Indonesia : here I come !
Du 5 au 17 août 2019
13 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Après l'eprouvant Lyon ➡ Genève ➡ Munich ➡ Singapour ➡ Jakarta ➡ Bali... Me voilà enfin à destination ! ☀ 🙏💛


A Singapour, je suis direct dans le bain : un groupe d'Indonésiens, non freinés par ma tête marquée par une nuit blanche, s'amusent à prendre des photos avec moi.

J'ai eu quelques petits (gros) stress : avion surbooké, annulation d'un vol, plus de place dans l'autre... Mais après une deuxième nuit quasi blanche et quelques euros en plus, j'ai pu atterir à Bali et arriver dans ma somptueuse villa privée 😁

2
3
4

Dernière nuit à Bali, voici Augus qui gère l'hôtel et qui m'apporte le petit déjeuner le matin et qui m'a emmené dans divers endroits avec son 🛵

Mais avant de partir, je vais me faire masser dans un petit salon pendant 1h pour 8€ 😍



🎬 Si vous voulez voir cette étape en vidéo, c'est par ici!

5

Alors ce matin, Super Augus m'avait déjà booké mon voyage pour Nusa Penida. Je suis partie à 10h de Ubus,arrivée au port de Bali 2h plus tard (les bouchons ici c'est un delir !), puis j'ai pris un speed boat pour aller à Nusa Penida. Une traversée, comment dire, apocalyptique ?! 🌊🛥🌊


Le bateau a fait un premier arrêt à Nusa Lembongan. Magnifique vue depuis la mer.

J'arrive à Nusa Penida vers 15h,chose que je n'avais pas prévu ou anticipé. Un monsieur me propose de me louer un scooter, c'est plutôt lui que je loue pour me déposer dans mon Homestay !

J'arrive dans une cour de maison assez traditionnelle : un petit temple de maison, des coqs,... La maison d'hôte est tenue par un vieux couple, qui ne parle pas anglais, (comme tous les gens que je vais rencontrer aujourd'hui).

Vu l'heure, je ne peux pas faire grand chose de ce que j'avais prévu. Le soleil se couche vers 17h30 ici.

Je n'arrive pas à trouver de taxi scooter, je marche un moment et tombe sur un groupe de jeunes qui jouent au cartes. L'un d'eux, plus vieux, est sur son scooter... Ben je l'embauche !

Il m'emmène à Crystal Bay, qui est magnifique avec le les leurs du soleil mais ça, je n'ai pas eu le temps de le voir. Je profite un peu du coucher de soleil mais pas jusqu'au bout, on a de la route et je préfère pas qu'on rentre dans le noir. Les routes ici sont... Pas comme chez nous !

Je me fais déposer et là je me rend compte que ma journée de demain va être un casse tête. Mon plan était de faire du snorkeling avec les raies manta le matin, aller à kellingking Beach l'après-midi, et prendre un bateau le soir pour Lombok, où une super famille m'attend. Sauf que je trouve uniquement des bateaux partant le matin à 10h. Un peu dans mon désespoir, (et surtout les nerfs contre moi !!! Pourquoi n'ai-je pas réglé ça plus tôt bordel !!!), j'atterris dans un resto où le cuistot fait aussi office de guide touristique. Sauf qu'il ne sait pas trop répondre à mes interrogations.

Je lui dit que je cherche quelqu'un pour m'emmener à Kellingking Beach à 7h du matin, puis m'amener direct au port prendre mon bateau pour Lombok. Bien évidemment, il se propose en tant que taxi scooter !

Donc rdv pris demain matin, ma seule frayeur est de ne pas être à Lombok à temps pour passer l'eid avec la famille !

Je pense aller me débarrasser de ces préoccupations avec un massage ce soir : la masseuse m'a tué avec sa force, pas vraiment respecté mon intimité, ne m'a pas vraiment détendue, mais au moins je me suis faite masser 😂


3€50 plat + virgin Mojito
6

Ce matin j'avais rendez vous à 7h avec le cuistot de la veille (décidément je n'arrive pas à retenir les prénoms ici). Je suis levée depuis 5h grâce à nos amis les coqs, les perruches et les chiens !

Je croise le gérant, l'occasion de lui dire au revoir.

7h, départ pour 1h30 de route, dont une partie franchement cabossée. J'en profite pour regarder le paysage, la nature, la jungle, les gens chez eux, les petits écoliers, les animaux tels vaches, porcinets, coqs, chiens... Et plusieurs temples comme partout ici.


