Embarquement immédiat pour… le bout du monde

Direction la Nouvelle-Zélande. Le début d'une grande aventure.

"Les grands voyages ont ceci de merveilleux que leur enchantement commence avant le départ même. On ouvre les atlas, on rêve sur les cartes. On répète les noms magnifiques des villes inconnues..." Joseph Kessel, aventurier et romancier.

29 octobre 2017. Une date importante, le début d’un long, très long, voyage, que je prépare depuis juillet.

4 mois de préparation et de réflexion, mais le choix d’un changement dans ma vie était déjà prévu depuis un moment. Un besoin de sortir d’une routine, certes confortable mais devenue pesante, un besoin de m’évader, de découvrir et de m’émerveiller à nouveau. Le voyage s’est imposé à moi comme une évidence, et j’ai donc décidé de tout quitter pour réaliser le rêve de partir loin… très loin… en PVT (Permis Vacances Travail) dans un pays anglophone et aux paysages époustouflants. Destination : la Nouvelle-Zélande !

En résumé :

  • 30 juin 2017 : je quitte ma vie bordelaise et décide de partir seule en Nouvelle-Zélande pour 1 an, en mode sac à dos ("Backpacker" comme on dit).
  • Août 2017 : demande de PVT acceptée, billets d'avion réservés.
  • Septembre/octobre 2017 : préparation, achats, demande de Permis de Conduire International, gestion administrative (Pôle emploi, Orange, assurance...), diverses tentatives pour faire mon (gros) sac à dos, vente de ma voiture (snif).
  • 29 octobre 2017 : départ pour le grand voyage !
Prête pour l'expédition !

Le 29 octobre 2017, je m’envole donc pour le bout du monde depuis Paris CDG, à bord du plus gros avion du monde, un A380, avec la compagnie aérienne Emirates. C'est un évènement pour moi, ayant l’habitude de voyager avec EasyJet. Je suis toute folle à l’idée d’avoir mon petit écran et un tas de films à voir, tranquillement installée avec mon plaid et mon petit oreiller.

Première étape : Dubaï

Si la première partie du voyage est vraiment une découverte, la seconde se révèle beaucoup moins enthousiasmante. Environ 7h de vol jusqu’à Dubaï, 3h d’attente puis 16h non-stop jusqu’à Auckland !

Dernière (grande) ligne droite !

Au total, 26h à regarder des films, manger, essayer de dormir, attendre, manger, regarder des films, essayer de dormir, se focaliser sur les ronflements du voisin ou le bruit continu de l’aération… L’excitation est vite retombée et je suis pressée d’arriver !

C'est pas si mal... juste un peu long ! 

31 octobre 2017, 11h heure locale, je pose enfin un pied sur le sol du « pays du long nuage blanc » ou Aotearoa, en maori. Je ne réalise pas que je suis là, la tête en bas, après avoir fait un looping interminable à l’autre bout du globe. Et pourtant me voici, avec mon énorme sac à dos, prête à franchir la grande porte aux sculptures maori qui nous accueille à l’aéroport.

J’ai lu partout que les néo-zélandais sont vraiment pointilleux lors du passage à la douane et au service de protection de l’environnement, mais finalement je passe toutes les étapes très facilement.

La Nouvelle-Zélande étant composée de deux grandes îles, il faut faire très attention à ce que l’on ramène sur le territoire : pas d’aliments, pas de terre sous les chaussures… Si vous êtes en provenance d’un pays « à risque », que vous avez du matériel de camping, des médicaments, des objets bien spécifiques, il faut tout déclarer et tout bien nettoyer pour éviter d'avoir à payer. Pour ma part, ils ne m’ont même pas demandé mon visa et j’ai seulement dû soulever mes chaussures à un maori très sympathique, le premier que je rencontre ! Je sors donc tranquillement de la zone de contrôle avec un beau tampon sur mon passeport, valable 1 an ! Here I am Auckland!

Poster un commentaire

Si vous êtes déjà inscrit sur MyAtlas, connectez-vous ! Pas encore inscrit ? Découvrez MyAtlas, le site qui permet de raconter et organiser ses voyages.