Carnet de voyage

Hawai'i - Honey Moon

18 étapes
17 commentaires
11 abonnés
Dernière étape postée il y a 4 jours
C'était un secret mais pour la bonne cause 😘
Juin 2022
19 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 13 juin 2022

Is it the look in your eyes,

Or is it this dancing juice?

Who cares baby,

I think I wanna marry you.

C'est avec les images de votre flashmob parfaitement maîtrisé le genou à terre et le son de cloches que nous partons (encore une fois) très tôt pour une destination inconnue de toutes et tous.

Les questions ont fusé, les prédictions posées mais nos genoux n'ont pas fléchi eux.

La révélation se fera une fois à destination le cœur léger...dans l'épisode 1 !



Une pluie d'amour dans les cheveux ❤️
2


Vous avez lu le titre, il n'y a plus de suspens, vous allez tous quitter la page, votre curiosité satisfaite !

Mais attendez, qu'on debriefe un peu du voyage et de l'arrivée.

Nous sommes partis de bonne heure ce matin, arnachés de nos sacs et de notre envie de nous envoler vers des horizons plus exotiques. Depuis 2019 que nous préparons notre voyage, l'impatience était là !

Après 16h de vol et une escale sportive où nous avons failli louper notre avion, nous posons enfin nos pieds sur la terre du King Kamehameha...

Tout de suite on sent la chaleur, l'humidité mais bizarrement tout ça fait du bien après être restés coincés dans un siège trop petit.

Le trajet en bus nous donne un aperçu de la vie quotidienne des locaux car on peut vite se sentir pousser des ailes en voyant des palmiers et des fleurs de tiaré sur les bords de route.

Arrivés dans le centre ville, la vie nocturne de Waikiki nous imprégne et les touristes nous emboîtent le pas. Un tour à l'hôtel pour déposer les affaires, un autre détour pour s'offrir un plat coréen à la mode américaine (c'est à dire des portions d'américains, c'est cliché mais vrai) et nous profitons de la plage délaissée des touristes. Il fait nuit mais nous sommes illuminés par la pleine lune et les flambeaux des hôtels de luxe.

Demain sera notre deuxième journée logistique hotel/voiture mais déjà nous avons hâte de découvrir l'île !


3

Quelle sensation cela fait-il de se réveiller à Hawaii ? Votre corps vous en veut à mort car dans sa tête il est temps d'aller se coucher ! 12 heures de décalage horaire le jetlag est méchant.

Mais cela ne nous fait pas peur car nous avons une journée chargée !

Direction le petit déjeuner de l'hôtel qui rassemble tout les adeptes du bacon/œuf/toast. Avec nos plats sucrés et fruités, leur regard en dit long sur l'étrangeté que nous sommes. Heureusement l'esprit d'Aloha transforme chaque bougon et Karen en de gentils bisounours.

La preuve : quand nous sortons, chaque voiture nous laisse passer, on se croirait à Angers !

Notre balade matinale nous montre que Waikiki est un quartier très propre, agencé à l'américaine (grand building, grand trottoir, grosse voiture) mais les sans-abris sont nombreux et personne ne semble les remarquer. Bizarrement ils ne ressemblent pas à des hawaiiens natifs mais plus à des américains expatriés à qui la chance n'était pas au rendez-vous.

Nous continuons de longer les plages de Waikiki Bay et de Gray's Channel les pieds dans l'eau. Dès 9h00, les plages sont prises d'assaut car le soleil se couche tôt et tape fort !

Au détour d'Ala Moana Park, Malo souhaite me faire decouvrir Magic Island.

Une petite plage beaucoup moins fréquentée qui semble être un magnifique spot de snorkeling, c'est noté pour demain !

On en profite pour vous faire une petite story révélation afin de vous libérer de toute cette (évidente) frustration de ne pas savoir où nous sommes.

Sur le chemin du retour, on croise le bus magique, nous sommes redevenus les enfants des années 90. Ça nous rappele un jeu qu'on a streamé y a pas longtemps (YT/Twitch : @malo_et_kepa 🙄)


Le bus magique, demandez le générique à Malo !

On déguste un repas sur la plage et on digére avec un Asai Bowl, c'est comme du yaourt glacé avec du muesli mais en plus gros, plus de fruits, plus de tout.

Allongés sous les palmiers, nous regardons les photos du mariage prises par le Photo booth. Elles sont toutes hilarantes et quel plaisir de pouvoir parler fort quand personne autour de nous ne nous comprend !

Journée presque finie, nous avons encore des heures de sommeil à rattraper (vraiment vu qu'on est en plein jetlag de 12h, etc).

Demain ce sera le début et le retour des randonnées, nous sommes déjà impatients !

Asai Bowl
(Petit) repas 😯
4

Impossible de dormir plus longtemps ce matin, à 4h nous sommes déjà levés et une petite voix nous dit que c'est le moment de partir à l'aventure.

Voulant partir avec un petit déjeuner dans le ventre, nous rentrons dans un magasin pensant qu'il est ouvert. Erreur, seuls les livreurs peuvent rentrer, notre choix se portera donc chez le Starbucks d'à côté 🤷🏻‍♂️.

Une petite photo d'un surfeur matinal et nous voilà partis pour les Manoa Falls!

On va rider?

Arrivés là bas, tout semble vide, nous sommes les premiers. Quelques poulets nous accueillent mais ils semblent plus terrorisés qu'autre chose.

L'astuce #1 à Hawaii est de se garer à un miles de l'endroit à visiter pour éviter de payer le parking. Certaines randonnées sont même devenues payantes à force de tourisme de masse.

Nous nous engageons sur le sentier balisé et très vite la difficulté du trail nous apparaît.

La boue.

Tout le long du chemin, elle nous fait glisser et nos nouvelles vibram sont rapidement baptisées.


Coucou les poulets, on revient vous manger au retour !

Sur le chemin, nous accélérons pour distancer les éventuels poursuiveurs. Cette notre 1ere grande randonnée depuis longtemps, nous avons de l'énergie à revendre. Très vite les Manoa Falls apparaissent. Un filet de cascade tombent de très haut, l'image est belle. Mais la rando n'aura duré que 20 minutes. Heureusement, une carte nous indique d'autres départs de Trail. Ces chemins semblent beaucoup moins fréquentés. Ni d'une ni deux, on s'élance à la force de nos jambes toutes neuves.

Quel chemin prendre ?

L'objectif est d'atteindre le point de vue Pauoa Flats. Il s'avéra par la suite que ce fût une des randonnées les plus exigeantes que nous ayons faites. Boue, pluie, racines, peur d'une inondation éclair, chute de rochers et même rencontre avec un oisillon tombé du nid... Malo essayera de le sauver mais à notre retour, il aura disparu...

La forêt est sauvage et cela nous fait douter sur la suite de la rando tellement le terrain est impraticable.

Mais un coup d'œil à l'autre confirme qu'il n'y a pas moyen d'abandonner !

Au bout d'une heure, nous finissons par arriver au point de vue qui nous récompensent d'un florilège de nuages coincés dans les montagnes.

Un coup d'eau et une photo, nous voilà reparti dans l'autre sens pour 1 heure de descente en courant quasiment.


La boue c'est bon pour la peau qu'ils disent

Nous reprenons la voiture pour notre 2e escapade alors que nous en avons déjà plein les pattes.

Notre objectif sera la Maikiki Loop Trail, une boucle censée être accessible donc parfaite pour nos mollets endoloris.

Le sentier est déjà plus sec mais le dénivelé est plus abrupte. Nous aurions peut être dû commencer dans l'autre sens...

Malo aura été devant pendant toute la matinée abattant les mètres sans aucune pitié, et moi derrière, à flâner et prenant des photos.

Fin de parcours et les mangues nous tombent sur la tête ! En ramasser une viable semble être compliqué, dommage.