J'arrive enfin et en vie à Kellingking Beach, (fanchement ce chauffeur c'était le meilleur), il me laisse en haut et me demande si je vais descendre. Moi, sure de moi, "biensur! J'ai l'habitude des Calanques !"... Quelle audace! Bref c'est parti pour une descente qui doit durer environs 40 min, je la fait en 25 biensur mais en y laissant tout l'eau existante dans mon corps, (sans vouloir faire la marseillaise).

La descente est abrupte, je me tiens à des morceaux de bamboo. La descente se fait quasiment à bouts de bras (et la remontée, je ne vous en parle pas ! Je ne savais pas que j'étais capable de grimper, une nouvelle carrière se profile ! ).


Je pensais le jeter dans l'eau à mon arrivée, mais j'avoue n'avoir jamais vu de vagues d'une telle puissance de si près, et le peu que je rentrais dans l'eau, je sentais le courant s'agripper à moi pour me retenir et de jamais me laisser repartir !


Mais bon avouez, ça en vaut vraiment la peine.

À ma remontée, j'ai même eu le droit de voir des singes, immortalisé en photo.

Maintenant départ pour Lombok 🙏 !

La vidéo de cette journée ici !

7

AID EL ADHA : FÊTE DU SACRIFICE 🐑


Bien arrivée à Lombok, le jeune de l'hôtel vient me chercher (enfin en voiture, sauf que j'ai pris goût au scooter). Il a 17 ans, le permis et je découvre et ce matin qu'il est aussi marié ! Ils se marient vers 14/15 ans ici.


On se donne rendez-vous le lendemain à 7h pour aller à la prière de laid ensemble. Une vraie expérience pour moi. La dame de la maison d'hôte me prête une tenue de prière, et hop on y va! La mosquée est juste en bas de la rue.

La mosquée est un bâtiment encore en travaux, tant mieux : il fait chaud!

À l'intérieur, les femmes sont heureuses de me voir. Elles en croient pas leurs yeux.

Nous prions et à la fin, pensant que nous avions terminé, je vois tout le monde s'aligner à nouveaux les uns derrières les autres, sauf que les femmes se rapproche des rangs des hommes. J'attends un peu et m'aperçois que, comme un serpentin, les hommes et les enfants passent dans les rangs pour serrer chaleureusement la mains de chaque personne, un par un, y compris les femmes. Je n'ai jamais vu ça nulle part. Pourtant j'en ai fait des pays musulmans. Ensuite les femmes suivent le mouvement et saluent les derniers rangs de femmes. Tout le monde aura eu le droit à son accolade, serrage de main, signe de respect... Certains enfants me collent respectueusement leur front sur ma main. J'en suis encore émue là !

Je suis la dernière à sortir, et j'entend un des hommes qui parle au micro et je comprend le mot "tourist". Je me retourne et le monsieur, avec un grand sourire, me dit de venir vers lui. Ils me serrent tous la main et me font comprendre qu'ils sont très content que je sois là.


En sortant, je recroise le jeune qui m'emmène à l'échoppe collée à la mosquée, les femmes m'invitent à cuisiner avec elle une fois que les bêtes seront prêtes. D'ailleurs j'assiste à l'abattage dans le jardin d'en face.

Je retourne vite fait dans ma chambre d'hôte où une femme rigolote qui travaille la me prépare un petit déjeuner. Je me change et part retrouver les femmes et les aide à préparer diverses choses. L'une d'elle parle anglais.

Un homme s'approche vers moi pour m'offrir ma part de viande 💛

Je reste quelques heures avec ces personnes, des femmes et des hommes, tous gentils.

Je me repose un peu et tout à l'heure j'irai à cette fameuse plage de Lombok : Kuta Beach.


8

Cette après-midi j'ai envie de me poser enfin sur une plage, pour un long moment, me détendre, me prélasser... Vous l'aurez compris, ça s'est pas forcément passé comme ça 😂


Une des femmes avec qui je suis se propose comme taxi. Elle a l'air un peu strict, mais bon je m'en fout. Elle me dépose à Kuta Beach. Très connue.


