Carnet de voyage

6 mois, 5 culottes!

63 étapes
123 commentaires
Deux amies, une française et une anglaise, parties à la conquête d'une aventure extraordinaire
Novembre 2017
166 jours
Partager ce carnet de voyage
1
Marie et Nay, championnes de France 2011 

Nous sommes devenues potes à EM Lyon Business School en 2008. Dejà à l'époque nous envisagions de voyager à travers le monde. Mais notre grand serieux scolaire et nos intenses entrainements pour devenir championnes de France nous ont conduit à repousser nos beaux projets.

Cet été nos chemins, rêves et envies se sont de nouveau croisés mais cette fois nous avons sauté le pas.

Vous voilà donc en train de lire les premières lignes de nos histoires et aventures en Amerique du Sud. De Bogota à Buenos Aires c'est sûr (billet retour le 23 Avril oblige!) mais pour le reste vous le découvrirez, comme nous, au fur et à mesure.

-----------------------------

We became friends at EM Lyon Business School in 2008. Even back then we talked about traveling around the world together. However our dedication to our lectures and more importantly to our rugby training, which lead us to become French Champions, put these projects aside.

This summer our paths, dreams and wishes crossed again but this time we were ready to take the leap !

So here you are reading the first lines of our blog where we will share tales of our aventures in South America. It's pretty much a given that we will go from Bogota to Buenos Aires (sadly we have a return ticket on the 23rd of April) but for everything in between you can discover our destinations, almost at the same time as us, right here !

2
Bag check 

La question que vous vous posez certainement maintenant est : pourquoi ce nom de blog ? C'est très simple, voici l'explication :

Nay (Naomi pour ceux qui ne connaissent pas encore son surnom) est partie voir sa famille aux 4 coins de l'Europe avant de me rejoindre à Paris pour le grand départ. Elle a donc fait son sac avant moi. Au moment de faire le mien, j'ai abordé la question fatidique des sous-vêtements "4 paires de chaussettes, 2 soutifs et 5 culottes" me dit-elle. "5 culottes pour 6 mois !?!?!" je crie dans le téléphone. Mais elle me répond calmement "T'inquiète pas j'ai aussi pris un string"...

-------------------

So you've probably been asking yourselves why did we decide to name our blog "6 months, 5 pairs of knickers!" ? Easy, I'll explain!

Nay (Naomi for those that don't yet know her nickname) went traveling around Europe to see her family before we left together from Paris. Therefore her bag was packed and ready before mine. When I started to prepare my bag I asked her the all important question "what underwear are you taking?". "4 pairs of socks, 2 bras and 5 pairs of knickers" she replied. "Whaaaat? 5 pairs of knickers for 6 months?" I shouted over the phone. "Don't worry" she replied calmly "I also have a thong!".

3
Réveil à 3h pour le grand départ 

After a few fun leaving parties in Villeréal, Portugal, London, and Paris Marie and I were finally ready to head to the airport at 3am on Wednesday the 8th of November. Our flight (the cheapest we could find!) had 2 stop overs (Madrid & Atlanta) but we weren't bothered given we were going away for so long. Little did we know...

Our first flight from Paris to Madrid gave us time for a quick, much needed, nap. When we got to Madrid we only had an hour to switch planes so we ran across the whole airport, getting to our boarding gate just 30 minutes before the departue time.

Seeing that we had made it we handed over our tickets and passports with a big smile.

The Delta Airlines staff member asked us when we were leaving Colombia. How proud we were to say that we didn't know, that we were free for 6 months to visit South America ! We then looked rather stupid as she told us that we couldn't get on the flight without proof that we would leave Colombia within 90 days. Marie went a bit "french" (a few merde's and putain's could be heard across most of Madrid airport!) but with only 7 minutes to spare before the flight took off we had to make a quick decision. The key we decided was not to panic so we opted to take the same flight the next morning (free of charge thankfully).

A bug thanks to Jack who managed to get us a "fake real ticket" (the opposite of the chinese watches you find in some countries which are "real fakes"!) out of Colombia. Anyway we spent a lovely 24 hours in Madrid enjoying tapas and sangria even if we only had one tooth brush between the two of us and no clean underwear or clothes.

------------------------------------

Après une (ou plusieurs) soirée d'au-revoir, nous étions enfin prêtes à nous envoler vers de nouvelles aventures. 3h30 du matin le mercredi 8 novembre 2017 nous embarquons dans le taxi direction l'aéroport. Le budget étant limité nous avons opté pour un vol avec 2 escales (Madrid et Atlanta) mais qu'importe nous avons le temps. Si seulement nous avions su ...

Les 2h de vol entre Paris et Madrid nous offrent l'opportunité d'une sieste bien agreable. Seulement 1h pour changer d'avion, nous entamons une course à travers l'aéroport pour arriver 30min avant le depart à notre porte d'embarquement. Un contrôle spécial nous fait pressentir quelques instants un sur-classement en business. Et non, l'hotesse de Delta Airlines nous informe au contraire que nous ne pourrons embarquer sans justificatif de sortie du territoire colombien dans les 90 jours suivant notre arrivée à Bogota. Il nous reste 25min puis 7 pour acheter un billet de bus ou d'avion avant que la porte ne se ferme! Marie commence à s'énerver... Nous decidons sagement de renoncer pour aujourd'hui et de prendre le même vol le lendemain (gratuitement évidemment).

Grâce à Jack (merci!), nous optenons un faux-vrai billet pour le Panama le 12 décembre prochain. Soulagées nous partons passer la journée et la nuit à Madrid avec seulement un journal, une brosse à dents (pour 2) et pas de vêtements propres.

Tapas y sangria en Madrid 

The next morning we showed our "fake real ticket" from Bogota to Panama on the 12th of December to the Delta Airlines desk emoloyee. She proceeded to ask us when we were planning on leaving Panama. I refrained from shouting at her that we weren't even going to Panama ! Was this some kind of joke ? Marie kept calm this time and after more than 45 minutes at the check in desk, speaking to Ricardo, Hilda, 3 other employees and the Detla Airlines boss we finally got our tickets! Hallelujah !

And with that we were off to Atlanta and then finally on to Bogota !

------------------------------

Le lendemain matin, nous voici de retour à l'aéroport. Toutes fières de nos faux-vrais billets, nous les montrons à l'hôtesse qui nous demande quand nous comptons sortir du Panamá. Je me retiens de crier que de toute façon nous n'allons pas au Panamá mais Marie reste calme cette fois-ci. Après 45min de discussions avec Ricardo, Hilda et autres hôtesses et chefs de Delta Airlines, nous pouvons enfin enregistrer puis embarquer, direction Atlanta puis Bogotá.

F*** you Delta !
Repos bien mérité
4


Après 51 heures de voyage nous voilà enfin arrivées à Bogotá, il est 23h30, on file se coucher ! Au réveil nous avons droit à un petit déjeuner familial (papaye fraîche, oeufs, chocolat chaud fait maison) qui nous donne plein d'énergie pour partir à la découverte de la ville.

En somme on a passé deux jours très agréables à Bogotá : la visite du centre historique (la Candelaria) est surprenante, la montée à pied jusqu'au Monserrate (colline perchée à 3152m d'altitude qui surplombe la ville) est difficile mais en vaut carrément la peine et le musée de l'histoire de la police recèle d'anecdotes. Mais notre plus belle réussite reste d'avoir bien déchiffré le système ultra complexe du "transmilenio" (bus) et d'avoir résisté à la première tentative de vol d'une colombienne (qui resemblait très fortement à une Roumaine) à l'heure de pointe.

---------------------

After 51 hours of traveling, here we are in Bogotà but it's 11.30 pm so we go directly to bed. We wake up with a homely breakfast (fresh papaya, scrambled eggs and homemade chocolate). This gave us both the energy to discover the city.

To sum up we spent 2 lovely days in Bogotá : the old city tour (la Candeleria) is surprising, hiking to the top of Monserrate (montain towering at 3152m over the city) was hard but worth it and the museum of police history is full of fun facts. But our best success must be to have revealed the secret behind the ultra-complex system of the transmilemio (bus) and to have avoided the first attempt of theft by a colombian woman (who strongly looked like a romanian woman) during rush hour.

Ps. You probably can't tell but this time Marie translated into english ;-)



Nay se sent à son aise (relève de la garde et balade à travers la ville)
Nay se sent à son aise (relève de la garde et balade à travers la ville)
Vue de Bogotá depuis le sommet du Monserrate
Plaza Simon Bolivar
5
Plaza Mayor de Villa de Leyva (plus grande place d'Amerique du Sud)

After 2 days in Bogotà we decided to head for Villa de Leyva, a small colonial town only 4 hours from the capital. A mere 165 km seperate the two but the mountain roads and the fact that anyone can get on or off whenever they want, even on the motorway, makes the journey slightly longer than it could be.

We had planned to get their before dark but a young group of colombians with a crate of beer and music blaring out of a small portable stereo system turned our bus into a pre festival warm up so the 4 hours became 5 and we didn't get into Villa de Leyva until after dark. This made finding somewhere to stay just a little bit harder given that Colombian hostels take security quite seriously (good news Mum!) locking all doors and giving the appearance that the place is shut for the winter.

On our fourth attempt we found somewhere nice, negotaited a decent price (don't ask it'll only upset you!) and settled in.

We really enjoyed discovering the area around Villa de Leyva when we hired bikes and cycled up and down the surronding valleys ending up in a monastery and a vineyard.

However the 25°c and full fat sun had us aching to get closer to the beach so we decided to move on to San Gil, a further 4 hours north. No need to mention here that Marie got a little sun burnt...

------------------------------------

Après deux jours à Bogotà nous sommes parties vers Villa de Leyva, une petite ville coloniale à seulement 4 heures de la capitale. A peine 165km séparent les deux villes mais les routes de montagne et le fait que n'importe qui peut monter n'importe quand dans le bus, même sur l'autoroute, rend le voyage plus long que ce qu'il ne devrait être !

On pensait y arriver avant la tombée de la nuit mais un jeune groupe de colombiens avec un pack de bières et une petite enceinte portable ont décidé de faire du bus leur lieu de préchauffe pour un festival. Les 4 heures initiales sont donc devenues 5 et nous sommes arrivées, il faisait nuit noire.

Cette arrivée tardive a rendu notre recherche de logement un peu plus difficile car les colombiens prenant très au sérieux la sécurité de leurs hostels (tu peux être rassurée maman!), ferment toutes les portes et donnent ainsi l'impression que le lieu est fermé pour l'hiver.

La 4e tentative fut la bonne ; nous avons trouvé une jolie chambre, que nous avons évidemment négociée (mais ne nous demandez pas le prix, vous seriez énervé) et nous nous sommes installées pour 2 jours.

Nous avons apprécié la ville et ses alentours, notamment quand notre tour à velo à travers la vallée, qui monte et qui descend, nous a conduit jusqu'à un monastère et un vignoble (avec dégustation de vin évidemment!).

Mais les 25°c et le bien beau soleil ont fini de nous convaincre de nous rapprocher de la côte et de faire étape à San Gil, une ville 4h plus au nord. Pas besoin de préciser que Marie a pris un coup de soleil.

Et encore à ce moment là il y avait quelques nuages
Convento del Santo Ecce Homo et visite du vignoble Ain Karim (avec dégustation)
6

On vous a quitté après un weekend sportif à Villa de Leyva. Trop point n'en faut, nous avons décidé de chiller à San Gil! Oui oui on fait l'inverse de tout le monde, San Gil étant le centre des sports d'aventure en eaux vives! Repos, match Angleterre-Brazil avec quelques Poker (notre bière locale préférée), balades dans la ville et au marché des fruits et légumes, pauses déjeuners de 3 heures animés par des parties de dès endiablés ! On se laisse quand même tenter par une petite balade aux piscines naturelles du Pescaderito. Sans grand intérêt, heureusement qu'une terrasse ensoleillée du petit village de Curiti nous offrent une pause, une de plus, réconfortante. Moralité de l'histoire ne rien faire c'est pas mal aussi !

---------------------------------------

After our action packed weekend in Villa de Leyva we decided to just chill a bit in San Gil even if it's one of the most popular towns in Colombia for outdoor sports. We enjoyed napping in hammacs, watching England-Brazil (whilst enjoying a few Pokers', our favorite local beer), wandering around the town with it's colorful fruit & veg market and just sitting in a restaurant taking 3 hours for Almuerzo (lunch) whilst playing dice. We did go for a lovely walk up to the natural pools of Pescaderito. The pools themselves were nothing special but the little town of Curiti was "muy linda" (really cute) and we continued to relax sitting outside one of the cute cafés on the square.

Petit tour dans le parc de San Gil
Petit tour dans le parc de San Gil
Partie de cartes sur la place du village de Curiti
El pescaderito
Mercado de frutas y verduras
7

C'est parti pour notre premier bus de nuit : 14 heures entre San Gil et Santa Marta sur la côte Caraïbe. On avait tout préparé pour ne pas s'ennuyer : films, livres, musique, jeux & snacks ! Ça n'en vallait pas la peine, on a dormi pendant 12 heures malgré les virages et la conduite sportive de notre chauffeur ! Arrivées à Santa Marta nous sautons, sans réfléchir, dans un autre bus cette fois-ci direction Palomino, petit village paisible un peu plus loin sur la côte. Ici le soleil tape fort dès 7h du matin mais il pleut des cordes à partir de 15h. Du coup nous avons passé 3 jours à Palomino au même rythme qu'à San Gil : plage le matin, lecture, jeux de société, apéros et avec au milieu de tout ça une très belle rando dans la Sierra Nevada.

----------------------------------

It was now time for our first "night bus" (unfortunately not the same as the one from Harry Potter!) : 14 hours from San Gil to Santa Marta on the Caribbean coast. We were well prepared with films, books on our kindles, games & lots of snacks but we needn't have bothered as we slept nearly all the way. When we got to Santa Marta we jumped straight onto another bus heading for Palomino, a tiny village a little further along the coast.

In Palomino the sun shines from 7 in the morning but by 3 in the afternoon it's often raining so we made the most of the mornings on the beach, then enjoyed reading, board games & chatting with locals whilst having a beer in the evening. We also made the most of the Sierra Nevada mountains just behind the village for a hike in the jungle.


Sierra Nevada 
Palomino beach

Petite dédicace pour Fred, un français, gérant du Bikini hostel qui nous a donné plein de bons conseils pour la suite du voyage et avec qui nous avons refait le monde pendant 3 jours.


A special mention here for Fred, the french owner of the Bikini hostal where we stayed, who gave us loads of advice on the next steps of our trip & with whom we enjoyed chatting about everything and anything.



Fred et son Bikini Hostel
8


On the road again

Un magnifique bout du monde difficilement accessible nous avait-on dit. Nous ne pouvons que confirmer !

Après un faux-départ (merci les crevettes pas fraîches), nous partons finalement le lendemain en direction du petit village de pêcheurs indigènes de Cabo de la Vela.

2h de bus, 40min de collectivos (voiture-taxis partagés), 3h de 4x4 dans le désert sur des pistes de terre qui ressemblent parfois plus à des rivières, et nous voilà (enfin) arrivées à Cabo.

Pour pouvoir se rendre à Punta Gallinas, pointe nord de l'Amérique du Sud, nous sommes obligées de réserver un tour incluant le transport et la nourriture. Fred, notre ami de Palomino, nous avait donné 2 conseils : ne pas prendre les bateaux car la traversée peut être dangereuse et ne pas réserver le "tour" avec un italien dont le nom lui échappait.

Nous voilà donc en train de négocier notre tour pour le lendemain. Au bout de 20min de discussions intensives, nous arrivons à une offre satisfaisante, incluant le transport en bateau, les routes étant fermées. C'est à ce moment que Nay lui demande son prénom, "Totti" répond-il fièrement, "como Francesco de l'AS Roma". Plus de doute possible, c'est bien lui l'italien ! Nous lui faisons tout écrire pour preuve et négocions de payer un acompte immédiatement et le solde au retour. Marché conclût!

Conclusion : nous avons dealé avec un italien et nous allons prendre le bateau, désolée Fred.

Un petit repas pour reprendre des forces et nous sommes déjà sur nos motos prêtes à partir explorer Cabo de la Vela. Le paysage est magnifique, désertique et avec en toile de fond la mer des Caraïbes. Nous traversons plusieurs villages Wayuus, seuls indigènes à avoir réussi à résister aux espagnols. Notre petit tour s'achève au phare de Cabo pour admirer le coucher du soleil.

Un diner et quelques parties de dés et il est déjà l'heure de rejoindre notre lit pour la nuit : un hamac face à la mer, bercées par la mer qui s'échoue à 2m de nos pieds.

--------------------------------------

We were told that la Guajira was the most amazing stretch of coast in Colombia. We weren't disappointed ! After a false start (thanks to some dodgy shrimps) we left the next day for the little indigenous fishing village of Cabo de la Vela. After a 2 hour bus trip, 40 minutes in a "collectivos" (shared bus or taxi) and 3 hours in a Jeep through a desert landscape on mud tracks that looked more than often like rivers rather than roads we finally arrived in Cabo.

In order to get to Punta Gallinas, the nothern most point of South America, we needed to book a "tour" leaving from Cabo the following morning. Our friend Fred from Palomino gave us two pieces of advice : don't go by boat and don't book with an italian guy (who's name he couldn't remember). After 20 minutes of solid negotiating with 3 different guys (the only 3 offers available!) we settled for an offer that includes the trip over by boat (sorry Fred but the roads were all closed due to the rain). Just before sealing the deal we remember to ask the guys name, "Totti" he told us, "like the italian football player". Oups, sorry Fred ! We make sure to get the deal in writing then head off for the first part of our tour : a trip around Cabo on motorbikes !

The landscape was incredible : a desert coastline lined with cactuses and the caribbean sea shining brightly in the background. The sunset from the lighthouse at the end of the 2 hour trip was absolutely beautiful !

After a lovely meal of fresh fish we settled into to our hammacs for the night, only a couple of meters from the sea.


El pilon de azucar
Room with a view
On top of the world 
Ça pique!
Coucher de soleil sur le phare
9

On dort plutôt pas mal avec le bruit des vagues quand même ! On part dès 6h du matin en 4x4 pour le Port de Bolívar. Il s'avère que le port n'est ni plus ni moins que 3 huttes en bois et une plage. On embarque néanmoins dans notre "lancha" (petit bateau de pêche) pour 2 heures d'une tranquille traversée ensoleillée le long de la côte. On arrive à Punta Gallinas au milieu de la mangrove, l'approche est déjà magnifique.

----------------------------------

It's quite an experience sleeping in a hammac to the sound of the waves, a first for me !

We headed off early in 4x4's for Puerto Bolivar, the local port, which in the end just turned out to be 3 wooden huts and a beach ! We climbed aboard our "lancha" (little fishing boat) and thoroughly enjoyed our 2 hour trip along the coast whilst watching the sun rise. As we approached Punta Gallinas the mangroves and surronding landscape gave us a strong hint that we are in for a treat!


Juste le temps de poser les affaires (dans nos hammacs) et de déguster un poisson fraîchement pêché puis on monte de nouveau dans d'un 4x4 mais cette fois-ci avec Jonathan qui nous fait visiter ce petit coin de paradis. 3 stops au programme : "el faro" (le phare et ses nombreux cairns), "playa taroa" (une dune de sable se jettant directement dans l'eau turquoise) et pour finir en beauté une vue à couper le souffle, littéralement, de la baie de Punta Gallinas. La splendeur du lieu est tellement forte qu'on en a les larmes aux yeux. Retour au camp en musique (DJ Marie fait chanter tout la jeep) pour ensuite partir de nouveau en lancha, toujours avec notre nouvel amigo Jonathan, pour voir les flamants-rose. Encore un moment magique lorsque les flamingos décollent et colorent le ciel d'une teinte...on vous laisse devenez de quelle couleur ! Au retour nous profitons d'une pause sur une petite plage pour se baigner tout en regardant le coucher du soleil. En somme une journée totalement dingue !

------------------------------------

We dumped our stuff in our new hammacs, had a lovely lunch of fresh fish right out of the sea and once again we were off in a Jeep, this time with Jonathan who was to be our guide for this amazing place. 3 stops were planned : "el faro" (the lighthouse and it's many cairns), "playa taroa" (a giant sand dune falling straight into the turquoise coloured sea) and to finish last but by far not the least a view, that literally took our breath away, of the bay of Punta Gallinas. The shere beauty of the spot was so awesome that we both had tears in our eyes. The photos just don't do it justice enough.

We headed back to camp whilst enjoying Marie's talents as a DJ, playing tunes and getting everyone to sing along. We didn't stop for long though as we jumped back on a lancha and went off in search of a group of Pink Flamingos. Another magical moment took place when the entire group took off together filling the sky with ...well i'll let you guess what colour it was ! On the way back we stopped for a lovely swim on a little beach whilst watching the sun set. You would have loved it Mum ! All in all it was an amazing day!

El faro y notre joli cairn
Quelle vue magnifique sur la mer des caraïbes
Dune de sable se jetant dans la mer
Le ciel, le sable et la mer
Los flamingos
10
Bien chargées pour attaquer le parc

On avait prévu de rentrer une nuit à Palomino se reposer un peu chez Fred, où on avait laissé nos gros sacs, avant de filer au Parc Tayrona, une must de la région, mais Marie en a décidé autrement! A 10h, dans notre nième transport, après être parties de Punta Gallinas à 4h30 Marie me propose de foncer directement au parc et comme nous sommes déjà sales, elle me dit que nous ne sommes plus à un jour près ! En bonne Jeanine j'accepte direct. 

Entre deux collectivos on s'arrête faire quelques courses (on nous avait prévenu que tout était cher au parc) puis Marie profite du dernier bus pour sécher ses affaires partout comme une roumaine. A 14h, après 10 heures de transport nous arrivons au parc avec un fort besoin de se dégourdir les jambes! 

En suivant les conseils de tous nous amis ayant déjà fait la Colombie on décide de se diriger vers Arecife, un camp à 45 minutes à pied de l'entrée, pour dormir. Quasiment arrivées on croise 3 amis français rencontrés à San Gil puis de nouveau à Palomino qui nous survendent leur camping au bord de la plage mais qui est juste de l'autre côté de l'entrée, d'où nous venons. Nous voilà reparties donc pour 1h de marche dans l'autre sens, nous ne le regrettons pas, le lieu est chouette et au moins nos jambes sont bien dégourdies. 

-------------------------------------

We had initially planned to spend the night on the way back from Punta Gallinas at Fred's hostel in Palomino.  We had left our big bags there before heading to the Tayrona Park, a must see in the region, but Marie had other ideas !

At 10 o'clock, after having left Punta Gallinas at 4h30 in the morning and after God knows how many different buses Marie suggested that we went straight onto the park given that we were already pretty dirty, indeed we could wait another day for a proper shower!

Inbetween 2 collectivos we stopped to grab some shopping (we were told that everything in the park was very expensive) and Marie made the most of the last bus to hang up her things to dry everywhere like a gypsy! At 2pm, after 10 hours of traveling we finally got to the park, we were desperate to stretch our legs!

Following the advise of our friends that have recently traveled to Colombia we decided to head for Arecife, a camp just a 45 minute walk from the park entrance. Just around the corner from Arecife we bumped into 3 French friends that we had met in San Gil and then again in Palomino. They told us that their campsite, 15 minutes the other side of the park entrance, was awesome and right on the beach. We decided to trust them and we didn't regret it ! An hours walk in the other direction did our transport tired legs a lot of good anyway !




La plage d'Arrecife
Prête à partir à l'assaut du parc

Après notre troisième nuit d'affilée en hammac  nous partons tôt pour visiter et profiter du parc. Nous marchons pendant 7 heures allant d'une entrée du parc à l'autre en passant par des plages toutes aussi jolies et différentes les unes que les autres, un étang avec un gros caïman, des bouts de jungle impressionnants et bien humides et pour finir "Pueblito", des ruines d'un village indigène. Mention spéciale pour la petite panaderia (boulangerie) en plein milieu de la jungle qui vend le meilleur pain au chocolat que nous ayons jamais goûté! Un excellent complément à notre pique nique !

-----------------------------

After our 3rd consecutif night in a hammac we headed off early to make the most of the park. We walked for 7 hours going from one park entrance to the other and going past some amazing beaches each one beautiful in it's own way, a swamp with a huge caïman, some really awesme though very humid sections of jungle, and to finish "Pueblito" the ruins of an indiginious village. A special mention should go to the panaderia (bakery) right in the middle of the jungle that made the most delicious "pain au chocolat" that we have ever tasted, a perfect addition to our home made picnic !


In the middle of jungle
La plage de Cabo San Juan
On s'est (encore) baignées
11

"Marie, il y a un trek de 4 jours qu'il faut absolument qu'on fasse en Colombie", voilà comment commence notre histoire de la Ciudad Perdida.

2 semaines après être arrivées et avoir entendu toutes sortes d'avis, notre motivation est un peu retombée. La boue, le dénivelé, la pluie, le coût nous convainquent presque de renoncer à ce projet ... Quelle eut été notre erreur !

Compétitrices dans l'âme, nous décidons finalement de relever le défi des 45km de marche, immergées 4 jours dans la jungle colombienne. Aucun regret, l'expérience a été tout simplement incroyable !

Fuyant un groupe de retraités lituaniens, nous nous greffons à une dizaine de jeunes français, allemands et canadiens. Rien de mieux qu'une bonne pluie la première après-midi pour souder la "famille". Ces premiers pas dans la boue au milieu de la montagne nous ont littéralement mis l'eau à la bouche pour la suite. Repas complet à 18h, petite partie de cartes et dodo à 19h30, nous sommes dans le rythme.

-----------------------------------------------

"Marie there is a 4 day trek in Colombia that we absolutely have to do". This is how our story of the Ciudad Perdida began.

However after hearing all sorts of opinions on the trek during our first two weeks our motivation was somewhat diminished. The mud, the rain, the climb and even the cost almost got the better of us...what a mistake that would have been!

Both of us being competitors at heart we decided to take up the challenge, a 45km trek lasting 4 days, totally submerged in the Colmbian jungle. Absolutely no regrets, it was an amazing experience!

We managed to escape from a group of Lithuanian pensioners and join a group of 10 young French, Germans and Canadians. We'd barely been walking for 30 minutes when it started to pour with rain. Despite our waterproof shoes & clothing everything got soaked, i've never seen so much rain! At least we had a taste of what was to come over the next 4 days and it was a good team building activity sliding down the muddy slopes all together. By 6 we had arrived at the first camp, by 7 we had finished diner and a game of cards and by 8 we were ready for bed!





Toujours le sourire malgré la pluie
La famille !

Levés à 5h, le soleil semble être au rendez-vous pour le moment. Nous nous enfonçons plus encore dans la montagne et pénétrons dans la jungle. Nous traversons des petits ruisseaux, des rivières à pied ou à pont, des plaines et de jolis villages indigènes. Omar, notre guide travaillant sur le site de la Ciudad Perdida depuis plus de 25 ans (près de 700 trajets effectués ça forge le respect !), nous distille son savoir sur les arbres, les animaux, la culture indigène et autres histoires de cette Cité Perdue. En chemin, nous rencontrons des militaires postés autour d'un terrain de foot, nous ne résistons pas à l'envie de faire un petit match. Défaite 4-2 de la France mais ce n'est pas ce qu'on retiendra.

La journée s'achève par une baignade/douche au camp El Paraiso, au pied de la Cité Perdue. 

----------------------------------------

The next morning we were up at 5 and the sun was shining!  We started heading deeper into the jungle crossing streams and rivers by foot and thankfully some by bridge. We walked through huge open plains, thick jungle and some indigenous villages. Omar, our guide, who has been working on the Lost City site for of 25 years (clocking in over 700 trips there and back!), shared with us all his knowledge on the trees, animals and indigenous culture. Mid afternoon on the 2nd day we met a group of Colombian soldiers posted in the mountain who were obviously quite bored. They had set up a football pitch near their camp so we enjoyed a fun game with them that France sadly lost 4-2!

We ended the day with a cool swim/shower in the river by our new camp, El Paraiso, at the foot of the Lost City.



Match de foot avec les militaires
Traversée de rivière plus ou moins grande
Avec les copains

Ce 3e jour est celui où l'on découvre enfin ce qu'on est venu chercher. 1200 marches à gravir et nous voici au cœur de la Ciudad Perdida. Perchée au milieu de cette nature intense depuis plus de 500 ans, cette Cité Perdue nous livre, à travers Omar, quelques uns de ces plus beaux secrets. 375 cercles de pierre, l'équivalent de maisons, ont été découverts ; entre 2500 et 3000 personnes étaient donc rattachées à cette cité. Les indigènes s'y retrouvaient essentiellement lors des cérémonies politiques ou religieuses ou lorsqu'ils souhaitent rencontrer le chaman. Découverte en 1973 par des pilleurs de tombes, la Ciudad Perdida, détruite à 70% par les pilleurs et la nature, a fait l'objet d'une grande restauration au début des années 1980 pour ouvrir finalement au public en 1982.

Le site est grandiose et magnifique. Successions de terrasses, de cercles de pierres, d'escaliers, de bassins, au milieu d'une végétation dense et humide. 

Nous passons la matinée à nous promener entre les différents quartiers (politique, résidentiel, commerce, orfèvrerie) puis redescendons al Paraiso pour déjeuner. L'heure du retour est déjà arrivée. Heureusement, notre camp pour la dernière nuit nous offre la possibilité d'une baignade rafraîchissante dans les eaux tumultueuses de la rivière.

--------------------------------------

Day 3, this is it!  1200 steps to climb in order to reach the heart of the Lost City. Thanks to Omar's amazing knowledge and story telling we learnt a lot about this city, perched on top of a mountain, that had been lost for over 500 years. We discovered 375 circular stone terraces, previously houses, where between 2500 and 3000 people were thought to have lived. Discovered in 1973 by tomb raiders, the Lost City was almost 70% ruined (by nature over the years and the raiders themselves) and was not opened to the public until 1982 after years of renovation work.

The site was awesome and spectacular. Different layers of terraces, stone circles, stairways, pools all in the midst of a dense and humid jungle.

We spent the morning walking between the different districts (political, residential, commercial, goldsmiths) and finally walked back down to Paraiso for lunch. After that it was time to start the walk back. Luckily our camp for the night was by a river again and we enjoyed another gorgeous swim in the most natural of swimming pools you'll ever see.




Les différentes terrasses et escaliers de la Ciudad Perdida

Pour le 4e et dernier jour, le programme ne change pas : levés 5h, petit déjeuner à 5h30 et départ à 6h. Nous avalons au pas de course les derniers kilomètres. Encore une petite pause pour déguster fruits et jus et apprécier quelques plongeons dans la rivière sous un soleil radieux.  12h30, pile à l'heure pour le repas. Nous trinquons tous ensemble à notre superbe aventure que nous avons eu plaisir à partager les uns avec les autres. 

Aucun regret, que de bons souvenirs (même sous la pluie), des bons repas, du sport, des compagnons sympas, un parcours extraordinaire, le tout pour découvrir les magnifiques vestiges d'une civilisations perdues. Et au moins maintenant on peut le dire, "Ciudad Perdida check".

--------------------------------------

For our 4th and last day there was no change to our routine: up at 5, breakfast at 5:30 and off walking by 6. We got up a great pace on the last morning and only stopped for a quick swim and fruit break. By 12:30 we got back to base camp in time to enjoy a last meal with our group that we had spent the last 4 days with.

No regrets, only great memories : the rain, the physical challenge, the lovely food, the friends we made and the amazing history of the Lost City!



On a conquis la Colombie (et la Colombie nous a conquises)
We did it !
12

Up to now we have only written articles about ourselves but here we would like to take the time to share with you some interesting facts on the indigenous cultures that we were lucky enough to discover during our trek. We hope you will be as intrigued as we were !

As Marie mentionned in the article on the Lost City the mountains and jungle that we crossed on our trek are home to 4 indigenous culutres, all descendants of the Tayronas : the Wiwa, Arhuacos, Cancuamo and Kogi.

We were really lucky to get the chance to observe some Wiwa's going about their daily lives, visit one of their villages and even have a chat with a mamú (village leader) and shaman. Here's what we learnt:

First of all if we look purely at their physical appearance you will see from the photos that it is almost impossible to differentiate between girls and boys unless you have learnt beforehand to recognize a few key traits. All men, women, boys and girls wear white tunics and have long black hair and even their facial expressions are all similar : extremely neutral, almost as if they can't smile or frown. But Omar, our guide during the trek, taught us a few tips to help us better understand and communicate with the Wiwa's.

You can differentiate boys from girls by looking at their feet. Boys are allowed to wear shoes but girls are not. The second clue is to look at what they are carrying : boys are allowed to carry a "mochilla" (home made shoulder bag) and girls a necklace (also home made using materials from trees and plants).

When it comes down to differentiating men and women there is little difference with our own culture, the women do everything ! Jokes aside, the women are in charge of making the mochillas, of collecting with great care coca leaves (I will explain their importance in a bit) and also organising the 3 activities that feed their families : the cultivation of the mountain fields, cow farming and tourism which can be anything from selling their mochillas to the kids asking the tourists for "dulces" (sweets).

For men over 18 their entire existance evovles around their "poporo". But what is a poporo I hear you ask ? The shaman that we met explained to us that the poporo was like a man's identity card. It's a wooden pot filled with a white powder, not the one you are thinking of, made from crushed sea shells and bambou (also by the women). When travelling (and therefore reflecting) the men take a few toasted coca leaves from their mochilla and chew them together with some of the powder from their poporo. This makes a sort of paste that they then stick onto the top of the poporo. For them it is the equivalent of writing in a journal as the idigenous cultures have no written records, everything is passed down from word of mouth. During village ceremonies (only amongst the men) it is said that the shaman is able to read a man's poporo, looking into his past thoughts but also predicting his future.

----------------------------------

Jusque là nous vous avons raconté que des récits sur nos périples personnels mais le trek de la Ciudad Perdida nous a permis d'apprendre énormément de choses sur la culture indigène qu'on aimerait partager avec vous. En espérant que vous serez aussi curieux que nous l'avons été!

Comme Marie vous l'a expliqué lors de son article sur la Cité Perdue, les montagnes et la jungle que nous avons traversées pendant notre trek sont habitées par 4 cultures indigènes différentes, toutes descendantes des Tayronas : les Wiwa, Arhuacos, Cancuamo et Kogi.

Nous avons eu la chance de croiser tout au long de notre trek des indigènes Wiwa dans leur quotidien, de passer un peu de temps dans un de leurs villages et enfin d'échanger avec un mamú (chef de village) Chaman. Voilà ce qu'on en a retiré :

Déjà si nous étudions l'aspect physique, vous verrez qu'il est quasi-impossible de faire la différence entre les filles et les garçons sauf si vous avez appris, comme nous, à remarquer les quelques différences clés. En effet garçons, filles, hommes et femmes s'habillent tous pareils en blanc et ont tous les cheveux longs et noirs. Leurs expessions du visage sont pour la majorité très neutres voire inexistantes ; il est donc difficile de savoir s'ils sont contents, tristes, blasés ou autre. Mais Omar, notre super guide, nous a donné quelques astuces pour différencier les deux sexes.

Les garçons ont le droit de porter des chaussures et d'avoir un "mochilla", sac en bandoulière fabriqué à la main par les femmes à partir de matières et teintes naturelles récupérées des arbres et plantes. Les filles, quant à elles, n'ont pas le droit aux chaussures mais portent toutes un collier, fait également avec des matières naturelles.

Il faut noter que la culture indigène n'est pas si différente de la notre à savoir que c'est la femme qui fait tout ! En effet la femme est responsable de la fabrication des mochillas, de récupérer les feuilles de coca (on verra leur importance juste après) et elles sont également en charge des 3 activités qui font vivre leurs familles à savoir la culture des terres de la montagne, l'élevage des vaches et le tourisme, de la vente de mochillas jusqu'à la réclamation de "dulces" (bonbons) auprès des touristes par les enfants.

Pour les hommes, toute leur existance à partir de leur 18 ans est orientée autour de leur poporo. Mais qu'est ce que le poporo je vous entends dire ?! Le Chaman que nous avons rencontré nous a expliqué que le poporo était l'équivalent de la carte d'identité pour les hommes indigènes. Il s'agit d'un petit pot en rempli d'une poudre blanche, pas celle à auquelle vous pensez, mais un écrasé de coquillages et de bambou (fait également par les femmes!). Dès qu'un homme indigène est en mouvement (soit tout le temps!) il se concentre sur ses pensées en faisant une tâche répétitive : il prends quelques feuilles de coca grillées puis les mâche tout en les mélangeant avec la poudre blanche. Ce mélange crée une sorte de pâte que l'homme vient ensuite coller sur son poporo. Il est important ici de savoir que les indigènes ne notent rien, il n'y a pas de traces écrites de leur histoire, tout se transfère de bouche à oreille puis via le poporo. En effet à chaque fois qu'un homme indigene vient coller cette pâte sur la tige de son poporo c'est comme s'il écrivait dans son journal. Lors des cérémonies de village (uniquement entre hommes) le chaman peut lire dans le poporo de chacun les pensées antérieures mais aussi prédire son avenir.

Alors fille(s) oj garçon(s) ?
Les femmes à la tâche (séchage du cacao et collecte des feuilles de coca)
Poporo y mochilla

Although the inidigenous claim to be nomades they have many villages with specific dwellings according to a man's role within the community. When a member of a family dies the rest of the family leave the house and bury the desceased in the middle of their old home. The body is buried without a coffin in the fœtus position vertically with only the hair sticking out of the ground. According to their culture once the hair shrivels up the negative spirits leave the body and the positive ones are ready to be reincarnated.

During our last evening on the trek we were really lucky to get the chance to chat with the shaman of a local village. He told us that the most important elements of their culture are to live in harmony with nature, to always keep moving forward leaving negative vibes behind and making space to create new positive energy. Somehow the timing of these talks seemed appropriate and the next morning the entire group set off with with a new found energy !

------------------------------

Les indigènes se disent nomades mais construisent néanmoins des villages avec des maisons spécifiques (je vous passe les détails des constructions différentes selon le rôle de chacun) pour le chaman et sa famille, la casa maria (lieu des réunions politiques entre hommes), etc. Même s'ils sont en mouvement constant les indigènes observent des traditions d'obsèques dans leurs villages d'origine. En effet à la mort d'un membre de la famille ils quittent tous la maison et entrèrent en plein milieu de cette dernière le défunt. Au lieu d'être allonger à l'horizontale dans un cercueil tel que nous faisons dans notre culture il est enterré en position fœtale à la verticale avec uniquement ses cheveux qui sortent du sol. Leur culture dit qu'une fois les cheveux morts les esprits négatifs sont partis et l'esprit du défunt est prêt pour être réincarné dans une nouvelle énergie positive.

Lors de notre échange avec le chaman, il a insisté sur l'importance dans leur culture de vivre en parfaite harmonie avec la nature, d'avancer perpétuellement en laissant énergies négatives derrière nous pour en accueillir des nouvelles, positives. Comme quoi le timing de cette rencontre n'était peut être pas anodin, l'ensemble du groupe a attaqué la dernière journée de marche avec une énergie fraîche qui a fait du bien à voir !

Nay se fait des amis! 
Village indigènes Wiwa
13
Ruelles de la vieille ville

A peine fatiguées après nos 6 heures de marche matinale, nous passons une fois de plus à peine 20 minutes à Santa Marta, au terminal de bus, afin de se dirigier vers Carthagène des Indes, dit Cartagena.

Comme nous, vous avez peut-être entendu tout et son contraire sur Carthagène, voici notre avis:

Ville incontournable de l'histoire du pays, voire du continent, Cartagena nous plonge dans le commerce coloniale du 16e siècle. Le port, situé au coeur de la ville, était la porte d'entrée des échanges avec l'Europe et les murailles qui entourrent la vieille ville témoignent des convoitises passées.

Ruelles pavées et animées, balcons fleuris, maisons colorées, vendeurs ambulants de toutes sortes... comment ne pas aimer déambuler au milieu de cette agitation chaleureuse? Après l'expérience n'est sûrement pas la même qu'en plein mois d'août. Nous n'en savons rien mais en tout cas nous avons adoré !

-------------------------------------

After 6 hours walking on the last day of our trek we decided that we had enough energy left to jump on a bus so we headed straight for Cartegena de Indias a mere 5 hours away.

Like us you might have heard mixed opinions about Cartagena but like everything else we decided to make our own opinion, here it is :

Undeniably one of the most important cities in the countries history, Cartagena throws us back to the 16th century and the colonial commercial era. The port, right in the center of the town, was once the door to all exchanges with Europe and the high walls surronding the old town underline just how important a place it was.

Today Cartagena is defined by cobbled streets, blossoming balconies, colorful houses and animated street vendors. What's not to like ? We can imagine that in August with lots of tourists around it might not be quite the same but either way we loved it !

Devant les remparts de la vieille ville

Hormis les charmantes ruelles de la vieille ville, Cartagena est également le point de départ des différentes excursions vers Les îles du Rosaire. Nous n'y échappons pas et profitons, avec nos potes de voyage Etienne et Irène, d'une journée ensoleillée dans l'eau turquoise de la mer des Caraïbes. L'île de San Martin pour commencer (Etienne et Nay ont maintenant une micro-île à leur nom) puis la fameuse Playa Blanca qui n'est plus si blanche étant donné le nombre de restaurants, bars, transats, vendeurs qui ont envahi la plage. Nous réussissons tout de même à trouver notre petit coin de paradis pour profiter au calme de la mer.

