Carnet de voyage

Le voyage de Marie et Lou

78 étapes
158 commentaires
99 abonnés
Dernière étape postée il y a 38 jours
Vous voulez suivre nos aventures à travers l'Amérique ? C'est par ici ! Marie et Louise
Du 13 septembre 2018 au 2 juillet 2019
293 jours
Partager ce carnet de voyage
11
juil
11
juil
Publié le 16 juillet 2019

À ceux qui en doutaient, nous voilà rentrées... Pas complètement en fait ! Pour ce qui est du corps oui, mais pour l'esprit il faudra un peu plus de temps ! On ne réalise pas encore qu'on va pouvoir poser notre sac pour un long moment et retrouver un chez soi. Même si on a réussi à se sentir chez nous dans beaucoup d'endroits.

Il faudra aussi du temps pour attérir et réaliser tout ce que cette aventure nous aura apportées. Mais pour l'instant, voici ce qu'on peut en dire. D'abord on a compris que ce rêve de voyage était possible, et que ce n'était pas si improbable que ça de le réaliser. Ce qui nous assure que beaucoup d'autres rêves peuvent l'être également, à partir du moment où l'on se lance. Alors foncez !

Deuxièmement, ce voyage nous a enseignées un peu plus de tolérance et d'ouverture d'esprit. On était ailleurs, on a cotoyé d'autres cultures, d'autres langues, d'autres réalités que le quotidien d'un français (ce qui nous a fait aussi voir que même si tout n'est pas rose dans notre pays, on a de la chance d'y vivre), ce qui a pu être dépaysant et pourtant on ne s'est pas senties à des années lumières de ces personnes. On a partagé un sourire, un repas, un taxi, une blague, une pensée... S'il a fallu traverser des frontières pour les rencontrer, elles n'étaient que terrestres ! Alors prenons un peu de hauteur dans nos vies et relativisons. On va essayer de se souvenir de tout ça quand la routine aura repris le dessus...

On a pris aussi conscience de la beauté de notre terre. En ces 10 mois à parcourir le continent américain, nous avons vu des paysages magnifiques, des lieux incroyables. Une vraie claque ! On pourrait par exemple citer le Macchu Picchu, le glacier Pastoruri, le Perito Moreno, le Salar d'Uyuni, le Fitz Roy, le lac Louise, le volcan Turrialba et tant d'autres encore. Pourtant, tout cela est fragile et on s'en est bien rendues compte.

Ce voyage a confirmé qu'il fallait avoir confiance et oser. En 10 mois de voyage nous ne nous sommes jamais senties en insécurité même si on veillait aussi à ne pas s'engager dans des situations trop périlleuses. A chaque fois qu'une situation un peu galère nous tombait dessus, il y a toujours eu un petit quelque chose qui nous a sorti de la panade. Par exemple la fois où on s'est retrouvées dans un petit village du Pérou et qu'il n'y avait aucun véhicule pour nous ramener, un touk touk a fini par apparaître. Quand Louise s'est fait voler, la chance dans ce malheur a été de retrouver ses papiers...

Ce voyage nous a aussi fait grandir. En l'ayant fait, on prend conscience que si on est capable de se débrouiller seules à l'autre bout du monde, s'est qu'on peut aussi se débrouiller dans notre vie d'adulte et faire de nombreuses choses. Une bonne dose de confiance en soi en plus, c'est pas désagréable !

Et pour finir, ce voyage nous a montré une belle humanité. Chaque pays où l'on est passées, on a rencontré des chouettes personnes. Des personnes qui nous ont aidées, avec qui on a partagé des bons moments, des personnes qui nous on accueillies chez elles... On pense à Liliana, Pierre, Pedro, Claire et Francesca, Luís, Hélène et Franck, Ingrid, Pancho, José et leur famille, Laura, Leslie et Adrien, Mark, Annabelle, Glenn, Jacqueline, Tam et Hannah, Lily, Kennedy et sa famille, Ludivine et Umit, Nicola et Jean-François, Bruno et Lyne ou encore Christine et Thierry. Alors merci à eux d'avoir embelli notre voyage. C'était le fun (dédicace à nos québecois adorés).

Merci à nos visiteurs qui sont venus partager un petit bout de cette expérience avec nous : Gilles, Patricia, Nathalie, Gauthier, Jean-Baptiste, Sophie, Emilie, Clément, Simon et Marion.

Merci aussi à vous qui avez suivi notre périple. Mention spéciale à Anne, Romain et Bénédicte pour leurs nombreux commentaires ! On a adoré.

Bref. Un grand merci pour vos encouragements et votre soutien avant et pendant ce périple. On a hâte de vous revoir. A très vite !!!


Marie et Louise

10
juil
10
juil
Publié le 10 juillet 2019

Holà !


Voici notre dernière vidéo de pays : Cuba. Une très belle découverte avec ses couleurs, ses plages, le soleil, l'ambiance festive des Caraïbes ...

On espère que vous apprécierez ces quelques images et on vous dit à très vite !


Marie et Louise

3
juil
3
juil
Publié le 10 juillet 2019

Pour nous, le voyage n'est pas encore terminé. Il nous reste une semaine à Cuba puisque notre avion pour un retour en France est prévu le mercredi 10 juillet. N'étant pas encore complètement fauchées, on a décidé de clôturer cette belle aventure avec un peu de luxe. On s'est réservées une semaine dans la station balnéaire de Varadero dans un hôtel avec la formule tout inclus. Comme son nom l'indique, une fois la réservation payée, nous avions juste à passer nos journées en maillot de bain à siroter des cocktails et à parfaire notre bronzage avant de rentrer en France !

On vous avoue que c'est assez déroutant au début. Prendre l'habitude de ne pas débarrasser sa place, de se faire servir, qu'on vous fasse votre lit... Mais on vous rassure, on a réussi à s'y adapter et on a pris le pli!

Nos journées sont assez simples. Le matin nous allons au buffet pour petit déjeuner. Ensuite on se garde la fin de matinée pour dessiner, lire, écrire les articles en retard... faire nos petites affaires quoi. Puis, on grignote un petit quelque chose avant d'aller profiter de la plage qui se situe au pied de l'hôtel. On a aussi testé la piscine, mais ça ne vaut pas le sable blanc et l'eau turquoise ! Alors on n'a pas réitéré. En fin de soirée, on rentre prendre une douche avant de ressortir pour diner au buffet ou dans l'un des 4 quatre restaurants de l'hôtel que l'on peut réserver (on a testé le japonais, comme si on avait pas assez mangé de riz pendant ce voyage ! ^^). Puis chaque soir, l'hôtel propose un spectacle (danse aquatique, danse cubaine, soirée Mickael Jackson, magie...). Bref... on n'est pas malheureuses !

Le Memories Hôtel
Plage
Shows du soir

Comme toute bonne chose à une fin, il est temps pour nous de rentrer. Un taxi nous emmène mercredi à l'aéroport de la Havane où nous décollerons en fin d'après-midi... Ça y est... nous sommes arrivées au bout de cette belle aventure ! On ne réalise pas encore vraiment...

Au revoir Cuba...
30
juin
30
juin
Publié le 9 juillet 2019

Dimanche, ce fût notre retour vers la Havane dans un taxi confortable et climatisé. Nous sommes arrivés dans la nouvelle casa située dans la quartier Vedado. Il est plus loin du quartier historique mais il est aussi plus calme. Nous avons passé le reste de la journée à nous promener dans le quartier du Vieux Havane où nous étions allés avec les parents le soir de leur arrivée...

Le Vieux Havane et l'avenue Malecón

Le lendemain, nous sommes allés profiter de la mer des Caraïbes une dernière fois avant le retour en France de mes parents. Nous avons pris un taxi pour nous rendre à la plage Santa Maria, située à une vingtaine de minutes de La Havane. Nous y avons passé la journée. Le principe est simple, on te demande de payer quelques CUC pour les transats et le parasol. Régulièrement, des vendeurs passent entre les rangées pour te proposer boissons, nourriture, chapeaux... Vous n'avez alors qu'à profiter et alterner entre petite sieste et baignade dans une eau turquoise et chaude. On adore !

Après une bonne douche (et de la crème après-soleil !), nous sommes allés diner dans un restaurant situé dans notre quartier. On s'est offert un dernier cocktail et de la langouste pour trinquer à cette dernière soirée cubaine.

Playa Santa Maria
Dernière soirée!

Voici le dernier jour à Cuba pour mes parents. Leur avion ne décollant que dans la soirée, nous avions la journée pour profiter de nos derniers moments ensemble. Nous avons commencé par emmener nos bagages dans la casa particular où nous devions dormir avec Louise le soir. Nous sommes retournés dans la toute première casa où nous avions logé lors de notre arrivée avec Louise. C'était un coup de coeur, chez José et Maria-Helena

Après ça, nous avons pris le bus tour qui nous a promenés dans une bonne partie de La Havane, comme la place de la Révolution, la place centrale, le Capitole, le cimetière Colón ... Nous sommes descendus à la fería. Il s'agit d'un grand marché artisanal. C'est l'endroit idéal pour faire ses achats souvenirs. Ici se concentrent tous les produits artisanaux qu'on a pu voir dans les différentes échoppes vues durant notre périple.

Puis nous sommes retournés errer dans les vieilles rues avant de rentrer préparer les sacs et prendre une bonne douche avant de se diriger vers l'aéroport.

Dernier tour dans La Havane
À dans une semaine !
28
juin
28
juin

Le vendredi 27 juin, nous sommes arrivés à Trinidad. Pour l'Histoire, Trinidad fut établie le 28 décembre 1514 sous le nom de Manzanilla après la découverte d'or et d'une population indigène déjà bien organisée par le conquistador espagnol Diego Velázquez. Trinidad est alors la troisième colonie espagnole de Cuba. La ville s'enrichit grâce au commerce de la contrebande et de la production sucrière avec l'exploitation des esclaves. Mais au milieu du XIXe siècle, l'économie commence à décliner suite à des crises sociales et politiques, ainsi qu'à l'épuisement des ressources minières et agricoles. Il faudra attendre 1919 puis 1950, pour que Trinidad sorte de son déclin et donc de son isolement avec la construction de voies de communication (voie ferrée puis axes routiers). Toutefois ce mal et ce retrait eu pour conséquence de préserver l'architecture coloniale. Ce qui valu à la ville d'être inscrite au Patrimoine de l'humanité par l'UNESCO en 1988. Et ainsi de renaitre en attirant de nombreux touristes comme nous ! La meilleure manière pour découvrir Trinidad est de se perdre dans ses rues pavées, ce que nous avons fait le vendredi après-midi.


Centre de Trinidad

Le samedi, nous sommes partis pour la journée à la découverte de Cayo Blanco. C'est une île de 2 kms de long où vivent des iguanes, et dont la moitié est occupée par une longue plage de sable. Pour s'y rendre il nous a fallu 1h30 en catamaran. Avant de nous débarquer sur l'île, le capitaine l'a contournée afin d'aller jeter l'ancre le long de la barrière de corail pour y faire du snorkeling. Ce fût plus sportif qu'à Playa larga car nous n'avions pas vraiment une mer d'huile comme la dernière fois... Elle était plutôt agitée et on était plus concentrés à enlever l'eau dans le tuba et ne pas dériver trop loin du bateau que regarder les petits poissons. Après ce bain rafraichissant on a mangé sous une sorte de carbet où iguanes et bernard l'ermitte attendaient nos restes. Nous avions une partie de l'après-midi pour profiter de la plage avant de rentrer en catamaran vers Trinidad.


Cayo Blanco

C'est aussi le soir qu'on peut le mieux profiter de Trinidad avec ses nombreux restaurants où l'on peut apprécier un morceau de poisson souvent accompagné de riz et de légumes au son de la musique cubaine...

Le soir...
Hasta Pronto !
26
juin

Un taxi collectivo est venu nous chercher à notre casa pour nous rendre vers Playa Larga. Pour s'y rendre, il fallait repasser par La Havane. Nous avons eu un super trafic confortable et climatisé jusqu'à la Havane, que nous avons partagé avec trois suisses. Puis, un taxi plus classique nous a emmenés jusqu'à Playa Larga. Compter environ plus de 4h de transport. Playa Larga est un petit village situé au fond de la célèbre baie des Cochons. Lieu où les soldats cubains ont combattuent pour empêcher les mercenaires américains d'envahir l'île en avril 1961. Mais outre son histoire, Playa Larga est un endroit intéressant pour la plongée sous-marine.

Une fois posés à notre casa, nous avons enfilé nos maillots de bains pour passer le reste de la journée à la plage. Le soir en ressortant, nous avons demandé notre chemin à un cubain qui se trouvait être expatrié en France durant plusieurs mois de l'année. Parlant très bien français, il nous a proposés de venir manger à son restaurant pour nous faire goûter du crabe, de la langouste et du crocodile, avec possibilité d'apprendre la salsa et prix spécial pour nous... Pourquoi pas ! Après avoir trouvé la banque, nous nous sommes dirigés vers la direction qu'il nous avait indiquée. Une fois sur place, nous fûmes surpris et un peu plus sur la réserve. Ce n'était pas vraiment un restaurant mais son habitation, nous étions les seuls et notre venue semblait plus improvisée qu'autre chose. Contre toute attente, il a tenu parole ! Pendant qu'on apprenait quelques pas de salsa, son amie nous cuisina du crabe, de la langouste et du crocodile. On s'est régalé et on a passé une bonne soirée.

Plage à Playa Larga
Petit déjeuner

Jeudi matin, un taxi nous a emmenés à environ 17 kms de Playa Larga pour aller faire du snorkeling. Il nous a déposé au niveau de la cueva de los Peces. Il s'agit d'une piscine naturelle d'environ 10 m de large, 25 m de long et surtout 70 m de profondeur. Mais avant d'aller s'y baigner nous avons loué masques, tubas et palmes et sommes allés dans la mer de l'autre côté de la route. Et là c'était magique. On a vu plein de poissons avec leurs couleurs vives, parfois nageant au milieu de nous. Après deux heures à nager avec les poissons dans une eau translucide, nous sommes allés nager dans la cueva de los peces. Une sensation un peu étrange quand on sait qu'il y a 70 m au-dessous de nos pieds dont on ne voit rien...

En début d'après-midi le taxi nous a ramenés à notre casa. Nous sommes allés manger un bout. C'est alors qu'un orage a éclaté innondant les rues. Un vrai déluge. Notre après-midi plage sera un peu retardé. Quelle vie difficile !

Snorkeling
La cueva de los peses
Un bon orage...
Direction la plage

Vendredi matin, nous avons continué notre périple vers Trinidad.

Direction Trinidad
23
juin

Dimanche 23 juin, nous nous sommes levés de bon matin. Notre collectivo est venu nous chercher pour nous emmener à Viñales. Là, on ne parle plus des taxis collectivos que l'on avait l'habitude de prendre en Amérique du Sud, ici c'est une vielle voiture de collection qui est passée nous prendre, ça a son petit charme. Nous avons parcouru quelques rues de la Havane pour remplir le collectivo et c'est à 8 touristes que nous sommes partis, et que des français qui plus est !

Sur la route nous avons fait une pause dans une ferme de plantation de tabac située à seulement une trentaine de kilomètres de Viñales. Cette région, la Vuelta Abajo (que l'on appelle aussi triangle du tabac), est un territoire privilégié où se trouvent les meilleures terres à tabac de Cuba. On nous explique que la plantation du tabac s'effectue à partir de fin septembre ou courant octobre et que la récolte a lieu 3 mois plus tard. Les feuilles sont cueillies à la main et classées par catégories : les feuilles hautes (qui contiennent plus de nicotine car elles ont reçu plus de soleil), les feuilles du milieu et les feuilles basses. Les feuilles sont ensuite suspendues pour le séchage pendant 2 à 3 mois avant de leur retirer la veinure centrale (partie où se situe 60 à 70% de la nicotine). Après que les feuilles aient séchées, elles sont cassables, on les place alors dans des ballots en feuilles de palmier pour la fermentation qui dure environ 1 mois. À la suite de cela, l'agriculteur donne 90% de sa production à l'État, qui envoie les feuilles dans les usines pour la conception des cigares. Un cigare est composé en 3 parties : la tripe (le mélange intérieur), la sous-cape et la cape. Après toutes ces explications, nous avons eu la possibilité de tester le fameux cigare en ayant aussi le droit à un cours sur le maintien (différent si l'on est un homme ou une femme), l'allumage et l'inhalation.

Nous avons repris la route pour arriver vers Viñales en début d'après-midi. Une fois bien installés dans notre casa particular, nous sommes allés flaner dans l'artère principale du village avant de nous poser, terrassés par la chaleur. Le soir, nous avons pris un mojito sur la terrasse avant notre gargentuesque repas, préparé par notre hôte ; du poisson pour les uns et des langoustes pour les autres, un vrai régal !


Départ vers Viñales
Arrêt à une plantation de tabac
Mojito sur la terrasse

Le lundi, nous sommes partis en excursion à la journée et cette fois-ci, c'est une calèche qui est venue nous chercher (on vous laisse deviner le thème de la journée). Après avoir fait le tour du village pour la remplir, on nous a emenés visiter une ferme à tabac, encore une. Il faut dire qu'on est dans la région et comme c'était compris dans le tour, nous ne nous sommes pas fait prier. Malheureusement, nous n'en n'avons pas appris plus, pire encore, certaines informations se contradisaient avec celles de la veille, de quoi nous rendre chèvre ! Une fois la visite et la dégustation terminée, nous sommes allés près de nos guides qui nous ont attribués une monture pour la journée. Une fois nos canassons (plus ou moins) apprivoisés, nous sommes partis en balade au coeur de la vallée de Viñales. Nous avons pu voir les mogotes, d'impressionnants pains de sucre. Selon une légende, ils seraient les piliers d'une gigantesque grotte qui se serait effondrée après l'éternuement d'un dinausaure ! Légende ou pas, le spectacle est magnifique à voir. Au fil de la randonnée, nous avons aussi croisé des charrues à boeufs, "el tractor natural" comme ils aiment l'appeler. En effet, la vallée de Viñales est classée au patrimoine mondial de l'UNESCO et pour la préserver, les attelages et les charrues sont encore utilisées pour éviter que les machines n'interviennent. Au bout d'une bonne heure, nous avons pu faire une pause. On a pu profiter d'un lac pour aller nous baigner puis nous avons repris les sentiers de campagne, où nous avons fait une deuxième pause un peu plus loin pour une explication de la fabrication artisanale du miel, du café et du rhum. Nous sommes rentrés en fin de journée au village et nous sommes retournés à la casa nous poser un peu.

Sur les bons conseils d'un de nos coéquipiers de la balade à cheval du matin, le soir nous sommes allés au centre culturel de Viñales. Situé en plein coeur de la place centrale, il accueille une scène où musiciens et danseurs se produisent. Les locaux se déhanchaient sur la piste tandis que les touristes regardaient, impressionnés, leur aisance naturelle. Au fur et à mesure, les habitués allaient chercher les touristes pour leur apprendre quelques pas, un échange très sympa. Marie a même pu danser un peu la salsa et le cha-cha-cha.

Le mardi, Gilles, Patricia et Louise sont allés à la plage Cayo Jutias se dorer la pillule. Il s'agit d'une presqu'île sauvage de 4 km de sable blanc à plusieurs kilomètres de Viñales, pendant que Marie reposait ses petits intestins fragiles sous la bienveillance de la propriétaire de la casa.



Excursion à cheval
Arrêt dans une exploitation (café, rhum et miel)
Soirée musique cubaine
Hasta luego
19
juin

Ça y est, nous y sommes. Dernier mois, dernier pays de cette belle aventure. Et pour finir en beauté, c'est Cuba que nous avons choisi, histoire de profiter du soleil et de la plage avant de rentrer. C'est Lyne qui nous a emmenées à l'aéroport. Et comme souvent, c'est toujours avec un pincement au coeur que l'on dit au revoir à toutes ces belles personnes rencontrées durant ce voyage car on a conscience que si l'on en reverra certaines il est probable que nous n'en recroisions pas d'autres...

Après une escale à Mexico et un tampon de plus sur notre passeport, nous sommes arrivées à la Havane vers 22h30. Le temps de récupérer nos valises, moins une protection de sac à dos et de prendre un taxi, nous sommes arrivées dans notre logement. Nous avons réservé trois nuits dans une "casa particular". Il s'agit de cubains qui louent une chambre dans leur maison pour les voyageurs avec possibilité de se faire servir un petit déjeuner. Ici il est bien complet : café, fruits, jus de fruits, pain, omelette, jambon, fromage, beurre et petite douceur. De quoi bien commencer la journée !

Jeudi 20 juin, nous avons marché jusqu'au vieux Havane par le bord de mer. Il a d'abord fallu se tartiner de crème solaire et trouver de l'eau en bouteille. Ce qui n'est pas une mince affaire quand on voit les files d'attente pour acheter dans les petites échoppes...

En premier, on a choisi de faire la visite guidée de Cuba en bus. Cela nous permettant d'avoir une vue d'ensemble sur Cuba pour mieux nous orienter et voir des grandes places comme la place centrale avec le Capitole, la place de la Révolution ou encore le port et le marché artisanale. Ensuite on a flâné dans le vieux Havane avec son architecture coloniale et ses rues pavées, laissant échapper par-ci par-là l'endiablante musique cubaine ! En fin de journée, on s'est posées sur la place centrale, profitant d'un soleil moins aggressif. Sur le chemin du retour vers notre logement, nous sommes passées par des rues moins touristiques loin des rabatteurs, avec les enfants jouant dans la rue, les hommes réparant leur vieilles voitures, les grands-parents assis sur le bas de la porte, les cubains rentrant du travail, les jeunes regroupés... des rues pleine de vie ! Une première immersion à Cuba haute en couleur !

Un petit tour dans les airs de plus !
La Havane

Le vendredi 21 juin, nous sommes retournées nous promener dans le vieux Havane. En fin d'après-midi, nous avions décidé de nous poser sur une place ombragée. Et nous avons eu la chance d'arriver au moment où un orchestre s'installait. On a pu les écouter jouer une bonne heure, commençant par des morceaux plus classiques datant de l'époque coloniale puis jouant des musiques plus traditionnelles comme la rumba.

Après cette étape musicale, ce fût l'heure de l'apéro et surtout de fêter comme il se doit l'anniversaire de Louise. Pour cela nous avons trouvé un bon petit restaurant avec de la musique cubaine et des mojitos !

Concert
Mojito pout fêter l'anniversaire de Louise !

Le samedi 22 juin, nous avons trainé un peu à la casa particular discutant avec nos hôtes. Nous avons eu la chance de pouvoir échanger sur leur vision de Cuba et de sa situation actuelle même si cela est resté assez neutre... Cuba est une république socialiste (parti communiste unique), présidé par Miguel Diaz-Canel "élu" en 2018 à la suite de Raúl Castro. Et d'après ce qu'on a pu lire, Cuba est un pays où la liberté d'expression n'est pas le mieux respectée : expansion de l'usage d'internet mais accompagnée de plus de censure, des blogs critiquant le pouvoir fermés, l'utilisation du chantage à l'emploi comme pression pour éviter les critiques, le risque de dénonciation... On comprend alors que ce simple échange avec nos hôtes est un moment précieux. Ils nous ont parlé des salaires de misère, par exemple pour des médecins très bien qualifiés, la difficulté de pouvoir obtenir un visa pour s'offrir une vie meilleure ailleurs...

Après ce bon moment, nous nous sommes rendues à notre deuxième casa particular où nous logerons avec mes parents que nous sommes allés accueillir à l'aéroport en début d'après-midi. Une fois tous installés dans la casa pour une nuit seulement, nous sommes parties leurs faire découvrir les rues principales du vieux Havane. On a mangé un morceau. On s'est arrêté voir une démonstration de capuera et on a profité du coucher de soleil sur le Golfe du Mexique. Demain est un autre jour et une autre destination...

Hasta luego
10
juin
10
juin

Louise et moi sommes parties de Sainte Barbe, direction Shawville. Nous avons conduit environ trois heures vers Ottawa, la capitale du Canada. Nous sommes arrivées chez Thierry (le cousin de ma maman) et sa femme Christine qui habitent à une heure d'Ottawa. Nous avons été reçues par Thierry, avec qui on a déjeuné avant qu'il retourne au travail. L'après-midi, nous sommes allées faire un tour de vélo sur la piste cyclable à travers la campagne.

Chez Thierry et Christine

Le mardi nous avons pris la voiture en fin de matinée pour aller visiter les chutes Coulonge. En plus d'y observer les chutes on y trouve des panneaux expliquant l'histoire de l'industrie forestière développée ici par George Bryson à partir de 1835. George Bryson fit couper les grands pins blancs qui s'y trouvaient en abondance et les fit acheminer par flottage sur la rivière Coulonge jusqu'à la rivière des Outaouais. Seulement les chutes Coulonge étaient un obstacle pour ces billes de bois flottantes. Il fit alors construire en 1840 un glissoire d'une longueur de 900 mètres, le long des parois rocheuses, afin d'éviter que les billes de bois soient abimées ou bloquées au niveau des chutes.

Nous avons ensuite poursuivi notre route vers l'île-aux-allumettes, puis vers le lac Leslie sur le chemin retour. On n'y est pas restées longtemps à cause des moustiques plutôt voraces à cette période de l'année !

