Carnet de voyage

Vietnam, Cambodge et Thaïlande en sac à dos

27 étapes
34 commentaires
6 abonnés
Dernière étape postée il y a 615 jours
Après 1 an de vacances (travail) en Australie on avait besoin de se détendre un peu, et pouf ça tombe sur l'Asie du sud-est.
Du 13 novembre au 19 décembre 2017
37 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 13 novembre 2017

13 novembre 2017

Il y a presque 1 an on faisait nos premiers pas en Australie dans cet aéroport, aujourd'hui on part à Ho Chi Minh City.

Cette fois-ci nos bagages sont plus légers, parce qu'on va les avoir sur le dos. On des papillons dans l'estomac, on se sent tout bizarre, mais... Yeeehaaaaaaa

2
2

14 Novembre 2017

Arrivés à 1h du mat' on se dépêche d'aller récupérer du sommeil dans notre hôtel en se faisant arnaqués par le taxi sur le chemin. Mauvais départ mais 3€ d'arnaque pour éviter les négociations et dormir au plus vite ça va.

On débouche donc au matin sur une marée humaine à scooters, il y en a partout dans tous les sens, du bruit, des gaz partout. On est pas choqués mais ça change pas mal de devoir forcer le passage pour traverser, surtout qu'on s'était habitués au bouton sur lequel tu appuies quand tu veux traverser une rue en Australie.

On a du mal à se faire comprendre, surtout au petit déj où Antoine finit avec un café au lait avec des glaçons au lieu d'un thé et moi avec des nouilles instantanées. On se trouve un hostel super sympa dans le centre pour y déposer nos sacs et on part visiter la ville. On fait le marché de Benh Than, le musée de la guerre avec plein photos de gens morts ou malformés à cause de l'agent orange, le night market et on rencontre 2 québécoises super sympas qui trouvent que Saigon c'est dispendieux par rapport à Hanoï.

Le lendemain on décide d'aller visiter Suoi Tien, le seul parc d'attraction au monde thématisé... bouddhisme. Les décos sont surréalistes, il y a des dizaines de temple dans le parc qui même s'ils sont tournés "attractions" sont là pour aller y faire ta prière avec un bâton d'encens. Le parc est un peu décrépi, mais ça c'est à l'image du Vietnam et surtout il est quasiment vide, on ne sait pas pourquoi.

L'entrée coûte 5€ et ensuite il faut payer chaque attraction individuellement mais comme seuls les noms sont traduits en anglais et que personne ne parle anglais on ne sait pas trop quoi choisir donc on rentre un peu au pif. On fait une maison hantée Harry Potter bizarre, de la luge en intérieur, un truc 9D qui ressemblait plutôt à du 0D, une maison hantée façon les 18 portes de l'enfer bouddhiste, une balade en bouée, un rollercoaster pour lequel on a du attendre qu'il y ai plus de monde, et un bain de pied avec des poissons. Une journée normale quoi.

Ah et bien sûr on commence à manger et à boire vietnamien, c'est sympa mais rien de fou pour l'instant.

3
3
Publié le 17 novembre 2017

15 novembre 2017

On est supers contents de nous on a pris un ticket open bus pour faire les différentes étapes qu'on a prévu entre Saigon et Hanoï pour 40$. On avait repéré une ligne de bus bien notée sur internet mais le proprio de notre hostel nous a proposé la même chose au même prix (apres négo) et ça nous a paru très bien. Du coup on embarque le soir même dans un sleeper bus pour Da Lat.

Bon, au lieu d'arriver à 6h du mat' comme prévu on arrive à 4h30. Un mini bus nous amène jusqu'à notre hostel et on est assis sur le trottoir pendant 10 minutes à se demander comment on fait avec le peu de neurones que le manque de sommeil nous a laissé. Quand 2 vietnamiens arrivent avec un gros paquet et sonnent à la porte sans se poser de questions. On nous invite direct à l'intérieur et on nous donne un lit. On va pouvoir finir notre nuit ,trop bien!

Notre hostel est thématisé Noël, il y a des décos de Noël partout, un super rooftop et le proprio s'appelle Santa. Il est super cool et nous invite à manger et à boire du vin de riz le soir, on apprend pleins de trucs avec lui.

À Da Lat le premier jour on visite, la ville, le marché, la crazy house qui est vraiment crazy et on fait pas mal de découvertes culinaires.


4
4
Publié le 24 novembre 2017

16 novembre 2017

Pour notre deuxième journée on loue un scooter à notre hôte qui est un ancien mécano pour visiter les alentours.