-----------------------------------

Other than the animated old town Cartagena is also the link to the Caribbean Islands of Rosario. On a beautiful sunny day we decided to hop on a boat with our new travel buddies Etienne and Irène (a french couple that live in London).

We sped around lots of little islands before being dropped off at San Martin. We managed to find our own little bit of turquoise sea (that we shared with a Colombian family), Etienne and Naomi went for a swin around the island and even found a small one which they decided to name after themselves ! After that we headed to the famous Playa Blanca which was very touristy but we managed to find a lovely spot further along the beach to relax for a bit.

Isla de San Martin
En route pour playa blanca

Et pour finir, comment vous parlez de Cartagena, sans évoquer la charmante place du bout de notre rue, la Plaza Trinidad. Savant mélange de touristes, de colombiens, de vendeurs ambulants, d'enfants jouant au foot, tous réunis autour d'un magnifique sapin de Noël (au milieu des palmiers). Sans oublier, les délicieuses paletas, glaces intensément savoureuses, au 1001 parfums.Pour résumer, on a tout aimé dans cette cité, y compris le petit réparateur électronique qui a tenté de sauver ma go pro.

-----------------------------

One of the things that we loved the most about Cartagena was the charming Plaza Trinidad just down the road from our hostal : a lovely mix of locals, tourists, street vendors, kids playing football and a huge christmas tree right in the middle! Last but not least was the delicious ice cream store just on the corner that had hundreds of flavors, we tried as many as we could !

Plaza Trinidad
14
Tout est dit !

After a lovely few days in Cartagena we caught a 14 hour night bus to MedellÍn. The road was bumpy and slow but we got there in the end. Our strategy for finding somewhere to stay is pretty much always the same : either we head to somewhere that has been recommended to us by a fellow traveller (that we trust) or we go to a neighbourhood where we know that there are a few hostels around (following some quick research often the night before or in the bus on the way there). This way we get to see what we like and don't like before booking and more importantly we can negotiate ! More to come on this in another article but Marie and I love negotiating and hostal prices are a big part of that. Anyway back to Medellín, where we found a nice hostal near the stadium and a busy street (la 70) full of cafés, bars and restaurants.

-------------------------------

Après quelques jours forts agréables à Cartagena, nous avons sauté dans un bus de nuit direction Medellín. La route était bien cabossée, les camions à doubler nombreux et le trajet plus long qu'annoncé, mais après 14h de voyage, nous voici bien arrivées à destination. Notre stratégie pour trouver un logement est quasiment toujours la même : soit nous allons dans une auberge qui nous a été recommandée par un autre (fiable) voyageur, soit nous nous dirigeons vers le meilleur quartier pour dormir (quartier sélectionné après quelques recherches effectuées au mieux la veille voire pendant le trajet de bus précédant notre arrivée dans la ville). Avec cette méthode, nous pouvons non seulement voir ce qui nous plait, ou pas, dans les auberges, mais surtout nous pouvons négocier les prix! Nous vous en dirons un peu plus dans un prochain article mais globalement, Marie et moi adorons négocier et les logements représentent une grande partie du jeu. Mais revenons-en à Medellín, où nous avons trouvé une auberge bien pratique, juste à côté du stade et de la Carrera 70, une avenue regorgeant de bars, restaurants et cafés occupés essentiellement par des Colombiens.

Medellín dans toute sa grandeur

Day 1 found us aimlessly wandering around, slightly overwhelmed by the size of the city having spent much of the previous weeks on the coast or in little mountain villages. Our day was saved however when we ended up in the textile district and found dozens of stores selling personnalised caps, we just couldn't resist. After much negotiating Julio, a Venezuelan that had just escaped to Medellín, got to work on our masterpieces. Less than 2€ per cap, not bad huh !

----------------------------

Jour 1 - Fatiguées de notre trajet en bus et un peu étourdies par la taille de la ville, nous qui avions pris l'habitude de vivre sur la côte ou dans de petits villages de montagne, nous nous sommes retrouvées à déambuler presqu'au hasard à travers les immenses avenues de cette grande ville moderne. Heureusement, notre première journée a été sauvée par la découverte en fin d'après-midi du quartier du textile et notamment des dizaines de vendeurs de casquettes personnalisables. Nous n'avons pas pu résister à la tentation ... et après une courte négociation avec Julio, un vénézuélien fraîchement installé à Medellín, nous avions nos casquettes "6 mois, 5 mois" pour seulement 2€!

Plus qu'un blog ... Un art de vivre

By Day 2 we were already feeling more at home when we crossed the city to visit the Comuna 13, previously an important drug cartel, now a tourist attraction as all the walls are covered in graffiti. After that we headed up to the Pueblito Paísa, a small park on a hill with an impressive view of the rest of the city. After lunch we met up with our guide to do the "Medellín walking tour" that had been recommended to us by a few people. It was absolutely brilliant! Camillo, a young paísa (person from the region in and around Medellín), took us around the main sights sharing both historical & fun facts. We learnt about the key dates and parties involved in the politcal conflict that has cast a shadow over Medellín and all of Colombia over the last 60 years. It was incredibly interesting and very moving to see how much effort the young generations in Colombia are putting in in order to change the negative image that the country has had for so long. After almost 4 hours walking around the city we felt even more at home so we decided to drop by "Poblado" a neighbourhood well known for it's bars and clubs. As per usual we weren't much interested in the crowded touristy places so Marie found us an awesome little Cuban bar serving delicious rum and playing loud salsa music. We started to take some notes as we are planning to visit the salsa capital of Colombia in a couple of weeks time.

-----------------------------

Jour 2 - Nettement plus à l'aise qu'hier, nous avons traversé la ville en métro (Medellín est la seule ville de Colombie à posséder 2 lignes de métro depuis plus de 25 ans et c'est une veritable fierté pour les habitants! ) pour rejoindre la Comuna 13. Il s'agit de l'un des principaux QG de l'ancien cartel de la drogue, aujourd'hui reconverti en un quartier touristique où l'on peut admirer de nombreux tags sur les murs. Nous avons poursuivi notre balade jusqu'au Pueblito Paisa, un petit village typique reconstitué en haut d'une colline et offrant une belle vue sur la ville. Juste le temps de grignoter un arepa et une empañada, et il est déjà l'heure de rejoindre notre guide pour le "Medellín walking tour", vivement recommandé par plusieurs personnes. Tout simplement exceptionnel ! Camillo, un jeune paisa (personne originaire de Medellín et sa région) nous a fait découvrir les principaux points d'intérêt du centre-ville tout en partageant avec nous de nombreuses anecdotes tant historiques que drôles. Nous en avons appris un peu plus sur les dates clés, les partis impliqués dans les différents conflits politiques, le rôle des cartels de la drogue, qui ont jeté une ombre sur Medellín et plus généralement sur la Colombie, ces 60 dernières années. Une merveilleuse après-midi, émouvante même lorsqu'on réalise les efforts que font les jeunes générations colombiennes pour changer l'image négative que le pays conserve malheureusement. Après 4h de marche, nous apprécions de plus en plus cette ville où la joie de vivre semble plus forte que tout. Nous finissons notre journée à El Pobablo, un quartier touristique réputé pour ses nombreux bars et restaurants. N'étant pas fan de ces endroits pour "gringos", nous avons fini notre journée dans un petit bar cubain diffusant de la salsa et proposant de délicieux ron (rhum) coca. Ayant prévu de visiter dans quelques semaines la capitale de la salsa, il nous a paru important de commencer à prendre quelques notes.

Comuna 13 et ses maisons colorées
Quelques uns des nombreux tags du quartier
Visite à vélo ou grâce aux premiers escalators du monde à but non-commercial, installés au milieu des maisons
Pueblito Paisa, village typique de la région, un peu kitch ...
Sculptures de Botero (*)

(*) La photo de droite représente la résilience des paisas qui malgré la violence (l'oiseau de gauche est éventré suite à un attentat à la bombe) se relèvent et continuent à vivre.

Day 3 found us in a cable car above the city on our way up to Santo Domingo, the poorest neighbourhood of the city, famous for hiding Pablo Escobar when he escaped from jail in the early ninties. It's incredible to see the amount of houses packed in next to and on top of one another. Most have rocks or piles of tiles in strategic points on the tin roofs in order to ensure they don't blow off ! We walked part of the way down before getting back on the cable car and heading for the center where we went christmas shopping (whilst wearing shorts and tshirts). Keep your eyes out in our up coming articles to see what we brought ! For lunch we went to the massive Minorista market. We didn't know which way to turn our heads there was so many fruits, vegetables, colours and smells. However the day was not over yet ...

---------------------------------

Jour 3 - Ce matin nous partons vers Santo Domingo en téléphérique au dessus de la ville (on a l'impression d'être au ski sauf qu'il n'y a pas de neige et qu'il fait chaud). Santo Domingo, un des quartiers les plus pauvres de la ville, est surtout connu pour avoir caché Pablo Escobar lors de sa cavale au début des années 1990. L'amoncellement de maisons, si proches les unes des autres, est assez impressionnant. La plupart des toits sont recouverts de pierres ou de parpaings pour éviter que les tôles ne s'envolent au moindre coup de vent. Nous sommes redescendues jusqu'au centre-ville (à pied puis en téléphérique) pour pouvoir faire un peu de shopping pour ... noël (pas de raison de ne pas acheter de décorations juste parce que nous sommes en short et t-shirt!). Soyez attentifs à nos prochains articles si vous voulez découvrir nos emplettes. Notre matinée s'achève avec un déjeuner léger au gigantesque marché Minorista. Nous ne savions pas où donner de la tête tellement les étales de fruits et légumes, sans même parler des couleurs et odeurs, étaient nombreux. Mais la journée de s'achève pas là ...

Cable car au dessus de la ville
Piscine et mur d'escalade improvisés dans les rues de Santo Domingo
Minorista et ses dizaines de vendeurs de fruits et légumes
15

"Dale dale Medellín,

Hoy te venimos a alentar

Para ser campeón hoy hay que ganar"

Vêtues de nos maillots verts de l'Atletico Nacional, fraîchement négociés dans les rues de Medellín, nous nous retrouvons au stade. 2 places dans la tribune familiale nous a-t-on conseillé au guichet mais non, nous préférons être au milieu des fervents supporters et abonnés. Le kop commence à s'organiser, maillots et drapeaux évidemment mais également tifos géants, trompettes et tambours. L'ambiance commence à monter. Nous sommes littéralement au 1er rang au bord du terrain, derrière un des 2 buts. L'heure du coup d'envoi approche, les tribunes se remplissent, des clameurs et chants commencent à retenir. L'entrée des joueurs déclenchent le début des festivités, les nombreux chants en l'honneur des "verde" emportent le stade (enfin surtout le virage Sud où nous sommes).

"Vamos, vamos mi verde,

Esta noche tenemos que ganar!"

L'ambiance est incroyable, tout le monde chante à chaque minute, certains sont debout sur les balustrades, d'autres agitent les drapeaux mais tous n'ont qu'un objectif encourager et pousser leur équipe jusqu'à la dernière minute.

Le match s'achève par une victoire 2-1 de l'Atletico mais le score cumulé des 2 matches, aller et retour, poussent les 2 équipes jusqu'aux penalties. Les "Verde" ratent beaucoup, les supporters prient, le gardien "Flaco Armani" les sauve un peu mais ils finissent par s'incliner. Seulement quelques secondes pour se remettre de ce scénario tragique aboutissant à une élimination, suffisent aux supporters pour reprendre leurs esprits et chanter de plus bel leur amour pour l'Atletico Nacional.

--------------------------------

"Dale dale Medellín,

Hoy te venimos a alentar

Para ser campeón hoy hay que ganar"

Tonight's activity : the second leg of the Colombian Cup semi final between Atletico National (Medellin's local team) and Tolima. At the ticket booth earlier that day we opted for 2 seats right in the middle of the home crowd, we didn't spend all afternoon negotiating our green and white home shirts for nothing !

The pre match atmosphere was electric. The home team's fan club started setting up dozens of huge banners and flags and a 10 man band with drums and trumpets started getting the crowd in the mood for a big game !

"Vamos, vamos mi verde,

Esta noche tenemos que ganar!"

Our seats (not an approriate name given that everyone was standing for the entire game) were on the very front row behind the south end goal.

By kick off the sea of green home supporters had started singing and chanting like there was no tomorrow !

Au milieu des supporters dans le virage Sud
Come on you greens!
16
La piedra de Guatapé

In the same spirit as Villa de Lleyva for Bogota, Gutapé is a small get away town for the inhabitants of Medellín. 2 hours north of the city Gutapé is a strange yet enchanting place on the edge of an artificial lake.

The lake itself has a big opening along the front of the town then hundreds of different arms that lead of to little islands and coves. Equally as strange is the "Piedra" a huge rock of granite that you can climb in order to get a view over the area. Marie and I opted for a hostal just outside of town with a lovely view across the lake and surronding mountains. We walked for 3 hours around the different coves of the lake into the center of the town which was charming. We discovered the town's nickname "Gutapé dulce" which became apparent when we saw on the sweets, desserts and ice creams on sale in the different stores and stands in the street. I was in heaven !

The next morning we took a canoe out onto the lake. The view was nice but canoeing isn't any less annoying in Colombia than in France ! All in all Gutapé is an interesting place to say the least but like Villa de Lleyva we didn't like the slightly touristy vibe. So off we headed once again in search of some more authenthic Colombia vibes !

-----------------------------

Guatapé est à Medellín ce que Villa de Leyva est à Bogota, une petite ville typique où les habitants aiment venir se prélasser le week-end. Située à 2h de route au nord de Medellín, Guatapé est à la fois étonnante et féerique ... Nichée au milieu d'un lac artificiel aux milles et une branches et îles, la ville jouit d'un front de mer agréable bien que bordé de nombreuses attractions touristiques.

L'étrangeté de la région réside surtout dans la "Piedra", un énorme bloc de granit dressé au bord du lac en haut de laquelle on peut, moyennant un effort de 662 marches, profiter d'un joli panorama sur toute la région.

Contrairement à nos habitudes, Marie et moi avons opté cette fois-ci pour une auberge en dehors de la ville, avec une vue magnifique sur le lac, la Piedra et les montagnes alentours.

Nous avons fait une balade de 3h autour du lac et à travers la campagne environnante pour finalement aboutir au charmant centre-ville. Nous avons approuvé le surnom de la ville "Guatapé dulce" en découvrant les nombreuses sortes de bonbons, desserts, glaces et autres douceurs en vente dans la rue ou dans les boutiques du village. Je ne savais plus où donner de la tête !

Le lendemain matin, nous avons loué un canoë pour partir à l'aventure sur le lac. La vue était très jolie mais faire du canoë est aussi chiant en Colombie qu'en France ! En résumé, Guatapé est une ville sympa à découvrir mais comme pour Villa de Leyva, nous l'avons trouvé un peu trop touristique. Une nouvelle fois, nous sommes donc repartis en quête d'authenticité.

Petite balade autour du lac
Le centre-ville coloré de Guatapé
Mary Poppins
Canoooooooooe
17

In order to get to our next destination, the Coffee Region, we had to go back through Medellín and then jump on a bus heading south for 5 hours to Pereira. Due to a combination of multiple factors (you will learn more about the joys of Colombian buses in another article!) we didn't arrive until gone midnight. We rang the doorbell at the 1st hostal on our list and asked if they had 2 free beds for us. Frederico, the night manager, went off to check but came back saying "tengo un problema", it didn't look like good news for us. In fact it just turned out that he didn't have any sheets left! No sheets was far better than no beds and not an issue given we have both sheet bags and sleeping bags so he gave as a bargain price and we settled in.

The next day we followed Frederico's advice and went off to visit a Coffee Finca (farm). Part of the experience was getting the "Chiva" (typical colombian bus) up the mountain. Chiva buses are brightly coloured, have a series of benches as seats and are completely open on the side so that you can jump on and off as you please. The coffee farm we visited was a family run affair up in the hills above Pereira. Ederson showed us around the farm whilst his father worked in the fields and his grandmother kept a close eye on both of them ! We learnt how to recognize the different growth stages of the beans by colour, size, smell, etc., how to seperate the bean from it's casing and how the beans are dried. It was extremely interesting but Marie definately enjoyed the tasting more than I did, well there was no tea!

--------------------------------------------

Afin de poursuivre notre voyage jusqu'à notre prochaine destination, nous avons été contraintes de revenir à Medellín pour sauter dans un bus direction Pereira. Les 3h initialement annoncées se sont transformées en 5h de trajet suite à la combinaison de différents facteurs que vous découvrirez dans un article sur les bus colombiens à venir prochainement. Il était donc plus de minuit quand nous avons sonné à la porte de l'auberge que nous avions sélectionnée (mais pas réservée). Frederico, le responsable, nous a confirmé qu'il avait bien 2 lits de disponibles mais qu'il avait "un problema", pas très rassurant... En fait, le problème était simplement qu'il n'avait pas de draps en stock. Préférant l'option "pas de draps" à l'option "pas de lits", et ayant nos propres sacs à viande, nous avons accepté sa proposition moyennant un prix défiant toute concurrence.

Après avoir chillé une bonne partie de la matinée, nous avons suivi les conseils de Frederico et sommes parties visiter une finca de café. La découverte a commencé dès le début puisque nous sommes montées dans un bus Chiva, un bus colombien typique de la région du café, à travers les routes/chemins sinueux de montagne. Les Chivas sont très reconnaissables avec leurs couleurs vives, leurs bancs en bois en guise de sièges et leurs ouvertures des 2 côtés facilitant la montée et la descente des passagers à tout moment. La plantation, perchée sur les hauteurs de Pereira, est une affaire de famille qui se transmet de génération en génération. Ederson nous a fait faire le tour de la propriété où son père recolte encore les graines et où sa grand-mère est toujours là pour vérifier que tout se passe bien. Nous avons appris à reconnaître non seulement les différents stades de développement du café à travers sa couleur, sa taille ou son odeur mais également la manière dont la graine est séparée de sa peau et de la pulpe puis séchée. Cette visite, qui s'est achevée par une dégustation, que Marie a nettement plus appréciée que moi (évidemment, il n'y avait pas de thé!), fut extrêmement enrichissante.

Bus Chiva
Le café dans tous ces états
Selection des baies et séparation de la graine de sa pulpe
Ederson et sa grand-mère devant les grains en train de sécher

Even though there wasn't much else to do in Pereira we were reluctant to leave as everytime we went back to the hostal it felt like going home, that's how nice and welcoming Frederico and Valentina were. The town probably has no more than a handful of tourists a week as everytime we ventured out into the streets we were called "gringas" and asked to have our photo taken, a first since our arrival in Colombia. We stayed longer than initially planned but on the 3rd day we moved on to Filandia, a lovely little colonial town where we relaxed, read, played cards and pool.

----------------------

Même s'il n'y a pas grand chose à faire à Pereira, nous nous sentions un peu chez nous dans cette auberge notamment grâce à l'accueil chaleureux et à la prévenance dont Frederico et Valentina ont fait preuve. En outre, cette ville n'attirant qu'une poignée de touristes chaque semaine, nous nous sommes vues attribuer le surnom de "gringas", accompagnés d'un grand sourire, plusieurs fois et ce pour la première fois en Colombie. On nous a même demandé s'il était possible de nous prendre en photo! Bref, c'est avec un léger pincement au coeur que nous sommes parties vers Filandia, une jolie petite ville de style colonial, parfaite pour se reposer, lire et jouer aux cartes et au billard.

Welcome to Filandia
Le billard, plus qu'une activité, un véritable sport national en Colombie

The next day we went down the road to Salento which was far more touristy and less authenthic than Filandia but which was a good base for a walk we wanted to do. At least we enjoyed the Alumbrado (lights festival) that evening when everyone put different shapes and sizes of lanterns out on the street. The next morning we clung on to the back of a jeep (quite litterally) and went to visit the heart of the Cocora Valley with it's enormous palm trees. The weather, for once, was a bit dodgy but we managed to get a good glimpse of the towering (up to 60m, 200 feet) trees through the mist and rain before heading back down to Salento.

--------------------

Une journée nous a suffit pour profiter de la ville et de ses alentours, nous avons donc continuer notre route jusqu'à Salento, nettement plus touristique et donc moins authentique que Filandia. Nous avons au moins pu profiter de l'Alumbrado (fête des lumières dédiée à la Vierge Marie) puisque les habitants installent des lanternes et bougies de différentes formes devant leur porte. Après nous être littéralement accrochées à l'arrière d'une Jeep, notre petit tour dans la région du café s'est achevé par une balade dans la vallée de Cocora et ses énormes palmiers en pleine montagne. Pour une fois la météo a été un peu capricieuse mais nous avons pu entrevoir ces immenses palmiers (jusqu'à 60m de haut) au milieu du brouillard et de la pluie.

Alumbrado, fête des lumières
Forêt de palm tree dans la montagne
Balade au milieu des palmiers (et sous la pluie)
2 jolis colibris au coeur de la montagne
Hanging on ! 
18

L'entendez-vous ? Cette musique au tempo rapide qui vous entraîne et vous donne envie d'enflammer la piste de danse.

La salsa est partout à Cali, dans les bus, dans la rue, dans les magasins, dans les clubs ... Nous ne pouvions donc pas nous arrêter dans cette ville du Sud colombien sans nous mettre au rythme local.

Globalement la ville n'a pas beaucoup d'attraits si ce n'est les nombreuses écoles de salsa qui proposent des cours pour apprendre cette danse qui donne tant envie de vous trémousser mais qui possèdent de codes précis et complexes à maîtriser. Curieuses, et un peu stressées il faut l'avouer, de découvrir cette danse si populaire en Colombie, et dans bien d'autres pays, nous nous sommes laissées entraîner par Daniel pendant près de 2h pour apprendre les principaux pas de base. Assez fières des progrès accomplis et légèrement flattées par Daniel, nous sommes allées tester nos connaissances grandeur nature à la Topa Tolondra, un des clubs les plus connus de Cali. Globalement et pour parler honnêtement, nous étions très (très, très) nulles! Le rhum et l'aguardiente nous ont donné un peu de courage pour ébaucher quelques pas avec de courageux colombiens mais nous étions loin de pouvoir prétendre danser la salsa. Voir tous ces danseurs évoluer les uns avec les autres, avec grâce, élégance et bonheur, nous a malgré tout donné le sourire et nous a prouvé une nouvelle fois la joie de vivre des Colombiens.

-----------------------

Can you hear it ? That fast moving jazzy latin music that makes you want to dance the night away ?

Salsa is everywhere in Cali : in the bus, on the street, in the shops and in the clubs ! We therefore couldn't stop in this southern Colombian town without giving it a try ! The town boasts dozens of salsa schools offering individual or group lessons in order to help beginners like us learn the complexe and specific moves.

We were curious but also quite nervous so we decided to opt for a private class, just ourselves and Daniel for a whole two hours. At the end of the lesson we were proud of the progress we had made, we had managed to learn about 10 basic steps. Daniel urged us to go and practise in the locally famous Topa Tolondra salsa club. If we are totally honest it was a fiasco ! The rum and aguardiente (local liquor) gave us the necessary dutch courage to accept a few dances from some very brave colombians but we are really not sure that you can call what we were dancing salsa ! However just sitting, drinking and watching other people danse was also great fun, the Colombians really know how to have a good time !

Mais Cali ne s'arrête pas à la salsa pour nous puisque nous y avons découvert une toute autre activité, assez complémentaire de la première pour tout vous avouer ... le casino ! En effet, la ville possède plusieurs grands casinos offrant notamment la possibilité de jouer à la roulette. Parties avec 20 000 pesos (5,5€), nous sommes ressorties avec pas moins de 145 000 pesos (40€). Noir/rouge, colonnes et quelques numéros glissés au hasard par ci par là, nous ont permis de ne pas prendre trop de risques, (d'essayer) de calculer les probabilités et de repartir avec une jolie somme. Sans oublier que la bière et les petits sandwiches sont servis à volonté ! Nous ne pouvions pas espérer mieux pour rembourser nos cours de salsa.

-------------------

But the fun and games in Cali didn't stop there. Indeed we found another activity, one that paid for our salsa lessons, a casino ! There are 3 or 4 big casinos in Cali and some of them have roulette tables. We put 20 000 COP (5,5€) on the table and we left with no less than 145 000 pesos (40€). Everyone around us was throwing down tokens left, right and center. We took our time studying the differenr probabilites and our hard work paid off ! The best part of it was the free beers and sandwhichs provided throughout !



Pas de vraie photo mais vous voyez l'idée!

La salsa et le casino sont des occupations parfaites pour la soirée mais il faut bien occuper ses journées ... le foot-billard (surprise d'anniversaire un peu en retard!) étant fermé, nous avons opté pour une visite de San Cipriano, un petit village à l'ouest de Cali. La journée a plutôt mal commencé puisque, pour la 1ère fois depuis notre arrivée, le bus ne s'est pas arrêté pour nous laisser descendre (ok on ne s'était endormies). Notre énervement, surtout le mien, s'est vite dissipé lorsque nous avons découvert ébahies notre nouveau moyen de locomotion : une moto propulsant une plateforme en bois sur des rails de train ! Le déplacement valait le détour rien que pour vivre cette expérience ! Le village de San Cipriano en lui-même n'a rien d'atypique mais les balades dans la jungle environnante, la petite cascade et surtout le tubbing (descente de la rivière sur des grosses bouées) nous ont offerts une journée bien agréable.

----------------------

So salsa and the casino kept us busy during the evenings but what about during the day ? I tried (and failed!) to organise a belated surprise for Marie's birthday so instead we went to San Cipriano a little village 2 hours west of Cali. For the first time in 5 weeks in Colombia we missed our stop on the bus (we fell asleep without telling the driver where we were getting off!) but it was worth the wait as when we arrived we discovered something quite strange : a motorbike pushing a small carriage along a train track ! The village itself was tiny and insignificant but the surronding jungle made for a good walk and we had a lot of fun tubing down the river !


Meilleur moyen de transport
Tubbing sur la rivière

Nous profitons de cet article pour lancer notre grand America del Sur Challenge. Le concept est assez simple, 6 pays, 6 défis, un par pays vous l'aurez compris. Nous avons relevé le 1er défi que nous nous étions fixé : apprendre à danser la salsa (on a pas dit maîtriser). À vous de nous faire des propositions pour les 5 autres défis à venir. Pour rappel nous allons en Equateur, au Pérou, en Bolivie, au Chili et en Argentine. Nous choisirons les meilleurs défis. Laissez libre court à votre imagination (pas trop quand même) et on attend vos commentaires !

--------------------

We would like to make the most of this article to get our "South America Challenge' underway. The concept is fairly simple : 6 countries, 6 challenges. We set the first one for ourselves : learn to dance salsa (we didn't say master it!). So now it's up to you to set us some challenges for the 5 countries still remaining on our list (Ecuador, Peru, Bolivia, Chile and Argentina). Let your imagination run wild and we will pick our favourite ones ! Just leave your ideas in the comments below :)

19

Nous sentant de plus en plus comme à la maison dans cette ville, sans même parler de notre nouvelle façon de gagner notre vie (le casino!), nous n'avions pas très envie de partir vers le Sud. Après 4h de bus pour Popayan nous décidons finalement de sauter dans un nouveau bus afin de rejoindre directement San Agustín. Pensant poursuivre tranquillement notre voyage, il s'avère que la route se transforme rapidement en un chemin de terre, parsemés de pierres et de nids-de-poule, nous secouant allègrement.

Mais lorsque le soleil s'est levé sur San Agustín le lendemain matin la vue depuis la terrasse située sur le toit de notre charmante auberge était magnifique et nous étions toutes excitées à l'idée de visiter les environs et les principaux sites archéologiques à cheval. Toute personne me connaissant un peu comprendra très vite la peur qui commençait petit à petit à m'envahir jusqu'à ce que nous rencontrions Javier, notre guide. Après quelques minutes précieuses pour faire connaissance avec nos chevaux, nous sommes parties en balade (avec un peu plus d'appréhension pour moi que pour Marie). Pour dire nous avons même fait du galop à plusieurs reprises, nous avons adoré et ce fut dans aucun doute l'une de nos meilleures après-midi en Colombie. Les chemins que nous avons pris en plein milieu de la nature était tout simplement époustouflants.

Javier a été un excellent guide ; à travers les différents sites archéologiques visités, il nous a donné plein d'informations sur l'ancienne culture de San Agustín, sur ses croyances, ses coutumes... Javier est aussi le seul colombien avec qui nous avons partagé quelques idées politiques. Il nous a notamment raconté que lui et son frère avaient été invités par les FARC à un meeting dans la montagne en vue des élections présidentielles de 2018 mais qu'ils avaient refusé la proposition étant contre les révolutionnaires. Le moment le plus intéressant fut quand Javier nous expliquant que l'actuel président, Santos, était le pire président colombien (notamment à cause de la corruption), se fit reprendre et contredire par deux étudiantes en science politique. Cet échange nous a permis de mieux appréhender les différences entre générations et entre paysans et citadins.

-----------------------------

We were reluctant to leave Cali that had really started to feel like home over the last few days not to mention a way to make a living (thanks to the casino)! After 4 hours in the bus and only minutes from arriving in Popayàn we decided to hop straight onto another bus, this time for San Agustín. We were thrown from one side of the bus to the other as we traveled along a dirt track covered in pot holes.

However when the sun rose in San Agustín the next morning it was worth it. The view from the roof terrace of our hostal was beautiful and we were told that the best way to visit the surronding area and famous archaeological sites was on horseback. Anyone that knows me will understand the fear that consumed me all morning before meeting Javier our guide. However by the time we jumped (scrambled for my part) onto our horses we were feeling much more confident as we had time to get to know the horses beforehand whilst Javier redid one of his horses shoes.

Without a shadow of a doubt it was one of the best afternoons yet in Colombia. The nature surronding the tracks we took was stunning, Javier was a delightful guide taking his time to explain to us the different archaeological sights we saw and to top it all we walked, trotted and even galopped on the horses and thouroughly enjoyed it ! Javier was also the only Colombian to have shared his politcal views with us, telling us he was invited to a FARC meeting in the mountains with his brother, an important member of the community, but that they had refused as they were "revoluntionistas". The most interesting part was when he was ranting on about the current president, Santos, saying he was the worst president Colombia had ever had when two young students studying politics started disagreeing with him for all to hear. It was interesting to see the differences between the two generations opinions.

Balade à cheval à travers des paysages magnifiques

Un petit focus sur les sites archéologiques que nous avons visité à San Agustín. Il semble que la majorité des statuts de pierre et des tombes découvertes dateraient du 1er siècle après JC. De nombreuses théories tentent d'expliquer la disparition de cette civilisation mais la vérité est que personne n'est sûr de rien ! L'origine de ces sculptures est assez étrange mais les archéologues s'accordent pour dire que l'objectif était d'enterrer le défunt en dessous d'une statut de pierre le représentant lui et ses attributs ou sa place dans la société (toujours à travers des métaphores animales). Pas simple à comprendre ...

--------------------------

Anyway back to a quick focus on the archaeological sites we saw during our stay in San Agustín. The majority of the stone statues and tombs are said to have be built somewhere between 1 to 900 AD. There are various theories about who these societies were and why they disappeared but to keep it simple basically they have no idea ! The concept is therefore quite strange without knowing much about the backgound but it would seem that the idea was to bury the dead next to a stone statue representing them and their attributes (often through animal metaphors). Did you understand all of that ? To be honest we didn't either!

Enormes blocs de pierre sculptés et peints pour certains

Pour notre 2e jour, nous nous sommes laissées balader en jeep afin de découvrir les magnifiques alentours de la ville : la 2e plus haute cascade d'Amérique du Nord (le saut de Bordones), la glissade puis la chute de Nay dans une rivière où il était interdit de se baigner, plusieurs autres sites archéologiques.

Mais l'un de nos meilleurs moments à San Agustín restera notre 2e match de foot en Colombie. José, Yoan et Marie contre Felipe, David et Naomi. Quel match ! Nous avons décidé d'arrêter le match à 9-9 après une fabuleuse remontada de l'équipe de Nay! Nous nous sommes autant amusées que nos petits copains.

-------------------

The 2nd day we took a "jeep tour" to visit the sights of the surronding area that were a little further out. We saw some stunning views, like the 2nd tallest waterfall in South America (El Salto de Bordones), and other than Nay slipping and falling into the river and soaking herself and her bag it was all in all a great day.

However our highlight from San Agustín had to be our 2nd football match in Colombia. José, Yoan and Marie against Felipe, David and Naomi. What a game ! At 9-9 we decided to call it quits as we were all exhausted but we had a great time with a lovely bunch of kids.

L'une chavire dans la rivière alors que l'autre (fait semblant de) médite (r)
Magnifique cascade !
On s'amuse comme on peut !
Match de foot de folie !

Notre décision de continuer jusqu'à San Agustín sans nous arrêter à Popayan à soulever tout un tas de question quand nous avons découvert qu'il existait un autre chemin pour se rendre directement en Equateur sans revenir sur nos pas. Neanmoins, cette route étant surnommée "le trampoline de la mort" (sans parler des risques d'attaques de guérillas), nous avons pris la sage décision de ne pas prendre cette direction, en nous disant que nos mères seraient fières de nous.

Nous avons clôturé nos 5 merveilleuses semaines en Colombie à Popayan qui ne mérite pas vraiment le détour si ce n'est pour le délicieux repas que nous avons pris avant de monter dans un bus de nuit pour l'Equateur.

--------------------

Our decision to go straight to San Agustín skipping out Popayàn lead to a fresh round of questions when we realised we could also get to Ecuador from the other side of San Agustín without having to go back on our tracks. However when we learnt that the other road was nicknamed the "trampoline of death" and that there were often Guerilla ambushes on the road we decided to go back the way we had come thinking how proud our Mums would be of our sensible decision.

We finished our amazing 5 week adventure in Colombia passing through Popayàn, which doesn't really deserve a mention other than for one lovely meal, the day before jumping on the night bus to Ecuador.

Popayan, peu d'intérêt si ce n'est sa gastronomie
20

When you ask a Colombian if a particular restaurant, hike or view is worth checking out they will always answer "Vale la pena!" (it's worth it!) even if it isn't ! Jokes aside we absolutely loved every second of Colombia and definately thought it "vale la pena". Here below are 10 things we learnt about the country, it's ways and our own whilst we we there :

------------------

Lorsque vous demandez à un Colombien si une randonnée, un mirador ou un restaurant vaut le détour vous aurez toujours la même réponse (quelque soit le véritable intérêt du lieu) : " vale la pena" ! En ce qui nous concerne, nous avons adoré chaque seconde de la Colombie, vale vraiment la pena !

Ci-dessous vous trouverez 10 choses que nous avons appris sur le pays et sur nous-même lors de ces 5 premières semaines de voyage.

Si, si, on a vraiment kiffé et on ne s'est même pas (encore) engueulées

1) Getting the bus in Colombia is far more than just a way of getting from A to B!

Over the course of 5 weeks we must have sat next to and chatted to dozens of Colombians on their way to work or heading home. Indeed all the buses we took were local ones and as there are no trains and few planes in Colombia the buses were mostly 95% full of locals rather than tourists which we loved as it gave as a chance to see the country and people as they went about their daily lives.

For example we quickly noticed that the buses are not used just for transporting people. Indeed if you sit up front you can regularly see people dropping packages off with the driver (through the window or main door depending on their size) which the driver then delivers further along the road. We saw live chickens, prescription medecine and even a young girl transported this way. If needed the driver gets out the bus to cross the road and deliver a package leaving all the passengers waiting patiently.

Another interesting concept in Colombia are the bus stops. I was going to say that they don't exist but they do. Indeed, everything, from 10 meters past an "official stop" to the middle of nowhere on the motorway, consists as a stop. The bus is therefore constantly stopping and starting letting people on and off. At first it's annoying but once you learn to use it to your advantage like the locals you learn to appreciate it and also find it very funny. Example: Say someone hails down the bus on the corner of a busy road a mere 50m from where you want to get off you might think "the bus has just stopped so I could jump off and walk 50m". No, that would be far too logical ! You have to wait until the bus is just starting to pick up speed again then tap loudly on the side of the bus and get off exactly where you had planned to. This system is just one of the reasons why it can take hours to cover only 100km.You just have to smile and let it be :)

Another reason is the fact that the driver's assistant (the man with the most dangerous job in the world, who hangs out the open bus door shouting out our destination in case anyone wants to jump on) always seems to think the bus is bigger that what it actually is. When you think there can not possibly be space for one more person onboard, think again ! Getting a seat at the begining of a journey always seems like a win until there are double the amount of people standing and you have someone's ass, or worse, in your face ! And if there is really no spaces left in the bus there is still hanging out an open door (at least 4 or 5 per door) and sitting/lying on top. Add to this amount of people, their luggage and the unlimited amount of stops you now fully understand why getting from A to B always takes twice the time you are told at the "Terminal" (station) but also often provides a good show !

-----------------

1) Prendre le bus en Colombie, une activité en soi.

En 5 semaines nous avons eu la chance de nous asseoir à côté de nombreux locaux et de discuter avec eux qu'ils soient en train de rentrer chez eux, en route pour le travail, ou autre trajet. En effet il n'y a pas de trains et peu de vols en Colombie, les bus étaient donc souvent remplis à 95% de locaux nous offrant l'opportunité de les voir évoluer dans leur quotidien.

Par exemple, nous avons remarqué très rapidement que les bus ne servent pas uniquement à transporter des personnes. En se mettant à l'avant, on peut voir tout type de personnes déposer des colis auprès du chauffeur (à travers la fenêtre ou la porte principale selon leur taille) qui sont ensuite livré plus loin sur la route par le chauffeur ou son assitant. De cette manière nous avons vu des poules, des médicaments et même une petite fille être livrés ! Si le chauffeur a besoin de descendre et traverser la route pour livrer son colis, les passagers attendent patiemment, apparemment c'est normal !

Un autre concept intéressant en Colombie est les arrêts de bus. J'allais dire qu'ils n'existent pas mais ce n'est pas vrai. En fait, il existe des arrêts officiels mais tout ce qui se retrouve entre deux arrêts (que cela soit 10m après un abris bus ou sur l'autoroute) est également considéré comme un arrêt. Le bus passe ainsi son temps à s'arrêter pour laisser monter ou descendre des passagers. Au début c'est assez énervant mais avec le temps ça devient drôle puis même très utile quand tu commences à utiliser, toi aussi, le bus comme les Colombiens. Un exemple : imaginons quelqu'un qui monte dans le bus à 50m de là où tu avais prévu de descendre. Tu pourrais penser "Je vais descendre là et marcher 1 minute". Non non non ! Il faut attendre que le bus ait à peine commencer à reprendre de la vitesse puis taper fort sur la fenêtre pour faire comprendre au chauffeur que c'est à ton tour de descendre. Vous comprenez déjà un peu mieux pourquoi on met des heures à faire seulement 100km. Il n'y a rien d'autre à faire que d'accepter avec le sourire.

La dernière particularité des bus Colombiens est le fait que l'assistant (l'homme avec le travail le plus dangereux sur terre!) pense toujours que le bus est plus grand que ce qu'il est vraiment. Quand vous pensez qu'il ne reste plus aucune place, repensez-y ! Avoir un siège au début d'un trajet semble toujours être une belle victoire jusqu'à qu'il y ait deux fois plus de personnes debout qu'assises et vous vous retrouvez avec le cul, ou pire ..., de quelqu'un dans la tête ! Et lorsqu'il n'y a vraiment plus de place il reste l'option de s'accrocher à la porte par dehors (jusqu'à 5 personnes par porte) ou bien de s'allonger sur le toit.

En mélangeant l'ensemble de ses points vous comprendrez encore mieux pourquoi nous prévoyons toujours deux fois plus de temps que ce qui nous est initialement indiqué pour le trajet mais aussi pourquoi prendre autant le bus ne nous dérange pas, on profite toujours du spectacle!


2) Ne jamais écouter un colombien vous expliquant le chemin

Durant notre séjour en Colombie, je ne crois pas avoir rencontré plus de 3 colombiens mal-aimables. Ils sont plutôt généreux, gentils, drôles, accueillants, nous avons vraiment rencontrés des gens géniaux ! Le seul reproche que l'on pourrait leur faire est qu'ils sont toujours prêts à aider un gentil touriste souriant, et un peu perdu, même s'ils n'ont aucune idée de ce qu'il recherche. Même si nous savons qu'ils ne faut pas leur faire confiance, ils paraissent tellement convaincus de ce qu'ils affirment, que nous nous sommes souvent retrouvées à perdre du temps en écoutant leurs indications : monter en haut d'une colline selon les indications d'un 1er, redescendre sous les conseils du 2e, puis remonter comme nous l'indique le 3e ... Ils sont gentils mais fatiguant :)

------------------

2) Never listen to a Colombian giving directions

During our entire time in Colombia I don't think we can have met more than 3 grumpy Colombians. Indeed they are generous, kind, fun and open-minded people, we met some absolute gems ! The only fault we can find them is that they are often over keen to give directions to a lost looking tourist even if they have never heard of or have never been whereever you are looking for. The problem is they are always so convincing to the extent that even though we knew not to trust their directions after only a few days we often found ourselves falling for it time and time again : walking up hill follwing one man's directions, back down when receiving new ones at the top, etc. !