Les chutes Coulonge
Sur la route - lac Leslie

Le mercredi nous nous sommes rendues au parc Gatineau, avec un premier arrêt aux chutes de Luskville. Après trois kilomètres de montée assez raide, on a pu avoir accès à une très belle vue sur la région. Mais il était temps de redescendre car ça commençait à être l'heure du déjeuner des moustiques !

Ensuite on est allées faire la randonnée du mont King, qui offrait également des belles vues. Puis, avec la voiture on a continué la route nous permettant d'atteindre trois belvédères sur la région. On voyait Ottawa et ses gratte-ciel. Après tous ces efforts physiques, on s'est posées à Chelsea avec une bonne glace. Hummm !!!

Les chutes de Luskville
Parc Gastineau et randonnée du mont King

Le jeudi nous avions prévu de passer la journée à Ottawa. Nous avons commencé par traverser le pont Alexandra. On est allées voir le parlement et le canal Rideau. Ensuite on est allées manger au marché. Puis, on est remontées vers le musée des Beaux-Arts. Devant l'entrée du musée on a pu observer la statue de l'artiste française, Louise Bourgeois, intitulée Maman et représentant une araignée géante. On vous laisse chercher la signification... Le long du musée, on a suivi le chemin nous menant à une statue de Samuel Champlain, explorateur, géographe et cartographe qui avait voyagé sur la rivière des Outaouais. Située sur la pointe Nepean, on y avait une autre belle vue sur la ville.

On a terminé cette journée en visitant le musée canadien de l'Histoire allant des hommes préhistoriques à aujourd'hui. On a trouvé cela tellement intéressant qu'on y a passé trois heures. On s'est offertes un petit goûter avant de reprendre la route pour rentrer chez Thierry et Christine.

Ottawa
Musée canadien de l'Histoire - (petit clin d'oeil scout !)
Brunch du dimanche matin

Vendredi comme il pleuvait, on est restées dans la maison. De toute façon on avait besoin de temps pour organiser un peu Cuba et faire nos affaires. Le soir, on a cuisiné nos traditionnels gratin dauphinois et crumble aux pommes pour souper. On a pu partager cela avec une amie de nos hôtes, Emilie. Une autre bonne soirée chez Thierry et Christine...

Samedi, ils nous ont emmenées faire le tour d'artistes du coin. C'était une sorte de portes ouvertes. On a vu une peintre, une sculptrice, une vitrailliste et une tailleuse de bois. C'était chouette !

Le dimanche, Christine nous a cuisinées un délicieux brunch avant de partir pour une sortie canoë sur le lac à la pêche. En plus d'un très beau paysage, on a pu voir des animaux comme un héron, un castor, des bernaches (oies du Canada)... Et on a retrouvé Emilie pour le déjeuner.

Sortie canoë sur le lac la pêche

Une fois de plus, nous avons été accueillies très chaleureusement. On a adoré ces moments partagés avec Thierry et Christine, nos longues discussions du soir, leur gentillesse et leur aide. Pour eux, on décrocherait la lune, mais elle brille déjà en eux ! (Petit clin d'oeil, ils comprendront...). Il n'est jamais facile de quitter des amis ou des cousins... mais il est temps pour nous de reprendre la route et de poursuivre cette aventure !

Nous sommes rentrées lundi chez Lyne et Bruno. Mercredi, ils nous emmènent à l'aéroport pour notre départ vers Cuba. Là-bas nous retrouverons des visiteurs que l'on a déjà eu ! Il faut croire que les chiens ne font pas des chats et que la passion du voyage doit se transmettre un peu ! Nous risquons d'avoir peu, voir pas du tout de connexion à Cuba, vous aurez donc quelques semaines sans nouvelles avant que l'on vous raconte tout ! A bientôt !

Au revoir Canada !
1
juin

Après une nuit non loin de l'aéroport, Louise et moi nous sommes rendues à quelques kilomètres de Montréal, à Sainte-Barbe, où nous avons été accueillies par Bruno et Lyne. Amis de mes parents, ils nous ont ouverts grand leur porte ! L'endroit parfait pour se poser un peu et profiter des balades alentours... ce que nous avons fait !

Après avoir pris des bus, Bruno est venu nous chercher à la gare routière de Salaberry-de-Valleyfield pour nous emmener dans leur jolie maison qu'ils ont eux-mêmes construite ! Nous y avons rencontré Lyne et leur fille Emmanuelle. Chacun d'eux travaillant la journée (et oui... tout le monde ne prend pas une année sabbatique !), nous en profitions pour lire, avancer les articles du blog, dessiner et nous promener la journée. Parfois au bout de la route, vers les bords du fleuve St Laurent ou le long du canal de Beauharnois jusqu'au belvédère St Jean-Baptiste. Et par chance, le soleil était de la partie !

En fin de journée nous retrouvions nos hôtes, l'occasion de partager des bons moments et de bien discuter, sans compter les parties de jeux de société. Un soir, Bruno et Lyne nous ont emmenées visiter la région en voiture, nous en apprenant beaucoup sur le coin. Le vendredi, nous avons accompagné Bruno chez ses beaux-parents pour le seconder lors de l'installation d'une petite fontaine. Ensuite, ils nous ont invités à manger, rejoints par Lyne. Nous avons eu le régal de manger pour la deuxième fois un steack d'orignal cuisiné par la maman de Lyne. Un délice, comme le reste du repas.

Le soir-même, le papa de Lyne nous a fait la surprise de nous offrir du homard pour souper, soucieux de nous faire découvrir au maximum les spécialités canadiennes. Pour notre plus grand bonheur !

Balade aux bords de l'eau

Le samedi, Emmanuelle nous a proposées de l'accompagner randonner avec son amie Cynthia, accompagnées du chien Luna. Nous nous sommes rendues au parc St Bruno pour une sympathique randonnnée autour d'un lac. On a pu observer des biches, a priori assez habituées à l'homme car elles se sont laissées approcher. Après cette journée entre filles, nous sommes rentrées à la maison où une raclette nous attendait, rejointes par d'autres membres de la famille.

Dimanche matin, nous avons accompagné Bruno et Lyne à la messe. L'après-midi, nous avons donné un coup de main (ou plutôt de pelle !) pour un projet de réaménagement autour de la piscine. Piscine dont on a pu profiter ensuite !

Nous avons vraiment passé un agréable moment chez Bruno et Lyne. Leur famille est très accueillante et bienveillante. Nous nous sommes vraiment senties comme faisant partie de la famille durant ces quelques jours. Nous avons adoré chaque moment partagé avec eux, comme ces soirées au coin du feu.

Le lundi nous nous sommes rendues de l'autre côté d'Ottawa. Et comme leur gentillesse n'a pas de limites, ils nous ont prêtées une voiture pour y aller et pouvoir plus facilement circuler.


Randonnée au parc St Bruno
Les belles fins de journée au coin du feu

Après notre semaine vers Ottawa, nous reviendrons chez Lyne et Bruno pour rendre la voiture et passer nos derniers jours au Canada avant de nous envoler pour Cuba le mercredi 19 juin. D'ailleurs, ils nous ont proposées de nous emmener à l'aéroport, une gentille proposition qui nous arrange beaucoup.

Bye !
30
mai

Dernière étape de ce roadtrip avec nos visiteurs, nous voici de nouveau à Montréal. Nous nous sommes promenés au Mont Royal. Pour le point historique : lors de son deuxième voyage vers les amériques, Jacques Quartier remonta le fleuve St Laurent et fut accueilli par les autochtones du village Hochelaga. Ils l'emmenèrent gravir la montagne. Emerveillé par la beauté de la montagne et des vues impressionnantes qui s'offraient à lui , peut-être aussi en l'honneur de son roi, Jacques Quartier baptisa cette montagne le Mont Royal. De fil en aiguille, de Mont Royal découla Montréal, nom donné à cette ville.

Comme Jacques Quartier, une fois au sommet, une magnifique vue sur Montréal s'est offerte à nous. Ensuite, nous sommes allés nous balader sur les différents sentiers du parc avant de terminer notre tour par l'immense cimetière du Mont Royal, le plus grand du Canada (165 acres).

Mont Royal et son cimetière

Puis, nous sommes allés dans le vieux Montréal, situé dans l'arrondissement de Ville-Marie. L'occasion d'admirer l'architecture comme le marché Bonsecours ou encore la cathédrale Notre-Dame de Montréal. Ce fût aussi l'occasion de faire les derniers achats souvenirs...

En fin de journée, nous sommes allés marcher au Vieux-Port. Aménagé au XVIIIe siècle, le port se développa au XIXe lors de la révolution industrielle. Aujourd'hui c'est un lieu historique et touristique où l'on peut marcher et assister à de nombreux spectacles, comme le Cirque du Soleil en ce moment...

Et puis, c'était notre dernière soirée tous ensemble avant leur retour en France, alors quoi de mieux qu'une microbrasserie pour en profiter !

Le vieux Montréal
Dernière soirée avec Emilie, Simon, Marion et Clément.
Le port de Montréal de nuit

Le lendemain matin, nous nous sommes rendus sur l'île Ste-Hélène où se trouve la biosphère, musée de l'environnement. Nous n'y sommes pas entrés mais nous avons profité d'une exposition photographique installée à l'extérieur de sensibilisation à l'environnement.

Nous avons continué la promenade jusqu'au parc Jean-Drapeau où l'on est montés vers la tour de Lévis. Elle a été construite en 1936 comme château d'eau. Nous voulions poursuivre en allant sur l'île voisine, Notre-Dame. Mais elle était fermée en raison des préparatifs du Grand Prix de F1 se déroulant le dimanche 9 juin dernier.

L'avion de nos voyageurs ne décollant que le soir, il nous restait encore l'après-midi pour profiter du Canada. Nous avons décidé de sortir de Montréal pour aller dans la campagne alentour. Nous sommes allés au pied du mont St Hilaire puis nous sommes redescendus vers la rivière Richelieu où nous avons profité d'une dernière promenade à pied. Et comme toutes les bonnes choses ont une fin... nous nous sommes dirigés à l'aéroport rendre la voiture et faire nos aux revoirs !

Balade sur l'île Ste-Hélène
Il est temps de se dire au revoir...
29
juin
29
juin
Publié le 17 juin 2019

Hello !

Voici quelques images pour compléter notre petite expérience newyorkaise.

A bientôt

Marie et Louise

27
mai

C'est donc aux aurores que nous sommes partis le lundi 27 mai de Niagara direction New York City. Après seulement une heure de route, nous avons passé facilement la douane américaine puis s'en est suivi sept longues heures de route pour arriver aux abords de la "grosse pomme". Nous avons laissé notre voiture à l'aéroport de Newark voulant éviter de conduire et nous stationner dans New York même. Un train direct nous a emmené dans le centre de Manhattan où nous avons ensuite pris le métro pour nous rendre à notre logement. New York est une ville qui ne s'arrête jamais, on s'en est rendu compte dès notre arrivée à la sortie du métro. Tout est bruyant, il y a beaucoup de traffic, de travaux, du monde partout, etc. Après avoir posé nos affaires dans notre petit cagibi (tout était calculé au centimètre près pour pouvoir circuler sans encombre), nous sommes partis découvrir le quartier Chinatown et Little Italy qui se trouvaient non loin de notre hébergement à pied. Nous sommes passés devant le parc Columbus où les habitués s'affrontent aux échecs ou au mah-jong. On est aussi allés faire un tour dans les deux rues principales qui constituent Little Italy. Les ruelles sont bordées de boutiques souvenirs et de restaurants traditonnels italiens. Là-bas, la pizza est reine. Une fois ces deux quartiers découverts, nous nous sommes dirigés vers le pont de Brooklyn pour profiter des dernières lueurs du soleil. Malheureusement, nous n'étions pas les seuls à avoir eu cette idée ! Ce pont relie Manhanttan et Brooklyn en 1.8 km de long. Chaque jour, il est emprunté par 1 800 voitures et 150 000 personnes, rien que ça ! Quand nous vous disions que nous n'étions pas seuls ... Quoi qu'il en soit, nous avons profité quand même du beau coucher de soleil sur Manhattan.



Chinatown et Little Italy
Le pont de Brooklyn

Le lendemain matin, nous sommes partis en direction de l'Empire State Building. Nous nous sommes ensuite arrêtés prendre un petit déjeuner et nous avons continué vers le Byant Park. Ce petit parc se trouve en plein milieu de Manhattan, entouré de gratte-ciel. Comme la météo se faisait menaçante, nous nous sommes réfugiés dans le New York Public Library, la bibliothèque publique. Sur 4 étages, il est possible de la visiter et de déambuler parmi les salles de lecture, de documentation et de recherche. Les bibliophiles ne peuvent être qu'heureux car la bibliothèque compte pas moins de 53 millions de documents à disposition ! Une fois sortis, nous nous sommes rendus à la gare centrale, célèbre et vue dans de nombreux films. À la suite, nous avons été voir la cathédrale St Patrick avant de faire une pause déjeuner.

Bryant Park & the Public Library
Grand Central Station
Empire State Building - St Patrick Cathedral

L' après-midi, comme la pluie persistait, nous sommes allés au MoMA (Musée d'Art Moderne). Ce musée d'art moderne a été inauguré en 1929. On y trouve des oeuvres d'art modernes et contemporaines, principalement européennes et américaines. Van Gogh, Matisse, Picasso, Klimt, Delaunay, Monet, Kandinsky, Miró, Rousseau, Hoper... On y trouve une importante collection ! Nous avons continué ensuite vers le Rockfeller Center et la Trump Tower pour finir à Times Square !

MoMA ( Alors, de qui sont ces peintures ?)
Rockefeller Center
Times Square

Mercredi, nous avons filé direction le sud de Manhattan où nous avons pris un ferry pour Staten Island. Ce ferry est très prisé des touristes car il est gratuit et il passe devant la Statue de la Liberté, nous n'avons pas hésité longtemps pour le prendre. C'est donc du ferry que nous avons pu admirer l'un des monuments les plus célèbre de New York, la Statue de la Liberté. Elle fût construite en France par le sculpteur Auguste Bartholdi et l'ingénieur Gustave Eiffel et offerte aux Etats Unis en 1886 pour le centenaire de la déclaration d'indépendance américaine. C'est l'un des symboles les plus célèbre des Etats-Unis, représentant la liberté et l'émancipation vis-à-vis de l'oppression. En parlant de symbole, nous avons continué notre découverte de la ville en nous arrêtant au mémorial du World Trade Center ainsi qu'à l'Oculus, une gare très très futuriste. Nous avons remonté quelques rues en métro pour nous rendre sur la High Line, un parc urbain aménagé le long de l'ancienne voie de chemin de fer aérienne. On se promène à travers les buildings et cela donne une toute autre impression de la ville. Comme la pluie a fait son retour, nous avons terminé cette journée au Chelsea Market, un marché mêlant bars et boutiques de petits artistes sympas.

Ferry vers Staten Island pour voir la statue de la Liberté
Mémorial du 11 septembre
L'oculus
La High Line
Vessel de l'architecte Thomas Heatherwick
Chelsea market

Jeudi, dernier jour à New York. Peu chanceux, le soleil n'a pas fait son apparition. Après avoir quitté notre hébergement, nous avons déposé nos sacs à une bagagerie le temps de nous rendre à Central Park, un incontournable de New York. En plein coeur de Manhattan, ce parc urbain de 341 hectares est une véritable bouffée d'oxygène. On y croise de nombreux cyclistes, coureurs ou marcheurs profitant de ce coin de verdure hors du bruit de la ville. On y croise aussi des espèces d'oiseaux, des tortues et les fameux écureuils de Central Park. Nous avons regagné la gare, en ayant au préalable repris nos bagages, afin de nous rendre à l'aéroport retrouver notre voiture.

Fin de notre expérience américaine.

Central Park
Bye bye NYC !
26
mai
26
mai

C'est en fin de matinée que nous sommes arrivés à Niagara, ou le petit Las Vegas ! Une fois la voiture garée, nous avons descendu les rues, nous rapprochant des chutes. Nous avions trouvé un coin de verdure où pique-niquer avant de longer la promenade permettant d'admirer les chutes d'eau.

Les chutes du Niagara c'est un ensemble de trois chutes sur la rivière Niagara, à la frontière entre le Canada et les Etats-Unis. Il y a les chutes américaines, le voile de la mariée (plus petite chute) puis le fer à cheval avec sa forme en "u". Ce n'est pas leur hauteur qui les rend impressionnantes (57 m) mais c'est leur étendue (environ 790 m).

Les chutes du Niagara

Ensuite, nous avons décidé de rentrer à notre hébergement (propre et bien équipé !) et de ressortir en soirée afin de profiter du feu d'artifice qui est lancé chaque soir. A notre hébergement chacun a pu vaccer à ses occupations : faire la cuisine, s'occuper de faire des machines à laver, programmer notre planning de visites pour New York...

Puis nous sommes ressortis pour découvrir "Niagara by night", ce qui ne fait que confirmer encore plus son surnom : "le petit Las Vegas". C'est le moment où les belles voitures font leur défilé, n'hésitant pas à faire ronfler le moteur, histoire qu'on les regarde bien ! Les ruelles sont remplies d'attractions en tout genre. Elles scintillent de partout...

Une fois que nous avons pu trouver un bon spot, on a profité d'un joli feu d'artifice, quoiqu'un peu court mais bien suffisant car à la fin cela dégageait tellement de fumée qu'on ne distinguait même plus les chutes d'eau ! Quelle ironie ! On n'a pas regretté de sortir ce soir-là malgré la longue journée qui nous attendait le lendemain matin, car on a pu voir les chutes sous un autre jour, éclairées par les projecteurs.


By day !
By night !
Les chutes éclairées
Le feu d'artifice
Bye !
25
mai

Arrivées à Toronto pour la seconde fois, nous avons pu faire les guides et emmener visiter les endroits qui nous avaient particulièrement plues, à commencer par le St Lawrence market... On en a profité pour y déjeuner en piochant ça et là quelques spécialités.

Ensuite nous avons continué notre visite en passant devant la fontaine de Claude Cormier. Elle est assez rigolote voir un peu "kitch" avec ses statues de chiens regardant tous vers l'os doré au sommet de la fontaine. Puis nous sommes passés devant le Gooderham Building, cet immeuble tout fin en briques rouges. On a poursuivi la visite en traversant par le centre commercial PATH où l'on a pu entrer dans la boutique du temple de la Renommée du hockey.

St Lawrence market
La fontaine de Claude Cormier - le Gooderham Building - le temple de la Renommée du Hockey

Profitant du ciel encore assez clair, quoique de plus en plus menaçant, nous nous sommes dirigés vers la CN tower. Avec Louise, lors de notre précédente visite, nous n'étions pas montées dans cette tour car le mauvais temps ne nous aurait pas permis d'admirer la vue et parce qu'on attendait la visite de nos vacanciers pour en profiter tous ensemble. C'est donc ce que nous avons fait. Malgré quelques gouttes de pluie qui commençaient à arriver, la vue était dégagée quand nous sommes arrivés au dernier étage. La CN tower fût construite de 1973 à 1976 par la Canadian National (CN). A l'origine elle fût prévue comme antenne pour la radio et la télévision en réponse aux problèmes de télécommunication d'une ville en pleine expension. Aujourd'hui, elle est devenue une des principales attractions touristiques de Toronto. La hauteur de cette tour est de 553 m, ce qui faisait d'elle la plus haute tour du monde lors de sa construction. Nous avons pu monter jusqu'à 350 m environ et profiter de la vue sur Toronto.

La CN tower

Nous avons terminé notre tour de Toronto par le Distillery District, cet ancien quartier qui abritait une grande distillerie de whisky autrefois. Aujourd'hui, elle est remplacée par de nombreux magasins branchés, restaurants et galeries d'art. Pour clôturer cette journée, nous avons terminé par un goûter gourmand au "Cacao 70", ce délicieux restaurant que Ludivine et Umït nous avait fait découvrir. Et ce fût une excellente idée, car à peine installés à notre table, une gros orage se déchainait dehors !

Pause goûter à "Cacao 70"

L'orage passé, nos desserts terminés, nous nous sommes mis en route vers notre prochain airbnb afin de nous poser après cette superbe journée. Enfin, c'est ce que l'on pensait... parce que si jusqu'ici nous étions toujours tombés sur de bons hébergements, ce jour là nous eûmes une bien désagréable surprise. Nous avons découvert un logement sale et insuffisament équipé pour accueillir six personnes (pas assez de draps, pas assez de vaisselle...). Bref, après plusieurs échanges entre le logeur (sans grand résultat !) et le site Airbnb nous avons dormi en mode camping pour cette première nuit. Le lendemain matin, nous avons pu obtenir un remboursement partiel et un nouvel hébergement pour la deuxième nuit. Au final on s'en est bien sortis. On a même pu choisir un logement plus près de notre prochaine étape, Niagara!

See you soon !
24
mai
24
mai

C'est aux aurores que nous sommes partis le vendredi 24 mai dernier vers Port Perry, à plus de 5h00 de route de Mont Tremblant. Nous changeons donc d'état en passant du Québec à l'Ontario. Fini le français, retour à l'anglais ! En passant, nous avons fait un petit détour au parc national des Mille-Îles. C'est l'un des plus petits parcs nationaux du Canada puisqu'il ne fait que 23,5 km². Comme on a pu le constater depuis le début de ce road trip, il a beaucoup plu dans certaines régions de l'est du Canada. Les Milles-Îles n'ont pas été épargnées puisqu'on a pu voir que le niveau d'eau était parfois aux pieds des maisons.



Vers le parc national des Mille-îles

Le soir, nous avons fait une étape à Port Perry chez les anciens maitres de stage d'Emilie (soeur de Louise) lorsqu'elle était venue au Canada, en 2012. Nous y avons été chaleureusement accueillis. Robert et Allison nous ont fait faire un tour de leur ferme et même de leur cabane à sucre. Ils nous ont aussi expliqué tout le processus de fabrication du sirop d'érable. La sève est collectée au début du printemps dans des seaux. Robert possède une petite production et utilise encore les seaux. Les gros producteurs, eux, acheminent directement la sève à une cuve à l'aide de tuyaux directement reliés aux érables. Après la collecte, la sève est placée dans des cuves où elle est bouillie. Une fois qu'elle atteint la température de 104℃, la sève se transforme en sirop par évaporation de l'eau. A la fin de la saison, la sève met plus de temps à atteindre les 104℃ et à se transformer en sirop c'est pour cela que le sirop est plus brun. Les différentes couleurs de sirop d'érable ne résultent pas du taux de sucre car le sirop d'érable possède toujours un taux de sucre de 66%, quelque soit sa couleur.

À la fin de ces explications très intéressantes nous avons partagé le repas tous ensemble avant de repartir, chargés de bouteilles de sirop d'érable, un généreux cadeau de Robert qui nous a fait chaud au coeur. Arrivés à notre hébergement du soir, nous avons profité de la superbe vue sur le lac de notre maison pour admirer le coucher du soleil. Nous ne sommes restés que quelques minutes à l'extérieur tant le site était envahi par une horde de maringouins (moustiques) ravis de nous prendre comme dîner !


L'exploitation agricole
A l'érablière
Notre coucher de soleil (fin)
21
mai

Après avoir longé le fleuve Saint Laurent pendant quelques heures pour nous rendre à notre deuxième étape de ce road-trip canadien, nous sommes arrivés en fin d'après-midi à Ste Elie de Caxton, dans le parc de la Mauricie. Notre petit chalet était super sympa : perdu au milieu de la forêt avec une jolie vue sur un lac ! Après un bon chocolat chaud, on est partis se balader pour découvrir les alentours. Le soir, en rentrant, on s'est posés devant le poële, en dégustant une autre spécialité québecoise : la tourte à la viande.


A Ste Elie de Caxton

Le lendemain matin mercredi, nous nous sommes réveillés tranquillement en profitant de ce cadre idyllique. Clément en a même profité pour aller taquiner le poisson mais il n'a pas eu de grosse prise. On a repris la voiture pour aller vers Shewenegan où nous avions prévu de faire une journée canoë et rando pour nous rendre aux chutes de Waber. Comme nous avons été un peu trop tranquilles ce matin-là (c'est les vacances après tout) nous ne sommes pas arrivés très tôt à la location et le vendeur nous a déconseillé cette option qui nous aurait fait revenir très tard le soir à la voiture. Nous avons réfléchi à une autre option et loué des kayaks pour profiter du beau paysage du lac Wapizagonke. Après cet effort, nous avons pique niqué, profitant par la même occasion des rayons chauds du soleil qui se faisaient rares depuis un petit bout de temps. On est partis ensuite pour une boucle de 7.2 kms autour du lac Wapizagonke. Un panneau à l'entrée nous a signifiés que nous étions sur un territoire d'ours mais nous n'en n'aurons croisé aucun ! A la place, nous avons vu une très belle cascade et plusieurs belvédères nous permettant d'admirer les environs. A la fin de cette journée sportive, nous sommes allés nous désaltérer à une microbrasserie locale avant de faire nos derniers efforts pour grimper jusqu'au calvaire de Ste Elie de Caxton pour assister au coucher du soleil ! Nous n'avons pas fait long feu le soir car nous avons repris la route dès 8h00 du matin le lendemain.