On y voit Elephant Falls, une cascade puissante mais à la couleur bien bouseuses qui ne donne envie à personne d'aller s'y baigner.

On visite l'usine de vers à soie Cuong Hoan où personne ne parle anglais et où tu te contente de te balader entre les travailleuses. Pourquoi pas, on peut tout voir de très près.

On visite aussi la plantation de café Me Linh un peu spéciale, ils y font le café le plus cher du monde qui avant d'être torréfié passe par le système digestif de civettes, des espèces de marsupiaux. Oui, du café préalablement chié. On a pas toutes les explications mais a priori ça le rend meilleur et beaucoup de plantations vietnamiennes se spécialisent là-dedans.

Sur la route on fait une pause stratégique dans qui sert de la bière brune, une première au Vietnam pour nous.

On finit par une pagode Linh Phuoc toute en mosaïque près de la ville, les photos ne rendent pas si bien que ça, mais c'était vraiment impressionnant.

5
5
Publié le 24 novembre 2017

18 novembre 2017

On arrive a Nha Trang sous la pluie et on va y rester tout du long, un typhon est passé il n'y a pas longtemps, un autre est prévu pour le lendemain matin. Ça tombe bien parce que le principal attrait de Nha Trang c'est la plage...

À part ça il n'y a pas grand chose à y faire donc on se balade, on boit un super bon jus d'orange verte/goyave/sucre de canne, on croise des serpents dans e vin de riz, ou un croco entier au BBQ, on glande à notre hostel et on prévoit le départ pour le soir suivant dans un bus de nuit vers Hoi An. Piégés dans un marché par des trombes d'eau, on teste le stand de phó. On teste une brasserie locale la Louisiane Brewhouse, (on revient toujours aux sources hein), les bières belges nous manquent toujours mais c'est quand même vachement mieux que ce qu'on attendait.

C'est qu'on retiendra de Nha Trang c'est que c'est une grosse ville sans charme si ce n'est sa plage et qu'elle est pleine de russes. Quand on y dit pleine de russes, on se demande s'il reste des russes en Russie... Ils sont de partout, en couple, en famille, en groupe, très sophistiqués comme à leur habitude, très, trop souvent torse nu. Énormément de boutiques et restos leur sont dédiées où tout est traduit en russe avant d'être traduit en anglais et du coup tout le monde sourit à la russe.

6
6
Publié le 24 novembre 2017

19 novembre 2017

On en a pas parlé alors que c'est quand même vachement important de dire qu'on voyage en bus ici.

Ce qui se fait beaucoup c'est des open bus, en gros tu achètes un ticket d'Ho Chi Minh à Hanoï, avec des pauses prévues dans les villes intermédiaires et tu réserves les différentes étapes au fur à et mesure. Le ticket à généralement une validité d'1 mois, selon la durée du trajet ce sera des bus classiques ou de nuit avec couchettes, tu peux réserver un trajet la veille pour le lendemain et surtout c'est super bon marché, nous on a payé 34€ chacun avec Nhat Viet travel.

La qualité du voyage dépend de la compagnie et du chauffeur mais pour nous ça s'est bien passé malgré les commentaires flippants qu'on avait trouvé en ligne. Et ça ressemble à ça :

7
7
Publié le 24 novembre 2017

20/21 novembre 2017

Arrivée à Hoi An à 6h du matin, un peu dans le pâté après 11h de bus couchettes. On se met doucement en marche vers Hai Dang homestay. Il est encore tôt du coup il n'y a pas encore beaucoup de monde dans les rues, on passe par la vieille ville avec ses jolis vieux bâtiments, ça a l'air sympa Hoi An.

Comme à Da Lat, même si on arrive indécemment tôt, on nous invite à aller dans notre chambre, poser nos sacs et prendre une douche, c'est sympa l'Asie quand même.

On part se balader dans la vieille ville en passant par le marché où on goûte un Mango cake tour blanc et un truc vert au lait de coco et des white rose, une espèce de dumpling qui ne se fait qu'ici car fait avec l'eau d'un puit spécifique. Pour pénétrer dans la vieille ville on doit payer un ticket de 120000 dongs soit 4,5€, qui nous permet aussi d'entrer dans 5 des 22 bâtiments historiques. On tombe pile poil pour un spectacle de musique et de danse gratuit qui est super sympa. Le centre ville est interdit aux scooters la majeure partie de la journée, c'est génial, c'est silencieux et relaxant de ne pas regarder partout pour les éviter.