Malo cherche des mangues

Il est temps d'aller dormir sur la plage mais avant cela, on passe chez Leonard qui nous a préparé des surprises sucrées qui nous laisseront tomber dans un sommeil profond de digestion.

Miam, Faiiiim
5

Ce matin, on avait prévu le coup, le petit déjeuner était déjà dans le frigo.

Il faut manger car une fois n'est pas coutume, 2 randonnées nous attendent dont une qui devrait être particulièrement difficile.

La première sera Diamond Head, une bien connue des touristes car accessible à la fois en terme de niveau et aussi de distance par rapport à Waikiki.

L'entrée est payante depuis 2021, une première pour nous qui sommes habitués à zéro restriction. Mais aux États-Unis, tout doit être contrôlé et spécifié par des panneaux. Que ce soit pour se garer ou pour les zones interdites aux piétons...

Nous avions dû réserver un créneau pour 8h mais évidemment, c'est déjà bondé de monde. Pas de soucis on profite de la vue jusqu'au sommet sans trop de difficulté. Tout est balisé au centimètre carré pour que petits et vieux puissent arriver en haut.

Les nuages au loin sont toujours présages de pluie

Arrivés en haut c'est l'embouteillage pour profiter de la vue. Nous finissons par apercevoir la ville en contrebas avec un arc en ciel bien positionné.

Un passage étroit nous mène vers un escalier de secours qui donne des allures d'urbex à cette sortie.

Nous redescendons tant bien que mal vers l'entrée du parc avec le sentiment de ne pas avoir été les seuls à avoir eu cette idée de randonnée.


Oh a double rainbow!

Malo nous indique le chemin pour la suite et distille des indices sur le prochain Trail.

3h aller retour, gros dénivelé, ça annonce des courbatures de quadriceps sévères le lendemain (on douille déjà pendant l'écriture de cette épisode).

Le Wiliwilinui Ridge Trail. On commence les randonnées intermédiaires.

Le début commence tranquillement avec des employés de jardin qui nous gratifient d'un "hey guys" qui fait plaisir.

Devant nous, deux filles semblent déterminées à ne pas nous laisser passer.

Deux secondes après, la pluie s'abat violemment sur nous et les randonneuses s'arrêteront sur le côté pour ne plus jamais repartir.

Nous continuons déterminés et appréciant le chemin sur la crête de la montagne. Les nuages nous englobent et la féerie est présente.


Le willy waller 2006 🤓

La facilité laisse place à la boue spongieuse et glissante. A défaut d'avoir des coups de soleil, notre peau sera douce.

La pluie nous surprend et la pente interminable casse notre foulée.

Malo mène toujours et Kepa fait la gueule... comme toujours !

Chaque marche nous mène vers une nouvelle colline et chaque colline met nos nerfs à rude épreuve. En effet, un mauvais pas et nous tombons d'un côté ou de l'autre dans le ravin.

Peu de randonneurs sur la route, nous avons le temps de trouver un bon appui pour les passages difficiles. Certaines parties nécessitent même une corde ou ligne de vie.

En 1h30, nous atteignons le sommet qui nous offre un panorama de 360 degrés sur la partie sud est de l'île. Enfin ça c'est quand les nuages ne cachent pas la vue !

On profitera de l'après midi pour reposer nos corps meurtries au bord de l'eau avec de bons bentos et mochis...

Un bon bain de boue !
6
6
Publié le 18 juin 2022

Le réveil est de plus en plus réparateur, mais est-ce à cause du rythme soutenu des randonnées ou du jetlag qui commence à disparaître ? on ne sait pas !

Un petit Açaï bowl avant de partir pour une nouvelle aventure. L'objectif était d'atteindre les Stairway to heaven, un point de vue magnifique qui fait rêver les touristes et surtout les influenceurs.

Malheureusement, la météo a endommagé sévèrement les escaliers l'année dernière et les autorités ont même placé des gardes pour empêcher l'ascension. Une amende de 1000 $ comme récompense une fois arrivés en haut, c'est pas cool.

Un autre chemin beaucoup plus long de 6 heures permet lui aussi d'atteindre cette objectif mais le risque est d'arriver au point de vue avec les nuages et donc de ne rien voir...

Nous finissons par choisir une randonnée plus facile qui permet de longer le même itinéraire et... Ce sont les seules informations que l'on trouvera !

Arrivés au point de départ, l'endroit est vide et nous allons sûrement profiter de la matinée seuls, ce qui nous réjouis d'avance.

Un Karcher et une brosse nous attendent au point de départ, le doute s'installe sur la difficulté de la rando... Qu'importe, le chemin est tellement bien pavé et entretenu que nous sommes persuadés que ce matin sera une sinécure.


Kamananui valley road

La première heure se passe sans dénivelé notable, pas de boue et les chemins sont entretenus. Nous flânons la tête en l'air à regarder les oiseaux, arbres et essayons de repérer des mangoustes. Cela fait trois jours qu'elles s'échappent devant nous. Mais aujourd'hui nous sommes chanceux !

Salut Timon !

Le parcours s'intensifie et une vue dégagée nous indique que nous sommes bien dans une vallée cernée par 2 montagnes dont une qui doit être celle du Stairway to heaven.

Le paysage a des allures de Jurassic Park et c'est en chantonnant la chanson du générique que nous atteignons l'embranchement qui va changer la difficulté du voyage...

Du monde est passé par ici

La vallée commence à se rétrécir, les arbres se rapprochent et s'abaissent et nous serons obligés de suivre le cours d'eau asséché de la rivière qui serpente dans une sorte de jungle pas très amicale.

Notre salut pour ne pas se perdre sont les rubans accrochés par les gardes forestiers pour indiquer le chemin et les appuis sûrs comme une branche ou un rocher.

Nos certitudes d'avoir pris le bon chemin sont mises à mal quand la couleur passe du rose au rouge !

Qui est caché dans les fougères ?

Encore 1h30 passée et la canopée s'ouvre pour laisser voir une colline qui semble fermer la vallée et donc bloquer notre progression.

On va par où ?

Rapidement il devient clair que la randonnée ne va pas être si facile que ça !

Nous devons grimper pour atteindre le sommet et cela en longeant la crête donc le vide de par et d'autre !

Le vertige peut vite surprendre mais concentrés sur les prises nous ne faisons pas attention à la vue.

Le parcours prend des allures d'accrobranche quand des cordes s'agitent devant nos yeux, nous mettant au défi d'escalade la montagne.

Les prises sont étroites, les cordes glissantes et pleines de boue. Nous devons attendre que l'autre ait fini d'utiliser une corde pour avancer.

On se perd de vue a certains moments et on ne s'entend plus.

Le vent souffle, cela fait déjà quelques heures que nous marchons mais la fin semble approcher.

On a marché tout ça !?

Malo m'attend déjà en haut et la vue est incroyable ! D'un côté la vallée, de l'autre la ville.

Une surprise laissée par les autres randonneurs nous attend ! Une Geocache ! Nous qui sommes adeptes, cela fait plaisir et nous passons un peu de temps pour regarder les babioles qu'ont laissées les gens. Cela nous permet de récupérer et de faire une photo souvenir.


C'est très vert et à couper le souffle

Le chemin du retour fera appel à tout notre courage et notre technique de rappel pour ne pas tomber dans le ravin mais cela se fera sans mal.

Nous croiserons des randonneurs seulement 2h30 plus tard, les mêmes que nous avions déjà rencontrer la vieille ! Le monde des randonneurs est petit apparemment.

Cette randonnée aura été pleines de surprises et tellement belle que nous la plaçons en première position pour le moment.

Le reste de la journée se passera à la plage, à dormir sur un matelas gonflable et à regarder un feu d'artifice magique sur la plage de Sans Soucis.

Carte postale
7

Ce qu'il y a de bien avec les voitures automatiques, c'est qu'elles sont faciles à conduire voir trop faciles... Kepa a pris la mauvaise habitude de conduire pieds nus. Espérons que l'habitude disparaisse au retour en France !