Sortie canoë
Randonnée
Coucher du soleil sur Ste Elie de Caxton

Nous sommes arrivés dans la matinée à Mont Tremblant afin de profiter de la journée que nous avions pour aller dans le parc national. Nous avons commencé par aller voir les chutes Croches, puis les chutes du Diable avant de nous arrêter devant l'un des très nombreux lacs du parc pour déjeuner. L'après-midi, nous voulions faire une petite balade autour du Lac Monroe et nous avons fini par faire plus de 10 kms de randonnée à travers la forêt. Ce qui s'annonçait facile au départ pour aller à un belvédère s'est montré un peu plus compliqué lorsqu'il a fallu grimper, passer des troncs d'arbres morts, marcher dans de la boue ou encore deviner le chemin. Au final, le deuxième belvédère était tout aussi beau et nous étions contents de notre prouesse sportive. Malheureusement, la pluie s'est invitée sur le retour et c'est pressé d'arriver à notre logement que nous avons retrouvé la voiture. Il faut dire que nous avions vu sur la réservation que l'hébergement possédait un jaccuzi.

Lorsque nous sommes arrivés au village de Mont Tremblant nous avons fait quelques courses et nous avons rapidement pris possession de notre logement car il pleuvait des trombes d'eau. Nous avons vite déchanté en nous rendant compte que le jaccuzi se trouvait à l'extérieur ... Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas ! Nous n'aurons donc pas eu le plaisir de tester ce fameux jaccuzi qui paraissait si bien. A la place, on est allés au resto, où nous avons goûté à notre troisième spécialité québécoise : la poutine (des frites enrobées d'une sauce brune et accompagnées de cheddar). Ce fût notre dernière journée au Québec puisque le lendemain nous avons pris la route direction l'Ontario.

Randonnée dans le parc national du Mont Tremblant
Soirée à Montremblant avec de la poutine !
À tantôt !
19
mai
19
mai
Publié le 29 mai 2019

Le dimanche 19 mai au matin, nous avons quitté la ferme après un mois passé en workaway. Jean-François nous a emmenées à la station d'autobus direction Montréal. Puis, du centre ville, nous avons pris le métro et un deuxième bus pour nous rendre à l'aéroport. Et c'est vers 16h00 que nous avons accueilli nos quatrièmes voyageurs : mon frère et ma soeur accompagnés de Clément et Marion. Nous sommes directement allés chercher notre voiture de location, une familiale cette fois-ci ! Une fois la voiture en main et quelques courses faites, nous avons pris la route vers Québec, à environ 3h00 de route au nord. Nous avons pris la possession de notre airbnb puis nous avons terminé la soirée à discuter, heureux de se retrouver après 8 mois sans s'être vus.


Le lendemain matin, nous nous sommes rendus dans le centre historique du vieux Québec. Nous avons laissé notre voiture à un parking considérant qu'il serait gratuit comme c'était le jour des patriotes, jour férié. Comme nous n'avons encore rien reçu, on considerera que notre intuition n'était pas trop mauvaise. Nous avons commencé par faire un tour au marché du vieux port où nous avons goûté au beurre d'érable et au cidre de glace (cidre fabriqué à base de fruits congelés). Nous avons arpenté ensuite les ruelles du Québec. Établie sur un plateau dominant le fleuve Saint-Laurent, la vieille ville haute est fortifiée. On peut se balader le long des remparts et se perdre dans les petites rues pavées. Nous sommes passés devant le fameux château de Frontenac, un mélange entre un château de la Loire et un manoir écossais. Il paraitrait que ce serait même l'hôtel le plus photographié du monde ! Nous avons ensuite continué le long de la fortification et monté les 310 marches menant au belvédère avant de redescendre dans la basse ville, avec ses rues pittoresques où se mêlent commerces, boutiques artisanales et de souvenirs. On s'est arrêtés, comme tout bon touriste qui se respecte, goûter aux queues de castors, spécialité québecoise à base de pâte à beignets, un délice.


En fin de soirée, nous sommes ressortis boire un verre en ville, assistant par la même occasion à une session acoustique folk dans un pub irlandais.


Le marché
La Haute-ville
Queues de castor

Mardi, nous avons quitté notre logement pour nous rendre aux chutes de Montmorency. Nous avons été chanceux de passer entre les gouttes car le temps était menacant. La chute est haute de 83m et à cette époque, le débit d'eau est très impressionant. Après cette pause, nous avons repris la route pour nous rendre dans le parc de la Mauricie.


Chutes de Montmorency
A la revoyure !
23
avr

Le 22 avril dernier, nous avons quitté Toronto où nous avons pris un bus de nuit pour nous rendre à Montréal, avec une pause de plusieurs heures au milieu de la nuit à Ottawa. Cela faisait longtemps que nous n'avions pas utilisé ce type de transport ! Et si l'on peut comparer avec ceux d'Amérique latine, on en concluera que c'est beaucoup moins confortable au Canada... Arrivées à Montréal, nous avons repris un autre bus pour nous rendre à Saint-Jean-Sur-Richelieu, à quelques kilomètres au sud de la ville. Jean-François nous y a récupérées pour nous emmener chez lui et sa femme Nicola. Et depuis... nous y sommes toujours ! Nous devions rester 2 semaines, puis 3 et finalement ce sera 4.

Jean-François et Nicola possède une exploitation avec une quarantaine de chèvres et font eux-mêmes leurs fromages. Amoureux des animaux, on peut aussi compter, deux ânes, deux chats, deux chiens, des poules, des canards et en ce moment des petits cochons. Notre travail est divers, nos hôtes nous ont confié différentes tâches : on a fait du rangement, du jardinage, de l'entretien et un peu de bricolage (en plus du rateau on maitrîse également la perceuse maintenant !). Nous aidons aussi régulièrement au travail le soir, Louise étant préposée à l'alimentation des animaux et au nettoyage de la grange et moi à la traite et au lavage de la salle traite. J'ai également pu aider Nicola à la fromagerie, pour couper, assaisonner, peser, étiqueter et mettre sous vide la feta.

Nous passons un agréable moment ici. Profitant de la gentillesse de nos supers hôtes mais aussi de la délicieuse cuisine de Nicola, essayant de retenir ce que l'on peut lorsqu'on la seconde en cuisine !

Jardinage
Chez Nicola et Jean-François
Avant-après, on nettoie le poulailler !
Rangement du débarras, avant-après
Travail du soir

Nous avons même eu la chance d'assister à une naissance !

Mise bas d'une chevrette
A la fromagerie
Hummm !

Mais on ne fait pas que travailler ! Nous avons des journées off, qui varient en fonction de la météo principalement... car ici il pleut régulièrement. Vous avez peut-être entendu parler des innondations au Québec. Ici, nous sommes épargnés.

Par l'intermédiaire de Nicola et Jean-François nous avons fait la connaissance de plusieurs personnes comme Francis chez qui nous avons dîné et avec qui on a parlé musique, Lynda qui nous a conduites au bus nous permettant ainsi d'aller visiter le vieux Montréal, André (d'origine mayennaise) un fromager à la retraite, passionné, qui continue à aller conseiller des fromagers, avec qui nous avons discuté agriculture (en temps que filles d'agriculteurs on se devait d'être de bonnes ambassadrices!), Carole, une ex-enseignante et directrice d'école... Bref, encore de belles rencontres qui continuent d'embellir notre voyage !


Journée dans le vieux Montréal... sous la pluie !

Nicola nous a même proposé d'aller voir un concert de musique traditionnelle québecoise dans le pub d'un petit village alentour. On a adoré ! Ça nous a rappelé nos soirées bal folk en France, on avait juste envie de rejouer de la musique ou de danser...

Concert de musique traditionnelle !

Pendant un de nos jours de congé, nous avons enfourché les bicyclettes vers le petit hameau de Mystic. On s'est arrêtées prendre un goûter et écrire nos cartes postales à l'Oeuf, un restaurant-chocolaterie.

Pause goûter et écriture des cartes postales

Dimanche dernier, nous sommes allées manger à Saint Jean-Sur-Richelieu, petite ville située à 20 minutes de la ferme.

Saint Jean-Sur-Richelieu
A bientôt !
18
avr
18
avr
Publié le 29 avril 2019

Nous avons atterri à Toronto où deux amis français sont venus nous chercher. Pour notre étape dans cette grande ville, nous avons été accueillies par Ludivine et Umit qui y habitent depuis environ trois ans. Nous sommes restées 5 jours chez eux. Se lançant dans un nouveau voyage, ils ont accepté de nous héberger malgré la date de leur départ qui approchait et leur appartement qui se vidait petit à petit. Si bien qu'à la fin, nous y vivions en mode camping. C'était drôle ! On y a passé un très bon moment.

Malgré un temps pluvieux les trois premiers jours, nous sommes allées visiter plusieurs lieux emblématiques de Toronto. Nous avons marché, nous promenant entre les immenses buildings, nous arrêtant devant de belles églises comme la "cathedral church of st James" où nous sommes entrées un jour de pluie... Nous nous sommes promenées dans l'immense centre commercial historique et urbain où se trouve également la boutique de l'équipe de hockey de Toronto, les Maple Leafs. D'ailleurs, en ce moment, on peut voir les couleurs de l'équipe un peu partout dans Toronto car ce sont les championnats nord-américains.

Nous avons profité du marché couvert St Lawrence où l'on peut trouver une multitude de produits tout aussi alléchants les uns que les autres. On y a choisit des petits feuilletés ou bagel au saumon et tartelettes au citron. Un régal !

Nous nous sommes promenées dans le "Distillery District" avec ces grandes bâtisses faites de briques rouges datant du XIXe siècle à l'époque où ce lieu était une grande distillerie de whisky. On y trouve maintenant des galeries d'art, des bars et restaurants ainsi que des magasins branchés. Suivant les recommandations de Ludivine et Umit nous avons mangé au Cacao70 où l'on peut déguster de délicieuses gauffres au chocolat. Du pur plaisir en ce jour de Pâques!

Nous avons aussi profité du bord du lac Ontario... Nous n'avons pas tout vu, comme la tour du CN, mais nous devrions être de retour à Toronto dans quelques semaines avec nos prochains visiteurs.

Mais pour le moment, il est temps pour nous de continuer notre voyage. Et c'est à Montréal que nous nous sommes rendues en bus. Pour commencer notre quatrième workaway.

Toronto
Cathedral church of St James
Marché St Lawrence
Distillery District
Team Toronto !
17
avr
17
avr
Publié le 26 avril 2019

Hello !

Voilà déjà maintenant plus d'un mois que nous voyageons à travers l'immensité du Canada alors on vous propose de regarder notre vidéo rétrospective sur la partie ouest de ce grand et beau pays.

Enjoy !

Marie et Louise

13
avr
13
avr
Publié le 23 avril 2019

Nous avons repris la route vers le parc national de Jasper, encore plus au nord. Sur le chemin, nous nous sommes arrêtés à différents endroits afin d'admirer les merveilles des rocheuses canadiennes ( le glacier Crowfoot, le lac Bow, le sommet Bow, le lac Peyto, les chutes d'Athabasca...).

Arrivés à Jasper, nous sommes allés découvrir cette petite ville touristique de 5 500 habitants. Elle a été fondée en 1811 par William Henry pour the North West Company. Peu peuplée au début, seulement par des nomades des premières nations, cette petite ville servait de dépôt pour le commerce des fourrures et d'étape pour les missionnaires, les explorateurs et les chercheurs d'or se rendant vers Yellowhead.

Le lendemain nous avons suivi la route du lac Maligne nous arrêtant randonner et profiter du lac Annette, de l'immense lac Medicine, du lac Maligne puis du Canyon Maligne. On ne se lasse pas des rocheuses canadiennes!

Le lundi, nous sommes allés au lac Patricia, puis au lac Pyramid où nous avons pique-niqué. Pour poursuivre cette journée, nous avons roulé le long de la rivière Athabasca, faisant halte au lac Talbot puis à un Canyon près du lac Pocahontas... Que des jolis noms ! Mais lors de cette dernière petite randonnée, nous nous sommes faits une petite frayeur ! Alors que nous arrivions au joli point de vue, nous sommes tombés sur des empreintes qui nous semblaient bien grosses pour un chien... Sachant que l'on nous informait de rester vigilant si l'on rencontrait des ours ! On n'a pas trop trainé et on a fait le chemin retour en chantant très fort et en espérant ne pas tomber nez à nez avec un ours !


Route vers Jasper
Jasper
Sur la route du lac Maligne
Dernier jour près de Jasper

Mais ce beau moment partagé avec Sophie et Jean-Baptiste touchait à sa fin... Nous avons repris la route vers Calgary, nous arrêtant à certains endroits comme le lac Louise, pour en profiter une dernière fois. Nous sommes arrivés à Calgary en fin de journée. Nous avons partagé une dernière soirée ensemble avant de nous lever très tôt le lendemain matin direction l'aéroport. Nous avons rendu la superbe voiture, pris un petit déjeuner et nous nous sommes dits au-revoir et à dans trois mois. Pour Louise et moi ce fût ensuite une très longue journée d'attente avant de nous aussi nous envoler au milieu de la nuit pour Toronto.

TEAM CARIBOUS !
11
avr
11
avr

Jeudi matin, nous avons refait nos valises et pris la route vers le lac Louise sous un ciel plutôt gris. Mais le temps d'arriver au lac, le soleil est réapparu petit à petit. De quoi nous apporter un peu de chaleur malgré des températures assez fraîches. Et comme il faut toujours rester de grands enfants, nous avons profité de la neige, fait un joli bonhomme de neige et traversé le lac sur sa surface gelée.


Lake Louise

Après avoir pique-niqué et flâné dans les quelques boutiques du lac Louise, nous sommes allés nous promener à Field. Lors de notre pré-visite de la veille, nous avions remarqué le charme de ce petit village situé aux pieds des montagnes. Field est traversé par une voie de chemin de fer toujours utilisée par le Canadian Pacifique pour le transport de marchandises. Et on peut vous dire qu'il ne faut pas être pressé lorsque vous devez attendre qu'un train passe à un passage à niveau car la locomotive est parfois suivie de plus de cent wagons !

Ce soir-là, nous sommes allés au restaurant fêter mon anniversaire. Et j'ai même eu le droit a une bougie sur ma tarte aux bleuets ! Les amis, le Canada, de la bonne cuisine... que demander de mieux pour fêter son anniversaire !


Field
Joyeux anniversaire !

Vendredi matin, nous sommes allés au lac Emerald, pas très loin de Field. On s'est aventuré à travers la neige pour en faire le tour, essayant de bien suivre les empreintes déjà faites. Car dès qu'on s'en éloignait on se retrouvait enfoncé à mi-jambes dans la neige ! Une autre occasion de bien rigoler. C'était toujours autant magnifique !

Après avoir pique-niqué, nous avons profité d'une autre petite randonnée menant au lac O'Hara. Après quelques essais de luge sur bâche plastique peu fructueux, nous sommes rentrés nous faire un café au lait bien chaud !

Lac Emerald
Randonnée
See you soon !
8
avr
8
avr
Publié le 18 avril 2019

C'est le dimanche 7 avril dernier vers 1h00 du matin que nous sommes arrivées à Calgary pour attendre nos prochains visiteurs. Après que la navette de l'hôtel soit venue nous chercher, nous avons vite pris possession de notre chambre pour nous reposer un peu. Etant donné la distance éloignée de notre hôtel vis à vis du centre-ville, nous n'avons pas voulu payer un taxi pour nous déplacer et nous avons donc passé le reste de notre journée à l'hôtel.

Très tôt le lendemain matin, nous avons découvert un message de Jean-Baptiste et Sophie nous prévenant de leur changement d'horaires suite à un vol retardé à Amsterdam. Nous sommes parties en fin de matinée à l'aéroport récupérer notre superbe voiture de location (merci au monsieur du comptoir qu'on ne comprenait pas mais qui nous a surclassés quand même) puis nous avons attendu jusqu'à 21h00 pour apercevoir leurs têtes au terminal des arrivées. Leur voyage ne fût pas de tout repos puisqu'après avoir raté de peu le vol d'Amsterdam pour Calgary (la passerelle était encore installée devant eux), la compagnie leurs a payés un billet pour Londres afin de reprendre un avion en fin de journée pour Calgary. C'est donc deux voyageurs bien fatigués et sans bagages (restés à Londres !) que nous avons accueillis. Sans perdre de temps, nous prenons la route direction Canmore, à une heure de Calgary où nous avions reservé un hébergement pour plusieurs jours. Très heureux de se retrouver avec beaucoup de choses à se raconter, nous ne sommes allés nous coucher qu'au milieu de la nuit ...



Notre superbe voiture de location !
Arrivée de Jean-Baptiste et Sophie

Après une grasse matinée méritée, nous avons pris la voiture pour nous rendre au lac Minnewanka, situé dans le parc national de Banff. C'est un lac de 28 kms de long que nous avons découvert complètement gelé. Nous y avions peu été habituées depuis le début de notre voyage. Nous voici maintenant dans les Rocheuses Canadiennes avec ses montagnes, ses forêts enneigées et ses lacs gelés. Un spectacle ravissant et totalement dépaysant. Pour les fans de GOT (Game of Thrones), nous avions l'impression de nous retrouver dans un des épisodes de la série tant le paysage devant nous était glacé. Winter is coming !

Proche de Minnewanka, nous nous sommes arrêtés au lac Vermillon, au pied du mont Rundle où nous avons fait une pause déjeuner. Dans l'après-midi, on a visité le centre de Banff, ville qui attire les touristes pour ses nombreux magasins de souvenirs, restaurants et boutiques de sports d'hiver. C'est aussi la porte d'entrée vers les Rocheuses, lieu très fréquenté été comme hiver par 3 millions de visiteurs chaque année. Nous n'avons pas eu le temps de trop nous y attarder puisque nous avons du retourner à l'aéroport afin de récupérer les bagages de Jean-Baptiste et Sophie.

Route vers le lac WInnewanka
Le lac Vermillon
Entrée de Banff

Après avoir fait nos sacs mercredi matin, on s'est permis une pause détente en nous rendant aux sources thermales de Banff. Avec un bassin extérieur et une eau à 40 degrés, tous les ingrédients étaient réunis pour se la couler douce. Une fois bien relaxés et détendus, on est allés à Johnston Canyon. Une randonnée permet d'atteindre les deux chutes d'eau du canyon. Johnston Creek y coule en une eau bleue turquoise qui traverse la roche calcaire depuis maintenant des siècles pour y rejoindre la rivière Bow, créant ainsi les cascades, piscines et tunnels que nous avons pus voir. A cette époque de l'année, comme tout était encore gelé, nous avons du jouer la prudence sur le chemin afin de ne pas finir par terre ! Malgré une chute et quelques glissades plus ou moins maitrisées, nous avons adoré le lieu et avons été bluffés par le spectacle devant nos yeux tout le long du parcours. Après cette belle balade, nous nous sommes dirigés vers Fields, lieu de notre deuxième hébergement.

Bien installés autour d'un chocolat chaud, on s'est rendu compte que nous avions une journée d'avance lorsque le propriétaire de Canmore nous a demandé pourquoi nous étions partis sans faire la dernière nuit. En vérifiant nos réservations, on a compris que nous nous étions trompés de jour. On remballe tout ! On a vite lavé la vaisselle sale, rangé nos affaires dans le coffre et on est reparti vers Canmore. La plupart des hébergements utilisent des codes d'entrée qu'ils nous donnent à l'avance, parfois comme ici, les clés sont sur la porte c'est pourquoi nous étions entrés sans se poser de questions. Finalement, même si on est arrivés tard, on aura gagné un bon fou rire !


Hot springs water
Johnston canyon
Bye
7
avr
7
avr

Ce fût notre dernière semaine au domaine Damali. Lily nous a rejointes lundi. Comme nous, elle voyage trois mois au Canada et vient passer trois semaines chez Kennedy. Elle est allemande, une autre occasion de travailler notre anglais pour communiquer...

De lundi à jeudi nous avons continué le travail habituel. Toujours aussi physique. Nous avons désherbé les parterres, râtissé les chemins, enlevé les dernières pommes de pins, mis des produits cosmétiques en flacon, rempoté des petits pieds de lavande préalablement arrachés dans les parterres, enlevé les branches mortes d'un petit bois, nettoyé le magasin avant sa réouverture samedi... Bref, encore beaucoup d'entretien. Les grands domaines c'est magnifique mais il y a du boulot ! Trois semaines de travail clôturées par un grand brûlis de tout ce qu'on avait ramassé. La boucle est bouclée !


Au boulot !
Grand feu de joie !

Lundi soir, Kennedy nous a fait arrêté plus tôt pour nous emmener voir la rivière. Elle était magnifique, d'un vert émeraude parfait ! Un petit moment sympa...

Jeudi soir nous avons été invitées à manger dans sa maison. L' occasion de passer un bon moment avec sa famille et Lily avant notre départ car il est temps pour nous de reprendre la route et de poursuivre notre voyage.

Vendredi fût notre dernière journée à Cobble Hill. Une journée pour faire les dernières machines à laver et refaire son paquetage.

Samedi matin c'était le grand départ ! Kennedy nous a emmenées au ferry, début d'une longue journée dans les transports (dans l'ordre : ferry, bus, bus, ferry, bus, métro, avion, navette !) pour aller à Calgary attendre une visite très espérée... La suite dans le prochain article !

31
mars
31
mars
Publié le 2 avril 2019

C'était notre deuxième weekend de trois jours libre. Nous en avons profité pour aller visiter le côté ouest de l'île, le long de l'océan Pacifique, et plus particulièrement le petit village de Tofino. Pour se faire, Kennedy nous a prêtées une voiture et ça c'était vraiment génial ! Nous étions libres de vadrouiller comme bon nous semblait.

Ainsi vendredi matin nous voici au volant de notre superbe voiture (qui ne se ferme pas à clefs ! Ah oui et une automatique, comme toutes les voitures canadiennes... On s'y fait bien!), traçant la route à travers les somptueux paysages de l'île de Vancouver. Nous avons directement fait route vers Tofino, passant par Duncan, Nanaimo et Port Alberni avec, au préalable, une pause pique-nique face à un joli lac. Ce n'est pas cela qui manquait ! Nous sommes arrivées en milieu d'après-midi à notre destination finale. Ce petit port de pêche attire de nombreux touristes tout au long de l'année grâce à son climat tempéré et ses plages. D'ailleurs il est devenu un spot de surf très recherché. De plus, Tofino se situe aux portes du parc national de Pacific Rim. Parfait pour profiter des plages, des baies et en même temps des forêts. C'est ce que nous avons fait dès notre arrivée. Nous sommes allées nous promener sur les sentiers longeant la côte. Un régal pour nos yeux. Puis nous sommes allées nous informer sur les tarifs concernant les diverses excursions possibles, dont une en particulier qui nous attirait beaucoup. Après beaucoup d'hésitations dûes au prix, nous avons décidé de réserver l'excursion à Hot Springs Cove pour le lendemain matin. Et on ne l'a pas regrettée. Je crois qu'aller à Tofino sans faire cette excursion nous aurait fait rater une autre manière d'apprécier cet endroit qui en vaut vraiment la peine.

Sur la route
Promenade le long de la côte

Samedi matin, une fois notre porridge avalé (flocons d'avoines cuit avec de l'eau ou du lait), nous nous sommes rendues au départ de l'excursion. Car les Hot Springs Cove se situent sur l'île de Maquinna et pour y aller nous avons opté pour le Zodiac, plus fun! Nous avons commencé par nous équiper avec de superbes combinaisons rouges parce qu'il ne fait pas très chaud à bord d'un Zodiac à pleine vitesse sur l'océan ! Durant la balade nous avons eu la chance d'observer des lions de mer, des phoques et même des baleines ! Bon d'accord, seulement un bout du dos... C'est vrai qu'on aurait aimé les voir jaillir hors de l'eau et replonger comme dans les vidéos publicitaires qui nous font rêver, mais ce n'est pas trop leurs habitudes! Il s'agissait de baleines grises qui migrent des côtes mexicaines vers l'Alaska. Les plus faibles et les plus jeunes qui n'ont pas la force de faire tout le périple, s'installent environ 9 mois dans le Clayoquot Sound entre mars et octobre, ce qui nous assurait d'en voir.

Une fois débarquées sur le quai, nous avons marché 2 km à travers la forêt jusqu'à des petits "bassins" alimentés par une source chaude riche en souffre. C'était très relaxant, si l'on réussit à se trouver une bonne place au milieu des autres touristes... En effet, il n'y a pas beaucoup d'espaces. Ce n'est pas du tout aménagé. Vous pouvez profiter de trois petites terrasses coincées entre les roches où l'eau chaude s'écoule jusqu'à arriver dans l'océan. Magnifique ! Une fois bien relaxées, nous avons pique-niqué avant de retourner au bateau. Le chauffeur a pris un chemin différent pour le retour, naviguant entre les îlots. On a pu observer des aigles dits "chauves" à cause de leur tête blanche. Mais nous n'aurons pas vu d'ours noirs ou de loups, fait plus rare mais possible... De retour à Tofino, nous avons repris la voiture pour aller dormir sur Port Alberni. Nous y avions réservé une chambre dans un hôtel. Et quelle chambre ! On aurait cru faire un bon en arrière de 50 ans. On se serait cru dans un autre temps. Même les verres MacDo doivent être collectors maintenant. On était bien...

Tour en Zodiac
Ile de Maquinna
Hôtel à Port Alberni

Dimanche nous avons pris notre temps, nous arrêtant sur la route du retour. Nous avons fait halte à un endroit appelé Cathedral Grove, dernier vestige de la célèbre forêt qui couvrait l'île il y a plus de 1000 ans. On a pu y voir le plus vieil arbre ayant environ 800 ans et d'autres sortes comme le Douglas fir (sorte de pin) ou encore le Western red cedar. Ce sont les plus grands et les plus vieux arbres du Canada.