Alors oui certes, c'est une longue plage imposante, ça a l'air beau, mais moi en tout cas je ne m'y suis pas bien sentie. J'aime pas la couleur du sable, (oui bon j'avoue je chipote), mais surtout il est recouvert de coraux morts. Ça fait de la peine et surtout ça fait très mal aux pieds. Il n'y a aucun touriste dans l'eau. Mais il y a pas mal de familles indonésiennes ou bien des groupes de jeunes garçons. En gros j'ai pas envie d'être en maillot de bain ici. Même si je suis certaine que eux s'en foutent. Mais même j'aime pas. Le soleil cogne, pas d'ombre... Faut que je bouge d'ici.

Ducoup je rebrousse chemin, je suis carbonisée par le soleil. Je cherche un scooter en vain, j'embauche un vendeur de rue, comme dhab la débrouille, pour qu'il m'emmène à une plage à 15min,mieux réputée.

Donc la j'arrive, j'avoue c'est très beau :sable blanc, eau très belle.... Il y a un mélange de locaux et de touristes, je peux passer un peu "inapercu". Je vais enfine baigner, mais, je sais pas,... Je ne suis pas à l'aise dans cette eau, peut être à cause de tous les articles d'attaques de requins que j'ai lu récemment 😂 mais aussi car il y a des déchets dans l'eau, quelques algues... Mais bon sur le sable c'est tout de même agréable et c'est un beau cadre. Enfin presque... Des vendeurs ambulants de glaces à scooter font que passer avec une petite musique de fête foraine... En gros tout ça vous ne le voyez jamais sur les photos des voyageurs qui se la pètent!! 😂

Sur ces plages, toutes les 3 minutes, des femmes passent pour essayer de vous vendre des saroung (leur sorte de paréo). Je dis non à toutes, mais l'une d'elle, âgée, a l'air crevée, je l'invité à s'assoir. Elle est rejointe par 2 autres vendeuses qui se rendent vite compte qu'elles ne me vendront rien, mais qui restent discuter avec moi un long moment. L'une d'elle parle assez bien anglais. Ducoup on parle de nos vies de familles. Des différences ici et chez nous en France... C'est assez sympa je dois dire.

Je fini cette après midi, la dame de ce matin me rejoins,métamorphosée, petit voile rose, petit chapeau de paille, clope au bec.... Et elle se révèle très drôle et surtout un peu folle.

Dernière soirée à Lombok, demain je pars pour Gili Gede. J'attends beaucoup de cette île car elle est peu connue et préservée, notamment au niveau des coraux. J'ai hâte d'y être car j'ai réservé une chambre très belle, un hôtel tenu par des français. J'ai surtout très hâte de commencer enfin enfin enfin le snorkeling !

En attendant, je vais essayer de dormir avec le gecko 🦎 qui vit dans ma chambre et qui est vraisemblablement tombé amoureux de moi.



9

Ce matin je quitte Kuta à Lombok. Mis à part mon expérience avec locaux qui a été enrichissante (ça sert à quelque chose d'être convertie !), je n'ai pas vraiment apprécié cette ville.

Je passe mes derniers instant ce matin avec cette petite dame à qui j'ai donné ma viande hier. Elle me fait 5 gros pancakes à la banane. Après on passe un petit moment dans sa cabanette, en utilisant parfois Google traduction pour dire des bêtises, et avoir nos derniers fous rires. Ensuite, après de gros câlins et bisous, je prend la route pour me diriger au port, d'où je prendrai le bateau pour Gili Gede.

J'arrive à Lembar. On me dit que le bateau qui part pour Gili Gede part uniquement depuis le port de Tembowong,ce que je découvre également dans un mail du gérant de l'hôtel où je vais. Un peu énervée, je continue le trajet avec la même voiture.

Lorsque nous arrivons à Sekotong, des îles se forment devant nous, magnifiques, le sable blanc est visible depuis la route.

J'arrive au "port", ou plutôt un bout de plage, où j'embarque pour Gili Gede,dans un petit bateau typique d'ici. L'île est juste en face, le bateau dépose devant l'hôtel,et là... Le bonheur pour les yeux. Je sais que je vais être très bien ici. J'y passe qu'une nuit car l'hôtel est plein, mais je reste 2 nuits en tout sur cette île. Après midi piscine et massage. Après j'irai marcher sur l'île pour essayer d'attraper un beau coucher de soleil. Demain je pars la journée en expédition sornekeling /visite des îles aux alentours.

10

En fin d'aprem, je décide de traverser l'île à pieds pour apercevoir un beau couché de soleil,mais il y a des nuages...

Malgré tout, j'en prend plein la vue. Je me sens bien ici. Les plages sont désertes, la marée est basse et laisse place à des couleurs lunaires.