Ce matin nous arrivons tardivement devant notre objectif. Il est 8h30 et déjà des dizaines de personnes s'attaquent à un monument d'Hawaï. Le fameux Koko Head Trail. Cela fait maintenant des années que Malo m'en parle et je suis curieux d'en découdre.

Ce monstre fait 368 mètres et 1000 marches nous sépare de la consécration. C'est peu me diriez vous, mais la distance est à peine de 1 mile...

Chose amusante, le chemin sera rythmé par le bruit des armes à feu car un stand de tir se situe juste à côté. Cette ambiance nous fait froid dans le dos. Bienvenue aux USA.


Combien de marches face à nous?

La montée sera sportive, le cardio sera notre meilleur ami ou l'inverse.

Kepa a oublié ses chaussures et devra monter avec des chaussons de baignade, bravo. Surtout quand les rails passent au dessus du vide et qu'aucune barrière ne vient empêcher la chute. Un autre chemin permet d'éviter cet obstacle et Kepa choisira de le prendre au retour car le vertige aura pris le dessus sur lui.

Chaque rail est plus pentu que le précédent, le soleil tape fort. On imagine les militaires ayant construit cela pour surveiller l'arrivée par l'océan des bateaux de guerre. Un vrai exploit.

À chaque palier est indiqué le numéro du rail. La respiration haletante des autres marcheurs nous motivent à accélérer et à stopper notre régime américain qui ne fait pas bien à notre IMC.

Arrivés à la fin des marches, Malo me prend par la main pour me tirer jusqu'au bunker qui symbolise la fin de l'ascension. Ma respiration est haletante mais Kepa doit tenir bon pour ne pas perdre la face. Nous posons nos mains sur le béton, c'est fait !

La vue à 360 degrés fait plaisir aux yeux. Nous percevons Diamond Head au loin. On lui a déjà réglé son compte.

Une amie mangouste est avec nous en haut.

Un petit coup d'eau et il est déjà temps de redescendre, le chemin commence à se remplir de monde.

On profite de la vue dégagée (pour reprendre notre souffle aussi)

Notre retour passera par des panoramas impressionnant de la côte Est, appelés Halona Beach Cove ou encore the Spitting Cave. Des points de vue appréciés par les touristes pour l'effet satisfaisant des vagues s'écrasant sur les rochers.

Malo m'indiquera que c'est l'endroit où Barack Obama a déposé les cendres de sa grand mère.

Nous continuons en voiture vers notre dernier point d'intérêt : Waimanalo Beach.

L'endroit est apprécié pour son calme et ses plages de sable fin. Le vent souffle fort mais nous en tirons parti en jouant avec les vagues. Cela nous donne l'idée de récupérer des planches de boogie surf pour rider comme des pros.

Alerte à Oahu

La fin de journée se passera à Waikiki, à la recherche des fameux cookies de Honolulu. Nous nous prenons une bonne boîte pour tenir le reste des vacances mais pas sûr que notre gourmandise soit d'accord.

Nous n'avions pas encore testé les burgers américains depuis notre arrivée. C'est chose faite avec Teddy's Burger. Petite déception pour Malo quand sa boisson Root Beer s'avère être un soda goût chewing gum.

Posés sur la plage avec notre met délicat, nous observons un chasseur de trésor écumer les plages auparavant bondées de touristes.

Que va-t-il trouver de précieux ?
8

Il est temps de se reposer un peu, enfin ce sont surtout nos mollets qui ne nous laissent pas le choix. Nous changeons nos plans car les randonnées que nous avions prévues de faire sont soit fermées pour cause de préservation de l'environnement (on adore ce genre d'initiative) soit fermées car des gens sont morts (on adore aussi).

Du coup, on passera une journée plus clichée qui rentrera dans la carte postale d'une lune de miel : du Snorkeling.

Tout d'abord, il nous faut un petit déjeuner digne de ce nom. Direction Koko Head Café qui tire son nom de la randonnée faite hier (c'est bien vous suivez).

Kepa choisit un French Toast et Malo un méga Pancake.

Autant vous dire que si le serveur est extrêmement généreux en bonne humeur, l'assiette ne l'est pas tant que ça. On avait été habitué à des portions d'américains. Surtout quand le prix lui reste fidèle au cliché.

Il faut savoir qu'au USA tout est une question d'argent. On en reparlera dans le debrief de fin de vacances.

Le ventre bien rempli (quand même), nous fonçons vers Shark's Cove. Une heure de route où on apprécie les paysages de l'ouest et du nord de l'île. Tout est plus verdoyant et moins oppressant de building. Nous passons devant la Dole Plantation, institution à faire pour l'histoire d'Hawaï au moment de l'annexion par les États-Unis, mais que nous déciderons de passer.

Les gros pick up sont impressionnants mais c'est plus du m'as tu vu qu'autre chose. Une fois garés, nous sommes tous égaux face à la mer. Ça tombe bien, nous voyons le bassin des requins devant nous.

Les palmes et tubas enfilés, nous plongeons découvrir les espèces sous-marines de l'île.

À notre grand étonnement, les couleurs et motifs sont tous différents et nous arrivons à en reconnaître certains. Malheureusement pas de requin à l'horizon. L'instant était magique et nous décidons d'enchaîner sur une seconde session à Turtle Bay. Mais juste avant on va se requinquer à Food Land, notre nouveau repère de la bonne bouffe.


Miaaam

L'entrée du nouveau spot de plongée est derrière un grand complex hôtelier sorti de nulle part. Nous sommes surpris de voir que la plage est quasiment vide et encore plus belle que toutes celles déjà faites.

Les poissons dans cette baie sont encore moins timides et notre technique de palmage commence même à s'améliorer.

Une petite sieste et c'est reparti pour le tour de l'île et faire mumuse avec les vagues.

Sur le chemin nous apprenons que la plage où nous étions aurait servi de lieu de tournage pour Hunger games, Pirates des Caraïbes 2 et la série Lost.


Lost les disparus

De retour sur notre plage fétiche, Sans soucis, nous testons le boogie board avec plus ou moins de succès. Les rochers sont proches et nous préférons garder notre corps intact. Cette activité est LA découverte de ces vacances. On s'amuse comme des gamins.

La soirée approche, nous passons devant un bar à chat sur le chemin du Rainbow Driving. Encore une autre adresse à tester avant de partir.

La soirée se terminera par un repas typique sur le bord de plage avec les bateaux de croisière à l'horizon.

Elle est belle la vue pour dîner, non ?
9

Nous nous sommes endormis peu sereins car notre programme devait nous faire passer par des randonnées mortelles au sens premier du terme.

C'est pourquoi, même si nous sommes un peu fous, nous décidons de changer les plans à la dernière minute.

Pour info, les randonnés à Hawaii sont particulièrement belles mais aussi très dangereuses, on peut souvent voir des gerbes de fleurs sur le rebord des sentiers. La beauté a un prix très cher ici.

Levés à 4h30, nous partons pour la plage la plus belle du monde selon les guides : Lanikai Beach.

Le but, voir un levé de soleil qu'on ne peut apprécié qu'à Hawaii. En arrivant sur la plage, nous sommes quelques uns à avoir brisé notre doux sommeil pour profiter du spectacle.

10 minutes d'attente où le ciel se pare de mille nuances de bleus et de rouge avant le grand spectacle.

Les nuages sont au rendez-vous mais l'horizon se dégage pour laisser place au roi Soleil.

L'instant est magique et nous sommes content d'avoir fait ce petit effort matinal.

Nous sommes étonnés de voir des chasseur de trésor dans l'eau agiter leurs instruments tels des Nathan Drake. Mais comment ne pas les comprendre avec un tel arrière plan.



Profitons du spectacle

Il est temps de manger et de se boire un petit café ! Direction notre spot de surf pour le reste de la journée.