Puis nous avons repris la route. Nous nous sommes reposées devant un nouveau lac pour pique-niquer. Puis, nous sommes tranquillement rentrées au domaine en fin de journée. Un bon moment !

Cathedral Grove
Pause pique-nique
Bye !
28
mars
28
mars

Changement de programme ! Nous avions prévu de nous rendre à un workaway situé à plusieurs heures de route au sud de Vancouver, assez proche de la frontière américaine mais pour plusieurs raisons nous avons décidé de changer nos plans. Et c'est à Cobble Hill, chez Kennedy et sa famille que nous avons été accueillies il y a maintenant presque deux semaines. Kennedy et sa femme Christine cultivent la vigne et la lavande. Ils transforment et vendent divers produits fabriqués à partir de leurs récoltes ( site web : http://www.damali.ca ). Et pour cela, ils ont l'habitude de faire appel à des volontaires comme nous.

Le dimanche de notre arrivée, Kennedy est venu nous chercher au ferry que nous avions dû prendre. Il nous a présenté le loft des volontaires qui est rien que pour nous ! Et c'est bien agréable d'avoir un petit chez soi pour quelques temps. On a vite pris nos marques, reprenant les habitudes de pouvoir laisser nos affaires un peu partout sans devoir refaire notre sac, cuisiner, avoir chacune notre petite chambre, profiter des soirées canapé-télé et ... faire le ménage (ça, ça ne nous manquait pas) !

Pour ce qui est du travail, fini les vacances, c'était le moment d'utiliser nos gros bras costauds ! Les deux premiers jours, Kennedy, absent, nous a laissées des consignes. La taille de la vigne ayant été faite nous devions faire le palissage. Opération qui consiste à accrocher les deux sarments de vigne restants au fil inférieur. Nous devions également ratisser et ramasser les sarments coupés.


Ferry vers Cobbel Hill
Palissage et nettoyage des vignes
Notre chez nous !

Pour le reste de la semaine et jusqu'à aujourd'hui, notre travail consistait à faire un grand nettoyage de printemps dans le domaine. Toujours accompagnées de nos fidèles rateaux nous avons continué de ratisser un peu partout : chemins, pelouses, parterres... Ramassant les branches de sapin, les pommes de pins, taillant, désherbant... Nous avons aussi taillé quelques rangs de lavande. Jusqu'ici nous avons été chanceuses car le soleil a pratiquement été de la partie à chaque fois avec des températures avoisinants les 15°c. Et quand le temps était plus mauvais, Kennedy nous trouvait du travail au chaud. Nous aidions au remplissage et à l'étiquettage des différents produits mis en vente.

Préparation des produits mis en vente

Nous travaillons 24 heures par semaine, réparties sur 4 jours. Cela nous laisse donc un long weekend de 3 jours pour nous promener. Le jeudi soir de la première semaine, nous avons été invitées à aller au restaurant avec la famille de Kennedy, et ce fût sushis ! L'occasion de mieux faire connaissance et de passer un peu de temps avec eux car l'un des petis moins à avoir notre propre logement est que nous sommes beaucoup moins dans l'échange.

Nous avons profité de notre premier weekend en randonnant dans les environs. Le samedi nous sommes allées à pieds jusqu'à la baie. Le dimanche nous avons pédalé quelques kilomètres vers un parc. De là plusieurs sentiers de randonnées nous permettaient de monter à un très joli point de vue sur la baie.

Promenade de samedi
Promenade de dimanche
See you soon !
14
mars
14
mars
Publié le 22 mars 2019

Jeudi matin, nous avons quitté notre superbe chambre Airbnb (on y a apprécié le confort) pour nous rendre au terminal du ferry. Après avoir patienté quelques minutes, nous avons embarqué direction Victoria, située au niveau de la pointe sud de l'île de Vancouver. On ne peut pas faire directement Vancouver - Victoria en ferry, celui-ci nous a débarquées à la pointe nord de l'île et nous avons pris un bus pour faire les quelques kilomètres restants. Ceux nous séparant de la capitale de la Colombie Britanique. Par chance, notre logement se trouvait sur le trajet, nous sommes donc descendues un peu avant le terminus histoire de déposer nos gros sacs. Oui mais voilà, on ne peut pas avoir bon à tous les coups ! Nous avons trouvé porte fermée. Optimistes nous avons décidé d'attendre un peu mais au bout d'une bonne heure à espérer nous avons repris nos sacs direction le centre ville. Pour la petite histoire, la propriétaire nous avait envoyées un message nous précisant le lieu de cachette des clés si jamais elle serait absente lorsque l'on arriverait, message que l'on a vu trop tard. Il est très agréable de flanner dans le centre ville, on peut y admirer les maisons victoriennes, les vieux buildings, les entrepôts en brique et le port. Nous avons fini notre découverte dans un café avant de reprendre le bus pour cette fois-ci être accueillies par Marly, notre hôte.


Embarquement pour Victoria
Découverte de la ville

Vendredi nous sommes allées visiter le Royal BC Museum. Il est consacré à l'histoire de l'île de Vancouver. Nous avons pu y découvrir un étage consacré à l'histoire naturelle dont les différents tableaux sont réalisés avec beaucoup de réalisme. À un autre niveau nous avons suivi un parcours sur la culture amérindienne, l'histoire des premières nations, la colonisation et tout ce que cela a entrainé (lois, maladies ...). Plus loin, une autre section abritait la reconstitution d'une petite ville des années 1870-1920, avec décors, bruitages d'ambiance, on avait l'impression d'avoir fait un bond dans le temps. Cela faisait très longtemps que nous n'avions pas visité de musée et nous n'avons pas été déçues. Nous l'avons trouvé très riche, très pédagogique aussi. En plus, nous avons pu voir une exposition photographique sur la nature, magnifique !

Partie histoire naturelle
Partie culturelle et historique

Le lendemain nous sommes allées nous promener dans le parc Beacon Hill qui longe la baie de Victoria. On a constaté que nous n'étions pas seules à avoir eu cette idée, nous avons croisé un bon nombre de poussettes, de joggers et de chiens en laisse. Le samedi doit être synonyme de sortie au parc. On a pu voir en face la plage des Etats Unis qui se trouve qu'à une soixantaine de kilomètres de l'autre côté du détroit. Nous sommes passées par le Ficherma''s Warf, un petit village aux maisons flottantes colorées. C'est un lieu très prisé où l'on y mange de bons fish and chips parait-il.

Dimanche nous avons quitté Victoria pour nous rendre à Cobble Hill, lieu de notre prochain workaway pour les trois semaines à venir.


Beacon Hill
Baie de Victoria et vue sur les Etats Unis
La mer et du soleil pour une transition en douceur !
Ficherman's Warf
Bye !
10
mars
10
mars

Après avoir pris notre avion de Libéria au Costa Rica en milieu d'après-midi le 9 mars dernier, nous avons atterri en début de soirée à Los Angeles pour une escale, notre avion pour Vancouver ne partant que le lendemain matin. Passer la douane américaine ne fût pas chose facile, nous avons du scanner nos passeports et répondre à tout un tas de questions à une borne informatique puis attendre de très longues minutes dans une file pour qu'un agent nous valide notre entrée en territoire américain. C'est presque vers minuit que nous avons pu prendre nos sacs à dos et nous trouver un petit coin où se poser pour la nuit. Le lendemain, nous avons pris l'avion pour Vancouver, qu'on a pu appercevoir vers midi. Après la douane américaine, on s'attendait à ce que la douane canadienne soit toute aussi longue, que nenni ! Comme aux US, nous avons scanné nos passeports, répondu aux questions sur la borne, et c'est tout. A notre grande surprise, nous n'avons pas vu d'agent de contrôle, tout se fait maintenant par informatique avec le passeport. Passer la douane fût donc plus facile que l'on ne l'avait imaginé. C'est donc parées de nos doudounes, leggings thermiques et bonnets que nous sommes allées affronter les 6 degrés canadiens pour trouver notre logement.


Départ de Libéria
Arrivée à Vancouver et découverte du métro

Lundi 11, nous avons commençé notre découverte de Vancouver par le village olympique, construit pour les JO d'hiver de 2010. La baie, qui entoure l'île de Vancouver (où se trouve le centre ancien et le centre ville) a totalement été aménagée pour les piétons et cyclistes. Nous avons pu nous promener facilement le long de celle-ci. Notre ballade nous a menées à travers différents quartiers du centre : Yaletown, un quartier d'anciens entrepôts réaménagés en boutiques et bars branchés, Gastown, quartier le plus ancien de l'île qui accueille lui aussi des magasins tendances et Waterfront, le front de mer où l'on a pu voir, entre autre, l'emplacement de la flamme olympique. Une petite pluie fraiche est venue accompagner notre fin de journée ce qui nous a poussées à rentrer bien au chaud dans notre chambre.



Visite des quartiers de Vancouver

Mardi nous avions pour objectif de nous rééquiper un peu, eh oui, un pull chacune ne nous suffira pas pour les trois prochains mois au Canada. Comme nous avons fait chou blanc la veille dans le centre ville, nous avons pris le "skytrain" (train du ciel) pour nous rendre un peu plus en banlieue dans un grand centre commercial. On a pu trouver de quoi nous rhabiller un peu et compléter notre équipement hivernal.

Direction les magasins !

Mercredi était notre dernier jour à Vancouver. Nous sommes parties du quartier Waterfront, au nord du centre ville, et nous avons longé la baie jusqu'au Stanley park, un parc urbain d'une superficie de 400 hectares. On peut y faire le tour en longeant la baie sur 8 kms, nous en avons fait la moitié. Le long de la promenade on a apperçu quelques totems amérindiens, le pont Lion reliant l'île de Vancouver à sa partie terrestre mais aussi le lac perdu et ses nombreux canards et oies du Canada. Nous aurions pu visiter l'aquarium de Vancouver qui est situé dans le parc mais le prix de l'entrée nous a quelque peu refroidies et nous avons préféré privilégier les activités gratuites, ici le budget grimpe vite.

Marche dans Stanley Park

Après avoir repris le métro et longé de nouveau la baie mais sur la partie sud cette fois-ci, on est allées sur l'île de Granville, au sud du centre ville. Granville est l'ancien nom de Vancouver. Au début du XXème siècle, le quartier abritait des usines et des scieries. Aujourd'hui, il est devenu un quartier très populaire grâce à ses nombreuses activités culturelles et son marché. Véritable paradis pour les gourmands. On y trouve de tout, des produits frais, fromages, fruits et légumes, viandes, un régal pour les yeux car on s'arrêtait presque partout tant les stands donnaient envie. L'occasion pour nous de faire une pause goûter après cette journée où nous avions beaucoup marché.

Le marché vers le quartier Granville

Nous avons beaucoup aimé Vancouver, belle entrée en matière dans notre découverte de ce si grand pays. Malgré sa grandeur, la ville est très bien pensée et bien aménagée pour les piétons. Les canadiens nous ont fait bonne impression, on les trouve très chaleureux. On aime déja beaucoup leur mentalité. Par exemple pour prendre le bus, la file forme une ligne et personne ne vient essayer de gagner des places en plus, tout le monde attend patiemment, pour sortir du bus, ils remercient le chauffeur. De quoi prendre de la graine chez nous en France. Petit plus, ce sont des grands consommateurs de café et de thé, et ça on adore !

Nous quittons la ville pour une autre ville, Victoria.

A bientôt

Marie et Louise

See you soon !
13
mars
13
mars

Holà tout le monde,

Voici la vidéo de notre voyage au Costa Rica. Ce pays fut une véritable surprise pour nous. Les animaux, les plages, les activités à sensations fortes et les nombreuses personnes chaleureuses que nous avons pu rencontrer (tout particulièrement Annabelle et Mark) font du Costa Rica un pays coup de coeur pour nous !

On espère que la vidéo vous plaira. Maintenant, direction le grand nord ... Adieu espagnol, maillots de bain, soleil et plages, place à l'anglais, aux bonnets, aux doudounes et à la neige !

Tchao

Marie et Louise

3
mars

Pour clôturer notre périple au Costa Rica nous avons décidé de terminer par la péninsule de Nicoya et ses nombreuses plages le long de l'océan Pacifique. Seulement voilà, malgré des distances qui paraissent assez courtes, il n'est pas si facile que ça de s'y rendre quand on utilise les transports en commun ! Pour aller à Montezuma, notre première destination sur la péninsule, nous avons fait le trajet en deux jours. Dimanche, nous sommes parties en bus de Monteverde vers Puntarenas où nous avons dormi. Pour nous, Puntarenas ne sera qu'une ville de passage, la ville d'où part le ferry pour aller au nord de la péninsule de Nicoya. Arrivées le soir et reparties le lendemain matin nous n'en avons pas vue grand chose. Puntarenas est située sur une petite péninsule entièrement urbanisée. La traversée nous a offert une belle vue du golfe de Nicoya. C'est à Paquerra que nous avons débarquées en même temps que les autres touristes, les locaux, un camion plein de mangues ou encore une bétaillère avec un énorme taureau ! De là, nous sommes montées dans le premier bus en direction de Montezuma et avons été étonnées de n'y trouver aucun autre touriste et de se rendre compte qu'ils étaient tous dans celui de derrière. Au final nous étions bien tombées car ils ont dû changer de bus lors d'un arrêt et se serrer dans l'allée avec leur backpack.

Puntarenas


Le dimanche, nous voilà donc arrivées à Montezuma, petit village de backpackers venus profiter des plages du Pacifique, comme nous ! Une fois nos sacs déposés à l'auberge et le maillot de bain enfilé, nous sommes parties acheter un petit pique-nique à grignoter sur la plage. Et ensuite, farniente!

Lundi nous avions décidé d'aller visiter le parc naturel Cabo blanco après s'être informées des horaires des navettes, mais lors du petit déjeuner, nous avons discuté avec un français qui nous a informé que le parc était fermé le lundi et le mardi. Raté ! C'est ça de vivre un peu au jour le jour... Du coup, nous avons randonné jusqu'à une cascade puis sur le littoral pour profiter des plages. Certains pourraient penser qu'on a pareil en Bretagne, mais ici on court pour aller dans l'eau et ce ne sont pas des mouettes qui traversent le ciel mais des pélicans ! ^^.



Montezuma

Mardi nous avions décidé de remonter vers Tamarindo. Cependant, nous ne pouvions pas utiliser les transports en commun à moins de prendre plusieurs bus, reprendre le ferry, passer par des grandes villes...Bref, on a opté pour les navettes de touristes plus chères mais directes et plus rapides. En plus la navette nous a prises devant notre hôtel à Montezuma et nous a déposées devant celui de Tamarindo. Tamarindo est une station balnéaire très prisée par les touristes dont beaucoup d'américains. Elle est connue pour ses spots de surf, un peu plus au nord pour son site de nidification des tortues luths géantes et son estuaire bordé de mangrove, site protégé, refuge pour animaux tels que les singes hurleurs et les crocodiles. Arrivées en milieu d'après-midi nous sommes allées profiter de la plage.

Mercredi, nous avons fait la connaissance de deux chiliennes, Valentina et Maria-José qui partageaient notre dortoir. Elles nous ont proposé de les accompagner pour profiter de la plage del coco, à une heure de route plus au nord avec leur voiture. Cette virée entre filles était très sympathique et la plage très belle et peu fréquentée. On a apprécié malgre le vent fort.

Le soir nous avions réservé un tour pour aller observer les tortues de nuit, moment où elles sortent de l'océan pour aller sur le littoral pondre ( si l'endroit leur parait assez humide, ce qui n'était pas la cas de la plage en question) puis retourner dans l'océan. Ainsi pour en voir, nos guides cherchaient des traces de tortues se dirigeant vers les dunes de sable puis on attendait qu'elles redescendent vers l'eau. Au final on a pu voir deux grosses tortues et un bébé. On a apprécié marcher la nuit sur la plage à la recherche des tortues, avec pour seul éclairage la faible lueur du ciel. Cela nous a permis d'admirer un magnifique ciel étoilé.

Jeudi nous nous sommes refaites une journée la plage, notre dernière avant d'aller affronter le froid du Canada. Alors nous avons essayé de faire le plein de soleil et de chaleur. Pour finir cette belle journée très productive nous avons pu assister à un magnifique coucher de soleil sur l'océan Pacifique.

Plage del Coco avec Maria-José et Valentina
Tortues
Coucher de soleil sur Tamarindo

Vendredi matin, nous avons refait nos sacs et pris un bus pour Libéria où nous avons passé la nuit avant de prendre un avion pour Vancouver. A Libéria, le village était en fête. Des cavaliers menaient leurs montures dans les rues animées. La place centrale était envahie de stands en tout genre.

Pour clôturer notre périple costa ricain nous nous sommes offertes un dernier casado et un smoothie avec les pourboirs reçus lors du workaway. Il est maintenant temps de ranger les shorts et de sortir les doudounes !


Dernier casado
Fête à Libéria
Adios Costa Rica
1
mars

Après des aux revoirs émouvants et quelques heures de bus, nous voici arrivées à Monteverde, plus exactement le petit village assez touristique de Santa Elena. Monteverde se situe dans une région montagneuse et est connue pour sa grande réserve biologique avec ses "forêts de nuages". Il s'agit des forêts tropicales situées sur les montagnes, entre 1 000 et 3 000 m d'altitude, souvent enveloppées dans la brume, d'où ce nom...

Notre bus est arrivé en fin de soirée à Monteverde. Après quelques courses, et un peu de marche nous avons découvert notre auberge. Johnathan, le gérant, a pu nous aider pour organiser notre journée du lendemain et réserver. Il n'y avait plus qu'à se laisser porter (et à payer !).

Samedi matin, un petit combi nous a pris à l'hôtel pour nous emmener au parc 100% Aventura, et comme son nom l'indique pas mal d'aventures et une bonne dose d'adrénalyne nous y attendaient ! Ce parc nous proposait un parcours de tyroliennnes et quelques autres surprises. Une fois équipées avec nos casques, nos harnais et nos gants, on nous a donné quelques consignes et on a pu s'élancer sur le parcours. On a commencé par une dizaine de câbles avec à chaque fois un gentil monsieur nous accrochant puis nous décrochant à chaque étape. On a même eu le droit à une petite descente en rappel ! La suite du parcours montait en intensité. On nous a accroché en position superman avant de nous faire glisser à une hauteur et sur une longueur incroyable ! On peut vous dire qu'on comprend mieux ce que Loïs ressent lorsque Superman l'emmène voler ! Le clou du spectacle fût le Mega Tarzan Swing. On appréhendait beaucoup, mais maintenant que l'on y était, pas question de reculer. Il fallait avancer sur un pont suspendu, se laisser accrocher et se laisser pousser dans le vide sans trop vous laisser le temps de réfléchir. Et heureusement... (Allez ! La vidéo du parc pour vous donner une idée : https://youtu.be/u5ONjElWVPc )


Superman avant de survoler la forêt !!!

Samedi après-midi, un autre combi est repassé nous prendre pour aller visiter le parc Selvatura. Nous avons commencé par aller observer les colibris. Attirés par la nourriture qui leurs était donnée, ils étaient nombreux. Nous avons pu les observer de très près, nous frôlant. On pouvait même les laisser se poser sur nos mains autour des mangeoires ! C'était incroyable de voir la vitesse à laquelle ils battaient des ailes. Pour info, un colibri effectue en moyenne 50 à 60 battements par seconde, voir beaucoup plus pour certaines espèces. Leurs couleurs étaient magnifiques avec des tonalités de bleus, de verts et de violets étincellants. Un vrai spectacle !

Dans un deuxième temps nous avons cheminé à travers la forêt tropicale, parfois au coeur même de la forêt, d'autres fois au-dessus de la canopée au moyen de ponts métalliques suspendus. Nous n'avons pas pu observer d'animaux mais nous avons profité du calme de l'environnement et de la flore foisonnante.


Colibri
La forêt des nuages

Nous avons passé un agréable moment à Monteverde. Un moment de sensations fortes et un peu de hauteur sur cette belle nature. On s'y sent pousser des ailes !

Hasta luego !
28
fév
28
fév

Ça y est, notre deuxième workaway s'est terminé hier et nous avons repris la route en direction du nord ouest afin de profiter de nos derniers jours au Costa Rica.

Encore une fois, nous avons eu beaucoup de chance car nous sommes tombées sur un super lieu avec des hôtes adorables. Dès les premiers jours, Mark et Annabelle nous ont fait nous sentir comme à la maison. Notre travail consistait à les aider dans la gestion quotidienne de leurs 5 cabanes. Le matin, à 7h00 nous aidions à servir les petits déjeuners aux clients puis nous devions nettoyer les cabanes à la suite des départs ainsi que le restaurant. Nous terminions souvent aux alentours de 12h00, le temps de faire aussi toutes les lessives, ce qui nous laissait quartier libre l'après-midi puisque nous retournions en cuisine à 18h00 pour aider au service des diners. Le travail n'était pas dur en soi et nous avons vite pris nos marques jonglant rapidement entre l'espagnol et l'anglais (Annabelle est costaricaine et Mark est originaire des Etats-Unis).

Le lieu était très calme et offrait une superbe vue sur les volcans Irazu et Turrialba. Nous avons eu la chance d'appercevoir de nombreux oiseaux, notamment des toucans et des colibris le matin lorsque nous travaillions, un vrai bonheur. Sans parler de la piscine ... Un régal après une matinée de travail. Ce fût aussi l'occasion de profiter des bons plats préparés par Annabelle et Mark comme le gallopinto au petit déjeuner, le typique casado (riz, haricots rouges, oeuf, viande accompagnés de frites et d'une salade), les tortillas... et autres succulentes recettes d'Annabelle (on en a récupérées quelques unes !). Lors de notre dernière soirée, Annabelle nous a cuisiné de très bonnes lasagnes et un cheesecake aux fruits de la passion ! Un délice ! Et on a même eu le droit à des pancakes pour notre dernier petit déjeuner.

Ce workaway nous a permis de faire de belles rencontres, Mark et Annabelle mais aussi leurs amis Glenn et Jacqueline sans compter toutes ces personnes venues passer une nuit ou plus aux Ecolodges Bellavista Ranch avec qui nous avons pu échanger. Il y avait par exemple deux anglaises, Tam et Hannah, avec qui nous sommes allées faire du rafting une première journée, et un tour au marché puis au jardin botanique Catié de Turrialba une deuxième journée. Mais il est temps pour nous de poursuivre notre aventure et de dire au revoir à ces nouveaux amis, non sans un pincement au coeur...


Au travail !
Notre chambre et la piscine
Eruption du volcan Irazu et quelques rencontres...
Notre grande cuisinière Annabelle
Journée Rafting avec Tam et Hannah
Marché à Turrialba et quelques fleurs du jardin botanique
Merci Mark et Annabelle !
16
fév
16
fév
Publié le 18 février 2019

Pour notre premier weekend libre, sans travail, nous avons décidé de partir découvrir Cahuita, sur la côte des Caraïbes dont Mark et Annabelle nous en avaient fait la promotion pour son ambiance, ses plages et son parc national. C'est donc équipées de nos petits sacs à dos avec le strict minimum à l'intérieur (principalement le maillot de bain, très important !) que nous avons quitté nos hôtes vendredi en début d'après-midi. Pour nous rendre à Cahuita, nous avons dû prendre trois bus différents et, à cause des travaux sur la route et du trafic des camions, nous sommes arrivées qu'une fois la nuit tombée, vers 18h30 (le soleil se lève vers 5h30 et se couche vers 17h30 ici). Une fois bien installées dans notre auberge en bord de mer, on s'est dirigées dans la rue principale afin de trouver un restaurant. Nous avons goûté à un poulet sauce coco délicieux accompagné par deux cocktails, sur fond de reggae, ambiance caribéenne assurée !


Samedi matin, on s'est levées tôt afin de profiter de la fraicheur du matin pour aller visiter le parc national de Cahuita. A peine en sortant de notre auberge, nous avons pu voir un paresseux et son petit sous des feuillages, une chance. Après avoir pris un "gallo pinto" (riz, haricots rouges et oeuf), des fruits frais et un bon café au petit déjeuner, nous sommes parties sur le sentier du parc. Ce sentier fait 8 kms de long et longe la côte en passant par la jungle et quelques marécages parfois. Les parcs nationaux au Costa Rica ne sont pas délimités physiquement, seul un accueil marque les entrées pour les visiteurs, comme cela les animaux sont libres d'aller où bon leur semble. Il nous a fallu peu de temps pour commencer à appercevoir les premiers animaux : crabes des sables, lézards, araignées et ratons laveurs. Au fil des kilomètres, nous avons compris ce que la journée nous réservait : d'un côté la jungle épaisse et de l'autre les plages de sable fin et les cocotiers, de quoi nous faire apprécier cette balade. Après avoir parcouru les 8 kms en ayant apperçu un bon nombre d'animaux tels que des singes, des bernards l'ermites, des papillons, un serpent, des oiseaux, etc nous avons décidé de faire le chemin en sens inverse afin de se poser sur une plage et de profiter de notre après-midi pour nous baigner et lézarder au soleil. Croyez-nous cette fois-ci, il ne nous a pas fallu longtemps pour aller dans l'eau !





Cahuita
Promenade dans le parc de Cahuita
Pura vida !

Le soir, nous sommes allées profiter du coucher de soleil sur la plage en face de notre auberge. Dimanche matin, on est allées se baigner une dernière fois. Nous étions seules sur la plage, en même temps il était 8h00 du matin ! Nous avons rassemblé nos affaires puis on a repris les bus qui nous ont ramenés chez Mark et Annabelle.