On arrive au point crucial de notre séjour jusqu'à présent, le meilleur resto qu'on ai visité. On essaye d'aller dans les petits bouibouis au bord du trottoir depuis notre arrivée pour manger comme des vrais locaux mais c'est pas trop ça alors cette fois on opte pour un truc un peu plus de touristes. C'est le Café 43 recommandé sur des blogs de voyageurs, on s'est fait un menu de 3 plats avec riz et salade de fruits à 160000 dongs soit 6€ pour 2 et on s'est régalés. Tellement qu'on est revenus le soir même pour la revanche. Cao lau, Bœuf dans une feuille de bananier, crevettes aux noix de cajou, salade de papaye verte, bœuf citronnelle et chili, un délice. Par la même occasion on découvre aussi la Bia Hoi, lanbiere la moins chère du monde. Typiquement vietnamienne, elle est brassée et livrée tous les jours et est sans conservateur. Pas très alcoolisé, 3°, mais à 10 centimes le verre ça s'apprécie bien.

Après avoir fait le tour, on aime bien Hoi An, c'est beau, c'est calme, plein de charme, la nuit la ville prend une autre dimension illuminée avec toutes ses lanternes. Mais encore une fois on a malheureusement quasiment pas d'infos sur l'histoire, ce qui est un peu frustrant. Autre bémol l'activité principale ici c'est le shopping, il n'y a que des boutiques partout, c'est attirant mais en même temps un peu lassant. On t'attaque beaucoup dans la rue pas à coup de "Hello" mais à coup de "Buy something?", la subtilité vietnamienne quoi. La spécialité de la ville c'est les tailleurs qui te font ce que tu veux sur mesure. Une petite tailleuse à d'ailleurs proposé un costard complet sur mesure à 100$US à Antoine.

Du coup à contre courant moi je me suis fait faire des lunettes de soleil à ma vue vu que les précédentes sont mortes. La monture est de mauvaise qualité, mais les verres sont effectivement à ma vue, et surtout faits en moins de 24h pour 50€. Si vous avez pas de sécu vous savez où aller maintenant...

On avait prévu d'explorer les alentours en scooter le lendemain mais il pleut vraiment trop alors on traine au homestay où on peut jouer avec un chiot trop choupinou.

Vu le temps et notre timing limité on prend l'avion de la ville voisine, Da Nang jusqu'à Hanoï. 1h30 d'avion contre 12h de bus, ça nous a paru une bonne idée.


8

22/24 novembre 2017

Après un passage éclair à Hanoï où on fait pas grand chose à part manger des bons banh cuon, on reprend un bus puis ferry qui nous emmènera à Cat Ba, une île au large de la baie d'Ha Long.

On veut voir la baie d'Ha Long parce que c'est LE truc à faire au Vietnam mais comme on aime pas trop s'agglutiner avec les touristes de masse on évite le tour guidé depuis Hanoï. À la place on va donc sur l'île de Cat Ba qui est dans la baie de Lan Ha. Personne n'en parle en dehors du Vietnam mais Lan Ha c'est la continuité de la baie d'Ha Long, et si on ne te dit pas où finit l'une et où commence l'autre tu ne le sais pas... Il y a moins de monde et c'est moins cher, parfait pour nous.

On tombe dans un hostel simple mais tenu par un ancien chef 3 étoiles, le Sweet potato hostel, qui nous fait un repas hors menu aux fruits de mer qui envoie du lourd.

C'est eux qui nous book un tour en bateau, on leur fait confiance et on fait bien, on passe une super journée avec Cat Ba Green trail Travel. Ils passent nous chercher à l'hostel à 7h30, et après un passage au bureau, on monte sur le bateau. On va naviguer plusieurs heures dans la baie de Lan Ha, et ensuite d'Ha Long, notre super guide Thank, nous raconte pas mal d'histoires. Vient le moment de la baignade, on est en automne donc pas plus de 19°C mais Antoine n'hésite même pas.

Super déjeuner post baignade, puis on repart en direction des caves à visiter en kayak, c'est un peu survendu mais c'est pas mal.

Pour finir on va à Monkey island où vivent une cinquantaine de singes et où on peut grimper pour avoir une belle vue des environs.