3) L'omniprésence de Simon Bolivar

Si vous demandez à un européen quel est le colombien le plus célèbre, je vous parie que 90% vous répondrons Pablo Escobar. Posez cette question à un colombien, ou venez simplement faire un tour en Colombie, et vous verrez que, sans l'ombre d'une hésitation, la réponse sera Simon Bolivar. J'entends déjà quelques intellos dire se Simon Bolivar n'était même pas colombien (il est né au Venezuela), mais ne dites jamais ça ici ! Il a été le 1er, et le seul, président de ce qui s'appelait alors la Grande Colombie (Panama, Equateur, Venezuela et Colombie) et surtout le libérateur de la Colombie, et des 3 autres pays.

Pour vous illustrer un peu plus mon propos, j'ai fait un pari avec Marie : quelque soit la ville dans laquelle on se trouve en Colombie, nous devons trouver à moins de 100m une statue, une place, un immeuble, une rue Simon Bolivar. Il est absolument PARTOUT!

Nous ne vous avons quasiment pas parlé de Pablo Escobar tout simplement parce qu'ici ce n'est pas sujet, contrairement à ce que nous imaginions. Son nom n'est jamais mentionné et vous pouvez sentir, en particulier à Medellín, la volonté de la nation d'inscrire les années de terreur dans le passé et de faire triompher une image de la Colombie, plus dynamique, plus pétillante et surtout extrêmement vivante.

----------------

3) The omnipresence of Simon Bolivar

If you were to ask any European who is the most famous Colombian you know I bet over 90% would say Pablo Escobar. Ask any Colombian that question or simply come to Colombia and see for yourself, the answer is without a shadow of a doubt Simon Bolìvar. I can hear some of you smarty pants saying he wasn't even Colombian (he was born in Venezuela) but never say that over here! He was the first ever President of what was at the time known as Gran Colombia (Panama, Colombia, Venezuela and Ecuador) and he is known as the "libertador" who freed Colombia (and the other 3 countries) from the Spanish. I made a bet with Marie saying that if you stand at a given spot in any town in Colombia within 100 meters you will be able to find either a statue of the man himself, a Plaza Bolìvar, a calle Bolìvar or some kind of Bolìvar building. The guy is absolutely EVERYWHERE !

We haven't really talked much about Pablo Escobar but that's because to be honest it's a non topic here, contrary to what we expected. His name is not mentionned and you can sense, especially in Medellín, the desire of the nation to push past the negative images that he left behind and to create a new dynamic, fresh and safe Colombia.

4) Vous n'aimez pas la friture ? Ne prévoyez pas un voyage en Colombie !

Les stands de nourriture dans la rue (un moyen populaire, pour les locaux comme pour les voyageurs, de manger) proposent majoritairement des en-cas fris ! Numéro 1 sur la liste, les empanadas. Une sorte de feuilleté en demi-lune fourré au pollo, carne o verduras (poulet, viande ou légumes) qui ne coûte que 1000 ou 2000 pesos colombiens (soit entre 0,30€ et 0,60€). La meilleure façon de les consommer est directement devant le stand afin de pouvoir ajouter toutes sortes de sauces, plus ou moins piquantes, entre chaque bouchée. Sur le même principe que notre théorie sur Simon Bolivar, vous trouverez toujours dans un rayon de 100m autour de vous, un vendeur, ou un mangeur, d'empanadas.

À chaque coin de rue, vous pourrez également trouver des arepas, des petites galettes de blé ou de maïs toujours agrémentées de fromage voire de tout autre complément, sucré ou salé, de votre choix. Les "dedos" (littéralement les doigts), grand et long feuilleté fris au ... fromage sont également des en-cas faciles à trouver.

Et pour finir, même si ce n'est pas fris, toutes les "panaderia" (boulangerie) proposent également des sortes d'empanadas sucrées fourrées à l'arequipe, équivalent du dulce de leche argentin, sorte de coulis de caramel.

Quant aux fruits nous avons goûté non seulement ceux que nous connaissons déjà (mangue, ananas, papaye) mais aussi ceux qui sont spécifiques à la région (lulo - un mélange acide d'orange et de citron vert, guanabana - une sorte de pâte blanche qui a un bien meilleure goût que son aspect, et maracuya - similaire au fruit de la passion). Tous sont délicieux, juteux et pas cher du tout !

----------

4) Don't like fried food ? Don't plan a holiday in Colombia !

Street food (a popular way to eat for locals and travellers alike) consists mainly of fried delights ! Empanadas have to be n°1 on the list. Half moon shaped pastries filled with pollo, carne or verduras (chicken, beef or vegtables) cost around 1000 to 2000 Colombian pesos (COP) a go (somewhere between 0,30€ et 0,60€) and are best eaten in front of the vendors booth as the idea is to take a bite then add one of the many sauces available to each subsequent bite. A little like my theory on Simon Bolìvar I reckon that whereever you are standing in Colombia someone within 100 meters of you will be eating or selling an Empanadas! On every street corner you will also find "arepas" a flat wheat bread that is always topped with cheese whatever other toppings you choose (sweet or savoury) and "dedos" (pastry fingers) also filled with cheese. In terms of sweets "Arequipe" (dulce de leche - caramel) is the empanada equivalent, ie. it's everywhere !

When it comes down to exotic fruits we have enjoyed trying not only those that we already know (mango, pineapple, papaya) but also those specific to the area (lulo - a slightly acid and tangy mix between orange and lime, guanabana - a thick white pastey fruit that tastes a lot better than it looks and maracuya - passion fruit). All are absolutely delicious, juicy and dirt cheap !

Des fruits et des jus !

5) When you are thinking of throwing something away, think again !

In Colombia everything is recycled and used for something else. Bottle tops are used to make curtains, empty bottles to make steps in the mud, plastic containers are cut in half and become dustpans and all electronical parts are reused in another appliances. The genious behind some of the recycled objects is quite impressive !

And we've really begun to ask ourselves why we worried so much about the content of our bags beforehand. We could have got absolutely everything here at half the price. And the best thing when you are looking for an object in particular is that all the stores for a given need are all located in the same area. There is a road full of electronics stores, another full of clothes stores, the next full of DIY stores, etc. It makes finding the perfect product at the right price so much easier and wierdly they all seem to know each other and have their specificities as they will happily send you next door to their competitors if they don't have exactly what you are after.

-----------

5) Quand tu es sur le point de jeter quelque chose à la poubelle, réfléchis y il faut à deux fois.

En effet, en Colombie tout se recycle, rien ne se perd. Les bouchons se transforment en rideaux, les bouteilles vides en marches d'escalier, des bidons coupés en deux se transforment en pelle et toute pièce électronique peut-être réutilisée dans un autre produit. L'ingéniosité de certains articles est assez impressionnant !

On s'est demandées pourquoi nous avions autant rempli nos sacs avant de partir en voyant qu'ici on peut tout trouver et qu'en plus c'est moins cher ! Par exemple quand on cherche un lieu pour réparer le legging ou la go pro de Marie, ou mon téléphone, c'est très simple. En effet, tous les magasins proposant des produits similaires se retrouvent dans une seule et même rue. Ainsi il y a une rue pour les produits électroniques, une pour les fringues, une autre pour le matériel de bricolage, etc. Il est donc, en théorie, plus facile de trouver ce qu'on cherche surtout que les vendeurs sont contents de t'envoyer chez la concurrence s'ils n'ont pas exactement ce que tu cherches.

Bottles reused as curtains or xmas decorations 

6) Les vendeurs de rue

Besoin d'un plumeau, d'une télécommande, d'une salade de fruits, d'un empanadas ou d'un jus ? Pourquoi ce rendre au supermarché, dans la rue tout y est. Voire même pas besoin de se déplacer, vous pouvez faire vos achats directement dans le bus ou à défaut par sa fenêtre. En effet, tout un tas de vendeurs monte dans le bus, quelque soit la durée du trajet, et vous propose leurs produits. Vous n'êtes pas intéressé ? Il vous colle quand même leurs gâteaux, bonbons ou autres potions magiques dans les mains pendant leur discours de vente (technique de vente qui porte ses fruits lorsque le gâteau sent extrêmement bon). Mais les vendeurs de rue ne se limitent pas au bus, ils vous crient "a la orden" à chaque passage devant leur stand. Entendre 30 fois "a la orden" entre deux coins de rue est donc chose possible en Colombie. En vrai, on regarde, on sent, on demande/négocie le prix et si ça nous plaît, on goûte.

--------------

6) Street Vendors

In need of a broom, a tv remote, a fruit salad, an empanadas or a juice ? Why bother going to the supermarket when you can get everything in the street. In fact most of the time you don't even need to get down from the bus as most salesmen jump on board or come to the window to showcase their products.

You're not interested ? Doesn't matter ! They shove their cakes, sweets or other products into your hands whilst making their sales pitch (a good technique when the product smells good!) only picking them up again once they are really sure you aren't going to buy.

Salesmen aren't limited to the bus though. Passing along a street full of vendors you will hear a constant wave of "a la orden" (at your service). We have spent a lot of time looking, smelling, negotiating and finally trying the different foods and beverages on offer. And so far so good, we haven't been ill!

7) La négo plus qu'une nécessité, un art

Avec Nay, nous nous sommes trouvées une passion commune : la négociation. Nos années passées à fréquenter les chinois, nous ont probablement permis d'acquérir de solides bases mais au delà de la recherche d'une simple baisse de prix, la négociation est avant tout un jeu. C'est simple tout se négocie ... de la chambre d'hôtel (évidemment!), aux billets de bus, en passant par nos repas de rue, nos tongs, ceintures, maillots de foot sans oublier les souvenirs (non, on rigole, on ne vous ramène rien, il nous reste encore 4 mois à porter nos sacs ...). Passées maîtresses dans l'art de la négociation, nous avons partagé notre savoir avec d'autres jeunes voyageurs, leur donnant trucs et astuces pour "payer le juste prix" (comprendre un prix inférieur à celui annoncé initialement). Pris au jeu, nos compagnons de voyage Etienne et Irène nous ont mises au défi de payer un bus de nuit moins qu'eux soit 105 000 pesos alors que le prix affiché était de 120 000 pesos. Challenge accepted ! Après quelques courtes minutes de discussions avec Carlos, nous voici en possession de 2 billets à 100 000 pesos. L'élève n'a pas encore dépassé le maître ...

Mais nos exploits ne s'arrêtent pas là. La négociation purement financière devenant trop simple, nous nous sommes lancées un nouveau défi : réussir à échanger nos affaires en trop dans nos sacs contre d'autres plus utiles. C'est ainsi que l'adaptateur international de Nay s'est transformé en 2 prises USB/locales plus légères et plus petites.

Apparement, il semble que la Colombie soit le pays où la négociation est la plus hardie, on a hâte de découvrir les autres pays.

-----------

7) The art of negotation

Nay and I have found a new hobby that we both love : negotiating. Both of us, having spent time in China, had learnt the key tricks of the trade but we are always looking for more than just a good price, we enjoy the game !

Basically you can negotiate everything here : hotel room, bus tickets, street food, flip flops, belts, football shirts, souvenirs (just kidding we don't have space for gifts in our bags !) and everything else we've needed along the way. Having become somewhat confident in our techniques we started to share some tips with some other backpackers. Etienne and Irène therefore set us a challenge to pay less than them for an overnight bus that initially cost 120.000 COP that they managed go negotiate down to 105.000 COP. Challenge accepted ! After a few minutes negotiating with Carlos we walked away with two tickets for at 100.000 COP. What can we say...

Our sucess story doesn't end there. Pure financial negitation got too easy so we set ourselves a new challenge : to exchange the things in our bags that we haven't yet used for more useful things. Using this method we ended up getting rid of Naomi's international adaptor changing it for two local USB plugs, lighter and far more useful.

We've just found out that Colombia is one of the hardest countries to negotiate in....we are looking forward to the others !

Négociation du tour à Punta Gallinas avec Toti

8) Our travel style

After ticking off the first country on our list we can clearly say that our style of travel has been defined. Indeed when we meet other backpackers along the way it is easy to tell if they are traveling in a similar way to us without even talking to them. Would you guess we are more style A or style B ?

Style A : Fashionable clothes (jeans, nice top, jacket, etc.) and shoes (gazelles, stan smiths, etc.). Wheely suitcase and handbag. Budget for posh restaurants and taxis.

or

Style B : Clothes that even if you can't smell them at least look as if they have been worn for a few consecutive days. Dirty walking boots, trainers or flip flops. Washing hanging/drying of the side of dirty backpacks. Budget for street food and local buses.

Ok so you've obviously worked out that we are stlye B or as we like to call it "gitanos" (gypsy)! Our trek to the Ciudad Perdida and our trip to Punta Gallinas really confirmed this as we were able to go away for 4 days/3nights with only a towel, a toothbrush and 2 pairs of clothes : one set for walking everday through sun, rain and a lot of sweat and another, dry set, for the nights.

Hots showers are a thing of the past, a cold shower a treat and a wash in a river or the sea pretty much the norm. Marie wanted to adopt a dog but I refused point blank and we don't yet have dreadlocks although we are starting a fine collection of "travellers" bracelets. No need to worry yet Mum !

------------

8) Notre style de voyage

Après avoir bouclé le premier pays de notre liste nous pouvons dire que notre style de voyage est plutôt bien défini. En effet, lorsque nous rencontrons d'autres voyageurs nous sommes capables de déterminer s'ils voyagent de la même manière que nous sans même leur parler. Vous diriez que nous sommes plutôt style A ou style B ?

Style A : Des fringues à la mode (jean, joli haut, petite veste, etc.) et chaussures tendance (gazelles, stan smiths, etc.), valise à roulette et sac à main, budget pour des bons restos et les taxis.

ou

Style B : Fringues qui semblent avoir été portées plusieurs jours même si ça ne se sent pas (au sens propre), chaussures de marche, baskets ou tongs sales, linge accroché/en train de sécher sur le sac à dos, budget limité à la bouffe de rue et aux bus locaux.

Vous aurez compris que le style B, style "gitanos", nous correspond bien mieux. Notre trek de la Ciudad Perdida ou notre expédition à Punta Gallinas nous ont confirmé que nous pouvions partir pour 4 jours/3nuits avec seulement une serviette, une brosse à dent et deux tenues: une pour marcher la journée qu'il fasse beau ou qu'il pleuve, et l'autre pour être au sec la nuit.

Les douches chaudes ne sont qu'un lointain souvenir, une douche froide est un plaisir et une baignade dans la mer ou une rivière la norme. Marie voulait adopter un chien mais j'ai clairement refusé et nous n'avons toujours pas de dreads. Nous avons juste commencé à collectionner les bracelets de voyageurs, pas besoin de s'inquiéter pour le moment Maman !

9) Focus on María Santos

So what have I learnt about Marie or María Santos as I call her here (Marie Catherine Jeanne Christiane Caroline De Laparre De Saint Sernin is really far too long to spell out everytime we buy a bus ticket!) after 5 weeks on the road ?

First of all I would to reassure a few people that were worried about me going away for 6 months with someone that I had never been away on holiday with or even for a weekend abroad. My reply before leaving was "i'm absolutely sure it'll be fine". I didn't give any more explanations but I didn't need to because I really was convinced that things would run smoothly between us and I wasn't wrong.

After more than a month on the road it is clear to me that this type of adventure is best not undertaken with anybody. It's easy to become quickly tired after hours on the bus, you are always looking for the next place to eat and to sleep, etc. Luckily Marie isn't just "anybdoy"! For those that don't know her well I will try and describe her in a few words. First of all I thought i knew her quite well before we left but traveling all day everyday together has helped me get to know her sparkling personnality even more.

To put things into context Marie is the friend who was staying with me in Lyon the week that my world fell apart. Within the space of a few days I saw all my life projects crumble and disappear before my eyes. For the first time in over 10 years, and much to the joy of my parents, I found myself back living in the lot-et-garonne. Put yourself in Marie's shoes for a second, imagine going through all of that with me. You would have asked me how I was doing, been a little worried for sure. Marie offered to chuck in her job and asked me to going travelling with her for 6 months ! Can you start to see the kind of person she is ? Of course she told me that I was doing her a favour, that she had been wanting to do this trip for a long time but if i'm honest I don't think we'd be here having the time of our lives if it hadn't been for her support and motivation.

What has impressed me the most over the last weeks is Marie's capacity to meet and get close to people. Bus drivers, street salesmen, hostal room mates, you name it. Marie always has some words to share with these people that she didn't even know 5 minutes earlier. I can hardly say I'm shy but sometimes I'm too timid to ask a question, enquire directions or request a discount. It would seem that Marie is never embarassed or afraid. Her smile and words seem always to charm whomever she is talking to as I often find myself joinging her mid conversation after having been waiting patiently on the side for 5 minutes.

The second thing that I have discovered about Marie (even if I had been previously warned) is that Marie is always right. Well at least that is what she thinks! The evolution between "yes i'm sure", "yes that's probably it" and "no you were right" is always funny to watch but I have to say she has already made progress...you can thank me when I bring her back to Paris ;)

The third thing that has caught my attention and this time it was Catherine, Marie's mum, that warned me is the strange relationship between Marie and her camera. I don't think I will ever understand the time she needs to take a single photo, the need for 5 copies of each shot or the reason why the camera is with us day and night but I will not complain as, and I think you will agree, the results are quite marvelous. I'm taking notes in order to improve myself but at the moment i'm struggling to keep the camera straight !

All in all it's an absolute joy to travel with Marie. Her smile, good moods and passion for everything we are seeing and doing together make her an excellent travel buddy ! I've decided to at least keep her on for Ecuador. Indeed we still have hundreds of topics to discuss despite the fact that we talk to each other often for more than 14 hours a day !

--------------

9) Focus sur María Santos

Alors qu'est-ce que j'ai appris en 5 semaines de voyage avec Marie ou María Santos comme je l'appelle ici (vraiment trop compliqué d'epeler Marie Catherine Jeanne Christiane Caroline De Laparre De Saint Sernin à chaque fois qu'on achète un ticket de bus hein!) ? Déjà je voudrai rassurer certaines peronnes (que je ne mentionnerai pas!) qui avait peur que je parte 6 mois en voyage avec quelqu'un avec qui je n'étais jamais partie en vacances ni même en week-end à l'étranger. Ma réponse avant de partir était "je suis sûr que ça va bien se passer, je n'ai pas de doute". Je ne donnais pas plus d'explications mais il n'y en avait pas besoin car comme je disais j'en étais sûr et je n'avais pas tort.

Après bien plus d'un mois sur la route je confirme que ce type d'aventure n'est clairement pas à faire avec n'importe qui. On est vite fatiguées par les heures de route, il faut se mettre d'accord sur où dormir et manger, quoi faire dans les heures et jours qui suivent, etc. Mais Marie est loin d'être n'importe qui ! Pour ceux et celles qui ne la connaissent pas je vais essayer de vous la décrire en quelques mots ! Avant de partir je pensais bien la connaître mais de vivre et voyager ensemble H24 m'a permise d'en apprendre d'avantage sur sa personnalité pétillante.

Pour remettre les choses en contexte Marie c'est quand même l'amie qui dormait chez moi à Lyon la semaine où mon monde s'est écroulé. Tous les projets de vie que j'avais ont disparus en l'espace de quelques jours et je me suis retrouvée, pour la première fois depuis plus de 10 ans et pour le plus grand bonheur de mes parents, de nouveaux chez eux dans le lot-et-garonne. Imaginez vous à la place de Marie après avoir vécu cela quasi en live avec moi. Vous aurez pris de mes nouvelles, vous vous serez inquiété un peu pour moi très sûrement. Marie, elle, m'a proposé de partir en voyage 6 mois avec elle. Vous commencez à voir déjà un peu le personnage ? Bon elle m'a dit que je lui rendais service, qu'elle avait envie de faire ce voyage depuis longtemps, mais je peux vous dire que sans sa motivation et soutien on en serait pas là à profiter autant de cette magnifique aventure aujourd'hui.

Ce qui m'a le plus épaté chez María ces dernières semaines c'est sa capacité à se rapprocher des gens. Chauffeur de bus, vendeur dans la rue, colloc d'hostal, et j'en passe, Marie a toujours des mots à échanger avec ses personnes qu'elle ne connaissait pas 5 minutes auparavant. Je ne peux pas dire que je suis timide mais parfois il y a des situations où quand même je n'ose pas me rapprocher pour poser une question, demander des directions ou parfois une remise. Il semblerait que Marie n'a jamais peur et son sourire accompagné de ses mots, en espagnol, anglais ou français, passent visiblement toujours bien car je me retrouve souvent à la rejoindre en pleine discussion quand cela fait déjà 5 minutes que j'attends patiemment sur le côté!

Deuxième chose que j'ai découverte (même si on m'avait prévenu!) c'est que Marie a toujours raison. Enfin c'est ce qu'elle croit! L'évolution entre "oui je suis sûr", "oui c'est probablement ça" et "ah non tu as raison" est assez drôle à suivre mais en 5 semaines je constate déjà de nettes progrès. Vous m'en remercierez quand je vous la ramènerai à Paris hein ;-)

Troisième point important, et cette fois-ci c'est Catherine, la mère de Marie, qui m'avait prévenu : la relation particulière entre Marie et son appareil photo. Il y a des choses que je ne comprendrai sûrement jamais: le temps qu'il faille pour prendre une photo, la nécessité d'avoir la même photo en minimum 5 exemplaires, le besoin de l'avoir jour et nuit avec nous, etc. mais je ne m'en plaindrai jamais car je pense que vous l'aurez constaté en regardant ce blog, les résultats sont magnifiques! Je prends des cours mais c'est compliqué, j'ai déjà du mal à tenir l'appareil droit...à suivre !

Bref, c'est un régale de voyager avec Marie. Son sourire, bonne humeur et passion pour les choses qu'on vit et voit font d'elle une excellente compagne de voyage. Je la garde au moins pour l'Equateur surtout qu'on est très loin d'avoir épuisé tous les sujets de discussion et pourtant on parle en moyenne plus de 14 heures par jour ensembles !

10) Focus sur Nay

Quasiment dès la première fois que nous nous sommes croisées, c'était à Lyon en 2008, je me suis dit que nous étions très similaires. La famille, l'altruisme, le partage sans oublier le sport, l'aventure et bien sur l'humour sont des valeurs que nous partageons. Contrairement aux quelques interrogations soulevées par certains, ce voyage avec Nay m'apparaissait comme une évidence ; j'étais sure que nous allions bien nous entendre. So far so good (tout va bien pour le moment) comme elle dirait ! Malgré tout, ce mois passé ensemble nous a permis de nous de découvrir encore plus. Je pourrais passer plusieurs heures à tout vous expliquer (mais Nay l'a déjà fait ci-dessus) mais j'ai choisi de me focaliser sur 3 points principaux qui nous résument plutôt bien.

Pour commencer, je pensais être la plus gourmande des 2 ; j'aurais dû me méfier quand Nay m'a prévenue dès le début qu'elle était grognon quand elle avait faim (comme moi d'ailleurs). Pas une glace, un bonbon, une cacahouète, un feuilleté à l'arequipe ne lui résistent. Elle aime tout gouter tout le temps. Elle a même envisagé presque sérieusement de tout quitter en France pour développer une entreprise produisant des GOL (sorte de barre chocolatée locale) glacés !

Mais heureusement, pour éliminer toutes ces bonnes choses que nous dégustons, nous adorons toutes les deux faire du sport et surtout gagner. Quelque soit notre activité, l'esprit de compétition n'est jamais très loin. Elle vous dira que je suis mauvaise perdante, c'est vrai, mais elle l'est aussi un peu notamment lorsqu'il faut me battre à plat de couture au billard, ne pas perdre au foot (même si on joue avec des petits de 6 ans) ou toujours, toujours, marcher devant lors des randos. Même quand il s'agit de faire une petite promenade tranquille, on se retrouve avec 2 chevaux qui n'acceptent pas de se faire doubler l'un par l'autre. "Ils sont comme nous" me dit-elle de son propre aveu.

Pour finir je croyais être la plus têtue, je le suis sans aucun doute, mais Nay n'est pas en reste non plus. Même si je pense avoir toujours raison, Nay ne pense pas souvent avoir tord ... ce qui donne parfois des discussions assez drôles où après un mois de voyage, chacune prend sur elle en pensant malgré tout qu'elle a quand même raison (ne nie pas Nay, je le vois à ta tête).

Bref, tout ça pour dire que sur les aspects essentiels de la vie en voyage, nous nous entendons à merveille et réussissons à faire de ce voyage une aventure exceptionnelle.

-------------------

10) Focus on Nay

Ever since the first time we met in Lyon in 2008 I knew we were going to be friends ! We share a similar vision on life : the importance of family, human values, sharing and caring, sport, adventure and a good sense of humour. I knew that, even though some people were worried, we were going to get along just fine ! So far so good. This first month has helped us get to know one another even better. I could spend hours telling you stories but i've decided to focus on 3 key points that sum up quite well our travels so far.

To start with I thought I was the most "gourmande" of the two of us. I should have been more prepared when Naomi warned me before leaving that she got grumpy when she was hungry. She loves trying new things all the time : ice creams, sweets, roasted peanuts, local caramel delights, etc. She is even thinking about seriously coming back to Colombia in order to set up a company selling GOL chocolate bars (her favourite) in ice cream format as they don't yet exist.

Luckily, given all the new foods we are trying, we both love all sports not to mention winning ! Whatever the activity there is always a competitive edge. She will tell you that I'm a sore loser, I am, but she can be too when it comes down to snooker, playing footy with 8 year old locals or always needing to walk up front ! Even on our horse ride in San Agustín our horses kept trying to take each other over, "they are just like us" Naomi admitted to me !

Last but not least I know i'm the most stubborn of the two of us, that I always think i'm right but Nay rarely thinks she's wrong ! This often leads to some fun discussions !

All in all we see 100% eye to eye on the most important topics when traveling, something that is definately contributing to the success of our amazing adventure.

Quelques chiffres clés :

- 106 heures de bus soit un peu plus de 4 jours passés à admirer le paysage, dormir, manger et surtout écrire nos petits articles pour ce blog !

- 76 heures soit 250 km (mas ou menos!) parcourus à pied.

- 223 000 COP (62€) dépensé en moyenne par jour pour nous deux.

- 145.000 COP (41€) gagnés au casino de Calí !

- 9.000 COP (2,50€) prix moyen d'une "comida corriente" (menu du jour : soupe + plat + boisson)

- Prix le plus bas pour une comida corriente : 5.000 COP (1,40€)

- Prix moyen pour une nuit par personne (petit dej inclus) 23.000 COP (6,50€)

- Prix moyen d'une bière 3.000 COP (0,85€)

- Bière la moins cher 1.700 COP (0,48€)

- 7,5 kg de riz par personne et sûrement pas loin de 12 poulets entiers !

- 37 arepas mangés en autant de jours !


Notre Top 3 !

- Pour sa vue à couper le souffle : Punta Galinas.

- Pour l'effort physique, la découverte d'une nouvelle culture et un premier trek de 4 jours pour nous 2 : La Ciudad Perdida.

- Pour sa résilience, sa joie de vivre, sa générosité et son dynamisme : Medellín.


Notre Flop 3 (même si ça n'a pas été facile de choisir)

- Le crevettes de Palomino !

- Le tuyau de la poche à eau de Nay qui a explosé deux fois inondant toutes ses affaires (y compris électronique).

- Le Parc Tayrona, Guatapé et Salento, nous ne pouvons pas dire que nous n'avons pas aimé mais nous avons préféré leurs alternatives moins touristiques et bien plus authentiques.

---------------

Some key figures :

- 106 hours in (or sometimes on!) the bus, ie. a little more than 4 full days sitting watching the countryside go by, napping, eating and most importantly writing the articles for this blog!

- 76 hours, 250 km (give or take!) completed by foot.

- 223 000 COP (62€) spent on average per day between the two of us.

- 145.000 COP (41€) won at the casino in Calí !

- 9.000 COP (2,50€) average cost of a "comida corriente" (menu of the day : soup+main+drink)

- Cheapest menu of the day : 5.000 COP (1,40€)

- Average price for one night/pp (breakfast included) 23.000 COP (6,50€)

- Average price of a beer : 3.000 COP (0,85€)

- Cheapest beer : 1.700 COP (0,48€)

- 7,5 kg of rice eaten pp and probably almost 12 whole chickens !

- 37 "arepas" eaten in as many days !


Our Top 3 !

- For the view that took our breath away : Punta Galinas.

- For the physical effort, the discovery of a new culture and our first ever 4 day trek : La Ciudad Perdida.

- For it's resilience, generosity, dynamics and as the french say "joie de vivre": Medellín.


Our Flop 3 (even if it wasn't easy to choose)

- The prawns in Palomino !

- The tube from Naomi's water bag that leaked twice soaking all her stuff (including electronic equipment).

- We cannot say that we didn't like Parc Tayrona, Guatapé and Salento but we can say that we always prefered their smaller, less touristy, more authenthic counterparts.

Comida corriente (menu del día)
Adíos Colombia, bienvenidas en Ecuador !
Ce n'est que le début le chemin est enore long ! Hasta luego !
21

Getting into Ecuador turned out to be a lot easier than getting out of Colombia. Indeed we arrived at the border at 7 am after a very bumpy night bus from Popayan but unfortunately there was already a long queue. We decided to make the most of the wait to decorate our "christmas tree bags" which got us chatting to our neighbours who turned out to be Venezuelan refugees like more than 70% of the people trying to get out of Colombia. It was incredibly interesting to talk with them and learn about the difficulties they were facing in their country. Contrary to the image that most of us have in mind when talking of "refugees" these were people just like you and me fleeing their country in the hope of a fresh start. Not for the first time in 5 weeks we reminded ourselves of just how lucky we are. It took more than 5 hours for us to finally arrive in Ecuador and another two to get to Otavalo our first stop, where we are to start a new chapiter of our trip.

Otavalo is famous in Ecuador, and all of South America, for it's saturday market. Naturally we arrived on sunday ! No matter there is also a "small" market on week days that we were able to enjoy : lama wool jumpers, brightly coloured cloths of all sorts and lots more.

----------------------

Entrer en Equateur est nettement plus simple que sortir de Colombie. En effet, après avoir passé la nuit dans un bus agité, nous sommes arrivées à la frontière à 7h du matin, côté colombien donc, et la file d'attente était déjà longue. Pour patienter rien de mieux que de décorer nos sacs/arbres de Noël, ce qui a fini par intriguer nos voisins de queue, des vénézuéliens, comme 70% des personnes souhaitant comme nous traverser la frontière. Nos échanges nous ont permis de mieux comprendre les difficultés qu'ils rencontraient et la manière dont ils les affrontaient la tête haute. Contrairement à l'image que la plupart d'entre nous avons des réfugiés, ces personnes nous ressemblent en de nombreux points si ce n'est qu'elles fuient leur pays en espérant pouvoir commencer une nouvelle vie meilleure. Une fois encore, nous avons mesuré la chance que nous avions. Il nous a finalement fallu 3h pour traverser la frontière colombienne et de 2 de plus pour entrer en Equateur. Encore 2h de bus et nous sommes arrivées à Otavalo, notre première étape dans ce nouveau chapitre de notre voyage. 

Otavalo est connu dans tout l'Équateur et même en Amérique du Sud pour son pittoresque marché du samedi. Évidemment, nous sommes arrivées un dimanche ! Peu importe, le marché, certes plus petit, se tient tous les jours et on y trouve de nombreux produits traditionnels : des pulls en alpaga, des tissus colorés de toute sorte et plein d'autres choses.


L'artisanat local et ses nombreuses couleurs

The town in itself wasn't much different to any we'd seen in Colombia so we didn't feel too disorientated and it gave us a chance to get used to a new currency (USD) that we kept trying to convert to pesos not euros. We went for 2 walks : one absolutely stunning around the Cuicocha laguna at the foot of the Cotocachi volcano and another up to a local waterfall. It was a fairly relaxing few days after passing the border but soon we were ready to move on to the country's capital : Quito.

-------------------

La ville en elle-même ne nous a pas paru très différente des villes colombiennes, nous n'étions pas trop perdues si ce n'est en ce qui concerne le changement de monnaie (USD) ; qu'importe, nous convertissions les prix en pesos et non en euros. Nous avons profiter des environs grâce à 2 jolies balades : une absolument magnifique atour de la lagune de Cuicocha au pied du volcan Cotocachi et une autre plus tranquille jusqu'à une petite cascade. Quelques jours en pleine nature bien mérités après nos épopées pour traverser la frontière mais nous ne nous sommes pas attardées longtemps, prêtes à conquérir la capitale du pays : Quito.

La cascada peguche et son pont suspendu
Laguna Cuicocha
Avec notre copain germano-chilien, Ricardo
22

Quito is the world's 3rd highest capital at 2900m. In order to adapt to the altitude one is advised to drink lots of water and avoid alcohol. Needless to say we drank more beers in Quito then elsewhere so far on our trip ! Marie transformed herself into a tour guide (and myself a photographer for once!) as we wandered around the old town. I've never seen so many religious buildings in one square mile before : a Cathedral, a Basilisk and multiple churches and chapels. Some were magnificent, others slightly kitsch but all contribute to the traditional spirit of the old town.

------------------

Perchée à 2900m, Quito est la 3e capitale la plus haute du monde. Afin de s'acclimater au mieux il est conseillé de boire beaucoup d'eau et de ne pas consommer d'alcool. Autant vous dire que nous n'avons jamais autant bu qu'à Quito ! Pour une fois, Marie s'est transformée en guide touristique et moi en photographe pendant notre balade à travers la vieille ville. Je n'ai jamais vu autant de monuments religieux en aussi peu de temps : une cathédrale, une basilique, de multiples églises et chapelles. Certains étaient un peu kitsch d'autres magnifiques mais tous contribuent à l'esprit traditionnel de la vieille ville.

Plaza Mayor, place principale au style colonial
Basilique, cathédrale, églises, l'empreinte espagnole est partout
Magnifique vue depuis le clocher de la basilique
Visite des toits et des tours de la basilique
De petits lutins vendent des glaces aux voitures, taxis ou piétons qui s'arrêtent!

During our 4 day stay we got to the "mitad del mundo" (slightly touristy monument lying on the equator), climed to the top of the town at the Parque Itchimbia and went even higher going up on the cable car to 4200m with an awesome view of the city speading out for miles below us.

Our one, major, complaint about Quito was the ridiculous amount of pollution that you can really feel in your mouth and nose when walking around. We were told there is an underground service planned for 2019 but in the meantime the hundrends (thousands?) of buses enfuming the streets make enjoying Quito's delights just that little bit harder.

-----------------

En 4 jours nous avons aussi eu le temps d'aller jusqu'à la "mitad del mundo" (monument assez touristique montrant le "milieu du monde", l'équateur quoi!), de monter en haut de la ville au parc Itchimbia puis d'aller encore plus haut, en téléphérique, jusqu'à 4200m pour profiter d'une vue incroyable sur l'étendue de la ville.

Par contre à Quito, il y a une chose qui ne nous a vraiment pas plu, la pollution. On la sent dans la bouche et dans les narines juste en marchant dans la ville, autant vous dire que ce n'est pas très agréable. Il paraît qu'un métro est prévu pour 2019 mais en attendant les centaines (milliers?) de bus qui enfument les rues rendent les joies de Quito un peu plus dur à apprécier.

De chaque côté de l'équateur! La tête à l'endroit (hémisphère Nord) et la tête à l'envers (hémisphère Sud)
Il fait pas chaud à 4200m mais la vue sur Quito est à couper le souffle (littéralement! )
Quito, entourée de volcan
23

Pour la première fois de notre existence, Nay et moi n'allions pas fêter Noël en famille. Ce n'est pas tant les cadeaux/chaussettes, la dinde ou le bon vin qui risquait de nous manquer mais plutôt d'être si loin de ceux qui nous aimons. Nous avons donc opté pour un Noël très atypique que nous ne sommes pas prêtes d'oublier ...

1ère étape : lagune de Quilotoa (14km)

Sous les bons conseils de nos amis croisés chez Fred à Palomino, nous avons commencé notre boucle par le village de Quilotoa et son célèbre volcan qui culmine au plus haut à 3930m. Nous avons de la chance, le soleil brille ! A peine décharger de nos quelques affaires (on reprend le système 1 tenue pour la journée et 1 pour la nuit), nous partons faire le tour de la lagune sur un sentier au sommet du cratère. La vue est tout simplement magnifique ! L'eau au milieu du cratère est d'un bleu turquoise étincelant. Le sentier serpente pendant près de 5h sur les crêtes (attention au vertige !). Nous profitons chaque minute de ce merveilleux paysage. Les derniers kilomètres se font au milieu des nuages avec une visibilité réduite. "Sous le ciel de cristal, je me sens si légère ...". A notre retour à l'auberge en milieu d'après-midi, pour se réchauffer un peu, il ne doit pas faire plus de 8/10 degré, Nay fait du jardinage avec Paulo, le chef (dans les 2 sens du terme) pendant que je fais une petite sieste. La journée puis la soirée se termine en compagnie de Paulo et ses 2 sœurs autour d'un excellent diner à discuter de l'Equateur sous tous ces angles. Un merveilleux moment de partage avec des gens simples, accueillants et cultivés.

--------------

For the first time ever Nay and myself were going to celebrate Christmas away from our families. We weren't too worried about missing out on gifts, stockings, turkey or even a nice glass of wine but more about not being close to our loved ones. We therefore decided to do something totally different in order to enjoy a Christmas we won't forget anytime soon.

Stage 1 : The Quilotoa Laguna (14km)

Following the advice of some friends made at Fred's in Palomino we started our loop with the village of Quilotoa and it's famous volcano reaching 3930m. We dumped of our stuff (remember style B ? One pair of clothes for the day, one for the night) and headed off around the laguna on a trail that was not intented for those afraid of heights ! The sun was shining and the view simply amazing. We walked for almost 5 hours above the crystal clear blue water in the crater below us. When we get back to the auberge the sun had disappeared and at 4000m we were pretty chilly ! Nay decided to help Paulo (the owner) out in the garden whilst I had a nap. That evening we sat with Paulo and his two sisters around a wood burner and talked for hours about Ecuador's past, present and futur. It was a lovely evening with 3 generous, kind and cultivated people.

Volcan Quilotoa et sa lagune
Je suis le roi du monde !!!
Le petit ravitaillement avant la montée sur la crête
Fin du chemin dans les nuages
Merci à Paulo et à ses soeurs pour le merveilleux accueil

2e étape : Quilotoa - Chugchilan (12km)

Après un aller-retour rapide dans le creux du cratère (-/+ 400m de dénivelé en 1h) qui ne vaut pas vraiment la peine, nous nous mettons en marche vers Chugchilan. Très vite le ciel se couvre mais peu importe, nous sommes heureuses au milieu de cette nature majestueuse. Très vite une question se pose : rejoindre Chugchilan par une route "zona aventura extrema" ou par un chemin "segura". Désolée maman mais on a choisi le chemin extrême sans trop savoir à quoi nous attendre. Le chemin nous a offert un spectacle à couper le souffle : un canyon de plus d'une centaine de mètres à descendre à travers des glissements de terrain et un sentier à pique. Sensations fortes garanties mais c'était magnifique ! Arrivées à Chugchilan en fin d'après-midi, nous avons juste le temps de boire une bière (c'est Noël quand même!) avant de foncer à la messe du village. Nous partageons notre réveillon, ainsi qu'une partie de cartes, avec 6 autres touristes.

-----------------

Step 2: Quilotoa - Chugchilan (12km)

After a quick walk (-/+ 400m in height difference in one hour) down to the base of the crater/laguna we set off for Chugchilan. The sky was slightly cloudy but no matter the landscape around us was majestic. We came to a cross roads with two options : "zona aventura extrema" or "segura" (adventure or safe road basically!). Sorry Mum but this time we took the "aventura extrema" road without really knowing what to expect. We weren't disappointed! We got to the edge of a huge canyon that where we had to climb down a very steep slope with a few landslides. A little scary but totally worth it for the view. We got to Chugchilan by late afternoon just in time for a quick beer before going to "midnight" mass in spanish ! We spent christmas evening playing cards and snooker with 6 other tourists.

Première véritable rencontre avec nos amis lama
Désolée maman(s), on a choisi la zona exrema
Descente d'un canyon au milieu de la roche et des glissements de terrain

3e étape : Chugchilan - Isinlivi (12km)

Petite étape aujourd'hui, seulement 3-4h de marche, nous profitons du wifi pour souhaiter un joyeux Noël à nos familles. La marche est tranquille et les paysages sont toujours aussi jolis même si nous goûtons à notre première pluie équatorienne. 1h avant notre arrivée au village nous sommes intriguées par une musique qui résonne en écho à travers les montagnes ... la feria d'Isinlivi! On nous avait prévenu mais ça dépasse nos espérances. Nous nous laissons guider l'après-midi et une partie de la soirée par ce rythme entraînant et par les danses endiablés des équatoriens. Seules petites pauses que nous nous offrons : une parenthèse chaleur dans le hamman de l'hôtel et le repas (un peu saoules mais c'est Noël). Danser sous la pluie, boire des bières, chanter, voire même casser l'écran de son iPhone dans l'euphorie générale, et enfin sourire seule dans ton lit, quand à 4h du matin, le groupe joue encore et toujours au pied de la fenêtre de l'auberge, nous avons passé un Noël inoubliable !

----------------

Stage 3 : Chugchilan - Isinlivi (12km)

We only had a 4 hour hike for Christmas day so we made the most of the wifi to give our families a ring in the morning. The walk was just as lovely as the previous days even if we had a few drops of rain (our first since arriving in Ecuador!). We had been warned by other hikers but an hour before arriving in the village of Isinlivi we could hear music echoing off the surronding mountains...it was their annual festival, we were in for a treat! From 3 o'clock in the afternoon until well into the evening we drank and danced with the locals who were absolutely on fire ! We only took a quick break to enjoy the hostel hamman and the lovely christmas meal (even if we were already more than tipsy!) before going out again in the rain to sing and dance ! Marie was having so much fun that she managed to smash her iPhone but it didn't stop us having a great evening nor did it stop us smiling at 4 in the morning when we could hear the last survivors wandering around the streets with what was left of the band! It was definately a Christmas we won't forget anytime soon !

ca commence... 
Joyeux Noël !
la fête bat son plein ! 