Coucher de soleil à Cahuita
Hasta luego
13
fév
13
fév

Holà !

Aujourd'hui, 13 février 2019, nous sommes à la moitié de notre voyage à travers l'Amérique. 5 mois sont déjà passés depuis que nous avons pris l'avion pour Lima.

Une fois de plus, impossible pour nous de dresser la liste des rencontres, des lieux incroyables visités depuis septembre, par contre nous vous avons préparé un petit bilan de milieu de voyage :


● 8 avions pris depuis le début du voyage

● 30 voyages bus (soit l'équivalent de plus de 350 heures de trajet en bus)

● 6 pays visités : Pérou, Bolivie, Chili, Argentine, Brésil (une journée) et Costa Rica

● 1 infection intestinale et 2 intoxications alimentaires à notre actif

● 1 soirée aux urgences boliviennes

● 1 visite à la police chilienne

● 2 vols au Chili

● côté températures : -3 degrés dans le Sud Lipez (Bolivie) et plus de 37 degrés à Iguazu (Argentine)

● 8 jours de pluie et 1 journée de neige depuis le début du voyage

● 1 tremblement de terre et 1 éruption volcanique (nous avons un volcan en activité en face de notre workaway en ce moment qui crache régulièrement des fumées. Pour nos mamans et papas qui nous lisent, pas de panique on est en sécurité, les fumées ne vont jamais de notre côté)

● budget dépensé : 7824€ pour deux (soit 50€ par jour) ; sans compter nos prochains vols qui nous ont coûté 1917€.

● animaux rencontrés : lamas, perroquet, emeuts, condors, alpacas (Pérou) ; flamants rose, toucan, vicuñas, guanacos, perroquets (Bolivie) ; tarentule, scorpion, araignées en tout genre, chevaux (Chili) ; éléphants et lions de mer, pingouins de Magellan, renard, chevaux, tégu, tatous, bolsons, coatis, piverts, oies de Patagonie (Argentine) ; toucans, colibris, perroquets (Costa Rica). Sans compter les nombreux chats et chiens errants croisés sur notre route !

● 17 livres lus (merci à l'inventeur des livres numériques)

● 59 grilles de mots fléchés et 25 sudokus remplis (du bus, toujours du bus ...)


Voilà un petit bilan rapide de notre motié de périple. Encore merci à vous de nous suivre, cela nous fait énormément plaisir !

Nous vous donnerons très prochainement des nouvelles de notre workaway au Costa Rica.

Hasta luego,

Marie et Louise




7
fév

C'est vers 22h30, heure locale, que nous sommes arrivées à San José, capitale du Costa Rica après une épopée de plus de 27h00 dans trois aéroports différents. En effet, on est parties de Buenos Aires à minuit le 7 pour un premier vol d'une durée de trois heures direction Sao Paulo au Brésil. De Sao Paulo, on a du attendre notre deuxième vol pendant une dizaine d'heures, on a même eu la "chance" de dormir (reposer nos yeux serait plus approprié) sur les sièges, comme dans les films (les films ne montrent pas toujours comme c'est désagréable et bruyant par contre). En début d'après-midi, nous avons pris notre vol pour Bogota en Colombie. Ce n'est qu'à 21h00 que nous avons embarqué pour San José. Après toutes ces escales, passages de douanes, dépôts et reprises de sacs à dos, nous avons sauté dans un taxi pour nous rendre à l'hôtel avec une idée en tête : dormir !


Vendredi matin, après une bonne nuit de récupération, nous avons eu droit à notre premier "casado" au petit déjeuner : omelette, riz, haricots rouges et fruits frais, un regal. Il parait que c'est le plat national ici. Nous sommes ensuite parties découvrir la ville par nous-même. Ce n'est que le samedi matin que nous en avons appris un peu plus sur cette ville et sur l'histoire de ce pays. En effet, comme a notre habitude, on a participé au free walking tour nous permettant d'avoir les explications d'un guide. Notre guide David était super, et nous avons même goûté à notre premier café costaricain. On a aussi appris que San José n'a pas un passé hsitorique très ancien (seulement depuis les années 1700, avec la conquête des espagnols). D'ailleurs, le pays a obtenu son indépendance en ... sans avoir recours aux armes puisqu'ils ont reçu une lettre du Guatemala leur disant qu'ils étaient indépendants. C'est aussi le seul pays à ne plus avoir d'armée depuis 1948. C'est un pays devenu riche grâce à son exportation de café et depuis 3 ans, 100% de ses énergies produites sont renouvelables et proviennent du vent, de l'eau et de la géothermie (le pays possède de nombreux volcans encore en activité).


Dimanche matin, nous avons pris un bus direction la ville de Turrialba pour nous rendre chez Marc et Annabella, nos hôtes du workaway.


Hasta luego,


Marie et Louise


Vive l'avion !
Théâtre national
Visite de la ville
Le marché central
4
fév
4
fév
Publié le 4 février 2019

Holà !

Voici l'heure de la vidéo rétrospective de la deuxième partie de l'Argentine : la Patagonie. On en a vraiment pris pleins les yeux que ce soit au niveau des paysages, de la nature ou encore des animaux rencontrés. Pour nous, la Patagonie fait partie de nos gros coups de coeur du voyage.

Merci encore aux copains d'avoir partagé cette découverte avec nous !

Notre périple en Amérique du Sud se termine ici, cap sur le Costa Rica maintenant ...

Marie et Louise

19
janv
19
janv
Publié le 29 janvier 2019

Après 26h de bus, pas le plus confortable que l'on est eu jusqu'ici, nous sommes enfin arrivés à Bariloche. Arrivés vers 23h, nous avons attendu qu'un taxi vienne pour nous emmener à l'hôtel. S'il nous a fallu attendre le lendemain pour découvrir Bariloche de jour, l'arrivée de nuit nous a offert un joli spectacle avec la pleine lune éclairant le lac et les montagnes recouvertes de conifères !

Dimanche, nous sommes allés découvrir Bariloche. Cette ville est bordée par un grand lac glaciaire entouré par la cordillères des Andes, le Nahuel Huapi. On surnomme Bariloche, la "petite Suisse" et on a vite compris pourquoi en découvrant les chalets en bois, les nombreuses chocolateries et les fondues de fromage au menu de certains restaurants, et tout cela dans un décor montagnard au bord du Nahuel Huapi.

Bien motivés, nous avons décidé de nous baigner dans le lac. On devait être un peu fou car nous étions les seuls dans l'eau. A vrai dire on est ressorti aussi vite qu'on y est entré, l'eau glaciale et le vent en bourrasques ne nous ont pas aidés ! Quoi de mieux qu'une bonne glace ou une crêpe au dulce de leche pour s'en remettre ensuite...

Centre de Bariloche

Lundi, nous avons pris un bus vers le parc municipal de Llao - Llao. Nous avons fait un arrêt en cours de route pour monter en haut de la colline Campanario profiter d'un très beau point de vue.

Cerro Campanario

Nous avons ensuite repris un bus pour aller à l'entrée du parc municipal afin de partir randonner à travers divers sentiers emmenant de point de vue en point de vue, vers différents lacs. Nous avions programmé de faire une dizaine de kilomètres et de retrouver un nouveau bus de l'autre côté du parc pour pouvoir rentrer sur Bariloche. Cependant le bus n'est pas passé à l'endroit souhaité ou tard dans la soirée... Il nous aura fallu marcher une bonne dizaine de kilomètres en plus avant de trouver un bus vers Bariloche et une bonne âme pour nous avancer des passages sur sa carte de bus, la nôtre n'en ayant plus assez pour le retour. Finalement tout s'est arrangé et cette bonne âme nous a même en partie offert notre trajet retour ! Un beau geste de gentillesse !

Parc municipal Llao-Llao

Mardi, nous avons pris un bus vers le lac Gutiérrez. De là nous sommes d'abord allés voir la cascade de los duendes, pour nous sommes montés en haut d'une montagne offrant un très beau point de vue sur le lac avant de redescendre et randonner une petite dizaine de kilomètres vers la plage au bord du lac Gutiérezz. On ne s'est toujours pas baigné même si le cadre était idyllique ! Malgré les apparences il ne faisait pas si chaud. Puis il a fallu faire le chemin retour et rentrer sur Bariloche, sans imprévu cette fois ! La fatigue physique commençait vraiment à se faire sentir...

Cascade, point de vue et plage

Mercredi nous avons loué une voiture pour faire la route des 7 lacs jusqu'à San Martin de los Andes en suivant la route 40. Les paysages étaient splendides. On a même pu s'arrêter profiter d'une plage pour faire la sieste et se baigner (cette fois on y est allé !)avant d'arriver à San Martin. A San Martin, nous nous sommes promenés dans le centre ville, glânant le longs des étales des artisans et dégustant une bonne glace ! Le soir nous avons dormi dans un chalet en haut d'une station de ski. Malgré quelques soucis pour trouver le réceptionniste nous avons pu profiter de ce bel endroit et surtout d'une magnifique vue sur la montagne !

Jeudi nous avons fait le chemin inverse profitant des différents mirradores et de la plage ( sieste et baignade !). Jeudi soir nous avons décidé de nous faire plaisir en allant manger une fondue au fromage et nous avons eu la surprise de nous faire offrir le repas par Nathalie et Gauthier ! On a passé une très bonne soirée.

Route des 7 lacs, notre logement.
Soirée fondue !

Vendredi nous nous sommes promenés une dernière fois dans Bariloche avant de prendre un bus de 22h vers Buenos Aires.

Samedi dans l'après-midi nous avons retrouvé notre hôtel habituel.

Dimanche nous avons accompagné Nathalie et Gauthier à l'aéroport avec qui nous avons passé un super moment ! Pour nous l'aventure continue. Nous avons encore une dizaine de jours sur Buenos Aires avant de nous envoler pour le Costa Rica. Nous sommes à la recherche d'un workaway mais nos demandes ne trouvent pas preneurs pour le moment ...

A bientôt !
16
janv
16
janv

Nous sommes donc arrivés en soirée à El Chaltén. Avant de nous laisser au terminal de bus, un arrêt obligatoire a été fait au point touristique pour nous expliquer les règles de propreté strictes à respecter pour protéger la nature, comme ne pas se baigner ou ne pas se laver dans les cours d'eau. Car il faut savoir qu'El Chaltén se situe à l'intérieur même du parc national los Glaciares. Elle a seulement été fondée en 1985 losrque Buenos Aires décida d'envoyer en urgence un groupe de fonctionnaires "fonder un village" avant que les chiliens ne puissent faire de même et revendiquer ce territoire. En 1991, ce village comptait à peine 41 habitants. S'il est si touristique c'est parce qu'il se situe au pied du célèbre Fitz Roy (3 341 m d'altitude). D'ailleurs le nom El Chaltén y fait référence. Cela signifie "la montagne qui fume" dans la langue des indiens aonikenk. Ils l'appelaient ainsi en raison des épais nuages qui l'enveloppent régulièrement, pouvant faire penser à un volcan en éruption.

Arrivés assez tôt dans la soirée nous avons décidé d'en profiter pour goûter aux spécialités locales : bières artisanales puis leur célèbre mouton grillé au feu de bois accompagné d'un Malbec de Mendoza. Un pur délice ! C'est le ventre plein que nous nous sommes couchés profitant d'une bonne nuit de sommeil car le lendemain une bonne journée nous attendait.

Soirée dégustation des spécialités locales

Le lendemain nous nous sommes levés aux aurores afin de nous lancer pour une randonnée de 8 heures aller-retour. Avec un aller de 10 km dont le dernier avec 400 m de dénivelé sur un chemin caillouteux. Attention aux cuisses ! L'objectif étant d'atteindre la lagune de los tres d'où l'on avait un panorama extraordinaire sur le Fitz Roy.

Randonnée de la laguna de los tres

Le lendemain nous avons décidé d'y aller plus doucement avec une petite randonnée de 6 km pour aller contempler la cascade Chorillo del Salto. Gauthier nous a trouvé un petit sentier pour nous rendre en haut de la cascade où l'on a pu pique-niquer et profiter d'une petite sieste loin de la foule de randonneurs...

Le soir-même nous avons pris un bus pour un trajet de 24h, quittant ce nouveau coin de paradis pour Bariloche.

Randonnée à la cascade Chorillo del Salto
A bientôt !
15
janv
15
janv

Nous avons atterri à El Calafate dans la soirée. Même si le climat semblait plus doux qu'à Ushuaia, nous avons gardé le bonnet et une bonne veste... Le nom de cette ville-étape provient d'un arbuste à fleurs jaunes et baies noires, très répendu dans la région. Cette petite ville se situe au pied de la cordillère des Andes. Elle a été notre point de départ pour nous rendre au parc naturel des glaciers afin d'aller admirer le glacier Perito Moreno dès le lendemain matin.

Ce glacier, du nom de l'explorateur du XIXème siècle Francisco Moreno, à une étendue de 14 km sur 4 km et culmine à 50-60 m au-dessus du niveau du lac. Pour la petite explication (dixit le routard), "le glacier se forme en haut des montagnes, à 2 000 m d'altitude, puis descend peu à peu en épousant les reliefs des versants, ce qui explique les nombreux pics acérés et cassés qui témoignent de la vie du glacier. L'eau qui s'écoule en permanence sous la glace contribue à son déplacement", pouvant aller jusqu'à 2 m par jour au centre et 70 cm sur les côtés. Et c'est bien un monstre de glace que nous avions sous les yeux ! Nous avons même eu le droit à un spectacle à la fois fascinant et inquiétant... Celui de blocs de glace se détachant et tombant dans le lac avec fracas. On a même pu en voir un sortir de nulle part émerger à la surface de l'eau. On aurait pu rester des heures à guetter le moindre bruit annonçant la chute d'un bloc, tellement c'était impressionnant !

Notre taxi nous a ensuite déposés au terminal de bus pour nous rendre, en 3 heures, à El Chalten d'où nous pourrons découvrir une autre partie du parc national Los Glaciares.

Le glacier Perito Moreno
Hasta luego !
12
janv

Pour nous rendre "au bout du monde" nous avons décidé d'y aller en avion, cela nous permettant d'y arriver en deux heures au lieu de 2 jours en bus. C'est donc du ciel que nous avons apperçu pour la première fois la Terre de Feu. L' Argentine n'occupe qu'un tiers de la grande île de la Terre de Feu, le reste appartient au Chili, séparé par le détroit de Magellan. Après l'atterissage, il nous a fallu attendre nos sacs, Nathalie ayant même eu le droit de repasser la douane car elle transportait une poire et un avocat, restes de nos courses. Après avoir laissé nos fruits et légumes au douanier nous avons pris le taxi que notre hôte nous avait envoyé direction notre petite maisonnette sur les hauteurs d'Ushuaia. Arrivant tout juste de la péninsule de Valdès, nous avons vite ressorti les doudounes et les bonnets, la température n'étant pas élevée (environ 7 degrés) et le vent soufflant fort ! Un choc pour nous qui venions de nous baigner la veille. Nous sommes allés nous promener près du port d'Ushuaia en tentant de ne pas nous envoler.

La Terre de Feu vue du ciel
Ushuaia

Le 13 janvier, nous sommes partis en catamaran pour une excursion de 5h00 sur le canal de Beagle. En s'éloignant du port, on a pu admirer la baie d'Ushuaia entourée de montagnes. Le canal de Beagle (185 km de longueur) relie le Pacifique à l'Atlantique, la rive nord est argentine et la rive sud, chilienne. Nous avons pu voir le très célèbre phare des Eclaireurs, l'île de los Pajaros et ses centaines de cormorans, l'île de los lobos et ses lions de mers et l'île de los pinguinos, les pingouins.


Phare des éclaireurs
Le canal de Beagle

Le lendemain, direction les terres. A seulement une trentaine de minutes en voiture d'Ushuaia part un sentier de randonnée pour se rendre à la laguna Esmeralda. Nous avons traversé de superbes paysages mêlant vertes forêts, tourbières, vallées et montagnes enneigées. Au bout d'une bonne heure de marche nous avons atteint la laguna Esmeralda (émeraude en espagnol). Celle-ci vaut bien son nom car la couleur de l'eau est d'un bleu vert très pur. Le site est magnifique, nous en avons profité pour piquer-niquer près du lac et faire une petite sieste. L'occasion aussi de faire de drôles de rencontres sur notre chemin comme un renard très curieux croisé sur le retour.


Forêts, vallées et tourbières
Laguna Esmeralda
Le zorro

Mardi 15 janvier fut notre dernière journée à Ushuaia. Nous avions un vol le soir pour El Calafate mais nous avons décidé d'optimiser notre temps en partant tôt le matin au parc national de la Terre de Feu. Au programme, une randonnée de 8 km qui longeait les côtes du canal de Beagle. Là aussi, nous en avons pris plein les yeux. On a même pu voir de l'autre côté du canal les montagnes chiliennes. Malheureusement, nous avons été accompagnés une bonne partie de la randonnée par la pluie. C'est donc trempés que nous nous sommes réfugiés au centre d'interprétation du parc national pour manger un bout et attendre notre bus. On a pu y faire la rencontre d'un suisse, parti depuis 3 ans sur les routes et ayant traversé plus de 40 pays, impressionnant ! Mais ne vous inquiétez pas, nous n'irons pas jusque là ! Après avoir repris nos sacs dans notre charmante maisonnette, nous avons rejoint l'aéroport pour un vol d'une heure et demie vers El Calafate. Notre séjour au bout du monde se termine donc, il faut le souligner, nous avons été chanceux de visiter Ushuaia car même si la destination reste chère, ce que l'on a pu y voir méritait le détour.


Au loin le Chili
A bientôt
10
janv

Nous avons bien accueilli Nathalie et Gauthier à l'aéroport. Nous avons profité de notre journée à Buenos Aires pour les emmener visiter quelques endroits sympathiques de la ville dont le quartier San Telmo avec ses danseurs de tango...

Quartier San Telmo

Notre périple à la découverte du sud de l'Argentine a commencé avec une première étape à Puerto Madryn. Cette petite ville ne nous a pas attiré pour son charme, même si nous avons profité de cette station balnéaire pour nous promener en bord de mer et nous baigner dans l'océan atlantique. L'eau n'était pas si froide que cela (en comparaison du Chili) mais le vent soufflait fort.

Puerto Madryn

Mais elle est surtout le point de départ pour aller visiter la péninsule Valdès. Nous y avons loué une voiture pour nous rendre sur cette grande réserve naturelle inscrite au patrimoine de l'Unesco (97 km de long sur 63 km de large). Son nom, Valdès, tient ses origines de celui du ministre de la marine qui parraina l'expédition ayant conduit à sa découverte.

Il nous a d'abord fallu traverser des étendues sauvages de pampas où l'on a pu croiser des guanacos (cousins du lama), avant de longer la côte où l'on a pu observer des animaux marins comme les lions de mer, les éléphants de mer et des pingouins de Magellan. Tout cela pour notre plus grand bonheur !

Nous ne sommes pas rester plus longtemps à Puerto Madryn et avons ensuite pris un vol direction le bout du monde : Ushuaia ou encore la terre de feu...


Lions de mer, éléphants de mer...
Les pingouins
Hasta luego !
6
janv
6
janv
Publié le 10 janvier 2019

Holà !

Comme l'Argentine est un très très grand pays, nous avons préparé une vidéo de ce que nous avons découvert dans le nord : Salta, Mendoza, Iguazu. Nous sommes actuellement en direction de la Patagonie en compagnie de Nathalie et Gauthier. Les nouvelles arriveront bientôt sur le blog ...

Hasta luego !

Marie et Louise

3
janv

Le dernier endroit que nous souhaitions voir avant d'aller visiter le sud de l'Argentine était les célèbres chutes d'Iguazu. Ayant quelques jours avant l'arrivée de ma soeur et mon cousin, nous avons décidé de prendre un bus le 1er janvier pour Puerto Iguazu. Malheureusement, quelques chose de notre super repas de la Saint Sylvestre ne sera pas bien passée pour moi. Je vous assure que ça n'était pas une indigestion de chocolat ! Malade comme un chien, nous avons repoussé le départ au lendemain. Une chance que la compagnie de bus ait bien voulu échanger nos billets. Ainsi, une fois tout rentré dans l'ordre, nous avons pris le bus le 2 pour arriver le 3, avec plus de deux heures de retard mais bien arrivées ! Nous avions prévu d'organiser cette excursion de cette manière : profiter de notre auberge avec piscine le reste de la journée du 3, voir les chutes d'Iguazu du côté argentin le 4 et les voir du côté brésilien le 5 avant de reprendre un bus en fin de journée pour retourner à Buenos Aires. Mais tout ne se déroule pas toujours comme prévu et c'est d'autant plus vrai en voyage !

Ainsi c'est sous une chaleur tropicale que nous sommes arrivées à Puerto Iguazu. Nous sommes passées à un paysage avec une végétation subtropicale, des forêts denses, une terre rouge... Pour les amateurs de pastèques, ce serait votre paradis ! On en vend par dizaines sur les bords de route. Arrivées en milieu d'après-midi, nous avons trouvé notre hôtel et pris une bonne douche rafraîchissante. Ce qu'on pourrait faire 15 fois par jour là-bas car même en restant assis à l'ombre vous transpirez comme si vous aviez courru un marathon ! Mais l'eau étant précieuse, on s'abstiendra. Nous sommes ensuite allées manger, à 16h de l'après-midi, il était temps, nos estomacs commençaient à réclamer ! Puis nous avons fait quelques courses avant de rentrer à l'hôtel profiter de la piscine. Ce soir là, nous avons fait la connaissance de deux allemandes, dont une en voyage durant 6 mois, l'occasion d'échanger sur nos expériences et de partager les bons plans.

Puerto Iguazu
Notre auberge

Jeudi, nous avons fait la connaissance d'un français également en année sabbatique. Nous nous sommes rendus ensemble au terminal de bus. Il nous a partagé tous ses bons conseils pour la visite des chutes. Nous avons alors pris conscience que nous n'aurons pas le temps le lendemain de visiter les chutes du côté brésilien avant de prendre notre bus. Nous avons donc décidé de changer nos plans et de nous rendre du côté brésilien le jour-même. Pour cela il a fallu prendre un bus, s'arrêter aux frontières, faire tamponner les entrées et sorties de territoire avant d'arriver à l'entrée du parc brésilien. Et là, il a fallu s'armer de patience. Heureusement pour nous, nous avons rencontré Adrien et Leslie également en année sabbatique, accompagnés de Laura venue les rejoindre pour quelques jours. Un trio vraiment sympathique avec qui nous avons passé la journée. Après des heures d'attente, nous voilà enfin dans le bus touristique emmenant au départ du sentier offrant une magnifique vue d'ensemble des chutes d'Iguazu.

Les chutes d'Iguazu c'est plus de 200 chutes sur 2,7 km au milieu d'une végétation tropicale impressionnante. Le fleuve Iguazu parcourt 1 320 km. C'est au niveau d'une faille géologique que se forment de nombreux bras venant chuter et formant d'impressionnantes cascades créant l'immense U des chutes d'Iguazu. Et c'est du côté brésilien que l'on peut avoir une meilleure vue d'ensemble des chutes.

Chutes d'Iguazu vues du côté brésilien
Faune

Mais cette journée nous réservait encore plein de surprises... Arrivant au bout de la visite nous nous sommes faits surprendre par un gros orage. Nous qui rêvions d'une bonne douche, nos voeux furent exaucés ! Heureusement, la pluie s'était arrêtée aussi vite qu'elle était venue même si nous étions trempés jusqu'aux os. Ensuite nous nous sommes retrouvés à patienter pour qu'un bus arrive et nous ramène à Puerto Iguazu. Seulement voilà, on nous informa que la frontière argentine était bloquée par des manifestants et que le passage y était très ralenti. Nous avons donc pris notre mal en patience, mais avec nos joyeux compagnons le temps passa plus vite! Enfin un bus nous prît. Le passage à la frontière brésilienne se fît sans soucis, mais nous fûmes bloqués à celle d'Argentine. Après un peu d'attente, voyant de nombreux passagers terminer à pied, étant seulement à quelques kilomètres du centre ville, on décida de faire pareil. Alors on est descendu du car, marchant sur le bas côté le long des véhicules à l'arrêt. On a passé la douane argentine sans problème, accompagnés de la douce mélodie des klaxons ! En passant près d'un petit groupe de manifestants calmes, brûlant quelques pneus, on prit quand même le temps de leur demander la raison de ce blocage. Une dame nous expliqua brièvement qu'ils manifestaient à cause du manque d'installation de l'eau dans toute la ville... si on a bien compris. Une cause louable! On ne fera pas nos français râleurs. De plus, cela aura pimenté notre fin de journée !

Nos compères : Leslie, Adrien et Laura.

Samedi nous nous sommes levées aux aurores, espérant arrivées tôt au parc d'Iguazu côté argentin pour en profiter au maximum avant de reprendre un bus retour vers Buenos Aires dans l'après midi. Il nous fallait juste déposer nos sacs à la gare routière pour nous les garder en début de journée. Seulement voilà, le gardien a ouvert son cagibi à 9h après qu'on ait fait le tour des guichets de bus et qu'une dame ait appellé le gardien car il aurait dû ouvrir à 7h00 !

Finalement c'est à 10h que nous avons pu commencer la visite du parc argentin. A la différence du côté brésilien, celui-ci permet de s'approcher au plus près des chutes et de se promener pour admirer la faune et la flore en petit train ou à pied sur les sentiers bitumés, entrecoupés d'escaliers et de passerelles. Vous avez même la possibilité de faire un tour en bateau vous approchant au plus près des cascades.