Sur le chemin, nous tentons à nouveau notre chance pour un breakfast. Étonnamment le prix est compétitif et l'assiette plutôt bien remplie. En plus le café est à volonté ! Pour Kepa ce sera avec beaucoup de lait et de sucre par contre. Sacrilège ! Le bon café Kona de Big Island...

Waimanalo devient notre spot préféré

Une fois arrivés, la plage est vide. Nous sommes seuls ! On enfile le matos : gilets, palmes, vestes et planches, c'est parti !!

La mer est déchaînée et ne nous laisse aucun repis pour s'échauffer. Chaque vague doit bien mesurer 2 mètres mais nous n'avons pas peur. Malo commence même à dompter les plus impressionantes !

Comme disent les Hawaiiens, il faut respecter la mer pour qu'elle te respecte. Nous n'allons pas trop loin du bord car le reflus est puissant.

Évidemment, certaines vagues sont plus fortes que nous et nous nous retrouvons pris dans le roulis la tête en bas.

Kepa arrivera à casser sa planche et Malo jouera la contorsionniste avec son dos. Mais il nous en faut plus ! Au bout d'une session de 2h30 de boogie board, il est temps de se poser.

Nous en profitons pour prendre quelques photos et nous tirons même le portrait à un américain qui a déjà visité Lille, incroyable !


Alerte à Oahu #2

Ce midi ce sera plat local avec du Lau Lau, du porc cuit à l'étouffé dans des feuilles de Taro. Un délice. Pour finir sur une touche sucrée, une glace au Kona café, cultivé sur Big Island. Maintenant la sieste, une nouvelle session de boogie et on rentre à Waikiki pour se trouver une place de parking ! Dans le quartier touristique où nous sommes, les voitures sont reines et les places de parking gratuites sont rares !

Le reste de la journée sera tranquille car les vagues ne nous ont pas épargnés. Pour finir la journée, un peu de CBD !

C'est mal m'voyez
10
10
Publié le 22 juin 2022

Aujourd'hui on s'attaque à une partie de l'île que nous n'avons encore jamais faite, peut-être même la dernière ! Demain se passera aussi dans cette région mais on ne vous en dit pas plus, sûrement la journée qui sera la plus gratifiante ou à l'inverse la plus décevante !

Revenons à aujourd'hui !

Pour commencer on veut se prendre un petit déjeuner digne d'un film américain. Sauf que nous on veut finir le plat !

Direction le premier dinner du coin pour commander un breakfast équivalent à 1500 calories, rien que ça !

Tout est dans l'excès mais surtout vous pouvez vous servir à l'infini du café. Les serveuses remplissent votre tasse (ou plutôt un grand mug) dès qu'elles passent à côté de vous. Heureusement que le café est bon ici !


Vous en reprendrez bien un peu ?

Une fois les calories ingérées, direction le nord ouest de l'île pour une première randonnée qui devrait être courte.

Le trajet nous permet de faire le point sur les choses restantes à découvrir et nous nous rendons compte que notre liste est presque totalement cochée pour Oahu !

Notre road trip nous fait découvrir un paysage beaucoup plus sec de prime abord. L'ouest est rapidement sous le soleil et la chaleur est vite écrasante. Notre esprit est préoccupé par la différence de fréquentation de ce côté de l'île par rapport à Waikiki. Les marginaux et sans abris sont tous sur les plages et ont l'air d'être sur leur territoire. C'est une facette de l'île qu'on ne voit pas ou entend pas dans les guides et blog. Pour vous dire, le Petit futé a jugé bon de dire que cette région n'avait rien d'intéressant. C'est effacé rapidement une partie de l'histoire de cette île.

Arrivés à notre destination, il semblerait que la randonnée soit inaccessible. De plus, nous sommes dans un quartier sans parking où les cambriolages sont récurrents. Heureusement que notre voiture ressemble à un vieux cagot !

Néanmoins nous décidons de passer notre chemin et continuons vers un des endroits les plus recherchés et secrets de l'île : Mermaid Caves.

La zone n'est pas trop fréquentée et nous commençons à défier les vagues du regard.

La côte est rocheuse, tranchante et fait obstacle à l'océan qui semble vouloir étendre son territoire.

Tout de suite le ton est donné. Des gerbes de fleurs et des plaques commémoratives indiquent que de nombreuses personnes sont décédées alors qu'elles cherchaient l'entrée de la cave aux Sirènes.

Bizarrement, on se demande si le nom de ce lieu signifie qu'il est enchanté ou s'il fait référence aux marins qui entendaient le chant des sirènes...

C'est pas l'homme qui prend la mer...

Nous passons une dizaine de minutes à chercher l'entrée de cette fameuse cave.

La mer est tellement agitée que les vagues s'engouffrent dans les tunnels de lave avec un bruit terrifiant. On imagine facilement la brutalité des chocs.

Au bout d'un moment, Malo trouve ce qui semble être un trou de souris qui mène vers des galets à 2 mètres de profondeurs.

Nous attendons que l'océan se calme pour essayer de descendre à la force de nos bras rougis par le soleil ardent.

Heureusement que nos chaussons de baignade sont résistants à la pierre tranchante sinon nous serions revenus avec de beaux souvenirs aux pieds.

Une fois descendus, nous nous rendons compte que nous avons trouvé l'entrée (Bravo Malo !)

Nous cachons nos affaires et les mettons à l'abri d'une potentielle vague.

Le niveau de l'eau est trop élevé pour tenter une excursion de spéléologie débutante. Nous profiterons seulement de la vue et imaginerons cachés au fond des trésors peut être jamais découverts...



On resterait bien mais on veut pas déranger hein !

Malo sur les épaules de Kepa et Kepa à la force de ses bras, nous sortons ni vu ni connu du trou quasi invisible.

Ce sera tout pour notre lot d'aventure quotidienne.

Le retour nous fera passer par un complexe hôtelier quasi grotesque par son gigantisme (rue dédiée, centre commercial, parcours de golfe,...) et son emplacement pas si éloigné des quartiers pauvres.

Une fois notre tour terminé, nous essayerons de nous trouver à manger sans succès et finirons par manger des fruits avec de la glace... Ou plutôt l'inverse !

Betty nous indiquera le chemin de la maison où du bœuf séché nous attendra... une vraie cochonnerie vite terminée.

Betty hawaïenne
11
11
Publié le 23 juin 2022

Autant vous le dire tout de suite, nous n'avions pas la tête à écrire aujourd'hui et ce sera difficile de faire mieux par la suite. Car Malo a réalisé son rêve.

Tout d'abord disons bonjour à la poulette qui a élue domicile sur le toit de notre voiture cette nuit et que nous avons dû réveiller sans aucune pitié. La pauvre...


Poulette

Encore un fois il est tôt, mais il faut se faire du mal pour réaliser ses rêves !

Direction la côte ouest à nouveau mais cette fois avec un objectif précis : observer la faune de l'île.

Nous ne sommes pas fan des chemins redondants c'est pourquoi nous sommes heureux quand notre objectif est en vue après 1h de route.

La plage en elle même est bien cachée, nous sommes les seuls, arrivés avant même le soleil !

Pris par surprise

Le coin est peu fréquenté par les touristes pour diverses raisons mais la plus probable est son emplacement loin de tout sans aucun point d'eau.

Nous posons nos affaires et commençons notre repérage du meilleure spot. Car oui,il y a un objectif, je le répète!

Nous pensions voir des tortues marines sur la plage. Mais aucune l'horizon.

Nous pensions voir des otaries mais idem, la plage est vide.

Les vagues sont grandes et nous avons peur de les tester car l'eau est d'un noir d'encre. La faute au soleil qui est caché par une montagne.

Nous remontons la plage qui doit bien faire 1 kilomètre avec notre barda. Nous voulons trouver un endroit qui permettrait une mise à l'eau la moins dangereuse possible.