Dans le groupe on sympathise avec 3 américains et comme aujourd'hui c'est Thanksgiving on finit la journée sur un bon gros repas (un peu comme tous les jours pour nous en fait :$). Et alors qu'on cherche un bar à Bia Hoi, cette bière fraîche typiquement vietnamienne qui coûte 10-15 centimes le verre, on nous envoie à un endroit bien local. Pas loin de la jetée, il y a des restaurants sur l'eau avec leurs numéros de téléphone en néon, tu appelles et ils viennent de chercher en bateau gratos. On a fait sans le numéro de téléphone mais on a bu une bière sur l'eau et un tour de bateau gratos!

9
9
Publié le 28 novembre 2017

25/26 novembre 2017

De retour de Cat Ba, nous retournons au même hostel que la dernière fois à Hanoï, le Daisy Hostel. Daisy c'est une petite vietnamienne trop mimi, rigolote et avec de bons conseils.

Il caille un peu, donc on fait simple, petite balade dans le vieux quartier, les rues sont thématiques fleur, fer (l'atelier est sur le trottoir d'ailleurs), plastique, Noël... Visite du women's museum super intéressant avec beaucoup d'infos sur leur rôle dans la société et lors de la guerre. Pour être honnête je sais pas grand chose sur l'implication des femmes lors de la guerre en France mais ici il y avait des commandos de guérilla gérés par des femmes, des vices commandantes, et plein de figures clés féminines. On finit la journée avec les water puppets, des marionnettes sur l'eau traditionnelles au Vietnam.

On finit même par trouver le bo bun Francais qui ici s'appelle le bun bon nam bo, trop bon. Comme c'est le weekend le soir ils ferment quelques rues à la circulation, il y a des jouets pour enfants, des espèce de karaoké géant et surtout c'est calme, ça fait trop du bien.

Comme il fait froid et pluvieux on décide de garder le nord du Vietnam pour une autre fois peut-être et demain on prend l'avion pour Siem Reap. Temples d'Angkor, nous voilà!

10

27/29 November 2017

Premier jour au Cambodge, on aime déjà. Ok on s'est fait un peu arnaqués par le taxi de nuit mais même comme ça le ressenti reste positif.

À l'opposé du Vietnam tout le monde est souriant, même un douanier, on a mangé qu'à notre hôtel le Cheng Lay et à un resto touristique des temples mais c'était quand même pas mal du tout. D'ailleurs, notre chambre double nous coûte 12€ la nuit, un Hostel en dortoir de 10 à 10€ pour 2 fait pas le poids à côté...

Pour notre premier jour on a décidé de faire simple, on va aux temples d'Angkor en Tuktuk et on va faire la "petite" boucle avec lever de soleil pour 18$. Comme convenu la veille au soir, il passe nous prendre à 4h30 du matin (argh!). À 5h on arrive au bureau des tickets, juste à l'ouverture pour éviter la queue qui apparemment peut durer des heures. Déjà à cette heure on a 15 personnes qui s'accumulent sur chacun des 10/12 guichets.

À 5h on est fin prêt à THE spot pour faire LA photo d'Angkor Wat au lever de soleil. On était pas sûrs de vouloir faire comme tout le monde mais au final là où on est il a pas tant que ça de monde. Toutes les andouilles rentrent dans le temple d'où ils voient pas grand chose.

Pour éviter la foule on demande à notre tuktuk driver de faire la boucle à l'envers et de réserver Angkor Wat pour la fin. Et ça paye, on croise pas trop de gens sauf à Ta Promh le temple de Tomb Raider.

On va pas vous faire le détails de tous les temples mais en gros c'est vraiment impressionnant, vous allez bien aimez les photos mais on rend pas justice à l'endroit. Par contre une journée entière de temples avec réveil à 4h du mat' c'est très lourd. Le premier jour on rentre à 15h, le deuxième on a trop la flemme d'y aller donc on traine au marché et à la piscine, le troisième jour on y retourne en tuk tuk l'après midi pour faire la grande boucle à l'envers et finir sur un temple montagne pour le coucher de soleil.

Si on devait le refaire on pense qu'on ferait 3 demi journées. On a beaucoup plus apprécié notre deuxième demi journée plus calme et moins au chaud et les temples de la grande boucle sont tout aussi beaux voir plus que les plus populaires de la petite boucle.

Mais ça a un coup à 62$ le pass 3 jours et 15$ minimum la course de tuktuk ou si tu optes pour un scooter électrique (c'est pas vraiment légal de louer un scooter classique) 10$/pers. En vélo c'est moins cher mais c'est quand même 40km² de temples... Ah et si tu veux des informations, pas d'autre choix que le guide officiel à environ 20$ la journée et lui ne fait pas de demi journée.