4e étape : Isinlivi - Sigchos (12km)

Retour vers la civilisation avec une marche courte mais intense de 3 petites heures. Nous profitons des dernières minutes où nous nous sentons toutes petites au milieu de ces paysages grandioses

---------------

Step 4 : Isinlivi - Sigchos (12km)

We enjoyed one last short 3 hour walk before heading back to civilization. What an incredible 4 days :)

Paysages magnifiques dans les montagnes équatoriennes
24

After almost 2 months on the road and our 4 day hike in Quilotoa we were in much need of a few days rest. We decided that the place to relax was Baños, a touristy town (for foreigners and locals alike), at the foot of the active volcano Tungurahua.

The town has a real seaside ressort feel about it, hence the title. It's hard to explain exactly why but there are hundreds of shops selling the Ecuadorian equivalent of brighton rock, various tourist attractions on every street corner and a general holiday vibe about the place. Wierdly we loved it straight away and we settled into our new home that we found only after our first proper argument ! I won't go into details and I can't remember who's fault it was (meaning it was probably mine!) but all was forgotten moments later when we got chatting to Juan, a local and owner of a tourist tour office, who offered us a good deal on a trip up the mountain on the back of his jeep with bikes that we could then ride back down in the dark (with head lights obviously Mum!). So much for resting, we'd been in Baños less than 2 hours !

Over the next 4 days we rested (and did some boring but necessary paperwork) but we also biked all the way along the canyon, visited some awesome water falls, went zip-lining and did 2 lovely hikes opposite the volcano in order to get some good snaps!

--------------------

Après maintenant presque 2 mois sur la route et nos 4 journées de rando à Quilotoa il était évident que nous avions besoin de quelques jours de repos. Nous avons décidé que l'endroit pour chiller serait Baños, une ville touristique, pour les locaux comme pour les étrangers, au pied du volcan actif Tungurahua.

Comme indiqué dans le titre de l'article, la ville donne vraiment un sentiment d'être dans une station balnéaire mais sans la mer étant donné que nous étions à plus de 2000m! Ce n'est pas un ressenti évident à expliquer mais il se peut que ce soit les nombreux magasins de bonbons traditionnels, les glaciers, les diverses attractions touristiques aux 4 coins des rues ou encore l'état d'esprit très "vacances", no sabemos. Assez bizzarement nous avons tout de suite adoré ! Nous nous sommes installées dans notre nouvelle maison pour les prochains jours, trouvée qu'après notre première vraie dispute. Je ne me souviens plus des détails ni de qui avait tort (du coup sûrement moi!) mais tout a été oublié quelques instants plus tard lorsque nous avons rencontré Juan, un local et organisateur d'excursions touristiques, qui nous propose une descente en vélo depuis la montagne, et de nuit (avec une lampe frontale quand même maman!). Cela fait moins de 2 heures que nous sommes à Baños, on est bien parties pour se reposer!

Pendant ces 4 jours, nous avons, malgré le faux départ, réussi à nous reposer (on a même fait quelques papiers administratifs plus qu'en retard!) mais nous avons aussi visité toutes les cascades du canyon environnant à vélo, fait de la tyrolienne puis deux super randos en face du volcan afin de le mitrailler (contente Marie!) un peu !

Cascad Pailon del diabolo (le chaudron du diable), extrêmement puissante
Petite baignade/selfie au pied de la cascade machay
Tyrolienne de presqu'1km au dessus de la cascade El manto de la Novia (merci LMB!)
"Usine" de fabrication des bonbons locaux à la Guayava (goyave)
Balade face au volcan avec la ville de Baños en contrebas
Pause fraîcheur bien méritée après 2h de montée
Les bains (d'où le nom de la ville!) froid (10°), tiède (30°) et bouillant (40°) à 6h de matin avec tous les équatoriens

By the time, it came to New Years Eve we were fully rested and ready to party ! There are a couple of traditions in Ecuador that made it a fun night :

1) A lot of dressing up goes on ! The most commun being the men who dress up as women and prounce around the town, stopping cars and dancing in front of them until they get a "dollarito" in exchange for their performance.

2) Everyone makes "muñecos" ("guys" similar to those made on bonfire night in the uk) that are then burnt at midnight in the middle of the street.

3) Locals ride around the town watching all these spectacles on little trains looking like dragons, caterpillars or other random animals.

We, like everyone else, gave some change to some of the best costumes, we helped build and consequently burn a guy fawkes with Juan and some others from the hostal and of course we absolutely loved the train blaring out music and weaving through the town ! Not to mention the home made Cuba Libre's made by Marie and the multiple night clubs we dansed the night away in ! For more than one reason it was hard to get up and leave Baños the next morning !

------------------

Arrivées au 31, nous étions bien reposées et prêtes pour faire la fiesta ! Il y a quelques traditions en Équateur qui ont rendu notre soirée assez mémorable :

1) Beaucoup de personnes (adultes comme enfants) se déguisent. Notamment, la majorité des hommes se déguisent en femme et se promènent dans la ville avec une confiance et fierté assez déconcertante! Ils arrêtent des voitures et en échange d'un petit "dollarito" font une danse très divertissante !

2)Tout le monde fait des "muñecos" (mannequins) qui sont brûlés à minuit dans la rue.

3) Les locaux adorent se promener en ville, profiter de toute sorte de spectacles, sur un petit train souvent en forme de dragon, licorne ou autre animal improbable.

Comme tout le monde, nous avons récompensé les meilleures déguisements (ou alors les enfants qui ont le plus insisté!), nous avons aidé Juan et d'autres de l'auberge à fabriquer deux mannequins avant de les brûler à minuit mais nous avons surtout adoré le petit tour en train sous la pluie avec la musique à fond ! Sans oublier les incroyables Cuba Libre fait maison par Marie et les nombreux bar/boîtes où nous avons dansé jusqu'au bout de la nuit (ok ok seulement 3h mais c'est une belle performance étant donné que nous nous couchons normalement à 22h !).

Le départ, le lendemain matin n'a pas été facile, certes parce qu'il y avait des "petits lutins" dans nos têtes comme dirait la bonne Gige mais aussi parce qu'on a vraiment passé un bon moment dans cette ville et qu'on était tristes de partir.

Tout le monde se déguise! (Les soldats sont de vraies personnes pas des statuts)
Muňecos partout dans la ville, de toute taille et de tout type, tous brûlés à minuit!
Dernier repas de l'année, Mexicain, avant les festivités!
Bonne année 2018!
Feliz ano!!!! 
25
Papa Chimborazo

Après avoir passé quelques jours auprès de ta compagne, Mama Tughurahua, nous avons décidé de venir te rencontrer en personne. Non pas pour monter jusqu'à ton sommet, toi le plus haut volcan d'Equateur avec tes 6263m, tu mérites plus de temps et de respect qu'un simple passage éclair pour te gravir. Sous les conseils de l'un de tes meilleurs gardiens, Carlos, nous avons opté pour une descente à VTT le long de tes flancs. La tête dans les nuages le jour de notre arrivée, tu nous as offert un premier cadeau merveilleux au petit matin en nous laissant te contempler dans ton intégralité. Comme tu étais beau papa Chimborazo sous ce ciel bleu. La première ascension de 4800m à 5100 s'est fait dans la douceur, pas à pas dans la neige, il faut du temps pour t'apprivoiser. Le spectacle est toujours aussi majestueux et nous avons le souffle coupé non par le manque d'oxygène mais par ta beauté. Il est temps de commencer à descendre : route enneigée, chemin de terre, cailloux, rivière et même un peu de pluie, quel spectacle merveilleux pendant ces 4h de descente à vélo (2000m de dénivelé négatif). Tu nous as fait croire que tu partais en te cachant derrière un nuage mais souvent tu revenais et nous te redécouvrions émerveillées. Nous avons aussi rencontré tes amis, les vicoñus, curieuses mais timides, qui ne se sont pas laissées approchées facilement mais qu'importe, nous étions si heureuses d'être tes invitées.

Nous avons appris que tu étais le sommet le plus près des étoiles, devançant l'Everest de quelques mètres ; la forme ellipsoïde de la Terre et ton emplacement si proche de l'équateur t'accorde ce privilège d'être le point le plus éloigné du centre de la terre et donc le plus proche des étoiles. Cette fois, nous en sommes sûres, nous reviendrons !

Merci papa Chimborazo pour cette journée extraordinaire que tu nous as offerte !

---------------

After having spent a few days near your companion, Mama Tughurahua, we decided to come and visit you in person. Not to go to your summit, you the tallest volcano in Ecuador at 6263m high, you deserve more time and respect than just a lightning visit to climb your peaks. Following the advice of one of your favoured guardians, Carlos, we opted to cycle down your slopes. Your head was in the clouds the day that we arrived however you treated us to a wonderful gift early the next morning, letting us contemplate your entirety. How you were beautiful Papa Chimborazo under the blue sky. The first ascent from 4800m to 5100m was done with ease, one step after another in the snow, it takes time to win you over. The spectacle is simply majestic and we were short of breath not from the lack of oxygen but from your sheer beauty. It's time to start going down : snow-covered road, dirt track, rocky ground, rivers and even some rain. You gave us an incredible show during the 4 hours it took us to cycle down 2000 meters. You made us think you were leaving by hiding behind some clouds but you kept coming back to surprise us and fill us with wonder. We met your friends, the vicoñus, curious but shy they didn't let us get to close but no matter we were simply happy to be your guests.

We learnt that your summit was the closest to the stars, beating Everest by a few meters. The ellipsoid shape of the earth and your being so close to the equator gives you the imense honour of being the furtherst most point from the center of the earth and thus the closest to the stars. This time there remains no doubt, we will come back!

Thank you Papa Chimborazo for the most extraordinary day that you gave to us !

Le Chimborazo et ses vicoñus, sorte de petit lama à l'état sauvage
Volcan El Altar et ses nombreuses aiguilles
Enorme canyon et strates de terre illustrent les différentes éruptions volcaniques
On part en expédition (ok, c'est pas nous)
On part à la conquête des 5100m (plus haut que le Mont Blanc, aussi haut que le 1er camp de base de l'Everest), bien équipées!
Descente à VTT sur les flancs du Chimborazo
Nos copains rencontrés sur la route
Même journée, même lieu, paysage tellement différent
Dernier kilomètre sous la pluie
26

Selon les équatoriens, Cuenca est la ville la plus agréable à vivre pour les étrangers (comprendre les retraités américains). Climat, sécurité, infrastructures médicales, magasins chics, restaurants internationaux, Cuenca présentent tous les atouts d'une ville accueillante. De notre côté, nous avons préféré les nombreuses églises et cathédrales, chacune ayant son style, ainsi que les charmantes demeures coloniales et les rues pavées qui composent la ville.

------------------

Many Ecuadorians told us that Cuenca is the nicest town to live in for foreigners or more precisely retired Americains. Indeed the climat, sense of security, medical infrastructures, posh shops and international restaurants give Cuenca all it needs to make it feel welcoming. However we prefered Cuenca's many churches and cathedrals, each with it's own style, the colonial style buildings and the cobbled srreets.

Cathédrales, églises, basilique, avec un peu de retard sur les décos de noël
Une charmante ville coloniale

En outre, Cuenca s'est révélé un merveilleux camp de base pour partir à la découverte du Parc Cajas. Ruta 2 (4h) puis ruta 1 (5h), même pas peur, nous partons à la conquête des chemins de randonnée de ce merveilleux écrin de nature au 1000 lacs ! Comme les colombiens, les équatoriens exagèrent un peu sur les temps de parcours, notre balade à travers ces magnifiques paysages s'achève en à peine 5h (pause sandwich incluse).

--------------

More importantly Cuenca turned out to be a great base for visiting Cajas national park. Ruta 2 (a 4 hour walk) & Ruta 1 (5 hours) didn't scare us away, we headed off into the incredible landscape filled with over a thousand lakes. It seems the Ecuadorians, like the Colombians, exagerate slightly on the time needed to complete a "ruta" (loop). We finished both amazingly beautiful walks in under 5 hours (picnic stop included).

Parc Cajas et ses 1000 lacs
Habillées pareil pour la 1ère fois depuis 2 mois!
A la conquête du sommet (vue d'en haut)
Oui, oui, on était tout là haut ! (vue d'en bas)
Balade à travers les colines, les lagunes et les papel trees (arbres à papier)
C'est nous !
Où est Charlie/Where's Wally (Nay) ?

Mais ce qui fait la renommée de Cuenca, c'est avant tout un chapeau ... le Panama. Fabriqué dans cette petite ville du Sud de l'Equateur, ce chapeau doit en fait son nom à l'événement qui l'a fait connaître aux yeux du monde : l'inauguration du canal de Panama. Je n'ai pas résisté à l'envie de m'offrir mon premier souvenir de ce voyage (au plus grand désespoir de Nay).

Il est l'heure de sauter dans un bus de nuit direction la plage péruvienne et de dire au revoir à ce merveilleux pays.

-------------

However Cuenca is most well known for it's hat...the Panama. This hat became famous during the inauguration of the Panama Canal but few know that it is in fact made in the south of Ecuador. I couldn't resist the temptation to buy my first souvenir of the trip (much to Nay's despair). Leaving Cuenca meant jumping onto a night bus, leaving this lovely country and heading off to the beach... in Peru !

Une gringa parmi les équatoriennes
Différentes étapes de fabrication du Panama 
Alors que Marie cherche, essaye, négocie et achète un panama ...
.... Nay s'occupe !
On s'amuse aussi dans les musées !
27

Challenge Clémentine Legros - "Fabriquer votre propre chocolat" / "Make your own chocolate"


Pourquoi le chocolat en Équateur ?

Le chocolat est à l'Equateur ce que le fromage est à la France. L'Equateur est le 6e pays producteur de cacao dans le monde mais surtout il est reconnu pour l'excellence de son chocolat. Le challenge ne paraît donc pas si difficile ?

Il faut savoir c'est qu'il existe une route de cacao en Equateur mais malheureusement cette dernière se trouve sur la côte; n'ayant pas prévu d'y passer, visiter une finca de cacao n'est pas chose aisée. Comment alors rélever ce challenge ? Nous n'avons pas baissé les bras, voici ci dessous les différentes étapes de fabrication de notre chocolat :

---------------

Why chocolate in Ecuador?

Chocolate is to Ecuador what cheese is to France. Ecuador is the 6th biggest cocao producer in the world but more importantly it's chocolate is well known for it's extremely high quality. The challenge therefore seems fairly easy doesn't it ?

What you also need to know is that Ecuador has a "chocolate route" along the coast but given that we didn't plan to go there it made finding a producer slightly difficult. So how were we going to manage to succeed in completing our challenge ? Find out here below :

--------------

1) Partir à la recherche de grains de cacao au marché de Cuenca. Marie s'y colle / Send Marie looking for cocao beans in the market in Cuena.

Achat des grains de cacao

2) Acheter (négocier) une solution de secours au cas où ! / Buy (negotiate) a back up plan just in case !

Solution de secours : chocolat 100% cacao

3) Griller les graines de cacao / Lightly grill cocao beans.

Faire griller les gaines de cacao

4) Séparer la graine de sa peau / Seperate the beans from their skin.

Enlever la peau des graines

5) Se rendre compte que nous n'avons pas les outils pour moudre les graines et passer au plan B / Realize that we don't have the necessary tools to ground the beans and move onto plan B.

Dur dur de résister à la tentation d'en croquer

6) Faire chauffer le lait et séparément le chocolat 100% puro dans de l'eau / Heat the milk and separately the 100% dark chocolate in water.

Faire fondre le chocolat dans l'eau et faire bouillir le lait

7) Mélanger le lait avec le chocolat fondu et rajouter le sucre de canne (et la cannelle pour la recette traditionnelle équatorienne) / Mix the milk with the melted chocolate and add sugar cane (& cinnamon for traditionnal Ecuadorian recipe).

Mélanger le chocolat, le lait et le sucre de canne (panela)

8) Servir et déguster le chocolat chaud accompagné d'une viennoiserie / Serve and taste the hot chocolate along with a pastry.

Miam ! Yummy !
28

A Quilotoa, Paulo nous a expliqué que l'Equateur était souvent décrit comme le pays des "4 mundos" :

1) Les Galapagos, un but en soi mais qui était complètement, et malheureusement, hors-budget pour nous

2) "La costa" que nous avions prévu de faire initialement mais que nous avons finalement délaissée

3) "La sierra" (la montagne) ou "la avenida de los volcanes" comme on l'appelle ici, que nous avons suivi tout au long de notre séjour

4) Et pour finir, "l'Oriente" ou l'Amazonie située juste de l'autre côté des Andes.

Ayant prévu de passer entre 3 semaines et un mois en Equateur, vous imaginez que nous avons dû faire certains choix, nous savions que nous n'aurions pas le temps de tout voir. Finalement, nous avons fait simple, l'avenue des volcans est tellement incroyable que nous avons décidé de nous concentrer à 100% sur ce "mundo" et nous n'avons aucun regret !

Un peu comme Simon Bolivar ou les empanadas (qui étaient partout en Colombie si vous suivez bien), les volcans sont omniprésents en Equateur. Pas un seul jour ne s'est écoulé durant 3 semaines sans que nous n'ayons vu au moins un volcan ! Le pays compte 43 volcans, 28 sur le continent et 15 sur les îles Galapagos. Contrairement à la Colombie où nous avons eu l'impression de découvrir les principaux attraits du pays, l'Equateur a su conserver nombre de ses secrets. Nous reviendrons un jour ou l'autre nous en sommes persuadées ; mais cette fois-ci, nous poursuivons notre voyage vers le Sud, pas seulement parce que nous avons un billet de retour depuis Buenos Aires mais aussi car nous avons maintenant une nouvelle échéance : La Paz, le 14 février pour accueillir un(e) invité(e) spécial(e)!

----------------

In Quilotoa Paulo explained to us that Ecuador is a country of 4 "mundos" (worlds) :

1) The Galapagos, a destination in itself and well out of our budget range.

2) "La costa" (the coast) which we had initially planned to visit but then changed our minds along the way.

3) "La sierra" (the mountains) or "la avenida de los volcanes" (the avenue of volcanoes) as it's called here that we followed all the way down the country.

4) Finally "l'oriente", the Amazon that lies just the other side of the Andies.

Having planned to spend 3 weeks to a month in Ecuador you can see that we needed to make some decisions, there was no way we would have time to do everything. In the end we kept it simple, the "avenida de volcanos" was so awesome that we decided to focus 100% on that and we have no regrets ! A little bit like Simon Bolìvar or Empanadas (that are everywhere in Colombia if you remember correctly), volcanoes are Ecuador's most common sight. Not a day went by when we didn't see at least one ! The country has more than 43 volcanoes, 28 on the mainland and 15 in the Galapagos. So unlike Colombia where we really had the feeling that we ticked almost everything off, Ecuador still holds many secrets that we are yet to discover. Sooner or later we will be back but for the time being we need to keep heading south. Not only because we have a return ticket from Buenos Aires but also because we now have a new deadline : La Paz on the 14th of Febuary to pick up a special guest!

Avenida de los volcanos

Pour faire un peu plus court que notre résumé de Colombie, nous nous étions un peu emballées, voici un recap de nos 3 semaines :

Top 3

1) Chimborazo et notre descente en VTT - sans aucune hésitation !

2) Laguna Quilotoa - Paulo & sa famille ainsi que les balades incroyables

3) La fête de Noël à Isinlivi - dancer et boire avec les équatoriens à 15h


Flop 3

1) La pollution à Quito

2) Le manque flagrant de vendeurs de rue nous ayant contraint à préparer nos propres plats dans les cuisines des auberges.

3) La négociation n'est pas monnaie commune en Equateur. Cette activité nous a manqué, nous espérons que ça sera mieux au Pérou

--------------

We'll keep it shorter than Colombia, were we got a bit carried away, here is our country sum up:

Top 3

1) Chimborazo - no doubt what so ever !

2) Laguna Quilotoa - Paulo & his family and the amazing walk!

3) Christmas party at Isinlivi - drinking & dancing from 3pm !


Flop 3

1) The pollution in Quito

2) The severe lack of street vendors compared to Colombia. We've had to learn how to cook with hostal ustensiles, no easy feat!

3) Negotiating is not very common in Ecuador. We missed this fun activity, bring on Peru!

Top 3 : Chimborazo, Quilotoa, Isinlivi

Quelles sont les principales différences avec la Colombie ?

La première différence est assez flagrante et nous l'avons remarqué immédiatement après avoir franchi la frontière : la culture (et la morphologie) indigène est bien plus présente en Equateur. Carlos, notre guide du Chimborazo, nous a dit que certaines villes pouvaient compter jusqu'à 60% d'indigènes.

Autre point, les magnifiques volcans que nous avons croisé sont beaucoup plus impressionnants que les paysages vallonnés de Colombie.

Au premier abord, les équatoriens semblent beaucoup moins accueillants que les colombiens. Très peu répondent à un "buenas" (salut) dans la rue et leur visage est beaucoup moins chaleureux que les grands sourires que les colombiens nous offraient. Mais il suffit de leur laisser un peu de temps et ensuite "vale la pena" ; nous avons rencontré des gens extraordinaires que nous ne sommes pas prêts d'oublier.

Qu'est ce qui nous a le plus dérangé en Equateur ?

Facile ! L'alarme de leur put** de voiture qui ressemble plus à un jingle ou un jeux vidéo et qui sonne encore et encore au milieu de la nuit ! Grrrr !

Toujours lié au son, les équatoriens semblent avoir un problème à régler une sono. Quasiment tous les jours, nous entendions dans un magasin, un bar ou un restaurant, la sono grésiller avec un bruit épouvantable alors que de la musique retentissait ou que quelqu'un essayait de parler dans un micro. Les équatoriens ne sont clairement pas de bons ingénieurs du son !

Pour finir, étant donné que nous n'avons pas pu manger dans la rue aussi souvent qu'en Colombie, nous nous sommes souvent retrouvées à déjeuner au restaurant ou dans les marchés. Nous y avons découvert les cevichocho (maïs grillé, oignons, tomates, poulet, citron, chips de banane ... ça semble bizarre mais c'est frais et délicieux), lapingachos (purée de pomme de terre mélangée avec du fromage, des œufs et des oignons, puis frie) et du "cuy" (cochon d'inde), mais nous nous réservons pour le Pérou pour cette dernière découverte culinaire.

Vous comprenez un peu mieux ? 

---------------

What was different to Colombia ?

First things first it was obvious the minute we crossed the border that the indigenous culture was much more present here in Ecuador than in Colombia. Carlos, our guide in Chimbozaro, told us that some towns or villages have a population with up to 60% indigenous.

It has to be said that the volcanic landscapes were far more impressive than the hilly countryside of Colombia.

At first glance it seemed like the Ecuadorians were going to be a lot less friendly than the Colombians. Few say "Buenas" (Hello!) in the street and their faces are far less expressive than the smiley Colombians we were used to. But give an Ecuadorian some time and you will be rewarded. We met some of the nicest people that we will not forget in a flash.

What annoyed us the most about Ecuador ?

Easy ! Their bloody car alarms that sound more like an awful american jingle than an alarm and that go on for hours often during the night ! Grrrrrr

The second most annoying thing also has a link to sound. Almost everyday we went past a shop or a bar with music playing so loudly or someone talking into a microphone so that the sound system kept screeching with a deafening noise. Ecuadorians are clearly not good sound technicians and are either deaf or just like really really loud music !

Given that we couldn't eat in the streets as much as in Colombia we often ended up eating in the market at lunchtimes. Here we found cevichoso (grilled corn, onions, tomatoes, chicken, lime and banana chips...sounds wierd but it's delicious!), lapingachos (fried mashed potato balls with cheese and egg), and cuy (guineau pig) that we have decided to save for Peru as part of our next challenge.

Vêtements traditionnels équatoriens
Cevichoco et lapingachos au mercado
Obligées de faire des courses pour nous faire à manger ...

Quelques chiffres clés / Some key figures :

- 26 heures de bus, soit un tiers de ce qu'on a fait en Colombie! / 26 hours on the bus, ie. a third of Colombia!

- 47 heures, 155 km (màs ou menos!) à pied / 47 hours, 155 km (give or take!) completed by foot.

- $68 (58€) de budget moyen journalier pour nous deux. Soit 4€ de moins qu'en Colombie mais avec une répartition des dépenses assez différentes (logements plus chers mais bus beaucoup moins chers) / $68 (58€) spent on average per day between the two of us. 4€ less than in Colombia but with a different mix : accommodation was more expensive but buses far cheaper !

- Prix moyen pour une nuit/par personne (petit déjeuner et parfois même dîner inclus) : $9,5 (8€) ! / Average price for one night/pp (breakfast and sometimes dinner included) : $9,5 (8€)

- Prix moyen d'une bière (on parle bien de bouteilles de 75cl) : $2,50 (2€) / Average price of a beer (by the way we are talking about 75cl bottles) : $2,50 (2€)

- Bière la moins cher : $1,40 (1,15€) / Cheapest beer : $1,40 (1,15€)

29

After a much easier border crossing than the previous one (a mere 2 hours!) we arrived at Mancora, on the Peruvian coast, at 5am. A hoard (orthographe a verifier ) of tuktuks stood waiting and soon we were bumping along a dusty road to the hostal that our room mate in Cuenca had raved about. Our driver dropped us off in front of a big closed wooden door. "Check in es a las 12" he told us and sped off. Hmmm... Thankfully we managed to find our way to Jaimie, the personel "on duty", who was asleep in a hammac and invited us to do the same! We woke up a few hours later to the heat of the sun and the sound of the Pacific ocean, so far so good! Jaimie had no space left in the little beach huts but helped us set up a tent meters from the water, even better ! 

---------------

Après avoir traversé la frontière nettement plus rapidement que la dernière fois (seulement 2h pour sortir d'Equateur et entrer au Pérou), nous sommes arrivées à Mancora, sur la côte péruvienne,  à 5h du matin. Une horde de tuk-tuk attendait l'arrivée du bus, nous n'avons donc pas eu à attendre longtemps avant de nous élancer sur les routes de terre en direction de notre hostal, vivement recommandé par un de nos "coloc" à Cuenca. Juste après nous avoir déposées devant une porte en bois, fermée,  le chauffeur nous prévient "Check-in es a las 12", avant de filer ... Super ! Heureusement, nous avons réussi à pousser la porte pour entrer et rencontrer Jaimie, un des géants, endormi dans son hamac. Il nous a gentiment proposer de faire de même pour nous reposer un peu. Nous nous sommes réveillées quelques heures plus tard, sous le soleil, face à l'océan Pacifique. Le Pérou commence bien ! Jaimie nous a annoncé qu'il n'avait plus de lits disponibles dans les cabanes en bois sur pilotis ; pas de soucis, nous nous sommes installées dans une tente à seulement quelques mètres de la mer. 

Les pieds dans le sable
Room with a view (face au Pacifique)

We spent three days in Mancora lazing, reading and playing games on the beach or in the sea. We deserve a little holiday after all our walks ! Our evenings were almost as relaxing : tasting the new local drink Pisco Sour (delicious), salsa dancing on the beachfront or playing dice with our new friend César Antonio (a 9 year old local who was very cute!).

-------------------

Nos 3 jours passés à Mancora peuvent se résumer ainsi : farniente, lecture, jeux sur la plage ; nous méritions bien un peu de repos après toutes nos activités des dernières semaines ! Nos soirées étaient tout aussi détendues : goûter la boisson locale (le délicieux Pisco Sour), danser la salsa dans un bar de bord de mer ou jouer aux dés avec notre nouvel ami César Antonio (un petit garçon de 9 ans trop mignon).

Petit chiot de la casa tellement mignon
Apéro face au coucher du soleil
Pisco Sour ! Ah oui, Nay s'est faite tatouer
César Antonio lors de nos parties de dés
Déjà l'heure de quitter ce petit bout de paradis
30

Voulant éviter 18 heures de bus d'une traite, nous faisons un stop un peu au hasard à Trujillo. Tout le monde semble s'agiter pour notre arrivée; on repeint les églises, on nettoie les routes et on plante des fleurs. Il ne fallait pas en faire autant! En fin de compte, il parait que ce n'est pas pour nous, le "Papa Francisco" arrive dans moins d'une semaine. Tout le monde y met du sien pour l'événement de l'année, de la décennie voire du siècle pour certains! La ville n'étant pas jolie jolie, malgré les préparatifs de la visite papale, nous préférons filer à la plage (à seulement 10km) mais elle n'est malheureusement pas très jolie jolie non plus. Pas grave nous en profitons pour faire deux visites culturelles :  la cité Chimu de Chan Chan et les temples Moches. J'en (Nay) profite également pour tester une tradition locale : la pêche sur "caballito". 

----------------

Leaving Mancora we wanted to avoid having to do an 18 hour bus ride so we decided to stop off half way along in Trujillo. Everyone seemed very keen to make a good impression on us : churches were being repainted, roads cleaned and flowers planted. We honestly weren't expecting such a warm welcome. It turns out it wasn't for us, "Papa Francisco" would be arriving in a few days time! Either way there was a huge clear up effort going on preparing for the event of the year, decade or maybe even century for some! Despite all the hard work the town really wasn't that pretty so we decided to head for the coast (only 10km away) but sadly it wasn't that pretty either! No matter, we made the most of our time there to visit the Chimu city of Chan Chan, the Moche temples and I (Nay) even enjoyed a local fishing experience.

Le Pape est de passage au Pérou du 18 au 21 janvier

Chan Chan est la plus grande ville préhispanique des Amériques et la plus vaste cité en adobe de la planète. Concrètement ça donne quoi ? On dirait des énormes châteaux de sable au milieu du désert ! Contrairement aux Incas, les chimu vénéraient la lune et la mer et constuisaient un nouveau palais à chaque changement de roi. Avec des murs fortifiés de 12m de haut c'est quand même assez impressionnant.

---------------

Chan Chan is the biggest prehispanic city in the Americas and the largest dwelling made of adobe on the planet. It sounds impressive but what does it actually look like? Basically a collection of giant sand castles in the desert!  Contrary to the Incas, the Chimus (inhabitants of Chan Chan) worshipped the moon and the ocean and built a new palace for each new King. With fortified walls up to 12m high the ensemble was quite impressive.

Constructions en adobe (brique composée d'argile melangee à de la paille et durcie au soleil).
Murs fortifiés allant jusqu'à 12m de haut

Quant aux temples Moches, non ce n'est pas un jugement de valeur, ils datent de 600 après JC (700 ans avant Chan Chan) mais ça vous vous en fichez un peu et nous aussi. Deux points ont particulièrement retenu notre attention : la construction superposée des temples (après l'avoir recouvert d'adobe, chaque nouveau roi édifiait son temple au-dessus du précédent) et les sacrifices humains réalisés régulièrement parmi l'élite pour rendre hommage à leur Dieu. Ce qui est bien c'est que ces sacrifices ne fûrent pas vain...après 150 ans, les Moches décidèrent d'abandonner leurs temples et leur religion, ne croyant plus en leur Dieu!

--------------

The Moche temples have been around since 600 BC, a good 700 years before Chan Chan, but that doesn't tell you much. 2 points caught our attention when visiting the site : the superposed construction of the temples (each new King filled in the previous temple with adobe and built a new one over the top of it) and the human sacrifices made by the richer families of the community to honour their God. Ironically these sacrifices were in vain as after only 150 years the whole tribe abandonned their temples and their religion, no longer believing in their God.  

Superposition de différents temples, recouverts d'adobe et "empilés" les uns sur les autres
A regarder en détail, ils étaient sacrément imaginatifs (aidés par le cactus San Pedro, boisson hallucinogène)

Passons de la théorie à la pratique, rendez-vous 6h du matin sur la plage avec Fidel. Je vais tester les anciens bâteaux de pêche utilisés par les Chimu (ceux de Chan Chan si vous suivez bien!). Les "caballitos" sont des pirogues construites en "totora" (roseau) et sont encore utilisées aujourd'hui dans le nord du Pérou par quelques pêcheurs isolés qui déposent leurs fillets la vieille au soir et qui reviennent récupérer le fruit de leur travail le lendemain matin. 

--------------

Let's move from history to modern times, it's 6 o'clock in the morning and we are on the beach with Fidel. We asked the elderly fisherman if he would show us how they still used the old fashionned fishing boats invented by the Chimu's (inhabitants of Chan Chan if you've been following correctly). The "caballitos" are like small canoes made of "totora" (reeds) and are used to this day by a select few along the nothern coast of Peru who use the boats to go out and drop their nets at night before coming back out the next morning to see what they have caught

Petit tour en caballito avec Fidel
A cheval sur les pirogues en totora (roseau)
La belle pêche matinale
On oublie pas de goûter les spécialités locales !
31

Marie : Moi qui n'aimais pas marcher quand j'étais petite, je ne le savais pas encore mais j'allais être servie à Huaraz. Mais quand on envisage un trek de 4j en totale autonomie, avant de marcher il y a plein de choses à préparer! Le matériel de camping évidemment (tente, duvets chauds, tapis de sol, réchaut, gaz) mais surtout la nourriture. On n'est pas encore parties qu'on "s'engueule" déjà ... désolée les Bearcroft mais les sandwiches à la banane avec des fruits secs, matin, midi et soir, pas possible pour une bonne française comme moi !

Naomi : Je vous assure que les sandwhichs chips/banane c'est très bon mais pour la paix j'accepte un peu de variété! On décide donc de faire un tour au marché afin de faire nos courses pour les 4j. La nego nous réconcilie et on remplit vite plus d'un quart de nos sacs avec de la bouffe ! Certains nous avait prévenues, partir en autonomie allait être un bon test pour notre amitié. Je croyais qu'ils parlaient des heures de marche, de la fatigue et du poids de la tente... pas du contenu des repas, oups !

----------------

Marie : I never really liked walking when I was a kid but little did I know that I would learn to love it and that my first unguided trek would be in Huaraz. When going away for 4 full days there is lots to prepare: the camping material (tent, warm sleeping bags, mats, gaz cooker, etc.) but more importantly the food. We've not even started walking yet but we are already arguing. I'm sorry the Bearcrofts but there is no way a true french girl like me is going to eat banana sandwhichs for breakfast, lunch and diner for 4 days!

Naomi : Chips and banana sandwhiches are delicious but for the sake of peace I agree on some different menus. Therefore we headed off to the market to do our shopping for 4 days. Negotiating helped us to stop arguing and we quickly filled more than a quarter of our bags with food! People had warned us that hiking solo without a guide or a donkey to carry our bags would be a good test on our friendship. I'd assumed they were worried about the long hikes, tiredness levels and carrying a heavy tent...not what we would be eating, oups!

Préparation des différents sacs de nourriture pour les 4j à venir

Marie : Réveil à 4h30 et nous voilà parties avec tous les touristes (ne vous inquiétez pas, c'est juste pour le transport) et nos gros sacs à dos de 10kg chacune. Etape du jour : la laguna 69, 17km aller/retour avec +/- 800 de dénivelé. Mais avant d'entamer la marche, il y a une première épreuve à relever : monter la tente. Plutôt simple pour une première fois, il ne pleut pas et on a le temps ! Le camp est prêt en moins de 20 min et on est en route pour la vraie aventure du jour. Je ne sais pas si c'est notre semaine à la plage, le manque de sommeil ou l'appréhension mais je ne suis clairement pas dans mon meilleur jour ...

Naomi : Si jamais vous vous demandiez, nous sommes dans le parc Huscaran! Un joyau national qui possède plus de 290 lacs, 750 "picos" (montagnes dont la plus haute est à 6768m) et un bel assortiment de bêtes paraît-il (dans le bus pour monter on nous parle de pumas et ours entre autre mais on y croit pas trop Maman!). Bref, de retour au campement après une dure mais magnifique rando Marie fait une petite sieste pendant que j'admire la vue. D'un coup, je vois au loin une bête à 4 pattes qui avance très doucement le long du lac. Je n'ose pas réveiller Marie et je ne sais pas où se trouve Augusto (le doyen du "camping") ; j'attrape vite l'appareil photo pour zoomer et voir de plus prêt ce que je suis persuadée être un puma. Je suis contente de ne pas avoir alerté les autres, c'était une vache! La première nuit dans la tente se passe sans complications et nous sommes prêtes (petit déj au réchaut et tente trempée déjà rangée) à 8h pour prendre un collectivos afin de rentrer encore plus dans la nature.

-----------------

Marie : At 4h30 we were up and off with the other tourists (just for the bus up, no worries!) carrying our bags weighing 10kg each. Todays walk: Laguna 69, 17km round trip with 800m altitude difference each way. Before heading off we decided to set up the tent, it was easy given that the sun was shining and we were not in a rush, in under 20 minutes we were on our way. I'm not sure if it was the lack of sleep, the week on the beach or my nerves but I wasn't on my best form.

Naomi : If you were wondering where exactly we were look no further: the Huscaran national park. An awesome place with over 290 lakes, 750 mountains (the highest peak at 6768m) and à large collection of beasts (in the bus on the way up we were told there were pumas, bears and more but we didn't believe it Mum!). Anyway once we got back to camp after a beautiful but exhausting walk Marie took a nap whilst I sat and simply enjoyed the view. All of a sudden in the distance I saw a creature moving along very slowly near the lake. I didn't want to wake Marie and I couldn't find Augusto (the"campsite" guardian) so I quickly grabbed the camera to zoom in on what I was convinced was a puma. I'm glad I didn't tell the others, it turned out to be a cow! We slept well during our first night in the tent and the next morning we were ready (tent packed and porridge eaten!) by 8am to jump on a bus and head further into the park.

1er arrêt à la laguna 67, le soleil est au RDV
Le mont Huscaran (6768m) qui donne son nom au parc
On commence la montée vers la laguna 69, 8,5km, +800m de dénivelé positif
Pic-nic à la laguna 69, face au glacier qui descebd jusqu'à cette lagune turquoise
Notre campement pour la 1ère nuit avant de sauter dans un collectivon pour s'enfoncer plus encore dans les Andes

Marie : Ce que Nay a oublié de préciser c'est que pour cette première nuit en camping sauvage, Augusto nous a mis à disposition une pièce à l'abri avec tables et chaises, plutôt confort pour nos premiers repas. Mais cette fois ça y'est nous sommes parties pour la vraie aventure. 2h de collectivos un peu stressant (route de sable dans des virages en lacets...) assises sur des bagages et nous voici au vrai départ. 10km de chemin de campagne, légèrement montant pour rejoindre notre premier camp de base.

Naomi : On arrive au camp à 15h30, il pleut ! On se prépare un thé avec le réchaut puis on se met à l'abri (màs ou menos) sous un arbre en attendant que cela se calme un peu pour monter notre tente. 16h30 nous sommes "couchées" (littéralement car assises ça passe pas!) dans la tente. 17h30 on entend d'autres personnes arriver au campement et monter leurs tentes sous la pluie qui ne s'arrête toujours pas. A 18h on sors la tête de notre tente pour découvrir q'il s'agit d'un groupe de randonneurs avec un tour organisé qui ont donc 2 grandes tentes chapiteaux. On demande aux guides si on peut profiter de leur abri pour rapidement faire chauffer notre bouillon de pâtes. A 19h30 nous sommes de nouveau couchées dans notre tente mais cette fois-ci pour dormir !

--------------

Marie: What Nay forgot to mention was that for our first night of camping in the wild Augusto gave us access to a small stone hut so that we could cook and eat under shelter. However today we were off on our real adventure : 2 hours in a bumpy mini van winding round the sandy mountain roads sitting on top of each others lugguage followed by a 10km walk slightly uphill to our first camp.

Naomi : We got to our camp by 3:30pm, it was raining ! We made some tea with the gaz burner and tried to keep out of the rain under some trees. By 4:30 we were lying down in our tent (sitting was not an option given it's height!). At 5:30 we heard other people arrive at the camp and start to set up in the rain. At 6:00 we took a quick peak outside and saw that they were a group with 2 big circus like tents. We decided to ask the Peruvian guides of the group if we could use their shelter whilst we heated up our pasta. Thankfully they let us and by 19:30 we were back lying down in our tent ready to go to sleep!

Traversée de jolis paysages et de petits villages de montagne/campagne
La pluie arrive mais on garde le sourire, on est bien au milieu de cette nature
Arrivées au camp sous le soleil, nous avons à peine 30min pour faire (un peu) sécher la tente avant que la pluie ne revienne

Marie : levées 5h15 juste avant le soleil. Pour ceux qui ne le savent pas (comme moi il y a quelques jours), il faut près de 2h avant de décoller : préparer le petit-déjeuner (aller chercher de l'eau à la rivière), ranger ses affaires, plier la tente (qui est trempée) et faire nos sacs ! Tout ça alors qu'il ne fait même pas 10°. A 7h00 nous sommes prêtes à partir à la conquête de la Punta Union culminant à 4750m. On commence plutôt mal puisqu'au bout d'1h on se trompe de chemin et on se rajoute 3km de montée ... C'est pas grave, nous sommes toujours motivées même si la pluie commence à pointer le bout de son nez.