Nous avons commencé par prendre le petit train nous emmenant au départ des deux circuits longeant la brèche géologique le long de laquelle la majeure partie des chutes se jettent dans le vide. Ne pouvant tout faire, ce fût notre programme. Dès le premier circuit nous avons retrouvé notre super trio français ! L'occasion de faire un bout de chemin ensemble et de se souhaiter bon voyage avant de se quitter ! Nous en avons pris plein les yeux, une fois de plus ! C'est incroyable ce que la nature a à nous montrer.

Nous étions à l'heure pour notre bus retour, avec même un peu d'avance. Quelques mauvaises surprises rendront notre retour encore un peu plus long vers BA... Nous savions que nous aurions un changement de bus dans une petite gare routière avec une heure d'attente. Finalement se sera pratiquement 3h d'attente, avec des sièges en mauvais état, les pieds de ma voisine de derrière au-dessus de ma tête, la musique du voisin de devant en début de matinée... vive l'aventure !

Un tour en petit train !
Parc côté argentin
Coatis et un reptile dont on ne sait pas le nom... (si certains savent n'hésitez pas à nous le dire en commentaire)
Hasta luego
29
déc
29
déc

Suite au départ de Gilles et Patricia, nous avons passé la journée du samedi 29 décembre à l'hôtel pour rattraper notre retard sur le blog et sur nos carnets de voyage. En fin de journée, de peur de se faire avoir par les magasins fermés, nous sommes allées faire quelques courses pour le réveillon. Le lendemain, nous avons pris le métro direction le quartier San Telmo, une belle découverte. Le dimanche, c'est jour de brocante, nous avons pu déambuler dans les rues en admirant les nombreuses étales. On y a croisé aussi beaucoup de touristes. Au coin d'une petite place nous avons entendu un peu de musique qui nous a poussée à nous approcher pour y découvrir trois danseurs de tango. Ils ont dansé devant nous un merengue et un tango. Nous avons passé une bonne partie de la journée dans ce marché très folklorique puis nous sommes rentrées à notre hôtel.

Le marché de San Telmo
Tango (se danse très bien enceinte jusqu'au cou apparement!)

Le lendemain nous sommes allées voir un quartier de BA : Palermo. Il est connu pour être un quartier résidentiel en vogue. Pour être honnêtes, nous n'avons pas trouvé le quartier si intéressant, il y a plusieurs parcs mais pas grand chose à visiter donc nous n'y sommes pas restées très longtemps. Le soir nous avons réveillonné en tête à tête autour d'une bonne entrecôte et de pommes dauphines. Bien sûr, toujours quelques mignardises en dessert. Malheureusement, le premier jour de l'année fût signe de repos pour nous puisque Marie a fait une petite intoxication alimentaire.

Nous vous souhaitons à tous une très belle année 2019. Pour nous, ce sera la découverte de l'Argentine du sud puis l'envol vers l'Amérique centrale et du nord.

Quartier Palermo
Réveillon du 31 décembre
24
déc
24
déc

C'est donc sous une chaleur accablante que nous sommes arrivés le 24 décembre à Mendoza. Comme nous allions passer les fêtes, nous avons loué un AirBnB pour avoir un appartement pour nous tout seul. Après avoir vu tous les détails avec le propriétaire,nous nous sommes affairés à déballer nos sacs, faire nos lessives, lire etc. Ce n'est qu'en début d'après midi que nous sommes sortis manger et faire quelques courses pour le réveillon, quelle erreur d'avoir pris notre temps ! Nous sommes le 24 décembre et en Argentine, les magasins ferment vers midi. Nous nous sommes donc débrouillés pour acheter ce que l'on a pu à différents petits bouibouis encore ouverts afin de composer un repas de réveillon, au menu : ravioles et sa sauce tomate accompagnées d'un Malbec et farandole de mignardises en dessert. En fin de journée nous sommes ressortis pour assister à la messe de minuit. Il faut avouer que nous avons été un peu déçus, on s'attendait à une messe très festive, joyeuse avec des chants ; rien de tout cela, la messe fut très sobre avec seulement "les anges dans nos campagnes" comme chant final. Nous sommes retournés à notre appartement pour déguster notre repas de Noël, qui fut exquis et regarder un bon film.



Messe de minuit à la basilique de Mendoza
Repas de réveillon
Joyeux Noël

Le lendemain, nous sommes allés nous promener à San Martin, un très grand parc de 17 ha en périphérie de la ville. A notre grand étonnement, pas un chat dans les rues, personne, pour une ville d'un million d'habitants, nous avons été très surpris. Le parc San Martin a été très bien aménagé et est très agréable avec ses pistes cyclables, ses voies piétonnes et les rangées de palmiers pour avoir un peu d'ombre en marchant. Nous avons pu faire le tour d'un petit lac artificiel qui nous a fait pensé à la Suisse. Après cette promenade, nous nous sommes rapprochés du centre en quête de trouver un restaurant pour manger. Heureusement que certains ont ouvert le 25 décembre car nous n'avions pas grand chose à notre appartement. Ce fut l'occasion de goûter un lomo chorizo (bifteck de boeuf), nous n'avions entendu que des éloges sur la viande argentine, il est vrai que ce fut délicieux !





Promenade à l'ombre des palmiers
Lac artificiel
Le lomo chorizo argentin

Mercredi 26, nous sommes allés au thermes de Cacheuta, un parc aquatique à une heure de Mendoza. Le bus étant venu en retard au terminal, nous n'avons pas eu beaucoup de temps pour profiter de l'eau chaude et des nombreux bassins sur place. De retour en ville, nous avons fait quelques achats souvenirs. Le jeudi était notre dernier jour à Mendoza, nous ne pouvions pas partir avant d'aller visiter une bodega. En effet, la région de Mendoza est la principale région viticole du pays avec 75% de la production nationale. Les premiers vignobles datent du XIXe siècle, plantés par des immigrants italiens, aujourd'hui, il y en a plus d'un millier ! Les vins produits sont surtout des malbec, cabernet-sauvignon et syrah pour les rouges et chardonnay et sauvignon pour les blancs. Nous sommes allés visiter la Bodega Lopez à Maipu qui proposait une visite gratuite. Dommage que notre guide espagnole parlait très vite car nous avions à peine le temps de traduire. On nous a expliqué tout le processus de la récolte à la mise en bouteille puis nous avons eu le droit à une dégustation d'un malbec et d'un blanc fruité. Une fois la visite terminée, nous sommes allés au terminal de bus où nous avons attendu tout l'après-midi notre bus pour Buenos Aires.


Visite de la bodega Lopez
Pendant la dégustation
Longue attente au terminal de bus

Mercredi 28 était le dernier jour de voyage pour Gilles et Patricia. En arrivant à Buenos Aires, nous sommes allés déposer nos sacs à l'hôtel puis nous avons pris le métro pour nous rendre au musée des beaux arts. Nous avons pu y voir des tableaux de nombreux peintres dont des européens tels que Van Gogh, Picasso, Monet, Sezane ... Une exposition temporaire était consacrée aux aquarelles du peintre anglais William Turner. En fin de journée, nous avons raccompagnés Gilles et Patricia à l'aéroport, tristes de les voir partir mais heureuses d'avoir pu partager un bout de notre périple avec eux.

Visite du musée des beaux arts
A bientôt
21
déc
21
déc

C'est après 25h00 de trajet depuis BA que nous sommes arrivés à Salta, dans le nord ouest du pays. Une véritable épopée : une seule pause pour manger le dîner, pas d'autres repas ni pauses pour sortir marcher. Gilles et Patricia voulaient découvrir notre mode de voyage, ils ont vite été mis dans le bain. Notre premier réflexe a été de prendre un taxi pour nous rendre à l'appartement que nous avions loué afin de prendre une bonne douche. Nous sommes ressortis en début de soirée pour découvrir le centre de la ville, louer une voiture et manger un bon repas (nous n'avions pas mangé de véritable repas depuis 24h00).



Centre ville de Salta

Le lendemain, vendredi, nous sommes partis louer une voiture pour explorer le nord de Salta. Au programme, plus d'une centaine de kilomètres par la route de la Cornisa qui passait par la montagne. Les orages de la nuit précédente avaient rafraichis l'atmosphère, le temps était brumeux mais les paysages étaient encore plus verdoyants. Nous avons été époustouflés par ce qui s'offrait à nous, entre l'épaisse forêt tropicale, les animaux sur le bord de la route, les lagunes... Nous en avons pris plein les mirettes. A l'heure de déjeuner, nous décidons de quitter la route principale pour nous rendre aux lagunes de Yala. Le chemin étant plus sinueux, nous avons décidé de finir les deux derniers kilomètres à pied, malheureusement pour nous, la brume était tombée en même temps que nous grimpions et nous n'avons jamais pu apercevoir les lagunes. Nous nous sommes quand même arrêtés pique-niquer près de ce qui nous semblait être la lagune puis nous sommes repartis prendre la route.


Road trip en voiture
Différentes rencontres sur le bord de la route
La rivière La Caldera (après les orages) et la forêt luxuriante
Pique-nique près de la lagune

Une fois passée la ville de San Salvador de Jujuy (qui n'a pas d'intérêts touristiques particuliers), nous avons pris la direction de la Quebrada, la région de la montagne Humahuaca, classée au patrimoine mondial de l'UNESCO. Le paysage a radicalement changé, finit la nature verdoyante, place aux vallées désertiques, aux cactus et oasis. Au fil de la route, nous admirions les roches colorées se succéder sur plusieurs kilomètres. Notre progression fut vite arrêtée. A cause des orages et des fortes pluies, un torrent de boue et de pierres s'est formé ce qui a bloqué la route qui menait à Tilcara (où nous devions passer la nuit). Nous sommes restés bloqués deux bonnes heures, camions, bus et pick up ont pu passer malgré les pierres mais notre petite voiture de location n'était pas assez haute. Il a fallu attendre que le torrent se calme et que des riverains aillent enlever à mains nues les pierres les plus grosses restées sur la route. On a su plus tard que les pelles pour déblayer n'étaient pas arrivées jusqu'à nous car une autre route était innondée plus haut, empêchant également l'accès au village. Deuxième surprise lorsque nous sommes finalement arrivés à l'hôtel, celui-ci n'avait plus de chambres pour nous à cause de problémes rencontrés. Le gérant nous a donc indiqué un autre hôtel dans lequel nous avons pu nous installer après cette journée riche en émotions et en fatigue.



Route vers la Quebrada
Torrent de boue bloquant l'accès à Tilcara
Après une longue journée ...

De peur de rester bloqués, nous n'avons pas pousser la route plus au nord vers Humahuaca. Samedi matin, nous sommes repartis direction les Salinas Grandes, sur la route du Chili, à une soixantaine de kilomètres de Tilcara. Comme la veille, le paysage méritait amplement les kilomètres. En arrivant aux Salinas, une étendue de sel se reflétait devant nous. Les salinas d'Argentine (3500m d'altitude) sont le quatrième plus grand désert de sel après, entre autre, la Bolivie (le salar d'Uyuni)et le Chili (le désert d'Atacama). Contrairement en Bolivie, on a pu voir ici l'alignement des bassins d'extraction de sel. On y extrait principalement du salpêtre, de l'iode, du magnésium, du sel et du lithium. Sur la route du retour nous nous sommes arrêtés à Purmamarca pour admirer la montagne aux sept couleurs (plus facile à atteindre que celle du Pérou où nous avions du grimper jusqu'à 5000m d'altitude).



Les Salinas Grandes et leurs bassins d'extraction
Route de Purmamarca aux Salinas
Moutons et vicuñas
La montagne aux sept couleurs de Purmamarca

Le lundi matin, de retour à Salta, nous sommes montés en téléphérique pour nous rendre au cerro San Bernardo, une colline qui domine toute la ville. L'après-midi, nous avons pris un bus direction Mendoza. Fin de notre périple en voiture dans le nord ouest argentin.

Cerro Bernardo, vue de Salta
De vrais pros du bus
Hasta luego !
17
déc
17
déc

Seulement quelques jours après notre arrivée à Buenos Aires, nous avons accueilli mes parents qui nous ont rejointes pour un bout de voyage avec nous. L'occasion de passer Noël en famille (en partie) même à l'autre bout du monde ! Nous sommes donc allées les chercher à l'aéroport le lundi 17 au soir.

Bonne réception du paquet malgré un petit contre temps à la douane...

A peine le temps de les laisser souffler, mardi nous sommes partis à la découverte du centre ville de BA. Nous avons commencé par nous rendre sur la place de Mayo où nous avons pu voir la cathédrale, le palais du gouvernement et le Cabildo (musée retraçant la révolution et offrant une jolie vue sur la place...). Nous avons continué notre promenade en passant par le palais des congrès, l'obélisque (érigé en 1936 pour commémorer les 400 ans de la ville) puis vers le port Madero.


La cathédrale et sa jolie crèche
Plaza de Mayo vue du Cabildo et le palais du gouvernement aussi appelé la casa Rosada.
Palais des congrès, l'obélisque et le port Madero.

Il était temps de faire une pause déjeuner, car nos jambes commençaient à devenir lourdes après avoir bien sillonné les rues. Au menu, ce sera salade et empanadas, sorte de chaussons fourrés à la viande ou autre, spécialité nationale.

Ensuite nous sommes allés nous poser au parc San Martin avant de commencer un walking tour en français. Notre guide nous a emmenés visiter le quartier Recoleta aussi surnommé "le petit Paris". Vers la fin du XIXème siècle, le gouvernement décida de moderniser le pays en prenant exemple notamment sur le modèle européen. On a donc retrouvé à Recoleta des rues de style Haussmannien, des bâtiments copiés de certains châteaux et belles demeures français. Pablo notre guide, nous a raconté de nombreuses anecdotes et histoires sur des bâtiments de ce quartier et notamment l'histoire d'une église. Une femme aristocrate de BA décida de construire une église en face de sa demeure après la mort de son riche mari. Plus tard, un de ses deux enfants tomba amoureux d'une femme d'origine irlandaise, faisant partie des nouveaux riches de BA, ce qui ne plut pas du tout à la mère. En dépit du désaccord de cette dernière, le fils se maria avec l'irlandaise. Pour se venger de la belle-mère, la jeune femme fit construire une grande tour de 120m juste devant l'église. La belle-mère mourrut avant que les travaux ne finissent et bouchent complétement la vue de l'église. Diego Maradona se maria également dans cette église.

Le tour s'est poursuivi avec la visite du grand cimetière de la Recoleta, 4 870 tombeaux sur 55 000 m². Ici reposent les corps des familles ayant les moyens d'y payer une concession. On peut également y voir les tombes d'anciens présidents argentins.

La visite s'est terminée à la Floralis Generica, nouveau symbole de BA. Il s'agit d'une fleur géante en aluminium et acier, réalisée par l'artiste Eduardo Catalano en 2002. Equipée d'une horloge, elle s'ouvre le matin et se referme le soir au coucher du soleil.



Parc San Martin
Demeure de style européen - église cachée par l'immense immeuble
Cimetière de la Recoleta
Floralis Generica

Bien épuisés des kilomètres parcourus durant la journée, nous n'avons pas trop trainé le soir. Le lendemain nous avons pris un bus dans l'après-midi direction Salta.

22
déc
22
déc
Publié le 25 décembre 2018

Holà tout le monde !

Voici notre petite rétrospective de notre voyage au Chili.

C comme chaud (très chaud !)

H comme hydrolat (découverte du workaway)

I comme incidents (2 vols répertoriés)

L comme lune (vallée de la luna et observatoire des étoiles)

I comme inattendu (tremblement de terre à San Felipe)

A très vite,

Marie et Louise

15
déc

Nouvelle et dernière étape de notre périple au Chili, Santiago la capitale. Arrivées au terminal de bus, nous avons commencé par chercher un autre terminal où acheter nos billets vers l'Argentine pour samedi matin. Ensuite nous avons pris le métro pour aller à notre hôtel. Malheureusement, une autre personne que nous a décidé de faire nos poches malgré notre vigilance, certainement dans le métro lorsqu'on y était serrées comme des sardines... Heureusement pour nous, nous n'y avions rien rangé d'important mise à part nos tickets de bus pour l'Argentine. Nous sommes donc retournées au terminal expliquer notre mésaventure pour avoir de nouveaux billets. Le guichetier, gentil comme tout, nous attendait car en voyant un couple typé chilien, sans passeport, demander un remboursement de nos tickets avec la nationalité française, il a compris qu'on s'était fait voler et a prévenu toutes les agences de bus à côté de lui... Après toute cette mésaventure, nous rentrons, en métro (même pas peur), à l'hôtel après quelques courses...

Vendredi nous sommes parties à la découverte du centre ville. Nous avons découvert la plaza de armas, la cathédrale avec une jolie crèche de Noël. Ensuite nous avons visité le musée des beaux-arts. Puis nous avons profité des très jolis parcs verts de Santiago avant d'aller manger. L' après-midi a été dédié à l'écriture et à l'envoi des cartes postales. Puis nous sommes rentrées à l'hôtel avant de ressortir plus tard dans la soirée pour rejoindre la fille d'une amie d'Ingrid à la clôture d'une exposition dans un autre quartier... Malheureusement, nous ne nous serons pas trouvées et n'ayant pas de ticket d'entrée pour on ne savait pas quoi exactement, nous avons rebroussé chemin.

Aujourd'hui samedi, nous quittons le Chili. Il nous faudra plus de 20h de bus avant d'arriver à Buenos Aires demain matin.

Notre étape au Chili se termine. L' expérience en workaway fut agréable et nous motive pour en tenter de nouvelles... Grâce à diverses rencontres, nous en aurons appris davantage sur le passé du Chili : la dictature de Pinochet, les poètes Pablo Neruda et Gabriela Mistral, prix Nobel de littérature. Nous n'aurons malheureusement pas eu le temps de visiter le sud du Chili, pourtant très beau selon les dires des personnes rencontrées.

Centre ville
Cathédrale
Musée des Beaux-Arts
Parcs et vue de la ville
Instant cartes...
Route vers l'Argentine avec vue sur l'Aconcagua (6962 m)
A bientôt en Argentine !
11
déc
11
déc

Notre séjour chez Ingrid se passe toujours aussi bien. Nous continuons de nous occuper des plantes et approfondissons nos connaissances sous l'oeil bienveillant et les bons conseils d'Ingrid. Nous l'aidons également à préparer les produits destinés à la vente comme les sachets d'infusion, les fioles d'hydrolat ou les huiles de massage... Nous avons même pu mettre à profit nos compétences : informatiques pour Louise, en donnant un coup de main pour mettre à jour les réseaux sociaux (aromaplants pour les curieux) et artistiques pour moi avec la réalisation d'un flyer destiné à la vente...

Préparation des sachets d'infusion et des fioles

Nous avons continué à apprendre à faire des savons. Ingrid nous transmettant tous les documents et informations nécessaires à leurs fabrication, comme le calcul du grammage des divers ingrédients. Elle nous a laissé réaliser de A à Z, tout en nous guidant, deux autres tournées de savon, une à la lavande et une autre aux essences d'orange, de cèdre et de verveine. Nous avons également appris à faire des boutures à partir de romarin, de lavande, de verveine et de fenouil.

Savons à la lavande
Réalisation des boutures

Allez, on ne va pas vous faire croire qu'on ne fait que travailler ! Nous profitons aussi de notre temps libre pour nous promener. Comme chaque dimanche, nous accompagnons Ingrid pour aller manger dans une communauté boudhiste, l'occasion de rencontrer de nouvelles personnes...

Lundi, Pancho, le neveu d'Ingrid et son ami José nous ont fait découvrir "el sol y lluvia", un coin de rivière presque à sec à flan de montagne. Ils nous ont cuisiné un morceau de porc cuit au feu de bois, nous rappelant nos douvenirs scouts, un délice ! Bien que la chaleur était terrassante nous avons profité de la petite randonnée pour admirer les montagnes de Catemu. Enfin... ce qu'il en reste car malheureusement l'importante extraction de cuivre et l'intense production d'avocats sur ces montagnes détruisent le paysage... En plus de la poussière, des nombreux camions et des détonations assourdissantes faisant légèrement trembler les murs de la maison d'Ingrid. Ce qui nous a bien surpris au début. En parlant de secousses...

Mercredi dernier, Ingrid nous a emmené visiter San Felipe, ancienne ville coloniale. Nous avons visité la ville avant de rejoindre une amie d'Ingrid, Cecilia, pour manger. C'est alors que nous étions à la terrasse d'un café quand nous avons senti trembler la terre sous nos pieds durant quelques secondes. Et pas que sous les nôtres car tout le monde dans le restaurant s'est arrêté de parler. Nous venions de vivre notre premier tremblement de terre ! On nous indique que l'épicentre était situé à plusieurs kilomètres et de fréquence 5 sur l'échelle de Richter.

Jeudi soir, Ingrid absente, Pancho et José sont venus cuisiner des pizzas dans le four à pain. Eux, en charge des pizzas et nous, du crumble pour le dessert. Au programme, parties de dominos : françaises contre chiliens. Nous vous rassurons, nous avons sauvé l'honneur les battant à plate couture ! On a bien ri.


Repas du dimanche chez la communauté boudhiste
Randonnée avec Pancho et José
Sortie à San Felipe
Soirée pizzas

Et voilà cette belle expérience prend fin. Pour terminer en beauté, nous avons profité d'un dernier repas avec Carola et Monica faisant parties de la famille d' Ingrid. Nous avions eu l'occasion de les rencontrer auparavant. Et pour l'évènement, nous avons cuisiné des crêpes et un crumble ( le 4ème cuisiné, sans compter les cookies, les petits sablés au thym et au citron... j'ai trouvé aussi gourmande que moi!). On repart ravies, en ayant vraiment l'impression d'avoir appris quelque chose. Merci pour tout Ingrid !

Soirée filles !
Direction Santiago, chao...
1
déc
1
déc
Publié le 1er décembre 2018

Notre prochaine étape chilienne se trouve à Catemu, petit village situé à 1h00 au-dessus de Santiago. Via le site de Workaway, nous avons posé nos sacs pour 3 semaines chez Ingrid ou nous l'aidons dans son travail en contrepartie du logement et des repas. Ingrid cultive des plantes arômatiques et médicinales pour ensuite les sécher afin d'en faire des sachets d'infusion, des huiles essentielles, des huiles de massage, de l'hydrolat ou encore du savon.

De manière générale nos journées sont organisées ainsi : le matin nous nous occupons de soigner les poules et d'arroser les parterres dans la partie supérieure de son terrain. Puis nous cueillons les plantes ou fleurs prêtes à être ramassées. Par exemple en ce moment nous récoltons les petites fleurs jaunes de millepertuis, des bleuets ou encore des roses trémières Nous avons aussi récolté de la lavande, de la menthe, de l'agastache, de la sauge, des petites graines de carvi ( il parait que c'est bon dans les desserts !) et de nombreuses autres plantes. Ensuite nous vidons du séchoir les plantes ayant bien séchées durant les jours précédents afin de les remplacer par celles fraîchement cueillies. Vu la chaleur estivale que nous avons, le séchage nécessite peu de jours. D'ailleurs, nous avons aussi rencontré pleins de petites bêtes à cause de la chaleur : une tarentule, un scorpion ou encore des araignées potentiellement mortelles, que du bonheur !

Le reste de la matinée varie en fonction des besoins : rangement de l'atelier, désherbage, préparation de sillons... Mais le plus intéressant a été de faire de l'hydrolat et un petit peu d'huiles essentielles à partir de l'agastache séchée. Nous avons aussi fait du savon au miel. Tout cela avec les explications très instructives d'Ingrid. Et nous n'avons pas fini d'en apprendre...

L'après-midi nous mangeons vers 14h00 puis nous avons nos après-midi libres car il fait trop chaud pour travailler dehors. Et le soir, vers 18h00, quand le soleil disparait derrière la montagne, nous arrosons la deuxième partie du jardin.

Parce que nous avons aussi des jours off, dimanche dernier Ingrid nous a emmené manger dans une communauté bouddhiste. Tous les dimanches, cette communauté propose un repas contre un don. L'endroit était vraiment agréable. On se serait cru en France, avec une grande allée bordée d'arbres centenaires.

Nous passons vraiment un bon moment d'échange et de partage avec Ingrid. Pour nous, un temps où l'on se sent un peu comme chez nous, profitant de l'accueil pour cuisiner français, jouer à des jeux de société, discuter, lire, dessiner ...


Chez Ingrid un matin de brouillard
Cuillette, ramassage, séchage...
Maitika, notre voisine !
Séparation de l'hydrolat et de la fine couche d'huiles essentielles au-dessus.
Fabrication de savons au miel.
Dimanche avec Steven (precédent volontaire) - confection d'un gâteau au chocolat !
A bientôt pour les prochaines nouvelles !
16
nov

C'est après 24h de bus, qui nous parurent une éternité (heureusement nous avions prévu le coup avec des films et des séries pour nous occuper), que nous sommes arrivées jeudi à Valparaiso. Tout le long du trajet nous avons vu passer des milliers de kilomètres de désert pour enfin apercevoir de nouveau des champs, des arbres et même la mer ! Valaparaiso est la cinquième plus grande ville du Chili, il nous a fallu quelques minutes pour nous réhabituer au vacarme citadin. Fatiguées du voyage, nous avons vite trouvé notre auberge pour y poser nos affaires puis nous sommes allées nous balader dans notre quartier, faire quelques courses et se renseigner à l'office de tourisme sur les choses à voir et à faire. Pour la petite anecdote, en Bolivie, il n'y a pas d'offices de tourisme ou tout autre organisme du style, nous n'avions que le routard pour nous aiguiller.