11
11
Publié le 2 décembre 2017

27/29 novembre 2017

Comme j'ai failli y faire un stage et comme on ne pouvait pas, de toute manière, louper un cirque cambodgien, nous allons vu le cirque Phare à Siem Reap.

Ce cirque est géré par une ONG française basée à Battambang qui forme les jeunes de la rue aux métiers du cirque, de l'audiovisuel et du design. Ils leur procurent une formation gratuite et par la suite un emploi avec un salaire décent, ce qui leur permet de se sortir de situations sociales particulièrement difficiles. Leur plus grande réussite et source de revenus semble être le cirque de Siem Reap qui fait souvent salle comble grâce à l'affluence des touristes aux temples d'Angkor.

On avait peur que ce soit un peu classique, mais ils ont su réinventer le cirque à la sauce cambodgienne. Le diabolo est un poisson et sa ficelle la canne à pêche, le mât chinois est un poteau électrique auquel il faut grimper pour remettre le courant, la bascule le pont pour descendre du bateau... Vraiment bien tourné et rythmé. Seul bémol le rôle des 2 filles de la troupe était bof. Bref, si vous allez a Siem Reap ne ratez pas le cirque et réservez en avance.

De toute manière, le soir il n'y a pas grand chose d'autre à faire à moins que ça vous plaise d'être noyés parmi les touristes dans pub street.

De jour, même si tu es aussi parmi les touristes, le old market reste à faire, ils ont de tout des légumes aux vêtements pour ceux qui ont oublié qu'il faut se couvrir les épaules et les genoux aux temples. Tout est à négocier jusqu'au dernier Riel, pour référence on a fait baisser les prix de nos achats de moitié et on suppose qu'il est possible d'aller plus loin.

Niveau cuisine on est pas encore au 7ème ciel mais on se régale pas mal entre amok au poisson, bœuf lok lak (oui c'est cambodgien pas vietnamien), phaneng, curry en feuille de bananier... Pour couronner le tout les bières locales sont bien meilleures que les bières vietnamiennes!


12
12
Publié le 8 décembre 2017

30 novembre 2017

Arrivée à Phnom Penh à 6h du matin, on est dans le pâté mais pas de pitié chez les tuktuk "Where are you staying?", "Do you want tuktuk", "You have plans today? Want to go to killing fields?"...

On finit par enregistrer ce qu'ils disent et demander à l'un d'eux qu'il nous emmène au Panorama Mékong hostel. On espérait secrètement qu'ils nous invite à faire la sieste dans un lit mais ils veulent nous faire payer donc on est voués à errer dans les rues.

C'est à ce moment là qu'on remercie le ciel, et surtout Agathe qui a vécu à Phnom Penh, de nous avoir fourni une super adresse, le 252. Insoupconnable depuis la rue, piscine, jus de fruit frais, banquette où siester, exactement ce dont on avait besoin!

Autant dire qu'on a pas eu une journée très active mais on a eu le temps de voir le marché russe, le monument de l'indépendance, de manger des bons dumplings, de croiser un cours d'aerobic au bord du Mékong et de se faire proposer "Want something to smoke brother?" aussi sur le bord du Mékong.

On note tout de même que malgré tout ce monde dans la capitale ça reste beaucoup moins chaotique que le Vietnam, moins de scooters, plus de tuktuk.

Demain départ à Kratie plus au nord au bord du Mékong.

13
13
Publié le 8 décembre 2017

Ici on a l'impression à la fois d'être riches et de jouer au Monopoly. Même si la monnaie officielle c'est les riels, tout le monde paye en dollars US dès que ça dépasse 1$ soit 80 centimes d'euros.

Pour vous donner une idée :

Bière pression = 0,50$ - 1$

Milk shake = 0,75$ - 2$

Plat au resto = 2$ - 6$

Plat dans la rue = 2000 riels soit 0,5 $

Petite bouteille d'eau = 500 riels soit 0,12 $

Nuit en chambre double = à partir de 8$

Les prix sont super élastiques en fonction de la côte touristique de la ville où juste de la zone, du type de restaurant, ou bien encore de l'humeur du vendeur pour tout ce qui n'est pas nourriture.


Il y a des disparités énormes au Cambodge, on le voit à travers les gens dans la rue, entre la ville et la campagne. On n'a pas été confronté à des trucs trop durs, pas trop d'enfants, mais on sent qu'il ne fait pas très bon être cambodgien même comparé au Vietnam.