Mais tout un coup, Malo crie.

Elle vient de voir à 50 mètres du bord, cachés par les vagues qui s'écrasent sur la côte, une nageoire dorsale.

Les dauphins sont au rendez-vous comme promis.

Nous accelerons le pas car ils se dirigent dans la direction opposée.

Le temps de jeter les sacs, d'enfiler les palmes, nous sautons dans l'eau!

Les cétacés ont continué leur route et nous allons devoir nager vite. Mais... Nous sommes pour la 1ère fois en eau profonde, sans secours à proximité, livrés à nous même et la thalassophobie nous prend aux tripes.

Chaque tâche ou remous laisse imaginer un monstre marin qui aurait une petite faim (au regard de nos gabarits).

Mais rapidement le soleil éclaire le fond, nous sommes rassurés, il n'y a que des poissons multicolores.

Cette première tentative se soldera par une victoire des dauphins qui traceront leur route, nous laissant seulement voir leurs acrobaties aériennes. Qu'à cela ne tienne, c'était seulement notre baptême.

Nous attendrons leur deuxième passage.

Il est oú Flipper ?

Signal de départ, des éclaboussures indiquent qu'ils reviennent. Nous sommes plus rapides et moins effrayés. Nous flottons dans l'espoir d'être sur leur passage.

Le bord de mer est à 50 mètres de nous, le fond à 8 mètres, mais l'adrénaline nous fait oublier nos peurs.

Les poissons sont moins nombreux comme s'ils avaient senti le danger.

La tête dans l'eau nous experimentons ce qui sera le plus beau chant que nous ayons entendu de notre vie.

Les dauphins parlent et indiquent notre présence à leurs congénères. Car oui, il n'y en a pas un, mais une famille entière !

Nous avons devant nous 30 spécimens qui chantent ,semblent rigoler et passent à quelques centimètres de nous.

Des mères et des petits passent et semblent curieux. Ils sont tellement proches que l'on voit l'éclat malicieux et intelligent dans leurs yeux.

Nous nous regardons avec Malo et faisons le signe que tout va bien 👌 nous sommes aux anges et Malo n'arrive même plus à parler ,on ne sait pas si ce sont les gouttes d'eau ou ses larmes de joie/surprise qui coulent dans son masque.

Les dauphins continuent leur ballet autour de nous, passe en dessous, au dessus, nous contournent. Nous pouvons presque les toucher.

Des petits osent s'approcher de nous mais leurs mères les rappellent rapidement à l'ordre ce qui nous fait bien rire.

L'instant est magique et dure pendant une demie heure.

Nous finissons par retourner sur la plage qui est difficilement atteignable avec les vents à contre courant.

Nous retournerons encore deux fois à l'eau pour essayer de s'imprégner de l'instant unique que nous vivons.

Nous sommes chanceux et nous pensons avoir respecter la mer aujourd'hui !

Des photos seront disponibles prochainement !

C'est notre dernier jour à Oahu, nous sommes déjà nostalgiques des moments et aventures que nous avons vécus.

Nous préparons nos valises sans être pour autant tristes car nous allons dès demain découvrir Kauia, l'île de Beauté.

12
12
Publié le 24 juin 2022

Oahu aura été une belle aventure, peuplée de décors variés et aléatoires. La surprise aura été au rendez-vous de chaque virage et c'est ce qui nous plaît dans nos vacances.

Les randonnées de l'île auront été difficiles et généreuses. Évidemment, nous ne pouvions pas passer à côté de toutes ces plages carte postale pour reposer nos mollets fatigués.

Le niveau a été placé très haut pour Kauai. Heureusement pour cette île d'une taille similaire, elle a la réputation d'être LA plus sauvage de toutes !

Nous vous annonçons déjà que nous sommes déçus de ne pas pouvoir s'attaquer à la randonnée la plus connue de tout l'archipel : la Napali Coast et le fameux Kalalau Trail.

Cela aurait été notre 1ère randonnée en itinérance de niveau extrême. Avec un décor à couper le souffle, qui aura servi de lieux de tournage aux films Jurassic Park et King Kong. Pas de regret non plus, car les permis pour y accéder doivent être réservés 3 mois en avance et coûtent 100€ par personne minimum. De quoi enlever la spontanéité de nos vacances.

Enfin bref. Le vol Hawaiian Airlines qui nous emmènera est au couleur de l'île et le son du ukulele nous fais patienter dans le terminal.


Prêts pour de nouvelles aventures ?

À peine le temps de décoller que nous sommes déjà en approche de Lihue, l'aéroport de Kauai.

L'arrivée se fait rapidement et nous sommes déjà dans notre nouvelle voiture, une Fiat 500 électrique toute mignonne qui a du mal à contenir nos deux valises.

Direction le nord de l'île, vers Princeville où nous attend notre logement soigneusement trouvé par Malo.

La route est tout de suite beaucoup moins urbanisée qu'Oahu et on ressent rapidement le côté préservé du tourisme de masse.

En observant le paysage, nous n'allons pas vite ce qui crée rapidement un bouchon. Mais ici, on ne klaxonne pas ! Aloha style ...


Kauai

Nous approchons de notre destination et nous ressentons très vite l'ambiance feutré et intimiste du quartier. Il semblerait que seuls les touristes américains riches ou les propriétaires ayant des résidences secondaires viennent par ici. Mais on ne ressent pas directement l'argent comme à Waikiki. Et ici, au moins, la richesse se fond dans le décor !

L'arrivée dans notre appartement nous donne l'impression d'arriver dans le quartier des Desperate Housewives mais en version exotiques.

L'endroit est petit mais cosy. On est tout de suite conquis par les lieux ! Surtout, il y a des cookies macadamia gratuits 🥲

Ces petites attentions qui font plaisir

Le temps de poser nos affaires, nous nous rendons au seul point de ravitaillement à des kilomètres à la ronde. C'est comme une oasis construite pour les touristes égarés de cette partie de l'île. Ou peut-être même de toute l'île qui sait ...

Nous goûtons pour la première fois depuis le début du séjour de la shave ice qui au delà de son côté rainbow, nous hydrate suffisamment pour le reste des vacances !

II est temps de profiter de cette terrasse et de nous reposer pour notre première randonnée demain matin !

Double rainbow !
13
13
Publié le 25 juin 2022

Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas surtout à Hawaii !

Notre réveil fut difficile dû au lit King size très confortable. Un ami pigeon nous accompagne pendant notre petit-déjeuner.

Déjà que notre nuit a été ponctuée de cris du coq, nous comprenons le surnom de Kauai, l'île aux Poulets!

Malo a préparé un planning chargé et nous devons faire vite car la journée est déjà bien avancée.

En route pour le sud de l'île dans notre petite Fiat.

Les décors sont toujours verdoyants et la pluie nous rafraîchi le visage pendant notre trajet.

L'itinéraire a été conçu exprès pour que nous passions dans le Tree Tunnel, une route enveloppée d'arbres très feuillus, des arbres d'eucalyptus plus précisément.

On the road again...and again

Le début de la randonnée de ce matin se trouve dans un resort et nous nous rendons compte que chaque endroit civilisé de l'île à été aménagé de sorte à accueillir des touristes. La voiture garée à l'emplacement réservé pour les joueurs de golf, nous atteignons la plage de Shipwreck où des familles profitent de l'eau claire et calme.


Palmiers naturels

Une fois lancés, la randonnée sera surtout une promenade de santé pour notre niveau, sans nous vanter. Mais nous avions besoin de nous remettre tranquillement en jambe après nos sessions aquatiques.

La facilité n'empêche pas d'avoir des vues spectaculaires sur l'océan.

De belles couleurs sur la mer et la peau (pour Kepa)

Au bout d'une heure de marche en tong, nous arrivons sur une autre plage, Mahaulepu Beach. C'est un plaisir d'arriver sur un endroit laissé sauvage car nous avions longé un parcours de golf pendant 30 mn oú la peur de se prendre une balle de golf sur la tête était bien présente.