Je traverse un ou deux villages, composés de quelques maisonnettes en bois ou en paille sur pilotis,rien d'autre. Je remonte la montagne et la redescend en quelques minutes pour être de l'autre côté, la mangrove. Tout est paisible, pas de bruit, on se sent également en sécurité. Parfois je croise des locaux qui me disent bonjour, personne m'embête. C'est une vraie liberté en tant que femme de pouvoir se balader dans la nature, dans la jungle, parfois en croisant un homme seul, sans avoir peur de se faire égorger.

Je trouve un bon spot sur une grande plage pour voir le coucher de soleil, mais j'ai encore le temps. J'aperçois quelques enfants, dont un joue au foot tout seul. Mon sang marseillais ne fait qu'un tour, je vais taper le ballon avec lui. Un ballon récupéré dans la mer, tout dégonflé.

Et la, la magie opère. On se régale ! Plus tard, des femmes nous rejoignent, on passe un petit moment ensemble. Franchement, c'est top de pouvoir vivre ça. Je remercie mon fils Ibrahim de m'avoir obligé une centaine de fois à jouer au foot avec lui.

Je dois rentrer car la nuit va tomber, mais j'espère retourner demain refaire une petite partie. Il n'y a pas de magasins sur l'île, enfin du moins je ne pense pas, mais ma mission est de trouver un ballon de foot neuf !

11

Ce matin, après une nuit où j'ai été assez malade, (sans doute le verre d'eau qu'on m'a proposé pendant le foot !), j'ai rdv à 9h pour partir en sortie snorkeling. Le temps est nuageux, mais j'ai l'habitude ça va changer. Je pars avec une famille de 4 allemands, super gentils. Je suis rassurée car j'ai un peu peur seule dans l'océan !

Nous partons en direction de Gili Layar. Nous en prenons plein les yeux pendant le court trajet.




Comment vous dire, je réalise mon rêve d'être sur une plage paradisiaque.

Il devait y avoir sur place une dizaine de touristes max, qui logaient dans l'unique hôtel bungalow de l'île, et ils restaient tous au même endroit. J'ai vite pu être totalement isolée. Des vaches sauvages sont sur la plage, un local me montre qu'elles aiment les feuilles de tel arbre. J'attrape les branches une à une et les vaches se nourrissent tout en étant collées à moi.

Mais ce qui restera gravé dans ma mémoire,c'est ce que j'ai pu voir dans l'eau. Des poissons lune, des étoiles de mer bleue, pleins d'autres espèces... Voici quelques clichés réalisés avec une go pro ! J'ai fait ce que j'ai pu !

Nous restons sur cette île de 9h30 à 14h. On s'est régalés. Sur le retour, on s'arrête devant une autre île, mais cette fois nous sautons du bateau. Le courant est assez fort, pas dangereux mais fatiguant.

Je nage un peu, mais je me dis que c'est pas très beau, les coraux sont morts... Et au moment où je me dit "Vas-y c'est mort ici c'est pourri".... La nature m'offre un petit cadeau pour me montrer qu'il ne faut jamais être défaitiste....

Voilà vous l'aurez compris, j'ai vécu un vrai rêve aujourd'hui 🐢🐠☀🌴

12

Dès mon retour du snorkeling, je prend une rapide douche et décide de partir à la recherche d'un ballon, mes prospections de la journée n'ayant rien donné. Je traverse des petits villages, dont les très rares échoppes ne vendent que 2/3 paquets de cigarettes, de la lessive et quelques gâteaux. Tampis, je n'aurai pas trouvé ce ballon neuf. J'opte ducoup pour un goûter. Je demande à la vendeuse les gâteaux que préfèrent les enfants, et me voilà répartie à traverser la petite montagne de l'île pour aller retrouver les petits d'hier.

J'arrive et je trouve Hapiss en haut d'un petit bateau de pêche avec d'autres hommes. Je vois au loin la petite Syla, perchée sur un arbre de la plage, ramassant des petits coquillages de mer pour la soupe. (vous l'aurez remarqué, je retiens les noms des enfants 😂). Hapiss me fait signe pour aller jouer au foot : et comment !

On part faire notre foot. Nous sommes rejoins par un autre enfant, Aldi, beau et bien coiffé. La petite Syla et son frère jouent dans l'herbe dans nos pâtes. En tant que digne représentante de l'OM, je perd la partie. Je propose à ce moment le goûter. En tout, il y a 5 enfants autour de moi, je leur sors également mes petits chocolats pris dans l'avion Swiss airlines. Autant vous dire que les chocolats suisses... Ça plaît aux petits indonésiens !