14
14
Publié le 10 décembre 2017

1/2 décembre 2017

Kratié c'est une petite ville au bord du Mékong. Les guides disent d'elle que c'est une belle ville coloniale française qui a échappé à la destruction des Khmers rouges. Nous on lui trouve pas trop d'intérêt mais le petit déj avec vue sur le Mékong c'est pas mal du tout et c'est beaucoup plus calme que Phnom Penh et Siem Reap. En plus la chambre au Balcony guesthouse ne nous coûte que 10$.

Pour 6$ on leur loue un scooter semi automatique (ouais Antoine adore passer les vitesses après un an d'automatique en Australie) pour aller visiter une pagode à quelques kilomètres. La pagode est sympa mais on aime encore plus le chemin où on voit des maisons sur pilotis et pleins de Khmers qui font leur vie.

Bizarrement on a un peu de mal à se trouver à manger, pas de resto ou même d'endroits où on peut montrer ce qu'on veut du doigt. On finit par s'arrêter sur un de ces stands très communs où ils ont plusieurs marmites en fer. Sur les 6, il y en a 5 pas vraiment ragoûtantes, donc on tombe d'accord sur le poisson à la tomate. Pas de pot, c'est à emporter dans un petit sac en plastique, on doit retourner à Kratié pour le manger. Sur le chemin on croise plusieurs charioles avec des espèces de beignets ronds en train de frire, au troisième je craque et on s'arrête. Alors on sait absolument pas ce qu'on a mangé mais a l'intérieur c'était vert, ça baignait dans une petite sauce sucrée et c'était super bon. J'espère en retrouver bientôt!

Ouais, on meurt de faim au Cambodge.

On passe ensuite, à vélo cette fois, sur l'île de Koh Trong juste en face de la ville, on traverse le Mékong en bateau pour 25 centimes de dollar. L'île est pleine de rizières, de bananiers, de maisons sur pilotis et surtout d'enfants qui crient "Hello" tout le temps.

Petite victoire, j'arrive à demander une bouteille d'eau en khmer, bon il j'ai dû répéter 3 fois mais je suis trop fière. Pour la référence ça se dit "sohm tak moï", littéralement "s'il vous plaît eau une". Ils ont pleins de sons chelou les Khmers alors il faut compter sur une personne compréhensive en face, mais ça marche!


15
15
Publié le 10 décembre 2017

3-4 décembre 2017

Sur le même principe que Kratié mais en plus grand, Kampong Cham est une ville au bord de Mékong sans beaucoup de charme. Mais on peut louer un scooter pour explorer les environs et surtout l'île de Koh Pene juste en face.

Koh Pene, c'est Koh Trong en plus grand, avec de meilleures routes et des maisons mieux entretenues, mais les mêmes enfants qui crient "Hello". On la fait en long et en travers en scooter, en s'arrêtant quand la vue est belle. À la tombée de la nuit on s'est perdus et on a bien cru devoir dormir à la belle étoile mais on était à un pont de bambous du bon chemin.

L'attraction touristique dans les environs de Kampong Cham c'est la visite de l'usine de caoutchouc sur la rive ouest du Mékong. Quand tu arrives à l'entrée, un petit monsieur te fait payer 1$ (probablement ses 2 seuls mots en anglais), et t'embarque sur son scooter, oui à 3, normal. Il te dépose ensuite devant un panneau qui explique vaguement le processus de traitement du caoutchouc, te dit en gestes dans quel sens aller et ciao, tu te démerdes. Les principaux trucs qu'on a appris c'est que le caoutchouc ça pue grave, qu'au début c'est blanc, et qu'après être passés dans plein de machines c'est jaune. Il y en avait du noir qu'on pense être destiné aux pneus mais on est pas sûrs. Dans tous les cas c'était rigolo et en plus on est reparti avec un bout de caoutchouc qu'un des employés a absolument voulu refiler à Antoine. On envisage de faire des élastiques maison...

16
16
Publié le 21 décembre 2017

5-7 décembre 2017

Après une pause de 2h à Phnom Penh où on a pu boulotter des superbes bonnes nouilles asticots recommandées par Agathe au marché central on part vers le sud est.

Quelques heures de plus dans un minibus rempli à ras bord et mal climatisé on arrive à Kep, anciennement Kep-sur-mer. Oui encore une ancienne ville coloniale française. Les locaux sont pas très intéressés par les plages mais ils ont bien compris le principe de la farniente avec une tonne de hamacs qui pendent au bord de l'eau. Il y a une ambiance de ville côtière plutôt sympa.