Cela été même incongrue sachant que des panneaux indiquaient que la zone était à côté d'une Terre sacrée.

En continuant sur ce chemin nous avons même pu voir des tortues marines s'amuser avec les vagues !

Nous avions encore un peu de marge niveau timing, nous décidons donc d'arpenter un sentier un peu caché.

On remercie le photographe qui nous a pris tous les deux, il est très gentil

Notre stupeur est grande quand nous tombons sur une immense cave où des siècles durant des hawaiiens dessinaient des petroglyphes et autres peintures rupestre sur les murs rocheux.

Cet endroit est aussi le lieu où l'on peut rencontrer des araignées aveugles qui se pendent au plafond... la spéléologie commence sérieusement à nous donner envie de se mettre à l'exploration de grottes !

La caverne de Malo et Kepa

Notre retour sera accompagné d'une rencontre d'une maman chien et de son petit qui ne nous laisserons plus partir !

Malheureusement nos chemins doivent se séparer car nous avons déjà Molokaï qui est très jaloux.

La suite des aventures se passent à quelques minutes où Malo a repéré un spot de Snorkeling.

Dilemme l'accès se fait par un complexe hôtelier.

Cela ne nous fait pas peur et nous nous faisons passer pour des clients afin de profiter de la borne électrique pour notre voiture, du bar au bord de la piscine et de l'accès à la plage. De vrais escrocs.

Après la digestion, nous remarquons qu'un phoque est également en train de dormir après un bon repas. Il est venu se poser sur la plage au milieu des touristes et s'est créé un espace rien qu'à lui ! Il a bien raison et on l'envie fortement. Sauf pour la partie oú c'est une espèce menacée.

La Plage de Poi Pu est apparemment la plus belle plage d'Amérique. C'est vrai que nous sommes un peu dur en terme de paysages magnifiques après tout ce que l'on a déjà vu mais la plage a un petit charme...quand elle n'est pas blindée de riches clients du Marriott.

Nous essayerons de faire un peu de plongée et ressortiront rapidement afin de faire une petite sieste à côté du poste des Lifeguards.


On profite des transats gratuits

La dernière étape se nomme le Spouting Horn et consiste en un trou dans les tunnels de lave qui laisse s'échapper un immense et dangereux jet d'eau. L'île de Kauai est la plus vielle de l'archipel d'Hawaii et cela se voit dans les formations rocheuses.

La particularité de ce trou est le bruit qu'il fait. On a l'impression qu'un dragon dort juste en dessous de nous!

À quelques mètres, nous apercevons à nouveau des tortues qui luttent contre le courant. Il y en a même une qui nous fait un au revoir de la tête avant de disparaître sous les vagues...



Live Aloha, un bon crédo
14

Les légendes hawaïennes sont assez imagées et la randonnée de ce matin fait travailler notre imagination.

Le départ se fait plus tôt qu'hier pour attaquer un trail nommé The Sleeping Giant ou aussi appelé le Nounou trail.

Nous pensons que ce nom a été donné en raison de l'unique colline de la vallée qui semble surveiller du haut de ses 400 mètres les pâturages et cheptels de vaches.

Il existe deux versions de ce trail, une plus courte et une autre plus...longue. nous choisissons la version plus endurante pour le plaisir de se remettre dans le bain de la marche à pieds sportive.

Nous avions repoussé ce chemin aujourd'hui pour éviter le terrain boueux de la veille. Ce fut un très bon choix car la montée est plus facile et plus adhérente sous nos Vibrams.

On entend au loin dans les vallées le meulement des vaches qui réclament à manger. Nous sommes aussi accompagnés par des poulets qui n'ont pas peur du vide.

Rapidement la vue se dégage, le dénivelé à été plus corsé que prévu.

Toujours lire les panneaux

L'ascension se termine à 396 mètres et nous avons droit à un beau point de vue. Mais le vrai spot se trouve un peu en arrière et va nous demander un effort supplémentaire, surtout contre le vertige. Il faut escalader un rocher qui est cerné de part et d'autre du vide.

Le risque en vaut la chandelle. D'un côté l'océan, de l'autre les contreforts du Koke State Park, là où se cache la fameuse Napali Coast.

Nous sommes quand même heureux de pouvoir nous poser sur un banc plus proche de la terre ferme!

Peur du vide nous ? Noooon ....

La redescente devient plus intéressante quand Malo décide d'accélérer façon coureuse de trail! Nous enchaînons les raccourcis et dépassements de touristes qui nous demandent régulièrement si la fin est encore loin. Nous nous sentons obligés de mentir un peu pour ne pas les décourager...

Arrivés en bas, nous aurons mis 10 minutes de moins que le temps normal sur 1h, ce qui nous rend plutôt content !

Les vainqueurs de la course (seulement 2 participants)

Nous échangeons chaussures de randonnée pour des tongs pour reposer nos orteils fatigués et rougis par la terre ocre de la colline.

La suite nous emmène aux chutes d'Opaeka qui ne nécessite pas de course à pieds juste de se garer en épi entre bus de tourisme et Jeep de Californiens.

L'occasion pour nous de remplir nos gourdes et d'en apprendre plus sur la vallée environnante.

Des excursions en kayak sont aussi possible le long du fleuve Wailua. À réfléchir pour les prochains jours.

Prochain objectif ? Voter dans les commentaires !

Le temps de débriefer dans la voiture du début de matinée que nous sommes déjà arrivés devant notre repas du midi (enfin.. il n'est que 10h30).

Chez Dani's restaurant on retrouve une cuisine familiale qui nous plaît et la serveuse est tellement gentille que cela nous fait presque plaisir de donner un pourboire. Un peu de discussion sur la France et nos plats hawaiiens préférés (Loco Moco ou Kalua Pork?) que nous sommes déjà repartis pour une digestion longue et méritée. Note à nous même : toujours prendre le regular size dans les restaurants américains.

Pancake XXL

Notre petite balade nous fait passer par des rues peu animées qui nous change d'Oahu.

Certains noms de devantures font échos à des séries américaines que nous regardions dans notre jeunesse.

Une fois le tour du quartier fait (rapide, vu qu'il n'y a quasiment pas de trottoir), nous allons nous amuser sur la Lydgate Beach Park où les vagues sont censées être parfaites pour le boogie.

Une fois installés, l'amusement commence et nos âmes d'enfant sont ravies !

Beau comme un camion

Une piqûre d'un monstre marin inconnu et une blessure à la jambe stopperont nos pitreries mais pas pour longtemps. Juste le temps de faire une sieste et quelques énigmes du Passeport Adulte spécial Enquête Policière pour les connaisseurs.

Nous déciderons quand même de rentrer assez tôt afin de profiter de la piscine du resort et de pouvoir se faire un apéro bien merité!

15

Après une nuit orageuse, nous reprenons l'aventure en nous dirigeant vers notre nouvelle randonnée.

Il est plutôt tard et nous avons peur que le terrain soit trop boueux mais nous tentons quand même notre chance. Advienne que pourra.

Nous avons même la chance d'avoir un aperçu de notre futur montée via le Hanalei Valley Lookout. Qui en passant, nous montre les cultures de taro juste en dessous. (Tarro fields)

L'ascension semble compliquée vue d'ici mais pas infaisable. La vue d'une cascade magnifique nous motive à nous mettre en route.

C'est dommage, y avait peut-être écrit quelque chose d'important

Arrivés au parking, nous voyons déjà plusieurs voitures qui sont garés. Nous pensons que le chemin sera rempli de randonneurs. Ça nous apprendra à traîner au lit. Un petit panneau start nous indique que nous sommes sur la bonne voie. Okolehao trail nous voilà!