Les ptits trouvent un bâton de bambou en forme de batte, un autre amène une vieille petite balle, Aldi fabrique un gant de baseball avec un morceau de carton, et c'est parti pour taper quelques balles.

Je ne peux pas m'empêcher d'arrêter de jouer et d'observer cette scène. Forcément, je les compare aux enfants avec qui je travaille en France, nos enfants.



La maman d'Aldi arrive, je la reconnais, c'est ma masseuse d'hier soir. Elle m'apporte des bananes et de l'eau (malgré que je meur de soif, je n'y toucherai pas 😅). Ensuite, une femme du village arrive et m'apporte un plat traditionnel Sasak (les Sasak sont le plus important groupe ethnique de Lombok). Autant vous dire qu'il faut avoir l'œsophage robuste et un estomac à tout épreuve 🌶🔥🌶🔥


Je dis au revoir à tout le monde. Je traverse cette montagne et ces petits villages vraiment d'une autre époque, et me retrouve à l'hôtel. Ça fait 2 soir que j'y suis et 2 soirs que je dîne avec une mère et sa fille, Véronique et Céline, françaises, avec qui j'ai sympathisé le premier jour. On joue aux cartes une bonne partie de la soirée, je perd car je suis victime de tricherie, je vais me coucher...!


Demain départ à 12h pour Gili Air, touristique pour le coup. J'espère faire le même genre de rencontre... Je m'en fait pas trop, j'attire les enfants et les animaux sauvages, (non je ne fais aucun parallèle !).

A demain et merci pour vos messages et commentaires 🙏💕

13

J'ai passé une journée sans écrire, preuve que le repos est enfin de mise !

Alors avant de partir de Gili Gede, j'ai fait une petite virée en mer avec Véronique, où nous avons pu observer des étoiles de mer éeeenormes bleues, beiges et oranges.

Ensuite je dis au revoir à la mère et à la fille (avec qui nous continuons à nous donner des nouvelles) , puis à Alain, le gérant de l'hôtel.


Petit transfert en bateau puis c'est parti pour 2h30 de voitures direction le port de Bangsal. Sur le chemin, mon chauffeur me propose de passer par la route des montagnes pour pouvoir y observer les singes sur la route :c'est génial ! C'est beau aussi tous ces 🌴.

Nous traversons aussi plusieurs villages en pleine reconstruction (suite au dernier tremblement de terre).

Arrivée à Bangsal, je prend le fastboat pour Gili Air.

GILI AIR 🏝 ☀


Alors cette île, faut partie de 3 îlots connus par les touristes. Il y a Gili Meno où les couples et familles restent au calme, il y a Gili Trawangan où les jeunes viennent faire la fête la nuit, puis Gili Air : un compromis entre les 2.

Malgré l'attrait touristique, je sais que je vais me sentier bien. Il y a tout à disposition :les belles plages, pleins de resto, du monde en mode good vibes...

J'ai été surbookée : enfin !!! Ducoup ma chambre est en bord de plage, je peux manger tranquillement face à la mer.

Le soir je me balade, je partage mon poisson grillé avec les chats, je regarde le couché du soleil en fumant une chicha les pieds dans le sable,... Tout va bien.




Ce matin, je suis levée à 6h,comme tous les jours en vacances allez savoir pourquoi. Je prend mon petit déjeuner face à la mer, puis je décide d'aller nager, mais je j'aperçois pas grand chose. Après midi détente et photos.



Je trouve ça dommage d'être seule sur les photos... Naturellement je demande au jeune qui m'a servis ma chicha hier de jouer au couple avec moi, ce qu'il fait avec plaisir ! 😂


Ce soir je rejoins 2 filles de Lyon, Lydia et Dounia : on est en contact grâce à un ami en commun (finalement on a beaucoup de gens en commun 😂). Je vais dormir dans leur villa avec piscine et nous partirons en sortie snorkeling demain toutes ensemble.



14

Ce matin nous avons rendez-vous à 8h30 pour une sortie avec bateau privé. Au programme : les Underwater Statues de Gili Meno et nage avec les tortues.