Vendredi matin, sur les conseils de notre hôte et de l'office de tourisme, nous partons à la découverte du street art de Valparaiso. Un des meilleurs moyens pour y arriver : flâner dans les ruelles. La ville est séparée en plusieurs quartiers (cerro) ou les maisons sont accrochées aux collines. Nous sommes allées visiter 3 quartiers très connus : le cerro Bellavista, Alegre et Concepcion. En marchant dans les rues, nous avons pu voir de nombreux graffiti et maisons colorées. L'art a envahi les rues de Valparaiso, il y en a partout : sur les murs, les portes, les escaliers, les trottoirs ... A l'origine, les graffiti étaient porteurs de messages, de revendications politiques, de nos jours, ils sont une forme d'expression artistique. Le midi, nous sommes allées faire une pause dans un restaurant de fruits de mer, typiques de Valparaiso. Pour mieux découvrir la ville, nous avons participé au "Free Walking Tour" (et oui, nous devenons des habituées !). Nous avons pu apprécier d'autres superbes graffiti. Le guide nous a aussi donné l'explication des maisons colorées : les habitants posaient de la tôle sur les façades pour les protéger de l'humidité. Mais comme les tôles s'oxydaient à cause du sel, ils se sont mis à les peindre avec les restes des peintures qu'ils pouvaient trouver, d'où la multitude de couleurs. Aujourd'hui, lorsqu'on demande la maison de José par exemple, on vous répondra : "c'est celle en jaune au coin de la rue". Nous sommes également montées dans un des funiculaires de la ville, il y en a un dans chaque quartier qui permet de monter en haut de celui-ci sans avoir à monter une centaine (voir plus) de marches.

On vous laisse admirer quelques uns des nombreux graffiti photographiés dans les rues.




Valparaiso city
Les graffiti
Pause fruits de mer
Carnaval à Vina del mar

Samedi, nous avons pris le métro direction Vina del Mar, une station balnéaire à côté de Valparaiso. Après s'être baladées dans le centre et mangé un bout, nous sommes allées nous poser à la plage. Malheureusement, ce ne fût pas une fin de journée agréable. Pendant que nous parlions tanquillement sur nos serviettes, je (Louise) me suis fait voler mon sac ! Incroyable, nous n'avons rien entendu ... Après que Marie m'ait prêtée un short et un tee-shirt (parce que je n'avais plus que ma serviette et mes chaussures avec moi), nous sommes allées voir un carabineros, un policier municipal. Il a pris ma déclaration sur papier mais nous a dit que nous devions nous rendre à la PDI (Policia Departemental de Investigationes) faire une déposition afin de pouvoir demander des papiers. Et oui, à l'intérieur de mon sac se trouvait aussi passeport, carte bancaire, permis, autorisation de séjour au Chili ... Nous sommes donc parties à la recherche d'un taxi pour nous rendre à la PDI. Après seulement quelques mètres, nous voyons le carabineros nous courrir après, un document à la main. Un monsieur avait vu deux personnes jeter des documents dans une poubelle et est allé les rechercher. Tous mes papiers avaient été retrouvés, gros soulagement. Nous sommes quand même allées à la PDI porter plainte pour vol car il y avait entre autre dans mon sac mon portable et mes lunettes de vue. Deuxième déception de la journée, je n'ai pas pu récupérer la copie de ma plainte, il fallait aller la chercher plus tard à la municipalité. Nous sommes donc rentrées sur Valparaiso, bloquées jusqu'au mercredi suivant.

Aujourd'hui nous sommes le mercredi 21 novembre, nous sommes allées à la municipalité et j'ai pu avoir une copie de ma plainte. Nous avons aussi fait les magasins dans un très grand centre commercial pour pouvoir me ré-équiper d'un sac, tee-shirt, etc. En attente de transmettre tous les documents à l'assurance et voir ce qu'ils me diront. Affaire à suivre !

Avec la copie de la plainte - au centre commercial pour se ré-équiper
Hasta pronto !
9
nov

C'est après avoir passé la frontière vendredi que nous sommes arrivées à San Pedro de Atacama au Chili, une ville posée là aussi en plein milieu du désert (après Uyuni, nous avons l'habitude maintenant). Notre chauffeur avait raison, plus besoin des pulls, bonnets et doudounes, la température avoisine les 35 degrés, nous sommes refaites ! Premier objectif : trouver notre auberge pour nous installer et retirer quelques couches de vêtements. Après cela, nous sommes parties en ville pour retirer de l'argent et manger, le nerf de la guerre en voyage. On a vite fait face à un petit soucis : impossible de savoir quel était le taux de change entre l'euro et le peso chilien, c'est donc à l'aveugle que nous avons passé commande au restaurant. Finalement, nos voisins de table étaient français et ils ont pu nous dire la conversion à faire, nous nous en sortirons avec une note raisonnable, heureusement.

Ce n'est que le lendemain matin que nous sommes allées découvrir la ville par le biais du " Free Walking Tours" (on sait maintenant qu'ils ne sont pas vraiment gratuits puisqu'il faut laisser un tips à la fin). Notre guide chilienne nous a expliqué l'origine de cette ville, l'importance qu'a eu le pasteur belge Gustave le Paige qui avait découvert de nombreux artéfacts et momies (de façon plus ou moins frauduleuse), la production importante de lithium dans le désert, la guerre du Pacifique qui a fait perdre l'accès à l'océan à la Bolivie et beaucoup d'autres petites histoires. Aujourd'hui, San Pedro est une ville qui vit essentiellement du tourisme, on y trouve plus d'une cinquantaine d'agences proposant toutes les mêmes tours et les rues grouillent littérallement d'étrangers.


Dimanche nous n'avons pas fait grand chose de notre journée, si ce n'est nous reposer et poster les photos et articles que nous avions en retard. Le soir, nous sommes allées admirer le ciel étoilé de l'hémisphère sud. Notre guide nous a expliqué et montré les constellations présentes, on a pu appercevoir la galaxie de Magelan de nos propres yeux (qui ressemblait à un petit nuage) ainsi qu'une quinzaine d'étoiles filantes. Nous avons pu tout regarder de plus près grâce à 5 téléscopes, le tout accompagné d'une boisson chaude.


San Pedro de Atacama
Soirée étoiles



Lundi, nous sommes parties aux thermes de Puritama. Le site, situé au coeur d'un canyon, a été aménagé autour d'une source d'eau chaude. On y a donc trouvé 7 piscines/bassins allant de 32 à 27 degrés, détente assurée. Entre temps, nous avons du changer d'hotel pour cause d'inspection, et c'est avec nos voisins de chambre français, Michel et Kevin (père et fils qui descendent l'amérique en side-car), que nous avons partagés nos repas (des pâtes, jamais cuisinées de la même manière sinon on se lasse) le soir, supers moments de partage et de cuisine !


Les thermes d'eaux chaudes de Puritama

Mardi, nous nous sommes décidées à aller découvrir la vallée de la lune. Comme les prix proposés par les agences étaient trop exorbitants pour nous, nous avons été louer des vélos pour faire la visite par nos propres moyens. C'est " à la fraiche " vers 8h30 que nous sommes parties direction l'entrée du parc, nous avons croisé qu'un seul autre vélo, au moins à cette heure là, nous n'avons pas eu la horde de touristes venant en bus. Jusque là tout allait bien, la route était bitumée et c'était plat. La guide du parc nous a expliqué les lieux où l'on pouvait s'arrêter et les points de vue à voir. C'est donc reparties plus motivées que jamais, chantonnant les paroles d'Yves Montant " A bicylette" que nous sommes entrées dans le parc de la vallée de la lune. Au bout de quelques minutes, les chantonnements ont cescé et ont laissé place à l'essoufflement. Eh oui, la vallée de la lune ce n'est pas plat, et le sable sur le chemin ne nous aide pas à rester stable. Après une grosse côte, montée à pied, nous avons laissé nos vélos pour marcher jusqu'à un mirador. Le paysage qui s'est dressé devant nous était magnifique, nous nous sommes retrouvées en plein milieu du désert, en haut de canyons et de dunes de sable.

Le temps de prendre quelques photos et de reprendre des forces, nous avons du redescendre car notre location de vélos se terminait à la mi-journée. Sur le retour, nous avons pris le temps d'aller faire un tour dans les carvernes de sel. On a du se faufiler à travers des passages parfois très étroits, heureusement, nous avions nos casques de vélos. Finalement nous avons pu rendre les vélos à temps même si le retour sur la route asfaltée en plein cagnard ne fut pas vraiment des plus agréable.

Notre séjour dans le désert d'Atacama se termine là, puisque mercredi nous avons pris un bus direction le centre du Chili.

La vallée de la lune
Les cavernes de sel
Hasta luego
12
nov
12
nov
Publié le 12 novembre 2018

Voici notre vidéo retrospective de la Bolivie.

On y a adoré les beaux paysages, les rencontres que l'on a pu faire le long de nos étapes et surtout le Salar et le désert du Sud Lipez qui resteront marqués dans nos mémoires.

Enjoy !

Marie et Louise

4
nov
4
nov

Ce n'est qu'une fois remise sur pieds (merci à mon infirmiere particulière, super Louise de s'être occupée de moi, d'avoir testé le centre de santé de Potosi et d'avoir fait le tour des restaurants pour trouver de quoi me nourrir quand j'agonisais dans mon lit d'hôtel !) que nous avons pu reprendre notre périple en Bolivie...

Mardi 3 novembre, nous voilà donc dans un bus nous emmenant vers Uyuni. Cette petite ville située à 3 656 m d'altitude, nous a donné l'impression de nous retrouver dans un film de Western. On vous laisse imaginer la pelote de paille emmenée par le vent au milieu de rues désertes, sous un soleil de plomb... C'était un peu ça ! Ajouter quelques chiens errants, un pick up de temps en temps et vous y êtes ! Pour être totalement d'attaque avant de nous lancer en excursion vers le salar d'Uyuni, nous avons préféré me laisser une journée de plus pour me reposer, et à Uyuni même il n'y a pas grand chose à faire de plus...

Mercredi 8 novembre, c'est le grand jour ! Nous voilà enfin en route pour visiter le salar d'Uyuni (grand désert de sel, le plus vaste au monde) et le Sud-Lípez. Nous sommes parties par l'intermédiaire d'un tour organisé. L' expedition se fait par groupe de 6 en 4x4. Nous avons fait la connaissance de trois allemands et un finlandais avec qui nous étions pendant trois jours, ainsi qu'Adolfo, notre chauffeur-guide. Le premier jour, nous avons traversé le salar, nous arrêtant manger dans un hôtel de sel. On a pu contempler cette immense couche de sel s'expliquant par "l'assèchement progressif , depuis plus de 40 000 ans, des grands paléo-lacs formés [...] après le retrait de l'océan atlantique." (Guide du routard). On a pu voir un cimetière de trains, les drapeaux du Dakar, un îlot sur lequel ont élu domicile des cactus vieux de plusieurs siècles pour certains. On a pu s'amuser avec la perspective en prenant des photos rigolotes et voir le coucher de soleil a la Puerta del Sol. Le soir, nous avons été hebergé dans un hotel de sel, mangeant sur une table en sel, dormant sur un lit en sel et marchant sur des grains de sel. On comprend mieux la facture un peu salée de cette excursion !


Uyuni city
Le cimetière des trains
Etape de l'édition Paris-Dakar 2016
Photos fun
Ilot de cactus au milieu du désert
Coucher du soleil a la puerta del sol
Buena noche

Le deuxième jour, nous avons continué notre expédition vers le Sud-Lípez. Nous avons quitté la blancheur du salar pour la poussière du désert. Notre chauffeur nous a conduit de lacs en lacs de différentes couleurs : bleu, vert, blanc ou encore rose. Ceci s'expliquant par la présence des minéraux présents ou des algues y vivant... On a eu la chance de voir des vicuñas, un cousin du lama mais plus sauvage dont la laine est très fine donc plus chère. On a aussi vu des flamants roses, beaucoup ! Sans compter les paysages à vous couper le souffle. Laissons parler les images...

Ligne de chemin de fer traversant le désert.
Team salar
Lacs, flamants roses et el arbol de piedra (lave refroidi en forme d'arbre)

Le troisième et dernier jour de cette expédition nous avons dû nous lever à 4h00 du matin pour partir à 5h00 vers les geysers. Pour la petite histoire, en fait nous nous sommes réveillées à 3h00 du matin parce que mon portable s'était mis à l'heure chilienne car nous étions tout près de la frontière. Bref. A 5h00 nous étions dans le 4x4, emmitouflées dans nos doudounes, la température avoisinant les -3° c. Nous avons vu des geysers, des sources d'eaux chaudes, d'autres lacs magnifiques, d'autres volcans et montagnes, d'autres vicuñas, d'autres flamants roses... Avec toujours autant de magie !

Et puis nous sommes arrivées à la frontière chilienne. Notre chauffeur nous a déposé à un petit bus qui nous a emmené à San Pedro de Atacama. Nous avons quand même dû patienter 2h00 à la douane chilienne. Plus stricte que celle bolivienne ou péruvienne, nous avons été fouillé, toutes nos affaires, ainsi que le bus avant de pouvoir passer et quand il y a 7 bus devant nous à attendre leur tour, cela prend du temps ! Mais finalement c'est sans problème que nous avons traversé la frontière. Nous sommes passées de plus de 4 000 m à 2 000 m d'altitude. Et comme l'a dit le chauffeur, nous voilà maintenant au Chili avec la chaleur, la wifi, l'eau chaude dans les douches et une meilleure nourriture ! Et il avait raison. Nous avons enfin pu ressortir les shorts !

Les geysers au lever du soleil.
Les sources d'eaux chaudes
Le désert
Laguna verde et laguna blanca
Au revoir Bolivie !
1
nov
1
nov
Publié le 1er novembre 2018

Cela faisait un petit bout de temps que nous n'avions pas pris un bus de nuit pour voyager... C'est vers 6h30 que notre bus est arrivé à Potosí mardi matin. Nous avions prévu d'y passer 3 nuits sans objectifs particuliers, juste du temps pour nous poser un peu avant de poursuivre vers Sucre et Uyuni. Ainsi mardi, nous avons commencé par profiter de notre hôtel pour nous reposer un peu, lire, dessiner... puis nous sommes parties découvrir le centre ville, sa très belle architecture et le marché où nous avons mangé.

Mercredi, matinée tranquille avant d'aller visiter "la casa national de monedad", par chance en français, car un groupe de français y était également. Pour comprendre le pourquoi de cette visite, un peu d'histoire... Vers 1545, un berger indien se nommant Huallpa aurait découvert un filon d'argent sur la montagne dominant Potosí. Dix ans après avoir révélé l'existence de ce filon d'argent, Charles Quint élève Potosí au rang de ville impériale et les gisements du Cerro Rico sont exploités, au profit de la couronne espagnole (240 t d'argent entre 1560 et 1580). La casa nacional de monedad est édifiée entre 1759 et 1773 afin d'y frapper la monnaie jusqu'en 1951 ! Seulement un quart de la monnaie restera en Amérique le reste allant enrichir le trésor royal. (Source guide du routard). On a pu découvrir les différents processus de fabrication de la monnaie. On a pu voir les différentes machines, les premières fonctionnant grâce à la traction des mules, puis à la vapeur et enfin celles électriques. On nous explique que des indiens et des esclaves africains étaient exploités pour fabriquer ces pièces, réduisant leur espérance de vie à 50 ans maximum à cause du mercure utilisé pour nettoyer l'argent ou encore le chaud froid permanent entrainant des pneumonies...

Les mines de Potosí sont toujours exploitées dans des conditions de travail encore extrêmement difficiles ... et sont visitables ! Pour diverses raisons, nous avons fait le choix de ne pas y aller.

Aujourd'hui jeudi, nous sommes allées nous détendre à la laguna de Tarapaya. Pour s'y rendre, il nous a fallu prendre un bus collectif qui nous a déposé devant un chemin le long de la route, puis marcher un bon kilomètre pour enfin arriver à un petit lac entouré de belles montagnes aux nombreuses couleurs (on s'est dit que ça valait bien la rainbow mountain au Pérou ! ^^). On a pu profiter d'une eau à 32°c, le pied !

Centre historique de Potosí
Notre hôtel - et c'est Halloween !!!
La casa nacional de la monedad ( après on ne pouvait plus prendre de photos )
La laguna de Tarapoya - en attente qu'un bus passe...
Hasta luego ...
29
oct
29
oct
Publié le 30 octobre 2018

Nous voici enfin dans la plus haute capitale du monde (entre 3 200 m et 4 000 m d'altitude) : La Paz ! Pour changer, nous sommes arrivées sous une pluie diluvienne, heureusement pour nous, le taxi nous a déposé juste devant la porte de notre auberge de jeunesse. A peine le temps de nous installer, nous sommes parties à la recherche d'un restaurant car il était 15h00 et nous avions faim. Nous en avions profité pour nous promener sous le soleil qui était revenu en milieu de journée. On nous avait dit que la Paz était une ville qu'il fallait éviter, une ville de passage seulement, nous avons été surprises car nous n'avons pas eu ce sentiment. Pour une capitale de cette taille, nous avons trouvé la ville plus agréable à visiter et moins bruyante que Lima par exemple. Le soir, nous avons retrouvé Hélène et Franck (arrivés eux aussi à La Paz le jour même) dans un bar irlandais passant du Mickaël Jackson en boucle ...



Le lendemain, nous étions dimanche. Et le dimanche à La Paz, il n'y a personne ! Tous les magasins étaient fermés et seuls quelques restaurants touristiques et boutiques de souvenirs étaient ouverts. Nous en avons profité pour visiter la galerie d'art Manani, un peintre bolivien contemporain. Ses œuvres, très colorées, furent mal acceptées à ses débuts. A l'heure d'aujourd'hui, il est devenu un des peintres contemporains les plus apprécié du pays. Juste à côté, nous avons visité le musée des instruments de musique. C'est un musée privé appartenant à Ernesto Cavour, un grand musicien de charango (petite guitare dont la caisse de raisonnance était le dos d'un quirquincho, un tatou des Andes) qui a regroupé toute une collection d'instruments et qui retrace le folklore bolivien. Malheureusement, pour les deux musées nous n'avons pas de photos car elles n'étaient pas autorisées.

En sortant, nous avons compris où se trouvait une partie de la population : un grand carnaval avait lieu dans la rue principale. L'occasion pour nous d'admirer les costumes et les danses traditionnelles de Bolivie.



Lundi, dernier jour à La Paz, nous avons retrouvé Hélène, Franck et Claire (une amie à eux, professeur des écoles au Chili) pour faire une visite gratuite de la ville en anglais (pas si gratuite que ça d'ailleurs). Nos guides nous ont parlé de différents quartiers du centre historique : le quartier San Pedro avec sa prison et son trafic de cocaïne, le quartier des sorcières où l'on peut trouver des foetus de lamas séchés utilisés pour les offrandes à la Pachamama lors des constructions de bâtiments et le quartier des cholitas, les vendeuses traditionnelles boliviennes. Nous avons aussi visité les places principales du centre où nous en avons appris un peu plus sur l'histoire de ce pays, les différents présidents qui ont marqué les boliviens et d'autres petites anecdotes sur la vie quotidienne en Bolivie.

Ce soir, nous prenons un bus de nuit (ça faisait longtemps !) direction Potosi.




Centre historique de La Paz
Le paradis selon Marie !
Musées
Le carnaval
Le fameux marché aux sorcières
A bientôt
25
oct
25
oct
Publié le 29 octobre 2018

Nous sommes arrivées mercredi en début d'après-midi à Coroico en minibus. Plus ou moins bien installées à côté du chauffeur, nous avons pu admirer de magnifiques paysages,, une fois sorties de la brume depuis la Paz. Depuis quelques temps, une route à été aménagée pour éviter de prendre la route de la mort, même si le trajet fut tout de même épique (doubler dans les virages, devoir aider le chauffeur à essuyer la buée durant la conduite, presque pas de phares dans les tunnels ...).

Coroico bénéficie d'un climat plus chaud et humide qu'à Sorata. Tant mieux pour la chaleur, un peu moins pour les grosses pluies qu'on a pu avoir... Jeudi nous nous sommes lancées dans une petite randonnée allant jusqu'aux trois cascades. Comme à Sorata, les indications ne sont pas évidentes et le temps de marche indiqué pas vraiment exact. Après quelques détours nous avons finit par rejoindre la route devant nous mener aux cascades pour les derniers kilomètres. Une famille nous doublant au moment où l'on s'est retrouvées les pieds dans une grosse flaque d'eau, a eu pitié de nous et nous a conduit pour la fin du chemin. Trop bien ! On a enfin pu profiter de la cascade et se baigner quelques minutes dans une eau (très) fraiche avant de prendre un taxi pour rentrer sous la pluie. Cette épopée s'est terminée par un bon goûter !

Randonnée jusqu'à la cascade

Vendredi, tout est permis, même la route de la mort ! C'est accompagnée de deux français, Hélène et Franck, ainsi que deux allemands, que nous sommes parties descendre la route de la mort en VTT : 35 kms de descente avec un dénivelé de 2000m. Derrière notre guide, nous nous sommes élancées dans la brume et sous la pluie. Même si cela nous a enlevé un beau paysage, cela nous a ajouté un peu d'adrénaline... Cramponnées à notre guidon, nous roulions tantôt sous des cascades, tantôt dans les flaques des cours d'eau, se concentrant pour éviter les gros cailloux. Au bout de la moitié du chemin, nous sommes descendues sous la brume et avons pu profiter du soleil pour nous sécher un peu et profiter de la vue ! On est rentrées courbaturées, avec quelques bleus aux genoux mais enchantées et fières de nous.



La route de la mort ... une tuerie !
Avec Hélène et Franck, parée pour la descente !
21
oct

Il nous faut passer par la Paz pour récupérer un petit combi nous emmenant à Sorata, petit village situé à 2 700 mètres d'altitude au pied de l'Illampu, montagne culminant à 6 362 mètres. Notre premier objectif, en arrivant en fin d'après-midi à Sorata est de trouver un hôtel à un prix raisonnable. Nous prenons le premier conseillé sur le routard. Nous tombons dans un hôtel assez vieillot et poussiéreux au premier abord mais finalement si l'on passe au-dessus (sans jeu de mot car l'hôte nous a donné la chambre la plus haute au 3ème étage), on peut découvrir une belle demeure coloniale, certes, qui mériterait d'être un peu rafraichie. Nous y passerons deux nuits pour pas cher.

Le lendemain nous partons pour une "petite randonnée tranquille"... Enfin c'est ce qu'on pensait. Au début nous traversons la campagne de Sorata par le chemin. On y rencontre les paysans travaillant dans les champs, les troupeaux paturant et... quelques chiens assez aggressifs ! Surtout un devant lequel nous avons du passer trois fois ne trouvant pas le sentier menant au point de vue ! On a essayé de ne pas partir en courant ! Après avoir demandé notre chemin, on nous indique un petit sentier. C'est à partir de ce moment que ça c'est vraiment compliqué... Pour atteindre le point de vue on a du grimper un sentier très abrupte, quasiment aussi raide que la pente. La descente s'avère aussi périlleuse. Mais la vue en valait la peine ! Sur le chemin du retour nous faisons la connaissance de Laura, 7 ans, qui rentre de l'école. Elle se précipite pour faire le chemin vers sa maison avec nous et elle sait très bien faire la conversation ! Bien épuisées nous rentrons prendre une douche à l'hôtel. Enfin quand l'eau ne sera plus coupée... une autre des surprises de la Bolivie !

Notre hôtel "de luxe"
Découverte de la campagne bolivienne
Vue sur Sorata
19
oct
19
oct

Le passage à la frontière bolivienne s'est bien passé. Aucune de nous n'a été retenue au Pérou ! Le bus nous a laissées aux douanes péruviennes pour tamponner notre sortie de territoire. Puis nous avons fait quelques mètres à pieds pour aller aux douanes boliviennes faire tamponner notre entrée dans le territoire. Le bus nous a reprises pour nous rendre à Copacabana. C'est dans cette charmante petite ville, plutôt touristique, que nous avons posé notre sac. Nous avons pu visiter le centre et voir sa grande basilique blanche. Nous avons aussi monté le chemin de croix, assez rude, afin de nous offrir un beau panoramique sur la ville et le lac Titicaca.

Là-haut, on a pu observer un rituel assez étrange avec une sorte de prêtre et un fidèle. Il s'agirait du curador, sorte de guérisseur selon le routard. Mêlant encens, jetée de bière, prière, fleurs... En haut du calvaire, on vend des maquettes de maison et de voiture, représentations de souhaits pour leur prière. On apprend que les boliviens restent très attachés à leurs croyances andines en plus du christianisme, mêlant les deux sans soucis. Un des exemples est le baptême des voitures. On a croisé des voitures décorées. On a d'abord pensé à un mariage. Il s'agit en fait d'une bénédiction des voitures par le prêtre. Puis une "bénédiction" à la bière, mais par eux cette fois !

