devoir dire au revoir à Francine et Pierrot le 1er janvier pour continuer notre route dans le New South Whales. Dire au revoir n'a pas été facile, mais nous nous réjouissons de reprendre la route accompagnés de Loïc pour un petit bout.

J200
J182àJ194

Après un dur réveil pour Loïc et une très chaude dernière journée au bord de la piscine à Perth, il est temps de refaire nos sacs et de dire au revoir à Pierrot, Francine et aux Ding.

Nous nous envolons avec Loïc pour Brisbane.

Arrivés à destination, nous prenons vite la route pour Surfer Paradise où nous testons l'imperméabilité de nos tentes avec une nuit de pluie incessante. Mais nous nous réveillons avec un soleil timide qui va s'affirmer au cours de cette première journée nous permettant une première baignade et Loïc a ainsi eu son premier contact avec l'océan Pacifique.

Après cette brève halte à Bling Bling land, nous roulons vers Byron Bay.

On est tellement content de retrouver cette petite ville remplie de charme bien que très blindée à ce moment de l'année. Arrivés sur place, notre marathon commence. Fabien veut faire découvrir à Loïc tout ce qu'il a tant aimé là-bas il y a 3 ans. Nous allons donc à Broken Head, au Pass, au phare, à Wategos ainsi que sur main beach où nous nous essayons au surf bien que les vagues n'étaient pas réellement au rendez-vous.

Après trois jours intenses, nous disons au revoir à ce bel endroit et nous allons en direction de Yamba.


Afin de prendre un peu l'air frais, nous allons dans les montagnes. Mais arrivé à Dorrigo, le thermomètre monte jusqu'à 43 degrés. Nous allons donc nous mettre à l'abri de la chaleur dans la jungle où Loïc à la chance de voir un serpent. Puis, nous nous rafraichissons au pied d'une cascade.


La route du retour nous amène à south west rock d'où nous admirons un magnifique coucher de soleil et nous y approchons de Kangourous sauvages. Nous avons la chance d'en voir aussi au kelly's national park où nous voyons aussi de grands varans et une grandiose arche naturelle.


Nous continuons notre descente vers Sydney en nous arrêtant à Nelson bay pour ces belles plages et faire du quad dans les dunes puis à New Castel avant de passer notre dernière nuit dans un chouette camping entouré d'un bras de mer.

Puis vient le temps de dire au revoir à Loïc à Sydney où il restera quelques jours pendant que nous prenons la route pour les Philippines et ainsi débuter le dernier chapitre de notre voyage.