Effectivement dès le début, le sol est glissant mais nous sommes prêts à en découdre. Des familles avec des enfants sont aussi sur le chemin mais elles s'arrêtent au premier panorama.

Notre appli de trail nous aide à voir notre avancée et nous sommes bien content de l'avoir découverte quelques jours plus tôt.

On est au bon endroit c'est déjà ça

Une fois le premier palier passé plutôt facilement, nous arrivons déjà sur des pentes un peu plus raides où nous devons utiliser notre première corde.

Nous avons déjà eu le temps de nous faire la main sur ce genre de parcours (on pense à toi Wiliwili) mais notre instinct nous dit que la suite ne sera pas aisée.


Cette montée semble infinissable

Au bout du troisième palier nous estimons que la vue est déjà assez magnifique comme cela et faisons demi-tour afin d'économiser nos forces pour la suite de la journée. Les grands esprits se rencontrent quand nous croisons à nouveau des randonneurs que nous avions vus la veille. Le monde est petit, surtout à Kauai.

La cascade que nous ne verrons que de loin.

Sur le retour nous nous arrêterons dans un petit village touristique qui n'existerait pas... sans les touristes et nous apprenons à dire le nom des poissons et cétacés en hawaïen.

Nous souhaitons économiser nos forces pour la journée du lendemain car elle nécessitera de se lever très tôt (no spoiler) donc nous finissons la journée en allant voir les bains privés de la reine hawaienne : Queen's Bath.

Nous on a vu des Nai'a et des Honu.

L'endroit consiste en plusieurs piscines naturelles qui se remplissent et se vident au gré des vagues qui s'écrasent contre les rocher. Avec un peu de chance, vous pouvez vous baigner et profiter de l'eau presque tiède et extrêmement claire.

Le temps pour nous de faire quelques photos et de se promettre de revenir un matin très tôt pour voir le lever de soleil.

Un bon bain pour reposer les gambettes
16
16
Publié le 28 juin 2022

Ça devient une habitude qu'on aura du mal à perdre de retour en France. Réveil 3h30, départ 4h.

Nous partons en route vers le grand canyon du pacific appelé ici le Waimea Canyon.

Un goût d'Amérique en plein Pacifique, c'est possible et l'envie nous a pris de changer totalement de paysage pour une journée.

Nous avions envie de voir la Golden Hour se refléter sur les strates du canyon et d'éviter les bouchons. Car c'est un endroit ultra connu et inclus dans beaucoup de brochures ou blog américains.

Pari gagné car nous serons les premiers de la journée à fouler le sol ocre.

Retour rapide sur notre trajet pour y arriver qui durera 2 heures. Personne sur la route sauf quelques early birds qui ont sûrement un objectif précis comme nous. (Comme aller travailler).

Mais au bout des trois quarts du trajet, la batterie de la voiture commence à se vider rapidement. Nous avions fait les calculs et devions être large. Mais les montées ont entamées méchamment notre Fiat.

La peur de ne pas arriver se fait sentir mais nous arrivons finalement à destination. Garés, jauge à 12% !

Nous ne sommes pas sûrs de repartir mais c'est l'esprit et les yeux tournés vers le soleil que commence notre randonnée.

Le point de vue nous offre un paysage dans son entiereté dès le début ! De quoi nous ôtez notre souffle avant même de commencer !

La randonnée est en boucle ce qui nous arrange et trois types de terrain s'offrira à nous. D'abord un parcours à flanc de falaise qui donne le vertige même au plus aguerri. Ensuite, une partie de type Jungle Cruise un peu mouillé à cause de la rosée du matin. Enfin, nous passerons par une forêt hantée où les arbres nous parlerons en grincant...

Nous en aurons pour 3h pile et serons même un peu en avance pour refaire une photo avec le soleil plus haut dans sa trajectoire.

Cette matinée aura été incroyable surtout que nous aurons eu le sentier pour nous tout seul.

L'heure du retour sonne et nous nous rappelons que la voiture a tout comme nous plus de jus...

Il nous reste plus que 6 miles faisable alors que le trajet jusqu'à la borne la plus proche est à 29... autant dire qu'on est dans la mouise...et surtout perdus au milieu d'un parc national.

Grâce aux descentes, nous arriverons finalement à destination ! Nous serons encore plus déshydratés par le stress que pendant la randonnée !

Afin de nous récompenser de ces émotions fortes, nous prenons le meilleur des Açais Bowl d'Hawaii après 13 jours de vacances. Un coq vient même nous saluer et quémander à manger en nous chantant sa sérénade.

Afin de digérer nous retournons à Poi Pou Beach avec comme compagnie non pas des phoques, mais des tortues marines.

La journée se terminera par un live coucher de soleil sur l'une des plus belle plage que nous ayons vu : Anini Beach.

Bonus : nous découvrons la deuxième balançoire secrète de l'île sur les trois, nous sommes chanceux ! Le temps d'une photo instagrammable et c'est déjà la fin de journée.

Notre book qui résumerai parfaitement le voyage
17
17
Publié le 29 juin 2022

Les jours passent et nous nous rapprochons de la fin de nos vacances. Afin de ne pas sombrer dans le Blues Hawai, nous nous offrons une sortie en kayak.

Le départ se fait directement à Hanalei avec un débarcadère fabriqué par le club nautique pour aider à la mise à l'eau. Nos hôtes nous apprennent qu'ils sont fans de soccer et non pas de football. Surtout qu'ils adorent Mbappé et qu'ils voudraient concrètement que la France perde la Coupe du Monde. Sachant que nous ne sommes pas footeux du tout, cela ne nous... regarde pas !

Notre itinéraire commencera d'abord vers le nord pour descendre le cours du fleuve et rejoindre l'océan. Pas de panique, nous ne sommes autorisés qu'à rester dans la baie. De toute façon nous n'avons pas de kayak de mer et une petite plage secrète nous accueille pour profiter de la vue du Koke state Park. Par rapport aux autres touristes, nous avons été assez rapides, nous prenons donc la direction inverse pour remonter le cours d'eau et éviter les embouteillages de canoës.

Nous croisons un groupe guidé qui a l'air de suivre un rituel consistant à dire haut et fort aloha et à sonner la conque quand ils arrivent en pleine mer. C'est plutôt amusant mais nous sommes contents d'avoir notre liberté.

Pendant notre deuxième partie de voyage, nous croyons voir une tortue marine mais impossible de la rattraper car elle a replongé sa tête aussi tôt qu'elle l'avait sortie. Nous passerons quelques minutes dans le silence à essayer de la dénicher mais nous ne ferons pas mouche cette fois-ci.

Les décors sont magnifiques et arrivons à terme du pagayage au bout de deux heures de musculation intense du dos et des bras. Le bas du dos est aussi douloureux pour ne rien vous cacher...

Pour nous récompenser, nous achetons des burritos sortis du foodtruck de Carlito dans un resort voisin.

La dégustation se fera sur la plage d'hier, face à une eau calme qui n'attend que nous pour nager. Plus un plat est bon plus la digestion est lente sur cette île, une pause s'impose !

La plage est plutôt tranquille pour du snorkeling et des gens pratiquent une sorte de kite surf bizarre que nous n'arrivons pas à déterminer. En tout cas ils vont vites et nous devrons faire attention à eux une fois sous l'eau. Sinon...squiik !

L'eau est tiède et nous arrivons à repérer tout de suite un point d'intérêt. Au détour d'un rocher, Malo aperçoit des tortues marines géantes qui font une sieste ! On regrette la Gopro sur le moment... mais ces moments magiques resteront cachés dans notre mémoire, jalousement gardé!

Nous restons à distance mais nous arrivons à nous faire surprendre par la plus grosse qui nous fonce droit dessus ! Au moins 1m50 d'envergure, il vaut mieux ne pas rester sur son chemin. La peur de sa réaction en nous voyant nous pousse à nous reculer précipitamment. Le bisou, ce sera pour la prochaine fois.