« Nest est avant tout un espace environnemental. Les figures sont disposées en une formation circulaire comme un écho du cercle de la vie, et elles vont bientôt regorger de vie. Les coraux mous et les éponges devraient s’épanouir rapidement, ouvrant la voie à des coraux durs délicats et à un récif bien établi »– Jason deCaires Taylor


Bon, il faut préciser que nous sommes évidemment pas seules sur les sites. Difficiles de ne pas se recevoir un coup de palmes, de prendre une belle photo des statues,... Et pour les tortues, on dirait qu'on a lâché des sauvages dans l'eau, près à se ruer sur les tortues, en hurlant,... Mais bon grâce à mes talent de nageuse, j'ai pu aller plus loin et en observer 2 qui nageaient à mes côtés.



15

Ce soir je passe dire au revoir aux commerçant avec qui j'ai sympathisé. J'en profite pour regarder un dernier couché de soleil puis me faire faire également un massage suédois qui me remet le dos en place. Le jeune gérant s'amuse à me faire goûter un plat pimenté, j'essaie de faire abstraction de mes problèmes intestinaux à fin de vivre l'expérience pleinement. Je dépose le vélo que j'ai loué et marche le long du littoral.

Je ne sais pas si ce sont les massages qui ont libéré mes chakras, ou si c'est la musique du concert live au restaurant à côté qui me rend melencolique, mais pendant que je suis assise au bord de la plage, sous la lumière de la pleine lune, pensant que c'est la fin de ce voyage, mes émotions débordent de mon œil.

Je vais dire une phrase très cliché, mais ce voyage m'a permis de me retrouver et de retrouver un apaisement que je ne me connaissais plus.

Ici je me suis réveillée instinctivement à 6h tous les matins. Tous les jours j'ai eu envie de faire un footing ou d'escalader une montagne. J'ai eu envie de changer mon alimentation une fois de retour en France. D'être plus détendue. Plus souriante.

Mais il fait être pragmatique :je ne vis pas sur une île. Si je le réveille à 6h,je verrais ma rue en travaux depuis pas fenêtre, mon lit sera l'unique endroit où j'ai envie d'être. Le quotidien nous ratrappe toujours, quelque soit la vitesse à laquelle on essaie de s'en éloigner.

Ici j'ai eu l'impression que mes tracas en France, quelqu'en soient l'ordre, n'avaient pas pris l'avion avec moi, qu'ils étaient restés à la douane française.

J'ai beaucoup pensé à mon fils évidement, j'ai parlé de lui et montré sa photos à tous les indonésiens que j'ai croisé. Quand je regardais les petits jouer dans l'eau, se laver dans une bassine, jouer avec des branches,courir pieds nus, je comparais avec le mode de vie proposé à nos enfants.

La solitude ne m'as pas pesé, bien au contraire,elle a été salutaire. Elle m'a permise de m'écouter, d'aller à mon rythme, de ne pas avoir à faire de compromis,alors que ma vie n'est faite que de ça.

Pendant plusieurs jours, rencontrer des gens qui vous sourient et apprécient votre présence, dans un cadre où vos yeux se régalent et nourrissent vos futurs souvenirs, vous sentir accueilli et accepté,croiser différents animaux,...

La vie des Indonesiens que j'ai rencontré n'est sans doutes pas facile tous les jours, ils n'ont pas le confort auquel nous avons accès, ils travaillent avec acharnement, font tout pour parler anglais alors qu'ils ne l'apprennent pas à l'école, mais ils sont heureux.

Depuis longtemps j'essaie de changer petit à petit mon mode de vie ou de consommation, tout ça m'a encore plus donné envie de vivre simplement. Mais encore une fois, je ne vis pas sur une île, au milieu des palmiers et des bananiers.

Les immeubles, le goudron, la circulation,... constituent (à mon sens) une pollution en premier lieu oculaire, mais surtout cérébrale. Et pour survivre à ce bordel que sont nos villes, que nous aimons la plupart du temps, ben notre cerveau s'occupe l'esprit avec des tracas et beaucoup de futilités.

J'ai écrit ce petit texte hier soir, assise sur un morceau de bambou, je le finis ce matin dans un hamac, en regardant le levé du soleil.

Ça faisait longtemps que je n'avais pas autant écrit lors d'un voyage. Merci d'avoir été présents à travers vos lectures, commentaires, messages... Vous m'avez accompagné tout au long de ce périple.

Je vais manger mon dernier pancake banane, prendre le bateau puis l'avion, à très bientôt en France


Prenez soin de vous 🙏🇮🇩