Toujours sur le conseils d'Agathe on finit au Bacoma avec une chambre/bungalow à 12€, sympa mais les toilettes sont dans un autre bungalow et on rencontre des bières énormes!

À une demi-heure en scooter de Kep, on arrive sur la zone des plantations de poivre de Kampot. Ou de Kep? En gros il y a 387 plantations au milieu des 2 villes, plutôt dans la province de Kep mais c'est le nom de poivre de Kampot qui est connu à l'international. Bref, on visite la plantation de Sothy's où un bénévole français nous explique comment on cultive du poivre.

Les pieds sont plantés autour de gros tuteurs de 3m de haut, ça prend environ 1 an à la plante pour arriver en haut du tuteur et elle s'arrêtera là. On ne peut pas récolter de poivre, où en tous cas de bon poivre, avant la maturité de la plante à 3 ans. Mais elle donnera ensuite du très bon poivre pendant 23 and de plus. Si on est pas trop regardants sur la qualité elle en donnera jusqu'à ses 50 ans. Ce qui est le plus intéressant c'est la différence entre le poivre vert, noir, rouge et blanc. Les deux tiers inferieurs des plants qui sont maintenus à l'ombre grâce à des tamis et vont donner du poivre vert, et le tiers supérieur qui est soleil donnera du poivre rouge récolté plus tard. Oui, mais ils sont passés où les poivres blanc et noir dans tout ça? Le poivre vert est un poivre frais qui se conserve avec du sel, et c'est le faisant sécher qu'on obtient du poivre noir. Le poivre blanc quand à lui s'obtient à partir du poivre rouge qui est trempé dans l'eau et dont on enlève la couche supérieure. Ça se voit le grain est plus petit.

Du coup dans la région ils cuisinent tout au poivre et c'est pas mauvais du tout.

17
17
Publié le 21 décembre 2017

7 décembre 2017

Toujours en scooter, on va au Khmer Roots café au bord du secret Lake pas très secret.

Pour 15$ par personne on va cuisiner chacun 2 plats, Antoine un Amok et un Massaman, moi un lok lak et une salade de bœuf épicée.

Notre hôte est super sympa et puis on tombe bien, on est que tous les 2 pour le cours aujourd'hui donc on a droit à toute son attention.

On cuisine tout depuis le début, on cisèle puis on passe au mortier tous les ingrédients de la pâte de curry, on fait du lait de coco à partir d'une noix de coco fraîche, etc. On fera pas ça tous les jours mais là c'est super.

On finit avec une quantité de bouffe énorme et surtout on se régale.

18
18
Publié le 21 décembre 2017

8-9 décembre 2017

Encore une fois, Kampot a été créé par les Français mais ici ils y sont restés, ils sont même partout avec tous pleins d'autres expat.

La ville en soi n'est pas extraordinaire mais on s'y plaît bien. On y trouve une espèce de salle de cinéma de films telechargés en toute illégalité où on peut réserver une salle privée avec super canapé et grand écran pour 7,50€. Ça tombe bien je suis un peu malade alors on fait les patates.

Le lendemain on rencontre Kévin et Lucie dans une sortie pêche. On est sensés cuire notre prise au retour mais comme on revient tous bredouilles on va manger ensemble dans un super resto qu'on a découvert le veille, le old Bridge Kitchen.

Ouai c'était trop intense Kampot.

19

10 décembre 2017

Pour le première fois depuis notre arrivée en Asie, nous arrivons à faire un trajet en train, plus précisément entre Kampot et Sihanoukville. Il faut dire qu'au Cambodge c'est pas gagné parce que les trains, remis en service en 2016, ne roulent qu'entre 4 villes et seulement du vendredi au dimanche. Après s'être retrouvés dans une gare déserte, on trouve quand même un numéro d'info qui nous dit de venir acheter notre billet 30 minutes avant le départ. Quand on arrive à la gare 30 minutes avant le départ il se trouve que le train a 1h de retard, le guichetier a donc lui aussi 1h de retard. Ça se tient tu me diras...

On finit par avoir nos billets, qui ne seront pas contrôlés, et par monter dans un train à moitié plein donc très confortable et climatisé. Vitesse de croisière peut-être 50km/h, ça se passe bien et si tu veux prendre l'air tu peux tout simplement ouvrir la porte. C'est peut-être un peu plus long que le minibus mais tellement mieux! 100km parcourus pour 4$ chacun.