Une fois nos esprits retrouvés et les vêtements séchés, nous disons au revoir aux tortues. Nous sommes heureux d'avoir pu croiser dauphins et tortues en moins d'une semaine !

La suite se passera au bar Tikiniki avec un Mai Tai toujours aussi corsé (qu'importe le bar) et un Big Kaluha, sorte de cocktail fruit de la passion qui se boit comme du petit lait.

Nous finirons l'apéro à la maison avec un rhum particulier dont on ne vous en dira pas plus, il faudra venir ici pour le découvrir 😉

Malo et Kepa sont sur un bateau...
18
18
Publié le 1er juillet 2022

Le voyage se termine, plus qu'aujourd'hui et nous prendrons le chemin du retour pour notre bien aimée et pas tant regrettée France.

Un peu plus de deux semaines d'aventures, de surprises, de soleil, de plages paradisiaques, de rencontres mais tout cela nous le résumerons à la fin lors de notre traditionnel "les meilleurs".

Pour l'heure il faut remplir cette journée de derniers souvenirs mémorables. Nous prenons la route vers la plage Anini après un petit déjeuner long et tranquille à la maison, ce qui n'était jamais arrivé jusqu'à maintenant !

Nous trouvons un spot à l'abri sous les arbres arrivés à la plage, cachés des autres, relaxant, ... Pas pour longtemps car c'est bien connu qu'un bon plan est vite pris d'assaut ! Heureusement la famille qui s'installe à côté de nous est très gentille et ils ne sont que 11.

Nous repoussons un peu notre mise à l'eau car le vent souffle un peu.

Kepa décide d'aller en reconnaissance dans l'eau afin de réparer de potentielles créatures marines.

Surveillé au loin par Malo, il palme à environ 40 mètres du bord sachant que la profondeur n'excède pas 1m80 ! Un vrai paradis du snorkeling pour des (presque plus) débutants comme nous.

Très rapidement, des ombres se dessinent sur le sable. Chanceux que nous sommes, nous avons encore choisi le moment de la sieste des tortues et c'est magnifique ! Elles sont tellement discrètes et passent tellement proches qu'à certains moments, la peur de se faire becqueter est présente.

Mais ces animaux sont tellement calmes et habitués aux plongeurs que la seule chose qu'ils chassent sont les algues cachées dans le sable.

Après avoir fait parlotte avec elles, Kepa revient sur la terre ferme pour passer le relais à Malo qui s'empresse de nager vers les tortues ninjas.

La rencontre se fait rapidement et la magie opère de nouveau. Quelques dizaines de minutes dans l'eau, un dernier au revoir et il est temps de rentrer pour nous préparer pour l'évènement de ce soir.

Reprenons nos esprits, respirons un coup

Nous chargons la voiture en profitant d'un bubble tea hawaiien (La bonne excuse).

Le temps de checker notre correspondance de demain et nous prenons la route vers le nord de Lihue.

Nous sommes attendus à 17h mais la route n'est pas avec nous. Des bouchons sortis de nul part nous empêchent d'avancer mais c'est seulement l'île qui veut nous retenir plus longtemps avec elle.

Finalement, nous arrivons dans les premiers invités à destination. Le Smith Paradise Tropical Luau.

C'est un parc entretenu pour des représentations artistiques et culturelles connus pour le traditionnel Luau, considérés comme le meilleur de l'île et peut-être même de l'archipel.

Le Luau est un repas, agrémenté de cérémonies, musique et spectacle où les invités peuvent en apprendre davantage sur la Polynésie.

À notre arrivée, un lei nous est mis autour du cou. C'est un symbole important ici, il vous souhaite la bienvenue.

Le parc fait aussi ménagerie et un nombre important d'oiseaux et de poulets pourchassent les visiteurs afin de récupérer des graines vendues 1 dollar à l'entrée.

On a enfin eu notre collier !

La suite nous invite à regarder une cérémonie appelée Imu où nos hôtes sonnent la conque pour déterrer le cochon. Ce dernier cuit à l'etouffé pendant 10 heures sous des feuilles de palmier avec des roches de lave et de la terre. L'extraction de la bête impressionne et donne l'eau à la bouche sachant que nous allons y goûter sous peu !

Nous sommes ensuite invités à nous diriger vers le bar afin de nous hydrater. Ce sera un Mai Tai pour Malo et un Hawaiian Cocktail sans alcool pour Kepa. Toujours penser au retour après la fête.

La limite de boissons est de deux verres par personne à chaque passage au bar. Autant dire que si vous avez une bonne descente vous pouvez rapidement ruiner le parc et votre foie. Nous sommes raisonnable mais nous serons moins clément pour le buffet... car la conque sonne l'ouverture du repas !

Nous sommes appelés table par table pour nous servir. L'hôte principal de la soirée vient nous accueillir en personne à notre table pour nous souhaiter le meilleur pour notre mariage et arrive même à prononcer le prénom de Malo correctement, Bravo !

Les choses sérieuses commencent quand nous arrivons devant les plats. Tant de mets succulents et seulement 1 heure pour manger! Car oui, le timing est serré.

Le premier round remplira entièrement nos assiettes au point de déborder. Un petit passage au bar en même temps et nous prenons place à notre table intimiste pile en face de l'orchestre.

Nous vous passons les details du repas car il était évidemment succulent, nos assiettes vides en témoignent. Nous poussons le vice pour un 2e round avec les meilleurs plats et nous sommes interpellés par Mr Smith qui nous souhaite ses meilleurs vœux de mariage devant toute l'assemblée. Il juge bon de préciser que nous venons de France ce qui indispose Kepa au point de le rendre (un peu) rouge. Nous sommes démasquer, il faut fuir.

Mais il est maintenant temps d'aller assister au clou du spectacle dans un amphithéâtre extérieur.

Les meilleures places choisies, des photos des invités sont affichées sur les murs. Nous n'aurons pas l'occasion de les voir mais un couple hawaiien nous dira que nous étions "very nice looking ". Kepa de nouveau rouge.

Les lumières s'éteignent, le spectacle commence. Nous serons enchantés par la mise en scène, les danseuses et danseurs, l'histoire polynésienne racontée. Car oui nous en apprendrons sur Hawaii mais aussi Tahiti, Samoa, la Nouvelle Zélande, le Japon et d'autres dont nous n'avons pas saisi les noms.

Nous avions l'impression d'être à Disney mais au milieu du Pacifique.

La soirée se termine, nous sommes invités vers la sortie mais aussi à revenir dès que nous le pouvons. Si seulement...

Et voilà que se termine le dernier jour de nos vacances. Il est maintenant temps de faire un debrief de ces épisodes et préparer le dur retour à la réalité.

Une soirée sous le signe d'Aloha

Avant de terminer, il est temps d'élire nos meilleurs moments !


Le meilleur plat : kalua pork (malo et kepa)

Le meilleur petit déjeuner : açai bowl (malo) macadamia nut pancake (kepa)

Le meilleur cocktail : Blue Hawaii (malo) Mai Tai (kepa)

La meilleure île : Kauai (malo) Oahu (kepa)

La meilleure randonnee : Wiliwilinui trail (malo) Kulana'Ahane Trail (kepa)

Le meilleur levé soleil : lanikai beach (malo) Makua Beach (kepa)

Le meilleur couché de soleil : Anini Beach (malo et kepa)

La meilleure plage : Waimanolo beach (malo et Kepa)

La meilleure journée : celle où on a nagé avec des dauphins sauvages (malo et kepa)

Le meilleur poke bowl : Maguro Spot (malo) Ono Seafood Poke Bowl Patrol (kepa)

Il est maintenant temps de clôturer ce carnet de bord, qui on l'espère vous aura plus. On vous donne rendez-vous bientôt pour une nouvelle aventure qui impliquera un sens en particulier, on vous laisse deviner lequel 😉

Mahalo !