Naomi : Toujours motivées ? Euh comment vous dire ! Avant hier c'est Marie qui n'était pas au sommet de sa forme, aujourd'hui c'est moi. Ça tombe mal car on doit grimper toute la matinée. Je ne sais pas si c'est le sac, l'altitude ou la fatigue mais après plus de 3 heures de marche j'en peux plus. Le sommet paraît encore tellement loin (pas qu'on voit grand chose avec la pluie, brume et même neige qui nous envahies!) mais j'ai l'impression de ne plus avoir d'énergie. On décide donc de s'arrêter pour manger (oui oui il n'est que 10h30) dans une petite cave qui nous protège des éléments qui, il faut le dire, s'acharnent un peu contre nous aujourd'hui. Après la pause le moral va un peu mieux et on grimpe avec plus de conviction. Après ce qui paraît être quand même une éternité on arrive enfin en haut à 4750m. Putain j'ai galéré mais on l'a fait !

Marie : le plus dur est fait ! En quelque sorte ... puisqu'il nous reste encore 12km pour arriver à notre campement du soir. Nous surplombons une magnifique lagune que le soleil nous autorise à observer quelques minutes sous ses rayons. Nous poursuivons notre chemin, il fait plutôt beau, dépassons nos copains de la veille et entamons la dernière ligne droite. La pluie a refait son apparition (normal, il est 15h30 passé) et nous avons le vent de face. Malgré quelques grottes tentantes, nous continuons, au mental, vers notre objectif. Nous sommes récompensées car arrivées à notre camp, il y a un tout petit abri avec un toit pour nous protéger le temps que la pluie cesse. Patientes, nous attendons plus d'1h30 à siroter du thé pour nous rechauffer. La pluie s'arrête quelques instants, nous saisissons notre chance et montons la tente en 2min chrono. Un bon bouillon de pâtes et au lit !

----------------

Marie : We were up at 5:15, just before the sun. For those that didn't know (like me only a few days ago!) it takes a good 2 hours to get moving by the time you've made breakfast (collected & heated water from the river), packed up the soaking wet tent, put on cold clothes from the day before, etc. All of that in less than 10°c, brrrrr! At 7 am we were ready to head off and conquer the Punta Union summit at 4750m. However we didn't start of so well as after barely an hour we got slightly lost and added ourselves an extra 3km to our climb. Never mind, we were still pumped even if it had started to rain...again !

Naomi : Euh still motivated, really ? The day before yesterday Marie struggled slightly, today was my turn ! I didn't chose well as we had a serious climb in front of us. I don't know if it was the heavy bag, the altitude or getting lost but after 3 hours walking i'd already had enough. The summit still seemed so far away (even if we couldn't really see through the rain, fog and snow!) and I didn't seem to have any energy left. We decided to stop for lunch (yes at 10:30am!) in a little cave that protected us from the wind and rain that seemed to be picking on us today. After the break we climbed more convincingly and after what still seemed like an age we finally got to the top. Bloody hell it was hard work but we did it!

Marie : We've done the hardest part ! Well almost...we onlt have 12km left to get to our camp for the night but it's mostly downhill! We were even lucky enough to get a few rays of sunshine when passing a magnificent lake. We overtook the group from yesterday who decided to stop at a closer campsite and kept walking. It was 3:30 by now and the rain was back, this time with a strong head wind lashing against us ! We were tempted by a few caves on the way but using purely our mental strength we pressed on to the camp and were rewarded with a tiny stone hut just big enough for us to make some tea and warm up a little in. We waited for over an hour and a half for the rain to die down a bit and as soon as it did we launched into action putting the tent up in less than 2 minutes ! We ate and were in bed minutes later !

Les montagnes sont magnifiques, avant que le brouillard ne vienne les couvrir ...
Pause dej à 10h30 dans une sorte de grotte
10km de randonnée avec 1000m de dénivelé positif jusqu'au sommet, we did it
Encore une jolie lagune, sous les rayons du soleil, youhou!
Magnifique vue sur la lagune dans le brouillard
Le soleil est au RDV, on en profite pour sécher la tente et les affaires

Naomi : Même si c'était vraiment dur hier (on a marché plus de 9h quand même!) on est contentes de s'être avancées au maximum car aujourd'hui il ne nous reste plus que 4 heures de marche...easy ! C'était sans compter sur les chaussures de Marie qui allaient nous lâcher après moins de 20 minutes. Sa semelle se decollait donnant une sorte de claquette/chaussure de rando qu'on a essayé de réparer 3 fois avec du scotch et de la ficelle. En vain ! Marie finit donc le trek avec un pied en ben simon ! Elle a été solide, clairement j'aurais râlé beaucoup plus ! En arrivant au village il faut attendre un collectivos pour nous ramener dans la vallée. Le collectivos s'avère être un break où nous rentrons à 7 puis 8 et enfin 9. La civilisation ne nous avait pas trop manqué, retour à Huaraz au milieu du concert de klaxonne.

Marie et Naomi : On est des Jeanines ou on l'est pas merde! Plutôt fières de nous quand même : 62 km en 4j, 3 nuits dans une tente plus qu'humide, à manger des sandwhichs de banane et autre heureusement, quoiqu'il en soit c'est plutôt soliiiiiiide!

--------------

Naomi : Even if it was a tough day yesterday (we walked for over 9 hours !) it was worth it because it meant we only had 4 hours left today...easy ! That was before Marie's shoe broke 20 minutes in. The sole of one of shoe's flapped around like a pair of flip-flops and even though we tried fixing it will glue and string she ended up having to wear a ben simon on one foot ! She was a great sport about it and just kept walking, I would have complained so much more ! When we finally got to the village we had to wait for a collectivos to take us back down the valley. It turned out just to be a largish car and there were soon 7, 8 and then finally 9 of us squashed in together like sardines. We realised we hadn't much missed civilisation as headed back to Huaraz amist the hundreds of car horns.

Marie and Naomi : Once a Jeanine, always a Jeanine ! It has to be said we are pretty proud of ourselves : 62km in 4 days, 3 nights in a damp tent, eating banana sandwhiches amongst other things, soliiiiiide !

Notre abri qui nous a bien aide à nous réchauffer en attendant que la pluie cesse
Dur dur le dernier jour en Bensimon ... heureusement on s'est fait des copains!
32

When we got back to Huaraz after our 4 day trek the camping equipment needed to be dropped off, our clothes were in desperate need of a "lavanderia" and we felt we had deserved the right to a delicious meal so we decided to head into town. The only problem, it was raining...again ! Having just had our first shower in 4 days we were reluctant to get soaking wet so we hailed a tuktuk (motorbike with a small cabin behind it) and jumped into the back with all our things. All of a sudden we heard a bang and felt an almighty jerk towards the front. There was so much water in the street that the driver had failed to see a massive pot hole and his front wheel had got stuck. Luckily we weren't going fast and after a quick glance at each other we knew that we only had a small knock to the knee each where we'd hit the seperation between the driver and our cabin. Marie however had a look of panic on her face. "Mi téléfono, mira donde està mi téléfono señor" she shouted at the driver. Her phone had flown out of her hands when we crashed and there was easily 20cm of water by the drivers feet. He started looking but as he did so Marie threw off her socks and shoes and jumped out into the street plunging her arms in up to her elbows looking for her phone in the street or what looked more like a swimming pool. The driver eventually found it and Marie ran off to buy some rice to dry off her phone. All's well that ends well, we still managed to calm our nerves and end our evening with a lovely meal and much deserved bottle of wine !

-----------------

De retour à Huaraz après notre trek de 4j, nous étions bien décidées à faire un tour en ville pour rendre la matériel de camping, déposer nos fringues à une lavenderia et surtout profiter d'un bon repas bien mérité. Seul problème, il pleuvait ... encore ! Sortant tout juste de notre 1ère douche en 4j, nous n'avions pas envie d'être de nouveau trempées, nous avons donc helé un tuk-tuk (petite moto aménagée avec une cabine à l'arrière). Tout à coup, on a entendu un boom et surtout on a senti que le tuk-tuk s'arrêtait net. Il y avait tellement d'eau dans la rue que le chauffeur n'a pas vu un gros trou et a coincé sa roue avant dedans. Heureusement, nous allions tout doucement. Plus de peur que de mal, nous avions simplement une belle bosse sur le genou, n'ayant pu éviter la bar de fer nous séparant du chauffeur. Marie semblait pourtant paniquée ... "Mi téléfono, mira donde està mi téléfono señor", crie-t-elle au chauffeur. Son téléphone lui a échappé des mains au moment de l'impact et est tombé au fond du tuk-tuk dans au moins 20cm d'eau. Pendant qu'il commençait à chercher, Marie avait déjà enlever chaussures et chaussettes pour sauter hors du tuk-tuk et chercher à tatons, avec de l'eau jusqu'au coude, son téléphone dans la rue qui ressemblait plus à une piscine. Finalement, le chauffeur a retrouvé son téléphone et Marie a couru au supermarché acheter du riz pour tenter de son téléphone. Nous avons fini la soirée dans un délicieux restaurant avec un pisco sour (cocktail local) et une bouteille de vin qui nous ont permis de bien nous détendre.

Notre tuk-tuk, au milieu de la rue, coincé dans le trou

The next day we headed off for Lima, the capital of Peru. We saw 4 sides to Lima over the next couple of days :

1) The old city center with it's colonial buildings and Spanish influence that we enjoyed seeing during yet another Free Walking Tour.

---------------

Le lendemain midi, nous prenions la direction de Lima, la capitale du Pérou. Pendant les quelques jours où nous y sommes restées, nous avons découvert 4 faces bien distinctes de cette ville :

1) Le centre historique ou la vieille-ville avec ses bâtiments coloniaux et son influence espagnole. Nous l'avons découverte à pied lors du free walking tour animé par Jean-Pierre (un peruvien, si si!)

Plaza de Armas
L'empreinte espagnole est partout dans la vieille ville

2) The modern (european style) shopping center that we visited to replace Marie's walking shoes. We felt totally disorientated in the clean infrastructures and classy shops, realising we aren't missing Europe or the products it has to offer much at all !

--------------

2) Le centre commercial ultra-moderne où Marie a pu acheter de nouvelles chaussures de rando. Nous ne nous sentions pas vraiement à notre place au milieu de ces magasins propres, lumineux, rangés ... nous avons réalisé que l'Europe ou le shopping ne nous manquait pas trop!

Nouvelles chaussures !

3) The edge of the city that sits on the cliffs above the Pacific Ocean. Sadly the beach and views aren't that pretty as a main road runs right along the sea front.

--------------

3) Miraflores, un autre quartier moderne situé sur des falaises, au bord de l'océan Pacifique. Dommage que la plage et la vue ne soient agreables, le "périphérique" longeant la côte tout du long

Barranco, quartier des artistes
Parcs aménagés sur les falaises de Miraflores
Quartier Miraflores

4) The part of Lima that felt the most South American to us. Gamarra "market" which is in fact dozens of street markets, shops and shopping galleries selling everything you could possible need at the most ridiculous prices.

Lima was a great place to hang out & relax for a few days, we even went to the cinema! After having reassured our Mum's that the earthquake alert was over further south we headed off on our longest bus yet (17 hours) to Arequipa.

---------------

4) La partie de Lima qui ressemble le plus à l'Amérique du Sud : le marché de Gamarra. Il s'agit en fait de dizaines de rues, magasins ou galeries vendant tout ce dont on a/ce dont on pourrait avoir besoin, à des prix défiant toute concurrence.

Lima est une très bonne ville où se detendre et se reposer un peu, nous sommes même allées au cinema !

Après avoir rassuré nos mères en ce qui concerne le tremblement de terre, nous sommes parties direction d'Arequipa pour notre plus longue nuit en bus (17h!).

Jumanji au ciné!
33

Cette ville vous dit quelque chose ? Pas étonnant, elle a peut-être été citée dernièrement au journal de 20h pour le tremblement de terre qui a eu lieu le 14 janvier dernier avec une magnitude de 7.3 sur l'échelle de richter. N'oublions pas que nous voyageons le long de la cordillère des Andes, une des régions dont l'activité sismique est la plus dense du monde.

Bref, Arequipa est surtout surnommée la ville blanche pour sa magnifique Plaza de Armas entourée de bâtiments coloniaux blancs. À notre arrivée, un dimanche, la ville nous a semblé morte, peu d'animation, pas de klaxons, quelques boutiques ouvertes ... mais finalement elle s'est révélée, comme toujours en Amérique du Sud, vivante, pétillante, accueillante, une ville dans laquelle il est agréable de se promener, de flâner à travers les différentes placettes, marchés ou autres patios. Le Convento Santa Catalina a particulièrement retenu notre attention, occupant à lui tout seul un quartier (20 000 m2!). L'intérieur est magnifique et merveilleusement bien entretenu, on peut encore visiter les cellules des religieuses dans lesquelles l'odeur de cheminée n'a pas encore totalement disparu.

-----------------

Does the name Arequipa ring a bell ? It might have been mentionned in the news recently as there was a 7.3 magnitude earthquake on the 14th of january. Indeed don't forget that we are traveling down the Andean Mountains, one of the most earthquake prone  regions in the world.

Anyway, Arequipa is nicknamed the "white city" thanks to it's beautiful central square, Plaza de las Armas, which is surronded with white colonial buildings. We arrived on a sunday but there wasn't much going on : very few people were wandering the streets, little was open and most worryingly no-one was beeping their horn! The next morning however the town was as it should be in South America : noisy, lively, colorful, welcoming, etc. Another enjoyable place to walk around discovering the different squares, markets and hidden streets. We particularly enjoyed the Santa Catalina Convent which takes up a whole neighbourhood (20 000 m2!). The place is beautiful and extremely well preserved. 


Vue sur les volcans, de la terrasse de notre hostal
Plaza de Armas et son imposante cathédrale
Convento Santa Catalina... chuuuut
On pose dans les rues au nom espagnol
Bain, four à pizzas, on a tout testé
On se fait même fabriquer nous propres bracelets

Mais Arequipa est avant tout un excellent camp de base pour l'exploration du Cañon de Colca, le 2e cañon le plus profond du monde après son voisin le Cañon de Cotahuasi (ou Yarlung au Tibet, selon les définitions, mais clairement pas le Grand Canyon). 6h de route (quand même!) nous sépare de Cabanaconde, point de départ de notre trek de 2 jours. Lluhuar, Malata, San Juan, tout le monde nous dit qu'il est impossible de faire cet itinéraire en seulement 2 jours. Têtues (nous têtues ? Non ...!) nous décidons tout de même de relever le défi. Il est important de préciser à ce moment que la profondeur du Cañon avoisine les 1200 m et que le principe de la randonnée est de descendre au fond du Cañon pour ensuite remonter. Les 20km du premier jour (-1200m de dénivelé puis +500m) ne nous effraie pas, pas plus que la pluie que tout le monde nous prédit pour 15h ; nous nous offrons même le luxe de nous arrêter une petite heure au fond du Cañon pour profiter de bains chauds. Nous arrivons en milieu d'après-midi à notre ville-étape pour la nuit avant même les premières goûtes de cette fameuse pluie. Un thé, une bataille navale,  une soupe délicieuse et au lit, il faut prendre des forces pour la montée du lendemain. Un peu plus de 3h de montée, 10km et +1000m plus tard, nous voici de retour à Cabanaconde. Nous avons même le temps de prendre un 2e petit dej avant de sauter dans le bus de 11h. Alors qui a dit que ce n'était pas possible?

-----------

Arequipa is mostly popular as a stop over when heading to the Colca Canyon, the 2nd largest in the world after it's neighbour Cotahuasi or the Yarlung in Tibet according to some. Either way forget the Grand Canyon it's no were near as deep! Even from Arequipa (the closest city!) it's still a 6 hour drive to Cabanaconde, the starting point for our 2 day trek. Everyone told us that we needed 3 days to complete the loop Lluhuar, Malata, San Juan but we decided we'd give it a go in 2! Here seems a good time to mention that the canyon is 1200m deep and the idea of the hike is simply to head down one day then head back up the next! On the first day we managed 20km (-1200m followed by +500m), we were lucky to miss the rain that everyone had predicted and even enjoyed some natural hot springs as a break along the way.  We enjoyed a relaxing evening in a small village in the depths of the canyon : tea, soup and a game of battle ships ! The next day we set off early to complete 10km pretty much all uphill ! A mere 3 hours later we were back in Cabanaconde, in time for a second breakfast before jumping back on the bus to Arequipa ! 3 days?! We only needed 1 and half !

Vue sur les montagnes depuis Cabanaconde
On va descendre tout en bas, jusqu'au pont
Et voila, sur le pont!
Pause détente bien méritée au fond de la vallée
Et maintenant il faut tout remonter, un peu aujourd'hui et le reste demain
4h de montée et +1000m de dénivelé ça donne chaud !
Paysages magnifiques sur le chemin entre Arequipa et Colca
34

Choquequirao, ce nom résonnait dans nos oreilles depuis le 15 novembre, jour où nous avions rencontrté nos copains Julien, Baptiste et Marie qui nous avait conseillé de ne manquer ce trek de 4 jours sous aucun prétexte.

Maintenant je le sais, tout trek en autonomie commence toujours par un tour chez un loueur de matériel de camping d'une part et par une négociation de nos diverses victuailles au marché d'autre part. Nos sacs sont prêts, nous avons quelques infos sur l'itinéraire et les ruines, c'est parti.

La particularité de Choquequirao est qu'il s'agit d'un trek de 2 jours aller et 2 jours retour avec un dénivelé de +/- 1000m. D'après les blogs que nous avions lu, certains avaient pleuré, d'autres abandonnés, nous savions que cette randonnée n'allait pas être facile mais nous étions excitées à l'idée de découvrir, seules, la petite sœur du Machu Picchu.

--------------------

We first heard about Choquequirao back in November when our friends met in Colombia, Julien, Baptiste and Marie, told us it was a trek that we should under no circumstances miss out on.

I now know that all treks without a guide start with a trip to a camping store to hire the material and another to the market to buy our food supplies. Once our bags were packed and we had some basic information on the itinerary we were ready to go !

The specificity of this particular trek is that it's a 2 day hike to the ruins followed by 2 days back along the same path with over 1000m difference in altitude each way. Many of the blogs we had read beforehand told us that some people had given up en route, some had cried along the way. Either way we knew it wasn't going to be easy but we were upbeat and excited about discovering Machu Picchu's little sister.

Achat (et négociation) des fruits secs et autres aliments au marché San Pedro de Cusco
Point de départ/arrivée - Jour 1/Jour 4

Jour 1 :

L'épreuve commence de bon matin pour se rendre au départ du trek : un minibus (avec un chauffeur qui essaie de nous arnaquer), un collectivo bien chargé puis un trajet dans une voiture de police, 5h sont nécessaires pour pouvoir commencer à marcher !

Les ruines du Choquequirao se méritent, heureusement le soleil brille. La journée commence par 10km de descente abrupte vers le fond de la vallée et une rivière bien agitée. Une petite pause dej pour un sandwich banane/chips et 3h30 plus tard, nous voici prêtes à traverser le pont qui nous conduit vers l'autre versant, à gravir cette fois. Nous commençons l'ascension, très raide, au milieu des cactus et de la poussière. Le soleil tape très fort et je suis au bord de l'insolation. Nous sommes obligées de faire des pauses régulièrement pour que je puisse continuer à avancer, heureusement que Nay est là ! Après 2h de montée et seulement 3 petits km, nous arrivons enfin à notre premier campement. Le programme est toujours le même : installer la tenter, boire un thé pour le goûter, prendre une douche froide (oui oui c'est plutôt "luxueux" ici) et préparer le bouillon de pâtes du soir avant de se coucher de bonne heure.

------------------

Day 1 :

Just getting to the start of the trek was a challenge itself : a minibus ride with a driver that tried to rip us off, a collectivo full to bursting with people and bags and finally a lift from a local cop, 5 hours later we were ready to start walking.

We started with a steep 10km downhill to the river bed, stopping only for a quick banana/chips sandwhich before starting the climb up the other side. By now the sun was shining directly above us and amongst the cactuses and dust I started to feel a sun stroke coming on. We had to make frequent stops so that I could keep going, thank God Nay was there to push me along! After only 3km but a grueling 2 hour climb we made it to our first campsite. The program is always the same: set up the tent, drink hot tea, take a cold shower (much more luxurious than our previous trek!), and prepare the pasta soup before getting to bed nice and early.

Le traditionnel sandwich chips/banane 
Le chemin est long avant d'arriver aux ruines (tout au fond de la vallée, tout en haut entre les nuages)
Seules au monde avec notre tente (et notre thé)

Jour 2 :

Réveil 5h, prêtes à partir à 6h30, on veut essayer d'avancer le plus possible avant que le soleil ne soit trop fort. On monte à un rythme régulier et rapide et on avance bien ! On rejoint le dernier village avant les ruines (4km) en un peu plus de 2h. Après une longue pause thé, il ne nous reste plus que 3,5km de "plat", mas o menos, pour atteindre notre camping du soir. Il est 11h et la tente est déjà montée ! Nous décidons de prendre quelques heures pour déjeuner, nous reposer et profiter de la vue magnifique.

En début d'aprem, il est temps de partir à la découverte de ce fameux Choquequirao. Nous sommes absolument seules, accompagnées par quelques rayons de soleil. Le secteur des tailleurs de pierre, la place principale, usnu (colline sacrée d'où était prononcé les discours à la population), maisons résidentielles et bien sûr le secteur des lamas, symbole de Choquequirao, nous passons près de 4h à nous promener au milieu de ces constructions parfaitement restaurées. Il faut savoir que seul 30 à 40% des ruines ont été découvertes sur le site de Choquequirao et que certains archéologues prédisent même qu'une fois intégralement mis au jour, le site serait plus vaste que le Machu Picchu.

Retour au campement pour un programme qui ne varie pas : thé, douche, diner, dodo.

-----------------

Day 2 :

Alarm at 5am, ready to leave at 6:30am, our plan was to get as much walking as possible done before the sun was too strong. We kept up a good pace and hit the last village before the ruins after only 2hours. After a much deserved tea break we set off for the remaining 3,5km that were supposedly over flat ground...hmm!

By 11am our tent was up and we were able to enjoy a few hours rest over lunch whilst admiring the fantastic view of the valley. In the early afternoon we set off to discover the magical site of Choquequirao. We were totally and utterly alone other than a few rays of sunshine. We took our time (almost 4 hours) to admire the perfectly restored stone masons sector, main square, usnu (a sacred hill where messages were delivered to the towns folk), resedential housing sectors and most importantly the lama sector, the symbol of Choquequirao. According to archeologists only 30 to 40% of the site has been uncovered to date and they reckon that once everything is fully restored the site will be even more impressive than it's famous neighbour Machu Picchu.

Back to the campsite to the same old program : tea, shower, soup then bed!

Choquequirao - Plaza principal
Seules, au milieu des ruines, on rigole
Devine où est notre tente ? (Indice : elle est rouge)
Notre cairn, trace de notre passage
Différentes vues de la Plaza
Encore la Plaza principal
Secteur des tailleurs de pierre
Usnu, colline sacrée d'où étaient prononcés les discours à la foule
Sacrément pentues les terrasses du secteur des lamas
Terrasses décorées de lamas, symboles de Choquequirao
On pose avec les lamas
On a même trouvé l'extraterrestre caché au fond de la 3e terrasse en partant du bas

Jour 3 :

La journée commence par une petite grasse-matinée (levées 6h30, youhou!). Pour parfaire notre découverte du site, il nous reste à visiter les terrasses situées en contrebas du camping ; elles sont gigantesques et sacrément abruptes ! On ne sait pas trop à quoi elles servaient (agriculture peut être), mais c'est très impressionnant de se promener à plat à flanc de falaise ...

Pas le temps de trop flâner, on a quand même 10km descente aujourd'hui. En chemin, nous nous arrêtons au poste de contrôle, discuter avec Vicente et goûter des tunas (figues de barbarie). La descente est dure, les genoux souffrent et Nay sert les dents de douleur. Pour essayer de la distraire un peu, je me lance dans la cueillette de tunas, je ne pensais pas faire autant le spectacle ! Non seulement j'ai plein d'épines dans les doigts, mais on en a aussi dans les lèvres et le palais. Et pour couronner le tout, je me suis assise sur la pierre m'ayant servie à découper le fruit, j'ai donc plein d'épines dans le cul ! Impossible de continuer, je dois changer de pantalon pour finir la journée.

La descente terminée, notre journée s'achève par 2km de montée jusqu'à notre camp de base pour la nuit. Nous y croisons un français sympathique avec qui nous partageons notre repas du soir ainsi que le magnifique spectacle de la pleine lune.

------------------

Day 3 :

This morning we made the most of a lie in until 6:30am, yahou! In order to complete our visit of the site we walked down to another set of terraces situated just below our campsite. They were extremely steep and much bigger than we'd expected (having seen them from across the valley the day before). However we didn't have too much time to chill as we needed to get 10km under our belts before nightfall. We just stopped off to say goodbye to Vicente, the site's guardian, who introduced us to tunas (prickly pears).

The descent was really tough and caused Nay's knees a lot of trouble. In order to keep her thoughts on something else I tried to keep her busy by hunting for tunas in the cactuses. Little did I realise I was going to put on such a show : not only did I have dozens of thorns in my fingers, lips and tongue I also managed to sit on the stone I had used to cut the fruit on thus ensuring I also had thorns in my ass too! There was no way I could carry on, I had to change my trousers to finish the day! At least Nay was no longer gritting her teeth in pain!

Once we crossed the river we only had another 2km uphill to complete before setting up our final camp. We met a nice french guy with whom we shared supper and the beautiful spectacle of the full moon.

Les terrasses du bas de Choquequirao
Impressionnant de voir le travail réalisé pour mettre au jour et nettoyer les ruines
Tout le chemin parcourus jusqu'à notre camping, où nous avons profité de la pleine lune
Ca pique les fesses les épines de tuna (figue de barbarie) 

Jour 4 :

Réveil encore plus tôt, pour monter le plus possible dans la fraîcheur. A 6h, nous sommes parties. Nay n'est pas en forme ce matin, à mon tour de la soutenir pour qu'elle continue à avancer. Je l'occupe pendant près de 2h en lui faisant la liste des films français qu'elle doit voir absolument, autant faire quelque chose d'utile ! La montée est difficile, elle manque clairement d'énergie n'ayant rien pu manger au petit déjeuner mais à force de courage et d'abnégation, nous réussissons à atteindre les ultimes zig zag juste avant l'arrivée. Il ne reste plus qu'une petite heure, tout se joue dans la tête ! Le soleil est de retour pour saluer notre performance et nous accompagner pour les derniers mètres. Ça y'est on l'a fait, on en a chié mais le site était magnifique, ça en valait vraiment la peine !

Pour l'anecdote, nous rentrons directement à Cusco dans la voiture d'un policier du village qui avait fini son service, un peu plus rapide, et confortable, que les collectivos quand même !

----------------

Day 4 : We set an alarm even earlier than normal in order to walk in the cool morning air. By 6am we were already en route but Nay was clearly not on her best form today. It was my turn to help her along, as she did for me the first day, so I decided to talk non stop for 2 hours about all the great french films she must see! The climb was really hard work and she was clearly lacking energy, not having felt up to eating any breakfast, but with a combination of courage and a refusal to give up we made it to the final climb of zig zags leading to the top of the mountain. With under an hour left it came down to our strong mental attitude and the sun came out to congratulate us just as we reached the top. We did it ! It was tough, really tough but the site was well worth it!

We managed to hitch a lift with a policeman, who had just finished his shift, all the way back to Cusco which was a lot quicker than multiple collectivos!



Plutôt pas mal les paysages qu'on a traversés
35

Cusco was not just a great base camp for the Choquequirao trek, the sacred valley and Machu Picchu. Indeed even though the city is quite probably the most touristy of all three countries visited so far it still has a certain charm to it. It's numerous squares, artisan markets and cobbled streets make it a fun place to hang out in. And hang out we did ! For the first time in 3 months we did some serious shopping (lama wool jumpers, etc.), we wandered the streets aimlessly soaking in the sun and enjoyed the festive preparations for the up coming carnaval. And joy of joys we made the most of all this without the sound of car horns that we've become so used to in Peru as most the main squares don't allow cars through.

----------------

Cusco n'est pas seulement un bon camp de base pour le trek du Choquequirao, l'exploration de la vallée sacrée ou la découverte du Machu Picchu. En effet, même si Cusco est probablement la ville la plus touristique des 3 pays que nous avons déjà visité, elle a su conserver un certain charme. Les nombreuses placettes, les marchés d'artisanat et les rues pavées sont autant d'invitations à la détente. Et nous nous sommes bien détendues ! Pour la première fois en 3 mois, nous avons fait quelques emplettes (pull en laine de lama, écharpe, tissu ...), nous nous sommes baladées dans les rues ensoleillées et avons même pu profiter des préparatifs animés du carnaval à venir. Et cerise sur la gâteau, nous n'étions pas dérangées par le bruit des klaxons, sport national au Pérou, puisque la plupart des places sont piétonnes.

Plaza de Armas de Cuzco
Cathédrale et iglesia de la companía
Plaza San Blas, quartier des artistes de Cusco
Artisanat local (à tous les coins de rue)
Certains murs incas sont encore debout dans la ville
Fêtes de rue, en préparation du carnaval à venir

Other than Machu Picchu we went to Pisac, Ollantaytambo and Salineras in the sacred valley. If we're honest we'd seen enough ruins so we just enjoyed the towns and a quick peak at the ruins from a far. Salineras however was quite different with it's hundreds of salt terraces. The strange thing being that no-one knows how they got there.

All in all Cusco and it's surronding sights live up to their great reputation, we had a lovely time and finished off our 10 day stay with a meal out in order to try "cuy" (guineau pig) thanks to Charlotte Gillet's challenge.

----------------

En sus du Machu Picchu, nous avons visité Pisac, Ollantaytambo et Salineras dans la vallée sacrée. Pour être honnête, nous avions déjà vu assez de ruines incas, nous nous sommes donc contentées de faire un tour dans les villages en jetant un coup d'œil lointain aux différents sites archéologiques. Seul Salineras a réellement retenu notre attention avec ses centaines de marais salant installés en terrasse. Le plus impressionnant est que personne ne sait réellement pourquoi de l'eau salée coule au milieu de la montagne.

Finalement, Cusco, et sa région, est à la hauteur de sa réputation. Nous avons passé 10 jours bien agréables et avons même achevé notre séjour par un repas traditionnel que nous nous devions de gouter grâce au défi lancé par Charlotte Gillet : le cuy (cochon d'inde).




Shopping au marché de Pisaq
Des centaines de marais salant au .milieu des Andes
Ruines de Ollantaytambo
36

There are only 2 ways of getting to Machi Picchi : a 2 hour train ride from Ollantaytambo (at a ridiculous cost of over 150 US Dollars) or a 6 hour bus followed by a 11km (2 hour) walk along the rails (at a sixth of the cost!). Obviously we opted for the 2nd option! The bus was long and bumpy but at least allowed us to get aquaintained with a lovely french couple, Annick and Michel, who are traveling around SA in a 4x4 caravan that they converted themselves. The walk along the rails was good fun and we got to Aguas Calientes (the village at the bottom of Machy Pacchy) in time to taste a pastry at a french bakery (that Marie had seen on tv!), buy our tickets for the next morning, find somewhere to sleep and enjoy a meal with our new friends. By 10 we were in bed watching Pocahontas in spanish (the first tv we've watched in 3 months!) but our alarm was set for 4 am!

-----------------

Il n'y a que deux moyens de se rendre au Machi Picchi : faire 2 heures de train depuis Ollantaytambo (pour la modique somme de 150$) ou faire 6h de bus puis marcher 11km (2h) le long des rails du fameux train (pour un coût 6 fois moins élevé). Nous avons évidemment opté pour la 2nd option. La route fut longue, en particulier le 2 dernières heures de piste, mais elle nous a permis de faire la connaissance d'un charmant couple français, Annick et Michel, partis pour 6 mois en Amerique du Sud à bord de leur 4x4 camion/caravane aménagé par leurs soins. La balade aller le long des rails fut drôle et agréable et nous sommes arrivés à Aguas Calientes (le village au pied du Machy Pacchy) pile à l'heure du goûter, que nous avons pris dans une boulangerie française (que Marie avait vu à la tv!). Nos tickets en poche pour le lendemain matin, nous nous somme mis en quête d'un endroit où dormir puis d'un restaurant où diner avec nos nouveaux amis. A 22h, nous étions dans nos lits à regarder Pocahontas en espagnol (première fois que nous regardions la tv en 3 mois!).

Balade de 2h le long des rails du train
Bien arrivées !

Indeed once in Aguas Calientes there are equally two ways of getting up to the site of Macha Paccha itself : a bus at 5:30am that takes you straight to the official entrance or a walk up over 2000 steps that takes you from the first entrance up to the official one. Guess which option we chose here ? By 4:30 am we were in the cue waiting for the gates to open and our climb to begin. As we'd made the effort to get up early there were only 40 or so people on front of us in the queue but quickly hundreds behind us. At 5am on the dot the gates opened and the crazy rush began ! Even though we had previously agreed on a strategy (take it at our own pace) Marie, who was like a child on christmas morning, ran off like a madwoman ! A slight slip, don't forget it's still dark, calmed us slightly but we kept pushing on and after only 45 minutes (we were told it would take between an hour and an hour and a half!) we reached the top having overtaken more than 30 people as we were 4th and 5th in the queue, the first girls !

A few minutes later the first of the buses began to arrive and to our imense joy their passangers joined the queue behind us! At 6am sharp we were let in and we hurried up a few more steps in order to enjoy the spectacular view for about 3 minutes before the whole site was covered in cloud ! For the next two hours we waited for the clouds to clear by checking out the different site entrances (Puerta del Sol, Puente Inca, etc) and when they finally cleared we got our postcard perfect, or almost, pictures just like everyone else. By now Machhui Pacchui was crowded and we visited the rest of the ruins almost as fast as we'd climbed that morning ! By 11:30 we were knackered and decided to head back down the 2000 steps, walk back along the rails and then finally jump back on another 6 hour bus back to Cusco. I'm almost as tired writing this article as I was when we actually did it !

It had to be done but we both agree that the experience of it all was almost more imense than the ruins themselves. Ps. Thank you Mum for making us laugh all day with your Machu Picchu alternative names ;-)

---------------------

Une fois de plus, à Aguas Calientes, il existe 2 possibilités pour se rendre jusqu'au Macha Paccha : prendre un bus à 5h30 pour monter directement ou gravir les 2000 marches qui séparent la ville de l'entrée officielle. A votre avis, quelle option avons-nous choisie ? Levées à 3h45, à 4h30, nous étions dans la queue, parmi les 40 premiers, à attendre que les portes s'ouvrent pour commencer notre ascension. A 5h tapantes, les portes s'ouvrent et tout le monde se precipite pour être le premier. Même si nous étions d'accord sur une stratégie (monter à notre propre rythme), Marie, tel un enfant le jour de noël, s'est mise à marcher à une allure folle ! Une légère glissade, n'oublions pas qu'il fait encore nuit, nous a un peu calmée mais nous avons conservé un bon rythme et après seulement 45min (on nous avait dit qu'il fallait 1h/1h30 pour monter), nous étions au sommet après avoir doublé une trentaine de personnes. Nous étions 4e et 5e dans la queue, les premières femmes !

Quelques minutes après notre arrivée, les passagers du 1er bus (celui de 5h30) ont débarqué et se sont insérés, pour notre plus grand plaisir, dans la fille d'attente, derrière nous. A 6.00, nous passions la porte d'entrée et il ne nous restait que quelques marches à gravir au pas de course pour atteindre LA vue, dont nous n'avons profité que quelques secondes avant que le brouillard ne recouvre tout le site ... Nous avons occupés les 2h suivantes à nous balader jusqu'à différents points d'intérêt (Puerta del Sol, puente Inca ect) en attendant que les nuages se dissipent. Quand enfin, il y a eu une belle éclaircie, nous tenions notre paysage de carte postale, c'est-à-dire la photo que nous connaissons tous. Entre-temps, Machui Pacchui s'était bien rempli et nous avons visité le reste des ruines quasiment aussi vite que notre ascension matinale. A 11h30, crevées, nous avons décidé de rentrer, il nous restait encore à redescendre les 2000 marches, marcher le long des 11km de voies ferrées et monter dans un bus pour 6h de route jusqu'à Cusco.

Rien qu'en écrivant cet article, je suis déjà fatiguée alors imaginez en vrai ! Nous ne pouvions pas passé si près sans partir à la découverte de cette merveille du monde mais nous sommes toutes les deux d'accord pour dire que l'expédition pour y arriver était quasiment aussi grandiose que les ruines en elles-mêmes. PS : merci Maman de nous avoir fait autant rire avec tous les noms alternatifs que tu trouves au Machu Picchu ;-)

Les premières à l'entrée
Le brouillard est bien présent à 6h du matin
Mais il ne nous empêche pas de poser ...
Avec nos nouveaux amis, Annick et Michel
Toutes les deux
Ou séparément, encore !
La Plaza principal
El puente (pont) inca, une des nombreuses anciennes portes d'entrée du Machu Picchu
Le site comporte de très nombreuses terrasses
Des constructions impressionnantes réalisées sans mortier (~ciment)
Un dédale de rues, maisons, temples très étendu
37
Cochon d'inde tout mignon

Si vous venez de vous attendrir devant cette photo d'un mignon cochon d'inde, ne lisez pas la suite de cet article ...

---------

If you found the picture above cute stop reading now !


Motivées pour relever tous les défis que vous nous avez lancé, nous avons listé vos idées originales pour ne rien oublier. Je vous avoue que nous avons repoussé l'échéance du cochon d'inde au maximum.

À notre arrivée au Pérou, nous avons commencé par nous attendrir devant les dizaines de cochon d'inde que nous voyions déambuler tout mignon sur le marché de Huaraz, avant de comprendre qu'il s'agissait en fait de chair fraîche pour les repas à venir. Nous avons ensuite écouter les conseils de Jean-Pierre, notre guide à Lima, qui nous expliquait que payer un cuy moins de 40 soles (10€) était motif de suspicion. Notre rencontre avec Michel au Machu Picchu a fini par nous convaincre que ce n'était pas si mauvais (il était prêt à en remanger). Il faut quand même préciser qu'il soit cuisiné fris, sauté ou mijoté, le cuy est toujours servi en entier dans l'assiette, c'est à dire avec la tête et les pattes, de quoi vous rebuter un peu.

-------------

We haven't forgotten all your challenges but we had been putting off the "eat guinea pig" one !

When we first arrived in Peru, in Huaraz, we saw loads of cute guinea pigs in big cages in the market. It took us a while to realise that they were being sold for people's lunch or dinner! In Lima we listened to Jean-Pierre, our free walking tour guide, who said we shouldn't pay less than 40 soles (10€) for a guinea pig if not there would probably be something wrong with it. Finally in Machu Picchu Michel convinced us that it really wasn't that bad, saying he would order it again. Whether the guineau pig is fried, grilled or oven cooked it is always served whole with the head and feet still in tact. It's more than enough to put most people off.

Cuy à la broche

Dernier jour à Cusco, il faut se lancer ! On choisit un resto un peu chic, il ne faut pas non plus multiplier les risques, et on commande un cuy pour deux avec 2 pisco sour pour se donner du courage.

"Quien quiere la cabeza ?" (Qui veut la tête?) demandé poliment le serveur. Nay s'empresse de répondre "ella" en me pointant du doigt.

Nous y voilà, chacune une moitié de cuy dans notre assiette accompagné de quelques légumes plutôt bien présentés. Il va falloir se lancer ...

-------------

On our last day in Cusco we decided we were ready ! We opted for a classy restaurant wanting to minimise all risks and ordered a "cuy" to share along with 2 pisco sours for dutch courage.

"Quien quiere la cabeza ?" (Who wants the head?) asked the waiter politely. Nay answered in a flash "ella" pointing straight at me.

The time had come ! We had half a cuy each and some posh looking veggies !

Cuy frit
Sourires crispés

On goûte, et comme nous l'avait dit Michel, l'aspect et les saveurs ressemblent effectivement au poulet/lapin. Finalement, ce n'est pas si mal, on commence à apprécier. Par contre, un problème de taille semble apparaître ... Il n'y a clairement pas grand chose à manger sur ces petits bêtes et on risque d'avoir faim.

---------

Michel hadn't lied to us, it tasted somewhere between chicken and rabbit. It really wasn't as bad as we'd anticipated and we actually quite enjoyed it. The only problem was that there clearly isn't much meat on the little beasts !

Kikou le cuy

20 Minutes plus tard le cuy est englouti, c'était plutôt bon mais rien de mieux qu'une bonne glace pour se récompenser !

Merci Gigi de nous avoir fait découvrir de nouvelles saveurs, pas sur qu'on y revienne mais on ne regrette pas.

-------------

20 minutes after leaving the restaurant we congratulated ourselves on having completed the challenge with a huge ice cream!

Thanks Gigi for introducing to something new, we enjoyed the exerience but aren't sure we'll be back for more !

Done!
38
Lac Titicaca depuis notre barque

Our last stop in Peru was the Peninsula of Capachica on the lake Titicaca.  For those that didn't know the Lake Titicaca is famous for being the highest in the world at almost 4000m. The lake is over 8000km2 so there is lots to do and see but after our trek to Choquequirao & our day in Machu Picchu we were in much need of some rest so the remote northern area of the lake seemed like a safe bet. We decided to stay at "Casa de Felix" a small guest house right on the lake that looked perfect for our plan to chill for 2 days. 