On nous avait recommandé d'aller sur l'île de Koh Rong Samloen en face de Sihanoukville, mais depuis les recommandations les prix ont explosé et certainement aussi la fréquentation, on a donc choisi de passer. On s'arrêtera tout de même 1 nuit à Sinhanoukville, barres d'immeubles en bord de plage, pour couper le trajet jusqu'à Koh Kong le lendemain.

20
20
Publié le 21 décembre 2017

11-13 décembre 2017

À Koh Kong on loue encore un scooter pour aller voir les chutes d'eau de Tatai. Elles cassent pas 3 pattes à un canard mais l'eau est assez chaude pour s'y baigner et surtout limpide, très rare en Asie quand même. On part ensuite de l'autre côté de la ville vers la plage, en passant par un village semi flottant de pêcheurs qu'on trouve très modeste mais plein de charme avant de voir la quantité de poubelles entre les maisons.

on se la coule douce dans un hamac pendant qu'une petite dame nous cuisine un poisson trop bon de la mort qui tue.

Le lendemain c'est sortie bateau vers l'île de Koh Kong, ville déserte pas vraiment déserte. Mer turquoise, sable presque blanc, tout ça que pour nous et un couple de russes. Notre guide nous cuisine un poisson beaucoup moins bon que celui de la veille mais on va pas se plaindre, la vie est belle.

Au retour on visite une mangrove puis retour à l'hostel où on dort bien après cette journée à la mer.


21
21
Publié le 21 décembre 2017

14 décembre 2017

Tout le monde dit que le passage de la frontière est tendue, qu'il y a plein d'arnaques, qu'il faut faire attention. Nous on passe les doigts dans le nez.

C'est simple on passe au bureau côté Cambodge, on a un tampon, on passe le no man's land qui est barré d'une pauvre petite barrière et pas très surveillé, on a passé au bureau côté Thaïlande et on obtient un deuxième tampon.

Le minibus jusqu'à la prochaine grande ville c'est un peu plus compliqué. Apparemment il n'y en a qu'un seul, c'est 120baht soit 4€ non négociable et il part quand il est plein et pas avant. Un groupe arrive 5 minutes après donc super contents on se prépare mais en fait ça à l'air compliqué. Ils parlent pendant 5 minutes, puis ils s'assoient pendant 15 min, puis, on sait pas le déclencheur mais on monte tous dans le minibus.

On a pas exactement eu un mauvais voyage, le minibus était confortable, les routes en bon état... Mais on pense que le chauffeur aime la torture psychologique. On sait pas pourquoi, probablement en croyant économiser l'essence, ce #¥%* appuye puis relâche l'accélérateur toutes les 2 secondes. Le trajet de 60km paraît interminable et on imagine mille façons de le tuer.

Pour Bangkok c'est un bus beaucoup plus grand, pas très cher à 240baht mais c'est long. 6h de route avant d'arriver à Bangkok.


22
22
Publié le 17 janvier 2021

Vendredi 14 décembre

Repas de bienvenue avec Earng !

23
23
Publié le 17 janvier 2021

Vendredi 15 décembre


Il y a du monde, des temples et de l'effervescence partout et à toute heure. Mais on a la chance d'être accueillis comme des rois par Earng, la nièce de Moon qui nous emmène dîner dans le quartier chinois !


24
24
Publié le 17 janvier 2021

Samedi 16 décembre

Excursion à Ampawa et au marché de Chatchuchak


25
25
Publié le 17 janvier 2021

Dimanche 17 décembre

Visite de Bangkok et croisière sur le Mékong


26
26
Publié le 17 janvier 2021

Lundi 18 décembre


A Bangkok on prend le métro avec un jeton, pas un ticket! Ou sinon, on prend le bateau bus dans les Khlongs, canaux de la capitale. Vitesse et bruit garantis!

Petite visite du marché aux amulettes de Bangkok pour ramener un souvenir bien du pays à Moon!

Et on croise un cochon au hasard des rues. Normal.

27
27
Publié le 17 janvier 2021

19 décembre 2017

Il nous reste assez d'argent pour enfin aller voir la Calédonie.

Cela me permettra de rencontrer la maman de Manon et de connaître un peu son pays natal.

Nous n'avons pas la prétention de nous y installer mais plutôt de trouver quelques petits boulots qui nous permettront d'y rester le temps de bien découvrir cette île.