Le marché et la basilique de Copacabana
Vue du calvaire sur Copacabana et le lac Titicaca

Le lendemain nous partons pour une excursion à la journée sur l'isla del sol. Il nous faut d'abord embarquer sur un petit bateau pour 1h30 de traversée. Une fois arrivées sur l'île, nous partons l'explorer en suivant différents sentiers nous menant vers divers points de vue, tous aussi grandioses les uns que les autres. Il ne faut pas se faire avoir par le vent frais qui peut nous faire oublier que le soleil tape ! Nous profitons d'un déjeuner en terrasse avec vue sur le lac...

Isla del sol
Chao !
22
oct
22
oct
Publié le 22 octobre 2018

Holà !

Comme certains le savent déjà, nous sommes passées en Bolivie depuis vendredi. Nous avons adoré notre voyage au Pérou mais il était difficile pour nous d'établir une liste de ce que l'on a vu, préféré ...

On vous a préparé une petite vidéo, vous comprendrez mieux ce que nous avons découvert dans ce beau pays.

A bientôt

Marie et Louise

19
oct
19
oct
Publié le 20 octobre 2018

Dernière étape de notre aventure au Pérou, le lac Titicaca. Nous avons fait le choix de nous écarter des chemins touristiques en ne faisant pas les îles flottantes mais en passant une nuit à Llachon. C'est un petit village situé au bout de la péninsule de Capachica, face au lac. Nous sommes accueillies chez une charmante famille qui propose un hébergement aux voyageurs. Nous avons fait la connaissance de leurs petits garçons, pas timide pour un sous, qui ont trouvé drôle de nous chatouiller et qui on pris notre chambre pour leur terrain de combat de dinosaures... on a bien ri !

Cet après-midi nous sommes parties nous promener dans le village et le long du lac. Les habitants de Llachon ont gardé leurs traditions comme leurs tenues. Les femmes sont habillées d'une large jupe, un chapeau, deux longues tresses terminées par une sorte de pompon... Et en nous promenant nous avons rencontré plusieurs agriculteurs. Les uns travaillant à la main dans les champs, les autres rentrant le bétail : moutons, vaches, ânes... Selon nos informations, cette communauté conserve ses coutumes et maintient comme principales activités économiques l'agriculture, l'élevage, la pêche et l'artisanat. Même si nous avons l'impression d'être arrivées au temps de nos grands-parents, ils ne sont pas moins connectés pour autant. Et même les grand-mères se débrouillent très bien avec leur I-phone !

Nous avons trouvé ici un vrai havre de paix où le chant des oiseaux et les bourdonnements des insectes ont remplacé les klaxons des grandes villes. Nous avons pu profiter du coucher de soleil sur le lac avec les lumières de Puno au fond. Quoi de mieux pour une dernière soirée au Pérou? Demain nous partons de l'autre côté du lac, côté Bolivien...

Llachon et le lac Titicaca
Coucher de soleil sur le lac
Au revoir Pérou...
15
oct
15
oct
Publié le 17 octobre 2018

Nous sommes arrivées vendredi matin à Cusco. Bien fatiguées, nous sommes allées déposer nos sacs à l'auberge. Nous pourrons avoir notre chambre qu'à 11h, en attendant une bonne douche, nous partons à la découverte du centre ville. Nous commençons par trouver un vrai petit déjeuner. Puis nous nous promenons dans les charmantes ruelles "pavées" avec des galets. Dans le centre très touristique, beaucoup d'agences nous accostent pour proposer des tours. Nous prenons les informations et retournerons l'après-midi réserver, avec notamment le Machu Picchu. Nous terminons cette journée par faire quelques courses au marché de San Pedro. On y a retrouvé la même ambiance et la même organisation qu'à Arequipa.

C'est à 8h00 qu'une guide de l'agence vient nous chercher à notre hôtel, à pieds, direction le mini bus qui nous emmènera toute la journée avec au programme : un arrêt dans une petite coopérative de tissage en laine d'alpaca où l'on nous explique le processus. On commence à s'y connaitre ! Ensuite, notre guide nous emmène visiter un ancien site inca datant du XVème siècle. On peut voir des flans de montagnes aménagés en terrasses. A cette construction trois raisons, nous explique-t-on. La première raison de ces constructions étaient d'éviter les éboulements, la deuxième était simplement esthétique et la troisième était pour l'agriculture. Cette organisation en terrasse permettait de cultiver différentes plantes ayant différents besoins, chaque terrasse selon sa hauteur ne fournissait pas la même température... Puis direction la dernière visite de la journée, les salines de Maras. En plein milieu des montagnes, alimentés par une rivière, se trouvent de nombreux bassins de sel, organisés en terrasses eux aussi, à la manière de nos marais salants ! Ca semble improbable, nous n'aurons d'ailleurs pas l'explication de l'origine de cette source d'eau salée qui ne vient pas de la mer et de plus, qui est plus salée que la mer ! En tout cas le paysage reste impressionnant. Nous rentrons en milieu d'après-midi, sous la pluie ! Première fois depuis notre voyage...

Les terrasses de Moray
Les salines de Maras

Dimanche, pas de grâce matinée ! Nous nous levons à 3h30 pour partir direction la montagne aux 7 couleurs. Après plusieurs heures de route et un arrêt petit déjeuner, le mini bus nous laisse à 1h30 de marche du sommet de la montagne. C'est parti nous voilà en route pour une ascencion à 5 016m d'altitude. Le début reste assez simple c'est ensuite que ça grimpe beaucoup plus et que nous nous essoufflons très vite. Nous arrivons enfin au point de vue. Nous avons juste le temps d'admirer quelques minutes les belles couleurs de ces montagnes quand nous sommes surprises par une chute de neige gelée... Louise continue l'ascension quelques mètres plus haut pour arriver en haut de la montagne où elle a pu voir à 360°, même si la tempête a un peu réduit la vue! Moi je l'attends au point de vue car je ne suis pas très en forme depuis quelques jours. La fraîcheur de Cusco après les chaleurs d'Arequipa ne m'a pas réussie... Les couleurs de ces montagnes, que nous avons eu le temps d'admirer en montant, sont très impressionnantes. Le guide nous explique que cela est dû aux minéraux. Par exemple, le jaune s'explique par la présence de souffre. En tout cas le paysage est extraordinaire ! C'est sous la neige que nous descendons mais petit à petit le ciel se dégage et nous redécouvrons la vallée, la rivière qui serpente au milieu et les montagnes enneigées au fond.

La montagne aux 7 couleurs

Lundi, c'est parti ! Nous partons pour un des grands objectifs de ce voyage ... le Machu Picchu !!! Enfin c'est ce qu'on espérait... Nous avons rendez-vous au bureau de l'agence où un bus doit venir nous chercher et nous emmener à Hydroelectrica, mais voilà après 2h d'attente toujours pas de bus, pas moyen de contacter le responsable qui nous a vendu le tour et qui n'est pas là et si ça continue nous ne serons jamais à temps pour marcher les 2h qu'il nous restera pour arriver à Aguas Calientes où nous avons réserver un hôtel pour la nuit pour partir tôt au Machu Pichu le lendemain, car nous avons aussi nos billets... Bref, comment va-t-on faire ? Mais heureusement tout s'arrange, le responsable arrive et nous explique que le chauffeur de bus n'est pas venu, il nous emmène en voiture jusqu'à Hydroelectrica lui-même. Nous voilà parti pour 6h de route, sous la pluie !

Nous arrivons donc six heures plus tard, sous un soleil de plomb ! Nous n'avons plus qu'à ranger nos doudounes, écharpes et K-way, nous n'en aura pas besoin et tant mieux ! Mais il faut les porter maintenant ! Après une pose déjeuner nous partons pour une bonne dizaine de kilomètres à pieds le long de la voie de chemin de fer jusqu'à Aguas Calientes. Nous mettons 2 heures. Nous profitons des jolis paysages. On s'est fait dépasser par le train amenant les touristes ayant fait le choix de voyager en train, certainement très sympa à faire mais beaucoup plus onéreux ! Fatiguées mais contente d'être arrivées nous cherchons notre hôtel pour prendre une bonne douche, manger nos pâtes chinoises devant Raiponce et bien vite se coucher car demain nous nous levons à 3h30 du matin !

Marche jusqu'à Aguas Calientes

4h10 nous sortons de l'hôtel, petit déjeuner en main, lampe torche sur la tête, sac sur le dos... nous sommes prêtes pour une grande journée ! Vers 4h45 nous arrivons devant le premier poste de contrôle. Une centaine de personnes sont déjà devant nous et beaucoup suivent derrière. A 5h00 le poste ouvre, nous montrons tickets et passeport. Nous pouvons passer, c'est parti pour 3,5 km de montée avec 400 m de dénivelé. 1h00 après, nous voilà enfin à l'entrée du Machu Picchu, essoufflées, trempées mais pas les dernières ! Enfin sur le site, nous nous trouvons dans les nuages ! Nous commençons par marcher jusqu'à la porte du soleil, étant déjà bien échauffées pourquoi s'arrêter ? Heureusement la brume s'est levée et nous avons pu admirer le Machu Picchu d'en haut. Nous continuons avec la route des incas, les terrasses et terminons par la visite de la ville. Nous sommes impressionnées par la beauté et l'organisation des constructions incas. Après nous être bien promenées sur le site il est temps de redescendre car un bus nous attend à 14h30... normalement ! Nous redescendons la montagne en 40 minutes et reprenons le chemin le long du chemin de fer jusqu'à Hydroelectrica. Nous réussissons à bien rentrer, le bus nous ramenant à Cusco. S'est épuisées, avec des courbatures que nous nous couchons bien vite, mais avec des images pleins les yeux !

Le Machu Picchu
A bientôt
13
oct
13
oct
Publié le 13 octobre 2018

Et oui, cela fait maintenant 1 mois que nous avons débuté notre périple ! Pour le moment tout se passe pour le mieux. Nous arrivons à prendre un rythme de 3-4 jours par ville (voire un peu plus) ce qui nous permet de visiter, faire des excursions mais aussi de nous reposer.

Voici un rapide bilan de ce premier mois :

- 16 517 : c'est le nombre de kilomètres que nous avons parcourus depuis le 13 septembre ; dont 4 759 kms effectués en bus de nuit, soit 104 h passées à dormir plus ou moins confortablement.

- 10 : c'est le nombre d'hébergements différents que nous avons pu tester

- 8 : c'est le nombre de français que nous avons rencontrés

- 1 : c'est le nombre de blessure (une petite égratignure)

- 9 : c'est le nombre de Plaza de Armas que nous avons vu

- 3 : c'est le nombre de péruviens qui nous ont invités à danser

- 5 : c'est le nombre de jours où nous n'avons pas mangé de riz dans la journée

- 25 : c'est le nombre de kilos que nous avons en ce moment sur le dos

- 5200 : c'est la plus haute altitude à laquelle nous ayons grimpé


Nos plus beaux moments :

- Le glacier Pastoruri et la Laguna Paron

- Nos rencontres avec Liliana et Pierre, Claire et Francesca, Pedro, Luiz, Javier ou encore les bretonnes

- Le jour où l'on a récupéré notre linge de la laverie, sentant bon la lessive, après un mois de lavage à la main

- La traversée de la rivière pour aller à la cascade Huacamaillo

- Le coucher de soleil à Huanchaco


Les moments moins drôles :

- Les chiens errants un peu partout

- L'attente dans les gares routières

- Le bruit des klaxons permanents à Chiclayo et Lima


On vous laisse sur une série de petites photos pour fêter ce premier mois de voyage !




Les fameux bus de nuit que l'on adorent !
Traversée de la rivière
Sans commentaires ...
10
oct
10
oct

Nous sommes arrivées dimanche à Arequipa en début d'après-midi après 17 heures de bus... C'est sous un soleil de plomb que nous découvrons cette belle ville blanche. L'occasion pour nous de ressortir les shorts !

Lundi matin nous partons visiter le musée Santuarios Andinos. Heureusement pour nous, nous tombons avec un groupe de québécois ce qui nous permet d'avoir une visite en français. Ce musée retrace les cérémonies rituelles et les sacrifices d'enfants que les incas faisaient en haut des montagnes pour calmer la colère de leurs dieux. En 1995, un archéologue et un alpiniste américain découvrirent à 6300 m d'altitude la momie gelée d'une jeune fille inca sacrifiée. Ramenée à Arequipa, cette momie, appelée "Juanita" fut un véritable trésor d'information pour les scientifiques (parfait état de conservation du corps, vêtements et habits datant de plus de 500 ans). Nous avons pu voir Juanita exposée au musée dans un caisson à -20 degrés.

L'après-midi, nous sommes allées visiter le monastère Santa Catalina, plus grand couvent du monde et l'édifice religieux le plus important du Pérou. Construit en 1579, il a abrité jusqu'à 450 religieuses, qui n'avaient aucun contact avec le monde extérieur. Aujourd'hui, il reste une quarantaine de soeurs qui vivent à l'écart. Le couvent est tellement vaste que l'on parle d'une ville à travers la ville. On a pu visiter les différentes ruelles, les "cellules" des soeurs (quartiers d'habitation des soeurs), les cuisines, etc. Le lieu est vraiment splendide avec de belles couleurs vives aux murs (bleu azur, rouge vermillon et jaune).

En sortant du couvent, nous avons fait la rencontre de Javier, un artiste de rue qui nous a joué de la guitare et invité à chanter avec lui. Moment très sympa.

Nous nous sommes dirigées ensuite vers la cathédrale pour la visiter mais nous avons été refusées à l'entrée à cause des shorts que nous portions. En rentrant nous avons croisé la route de Tony et Yael, deux gros lovers que nous avions croisé à deux reprises dans la journée. Malgré de nombreux essais, nous n'irons pas danser ce soir !

Mardi matin, de bonne heure et équipées de couvertures et foulards pour nous couvrir les bras et les jambes, nous avons pu entrer dans la cathédrale. C'est une petite déception, il n'y a pas grand chose à y voir et l'intérieur est quelque peu banal comparé à la très belle façade extérieure.

Après cette courte visite, nous sommes allées à Chaqchao pour participer à un cours sur le chocolat. Nous étions 6 (dont deux bretonnes de Paimpol) pour ce cours particulier en espagnol, ce qui fut très agréable. Nous avons commencé par en apprendre plus sur l'histoire du cacao en Amérique du Sud puis Adrian, notre chef, nous a fait sélectionner des fèves de cacao, que l'on a passé au four, décortiqué, pilé au mortier pour obtenir une pâte. A partir de cette pâte, nous avons obtenu ce que l'on appelle le "brevage des dieux" : mélange d'eau chaude, cacao, piment et un peu de sucre. Pour la petite anecdote, un roi mexicain en prenait chaque nuit 40 verres pour assurer auprès de ses 4000 femmes (cette boisson aurait des vertues aphrodisiaques dit-on...). Adrian nous a aussi expliqué qu'un vrai chocolat ne doit contenir que 4 ingrédients au maximum : de la pâte de cacao (minimum 25% qui donne l'amertume et la couleur), du beurre de cacao (minimum 10% qui apporte la matière grasse et l'odeur de chocolat), de la poudre de lait animale ou végétale et du sucre. En fonction des pourcentages de ces ingrédients, on peut obtenir, par exemple, un chocolat noir à 70% de cacao, un chocolat blanc ou encore un chocolat au lait. Après toutes ces explications, nous sommes descendus à l'atelier pour faire nos propres chocolats. Après quelques minutes au frigo, nous avons pu les empaqueter pour les ramener avec nous, un vrai délice !

Le temps d'un repas rapide avec les bretonnes, nous nous sommes greffées ensuite à une visite guidée gratuite de la ville d'Arequipa proposée par des étudiants. Qui dit gratuite, dit beaucoup de touristes, mais qu'importe, cela nous aura permis de rencontrer un couple de français voyageant depuis janvier en Amérique ! Nous avons eu la visite en anglais faute de guide espagnol, au grand dam de Marie ...




Arequipa, la ville blanche
De nuit...
Le monastère Santa Catalina
Chacune sa couleur !
Comment ne pas succomber... petite pause goûter !
Visite de l'intérieur de la cathédrale
Atelier chocolat
Visite guidée de la ville

Mercredi nous avons visité un magasin de fabrication de laine d'alpaca. Notre guide nous a expliqué les différentes laines, celles de vicuña, de guanaco, d'alpaca ou de llama. Les deux premiers étant plus sauvages, leur laine coute plus chère. Il nous montrent les 37 teintes naturelles possibles et comment ils peuvent colorer la laine blanche avec des composants naturels comme des fruits, des plantes, des insectes... pour obtenir de jolies couleurs. On a pu admirer la patience et la dextérité de femmes péruviennes tissant. On nous informe qu'il leur faut 2 mois pour arriver à confectionner un joli tissu...

Ensuite nous sommes allées nous promener dans le marché central. C'est plongées dans le bruit, les odeurs et la foule péruvienne que nous avons profité d'un bon jus de fruits préparé devant nous.

Nous avons passées le reste de la journée à flâner dans les petites boutiques de produits artisanaux, pour ne pas dire touristiques...


Le tissage
Le marché
7
oct
7
oct
Publié le 8 octobre 2018

De retour de Huaraz, nous avons fait une escale de deux jours à Lima avant de prendre le bus direction le sud du Pérou. Nous sommes retournées chez Liliana qui nous a encore une fois accueilli à bras ouverts! Nous voulions tout particulièrement la remercier, elle et Pierre pour nous avoir accueilli, pour nous avoir fait visiter la ville, donner des conseils, trouvé des plans où loger dans le nord du Pérou, pour ces temps de partage et de discussion qui nous on bien aider à améliorer notre espagnol, à mieux comprendre le Pérou et simplement à passer de bons moments... bref un grand merci !

Nous avons profité de ces deux jours pour nous promener dans de nouvelles rues de Lima et pour visiter le musée de la culture péruvienne, nous exposant des techniques artisanales (poterie, vannerie, tissage...). Et maintenant... place au sud du Pérou !

Le musée de la culture péruvienne
Avec Liliana et Pierre
3
oct
3
oct

Nous sommes arrivées dimanche matin à Huaraz, petite ville située à 3 090 m d'altitude entre la cordillère noire et la cordillère blanche. Noms s'expliquant par leur couleur, la première moins élevée et plus sombre, la deuxième plus haute et blanche par ses sommets enneigés toute l'année.

Nous avons commencé par visiter la ville, son marché et réserver une excursion pour le lendemain. C'est ainsi que lundi matin, bien équipées, nous sommes parties à la découverte de la laguna Parón. Ce lac est situé à 4140 m d'altitude. Mesurant 3km sur 700 m, il est le plus grand lac de la cordillère blanche. A notre surprise, nous n'avons pas eu à marcher beaucoup, le tour nous déposant quasiment au pied du lac. Mais il nous restait quand même 1km à monter puis à escalader entre les rochers afin de pouvoir admirer le lac d'au dessus. C'était l'occasion pour nous de savoir si nous souffririons du soroche (mal des montagnes dût à l'altitude). Pas de feuilles de coca sous la main, nous avons pris notre temps et tout s'est bien passé. La montée en valait la peine, car le paysage qui se déroulait sous nos yeux était à couper le souffle. Ma-gni-fique !!! Comme dirait Louise. Le lac possède une jolie couleur bleue turquoise, s'expliquant, semble-t-il par les minéraux présents dans le lac... On a adoré cette journée et ce magnifique paysage qui nous rappelle combien la nature est belle !

La laguna Parón

Mardi, nous partons pour découvrir un autre endroit du très grand parc national Huascaràn, le glacier Pastoruri situé à 5 050 m d'altitude ! La route pour y arriver est longue mais belle ! Elle est ponctuée par quelques pauses afin de nous parler de la flore, notamment la puya raimondi. Immense plante piquante pouvant atteindre 10 mètres de haut, elle vit entre 70 et 100 ans et meurt après son unique floraison... un des mystères de dame nature ! Nous avons aussi pu observer une source naturelle d'eau gazeuse et quelques peintures rupestres sur une falaise...

Une fois arrivées au glacier, nous devons emprunter un circuit bien aménagé sur environ 2 km. Nous nous essouflons vite malgré un chemin peu pentu. Nous prenons notre temps et admirons l'extraordinaire paysage. C'est dans ces moments là qu'on se trouve vraiment tout petit ! La marche se passe bien, peut-être que le maté de coca pris auparavant nous aide aussi... A mi chemin nous arrivons devant le glacier qui a certainement du bien fondre depuis quelques années mais qui reste magique à regarder ! On ne s'en lasse pas mais il faut retourner au bus qui nous ramène vers Huaraz.


Plante puya raimondi
Source naturelle d'eau gazeuse - peintures rupestres
Chemin menant au glacier Pastoruri
Glacier Pastoruri

Mercredi et jeudi furent des journées plus posées. Nous sommes allées profiter des thermes à Monterrey. Bien que la couleur marron rouille de l'eau surprenne, l'eau chaude de la piscine nous a fait du bien. Jeudi nous profitons de notre dernière journée à Huaraz pour voir les marchés artisanaux...

En résumé, nous avons adoré Huaraz et ses paysages ma-gni-fiques !!! Nous avons apprécié de poser nos sacs un peu plus que 2 nuits dans une ville. Maintenant, direction le sud !

Thermes de Monterrey
Têtes fatiguées au réveil...
28
sept

C'est non sans regret que nous arrivons à Trujillo après 20h00 passées dans un bus sans climatisation, autant vous dire qu'on a eu chaud, très très chaud ! Nous sommes directement allées à Huanchaco pour loger chez Luiz, un ami que Claire et Francesca nous avait recommandé. Nous avons passé notre après midi du vendredi entre sieste sur la plage et promenade à travers les différentes boutiques artisanales. En bonus, nous avons eu le droit au coucher de soleil qui a lieu vers 18h00 ici.

Le lendemain matin, nous avons été réveillées par Luiz qui nous avait préparé un bon petit déjeuner. Comment vous décrire le personnage ? Un petit bout de monsieur d'une soixantaine d'années, sculpteur un peu atypique, toujours en pleine forme grâce à son alimentation et son secret : l'urinothérapie. On a beaucoup discuté avec lui et ce fut une rencontre très intéressante.

Nous sommes parties en fin de matinée pour Trujillo (troisième plus grande ville du Pérou). Nous avons assisté à un show de Caballo de Paso, danses traditionnelles péruviennes entre cavaliers et danseurs. Puis nous nous sommes dirigées vers Huaca de la Luna à Moche, un ancien petit village agricole proche de Trujillo. Huaca de la Luna est une ancienne pyramide appartenant à la civilisation moche (entre le 2ème et le 7ème siècle ap. JC). La pyramide fut en partie détruite par les espagnols. Il existe une deuxième pyramide : la Huaca del sol mais celle-ci n'a pas encore été fouillée par les archéologues. Enfin, on vous dit tout cela mais c'est grâce au Routard !!! En effet, la visite fut assez horrible pour nous : la guide espagnole débitait ce qu'elle connaissait par coeur à une vitesse hallucinante. Nous avons bien essayé de nous accrocher mais ce fut peine perdue ! Heureusement, quelques touristes compréhensifs nous ont aidé pour certains mots. Ce n'est donc pas la visite dont on se souviendra le plus mais le site est assez remarquable et bien conservé.

Notre étape en bord de mer fut très courte car nous repartons pour Huaraz, notre dernière étape dans le nord du Pérou.


Barque de pêcheur traditionnelle - plage de Huanchaco
Caballo de Paso
Huaca del sol et de la Luna - cathédrale de Trujillo
A bientôt
26
sept
26
sept
Publié le 30 septembre 2018

Après plusieurs heures de bus à notre actif, nous sommes arrivées mardi vers 4h30 du matin à Tarapoto. Nous avons attendu que le jour se lève avant de nous rendre chez Claire et Francesca qui nous ont ouvert grand leur porte !

Suite à un bon petit déjeuner, et suivant les conseils de nos hôtes nous sommes parties visiter un centre (Urku) d'accueil pour animaux de la jungle blessés ou trouvés remis en liberté quand cela est possible...

Puis nous sommes parties visiter le village de Lamas et plus particulièrement le quartier indigène Wayku où l'on a pu admirer l'artisanat local (bijoux, tissage, poterie...).

Dans la soirée nous avons pu découvrir la galerie où travaille Claire. Puis elle nous a emmené déguster de nouveaux plats typiques du Pérou.

Le lendemain, nous nous sommes rendues au village de San Antonio où démarrait une randonnée menant à la cascade de Huacamaillo. Ce fut une vraie excursion car à plusieurs reprises nous devions traverser la rivière, chaussures aux pieds, ayant parfois de l'eau à hauteur du ventre! Mais cela en valait la peine car nous y avons trouvé un vrai petit paradis où nous avons pu nous baigner. Revenues au village, notre retour à Tarapoto s'annonça plus périlleux. Ne trouvant pas de voiture pour nous ramener, nous avons finit par trouver un taximoto. Mais la route du retour étant fermé jusqu'à 18h pour travaux, il nous a proposé un détour de 40 minutes par les hauteurs afin de pouvoir prendre un bus le soir pour notre prochaine destination Trujillo.

Finalement, nous avons dû passer une nuit de plus sur Tarapoto car le prochain bus pour Trujillo ne partait que le lendemain à 14h30.

Tarapoto fut une agréable étape de notre voyage. Nous avons retrouvé la chaleur (et l'humidité de la jungle qui l'accompagne) et cela nous avait manqué ! Malheureusement, les moustiques nous ont adoré. Cette étape nous aura permis d'échanger en français, ce qui fut très appréciable.


Chez Claire et Francesca - parc Urku
Parc animalier Urku
Quartier indigène à Lamas