--------------

Notre dernière étape au Pérou : la péninsule de Capachica sur le lac Titicaca. Pour vous en apprendre un peu plus sur le fameux lac Titicaca, il est surtout connu pour être le lac le plus haut du monde à quasiment 4000m d'altitude. Le lac fait plus de 8000km2, il y a donc de quoi faire mais après notre trek au Choquequirao et notre périple au Machu Picchu, nous avions besoin de repos. Fuyant les touristes, nous avons pris la direction du nord vers la péninsule calme et authentique de Capachica. Félix nous a accueilli dans sa "casa", une petite auberge surplombant le lac, parfaite pour se détendre au cours des jours à venir.

Felix et sa casa, avec nos compagnons Roberto & Cristina

However you know our capacity to sit still and do nothing, we'd barely been there 10 minutes when the only other guests asked us if we wanted to share a boat with them out to the floating islands of Uros. What might you ask are the "floating islands"? When the spanish came to SA all those years ago a lot of the locals were turned into slaves and to avoid their fate some of them made boats out of reeds (very similar to the boat I went fishing on in Huanchaco) to escape out onto the lake. As time went by they adapted the boats in order to survive for long periods of time aboard, adding little houses (also made of reeds) and then finally converting their boats into small islands. In order to keep the islands afloat they tied together chunks of earth full of thick roots that join the different parts together over time then they added layers and layers of reeds on top of each other. The result is quite fascinating ! Some islands still exist today and the one we visited was no bigger than 150m2 but had 5 houses made of reeds, one per family on the island, a total of 15 people, 10 adults and five children. 

-----------

Vous connaissez maintenant notre capacité à nous assoir tranquillement pour ne rien faire ... nous étions à peine arrivées, quand les deux seuls autres touristes de l'auberge nous ont proposé de nous joindre à eux pour faire un tour en bateau jusqu'aux îles flottantes d'Uros. Vous vous demandez peut être à quoi ressemblent ces îles flottantes. Un peu de culture... Quand les espagnols sont arrivés en Amérique du Sud et particulièrement au Pérou au début du XVIe siècle, ils ont utilisé les populations locales comme esclaves. Pour échapper à ce triste sort, certains ont commencé à construire des bateaux de roseaux (assez similaires à ceux utilisés par les chimus à Hunchaco) pour fuir sur le lac. Petit à petit, la construction de leur bateau s'est améliorée, ils ont notamment ajouté des maisons (toujours en roseau) afin de survivre sans avoir besoin de revenir sur le rivage. Finalement, découvrant des racines flottantes, leurs bateaux se sont transformés en îles flottantes (pas le dessert ;-) ). Pour faire flotter leurs  îles, les habitants découpent de gros morceaux d'une sorte de racines récupérés sur la péninsule et les lient les uns aux autres avec de la corde afin de créer une grande plateforme ; ils ajoutent ensuite très régulièrement, toutes les semaines, des couches de roseau afin de conserver la flottabilité. Le résultat est assez étonnant ! Ce système persiste aujourd'hui encore et l'île que nous avons visité ne fait pas plus de 150m2, se compose de 5 maisons de roseaux et est habitée par 15 personnes, 10 adultes et 5 enfants (et il y a même l'électricité grâce aux panneaux solaires!). 



Floating island
Tout n'est fait que de roseau
Tour en bateau bien agréable

That afternoon we walked around the penisula and up to our 150th mirador of the trip so far, the view of the islands Taquile and Amantani was well worth it. We had a relaxing evening and a 10 hour sleep which did us a lot of good.

------------

L'après-midi qui a suivi, nous avons fait le tour de la péninsule et sommes montées jusqu'au 150e mirador de notre voyage, avec une magnifique vue des îles Taquile et Amantani. Étant venues pour nous reposer, nous avons quand même savourer notre nuit de 10h bercées par le bruit du lac. 



La péninsule de Capachica
Les habitantes en habits traditionnels
Ile de Taquile depuis la péninsule
Magnifique couché de soleil sur le lac (et orage au loin)

The next day we hopped on another boat, this time to the island of Taquile. Our host had told us that it was impossible to walk from one end of the island to the other within 5 hours (the allocated time we had on the island) so what did we do ? Head straight off for the nothern point, walking along lovely paved paths and enjoying a fantastic view of the lake and even the snow capped mountains on the mainland on the distance. Obviously we made it to the nothern point (i'm sure you had no doubts!) but instead of walking back along the same path we decided to clamber across the rocks and we were rewarded with some beautiful desserted beaches with clear blue "sea" ! 

-----------

Le lendemain, nous avons sauté dans un nouveau bateau, direction l'île de Taquile. Félix, note hôte, nous avait dit qu'il n'était pas possible de marcher de la pointe Nord à la pointe Sud de l'île en moins de 5h (temps que nous avions sur place). Devinez ce que nous avons fait ? À peine débarquées sur l'île, nous marchions déjà en direction de la pointe Sud à travers de magnifiques paysages avec vues sur le lac et au loin sur les crêtes enneigées. Évidemment, nous y sommes arrivées, mais je suis sure que vous n'en doutiez pas. Au lieu de rentrer par le même chemin pavé, nous avons décidé de "couper à travers champ", escaladant quelques murs et rochers ; nous avons été récompensées en découvrant au détour d'une colline, une splendide plage de sable plongeant dans une eau turquoise.

Les jolis sentiers de l'île de Taquile (et notre cairn sur la pointe Sud)
Très jolie plage à l'eau turquoise

Another relaxing evening and our time in Peru was almost up, the next morning we were heading for Copacabana, still on the Lake Titicaca but this time across the border in Bolivia.

-----------

Une nouvelle soirée reposante et une longue nuit de sommeil et nous avons dit au revoir au Pérou pour nous diriger vers Copacabana, toujours au bord du lac Titicaca mais côté bolivien cette fois. 

J'ai même trouvé un nouveau job ! (Monter les paquets sur le toit du collectivo)
39

Another month, another country, how time flies ! Already three down but we still have three to go !

We worried that Peru was going to be too touristy compared to Ecuador or Colombia and we weren't wrong. However being in "temporada baja" (low season) meant that it was bearable and we were able to enjoy the sights without being pestered too much! That said we were constantly told that we couldn't do this or that because it was "rainy season" but either we were really lucky or simply didn't notice the rain that much because it never seemed to get in our way. Being that much more touristy than the other countries we'd visited so far meant we were able to pay for quite a lot with a credit card (almost unheard of in Colombia and quite rare in Ecuador!) and to our immense joy we could once again negotiate to our hearts content (especially Marie in Cusco when buying souvenirs!).

------------

Un mois de plus, un pays de plus, le temps défile si vite ! Déjà trois tampons sur le passeport mais heureusement il en reste encore trois à venir !

Nous avions peur que le Pérou soit trop touristique et nous n'avions pas tort. Cependant étant en "temporada baja" (baisse saison) nous avons pu profiter de la majorité des sites sans qu'on ne nous embête trop. Les Péruviens nous ont quand même répété sans cesse que c'était la saison des pluies et qu'il était impossible de faire ceci ou cela. Soit nous avons eu énormément de chance soit nous n'avons pas fait assez attention à la pluie car elle ne nous a jamais gêné longtemps. Le Pérou étant bien plus touristique que les autres pays déjà visités nous pouvions payer par carte bleue (très rare en Colombie et en Équateur) et pour notre plus grand bonheur nous pouvions de nouveau négocier la moindre chose (Marie en a bien profité lors de ses achats de souvenirs à Cusco!).

Session shopping à Cusco

Given the fact that we've now been in SA for over 3 months it would seem we are starting to blend in and adopt some of their cultural habits that we are sure would have some of you screaming out in frustration !

Take getting to the start of our Choquequirao trek for example. We had to take a bus to a small town then change for a collectivo to get further up the moutain. The concept of the collectivo whether it be car or minivan is to leave only when it's full. We asked around and found a guy who said he was waiting for 2 people to finish in the market and we could then leave with them within 5 minutes. 20 minutes later we were still sitting in his car waiting for the others to arrive. 10 minutes after that one man turned up saying he was ready and just needed to bring over a few "cajitas" (boxes) of fruit & veg. A "few" turned out to be almost 10 boxes that the driver started to attach to the roof as in the meantime the other passengers had turned up filling the boot with 5 enormous sacks of grain weighing 50kg. It took them over 20 minutes to pack then repack the car, adding our "tiny" rucksacks as almost an afterthought, with 4 of us pilled into the back seat and 2 up front (we've been 9 in a car before now!) we finally set off. Patience is a vertue here, no doubt about it, but slowing down and not rushing from A to B actually makes you enjoy the journey itself so much more.

For us Europeans to say something is logical is almost the same as saying it's mathematical, 1 + 1 = 2 for example. Here you learn to appreciate a whole new definition of the word. Things that we take for a given in Europe are simply not seen through the same filter here making for some interesting situations. Take a menu for example. A ham, cheese & egg sandwhich might be 7 soles so you'd assume just a simple ham & cheese would be less or at worst the same price (in the same restaurant of course). For some unknown reason here it could quite easily cost 8 or 9 soles, ie. more. The key is not to try and understand, just take it as it is !

We've only been ill once since the begining of the trip (shrimps in Colombia if you remember correctly!) and that is because we are always very careful about the water we drink. When arriving in a new city we always check with more than one person if the water is potable or not. In Huanchaco we had a good laugh because Marie asked at the hostal "por favor señora el agua es potable ?" (excuse me is the water potable?), "claro señorita" she replied. "perfecto, pues podemos beberla" (perfect so we can drink it) concluded Marie. "No señorita" the woman replied shaking her hand as if it was obvious.

A final example of the strange logic we are sometimes confronted with was in Cusco market. I had just finished my apple and was looking for a bin to throw the core away. When I asked a woman for a "basura" she pointed to one by her booth. However once I'd used her bin she glared at me and said "no es publico" (not for public use!). At first I thought why the hell show the bin if I can't use it but then I guess she was simply answering my question for I asked where there was a bin not if I could use.

---------------

Après maintenant 3 mois en Amérique Latine il semblerait que nous commençions à adopter certains de leurs traits et habitudes quotidiennes qui, nous en sommes sûres, vous rendraient dingue !

Prenons par exemple le début de notre trek de Choquequirao. Après avoir pris un premier bus il a fallu changer dans un petit village pour prendre un collectivos pour la suite du trajet. Un collectivo, qu'il soit minivan ou voiture, ne part qu'une fois plein. Nous avons trouvé un "chico" qui nous a dit qu'il attendait 2 personnes qui finissaient leurs courses au marché et que dans 5 minutes nous pouvions partir tous ensemble. 20 minutes plus tard nous étions toujours assises dans sa voiture sans aucun signe de vie des deux autres passagers. 10 minutes plus tard un monsieur est apparu disant qu'il devait juste charger quelques "cajitas" (caisses) de fruits et légumes. "Quelques" s'est avéré être une dizaine de caisses énormes que le chauffeur a commencé à accrocher au toit pendant que deux autres passagers ont débarqué chargeant des énormes sacs de graines pesant 50kg chacun dans le coffre. Il leur a fallu plus de 20 minutes pour réussir à tout faire rentrer (nos sacs inclus!) puis enfin on était prêts à partir (4 à l'arrière dont une dame un peu "gordita" sinon c'est pas drôle!). Ici la patience est une vertue, il n'y a point de doute! Mais le fait de ralentir le rythme, de ne pas se précipiter entre un point A et B, de lever la tête et regarder ce qui se passe autour de nous, rend le voyage en lui même bien plus agréable.

En Europe le terme logique est quasi synonyme de mathématiques, 1 + 1 = 2 par exemple. Ici on apprend une toute nouvelle définition du mot. Ce que nous prenons pour aquis en Europe n'est pas forcément une évidence ici. Nos filtres ne sont pas les mêmes et cela donne souvent des situations intéressantes.

Prenons l'exemple d'un menu. Un sandwhich jambon, fromage, oeuf pourrait coûter 7 soles donc on pourrait supposer qu'un simple jambon/fromage coûterait moins cher ou au pire le même prix mais hélas, pour une raison qui nous est inconnue ce sandwhich pourrait facilement vous couter 8 ou 9 soles. Conclusion : avec un ingrédient en moins cela coûte plus cher ! La clé est de ne pas essayer de comprendre, il faut simplement accepter les choses telles qu'elles sont!

Depuis le début du voyage nous n'avons été malade qu'une seule fois (les crevettes en Colombie si vous vous souvenez bien!) parce que nous faisons toujours très attention à l'eau que nous buvons. En arrivant dans une nouvelle ville nous vérifions toujours auprès de plusieurs personnes si l'eau est potable. A Huanchaco on a bien rigolé quand Marie a demandé à l'hôtesse de l'auberge "por favor señora el agua es potable ?" (l'eau est elle potable svp?), "claro señorita" a-t-elle répondu. "perfecto, pues podemos beberla" (parfait on peut donc la boire) a conclu Marie. "No señorita" a répondu la femme en faisant "non non" avec sa main comme si cela était évident.

Nous avons constaté un dernier exemple de leur logique "étrange" au marché de Cusco. J'avais fini de manger ma pomme et je cherchais une poubelle pour jeter le trognon. J'ai demandé à une dame où je pouvais trouver une "basura" et elle m'en a montré une en dessous de son stand. J'ai donc jeté le trognon dedans mais la dame m'a regardé méchamment en me disant "no es publico". Au début je me suis demandé pourquoi elle m'a montré la poubelle si elle voulait pas que je m'en serve mais après réflexion je me suis dit qu'elle répondait simplement à ma question. En effet, j'ai demandé où était la poubelle, pas si je pouvais l'utiliser.



Collectivo con unas cajitas

These are just a couple of examples of situations that we enjoy on a daily basis ! We've even learnt to love the fact that you rarely get a reply, at least not a "logical" one, to your question. Life is definately a lot more fun when not everything follows rime or reason. We don't yet know if we will bring some of the lessons we have learnt home with us but with half of our trip already done we can clearly say that we are making the most not only of every destination but also of the road traveled to get there.

--------------

Bref, ce ne sont que quelques exemples de situations qui animent notre quotidien. Nous avons même appris à rigoler, et presque apprécier, le fait que nous n'avons souvent pas de réponse, ou du moins pas de réponse "logique", à nos questions. La vie est définitivement plus fun quand tout n'a pas forcément une explication ou un sens explicit. Nous ne savons pas si nous saurons ramener en France quelques unes de ses leçons de vie mais maintenant que nous en sommes à la moitié de notre voyage nous pouvons affirmer que nous profitons pleinement de chaque instant et que nous adorons non seulement chaque destination sur notre route mais aussi le chemin parcouru pour y arriver.


------------------------------------------------------------

Some key figures / Quelques chiffres clés :

- 113 hours on the bus, our new record with a total of 5 night buses ! / 113 heures de bus, avec un nouveau record 5 bus de nuit

- 80 hours, over 200 km completed by foot / 80 heures, soit pres de 200km à pied

- 198 Nuevo Soles (51,29€) spent on average per day between the two of us. / 198 Nuevos Soles (51,29€) de budget moyen pour nous 2

- Average price for one night/pp (breakfast always included) 43,15 Nuevo Soles (11,18€) / Prix moyen d'une nuit par personne (avec petit-dejeuner) : 43,15 Nuevos Soles (11,18€)

- Average price of a beer : 8 NS (2,04€), still talking about 75cl bottles / Prix moyen d'une bière : 8 NS (2,04€), on parle toujours de bière de 75cl

- Cheapest beer : 5 NS (1,27€) / Bière la moins chère : 5 NS (1,27€)

40

Après quelques jours passés chez Felix à nous reposer, nous avons décidé de partir explorer la rive Sud du lac Titicaca, côté bolivien donc. Après un premier collectivo, puis un deuxième, nous voici dans un 3e minibus direction la frontière. Fort de nos expériences passées (5h entre la Colombie et l'Equateur et près de 3h entre l'Equateur et le Pérou), nous avions prévu un laps de temps assez large pour ce nouveau changement de pays. Il n'en fut rien ! Si nous n'avions pas été attentives, nous aurions même pu rater les coups de tampons de sortie et d'entrée ; en à peine 10 minutes, et quelques légers contrôles, nous avions quitté le Pérou et étions arrivées en Bolivie. Ce passage de frontière éclair aura au moins retenu notre attention sur un point : battre notre record du nombre de passagers dans une voiture. En effet, nous étions 10 dans le taxi nous conduisant à Copacabana !

-------------

After resting for a few days at Felix's, we decided to go and explore the South side of the Lake Titicaca, this time on the bolivian coast. After a 1st collectivo, then another and finally a 3rd we made it to the border. Given that it had taken us 5 hours to cross the border between Colombia and Ecuador and 3 between Ecuador and Peru we had planned plenty of time but we didn't need it. If we hadn't been paying attention we could have quite easily missed the stamp on our passport both on the way out of Peru and on the way into Bolivia. After a mere 10 minutes and a very quick border control we were through ! We managed to break a record for the trip minutes after arriving : 10 people in one car to get to our first stop : Copacabana!



Passage de frontière easy

Arrivées en Bolivie, nous avons atterri à Copacabana, pas cette fameuse ville festive du Brésil mais le port de départ de tous les bateaux se rendant sur les îles du Soleil et de la Lune, berceaux de la civilisation inca. Mêlées à tous les touristes, nous nous sommes mises en route pour explorer la Isla del Sol, enfin pour être précise seulement la partie Sud. En effet, le Nord de l'île est fermé aux touristes suite à un conflit avec les agences de voyage. Le flot de touristes avec qui nous partagions le bateau ne nous a pas empêchées de nous retrouver, comme souvent, seules au monde, en sortant un peu des sentiers battus.

---------

Our first stop was in Copacabana, not the festif town in Brazil, but the port with boats leaving for Isla del Sol and Isla de la Luna, birth places of the inca civilisation. For once we were surronded by other tourists when visiting the Isla del Sol so we decided to head for the north of the island, supposedly closed off to tourists. We managed to get away with it for a couplen of km before being told off by some locals!


Welcome
Balade sur la Isla del Sol, hors des sentiers battus
Il faut bien tester la bière bolivienne
41

Sans aucun doute notre challenge le plus difficile jusque là, mais pourquoi ?

Avant de vous raconter nos périples voici quelques informations sur les protagonistes de ce challenge.

Les lamas font partie de la famille des camelidés. A l'époque préhispanique ces animaux étaient utilisés comme des porteurs (les ânes et chevaux n'avaient pas encore été amenés par les espagnols). La population actuelle de lamas et alpacas (plus petits que les lamas avec des petits oreilles pointues) en Amérique Latine est estimée à plus de 7 millions. Nous en avons rencontré seulement une centaine afin d'essayer de rélever notre défi.

------------

Without a doubt our hardest challenge yet, but why ?

Before letting you in on our different adventures here below is some information on the main subjects of this challenge.

Llamas are members of the camelid family. Before the Spanish came to SA llamas were used as pack animals (donkeys and horses were yet to have been bought across the Atlantic). The current population of llamas and alpacas (half the size of llamas with small pointy ears) in South America is estimated to be more than 7 million. We've met more or less a hundred of them.

On a commencé par apprivoiser la bête
On a même tenté une tenue de camouflage

Alors les lamas crachent-ils vraiment quand ils sont énervés ?

Depuis notre toute première rencontre avec un lama (à Quilotoa en Équateur en décembre dernier) nous avons tenté, par tous les moyens, de vérifier la validité de ce mythe.

Voici quelques photos et vidéos qui vont vous montrer tout le travail effectué pour ce challenge.

-------------

So the big question is : do llamas really spit when they are angry?

Ever since our first meeting with a llama (in Quilotoa, Ecuador last December) we have tried, every way possible, to check if this theory is true. Here are some photos and videos taken during our various tests!

 On a bien réussi à les énerver mais pas à les faire cracher


Bon comme vous pouvez le constater le lama crache très rarement sur un autre humain. Mais pourquoi ?

Quand les lamas sont énervés, ils vont commencer par rabattre leurs oreilles en arrière (jusque là on a réussi facilement !). Puis, avec leur bouche, ils vont faire des claquements de langue. Cela crée un excès de salive, le lama va donc gonfler les joues, puis cracher la salive excédentaire. Mais il faut savoir que si les lamas se crachent dessus entre eux, ils crachent rarement sur les êtres humains. Il faut vraiment les avoir agacés très longtemps et avoir voulu faire monter la colère. En effet, comme vous ne savez pas répondre avec des claquements de langue, signaux d’énervement, les lamas vont vite se désintéresser de vous.

Mais bon nous n'avons pas baissé les bras, vous nous connaissez. Avec moulte difficultés, challenge enfin relevé...

-----------------

As you can see llamas rarely spit on humans, but why ?

When llamas are angry they start by sticking their ears back (we managed to get that far!) then, with their tongues, they start making a clicking noise. This clicking noise creates an excess saliva that the llama then spits out. However llamas only do this to each other, rarely to humans because we don't have the capacity to make the clicking noise (except maybe Han!!)

Either way we didn't give up. With much difficulty we finally completed the challenge :)

42

On avait tout entendu sur La Paz, le meilleur comme le pire. Notre arrivée tardive sous la pluie, au milieu des bouchons, dans des quartiers loin d'être resplendissants, puis notre 1ère nuit dans un hostal ressemblant davantage à un dispensaire qu'à une auberge chaleureuse, n'ont fait que confirmer les mauvais échos que nous avions eu de cette énorme ville. Heureusement, le lendemain le soleil brille, notre nouvelle hostal beaucoup plus accueillante et l'animation du centre-ville ont redoré le blason. Nous avons même osé manger au marché Lanza un délicieux plat végétarien (faut pas pousser avec la viande quand même !).

Une petite pause de 3 jours pour gravir le Huyana Potosi (article à suivre) et nous voici de retour dans cette ville que, à l'image de Medellin, nous apprécions au fur et à mesure que nous la découvrons.

-------------

We had heard many things about La Paz, both good and bad. The fact that we arrived late, that it was raining and that our first hostel felt a bit like a 2nd WW hospital dorm didn't help to give us a good first impression.

Luckily the next day the sun was shining, we found a nicer hostal and the bubbling city center gave us a better impression. We even ate at the local Lanza market (vegetarian only as we aren't yet sure about Bolivian meat!).

We took 3 days out to climb the Huyana Potosi moutain (see next article) and we were once again back in the city center that we were beginning to enjoy.

Petit tour au marché

C'est un peu fatiguées par notre soirée avec nos copains d'ascension que nous partons récupérer Audrey à 6h du matin à l'aéroport. La Petite ne semble pas trop perturbée par l'altitude (on est quand même à plus de 3600m) et nous décidons même de tester ces aptitudes avec une bière (deux en vrai) devant le match Real-PSG! Elle tient même le choc du free walking tour sous la pluie et du repas au marché. Elle finit quand même par rendre les armes en fin de journée mais globalement elle est soliiiiiiiide.

----------

A little tired after an evening out, with new friends met on our latest adventure, we made it to the airport in time to pick up Audrey. "La Petite" (Audrey's nickname that has nothing to do with her size ;-) ) didn't seem too affected by altitude sickness (La Paz has the highest airport in the world!) so we decided to push her limits and grab some beers whilst watching the Real Madrid-PSG game! She even survived the free walking tour in the rain and a meal in the market ! By 7pm she was knackered but understandably so, we let her go to bed !

On a récupéré notre invité surprise !
Une petite bière devant le match Real-PSG
Tour au marché central et au marché des sorcières (certains SDF sont sacrifiés dans les fondations des plus grands bâtiments)

Une dernière journée pour se promener de téléphérique en téléphérique (et découvrir la/les vallée(s) de la Luna) et surtout faire le plein de souvenirs, merci Petite de jouer le rôle du facteur =)

Il est temps de faire les sacs et de partir expérimenter (pour Audrey bien sûr pas pour nous), les bus de nuit bolivien.

--------------

We spent our last day in La Paz traveling along the different cable car lines and shopping for souvenirs (thanks Audrey for being Postie!). We were then ready to try our first bolivian night bus.

Tournée des téléphériques de La Paz
Différentes vues de la/des vallée(s) de la luna
43

Nous avons débarqué à La Paz 4 jours avant l'arrivée de notre invitée surprise avec l'intention de faire un nouveau trek, celui d'El Chorro. Malheureusement lorsque nous sommes parties à la recherche du matériel de camping plusieurs personnes nous ont dit que le chemin était peu accessible à cause de la pluie et qu'ils déconseillaient fortement de le faire. Que faire pendant 4 jours du coup ? Certes c'était la période de Carnaval mais on ne se voyait pas forcément faire 4 jours de fête non stop (oui oui on a bien changé!). Après avoir discuté avec plusieurs agences leur conseil était d'éviter la pluie en montant plus haut. N'oublions pas qu'à La Paz nous sommes déjà à plus de 3600m...hmmm!

A 30km de La Paz se trouve la montagne du Hyuana Potosi, montagne qui a la réputation d'être un des "6000m les plus facile" du monde. Vous verrez que le mot "facile" n'a rien à faire dans cette phrase. C'est un peu comme dire "l'ironman d'Embrun est le plus facile". Ça n'a aucun sens! Bref, toujours partantes pour un nouveau challenge on oublie El Chorro et on prépare nos affaires pour partir 3 jours à la montagne, même pas peur !

-----------

We arrived in La Paz, 4 days before our surprise guest arrived, with the intention of doing the El Chorro. Unfortunately, when scouting for camping gear, we were told that some of the paths were unreachable due to the rain. Dilema, what to do for the next 4 days ? It was Carnaval week but we weren't in the mood for partying non stop 4 days in a row (yes we've changed!). After asking advice from a couple of agencies they suggested avoiding the rain by going higher. Let's not forget that La Paz is already at 3600m high. So higher ??!! 30km from La Paz is the Mount Hyuana Potosi. A mountain with the reputation of being the "easiest 6000m summit" in the world. You will quickly see that the word "easy" has no place in this sentance. It's a bit like saying the "Enbrun ironman is the easiest", it just doesn't make any sense! Anyway, always up for a new challenge we forgot El Chorro and prepared our kit to go up to the mountains for 3 days!

En route pour le Huyana Potosi, un des 6000 les plus facile du monde

Au programme : une première journée d'initiation à la marche en haute montagne (crampons, piolet, etc.) à 4800m. On finit même la journée avec un mur de glace, juste pour le fun bien-sûr ! On passe la nuit au refuge et nous en profitons pour faire connaissance avec nos copains d'aventure : 2 autres français, 3 boliviens et 3 allemands. Une belle équipe de jeunes aussi sympas et fous les uns que les autres !

---------------

Entraînement à marcher sur un glacier avec crampons, piolet et encordés
On escalade même un mur de glace, juste pour le fun apparemment
Las dos chicas locas
On prend la pose avec notre guide Wiiliam

Jour 2 : "Seulement" 400m de marche verticale (2 heures) pour atteindre le camp de base à 5200m (on est déjà plus haut que le Mont Blanc ou le premier camp de base de l'Everest là) puis après-midi d'acclimatation car il ne faut pas oublier qu'à cette altitude la pression d'oxygène est à moins de 50% par rapport au niveau de la mer. La sensation est celle de manquer de souffle, même on ne faisant rien. On a l'impression d'avoir les poumons tout petits !

-----------------

Day 2 : "Only" a 2 hour walk up 400m in altitude in order to reach base camp at 5200m (higher than the Mt Blanc and even Everest Base Camp). We spend the afternoon resting and trying to get used to the altitude. Don't forget that at this height the oxygen pressure is less than 50% that of sea level. It feels like your constantly out of breath even if you're not doing anything, your lungs seem a lot smaller !

2h de montée pour arriver au 2e camp à 5200m
On se relève (couchés à 18h) pour le coucher du soleil

Bref, c'est là que les choses sérieuses commencent. Réveil à 23h30 (on a dîné à 17h, on était couchées à 18h). Il fait nuit noire et il neige dehors. On enfile un nombre de couches incalculables, on prend un petit-déjeuner (le plus tôt/tard de nos vies!), on s'encorde deux par deux avec un guide et à minuit trente nous sommes prêtes à tenter de gravir le sommet de 6088m !

Jusqu'à 5500m tout se passe plutôt bien. Malgré le froid, la neige et l'altitude nous sommes en forme et motivées pour aller jusqu'au bout. A 5700m nous devons monter ce que notre groupe a surnommé "The Wall" ou "El Muro". Un mur de glace à 60° (bien moins pentu que le jour d'entraînement mais plus haut et plus long!) qu'il faut bien-sûr grimper à l'aide d'une corde et d'un piolet. Arrivées en haut nous sommes cuites mais une bonne pause plus tard et nous sommes reparties.

Moins d'une heure (et 100m verticales) après je commence à sentir Marie tirer sur la corde derrière moi, je me retourne et j'ai l'impression de la voir bourrée, elle fait un pas en avant puis tangue un peu de chaque côté! La pauvre commence à souffrir du mal d'altitude : nausée, manque de souffle et d'énergie. Étant une Jeanine elle se convainc quand même de continuer un peu mais après seulement quelques pas de plus (nous sommes à près de 5800m et il reste encore 2h30 de marche jusqu'au sommet selon William notre guide) elle me dit stop. Connaître ses limites dans de telles situations est clé car il ne faut pas oublier qu'il y a le chemin de retour à surmonter aussi.

A 6h45 après plus de 4 heures de montée et 2 heures de descente nous sommes enfin de retour au refuge. A 6h47 Marie dort, un peu frustrées mais néanmoins très contentes de ce que nous avons accompli. A 8h (du matin oui oui!) nous prenons le déjeuner (une soupe) avec nos copains, dont seulement 4 ont atteint le sommet, mais il ne faut pas trop se poser car on doit encore descendre jusqu'au premier camp avant de pouvoir rentrer en bus à La Paz.

--------------

It's from here that the real fun begins. We set the alarm for 11pm (dinner was at 5pm and at 6 pm we were in bed!). When we got up it was extremely dark outside yet snowing. We put on a ridiculous amount of layers, had breakfast (the earliest/latest of our lives!), put on our official gear (rope between ourselves and guide,etc.) and by half midnight we were ready to attempt reaching the summit.

Up until 5500m everything was going pretty well. Even given how cold it was, the fact it was snowing and how high up we were we were still pumped to make it to the top. At 5700m we had to climb what our group knicknamed "The Wall" ou "El Muro". An ice wall at a 60° incline (in theory easier than the 90° we had practised on but much longer and higher up, not to mention the dark!) that we needed to climb using our ice picks and rope. Once we'd scrambled to the top we were knackered but after a good rest we headed off again. After less than an hour (and 100 verticale meters later) I started to feel Marie tug on the rope behind me. When I turned around it looked like she was drunk, swaying slightly from side to side with each step. Unfortunately she had started to suffer from altitude sickness feeling nauseous and lacking breath and energy. However being a Jeanine she convinced herself to keep going but after only a few more steps she simply couldn't go on. We were at about 5800m and there was over 2 and a half hours left to go in order to reach the summit according to William our guide. Knowing one's limits in that kind of a situation is key and it was important not to forget that we had to walk back down too!

At 6:45 am after 4 hours climbing up and 2 hours walking down we finally made it back to base camp. By 6:47 Marie was asleep, totally exhausted, a little frustrated but none the less proud of what we'd acheived. At 8 am we had lunch (soup!) with our friends, 4 of whom made it to the summit, but we didn't rest long as we needed to get back down to the first camp in order to get the bus back to La Paz.

Départ de l'expédition de nuit et sous la neige
Obligées de faire demi-tour à presque 5800m, le mal d'altitude à gagner (pour cette fois)
Quelques heures olus tard on retrouve le sourire, on est quand fières de nous !
Tiger team !

L'ambiance de groupe étant si bonne, on se retrouve tous ensemble le soir après une bonne douche pour boire quelques bières et raconter nos anecdotes des 3 jours passés.

On y reviendra peut être, cette fois-ci pour aller jusqu'au sommet, mais on a déjà vécu une expérience hors norme qu'on n'est pas prêtes d'oublier !

PS : merci au 'Pot Pourrite' d'avoir contribué financièrement à cette merveilleuse aventure. Marie

--------------

The team spirit of our group was great so that night, after a well deserved shower, we went out for some beers whilst everyone shared their favourite moment of the experience that had brought us together.

Maybe one day we'll come back, this time to make it all the way to the summit, but either way we won't forget what an amazing adventure it was !

On fête notre exploit ensemble dans une disco de La Paz
44

Après mon premier voyage en bus de nuit tout confort, siège Cama/couchette, nourriture, lecture et même un film de Jacky Chan en espagnol, nous voilà arrivées sans encombre à Sucré, ville plus petite et accueillante que la Paz (et aussi moins haute, ouf je respire). Le premier jour à a été balades dans la ville, mercado, négociations,tournée des agences pour trouver nos activités et chill à l'hostal dont le jardin appelait à la détente.

-------------

After my first all included night bus: business class seats, food, reading and even a Jacky Chan movie in spanish, here we are in Sucré, smaller and more welcoming city than la Paz (and less high: thanks i'm breathing again!). The first day was all about walking around, mercado, negociations, getting in touch with tour agences to find out activities and chill in the hostal's garden!

1er bus cama (lit) bolivien
Notre hostal, un petit coin de verdure au milieu de la ville

Nous n'avons évidemment rien booké par les agences et avons prévu une balade à cheval pour le lendemain grâce à la gérante de l'hostal, Carmen! Elle nous a assurées que dans les agences on payait le prix gringos et qu'elle allait nous avoir un tour moins cher directement via le propriétaire de chevaux. Bon on a du lui redemander toutes les 15 minutes entre 18h30 et 10h30 le lendemain car elle avait "oublié" de l'appeler... Après un "Mariaaaa" lancé à travers l'hostal, Marie et Nay ont attrapé le téléphone pour nous négocier et réserver tout ça. A 14h nous voilà parties et à 15h30 enfin sur les chevaux : pas de casque bien sûr, un guide Johnny un peu (trop) à la cool et de beaux chevaux. Peu importe, la balade est extra et après une première partie à base de descentes et montées dans les montagnes environnantes aux superbes paysages et aux galops mémorables, nous finissons par carrément traverser une partie de la ville. Nous en profitons donc pour saluer la population locale comme les reines que nous sommes !

-----------

Of course we booked nothing through agencies and planned to go horseriding the next day thanks to the hostal's manager Carmen. She assured us that we were paying gringos' fees through agences and that she would get us a less expensive tour by calling directly a horse owner. Well we had to remind her every 15minutes from 6:30pm to 10:30 in the morning because she "forgot"... After a "Mariaaaa" yelled by Carmen heard by eveyone within a mile, Marie and Nay grabbed the phone and directly booked the horseriding tour with the owner. At 2pm we were out and eventually on the horses at 3:30: no helmets for safety, a guide Johnny a bit (too) cool and some nice horses. Whatever the ride was great, after a first part composed of going up and down the hills around the city with fantastic views and unforgettable canters, we ended up directly in the city ! We waved to the local people just like the queens we are!

Maximus, Zeus et Jacob montés par Audrey, Marie et Nay
Balade sportive dans les alentours de Sucré
Et retour par la ville, accueillies telles des princesses

Le soir venu, nous sommes sorties manger et boire, tenant jusqu'à minuit pour célébrer l'anniversaire de Nay! Bon minuit trente on rentre se coucher, crevées de la journée, sauf moi qui profite de la fin de soirée pour discuter un peu (et faire le spectacle) avec les autres français de l'hostal.

------------

In the evening we went out, eating and drinking, managing to stay up until midnight to celebrate Nay's birthday! Just 30 min later we were back home exhausted from the day, except for me enjoying a chat with other french people in the hostal.

Happy Birthday to Nay !

Réveil matinal : objectif marché de Tarabuco pour ce dimanche. Bon le petit déjeuner n'arrive qu'à 8h30 Carmen ne trouvait pas de pain ce matin la. Pas bien grave car après 1h de trajet en collectivo (en chantant joyeux anniversaire avec les locaux) nous voilà au marché à plus de 10h30 et les stands commençaient seulement à s'organiser. Déjeuner au mercado et challenges relevés - nous permettant de faire l'animation de la ville - nous avons quand même géré quelques négociations pour toujours plus de bracelets ! C'est le moment du retour mais les horaires de bus étant très "flexibles", Marie a sauté sur l'occasion d'une voiture ayant encore de la place pour trois ... c'est donc à 10 que nous rentrons à Sucré soit trois personnes devant, trois sur la banquette arrière et quatre dans le coffre - dont Nay et moi évidemment (t'inquiète maman on a pas roulé vite)!

-------------

We got up early wishing to hit the Tarabuco market on this sunday. Of course breakfast was only served a 8:30, because Carmen couldn't find bread this mornig! Never mind, we had time to open some gifts for Nay ! We arrived at Tarabuco's market at 10:30 am (after 1 hour ride in collectivos singing Feliz Cumple with the locals) and they were only just settling up their stands. Lunch at the market and some fun doing our challenges - allowing us to cheer up the city - we handled some negociations leaving us with more and more bracelets. It's time to go back but bus times being quite "flexible", Marie took the opportunity of a car having three free places... so we were a total of ten people back to Sucre, three people in the front, three in the back and four in the trunk - with Nay and me of course! (No worries mum we were not driving very fast).

Shopping au mercado de Tarabuco
Dej aux comedores du marché (1,2€ l'assiette! ). Audrey avait vraiment faim !
Retour à Sucré à 10 dans une voiture, record égalé (3 devant, 3 derrière et 4 dans le coffre)

Pour finir le séjour et la soirée en beauté nous avons emmené l'apéro en haut de la ville pour profiter de la vue et du coucher de soleil depuis le Mirador, et quelle vue ! Accompagnées de musique et de personnes sympas rencontrées à l'hostal, nous passons une dernière soirée au top !

Bref je suis bien en Bolivie et j'ai retrouvé mes copines : merci, me gusta tout ça!!

----------

To end our stay in Sucre in style, we took some beers to the top of the city to enjoy the view and the sunset from the Mirador : and what a view ! With some music and nice people met at the hostel, we had a marvelous last night in Sucre.

So I'm having a great time in Bolivia and I'm back reunited with my girls: thanks for everything, me gusta all of it!

Couché de soleil au mirador de la ville
Avec une petite bière bien sûr !

Et en bonus, 2 jolis portraits de mes copines ! Fallait pas jouer avec mon téléphone =) (là c'est Marie qui parle)

Comme vous êtes belles !
45

Après nous avoir montré qu'elle ne craignait ni l'altitude ni la bouffe bolovienne nous nous sommes dit qu'Audrey était prête pour une "petite" rando ! Les alentours de Sucré sont riches en points d'intérêt mais nous avons décidé de faire un petit bout du chemin inca pour rejoindre cratère de Maragua.

Avant de commencer à marcher, nous devons prendre un bus pour nous rendre à notre point de départ. Pour notre plus grand bonheur, tous les ingrédients ont été réunis pour permettre à Audrey de vivre un trajet typique dans un transport local. Pour commencer, le bus devait partir à 9h ; à 9h30, nous partons finalement, assises à l'avant, dans la cabine du chauffeur, le bus était déjà plus que complet (nous ne pouvions pas savoir que cette fois il fallait acheter des tickets au guichet ...). Mais si ce n'était que ça. Nous roulons depuis moins de 10 minutes et nous nous sommes déjà arrêtés 2 fois, pour mettre de l'essence et pour que le chauffeur s'achète à manger. Malgré son apparence médiocre, la porte du chauffeur s'ouvre difficilement et le seul moyen d'arrêter le moteur est de tirer sur une petite corde, nous reprenons la route et le bus avance plutôt bien. En arrivant à un poste de police, Marie, assise devant la porte principale, doit vite passer à l'arrière du bus pour se cacher. C'est aussi à ce moment que 6 boliviennes commencent à vendre, avec grand succès, du poulet/pommes de terres en sachets plastique directement à travers les fenêtres du bus. Alors que nous arrivons à destination, le chauffeur nous demande 15 bolivianos par tête alors qu'au terminal, on nous avait dit 10 ! Avec ce trajet typique, Audrey a pu découvrir toute l'animation d'un bus local.

----------------

After convincing us that she wasn't suffering from altitude sickness and that her stomach could take Bolivian food we decided that Audrey was ready for a trek ! There are lots of places to visit in the area around Sucré, we opted for the Inca trail & Maragua crater.

To get our starting point we needed to take a local bus. To our immense joy we had a perfectly typical trip that allowed us to show Audrey what we put up with day in day out ! To start with the bus was supposed to leave at 9h, by 9h30 we finally had a "seat" up front with the driver, the rest of the bus was more than full ! After only 10 minutes on the road we'd already stopped twice : to get petrol and for the driver to buy an empanada or two. The bus was in a fairly good state other than the driver's door that kept getting stuck and the key to switch the motor off which was in fact just a piece of string that needed a good pull! When we arrived at a police road block Marie was sent into the back section of the bus to hide. Apparently we can only be so many squatting in the front ! 6 Bolivian ladies made the most of our stop to sell a chicken dish in plastic bags through the bus windows. When we arrived at our destination the bus driver capped off the experience asking us for 15 bolivianos instead of the 10 we knew the journey cost !

Assises avec le chauffeur et vente de repas par les fenêtres, un vrai trajet local!

Le chemin préhispanique/inca est un joli sentier pavé dans la montagne avec des vues magnifiques sur les sommets environnants. Après 2h de balade, en descente, nous arrivons dans un petit village. Il est plus de midi et il n'y a rien pour manger. Pas grave ! Marie demande à une dame si elle peut nous préparer une assiette de riz et ouf, elle accepte avec le sourire. Nous reprenons notre route l'après-midi et marchons plus de 15km pour arriver jusqu'au magnifique cratère de Maragua. Les paysages sont une nouvelle fois superbes et le soleil nous accompagne toujours. Nous avons même un compagnon d'aventure, Flaco Negrito, un chien adopté temporairement. Situation assez gênante 4h plus tard, quand Flaco Negrito a continué à nous suivre alors que nous avons croisé sa dueña (propriétaire), marchant dans l'autre direction!

Le village de Maragua est minuscule mais nous croisons une bolivienne qui nous propose 3 lits dans des cabañitas (cabanes) appartenant à la communauté. Elle nous promet de revenir pour le dîner à 19h30. A 20h, toujours pas de nouvelle, on commence à se dire que les gâteaux secs ne sont pas un repas si horrible quand d'un coup Audrey nous dit "ça sent la Bolivienne" (mélange de terre, feuille de coca et transpiration). Quelques secondes plus tard, on frappe à la porte, le diner est prêt, ouf !

Après avoir profité d'un ciel rempli d'étoiles (on voyait même la Voie lactée), nous nous couchons tôt, il reste quand même une quinzaine de km à parcourir demain !

------------------

The Inca trail was a beautiful paved path in the mountain with amazing views of neighbouring summits. After 2 hours we arrived in a little village for lunch except that there was no where to eat ! Luckily a lady agreed to Marie's request to make us a simple rice dish. In the afternoon we walked more than 15km to the Maragua crater. The sun was with us all the way just like our new dog, Flaco Negrito. We ended up bumping into his owner which was quite akward as Flaco wanted to keep walking with us!

Maragua village was tiny but we bumped into a nice Bolivian women who found us 3 beds in a little stone cabine belonging to the community. She then disappeared saying she would be back with our diner at 7:30. By 8 there was no sign of her and the packet of biscuits we had in our bag were starting to look like a good meal option. Suddenly Audrey said "it smells like a Bolivian person" (mix of mud, coca leaves and sweat!), 30 seconds later the lady knocked on our door telling us supper was ready !

We enjoyed an incredible stary sky (the Milky Way was crystal clear!) but went to bed early as we had another 15km to do the next day.


Magnifique chemin des incas
Descente du chemin des incas avec le cratère de Managua au fond
Personne à l'horizon, même pas un resto ou une tienda !
6 mois 5 culottes et son invité d'honneur, au top

Destination finale, le village de Quila Quila, nous y arrivons vers 11h. Certains habitants nous disent qu'il y a un bus à 11h30, d'autres à midi.

------------

We arrived in Quila Quila by 11am. Some of the villagers told us there was a bus at 11:30, others at 12 back to Sucré.


Petit détour pour admirer la garganta del diablo et sa grande "cascade"
Les paysages sont magnifiques
On prend le temps d'apprécier, nous sommes seules au milieu de la nature

A 13h30 le bus arrive enfin sauf que ce n'est pas vraiment un bus mais plutôt une bétaillère. Il y a déjà une vingtaine de boliviens à bord et nous devons nous trouver une petite place si nous voulons rentrer à Sucré aujourd'hui. C'est sans aucun doute notre trajet le plus original depuis plus de 3 mois et cela conclut notre randonnée en beauté ! En tout cas Audrey a réussi à tenir notre rythme de marche malgré son besoin de faire deux pas pour un des nôtres !

-------------

At 1:30 a "bus" finally arrived except that it wasn't a bus but a lorry for transporting cattle. We followed the locals lead and jumped in the back along with 20 or so Bolivians. It has to be our most original form of transport yet and we thouroughly enjoyed the experience. Anyway Audrey did well keeping up with our walking rythmn especially given that every one of our steps requires two from her !

Le no man's land en attendant le bus, on se croirait dans un western
Retour en bus/bétaillère
Chacun s'occupe comme il peut entre 2 trous !
Voyage en betaillere
46

Avant de nous enfoncer encore plus dans le Sud bolivien pour découvrir les merveilles du salar d'Uyuni, nous faisons une brève escale à Potosi. Ancienne ville forte de l'empire espagnol, Potosi est renommée (et classée) pour son charmant centre-ville colonial. Rues pavées, nombreuses églises, jolies maisons au mur blanc et même une place principale entourée de grandes arcades, il est agréable de flâner dans cette ville perchée à quasiment 4000m d'altitude.

---------------

Before heading even further south to the magical place that is Uyuni we decided to make a quick stop in Potosi. The city is well known for it's ancient spanish beauty : cobbled streets, numerous churches, beautiful white houses and a large central square surronded by impressive arches. Sitting at over 4000m high it's all in all just a nice place to spend some time just wander around !

Le centre-ville colonial de Potosi
Petit tour au marché et dégustation des fameuses salteñas de Potosi (les meilleures de Bolivie)

Mais Potosi est surtout connue pour ces mines. En effet, face à la ville s'élève le Cerro Rico, grande colline où se concentre l'ensemble des mines essentiellement d'argent exploitées depuis le XVIe siècle (180 mines composent le Cerro, employant plus de 9000 mineurs répartis au sein de 40 coopératives) ; l'argent extrait de ces mines a notamment servi à financer pendant de nombreuses années l'Empire espagnol. Souhaitant absolument visiter l'une de ces mines, non par voyeurisme mais plutôt pour appréhender la valeur du travail derrière chaque gramme d'argent que nous portons en Europe, je convaincs Audrey et Nay de tenter l'expérience non sans une once d'appréhension.

Après avoir visité une usine de transformation de la roche en différents minerais (argent, plomb et zinc), c'est, équipées de nos combinaisons, bottes, casque et lampe frontale, que nous rejoignons Beto, un mineur depuis ses 11 ans et maître artificier depuis ses 14, pour une visite au plus profond des entrailles de la terre. Il fait sombre et humide mais pas si chaud (ou froid). Nay commence un peu à paniquer lorsque nous devons littéralement marcher à 4 pattes pour nous enfoncer dans la mine. Nous sommes encore moins rassurées quand nous devons nous plaquer contre un mur en attendant une explosion à la dynamite ... Beto, lui est toujours aussi détendu à mâchouiller des feuilles de coca. Nous avançons avec "calm y mucho relax", même lorsqu'il s'agit de ramper ou d'escalader certaines parois. Nous rencontrons des mineurs au travail et notamment un jeune homme de 17/18 ans payé 400 bolivianos (~47€) par jour pour porter 8 tonnes de pierre soit l'équivalent d'environ 70 brouettes de 120kg chacune. Mieux payés que des professeurs ou des policiers, le salaire minimum d'un mineur est de 1000 bolivianos (~118€) par semaine mais au fur et à mesure des années, ils s'acquièrent un statut et deviennent même socios c'est à dire des associés de la coopérative. En outre, être mineur est une certaine fierté et leurs valeurs sont l'entraide, la camaraderie, le respect et la tolérance, il s'agit d'une sorte de communauté à part, bénéficiant de leur propre quartier, marché, restaurants et clubs. Malheureusement, les conditions d'extraction de la roche restent extrêmement dangereuses et éreintantes, l'espérance de vie moyenne d'un mineur est de 45/50 ans maximum.

------------------

However Potosi is known above all for it's mines. Indeed since the 16th centuary the Cerro Rico mountain, which is directly opposite the town, is home to 180 mines employing over 9000 miners working for 40 different cooperatifs. The silver mines were once a huge source of finances for the Spanish Empire. I was really keen to see the work that goes into the silver that we wear with so much ease in Europe so I managed to convince Audrey and Naomi to follow me up the mountain !

We started by visiting a factory that turns the rocks into different minerals (silver, lead & zinc) then we kitted up (suits, wellies, helmets & headlamp) in order to follow Beto (a ex-miner who started when he was only 11 years old) deep into the mountains. Inside the mines it was dark and humid but not too hot (or cold for that matter). Nay started to panic a little when we had to walk on all fours to get further into the mine. Beto, who was trying to give us the full experience, introduced us to his old collegues and at one point asked us to stand still against a wall whilst we listened to a small exploision going off ! He always seemed in control chewing away on his coca leaves and telling us to keep moving with "calm y mucho relax" even when we were climbing over particularly tricky parts. We met a few men hard at work, notably a young boy of 17 who was paid 400 bolivianos (~47€) a day to carry 8 tonnes of rock (equivalent to about 70 wheelbarrow loads of 120kg each). The minimum weekly wage for a miner is 1000 bolivianos (~118€) per week but most are paid more than teachers or policemen and as the years go by their status evovles and they can eventually become partners in one of the cooperatifs. Being a miner in Potosi is also a question of family pride and shared values such as helping your neighbour, team spirit, respect and tolerence. The miners have their own community with their own market, restaurants, bars and clubs. Sadly extracting rocks from the mines remains dangerous and degrading to their health. The average life expextancy is no more than 45/50 years old.

Visite d'une usine d'extraction de l'argent avec Beto, mineur et guide
Séparation des différents mineraux
Visite d'une mine du Cerro Rico
On entre dans les profondeurs de la terre où seuls les hommes ont le droit de travailler
Rencontre avec des mineurs au détour d'étroites galeries

Loin d'être apitoyante ou choquante, cette visite d'une mine et la rencontre avec les mineurs nous a néanmoins permis de comprendre la valeur des métaux précieux et des efforts voire sacrifices humains qu'il y a derrière chaque objet de valeur que nous achetons, une expérience que nous ne sommes pas prête d'oublier.

---------------

Far from upsetting or shocking us this visit gave us the chance to really appreciate the value of the precious metals that we wear so easily without a second thought in Europe. The human sacrificies and efforts are not something we are likely to forget anytime soon.

Nos petites têtes de mineur
47


Mon séjour en Bolivie touche à sa fin et oui la guest star que je suis se doit de retourner à sa vie de tous les jours, mais avant ça il me reste une dernière chose à faire. En effet j'ai la lourde tâche de vous faire le récit de l'attraction majeure de la Bolivie, le Salar d'Uyuni et le Sud Lipez. Et je n'ai qu'un seul mot : indescriptible ! Bon je vais essayer quand même, accrochez-vous on embarque pour trois jours inoubliables !!

Jour 1

Nous avons rendez-vous devant l'agence que nous avons choisie à 10h30 pour le départ de cette excursion de trois jours. Nous le savions, ce qui était important dans la réussite du séjour, c'était le chauffeur et le groupe composant le 4*4. Nous embarquons donc avec 3 jeunes chiliennes assez timides et Flores, chauffeur fan de Quinoa, et plutôt sympa ! La première étape 'est le cimetière des trains à la sortie de la ville d'Uyuni : des cadavres de locomotives, rails et wagons jonchent l'entrée du désert. Nous en profitons pour faire quelques jolies photos et surtout escalader les trains !

------------------

My holiday in Bolivia is almost over, yes as a simple "guest star" I must go back to my daily life, but I still have one thing to do. Indeed it's down to me to write the article about Bolivia's main attraction : the salt flats of Uyuni and the Lipez region. I only have one word : undescribable! But I'll give it a go...off we head for 3 days we sure won't forget anytime soon!

Day 1

Leaving from Uyuni we met the rest of our team at 10:30am ready for the 3 days ahead. We knew the driver was going to be a key factor to the success of the trip and quinoa loving Flores seemed like a good bet ! Joining us in the Jeep were 3 chiliean girls who seemed nice. Step 1 was the "train graveyard" on the edge of Uyuni near the desert. Literally a graveyard for old/junk trains and rails. We had fun taking photos and climbing up and down the different debris !


Étonnamment c'est assez joli !
On risque pas d'aller bien loin vu l'état des trains !
Yamakasi time !

Nous voilà ensuite parties à la découverte du paysage le plus attendu : le Gran Salar ! Il y a très longtemps, le salar d’Uyuni était recouvert par un lac salé. Avec le mouvement des plaques tectoniques, le lac a disparu. Seul le sel est resté, créant cette immense étendue immaculée. De temps à autre, on aperçoit des « îles » sur le salar, des monts de terre, vestige de véritables îles. Aujourd’hui, le salar d’Uyuni est le désert de sel le plus grand et le plus haut du monde. Il s'étend sur environ 12 000km² et se trouve à une altitude de 3 650 mètres. Vous avez tous certainement déjà vu ces photos souvenirs jouant sur les perspectives qu'offrent cette gigantesque étendue blanche de sel ? Et bien, nous l'avons visitée à la période des pluies, donc on enfile les bottes et on oublie les photos blanc de blanc pour découvrir un désert inondé où l'horizon n'existe plus et où les paysages oniriques semblent irréels. C'est exceptionnel, une grande claque, inoubliable, partout où nos yeux se portent, la surprise et l'émerveillement se succèdent sans fin !

Evidemment nous jouons tout de même avec l'eau et relevons des challenges avant de repartir vers notre lieu de villégiature ! 3h de route plus tard, nous voilà au petit village de Culpina, où après un diner qui se fait attendre (hein Marie et Naomi) et sans ambiance (hein moi), nous passons une nuit tranquille en attendant la suite des festivités.

-------------------

Now we were off to the place we'd been waiting for : the famous Salar ! A long time ago the Salar de Uyuni was covered by a salt lake. With the mouvements of the surronding tectonic plates the lake disappeared and only the salt remained creating an immense expanse of 12 000km². Today the Salar de Uyuni is the biggest and highest (at 3650m high) salt desert in the world. You've probably already seen some classic photos playing on different perspectives across the white open space seemingly going on for ever and ever? As it turned out we visited Uyuni during rainy season so we slipped on a pair of wellington boots, jumped out of the 4x4 and simply "got lost" in the incredible views that surronded us. It was exceptionnal, a wake up call, unforgettable, every which way we looked was a continous surprise or treat for our eyes.

Obviously we played around with the water a bit and managed to get a few fun photos before heading off again !3 hours later we arrived in the little village of Culpina, after diner which took ages to appear (Marie and Naomi!) and wasn't much fun (I was knackered!) we had an early night in anticipation of the next 2 days !

On arrive dans le Salar...ça commence pas mal
Vous le saviez peut être? Le salar est parfois un point de passage du fameux Dakar
On commence petit à petit à s'amuser...
Rugby (Merci Jeanine!), yoga et autres activités!
Un petit jeu de perspectif même avec la pluie
Antigone nous avait lancé le challenge de tisser notre propre culotte. On a galeré mais du coup pour se rattraper on a fait ça....
6 mois et maintenant 6 culottes ! (Enfin vu qu'on en a perdu c'est toujours 5 mais l'idée y est !)
 Un autre challenge de Pilou !

Jour 2

Réveil à 7h, petit déjeuner et on remonte dans les 4*4 pour traverser le Sud Lipez ! Cette région du sud de la Bolivie présente un enchainement de paysages tout aussi époustouflants que déroutants, s'étendant à perte de vue devant nous. A bord du véhicule, nous roulons toute la journée et notre chauffeur s'arrête à chaque site méritant quelques photos et balades aux alentours. Le premier site ressemble à un cimetière de pierres géantes ! Elles semblent avoir été disposées là de manière artificielle: pluie de pierre ? intervention divine ? géants ayant peuplé la terre ? Nous n'avons pas la réponse à cette question et après un peu d'escalade nous enchainons vers les Lagunas. Le premier lac, la Laguna Negra, voit notamment des monts enneigés se refléter dans ses eaux limpides, avec autour un désert à l'infini, waouh! C'est là aussi que nous arrêtons déjeuner, pique-nique en profitant de cette vue incroyable. Le prochain stop a pour décor une pierre érodée en forme d'arbre, entourée d'autres grosses pierres impressionnantes, après notre désormais traditionnelle séance d'escalade, nous en profitons pour nous essayer au DAB sur 4*4 et aux photobomb selfie !

-------------

Day 2

Up at 7 am, a quick breaky and we were off again in our Jeep, ready to cross the South Lipez. This region in the South of Bolivia is a selection of breathtakingly stunning views stretching out beyond the horizon in every direction. We spent the day driving but stopped every time our driver thought a spot was worth a visit. The first stop looked like a huge rock cemetary. It was strange but it looked like the rocks had just landed there artificially : rock rain ? divin intervention ? giants having lived there ? We simply don't know ! After some more climbing we headed off for the lakes. The first, la Laguna Negra, had the surronding mountains reflecting beautifully in it's waters. We made the most of the view to stop off for a quick picnic ! Our next stop was a rock shaped as a tree in the middle of no where. Another rock climbing session and a new game : photobomb selfies...don't ask !

On se sent toutes petites au milieu des grands rochers
Premières escalades de la journée
Reflets splendides !
A son tour Audrey essaie de faire cracher un lama. De mon côté j'essaie le jeu de drapeaux de nos amies chiliennes
Une pensée pour chaque pierre...ça en fait des pensées
Selfie (et selfie bombs!) time avec l'arbre de pierres et un lac...me souviens pas lequel!

En voiture Simone c'est reparti pour un tour ! Nous continuons de monter en altitude et approchons des 4500m dans un paysage lunaire : désert, aucune trace d'humanité hormis nos véhicules, immensité à perte de vue... Nous sommes sans voix et avons le sentiment inexplicable d'être sur le toit du monde. Entre hostilité et magnificence, ces paysages sont étourdissants et ont un quelque chose de magique ... je vous l'avais bien dit : indescriptible ! Nous entrons ensuite dans le parc national Eduardo Abaroa, qui abrite les plus grandes colonies de flamands rose du pays ! Nous nous arrêtons donc à la Laguna Colorada, l'eau claire est recouverte d'algues qui lui donne cette teinte rouge si particulière. Le gardien n'étant pas là, nous pouvons nous approcher du bord et des nombreux flamands rose ! Que vous dire à part que c'était magnifique ? Nous restons un moment à profiter de cette vue et de cette ambiance si paisible et si forte ! Nous rejoignions enfin notre auberge pour la nuit, des constructions sommaires au milieu de nul part, nous offrant le gite et le couvert pour notre courte nuit !

------------

Back into the jeep and this time we hit 4500m in altitude and a lunar landscape : no sign of man other than the tyre tracks ! It feels like we are on top of the world, I told you it was hard to explain just what we felt and saw ! Next we entered the Eduardo Abaroa National Park home to scores of pink flamingos. We stopped at the Laguna Colorada, with crystal clear water but covered in red algues making the entire lake look...red, you guessed it ! We managed to get up close to the flamingos, it was amazing ! We simply sat and watched them getting on with their daily routine ! Finally we headed to our auberge for the night, simple stone dorms...in the middle of no where!

On the road again
Un peu plus calme on profite simplement de la vue !
Des flamands rose ...partout !
Ils dorment sur une jambe, impressionnant!

Jour 3

Lever 3h30, petit dej à 4h, départ 4h30 ... Ouille. Mais nous découvrons que nos amies chiliennes sont au moins autant des psychopathes de la bouffe que nous (elles piquent le pain non mangé par les autres tables!) ce qui nous fait les apprécier de plus en plus. Nous partons par une nuit sans nuage, au dessus de nous des étoiles comme je n'en avais jamais vu, devant nous le désert et la route seulement éclairée par la Lune, dehors pas un bruit. Nous nous sentons seules, dans ces paysages de l'espace, notre chauffeur nous guide de mémoire au travers de nombreuses intersections, rien ne pointe la direction. Les fumerolles puissants percent d'un coup tout autour de nous, autour d'un bruit assourdissant ils s'élèvent de plusieurs mètres dans la nuit ! Nous arrivons enfin à notre point de rdv du matin, 5h30 - les bains chauds du parc national ! Nay et moi nous déshabillons direct pour profiter de l'eau à 38 degrés et du lever de soleil avec les lamas ! Marie, hésitante au début, finit par nous rejoindre, c'est un superbe moment avec une vue, encore une fois, époustouflante. Mais toutes les bonnes choses ont une fin et nous remontons dans les voitures pour une dernière étape, le désert de Salvador Dali, toujours aussi impressionnant et beau, nous ne nous lassons de rien !

------------

Day 3

Up at 3:30am, breakfast at 4, on the road by 4:30, ouch! We've only just realised that our chiliean friends are just as crazy as us when it comes down to food (they stole the bread left over on other tables!) so we decided we really like them ! When we head off there is not a cloud in the sky. The stars above us are like something I've never seen. The desert that unfolds in front of us is lit up by the moon and it's beautiful. We felt alone, almost in space, it was awesome ! At 5:30am we arrive at some powerful steam jets going several meters into the air. Our next stop was great : hot springs before the sun was even up ! Nay and I jumped in and Marie joined us after a slight hesitation. The view was once again stunning ! However all good things must come to an end and we jumped back into the jeep heading for our last stop, the Salvador Dali desert. I have no words left to describe how magnificient it was!

Il fait très froid à 5h du matin!
Bains chauds avec vu sur les lamas
Le paysage majestueux nous réveille un peu (il est à peine 7h)
Derniers paysages de la Bolivie

A la fin de la route par contre, le moment est venu de déposer mes copines à la frontière ... 8h30 - c'est l'heure des adieux à 5000m d'altitude (enfin de la neige) après deux semaines inoubliables. Nous les échangeons contre des chiliens voulant remonter à Uyuni et je repars seule en sens inverse, les laissant aux mailles avec la corruption à la frontière et la découverte d'un nouveau pays ! Durant 7h, je retraverse ces paysages à la vitesse de l'éclair, mes nouveaux collègues de 4*4 sont chiliens (et un américain), malgré ma belle progression en espagnol, je ne suis quand même pas capable de faire toute la conversation, j'absorbe donc des images pour ma mémoire ! S'enchainent enfin mes dernières heures boliviennes, un bus de nuit de 10h jusque la Paz (il est arrivé avec 2h d'avance !!!) et une journée à zoner, arpenter les rues de la ville et même négocier (si si je vous jure) mes derniers cadeaux comme une vraie bolivienne (l'odeur en moins) ! Bref, une courte nuit plus tard me voilà à l'aéroport, 28h de vol et le choc thermique : tempête de neige en Haute-Savoie ! Il est temps pour moi de reprendre le fil de ma vie après cette escapade exceptionnelle, ces moments inoubliables, comme arrêtés dans le temps. Merci Marie & Naomi, de m'avoir fait partager tout cela, il vous en reste à voir, allez-y et profites-en!

Marie et Nay : Merci à toi d'avoir fait l'effort de venir si loin pour nous voir Petite ! Comme tu l'as si bien dit Uyuni c'était inoubliable et on est tellement contentes d'avoir vécu ça avec toi! Si si siiiii !!

----------

At 8:30am we arrived at the Chiliean border, it was time to drop the girls off. After two amazing weeks and now at 5000m il altitude it was cold so the driver and myself "quickly" exchanged the girls for some chilieans and an American heading the other way. We left Marie and Naomi arguing with the Bolivian customs officers and starting heading back up towards Uyuni. Even though my Spanish was now getting pretty good I struggled to chat with my new colleagues and just enjoyed the view during the 7 hour trip back, trying to take mental pictures of as much as I could ! My last day in Bolivia included a 10 hour night bus back up to La Paz (that was 2 hours early!) and a chilled day with some last minute shopping, that I even negotiated like a true bolivian, without the smell! A few hours later after a couple of hours sleep I spent 28 hours on the plane heading back to a snow storm in Haute-Savoie and back to my daily life after an amazing get away, some unforgettable moments that I won't forget anytime soon. Thank you Marie & Naomi for sharing it all with me, you've still got so much more to see...enjoy !

Marie & Naomi : Thank you "Petite" for making the effort to come all the way out here to see us ! You summed up Uyuni perfectly, it was an unforgettable experience that we are thrilled to have shared with you ! Si si siiiiiii !!

Meilleur passage de frontière!
Au revoir la Bolivie, on a essayé d'embarquer Audrey au Chili avec nous!
48

On ne pouvait pas partir de la Bolivie sans accomplir un dernier challenge mais avant de rentrer dans les détails de ce challenge j'aimerai vous expliquer pourquoi les boliviennes portent des chapeaux melon, chapeaux que vous vous attendrez plus à voir dans Mary Poppins sur un Gentleman Britannique. C'est en effet les anglais qui ont amené le chapeau melon lors du boom de chemin de fer en Bolivie au 19e siècle. Le seul problème : les chapeaux étaient trop petits pour les hommes du coup la compagnie a décidé de se tourner vers les femmes en leur disant que c'était la dernière mode en Europe. Son pari a fonctionné car aujourd'hui nous voyons encore énormément de femmes porter ce fameux chapeau melon.

Lors du free walking tour à La Paz notre guide, Max, nous a expliqué que si le chapeau était porté droit sur la tête cela signifiait que la femme était mariée, prise. Par contre si la femme porte son chapeau légèrement de côté cela signifie qu'elle est disponible ! Vous l'aurez compris le chapeau fait partie de l'identité de la femme bolivienne (appelée Cholitas ici), tout comme ses nombreuses couches de jupes, ses longues tresses et son "sac à dos" en tissue traditionelle.

Mais comme à notre habitude nous sommes prêtes à relever le challenge..

----------------

We couldn't leave Bolivia without completing yet another challenge but before getting down to the challenge itself I'd like to explain to you why Bolivian women wear bowler hats that you would more expect to see on British men in Mary Poppins for example ! It was indeed the British who brought the bowler hat to Bolivia during the railroad boom of the 19th centuary. The only problem : the hats were too small for the men so the company decided to sell the hats to women, saying it was the latest fashion in Europe. His ploy worked as today you can still see a lot of Bolivian women wearing the bowler hat !

During the free walking tour in La Paz our guide, Max, told us that women that wear the hat straight on their heads are married, taken. Those that wear the hat on a slight slant are single! So you see that the bowler hat is a real part of Bolivian women's (called Cholitas here) identity along with their multiple layers of skirts, long plaits and "backpacks" made from traditionnal tissue.

Once again we were ready to take on the challenge set by Philippe and steal a bowler hat.

Hola Pilou !

Bon OK on a mis Josefina dans le coup en amont mais elle était adorable et prête à nous aider à accomplir un nouveau challenge !

D'ailleurs nous passons bientôt au Chili et n'avons toujours pas de challenges pour nos deux derniers pays. On vous attend !!

Visiblement avec ou sans vos idées on a réussi à se mettre en difficulté toutes seules ! Marie et moi nous sommes fait couper les cheveux (en Bolivie ou Pérou) pour moins de 4€! Ma coupe nécessitait un petit ajustement que ni Audrey ou Marie ne voulait toucher avant d'avoir bu quelques verres...

--------------

Ok, ok so we asked Josefina beforehand and she was more than keen to help us out !

Don't forget we are going to Chile soon and we still don't have any challenges for our remaining two countries. Send us your ideas !

It seems that with or without your requests we've managed to challenge ourselves quite a bit too ! Both Marie and I have had our hair cut (in Bolivia or Peru) for under 4€ ! My cut needed a slight adjustment which Marie and Audrey refused to deal with until we'd had a few drinks ...

Coupe de cheveux en rentrant de soiree (ca te rappelle quelque chose Mel?!)

--------------------

Quelques chiffres clés / Some key figures :

- 45 hours on the bus / 45 heures de bus

- 32 hours, 80 km completed by foot / 32h de balade à pied soit environ 80km

- 522 Bolivianos (60,60€) spent on average per day between the two of us / 522 Bolivianos (60,60€) de budget moyen journalier pour nous deux

- Average price for one night/pp (breakfast always included) 45,25 BOB (5,25€) / Prix moyen pour une nuit/par personne (petit déjeuner toujours inclus) 45,25 BOB (5,25€)

- Average price of a beer : 22 BOB (2,55€), 1litre bottles this time! / 22 BOB (2,55€), bouteilles de 1L cette fois-ci!

- Cheapest beer : 18 BOB (2,10€) / Bière la moins cher : 18 BOB (2,10€)

49
Après l'équateur, on a traversé le tropique du capricorne !

So we left you, like we left Audrey, at the border crossing between Bolivia and Chile in the middle of the desert at 5000m in altitude. Marie and I queued up beside the tiny hut that serves as the immigration office with our passports at the ready. We entered the hut in the same way that the animals entered Noah's arc, two by two. When it came to our turn the chubby little man behind the desk barely looked at our passports but simply demanded 15 bolivianos (2€) from each of us. Given that we only had about 70 bolivianos left and that we were already worrying about if we'd have enough money for our lunch we refused. We knew it wasn't an official payment but a simple bribe that most people just pay to move on swiftly. Having refused we were pushed back outside where we waited and wiatched as people continued to enter 2 by 2. When, after 15 minutes and much discussion amongst ourselves and with other travelers, we said "vamos a pagar" (we will pay) we were immeadiately let back in. We played our bluff claiming we only had 20 bolivianos left between the two of us and it worked a treat as the guy snatched the note from my hand and shoved it straight into a drawer. With that we were out of Bolivia and ready to enter Chile. Sadly however the immigration officers on the Chiliean border weren't in the mood to work (the bus driver told us only one of them was ready) so we waited for a few hours sitting in the desert and simply admiring the amazing views.

That afternoon we arrived in San Pedro de Atacama, a small town in the middle of the desert close to both Bolivian and Argentinian borders. Over the course of that first evening at the following days we began to realise that we were now no longer in a 3rd world country. To start with the water temperature in the hostal shower was ajustable! It was perfectly possible to have a hot shower for 5 minutes without the water turning freezing, switching off mid soap or turning into a tiny dribble. Hot showers ! We'd probably had no more than four in 4 months and here we were free to take one anytime we liked, it was a strange feeling ! Then take security : seat belts, helments when hiring bikes, etc. so many of these things had become obsolete and yet here not only do they exist but they are obligatory. I guess Chile and Argentina are going to be a good transition back to our European habits but boy do I already miss the randomness and madness of the poorer, less developped countries we've left behind us.


Anyway back to San Pedro de Atacama. Jack had said we could spend a week here and not get bored so spend a week we did! The place is surronded by natural wonders that we took our time to visit by foot, bike or jeep. Without going into the fine details of each trip here's a quick summary :

We cycled to 2 valleys close to the town : Valle de la Luna (moon) & Valle de la Muerte (death). Both were quite incredible with huge sand dunes, ominous looking rocks and what we can only imagine the Moon or Mars look/feel like

----------------

Nous vous avons donc laissés, comme Audrey, à la frontière entre la Bolivie et le Chili, au milieu du désert à près de 5000m d'altitude. Marie et moi étions en train de faire la queue devant la minuscule cabane servant de bureau à la douane bolivienne, nos passeports à la main et entrions dans le "bureau" 2 par 2 tels les animaux de l'arche de Noé. Quand vient notre tour, un officier un peu grassouillé ne nous demande pas seulement nos passeports mais aussi 15 bolivianos (2€) chacune pour avoir notre tampon de sortie. N'ayant plus que 70 bolivianos en poche et étant déjà inquiètes pour un déjeuner, nous avons refusé. Nous savions très bien qu'il ne s'agissait pas d'une taxe officielle mais d'une "contribution" que tout un chacun devait payer pour pouvoir avancer. Du coup, l'officier nous a clairement mises de côté en refusant de nous laisser entrer alors que d'autres continuaient à avancer 2 par 2. Quand après 15 minutes de discussions entre nous et surtout avec d'autres voyageurs, nous avons fini par dire "vamos a pagar" (nous allons payer), nous avons, comme par magie, pu entrer dans le "bureau". Au bluff, nous avons tenté de ne payer que 20 bolivianos en prétendant que nous n'avions pas plus et ça a fonctionné puisque Grassouillé m'a pris le billet des mains et l'a mis dans un tiroir avant de tamponner nos 2 passeports. Nous étions officiellement sorties de Bolivie et pouvions entrer au Chili. Malheureusement, côté chilien, ils n'étaient pas non plus très motivés à travailler (d'après le chauffeur, seul un douanier était prêt), nous avons donc dû patienter un certain temps au milieu du désert à admirer les paysages.

Nous sommes finalement arrivées dans l'après-midi à San Pedro de Atacama, un petit village au milieu du désert, tout proche des frontières bolivienne et argentine. Au cours de cette première journée et de celles qui ont suivi, nous nous sommes rendues compte que nous étions clairement dans un pays plus développé. En effet, nous avons pu régler la température de l'eau à l'hôtel ! Prendre une douche chaude sans que l'eau ne devienne gelée au bout de 5min alors que vous ne vous êtes pas encore rincé, quel plaisir ! Des douches chaudes wahou ! Nous n'en avons eu qu'une dizaine en 4 mois alors qu'ici il n'y a pas de limite, c'est génial ! Un autre exemple de cette modernité est la sécurité : ceinture de sécurité, casques sur le vélo, pas possible de sortir du sentier ect... tout un tas de choses dont nous avions perdu l'habitude et qui non seulement existent ici mais surtout sont obligatoires. Je suppose que le Chili et l'Argentine vont nous permettre d'assurer une transition en douceur avec l'Europe mais comme le bordel et la folie des pays pauvres et sous-développés que nous avons traversés nous manquent !


Mais revenons-en à San Pedro de Atacama. Jack nous avait dit que nous pouvions y rester une semaine sans nous ennuyer et c'est ce que nous avons fait ! En prenant notre temps, à pied, en vélo ou en 4x4, nous sommes partis à la découverte des diverses curiosités naturelles des alentours. Sans rentrer dans le détail de chaque sortie, voici un petit résumé de nos balades :

Nous avons loué des vélos pour partir explorer 2 vallées proches de la ville : la vallée de la Luna et la vallée de la Muerte (mort). Avec leurs immenses dunes de sable et leurs étranges pierres monumentales, ces deux vallées sont des lieux extraordinaires qui traduisent parfaitement l'image que l'on a de Mars ou de la Lune.

Marcher sur la lune  
On pose surla grande dune
Seules sur la lune
Découverte de la vallée de la Lune, à vélo, avec notre chien Salvador(a)
Vallée de la Muerte, cette fois on est sur Mars
Petite chapelle de San Ignacio au milieu de la vallée
Tout droit dans le desert 

We walked around the Valle de Jerres which was equally as spectacular. A lush green riverbed in the middle of a tall desert canyon.

-------------

Vallée de Jeres
Mais où est Ojo Balnco (notre chien)? Regarde il est la

Finally we splashed out on a day trip in a jeep with 4 other frenchies taking us out to the Piedras Rojas (red stones) and other beautiful sites. Olivier, our guide, was a walking encyclopedia and taught us many things about the geological aspects of the wonders we saw. He also explained the "salar" fenomena that our quinoa loving guide had slightly failed to do in Uyuni. Salt flats are in fact like a "mille feuille" (delicious french pâtisserie). Indeed a salar is formed by multiple layers of salt, clay and earth forming a lid on top of a lake. So when we were in Uyuni or here in San Pedro we were actually walking on the crust, a layer between us and a lake at least a hundred meters deep.

---------------

Et pour finir, nous nous sommes fait plaisir en nous offrant une journée d'excursion en jeep avec 4 autres français autour de Piedras Rocas, une lagune au contour rouge, et d'autres lieux magnifiques. Olivier, notre guide, nous a donné de nombreuses explications géologiques, historiques, météorologiques et autres, sur tous les paysages que nous traversions. Il nous a également expliqué le phénomène du Salar que notre charmant guide, fan de quinoa, n'avait pas su faire à Uyuni. Les déserts de sel sont en fait comme des "mille feuilles" (la pâtisserie), immergé d'eau. En effet, le Salar est composé de différentes couches de sel, d'argile et de terre qui forment une sorte de revêtement à la surface. Ainsi, à Uyuni comme ici à San Pedro, nous marchons sur une "croûte", flottante sur une bonne centaine de mètres d'eau sous nos pieds.

1er arrêt au village de Toconao
Muy lindas!
A la découverte de la faune locale
Lagune de Piedras Rojas
Non non il n'y a pas trop de vent ...
Juste magique ces lagunes au milieu du désert
Merveilleux paysages au couché du soleil (laguna Chaxa)
Avec les copains et la lune

Add to that the two days we spent chilling, doing our washing, catching up on the blog, tasting new beers and there you have a week spent in San Pedro de Atacama. We could/should have spent some time planning the rest of the trip but we've decided to play everything by ear and see what happens day by day from now on! All we know is we're off to Patagonia and we're going to meet up with our friends from Colombia, Étienne & Irène !

-------------

Ajoutez à ces activités, 2 journées de repos à glandouiller, faire notre lessive, mettre à jour le blog, tester de nouvelles bières, et vous avez un programme complet d'une semaine à San Pedro. Nous aurions pu passer du temps à planifier le reste de notre voyage mais nous préférons y aller au feeling, jour après jour. Une chose est sûre, nous partons très vite en Patagonie et nous allons y retrouver nos potes de Colombie, Irène et Etienne.

Bières et sieste, on est au top !
50
A la recherche de nouveaux articles! 

Bonjour,

Étant en vacances en Patagonie pour les 2 à 5 prochaines semaines (agenda à peaufiner) nous vous informons que nous ne publierons probablement pas d'aticles durant cette période. Merci pour votre compréhension. Pour toute urgence veuillez vérifier qu'il s'agit bien d'une urgence.

Bises, Nay & Marie

ps. Ne vous inquiétez pas nous aussi on va avoir froid maintenant !

-------

Hello,

We will be in Patagonia for the next 2 to 5 weeks (we still have some planning to do!) we would therefore like to inform you that we probably won't be able to post any articles during this time. Thank you for your understanding. If you have an urgent questions ask yourself twice if it's really that urgent !

Love, Nay & Marie

ps. Enjoy the fact that we are leaving our shorts behind and will now also be somewhere cold !

51

For the 1st time in 4 months we took not only one but two flights ! Firstly from San Pedro de Atacama down to Santiago then the next day from Santiago onto Punta Arenas in Patagonia. All throughout our trip so far arriving in Patagonia had been like a reference in time, probably because it's the only thing we'd booked in advance: "when we get to Patagonia we'll have less than 2 months left", "when we get to Patagonia we mustn't forget to do this or that", etc. Either way it always seemed so far down the road that it wasn't really tangible and yet here we are! All the way back in December we'd booked a return flight from Santiago giving us 2 weeks in Patagonia but before even landing we'd already decided that we weren't going to take our return flight and instead enjoy meandering back up to Santiago along the famous Chiliean Carretera Austral and Argentinian Route 40. For those of you, like us before we left, that don't really know what or where Patagonia is here is some interesting background information : The term Patagonia describes the Southern most region of South America which is split between Chile to the west and Argentina to the east (they are still fighting to this day over parts of the land). It is most well known for it's remote regions & incredible landscapes (anything from pampa to glaciars). The word Patagonia itself dates all the way back to the discovery of the land by Magellan (a Spanish explorer) in 1521. Indeed when he and his men sailed, into what is now known as the Magellan strait, they saw huge footprints in the snow and mistook them for Patagones (a race of giants) as described in the book Primaleon (that Magellan was a fan of). It so happens that the foot prints were misleading as they were simply a technique the indigenous used for keeping their feet warm: big leather covers on their shoes! Either way it became the land of the Patagones, so Patagonia.

-------

Pour la première fois en 4 mois, nous avons pris non pas un mais 2 vols ! Le premier entre San Pedro de Atacama et Santiago et le 2nd, le lendemain, entre Santiago et Punta Arenas au Sud de la Patagonie. Pendant tout le début de notre voyage, notre arrivée en Patagonie représentait une étape importante, probablement parce qu'il s'agissait des seuls jours que nous avions déjà planifiés et réservés : "quand on sera en Patagonie, nous serons à moins de 2 mois du retour", "quand nous serons en Patagonie, il ne faudra pas qu'on oublie de faire ci ou ça", etc. À chaque fois qu'on en parlait ça nous paraissait bien loin et pourtant nous y voilà ! Lorsque nous avons réservé nos billets en décembre, nous avons pris un aller-retour depuis Santiago nous permettant de profiter de 2 semaines sur place, mais avant même d'atterrir à Punta Arenas, nous savions que nous n'allions pas prendre ce vol de retour, mais plutôt revenir à Santiago à travers la fameuse Carretera Austral.

Pour ceux d'entre vous qui, comme nous avant de partir, ne savent pas ce qu'est la Patagonie ou même où cette région se trouve, voici quelques informations intéressantes : La Patagonie est la région la plus au Sud du continent Américain répartie entre le Chili à l'ouest et l'Argentine à l'est (ils se battent toujours et encore sur la définition des frontières). Cette région est surtout connue pour son isolement et ses paysages incroyables (avec une large diversité, des glaciers à la pampa). Le mot "patagonie" vient quant à lui de l'époque de la découverte de cette terre par Magellan en 1521. En effet, quand il a débarqué avec son équipage au niveau de ce que nous appelons aujourd'hui le détroit de Magellan, d'énormes empreintes apparaissaient dans la neige, similaires à des empreintes de Patagones, géants issus du livre Primaleon dont Magellan était fan. Cette interprétation était évidemment trop créative car il s'agissait simplement de chaussures couvertes de peaux en cuir, technique utilisée par les indigènes pour avoir chaud aux pieds! Quoi qu'il en soit, cette contrée lointaine est devenue la terre des Patagones, la Patagonie.

Southern most region of South America & Patagones

Anyway first things first we needed to get to Puerto Natales to meet our friends and head to the world famous Torres del Paine National Park for a 5 day trek. Our research on the area had taught us that hitch hiking was common place (and in no way dangerous Mum!) in both Chile and Argentina so we decided to put it to the test straight away. Of course it was raining (a lot!) but we thought that might help our chances of quickly hitching a lift to cover the 250 or so kilometers between the two towns. After more than 30 minutes, with our thumbs begining to ache, we were soaking and just as we were begining to think hitch hiking maybe wasn't as "easy" as we'd thought Jorge pulled over in his huge truck. What a life saver ! The truck cabin was enormous, really confortable and we had some interesting chats all the way to Puerto Natales. Jorge even insisted on buying us a hot chocolate along the way, gracias amigo!

---------

Pour commencer, nous devions rejoindre Puerto Natales pour retrouver nos amis et aller faire un (grand) tour de 5 jours à Torres del Paine, le fameux parc national chilien, mondialement connu. Rien de plus simple normalement mais, en Patagonie, nous avons décidé de nous lancer un nouveau défi : le stop. D'après nos recherches, il s'agit d'un moyen de transport habituel (et en aucun cas dangereux, ne t'inquiète pas maman) au Chili et en Argentine. Évidemment, pour notre grande première, il pleuvait (beaucoup!) mais nous ne nous sommes pas découragées et au contraire nous nous sommes mises à espérer que cette météo puisse nous aider à trouver une voiture pour parcourir les 250 km qui nous séparaient de notre destination. Après plus de 30 min d'attente, alors que nous commencions à avoir des crampes au pouce, que nous étions définitivement trempées et que nous nous disions que le stop n'était pas si facile, Jorge et son énorme camion se sont arrêtés devant nous. Notre sauveur ! La cabine intérieure super grande et confortable et les discussions agréables que nous avons eu nous ont permis d'apprécier le trajet jusqu'à Puerto Natales. Jorge a même insisté pour nous offrir un chocolat chaud, gracias amigo!

Si vous nous suivez attentivement vous devez déjà savoir que nous devions retrouver Etienne et Irène, rencontrés 4 mois plus tôt en Colombie ainsi qu'une de leur amie, Juliette, venue du Luxembourg pour quelques jours de vacances. Objectif de l'après-midi : efficacité maximum pour être prêtes pour voir le match PSG-Real à 17h. Louer le matos de camping, faire les courses pour 5j de trek, grignoter un dej, faire le check in à l'hostal, nous sommes dans le timing. Nous trouvons un petit bar où boire quelques verres de vin et regarder le match mais nous ne reviendrons pas sur ces événements ...

Jorge, notre sauveur ! 


If you remember correctly we were meeting up with Etienne & Irène that we'd met 4 months earlier in Colombia and one of their friends, Juliette, that was on holiday. We decided to let the 3 of them tell you all about our 5 day trek in the magical Torres del Paine National Park. Over to you guys...

---------

On retrouve nos copains et leur pote Juliette et on fonce déguster un délicieux agneau, spécialité patagonienne, histoire de prendre des forces pour Torres del Paine et le W. Pour la suite et notre trek de 5 jours dans le merveilleux parc Torres del Paine, nous avons décidé de laisser Etienne, Irène et Juliette vous raconter nos aventures. À vous les gars!

52
Les 3 Torres vues de l'entrée du parc

On ne sait pas vraiment pourquoi ça a matché

Avec Nay et Marie quand on s'est rencontrés 

Première fois tout au nord autour d'une purée, 

Nous voilà tout au Sud : Torres del Paine.


Finis les bikinis, oubliés les canons

Nous sommes harnachés pour traverser les monts

A Puerto Natales, rendez-vous est donné 

Pour faire nos emplettes dans le supermarché 


Juliette nous a rejoins du lointain Luxembourg 

Et de nos bavardages essaie de suivre le cours 

On parle de Huaraz et de Cotopaxi 

Et on n'en finit plus avec la Colombie! 


On est tout excités le matin du départ

Le p'tit dej avalé à 8h dans le car

Le parc national est vraiment populaire 

Il y a autant de monde que son entrée est chère! 


A première vue l'hôtel, mais ce n'est pas pour nous. 

Nous planterons les tentes, là dans ce petit trou! 

A vrai dire les campings du parc national 

On doit bien l'avouer étaient vraiment pas mal. 


Les deux tentes montées avec dextérité, 

Nous partons sac au dos en première randonnée 

Aujourd'hui les Torres nous attendent là-haut 

On a hâte de les voir, il paraît que c'est beau! 


Premier test pour Juliette qui nous impressionne tous

De son pas de Huemul elle avance tout schuss 

Serait-ce la promesse de manger les amandes 

Ou le chocolat noir ramené du nord des Andes? 


Le spectacle du lac et des tours est joli

Mais on doit avouer qu'on n'est pas éblouis. 

Le retour au campement se fera sous la pluie 

Mais la journée finit autour d'un bon cubi ! 

-----------------

Difficult to say why we hit it off with Marie & Nay,

when we met up north in the bay,

We shared a meal that was just a main,

but met again in the south in Torres del Paine.


Away with our swimsuits and beers,

now it was time for hiking and seeing deers.

In Puerto Natales we met,

to make sure that everything was set.


Juliette joined us from across the sea,

and tried to understand all our stories over tea.

Of Huaras and the Cotopaxi we told our tales,

and of months in Colombia until we wanted to bail. 


We were all so excited on the first morning, 

even eating our breakfast wasn't boring.

The national park was really busy

and even the price would make you dizzy.


There were different options for sleeping,

we put up our tent not knowing we would later be weeping.

If we're honest the infrastructures were allright,

we can't complain given our budget was quite tight.


Once everything was in place,

we put on our bags and set a good pace.

Today we were doing the Torres hike,

we couldn't wait to see what they were like!


It was a first test for Juliette who put up a good show,

even without training she managed to keep up with the flow.

Maybe it was the thought of an almond snack

or some dark chocolat on the way back.


The lake and the towers weren't bad,

but they didn't exactly make us go mad !

Walking back in the rain was a bit of a swine,

but back at the camp we enjoyed a box of wine.


Devant la lagune au pied de las Torres, pics rochers emblématiques du parc Torres del Paine
Retour au camp pour monter la tente et déguster un petit verre de vin

Jour deux, cette fois-ci il nous faudra porter 

Nos sacs tout entier sur ce long sentier 

Mais le soleil brille et nous en profitons 

Devant ce paysage nous nous émerveillons. 


Lacs, champs et montagnes, on en prend plein les yeux 

Et sur cette partie nous sommes moins nombreux 

On profite du chemin pour converser un peu, 

Et nous lançons dans des débats des plus houleux ! 


Dit-on lac du Loch Ness ? Le Huemul existe-t-il ? 

Pire que la rando de Nay et Marie à Huaraz, se peut-il? 

De RAB ou Décathlon lequel choisissez-vous? Les raquettes Babolat valent-elle vraiment le coup? 


Le camping suivant en plein dans la forêt 

En étage sur plateforme est beau et très propret. 

Alors Nay et Marie, quel est l'menu ce soir? 

Des pâtes et du bouillon? Des produits du terroir! 

----------------

Day 2 meant we had to carry our packs,

all the way along the beautiful tracks.

We made the most of the lovely weather

with the start of the autumn colors in the heather.


Lakes, fields and mountains were on show,

and there were less people so we weren't too slow.

We had some fun conservations,

some of which we can't share with our relations!


Do we say Loch Ness Lake? Does the Humeul really exist?

Can any hike be worse than Huraz with all that mist? 

RAB or Décathlon which do you prefer?

Are Babolat rackets really made out of myrrh?

 

The next campsite was in the woods,

the trees around us served as a hood.

So Nay & Marie what are you going to eat?

Pasta soup, what a treat ! 


Cette fois, on part vraiment à la conquête des lagunes, montagnes et rivières du trek W
Le Club des 5, la bande au grand complet (de gauche à droite : moi, Juliette, Étienne, Irène et Nay bien sûr)
Les nuages font leur apparition mais rendent les paysages d'autant plus beaux (à droite, Los Cuernos)
Dans l'humidité du camping, dans les bois, tous les moyens sont bons pour se rechauffer !

Jour trois nous sommes prêts pour le Britanico 

Mais la neige nous empêche de monter tout là haut. 

La forêt sous ce temps nous paraît enchantée 

Mais il nous faut pourtant repartir dépités


Dans le petit refuge de l'Italiano 

On est tous congelés malgré un thé bien chaud 

Nous allons repartir, nous n'laissons pas aller 

Là, un peu "mas alla" nous attend Paine Grande 


Vous pensez qu'on est loin ? Est-ce que ce s'rait pas là? 

Même si on n'en sait rien "Parece que falta " ! 


Le suspens est extrême lorsque nous arrivons 

Enfin à Paine Grande mais sans réservation 

On envoie au charbon nos meilleurs éléments 

Qui reviennent victorieux avec un campement! 


Nous voilà rassurés et forts de ce succès 

Dans la salle commune nous allons célébrer. 

On se bat pour une table mais les américaines 

Nous ne savons pourquoi semblent nourries de haine? 


Nous finissons pourtant par nous approprier 

Un lieu pour finalement pouvoir festoyer

Après le chocolat offert par Juliette

C'est à la cerveza que nous faisons la fête! 


Nous nous lançons bientôt dans une partie de dés 

Où Marie fait la pro, et prétend nous défier 

Elle finira pourtant, par l'emporter easy 

Au terme de deux Yams et d'un carré de 6!

----------------

Day 3 we were ready for the Britanico trek,

but unfortunately there was some snow on deck.

It looked like we were walking through an enchanted forest,

having to turn around was the sorest.


In the Italiano wooden hut, 

we were freezing our butts.

We decided to keep moving on,

getting to Paine Grande and the camping lawn.


We didn't have a reservation,

so we headed straight to the park keepers station.

We sent our best players to negotiate,

and we hardly had to wait. 


Pleased with our success,

we headed to the common room to let off some stress.

We argued with some Americans over the table,

why is it they always seem so unstable?


We finally managed to grab a spot,

a place to play games and plot.

After the hot chocolate from Juliette, cheers,

we started the party with a few beers. 


Next up was a game of dice,

Marie said she would beat us twice.

It wasn't hard because her score was great,

her Yams and fulls made us  to bed quite late.


La neige fait son apparition et nous bouche la vue mais l'expérience est incroyable, proche de la magie de Noël
Le froid et l'humidité nous rendent un peu fous, freaky!
Malgré la pluie, nous profitons des paysages magnifiques et même les puissantes rafales de vent ne nous empechent pas d'avancer
Arrivés au camping Paine Grande où le soleil semble vouloir percer

Dernier jour de marche, sur l'épique W 

Il nous faudra gravir, les pentes du glacier Grey. 

Peut être est-ce l'amitié, ou le temps idyllique ? 

On n'oubliera jamais cette journée mythique. 


La vue de ces icebergs dans un lac bleuté 

Nous semble le meilleur de ce parc enchanté 

Nous rentrerons quand même bien fatigué du jour 

Gardons un peu des forces, il reste encore un tour!  

--------------------

Our last day walking with the W team,

the Grey Glaciar was like a dream.

Surronded by friends and sun,

we will never forget this day of fun !


The view of the icebergs and the turquoise lake,

made us realise the park was not a fake.

We were tired when we arrived back that night,

there's a days walking left so we need to sleep tight.

On commence à apercevoir l'immense glacier Grey
Le glacier Grey avec quelques rayons du soleil bienvenus pour apprécier la vue et déguster notre pic-nic
Photo de famille avec Etienne le filou
Un peu long le chemin du retour mais on ne se lasse pas de la beauté des paysages

En effet le jour 5 nous voit nous réveiller 

Avant 6h du mat pour se mettre à marcher 

Et arriver à temps à l'administration 

Pour attendre le bus, sans complications. 


Nous voilà donc debout avant même le soleil 

Et en marchant de nuit, peu à peu on s'éveille. 

On assiste au spectacle des couleurs du matin

Souvenir qui l'emporte sur tout autre haut la main. 


Alors Torres del Paine, on recommande? 

Malgré le prix, la pluie, et les randos en bandes?

Je crois bien que chacun de nous vous le dira 

Comme les gens d'ici, "Si, Vale la Pena"

----------------------

Day 5 was an early start,

we needed to get moving if we wanted to be smart.

Otherwise we'd miss the bus,

and that would only create a fuss.


We were up well before the sun rise,

it was well worth it to see our prize.

The differents colours were amazing, 

sadly we didn't have much time for grazing.


So would we recommend the trip?

Even with the rain it's still a great tip.

The torres, Britanico and Grey,

 "Si, Vale la Pena" as people here say.

Le réveil à 4h30 valait la peine pour profiter d'un magnifique levé de soleil
L'évolution des couleurs en quelques minutes, une merveille !
Pas très réveillés mais émerveillés par le spectacle sous nos yeux
Seuls, au milieu de la steppe patagonienne
Juste le temps de faire une mini-pause qu'il est déjà l'heure de repartir pour ne pas rater le bus

Merci les copains pour ce magnifique texte et surtout pour ces bons moments passés ensemble !

Nay & Marie

53
Devant l'un des plus beau glacier du monde

Quelques heures après avoir quitté nos copains à la sortie de Torres del Paine, nous voici de retour à Puerto Natales. Il ne nous faut que quelques minutes (et une douche quand même!) pour foncer diner : on commence par un apéro quesadillas/pintes, suivi par un délicieux ceviche de saumon, accompagné d'un excellent morceaux d'agneau et de verres de vin bien sûr, et pour finir non pas un mais deux desserts chacune ! Un régal !Fort de notre première réussite entre Punta Arenas et Puerto Natales, nous décidons de rejoindre El Calafate en Argentine en stop. Sacré challenge puisqu'il y a tout de même un passage de frontière. Pour commencer, il pleut ... une première voiture puis un camion nous dépose au croisement menant à la frontière. 30min passent et pas une voiture n'a emprunté cette route. Heureusement nous sommes abritées dans une cahute. Quand la première arrive, je bondis et la force à s'arrêter, elle accepte de nous emmener jusqu'à la frontière chilienne. Rapidement un nouveau pickup accepte de nous déposer à 7km de là, au poste de frontière argentin. Au chaud à l'intérieur du poste frontière, nous abordons toutes (une dizaine grand maximum) les voitures qui s'arrêtent pour s'enregistrer. Finalement une famille revenant d'un anniversaire accepte de nous faire faire un petit bout de chemin. Et la cerise sur le gâteau de cette longue attente est lorsque nous avons eu le bonheur de croiser la route d'une famille américaine ne pouvant pas entrer en Argentine avec une bonne partie des courses qu'ils venaient de faire. Ils nous ont offert jambon blanc, jambon cru, saucisson, fromage, pain, tomates, avocat, croyez moi, après 5 mois de voyage, c'était Noël ! Après une petite heure de trajet, la famille nous dépose gentiment à la bifurcation pour El Calafate. Problème, nous sommes au milieu de nul part et après près de 2h d'attente pour seulement 2 voitures croisées, nous tentons une autre route. Nous sautons rapidement dans un pickup rouge direction la "ville" (3 maisons, 1 resto et une station essence) d'Esperanza. Encore une bonne heure d'attente et nous finissons le trajet avec Daniel qui donne des cours à Nay sur la faune et la flore de la région. Entiendes !? Nous avons mis 10h30 et sommes montées dans pas moins de 7 voitures différentes mais nous avons réussi.

---------

A few hours after leaving our friends in Torres del Paine we were back in Puerto Natales. After a quick shower we were ready for a marathon diner : pint & quesadilla starter, ceviche & lamb main with red wine followed by not one but two desserts ! Given the sucess of our first hitch hiking mission we decided to attempt getting to El Calafate in Argentina using just our thumbs and our smiles ! No easy feat as there is a border to cross... Obviously it started raining as we hit the road. No big deal we managed to get out of the town with 2 small lifts one from a car and another from a lorry that left us at the turning for the only road heading to the border. However after 30 minutes not a single car had gone past, thank God there was a tiny hut that sheltered us slightly from the rain. When a car finally came past I jumped out into the middle of the road and negotiated us a lift to the Chiliean border. After officially leaving Chile another car quickly accepted to take us to the Argentinian border 7km away. We then simply sat inside the customs building asking every person (10 people max) that came through if they wanted to give us a lift! After over an hour an Argentinian family on their way back from a birthday party accepted to take us part of the way. The wait was totally worthwhile though because an American family having forgotten they weren't allowed to cross the border with food gave us a huge bag of cold meats & cheeses, a delicious free feast! Anyway back to the hitchhiking. We were dropped off at the turning to El Calafate which was in the middle of nowhere. After almost 2 hours we'd only seen 2 cars and both of them had ignored us. We decided to switch to a big road even if it was slightly out the way. Our strategy worked and we were quickly on our way again, this time in a big pick up truck. After another hours wait we took our final car of the day (the 7th no less!) with Daniel who gave Nay (up front) a full lesson on all the wildlife of the region. Entiendes !? So it took us 10 1/2 hours and 7 cars but we made it!

Nos premières difficultés et surprises en stop

Le principal intérêt d'El Calafate est le Perito Moreno, situé à 80km plus à l'ouest. Le Perito Moreno, gigantesque glacier de 35km de long et 5km de large, est l'un des seuls glaciers au monde à ne pas régresser. Un des événements majeurs liés au glacier est la chute de l'arche qui se forme entre la terre et le glacier à l'embouchure d'un lac. Malheureusement nous l'avons raté à quelques heures près puisque l'arche a cédé 2 nuits avant notre visite. En revanche, nous avons eu la chance de voir et surtout d'entendre d'énormes blocs de glace se détacher du glacier pour s'écraser dans l'eau, jusqu'à 70m en contrebas. Quel spectacle ! Nay sera ravie de vous faire les bruitages sur demande. Après cette découverte pluvieuse mais non moins magique du glacier, il est temps de rejoindre nos copains à El Chalten pour repartir vers de nouvelles randonnées. Pas de raison de prendre le bus, après moins d'une demi-heure, on saute dans la voiture de Frederico pour faire le trajet.

-------

The main attraction in El Calafate, 80km west of the town, is the Perito Moreno Glaciar. It is 35km long and 5km wide and one of the only glaciars in the world that is not reeceding. The Glaciar is also famous for the arch that forms between the mainland and the glaciar, breaking only every few years from the force of the water running below it. We missed the big event by 2 days but it was still amazing to see bug chunks of ice breaking off and falling 70 meters into the water. Nay very much enjoyed imitating the impressive noise each fresh break made! After a rainy day wandering around Perito Moreno it was time to meet our friends again, this time in El Chalten. Thankfully the sun showed it's face late afternoon and after waiting for less than 30 minutes we jumped into Frederico's car for the ride and some great debates.

Le glacier à perte de vue
Chutes de blocs de glace dans la lagune, jusqu'à 70m en contrebas 
Un peu fatiguées mais très émerveillées par la beauté glacier
54
La laguna de los Tres, au pied du mont Fitz Roy caché par les nuages

El Chaltén et ses alentours sont bien connus pour leurs nombreux chemins de randonnée. Dès notre arrivée on se lance sur celui du Fitz Roy, une impressionnante montagne perchée au-dessus de la ville avec en bonus un très joli lac à ses pieds. Ce ne sont "que" 20km dans la journée du coup le lendemain on repart directement pour 20km de plus mais cette fois-ci sous une pluie glaciale (pas le courage de sortir l'appareil photo du coup!) pour apporter le petit déjeuner à nos copains qui eux dormaient en tente au pied du Cerro Torre. C'est malheureusement le dernier soir de Juliette, nous en profitons donc pour faire une dernière partie de Yam (inoubliable!) et surtout pour manger un incroyable morceau de viande avec une bonne bouteille de vin. Juliette, tu vas nous manquer mais on part à la recherche du Huemul dès le lendemain juste pour toi !

-------------

El Chaltén is well known as a hikers paradise. On our first day there we headed to the famous Cerro Fitz Roy, an impressive moutain towering over the village with a beautiful lake at it's base. It was "only" a 20km round trip so the next day we headed straight out again, this time in the pouring rain, to deliver breakfast to our friends who were camping up near the Cerro Torre. Sadly it was Juliette's last night so we played an unforgettable last game of Yam (dice!) and went for a delicious meal. Juliette we will miss you but have no fear we are going to starting looking for the Huemul from tomorrow!

A la recherche du huemul dans les sentiers de randonnée d'El Chalten
Vues sur la vallée et les glaciers environnant
Dernier soir de Juliette, on mange une parilla pour fêter ca 

Nay: Qu'est ce qu'un Huemul je vous entends dire? Le Huemul est un cerf du sud andin, classé en danger d'extinction. Il donne aussi son nom à un trek de 4 jours qui part d'El Chaltén. Si vous tapez "Huemul Trek" sur Google vous verrez le type de commentaires laissés par les gens l'ayant déjà fait "magnifique mais il faut être expérimenté", "vues à couper le souffle mais il faut avoir un grain de stupidité". Bref vous voyez un peu le décor ? Ce n'est pas n'importe quel trek le Huemul, n'est-ce pas Marie ?

------------------

Nay: "What's a Huemul?" I can hear you ask. The Huemul is an endangered species of south andean deer. The animal also gives its name to a 4 day trek that leaves from El Chaltén. If you do a google check on "The Huemul Trek" you will find a few reviews of people that have already done it: "amazing but you need decent hiking experience", "breathtaking views but you need a little stupidity to go through with it!". Do you get the idea ? The Huemul is not just any old trek, huh Marie?

Hiker Profiles ~  Profils des Randonneurs
Hiker Profiles ~  Profils des Randonneurs 

Marie: Après avoir entendu parlé de ce trek pendant des jours par Etienne et Irène, nous voilà au départ de cette boucle mythique. La première journée commence tranquille, 16km tout plat selon Nay. On prend donc notre temps et commençons le Huemul par un gros brunch. 13h, après s'être inscrits chez les guardaparkers, nous entamons notre trek par ...2h de montée. Merci Nay ! Heureusement il fait beau et nous sommes récompensés au sommet par une vue magnifique du lago Viedma. La végétation commence à prendre ses couleurs d'automne jaune/orangé c'est superbe. Aucune difficulté majeure lors de notre descente, si ce n'est le passage à pieds nus d'une rivière glacée, jusqu'à notre arrivée au camping et le montage de la tente ...

--------------

Marie: Étienne and Irène had being going on about the trek for days but here we finally were at the start of this magical trek! According to Nay the first day was an "easy" 16km flat walk. We therefore took our time to enjoy a huge brunch before leaving. At 1pm, after signing in with the park authorities, we were on our way. We started with a 2 hour up-hill climb, thanks Nay! Luckily the sun was out and we were rewarded with a wonderful view of the Viedma Lake at the top. The autumn colours, reds and oranges of all shades, were starting to show and it was beautiful. The only small challenge of the first day was crossing a small icy river barefoot. Other than that everything was going just fine until we arrived at the campsite and tried to set up our tent...

Derrière nous, le lac Viedma (et le soleil qui brille)
Les couleurs d'automne font leur apparition  devant les monts enneigés
A la conquête du Humuel et de ses paysages à couper le souffle

Nay: A notre plus grand désespoir nous avons monté pour la première fois en 4 mois une tente cassée. Le zip d'une des deux portes intérieures ne fermait pas laissant un courant d'air entré dans la tente. Avec des températures autour de zéro la nuit ce n'était évidement pas idéal. Après avoir tenté, chacune notre tour, pendant quasi deux heures, de la réparer nous passons en mode McGiver pour créer un système de fermeture avec de la ficelle. Ce n'était pas notre meilleure nuit de sommeil mais peu importe nous sommes au taquet pour le 2e jour du trek dès 6h30 du matin!

--------------

Nay: We were totally gutted when for the first time in 4 months we set up a broken tent. The zip to one of the inside doors simply wouldn't close creating a cold draft. At night the temperatures reach zero °c so we spent a couple of hours trying to fix it. When we finally accepted that it was well and truly broken we used some string to close the door the best we could. Clearly it wasn't our best nights sleep but no matter. At 6:30am we were up and ready to set off for day 2!

Le campement de notre 1ère nuit (les sacs sont dans les arbres pour éviter que nos repas soient grignotés par les souris)

Marie : Petit réveil musculaire avant la première difficulté du jour : nous commençons par longer une jolie lagune au soleil levant, escaladons quelques rochers pour arriver à la tyrolienne (ah oui, on vous avait pas dit, on a dû louer un équipement d'escalade!). Pas de soucis en théorie, on enfile nos baudriers, Etienne se lance, grimace un peu mais réussit comme un chef. Irène relève le défi non sans difficulté alors que Nay, on peut le dire, galère un max, j'ai même cru à un moment qu'elle allait rester coincée et se mettre à pleurer! Mise à part la perte de mon cache d'appareil photo (Audrey dédicace!), je passe sans trop de problèmes de l'autre côté. Nous voyons le glacier qui s'étend, magnifique, devant nous mais il faut maintenant le traverser. Pas facile d'avancer dans un pierrier d'autant plus que le chemin n'est pas ou peu balisé. Nous avons même le bonheur de faire quelques pas sur ce géant de glace avant de partir à la conquête du Paso Viento et de découvrir notre vie post SPIF (South Patagonian Ice Field, champ de glace sud patagonien).

----------------------

Marie: The day started off with us walking alongside a lake whilst watching the sun rise before climbing a few rocks and arriving at the first zipline. Oh did we forget to mention that we had to hire some climbing equipment for the trek? In theory the crossing should be no problem, we pulled on our harnesses and sent Étienne across first. With barely a wince he pulled himself across and Irène followed struggling a bit towards the end. Nay however got stuck two thirds of the way across and for a second I thought she was going to cry! I managed to get across ok but lost my camera cover in the process. We now had a magnificent view of the glaciar before us, the question was just how to get across it? The rocky path wasn't easy to follow but we made it down to the base of the glaciar where we were able to cross the remaining couple of hundred meters. Our next challenge was the Paso Viento (Wind Passage) and the South Patagonian Ice Field ...

Tyrolienne au dessus de la rivière pour se réveiller de bon matin
On se sent si petites face à l'immensité des paysages que nous traversons
Le glacier et, au fond à droite, la vallée, traversés depuis la veille
On monte, jusqu'au Paso Viento, un peu dans la douleur, mais on s'accroche

Nay: Afin d'arriver en haut du Paso Viento (Col du Vent) nous devons grimper/galérer pendant un petit moment mais il suffisait simplement de tourner la tête à tout moment pour voir le magnifique glacier derrière nous et d'avancer avec le sourire ou alors de rigoler, dans la douleur, quand Étienne prononçait sa phrase culte "c'est dur pour tout le monde!". Une fois arrivés au col nous avons une vue quasi indescriptible: à notre gauche l'énorme glacier Viedma et à notre droite le champ de glace sud patagonien. On se sent tellement petits, entourés de toute cette glace à perte de vue. Le SPIF est quand même la 3e masse de glace la plus grande au monde après l'Antarctique et le Groenland! Je suis tellement bluffée, je n'ai jamais vue une chose pareille! Mes émotions prennent le dessus et j'annonce à tout le monde que nos vies vont désormais changer, qu'il y aura un avant et après le SPIF ! Malheureusement pour moi les premiers instants d'après SPIF ne se passent pas très bien!!

---------------

Nay: In order to reach the top of the Paso Viento (Wind Pass) we had a fairly steep and difficult climb but all we had to do for motivation was turn our heads to the right and enjoy an amazing view of the glaciar. Étienne also made us all laugh when he used his new catch phrase "It's tough for everyone" anytime someone moaned. The view at the top is almost impossible to describe : to the left the impressive Viedma Glaciar and to the right the South Patagonian Ice Field. We all felt pretty small and insignificent with surronded by so much ice! The SPIF is in fact the 3rd biggest block of ice in the world after Antartica and Greenland. I was so overwhelmed by it all that I got a bit carried away telling the others that this would be a changing point in our lives, that there would be a before and after SPIF! Unfortunately the first couple of minutes right after the SPIF turned out to be a nightmare for me !

Tout simplement ébahies devant un tel spectacle
Le SPIF (champ de glace sud patagonien), rien à ajouter
Heureusement que nous avons la carte, étant donné que le chemin n'est pas balisé
On est heureuses, et ça se voit !

Marie: Nous galérons à trouver le chemin mais finalement nous comprenons que nous n'avons pas le choix, il va falloir descendre tout droit dans la neige (jusqu'aux genoux à certains endroits quand même). Notre peine est allégée quand nous levons la tête non seulement pour admirer la vue mais aussi le spectacle de Bambi apprenant à marcher ... En effet, Nay, déjà pas à l'aise en descente alors imaginez en descente enneigée, ne semble pas savoir comment poser ses pieds pour avancer. Le tout accompagné de "heureusement que ma mère ne voit pas ça". Mais rassurez-vous, tout est bien qui finit bien, nous arrivons sains et saufs au camping où il y a même un petit refuge (4 planches de bois et 1 toit en tôle) qui nous attend pour se réchauffer autour de notre classique diner, bouillon de pâtes.

-----------

Marie: We struggled to find the trail leading down the other side of the moutain but in the end we simply worked out that we had to head pretty much straight down in the snow (knee height in parts). It was made a lot easier by lifting one's head to enjoy the view and equally by watching Bambi learn to walk on snow! Indeed Nay hates walking downhill on a normal day but straight down and in the snow made for quite a show. It seemed she simply didn't know where to put her feet without slipping! Every other step she exclaimed "thank god my Mum can't see me right now!". All's well that ends well though, there was even a small shelter (4 planks of wood and a metal roof) at the campsite for us to enjoy our traditionnal meal of pasta soup!

Bambi n'est pas au top ...
On apporte quelques améliorations à notre super tente

Nay: Pour notre deuxième nuit nous apportons quelques améliorations à notre système de fermeture mais cela ne nous empêche pas de mal dormir pensant que la tente allait s'écrouler à tout moment tellement le vent soufflait fort. Peu importe, on se lève tôt de nouveau et sommes le premier groupe à partir pour profiter de cette troisième journée de marche encore une fois sous le soleil, on ne cesse de se le répéter, on a beaucoup de chance! On longe le glacier Viedma qui est encore plus joli de près et nous nous rapprochons du Cerro Huemul que nous allons devoir gravir un peu plus tard. En fin de matinée le vent se lève et certaines rafales doivent bien souffler à près de 100 km/h. Il est parfois difficile de ne pas se laisser emporter quelques mètres à droite ou à gauche du chemin, cela vous donne une idée de sa force! Mais en fin de compte ce vent tombe plutôt bien car il est dans notre dos et nous avons une belle montée face à nous! Sans vent je pense que nous aurions mis une petite heure à grimper en haut du Cerro Huemul. Avec le vent dans notre dos il ne nous a fallu que 20 minutes! La sensation était incroyable, nos jambes ne faisait rien, le vent tout, on avait juste a regardé où on posait les pieds! Seul bémol, quand la direction du vent changait: à une ou deux reprises Irène, Marie et moi nous sommes jetées par terre pour ne pas se laisser emporter par le vent dans une autre direction (vers les falaises quoi!). Bref, encore une expérience inoubliable. Sans parler de ce qui nous attendais en haut...

--------

Nay: For the 2nd night in our boken tent we managed to slightly improve our system for closing the door but sadly it didn't stop us from sleeping badly as the wind was so strong we kept thinking the tent was going to collapse. No matter, we were up early and the first group off walking with the sun shining yet again, we kept telling ourselves just how lucky we were! We started walking along side the Viedma Glaciar which was even more beautiful up close, ever getting nearer to the Mt. Huemul that we would have to climb later. By late morning the wind was starting to get pretty strong, some gusts must have been around 100km/h as we were often knocked off the path a couple of meters left or right (with all our body weight not to mention our huge backpacks!). In the end the timing was perfect as we had arrived at the base of Mt.Huemul with the wind behind us. Without the wind I think the climb would have taken us a good hour, with the wind behind us we quite literally flew up in 20 minutes. I've never seen anything like it! Our legs didn't do a thing, the wind propulsed us upwards, all we had to do was look were we put our feet! The only difficulty was when the wind changed direction. More than once Irène, Marie and myself threw ourlseves on the ground to avoid being pushed in another direction (towards the cliffs...). It was a truly amazing experience and we've not yet mentionned the view at the top!

Pendant toute la montée, il nous suffisait de nous retourner pour admirer le glacier et le champ de glace

Marie: La vue au sommet valait à elle seule tous les efforts réalisés jusque là. Dans notre dos le glacier Viedma et le champ de glace sud patagonien et face à nous l'immensité du lac Viedma avec en premier plan une forêt d'arbustes ayant revêtu ses couleurs d'automne! Le spectacle était tellement magnifique que nous sommes restés de longues minutes à contempler ce paysage merveilleux, les larmes nous montons aux yeux. Un petit pic-nic (avec 2 desserts pour Etienne) pour nous remettre de nos émotions et nous avons attaqué la grande descente. Irène s'est illustrée en tant que guide, con mucha experiencia, et Bambi a fait son retour. Mais qu'importe puisque nous n'étions pas au bout de nos surprises ... Nous découvrons d'énormes icebergs bleu glacier face à nous dans le lac. Encore quelques kilomètres et nous arrivons au premier puis au second camping au pas de course pour avoir un bon emplacement. Mais tout ne va pas se passer comme prévu !

---------

Marie: The view at the top made every effort so far more than worth it. We left behind us the Glaciar and SPIF and arrived in front of the immense Viedma lake. Add to that the fact that the entire forest on the other slope was showing off it's fresh autumn colours, we simply stood in awe, with tears in our eyes, enjoying the view. After a quick lunch we now had to attack a vicious descent. Irène took the lead as our guide (she was the only one that filled in the form at the park entrance saying she was experienced) and Bambi quickly reappeared! Thankfully the awesome view, this time crystal blue icebergs in the lake below us, made the path alot easier and we arrived fairly quickly at our campsite for the night. However the excitment of the day was not yet over..

Face à nous le lac Viedma et ses icebergs
Toujours quelques acrobaties nécessaires pour avancer

Nay: C'est le moins qu'on puisse dire ! Il est 16h passées et 5 groupes sont arrivés avant nous au camping. Sur les 5 tentes déjà montées, 3 sont déjà cassées à cause des rafales de vent. Il faut dire que ça souffle vraiment fort et on voit que les deux tentes qui tiennent encore sont mises à rude épreuve. Avec Marie nous savons d'avance que notre tente ne tiendra jamais débout avec ce temps. Étienne et Irène proposent de nous accueillir dans leur tente pour la nuit mais pendant que nous cherchons un emplacement à l'abri du vent, les deux autres tentes cassent, les arceaux passant carrément à travers la toile. Rester ici n'est clairement pas une option. Mais que faire ? Retourner au premier camping pour voir s'il est plus à l'abri ? Continuer sans savoir si nous trouverons mieux ? Ou enfin pousser jusqu'à El Chaltén (encore 24km) avec les lampes frontales? Beaucoup n'ont pas le choix vu que leurs tentes sont cassées. Du coup, nous décidons d'avancer avec eux, mieux vaut rester en groupe vu les conditions. On mange un bout afin de faire le plein d'énergie et nous nous mettons en route.

----------

Nay: Indeed, we arrived at the campsite at 4pm with 5 groups already on site. Out of their 5 tents 3 had already broken with the strong winds. The 2 tents still standing were taking a proper beating and Marie and I quickly acknowledged that our sh**ty tent would never hold up in this weather. Étienne and Irène kindly offer to put us up for the night but while we were looking for a spot out of the wind the 2 remaining tents also broke, the poles going right threw the canvas. Staying in this campsite was therefore no longer an option. But what to do? Walk a few km back to another campsite with no gurantee the wind protection will be any better? Keep walking until we find a better spot? Head all the way back to El Chaltén (another 24km) with our head lights? The groups before us had little choice given the states of their tents so we decided to stick all together and keep walking. We grabbed some food to keep us awake and energised then headed off once again...

Impossible de cuisiner avec des rafales de vent si fortes 

Marie: Nous nous mettons en route vers 17h30, il nous reste environ 3h de luminosité avant de commencer à marcher éclairés par nos lampes frontales. Et pour couronner le tout, le vent n'a pas faibli et la pluie a fait son apparition. Nous marchons en file indienne, la tête rentrée dans les épaules, chacun dans nos pensées. Nous nous perdons un peu (pour rappel, le chemin n'est pas balisé) et Irène et moi commençons à entonner les paroles de notre large répertoire de chansons françaises pour faire passer le temps. Finalement, le soleil décline puis se couche. Nous commençons à peine à marcher dans la nuit lorsqu'Etienne remarque un emplacement bien abrité. Effectivement, il n'y a plus de vent. Nous abandonnons nos camarades d'aventure pour monter la tente et espérer dormir un peu. A 4, installés tête-bèche, dans une tente de 3, on est bien serrés mais au moins on est au chaud et à l'abri. Mais la Patagonie nous réserve tellement de surprises qu'une nouvelle fois nous allons passer une nuit animée ...

-------

Marie: We were off again at 5:30pm with only a few hours of daylight ahead of us. The wind hadn't calmed down and to make things worst the rain had joined it! We got slightly lost (don't forget there are no paths or signposts!) but Irène and I started to sing to keep ourselves motivated! Just as night arrived and we started walking with our headlamps Étienne found us a spot out of the wind, hallelujah! We said goodbye to the guys we'd been walking with and set up camp. The 4 of us squeezed into a tent for 3 people (sleeping head to toe!) but at least we were out of the wind and the rain. Sadly Patagonia had decided that we still hadn't had enough surprises for today...

Notre campement (nuit 3) au petit matin 

Nay: Avant de nous endormir nous finissons la liqueur de calafate que Juliette nous a gentiment laissé et mangeons un petit carré de chocolat. Mais nous ne sommes pas les seuls à profiter d'un bon repas! En effet j'entends des bruits d'animaux dehors mais lorsque je demande aux autres s'ils entendent ils ne réagissent pas trop. Je me dis que je me fais peut être des films et j'essaie de dormir. A 6h du matin par contre Irène bondit (difficile dans une tente à 4!) vers la porte car elle a entendu des souris. Pas de doute cette fois-ci ! "Les petites connasses" (tel qu'Irène les appelera désormais) ont mangé toutes nos poubelles et ont fait des trous dans les sacs de Marie et d'Irène. Étienne (quel homme!) sort de la tente pour accrocher nos sacs dans l'arbre (les souris ne savent pas grimper apparemment) afin d'éviter qu'elles accèdent à notre petit déjeuner. Mais je dois quand même ressortir une demi-heure plus tard car les "connasses" sont revenues pour finir les miettes de poubelle. Tout est bien qui finit bien car au réveil il n'y a plus de souris, plus de pluie mais juste une magnifique vue sur le lac avec le soleil qui brille :)

---------

Nay: Once inside the tent we drank the last of the Calafate liquor that Juliette had left us and enjoyed some chocolate but we weren't the only ones making the most of a good meal! Indeed before going to sleep I asked the others if they too could hear animal noises but no one really reacted so I assumed I was making a fuss over nothing and tried to go to sleep. At 6am Irène awoke with a start and looking out the window confirmed my fears : the mice had been at our food! Thankfully the "little bitches" (as Irène called them) had only got our rubbish and a chunk of Marie and Irène's bags. Étienne kindly got out to hang our bags from the trees (apparently mice can't climb!) but I had to go out again half an hour later when the "bitches" came back for the remainder of our rubbish! All's well that ends well though because when we finally got up the mice had disappeared along with the rain and we had a spectacular view of the lake to enjoy during our porridge breakfast!

On savoure notre petit dej, au soleil, face au lac !

Marie : On savoure notre petit dej, réchauffés par les rayons du soleil et face à ce paysage magnifique. Il ne nous reste que quelques kilomètres, peut-être une quinzaine, avant de regagner El Chalten. Seule difficulté du jour, le 2e passage de tyrolienne, plus long mais plus facile puisqu'en descente. Tout le monde s'en sort haut la main sauf Irène qui finit "comme un pantin désarticulé" sous les moqueries d'Etienne et Nay, bloquée par la corde. Nous savourons ce soleil qui nous dore la peau au milieu de ce décor de rêve. Et pour finir en beauté, nous nous lançons à travers champs pour partir à la conquête d'une vue sur le Fitz Roy. Et nous allons être récompensés ! Non seulement le Fitz Roy se dresse majestueux devant nous mais également la Torre, les deux sommets emblématiques d'El Chalten sont à portée d'objectif ! Fin du Huemul, on l'a fait et on est fiers de nous. Pour nous récompenser, nous filons à La Viniera profiter du Happy Hour. C'est, bien alcoolisés, que nous finirons de nouveau au resto pour déguster une gigantesque parilla de bœuf, agneau, poulet, saucisse ... Repues et ravies, nous quittons nos amis Etienne et Irène (que nous retrouverons à Buenos Aires) pour foncer vers le Nord à bord de notre premier bus de nuit argentin.

---------

Marie: What a wonderful breakfast soaking up the sun and enjoying the view! Only a few kilometers left, well at least 15, to El Chaltén. The only technical difficulty of the last day was anther zip line, longer this time but on a down hill slant so in theory a lot easier. Everyone crossed easily except for Irène who managed to get the robe stuck much to the amusement of Étienne and Nay. The rest of the hike was a joy, the sun was at it's strongest for days and we took a "short cut" across some fields that gave us an awesome view of the Fitz Roy and Torres. We did it, we completed the Huemul trek and are pretty proud of ourselves! When we arrived in the town we headed striaght for the pub as it was Happy Hour ! After a few too many drinks and a sobering shower we went out for a delicious "parilla" (meat platter with beef, chicken, lamb and more!). Stuffed, tipsy and exhausted we said goodbye to Étienne and Irène, who's paths we will cross again in Buenos Aires and jumped onto our first Argentinian night bus.

Randonneurs désormais expermintés!
Passage de tyrolienne : check !
Dernier jour pour profiter de ces paysages de rêve sous le ciel bleu
Le Cerro Torre (à gauche) et le Fitz Roy (à droite), les deux sommets emblématiaues d'El Chalten
On en profite pour faire des photos "carte-postale"
On a même vu un armadillo
Aprem à l'apéro et soirée parilla pour fêter nos exploits